Version classiqueVersion mobile

La puissance du Midi

 | 
Jean-Michel Minovez

Conclusion générale

Texte intégral

1Jusqu’à la Révolution française, la France méridionale a occupé une place de tout premier plan en matière industrielle, en particulier dans le textile. Il faut remonter loin pour trouver l’origine de la force du Midi. C’est au tournant des XVe et XVIe siècles que les nouvelles structures de production textile se mettent en place, le XVIIe siècle marquant un virage en la matière. C’est à ce moment-là que s’établissent des relations de nature productive et commerciale qui donnent naissance à des formes modernes d’organisation de la production dans le cadre de nouveaux marchés. La grande draperie s’appuie d’abord fortement sur une fabrication destinée au Levant. Les basses étoffes gagnent les marchés nationaux en croissance et sont l’objet d’un commerce d’exportation soutenu vers les Espagne, les colonies, les états allemands, la Péninsule italienne et la Suisse. De la même manière, les produits qui font la fortune de la France méridionale sont issus des mutations que la draperie connaît à la fin du Moyen Âge. Ces dernières marquent le triomphe du cardé dans la grande draperie et, dans la petite draperie, contrairement aux idées reçues, les étoffes combinées l’emportent largement faisant du Midi une exception en la matière.

2Cette réussite est indissociable de la capacité des groupes sociaux de marchands à créer les conditions institutionnelles nécessaires, à savoir jouer de ces dernières à l’intérieur du territoire ou à l’international ; elle dépend des nouvelles logiques de l’échange adaptées aux zones et places de marché ; elle tient à la forme prise par les liens de clientèles, notamment entre Marseille et le Levant pour la grande draperie, entre négociants de la France méridionale et ceux de Bayonne, Cadix, Lyon pour la petite draperie ; elle est liée, enfin, à la forme donnée à l’organisation de la production qui se partage entre Kaufsystem et Verlagsystem. Ces systèmes reposent sur la nature des relations que les hommes entretiennent avec le milieu, l’économie étant encastrée dans la société. Dans le cadre des structures sociales existantes, où une partie essentielle de la production est redistribuée sur place, et où existent des relations de réciprocité, la pluriactivité y occupe une place essentielle dans le processus de régulation fondé sur la permanence d’interactions entre l’homme et son environnement.

3Ces conditions de la réussite ne sont nullement subies. Elles participent plutôt d’une articulation complexe entre de nombreux phénomènes parmi lesquels la demande détermine la production. Cette dernière tient compte des rapports de concurrence au niveau national et international ; l’ensemble produit d’incessants réajustements qui représentent une tension constante entre volonté de rationalisation et nécessité d’adaptation rapide aux attentes du commerce. Ils sont à l’origine d’apparentes contradictions entre pratiques marchandes et institutions d’État. En effet, la nature de la production et les techniques employées, inscrites dans la durée, ne sont pas exemptes d’adaptations. Plus nombreuses qu’on ne l’imagine – mais souvent invisibles car résultant de multiples bricolages – elles entrent parfois en contradiction avec la volonté de l’État de réglementer. Elles sont aussi une force des territoires dans leur capacité à répondre au mieux aux attentes de la demande qui n’est pas seulement le fait du consommateur final avec lequel le producteur n’a, en général, aucun rapport. Elles sont aussi celui des marchands qui orientent la production, donnent naissance parfois aux espaces de production et en infléchissent souvent leurs limites. Les fabricants paraissent alors faiblement acteurs de processus qui les dépassent : cela se traduit inévitablement par des tensions suivies de conflits, en croissance au XVIIIe siècle.

4La machine à produire et à vendre, en apparence parfaitement huilée, se grippe entre le dernier tiers du XVIIIe siècle et la Restauration. Le Midi paraît vivre sur ses acquis à la fin de l’Ancien Régime et reste en partie passif face aux nouvelles attentes des marchés. Il est certain que les sociétés du Midi ont parfois manqué d’initiative dans les recherches en nouveaux produits, dans les choix des qualités, dans la diversification des marchés. En s’obstinant à maintenir la production des étoffes rases et sèches et des grossières étoffes combinées – garantes, en effet, du maintien du système local de la laine peignée –, elles se sont exposées à la concurrence redoutable et mortelle des puissantes manufactures picardes et de Flandre. En choisissant la spécialisation dans les draps fins pour le Levant, les donneurs d’ouvrage compromettent le développement industriel et menacent même l’existence des manufactures en se livrant aux fluctuations d’un marché devenu récessif.

  • 1 Minovez J.-M., L’industrie invisible : les draperies du Midi, XVIIe-XXe siècles. Essai sur l’origi (...)

5L’industrie textile du Midi en est-elle pour autant condamnée ? Dès la fin du XVIIIe siècle, des entrepreneurs du Haut Languedoc savent exploiter le créneau du cardé lourd, laissé libre pour partie par les grands centres nationaux de la laine, en débutant la fabrication de draps larges. Ils s’appuient notamment pour cela sur l’expérience de fabrication des draps de montagne et des qualités ordinaires pour le Levant en couleurs unies. Ils tentent aussi les premières expériences en draps fantaisie qui donneront plus tard naissance aux nouveautés. Si la laine d’Espagne reste recherchée, prix et difficultés d’approvisionnement poussent à opter pour des ressources de proximité toujours mieux sélectionnées. Abandonnant les débouchés des Espagne et du Levant qui se ferment progressivement, les donneurs d’ouvrage se concentrent sur la consommation intérieure et sur les marchés européens liés ; ils exploitent ainsi au mieux les progrès de la circulation et le développement des marchés intérieurs des dernières décennies de l’Ancien Régime. Conscients de l’infériorité des apprêts méridionaux dans les productions ordinaires et de demi-luxe, ils cherchent à maîtriser l’ensemble de la filière de production en intégrant au maximum l’ensemble des stades de fabrication. Cela ne signifie pas pour autant la constitution de grandes entreprises ; la majorité des entrepreneurs restent modestes et savent grandir en s’autofinançant et/ou en s’associant. Ils ne remettent pas non plus en cause la souplesse de l’organisation productive qui reste largement fondée sur les principes de la proto-industrie en développant le Verlagsystem. Ils créent ainsi les conditions de la réussite qui, au XIXe siècle, permettra à quelques territoires industriels du Midi de croître et même de prospérer jusqu’aux dernières décennies du XXe siècle1.

Notes

1 Minovez J.-M., L’industrie invisible : les draperies du Midi, XVIIe-XXe siècles. Essai sur l’originalité d’une trajectoire, Paris, CNRS éditions, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search