Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le PSU vu d’en bas

 | 
Tudi Kernalegenn
, 
Francois Prigent
, 
Gilles Richard
, 
et al.

Troisième partie. Pratiques militantes et laboratoire d’idées : un parti territorialisé

Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de Bernard Lambert (au PSU) à ceux de l’OC-GOP (années 1960-années 1970)

Jean-Philippe Martin et Yannick Drouet

Texte intégral

1Cette communication porte sur l’action militante en direction du monde agricole du PSU puis de groupes issus de tentatives de recomposition de militants passés pour la plupart par ce parti. Cette action déployée du milieu des années 1960 au milieu des années 1980 est fortement marquée par la personnalité, les idées et les choix d’un leader paysan, Bernard Lambert.

2Quelle fut son action à l’intérieur du PSU ? Quelles ont été les orientations dans le domaine agricole de ce militant qui a imprimé sa marque sur les choix du parti dans ce secteur entre 1967 et 1972 ? Peut-on alors parler de réseaux Lambert au sein du PSU et si oui dans quel objectif ? Autant de questions que nous tenterons d’éclairer afin de comprendre en quoi ce parti a pu attirer des paysans et des intellectuels intéressés par les questions agricoles.

3Au-delà, des militants, souvent plus jeunes, ont fait le choix de créer de petits groupes d’extrême gauche (« queue de comète » du PSU) qui ont porté une attention particulière au monde paysan. Ils se sont appuyés sur les analyses et le travail de Lambert et de la Commission nationale agricole (CNA) du PSU tout en affirmant vouloir en dépasser les limites. Entre continuités et discontinuités, ils se sont peu à peu dégagés d’un cadre d’analyse strictement marxiste pour porter une attention plus soutenue à la diversité des situations et aux expérimentations à l’œuvre dans le monde agricole contribuant ainsi à la critique du productivisme.

Bernard Lambert au PSU, un paysan révolutionnaire

  • 1 Tribune socialiste, no 453, 7 mai 1970.

4« L’adhésion de B. Lambert a constitué une de mes grandes joies de ma vie militante car elle symbolise l’union étroite entre les travailleurs des villes et des campagnes pour l’édification d’une démocratie socialiste1. » Le compliment vient d’Édouard Depreux, secrétaire national du PSU de 1960 à 1967, dans un texte écrit à l’occasion du 10e anniversaire du parti.

  • 2 Lambert Bernard, Les paysans dans la lutte des classes, Seuil, 1970, p. 7.

5Cet extrait résume bien le poids et le rôle de Lambert au sein du PSU. Il a permis au PSU d’élaborer un véritable programme agricole dans un parti marxiste qui traditionnellement depuis ses origines s’était intéressé essentiellement aux luttes ouvrières et avait peu analysé les problématiques du monde agricole. Dans la préface qu’il signe pour Les paysans dans la lutte des classes, Michel Rocard l’avoue sans détours : « La réflexion de Lambert doit tout à son expérience de militant paysan et pas grand-chose à l’organisation politique à laquelle il a finalement donné son adhésion, le PSU : je suis bien placé pour connaître la modestie de l’aide intellectuelle et théorique que ce dernier a pu lui fournir2. »

  • 3 Chavagne Yves, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, La Digitale, Quimper, 1988, 283 p.

6Âgé de 35 ans au moment de son adhésion au PSU en octobre 1966, il est déjà une grande figure du monde agricole. Issu d’une famille de métayers de Loire-Atlantique, il fait partie de cette génération de jeunes paysans des années 1950, formée par la JAC. Repéré pour ses capacités intellectuelles et ses qualités d’orateur, il prend des responsabilités départementales puis nationales au sein de l’organisation catholique avant de devenir secrétaire général adjoint du CNJA en 1957 puis secrétaire général de la FDSEA de Loire-Atlantique en 1964. Entre-temps, il a été député apparenté MRP de la circonscription de Châteaubriant (1958-1962), ce qui le fait connaître hors des cercles agricoles. Nanti de cette double expérience syndicale et politique, Lambert apparaît alors comme une personnalité incontournable dans le monde paysan3.

  • 4 Il n’a jamais été un adhérent discipliné d’une organisation (entretien avec René Bourrigaud).
  • 5 Lors de son premier discours parlementaire, le 9 juin 1959, il avait pris position pour l’autodéte (...)

7Partageant cette idée avec de nombreux leaders syndicaux, pour B. Lambert les luttes syndicales doivent avoir une traduction politique, assumée par le parti politique. À ses yeux, le PSU apparaît comme le seul parti de gauche assez moderniste, ouvert et pluraliste pour accueillir ses idées. La SFIO est totalement discréditée par ses compromissions avec le pouvoir gaulliste et le PCF demeure attaché à une vision très figée et schématique du monde paysan. Le MRP a entamé depuis longtemps son virage à droite, loin des conceptions progressistes de l’après-guerre. De plus, la diversité idéologique et sociologique du PSU, ses structures assez lâches conviennent à un homme qui garde une forte méfiance à l’égard des appareils politiques en général4. Enfin, il rejoint les positions anticolonialistes du PSU, qui a lutté pour l’indépendance algérienne, Lambert ayant été un des rares opposants parlementaires à la guerre d’Algérie5.

  • 6 L’expression est de René Bourrigaud dans la réédition critique du livre, Les paysans dans la lutte (...)

