Version classiqueVersion mobile

La puissance du Midi

 | 
Jean-Michel Minovez

Chapitre III : L’expansion et ses limites, fin XVIIe siècle-vers 1789

Texte intégral

1Les conflits qui marquent la seconde moitié du XVIIIe siècle ne sont pas sans conséquences sur la bonne marche de la fabrique. Ils n’expliquent pas, pour autant, les grandes inflexions de la conjoncture qui doivent bien plus à l’appel des marchés qu’à leur contraction, et à la capacité des manufacturiers d’y répondre. La majorité d’entre eux semble profiter d’abord de la croissance jusqu’aux deux tiers du XVIIIe siècle avant d’éprouver des difficultés d’adaptation face aux nouvelles conditions de la concurrence et de la mutation des institutions, surtout après 1770. Aussi, après avoir analysé, dans un premier temps, la phase de croissance des deux premiers tiers du XVIIIe siècle, on étudiera ensuite la phase de stagnation après 1770 que l’on resituera, dans un troisième temps, dans le cadre de l’évolution du commerce et des marchés.

De la croissance aux premières difficultés, fin XVIIe siècle-vers 1770

2La croissance concerne tous les secteurs de la draperie. Les draps connaissent une grande prospérité grâce à la maîtrise d’une belle production, encadrée par une politique règlementaire tatillonne mais dynamisante, et à la domination des qualités moyennes françaises dans les Échelles du Levant. Mais le phénomène le plus remarquable est celui de l’explosion de la production des petites draperies qui profite à presque tout le Midi. Si le développement du marché intérieur est important dans ce processus, celui des marchés des Espagne paraît capital.

Carte 11. – Production française des étoffes de laine au début du XVIIIe siècle (nombre de pièces).

Carte 12. – Production française des étoffes de laine au début du XVIIIe siècle (millions de livres).

Carte 13. – Production française des étoffes de laine au début du XVIIIe siècle (en aunes carrées).

La grande draperie : de l’euphorie aux doutes

Colbert et le rétablissement du commerce pour le Levant

  • 1 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 2 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Le Nain sur l’état du commerce et des productions du Lang (...)
  • 3 Lettres patentes du 26 octobre 1666, Recueil des règlements généraux et particuliers concernant le (...)
  • 4 Lamoignon de Basville (bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pou (...)
  • 5 Lettres patentes du 20 juillet 1677, citées par P. Boissonnade, « Colbert, son système et entrepri (...)
  • 6 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1911 et Car (...)

3La prospérité de la grande draperie passe d’abord par la renaissance du commerce oriental. Or, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la France entretient un commerce déficitaire avec les Levantins. Si l’on continue d’acheter des produits exotiques aux Turcs, en revanche, les exportations de draps français ont considérablement chuté. Les marchands carcassonnais, contraints d’aligner leurs prix sur ceux des concurrents hollandais qui vendaient à perte pour s’emparer du marché, altérèrent la qualité de leurs draps pour continuer à dégager des profits. Les clients orientaux se détournèrent alors de leurs étoffes pour ne plus acheter que des produits vénitiens, anglais et hollandais1. Au tournant des xvii et XVIIIe siècles, les Carcassonnais durent se replier sur les marchés européens ; l’essentiel de leurs draps partait alors en Espagne, puis en Italie, en Suisse, en Lorraine et dans l’intérieur de la France2. Cela dura jusqu’à ce que Colbert décide de restaurer et de développer le commerce des draps fins en s’appuyant sur les manufactures de Carcassonne et des Saptes. Dans ce but, il fit de cette dernière une manufacture royale le 26 octobre 16663 et encouragea la création de la manufacture de Villeneuvette près de Clermont-de-Lodève en 16744 qui devint, elle aussi, manufacture royale le 20 juillet 16775. Après quelques aléas, le principe, bien que coûteux, s’avéra efficace6. Les années passant et après la mort de Colbert, plusieurs manufactures royales vinrent s’ajouter aux premières. À la fin du XVIIIe siècle, on comptait douze draperies royales en Languedoc. À ces établissements chargés plus particulièrement des productions de qualité supérieure, il faut ajouter les jurandes. Leur territoire courait de la Montagne noire aux monts du Vivarais et bordait la partie méridionale du Massif central. Elles obtinrent, à leur tour, l’autorisation de produire pour le Levant.

  • 7 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 346
  • 8 Arch. dép. Hérault, C, 2224 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1777.
  • 9 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 342 (...)

4Dès la fin du XVIIe siècle, la production est orientée à la hausse. Mais le constat de l’irrégularité de la qualité des draps fins et des effets néfastes de la concurrence exercée par les draps grossiers pousse l’État, par un arrêt du 29 janvier 1715, à réserver « la fabrication des draps fins aux villes et faubourgs de Carcassonne, Clermont-Lodève et Saint-Chinian ; seules les manufactures royales pouvaient fabriquer toutes sortes de qualités7 ». De fait, les jurandes de Languedoc allaient se spécialiser dans la production de draps fins intermédiaires, londrins seconds, ainsi que londres et londres larges, représentant la qualité inférieure de la grande draperie pour le Levant. Les manufactures royales, quant à elles, avaient été privilégiées pour enlever à la concurrence anglaise et hollandaise la domination sur les meilleures qualités ; ces dernières consistaient dans la fabrication de mahoux, premiers et seconds, et de londrins premiers, tous destinés aux dignitaires de La Porte8. On tenta aussi de développer une qualité plus basse de draps fins, inférieure aux londrins seconds, appelés nims. Des productions inférieures aux londres de type draps seizains et abouchouchous furent aussi essayées. Mais la suprématie des londrins seconds sur les productions anglaises et hollandaises équivalentes est telle que les fabricants de Languedoc vont se concentrer sur ce type, délaissant tous les autres ; les Anglais vont conserver alors la maîtrise de l’essentiel des draps de qualité supérieure comme celle de la plus basse9.

  • 10 Arch. nat., F12, 549-550 ; Tableau de fixation des prix des draps londrins seconds établis à Const (...)

5La réussite de la draperie fine de Languedoc tient autant au système productif mis en place dans la province avec le soutien des institutions, que du rôle majeur joué par Marseille dans l’acheminement et le négoce des draps dans les échelles du Levant. Si ce grand port a fini par détenir le monopole de ce trafic ce n’est pas tant par les privilèges qu’il détient que par la capacité de ses négociants à maîtriser un réseau commercial et institutionnel complexe, patiemment bâti. C’est aussi par l’avance du prix de la vente des mahoux, des londrins et des différentes qualités de draperies communes que ses négociants se sont imposés. En effet, les manufacturiers n’attendent pas la vente de leurs produits pour être payés. Les Marseillais les acquièrent en appliquant un taux d’escompte variant selon la finesse des draps et leur qualité. La valeur des draps pour le Levant peut alors se mesurer par le prix à l’aune et le taux d’escompte pratiqué par les négociants. Pour les londrins seconds vendus à Constantinople à la fin du XVIIIe siècle, on découvre que les manufactures royales de Montolieu et de La Terrasse se voient appliquer un escompte de 17 %, soit le plus bas de tous. Les taux s’envolent ensuite pour les autres manufactures royales : pour Pennautier 22 %, pour La Trivalle, Cuxac, Bize, Les Saptes, Villeneuvette 26 %. Les meilleurs fabricants de Carcassonne ont un taux inférieur : 21 %, alors que les fabriques ordinaires sont taxées à hauteur de 30 %. Le taux est encore supérieur à Bédarieux, Clermont, Saint-Chinian où l’on atteint 32 et 33 %. En outre, les fabricants doivent payer les frais qui s’élèvent pour tous à 10 %10. Le coût final peut paraître exorbitant si l’on ne prend pas en compte les risques de l’entreprise. Il faut acheminer les draps et payer en conséquence tous les frais qui y sont liés. Il faut ensuite entreposer les marchandises dans les ports de la Méditerranée orientale, sans garantie de vente rapide, en s’exposant aux conséquences des inévitables crises de mévente. Il faut donc des capacités financières considérables pour pouvoir assumer un tel système de commerce et de crédit. Le milieu du négoce Marseille paraît bien le seul à pouvoir l’assumer en Méditerranée.

La « fureur de faire des draps »

  • 11 Arch. dép. Hérault, C, 2033 à 2087 ; Tableaux des fabricants autorisés à travailler pour le Levant (...)
  • 12 BnF, mss. français, no 11 789, cité par Léon Dutil : L’état économique du Languedoc à la fin de l’ (...)
  • 13 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 349.
  • 14 BnF, mss. français, no 11 789, cité par Léon Dutil : L’état économique du Languedoc à la fin de l’ (...)
  • 15 Recueil des édits de Languedoc, 1754 et 1755, cité par Léon Dutil : L’état économique du Languedoc (...)

6Les produits de type londrin second étant les plus demandés, la production de Languedoc, grâce aux encouragements de l’État parallèlement à la déconsidération des tissus de la concurrence, connaît une forte poussée dans les années 1720. Passé le creux de 1721 lié à la peste de Marseille, la production et la vente connaissent une des deux plus fortes croissances du XVIIIe siècle, passant de 20 000 pièces annuelles à près de 70 000. La « fureur de faire des draps » est telle que l’État, inquiet de la baisse de la qualité de la fabrication et des stocks accumulés, limite la production en contingentant le nombre de fabricants autorisés à produire pour le Levant11 et en fixant la quantité à produire. En 1741, le nombre de londrins seconds est limité à 3 000 ballots : 630 pour les manufactures royales, 1 435 pour les fabricants de Carcassonne, 540 pour Clermont et 395 pour Saint-Chinian. En 1743, la fixation est étendue aux nims et aux londres puis en 1749 aux londres larges12. La fabrication se stabilise alors autour d’une moyenne annuelle de 57 398 pièces. Toutefois, la tendance est de nouveau légèrement orientée à la hausse à la fin des années 1740. Peut-être faut-il y voir l’assouplissement de la fixation d’autant que, dès 1748, l’intendant Le Nain avait permis d’accroître la production de 200 ballots13. Le phénomène se poursuit dans la première moitié des années 1750, lorsque dans un contexte de poussée mitigée du libéralisme, l’intendant Saint-Priest autorise, chaque année, un dépassement du contingentement légal14. En outre, en 1754, un arrêt du 27 août permet « aux fabricants de Riols et à tous autres d’expédier à destination du Levant toutes les espèces et qualités de draps qu’ils jugeraient propres à ce commerce » ; mais il est immédiatement limité par une ordonnance du 15 mars 175515.

TableauFixation des prix des draps londrins seconds établis à Constantinople à la fin du XVIIIe siècle.

La fin de la fixation : surproduction et déséquilibre de l’offre

  • 16 Arch. dép. Hérault, C, 2224 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1777.
  • 17 Arch. dép. Hérault, C, 2087 ; Ordonnance de l’intendant de Languedoc Saint-Priest portant sur la s (...)
  • 18 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 354

7Le véritable changement intervient en 1756 ; le développement de la politique libérale et les difficultés rencontrées dans l’acheminement des draps dans les Échelles par l’intermédiaire des seuls navires français, du fait de la Guerre de Sept ans16, conduisent l’État à supprimer la fixation à la fin de l’année 175617. La production s’accroît alors très sensiblement en 1756 (95 330 pièces) et en 1757 (92 110 pièces) pour retomber très fortement ensuite ; elle n’est plus que de 62 324 pièces deux ans plus tard. 1759 est aussi l’année où les jurandes de Mas-Cabardès, de Limoux, de Bédarieux puis de Saissac, limitées jusqu’alors dans la production de londres et de londres larges, obtiennent l’autorisation de produire des londrins seconds18 ; la production monte alors en flèche pour atteindre son maximum en 1764 avec 131 840 pièces.

  • 19 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du C (...)
  • 20 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)

8Mais cette forte croissance de la deuxième moitié des années 1750 et de la première moitié des années 1760 s’accompagne d’un décrochage significatif par rapport aux draps passés par le bureau de Montpellier, ceux admis à l’inspection de Marseille et surtout ceux expédiés au Levant et Barbarie ; en 1758 la production est de 79 410 pour 27 800 exportés par Marseille, en 1762 le rapport est de 95 530 pour 24 887, en 1763, de 115 825 pour 92 410, en 1764, de 131 840 pour 85 690. Il paraît évident que la libéralisation du système a conduit à une surproduction, les fabricants profitant de l’effet d’aubaine pour se lancer massivement dans la fabrication de londrins seconds19 qui, à Carcassonne, augmente alors sensiblement au point de représenter 86,1 % de la totalité de la production lainière fine de l’aire de production entre 1756 et 178920.

  • 21 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du C (...)
  • 22 Arch. dép. Hérault, C, 2166 ; Représentations des gardes jurés de la Montagne de Carcassonne, 1756
  • 23 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 153 ; Rapport anonyme et s. d., probablement de Vergennes entre févri (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 Minovez J.-M., « Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs (...)

9Cette poussée conduit à un abandon des draps ordinaires de moins bon rapport et pourtant très demandés au Levant21. En même temps, elle met en difficulté les manufactures royales ou les jurandes fabricant surtout des draps fins22. La situation devient paradoxale : le marché n’a jamais été aussi favorable au Levant pour les Londres et les draps larges ; les Anglais y réalisent un bénéfice supérieur à l’accoutumée en raison de la négociation des produits à un montant « de 3 à 6 % en sus du prix qu’ils les avaient vendus jusqu’ici parce que le pays en a été dépourvu et que la plupart des drapiers voulaient en avoir dans leurs magasins23 ». De plus, face à la défection des producteurs de draps ordinaires, les autorités cherchent à inciter les meilleurs manufacturiers à produire des londres qui « manqueront peut-être totalement » au Levant24. Second paradoxe, c’est à un des meilleurs entrepreneurs, Marcassus, entrepreneur des manufactures royales de La Terrasse et d’Auterive, longtemps le seul et souvent le premier dans la production des mahoux et des londrins premiers, qu’il est demandé de développer cette fabrication25. La tendance reste cependant la même, la surproduction de londrins seconds se poursuit et la déconnexion entre production et draps expédiés par Marseille continue entre 1764 et 1771 pour se maintenir jusqu’au début des années 1780 ; dans un contexte tendanciel fortement récessif, la production est marquée par de profonds soubresauts et l’effondrement de 1766 est la seule année où les départs par Marseille (81 260) sont supérieurs à la production (79 818).

Illustration 11. – Certificat de visite et de marque de draps pour le Levant par les inspecteurs de Montpellier.

Illustration 12. – Certificat de visite et de marque de draps pour le Levant par les inspecteurs de Marseille.

Illustration 13. – Certificat du bureau de marque de Toulouse pour l’exportation des draps fins par les ports du Levant et du Ponant.

Graphique 1. – Évolution de la production et de la marque des draps destinés au Levant au XVIIIe siècle.

La réaction : diversification partielle de la production pour de nouveaux marchés

  • 26 Trouvé C.-J. baron, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Di (...)
  • 27 Arch. dép. Hérault, C, 1116 ; Questionnaires sur Limoux avec les réponses, 1745.
  • 28 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 417
  • 29 Ibid., p. 354.
  • 30 Arch. dép. Aude, IX, C 31 ; Production des londrins seconds entre 1753 et 1789, cité par Claude Ma (...)
  • 31 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du C (...)
  • 32 Arch. dép. Hérault, C, 2211 ; Rapport de l’inspecteur provincial de manufactures de Languedoc, 177 (...)

10Alors que la majorité des centres s’entête à produire d’abord des londrins seconds pour le Levant, des places et certaines jurandes réorientent, dès cette période, leur fabrication. C’est le cas en particulier de Limoux, à partir de 1759. Dès le début du XVIe siècle, c’était un centre important de production de draps grossiers et épais avec 135 000 mètres de tissus fabriqués. Au début du XVIIe siècle, sa jurande développa la production de londres larges et devint réputée servant de modèle aux autres places languedociennes26. Cela lui aurait permis de produire jusqu’à 14 000 pièces de draps27. Mais les décennies 1730 et 1740 ne lui furent pas favorables. Elle aurait perdu beaucoup de marchés extérieurs, en particulier ceux des états allemands jusqu’alors très porteurs pour elle. La fabrication se réduisit alors sensiblement pour tomber à 6 000 pièces au milieu du XVIIIe siècle pour se stabiliser ensuite à ce niveau, malgré le développement d’une fabrication destinée aussi au Levant28. En effet, pas plus que Bédarieux, Mas-Cabardès ou Saissac, Limoux n’avait su résister à la fièvre de produire pour l’Orient. Autorisée à le faire à partir de 175929, elle abandonnait pourtant la fabrication de londrins seconds dans les années 176030. La jurande maintint alors sa position dans la seconde moitié du XVIIIe siècle avec une production d’environ 6 000 pièces de draps. Sa force a en effet résidé, tout d’abord, dans la poursuite d’une production d’étoffes à destination du marché intérieur, de l’Italie et de l’Espagne en parallèle à celle des londrins et des londres larges pour le Levant. Lorsque le débouché oriental des Échelles s’est réduit, cette fabrication spécifique a cessé31 et les fabricants de Limoux se sont ensuite entièrement reportés sur la production de draps de couleur, en particulier de vingt-deuxains – ou draps de montagne – ainsi que de vingt-quatrains, façon de Hollande et de quelques seizains32.

  • 33 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée de Montaran en Languedoc, 1765.
  • 34 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.

11Tous les territoires du Languedoc qui travaillaient pour le Levant ont aussi tenté de développer ces débouchés qui les avaient bien servis quelques décennies plus tôt. Carcassonne en particulier a cherché à se repositionner sur les marchés européens, en particulier en Espagne. Mais le fait de s’être focalisée sur l’exportation dans les Échelles du Levant l’avait fragilisée dans sa position à l’Ouest. Alors que la jurande et les manufactures royales auraient eu besoin d’accroître leurs ventes dans cette direction, elles rencontraient de plus en plus de difficultés dans l’écoulement au sud des Pyrénées. La concurrence exercée par les draps mélangés britanniques y était pour beaucoup33. Aussi, en 1768, il ne part plus de Carcassonne que 8 000 pièces en direction de ces marchés alors que 25 000 draps gagnaient l’Espagne, l’Italie et l’intérieur au début des années 174034.

Carte 14. – Production de londrins en Languedoc en 1783 et 1784 (nombre de ballots).

Carte 15. – Production de londrins premiers en Languedoc en 1783 et 1784 (nombre de ballots).

Carte 16. – Production de mahoux seconds en Languedoc en 1783 et 1784 (nombre de ballots).

  • 35 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420- (...)

12Pour finir, on ne saurait négliger de parler d’un centre atypique de grande draperie dont le débouché ne dépendait pas de l’extérieur mais essentiellement de la commande publique nationale : Lodève. Au XVIIe siècle, cette place industrielle n’était qu’un centre de petite draperie produisant des serges et des petites étoffes que l’on débitait dans la province. Au début du XVIIIe siècle, les premiers draps de troupe y furent fabriqués. La tradition veut que ce soit le cardinal Fleury, alors principal ministre, qui autorisa le développement de cette activité à partir des années 1730. Quelle qu’en soit la raison, le fait d’être assurée de fournir les troupes royales permit à Lodève de développer sensiblement sa production textile, notamment de draps et de tricots militaires qui, de 5 510 pièces en 1725, passa à plus de 20 000 en 1747. La place n’en abandonna pas pour autant la production d’étoffes civiles ; elle développa en parallèle la fabrication de pinchinats, de dix-septains de couleur assez grossiers, et de vingt-quatrains, plus fins et plus chers. Mais, dès les années 1760, les difficultés se firent jour dans la production civile trop grossière35.

L’essor des petites draperies

13La grande draperie a donc connu un beau développement, au moins jusque vers 1760. Cette vigueur productive a en grande partie occulté celle des petites draperies. Pourtant, malgré le ralentissement précoce des manufactures du Gévaudan, des Cévennes et des Garrigues et le dynamisme modéré du Comminges, on observe une croissance très vigoureuse des petites draperies du Quercy, du Rouergue, du Béarn, du Volvestre et du Castrais et du Mazamétain.

La croissance contrastée des petites draperies de Languedoc

• Le Gévaudan

  • 36 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 37 BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes prov (...)
  • 38 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)

14Dès le XVIIe siècle, l’industrie du Gévaudan est bien en place ; sa structure productive, ses marchés et le montant élevé de sa production l’attestent. En 1687, l’intendant de Basville évalue la production du pays à deux millions de livres36. En 1708, elle aurait atteint 2 559 200 livres pour un volume considérable de 127 000 pièces ; mais la fabrication du Gévaudan est additionnée à celle des Cévennes qui, bien que sensiblement moins dynamique, n’en produit pas moins d’appréciables quantités estimées entre 52 500 et 62 500 pièces à la même date37. Aussi, plutôt que de considérer, à l’instar de Tihomir Markovitch, une croissance de l’activité d’un quart en Gévaudan38 – compte tenu de l’hétérogénéité des sources qui ne permettent qu’une comparaison hasardeuse – et au vu de la prise en compte de la production des Cévennes dans les calculs de 1708, il semble que la production entre 1687 et 1708 soit relativement stable. Elle atteint, dès cette période, un seuil élevé que l’on retrouve ensuite dans la première moitié du XVIIIe siècle. Toutefois, les difficultés d’évaluation précise de la fabrication du Gévaudan n’empêchent pas de constater, dans tous les cas, un très mauvais rapport entre valeur et nombre de pièces produites. Cela résulte du choix d’un type de draperie dominé alors par des cadis de basse qualité.

  • 39 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Le Nain sur l’état du commerce et des productions du Lang (...)
  • 40 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère (...)
  • 41 Arch. dép. Hérault, C, 2460 ; États et procès-verbaux concernant la fabrique des étoffes dans le G (...)
  • 42 Arch. dép. Hérault, C, 2562 ; États généraux des fabriques du Gévaudan de 1773 à 1775 dressés par (...)
  • 43 Arch. dép. Hérault, C, 2537 ; États mensuels et annuels des marchandises en cadiseries achetées de (...)
  • 44 Arch. dép. Lozère, C, 478 ; État général des marchandises en cadisserie, achetées aux foires et ma (...)

15Dans la première moitié du XVIIe siècle, la structure de la production et les volumes semblent peu évolutifs. Pour cela il convient d’exclure l’évaluation sans fondement de l’intendant le Nain39, reprise ensuite dans d’autres sources40, qui chiffre la production régionale à six millions de livres en 1744 donnant l’impression d’une croissance de la production du Gévaudan de 135 % ou plus. La prise en compte des estimations du début du XVIIIe siècle, comparées à celles des inspecteurs des manufactures mentionnées dans leurs procès-verbaux des années 1740 et 1750, permet au contraire de conclure à une stagnation des volumes et des valeurs. Un maximum semble être atteint en 1746, avec 120 185 pièces valant 3 187 101 livres41. Par la suite, la production est orientée à la baisse. Entre 1746 et 177342, la diminution est d’environ 16 % en volume et en valeur ; elle est même plus marquée entre 1746 et 176343 où l’on observe un fléchissement de 22 % en pièces produites et de 27 % en valeur. Le rapport entre valeur et nombre de pièces produites s’améliore cependant. L’état des marchandises pour 1759 le prouve44. La proportion des cadis diminue, même si elle reste majoritaire avec 51 % du total mais seulement 43 % de la valeur totale. Le fait marquant est la montée en puissance des étoffes tout de laine peignée ; les serges, tout d’abord, qui représentent 42 % des pièces produites et 48 % de la valeur totale, les escots ensuite dont l’émergence ne les situe encore qu’à 1 % des produits pour 3 % de la valeur.

