Version classiqueVersion mobile

La puissance du Midi

 | 
Jean-Michel Minovez

Annexes

Texte intégral

ANNEXE I. s. d. Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. n.

Source : archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

1Commentaire : ce texte permet d’appréhender ce qu’est une manufacture dispersée à travers l’exemple de la cadiserie du Gévaudan : fabrication paysanne, rôle de la famille dans ce processus, saisonnalité de l’activité, vente sur les marchés locaux et contrôle des apprêts par les marchands dans le cadre du Kausystem.

2« Les manufactures du Gévaudan consistent dans la fabrication de diverses petites étoffes de laine […] fabriquées dans les villes, villages, ou hameaux du pays, par les habitants soit du produit des laines de leurs troupeaux, soit de celles qu’ils tirent de l’étranger ou des provinces voisines, d’où il résulte que chaque paysan et fabricant en sorte que ce ne sont point des ateliers montés comme dans les manufactures ordinaires ; mais une fabrication générale déversée entre tous les individus du peuple des villes et des campagnes […]. Ces manufacturiers achètent une pacotille de laine plus ou moins considérable suivant leurs facultés, ils les lavent la font carder, filer et peigner, dans leur famille ; ils les tissent eux-mêmes s’ils ont des métiers ou bien ils emploient des tisserands mercenaires. Lorsque la pièce est sortie du métier, le propriétaire la porte à la ville de marché la plus prochaine où elle est vendue, inspectée, mesurée et payée comptant par l’acheteur. Les villes de marché du Gévaudan sont Mende, Marvejols ou réside l’inspecteur, La Canourgue, Saint-Chély et Serverette, les négociants de Marvejols, de Saint-Léger et de Mende se rendent dans les villes toutes les semaines les jours de marché et les jours de foires, il y achètent les étoffes et les font transporter chez eux pour les faire fouler, teindre, et apprêter ; ils les expédient ensuite à leur destination […]. Les plus grandes expéditions des marchandises du Gévaudan se font pendant l’hiver ; c’est dans cette saison que le paysan inoccupé au dehors travaille dans la hâte pour subvenir aux dépenses de la prochaine récolte. Le marchand saisit le moment précieux pour faire fouler et sécher les étoffes et encore plus pour les faire partir au premier instant favorable qui se présente, le moindre retard leur serait funeste, autant qu’aux voituriers qui faute d’avoir profité du moment se verraient exposés à séjourner dans les villes avec des augmentations de dépenses ruineuses. On sera doublement frappé de cette observation si l’on veut faire attention à la nature du pays d’où l’on ne peut sortir qu’à travers de montagnes difficiles pendant la mauvaise saison […]. Des manufactures étrangères rivales des nôtres ont pris forme […] et la ruine firent une partie de nos articles des manufactures d’Allemagne ; l’Italie et l’Espagne préféreront les étoffes anglaises et notre commerce, réduit à l’intérieur du royaume, sera diminué de moitié ; ce pays peu fertile par lui-même tombera dans la dernière misère, suite inévitable de l’oisiveté de ses habitants pendant l’hiver dont la durée est de la moitié de l’année dans nos montagnes. »

ANNEXE II. 1735. Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Légers. s. n.

Source : archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

3Commentaire : ce texte permet de décrire finement l’organisation familiale de la cadiserie gévaudanaise, par le type de personnes qu’elle mobilise, par les conditions de production qui sont les leurs.

4« [L’]industrie qui les occupent presque tous, filles et garçons, depuis l’âge de six à sept ans jusqu’à l’âge le plus avancé […]. [Les] familles […] occupent des enfants, des valets, des vieillards, ou des pauvres domestiques, à filer et à tisser, et ces sortes de familles font le plus grand nombre d’ouvriers […]. [A]près le travail du jour en hiver ces familles travaillent la nuit à carder, à filer ou à tisser à la lueur des copeaux d’un bois gras tel que celui dont on fait la poix, ce qui rend une fumée qui en noircissant la laine, le fil, la chaîne, et la pièce d’étoffe, empêche quelle ne se vende autant qu’une autre qui n’aura pas souffert cet inconvénient […]. Cent livres d’argent et même la moitié moins de capital font subsister un nombre de familles qui ont un pareil fonds, il y en a d’autres qui ne vivent que sur le crédit qu’on leur fait de la laine […]. Les marchands du Gévaudan ne font pas la moitié du commerce des petites étoffes qui se font. Il vient dans le pays des marchands de Lyon, Nîmes, Montpellier, Montauban, Bordeaux, Genève, Turin, etc., pour en acheter. »

ANNEXE III. s. d. Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marque ordonnée par les lettres patentes de sa majesté du 5 mai 1779 et par arrêt de son conseil du 19 mars 1781 sur les petites étoffes de laine qui s’y fabriquent, s. n.

Source : Archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

5Commentaire : ce texte décrit le lien qui existe entre pauvreté paysanne et développement de la cadiserie en Gévaudan. Il permet de mesurer l’ampleur prise par l’activité qui est générale à tout le pays. La commercialisation est ici précisément décrite et permet d’établir d’une manière fine les relations entre fabricants et acteurs du commerce. Ces derniers sont modestes et sont sous la coupe de négociants extérieurs au pays. Le document aborde aussi un problème constant dans la fabrication : le recours à des fibres de mauvaise qualité afin d’accroître les bénéfices. Il s’agit là d’un phénomène général : le Languedoc est envahi de laines du Levant issues de pelades de très mauvaise qualité importées par Marseille.

6« La manufacture du Gévaudan est dispersée dans toutes les parties de ce pays dont l’étendue est d’environ 21 lieux de longueur sur 15 de largeur ; il n’y a pas un seul village ou hameau où l’on ne trouve quelque métiers battants ; on en compte de 7 à 8 000 de répandus dans le diocèse ; tous nos paysans y travaillent en hiver lorsque la rude saison ne leur permet pas de vaquer à la culture de la terre, leur industrie est bornée à ces deux objets, trop grossiers pour en connaître d’autres ; ils ne savent que labourer, ouvrer la laine et fabriquer leurs petites étoffes […]. [Il s’agit de] misérables tisserands qui ne fabriquent que peu et rarement et qui ne connaissent que le simple mécanisme de leur métier […]. Il y a environ 3 000 villages dans le pays, tous éloignés les uns des autres et d’un difficile accès surtout en hiver lorsque nos montagnes sont couvertes de neige […]. Nos paysans qui sont ainsi qu’on l’a observé les principaux fabricants de ces étoffes les portent presque chaque jour de la semaine dans les villes et lieux du diocèse où il se tient des foires et marchés pour leur débit ; les marchands commissionnaires s’y rendent le soir, font leurs emplettes ; le lendemain à la pointe du jour, en payent le montant après la vérification faite par les commis à ce préposé, et repartent de suite pour se rendre à un autre marché. Cette marche constamment suivie qui les met dans la nécessité de voyager ainsi continuellement tous les jours de l’année pour faire leurs approvisionnements, serait interrompue par le retard qu’occasionnerait la marque […]. Nos négociants achètent rarement pour leur compte, ils ne sont en général que de simples commissionnaires sous un léger bénéfice que leur accordent leurs commettants auxquels ils sont tenus d’expédier dans un délai précis la quantité de pièces qu’ils demandent ; le moindre délai porterait un préjudice des plus considérable aux commissionnaires qui ne recevant pas à leurs fonds qu’ils ont avancés pour ces achats, ne pourraient pas en faire de nouveaux et remplir les autres commission dont ils sont chargés, cette inexactitude forcée par les entraves de la marque […]. D’ailleurs la laine [que les cultivateurs] rapportent étant inférieure en qualité et moindre en quantité, il a fallu remplacer celle qui manquait pour alimenter la manufacture par des laines étrangères qui achetées sans choix par des marchands avides et intéressés ruinent la fabrique et les misérables fabricants qui l’achètent à crédit et l’emploient avec perte à la fabrication des étoffes de la plus basse qualité qui entrant cependant dans le commerce, lui feront perdre tout crédit si le ministre ne prend de justes mesures pour arrêter cet abus. »

ANNEXE IV. 11 février 1785. Lettre de Brisson, inspecteur ambulant des manufactures au bureau du Commerce en visite en Languedoc, dans l’intendance de Pau et dans la généralité d’Auch

Source : archives départementales du Gers ; série C ; cote no 29, pièce 153

7Commentaire : ce texte permet de constater les méfaits des frontières intérieures : par les effets pervers induits par les péages qui jalonnent la haute vallée de la Garonne – où l’on passe successivement et à plusieurs reprises de Guyenne en Languedoc –, par la difficulté de se situer, même pour les commis de l’État. On soulignera aussi le cas des marchands-fabricants de Saint-Martory dont les moyens sont si faibles qu’ils font ourdir hors de chez eux, ce qui est très préjudiciable au bon contrôle du montage de la chaîne.

