Version classiqueVersion mobile

La puissance du Midi

 | 
Jean-Michel Minovez

Chapitre II : Travail dispersé et souplesse de l’organisation productive

Texte intégral

1Le développement de l’industrie lainière du Midi tient aux relations étroites que les sociétés entretiennent avec leur milieu. On a pu souligner l’importance occupée par la production locale de laine et sa commercialisation. Sa transformation y joue aussi un rôle essentiel. Elle s’effectue dans un cadre technique largement hérité des siècles précédents, comme la forme d’organisation de la production. Cette dernière repose sur les principes de la manufacture dispersée dans laquelle la majorité des acteurs partage ses activités entre travaux des champs et industrie. Les structures ne sont pas toutefois immuables et le XVIIIe siècle est marqué par des évolutions dans les modes de contrôle de la fabrication. Cela a des conséquences dans les relations de travail. Les tensions difficilement perceptibles, se traduisent par des conflits aux formes variées et étroitement liées au mode de production.

De la laine au drap : la continuité des techniques

  • 1 Chaplain J.-M., La chambre des tisseurs. Louviers, cité drapière (1680-1840), Seyssel, Champ Vallo (...)

2La transformation de la laine de la toison brute au produit fini commercialisable est bien connue. De nombreux ouvrages se sont attachés à la dépeindre que cela soit du côté des techniciens ou des historiens soucieux de bien comprendre le fonctionnement des manufactures de draps. Mis nombreux sont les écrits qui restant généraux et sans âme décrivent un modèle partout applicable1. D’autres n’en abordent pas tous les aspects, laissant étonnamment de côté des opérations aussi capitales que la teinture. Mais surtout, bien comprendre les produits d’une aire d’étude, c’est aussi bien saisir les spécificités qui concourent à leur fabrication. Au-delà de la bonne appréhension des opérations, il s’agit de bien mesurer la portée des gestes et les conséquences que cela peut avoir en matière de développement ou d’échec des manufactures par la qualité ou, au contraire, le manque de maîtrise des savoir-faire. C’est aussi poser les bases d’un mode de fonctionnement appelé à évoluer.

  • 2 Afin de faciliter la compréhension du propos, il a été choisi d’illustrer la description des techn (...)

3On présentera, pour ce faire, l’ensemble des actions successives concourant à l’élaboration d’un tissu, des opérations préliminaires à l’entoilage. Compte tenu des sources disponibles, l’état des techniques concernera la seconde moitié du XVIIIe siècle, même si, du fait de la réglementation en vigueur, les pratiques ici décrites valent largement pour la période comprise entre le dernier tiers du XVIIe siècle et la Révolution2.

Opérations préliminaires et filature

4Les travaux de la manufacture pouvaient commencer à des stades différents. Ils incluaient ou non les opérations de préparation de la laine réalisées parfois à l’extérieur de la zone de fabrication. La filature, en revanche, s’effectuait immuablement à l’intérieur de l’aire de production, mais pas toujours sous le contrôle du fabricant.

Opérations préliminaires

• Laver la laine

  • 3 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines, sur la fabrication des draps et autres étoff (...)
  • 4 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 5 BnF, mss. francais, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes prov (...)

5Lorsque la laine est réceptionnée dans les centres de fabrique, plusieurs cas de figure peuvent se présenter. Si la laine est livrée après les premières opérations, seul un second tri rapide est effectué. Cette opération s’avère indispensable car les ballots de matière première sont loin d’être homogènes. Ainsi, il est assez ordinaire de trouver mêlées dans un même lot de laines primes, « des parties de laines pelades ou agnelines3 ». Dans le cas où les ballots sont constitués de laines surges, celles-ci doivent subir deux opérations préliminaires : le lavage et le triage. Généralement, le travail débute par le lavage. Le premier bain vise essentiellement à retirer les plus grandes impuretés de la laine. Dans un premier temps, il convient de la faire tremper dans l’eau chaude [Pl. I, fig. 1, c], en tout cas « un peu plus que tiède4 ». La seconde opération consiste à laver la laine à l’eau froide en la faisant « passer avec trois paniers en différents rangs, en ligne droite et à flanc de rivière » [Pl. I, fig. 1, d]. Il est nécessaire de respecter scrupuleusement cette démarche, en évitant surtout de la laver en rivière en plaçant les ouvriers les uns à la suite des autres « comme ils le font ordinairement », afin que la graisse éliminée d’un panier ne se dépose sur la laine d’un panier plus en aval. Dans le cas contraire, elle « ne saurait être finement ni lavée ni dégraissée5 ». Après séchage, le produit est alors disponible pour subir les autres opérations préliminaires.

Illustration 2. – Planche I de l’Encyclopédie.

6Cependant, selon que l’on ait affaire à des laines de qualité quelconque ou à des fibres fines, la méthode de dégraissage est quelque peu différente. Ainsi, pour le lavage de laine fine, il est nécessaire de disposer d’une chaudière dans laquelle les ouvriers font chauffer de l’eau. Quand la température est jugée suffisante, on y plonge « de la laine de ce pays » afin de former un bain dans lequel on immerge la laine fine. Elle est alors remuée à l’aide d’un bâton pendant un quart d’heure. Puis, les ouvriers retirent la laine de la chaudière, la lavent de telle manière qu’elle devienne « blanche comme de la neige ». Dans le cas où l’on ne dispose pas de laine surge, il est possible d’utiliser des cendres que l’on versera dans la chaudière pour former le bain. Il est toutefois difficile de disposer à volonté de cette matière.

  • 6 Ibid., fo 33 ro, et arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 4 ; Dommages subis par Jean Marcassus à l (...)
  • 7 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 4.
  • 8 Ibid., fo 3.
  • 9 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 10 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 3.

7En outre, les meilleures cendres sont les plus fraîches, ce qui ne facilite pas l’approvisionnement6. Hormis ces deux méthodes de lavage, il existe une troisième pratique qui consiste à dégraisser les laines avec de l’urine de mouton que l’on a au préalable laissé fermenter afin de développer ses propriétés détersives7. En Languedoc, l’opération consiste à verser dans une chaudière quinze seaux d’eau et vingt seaux d’urine8, deux tiers d’eau et un tiers d’urine dans le Sud-Ouest9. On projette ensuite dans le bain bouillant environ vingt livres de laine placée au préalable dans un filet. L’ensemble est remué avec un bâton et laissé à tremper pendant quinze minutes. Sortie de la chaudière, la laine est mise à égoutter « un moment sur une civière », puis rincée à l’eau courante dans des paniers carrés, les ouvriers la remuent avec des fourches ou avec les pieds jusqu’à ce que le « suint ou la graisse en soit complètement sorti10 ». Mais cette pratique semble minoritaire en Languedoc alors qu’elle est la règle dans le Sud-Ouest.

  • 11 Arch. dép. Hérault, C, 2036 ; Lettre du 13 mars 1739 adressée à Marcassus entrepreneur de la manuf (...)

8En fait, les fabriques de petites étoffes dégraissent leurs laines selon la première méthode indiquée, du moins dans la première moitié du XVIIIe siècle. L’entrepreneur de la manufacture de la Terrasse, quant à lui, fait dégraisser ses laines fines d’Espagne avec des laines du pays qui lui servent ensuite à tisser des londres larges. Les autorités espèrent bien d’ailleurs que la méthode employée par Marcassus gagnera les autres fabriques de la région11.