8Durant les 5 ans et demi passés à la direction politique du PSU, Lambert y a schématiquement déployé une double action. Premièrement, il a renouvelé la pensée politique du PSU sur l’agriculture, en lui donnant une dimension théorique, développée dans Les paysans dans la lutte des classes. Il y « invente une nouvelle théorie de la prolétarisation du paysan6 », rénovant en profondeur la vulgate marxiste sur cette question. Selon lui, une certaine catégorie d’agriculteurs, ceux qui se sont modernisés et se sont endettés, subit un processus de prolétarisation sur place. Liés par contrat à des grands groupes, capitalistes ou coopératifs, ces paysans perdent leur indépendance de producteurs, tendant à devenir de véritables salariés à domicile. S’ils restent formellement propriétaires des moyens de production, ils sont en réalité exploités par les firmes agroalimentaires et les banques. La lutte des classes passe donc à l’intérieur du monde paysan, séparant les gros exploitants, à l’image des céréaliers et des betteraviers du Bassin parisien, des petits et moyens paysans exploités notamment dans les régions d’élevage (aviculture et production porcine où l’intégration est déjà très développée). De cette analyse, découle une idée-force : les paysans prolétarisés ont des intérêts communs avec la classe ouvrière et un même ennemi à abattre, le capitalisme. Ils doivent s’unir avec les ouvriers dans les luttes pour enclencher le processus révolutionnaire et mettre à bas le système capitaliste. Par ailleurs, ces mêmes paysans ne peuvent rester, à terme, dans une organisation syndicale, la FNSEA, qui réunit exploiteurs et exploités et qui défend majoritairement les intérêts des premiers.

  • 7 Lettre de démission de Bernard Lambert du PSU, datée du 30 novembre 1972.

9Deuxièmement, il a souhaité transformer le PSU en un parti révolutionnaire, qui devait être dans sa conception l’outil politique permettant l’analyse des luttes en cours, un « intellectuel collectif » au service des masses ouvrières et paysannes, du mouvement populaire de masse. Pour lui, il était essentiel de partir des idées et des problèmes des militants qui participaient réellement aux luttes et menaient les actions à la base, et élaborer un programme politique à partir de ces idées. Ceci explique sa remise en cause des structures du parti, appareil bureaucratique qui, avec ses sections et ses fédérations ne peut produire que « des petits colonels de province qui font fonctionner la machine hors du temps ou de l’espace sans contrôle réel des travailleurs7 ».

  • 8 Depuis mai 1968, le parti s’était fortement renouvelé avec l’arrivée massive de jeunes militants « (...)
  • 9 Tribune Socialiste, no 500, 10 juin 1971.
  • 10 Serge Mallet est un des principaux dirigeants du PSU depuis sa fondation. Issu d’une famille d’art (...)

10De même, l’organisation des congrès du parti doit être modifiée. Il critique violemment le système des textes d’orientation concoctés par l’élite du parti et les états-majors parisiens, incompréhensibles aux travailleurs et qui aboutissent à des luttes de tendances désastreuses pour l’image du parti. Deux semaines avant le congrès de Lille8, il écrit « je me refuse absolument à mêler mon milieu à une lutte qui lui apparaîtra comme incompréhensible parce que étrangère aux véritables questions qu’il affronte9 ». Dans cette optique, il lance en 1970 avec Serge Mallet10 l’idée des Assemblées régionales ouvriers-paysans (AROP), composées d’ouvriers et de paysans, membres ou non du PSU, qui doivent élaborer les grandes lignes du programme d’action du parti. Le principe en est validé par la DPN en octobre 1970. Quatorze AROP se sont alors déjà tenues et leur programme d’action est adopté par le conseil national d’Orsay de janvier 1971. Au congrès de Lille, il continue de défendre les AROP alors que la direction nationale semble vouloir les enterrer et fait voter à une large majorité une motion préjudicielle demandant que les délégués des fédérations travaillent à partir des textes élaborés par les AROP.

  • 11 Les sessions régionales n’ont jamais vu le jour. La CNA n’a eu d’existence que nationale.
  • 12 Le premier numéro paraît en novembre 1971. Il est joint comme supplément au mensuel Directives.
  • 13 L’élection hors tendance de la CNA a été une négociation entre Lambert et Rocard. Ce dernier savai (...)

11Ce souhait de transformation se retrouve au sein même du secteur agricole du parti. Lambert souhaitait réorganiser la CNA et lui donner une légitimité autre que celle des congrès nationaux par la tenue régulière de sessions régionales11. Il a promu également la diffusion d’un bulletin intérieur de la CNA pour assurer la liaison entre les militants et favoriser l’expression politique du secteur agricole au sein du PSU12. Il s’est également battu pour que la CNA soit élue « hors tendances » au congrès de Lille, véritable prouesse au vu des déchirements internes du parti13.

  • 14 Seul Jean Mallet, plus âgé et de tendance rocardienne, semblait pouvoir apporter la contradiction (...)

12Totalement impulsée et dirigée par Lambert, cette CNA est composée de huit membres en 1972 : Georges Dolias, Raymond Feyfant, Dominique Froger, Marie Guillien, Jean Mallet, Lino Ottogali et Jean-Marie Teisseire, pour la plupart de jeunes militants qui ne sauraient s’opposer aux thèses de leur leader14. La trajectoire de D. Froger est à ce titre éclairante. Né en 1948, entré au PSU fin 1968, il abandonne ses études de BTS agricole et s’installe comme aide familial sur l’exploitation de ses parents en Mayenne. Parallèlement, sous la férule du secrétaire fédéral Gilbert Volpi, il fonde une section PSU dans son canton. Son père connaît bien Lambert puisqu’il a été président de la FDSEA de Mayenne et trésorier de la FRSEAO au moment où Lambert en était le secrétaire général entre 1967 et 1970. En juin 1971, alors qu’il ne s’y attend pas, D. Froger est démarché par Lambert pour aller au congrès de Lille et postuler à la CNA, sans quasiment rien connaître du fonctionnement du congrès national ni des questions débattues. Durant le congrès, il suivra « aveuglément » les consignes de vote données par Lambert. Ainsi la CNA apparaît très vite comme une coquille vide, entérinant et validant une réflexion et des décisions prises ailleurs. C’est là qu’interviennent les réseaux de Bernard Lambert.