Graphique 2. – Évolution du nombre et de la valeur totale des étoffes produites en Gévaudan (1746-1786).

Graphique 3. – Évolution de la valeur, par catégorie, des étoffes produites en Gévaudan (1741-1776).

• Les Cévennes et les Garrigues

  • 45 Le plupart du temps, la zone de Nîmes était presque toujours traitée avec les Cévennes et le Vivar (...)

16La situation devait être sensiblement identique autour de Nîmes, dans les Cévennes et le Vivarais. Toutefois, il s’avère encore plus difficile que pour le Gévaudan d’approcher d’une manière rigoureuse l’évolution de la production de cette aire. La difficulté de la mesure tient à la faiblesse des statistiques disponibles et des doutes quant à l’espace réellement pris en compte dans les calculs45. Malgré tout, les quelques statistiques et les informations qualitatives dont on dispose permettent d’avancer qu’au cours de la première moitié du XVIIIe siècle la production serait sensiblement orientée à la hausse. Après 1740, les manufactures prises dans leur ensemble seraient affectées d’une baisse notable de fabrication, à l’image de ce que l’on observe en Gévaudan ; les statistiques pour le territoire des Cévennes et des Garrigues sembleraient l’attester.

• Le Castrais et le Mazamétain

  • 46 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 47 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de L (...)
  • 48 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 49 Arch. dép. Hérault, C, 2536 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 19 mars 1760.
  • 50 Arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des financ (...)

17Avec 19 500 pièces à la fin du XVIIe siècle, puis 24 900 pièces au début du XVIIIe siècle, le Castrais connaît, au contraire, une croissance significative qui repose essentiellement sur Castres dont la réputation s’est affirmée au XVIIe siècle46. La puissance du centre réside dans la production de crépons et de bayettes. La concurrence britannique a fini par la mettre à mal, au point que cette fabrication tend ensuite à diminuer. Cependant, Castres reste une ville importante de l’activité de basses draperies à travers d’autres produits : les traditionnels d’abord, comme les cadis, les sargues, les cordelats, et les nouveaux ensuite, comme les molletons, flanelles, frisons, ratines larges, londons, calmouks et ségovianes qui se développent après 176547. Malgré les aléas conjoncturels, une tendance à la hausse est observable dans les années 1720 et la production de l’aire continue de croître pour atteindre 32 800 pièces d’étoffes en 173148. Par la suite, les nouveaux tissus étant les seuls à même de participer à l’expansion des marchés, la croissance n’est portée que par Castres puis par Mazamet, qui acquiert une dimension industrielle à partir des années 175049. Parallèlement, les productions traditionnelles de basse qualité sont en forte régression alors que la tentative de développer le tissage de bayettes et de sempiternes a échoué. La perte du Canada, souvent invoquée pour expliquer ce repli, ne fait qu’exacerber le processus50.

Graphique 4. – Production et exportation des étoffes de la zone de Nîmes (1724-1763).

• Le Volvestre

  • 51 BnF, mss. français, no 8037 ; fo 45 vo à fo 47 ro.
  • 52 Procès-verbaux des inspecteurs des manufactures : Arch. dép. Hérault, C, 2468 ; 1722 et 1730 ; Arc (...)
  • 53 Arch. dép. Hérault, C, 2471 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1746.
  • 54 Arch. dép. Hérault, C, 2472 ; Statistiques partielles concernant le diocèse de Rieux pour les anné (...)

18Cette conjoncture affecte peu le Volvestre à l’industrie plus récente et aux débouchés différents. Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, son industrie représente encore bien peu de chose. Les enquêtes de 1692 et de 1703 ignorant le diocèse languedocien de Rieux, il faut attendre 1707 pour disposer des premières évaluations quantitatives de la production drapière dans cette juridiction. Le centre textile le plus important est, dès cette période, Montesquieu-Volvestre qui se place en tête avec 524 pièces de cadis refoulés et de rases grises et mêlées réalisées entre le 1er janvier 1707 et le 30 octobre 1707. Cette faible production représente pourtant la moitié de la fabrication du territoire textile. L’autre moitié se répartit entre Sainte-Croix-Volvestre, Cazères et Carbonne51. Les années suivantes attestent le recul sensible des manufactures du diocèse civil de Rieux52. Il faut attendre les années 1740 pour assister au début de leur véritable redémar rage. En 1746, les fabricants de Montesquieu-Volvestre produisent 1 249 pièces de basses draperies, ceux de Carbonne, Cazères, Sainte-Croix et Saint-Elix respectivement 909, 588, 568 et 14053. La tendance à la hausse se confirme dans les années suivantes54.

La forte poussée des petites draperies de Guyenne et de Gascogne

• La généralité de Montauban

  • 55 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778 ; (...)

19Le dynamisme n’est pas le fait seulement des territoires languedociens du cardé ; ceux où les étoffes combinées dominent peuvent connaître, comme dans la généralité de Montauban, une nette tendance à la croissance. Elle est portée d’abord par une belle production de cadis qui puise sa source au milieu du XVIIe siècle, lorsque un certain d’Aignan, puis ses descendants, les Vialettes et les Serres, se lancent dans une fabrication de qualité à grande échelle55.

20À la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, cette généralité a une production axée surtout sur des cadis et des cordelats. La fabrication est concentrée essentiellement autour de la capitale régionale puis de Saint-Geniez. Le tournant des deux siècles est, semble-t-il, marqué par des difficultés. Les statistiques de l’époque font en effet état d’un tassement ; de 15 950 pièces annuelles en 1708, la production passe à 14 025 en 1716 puis à 12 350 en 1725.

  • 56 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 104.
  • 57 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)

21Dès 1727, la fabrication est tout à nouveau orientée à la hausse ; elle dépasse alors les 14 000 pièces. La tendance à la croissance s’observe jusqu’aux années 1770. En 1764, Montauban seule, produirait 8 725 pièces dominées à 92 % par les cadis56. En 1777, la généralité compterait 52 700 étoffes pour un total de 4 200 000 livres. Montauban et ses environs directs dominent largement avec 12 000 pièces pour 1 800 000 de livres de draperies fortes, de cadis et de ratine. Le secteur de Saint-Geniez et de Séverac conserve la seconde position avec 30 000 pièces de serges communs et de « refoulés » d’une valeur de 850 000 livres. Mais l’écart est maintenant nettement marqué entre les deux zones, l’une ayant développé des productions de meilleure qualité, l’autre restant fidèle à des produits rustiques. En outre, le nord du Rouergue est, à ce moment, talonné par le sud qui rejoint presque Saint-Geniez en valeur de production. En effet, le territoire de Saint-Affrique ainsi que celui de Pont-de-Camarès se sont développés avec respectivement 5 à 7 000 pièces de cadis drapés et de petits Lodève et 1 200 draps londrins représentant respectivement 680 000 et 150 000 livres57. Les territoires du Camarès et de Saint-Affrique ont bénéficié de l’extraordinaire essor des exportations languedociennes vers le Levant et de la croissance des commandes militaires ; les donneurs d’ouvrage – de Lodève en particulier – ont dû étendre le recrutement de leurs façonniers, ce qui a pleinement profité au sud du Rouergue.

Carte 17. – Nombre de métiers dans la généralité de Montauban en 1716.

Carte 18. – Production d’étoffes dans la généralité de Montauban en 1716.

Graphique 5. – Production de la place de Montauban en 1764.

• La généralité d’Auch : les manufactures du Comminges et du Nébouzan

  • 58 Boissonade P., « La restauration et le développement de l’industrie en Languedoc au temps de Colbe (...)
  • 59 Arch. nat., G7, 1688 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1703.

22Ce phénomène ne touche pas la généralité d’Auch dont les donneurs d’ouvrage sont absents de ces marchés. Cependant, dès le XVIIe siècle, les basses draperies des Pyrénées centrales et de leur piémont ont atteint un niveau de développement dépassant le stade d’un artisanat destiné à la consommation des populations locales. Les premières statistiques datant de 1698 viennent confirmer le faisceau d’informations qualitatives intéressant ce siècle. Bien que partielle, l’enquête de 1698 nous apprend que les fabriques de Saint-Gaudens sont « considérables », les artisans-paysans produisant environ 20 000 pièces de razes, burats, cadis et cordelats58. En 1703, la production s’accroît et passe à 25 000 pièces de rases, burats et cadis59, même si à partir de cette période la fabrique de cordelats n’est plus mentionnée.

  • 60 Arch. nat., F12, 556 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1716.
  • 61 Ibid., 1378 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1725.

23Entre 1703 et 1716, la production s’effondrerait dans une proportion voisine de 75 %60. Le déclin des manufactures du Comminges et du Nébouzan se poursuit dans les neuf années qui suivent. En 1725, Saint-Gaudens, conjointement avec Miramont, n’aurait plus produit que 2 127 pièces de petites étoffes et Villeneuve-de-Rivière, pour sa part, 317 pièces de cadis61. Ainsi, en 22 ans, de 1703 à 1725, la production de rases, de burats et de cadis aurait été divisée par douze. Faut-il y voir un déclin industriel de la ville de Saint-Gaudens, un sous-enregistrement de sa production ou l’application d’une base comptable différente de celle utilisée lors des enquêtes de 1692 et 1703 ?

Carte 19. – Nombre de métiers dans la généralité d’Auch en 1725.

Carte 20. – Production d’étoffes dans la généralité d’Auch en 1725.

  • 62 BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes prov (...)
  • 63 Arch. nat., F12, 556 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1716.
  • 64 Ibid., 1383 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1724.

24Le déclin des industries textiles dans le premier quart du XVIIIe siècle ne semble pas être une spécificité du Nébouzan. Le Comminges languedocien connaît la même érosion de sa production drapière. Tel est le cas de la petite ville de Valentine. Dès le début du siècle, elle apparaît comme le second centre de manufactures de draps du bassin supérieur de la Garonne : en quatre mois, entre le 1er juillet 1707 et le 30 octobre 1707, elle réalise plus de 4 000 pièces de cadis larges et étroits62. Cette production, assez considérable et recherchée, va subir une diminution sensible, puisque neuf ans plus tard, on ne compte plus que 1 800 pièces de draps pour l’ensemble de l’année 171663. La baisse se poursuit dans les années qui suivent, pour atteindre 1 200 cadis en 172464. C’est donc dans la même proportion que les manufactures textiles du Nébouzan, de l’Élection de Comminges et du Comminges languedocien déclinent. Les sources restant lacunaires, on ne peut fonder un raisonnement qui tendrait à conclure à un effondrement des manufactures de la région entre le premier quart du XVIIIe siècle et le milieu des années 1740. Les chiffres de production vers 1750 montrent une nette récupération des draperies, probablement amorcée dès le second quart du siècle.

  • 65 Ibid. ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1748.
  • 66 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures.

25Quoi qu’il en soit, en 1748, la production avoisinerait 19 000 pièces pour l’ensemble de la généralité d’Auch65, 17 300 étant dues à la seule inspection de Saint-Gaudens. Le total est ici un peu moins élevé qu’en 1747 où l’on recensait 18 239 basses étoffes, et est légèrement supérieur à celui de 1749 qui n’enregistre que 16 462 pièces. Par la suite le volume global monte à 20 069 en 1751 et à 20 896 en 175266.

  • 67 Arch. nat., F12, 556 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1716.
  • 68 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1748.
  • 69 Ibid.

26Bien que le volume de la fabrication reste inférieur à celui constaté au début du XVIIIe siècle, il marque néanmoins un redémarrage significatif par rapport à la situation de 1716 où le total des pièces n’était que de 11 00067. En outre, une modification sensible s’opère dans la répartition au sein de la généralité. Si les deux centres les plus importants demeurent la région de Saint-Gaudens et la vallée d’Aure, le rapport qui s’établit entre les deux est de plus en plus favorable à la capitale du Nébouzan et aux drapiers qui gravitent autour d’elle. Saint-Gaudens, Valentine et Villeneuve-de-Rivière totalisent à elles seules plus de 10 000 pièces de basses draperies68 ; viennent ensuite les centres d’Ancizan, de Cadéac et de Saint-Martory69.

• Le Béarn

  • 70 Dartigue-Peyrou C., La Vicomté de Béarn sous le règne d’Henri II d’Albret, 1517-1555, Paris, Les Be (...)
  • 71 Marcos Martín A., España en los siglos XVI, XVII y XVIII. Economía y sociedad, Barcelone, Crítica, (...)
  • 72 Brumont F., « Des relations sans frontières : le commerce franco-navarrais au début du XVIIe siècle (...)
  • 73 Voir à cet effet Minovez J.-M., « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milie (...)

27Le caractère dynamique de la généralité d’Auch se retrouve dans celle de Pau aux produits et aux marchés voisins. La production textile de ce dernier est ancienne et remonte au moins au début de l’époque moderne70. Sa montée en puissance est plus récente et tient au développement de la demande espagnole des marchés coloniaux. En effet, au cours du XVIIe siècle, les industries textiles au sud des Pyrénées entrent en décadence71. Au XVIe siècle, les importations navarraises en Béarn de draps ou de bas de la vallée de Roncal étaient importantes ; elles chutent au début du XVIIe siècle et, progressivement, l’Espagne, d’exportatrice, devient importatrice de produits textiles72. Cela a pour effet de dynamiser la fabrication de lainages au nord des Pyrénées. La forte croissance du commerce entre la France et l’Espagne, dans la première moitié du XVIIIe siècle, ne semble pourtant que peu profiter à l’industrie béarnaise dont le développement s’effectue surtout après 1750-1760 pour atteindre son maximum aux alentours de 1780. Le maintien de la demande espagnole aurait ainsi permis à la fabrication béarnaise de connaître une expansion sensible, sans que nous puissions nous avancer en termes de valeur, tant les sources statistiques font défaut73.

L’importance capitale des marchés des Espagne

28Prises dans leur ensemble, les petites draperies connaissent donc un beau développement. Si la croissance du marché intérieur a joué un rôle indéniable dans ce dynamisme, l’appel des marchés extérieurs – de l’Espagne et de ses colonies en particulier – a été tout aussi déterminant.

Carte 21. – Nombre de métiers dans la généralité de Pau en 1727.

Carte 22. – Production d’étoffes dans la généralité de Pau en 1727.

Graphique 6. – Le commerce français avec l’Espagne au XVIIIe siècle (en livres).

Graphique 7. – Les exportations françaises vers l’Espagne en 1775 (postes dont la valeur est supérieure à un million de livres).

Graphique 8. – Le commerce anglo-espagnol en 1696-1697, 1750, 1752 (en million de reales de vellon).

Graphique 9. – Les importations anglaises en Espagne en 1717, 1738, 1750, 1772 (en millions de reales de vellon).

Graphique 10. – Les importantions françaises en Espagne au XVIIIe siècle (en millions de reales de vellon).

Ouverture des marchés internationaux et lutte commerciale

  • 74 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 786
  • 75 Minovez J.-M., « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu XVIIIe-début XI (...)
  • 76 Minovez J.-M., « Les draperies du piémont des Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du XVIIe (...)

29Les manufactures de grande draperie avaient presque réussi à ne s’intéresser qu’au marché des Échelles du Levant tant celui-ci s’était avéré porteur. Mais, pour presque toutes les petites draperies, le marché espagnol avec ses dépendances coloniales revêtait un intérêt considérable. Quant aux colonies d’Amérique du Nord, en particulier le Canada, elles offraient aussi un débouché de première importance pour les étoffes du Castrais ou de la généralité de Montauban. Enfin, les marchés italiens, suisses et, dans une moindre mesure, ceux d’Europe du Nord jouaient aussi un rôle non négligeable. Toutefois, « c’est avec l’Espagne que le Languedoc a le plus d’occasions et de tentations de commercer74 » ; cela est tout aussi vrai du Béarn, si proche de Bayonne et de l’Aragon et de la Navarre75 ; ça l’est aussi des territoires textiles de la généralité d’Auch et Pau76.

30Cette propension presque naturelle est encouragée lorsque, après le traité d’Utrecht (1713), l’Espagne s’ouvre largement. Le désastreux XVIIe siècle espagnol avait eu pour effet d’affaiblir considérablement le pays. La touche finale avait été portée lors de la Guerre de Succession. La volonté bourbonienne de reconstruction se heurte alors à la très grande faiblesse de l’économie espagnole au début du XVIIIe siècle et, dans un premier temps, ne peut s’accompagner que d’une forte dépendance extérieure vis-à-vis des puissances industrielles ; ces dernières sont en effet les seules à même de fournir les produits manufacturés nécessaires à la péninsule ibérique et aux colonies qui en dépendent, au moins jusqu’aux années 1760.

  • 77 Arch. nat., F12, 644 ; Tratado de declaracion y explicacion sobre algunos de los articulos del ant (...)
  • 78 Arch. nat., F12, 644 ; Mémoire du Conseil de Commerce sur le nouveau traité conclu et signé entre (...)

31Les Anglais poussent leur avantage au-delà du traité d’Utrecht puisqu’ils négocient, peu de temps après, un nouveau traité avec l’Espagne qui est conclu le 14 décembre 1715. Il prévoit d’abord « que les sujets de la Grande-Bretagne ne payeront à l’avenir que les mêmes droits, tant d’entrée que de sortie, qu’ils payaient du temps de Charles II ainsi qu’ils sont réglés par les cédules et ordonnances du même roi ou de ses prédécesseurs », avantageant les Anglais en matière tarifaire. Il stipule ensuite l’obtention de l’usage du pic del fardo sans limitation, offrant ainsi 60 % de diminution sur les marchandises de soie, 40 % sur celles de laine et 33,3 % sur celles qui s’estiment au poids. Il offre encore l’établissement d’un port franc à Santander, favorisant ainsi la pénétration frauduleuse des marchandises britanniques dans le royaume de León et en Vieille Castille77. D’une manière générale et sans détailler tous les point du traité, il est accordé à l’Angleterre le privilège de la nation la plus favorisée. Cela soulève un vent de mécontentement considérable en France et le Conseil du Commerce s’en émeut au plus haut point78, car l’Angleterre se trouve maintenant avec les mêmes avantages que la France dans son commerce avec l’Espagne.

Illustration 14. – Traité hispano-anglais conclu le 14 décembre 1715.

  • 79 Zylberberg M., Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne (vers 1780-18 (...)
  • 80 Davis R., « English Foreign Trade, 1700-1774 », Economic History Review, 1, 1962, p. 300 sq.; id.,(...)

32Aussi, dès le début du règne reconnu de Philippe V, le commerce anglo-espagnol – qui ne représentait que 31 millions de reales de vellon en 1696-1697 – augmente d’une manière sensible pour atteindre 206 millions en 1750 ; il est seulement ralenti lors des conflits qui opposent les deux pays79. La position française en Espagne, encore plus affirmée du fait des relations privilégiées tissées entre les deux nations lors des pactes de famille, dépend aussi de la plus ou moins grande implantation des négociants étrangers. Il semblerait que la situation du commerce extérieur reste particulièrement florissante jusqu’à la guerre de Sept Ans, bénéficiant, notamment jusqu’aux années 1740, de la lenteur de la croissance du négoce britannique, en particulier de la stagnation des exportations des lainages80.

  • 81 Butel P., Européens et espaces maritimes (vers1690-vers 1790), Bordeaux, PUB, 1997, p. 38.
  • 82 Davis R., The Rise of the English Shipping Industry in the seventeenth and eighteenth centuries, L (...)
  • 83 Crouzet F., De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-X (...)
  • 84 Dans son important article de 1966, François Crouzet « [rappelait] qu’au début du XVIIIe siècle la (...)
  • 85 Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997 (...)

33Vers le milieu du XVIIIe siècle, les importations des deux principaux partenaires de l’Espagne tendent vers leurs maxima : la France, avec un volume officiel d’entrées de plus de 200 millions de reales de vellon, l’Angleterre pour près de 170. Malgré une position moins bien assise, l’Angleterre concurrence donc sensiblement la France en Espagne. Il faut dire que les relations commerciales entre l’Espagne et l’Angleterre sont anciennes. Au XVIIIe siècle, la Péninsule ibérique reste une aire privilégiée de négoce pour les Britanniques81. Si l’Angleterre joue un rôle mineur dans le commerce de la toile totalement dominée par les produits des provinces atlantiques françaises, il n’en est pas de même de l’industrie lainière. Les lainages occupent en effet en Angleterre une position dominante depuis la fin du Moyen Âge, confirmée aux siècles suivants82. Le recul de leur part dans la production intérieure et dans les exportations n’est dû qu’à un développement vigoureux d’autres secteurs dynamiques. Aussi, les tissus et les filés de laine restent-ils, de très loin, le premier poste des exportations britanniques, malgré les aléas soulignés par Ralf Davis ; pour la période 1700-1709, ils représentent 70 % des sorties britanniques et encore 44 % en 1760-176983. Pour François Crouzet, cela résulterait d’une nette avance de l’Angleterre sur la France dès la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle84. En 1750, les draperies françaises n’ont pas réussi à inverser la tendance ; les Britanniques conservent une bonne partie du marché des lainages, l’Espagne n’achetant que 19 % des exportations françaises85. S’il semble difficile d’attribuer la cause à un éventuel retard, il est en revanche certain que la France ne parvient pas à fournir toute la gamme des lainages que la consommation de la péninsule et des colonies réclame.

Combattre la concurrence anglaise

  • 86 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 87 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, Paris, (...)
  • 88 Arch. nat., F12, 551-552 ; Lettre de Fontanet, 5 juillet 1762.
  • 89 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764.
  • 90 Pour la connaissance des chalons, sempiternes et bayettes anglaises à destination des marchés ibér (...)
  • 91 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire au sujet des fabriques à l’imitation de celles d’Angleterre q (...)
  • 92 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764. Le processus est le même dans de nombr (...)
  • 93 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère (...)
  • 94 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Tableau des diverses espèces de tissus du département de la Lozère, 1 (...)

34Les autorités françaises sont bien conscientes de ces problèmes. Elles ont tenté, dès la première moitié du XVIIIe siècle, d’inciter les manufacturiers à produire des étoffes adaptées au marché espagnol. Dans la généralité d’Auch et de Pau, on s’est mis à fabriquer des serges appelées « cholonne » ainsi que des sempiternes et des bayettes, les unes destinées à Cadix et aux Indes, les autres au Portugal86. Il en est de même dans la généralité de Montauban87. C’est aussi le cas en Languedoc ; mais la concurrence avec les Britanniques reste rude car, selon Fontanet, les étoffes françaises sont 25 % trop chères, en raison du coup élevé de la matière première88. Holker constate le même phénomène en 1764 mais fait observer que la cherté des laines est compensée par le coût plus bas de la main-d’œuvre française qui doit permettre de négocier les produits locaux « au moins à aussi bon marché qu’en Angleterre89 ». Pourtant le décollage de ces productions ne s’effectue pas. On compare alors les productions françaises et anglaises90, on cherche à imiter la production britannique en s’appuyant sur ses propres forces. Ainsi, Colson, qui produit en Gévaudan « autant d’étoffes analogues à celles d’Angleterre », fonde des fabriques à l’imitation des britanniques sur les conseils de Holker91. Car, lorsque ce dernier « exhorte [le développement en Gévaudan de la fabrication des] chalons, sempiternes et cadis refoulés de La Canourgue de trois quart d’aune de largeur », il s’appuie sur des produits déjà élaborés dans la région, mais en petit nombre, dans des espaces limités et selon des méthodes à réformer92. Il ne réussit pas vraiment dans son entreprise puisque la majorité des tissus restent tissés en largeur étroite ; seuls les escots – qui ont « de l’analogie avec les tissus anglais connus sous les noms de chalons et Anacostis » – répondent à ses critères93 ; ils sont même considérés comme « mieux fabriqués et d’une meilleure qualité quant à l’usage » que les chalons britanniques ; mais ils ont le défaut d’être moins beaux en apparence94. Cela révèle deux tendances structurelles lourdes : l’une largement observable partout dans les manufactures de basses étoffes du Midi touche à la défectuosité persistante des apprêts, l’autre tient au choix des industriels britanniques de favoriser l’apparence sur la qualité.