• Trier la laine

  • 12 Duhamel du Monceau, Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, Paris, (...)
  • 13 Arch. nat., F12, 1383 ; État des manufactures du département de Toulouse, deuxième semestre de 173 (...)
  • 14 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 1982 ; Registre de la première capitation du diocèse de Rieux.
  • 15 Arch. dép. Haute-Garonne, 2E, 1399 ; Contribution foncière de Montesquieu-Volvestre, 1791.

9L’opération effectuée, la laine est sèchée [Pl. I, fig. 3] puis transmise aux trieurs [Pl. II, fig. 4]. Duhamel du Monceau dit que la laine, après avoir été bien séchée, est démélée dans le loup, avant d’être transmise aux batteurs12. En réalité, la machine est peu utilisée à l’époque moderne dans le Midi, l’opération restant presque entièrement manuelle. Il faut souligner que dans certains cas, il est procédé directement au tri de la laine avant le lavage. Cela permet de ne pas mélanger les plus belles parties d’une toison avec celles qui sont à rejeter. En outre, la laine en suint se conserve mieux. Aussi, certains fabricants préfèrent-ils laver les toisons au fur et à mesure de leurs besoins. En 1732, à Auterive, le triage est réalisé dans les magasins de la manufacture13. Les basses draperies font de même et les trieurs de laine sont mentionnés par les sources du XVIIIe siècle14 à la fin de l’Ancien Régime15.

  • 16 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 12.

10Effectué indistinctement par une main-d’œuvre masculine ou féminine, le triage représente le premier métier de la draperie. Fastidieux, il est souvent négligé parce qu’il intervient en amont de la filière par des ouvriers qui ne transforment pas le produit, mais ne font que l’épurer. Pourtant les trieurs de laine ont un rôle important, réparti en deux tâches principales. L’une consiste à éliminer toutes les impuretés des fibres, l’autre a pour but de trier les différentes qualités de laine d’une même toison16. Car, si la qualité de la laine dépend de l’espèce du mouton sur lequel elle est prélevée, elle est aussi fonction de la partie de la toison dont elle est issue.

11Il existe en effet une hiérarchie stricte de la valeur des fibres. Les plus recherchées sont celles des épaules, puis d’une manière décroissante celles des flancs, du cou, du dos, du haut de la queue, du ventre, des pattes avant et enfin des pattes arrière. Le trieur s’en saisit et sectionne toutes les parties irrécupérables. Dans celles-ci se trouvent mélangés, d’une manière inextricable, nombre de corps étrangers, en particulier des débris de ronces. Ensuite, il procède à l’élimination des impuretés en écartant soigneusement les fibres.

12Ces tâches effectuées, des lots sont confectionnés selon la qualité des laines provenant d’une ou de plusieurs toisons.

• Battre la laine

  • 17 Ibid., fo 11.

13Les laines sont alors battues [Pl. II, fig. 5]. Cette opération qui ne nécessite pas de qualification particulière, est fort peu rapportée par les sources. Les batteurs, récupérant les lots de fibres issues du triage, étendent la laine sur des claies d’osier puis les frappent vigoureusement à l’aide de bâtons ou de baguettes en bois assez souples17. Cette opération a pour but d’éliminer les petites impuretés que les trieurs n’ont pu supprimer, tout en donnant une apparence floue aux fibres.

14Ce travail qui ne nécessite que peu de savoir-faire – cela a été dit – réclame surtout de la force physique. Pour cette raison, les fabricants le réservent aux hommes. La laine subit ensuite l’épluchement qui consiste à écharper la matière, c’est-à-dire à retirer les corps étrangers, encore présents dans les fibres, que la battue a permis de faire apparaître en déchirant les parties restées trop compactes. C’est un labeur essentiellement féminin.

La filature

• Peigner ou/et carder

15La laine est ensuite confiée aux cardeurs et aux peigneurs : aux premiers pour la préparation des fibres destinées aux draps et des petites étoffes cardées, aux seconds pour celles des étoffes rases et sèches, aux uns et aux autres pour les matières destinées à la filature des étoffes combinées.

  • 18 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 19 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 4.
  • 20 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)

16Du fait de la configuration productive du Midi, le peignage était le plus répandu. Pour effectuer son travail convenablement, l’ouvrier avant de commencer, doit prendre soin de ne retenir que les parties les plus longues de la toison ; les brins courts s’enchevêtrant moins facilement sont réservés au cardage. Il faut qu’il emploie les bonnes laines prescrites par les règlements et propres à la confection de la chaîne sans y mêler des pelades ou des laines tendres et de mauvaise qualité18. Afin de faciliter le peignage, en Languedoc, les fibres sont ensuite ointes d’huile ou de beurre19 alors que dans la généralité d’Auch et Pau, l’apprêt ne peut être réalisé qu’avec une bonne huile, la graisse et le beurre étant proscrits20. Les fibres, rendues plus soyeuses et donc plus faciles à travailler, sont propres à être peignées par l’ouvrier ou « tireur d’estame ». Il s’agit là d’une opération fastidieuse et répétitive. Assis, protégé par un tablier de cuir, il démêle et allonge les fibres [Pl. IX, fig. 39], qu’il tient dans une main, grâce à un peigne [Pl. IX, fig. 40]. Le travail terminé, le peigneur a éliminé les derniers déchets et la bourre. Il a en outre disposé les fibres parallèlement sur un écheveau et mis soigneusement de côté les fibres courtes et les résidus du peignage.

Illustration 3. – Planche II de l’Encyclopédie.

Illustration 4. – Planche IX de l’Encyclopédie.

  • 21 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 12.
  • 22 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 154 ; Arrêt du conseil…, article VII.
  • 23 Ibid., petites cardes à main.

17Ces produits de récupération sont alors cardés et forment le peignon qui entre dans la confection des trames des étoffes sur étaim. Ils complètent les laines propres au seul cardage. Comme lors du peignage, la laine, après le lavage et le battage, subit l’onction et l’embrissage. Pour ce faire, on emploie généralement deux livres d’huile pour huit livres et demie de laine. La laine humectée est ensuite passée à plusieurs reprises sur une grande carde [Pl. II, fig. 6]. L’embrissage est une première façon de carder la laine pour la préparer au cardage proprement dit21. Le cardage, quant à lui, consiste à passer la laine entre deux planchettes munies de petites pointes de fer : les cardes [Pl. II, fig. 7 et Pl. III, fig. 8]. Les règlements fixent très précisément la conformation de ces outils, pour chacune des étoffes auxquelles elles sont destinées, en mentionnant le nombre de dents et la quantité de rangées, la qualité du fer employé, les dimensions des cardes. Ainsi, et à titre d’exemple, les cardes destinées à la fabrication des droguets façon d’Angleterre « auront neuf pouces de long, deux pouces et demi de large et au moins quatre-vingt-quatre rangs de dents de quarante et une […] chacune, lesquelles […] seront de fil de fer d’Allemagne de cinq plombs22 ». Le cardage en lui-même concourt à démêler les fibres en donnant progressivement un aspect de légèreté à la laine. Le travail s’effectue en quatre opérations successives. Les laines qui sont cardées pour la seconde fois le sont grâce à des drossettes23.

• Filer

  • 24 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 261.