13Si l’on s’en tient à une définition stricto sensu du terme réseau, il existe réellement des réseaux Lambert au PSU. Il a mis en liaison un nombre important d’« experts » agricoles qui ont travaillé ensemble, ont eu une réflexion commune dans le cadre d’une structure informelle, sorte de « CNA élargie » réunie tous les lundis au siège du PSU, rue Mademoiselle, autour de Lambert. Cette structure informelle fonctionne alors comme un véritable brain trust, un laboratoire d’idées, un lieu de débat et de confrontation théorique sur les problèmes agricoles.

  • 15 Paul Bonhommeau, né en 1945 en Loire-Atlantique, était proche de Lambert et a participé à la plupa (...)
  • 16 Georges Vedel, né après la guerre, a fait l’ESA de Clermont-Ferrand. Il a été le « secrétaire » de (...)
  • 17 Gilles Allaire, par exemple, n’est pas adhérent du PSU.

14On y retrouve des techniciens agricoles passés par les écoles supérieures d’agriculture tels Paul Bonhommeau15 et Georges Vedel16. Il y a surtout des jeunes chercheurs parisiens de l’INRA séduits par l’auteur des Paysans dans la lutte des classes, comme Jean-Pierre Bompart, Daniel Hassan, Alain Salmon, Claude Viau ou Guy Debailleul. Jacques Maubuisson (en agronomie à Montpellier), Gilles Allaire (à l’INRA de Toulouse) ou Gilles Lemaire (études d’ingénieur informaticien à Toulouse) viennent moins régulièrement car résidant en province. Tous ne sont pas membres du PSU17. Lambert a suscité le débat intellectuel entre eux, reprenant et synthétisant les idées qu’il exposait ensuite devant la CNA « officielle », reléguée au rang de simple chambre d’enregistrement. C’est aussi dans ce cadre que l’on discutait des positions à prendre par rapport aux autres tendances de la gauche paysanne, qui s’expriment notamment dans Paysans en lutte.

  • 18 Martin Jean-Philippe, Histoire de la nouvelle gauche paysanne, La Découverte, Paris, 2005, p. 70 à (...)
  • 19 Cet article, signé par « un groupe politique autonome composé d’agriculteurs, d’intellectuels et d (...)

15Cette revue, née en juin 1970, était issue de la jonction de deux composantes : une composante PSU (CNA) et une composante qui peut être qualifiée de « maoïste » autour de Marcel Colin, François Colson, Michel Gervais, Jean-Bernard Mabilais, Henri Nallet et Claude Servolin18. Pour Bernard Lambert, il était essentiel de participer au bulletin, d’y animer le débat, même s’il apparaît très vite contrôlé par les « maos », qui campaient sur des positions très anti-syndicales. Cet anti-syndicalisme atteint son paroxysme dans le numéro 8-9 daté de décembre 1971-février 1972 avec un long article intitulé « Deux années de lutte syndicale » concernant le problème laitier et qui se conclut ainsi : « la structure syndicale, par rapport aux responsables, a une double fonction : elle attire les éléments pourris, elle pourrit les éléments sains19. » Cet article entraîne la rupture et le départ de la composante PSU de Paysans en Lutte. Il faut dire que l’intérêt de B. Lambert pour la revue commençait à décroître car, parallèlement, des actes posaient l’affirmation de Paysans-Travailleurs.

16Pour autant, il n’a pas construit de réseaux à l’intérieur du PSU dans une logique organisationnelle pour participer à une prise de pouvoir au sein du parti. Il n’était pas un politique ni un idéologue mais avant tout un syndicaliste préoccupé par les problèmes agricoles.

  • 20 Le Monde du 26 juin 1971.
  • 21 Le texte d’orientation du courant 5 intitulé « Un seul ennemi, une seule lutte » est publié dans l (...)

17Au congrès de Lille, Lambert s’était positionné dans le courant 5, très hétéroclite. Regroupant la majorité du bureau national sortant et des personnalités du parti (Abraham Behar, Marc Heurgon, Serge Mallet), il apparaît comme un courant « gauchiste au sens large20 », soudé par l’opposition au « social-démocrate » Rocard. Les thèmes développés par ce courant correspondaient aux préoccupations de Lambert : discussions à partir des textes élaborés par les AROP, importance donnée au mouvement politique de masse, non remise en cause de l’existence des syndicats (principale différence avec les « maos » du courant 2)21.

18Dans l’année qui va suivre, il s’associe aux actions et aux choix du courant 5. En juin 1972, il est parmi les fondateurs de la GOP, qui, considérant que la transformation révolutionnaire de la majorité du PSU est impossible, décident la création d’une organisation autonome à l’intérieur du parti. Mais il n’est pas un des fers de lance du courant et lorsqu’il quitte le PSU, fin novembre 1972, il ne rejoint pas PLC ni plus tard l’OC-GOP. Il ne veut pas s’épuiser dans des organisations très minoritaires qui n’ont que peu d’influence sur les débats et dans les luttes. De plus, il se recentre sur le combat syndical et pense davantage à fédérer le mouvement paysan dans l’opposition à la FNSEA dans le cadre de Paysans-Travailleurs. Lambert est resté toutefois en contact avec ces militants et n’a pas hésité à faire appel à eux. Ainsi, la GOP-PLC a été, selon les mots de Bonhommeau, une « main-d’œuvre politiquement éclairée » dont Lambert s’est servi pour préparer le rassemblement d’août 1973 sur le Larzac. Le groupe de chercheurs de l’INRA qu’il avait réuni au sein de la CNA élargie, est un des noyaux essentiels qui assiste le collectif national des Paysans-Travailleurs.