  • 95 Au moins 92 % de la fabrication.
  • 96 Aussi destinés aux marchés extérieurs en concurrence avec les Britanniques.
  • 97 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit. (...)
  • 98 La fabrication s’était développée dès la fin du XVIIe siècle, comme le prouve l’enquête de 1692 (M (...)
  • 99 Arch. nat., F12, 1349 ; Mémoire d’Holker, 1764, cf. L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la (...)
  • 100 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de L (...)

35Le Gévaudan n’a pas été le seul territoire textile à tenter de développer la production des bayettes, des sempiternes et des chalons suite aux encouragements de l’État ; la Gascogne, le Castrais, le Bas-Languedoc s’y sont aussi essayés. Pourtant, à Montauban en 1764, les cadis continuent de dominer largement95 ; les bayettes n’atteignent que 1 % du total et les droguets façon d’Angleterre, les serges et les bergopsums96, 3 % de l’ensemble97. Il en est de même à Castres dont la production de bayettes, déjà tentée dans la première moitié du XVIIIe siècle98, est relancée. Albi lui emboîte le pas. Des essais sont aussi entrepris dans la généralité de Montpellier99. Pourtant, force est de constater, pour les années 1770, l’échec de l’entreprise face à l’incapacité des productions françaises de ce type à s’imposer sur les marchés extérieurs, en particulier espagnol100.

Des marchés ibériques aux horizons atlantiques : le rôle de Bayonne et de Bordeaux

  • 101 Jaupart F., Activités commerciales de Bayonne au XVIIIe siècle, numéros spéciaux du bulletin de la(...)
  • 102 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 44 ; État des marchandises visitées au bureau de Bayonne (1768 (...)
  • 103 Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne, C, 31-32 ; Récapitulation de toutes les marchandise (...)
  • 104 Comme tendent à le prouver les quelques sondages effectués. Il reste à reprendre les données de ce (...)

36L’échec des chalons, sempiternes et bayettes françaises pour l’exportation ne signifiait pas pour autant une incapacité pour les draperies du Midi à pénétrer le marché espagnol, bien au contraire. L’importance de la production écoulée par Bayonne vient le prouver. Toutefois, il est particulièrement malaisé d’en connaître la réalité, tant la mesure réelle du trafic semble difficile. Les informations, toujours partielles, ne donnent en outre que des chiffres sur le commerce maritime et restent presque toujours muettes sur le trafic terrestre101. À partir des années 1730, il n’est pas sûr qu’il en soit de même. Les statistiques produites par le bureau de contrôle de Bayonne102 et la chambre de commerce et d’industrie de Bayonne103 semblent l’attester104.

  • 105 L’étranger fournissait aussi une partie non négligeable de produits en provenance de Silésie, de S (...)
  • 106 Jaupart F., Activités commerciales de Bayonne au XVIIIe siècle, op. cit., p. 315-316.

37Elles nous permettent de constater que le commerce des étoffes constitue un facteur essentiel de l’activité commerciale bayonnaise. En son sein, le négoce des draperies est le plus important en valeur. La majorité des étoffes de laine arrivent de France, en particulier du Languedoc, de Picardie (Abbeville, Amiens, Beauvais, Saint-Quentin) et de Flandre (Lille). Elles proviennent aussi de Normandie (Rouen, Elbeuf, Lisieux, Caen, Falaise, Vire, Saint-Lô, Cherbourg), de Bretagne, de Champagne (Reims, Sedan, Rethel), du Maine, de l’Anjou, du Hainaut et plus faiblement de l’Agenais, de la Saintonge et du Béarn. Une partie non négligeable de la production des Pyrénées centrales prenait aussi la direction de l’Espagne par Bayonne ; mais elle représentait des catégories bien spécifiques de lainages et en aucune manière ne pouvait concerner la majorité de la production ; il suffit pour s’en convaincre de rapporter l’importance de la fabrication du Sud-Ouest aux capacités d’absorption du marché espagnol105. Aussi, de décembre 1740 à octobre 1741, il n’est pas étonnant de compter dans les 20 900 pièces de draperies enregistrées au bureau de contrôle de Bayonne, un total de 3 000 pièces de cordillats, fleurets, cadis, flanelles, burats et autres petites draperies de Béarn, de la vallée d’Aure, de Saint-Gaudens et de Valentine106.

  • 107 Butel P., Les négociants bordelais, l’Europe et les Îles au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 1974, p. (...)
  • 108 Ibid., p. 68-82.
  • 109 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 432
  • 110 « Mazamet vendait davantage au Canada depuis que la France l’avait perdu » : Cazals R., Les révolu (...)

38Bordeaux jouait aussi un rôle non négligeable dans les exportations des produits de la moitié occidentale du Midi. L’aire commerciale du port s’étendait à toute l’Aquitaine intérieure correspondant à la généralité de Bordeaux, surtout entre Dordogne, Garonne et Lot, et plus largement à un vaste espace englobant la partie septentrionale de la généralité d’Auch et Pau, autour du Condomois et de la Lomagne, ainsi que sur la partie occidentale de celle de Montauban, entre Lot et Tarn. Le port drainait aussi une fraction de la production de la généralité de Languedoc et de la partie orientale et pyrénéenne de celle d’Auch et Pau. L’essentiel des produits étaient des matières premières ou venaient de l’agriculture : merrains, charbon, bois, blé, vin et minot. On trouvait aussi les textiles d’Agen, de Montauban, du Béarn, du Castrais, du Gévaudan, du Rouergue, du Lodévois et même des Cévennes107. Mais ce débouché reste toutefois secondaire pour les manufactures de laine du Midi. La majorité des textiles destinés à l’exportation par l’Ouest passent par les Pyrénées ou/et Bayonne pour l’Espagne et ses colonies qui restent l’horizon principal. Les marchés du Nord qui dominent dans les échanges bordelais sont peu porteurs pour les lainages du Sud108. Quant aux débouchés américains, la perte du Canada a porté un rude coup aux exportations des tissus épais qui s’y écoulaient avant la Guerre de Sept Ans, en particulier dans le Castrais et l’Albigeois109, même s’il ne faut pas en exagérer les conséquences pour un centre tel que Mazamet110.

La stagnation d’ensemble après 1770

39Le dynamisme des marchés intérieurs et extérieurs a donc largement porté la croissance des draperies du Midi jusqu’au règne de Louis XV. Mais, dès les années 1750, certains signes d’essoufflement sont perceptibles dans la grande comme dans la petite draperie. La décennie 1760 est celle de l’accentuation des difficultés ; elles se révèlent nettement pour nombre de territoires après 1770. Toutefois, cela n’empêche pas quelques places et territoires de la laine de poursuivre leur croissance jusqu’à la Révolution.

Carte 23. – Production française des étoffes de laine à la fin du XVIIIe siècle (nombre de pièces).

Carte 24. – Production française des étoffes de laine à la fin du XVIIIe siècle (en millions de livres).

Carte 25. – Production française des étoffes de laine à la fin du XVIIIe siècle (en aunes carrées).

40Mais les trajectoires divergent. Dans la grande draperie, le marché du Levant s’effondre : il faut chercher de nouveaux débouchés. Dans les espaces dominés par la petite draperie, la contraction des exportations vers les Espagne affecte particulièrement la partie orientale du Midi alors que le Haut-Languedoc résiste mieux. En revanche, en Gascogne et en Guyenne, le ralentissement est général.

Les réorientations dans la grande draperie

Marché du Levant : de la surproduction à l’effondrement

  • 111 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)
  • 112 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 401
  • 113 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.
  • 114 Arch. nat., F12, 549 ; Tableau du commerce de Smyrne, 1787.

41Comme dans les années 1760, les années 1770 et 1780 sont marquées par de profonds soubresauts de la production et de l’écoulement des draps par Marseille. Tendanciellement, l’orientation est toujours fortement récessive. Dans les années 1770, les londres ont totalement disparu du marché, les londres larges et les nims voient leur production s’effondrer et devenir marginale (1,8 % du total) ; mais, les draps fins augmentent tous, les londrins seconds atteignant 93 % du total111 et continuent de croître alors que la consommation diminue en parallèle112. En effet, si les Français ont, par le passé, pratiquement chassé la concurrence des Échelles du Levant pour les qualités intermédiaires de draps fins, ils subissent à nouveau celle des Anglais, des Hollandais, des Vénitiens et même des Allemands dans ce domaine, sans jamais parvenir à compenser leur retard sur les hautes et basses qualités pour lesquelles les Anglais sont toujours restés prépondérants113. La seconde moitié des années 1780 voit se produire l’inévitable effondrement de la production et de l’exportation par Marseille. Toutes les gammes de tissus sont profondément atteintes et le total passe sous les 60 000 pièces, retrouvant le niveau des années 1740. En 1787 à Smyrne, second marché pour les étoffes fines françaises après Constantinople, les Hollandais sont à nouveau très présents et réalisent, avec les Anglais, pour près de 40 % des valeurs importées dans cette échelle114.

  • 115 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 116 Ballainvilliers, Mém, dioc Béziers, fo 131. L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l (...)
  • 117 Thomson J. K. J., Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian (...)

42Ce processus global, particulièrement sensible dans le Carcassonnais, est aussi perceptible dans la généralité de Montpellier, où Clermont et Bédarieux sont frappées aussi par la contraction du marché levantin. Clermont atteint son maximum de production en 1764 avec 15 100 pièces ; la tendance est ensuite orientée à la baisse et, en 1783, on n’en compte plus que 7 940. Le processus est sensiblement différent pour Bédarieux, où, malgré les aléas, la croissance se poursuit jusque dans les années 1770 ; le maximum serait atteint en 1774 avec 8 835 pièces115 ; par la suite, la tendance à la baisse n’est pas avérée et on peut penser que la fabrication a plutôt stagné que régressé. Le différentiel de choix commercial des deux centres explique les divergences d’évolution ; alors que Clermont reste entièrement fidèle à une production pour les Échelles du Levant, Bédarieux diversifie sa fabrication pour atteindre, d’abord, le marché intérieur, même si une moindre partie gagne aussi l’Espagne et l’Italie116. Les entrepreneurs de Bédarieux innovent alors que ceux de Clermont n’explorent pas de solutions industrielles alternatives ; ils restent immobiles ou quittent l’industrie pour le négoce – ce qui n’est pas nouveau – mais surtout pour la rente foncière et l’office117.

Carte 26. – Expédition des draps du Languedoc aux échelles du Levant en 1781, 1782 et 1785 (nombre de pièces).

Carte 27. – Expédition des londrins seconds aux échelles du Levant en 1781, 1782 et 1785 (nombre de pièces).

Carte 28. – Expédition des londrins premiers aux échelles du Levant en 1781, 1782 et 1785 (nombre de pièces).

Carte 29. – Expédition des mahoux aux échelles du Levant en 1781, 1782 et 1785 (nombre de pièces).

Carte 30. – Expédition des londres larges et des nims aux échelles du Levant en 1781, 1782 et 1785 (nombre de pièces).

  • 118 Arch. nat., F12, 1384 ; Délibération du Bureau du Commerce du 17 avril 1766, transmise à l’intenda (...)
  • 119 Arch. nat., F12 ; 549-550 ; Mémoire sur le rétablissement du commerce du Levant par Thomassin sous (...)

43Les sources imputent cet effondrement commercial à la dégradation de la fabrication. Toutes les catégories seraient touchées. Mais ce sont les londrins seconds qui seraient les plus affectés. Mauvaises méthodes, emploi de laines de basses qualités, apprêts bâclés, application de mauvaises teintures, réduction du compte des fils en chaîne, seraient responsables de cette situation118. L’agiotage des permissions d’exporter – qui enchérit les draps –, le recours à des noms étrangers pour contourner la fixation – qui crée des nouvelles marques –, l’emploi des neutres pour le transport des marchandises – qui permet de former la concurrence à la connaissance d’un négoce –, ont aussi contribué à affaiblir la position française au Levant119.

La croissance en Europe : d’autres draps pour d’autres marchés

  • 120 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 121 Trouvé C.-J. baron, Description générale et statistique du département de l’Aude, op. cit., p. 610
  • 122 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 418
  • 123 Ballainvilliers, Mém, dioc Mirepoix, fo 82. (Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de (...)

44Presque à la même période, Chalabre réalise la même réforme que Bédarieux. À la fin du XVIIe siècle, la ville était déjà un centre appréciable de fabrication puisqu’en 1692 elle produisait 1 500 pièces de draps et 400 pièces de cordelats. En 1708, le nombre de ses seizains et draps larges se portait à 1 600 pièces. Il s’agissait d’une production supérieure en qualité à celle des basses draperies de la région ; elle formait, cependant, la catégorie la plus basse de la grande draperie120. Prise par la fièvre de production pour le Levant, Chalabre se lança dans la fabrication des draps pour les Échelles. Mais la chute fut aussi brutale que la montée fut rapide car le centre fut frappé durement et précocement par la contraction du marché levantin. Ses draps décriés121 projettent la place dans « la misère la plus complète » au début de la seconde moitié du XVIIIe siècle122. Elle devra alors son salut à une réforme de structure dans les années 1780 qui consistera en une reconversion vers la production de draps larges destinés essentiellement au marché intérieur ainsi qu’à l’Espagne et à l’Italie. Le redressement sera spectaculaire et, en 1788, les draps partiront de nouveau pour les foires de Beaucaire et de Pézenas123.

  • 124 Cf. supra.
  • 125 Arch. dép. Hérault, C, 2383 ; Mémoire des jurés-gardes de la jurande de Limoux, 1786.
  • 126 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Le Nain sur l’état du commerce et des productions du Lang (...)
  • 127 Arch. dép. Hérault, C, 2211 ; Rapport de l’inspecteur provincial de manufactures de Languedoc, 177 (...)
  • 128 Trouvé C.-J. baron, Description générale et statistique du département de l’Aude, op. cit., p. 609

45Cette réorientation, Limoux l’avait réalisée bien plus tôt ; abandonnant progressivement la fabrication pour le Levant, sa force a été, tout d’abord, de centrer sa production sur des vingt-deuxains et des vingt-quatrains à destination du marché intérieur, de l’Italie et de l’Espagne124. Les premiers dominèrent toujours les seconds dans la fabrication, au point qu’en 1786 les vingt-deuxains atteignirent le nombre de 4 500 pièces, celui des vingt-quatrains n’étant que de 893125. La force de la place industrielle a résidé ensuite dans le perfectionnement de sa fabrication. Alors que ses draps étaient décriés au milieu du XVIIIe siècle du fait du relâchement qui s’était produit dans leur fabrication126, dès la fin des années 1770, l’inspecteur provincial de Languedoc félicitait la place pour la beauté de ses draps127, plus fins et mieux travaillés que par le passé128.

  • 129 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420 (...)
  • 130 Arch. nat., F12, 1384 ; Mémoire des députés et du syndic général de la province de Languedoc conce (...)
  • 131 Appolis E., Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : le diocèse civil de Lodève. Étude ad (...)
  • 132 Arch. nat., F12, 1384 ; Mémoire des députés et du syndic général de la province de Languedoc conce (...)

46Lodève ne réalise pas ce type d’adaptation et ne cherche pas à améliorer sa production car les tissus destinés à l’habillement des soldats sont moins exigeants en qualité que la grande draperie destinée au marché. En effet, la vocation de fourniture aux armées de Lodève se confirme dans les dernières décennies de l’Ancien Régime au point de devenir presque exclusive. Cela ne tient pas tant à la croissance des commandes de la part de l’État – qui tendent à rester stables autour d’environ 15 000 pièces par an – qu’à la quasi-disparition de la production civile. Le discrédit touchant les pinchinats finit par provoquer leur disparition. Lodève devient alors un centre ne dépendant presque plus exclusivement que de la commande publique, comme les chiffres de production donnés par Ballainvilliers en 1788 l’attestent129. Cette production qui avait réellement débuté au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, avait pris de l’importance à partir de 1730 « du fait de la reconnaissance de la qualité de la fabrication des habits militaires dans la cité industrielle130 », certainement plus de la volonté du cardinal de Fleury ; en effet, les ordonnances royales de mars 1729 et d’avril 1736, précisent que l’infanterie sera revêtue de draps de Lodève131. Un ralentissement de l’activité s’observe à partir de 1763 car l’habillement des troupes passe en régie. L’ordonnance du 25 mars 1776 y met fin tout en prescrivant « des règles invariables sur tout ce qui concerne ses troupes », confiant « tous les détails aux soins économiques du Conseil d’administration établi dans chaque régiment132 ». Cela ne remet pas en cause la primauté de Lodève qui, en presque un demi-siècle, a acquis une position qui lui assure une primauté incontestable.

Graphique 11. – Évolution de la production de draps à Clermont et Bédarieux au XVIIIe siècle.

  • 133 Arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des financ (...)
  • 134 Arch. dép. Hérault, C, 2384 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 20 septembre 1786.
  • 135 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 435 (...)

47Dans le Castrais, qui produit aussi marginalement pour l’armée des cordelats redins et des tricots133, la production de draps s’y développe de la même manière. Si Castres doit une partie de sa croissance à cette mutation, c’est surtout à Mazamet que le phénomène est le plus marqué. Alors que la ville n’était qu’un centre textile parmi tant d’autres dans la première moitié du XVIIIe, elle développe dans la seconde partie du siècle une production de draps qui prennent même son nom ; en 1786, cette fabrication est de très loin la principale puisque les mazamets larges (30 %) et les étroits (28 %) représentent donc à eux seuls près de 58 % de la production du centre éponyme134. Castres fabrique aussi des draps ; l’inspecteur Delagenière les apprécie considérant qu’ils approchent en qualité ceux de Limoux. Production tournée en direction du marché intérieur, elle gagne aussi l’étranger, même l’Allemagne et les pays du Nord135.

  • 136 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)

48Dans le Carcassonnais, on tenta aussi de produire pour le marché intérieur et pour l’Europe. Dans les années 1780, la production hors Levant augmente parallèlement à la régression des londrins seconds. Certaines manufactures royales se mettent à produire des draps pour l’intérieur – La Trivalle, Montolieu, Pennautier – comme des fabricants de la jurande carcassonnaise : Antoine Dupré, les Thoron père et fils, Pech frères, Dominique Laperrine, Monerie, Rouby, Castel frères, Antoine Rolland. Ils imitent les draps de Sedan, d’Elbeuf, de Louviers ou d’Abbeville et rencontrent même un réel succès dans leur entreprise. La croissance de leur nombre et l’augmentation de 20 à 50 % de leur prix, selon les qualités, l’attestent136.

Petites étoffes de Languedoc : l’amplification des contrastes

Le Gévaudan

  • 137 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 138 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère (...)
  • 139 Arch. nat., H1, 748221 ; État des draperies négociées sur les marchés du Gévaudan, 1788 ; arch. dé (...)

49En Gévaudan, la tendance observée entre le milieu des années 1740 et le début des années 1770 se poursuit jusqu’à la Révolution française. Elle est marquée par une orientation à la baisse des volumes de production et une poussée de la fabrication de produits à plus forte valeur ajoutée. Cette évolution est générale et s’observe partout en Bas-Languedoc. Le territoire autour de Montpellier, qui a centré son effort sur les draps, a connu une plus grande prospérité que celui des Cévennes et des Garrigues, aux produits intermédiaires ; lui-même s’est plus développé que le Gévaudan, où les produits de basse qualité ont continué de dominer137. Aussi, à partir des années 1770 et jusqu’à la Révolution française, la production du Gévaudan est orientée à la baisse. La diminution est particulièrement sensible dès le début des années 1780 ; en 1783, la fabrication tombe à 63 800 pièces. Les contemporains la ressentent pleinement sans en saisir les véritables causes138. Entre 1771 et 1786, le volume global de la fabrication passe de 100 341 à 69 985 pièces, ce qui représente une baisse de 30 %. Toutefois, la régression n’est que de 19 % en valeur. En effet, si la masse de la production continue d’être dominée par des tissus de faible prix, le Gévaudan poursuit un processus d’amélioration de qualité relative, révélé par l’amélioration du rapport entre valeur et nombre de pièces produites. La zone montagneuse de Saint-Chély d’Apcher, de Saugues et du Malzieu, dominée par la production des cadis soubeirans, régresse. Il en est de même des mauvais cadis hôpital de Marvejols et de Saint-Léger ou des burates de Langogne : ces derniers n’ayant jamais vraiment connu de développement. Les cadis refoulés, spécialité de La Canourgue, se maintiennent du fait des commandes militaires. La fabrication des cadis à la dauphine, de meilleure qualité, s’étend à partir du milieu des années 1760 autour de Florac, Espagnac, Quézac, Bédouès, Cocurès, Sainte-Énimie et dans tous les villages situés sur les rives du Tarn. Les serges qui représentent la qualité supérieure traditionnelle de la fabrication du Gévaudan, croissent dans leurs espaces habituels de Mende, Serverette, Marvejols, Le Malzieu et gagnent Langogne. Enfin, les escots, étoffes les plus chères, ne se développent vraiment qu’à Mende et les impériales – ou sempiternes – s’étendent dorénavant au-delà de Marvejols vers Saint-Léger et dans ses environs139.

La zone de production de Nîmes, des Cévennes et du Vivarais

  • 140 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 141 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 428
  • 142 Molinier A., Stagnation et croissance. Le Vivarais aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS et Je (...)
  • 143 Sommières mériterait, à elle seule, une monographie centrée sur l’étude de son industrie textile.
  • 144 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 429 (...)

50La zone de production de Nîmes, des Cévennes et du Vivarais semble affectée par une régression analogue à celle du Gévaudan, bien que l’on éprouve les mêmes difficultés à évaluer l’évolution de la production dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, pour des raisons identiques à celles énoncées précédemment. Les appréciations des historiens sont d’ailleurs divergentes en la matière ; là où Tihomir Markovitch croit déceler « un nouveau mouvement ascendant entre 1765 et 1789140 », Léon Dutil fait le constat de l’unanimité des sources quant à la « diminution considérable [des manufactures à] la fin de l’Ancien Régime ». Il faut dire que le premier ne fonde son hypothèse d’évolution que sur les seules données de 1765 et sur l’évaluation de l’enquête de l’an III, ce qui est pour le moins fragile. Léon Dutil s’appuie, en revanche, sur les observations et les estimations des inspecteurs des manufactures, à la fois plus nombreuses et plus fiables. Il étaye son argumentation en comparant des statistiques pour 1761 et 1783 et reprend les mémoires de l’intendant Ballainvilliers. Il souligne qu’en « 1761 on trouve 15 000 pièces de ratines au bureau d’Uzès, 1 200 pièces de draps et 5 000 de cadis au Vigan, 20 000 pièces de serges et de cadis à Anduze, 15 000 de serges à Alès, 3 000 à Saint-Hippolyte, 7 000 à Sauve. En 1783, les inspecteurs [ne] notent [plus] seulement [que] 2 500 pièces pour Anduze et les environs, 500 à Saint-Jean de Gardonnenque, 3 à 400 à Saint-Hippolyte, 200 à Durfort, 200 à Quissac ». En outre, Ballainvilliers n’estime la production des Cévennes qu’à 8 000 pièces en 1788141. Enfin, remarquons qu’Alain Molinié ne chiffre la croissance des basses draperies du Vivarais qu’à un taux annuel de + 0,57 % entre 1730 et 1789142. Lorsque l’on se rappelle la vigoureuse croissance des débuts du XVIIIe siècle, on peut penser que l’évolution après 1770 a été au mieux marquée par une stagnation ; une régression paraît bien plus plausible. Dans ce contexte de repli général, un centre tire pourtant son épingle du jeu : Sommières143. Situé dans les basses Cévennes, dans le diocèse d’Uzès, il voit sa production prospérer grâce à la production de bons molletons144.