18Le filage est la dernière opération préliminaire avant la transformation de la matière par le tisserand. Parfois, avant le filage, la laine a été au préalable teintée. L’originalité du filage local, pour la plus grande partie de l’espace qui nous intéresse, réside dans son traditionalisme. En effet, jusqu’au début du XIXe siècle, les ouvrières du Volvestre et de certains villages du Comminges filent à l’aide d’un fuseau ignorant totalement le rouet. Pourtant, le rouet est une invention ancienne qui a été diffusée dès la fin du Moyen Âge. Il apparaît comme l’exemple type de l’invention apportant des améliorations techniques significatives et qui, malgré cela, connaît une diffusion des plus lentes. Grâce à sa mécanique, il permet de travailler plus rapidement qu’à la main seule. En outre, depuis le XVe siècle, muni d’ailettes, il permet d’enrouler automatiquement le fil au fur et à mesure du filage24.

  • 25 Arch. nat., F12, 556 ; Statistiques concernant l’industrie textile du Comté de Foix, 1716.
  • 26 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Statistiques concernant l’inspection de Saint-Gaudens, 1751.
  • 27 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 28 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 1918 ; Procès-verbal de l’assiette diocésaine de Rieux, 1731.

19Comment a-t-il pu rester ignoré à certaines époques où la main-d’œuvre faisait défaut ? De fait, une partie seulement des manufactures de la partie supérieure du bassin de la Garonne utilise le rouet. Dans le comté de Foix, les fileurs employés par les petits fabricants de cadis, rases, serges, cordelats et draps forts ont recours au rouet sans que l’on puisse comprendre, au premier abord, pourquoi l’aire de diffusion de cet appareil s’est arrêtée à la frontière du Languedoc, en Volvestre25. Cependant, les fabriques du diocèse languedocien de Comminges ainsi que les manufactures de Gascogne, autour de Saint-Gaudens, filent la laine destinée à la chaîne à la quenouille, alors que les fibres à destination de la trame sont travaillées au tour26, comme partout dans le Sud-Ouest27 ou en Languedoc. En outre, à la manufacture royale de la Terrasse, les fileurs utilisent des grands tours [Pl. III, fig. 9], dits « tours à la façon de Hollande28 », comme partout ailleurs dans la grande draperie fine.

  • 29 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckou (...)

20Les explications couramment admises concernant la permanence de la filature au fuseau portent sur les résistances à l’innovation, à la fameuse « routine » qui frapperait les hommes du Midi tant dans l’industrie que dans l’agriculture. En réalité, ce sont des raisons sociales et techniques qui concourent à une certaine continuité des pratiques. La plus fondamentale tient à la qualité recherchée du fil de chaîne pour les étoffes sur étaim ou celles totalement peignées. On sait que les laines du Midi sont moins longues et donc peu à même de produire des estames de qualité, bien fines et sans poil apparent. La filature au fuseau à l’avantage de réduire ces inconvénients tout en permettant de donner plus de torse favorisant ainsi l’imbrication des fils de chaîne et de trame. Les estames se négocient alors à des prix plus élevés que pour celles obtenues au rouet [Pl. IX, fig. 45]. L’inconvénient soulevé ici ne concerne pas le cardé dont les fils sont plus gros et doivent laisser paraître le poil pour faciliter ensuite le feutrage. Aussi, le rouet est-il, dans ce cas, largement plus employé. Cependant, en France, que l’on se situe en filature peignée ou en filature cardée, la tendance est au développement de l’usage du rouet dans le cadre d’une sédentarisation de l’emploi proto-industriel. Cela n’est pas sans conséquence dans la dégradation de la qualité des étoffes relevant du système de la laine peignée. En revanche, là où la population reste pluriactive et continue d’allier fortement travail industriel et agriculture comme « en Gévaudan, en Auvergne […] dans les montagnes du Rouergue, en Béarn, en Gascogne, et particulièrement dans le Nébouzan », la filature au fuseau continue de l’emporter. Mais cela n’est pas pour autant gage de qualité ; les fils obtenus sont loin d’atteindre la perfection attendue29.

Illustration 5. – Planche III de l’Encyclopédie.

  • 30 Arch. dép. Ariège, 14M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.

21La technique traditionnelle de la filature au fuseau consiste, pour l’ouvrier, ou plutôt l’ouvrière, à enrouler un paquet de laine sur la quenouille, puis à l’aide d’un fuseau, tel un jongleur par un mouvement pivotant, à tordre et à enrouler le fil. Ce type de filature se maintient dans le bassin supérieur de la Garonne en quasi-exclusivité jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et même sous la Révolution et l’Empire, jusqu’à l’apparition au début du XIXe siècle de quelques filatures mécaniques. Dans la montagne, la filature à la quenouille subsiste même bien plus tardivement, au moins jusqu’à la fin du Second Empire30.

  • 31 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 13.

22Le titrage du fil dépendant des étoffes pour lesquelles le filage est effectué, celui-ci doit s’effectuer sans qu’il « en soit forcé ». La recherche d’économie de matière peut se traduire, dans le cas de fibres longues, par un excès de « tirage ». Le danger est alors de livrer un fil fragile au tissage et susceptible de casser à chaque tension. Le risque est d’autant plus important que le fil manque souvent de torse, « ce qui est assez général en Languedoc ». Pour pallier cet inconvénient, on passe la laine filée « par une machine appelée le retorsoir où par le moyen d’un grand tour on donne au fil destiné pour la chaîne plus de torse31 ».

Le tissage

  • 32 Ibid., et Arch. dép. Hérault, C, 2341 ; Explication des termes et du travail des manufactures.
  • 33 Arch. nat., F12, 1389-1390 ; Manuel de tissage de Lodève.
  • 34 Arch. nat., F12, 1383 ; État des manufactures du département de Toulouse, 1731.

23La technique du tissage du Midi ne diffère guère de ce que l’on observe dans le reste de la France. On connaît sa description dans le cadre plus général des opérations de la draperie32 ainsi qu’à travers un manuel de tissage émanant de la fabrique de Lodève33. Quelle que soit la qualité des produits tissés, la méthode reste la même. La seule différence est dans la taille des métiers, ceux destinés à la fabrication des draps sont de grands métiers alors que ceux réservés à la basse draperie sont de petits métiers34.

  • 35 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 13.
  • 36 Ibid., fo 15.

24Avant que le tissage ne commence, il faut au préalable préparer le métier en mettant en place le fil de chaîne. L’ourdissage consiste à assembler parallèlement, à la même longueur et sous la même tension, les fils destinés à la chaîne puis à les enrouler sur l’ensouple. La chaîne étant ourdie, l’ouvrier la colle, c’est-à-dire enduit les fils d’une dissolution de bonne colle et d’eau [Pl. III, fig. 12]. Après avoir recouvert la chaîne d’environ deux livres de colle, on l’expose à l’air [Pl. III, fig. 3]. Ceci a pour effet de la sécher, de la rendre plus forte et plus à même de « soutenir le tissage », achevant d’en lier toutes les parties qui auraient pu échapper au retorsoir35. Ensuite, les fils sont passés dans les lames du rot ou peigne [Pl. IV, fig. 14, m]. Conjointement, le fil de trame est enroulé sur une petite bobine que l’on place dans la navette [Pl. IV, fig. 18]. Le tissage peut alors être effectué. Il consiste à glisser le fil de trame entre les fils de chaîne à l’aide de la navette selon les armures souhaitées [Pl. IV, fig. 14, k, fig. 16 et 17]. Au fur et à mesure de la fabrication du drap, l’ouvrier enroule la pièce d’étoffe sur le l’ensoupleau qu’il a à ses pieds [Pl. IV, fig. 14, z], tout en laissant se dérouler la chaîne de l’ensouple. Parfois, le fil casse. Le tisserand le répare alors lui-même en le nouant36.

Illustration 6. – Planche IV de l’Encyclopédie.