8« J’ai été chargé en qualité d’inspecteur ambulant du Royaume de visiter celles du Languedoc et des différentes provinces de l’intendance de Pau […] par celles de la Généralité d’Auch. Cependant Monsieur la position de quelques lieux de fabrique m’a trompé, et j’ai eu avec les Gardes jurés de Saint-Martory une conférence parce que j’ai cru ce Bureau dans le Nebouzan. Si je l’avais su de votre Généralité je ne m’y serais pas arrêté sans avoir eu l’honneur de vous en prévenir, mais mon ignorance sue ce point est telle que je ne sais même s’il y a un inspecteur des manufactures à Auch.

9Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la fabrique de Saint-Martory soufrant du défaut de débit et très intéressante par le nombre et l’espèce de personnes qu’elle occupe. Nous sommes convenus avec M. Lauvergnat inspecteur des manufactures de ce département à Saint-Gaudens qu’il conviendrait de perfectionner les apprêts des Étoffes de Saint-Martory, que cela s’opérerait surtout en introduisant de meilleurs cartons, que l’on devrait veiller à empêchera l’introduction de peignons dans les rases, qu’il faudrait engager les fabricants a ne plus s’exposer a être volés en faisant peigner et même ourdir hors de chez eux ; Enfin, monsieur, on doit me remettre une note de certains droits dont on se plaint que se perçoivent a Martres et j’aurai l’honneur de vous la faire parvenir avec les notes qu’elle pourront exiger.

10Dès à présent je vous supplie d’agréer les prières des fabricants de Montesquieu en Languedoc auxquels je me joins, et qui ont pour objet de faire examiner le titre d’une espèce de Péage exigé à Muret Généralité d’Auch. Il n’était il y a 20 ans que de 6 liards par Balle de 10 pièces et on demande aujourd’hui 3 liards par pièce de draperie. On me l’a attesté. On attribue le défaut de vente à la défense d’exporter les bleds, et ce doit être une des causes importantes. »

ANNEXE V. s. d. (novembre 1751). Remontrance de Goyeux, syndic général des états de Navarre, à Machault, garde des Sceaux, contrôleur général des Finances

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 1377

11Commentaire : le commerce français avec l’Espagne est réputé passer d’abord par Bayonne par voie maritime d’abord, par la route ensuite. Une grande partie des marchandises traversent aussi les Pyrénées. Oloron occupe une place stratégique dans ce trafic car situé au pied de quelques ports faciles d’accès. Cela donne naissance à un important commerce licite et illicite [Oloron est un centre majeur de la contrebande pyrénéenne] et favorise le développement du textile lainier.

12« Les étoffes qui passent en Espagne par Saint-Jean-Pied-de-Port […] viennent toutes des provinces du Languedoc et de Béarn, pour le compte des négociants établis en Espagne [Pampelune notamment] » […].

13« […] On a remarqué que depuis quelques années la plus grandes partie des étoffes qu’on envoie en Espagne tiennent la route de Bayonne et celles qui sont destinées pour l’Aragon et la Haute Navarre aboutissent toutes à la ville d’Oloron et passent ensuite par Saint-Jean-Pied-de-Port et en beaucoup plus grande quantité par le port de Canfranq en Béarn, en sorte qu’Oloron étant l’entrepôt de ces étoffes, et cette ville étant peuplée de marchandises, et de fabricants… »

ANNEXE VI. s. d. (1757). Mémoire concernant la nécessité d’un commis à Serverette pour la vérification des serges, s. n.

Source : archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

14Commentaire : la cadiserie est essentielle à la vie de la majeure partie de la population rurale du Gévaudan. Elle ne procure, cependant que de très faibles revenus aux ouvriers et aux fabricants. Les marchands locaux sont aussi modestes et travaillent souvent comme commissionnaires de négociants de grands centres commerciaux nationaux. Cela démontre une forte domination du Gévaudan vis-àvis de l’extérieur.

15« Les artisans […] gagnent savoir ceux qui sont occupés à la filature trois, quatre et rarement cinq sols par jour et les tisserands huit, dix et rarement douze sols par jour encore tous ces jours ne sont-ils point utiles faut-il en distraire un tiers sur la totalité de l’année pour les dimanches et les fêtes. [C’est ce qui doit leur permettre de] vivre eux et leurs familles car ils n’ont pour la plupart d’autres moyens de subsister […]. [Dans tout le pays de Gévaudan, il n’y a que 40 à 50] « marchands qui achètent les petites étoffes aux fabricants […] répandus dans tout le pays soit à cause de la médiocrité de leurs profits certains de ces marchands sont des vrais commis aux gages des marchands étrangers pour qui ils font les emplettes, d’autres et c’est le plus grand nombre sont des commissionnaires qui achètent aussi pour les étrangers sous le bénéfice d’un et demi ou eux pour cent c’est-à-dire dix à douze sols par pièce. Le prix de ces petites étoffes change de vingt-cinq à trente livres les unes dans les autres, enfin il en est quelques uns qui travaillent pour leur compte et à peu près dans la même proportion des autres. L’on voit par ce détail à quoi peuvent se réduire les profits des marchands du Gévaudan. »

ANNEXE VII. 1742. Mémoire [Désavantage des marchands lyonnais devant payer les frais de douanes de Valence et de Lyon], s. n.

Source : Archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

16Commentaire : texte qui souligne l’avantage du débouché lyonnais pour atteindre les marchés internationaux de l’Europe lotharingienne.

17« [Les] étoffes des différentes fabriques [dont] le gros débit qu’il s’en fait à Lyon pour tous les pays étrangers (étant comme l’entrepôt de toutes les fabriques) par les gros assortiments qu’il y a, et où toutes les teintures et apprêts y sont portés à leur perfection pour les marchandises qui viennent en blanc du Languedoc, Gévaudan et Dauphiné […]. Il est encore à observer que la Lorraine, l’Allemagne, la Suisse et Genève ne peuvent tirer des cadis, serges de Mende et sempiternes qu’autant qu’ils auront la facilité de les faire teindre à Lyon, y ayant des fabriques en Allemagne et en Suisse d’une qualité de marchandises que l’on ne peut détruire que par la permission que l’on voudra bien accorder de faire teindre ces marchandises à Lyon, ce qui en procurera une grande consommation. »

ANNEXE VIII. 1767. Avis sur le mémoire de l’inspecteur des manufactures du Gévaudan, par Leblanc, inspecteur général des manufactures de Languedoc

Source : Archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

18Commentaire : l’achat des laines pèse considérablement sur les coûts de fabrication. Aussi toute perturbation dans leur commerce – ici une épizootie – provoque des hausses de prix très préjudiciables aux manufactures. La bonne santé des manufactures de draps de troupes prive aussi le Gévaudan d’une partie de ses laines [il faudrait ajouter, ce que le texte ne dit pas, les effets de la croissance de Mazamet qui absorbe aussi une partie de belles matières du Gévaudan]. Cela provoque le recours aux fibres du Levant, participant ainsi à la dégradation structurelle de la fabrication.

19« Les laines sont rares et chères [en raison] de la mortalité des bestiaux [et des] achats considérables que font les fabricants de Lodève de la laine du Rouergue qui passaient en Gévaudan […]. Si c’est un mal pour le Gévaudan, c’est un bien pour le Rouergue et pour la fabrique de Lodève l’hors n’y perd rien. La disette des laines a forcé le Gévaudan à recourir au Levant, c’est un mal pour le pays et pour l’État, mais ce n’est pas un événement du jour au moins en bonne partie, puisque le pays n’a jamais produit assez de laine pour la moitié des étoffes qu’on y fabrique, l’excédent que l’on est obligé de tirer aujourd’hui vient de circonstances qu’on a pas assez prévues et dont il n’est guère possible d’empêcher quant au présent l’effet au moins pour le moyen qu’on propose. Au surplus si les laines inférieures ont obligé de faire des étoffes inférieures, ce ne sont pas ces étoffes qui ont fait tort au commerce parce qu’une étoffe pour si inférieure quelle soit se vend, mais si à la qualité inférieure de la laine on adjoint une mauvaise fabrication, il n’est pas étonnant que cela ait fait tort au commerce : un cadis bien fait vaut dans son espèce un escot bien fait, un cadis bien fait vaut mieux qu’un escot mal fait. Ce n’est donc pas la matière qui rend une étoffe mauvaise c’est la fabrication. Elle peut être inférieure et être bonne ; on veut d’ailleurs plu d’étoffes de la seconde et de la troisième qualité que de la première, il faut donc que la matière y réponde. Aujourd’hui les étoffes ne sont pas si belles qu’il y a vingt ans, c’est un mal général, mais elles peuvent être aussi bonnes. Toutes nos fabriques sont dans le même cas. »

ANNEXE IX. 1er avril 1777. Mémoire de l’inspecteur des manufactures de Toulouse Huet de Vaudour adressé à Trudaine

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 1383

20Commentaire : dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, le renchérissement des matières, en particulier les fibres ibériques, contraignent les fabricants à choisir des laines moins chères et inférieures. Le phénomène est général dans le Midi. La qualité s’en ressent mais le commerce continue d’être fructueux, un temps, surtout durant la Guerre d’indépendance américaine. Les inspecteurs – ici celui du département de Toulouse – dénoncent cette situation. Mais les fabricants ne peuvent faire autrement, surtout dans les petites draperies où les profits sont modestes. Interprétant à leur avantage le souffle nouveau du libéralisme, ils fraudent avec plus de force qu’avant, menaçant l’activité même, dans un pays où l’agriculture ne peut permettre, seule, la vie des habitants. Les marchés rejettent les plus mauvaises productions et le discrédit retombe sur l’ensemble de la fabrication. Les mauvaises pratiques de filature contaminent même les manufactures royales de la Terrasse et d’Auterive réputées pour produire, avec Montolieu, les plus beaux draps de Languedoc.