19B. Lambert n’a jamais été à proprement parler un homme de parti, un homme d’appareil. C’était avant tout un militant, un syndicaliste qui a cru pendant quelque temps qu’un parti politique pourrait incarner les luttes populaires et l’alliance ouvriers-paysans qu’il appelait de ses vœux. Quand il considéra que la transformation révolutionnaire du PSU était impossible, il se recentra sur le combat syndical. Si son aventure personnelle avec les organisations politiques se termine avec le PSU, des militants qu’il a mis en relation au tournant des années 1970 continuent eux le combat purement politique. En effet, des militants, souvent plus jeunes, quittent le PSU et tout en restant actifs auprès du monde paysan, rejoignent les groupes issus du PSU, en particulier, PLC puis l’OC-GOP.

Le « front paysan » de l’OC-GOP, un gauchisme des campagnes ?

20Dans l’après 1968, les tensions avec les directions du syndicalisme agricole débouchent sur une rupture et le PSU est concurrencé auprès des militants paysans par le PS et des groupes d’extrême gauche.

21La tendance gauche ouvrière et paysanne, créée en juin 1972, constate que « l’extraordinaire combativité ouvrière et paysanne » ne se traduit pas sur le plan politique car « le morcellement sectaire du mouvement révolutionnaire… laisse le champ libre à la montée du réformisme », car le PSU n’est plus « un des centres d’action et de réflexion du mouvement révolutionnaire ».

  • 22 Vers le communisme, GOP, automne 1972.

22Ses militants affirment la nécessité d’un parti révolutionnaire, qui devrait naître des débats et d’une dynamique nouvelle entre les militants « politiques » et « les éléments les plus conscients de la gauche ouvrière et paysanne ». Pour eux, « l’autonomie ouvrière » et la « démocratie prolétarienne de masse » sont décisives dans les luttes pour le renforcement de cette gauche. Les luttes doivent porter sur des revendications quantitatives, remettre en cause l’organisation du travail et aller dans le sens de « l’insubordination ouvrière collective22 ». La GOP ne pense pas qu’un gouvernement du PS et du PCF issu d’une victoire électorale pourrait imposer des mesures anticapitalistes, elle défend la nécessité d’une action révolutionnaire pour installer la dictature du prolétariat. Au-delà du jargon maoïsant, l’originalité de ce courant réside dans l’idée que le regroupement en cours n’est qu’un premier pas et non le noyau du futur parti et dans un intérêt affirmé pour la question paysanne.

  • 23 Perspectives, journal du MRJC, no 27-28, 1975, publie un texte de PLC-GOP (section de Toulouse), q (...)
  • 24 Gauche ouvrière et populaire même si beaucoup disent Gauche ouvrière et paysanne.
  • 25 Le texte de la tendance 5 du PSU (16 % au 8e congrès à Toulouse, 9-11 décembre 1972) était intitul (...)

23Certains de ces militants quittent le PSU au printemps 1973 et créent Pour le communisme (PLC) rejoints par des membres de l’ex-Gauche révolutionnaire et des inorganisés23. PLC et le PDUP (Parti d’unité populaire, constitué par des militants du PSU après le refus de ce parti de présenter Charles Piaget aux présidentielles de 1974) créent l’Organisation communiste-Gauche ouvrière et populaire (dite GOP) en octobre 197524. La reprise du sigle signifie la continuité avec la tendance du PSU, le caractère communiste symbolise le saut qualitatif effectué25. L’OC-GOP se rapproche de l’Organisation communiste-Révolution ! (scission, en 1971, de la LCR) et créent l’Organisation communiste des travailleurs (OCT, décembre 1976). Un an plus tard, les tensions sont fortes et l’OCT disparaît peu à peu.

  • 26 OC-GOP-Front Paysan, circulaire no 2, août 1976, documentation aimablement transmise par Pierre Vu (...)

24L’OC-GOP poursuit la publication de la revue théorique et d’orientation, Les cahiers pour le communisme dont le no 6, fin 1975-début 1976, présente « Les paysans exploités face à la crise ». Un groupe de militants, adhérents ou proches de PLC puis de l’OC-GOP, paysans ou travaillant dans le domaine para-agricole, a porté une attention soutenue au syndicalisme agricole et constitué le « front paysan » de l’organisation. Des stages, des rencontres sont organisés et un projet de revue afin de former « la gauche paysanne et les intellectuels de la profession » est envisagé26.

  • 27 « Lip-Larzac », Cahiers pour le communisme, no 1, (fin 1973-début 1974), p. 21.

25Moins par le nombre que par leur souci d’une intervention réfléchie et par la place qu’occupait un certain nombre d’entre eux, ce groupe a pesé sur les débats qui irriguaient les militants actifs de la nouvelle gauche paysanne. Ils ont, parfois, dans plusieurs départements, joué un rôle significatif. Sur une centaine de personnes chargées de la préparation de la marche sur le Larzac (initiée par les PT), en 1973, une soixantaine militent à PLC27.

  • 28 D’après, entre autres, un questionnaire envoyé à d’anciens responsables de ces sensibilités au pri (...)

26Comme nous l’avons vu, B. Lambert après avoir quitté le PSU ne rejoint pas PLC ou l’OC-GOP jugés trop groupusculaires. C’est plus tard, avec la revue Nouvelles Campagnes, qu’un militant comme Allaire le rencontre plus fréquemment. Les militants de l’OC-GOP de Loire-Atlantique avaient eux des relations plus régulières avec ce leader. La plupart des paysans qui dans la Drôme, la Loire-Atlantique, la Mayenne ou ailleurs ont été membres du PSU ne rejoignent pas ces groupes. Certains restent plus longtemps au PSU, d’autres le quittent et rejoignent le PS, plus ou moins rapidement, d’autres enfin restent à l’écart des partis ou rejoignent les Verts plus tard28. Quelques jeunes paysans cependant y adhèrent, en Loire-Atlantique ou en sont proches, en Vendée, dans le Lot-et-Garonne… Le faible nombre de paysans dans l’OC-GOP peut s’expliquer par la crainte de rejoindre un groupe politique aux forces limitées, par l’influence de la tradition anarchosyndicaliste en Loire-Atlantique et par l’affirmation d’un courant qui valorisait les luttes spontanées à la base.