  • 37 Roland de la Platière, L’art du fabricant d’étoffes en laines rases et sèches, unies et croisées, (...)

25Le tissage s’effectue de deux manières principales : l’une à pas simple – ou point de toile – l’autre à pas croisé – serge. En France, la majorité des étoffes sont tissées à pas simple grâce à deux lisses et à deux marches dont les fils « haussent et baissent à chaque coup de navette » [Pl. IV, fig. 14, y]. En Languedoc, cela concerne d’abord la presque totalité de la production faite tout de laine cardée. Ainsi, toute la production pour le Levant et la grande majorité des draps pour l’intérieur et les marchés européens sont tissés de cette manière. Il en est de même des droguets – appelés parfois « petits draps » – du Volvestre, de Montauban et du Comminges. C’est encore le cas des cordelats larges – dits molletons – ou des cordelats redins de Mazamet, de Boissezon, de Brassac, de Cambounèss, de Pont-de-l’Arn. Les autres tissus à pas simple sont les étoffes d’étaim sur étaim. En Languedoc et Gascogne, il s’agit d’abord de tous les burats – des communs aux étaminés –, des étamines, des crépons, des sacs, des camelots, des baracans et des peluches. On trouve aussi une petite quantité d’étoffes sur étaim tissées à l’identique tels les coûts, les coutas, les capas, les aunes, les pinchinats, les reverses, les bayettes, les sempiternes, et les molletons de Montauban. Mais, la presque totalité de la petite draperie comportant une chaîne en laine peignée est tissée à double croisure ; on emploie pour cela quatre lisses et quatre marches ; dans ce cas, le premier et le second fil lèvent au premier coup de navette, le second et le troisième au second, le troisième et le quatrième au troisième, le quatrième et le premier au quatrième et ainsi de suite de manière qu’un seul fil hausse et baisse deux fois pour chaque duite au lieu de ne hausser et baisser qu’une fois au drap. C’est le cas des étoffes étaim sur étaim comme les rases dites « du seigneur », les serges – ou rases fines –, les chalons et surtout les escots et anescots du Gévaudan. C’est aussi celui de la très grande masse des étoffes sur étaim tels les cadis de toutes sortes, du Comminges, du Nébouzan, de Gascogne, de Béarn et du Gévaudan, ainsi que les cordelats, les rases, et les sempiternes. On note, cependant, qu’une partie de la production cardée est aussi tissée à double croisure et concerne certains draps de montagne ainsi que les fleurets ou cordelats de la vallée d’Aure. Enfin, on remarque qu’il existe des produits qui n’obéissent pas à cette répartition dominante ; c’est le cas, par exemple, des calemandes qui ont cinq lisses et cinq marches dont une seule lisse lève à chaque coup de navette, ce qui leur donne un envers et un endroit, même sans apprêt37.

  • 38 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 23.
  • 39 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)

26L’aspect de l’étoffe ne dépend pas seulement du choix de la croisure mais aussi de la densité donnée au tissu. Pour former chaque duite, le tisserand frappe la trame à l’aide du battant. Le nombre de frappes et leur force déterminent si l’on a affaire à un tissu plus ou moins serré. Ainsi, les étamines fabriquées à l’imitation de celles du Mans sont serrées et bien battues alors qu’à Reims on obtient, avec les mêmes fils, une étamine à voile parce que moins frappée38 tout comme pour les crépons de Bigorre. Dans le cas de la petite draperie cardée, les droguets façon d’Angleterre ont des fils de chaîne peu serrés et sont frappés normalement au métier à la différence des cordelats ou fleurets d’Aure aux fils plus serrés et « frappés à quatre grands coups » donnant une étoffe beaucoup plus dense39.

Donner la forme commerciale : fouler, teindre, apprêter

  • 40 Arch. nat., F12, 1331 ; Arrêt du Conseil d’État du roi donnant autorisation aux fabricants de Lang (...)
  • 41 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778 ; (...)
  • 42 Arch. nat., F12, 655B ; Lettre de Joly de Fleury à l’intendant de Montauban, 17 avril 1782.

27Au sortir du métier à tisser, les pièces dites « en toile » ou « à poil » pour les tissus cardés et combinés n’ont encore ni la forme ni l’aspect pour être commercialisées. Celles qui comportent du fil cardé doivent être toutes foulées puis lainées et tondues. Les étoffes rases et sèches passent au moins au foulon pour y être dégraissées et lavées. Si elles ne sont pas vendues « en blanc », toutes peuvent recevoir la teinture en toile à condition qu’elles n’aient pas subi préalablement un traitement du même ordre en laine ou en fil. On notera que la pratique de teindre les basses étoffes se développe à partir du moment où l’État autorise les manufactures du Midi à teindre en « petit teint40 ». Toutefois, les belles petites draperies peuvent recevoir le grand teint. Ainsi les cadis des meilleures manufactures de Montauban, telle celle des Vialette d’Aignan et de Serres, le reçoivent. Il faut dire qu’ils sont tissés avec de très belles matières : laines fines d’Espagne pour la première qualité, laines de Navarre et de Languedoc pour la seconde41. Cette manière de teindre, moins dispendieuse que le traitement classique au grand teint, permet de donner des couleurs solides et de bel aspect à des produits à bas prix qui ne pourraient bénéficier sinon des plus belles teintures42.

Dégraisser, laver, fouler

28Le foulage représente un des métiers les plus complexes des activités de la draperie. Il a pour but de dégraisser définitivement et totalement le tissu, puis de le feutrer. L’ensemble de ces opérations nécessite l’emploi de beaucoup d’eau et d’énergie. L’installation des foulonniers s’effectue pour cela en bordure des rivières qui fournissent l’eau nécessaire à toutes les opérations du foulonnage et l’énergie actionnant les roues des moulins qui ont remplacé la force musculaire humaine.

  • 43 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 3 ; Offre faite par la marquise d’Hautpoul pour passer un nou (...)
  • 44 BnF, mss., no 8037, manuscrit cité ; réponse du Sieur Bertrand inspecteur des manufactures de Toul (...)

29L’énergie produite est transmise à un arbre à cames [Pl. VI, fig. 21, c] par l’intermédiaire d’un système d’engrenage [Pl. VI, fig. 21, a et b] qui actionne en tournant des maillets – ou pilons – [Pl. V, fig. 20, d] lesquels, alternativement, tombent avec force dans les auges – ou piles – où se situent les draps à fouler [Pl. VI, fig. 21, m]. Pour des raisons de coût des infrastructures, de quantité d’énergie fournie régulièrement par le cours d’eau au bord duquel est installé le foulon, et de la quantité d’étoffes à fouler, les moulins ont un nombre variable de piles. À titre d’exemple, notons qu’en 1708 ou en 179543, le foulon de la manufacture de la Terrasse possède trois auges. Ceux des fabriques de Montesquieu-Volvestre et des basses draperies du Volvestre et du Comminges en comptent seulement deux44.

  • 45 On dit aussi énouer ou épotoyer.
  • 46 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 15.
  • 47 Le faudet est une grille en bois sur laquelle on place l’étoffe après l’épincetage mais aussi aprè (...)

30Préalablement à son travail, le foulonnier procède avant toute chose, et dès la réception des étoffes, à l’épincetage45. Cette tâche effectuée par une main-d’œuvre temporaire est le plus souvent réservée aux femmes. L’opération consiste à tenir le drap vertical et tendu à l’aide de perches ou sur une table [Pl. V, fig. 19] et à éliminer grâce à des pincettes de fer les nœuds du tissu faits par le retorseur ou le tisserand46 et les fils de trame « qui se surmontent ». Avant et après les opérations, le drap repose plié dans des faudets à grille afin qu’il ne s’abîme pas47 [Pl. VII, fig. 27 et 28].