21« J’ai l’honneur d’informer votre Grandeur de l’extrême relâchement dans lequel sont tombés depuis quelques temps les fabricants de basses draperies de mon département et principalement ceux de droguets de la ville de Montesquieu sur la rivière de Volvestre, diocèse de Rieux.

22Je me suis conformé, Monseigneur, exactement à vos bonnes intentions et à vos ordres en m’employant jusqu’à présent envers les fabricants que la voie de la douceur, des remontrances, des représentations continuelles et des bons conseils pour les ramener à leurs devoirs et à la meilleur fabrication de leurs étoffes. Ces moyens joints à ma vigilance à veiller continuellement à leur conduite et avec de la patience, avaient opérés les meilleurs effets et tout le succès que j’en avais espéré après deux ans de soins et de travail a suivre exactement toutes les opérations des fabriques qui me sont confiées. J’étais parvenu à les remettre entièrement du grand désordre où je les ai trouvé à mon arrivé à l’inspection et du discrédit dans lequel elles étaient tombées. Je les avais relevées et cette branche essentielle dans le pays y avait tellement repris faveur qu’on ne pouvait assez faire de ces étoffes pour en fournir aux négociants et aux consommateurs.

23Les dits fabricants sont retombés dans les mêmes abus et le même désordre que par le passé. Ils n’emploient dans leurs étoffes que des pelades ou de très mauvaises laines du pays, au lieu de se servir que de celles d’Espagne, nommées fleurettes ou refines, comme les règlements généraux leur prescrivent : la filature de leurs matières est affreuse et grossière et ne pouvant les faire entrer dans leurs rots, ou peignes, pour les chaînes, ils ont diminué considérablement le nombre de portées d’ycelles : les droguets qui doivent avoir 860 fils en chaîne, n’en ont maintenant que 750 et au plus 800 fils. Je me suis plains, Monseigneur, très vivement de ces innovations et contraventions auxdits règlements et j’ai menacé les dits fabricants de vous porter contre eux mes plaintes s’ils ne changeaient point au plus vite leur mauvaise manière de fabriquer, dont tout le commerce se plaignait.

24Ils m’ont répondu que cela ne me regardait pas, que les intentions du ministre suivant les ordres qui nous avaient été donnés par Monseigneur Turgot, étaient qu’on les laisse libres et maître de travailler comme il leur plairait et qu’ils devaient connaître mieux que les inspecteurs des manufactures ce qui devait être avantageux ou non au commerce, que ceux qui ne voudraient pas de leurs étoffes les leur laisseraient et n’en achèteraient pas.

25Je leur répliquais que les intentions et les volontés du ministère n’étaient pas de leur accorder la liberté de fabriquer mal comme ils le faisaient et de discréditer leurs fabriques par des vues de leur cupidité personnelle et puisqu’ils ne voulaient plus suivre mes avis, ni se conformer à mes représentations, que j’allais vous instruire, Monseigneur, de leur conduite et de leur façon de penser, pour savoir de votre Grandeur ce que je devais faire en pareil cas pour les maintenir dans les bornes d’une liberté honnête et relative à l’esprit du Conseil, pour soutenir et faire prospérer les fabriques et les commerce et non pas de les détruire par l’emploi de mauvaises matières, par leur mauvaise fabrication et celle de leurs apprêts.

26Vous pourrez aisément juger, Monseigneur, combien des étoffes légères par elles-mêmes lorsqu’elles sont bien fabriquées dans toutes les règles et avec de bonnes laines, doivent être très mauvaises et défectueuses lorsqu’on diminue 70 jusqu’à 110 fils de la chaîne sur le nombre de 860 qu’elle doit avoir et qu’on n’y emploie ainsi qu’en trame, des laines sèches, dures du pays ou des pelades brûlées par la chaux, lesquelles ne coûtent que 18 sols au plus la livre, tandis que celles d’Espagne nommées refines ou fleurettes, les seules propres aux droguets, valent 28 à 30 sols. Je vais, Monseigneur, vous démontrer la mauvaise foi des fabricants à cet égard et combien ils mésusent de la liberté qu’ils prétendent devoir jouir actuellement et de fabriquer comme il leur plaît.

27[En pratiquant de la sorte], ils font un gain de 12 sols par livre de laine […]. [L]es meilleurs fabricants se sont vus forcé de faire comme les mauvais […]. [I]l en résulte aujourd’hui que toutes les opérations des matières propres à la dite fabrique sont très négligées, que les ouvriers et les ouvrières se gâtent la main et principalement pour la filature.

28Ce dernier objet rejaillit même sur la fabrique de draperie fine. La manufacture royale de La Terrasse et d’Auterive, la plus belle de la province du Languedoc, la plus accrédité, appartenant à M. de Puymaurin, et qui est dans mon département, se trouve forcée aujourd’hui de diminuer les comptes des fils en chaîne de ses étoffes parce que les fileuses filent trop gros et quittent ladite manufacture lorsque les entrepreneurs veulent les reprendre et les punir de leur négligence et de leurs fautes. Elles vont à Montesquieu et aux environs travailler, parce qu’elles savent que dans ces endroits on y emploie, sans beaucoup de soins, ni de précautions, toutes les laines qu’on leur donne à filer et qu’elles filent fort mal.

29En filant vite elles ne peuvent filer également et comme de cette manière elles font beaucoup d’ouvrage sans peine ni application, elles préféreront de s’attacher à ce genre de filature parce qu’elles gagnent autant [qu’en filant la fine] […].

30Il résulte de la grosseur et de l’irrégularité desdites filatures qu’aucune étoffe ne saurait être dans le nombre de portées de fils en chaîne, prescrits par les règlements. Les mahoux première qualité de draps pour le Levant, les Indes et l’Amérique, qui doivent avoir 3 600 fils en chaîne sont réduits à 3 300 ; les londrins seconds qui doivent avoir 2 400 n’en ont que 2 000 […].

31[Filés de la sorte, ces draps foulent moins bien et prennent moins bien la teinture. 8 à 9 000 ouvriers sont ainsi menacés de se retrouver sans ressource car] la culture des terres est peu de chose et ingrate du côté de Montesquieu et de ses environs, parce que ce sont de mauvaises terrains, pierreux, sablonneux et montagneux. Les gens de la campagne ont peu d’occupations et ne sauraient gagner leur vie à cultiver la terre et ils ont besoin de la fabrique des droguets pour suppléer au travail qui leur manque de côté de l’agriculture pour vivre. Et cette manufacture vient d’avoir un nouveau débouché pour la consommation de ses étoffes. Les négociants de Bordeaux en ont beaucoup tirés pour les envoyer dans les colonies anglaises, mais ils se plaignent beaucoup de leur mauvaise qualité : à la dernière foire de Beaucaire on en aurait vendu le double pour l’Italie […] si la qualité eut été meilleure ; ce sont les négociants de Toulouse eux-mêmes qui m’ont fait cet aveu […]. [Les étoffes étaient de très] mauvaise qualité, mal teintes, trop étroites, et de mauvaise matière. On a obligé nombre de fabricants à les reprendre. On ne fabrique à Montesquieu que ces étoffes. Il y a dans cette ville 30 à 40 fabricants qui tous ensemble font année commune 10 000 pièces… »

ANNEXE X. 1778. Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 656

32Commentaire : les cadis sont souvent réputés être des étoffes de basse qualité. Montauban représente une exception notable car quelques manufacturiers, issus des familles Vialettes et Serres, produisent une très belle qualité de cadis, un des gages de la prospérité de la capitale du Bas-Quercy.

33« L’établissement de la fabrique de cadis à Montauban est attribuée à un nommé d’Aignan, fabricant établi à Montauban dès l’année 1640. Ce particulier laissa son nom et son cachet à un de ses gendres nommé Vialettes d’Aignan, dont les descendants ont obtenu en 1744 le titre de manufacture royale, confirmé en 1778, en faveur des frères Vialettes, avec le plombage aux armes du roi. Le sieur Serres descendant du premier gendre de d’Aignan, et dont la manufacture était établie avant 1660, a toujours soutenu et accrédité de père en fils le nom de Serres ; sa réputation lui a fait obtenir en 1777 une marque distinctive d’ancienne manufacture et le grand plomb doré au armes du roi. Ces distinctions particulières de ces deux premières manufactures ont fait naître une émulation entre ces deux maisons pour soutenir leur réputation, et une jalousie marquée parmi les autres fabricants qui s’occupent de ce genre d’industrie.