  • 29 Entretien avec G. Allaire.
  • 30 Entretien avec Régine Teulier.

27Il y a d’une certaine manière continuité géographique avec le travail paysan du PSU car les (relatifs) points forts paysans de l’OC-GOP sont les mêmes : Loire-Atlantique, Languedoc, Rhône-Alpes29. Ces militants très actifs participent à l’animation du mouvement et à ses débats. Le réseau de chercheurs et de techniciens agricoles qui militent auprès du monde paysan, suivent avec attention le mouvement PT voire soutiennent ses activités, constitue un atout pour cette organisation. En 1976-1977, des militants-chercheurs (dont Guy Debailleul, INRA, Paris), de l’OC-GOP préparent les réunions nationales des Paysans-Travailleurs (PT), d’où une influence certaine sans que pour autant on puisse parler de manipulation30. Un militant intervient dans les comités de soutien à la lutte du Larzac, un autre s’installe sur le plateau. En Haute-Garonne, Allaire (né en 1947) joue un rôle d’animation sur le plan national. Il est en contact avec Jacques Maubuisson qui suit les luttes viticoles en Languedoc-Roussillon et a publié sous le pseudonyme de Jaume Bardissa Cent ans de guerre du vin en 1976.

28En Loire-Atlantique, René Bourrigaud, (né en 1946) animateur de la FDSEA à partir de 1972 puis du groupe PT quand celui-ci rompt avec la FDSEA (dirigée par des militants de gauche) a adhéré au PSU en 1967 et y est resté jusqu’en 1971 ou 1972. Issu de la petite paysannerie, influencé par la JAC, il entre à l’École supérieure d’agriculture d’Angers, en 1964. Lecteur de Témoignage Chrétien, influencé par Jean Cardonnel, il se « convertit » au marxisme, en 1967, rejoint le PSU puis PLC, fin 1972-début 1973, où il participe au bureau national. Il participe à l’aventure de l’OC-GOP et y côtoie P. Bonhommeau. Ce dernier qu’il connaît depuis ses études à l’ESA d’Angers, est, d’avril 1971 à août 1975, permanent de la Fédération nationale porcine dirigée par Bernard Thareau (Loire-Atlantique, futur député européen PS), à Paris. Il revient en Loire-Atlantique et joue un rôle dans le mouvement PT, puis dans la CNSTP après 1981. Tous deux ont fait, après avoir milité au PSU, le choix de participer à l’animation du secteur paysan de PLC.

  • 31 « Après la rencontre du 27 novembre 75 entre le secteur paysan de la GOP et des militants Paysans- (...)

29Les forces de ce courant sont limitées. En 1975, une réunion du secteur paysan de la GOP et de militants PT intéressés regroupe une quinzaine de personnes. En Roussillon, le front paysan, constitué de cinq militants (dont deux de Révolution !), publie un journal et participe au comité Marcellin Albert (à l’influence réduite) mais n’a joué quasiment aucun rôle dans le puissant mouvement viticole régional de 197631.

30Malgré ces difficultés, les efforts de l’OC-GOP en direction des paysans sont significatifs : volonté de créer une rubrique sur le monde rural dans L’Outil, investissement fort dans les comités Larzac (avec Pierre Vuarin), volonté d’analyser les évolutions de l’agriculture, du monde paysan, du syndicalisme agricole… Ces efforts correspondent à une demande de certains militants paysans. En dépit du très faible nombre de militants paysans de cette organisation, elle joue un rôle non négligeable auprès des PT et parfois vis-à-vis de la sensibilité restée à l’intérieur de la FNSEA. Au-delà d’un discours se réclamant du marxisme-léninisme, ces militants sont capables de mettre en œuvre une tactique souple et de participer à des cadres d’alliances plus larges avec des militants du MODEF ou de la FDSEA. Enfin, le réseau de chercheurs constitue un appui précieux, par les liens dont ils disposent, par le temps qu’ils consacrent au militantisme ainsi que par les réflexions dont ils font bénéficier les paysans. Le travail d’influence de l’OC-GOP auprès des PT est connu, certains l’accusent de « noyauter » les PT.

  • 32 Cahiers pour le communisme, no 6.

31L’effort d’analyse est une constante de ce courant qui publie une brochure de 100 pages, Les paysans exploités face à la crise32, rédigée en grande partie par Allaire et Bourrigaud mais dont la rédaction est suivie par des responsables nationaux tels Lemaire, Lipietz. Ces militants reconnaissent leur dette envers B. Lambert et « la thèse de la prolétarisation », à la base de leur intervention dans la paysannerie, « véritable renouveau de l’analyse marxiste sur les questions paysannes. Car l’idée que le capital agro-alimentaire prolétarisait les paysans en les maintenant sur place allait être fertile : elle favorisa le développement des luttes contre les firmes et elle donna naissance à une nouvelle gauche paysanne consciente d’être exploitée ». Mais cette analyse qui a permis l’action contre les firmes et favorisé la formation d’une nouvelle gauche paysanne présente des insuffisances. Ces militants évoquent même ses dangers qu’ils auraient découverts dans la pratique des luttes et en approfondissant leur connaissance de l’histoire.