Carte 31. – Nombre d’étoffes produites en Gévaudan en 1788.

Carte 32. – Production du Gévaudan en 1788 : chiffre d’affaires par centre de fabrique (en livres).

En Haut-Languedoc : Castres, Mazamet, Montesquieu, Sainte-Croix

  • 145 Ibid., p. 436-437.
  • 146 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 147 Arch. dép. Hérault, C, 2576 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 1781.
  • 148 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 438 (...)

51Les molletons participent aussi, pour partie, à la prospérité de Castres et de Mazamet qui continuent de se développer alors qu’alentour, il n’est question que de diminution et d’affaiblissement, résultant d’un processus amorcé dans les années 1760. C’est la jurande de Dourgne et de Massaguel qui a le plus perdu, trop fidèle aux cordelats très communs et aux frisons étroits qui passent de 11 700 pièces en 1768 à 5 100 en 1786. Celle des sargues a aussi considérablement baissé comme à Vabre. La situation semble particulièrement grave en 1787, puisque les produits de la zone ne trouvent pas acquéreur aux foires de Beaucaire, de Pézenas, de Toulouse ou de Bordeaux145. Castres a poursuivi sa croissance et de 2 000 pièces réalisées en moyenne durant la première moitié du XVIIIe siècle, elle est passée à 8 000 produits très divers en 1781146. Mais la structure de sa production demeure encore très traditionnelle avec une nette domination des londons (34 %) et des frisons (32,5 %). Son dynamisme est alors tout relatif, surtout comparé à celui de Mazamet qui, en 1782, atteindrait 16 000 à 18 000 pièces alors qu’en 1786 le centre et ses environs en auraient fabriqué 25 730. La croissance remarquable du territoire repose sur le perfectionnement de la production de cordelats. Les plus beaux prennent d’ailleurs le nom de la place industrielle. Les mazamets larges et étroits représentent 74 % de la production de la place industrielle en 1781147. En 1781, la production de Castres et de sa région – sans Mazamet – montait à 26 320 pièces ; avec Mazamet et ses environs, l’ensemble devait atteindre au minimum 42 000 pièces, peut-être même 45 000, sans excéder les 50 000. Mais une bonne partie de ce total n’était pas représentée par des petites draperies mais par des draps. Cette croissance contraste avec le territoire albigeois qui a connu la même régression que les autres centres de basses étoffes de l’essentiel du bassin versant du Tarn. Alors que sa production s’est réduite à peu de chose, il a profité du développement de l’aire de Castres et de Mazamet en filant ses estames et ourdissant ses chaînes148.

Graphique 12. – Production de draperies à Castres en 1781.

Graphique 13. – Production de draperies à Mazamet en 1781.

  • 149 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux à Trudaine du 1er avril 1777.

52Sans connaître la même vigueur de diversification que Castres et Mazamet, les manufactures du Volvestre décuplent leur production entre 1740 et 1777. Le centre principal qui s’affirme est Montesquieu où les trente à quarante fabricants qui s’y trouvent fabriquent 10 000 pièces en moyenne par an149.

  • 150 Ibid.
  • 151 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Statistiques concernant Montesquieu-Volvestre, 1779-1780.
  • 152 Arch. dép. Hérault, C, 2224 ; Statistiques concernant le diocèse de Rieux, 1783 et Arch. dép. Héra (...)
  • 153 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 93, Ballainvilliers, Mémoires sur le Languedoc, 1788, fo 24 vo.
  • 154 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, Ballainvilliers, Commerce de Languedoc, 1788, fo 97 ro.
  • 155 Ibid.
  • 156 Ibid. et bibl. mun. Carcassonne, mss. no 93, Ballainvilliers, Mém. sur le Languedoc, 1788, fo 25 v(...)
  • 157 Arch. nat., F12, 1383, Vauvoux, inspecteur des manufactures du département de Toulouse, 1777.

53Les draperies se sont spécialisées au cours de ces vingt-cinq années dans la production du « droguet façon d’Angleterre », et c’est par lui que ces fabriques ont connu un pareil essor150, avant de se diversifier par la suite. Cependant, Montesquieu-Volvestre n’est pas seul à connaître une telle croissance ; Sainte-Croix bénéficie du même type de développement. Durant cette période, la croissance ne s’effectue pas sans accrocs, comme à la fin des années 1770151. Dans la décennie 1780, la production est résolument orientée à la hausse, rejoignant des chiffres plus proches de ceux que l’on observait en 1776152. Aussi, en 1788, les manufactures du Volvestre conservent, malgré les difficultés, une grande vigueur. Montesquieu demeure le principal centre de fabrication153 en produisant annuellement 4 000 pièces, surtout des droguets154. Sainte-Croix le talonne avec environ 3 000 du même produit155. Aux côtés de ces deux bourgs, on recense trois autres localités qui constituent les lieux secondaires de production textile du diocèse civil de Rieux. La ville de Carbonne produit environ 400 pièces de rases et de cadis, Cazères ne fabrique que 150 pièces de grosses rases, Saint-Elix fournit environ 400 pièces de rases et de cadis mêlés, auxquels il convient d’ajouter 100 ségoviannes « ou étoffes à long poils à l’imitation de celles de la fabrique de Castres156 ». Si la nature de la production des fabriques du diocèse civil de Rieux laisse entrevoir une amélioration tant qualitative que quantitative depuis le milieu du XVIIIe siècle, en revanche, les difficultés survenues dès la fin des années 1770 entraînent une certaine érosion de la production. Ainsi, en 1788, le total de la production du diocèse ne s’élèverait plus qu’à environ 8 050 pièces alors qu’elle était, « année commune », d’environ 10 000 pièces en 1777 pour le seul centre de Montesquieu157, comme nous l’avons déjà souligné.

Le ralentissement en Guyenne et en Gascogne

Dans la généralité d’Auch

  • 158 Arch. dép. Gers, C, 29, pièce 5 ; État des pièces d’étoffes et de toiles présentées et marquées au (...)
  • 159 Arch. nat., F12, 1344 ; Réponse à l’enquête de l’an III sur la fabrication des étoffes de laines p (...)
  • 160 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94 ; Intendant de Ballainvilliers, Traité sur le Commerce de Langu (...)

54Les difficultés concernent aussi les manufactures de la généralité d’Auch qui se maintiennent pourtant à un haut niveau de production. Nous avons pu constater que, dès le milieu du XVIIIe siècle, le nombre de 20 000 pièces était de nouveau dépassé. À la fin de l’Ancien Régime, les différents rapports d’inspection de Lauvergnat montrent que le département de Saint-Gaudens conserve autour de 1 500 métiers battants. Il en est de même de la production que l’on peut évaluer entre 1781 et 1787 à une moyenne annuelle de 22 524 pièces valant 1 854 158 livres158 soit l’essentiel de la production de la généralité. On est là très proche des indications de l’enquête de l’an III159, tendant ainsi à conforter la proposition d’évaluation chiffrée pour la fin de l’Ancien Régime. Cela révèle-t-il pour autant une dynamique positive des manufactures régionales ? Ballainvilliers en doute du fait de la faiblesse des profits que cette activité procure160.

  • 161 Arch. dép. Gers, C, 29, pièces 5 et 129, supra cit.
  • 162 Arch. nat., F12, 556 ; Manufactures partie ancienne. Dossier 5 : Gascogne, manufactures de la géné (...)

55La production reste dominée largement par les cadis dont la qualité s’est à nouveau dégradée. Les productions de la vallée d’Aure ce sont effondrées et ne représentent plus que 25 %161 de la fabrication de l’inspection alors qu’elle faisait jeu égal avec la zone de Saint-Gaudens au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles162.

En Béarn, Navarre et Labourd

  • 163 Desplat C., Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, (...)
  • 164 Pour la critique des sources et des évaluations chiffrées, cf. Minovez J.-M., « Les exportations d (...)
  • 165 Les capes faisaient l’objet d’un commerce de gros le long de la chaîne des Pyrénées entre marchand (...)
  • 166 D’autant que les couvertures faisaient l’objet d’une demande importante de la part de la Marine : (...)

56Les difficultés semblent encore plus marquées dans la partie occidentale des Pyrénées, en Béarn, Navarre et Labourd. Pour Christian Desplat, l’industrie textile du Béarn connaît une crise générale qui débute en 1776 et se poursuit jusqu’à la Révolution163. Or, on dispose de très peu de renseignements chiffrés au XVIIIe siècle pour mesurer le phénomène et les calculs de l’enquête de l’an III paraissent totalement surestimés. Une réévaluation de l’importance de la production avant 1770 ainsi qu’une approche critique des valeurs avancées par l’enquête de l’an III permettent de penser que la fabrication d’étoffes de dimension courante a, au mieux, stagné entre la fin des années 1770 et la Révolution164. Il est plus probable qu’elle ait régressé au profit du développement de tissus de basse qualité de petite dimension comme les capes165 ou les couvertures ; avec une valeur de 300 000 francs, le nombre de ces dernières peut être évalué en 1802 entre 30 000 et 50 000 pièces ; quant aux capes de Béarn, avec 120 000 francs, elles ont pu encore se situer, à la même époque, entre 9 000 et 15 000 pièces. La production lainière aurait donc continué de : croître dans les dernières décennies de l'’Ancien Régime166.

Graphique 14. – Production des draperies de la généralité d’Auch en 1781 et 1782.

Dans la généralité de Montauban

  • 167 Arch. nat., F12, 1344 ; Tableaux dressés en ventôse an III (février-mars 1795).
  • 168 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 169 Deffontaines P., Les hommes et leurs travaux dans les pays de la moyenne Garonne (Agenais, Bas-Que (...)
  • 170 Grèzes-Rueff F., « Assoupissement économique et désindustrialisation (1799-1940) », Ligou D. (dir. (...)
  • 171 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit (...)
  • 172 Amalric J.-P., « L’Ancien Régime et les révolutions », Fau J.-C. (dir.), Le Tarn-et-Garonne de la (...)
  • 173 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778.
  • 174 Arch. nat., F12, 559 ; État général des différentes manufactures et des objets de l’industrie et d (...)

57Les évaluations pour l’ancienne généralité de Montauban en 1789 soulèvent les mêmes doutes quant à la fiabilité de l’enquête de l’an III. Les chiffres avancés laissent entendre une croissance formidable de 555 % du nombre de pièces produites entre 1764 et la fin de l’Ancien Régime167. Les évaluations de Lauvergnat permettent de nuancer sérieusement cette extrapolation ; la production de la généralité ne serait, en effet, que de 52 700 pièces en 1785. Bien que trois fois moins élevée que les valeurs révolutionnaires, cette évaluation permettrait tout de même de chiffrer la croissance entre 1764 et 1785 à + 124 %168. Cela ferait de la généralité de Montauban une exception en la matière dans le Midi et, avec la Champagne, le seul espace à connaître, en France, une si forte croissance. Si l’on en croit Tihomir Markovitch, cet essor reposerait en grande partie sur le dynamisme de la capitale de la généralité. Les historiens ne s’accordent pourtant pas tous sur cette question ; pour Pierre Deffontaines, on observerait une « décadence de l’industrie drapière à la fin du XVIIIe siècle169 » et pour François Grèzes-Rueff l’industrie locale est en position de faiblesse dès les années 1780 face à la concurrence170. Daniel Ligou, sur la foi de plusieurs sources chiffrées, avance l’hypothèse d’une croissance montalbanaise de 25 % entre 1764 et 1785 ; le témoignage du manufacturier Constans-Tournier dans l’enquête de l’an III, affirmant que l’« industrie s’accroissait » dans les dernières années de l’Ancien Régime, le conforte dans sa position171. Les indices repérés par Jean-Pierre Amalric dans ses dernières recherches tendraient à confirmer l’essor de la fabrique montalbanaise dans la seconde moitié du XVIIIe siècle172. Pourtant la comparaison entre le mémoire de 1778173 et l’État général de 1783174 donne des valeurs établissant la stagnation d’une fabrication plafonnat à 12 000 pièces annuelles pour un chiffre d’affaires de 1 800 000 livres.

  • 175 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit (...)
  • 176 Ibid., p. 115-117.
  • 177 Grèzes-Rueff F., « Assoupissement économique et désindustrialisation (1799-1940) », loc. cit., p.  (...)

58Cependant, ce n’est pas avec les statistiques dont nous disposons que nous pouvons être absolument affirmatif en la matière ; les hypothèses les plus élevées pour le milieu du siècle sont plus hautes que la majeure partie de celles de la fin de la période ; le Calendrier Historique de la Généralité (1789) donne un encadrement très large de valeurs entre 1 470 000 et 2 700 000 livres en 1785175. Le problème dans l’évaluation du dynamisme de la fabrication à Montauban réside en outre dans les difficultés à différencier production de la ville et des bourgs ruraux qui en dépendent, des tissus en provenance de la vallée d’Aure, du Comminges, du Gévaudan ou de Mazamet qui, entrés dans les mains des marchands de Montauban, sont apprêtés dans les ateliers de la ville. Les cadis – et autres – de Montauban pourraient aussi bien être des étoffes produites dans son aire de production que dans son bassin d’influence commerciale176. Malgré toutes ces réserves, il semble que l’hypothèse de Daniel Ligou doive être envisagée comme la plus plausible car elle s’appuie sur des sources fiables ou recoupées ; Pierre Deffontaines généralise trop son propos à l’ensemble de la « moyenne Garonne », or le destin de l’Agenais n’est pas celui du Bas-Quercy ; quant à l’affirmation de François Grèzes-Rueff, elle ne veut pas forcément dire ralentissement de la production : les faiblesses qu’il souligne, Daniel Ligou les observe aussi, en particulier la trop grande dépendance aux « splendeurs atlantiques » qui ne se révèleront que plus tard177.

  • 178 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778 ; (...)

59La croissance de la généralité est à rechercher dans le développement, à partir des années 1720, des autres places et territoires du Quercy et du Rouergue. Ainsi, Saint-Geniez à poursuivi sa croissance grâce à ses refoulés et les sempiternes, même si elle marque le pas dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Cahors et Rodez, encore plus, ont développé une active petite draperie de cadis, de rases et de serges drapés. La grande draperie s’est aussi accrue en profitant de l’extension de l’influence des manufactures du Bas-Languedoc. Dans le Camarès, on s’est mis à produire des londins pour le Levant mais, surtout, quelques places ont développé la production de draps pour la troupe sous l’impulsion de Lodève : Saint-Affrique, d’abord, avec ses draps de Lodève – complétés par des cadis drapés –, Pont-de-Camarès, ensuite, avec des petits lodèves – additionnés de tricots. C’est donc le dynamisme périphérique à la capitale provinciale qui fait la croissance de la généralité et la diversification de sa production en draps de qualité dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. La vigueur montalbanaise tient plus, à cette époque, de la maîtrise des apprêts qu’elle continue de contrôler sur un vaste espace, se nourrissant des croissances nouvelles comme celle de Mazamet ; c’est encore 60 000 pièces par an qu’elle traite en préparation et en teinture en 1783, pour un chiffre d’affaires estimé à 2 500 000 de livres. Pour la fabrication, Montauban reste encore majoritairement fidèle à ses cadis qui ont fait sa réputation. On peut cependant penser que leur qualité ne peut rien contre la diminution de consommation des marchés des « colonies septentrionales » d’Amérique et des communautés religieuses en régression, principaux marchés des manufactures du Bas-Quercy, menaçant ainsi la grande place industrielle victime de sa monoproduction178.

60L’image générale qui se dégage alors de l’évolution de la grande et de la petite draperie est bien celle d’une stagnation d’ensemble dans laquelle peu de places et de territoires progressent et beaucoup entrent en récession.

Carte 33. – Production de la généralité de Montauban en 1783 : chiffre d’affaires par centre de fabrique (en livres).

Horizons nationaux et internationaux après 1770

61Les hésitations de la croissance, nettement perceptibles à partir de la décennie 1760, doivent beaucoup aux fluctuations des marchés internationaux. La concurrence qui s’exacerbe au Levant affecte particulièrement la grande draperie, alors que les petites étoffes sont surtout atteintes par la fermeture des marchés espagnols. Cependant, le manque de compétitivité des petites draperies sur le marché intérieur, malgré sa croissance, représente aussi un facteur important d’explication de leurs difficultés. Les tentatives de développement des marchés traditionnels (italiens et suisses) et la recherche d’implantations en Amérique ne s’avèrent pas fructueux ; ils ne permettent pas d’inverser la tendance récessive.

La rétraction des marchés extérieurs

Stagnation de la production et baisse des exportations

62L’évolution de la production jusqu’en 1770 environ avait montré qu’un grand nombre de manufactures rencontraient des problèmes dans l’écoulement de leurs tissus ; des marchés se fermaient, d’autres se développaient et tous les territoires ne parvenaient pas forcément à s’adapter. Celui d’Espagne et de ses colonies, si important pour presque toutes les manufactures du Midi, n’était plus aussi porteur. Cela étant, la concurrence s’exacerbait sur tous les marchés méditerranéens. Parallèlement, le marché intérieur se développait aussi ce qui pouvait expliquer l’abandon d’horizons plus lointains. Mais il ne compensait pas forcément la régression des débouchés extérieurs.

63Observable jusqu’aux deux tiers du XVIIIe siècle, la régression s’accroît ensuite dans la décennie 1770. Le processus n’est pas propre au Midi puisque, en s’appuyant sur les évaluations de Tihomir Markovitch portant sur l’ensemble de la fabrication française de draperies, on constate que la baisse de la production en quantité et en valeur est nettement marquée. Si l’on prend en considération l’évolution de la production de draperies depuis 1750 jusqu’en 1780, la tendance générale, bien que légère, serait même marquée à la baisse. La décennie 1780 rattraperait en partie quarante ans de stagnation des volumes et des valeurs par une vigoureuse reprise interrompue ensuite.

  • 179 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 879
  • 180 Ibid., p. 879-880.

64Le Midi semble connaître une stagnation similaire et même plus nette du fait de la part importante des produits qui gagnaient les marchés étrangers. En Languedoc, plus de la moitié de la valeur de la production de la grande draperie était destinée à l’exportation179 ; pour les petites étoffes, la part variait sensiblement d’un territoire à l’autre, d’une fabrication à l’autre. Léon Dutil estime à 57 % la part des basses étoffes pour l’étranger180, ce qui paraît beaucoup. Quoi qu’il en soit, les exportations et leurs variations représentaient un caractère déterminant pour la bonne marche des manufactures textiles ; un ralentissement ou, pire encore, la fermeture d’un marché avaient des conséquences catastrophiques, au moins à court terme, sur le dynamisme d’une place ou d’un territoire.

  • 181 Crouzet F., De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-X (...)
  • 182 Léon P., « Structure du commerce extérieur et évolution industrielle de la France à la fin du XVII (...)

65Or, les historiens ont depuis longtemps fait la constatation de la baisse, relative ou/et absolue, des exportations françaises de produits manufacturés dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Pour François Crouzet, cela serait dû à la perte de compétitivité de la fabrication française et à la politique de Charles III qui auraient provoqué le recul des produits nationaux au Levant, en Espagne et en Amérique espagnole après 1770181. Selon Pierre Léon, la concurrence exercée par les Anglais mais aussi les Hollandais, les Allemands et les Autrichiens, aurait été à l’origine des difficultés d’exportation pour bon nombre de produits manufacturés français182.

66On a pu montrer que le marché espagnol a représenté un débouché considérable depuis le XVIIe siècle pour les basses étoffes du Midi. La généralité de Montauban, le Gévaudan et surtout le Béarn envoyaient une part significative de leur production vers la Péninsule ibérique. Certains produits de la partie orientale des Pyrénées étaient même majoritairement destinés à ces marchés. La Généralité d’Auch participait du même phénomène, bien que le débouché semblât perdre de sa vigueur dès le milieu du XVIIIe siècle. Le Languedoc, quant à lui, était beaucoup plus tourné en direction des marchés du Levant, de l’Est et du centre de l’Europe.

67Les difficultés rencontrées par les manufactures du Midi ne peuvent donc être comprises sans prendre en compte les fluctuations des marchés méditerranéens et leur évolution de structure. Aussi, il semble particulièrement intéressant d’envisager l’évolution des manufactures de petites étoffes du Midi au regard des fluctuations du marché espagnol et de sa mutation de structure. Il convient alors de réfléchir, tout en abordant la question des fluctuations conjoncturelles, aux conséquences de la mise en place d’une nouvelle politique à la fois protectionniste et industrialiste en Espagne dans les trois décennies de l’Ancien Régime.

La fermeture du marché espagnol

• La baisse des importations françaises en Espagne

  • 183 Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 446.
  • 184 Davis R., « English Foreign Trade, 1700-1774 », Economic History Review, 2, 1962, p. 292.
  • 185 Morineau M., « Trois contributions au colloque de Göttingen », Pour une histoire économique vraie,(...)
  • 186 Zylberberg M., Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne (vers 1780-18 (...)

68La décennie 1760 marque un tournant dans les relations commerciales qu’entretiennent la France et l’Angleterre avec l’Espagne. Pour des raisons similaires, les deux premières puissances du monde réorientent leur commerce vers les colonies américaines où les économies de plantation commencent à représenter des marchés importants183. Les Anglais portent aussi leur effort sur l’Afrique et surtout l’Asie184. En Espagne, la réorientation du commerce britannique a des effets beaucoup plus sensibles que pour la France. Entre le milieu du XVIIIe siècle et 1772, les exportations anglaises vers ce pays chutent de 33 % alors que pour la France, la baisse n’est que de 13 %. Cela est dû en grande partie à la bonne tenue du premier poste des exportations françaises. Alors qu’en 1750 l’Espagne achetait à la France 51,3 % des toiles vendues sur les marchés internationaux185, en 1775 – avec près de 43 millions de livres tournois – c’est 43 % des toiles exportées par la France qui en prennent le chemin. En revanche, la diminution affecte particulièrement les produits lainiers. À cette même date, ils n’y représentent plus – toutes catégories confondues – que 7 % des entrées françaises et seulement 18,6 % des quelque 22 millions de livres tournois du total des exportations françaises de lainages186.

• Mise en place d’une politique protectionniste

69L’évolution différentielle des exportations sectorielles de la période 1760-1775 montre que l’appel des marchés exotiques n’explique pas tout dans le tassement des exportations françaises vers l’Espagne. Avec l’avènement de la dynastie des Bourbon, débute une période d’essor économique et de reconstruction de la puissance de l’État espagnol. L’influence française se traduit par un développement de la centralisation et une politique interventionniste dans l’économie inspirée des méthodes colbertistes. Débutée par Philippe V, poursuivie par Ferdinand VI, elle atteint un apogée avec Charles III, sous le règne duquel les questions économiques passent au premier plan.