34La qualité de cette étoffe [cadis] est commune mais d’un usage général parmi les artisans, les marins et les communautés religieuses ; et sa bonté et sa solidité, la fait préférer aux draps communs pour les vestes et culottes de livrées, et elle pourrait être employée avec avantage pour les troupes. Cette fabrique qui est la principale ressource d’industrie pour le petit peuple de cette ville est susceptible d’augmentation et de perfection pour sa consommation dans les colonies septentrionales. Elle donne annuellement 600 000 livres pour la main-d’œuvre et les bénéfices de fabrique à Montauban. Son objet procure une circulation de 1 800 000 livres en argent ou papier. »

ANNEXE XI. 1783. État général des différentes manufactures et des objets de l’industrie et de commerce de la généralité de Montauban

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 559

35Commentaire : cet état général permet de compléter le mémoire de 1778 en précisant les conditions de la reconnaissance des Vialettes dans l’obtention, la perte puis les étapes pour recouvrer le titre de manufacture royale pour leur entreprise.

36« Le titre de manufacture royale [obtenu en 1744] est supprime en 1765, en exécution de l’arrêt de 1762. Les enfants réunis de Vialettes d’Aignan ayant prouvé au conseil qu’ils aveient soutenu la réputation des cadis par la bonne fabrication, il leur a été accordé en 1776 les prérogatives personnelles dont ils avaientg joui lors de la possession du titre de manufacture royale à l’exception seulement de ce titre et du plomb royal sur leurs étoffes… »

ANNEXE XII. 5 avril 1731. Avis de l’intendant de Bernage sur les représentations des fabricants des cadis du Rouergue

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 559

37Commentaire : les cadis sont presque totalement des étoffes combinées comportant une chaîne peignée et une trame cardée. Il existe pourtant une notable exception en Rouergue et en Gévaudan où l’on tisse des étoffes croisées tout en laine cardée et appelées cadis refoulés, refoulés, cadis abieux ou abieux. L’origine du succès de cette fabrication est à rechercher dans l’emploi des sous-produits impropres au peignage, mais pouvant être cardés, et à l’existence d’un marché pour les doublures de l’habillement des troupes pour lesquels les abieux, les refoulés et les tricots sont recherchés.

38« Mr Le Peletier me fit l’honneur de me communiquer par sa lettre du 3 mars 1730 les représentations qui lui ont été faites par les fabricants des cadis du Rouergue pour demander la permission de fabriquer ces sortes d’étoffes à 10 portées au lieu de 11 qu’elles doivent avoir suivant les règlements du 20 octobre 1708 et 3 octobre 1716. Et comme ces fabricants avaient exposé que les cadis qui se fabriquent à la Canourgue et aux environs qui sont de même qualité que ceux du Rouergue et sujets aux mêmes règlements n’étaient composés que de dix portées. Il me chargea de m’informer de ce qui se pratiquait à l’égard des cadis de la Canourgue et des raisons pour lesquelles le règlement de 1708 n’était pas exécuté. J’écrivis alors en conséquence à mon subdélégué et à l’inspecteur des manufactures du Gévaudan pour avoir là-dessus tous les éclaircissements nécessaires, et la matière ayant bien été examiné, les principaux fabricants et négociants aussi bien que l’inspecteur des manufactures, sont convenus que lorsque l’arrêt du 20 octobre 1708 a été rendu on avait pas fait assez d’attention aux différentes espèces de cadis qui se fabriquent en Gévaudan et qu’on aurait dû distinguer les cadis de Marvejols d’une autre sorte de cadis qui se font à la Canourgue et aux environs.

39La chaîne des cadis de Marvejols est faite avec l’estame qu’on peut filer aussi fin que l’on veut, et ce qui reste de la laine après en avoir tiré l’estame sert pour la trame ; ces sortes de cadis doivent être et sont fabriqués à onze portées suivant le règlement.

40Il n’en est pas de même des cadis de la Canourgue. La chaîne et la trame de ces étoffes est faite avec des laines qui ont été seulement cardées et qui ne peuvent se filer que fort gros. Ces sortes de cadis qu’on appelle dans le pays, abieux, pour les distinguer des cadis peignés dont la chaîne est d’estame n’ont jamais été fabriqués qu’à dix portées nonobstant le règlement de 1708 auquel il a été toléré que les fabricants ne se conforment point parce que le commerce de ces sortes d’étoffes en auraient souffert. Elles ont la même largeur de deux pans et se vendent autant que celles fabriquées à onze portées, parce qu’elles sont plus fortes et plus remplies de trame et elles pèsent environ deux livres par pièce de plus que les autres, quoique la longueur des pièces soit la même et qu’elles tirent également trente aunes ; cette espèce de cadis dont on se sert pour les doublures de l’habillement des troupes est de très bonne qualité, et ceux qui sont le mieux au fait de cette fabrique soutiennent unanimement qu’il serait plus préjudiciable au commerce de ces étoffes de les faire à onze portées que de les laisser à dix.

41Pour toutes ces raisons, je crois, Monsieur, qu’il convient de laisser les fabricants dans l’usage où ils sont de faire ces sortes de cadis à 10 portées. Il me paraît même que pour mettre le travail de ces étoffes dans une règle uniforme, il conviendrait de rendre un arrêt du conseil par lequel en interprétant les arrêts du 20 octobre 1708 et 3 octobre 1716, il fut ordonné que les cadis qui se font à la Canourgue et aux environs, appelés abieux, et ceux du Rouergue de la même qualité, ne seront composés que dix portées de quatre-vingt-seize fils chacun et passés dans des peignes ou rots de deux pans et quart de largeur mesure de Montpellier pour avoir au retour du foulon deux pans de la même mesure revenant à un tiers et une douzième d’aune mesure de Paris […]. [signé : de Bernage]. »

ANNEXE XIII. 1782. Debouilly du noir de Montauban

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 655B

42Commentaire : les teinturiers de Montauban ont mis au point une teinture particulière de la laine en noir à froid dit à la jésuite. Comme il s’agit d’une teinture de grand teint, il convient d’en vérifier la solidité. Pour cela on y applique la technique dite du Debouilly décrite ici. L’expérience montre, une fois de plus, la supériorité des produits des Vialettes d’Aignan qui, les mieux tissés, sont aussi ceux dont le noir est le mieux conservé après l’expérience.

43« Vérification de la teinture de laine en noir à froid dit à la jésuite par l’effet du Débouilly fait en présence de Monseigneur l’Intendant le 4 juin 1782 et des principaux fabricants et teinturiers de Montauban appelés.

44Les sieurs Vialettes frères, les sieurs Serres et Baillo et les sieurs Debia frères et neveux ont présenté des échantillons de draperies de leurs manufactures teintes en noir à froid à la jésuite par le sieur Rouragnac teinturier de Montauban, lesquels échantillons ont été tirés des pièces entières marquées du plomb de noir à froid de Montauban […].

45Il a été coupé une partie de chaque échantillon ci-dessus pesant séparément un gros pour être debouillie suivant le procédé fixés par les articles 1er et 6 de l’instruction générale pour les débouillis, et pendant le temps moyen prescrit par les dits articles et l’article 25 pour les noirs du grand teint, ainsi qu’il s’est pratiqué dans les précédentes vérifications du noir à froid de Montauban, savoir : Procédé pour chaque gros d’étoffe :

Proportions des ingrédients

Observations

1 gros d’étoffe

Les échantillons doivent bouillir

Une livre d’eau

7 à 8 minutes au plus pour le

Demie once d’alun

noir à froid

Demie once de tartre

46Le Bain préparé, les sels fondus et l’eau au bouillon, les échantillons ont été mis dans la chaudière et ont séjourné pendant l’espace de 7 minutes et demie et dans un bouillon continuel conformément à l’article 1er de l’instruction, et ils ont été retirés et lavés à l’eau froide, les dits échantillons comparés à la matrice, ont paru conformes aux dispositions de l’article 26 de la dite instruction portant que quoique la bruniture ait été emportée par le debouilli, la laine qui aura conservé le fond de teinture sera réputée de bon teint. La vérification faite des dits échantillons, une partie a été marquée du cachet de Monseigneur l’Intendant pour être placée à côté des mêmes morceaux dont ils ont été tirés, et les autres parties remises au sieur Bruté [l’inspecteur des manufactures] pour y avoir recours s’il y a lieu.

47Fait en l’hôtel de l’Intendance de Montauban les dits jour et an que dessus [signature des fabricants, des teinturiers et de l’inspecteur des manufactures Bruté]. »

ANNEXE XIV. s. d. (1764). Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne

Source : archives départementales de la Lozère ; série F ; cote no 2447

48Commentaire : ce texte permet de mettre en lumière un rôle essentiel des inspecteurs des manufactures : celui d’informer les fabricants sur les techniques et leurs innovations et faire œuvre pédagogique pour convaincre les manufacturiers de les adopter par l’expérience. Revenant sur la pauvreté des paysans fabricants, Holker y voit aussi un avantage en ce qu’il permet d’avoir une main-d’œuvre bon marché et donc concurrentielle par rapport à l’Angleterre. Il soulève le problème de la dépendance des marchands du Gévaudan de l’extérieur : en les empêchant d’obtenir de bons bénéfices de leur commerce, cela limite d’autant leur capacité à peser sur les progrès éventuels de la fabrication locale.