32« D’une part, elle néglige trop l’un des aspects de la situation des paysans soumis au capital agro-alimentaire : même s’ils sont principalement des paysans exploités, les travailleurs paysans liés aux firmes sont amenés… à posséder au moins une partie de leurs moyens de production ». Pour la majorité, c’est un « fardeau qui exige d’eux un sur-travail » mais offre la possibilité à certains de devenir « des petits capitalistes ». De ce fait, une interprétation trop dogmatique de la thèse de la prolétarisation ne permet pas, selon eux, de saisir le phénomène de différenciation qui se produit chez les paysans équipés comme chez les autres. Phénomène qui explique les tensions entre paysans modernisés.

  • 33 Il avait évoqué cette question « Les paysans traditionnels : faut-il les tuer pour mieux s’en sort (...)
  • 34 Les paysans exploités face à la crise, op. cit., p. 1-4.

33La deuxième faiblesse est qu’en « considérant seuls les paysans modernisés, intégrés aux IAA, subissant le processus de prolétarisation, ce point de vue néglige les paysans traditionnels, considérés tout au plus comme des “alliés” et sous estime leurs possibilités de lutte33 ». Or la participation des petits producteurs à la lutte est possible et souhaitable car elle permet de « radicaliser les mots d’ordre ». Pendant la grève du lait en Bretagne (1972), elle a permis de dénoncer les primes distribuées aux gros producteurs. Les petits paysans confrontés à « une politique délibérée d’élimination accélérée » luttent « pour leur survie immédiate », il faut donc « unifier la majorité des travailleurs paysans pour une alliance révolutionnaire avec la classe ouvrière ». Pour ce mouvement, les petits et moyens paysans sont avant tout des travailleurs productifs, exploités par le capital. Ces militants refusent de s’en tenir à la défense des ouvriers agricoles comme certains marxistes ou à celles des paysans modernisés comme les PT, au départ, et veulent en convaincre « la gauche paysanne actuelle », formée de paysans modernisés34.

  • 35 Ibid., p. 76.

34L’OC-GOP pense qu’il est nécessaire de construire « un syndicat de classe des paysans exploités », pour elle, la gauche paysanne doit conquérir son autonomie d’action et de décision. Constatant que les petits paysans restent organisés par les FDSEA et le MODEF, ce courant souligne la nécessité de « proposer… aux réformistes l’unité d’action dans les luttes… sur le terrain » voire si la gauche est forte, une unité avec « les organisations réformistes » pour conquérir l’hégémonie. Tactique relativement souple qui permet de travailler, dans certains cas, avec les organisations traditionnelles et le MODEF35.

  • 36 Ibid, p. 94-95.
  • 37 Martin Jean-Philippe, op. cit., p. 117. Ces militants considéraient qu’il fallait s’allier avec le (...)

35Le syndicat envisagé semble toutefois conçu comme un regroupement de militants « conscients », « révolutionnaires » formant la gauche paysanne que l’OC-GOP veut aider « à assumer ses responsabilités historiques, à se constituer en parti… pour qu’elle assure des tâches de direction vis-à-vis des masses36 ». Les expériences d’élargissement numérique du mouvement PT sont présentées comme nécessaires mais l’OC-GOP s’en méfie. Les PT de Charente-Maritime sont critiqués car ils passeraient des compromis avec les organisations réformistes, prélude à leur éviction de la direction du mouvement en 197637. La tentation sectaire est réelle, pourtant l’OC-GOP a aussi fait preuve de souplesse vis-à-vis des autres acteurs.

  • 38 Économiste à l’INRA à Dijon, puis à Toulouse.
  • 39 PSU documentation, Les couches sociales à la campagne, no 120-121-122, avril-mai 1977. Blanc Miche (...)
  • 40 Entretien avec M. Blanc.

36Après le départ de Lambert du PSU, la CNA poursuivit ses activités. Selon Michel Blanc38 qui la rejoignit alors, elle réunissait deux à trois fois par an, une dizaine de personnes (au maximum) et regroupait des intellectuels et des paysans dont J. Mallet (le responsable officiel) et Daniel Lompuech, (responsable du MODEF du Lot) mais sans figure nationale du syndicalisme agricole. C’était plus un lieu de débats que de coordination d’une intervention politique39. Les liens avec Lambert s’étaient distendus et Blanc ne se souvient pas que la CNA l’ait rencontré40.

37Marginalisé au sein du syndicalisme agricole de l’Ouest, Lambert est mis à l’écart de la FNSEA puis s’en éloigne. Il utilise les liens qu’il a tissés pour faire avancer des luttes, soutenir des paysans confrontés à la justice ou tenter de construire une alternative syndicale. Pendant la lutte du Larzac, il contacte les réseaux chrétiens de gauche pour diffuser l’information, la GOP est mise à contribution : réalisation d’une brochure, préparation de la marche sur le plateau, militantisme dans les comités de soutien. Pour défendre un paysan qui avait participé au vidage d’un camion de lait (Morbihan), B. Lambert fait appel en 1971 à Henri Leclerc connu au PSU, qui devient l’avocat des PT, prend la défense de paysans confrontés à la répression, participe à des réunions sur le terrain et acquiert une expertise dans le domaine du droit rural.

38Il tente aussi d’user de son influence pour construire un outil syndical. À partir de 1974, certains décident de créer un groupe autonome, les PT, qui se structurent mais la division s’affirme entre les animateurs d’une tendance dans la FNSEA et ce groupe. Lambert le rejoint mais il convainc peu et les PT restent très minoritaires. Entre 1974 et 1980, malgré son activisme, il possède une moindre influence nationale. En 1981, il participe au rapprochement de plusieurs groupes qui constituent la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans (CNSTP), dont il devient porte-parole. Les premières journées nationales de la CNSTP (mars 1982) sont axées sur la remise en cause du productivisme, qu’il a contribué, avec d’autres, à diffuser. Avec l’affaire du « veau aux hormones » en 1980, il avait dénoncé l’utilisation d’hormones interdites pour nourrir les veaux, lié défense des éleveurs et des consommateurs et critiqué les pratiques productivistes qui augmentent les rendements sans se soucier de la qualité. Plusieurs anciens de l’OC-GOP animent une revue qui relaie cette préoccupation. Des liens plus forts avec B. Lambert et des militants du PSU sont alors noués.