  • 187 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 221-222, p. 317-3 (...)

70Certaines mesures d’apparence libérale prises par le nouveau roi ont pu laisser penser à un assouplissement possible du contrôle de l’État sur l’économie ; la réduction des privilèges des corporations concourant notamment au développement des industries rurales, la liberté du commerce des grains en 1765 ou l’octroi à certains ports de la liberté de commercer d’abord pour les Antilles (1765) puis pour les autres colonies (1778) – sauf le Mexique et le Venezuela – sont de celles-là. En réalité, si la première rappelle le décret français de 1762 sur l’officialisation de l’exurbanisation de la production textile, la seconde le libéralisme de Turgot et des physiocrates, la troisième avait aussi pour but de porter un coup aux maisons de commerce étrangères de Cadix qui contrôlaient le négoce avec l’Amérique espagnole. Les motivations et le sens politique des autres mesures sont nettement plus claires et mettent en lumière une orientation d’inspiration colbertiste plus poussée avec la fondation de nouvelles manufactures d’État et le développement d’un protectionnisme plus marqué187.

  • 188 Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, op. cit., p. 135.
  • 189 Minovez J.-M., « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 17 (...)

71Dès le mois de mai 1768, un décret, aggravé en 1769, interdit l’entrée des toiles et des mouchoirs peints de lin et coton, des cotonnades, siamoises, basins et futaines teintes en blanc et en bleu. En 1770-1771, les mousselines de coton sont proscrites pour empêcher qu’elles ne concurrencent les soieries ; leur importation comme leur fabrication sont donc prohibées. Les récriminations des consommateurs qui s’en suivent se traduisent par le maintien de la seule interdiction de leur importation. La pragmatique du 14 novembre 1771 finit par interdire toutes les cotonnades qui ne l’étaient pas encore. Le décret de 1778 fit défense d’introduire dans le pays les bonnets, gants, ceintures, bas et autres petits objets de lin, chanvre, laine et coton. Complété en 1779, il s’étend aux vêtements, linge de corps, dentelles, bas à aiguilles, etc. Cette même année est appliqué le nouveau tarif sur les toiles « bretagnes ». En 1782, un Arancel général d’importation prohibe plus de 200 articles, et grève de droits les soieries lyonnaises et les toiles, en particulier, dont le tarif passe de 5 à plus de 30 %188. La politique économique de Charles III se traduit donc par la mise en place d’une législation faite de prohibitions et de tarifs devenant exorbitants en contradiction totale avec les traités qui régissent les rapports entre la France et l’Espagne189.

• L’industrialisme appliqué à l’Espagne et ses effets

  • 190 González Enciso A., « La protoindustrialización en España », Revista de Historia Económica, 1984, (...)
  • 191 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

72Cependant, on ne peut réduire les difficultés rencontrées par les produits français sur le marché espagnol à la seule politique douanière de l’État ; la politique industrialiste menée par les Bourbon y est aussi pour beaucoup, en particulier en ce qui concerne la draperie. On connaît depuis longtemps la manufacture de Guadalajara proche de Ségovie et ses deux succursales de Brihuega et de San Fernando près de Madrid. Les travaux d’Agustín González Enciso, pour le XVIIIe siècle, ont montré que l’industrie lainière espagnole offre un visage très varié alliant formes dispersées corporatives ou libres et activités urbaines ou rurales. On compte de grandes nébuleuses textiles autour de Cameros, des montagnes de Ségovie et d’Avila, de Béjar, des monts de Tolède. On trouve encore une importante activité à Bujalance, Los Pedroches, Grazalema, Junquera ou Antequera. Pour compléter la géographie de l’industrie lainière rurale dispersée espagnole, il faudrait ajouter Lorca en Murcie, Tarazona, Epila, Borja, Albarracín dans le royaume d’Aragon, Moyá, Castelltersol et Tarradel en Catalogne, Bocairente, Enguera et Alcoy en Valence190. Ce dernier centre mérite une attention particulière car ses entrepreneurs y paraissent particulièrement dynamiques, parvenant même à imiter les genres d’Elbeuf grâce à une bonne maîtrise de l’emploi des laines de Soria, d’Aragon et des léonaises ségoviennes ou petites ségovies191.

  • 192 González Enciso A., « La protoindustrialización en España », supra cit., p. 11-44.
  • 193 Krüger F., Los altos Pireneos. vol. IV: Manufacturas caseras, indumentaria, industrias, Zaragoza-H (...)
  • 194 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

73Au cours du XVIIIe siècle, l’industrie lainière s’est accrue, mais d’une manière différentielle, selon les régions, selon les époques. Si l’on exclut les périodes conjoncturelles néfastes, on constate, dans l’ensemble, une poussée dans la première moitié du siècle. Après 1760-1770, seuls se développent les territoires les mieux adaptés aux conditions de production et de concurrence du moment192. En outre, que ce soit pour les deux Castille, l’Andalousie ou la Catalogne, une grande partie de la consommation s’effectue dans le cadre régional. Les échanges interrégionaux ne concernent vraiment que les textiles de qualité comme ceux de Cameros. Quant au commerce international, il est en totalité destiné aux colonies d’Amérique. Il n’existe aucune activité textile d’importance au nord de l’Èbre ; seule la Catalogne avec ses petits centres de basses étoffes peut satisfaire une partie de la consommation locale, les draps fins prenant la route de l’Amérique. C’est aussi le cas de quelques textiles de qualité de Cameros qui trouvent un débouché en Navarre. Ainsi, le sud des Pyrénées offre-t-il l’image d’un espace dans lequel l’activité textile, lorsqu’elle existe, est limitée à la présence de quelques artisans du cru travaillant à façon des étoffes de basse qualité à destination des populations paysannes locales193. Cependant, qu’elle soit destinée au marché ou limitée à la consommation de proximité immédiate, la production textile se développe dans presque toutes les provinces. Si les laines sont de couleur naturelle, ni teintes avant, ni après la fabrication, ou mal filées par « des mains très peu habiles » donnant des gros draps et des serges communes194, il n’empêche qu’elles concurrencent directement les petites draperies françaises dont les débouchés en Espagne se réduisent d’autant pour le vêtement populaire.

Graphique 15. – Nombre et valeur des étoffes de laine française, par catégorie, exportées par Bayonne dans le dernier tiers du XVIIIe siècle.

Maintien d’un négoce récessif à faible élasticité

• Les draperies françaises à Bayonne et à Beaucaire

  • 195 L’analyse s’appuie sur les statistiques disponibles à savoir : arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, (...)

74Le développement de la production espagnole, conjugué à la concurrence internationale sur les marchés ibériques, provoque une régression des exportations de la France vers la Péninsule. Cela n’est pas sans effet sur le dynamisme des manufactures du Midi qui doivent, en outre, affronter la concurrence des autres territoires de production français de la laine qui s’exacerbe au rythme de la contraction des marchés méditerranéens. L’étude des volumes et des valeurs des draperies échangées à Bayonne et Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime en est un bon révélateur195.

75À Bayonne, à la fin du XVIIIe siècle, les manufactures du Midi doivent affronter le dynamisme toujours marqué des territoires de la laine du nord de la France. En effet, la Picardie et la Flandre dominent largement le marché à Bayonne puisque Amiens y vend 25 % de la totalité des étoffes pour 36 % de la valeur et Lille 13 % des quantités pour 7 % de la valeur. La Champagne tient aussi une place essentielle avec Reims (4 % des quantités et 3 % des valeurs) et Sedan dont les très beaux draps ne représentent qu’1 % du négoce en quantité mais 7 % en valeur. La Normandie se situe à un niveau similaire avec Rouen (5 % des quantités et 4 % des valeurs) et Elbeuf (1 % des quantités et 5 % des valeurs). Le Maine vient ensuite essentiellement du fait de l’importance du Mans (3 % des quantités et 5 % des valeurs). Le Midi apparaît donc nettement minoritaire ; il ne représente que 44 % des marchandises négociées à Bayonne : 15 % pour la Guyenne et la Gascogne et 29 % pour le Languedoc pour seulement 29 % des valeurs, 11 % pour la Guyenne et la Gascogne et 18 % pour le Languedoc. Seuls quelques territoires et centres émergent. Le Gévaudan avec 15 % des volumes et 6 % des valeurs paraît le mieux représenté. Montauban occupe aussi une place essentielle du fait surtout de la qualité de ses produits qui atteignent 7 % en valeur pour seulement 4 % en volume. Le Rouergue est essentiellement représenté par Saint-Geniez (5 % des quantités et 3 % des valeurs) et le Castrais par Dourgnes (3 % des quantités et 2 % des valeurs). À Beaucaire, en revanche, la domination des manufactures du Midi est très forte ; à la fin de l’Ancien Régime, elles y négocient 89 % des étoffes françaises pour 81 % de la valeur. La Picardie ne représente que 3 % des valeurs et 2 % des volumes, la Champagne respectivement 4 et 2 %, la Normandie 3 et 1 %, Vienne et Orange 5 et 2 %, la Flandre et le Maine interviennent pour 3 % et 1 % en quantité et en valeur.

Carte 34. – Les exportations des étoffes de laine française par Bayonne dans le dernier tiers du XVIIIe siècle (en nombre de pièces).

Carte 35. – Les exportations des étoffes de laine française par Bayonne dans le dernier tiers du XVIIIe siècle (en livres).

Carte 36. – Étoffes de laine française, par lieu d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (en livres).

Carte 37. – Étoffes de laine du Midi, par lieu d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (en livres).

Carte 38. – Étoffes de laine française, par lieu d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (nombre de pièces).

Carte 39. – Étoffes de laine du Midi, par lieu d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (nombre de pièces).

76La position d’Amiens et de Lille à Bayonne tient à la domination qu’elles exercent dans la fabrication des petites draperies entièrement en laine peignée.

  • 196 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

« Des quatre provinces de France, renommées pour la fabrication et le commerce des petites étoffes, ou étoffes comprises dans la petite draperie, la Picardie occupe le premier rang, soit par le nombre de genres, soit par la variété des espèces, soit enfin par la quantité de pièces dans l’un et dans l’autre. On ne fait qu’en Picardie et qu’à Amiens, le camelot poil, le camelot mi-soie, et même le camelot laine du genre de celui d’Amiens. On ne fait qu’en Picardie et qu’à Abbeville, toutes les sortes de baracans du genre de ceux d’Abbeville ; on ne fait que dans les campagnes méridionales de cette province, et par extension, sur la frontière du Beauvaisis et de la Normandie, des serges dites d’Aumale, de celles dites de Blicourt ; des sagatis enfin. La Picardie seule, ou à très peu près, Amiens principalement, Abbeville en partie, et quelques-unes des campagnes voisines, fournit toutes les tamises, les duroy, les prunelles, tous les basins en laine, les turquoises, les grains d’orge, les silésies, toutes les serges de Rome, de Minorque, les satinés, etc., du cru de la France. Seule encore et uniquement Amiens, elle fabrique de petites étamines en couleurs, du genre des crêpons, tout laine, laine et soie, façon d’Angleterre, d’Alençon, etc. Un des genres de fabrication et de commerce les plus considérables et les plus particuliers à la Picardie, quoique tenté ailleurs, mais toujours avec peu de succès pour y faire sensation, sont les pannes de toutes les sortes, unies, rayées, tigrées, sur soie, en poil de chèvre, à long poil, à court poil, en laine, ciselées, même à la tire ; les tripes, moquettes simples, moquettes figurées, coupées et non coupées, les tapis de pieds, […], les velours d’Utrecht, [les peluches]196. »

  • 197 Roland de la Platière, L’art de préparer et d’imprimer les étoffes en laines suivi de l’art de fab (...)

77La Picardie et le Nord règnent donc presque sans partage dans le domaine de ce que Roland de la Platière appelle la petite draperie composée des « étoffes de laine, rases, douces ou sèches, unies, ou croisées ». On retrouve cette supériorité sur les marchés d’exportation, en particulier des Espagne ; ainsi, les pannes, tissus les plus demandés, « imprimées à la plus grande partie, ou teintes principalement en couleur écarlate, cramoisi et bleu », sont expédiées en grande quantité « à Cadix pour être envoyées aux Indes espagnoles, à la Vera-Cruz, ou à la mer du Sud197 ». Elles représentent, en valeur, au sein des petites draperies du nord, 13,5 % des expéditions à Bayonne devant les peluches (10,4 %) et les camelots (7 %). Si Amiens domine à 99 % ce commerce, on note que Reims et Lille expédient aussi quelques pannes vers la Péninsule. La situation est identique en ce qui concerne les peluches pour lesquelles Lille, Reims, Rouen, Sommières et Carcassonne ne participent que marginalement au négoce. Elle est plus partagée pour les camelots ; Amiens domine nettement avec 70 % des échanges, mais Lille en réalise aussi 30 %, alors que Reims et Montauban n’y interviennent que très marginalement.

  • 198 Ibid., p. 17 et p. 20-21.

78Avec les pannes et les peluches, on a affaire à des tissus veloutés en poil de chèvre ou de chameau. Souvent cités avec les velours façon d’Utrecht et les moquettes, ils diffèrent par leur tissage à base de laine peignée en chaîne et en trame, alors que les velours façon d’Utrecht et les moquettes sont en fil de lin ou de chanvre. Les pannes sont les plus jolies, les peluches les suivent de près et diffèrent de par la qualité des matériaux employés et la quantité des poils qui entrent dans la constitution de la deuxième chaîne. Quant au velours façon d’Utrecht, il s’agit d’une panne à poil court, unie en couleur, rayée, gaufrée ou imprimée, à chaîne et trame de fil, et veloutée de poil de chèvre d’une qualité sensiblement inférieure et que l’on réserve aux meubles et aux doublures de voitures. La moquette est une variante plus commune du velours façon d’Utrecht ; veloutée et à chaîne et trame de fil elle aussi, le fil de lin ou de chanvre y est écru et fort. Fabriquée en uni ou à dessin variant à l’infini, elle convient aux meubles et aux « tapis de pieds » d’appartements198.

  • 199 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.
  • 200 D’après l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit.

79Ces deux derniers genres représentent peu de chose à l’exportation vers les Espagne pour lesquelles les produits à base de laine dominent nettement. Ainsi, les camelots sont-ils les quantités des petites draperies du nord les plus vendues à Bayonne (9 %) devant les pannes (7,6 %) et les peluches (7,3 %). Ils sont inférieurs en qualité aux pannes et aux peluches dans leur version tout en laine ; tout de fibre peignée, sa chaîne est d’étaim double et retordue et son aspect est grené sur la largeur, principalement par la trame199. Il existe une qualité supérieure formée par les camelots mi-soie dont la chaîne est composée d’un fil de laine et d’un fil de soie ; ils constituent un peu plus de 18 % des ventes pour l’Espagne. L’aspect peut être jaspé du fait de l’emploi de fils de soie de couleur différente à la laine « ce qui fait la jaspure200 ». Enfin, notons qu’il existe aussi une qualité de petits camelots appelés lampareilles fabriqués à Lille qui se négocient à bas prix et font l’objet d’un commerce assez significatif. Parmi les étoffes à pas simple, on trouve aussi les étamines. Mais la domination est ici le fait du Maine avec Le Mans qui négocie à lui seul à Bayonne 63 % de la valeur, Nogent-le-Rotrou 17 %, Reims 7 % venant loin derrière avec Amiens 6 %.

  • 201 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

80Il y a ensuite les draps qui sont proportionnellement les tissus à la valeur la plus forte. À Bayonne, le marché est très largement dominé par les draps de Sedan (24 % des quantités et 36 % des valeurs) et d’Elbeuf (26 % des quantités et 28 % des valeurs) qui représentent à eux seuls 50 % des volumes et 64 % des valeurs. La supériorité de Sedan tient à sa capacité à fournir de belles draperies fines dans des couleurs que les Espagnols ne parviennent pas à imiter. Quant à Elbeuf, si sa position n’est plus celle du passé, du fait notamment de la concurrence exercée par Alcoy, elle continue d’expédier pour les Indes espagnoles une quantité appréciable de draps essentiellement de couleur très brune que les Espagnols appellent aile du corbeau201. Le reste des exportations est constitué par les très beaux draps d’Abbeville (4 % des volumes et 7 % des valeurs) et ceux de Louviers auxquels il convient d’ajouter les produits moins fins de Rouen et de Reims. Tous ensemble, ils totalisent 63 % des quantités et 72 % des valeurs. Le Midi est largement minoritaire et presque uniquement représenté par le Languedoc où Carcassonne, avec ses façons d’Elbeuf, domine (20 % des volumes et 14 % des valeurs) suivi de Limoux (12 % des volumes et 6 % des valeurs) et marginalement de Lodève (2 % des volumes et 1 % des valeurs).

Graphique 16. – Répartition des étoffes de laine françaises, par région d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (par rapport à la valeur).

Graphique 17. – Répartition des étoffes de laine françaises, par région d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (par rapport au nombre de pièces).

81La situation est sensiblement différente à Beaucaire. Alors que les productions de Guyenne et de Gascogne y sont pratiquement absentes, le Languedoc y exerce nettement sa suprématie avec 86 % des quantités et 80 % des valeurs échangées. Le territoire de Carcassonne (49 % des volumes et 55 % des valeurs) est de loin la plus dynamique avec le centre lui-même (22 % des volumes et 33 % des valeurs) puis sa montagne (14 % des volumes et 19 % des valeurs) ; à l’extrémité de la montagne de Carcassonne, Lacaune joue toujours un rôle important avec ses draps grossiers (13 % des volumes et 3 % des valeurs). Une part importante est aussi vendue par Lodève, Bédarieux, Riols et le sud du Rouergue (37 % des volumes et 25 % des valeurs) : Bédarieux (12 % des volumes et 12 % des valeurs), Riols (5 % des volumes et 3 % des valeurs), Lodève (14 % des volumes et 7 % des valeurs) et le sud du Rouergue qui en dépend (7 % des volumes et 3 % des valeurs) sont les centres qui exportent le plus. Le reste de la France ne représente que 14 % des volumes et 20 % des valeurs et est essentiellement représenté par quelques grands centres tels que Sedan (3 % des volumes et 7 % des valeurs), Elbeuf (10 % des volumes et 13 % des valeurs) et marginalement Abbeville.

82Même si les étoffes à pas simple dominent nettement, il existe aussi une partie importante de la production qui est tissée à double croisure. Les draperies du Midi l’emportent, dans ce cas, sur tous les marchés avec les cadis, les cordeillats et les serges. Ces dernières sont d’une grande hétérogénéité et les seules pour lesquelles les fabriques du nord de la France sont un peu présentes. En effet, par Bayonne, Amiens en écoule 5 % en quantité et 15 % en valeur. Avec Agen, qui négocie 3 % des produits représentant 9 % de la valeur, la capitale picarde produit les qualités les plus fines. Mais, quels que soient les débouchés, le Gévaudan domine d’une manière écrasante avec 89 % des tissus de ce type à Bayonne et 81 % à Beaucaire pour des valeurs respectives représentant 71 % et 47 %. Il existe aussi un type de serges ou de rases appelé aumales, d’une qualité supérieure, et dont Amiens exporte par Bayonne la presque totalité, Labruguières et Rouen fournissant le reste.

Graphique 18. – Répartition des draps français, par lieu d’origine, vendus à Bayonne dans le derniers tiers du XVIIIe siècle (par rapport au nombre de pièces).

Graphique 19. – Répartition des draps français, par lieu d’origine, vendus à Bayonne dans le dernier tiers du XVIIIe siècle (par rapport à la valeur).

  • 202 Roland de la Platière, L’art du fabricant d’étoffes en laines rases et sèches, unies et croisées, (...)

83Parmi les étoffes croisées où les fabriques du nord de la France sont bien présentes, on trouve aussi avec la calemande une fabrication particulièrement originale. Contrairement aux étoffes doubles croisées qui ont quatre lisses et quatre marches, les calemandes ont cinq lisses et cinq marches202. En quantité faible à Bayonne (2,8 % des quantités et 1,5 % des valeurs), ce sont les tissus de Picardie et du Nord les plus nombreux aux foires de Beaucaire qui n’envoient pourtant qu’1,5 % pour une valeur de 2,4 %.

84Elles sont donc peu de chose aux côtés des cadis et des cordeillats pour lesquels le Midi domine en presque totalité. Si les serges occupent la première place des petites draperies croisées par le nombre, les cadis – venant juste après – ont la première position par la valeur. Cela est dû à la finesse des fabrications de Montauban qui dominent largement le marché avec ce type de tissu échangé à Bayonne pour 50 % des valeurs et 24 % des volumes, alors que Saint-Geniez ne représente que 32 % des valeurs pour 46 % des volumes, phénomène que l’on retrouve à Beaucaire. Le reste du marché est partagé entre Labruguière et Nay qui proposent une finesse encore moindre que celle du Rouergue, et le Comminges et le Nébouzan où Valentine et Saint-Gaudens, avec 20 % des volumes pour 10 % des valeurs, vendent des produits de qualité inférieure, la plus basse de tous les grands territoires du Midi. Les cadis sont plus présents à Beaucaire qu’à Bayonne et la structure des ventes est sensiblement différente. Les manufactures de Guyenne et de Gascogne – en Comminges et en Nébouzan notamment – sont presque totalement absentes à part Montauban qui négocie 8 % des cadis représentant 23 % de la valeur. Le marché est ici dominé très largement par le Gévaudan, la Canourgue particulièrement, et le Rouergue : Saint-Geniez surtout puis Saint-Affrique qui vendent 83 % des produits pour une valeur de 52 %. Les Cévennes en envoient encore quelque peu, malgré la récession qui les frappe, le reste étant négocié par Orange pour 3 % des quantités mais 16 % des valeurs.

85Après les cadis et les serges, les cordeillats occupent une place significative dans le négoce bayonnais. La domination est ici le fait de la région de Castres avec Dourgnes (51 % des quantités et 42 % des valeurs) et Mazamet (15 % des quantités et 25 % des valeurs). Montauban n’occupe dans cette fabrication qu’une position très minoritaire avec 4 % des produits et des valeurs. Une place très significative est en revanche tenue par les Pyrénées ; la vallée d’Aure vend 19 % des volumes pour 25 % des valeurs et Oloron 10 % des pièces pour 17 % des valeurs. Comme pour les cadis, Beaucaire n’est pas un marché d’écoulement pour les cordeillats de Guyenne et de Gascogne ; en revanche, Dourgnes et Mazamet monopolisent les ventes et écoulent des quantités nettement supérieures par la foire de la Madeleine.

Graphique 20. – Répartition des draps français, par lieu d’origine, vendus à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (par rapport au nombre de pièces).

Graphique 21. – Répartition des draps français, par lieu d’origine, vendus à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime.