49« Toutes ces différentes étoffes [du Gévaudan] sont fabriquées de la laine du pays ; mais mal lavée pour la plupart, peignée, cardée et filée sans huile, cette méthode ne peut que les rendre imparfaite, vu qu’il est impossible de peigner la laine à sec sans en énerver et en altérer la qualité, l’on ne peut pas non plus la filer, ni si promptement, ni si fine, ni aussi nette que si elle eut été peignée et filée en gras […]. J’ai fait laver la laine à l’eau chaude et l’urine, on l’a battue sur la claie, on l’a peignée à l’huile, enfin, on l’a faite filer, il en a résulté un fil d’un tiers plus long, par conséquent d’un tiers plus fin, et aussi fort que par la méthode ordinaire du pays […]. Toutes les serges […] sont achetées à un jour fixe la semaine aux marchés de chaque ville par des marchands de Gévaudan, qui en ont reçu auparavant la commission des négociants de Lyon, de Nîmes et de Montpellier, quand elles sont vendues, on les expédie aux villes susdites pour y être teintes et apprêtées, de sorte que les fabricants du Gévaudan n’en retirent d’autres profits que celui d’une main-d’œuvre mal payée. Je dis que le profit du fabricant est très modique, parce qu’ils sont en général si pauvres que souvent ils sont obligés de s’associer deux ensembles pour acheter de quoi fabriquer une pièce […]. Il y a deux espèces de filature dans le diocèse de Mende, l’une est à la quenouille qui sert pour la chaîne des étoffes, l’autre est au grand rouet et s’emploie pour la trame […]. [J] e n’ai jamais vu filer à la quenouille auparavant mon passage en Dauphiné et au Languedoc […]. La raison la plus vraisemblable pour laquelle tout le monde ne file point au grand rouet consiste ce me semble en ce que l’on ne sait point préparer la laine comme il le faudrait […]. Il est vrai que l’on ne peut point empêcher ceux qui gardent les moutons et les bestiaux de filer à la quenouille […]. L’on voit clairement que c’est par la main-d’œuvre que nous pourrons vendre nos marchandises à meilleur marché que les Anglais, pourvu que la filature soit sur un bon pied et que les autres opérations soient une fois introduites […]. Établir des ateliers d’apprêts en Gévaudan ce qui permettrait d’enrichir les négociants du pays et “d’étendre leur commerce dans l’étranger au lieu de travailler comme des esclaves pour des marchands de Nîmes, Montpellier, etc., moyennant une simple commission de 2 %”. »

ANNEXE XV. 17 juin 1742. Copie d’un rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens

Source : archives départementales de l’Hérault ; série C ; cote no 2475, pièce no 19

50Commentaire : par les arrêts du Conseil des 13 février et 5 mars 1742, une inspection des manufactures pour le département de Saint-Gaudens est créée. Si son ressort précis restait encore flou, la personne qui en avait la responsabilité était connue. Il s’agissait de Philippe Joly, commis expérimenté, qui avait exercé jusqu’alors ses talents en Limousin. Sa première action est très représentative de sa fonction puisqu’elle découle d’un des tous premiers attributs de l’inspection : faire respecter les règlements. C’est pleinement dans ce rôle éminemment pédagogique qu’il se place lorsqu’il réunit tous les marchands et fabricants à l’hôtel de ville de Saint-Gaudens le 17 juin 1742 pour leur faire part de l’existence de règlements ou pour les leur rappeler en détaillant l’ensemble des normes légales. Les discours et postures des participants révèlent la tension qui existe entre tentative de rationalisation de la proto-industrie textile et permanence des dysfonctionnements dans la fabrication.

51« L’an mil sept cens quarante deux le dix-septième jour de juin devant nous Me Bernard Ferrier Conseiller du Roy lieutenant en la maîtrise de Comminges premier consul de la ville de Saint-Gaudens Philippe Joly inspecteur pour le Roy des manufactures en ladite ville assemblée générale a été faite des fabricants des villes et villages de Saint-Gaudens, Valentine, Villeneuve et Pointis et autres lieux en la quelle assemblée le Sieur Joly leurs a représenté que par les éclaircissements qu’il avait pu prendre sur l’état présent de leurs manufactures et dans la visite qu’il a fait de plusieurs pièces des étoffes qui en proviennent il a remarqué qu’aucun articles des règlements généraux ni des arrêts du conseil rendus pour les fabriques de ce département n’avait eu jusqu’ici leur exécution ce qui ne lui laissait aucun lieu de doute que le relâchement presque général des fabricants ne sont la principale cause de la diminution considérable qui se trouvait dans le commerce de ces étoffes surtout a l’étranger que toutes ces considérations et les ordres dont il est chargé ont déterminé ledit sieur Joly a les faire tous assemblés a l’hôtel de ville de Saint-Gaudens pour leur donner connaissance de ces arrêts et règlements afin qu’ils ne puissent à l’avenir en prétendre cause d’ignorance et après leurs en avoir fait lecture il a représenté à ces fabricants que le bien du commerce le soutient et la perfection de leurs manufactures devait les engager d’eux-mêmes à s’y conformer pour assurer davantage la largeur et la bonne qualité de leurs étoffes et engager le public et l’étranger a en faire une plus grande consommation qu’ils ne doivent pas douter que s’ils ne donnaient pas des preuves de leurs soumission aux ordres du roi ils verrait confisquer toutes leurs étoffes avec la dernière sévérité et sans qu’ils dussent s’attendre a aucune grâce ; sur quoi ces fabricants assemblés pour donner des marques de leur obéissance après avoir murement réfléchi et délibérer entre eux ont dit que le relâchement des ouvriers et le défaut d’exécution du règlement du 13e janvier 1721 ne provenait que l’absence de leur inspecteur dont le trop grand éloignement empêchait qu’il ne fit des visites assez fréquentes dans leurs manufactures pour en reformer les abus et y rétablir un ordre et une uniformité de travail dont dépend le succès de fabrique et l’avantage d’une grande consommation qu’ils croiraient qu’il faudrait un peu de tems pour ramener les ouvriers à leur devoir et les déterminer à ce reformer dans les règles prescrites sur tout a mettre leur nom au chef et à la queue de chaque pièce d’étoffe la plus part d’entre eux ne sachant lire ni écrire ; mais qu’au reste voulant commencer par obéir ils s’obligent par la présente délibération à ce conformer aux règlements ci dessus mentionnés dans ce qui concerne la police et les formalités qui y sont prescrites se réservant à faire en d’autres temps leurs représentations sur quelques articles dudit règlement dont l’exécution leur paraît presque impossible demandant cependant qu’en conséquence de leur obéissance il leur soit accordé un délai de deux mois pour reformer leurs métiers et procéder à la nomination de deux gardes jurés dans chaque endroit des manufactures et à l’établissement des bureaux des fabriques et contrôle ordonnés dans lesquels bureaux les apprêteurs seront tenus de porter toutes les étoffes au sortir de l’apprêt pour y être visitées par les gardes et marquées de plomb de fabrique et contrôle si elles sont trouvées conformes aux dispositions de règlement dont et de ce que dessus nous avons dressé le présent procès-verbal pour valoir et servir ce que de raison sur le registre des délibérations des marchands et fabricants de Saint-Gaudens lesquels et les autres ci-dessus nommés ont signé avec nous sauf ceux qui ont déclaré ne savoir écrire fait et clos a l’hôtel de ville de Saint-Gaudens lesdits jour et an que dessus, Deboux, Foch, Lole, B. Foch, Vidal, Bavit, Conat, Laforgue, Vidal, Bevran, Lormant, Lapene, Bascans, Delap, R. Martin, Picot, Ancilzé, Buzon, Joly, Ferrier premier consul les tous ainsi signés à l’original.

52Pour copy [signé] : Joly. »

ANNEXE XVI. 29 juillet 1777. Mémoire des députés et du syndic général de la province de Languedoc concernant la fabrique des draps de Lodève pour l’habillement des troupes

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 1384

53Commentaire : texte permettant de resituer les conditions de l’émergence de Lodève comme centre presque exclusif de production de draps de troupe en France. Toutefois, les réformes successives de l’État, dans ce domaine, n’ont pas été sans difficultés pour la place industrielle, ce que les députés et le syndic général de la province de Languedoc soulignent.

54« La fabrique de Lodève commence à travailler pour les troupes vers l’année 1700 ; on reconnut en 1730 sa supériorité sur les autres et cette supériorité lui a assuré et conservé depuis cette époque la préférence pour la fourniture des troupes.