  • 41 Nouvelles Campagnes, no 1, oct.-nov. 1978, p. 1.
  • 42 Martin Jean Philippe, « Les Paysans-Travailleurs après 1968. D’un volontarisme contestataire à un (...)

39D’octobre 1978 à fin 1985, un certain nombre d’intellectuels qui avaient été proches ou membres de l’OC-GOP publient la revue Nouvelles campagnes, luttes de classes à la campagne. Allaire, Maubuisson en sont les animateurs avec Blanc (PSU). Cette revue qui veut être « un outil pour développer et élargir le débat politique sur l’action révolutionnaire à la campagne, sur la place de la paysannerie et des autres forces dans la lutte pour le Socialisme41 » permet à tout un réseau de continuer à militer en dehors de l’affiliation à un parti42. Le moment est jugé décisif car les tensions internes au monde paysan et les luttes créent les conditions « d’un éclatement massif du mythe de l’unité paysanne » qui peut « mettre fin au rôle historique de couche appui de la bourgeoisie qu’a pu avoir une grande partie de la paysannerie ». Pour ce réseau, il n’existe pas d’alternative révolutionnaire organisée crédible. La revue entend répondre à cette carence, ses animateurs pensent qu’un travail politique révolutionnaire est possible vis-à-vis de la « gauche ouvrière et paysanne rurale », « pour œuvrer à une transformation socialiste de la société ». Ils entendent participer à la formation de militants et « favoriser la discussion et la diffusion des expériences ».

40On retrouve certains des buts et une partie du discours de l’ex OC-GOP, avec une volonté d’ouverture plus manifeste. Pour Blanc, il s’agissait de ne pas apparaître comme la revue des PT ou de Lambert. La parole est donnée à toute la gauche paysanne éclatée car la revue ne se satisfait pas de cet éclatement, refuse les sectarismes et entend favoriser les débats. Réalisée à Toulouse, elle présente des regroupements dans l’Aude, les Alpes-de-Haute-Provence, les Pyrénées-Orientales, les Hautes-Pyrénées, la Corse… Ce qui l’amène à évoquer davantage les problèmes des « nouveaux installés » et les expériences d’agricultures différentes du modèle de l’agriculture modernisée de l’Ouest.

41Ce qui est intéressant dans l’expérience de ce groupe, c’est sa relative longévité, sa fidélité au militantisme paysan même après la crise de l’extrême gauche. Ces militants poursuivent leur action après la disparition de l’organisation politique dont plusieurs étaient membres. Cette plasticité est aussi perceptible quand on compare le travail militant du PSU avant 1972 et celui de ce courant.

42Il y a en partie rupture sur le plan humain puisque Lambert et la majorité des paysans qui étaient membres du PSU ne rejoignent pas la petite équipe de l’OC-GOP, qui regroupe des militants plus jeunes, moins connus, ayant peu de responsabilités syndicales, pour la plupart intellectuels et non paysans. Plusieurs de ces jeunes avaient participé avec Lambert à des réunions du PSU ou suivi ses combats. Comme Lambert, avant 1972, ils considèrent que l’existence d’un parti « révolutionnaire » est une nécessité et s’y engagent. L’OC-GOP privilégie dans un premier temps les PT, où milite Lambert puis certains avec NC ont adopté une attitude plus ouverte vis-à-vis des autres gauches paysannes.

43Dans le domaine des idées, la référence à Lambert est majeure. Ce courant considère que le thème de la « prolétarisation » des paysans a permis des avancées. Il entend cependant dépasser et enrichir l’apport de B. Lambert, en s’ouvrant davantage aux gauches paysannes laïques traditionnelles et aux petits exploitants peu modernisés. D’où, à la fin des années 1970, un intérêt pour les agricultures différentes, qui remettent en cause le modèle de l’exploitation agricole modernisée. Combat où ils retrouvent B. Lambert. Cette inflexion théorique et l’intérêt plus marqué pour les régions au sud de la Loire ont été favorisés par l’implantation géographique des principaux militants et sympathisants de cette sensibilité, présents en Loire-Atlantique mais aussi dans le Sud-Ouest et le Sud-Est. Évolution parallèle à celles des principaux courants de la nouvelle gauche paysanne dont les contacts se renforcent alors dans ces régions.

44Du milieu des années 1960 au début des années 1980, des militants paysans politisés et des intellectuels intéressés par les questions paysannes ont contesté les orientations du syndicalisme agricole majoritaire, en tentant de développer une alternative à celui-ci. Jusqu’au début des années 1970, le PSU a polarisé nombre d’entre eux qui y voyaient un lieu de réflexion, de débats et de préparation à l’action. Bernard Lambert a été un de ces militants syndicaliste paysan, membre d’un parti politique très marqué à gauche. Dans l’après 1968 s’ouvre un nouveau moment contestataire qui voit plusieurs acteurs politiques intervenir auprès des paysans dans des combats nombreux à l’ampleur nationale pour certains. Les groupes politiques qui les soutiennent (hormis peut-être le PS) n’en tirent pas de grands bénéfices mais participent au renouvellement des idées et des pratiques, impulsé en partie par la nouvelle gauche paysanne.