• Croissance espagnole, concurrence britannique et exportations françaises

86Bien que les exportations françaises pour l’Espagne et les marchés méditerranéens soient moins florissantes que par le passé, le négoce par Bayonne et Beaucaire montre le maintien d’un certain dynamisme dans le commerce des draperies. À Bayonne, les échanges s’accroissent en tendance depuis le milieu du XVIIIe siècle jusqu’au début des années 1780. Ils sont essentiellement portés par les draps, pannes, peluches et camelots. Le dynamisme reste donc le fait des manufactures du nord de la France, d’Amiens et de Lille en particulier. Le Midi de la France connaît, au contraire, une situation bien moins brillante. De la fin des années 1760 au début des années 1780, ses exportations, centrées sur les serges, cadis et cordeillats, connaissent une régression alors qu’en parallèle le reste de la France, essentiellement la Picardie, la Flandre et la Champagne, ont leurs exportations en nette croissance à la même période, en volume plus qu’en valeur. La situation est quelque peu différente à Beaucaire où les mêmes tissus du Midi trouvent encore à se placer sur les marchés de la Méditerranée et d’une partie du reste de l’Europe. Mais tous les territoires de la laine ne sont pas concernés au même niveau. Si le Gévaudan résiste en partie avec le Rouergue et la région de Montauban, les Cévennes régressent sensiblement. La vigueur est plutôt du côté du drap – pour l’intérieur et les marchés européens – que Carcassonne et Bédarieux, en particulier, ont su développer.

  • 203 Léon P., « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (XVIIIe-XIXe siècles) (...)
  • 204 D’où la relative modestie de leur négoce à Bayonne et même à Beaucaire.
  • 205 Roland De La Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 268.

87Il n’empêche que la concurrence étrangère est bien là, anglaise notamment, provoquant un ralentissement considérable du débit des draps nationaux203. La compétition n’en est pas moins rude à Bayonne pour les petites draperies de Picardie et de Flandre car « les Anglais envoient aux Espagnols […] tout ce qu’il est possible de leur fournir en petite et grosse draperie ». Ainsi, les camelots-laines français ne s’écoulent vraiment qu’en Navarre, le long de la côte de la Méditerranée – de Barcelone à Murcie – alors que les Anglais en fournissent partout ailleurs. Il en est de même pour les calemandes204. Mais Amiens et Lille savent exploiter les créneaux laissés libres par la concurrence en s’appuyant, en particulier, sur les étoffes mélangées de poils. Ils valorisent alors leur fabrication de peluches et de camelots-poils que les Anglais expédient peu à l’étranger. C’est la même raison qui permet aux pannes – quoique tissées entièrement en laine peignée – de trouver encore un large débouché sur les marchés espagnols, la concurrence n’étant sensible que dans les catégories les plus fines205.

Graphique 22. – Répartition des cadis, par lieu d’origine, vendus à Bayonne à la fin de l’Ancien Régime (par rapport au nombre de pièces).

Graphique 23. – Répartition des cadis, par lieu d’origine, vendus à Bayonne à la fin de l’Ancien Régime (par rapport à la valeur).

Graphique 24. – Répartition des serges, par lieu d’origine, vendus à Bayonne à la fin de l’Ancien Régime (par rapport au nombre de pièces).

Graphique 25. – Répartition des serges, par lieu d’origine, vendus à Bayonne à la fin de l’Ancien Régime (par rapport à la valeur).

Graphique 26. – Répartition des cordelats, par lieu d’origine, vendus à Bayonne à la fin de l’Ancien Régime (par rapport au nombre de pièces).

Graphique 27. – Répartition des cordelats, par lieu d’origine, vendus à Bayonne à la fin de l’Ancien Régime (par rapport à la valeur)

  • 206 Ils représentent moins de 1 % des pièces exportées (en nombre et en valeur) à Bayonne entre 1770 e (...)
  • 207 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.
  • 208 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 1363 ; Rapport des syndics des Etats de Béarn à l’intendant, 1 (...)

88Les difficultés tiennent aussi au développement des capacités productives espagnoles ; ainsi, les exportations de baracans sont en réduction sensible206, au détriment d’Amiens et d’Abbeville, depuis que leur fabrication s’est développée aux environs de Madrid. Bien que communs et grossièrement travaillés, le roi d’Espagne « veut que le petit uniforme de sa garde soit de cette étoffe et on en use aussi beaucoup en livrées, de couleur bleue, comme la livrée du roi, et en toute autre couleur207 ». Cependant, même dans les cas où la régression est marquée, la chute ne semble pas inéluctable. Ainsi, en Béarn, l’inspecteur des manufactures Carget constate, dès 1782, une reprise de l’activité textile due à un développement de la contrebande. Cette bonne santé des ventes de lainages et la reprise observée dans cette région au cours de la dernière décennie de l’Ancien Régime tiennent à ce que la croissance de l’industrie espagnole ne parvient pas à satisfaire le marché d’autant qu’elle ne compense pas l’élargissement de la demande solvable résultant de la croissance démographique du pays et de la pression des marchés coloniaux. Ainsi, malgré tout l’arsenal réglementaire, l’Espagne, pour satisfaire les besoins de son marché intérieur comme la demande de la Nouvelle Espagne, de la Nouvelle Castille et des Antilles, est toujours pénétrée par les produits textiles européens, légalement ou par l’interlope. C’est le cas des lainages du Béarn, en particulier des couvertures et des bas de laine208, malgré la vigueur productive de la Galice dans ce domaine.

  • 209 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 257.

89En outre, l’Espagne reste très dépendante de l’extérieur pour ses approvisionnements en textiles les plus fins. Les manufactures royales de draps n’atteignent pas, en effet, le niveau de qualité souhaité. Bien qu’employant la prime Ségovie – « la première et la plus belle laine d’Espagne, celle de la pile de Paular, à peu de distance de San Ildefonse, qui appartient aux Chartreux, et dont le roi s’empare en entier » – les draps, « qui devraient égaler en beauté ceux des Gobelins, sont dans le goût de ceux de Van Robais et de Louviers ». Peut-être sont-ils même moins beaux, « quoique la matière en soit plus belle, et qu’ils en soient plus fournis ; mais ils sont d’une filature plus grossière, moins égale ; ils sont mal dégraissés, mal foulés, mal garnis, mal tondus : on y entend mal les mélanges : plus mal encore la teinture en bleu, en noir et en écarlate. Mais le roi force son militaire à acheter des draps de ses fabriques ; il s’en habille lui-même, elles fournissent beaucoup encore à Madrid, et un peu au reste de l’Espagne209 ». Mais cela ne peut satisfaire la marché, ni en volume, ni en qualité, aussi, la fabrication fine française continue-t-elle de gagner en grandes quantités la Péninsule, essentiellement à partir de Sedan.

Tentatives de redéploiement

L’espoir déçu des marchés américains

  • 210 Arch. nat., F12, 1383 ; Rapport de l’inspecteur des manufactures Vauvoux, 1777.
  • 211 Boulet F., Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 212 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Tableau des diverses espèces de tissus du département de la Lozère, 1 (...)
  • 213 Arch. dép. Gers, C, 29 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance (...)
  • 214 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckou (...)

90La fermeture partielle des marchés ibériques et du Levant ont conduit les manufacturiers et les négociants à rechercher de nouvelles destinations pour leurs produits, d’autant que de nouvelles opportunités semblent surgir du côté de l’Amérique du Nord. Elles peuvent être liées à des événements politico-militaires aux effets importants sur des temps courts ; ainsi, l’élan de la production du Volvestre trouve peut-être son origine dans les conséquences de la Guerre d’Indépendance américaine qui chasse pendant un temps les Anglais des États-Unis d’Amérique naissants en permettant l’accroissement des exportations – au moins dès 1777 – des droguets façon d’Angleterre210. Le doute n’est plus permis lorsqu’à la fin des hostilités en 1782, et après le traité de Paris de 1783 l’exportation de certaines basses étoffes du Midi vers l’Amérique du Nord est largement favorisée par la fermeture temporaire de ce débouché aux Britanniques. Les cadis du Rouergue en avaient profité en commençant par vêtir les habitants des « colonies insurgées qui ne tiraient plus de leur mère patrie211 » le nécessaire. Les serges du Gévaudan d’une demi-aune qui avaient alimenté le commerce des colonies, au XVIIIe siècle connaissent une « exportation […] considérable » en direction des États-Unis212. Le processus semble le même en Gascogne où la production de cadis de la généralité d’Auch et de Pau gagne dans les années 1780 le port de Boston, alors qu’aucune mention ne faisait part de cette destination auparavant213. Ils remplacent les « quantités prodigieuses de sempiternes », de pannes, de chalons, de droguets, etc. produites dans les environs d’Exeter, en Devonshire214.

  • 215 Les sources lozériennes et aveyronnaises sont très explicites à ce sujet : Arch. dép. Lozère, M, 4 (...)
  • 216 Alors que « pendant la guerre, nous leur avons fait passer d’Amiens, considérablement de petites é (...)
  • 217 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckou (...)

91Mais, le marché des anciennes Treize Colonies anglaises d’Amérique, si profitable par ailleurs, n’a jamais pu compenser la perte du Canada pour les manufactures d’étoffes du Midi, d’autant qu’à partir de 1788, le rétablissement du commerce entre la nouvelle république et l’Angleterre chasse les produits languedociens du marché des États-Unis215. Le processus avait même débuté dès la fin des hostilités216 puisque, en 1783 déjà, des commerçants américains entraient en contact avec des négociants de Londres pour leur donner d’importantes commissions en draperies217.

  • 218 Ainsi, après la perte du Canada l’intérêt des négociants montalbanais se reporte sur le commerce d (...)
  • 219 Butel P., Les négociants bordelais, l’Europe et les Îles au XVIIIe siècle, op. cit., p. 400.
  • 220 Pour un total des exportations de 23 220 000 livres en 1775 et de 76 786 000 livres en 1788, les d (...)

92Le marché des Îles s’avère tout aussi décevant car les besoins sont d’abord centrés sur des étoffes légères218 ; aussi, en dehors de l’hinterland bordelais, seules les productions de lin ou de soie du Béarn, et dans une moindre mesure de Nîmes, profitent de cet essor219. En effet, au sein des exportations vers les Îles, les draps représentent le poste à la plus faible croissance entre 1775 et 1788, alors que les toiles connaissent la plus forte poussée en valeur et en volume, les mouchoirs et les mousselines une évolution positive exponentielle220.

Les marchés italiens et suisses ne compensent pas

  • 221 Sans négliger pour autant les marché de l’Allemagne et des Pays du Nord qui jouent un certain rôle (...)
  • 222 Butel P., L’économie française au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1993, p. 95-96.
  • 223 Verley P., L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 444 et gr (...)
  • 224 Butel P., L’économie française au XVIIIe siècle, op. cit., p. 95.

93Les faibles retombées du développement des marchés américains pour les tissus de laine ajoutées à la fermeture des marchés de la Péninsule ibérique et du Levant ne laissent au Midi que l’espoir d’une compensation fondée sur une croissance des marchés italiens et suisses221. Depuis 1716 et jusqu’en 1787, les exportations françaises vers cette zone ont été multipliées par huit, malgré la concurrence. Alors que les ventes françaises en Espagne sont en baisse sensible, les draperies ne représentant que 8,32 % des 37 % des ventes de produits manufacturés à ce pays222, les marchés italiens, genevois et suisses s’avèrent beaucoup plus porteurs en croissance223. Bien que le pourcentage des produits manufacturés exportés y soit inférieur, Venise n’en absorbe que 32,25 %, les Etats sardes 32,14 %, Naples, Sicile et Parme 29 %, la part des draperies y est beaucoup plus importante en 1787 avec, pour chacune de ces zones, une part respective de 22,44 %, 14 % et 13 %224.

  • 225 Arch. dép. Hérault, C, 2383 ; Mémoire des jurés-gardes de la jurande de Limoux, 1786.
  • 226 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; État des entrepreneurs les plus distingués, 1788.
  • 227 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de L (...)
  • 228 Arch. dép. Hérault, C, 2191 ; Mémoire de l’inspecteur Tricou, 15 octobre 1788.
  • 229 Intendant Ballainvilliers, Mémoire sur le diocèse de Lodève, fo 177, cité par Dutil L., L’état éco (...)
  • 230 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de L (...)
  • 231 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de l’inspecteur des manufactures du département de Toulouse Vauvoux (...)

94Aussi trouve-t-on souvent mentionné, dans les sources traitant des manufactures des généralités de Toulouse, Montauban et Montpellier, le débouché de Gênes, du Piémont, de la Savoie, ainsi que celui de Genève et de la Suisse. Bien que l’essentiel des draps qui ne partaient pas vers les Échelles du Levant ou en Orient par la compagnie des Indes gagnait d’abord le marché national, une partie était écoulée aussi vers l’Europe. C’était le cas des draps d’assez bonne qualité de Limoux225 ou de Bédarieux226, et plus récemment de Mazamet227, comme ceux de plus basse facture de Riols, de Premian, de Labastide, d’Olargues ou de Saint-Martin228. Le processus était le même pour les basses étoffes du territoire des Cévennes et des Garrigues229, les nombreuses variétés de l’aire de Castres et de Mazamet, du Gévaudan230, ou du Volvestre231. Mais la baisse de production dans nombre de centres et la stagnation d’ensemble de la fabrication que l’on peut avancer pour la période allant de 1770 à 1789 tendent à montrer que les marchés italiens et suisses ne peuvent compenser la perte des autres débouchés méditerranéens.

Le maintien de moyens traditionnels d’écoulement

95Si les marchés de Gênes, du Piémont, de la Savoie, de la Suisse et de l’Allemagne restaient porteurs, cela était dû autant à l’incapacité des économies locales à fournir la demande intérieure qu’à la maîtrise des marchés par le biais de structures qui avaient fait leurs preuves : les foires de Languedoc et les réseaux de marchands. En dehors des draps pour l’Orient, dont le commerce est à Marseille et en partie à Lorient, les autres draps, ainsi que les petites étoffes, s’écoulent d’abord par les foires de Beaucaire, de Pézenas et de Montagnac.

  • 232 Dermigny L., « Les foires de Pézenas et de Montagnac au XVIIIe siècle », Actes du Congrès régional (...)
  • 233 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 775
  • 234 Arch. dép. Hérault, C, 1117 ; Mémoire sur l’industrie de Castres, 1745.
  • 235 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de L (...)
  • 236 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckou (...)

96Les foires de la Pentecôte, de septembre et de Saint-Martin à Pézenas et celles de Saint-Hilaire et de la mi-carême à Montagnac232, « réunissent entre autres marchandises, la plus grande partie des petites étoffes qui se fabriquent dans la Montagne ». Toutefois, il semblerait que Montagnac ne représente que peu de chose et Pézenas paraît en net déclin depuis le milieu du XVIIIe siècle ; les affaires n’y ont plus qu’une faible ampleur et leur mouvement est modeste. En 1750 et 1751, la moyenne des échanges ne serait que de 300 000 livres selon les inspecteurs, pour diminuer ensuite jusqu’en 1789233. Ces foires jouent cependant un rôle important pour le Castrais dont les étoffes de toutes sortes, par leur biais, gagnaient le Piémont234 ; plus tard, les draps de Mazamet passent aussi par elles pour atteindre les marchés des pays du Nord, l’Allemagne en particulier235. À la fin de l’Ancien Régime, malgré la régression, elles conservent une importance certaine pour le diocèse de Castres et, dans une moindre part, pour ceux de Montauban, Albi, Rodez, Vabres et Alès. On estime, en 1785, « le nombre de pièces d’étoffes provenant de ces lieux et apportées à chacune de ces foires, [à] huit à neuf mille [représentant] de 42 000 à 45 000 livres » de cadis, cordelats, sargues, redins, bayettes, gros draps de différentes espèces, tricots, cotonnines larges et étroites, basins, etc.236.

  • 237 Arch. nat., F12, 1230 ; Lettre de l’intendant de Languedoc Ballainvilliers au contrôleur général, (...)
  • 238 Margairaz D., Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988, p. 101-102.
  • 239 Fassin T., Essai historique et juridique sur la foire de Beaucaire, Aix, imp. B. Niel, 1900, p. 78
  • 240 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 767
  • 241 Léon P., « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (XVIIIe-XIXe siècles) (...)

97Mais le rôle primordial n’est tenu ni par Montagnac, ni par Pézenas, mais bien par Beaucaire qui conserve une grande vigueur dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, au point même de connaître une croissance du montant des transactions de 276 % entre 1770 et 1788, sans jamais faiblir jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Les draperies y occupent une place essentielle dans le commerce ; leur part s’accroît même au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Celles de Languedoc y tiennent la première place, loin devant le reste de la France et l’étranger. Cependant, malgré l’accroissement du volume des étoffes françaises portées à Beaucaire dans la deuxième moitie du XVIIIe siècle, on observe un gonflement, en parallèle, des étoffes anglaises. À la fin de l’Ancien Régime, cette concurrence se traduit par un accroissement relatif plus fort des productions britanniques présentées au détriment des françaises237. Cela paraît d’autant plus préoccupant que Beaucaire demeure un des grands marchés du commerce français et une des deux plus grandes foires du territoire national avec Guivray238. En effet, contrairement à ce que dit Théodore Fassin239 qui – peut-être à la lecture de Léon Dutil défendant la même position240 –, voit la foire « perdre peu à peu son caractère international », on constate en réalité le maintien de son rayonnement jusqu’à la Révolution241.

  • 242 Garden M., Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, op. cit., p. 377-380. Au XVIIIe siècle, les marc (...)
  • 243 Arch. nat., F12, 554 ; Lettre de Guillaume de Fonfreyde, inspecteur des manufactures des provinces (...)
  • 244 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 148 ; Lettre de l’intendant de Languedoc au subdélégué de Toulouse, 1 (...)
  • 245 Intendant Ballainvilliers, Mémoire sur le diocèse de Lodève, fo 177, cité par Dutil L., L’état éco (...)

98Le rôle des marchands paraît aussi déterminant par leur capacité à dominer les approvisionnements des marchés européens. Il est sensible dans les foires et dans le cadre des réseaux qui se développent en marge de celles-ci. Les sources en font mention ; originaires de toutes les villes et bourgs de Languedoc, ils participent nombreux à ce commerce. Mais, uniquement ceux appartenant aux plus grandes villes – Montauban, Montpellier, Toulouse, Nîmes, etc. – exercent un rôle de première importance dans cette redistribution. Ils sont eux-mêmes dominés par les réseaux des négociants lyonnais242. Un bon exemple nous en est donné par l’accaparement du commerce de Clermont. Les foires de Saint-Nicolas, au mois de mai, y ont représenté un espace important de négoce pour les marchands et fabricants des provinces du Languedoc, Velay, Gévaudan, Rouergue et Auvergne. La majeure partie des draps était acquise par les marchands des provinces de Berry, Nivernais, Picardie, Champagne, des villes de Paris et Orléans. À partir de 1726, Lyon accapare ce commerce en raison de la faiblesse des droits qui y est exigé243. Les Lyonnais sont aussi de grands acheteurs dans les foires de Beaucaire, portant le fruit de leurs achats soit sur les places européennes, soit aux foires de Lyon, profitant ainsi de la franchise qui leur ouvre l’ensemble du marché intérieur244. Leur force réside, en outre, dans leur capacité à disposer d’un nombre considérable de commissionnaires qui achètent pour leur compte, comme dans les Cévennes ou le diocèse de Nîmes245.

Graphique 28. – L’évolution du total des ventes à Beaucaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (en millions de livres).

Progrès de la circulation et développement des marchés intérieurs

Croissance de la circulation intérieure

  • 246 Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 451.

99Les manufactures de laine du Midi sont donc particulièrement affectées par la forte régression des marchés méditerranéens les plus porteurs : du Levant pour la grande draperie, d’Espagne pour les petites étoffes et la bonneterie. Le maintien des marchés traditionnels italiens, suisses et d’Europe septentrionale ainsi que le faible développement du débouché américain, ne peuvent absorber une production pourtant en croissance modeste. Aussi, et compte tenu des remarques précédentes portant sur la contraction des marchés méditerranéens, le maintien de la dynamique productive doit donc reposer sur une expansion du marché intérieur français. C’est elle qui dorénavant stimule la production du Midi, comme celle du reste du pays246.

  • 247 Poussou J.-P., Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle : croissance économique et attraction urb (...)
  • 248 Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., t. II, p. 78 (...)
  • 249 Desplat C., Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, (...)

100Le phénomène est sensible dans la partie atlantique du Sud-Ouest au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il se manifeste par l’essor des petites et moyennes villes. Leur rôle régional s’affirme dans le dynamisme des échanges à moyenne et longue distance. Certaines acquièrent même le statut de ville importante en un siècle de croissance environ247. Plus à l’est, en Gascogne, le même processus est observable. Le commerce à l’intérieur de la généralité d’Auch et avec les autres provinces se développe248. Il en est de même en Béarn249. Ici, comme ailleurs, l’intensité des relations à l’intérieur des provinces et en direction du nord du pays s’accroît, au détriment des anciens contacts avec l’Espagne.

Les progrès du réseau terrestre et de la circulation intérieure

  • 250 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p (...)
  • 251 Bordes M., Les routes de la généralité d’Auch à la fin de l’Ancien Régime, Auch, Imp. Th. Bouquet, (...)
  • 252 D’après la Carte générale des routes, embranchements, branches et rameaux faites, commencées et en (...)
  • 253 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p (...)
  • 254 Poussou J.-P., « Sur le rôle des transports terrestres dans l’économie du sud-ouest de la France a (...)

101Ce commerce historique intra-pyrénéen, particulièrement développé au cours du XVIIe siècle et dans la première partie du XVIIIe, avait été favorisé par l’enclavement national des territoires pyrénéens et prépyrénéens des deux versants. Alors que la circulation des marchandises pouvait s’appuyer sur quelques grandes vallées fluviales, la pauvreté en routes carrossables limitait son développement. Georges Frêche a remarqué à ce sujet qu’à la fin du règne de Louis XIV, les voies qui desservaient la région toulousaine étaient plus proches des chemins médiévaux que des routes romaines empierrées ou du réseau du XIXe siècle. Tous les rapports et les réponses aux enquêtes convergeaient pour décrier l’état des routes et des chemins250. Pourtant, quelques efforts avaient déjà été consentis en vue d’améliorer ledit réseau, en particulier dans la généralité d’Auch. Mais les sections rénovées restaient courtes et peu nombreuses251. Il faut attendre l’arrivée de l’intendant d’Étigny pour qu’une politique routière d’ensemble soit conçue à l’échelle de la généralité. Dans celle d’Auch, d’Étigny entreprend, dès 1752, un programme complet de réfection de tous les chemins comprenant la création de nouvelles routes, souvent sur les tracés des anciens chemins. Sa mort n’interrompt pas le processus. Au contraire, beaucoup de voies sont construites dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, au point que la généralité d’Auch a vu la mise en chantier ou le perfectionnement de 1 400 km d’entre elles en moins de quarante ans. Mais les tracés achoppent presque tous sur leur prolongement en Espagne, en Gascogne, comme pour l’ensemble des Pyrénées252. Pour le Languedoc, l’élan décisif est donné par l’adoption du règlement général sur la construction et l’entretien des chemins rédigé par les Etats dans leur séance du 14 février 1756. Les progrès sont alors remarquables et à la fin de l’Ancien Régime, le Languedoc253, comme l’ensemble du sud-ouest de la France, n’est pas seulement irrigué par quelques grandes vallées fluviales, il est également drainé par plusieurs grandes routes qui offrent des conditions de circulation très satisfaisantes254.

  • 255 Notons toutefois, après Jean-Marcel Goger, que si la politique d’État permet de créer de grandes r (...)

102Le réseau routier de la France du Midi, entre Rhône et Gironde, s’accroît donc sensiblement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en qualité et en quantité. Les grandes routes permettent de relier les grands centres politiques et économiques et un maillage de voies secondaires multiplie les liaisons internes aux provinces255. Dans ce cadre, nombre de villes et de bourgs, jusqu’alors isolés, sont raccordés au réseau. C’est le cas, en particulier, des pôles commerciaux des vallées pyrénéennes entretenant des échanges nourris avec l’Espagne.