55La liberté dont jouissait cette fabrique excitait l’industrie et l’activité des fabricants lorsqu’en 1763 l’administration ayant établi la régie de l’habillement des troupes, plusieurs fabricants effrayés des entraves mises à leur commerce, abandonnèrent ce genre de travail, en sorte que de soixante fabricants qui travaillaient alors pour cet objet, il n’en reste aujourd’hui que trente-cinq. Le ministre également attentif aux besoins des manufactures, et au bien du service n’a pu se dissimuler le mal ; et par l’ordonnance du 25 mars 1776, par laquelle le roi a jugé de la plus grande importance de prescrire des règles invariables sur tout ce qui concerne ses troupes, sa Majesté a supprimé la régie de leur habillement, et elle en a confié tous les détails aux soins économiques du Conseil d’administration établi dans chaque régiment : ce sont les dispositions de l’article deux du titre second de cette ordonnance : et par l’article huit du même titre, sa majesté ordonne expressément à tous les régiments, de tirer leurs draps directement de Lodève, et de première main des ouvriers et fabricants.

56La fabrique de Lodève reçut avec autant de reconnaissance que de satisfaction la liberté qui lui était rendue et qui lui faisait espérer le retour de ces temps heureux où elle suffisait aux plus grands besoins des troupes : elle n’a pas joui longtemps de cet espoir ; une lettre de M. le comte de Saint-Germain adressée le 16 mai dernier à tous les chefs des divisions, leur apprend qu’il a été réglé et arrêté que la fabrique de Lodève serait mise sous la direction du sieur Pierre Fabreguettes, négociant de cette ville ; que tous les draps destinés à l’habillement des troupes seront à cet effet visités par ce négociant, et ne seront admis qu’autant qu’ils seront reconnus de qualité propre à l’habillement et à la plus grande durée : qu’il sera pour cet effet tenu d’y faire attacher un plomb à sa marque qui justifiera son choix, et le rendra responsable de leur bonne qualité ; et que pour assurer l’acticité et la célérité convenables au service, le sieur Fabreguettes a été autorisé à recevoir remettre dès à présent en magasin ceux des draps faits qui seront reconnus d’une qualité requise, et de commettre en fabrique, et faire travailler ceux qui spéculativement pourront être nécessaire aux réparations prochaines : enfin ce ministre charge les chefs de divisions de prévenir de cette disposition tous les régiments qui sont à leurs ordres, pour qu’ils puissent correspondre pour raison des draperies dont ils auront besoin avec le sieur Fabreguettes qui fera enregistrer la demande de chacun pour lui faire l’assortiment et l’expédition le plus promptement possible, vers la fin de l’automne, et qu’on ne pourra ajouter au prix courant de la fabrique que deux pour cent, tant pour les frais d’emballage, que pour tenir lieu des commissions, profits ou bénéfices accordés au sieur Fabreguettes.

57[L’]avantage de la fabrique et celui du service du roi et des troupes ne saurait se concilier avec la direction et l’inspection confiée au sieur Fabreguettes […].

58Les députés et le syndic général [réclament] contre l’arrangement autorisé par la lettre du 16 mai dernier, et [demandent] l’exécution de l’ordonnance du 26 mars 1776 qui n’a point été révoquée. »

ANNEXE XVII. s. d. (années 1740). Mémoire sur les manufactures de Languedoc en draps propres pour le Levant, s. n. (probablement de Bonneval pour Trudaine)

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 645

59Commentaire : ce texte resitue les conditions dans lesquelles la production de draps fins s’est développée en Languedoc en insistant sur l’importance prise par la politique volontariste des institutions pour ce faire. On remarquera que la réussite totale des londrins seconds ne repose pas seulement sur la perfection de la fabrication. Ce mémoire montre aussi que l’argent facile a poussé les fabricants à produire vite et mal ; cela a provoqué une réaction rapide et violente de l’appareil d’État pour rétablir la bonté de la production avec, cependant, des résultats mitigés.

60« Les fabrique du Languedoc en draps pour le Levant consistent en deux objets qui sont les draperies fines et les communes.

61Les draperies fines sont les mahoux, londrins premiers et londrins seconds fabriqués avec les laines d’Espagne comme ceux des Anglais, des Vénitiens et des Hollandais. Les draperies communes sont les londres larges, londres, abouchouchous et seizains fabriqués avec les laines du pays comme ceux d’Angleterre. […].

62La fabrication des draperies fines a été exclusivement accordée aux villes de Carcassonne, Saint-Chinian et Clermont-de-Lodève, aux douze manufactures royales et à deux fabricants privilégiés, l’un à Cessenon près Saint-Chinian et l’autre à Bédarieux proche Clermont-de-Lodève. Les douze manufactures royales sont la Terrasse, Auterive, Pennautier, La Trivalle, les Saptes, Montolieu, Cuxac, Bize, Villeneuvette, Aubenas et les deux autres sont situées à Saint-Chinian. La fabrication des grosses draperies a aussi été exclusivement établie dans les diocèses de Saint-Pons, Castres et Carcassonne, par arrêt du Conseil du 29 janvier 1715 […]. [Des inspecteurs ont été établis] dans les principales villes et lieux de fabrique pour veiller à l’exécution des règlements conjointement et séparément avec les jurés gardes […].

63[…] [Par arrêt du Conseil en 1714] une nouvelle inspection a [été établie à] Montpellier pour visiter et marquer les draps destinés pour le Levant avant que d’être envoyés à Marseille […].

64[F] eu M. de Basville […] n’a point craint de sacrifier des fonds du roi et de ceux des États de Languedoc des sommes assez considérables. Enfin il est parvenu à établir les manufactures qu’il avait méditées. Il les a concerté avec les États du Languedoc qu’il a déterminés à accorder aux fabricants la gratification d’une pistole par pièce des londrins seconds, et les autres draps à proportion plus ou moins chers, et encore à payer annuellement pour chaque manufacture royale trois mille livres outre la pistole par pièce. Son objet était d’animer l’industrie de la province confiée à ses soins. Il y a tellement réussi que ce commerce est devenu un des plus importants du royaume puisqu’il est successivement monté à neuf millions de sortie et environ à dix d’entrée par des retours en marchandises du Levant que l’on ne tirait qu’à prix d’argent.

65Trois raisons ont mérité aux draps fins du Languedoc la préférence sur ceux d’Angleterre et de Hollande. La première leur légèreté, la seconde la variété des couleurs et la troisième le meilleur marché, de sorte qu’à présent les Levantins ne peuvent plus se passer des draps français, quoi qu’en général ils soient moins parfaits que ceux des Anglais. On ne croit même pas qu’il soit à-propos de les porter au plus haut degré de perfection dont ils sont susceptibles parce qu’indubitablement ils augmenteraient de prix, qu’ils entreraient seulement en concurrence avec les draps d’Angleterre […].

66Les draps communs n’ont pas eu le même avantage ni la même consommation parce que les laines de France sont beaucoup plus chères que celles d’Angleterre, cependant il a été fabriqué avec assez de succès des londres larges […].

67Malgré les avantages que les fabricants du Languedoc étaient parvenus à retirer tant des draperies fines que des londres larges et les précautions qui avaient été prises pour tenir en règle ces différentes manufactures, la perfection à laquelle ils étaient parvenus a diminué, la fidélité es aunages a cessé par l’abus qui a été fait de l’usage des rames. Les teintures n’ont plus été aussi solides et brillantes et enfin soit par une ambition outrée ou par les fâcheux encouragements du commerce du Levant, la réputation des draps du Languedoc a commencé à tomber et les plaintes du commerce étranger l’apprirent bientôt au gouvernement [qui] envoya Bonneval en Languedoc en 1739 […].

68[Il constata que] presque tous [les fabricants] employaient des laines communes et du pays dans les draperies fines et de trop grosse laine dans les londres larges. Les teintures étaient la plupart trop faibles ou augmentées par les faux ingrédients. Les apprêts des draps étaient trop durs et tranchants. Et enfin ils étaient horriblement mal fabriqués au métier.

69Bonneval rendit compte à feu M. Fagon de l’état dans lequel il trouva les fabriques. Il eut ordre de donner tous les soins pour remédier aux abus […].

70[I] l mit la main à l’œuvre, il y eu des pièces de draps de tous genres confisqués, des fabricants interdits de commerce, des jurés gardes destitués de leurs fonctions, déchus de la maîtrise, pour un temps et déclarés incapables de passer par les charges publiques […].

71Les fabricants alarmés de ces saisies convinrent des fautes qu’ils avaient commises, Bonneval dressa procès-verbal de leurs aveux qu’ils signèrent tous […].

72Il a été déposé par ordonnance de M. l’intendant du Languedoc dans les bureaux de visite et de marque des échantillons matrices pour servir de pièces de comparaison à l’avenir. Il a été établi cinq nouvelles inspections des manufactures et autant de nouveaux inspecteurs pour surveiller de plus en plus les différentes fabriques du Levant […].