  • 48 Arch. dép. Haute-Garonne, 2E, 1348 ; Statistiques industrielles et manufacturières concernant les (...)
  • 49 Arch. dép. Hérault, C, 2617 ; Interdiction faite aux manufactures d’étoffes de laines d’employer d (...)
  • 50 Arch. dép. Hérault, C, 2657 ; Lettre de Marcassus, 4 mai 1749 : « Je me trouve dans l’obligation d (...)
  • 51 BnF, Collection des provinces de France, collection de Languedoc, fonds des Bénédictins, vol. 20, (...)
  • 52 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siè (...)
  • 53 La terre à foulon est de l’argile smectique provenant de la décomposition de certains schistes. Dé (...)
  • 54 BnF, fonds des Bénédictins, vol. 166, mémoires et documents sur l’agriculture, l’industrie, le com (...)
  • 55 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siè (...)

31L’épincetage terminé, débute alors le dégraissage. Il vise à éliminer les matières grasses qui demeurent dans le drap ou qui ont été rajoutées pour faciliter les différentes opérations telle que l’onction avant le cardage. Pour effectuer cette opération, les foulonniers confectionnent au préalable une bouillie claire faite d’eau chaude et de savon que l’on délaye. Puis on répand le tout sur le drap que l’on a déposé dans une pile. Le savon utilisé pour le dégraissage et le foulage est – de la fin du XVIIe siècle au début du XVIIIe siècle puis sous la Révolution et l’Empire – une matière fabriquée localement. Les savonneries sont des établissements ni indépendants, ni permanents. À Montesquieu-Volvestre, il s’agit d’ateliers intégrés aux manufactures textiles48. Cependant, suite à la mise en place d’une nouvelle réglementation qui prohibait l’emploi des savons locaux, les manufactures se virent dans l’obligation de recourir à du savon blanc49. Cette réglementation ne fut pas appliquée sans problème car, aux dires de l’entrepreneur de la Terrasse, l’utilisation du savon blanc, nécessitant des compétences différentes comparativement à l’emploi des savons locaux, entraîna la détérioration de pièces d’étoffes50. Quoi qu’il en soit, et quelle que soit la nature du savon employé, deux solutions s’offrent au foulonnier : soit il rajoute un détersif supplémentaire sous la forme d’une terre à foulon, soit il se limite au savon. En fait, au début du XVIIIe siècle, il est rigoureusement interdit d’employer de la terre, « sous peine d’amende, attendu que la dite terre altère la couleur et les étoffes51 ». En conséquence, les étoffes ne pouvent être foulées qu’avec du savon. Pourtant, quelques années plus tard, un mémoire52 mentionne qu’en Languedoc les foulonniers, après avoir répandu l’eau savonneuse sur le drap, saupoudrent l’étoffe de terre à foulon53. Mais rien ne nous indique si cette argile spéciale était utilisée pour cette opération dans notre zone d’étude. À la fin du XVIIIe siècle, il existe pourtant au lieu-dit Bois de la Serre, à un quart d’heure de Valentine, un banc de terre à foulon jaune et grise « d’une grande finesse et de la même qualité que celle qu’on trouve dans plusieurs provinces d’Angleterre et dont la sortie y est défendue sous des peines rigoureuses » ; elle n’en est pas plus employée pour cela par les fabricants locaux54. En tout état de cause, dès que le tissu est imprégné de détersifs, le maître-foulon « met les maillets dessus qui frappent et qui tombent chacun trente coups par minute ». Ensuite, la pièce d’étoffe est soumise à plusieurs rinçages entrecoupés de foulages. À l’issue de l’opération, le drap est mis à sécher sur des perches, puis retourne dans la pile. Il est imprégné cette fois d’eau savonneuse versée à l’aide d’une cuillère pour humidifier la pièce, sans la détremper : « on met [ensuite] les maillets dessus plus fort de un tiers que ceux dont on s’est servi pour le dégraissage ». Durant l’opération, deux hommes au moins doivent à la main tourner et retourner le drap pendant une demi-heure. La pièce d’étoffe est ensuite retirée de l’auge, posée sur le plancher et lissée. Les ouvriers tirent la pièce en tenant les lisières vis-à-vis l’une de l’autre « presque fil à fil », afin d’éviter la formation de fripure55.

  • 56 Ibid.

32Le drap est ensuite transporté dans des auges dont la taille varie selon le drap et sa finesse. Il subit alors une série de foulages durant dix-huit heures à vitesse variable de trente à soixante-quinze coups par minute. Pour garantir l’efficacité de l’action des maillets et préserver l’étoffe, le maître-foulon jette sur la pièce la quantité de savon qu’il juge suffisante. Lorsque le drap est suffisamment feutré, il est de nouveau rincé. « Le dégraissage du tissu dure jusqu’à ce que l’eau qui sort de la pile soit aussi claire que celle qui y est entrée ». Le maître-foulon poursuit ses opérations par un lavage à grande eau, veillant à ce que la force du courant ne déchire pas le tissu. La pièce, après avoir été tirée en large, retourne de nouveau dans la pile pendant trente à quarante-cinq minutes, afin d’être « redressée en autant les fripures et rendue unie56 ».

Illustration 7. – Planche VI de l’Encyclopédie.

Illustration 8. – Planche V de l’Encyclopédie.

  • 57 Ibid.
  • 58 Arch. dép. Hérault, C, 2663 ; Réglementation concernant les étoffes qui se fabriquent à la manufac (...)

33Sortie de la cuve, la pièce d’étoffe est lissée une dernière fois pendant une heure sur « une perche posée sur la cuve à deux pieds d’élévation57 ». Lorsque le maître-foulon a terminé son action, il rend une pièce d’étoffe lisse sans aucune fripure. L’étoffe, par la pression et les frottements imprimés par les pilons ou les maillets, a vu ses fibres s’enchevêtrer, se lier entre elles. Lorsque les tissus sont de bonne qualité et les foulonniers compétents, les draps doivent former une masse compacte qu’il est impossible de « séparer ou de rompre ». Cependant, si les étoffes augmentent d’épaisseur et de force et prennent un aspect particulier au toucher après feutrage, elles perdent aussi en longueur et en largeur. Ainsi, et à titre d’exemple, un londrin premier mesurant deux aunes de largeur et quarante aunes de longueur à l’issue du tissage ne mesure plus, après foulage, qu’une aune un quart de large et trente à trente aunes et demie de long58.

Teindre en toile

34Dans le Midi, la majeure partie des draperies est tissée en blanc, la teinture n’intervenant qu’après le foulage faisant suite au tissage. Toutefois, selon les périodes, les règlements et les pratiques frauduleuses, la teinture s’effectue à divers stades de la filière textile.

  • 59 Ibid., fo 18.

35Parfois, la laine est colorée immédiatement après le cardage ou le peignage ; on parle dans ce cas de teinture en laine. Cela concerne, notamment, les draperies de mélange de type cadis, rases ou droguets. Les opérations peuvent aussi se dérouler à l’issue du filage. Il s’agit de la pratique la moins répandue mais qui se développe au XIXe siècle avec la vogue des tissus fantaisie. Le fil est alors teint, enroulé en écheveau ; il s’agit de la teinture en fil. Enfin, les teinturiers interviennent le plus souvent lorsque la pièce a été tissée et foulée ; on parle alors de teinture en drap59. C’est ainsi pour tous les draps cardés, du fait des règlements et de leur traitement uni. C’est aussi le cas de l’essentiel des étoffes combinées en raison essentiellement du mode d’organisation de la production qui repose sur le Kaufsystem, les fabricants vendant le plus souvent leurs étoffes en blanc aux marchands qui se chargent ensuite des apprêts.