  • 256 Conchon A., Le péage en France au XVIIIe siècle. Les privilèges à l’épreuve de la réforme, Paris, (...)
  • 257 Conchon A., « Les péages dans les Pyrénées françaises », Minovez J.-M. et Poujade P. (éd.), Circul (...)
  • 258 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p (...)
  • 259 Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., p. 770-772.
  • 260 Conchon A., « Les péages dans les Pyrénées françaises », supra cit., p. 86-87.

103Les effets de cette politique sont amplifiés par une réduction très sensible du nombre de péages. La monarchie française a, tout au long du XVIIIe siècle, affirmé sa volonté de créer un marché homogène et unifié par la continuité du commerce en gommant les distorsions et les inégalités fiscales introduites par les levées de droits sur les circulations marchandes256. Cependant, du fait de leurs caractéristiques géographiques, de leur histoire troublée et des particularismes institutionnels, les Pyrénées françaises présentent au XVIIIe siècle, encore plus que partout ailleurs dans le Midi, un enchevêtrement complexe de limites fiscales et de droits257. Aussi, en Languedoc, les intendants entreprennent-ils de mettre fin à une grande partie des péages. Toutefois, ces derniers ne représentent qu’un handicap mineur en Midi toulousain car beaucoup de suppressions ne sont souvent que la régularisation d’un état de fait de non perception258. La politique menée dans la généralité d’Auch est plus spectaculaire. En s’appuyant sur l’arrêt du 29 août 1724, les intendants – d’Étigny en particulier – font supprimer plusieurs péages et réglementent strictement certains de ceux qui sont conservés. Entre 1724 et 1771, soixante sont supprimés pour vingt-huit maintenus259. Ainsi, à la veille de la Révolution, la monarchie était parvenue à mettre un terme à la majorité des péages et autres droits levés sur la circulation marchande. Il restait toutefois des péages féodaux encore actifs en France – comme en Espagne d’ailleurs – malgré les efforts développés par l’État. La Révolution, s’appuyant sur la vérification des péages engagée en 1780, aboutit en 1796 à leur disparition. Jusqu’aux années 1790, les progrès réalisés dans la suppression des douanes intérieures, des leudaires et des péageries, ont plus favorisé la réorientation du commerce vers l’intérieur des deux royaumes qu’ils n’ont encouragé le développement des échanges entre eux260.

  • 261 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 300-308.
  • 262 Sanllehy i Sabi M. A., Comunitats, veïns i arrendataris a la Val d’Aran (s. XVII-XVIII) : dels uso (...)

104En effet, du côté espagnol, des efforts sont aussi consentis pour réduire les obstacles à la circulation intérieure. Ainsi, sous l’administration de Florida Blanca, premier ministre de Charles III à partir de 1777, des canaux sont creusés et un réseau routier, reliant la capitale aux principales villes, est mis en chantier. Ils participent à drainer un trafic croissant qui résulte de l’augmentation de la demande de Madrid, Barcelone, Valence, Cadix, Séville et Saragosse, les principaux pôles d’attraction du commerce intérieur. Cette politique rompt en partie avec une économie de redistribution souvent limitée aux échanges locaux et régionaux du fait de l’insuffisance des infrastructures de transport261. L’influence en est sensible jusque sur la frontière nord, comme l’atteste la mutation des échanges du Val d’Aran. Ouverte naturellement sur la France, par la vallée de la Garonne, politiquement dépendante de la couronne catalano-aragonaise puis espagnole, la vallée représente une plaque tournante des échanges pyrénéens à travers l’histoire. Au XVIIIe siècle, même si les relations avec la France restent importantes, le resserrement des liens entre le Val d’Aran et l’Espagne au sud des Pyrénées provoque un accroissement progressif de l’influence catalane et aragonaise ; le Val d’Aran voit d’une manière générale ses relations s’articuler de plus en plus avec la Catalogne262.

Le développement du marché intérieur

• Réorientation des échanges du midi de la France vers le Nord

  • 263 Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., t. II, p. 78 (...)

105L’amélioration des réseaux et la politique de suppression des péages auraient donc pénalisé le commerce intra-pyrénéen en favorisant, en particulier, une réorientation des échanges du sud des Pyrénées vers les grands centres de consommation espagnols et du Midi français vers l’intérieur du royaume. Ce processus aurait été facilité au sud des Pyrénées par l’absence de raccordement du réseau avec les extrémités de la chaîne. Cela était dû au peu d’efforts des Espagnols pour se doter de routes au nord de l’Aragon, de la Catalogne et même en Navarre ainsi qu’à l’arrêt des voies françaises en bout de vallée, le franchissement de la frontière n’ayant pas été recherché. Ainsi, dans la généralité d’Auch, alors que les échanges étaient particulièrement limités à l’intérieur et avec les autres provinces françaises dans la première moitié du XVIIIe siècle, ils se développent dans la seconde grâce au progrès du réseau routier, conjugué aux « facilités accordées aux négociants et commerçants, [à] l’assouplissement des contraintes douanières, [à] la multiplication des foires, [et à] la liberté tempérée par l’intervention de l’État263 ».

  • 264 Pontet J., Bayonne : un destin de ville à l’époque moderne, fin du XVIIe-milieu du XIXe siècle, op (...)
  • 265 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 787
  • 266 Arch. nat., F12, 1349 ; Mémoire sur le commerce avec l’Espagne, 12 mai 1762.

106Cependant, la dynamisation du commerce intérieur, fondée sur le développement de la demande nationale, ne peut être limitée à une explication portant sur la seule amélioration des réseaux de communication terrestres, capitale mais pas suffisante. Cela est d’autant plus vrai que la grande majorité des marchandises à destination de l’Espagne, non seulement passaient par les extrémités de la chaîne, mais utilisaient beaucoup la voie maritime. Le cabotage par Bayonne était très développé264. D’autres bateaux partaient des ports languedociens et de Marseille à destination de l’Espagne, vers la Catalogne et Valence, en particulier265. De gros négociants de Montpellier et de Nîmes écoulaient par cette voie de grandes quantités de petites draperies dans les ports de la côte orientale de la péninsule266.

  • 267 Cosandey F. et Descimon R., L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Éd. du Se (...)

107On ne peut réduire, non plus, le redéploiement commercial vers l’intérieur des pays aux seules variables économiques. On a pu voir l’importance prise par la politique douanière. Mais cette dernière peut être analysée comme un outil favorisant la mise en place d’une nouvelle politique économique. Or, il est probable que la réorientation du commerce soit aussi liée à des variables de nature institutionnelle sans lien avec le domaine économique. Il serait intéressant, à cet effet, de chercher en quoi la constitution d’un état fort en Espagne par les monarques de la dynastie des Bourbon, comme la poursuite de la centralisation absolutiste en France, trouvent leur traduction dans une conception de l’espace, elle-même créatrice de nouveaux rapports de circulation à l’intérieur des territoires nationaux. En cela, la création des intendances en France et l’accroissement du rôle des intendants dans leur ressort méritent attention267. De la même manière, la part occupée par la gestion méthodique des confins avec la mise en place d’unités physiquement cohérentes, semble tout autant capitale. Selon Daniel Nordman, il est probable que la rationalité qui s’y fait jour a pu servir d’expérience voire de modèle dans la mise en ordre du territoire.

  • 268 Nordman D., Fontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 19 (...)

108Ainsi, vers 1740-1760 le paradigme de la contiguïté se serait imposé comme nouvelle forme de territorialité ; de proche en proche, il aurait fini « par transformer les unités séparées en ensemble cohérent [reconstituant] à une autre échelle la continuité territoriale » ; en recomposant l’espace, on aboutissait à la création du territoire268, à l’origine de nouveaux rapports de circulation à l’intérieur du royaume.

• Les manufactures françaises en lutte

109La création d’un premier marché national, soutenue par l’amélioration des voies de communication, les facilités faites aux échanges du fait de l’évolution des institutions ainsi que la régression des barrières à la circulation intérieure, ont favorisé la confrontation des productions françaises à l’intérieur même des frontières du pays. Le processus a été, en outre, encouragé par les conséquences de la concurrence sur les marchés extérieurs qui ont conduit nombre de manufactures à se redéployer en cherchant à profiter des opportunités qu’offrait la demande intérieure. Cela n’a pas été sans effet sur la déstabilisation de bon nombre de territoires de la laine du Midi.

  • 269 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckou (...)

110Dans la draperie fine, les productions méridionales ne peuvent rivaliser avec les plus belles fabrications des Gobelins, de Sedan, d’Abbeville ou de Louviers, quoiqu’on fasse à « Cahors, des draps et des ratines auxquelles on donne le nom de draperie façon de Hollande et d’Angleterre [et] à Montauban, des croisés doubles brochés, des croisés drapés superfins, fins, etc. des ratines fines, ordinaires, larges et autres269 ». Mais ce sont les productions communes – majoritairement des cadis – qui finissent par l’emporter. Quant au Languedoc où « on a fait et l’on fait encore quelque-fois […] des draps superbes, autres que ceux destinés au Levant », la production reste dominée par des tissus spécifiques destinés à l’Orient. Les draps ordinaires entrent en concurrence avec « les beaux et bons draps fins d’Elbeuf » et même avec ceux de Châteauroux, de Romorantin, de Rouen et de Darnétal.

  • 270 Ibid, p. 265-266.

111Les draperies communes cardées et les étoffes sur étaim de Gascogne, du Béarn, de Saint-Gaudens, de la vallée d’Aure, des Cévennes, du Gévaudan, de Saint-Affrique, du Rouergue, du Quercy, de Castres, de Mazamet, etc. dont le débouché est d’abord intérieur – même si une consommation significative a été le fait de l’Espagne et de l’Amérique, voire de la Suisse et de l’Allemagne – connaissent une diminution continue de leur consommation. Le développement « dans le genre ou à l’imitation de celles de Languedoc » des fabriques de Beauvais, d’Orléans, du Berry, ainsi que « celles élevées depuis peu de temps en Lorraine et ailleurs », y sont pour beaucoup270.

  • 271 D’après l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit.
  • 272 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, op. cit., p. 267.
  • 273 Ibid, p. 283.

112Pour les étoffes rases et sèches, le Midi ne peut absolument pas rivaliser avec les manufactures du nord du royaume. Structurellement, la Picardie écrase le marché, Amiens principalement, Abbeville en partie. Le Flandre vient ensuite avec Lille. Il faut aussi y ajouter les petites étoffes de Reims, du Mans et de Châlons-sur-Marne, dont la laine peignée très fine donne des fils presque égaux en chaîne et en trame, supprimant « tout poil élancé au dehors » et présentant « le brillant de la soie271 ». La diversité des genres, la finesse et la qualité en font des productions globalement supérieures à celles du Midi272. Ainsi les petites draperies d’Auvergne, comme celles de la généralité d’Auch, « fabriquées en laine du pays, réservées à la consommation intérieure, sont dans le genre commun, et ne peuvent à aucun égard, se comparer aux étoffes de même nom, fabriquées [en Picardie et dans le Nord] ». Il n’y a guère que les serges de Mende « généralement […] bien fabriquées » qui méritent « quelque distinction » ainsi que le petit nombre des petites étamines d’Agen273.

*

113Le volontarisme d’État, fortement lié à la politique de Colbert et de ses successeurs, a permis de relancer une production de draps légers et fins à destination des Échelles du Levant. Mais, la monoproduction qui en a résulté en Haut et Bas-Languedoc et la recherche de profits à court terme par nombre de fabricants ont fragilisé les manufactures. Les faiblesses paraissent alors insurmontables d’autant que les tentatives de diversification de production et de marchés ne portent pas leur fruit dans un contexte d’accroissement généralisé de la concurrence.

114Les espaces de la petite draperie connaissent des évolutions semblables mais pour des produits et des marchés différents. La forte croissance des deux premiers tiers du XVIIIe siècle, portée par l’extension des marchés (intérieurs, européens et ibériques), s’interrompt en général autour de 1770. Les marchés des Espagne se ferment. L’Italie, la Suisse et l’Allemagne ne compensent pas. Les débouchés américains s’avèrent décevants. La concurrence sur le marché intérieur est particulièrement vive ; les étoffes peignées n’ont pas la qualité de celles du nord de la France et les étoffes combinées paraissent dépassées. Les petits draps manquent aussi de finesse. L’ensemble des petites étoffes foulées ne satisfait plus la demande. Cette dernière s’exerce davantage sur les étoffes cardées plutôt larges et souvent croisées, bien tissées et bien apprêtées pour le marché intérieur et européen. Elle concerne aussi les molletons et les flanelles cardées. Cela explique la belle réussite de Bédarieux, Mazamet, Limoux et Chalabre.

115Le dernier tiers du XVIIIe siècle porte donc en germe les évolutions à venir : les centres restés fidèles aux produits traditionnels sont voués, en l’absence de réforme structurelle, à la récession alors que ceux ayant su choisir les produits attendus par le marché, créent les conditions de leur croissance future.

Notes

1 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698, fo 182.

2 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Le Nain sur l’état du commerce et des productions du Languedoc, 1744.

3 Lettres patentes du 26 octobre 1666, Recueil des règlements généraux et particuliers concernant les manufactures.

4 Lamoignon de Basville (bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698, fo 184) date, par erreur semble-t-il, la création de la manufacture de Villeneuvette en 1678. Prosper Boissonnade avance quant à lui la date de 1674. En fait, Suzanne Diffre nous apprend que le domaine de Villeneuvette a été constitué entre 1673 et 1675, le premier noyau étant en place au début de 1674 (P. Boissonnade, « Colbert, son système et entreprises industrielles d’état en Languedoc », Annales du Midi, 1902, p. 12, n. 5 ; S. Diffre, Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, op. cit., p. 17-18).

5 Lettres patentes du 20 juillet 1677, citées par P. Boissonnade, « Colbert, son système et entreprises industrielles d’état en Languedoc », loc. cit.

6 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1911 et Carrière C., « La draperie languedocienne dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Contribution à l’étude de la conjoncture levantine », Conjoncture économique, structures sociales. Hommage à Ernest Labrousse, Paris-La Haye, Mouton, 1974, p. 157-172.

7 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 346.

8 Arch. dép. Hérault, C, 2224 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1777.

9 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 342-343.

10 Arch. nat., F12, 549-550 ; Tableau de fixation des prix des draps londrins seconds établis à Constantinople, s. d. (1787).

11 Arch. dép. Hérault, C, 2033 à 2087 ; Tableaux des fabricants autorisés à travailler pour le Levant, 1735-1756.

12 BnF, mss. français, no 11 789, cité par Léon Dutil : L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 347.

13 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 349.

14 BnF, mss. français, no 11 789, cité par Léon Dutil : L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 347-350.

15 Recueil des édits de Languedoc, 1754 et 1755, cité par Léon Dutil : L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 351.

16 Arch. dép. Hérault, C, 2224 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1777.

17 Arch. dép. Hérault, C, 2087 ; Ordonnance de l’intendant de Languedoc Saint-Priest portant sur la suppression du tableau des fabricants autorisés à travailler pour le Levant, 10 novembre 1756.

18 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 354.

19 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, 1765.

20 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 51.

21 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, 1765.

22 Arch. dép. Hérault, C, 2166 ; Représentations des gardes jurés de la Montagne de Carcassonne, 1756.

23 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 153 ; Rapport anonyme et s. d., probablement de Vergennes entre février et août 1762.

24 Ibid.

25 Minovez J.-M., « Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs au XVIIIe », op. cit., p. 28.

26 Trouvé C.-J. baron, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Didot, 1818, reprint, Nîmes, Lacour, 2000, p. 608-609.

27 Arch. dép. Hérault, C, 1116 ; Questionnaires sur Limoux avec les réponses, 1745.

28 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 417.

29 Ibid., p. 354.

30 Arch. dép. Aude, IX, C 31 ; Production des londrins seconds entre 1753 et 1789, cité par Claude Marquié : L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 67.

31 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, 1765.

32 Arch. dép. Hérault, C, 2211 ; Rapport de l’inspecteur provincial de manufactures de Languedoc, 1777.

33 Arch. dép. Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée de Montaran en Languedoc, 1765.

34 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.

35 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420-426.

36 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698.

37 BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provinces de France, 1707, fos 98-102.

38 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 220.

39 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Le Nain sur l’état du commerce et des productions du Languedoc, 1744.

40 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère, s. d. (probablement 1802).

41 Arch. dép. Hérault, C, 2460 ; États et procès-verbaux concernant la fabrique des étoffes dans le Gévaudan, 1746.

42 Arch. dép. Hérault, C, 2562 ; États généraux des fabriques du Gévaudan de 1773 à 1775 dressés par le subdélégué de Marvejols. [NB : en 1774, 103218 pièces pour 2 731 396 livres et un bénéfice de 46 672 livres seulement].

43 Arch. dép. Hérault, C, 2537 ; États mensuels et annuels des marchandises en cadiseries achetées de 1761 à 1764 aux foires du Gévaudan.

44 Arch. dép. Lozère, C, 478 ; État général des marchandises en cadisserie, achetées aux foires et marchés du Pays de Gévaudan, 1759.

45 Le plupart du temps, la zone de Nîmes était presque toujours traitée avec les Cévennes et le Vivarais.

46 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 251 ; d’après les sommes faites pour les enquêtes de 1692 et 1708.

47 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de Languedoc, 1774.

48 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 263.

49 Arch. dép. Hérault, C, 2536 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 19 mars 1760.

50 Arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des finances, 1768 ; Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 436.

51 BnF, mss. français, no 8037 ; fo 45 vo à fo 47 ro.

52 Procès-verbaux des inspecteurs des manufactures : Arch. dép. Hérault, C, 2468 ; 1722 et 1730 ; Arch. nat., F12, 1383 ; 1724 ; arch. dép. Hérault, C, 2469 ; 1735 ; arch. dép. Hérault, C, 2470 ; 1739.

53 Arch. dép. Hérault, C, 2471 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1746.

54 Arch. dép. Hérault, C, 2472 ; Statistiques partielles concernant le diocèse de Rieux pour les années 1747, 1748 et 1749 ; arch. dép. Hérault, C, 2544 ; Statistiques d’ensemble pour 1754 ; Ibid., Statistiques du premier semestre 1760.

55 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778 ; Arch. nat., F12, 559 ; État général des différentes manufactures et des objets de l’industrie et de commerce de la généralité de Montauban, 1783.

56 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 104.

57 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 316-317.

58 Boissonade P., « La restauration et le développement de l’industrie en Languedoc au temps de Colbert », Annales du Midi, 1906, p. 448, n. 3.

59 Arch. nat., G7, 1688 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1703.

60 Arch. nat., F12, 556 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1716.

61 Ibid., 1378 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1725.

62 BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provinces de France, 1707, fo 47 ro et 48.

63 Arch. nat., F12, 556 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1716.

64 Ibid., 1383 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1724.

65 Ibid. ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1748.

66 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures.

67 Arch. nat., F12, 556 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1716.

68 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1748.

69 Ibid.

70 Dartigue-Peyrou C., La Vicomté de Béarn sous le règne d’Henri II d’Albret, 1517-1555, Paris, Les Belles Lettres, 1934, chap. 12, d’après Dumonteil J., « La crise du commerce et de l’artisanat textile à Oloron vue par ses négociants (fin du XVIIIe-début du XIXe siècle) », Revue de Pau et du Béarn, 1973, no 1, p. 149.

71 Marcos Martín A., España en los siglos XVI, XVII y XVIII. Economía y sociedad, Barcelone, Crítica, 2000, p. 514-525 cité par F. Brumont, note infra cit.

72 Brumont F., « Des relations sans frontières : le commerce franco-navarrais au début du XVIIe siècle », Desplat C. (éd.), Frontières, Actes du colloque du 125e Congrès national des Sociétés historiques et scientifiques, Lille, 2000, Paris, éd. du CTHS, 2002, p. 237.

73 Voir à cet effet Minovez J.-M., « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu XVIIIe-début XIXe siècle », Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, XIIIe-XIXe siècle, colloque international organisé par l’UMR 5136 du CNRS-Fra. M. Espa-université de Toulouse II-Le Mirail, le laboratoire « Élites du Sud » de l’université de Pau et des Pays de l’Adour et le « Patrimoni Cultural d’Andorra », Andorre-la-Vieille, 1er-4 octobre 2003, Toulouse, CNRS-université de Toulouse-Le Mirail, collection « Méridiennes », 2005, p. 339-360.

74 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 786.

75 Minovez J.-M., « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu XVIIIe-début XIXe siècle », supra cit.

76 Minovez J.-M., « Les draperies du piémont des Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du XVIIe au début du XIXe siècle », D’un versant à l’autre des Pyrénées, Actes du 51e congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Saint-Girons les 26, 27 et 28 juin 1998, Saint-Girons, Société des Amis de Saint-Lizier et du Couserans, 1999, p. 113-138.

77 Arch. nat., F12, 644 ; Tratado de declaracion y explicacion sobre algunos de los articulos del antecedente ajustado en Utrecht, entre esta Corona, y la Inglaterra, sobre la Paz, y Comercio, concluido en Madrid en 14 diziembre de 1715.

78 Arch. nat., F12, 644 ; Mémoire du Conseil de Commerce sur le nouveau traité conclu et signé entre l’Espagne et l’Angleterre le 14 décembre 1715, s. d.

79 Zylberberg M., Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne (vers 1780-1808), Paris, CHEFF, 1993, p. 51.

80 Davis R., « English Foreign Trade, 1700-1774 », Economic History Review, 1, 1962, p. 300 sq.; id., 2, 1962, p. 292.

81 Butel P., Européens et espaces maritimes (vers1690-vers 1790), Bordeaux, PUB, 1997, p. 38.

82 Davis R., The Rise of the English Shipping Industry in the seventeenth and eighteenth centuries, Londres-New-York, Macmillan-St-Martin’s Press, 1962, Newton Abbot, David & Charles, 1972.

83 Crouzet F., De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-XXe siècle, Paris, Perrin, 1985, 2e édition, 1999, p. 178.

84 Dans son important article de 1966, François Crouzet « [rappelait] qu’au début du XVIIIe siècle la France avait été en retard sur l’Angleterre, notamment pour le niveau moyen par tête de la production industrielle, du commerce extérieur et du revenu… » ; dans sa mise au point de 1985, il confirmait ses conclusions, Crouzet F., supra cit., 1985, p. 34 et 119.

85 Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, p. 441.

86 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit.

87 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, Paris, Marcel Rivière, 1958, p. 103.

88 Arch. nat., F12, 551-552 ; Lettre de Fontanet, 5 juillet 1762.

89 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764.

90 Pour la connaissance des chalons, sempiternes et bayettes anglaises à destination des marchés ibériques, cf., Arch. nat., F12, 551-552 ; Echantillons de laines et lainages, concurrence de l’industrie anglaise en Espagne, 1762 et s. d.

91 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire au sujet des fabriques à l’imitation de celles d’Angleterre que le Sr. Colson établit en Gévaudan, 1764.

92 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764. Le processus est le même dans de nombreux territoires textiles de Gascogne et de Languedoc, notamment à travers la confection de serges.

93 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère, s. d. (probablement 1802).

94 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Tableau des diverses espèces de tissus du département de la Lozère, 1812.