73La perfection des draps londrins seconds s’est bien soutenue et se soutien encore mais celle des londres larges est retombée au même degré où elle était… »

ANNEXE XVIII. 1773. Observations générales sur le commerce de Marseille, soit sur celui qu’elle fait par elle-même soit celui qu’elle fait ou entretient avec toutes les places commerçantes de l’univers connu

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 644

74Commentaire : la réussite des draps fins de Languedoc a tenu essentiellement à leur commercialisation dans les échelles du Levant et au rôle joué par Marseille dans la structuration de ce négoce, la maîtrise du transport et la vente des tissus. Si Marseille a fini par détenir le monopôle de ce trafic ce n’est pas tant par les privilèges qu’elle détient que par la capacité de ses négociants à maîtriser un réseau complexe et à faire l’avance du prix de la vente des mahoux, des londrins et les différentes qualités de londres. Sa puissance a aussi bénéficié à Lyon, cette dernière ayant participé aussi à l’accroissement du trafic marseillais.

75« […] Art. 2e
Commerce intérieur de Marseille […]

76Les draps de Carcassonne et de ses montagnes, ceux de Bédarieux, Clermont et Saint-Chinian sont la partie essentielle du commerce intérieur de Marseille avec le Languedoc. Leurs différentes qualités se distinguent par leurs titres de londrins premiers, londrins seconds, londres larges, londres ordinaires, mahous et premiers et seconds.

77Les fabricants adressent à leurs commissionnaires de Marseille leurs draps fabriqués et assortis pour en faire la vente pour leur compte et ceux-ci sont dans l’usage de leur faire souvent des avances considérables sur leurs envois avant même qu’ils aient été mis en teinture, pour s’en rembourser ensuite du produit de la vente qu’ils en feront. Il est même plusieurs de ces commissionnaires qui deviennent propriétaires des draps qu’on leur adresse, soit en s’en chargeant pour leur compte dès leur arrivée, soit en les achetant à droiture des fabricants. Les draps du Languedoc forment la principale et la plus forte branche du commerce de nos négociants dans les échelles du Levant et en sont même la base.

78Les autres espèces de draps de Languedoc et des autres provinces de France soit en supérieure qualité soit plus grossiers n’ont proprement d’autre débouché que pour l’usage des habitants de Marseille et qui en passe dans l’étranger par la voie du commerce maritime ne saurait être de grande conséquence. La Flandre, Amiens et Le Mans trouvent dans le commerce de Marseille une consommation assez considérable des étoffes de leurs manufactures comme sous les noms d’étamines, serges, fleurets et impériales.

79La ville de Lyon la plus considérable du Royaume pour ses manufactures d’étoffes en soie et dorures fait avec Marseille à droiture avec l’étranger pour son canal, une consommation immense de toutes les espèces d’articles de ses fabrications. Les îles de l’Amérique, le Levant, l’Italie et l’Espagne en occasionnent un débouché immense et l’on peut bien avancer que la ville de Lyon doit principalement l’activité de ses fabrications et l’étendue de son commerce à la ville de Marseille qui en consomme pas elle-même une grande partie et qui lui sert d’entrepôt pour celui que les lyonnais font avec l’étranger et par conséquent c’est Marseille qui fait fleurir le commerce et la ville de Lyon…

80[…] Art. 3e
Commerce du Levant et Barbarie […]

81Marseille de tous temps a fait le commerce du Levant et de Barbarie à l’exclusion de toutes les autres villes commerçantes du royaume. Dans le principe nos négociants ne faisaient ce commerce ce commerce qu’en forme de pacotilles et par le canal des capitaines ou des patrons de bâtiments qu’on y envoyait avec des fonds en marchandises de toutes espèces. Les grands bénéfices que ces expéditions encore rares […] acquièrent de plus grandes lumières et en augmentant leurs connaissances. Les armateurs accrurent leur courage avec leurs forces et leurs moyens.

82Bientôt les négociants qui n’avaient faits leurs premières expéditions qu’en sociétés de plusieurs ensembles ne voulurent plus d’union et chacun s’empressa d’expédier quelques bâtiments pour son compte particulier. La multiplicité d’expédition forme celle des capitaines expéditionnaires et par une conséquence naturelle les connaissances des uns et des autres dans ce genre de commerce s’accrurent. On comprit qu’en établissant entre les places maritimes de la domination du Grand Seigneur et la ville de Marseille, un commerce suivi et établi, on ne retirerait le plus grand avantage. Les lumières que les capitaines avaient acquises dans leurs premières traites, firent naître la confiance et quelques négociants des plus hardis et dont l’ambition s’étendait par la réussite de leurs premiers essais conçurent l’idée de former des établissements de commerce dans les ports de côtes de l’Europe et de l’aide de l’empire ottoman qui leur parurent les plus propres à ce projet et dont ils retiraient un plus grand avantage, on s’adressa au ministre pour donner une solidité réelle à ces établissements en les étayant de l’autorité et de la protection immédiate du prince. La cour approuva et agréa le projet avec d’autant plus de condescendance que l’État devait en retirer le plus grand avantage. Sa majesté fit traiter de cette affaire avec la cour ottomane par un ambassadeur et il s’ensuivit les traités entre les deux nations dont on voit aujourd’hui qu’elle en était l’utilité pour l’immensité du commerce qui s’en fait depuis lors dans les contrées. Les principales villes maritimes de la Turquie furent bientôt des nouvelles patries pour les Marseillais et l’on vit la nation française former comme des colonies au milieu des Turcs et des Barbaresques. Chacune de ces colonies fut établie sous la direction et l’autorité d’un consul subordonné à l’ambassadeur résident à Constantinople qui était la capitale de l’Empire Ottoman le devint conséquemment des colonies françaises établies dans les autres places que l’on nommées échelles… »

ANNEXE XIX. 17 avril 1766. Délibération du Bureau du Commerce

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 1384

83Commentaire : le texte nous apprend qu’une tolérance par rapport aux règlements a été permise dans la fabrication des draps pour le Levant. Ainsi les londrins seconds pourront être tissés à base de laines du Roussillon et de Narbonne. Cela signifie qu’à travers la dénomination londrin second se cache de nombreuses catégories, la première qualité restant celle produite avec de belles fibres espagnoles. La tolérance porte aussi sur l’assouplissement concernant les lieux et des personnes autorisés à produire pour le Levant. Cela permet, par exemple, une extension de l’arrondissement de fabrique de Carcassonne qui atteint le diocèse de Mirepoix, alors que Lodève recourt au Camarès. Cette tolérance s’accompagne d’un renforcement des contrôles dans les bureaux des généralités et dans ceux des ports.

84« 1o Qu’il est nécessaire de maintenir l’exécution des règlements pour la fabrique des draps du Levant sans en faire de nouveau et avec les tolérances d’usage sur l’emploi des laines de Roussillon et de Narbonne dans la chaîne des londrins seconds et sur l’emploi de la cochenille au poids de table dans les couleurs hautes dont les inspecteurs et les fabricants seront également et les fabricants seront également instruits et sauf à être fait dans la suite aux règlements les changements dont l’expérience pourra faire connaître l’utilité ou la nécessité.

852o Qu’il sera dressé un arrêt et des lettres patentes pour déclarer que le Roi dans ses arrêts des 6 septembre 1762 et 28 février 1766 et dans ses lettres patentes du 13 février 1765 portants permission aux habitants de la campagne et dans les lieux où il n’y a point de communauté de fabrique toutes sortes d’étoffes en se conformant aux règlements, n’a point entendu comprendre la fabrique des draps destinés pour le Levant laquelle demeurera réservée aux lieux où elle a été jusqu’à présent autorisée sauf la filature en général et le tissage que les fabricants des draps du Levant pourront faire faire à la campagne, comme aussi sauf la fabrication des draps seizains, londres ordinaires et autres draperies inférieures fabriquées avec des laines communes du pays qui sera permise aux habitants de la campagne en se conformant par eux aux règlements des manufactures lesquels seront exécutés selon leur forme et teneur.

863o Qu’il sera dressé un arrêt du Conseil portant que l’arrêt du 16 mai 1714 sera exécuté selon sa forme et teneur. En conséquence ordonnons que tous les draps fabriqués en Languedoc de l’espèce de ceux qui sont destinés pour le commerce du Levant et qui seront exportés par les ports de la mer Méditerranée seront préalablement portés, visités, marqués et accompagnés des certificats du Bureau de Montpellier en la forme présente et néanmoins que les draps qui sortiront par les ports du Ponant seront dispensés de venir au port de Montpellier et seront portés au Bureau de Toulouse pour y être visité, marqués et accompagnés des certificats du bureau de Toulouse en la même forme suivie et autorisée au Bureau de Montpellier et sans préjudice de la visite et marque de contrôle dans les lieux d’exportation en conformité des règlements lesquels seront exécutés selon leur forme et teneur. »

ANNEXE XX. 29 thermidor an X. Mémoire sur le rétablissement du commerce du Levant par Thomassin sous-préfet du 4e arrondissement de la Haute-Garonne, et avant entrepreneur de la manufacture de la Terrasse en draps pour le Levant, 29 thermidor an X

Source : Archives nationale ; sous-série F12 ; cote no 549-550

87Commentaire : sous-préfet de Muret en Haute-Garonne [puis préfet de l’Ourthe] sous l’Empire, Thomassin a d’abord débuté sa carrière comme manufacturier de draps fins pour le Levant. Il a exercé la fonction de directeur technique des manufactures royales de la Terrasse et d’Auterive dont l’entrepreneur était Nicolas-Joseph Marcassus de Puymaurin. Ces établissements étaient les plus brillants du Languedoc avec la manufacture royale de Montolieu. Il nous propose un intéressant condensé historique de la fabrication et du commerce des draps pour le Levant en se livrant, dans une démarche inspirée d’un libéralisme modérée, à une critique appuyée des excès de la réglementation au XVIIIe siècle.