  • 60 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 61 Arch. mun. Toulouse, Premier registre des arrêts en papier, fo 244 vo ; « Les gardes de Montesquie (...)
  • 62 Ibid., « Les gardes de Sainte-Croix, Carbonne, Cazères se plaignent de la fausse chaîne qu’employe (...)
  • 63 Arch. dép. Hérault, C, 2544 ; Remarques de l’inspecteur Carget, 1751.

36Au début du XVIIIe siècle et en vertu des règlements, les manufactures « du département de Toulouse » ont l’obligation de teindre la chaîne après le peignage. Il en est de même dans l’ensemble du Sud-Ouest où les laines doivent être traitée avant le filage60. Cependant, à en croire Pierre Abolin, garde de la draperie de Montesquieu-Volvestre61 dont les déclarations sont corroborées par les gardes de Sainte-Croix, Carbonne et Cazères62, nombreux sont les fabricants, particulièrement ceux de Roquefort, Mancioux et Saint-Martory, qui contournent les règlements en teignant en fil. Cette pratique n’est pas cependant toujours prohibée63, surtout lorsqu’on recherche l’effet « bisée ».

  • 64 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc (...)
  • 65 Arch. nat., F12, 557 ; Rapport de Lauvergnat du 26 avril 1782.
  • 66 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 18.
  • 67 Ibid., fo 18.

37En outre, tout au long du XVIIIe siècle, beaucoup de fabricants vendent leurs étoffes en blanc. Les tissus sont alors teints en drap, à l’initiative des divers intermédiaires. Ceci est particulièrement vrai des cadis valentins dont la vente s’effectue majoritairement en blanc, encore en 178864. En revanche, certains marchands acquéreurs de ces étoffes se chargent à leur compte de leur teinture65. Enfin, pour être complet, observons que l’ensemble des étoffes fines à destination du Levant sont teintes en drap66, seul moyen pour obtenir une couleur parfaitement unie. Cette opération s’effectue après que le drap a été paré, c’est-à-dire lainé puis tondu. On litte sa lisière préalablement. Cela a pour effet de protéger sa couleur primitive en l’enveloppant « avec de la toile ou avec de la ficelle qu’on serre fortement en la croisant avec une aiguille67 ».

  • 68 D’après la réorganisation effectuée par Colbert qui s’impose à l’ensemble des teinturiers par les (...)
  • 69 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 5.

38En réalité, les teintureries du bassin supérieur de la Garonne ne pratiquent pas toutes le même type de travail. On doit distinguer au sein de ces établissements ceux « du grand teint » ou « bon teint » de ceux du « petit teint » ou « faux teint68 ». Les premiers emploient les meilleurs colorants : l’indigo qui se substitue au pastel pour le bleu, et la cochenille qu’ils appliquent aux draps de plus d’une aune de large façon d’Espagne ou de Hollande ainsi qu’aux ratines et droguets, utilisant les laines les plus fines, pour le rouge. Les seconds se contentent de colorants moins réputés tels que les « bois des Isles ». Ils les réservent aux petites étoffes comme les tiretaines, les serges, et aux tissus de doublure comme les cadis. Les premiers produits employés « rendent la couleur solide de sorte qu’elle résiste à l’action de l’air et de la pluie. Elle n’est que difficilement tachée par les liqueurs âcres et corrosives ». Les couleurs au contraire du « petit teint » se ternissent aisément à l’air, surtout si on les expose au soleil. La « plupart des liqueurs les tachent de façon qu’il n’est presque jamais possible de leur rendre leur premier éclat69 ».

  • 70 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 4 ; Dommages subis par Jean Marcassus à la Terrasse le 18 jui (...)
  • 71 Arch. nat., F12, 557 ; Rapport de Lauvergnat du 26 avril 1782.
  • 72 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Liste des colorants employés dans les manufactures de l’arrond (...)
  • 73 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 8 ; L’opuntia est le nom scie (...)
  • 74 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 8.

39Tout au long du XVIIIe siècle, la plus grande diversité de teintures est la marque distinctive des manufactures royales. Toutes les sortes de couleurs y sont représentées, mais le bleu, le rouge et le jaune dominent, comme à la Terrasse et à Auterive70. En Comminges, à la fin du siècle, les cadis sont teints principalement en vert de Saxe. On recourt aussi au marron, au gris et à la noisette pour les doublures d’habits. On utilise enfin, mais dans une moindre mesure le bleu, le jaune et le rouge71. Pour obtenir ces différentes teintes, on emploie divers types de colorants de plus ou moins bonne qualité. La majeure partie des produits, dont nous avons pu attester l’existence dans la région, sont d’origine végétale. À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle72, les manufactures optent pour l’indigo américain ou le pastel du Lauragais et de l’Albigeois pour colorer les draps en bleu, la garance de Zélande pour le rouge, la gaude pour le jaune ainsi que divers « bois des isles », tels que le pernambouc ou le campêche, donnant des couleurs allant du gris violet au noir intense. On utilise encore une variété de sumac appelée fustet qui confère aux laines une teinte jaune orangé, des colorants d’origine animale, en particulier la cochenille qui permet d’obtenir les rouges les plus beaux, le kermès du Bas-Languedoc – mais aussi d’Espagne, d’Alicante et de Valence – qui donne des écarlates magnifiques. Les rouges les plus remarquables sont aussi obtenus grâce à l’utilisation des meilleures cochenilles « que les Mexicains ramassent sur les opuntias73 ». Il existe, en outre, des espèces de cochenilles aux qualités colorantes inférieures aux précédentes. Celles-ci sont prélevées sur les « bois du Mexique ». Nettement moins prisée que la cochenille du nopal, la « cochenille sylvestre » vaut ordinairement cinq sixièmes de moins que la cochenille fine74.

  • 75 Ibid., Liste, quantité et prix des mordants employés dans les manufactures de l’arrondissement de (...)
  • 76 Arch. nat., F12, 1331 ; Traitant des teintures autorisées et interdites.
  • 77 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 7.

40Pour conférer une stabilité aux couleurs utilisées, les teinturiers ont l’obligation de recourir, le plus souvent, à l’utilisation des mordants. Ces produits sont pour la plupart des acides qui, combinés à la laine, se fixent sur celle-ci puis forment avec le colorant un composé insoluble. Le plus utilisé est l’alun suivi de « l’eau forte » et de la « coupe rose », autrement dit des sulfates de fer, de cuivre et de zinc75. La qualité de la fixation du colorant dépend du savoir-faire du teinturier mais surtout de la nature des produits employés. Ainsi, les sulfates de cuivre et de zinc offrent une moins grande stabilité à la couleur que l’alun et les sulfates de fer. Pour fixer ses couleurs, le teinturier associe un produit tinctorial et un mordant, en tenant compte de la compatibilité des produits. Le bois de Campêche, combiné à l’alun, donne une couleur grise tirant sur le violet. Le même bois associé à la « coupe rose » permet d’obtenir un noir intense. Le bois de fustet mélangé à l’eau forte donne une belle couleur orange-cassis76. Mais, malgré l’action des mordants, le recours aux « bois des isles » ne permet pas d’obtenir des couleurs très stables. Les teinturiers du XVIIIe siècle n’ont pas découvert de produits permettant de fixer parfaitement ces colorants, qui ne font que se déposer sur les fibres sans jamais faire corps avec le tissu. Ceci conduisit les autorités à interdire l’utilisation des « bois des isles » pour le grand teint77.