95 Au moins 92 % de la fabrication.

96 Aussi destinés aux marchés extérieurs en concurrence avec les Britanniques.

97 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 104 et Forestié E., Notice historique sur la fabrication des draps à Montauban du XVIe siècle à nos jours, s. l., s. n., 1883.

98 La fabrication s’était développée dès la fin du XVIIe siècle, comme le prouve l’enquête de 1692 (Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 249) et était tombée vers 1750 face à la concurrence britannique en Espagne (arch. dép. Hérault, C, 1117 ; Mémoire sur l’industrie de Castres, 1745).

99 Arch. nat., F12, 1349 ; Mémoire d’Holker, 1764, cf. L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 433, n. 2.

100 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de Languedoc, 1774.

101 Jaupart F., Activités commerciales de Bayonne au XVIIIe siècle, numéros spéciaux du bulletin de la Société des sciences lettres et arts de Bayonne, Nouvelle série no 110 et 111, Bayonne, imp. Darracq, 1966, p. 330.

102 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 44 ; État des marchandises visitées au bureau de Bayonne (1768-1769) ; arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 47 ; Origine des toileries, draperies, soieries, bonneterie à Bayonne, mémoires et lettres sur la décadence du commerce (1765-1773) ; Arch. nat., F12, 1834A, Divers états des marchandises entrées et sorties du bureau de Bayonne vers l’Espagne en 1669, 1672, 1695, 1696 et 1698 ; Arch. nat., F12, 1668 ; Importation et exportation du port, 1790. Voir aussi les cotes indiquées par Fernand Jaupart : arch. dép. Gironde ; C, 527, 1527, 1587, 1776 (Jaupart F., supra cit., p. 339).

103 Chambre de Commerce et d’Industrie de Bayonne, C, 31-32 ; Récapitulation de toutes les marchandises entrées et sorties du Royaume par le port de Bayonne et pays pour lesquels elles sont destinées, 1746-1764 et 1765-1780 ; chambre de commerce et d’industrie de Bayonne, G, 31 ; Récapitulation de toutes les marchandises sorties du Royaume par le port de Bayonne, 1718 cités par Fernand Jaupart, supra cit., p. 339.

104 Comme tendent à le prouver les quelques sondages effectués. Il reste à reprendre les données de ces statistiques et à les retraiter informatiquement afin de mettre en évidence les évolutions dans la longue durée par catégorie de l’ensemble des importations et des exportations par voie maritime.

105 L’étranger fournissait aussi une partie non négligeable de produits en provenance de Silésie, de Suisse, de Hollande, de Russie ou d’Angleterre.

106 Jaupart F., Activités commerciales de Bayonne au XVIIIe siècle, op. cit., p. 315-316.

107 Butel P., Les négociants bordelais, l’Europe et les Îles au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 1974, p. 93-94 et p. 406.

108 Ibid., p. 68-82.

109 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 432.

110 « Mazamet vendait davantage au Canada depuis que la France l’avait perdu » : Cazals R., Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 37, d’après arch. dép. Hérault ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 30 mars 1768.

111 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 66.

112 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 401.

113 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.

114 Arch. nat., F12, 549 ; Tableau du commerce de Smyrne, 1787.

115 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 228-230.

116 Ballainvilliers, Mém, dioc Béziers, fo 131. L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 419.

117 Thomson J. K. J., Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian Cloth-Making Town, op. cit.

118 Arch. nat., F12, 1384 ; Délibération du Bureau du Commerce du 17 avril 1766, transmise à l’intendant de Languedoc par Montaran le 11 mai 1766 ; Arch. nat., F12, 645 ; Mémoire sur les manufactures de Languedoc en draps propres pour le Levant, s. n., s. d. (probablement de Bonneval pour Trudaine, milieu du XVIIIe siècle).

119 Arch. nat., F12 ; 549-550 ; Mémoire sur le rétablissement du commerce du Levant par Thomassin sous-préfet du 4e arrondissement de la Haute-Garonne, et avant entrepreneur de la manufacture de la Terrasse en draps pour le Levant, 29 thermidor an X.

120 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 252 et p. 256.

121 Trouvé C.-J. baron, Description générale et statistique du département de l’Aude, op. cit., p. 610.

122 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 418.

123 Ballainvilliers, Mém, dioc Mirepoix, fo 82. (Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 419).

124 Cf. supra.

125 Arch. dép. Hérault, C, 2383 ; Mémoire des jurés-gardes de la jurande de Limoux, 1786.

126 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Le Nain sur l’état du commerce et des productions du Languedoc, 1744.

127 Arch. dép. Hérault, C, 2211 ; Rapport de l’inspecteur provincial de manufactures de Languedoc, 1777.

128 Trouvé C.-J. baron, Description générale et statistique du département de l’Aude, op. cit., p. 609.

129 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420-426.

130 Arch. nat., F12, 1384 ; Mémoire des députés et du syndic général de la province de Languedoc concernant la fabrique des draps de Lodève pour l’habillement des troupes, 29 juillet 1777.

131 Appolis E., Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : le diocèse civil de Lodève. Étude administrative et économique, Albi, Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1951, p. 456 sq.

132 Arch. nat., F12, 1384 ; Mémoire des députés et du syndic général de la province de Languedoc concernant la fabrique des draps de Lodève pour l’habillement des troupes, 29 juillet 1777.

133 Arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des finances, 1768.

134 Arch. dép. Hérault, C, 2384 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 20 septembre 1786.

135 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 435 et 439.

136 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 78-80.

137 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 235.

138 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère, s. d. (probablement 1802).

139 Arch. nat., H1, 748221 ; État des draperies négociées sur les marchés du Gévaudan, 1788 ; arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère, s. d. (probablement 1802).

140 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 232.

141 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 428.

142 Molinier A., Stagnation et croissance. Le Vivarais aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS et Jean Touzot, 1985, p. 221.

143 Sommières mériterait, à elle seule, une monographie centrée sur l’étude de son industrie textile.

144 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 429-430.

145 Ibid., p. 436-437.

146 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 265.

147 Arch. dép. Hérault, C, 2576 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 1781.

148 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 438-439 ; Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 265 et Arch. dép. Hérault, C, 2384 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 20 septembre 1786.

149 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux à Trudaine du 1er avril 1777.

150 Ibid.

151 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Statistiques concernant Montesquieu-Volvestre, 1779-1780.

152 Arch. dép. Hérault, C, 2224 ; Statistiques concernant le diocèse de Rieux, 1783 et Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Statistiques concernant Montesquieu-Volvestre et Saint-Elix, 1784, 1785 et 1786.

153 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 93, Ballainvilliers, Mémoires sur le Languedoc, 1788, fo 24 vo.

154 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, Ballainvilliers, Commerce de Languedoc, 1788, fo 97 ro.

155 Ibid.

156 Ibid. et bibl. mun. Carcassonne, mss. no 93, Ballainvilliers, Mém. sur le Languedoc, 1788, fo 25 vo.

157 Arch. nat., F12, 1383, Vauvoux, inspecteur des manufactures du département de Toulouse, 1777.

158 Arch. dép. Gers, C, 29, pièce 5 ; État des pièces d’étoffes et de toiles présentées et marquées aux bureaux de visite et de marque de l’inspection de Saint-Gaudens pendant le premier semestre de 1782 avec la comparaison du pareil semestre de l’année précédente et ibid., pièce 129 ; État des pièces d’étoffes et de toiles présentées et marquées aux bureaux de visite et de marque de l’inspection de Saint-Gaudens pendant le second semestre de 1787.

159 Arch. nat., F12, 1344 ; Réponse à l’enquête de l’an III sur la fabrication des étoffes de laines pures ou mélangées.

160 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94 ; Intendant de Ballainvilliers, Traité sur le Commerce de Languedoc, 1788, fo 98 sq.

161 Arch. dép. Gers, C, 29, pièces 5 et 129, supra cit.

162 Arch. nat., F12, 556 ; Manufactures partie ancienne. Dossier 5 : Gascogne, manufactures de la généralité d’Auch, 1716.

163 Desplat C., Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, Biarritz, J & D éd., coll. Terres et hommes du Sud, 1992, p. 132.

164 Pour la critique des sources et des évaluations chiffrées, cf. Minovez J.-M., « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu XVIIIe-début XIXe siècle », loc. cit.

165 Les capes faisaient l’objet d’un commerce de gros le long de la chaîne des Pyrénées entre marchands du Béarn et ceux d’Andorre et de Catalogne, cf. Poujade P., Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, PUM, 2008, p. 104-105.

166 D’autant que les couvertures faisaient l’objet d’une demande importante de la part de la Marine : Général Serviez, préfet, Statistique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imp. des Sourds-muets, An X, p. 74.

167 Arch. nat., F12, 1344 ; Tableaux dressés en ventôse an III (février-mars 1795).

168 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 317.

169 Deffontaines P., Les hommes et leurs travaux dans les pays de la moyenne Garonne (Agenais, Bas-Quercy), Lille, SILIC-Facultés catholiques, 1932, p. 280.

170 Grèzes-Rueff F., « Assoupissement économique et désindustrialisation (1799-1940) », Ligou D. (dir.), Histoire de Montauban, Toulouse, Privat, 1992, p. 227.

171 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 104.

172 Amalric J.-P., « L’Ancien Régime et les révolutions », Fau J.-C. (dir.), Le Tarn-et-Garonne de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, éd. Jean-Michel Bordessoules, 2003, p. 167-248.

173 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778.

174 Arch. nat., F12, 559 ; État général des différentes manufactures et des objets de l’industrie et de commerce de la généralité de Montauban, 1783.

175 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 104.

176 Ibid., p. 115-117.

177 Grèzes-Rueff F., « Assoupissement économique et désindustrialisation (1799-1940) », loc. cit., p. 177.

178 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778 ; Arch. nat., F12, 559 ; État général des différentes manufactures et des objets de l’industrie et de commerce de la généralité de Montauban, 1783.

179 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 879.

180 Ibid., p. 879-880.

181 Crouzet F., De la supériorité de l’Angleterre sur la France. L’économique et l’imaginaire, XVIIe-XXe siècle, op. cit., p. 29.

182 Léon P., « Structure du commerce extérieur et évolution industrielle de la France à la fin du XVIIIe siècle », Conjoncture économique, structures sociales. Hommages à Ernest Labrousse, Paris-La Haye, 1974, p. 419, 421-422.

183 Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 446.

184 Davis R., « English Foreign Trade, 1700-1774 », Economic History Review, 2, 1962, p. 292.

185 Morineau M., « Trois contributions au colloque de Göttingen », Pour une histoire économique vraie, Lille, 1985, p. 372.

186 Zylberberg M., Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne (vers 1780-1808), op. cit., p. 88-89.

187 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 221-222, p. 317-318 et p. 330-334.

188 Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, op. cit., p. 135.

189 Minovez J.-M., « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 1761-vers 1868 », loc. cit., p. 140.

190 González Enciso A., « La protoindustrialización en España », Revista de Historia Económica, 1984, no 1, p. 11-44.

191 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

192 González Enciso A., « La protoindustrialización en España », supra cit., p. 11-44.

193 Krüger F., Los altos Pireneos. vol. IV: Manufacturas caseras, indumentaria, industrias, Zaragoza-Huesca-Tremp, Gobierno de Aragon, Departamento de Educación y cultura-Diputación de Huesca-Garsineu Edicions, 1997.

194 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

195 L’analyse s’appuie sur les statistiques disponibles à savoir : arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 43 ; État des marchandises passées au bureau de contrôle de Bayonne, 1766 ; Ibid., C, 44 ; État des marchandises passées au bureau de contrôle de Bayonne, 1767 ; Ibid., C, 47 ; Ibid., 1769 et 1770 ; Ibid., C, 284 ; Ibid., 1771-1773 ; arch. dép. Gironde, C, 1587 ; États des marchandises en draperie, toilerie, soierie et bonneterie, passées et visitées au bureau de contrôle général des manufactures de Bayonne pendant le courant de l’année 1775, 1776, 1779, 1780, 1781, 1782 ; arch. dép. Gard, C, 187-188 ; États des marchandises exposées en vente à la foire de Beaucaire, 1786, 1787, 1788, 1789.

196 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

197 Roland de la Platière, L’art de préparer et d’imprimer les étoffes en laines suivi de l’art de fabriquer les pannes ou peluches, les velours d’Utrecht et les moquettes, Paris, Imprimerie de Moutard, 1780, p. 17.

198 Ibid., p. 17 et p. 20-21.

199 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

200 D’après l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit.

201 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

202 Roland de la Platière, L’art du fabricant d’étoffes en laines rases et sèches, unies et croisées, par Roland de la Platière, Paris, Imprimerie de Moutard, 1780, passim.

203 Léon P., « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (XVIIIe-XIXe siècles) », Revue de géographie de Lyon, no 4, 1953, p. 318.

204 D’où la relative modestie de leur négoce à Bayonne et même à Beaucaire.

205 Roland De La Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 268.

206 Ils représentent moins de 1 % des pièces exportées (en nombre et en valeur) à Bayonne entre 1770 et 1782.

207 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

208 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 1363 ; Rapport des syndics des Etats de Béarn à l’intendant, 1787 : « Vous avez été instruit, Monseigneur, du tort que l’Espagne fit à notre commerce lorsqu’après avoir défendu l’entrée des petits lainages, elle chercha à attirer nos ouvriers et leurs métiers. Cette opération aurait été plus fâcheuse pour notre commerce si l’industrie et l’activité des Espagnols avaient fait plus de progrès ; mais ils viennent encore acheter en Béarn des couvertures et bas de laine et c’est une des plus fortes raisons de ne pas les assujettir à la marque et aux plombs. Il serait fâcheux que l’introduction de cette nouveauté vînt seconder les mesures de la Cour d’Espagne pour soustraire cette nation au tribut qu’elle paye à notre industrie », cité par Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, op. cit., p. 136.

209 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 257.

210 Arch. nat., F12, 1383 ; Rapport de l’inspecteur des manufactures Vauvoux, 1777.

211 Boulet F., Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du XIXe siècle, op. cit., p. 46.

212 Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Tableau des diverses espèces de tissus du département de la Lozère, 1812.

213 Arch. dép. Gers, C, 29 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance d’Auch, 1781-1787.

214 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785, p. 259.

215 Les sources lozériennes et aveyronnaises sont très explicites à ce sujet : Arch. dép. Lozère, M, 4176 ; Tableau des diverses espèces de tissus du département de la Lozère, 1812 et Boulet F., Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du XIXe siècle, op. cit., p. 46.

216 Alors que « pendant la guerre, nous leur avons fait passer d’Amiens, considérablement de petites étoffes, principalement des chalons, des sempiternes, des prunelles sur soie, et tout en laine, des satinés, des serges de Rome unies et à côtes, des basins en laine, des tamises, des durois, des fagatis ou serges franciscaines, etc. Au premier bruit de paix, non seulement on a suspendu les commissions, mais on a donné des contre-ordres pour celles qui avaient été données, même pour les marchandises expédiées, et qui ne seraient pas encore sorties de France […]. Il est vrai qu’à cette nouvelle s’est jointe celle que les Anglais offraient aux Espagnols, à vingt pour cent, meilleur marché que nous ne pouvons les leur donner, tous les articles énoncés ci-dessus ». Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 258.

217 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785, 260 (« Cela serait encore par la force seule des choses, y eût-il rancune nationale et haine personnelle, car le marchand n’est ennemi de personne avec qui il peut gagner de l’argent ; tout se fait devant le désir du gain »).

218 Ainsi, après la perte du Canada l’intérêt des négociants montalbanais se reporte sur le commerce des Îles ; mais le textile en profite peu car les lainages montalbanais comme ceux de la généralité et d’ailleurs que les commerçants de la ville écoulaient sont lourds et épais donc peu adaptés au climat chaud des Îles, cf. Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 119.

219 Butel P., Les négociants bordelais, l’Europe et les Îles au XVIIIe siècle, op. cit., p. 400.

220 Pour un total des exportations de 23 220 000 livres en 1775 et de 76 786 000 livres en 1788, les draps passent, entre les deux dates, de 1 084 000 à 1 905 000 livres, soit d’un indice 100 en 1775 à un indice 176 en 1788 ; la valeur des toiles augmente de 5 896 000 à 18 597 000 livres, ce qui représente un indice de croissance de 315 ; quant aux mouchoirs et mousselines, le point de départ se situe à une valeur de 278 000 livres en 1775 pour atteindre 5 779 000 livres en 1788 représentant un indice de croissance de 2 075, cf. Verley P., L’Echelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 453.

221 Sans négliger pour autant les marché de l’Allemagne et des Pays du Nord qui jouent un certain rôle pour quelques manufactures.

222 Butel P., L’économie française au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1993, p. 95-96.

223 Verley P., L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 444 et graphique.

224 Butel P., L’économie française au XVIIIe siècle, op. cit., p. 95.

225 Arch. dép. Hérault, C, 2383 ; Mémoire des jurés-gardes de la jurande de Limoux, 1786.

226 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; État des entrepreneurs les plus distingués, 1788.

227 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de Languedoc, 1774. Notons que pour Mazamet, le débouché allemand est souvent mentionné.

228 Arch. dép. Hérault, C, 2191 ; Mémoire de l’inspecteur Tricou, 15 octobre 1788.

229 Intendant Ballainvilliers, Mémoire sur le diocèse de Lodève, fo 177, cité par Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 775.

230 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de Languedoc, 1774 ; arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des finances, 1768.

231 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de l’inspecteur des manufactures du département de Toulouse Vauvoux adressée à Trudaine, 1er avril 1777 ; arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire de Montesquieu-Volvestre en 1787.

232 Dermigny L., « Les foires de Pézenas et de Montagnac au XVIIIe siècle », Actes du Congrès régional des Fédérations historiques de Languedoc, 8e Congrès de la Fédération des sociétés académiques et savantes Languedo-Pyrénées-Gascogne et 26e Congrès de la Fédération historique de Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Carcassonne, 24, 25 et 26 mai 1952, Carcassonne, impr. de Gabelle, 1955, p. 97-116.

233 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 775.

234 Arch. dép. Hérault, C, 1117 ; Mémoire sur l’industrie de Castres, 1745.

235 Arch. nat., F12, 659A ; Observations du sieur Holker fils sur les manufactures de la province de Languedoc, 1774.

236 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785, p. 424.

237 Arch. nat., F12, 1230 ; Lettre de l’intendant de Languedoc Ballainvilliers au contrôleur général, 30 juillet 1788.

238 Margairaz D., Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988, p. 101-102.

239 Fassin T., Essai historique et juridique sur la foire de Beaucaire, Aix, imp. B. Niel, 1900, p. 78.

240 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 767.

241 Léon P., « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (XVIIIe-XIXe siècles) », loc. cit., p. 318.

242 Garden M., Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, op. cit., p. 377-380. Au XVIIIe siècle, les marchands lyonnais tentent « de s’établi dans tous les marchés, sur toutes les places ». Ils cherchent à « imposer leur présence dans tous les lieux du commerce européen et mondial. » Ibid., p. 377.

243 Arch. nat., F12, 554 ; Lettre de Guillaume de Fonfreyde, inspecteur des manufactures des provinces d’Auvergne, Limousin, Angoumois et Saintonge au contrôleur général des finances, 31 mai 1728.

244 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 148 ; Lettre de l’intendant de Languedoc au subdélégué de Toulouse, 17 juin 1785.

245 Intendant Ballainvilliers, Mémoire sur le diocèse de Lodève, fo 177, cité par Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 775.

246 Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 451.

247 Poussou J.-P., Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle : croissance économique et attraction urbaine, éd. de l’EHESS et J. Touzot, Paris, 1983, p. 243. Voir aussi Margairaz D., Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988 ; Loupès P. et Poussou J.-P. (éd.), Les petites villes du Sud-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque international organisé par le Centre d’études des espaces urbains, 25-26 octobre 1985, Paris-Bordeaux, CNRS-Presses universitaires de Bordeaux, 1987 ; Poussou J.-P. (dir.), Les petites villes du Sud-Ouest de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque d’Aiguillon, 12 et 13 mai 2000, organisé par l’Association d’histoire des petites villes, Mamers, Société d’histoire des petites villes, 2004.

248 Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., t. II, p. 785.

249 Desplat C., Pau et le Béarn au XVIIIe siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, op. cit.

250 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p. 639.

251 Bordes M., Les routes de la généralité d’Auch à la fin de l’Ancien Régime, Auch, Imp. Th. Bouquet, 1970, p. 12.

252 D’après la Carte générale des routes, embranchements, branches et rameaux faites, commencées et en projets au 1er janvier 1781 de la généralité d’Auch conservée à la BnF et la Carte itinéraire de la généralité de Pau et Bayonne conservée aux Archives nationales et reproduites par Georges Reverdy dans Reverdy G., L’histoire des routes de France du Moyen Âge à la Révolution, Paris, Presses de l’École nationale des ponts et chaussées, 1997, p. 256-259.

253 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p. 639-657.

254 Poussou J.-P., « Sur le rôle des transports terrestres dans l’économie du sud-ouest de la France au XVIIIe siècle », Annales du Midi, t. 90, no 138-139, juillet-décembre 1978, p. 403.

255 Notons toutefois, après Jean-Marcel Goger, que si la politique d’État permet de créer de grandes routes de qualité, elle laisse largement de côté le réseau secondaire et les campagnes (Goger J.-M., La politique routière en France de 1716 à 1815, thèse de doctorat, EHESS, 1988).

256 Conchon A., Le péage en France au XVIIIe siècle. Les privilèges à l’épreuve de la réforme, Paris, CHEFF, 2002.

257 Conchon A., « Les péages dans les Pyrénées françaises », Minovez J.-M. et Poujade P. (éd.), Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, XIIIe-XIXe siècle, op. cit., p. 87.

258 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p. 801-802.

259 Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., p. 770-772.

260 Conchon A., « Les péages dans les Pyrénées françaises », supra cit., p. 86-87.

261 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 300-308.

262 Sanllehy i Sabi M. A., Comunitats, veïns i arrendataris a la Val d’Aran (s. XVII-XVIII) : dels usos comunals a la dependència econòmica, thèse de doctorat, université de Barcelone, 1996 ; Sanllehy i Sabi M. A., « Communautés et maisons du Val d’Aran (XVIIe-XVIIIe siècle) : un jeu d’équilibres entre le patrimoine communal et le patrimoine privé », Minovez J.-M. et Poujade P. (éd.), Les hommes et leur patrimoine en Comminges. Identité, espaces, cultures dans l’histoire et l’actualité du Comminges et des Pyrénées centrales, Actes du 52e congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Saint-Gaudens les 25, 26 et 27 juin 1999, Saint-Gaudens, Société des Études du Comminges, 2000, p. 151-167 ; Poujade P., Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, op. cit., et Poujade P., Identité et solidarités dans les Pyrénées. Essai sur les relations humaines (XVIe-XIXe siècle), Aspet, Pyrégraph, 2000.

263 Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., t. II, p. 785.

264 Pontet J., Bayonne : un destin de ville à l’époque moderne, fin du XVIIe-milieu du XIXe siècle, op. cit.

265 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 787.

266 Arch. nat., F12, 1349 ; Mémoire sur le commerce avec l’Espagne, 12 mai 1762.

267 Cosandey F. et Descimon R., L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Éd. du Seuil, 2002, p. 149.

268 Nordman D., Fontières de France. De l’espace au territoire, XVIe-XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 519-527.

269 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785, p. 263-264.

270 Ibid, p. 265-266.

271 D’après l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit.

272 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, op. cit., p. 267.

273 Ibid, p. 283.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search