88« Historique abrégé de l’origine des progrès et de la décadence du commerce de la draperie au Levant.

89Colbert osa le premier concevoir l’espérance d’enlever aux Anglais et aux Hollandais qui en jouissaient alors exclusivement, la fabrication des draps du Levant ([note :] règlement du 26 octobre 1666 et 1669) […].

90La belle qualité, les bas prix des draps français leur donnaient un grand avantage, la célérité avec laquelle ils saisissaient toutes les variations de mode dans les couleurs, l’éclat qu’ils savaient leur donner, le leur assurait de plus en plus ; il faut ajouter qu’une des principales causes de l’établissement des Français dans le Levant fut la mauvaise administration de la compagnie anglaise en Turquie qui profitait des prérogatives que leur donnait le commerce presque exclusif de la draperie, avait à la fois avili la qualité et augmenté le prix de ses lainages.

91Les Levantins changent difficilement d’habitudes, mais ils reviennent difficilement à ceux qui les ont trompés. Les Anglais changèrent en vain de marche. Ils auraient perdu pour toujours le commerce du Levant si des graves erreurs en administration ne nous avaient réduit à notre tour aux mêmes extrémités où ils étaient déjà venus quant nous les supplantâmes […].

92[Les fréquents engorgements au Levant poussèrent à] un arrangement spontané entre quelques marchands de Constantinople [qui] fut converti en loi par l’ambassadeur Villeneuve. On y fixa le prix des draps, on fixa les termes des crédits, on ne laissa pas même au consommateur le choix de la qualité ; on fixa la quantité que chaque maison devait fournir pour la vente ; on fixa enfin le prix et la quantité des marchandises exportées en retour ([note :] le 5 mai 1732) et toutes ces fixations furent étendues à toutes les échelles, même à celles dans lesquelles la gêne avait cessé, à celles qui ne le demandaient pas, à celles enfin qui les avaient constamment refusées.

93Il ne manquait plus qu’à fixer la quantité des draps que produirait l’industrie française, on y vint […].

94Ces lois eurent le sort qu’éprouvent ordinairement toutes celles qui sont mauvaises en elles-mêmes, elles n’eurent pas leur exécution, on les éluda, on travailla si bien que cette fabrication de draps que l’intendant du Languedoc avait voulu limiter en 1729 à quinze cents ballots, que l’ambassadeur Villeneuve ne croyait pas devoir passer trois mille en 1731, ne tomba jamais depuis au dessous de quatre mille cinq cents et s’éleva presque toujours au dessus de cinq mille cinq cents.

95Dans les dernières années de la liberté, l’expédition des draps au Levant se porta de six mille à sept mille ballots. Jamais tant que dura la fixation elle n’atteignit ce nombre. Vers 1750 l’exportation réaugmenta au point de devenir plus du double, et les seuls londrins seconds qui sont bien la plus grande partie des draps, mais qui pourtant ne font que partie de ceux qu’on envoie au Levant, firent couramment jusqu’à la paix de 1763 un objet de quatre vingt mille pièces par an, et en 1764, la première année après la guerre, il s’expédia en Levant douze mille six cents ballots ou cent vingt mille pièces.

96Mais pour n’être pas suivis, les règlements n’en furent guère moins nuisibles, on agiota l’achat des permissions d’exporter, et ces sommes enchérissant les draps déterminèrent toujours une moindre consommation. Les fabricants français étaient forcés de se servir des noms étrangers et accroissaient ainsi le nom commercial de nos rivaux. Les maisons françaises des échelles rebutées, se négligèrent sur leurs devoirs et laissèrent prendre aux Anglais un grand avantage surtout celui de négocier en détail […].

97De toute cette législation il ne resta que ce qui était utile, la Caisse de garantie des négociants de Constantinople et les sortes d’associations entre quelques maisons principales, notamment les manufactures de Pascal, Marcassus et Pennautier qui, en livrant à peu près les mêmes qualités, continuèrent à vendre par répartition entre eux et s’intéressaient ainsi à conserver l’uniformité et la supériorité de leur fabrication.

98La guerre eut lieu en interrompant pendant sept ans nos relations commerciales. Elle interrompit aussi l’effet des règlements, mais elle permit aux Anglais et aux Hollandais d’étendre davantage leur commerce. Les Levantins, il est vrai, avait déjà pris le goût de nos marchandises et la paix de 1763 aurait dû nous assurer à jamais la prépondérance ; il en fut autrement.

99Des négociants sûrs de vendre ne devaient pas être bien soigneux des qualités. Ce n’est pas qu’alors le gouvernement ne prit des moyens ; mais il en prit trop et aucun de salutaire. Les règlements qu’il fit gênaient au point qu’ils étaient inexécutables. D’ailleurs ceux qui étaient chargés de les faire exécuter ne pouvaient pas maintenir la fabrication, en eussent-ils eu l’intention. C’étaient des jurés gardes qui, négociants eux-mêmes, n’avaient ni le temps à employer à leurs pénibles fonctions, ni l’impartialité nécessaire dans des emplois aussi délicats ; c’étaient des inspecteurs dont les attributions étaient si étendues et à la fois les obligations si légères que pouvant tout faire et n’étant tenu à rien, ils ne s’occupaient presque point de leur travail. Ce n’est pas en général de beaucoup de lois que les hommes ont besoin, c’est des lois exécutées […].

100L’habitude seule dirigeait le travail, les innovations étaient presque toutes des détériorations, le trafic des noms, tous les monopoles de mauvaise foi, concoururent à déprécier notre draperie, les qualités se détériorèrent, le prix augmenta, le consommateur fut trompé et la vogue diminua […].

101[…] Le ministre changeant de système après la paix de 1763, montra plus de lumières en permettant l’exportation, mais non pas plus de prudence en ne resserrant pas, en relâchant au contraire, les liens de la fabrication. L’un ne fut pas moins pernicieux que l’autre et depuis cette époque, la consommation et la fabrication baissèrent avec la plus grande rapidité. À la Révolution, elle était descendue à quatre vingt mille sept cents ballots. C’est-à-dire que dans vingt-cinq ans depuis 1764 à 1789, la déchéance fut aussi sensible que l’avait été l’augmentation dans les cinquante-six années antérieures.

102La fabrication et nos avantages dans le Levant avaient donc rétrogradé ; et le gouvernement révolutionnaire, l’émigration, la guerre, surtout celle avec l’Empire ottoman, l’ont presque anéanti […].

103Ce changement a différente cause ; la première est le perfectionnement des filatures et l’économie de la fabrique qui a fait trouver un profit plus considérable à la fabrication des qualités supérieures ; la seconde, le meilleur parti que l’on tirait de toutes les laines qui laissait moins de rebuts à employer dans la draperie commune ; la troisième, le goût des Levantins qui s’étaient dégoûtés du tissage des londres préféra les londrins.

104On ne doit pas oublier non plus l’influence du génie oriental qui plus enchaîné par l’habitude demandait les mêmes qualités aux mêmes prix, malgré les renchérissements progressifs de toutes les denrées.

105Il était jusqu’à un certain point nécessaire de les tromper, il fallait pour tout concilier leur livrer des londrins de moindre qualité, mais qu’ils payaient plus volontiers, et dès lors les règlements se relâchèrent, les inspecteurs tolérèrent et de ce moment leur place n’a été qu’honorifique et onéreuse.

106Des mêmes causes sont venues les baisses des comptes des fils des chaînes […] ce qui facilita encore d’affaiblir la matière et de moins soigner les opérations […].

107Le tableau suivant indiquera ce que les règlements ordinaires exigeaient et la pratique que l’on suit.

Nature des draps

Règlement

Réduits à

Jusqu’à mauvaise fabrique

Mahoux premiers

3 600 fils

3 200 fils

3 000 fils

Mahoux seconds

3 200 fils

3 000 fils

2 800 fils

Londrins premiers 1re qualité

3 200 fils

3 000 fils

2 800 fils

Londrins premiers 2e qualité

2 800 fils

2 600 fils

2 400 fils

Londrins seconds 1re qualité

2600 fils

2400 fils

2000 fils

Londrins seconds 2e qualité

2400 fils

2000 fils

1600 fils

Londres

2400 fils

2000 fils

1600 fils

Nims

2400 fils

2000 fils

1600 fils

108Il serait peut-être dangereux de rétablir les nombres que le règlement portait, parce que la différence subite des prix qui en résulterait nécessairement dans les draps du même nom pourrait déplaire aux Levantins. Il est d’ailleurs reconnu qu’un moindre nombre jusqu’à un certain point peut remplir le même but pourvu que la matière soit bonne et l’étoffe bien contexturée… »

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search