41L’opération est réalisée dans des cuves en cuivre remplies d’eau que l’on porte à ébullition par feu direct après avoir au préalable laissé la laine s’imprégner du mordant. Les techniques varient selon que l’on teint en drap, en fil ou en laine. Dans ce dernier cas, les teinturiers immergent la laine cardée ou peignée dans le bain à l’aide d’un panier pour permettre à la fibre de s’imbiber parfaitement. Dans le second cas, le fil est teint en écheveau. Enfin, la teinture en drap nécessitait l’utilisation de cadres pour permettre à l’étoffe d’être sur toute sa surface en contact avec le mordant, puis le colorant. Lorsque le trempage est terminé, la laine, le fil ou les étoffes sont sortis des cuves et mis à sécher à l’air libre. Outre le séchage, cette exposition provoque l’oxydation de la laine, révélant, nuançant et fixant les couleurs.

Draperie cardée : les apprêts fondamentaux

  • 78 Arch. nat., F12, 557 ; Diverses pièces concernant l’inspection de Saint-Gaudens.

42Les tissus peuvent ensuite acquérir une forte valeur ajoutée en fonction de la qualité des apprêts dont la fonction est de donner une belle apparence aux étoffes. Comme le foulage, ils ne sont pas pratiqués sur les produits les plus communs. Dans certains cas, ils ne sont qu’incomplètement réalisés, soit parce que l’étoffe est d’une qualité telle que ce type d’opération n’est pas rentable, soit parce qu’il y a manque d’ouvriers suffisamment compétents pour les effectuer78. Car les dernières opérations requièrent, dans la plupart des cas, des ouvriers hautement qualifiés, tant certaines de ces techniques délicates à maîtriser, nécessitent un grand savoir-faire.

• Lainer

  • 79 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fos 16 et 17.
  • 80 BnF, mss. francais, no 8037 ; mémoire du Sieur Bertrand inspecteur des manufactures de Toulouse, f(...)
  • 81 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siè (...)

43Les apprêts commencent par le lainage ou garnissage. Péalablement, le l’étoffe est épincetée sur des perches qui tiennent le tissu tendu [Pl. VII, fig. 22]. L’étoffe est confiée aux laineurs ou aux pareurs qui détrempent le drap pour la dernière fois, éliminant ainsi l’excédent de teinture – en noir et en bleu notamment – et préparant la pièce pour le lainage proprement dit. La pièce, installée sur une perche, deux ouvriers disposant chacun d’une croix montée frottent le drap afin d’en sortir le poil « en le brossant à plusieurs reprises de bas en haut et de haut en bas, à contre-poil et ensuite à poil79 » [Pl. VII, fig. 24]. La difficulté consiste à éviter de ne pas trop « garnir » le tissu, afin de ne pas « beller » la pièce ou, en d’autres termes, appauvrir le fond. Pour lutter contre ces risques, les règlements interdisent strictement l’utilisation de cardes de fer pour effectuer ce travail. Pour éviter toute fraude en la matière, les pareurs n’ont pas le droit de posséder chez eux ce type d’outil « à peine d’amendes ». Ainsi le lainage s’effectue-t-il à l’aide de croix montées garnies de têtes de chardons qui, par leur fragilité naturelle, empêchent que le drap soit abîmé80 [Pl. VII, fig. 25]. L’opération terminée, la pièce est mise une nouvelle fois à sécher sur les rames ou au grenier, suivant la saison81.

• Tondre

  • 82 Ibid., « Les tondeurs lui donnent une coupe debout qu’ils font avec leurs forces ou de grands cise (...)

44Le drap est ensuite tondu. Cette opération nécessite aussi un grand savoir-faire, notamment dans la précision du coup de ciseau. Elle consiste pour le tondeur à étendre le drap sur une table [Pl. VIII, fig. 35], puis, en position debout, armé de forces – sortes de grands ciseaux plats – [Pl. VIII, fig. 29], à raser de près les poils des deux faces de la pièce, en veillant à ce que ces coups soient égaux afin que la surface de l’étoffe soit unie82.

Illustration 10. – Planche VIII de l’Encyclopédie.

  • 83 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 17.

45Après la tonte, le drap retourne généralement au garnissage pour être lainé de nouveau puis encore tondu, jusqu’à la dernière tonte dite d’affinage83. Le nombre d’allers et retours est impossible à déterminer. Il est fixé par chaque fabricant en fonction de sa méthode, de son savoir-faire et de la qualité recherchée.

Derniers apprêts et dernières opérations

• Rame, rentrayage et tuillage

  • 84 Ibid., fo 18.

46À la fin du processus de fabrication, c’est-à-dire après la teinture pour les étoffes teintes en drap ou après l’affinage pour les tissus teints en laine ou en fil, les pièces sont passées à la rame. Long châssis de bois garni de crochets d’un bout à l’autre, la rame est aussi longue et large que les plus longues pièces de draps. Les ouvriers rament le drap entièrement mouillé afin de mieux le manipuler. L’opération consiste à étendre puis à écarter l’étoffe pour lui donner ses dimensions finales tant en longueur qu’en largeur84. L’action se déroule sans effort exagéré afin de donner les dimensions naturelles au drap, un allongement forcé ne pouvant à terme que se traduire par un rétrécissement du tissu sous l’effet de l’eau.

  • 85 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siè (...)
  • 86 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 20.

47Le passage à la rame a été l’occasion d’inspecter le produit et de noter les imperfections constatées. Une étoffe de bonne qualité, bien tissée, bien foulée « ne doit pas voir sa corde s’ouvrir85. Elle ne doit pas non plus laisser apparaître des trous, tâches et autres défectuosités ». Le rentrayage consiste à repérer tous ces défauts, à les réparer si cela est possible. Par exemple, les trous sont fermés à l’aide de fils de soie. Dans le cas où le rentrayeur ne peut éliminer l’imperfection, il doit la marquer en cousant un fil à la lisière. Le fabricant doit le mentionner sur l’étiquette du drap et doit en tenir compte dans établissement du bon d’aunage86.

  • 87 Ibid.

48Le rentrayage effectué, le drap est étendu sur une table sur toute sa longueur. Un ouvrier muni d’une grande brosse couche les poils de l’étoffe, d’une extrémité à l’autre, toujours dans le même sens. Puis à l’aide d’une planche, « tuille » le drap avec un mastic dont la planche est enduite d’un côté. Cette action a pour effet d’éliminer les derniers déchets de la tonte et de donner un bel aspect au tissu87.

• Feuilletage et presse

  • 88 Ibid., fo 20 et 21.
  • 89 Ibid., fo 21.

49Le drap est ensuite lustré par l’intermédiaire de presses. Au préalable, les ouvriers insèrent des cartons – les feuillets – dans chacun des plis de la pièce d’étoffe. Le drap est ensuite couvert de planches carrées sur lesquelles on dispose des plaques de fer ou de cuivre rougies au feu – les platines – que l’on presse88. L’action de la presse consiste à rendre plus efficace l’action de la chaleur sur l’étoffe. Pour accroître l’efficacité du lustrage, on répand sur le tissu une dissolution de gomme ou de colle avant la mise sous presse. La gomme utilisée est dite arabique. Elle provient de différentes espèces d’acacias dont le principe qu’elle contient – l’arabine – sert à gommer les toiles et à lustrer les tissus. Afin que le lustrage agisse sur l’ensemble du drap, on retire l’étoffe de la presse, on la feuillette de nouveau en veillant à ce que les plis non pressés se trouvent au centre du carton. Puis on remet l’ensemble sous presse89.