Notes

1 Tribune socialiste, no 453, 7 mai 1970.

2 Lambert Bernard, Les paysans dans la lutte des classes, Seuil, 1970, p. 7.

3 Chavagne Yves, Bernard Lambert, 30 ans de combat paysan, La Digitale, Quimper, 1988, 283 p.

4 Il n’a jamais été un adhérent discipliné d’une organisation (entretien avec René Bourrigaud).

5 Lors de son premier discours parlementaire, le 9 juin 1959, il avait pris position pour l’autodétermination, sans pouvoir terminer son discours du fait des protestations véhémentes des députés favorables à l’Algérie française.

6 L’expression est de René Bourrigaud dans la réédition critique du livre, Les paysans dans la lutte des classes, éd. du CHT, Nantes, 2003, p. 188.

7 Lettre de démission de Bernard Lambert du PSU, datée du 30 novembre 1972.

8 Depuis mai 1968, le parti s’était fortement renouvelé avec l’arrivée massive de jeunes militants « gauchistes ». La direction du parti, Michel Rocard en tête, eut beaucoup de mal à contenir cette gauchisation du parti. À Lille, 4 principaux courants s’affrontent : un courant trotskiste, un courant maoïste, un courant « gauchiste » au sens large (le courant 5) et le courant Rocard.

9 Tribune Socialiste, no 500, 10 juin 1971.

10 Serge Mallet est un des principaux dirigeants du PSU depuis sa fondation. Issu d’une famille d’artisans ruraux girondins, il s’est toujours intéressé aux questions agricoles et a été l’auteur de Les paysans contre le passé paru en 1962. Mais c’est surtout son ouvrage sur La nouvelle classe ouvrière paru en 1969 qui le fait connaître.

11 Les sessions régionales n’ont jamais vu le jour. La CNA n’a eu d’existence que nationale.

12 Le premier numéro paraît en novembre 1971. Il est joint comme supplément au mensuel Directives.

13 L’élection hors tendance de la CNA a été une négociation entre Lambert et Rocard. Ce dernier savait que la CNA était phagocytée par le courant 5 auquel appartenait alors Lambert mais ne voulait pas le mettre en minorité. Il semblait exister une relation privilégiée entre les deux hommes, un grand respect et une reconnaissance réciproque. (Entretien avec D. Froger).

14 Seul Jean Mallet, plus âgé et de tendance rocardienne, semblait pouvoir apporter la contradiction à l’intérieur de la CNA. (Entretien avec Jean Mallet).

15 Paul Bonhommeau, né en 1945 en Loire-Atlantique, était proche de Lambert et a participé à la plupart des réunions de la CNA élargie entre 1971 et 1972. (Entretien avec P. Bonhommeau).

16 Georges Vedel, né après la guerre, a fait l’ESA de Clermont-Ferrand. Il a été le « secrétaire » de Lambert lors de son tour de France à l’automne 1970 pour la promotion de son livre.

17 Gilles Allaire, par exemple, n’est pas adhérent du PSU.

18 Martin Jean-Philippe, Histoire de la nouvelle gauche paysanne, La Découverte, Paris, 2005, p. 70 à 72.

19 Cet article, signé par « un groupe politique autonome composé d’agriculteurs, d’intellectuels et d’ouvriers », a en fait été rédigé par Marcel Colin.

20 Le Monde du 26 juin 1971.

21 Le texte d’orientation du courant 5 intitulé « Un seul ennemi, une seule lutte » est publié dans le supplément au no 499 de Tribune socialiste daté du 3 juin 1971.

22 Vers le communisme, GOP, automne 1972.

23 Perspectives, journal du MRJC, no 27-28, 1975, publie un texte de PLC-GOP (section de Toulouse), qui affirme que PLC a été créé en 1973 et évoque le « débat qui s’ouvre entre PLC et le PDUP » (PSU 106, CHT, Nantes).

24 Gauche ouvrière et populaire même si beaucoup disent Gauche ouvrière et paysanne.

25 Le texte de la tendance 5 du PSU (16 % au 8e congrès à Toulouse, 9-11 décembre 1972) était intitulé Vers le communisme.

26 OC-GOP-Front Paysan, circulaire no 2, août 1976, documentation aimablement transmise par Pierre Vuarin.

27 « Lip-Larzac », Cahiers pour le communisme, no 1, (fin 1973-début 1974), p. 21.

28 D’après, entre autres, un questionnaire envoyé à d’anciens responsables de ces sensibilités au printemps 2000.

29 Entretien avec G. Allaire.

30 Entretien avec Régine Teulier.

31 « Après la rencontre du 27 novembre 75 entre le secteur paysan de la GOP et des militants Paysans-Travailleurs » et « OC-GOP Perpignan, bilan du front paysan », probablement été 1976. Documentation Pierre Vuarin.

32 Cahiers pour le communisme, no 6.

33 Il avait évoqué cette question « Les paysans traditionnels : faut-il les tuer pour mieux s’en sortir », in Vent d’Ouest, mai 1973.

34 Les paysans exploités face à la crise, op. cit., p. 1-4.

35 Ibid., p. 76.

36 Ibid, p. 94-95.

37 Martin Jean-Philippe, op. cit., p. 117. Ces militants considéraient qu’il fallait s’allier avec les autres gauches et davantage répondre aux problèmes quotidiens des paysans.

38 Économiste à l’INRA à Dijon, puis à Toulouse.

39 PSU documentation, Les couches sociales à la campagne, no 120-121-122, avril-mai 1977. Blanc Michel, Les paysanneries françaises, éd. Jean-Pierre Delarge, 1977, 199 p.

40 Entretien avec M. Blanc.

41 Nouvelles Campagnes, no 1, oct.-nov. 1978, p. 1.

42 Martin Jean Philippe, « Les Paysans-Travailleurs après 1968. D’un volontarisme contestataire à un syndicalisme revendicatif », communication pour les journées d’étude, 68 et après ?, octobre 2008, Nanterre.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540