  • 90 Duhamel du Monceau préconise de presser modérément et à froid les draps noirs et en écarlate. Il n (...)
  • 91 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; Mémoire concernant les manufactures du diocèse de Rieux, 1788.
  • 92 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux, inspecteur des manufactures du département de Toulouse (...)
  • 93 Ibid., Lettre d’Antoine Vernus, marchand-fabricant à Montesquieu-Volvestre, 1780.
  • 94 Ibid., État des manufactures du département de Toulouse, 1727.
  • 95 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 39 ; Correspondance entre la marquise d’Hautpoul et Marcassus (...)
  • 96 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Mémoire de Thomassin, sous-préfet de l’arrondissement de Muret (...)
  • 97 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 39 ; Lettre de Thomassin directeur de la manufacture de la Te (...)

50Le lustrage est une opération extrêmement délicate. Mal effectué, il peut détériorer l’étoffe au point de la rendre invendable, soit en altérant la couleur, soit en la durcissant. Il n’est pas systématiquement pratiqué90. Les sources le mentionnent, par exemple, pour la grande draperie et dans les fabriques de droguets du Volvestre91. Selon qu’elle s’adresse aux draperies fines ou aux basses étoffes, cette opération ne s’effectue pas de la même manière. À Montesquieu-Volvestre, elle est, la plupart du temps, de mauvaise qualité. Si elle concourt tout d’abord à donner une belle apparence aux draps, par la suite, il s’avère qu’elle est nuisible au tissu92. Pour améliorer ce type d’apprêt, un marchand-fabriquant montesquivien, Antoine Vernus, propose en 1780 sa propre méthode de lustrage et réclame à ce titre une gratification de trois livres par drap qu’il aura fabriqué et apprêté. Il défend son projet en arguant que sa méthode « au lieu d’affaiblir les couleurs les plus délicates en augmente la fraîcheur et le brillant ». Il ajoute qu’il a fait preuve de son savoir-faire sur les draps de Van Robais, Louviers, Elbeuf, ainsi que sur les draps écarlates des Gobelins que l’on « n’ose plus lustrer parce qu’on n’a jamais pu en venir à bout sans en altérer la couleur93 ». Il ne semble pas que ce projet ait trouvé une application. De plus, les Montesquiviens poursuivent la pratique des apprêts interdits. En revanche, à la Terrasse, depuis que les Marcassus ont repris l’entreprise, la production a acquis une grande réputation, parce que « les draps y sont, [entre autres], parfaitement lustrés94. L’action des presses donne aux draps et aux couleurs de la Terrasse, un aspect inégalé en Languedoc95, si ce n’est à la manufacture royale de Montolieu96 ». Il existe dans les ateliers de la manufacture royale de La Terrasse six presses dont quatre appartiennent à la Marquise d’Hautpoul et deux au baron de Puymaurin97.

• Auner, plier, décatir, appointer et entoiler le drap

  • 98 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fos 21 et 22.

51Le lustrage terminé, on retire les feuillets de la pièce d’étoffe. Le drap est alors décati pour le faire gonfler et le rendre plus moelleux. Il est ensuite auné, plié et de nouveau pressé, mais sans feuillets ni platines, dans le but de serrer les plis. La pièce est ensuite appointée en couvrant les lisières. L’opération consiste à passer dans tous les plis de la lisière un cordon de soie ou de fil. Elle permet, après passage de trois ou quatre cordons, de serrer le drap en lui donnant une forme compacte et aisée à manipuler. Le travail de la manufacture se termine par la mise en toilette du tissu. La pièce d’étoffe est enveloppée dans une toile. Celle-ci demeure ouverte sur le côté de la tête du drap, afin que l’acheteur potentiel puisse voir le tissu, ainsi que l’étiquette indiquant le nom du drap, sa couleur et son aunage98.

Le travail et l’organisation de la production

52L’étude détaillée des opérations de fabrication montre un éclatement extrême de la production. Cela a pour effet d’entraîner une très forte division du travail. Le phénomène n’est pas nouveau dans l’industrie textile ; il a vu le jour au milieu du Moyen Âge lorsque l’essentiel des structures techniques, que l’on connaît encore à l’époque moderne, se sont mises en place. L’organisation du travail prend alors des formes variées du fait même des combinaisons possibles qu’offre en théorie la très grande diversité des opérations de la fabrique. Cependant, il s’avère que l’on peut les regrouper en deux ensembles dominants : le Kaufsystem et le Verlagsystem.

Le Verlagsystem présent surtout dans les territoires du cardé

Les Verleger contrôlant incomplètement les opérations

  • 99 Chassagne S., « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les cam (...)

53Le Verlasystem consiste, pour un marchand-fabricant, à maîtriser le cycle de production. Propriétaire de la pièce qu’il fait fabriquer – payant en retour la façon –, il distribue les matières premières, commande la fabrication et fait éventuellement procéder aux apprêts. Son rôle est rarement international et il doit alors s’en remettre aux grands négociants qui, parfois, réalisent eux-mêmes cette dernière opération. On est là dans le modèle triangulaire décrit par Serge Chassagne99 qui domine dans le Midi au sein des territoires de la draperie cardée.

  • 100 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monsei (...)
  • 101 Cazals R., Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris-Toulouse, La Découverte-Maspe (...)

54Si l’on en croit Holker dans son rapport d’inspection de 1764, les fabricants du diocèse de Castres sont dans la même situation que ceux du Gévaudan ; la différence résiderait essentiellement dans la localisation de la domination qui est d’abord ici le fait des négociants de Montauban. En réalité, en Gévaudan, le Kaufsystem domine alors que dans le diocèse de Castres le Verlasystem l’emporte. Toutefois, si les entrepreneurs sont bien propriétaires des matières premières et procèdent aux opérations de la fabrication en employant des façonniers, ils ne maîtrisent pas l’ensemble de la filière productive100. Vingt ans plus tard, la situation n’a guère changé ; ainsi, à Mazamet, la production est toujours vendue en blanc sans beaucoup d’apprêts. Car les marchands-fabricants portaient sur les grandes places de marché du Midi des tissus qu’ils cédaient à des grands négociants ou à leurs commissionnaires. Ceux-ci se chargeaient ensuite de les teindre et de les apprêter avant de les commercialiser en France et à l’étranger101.

  • 102 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)

55Le modèle du diocèse de Castres est de loin le plus répandu. À Carcassonne même, la majorité des marchands-fabricants ne possède ni l’outillage ni les ateliers nécessaires à la totalité des opérations de la draperie. Selon la puissance des donneurs d’ouvrage, on peut distinguer deux types principaux de rapports de production : le premier est le fait de ceux qui ont la capacité de regrouper des équipes qui œuvrent pour eux « à forfait », le second est le plus répandu et consiste dans le recours à des artisans façonniers, plus ou moins indépendants, à tous les stades de la transformation102. Ils font cependant tous teindre et apprêter les étoffes et ne les livrent au marché qu’après leur avoir donné toute la valeur ajoutée possible.

  • 103 Arch. nat., F12, 556 ; Généralité de Toulouse. Inspection des manufactures. Rapport de l’inspecteu (...)
  • 104 Ibid., État des manufactures de draps et autres étoffes du Languedoc au département de Montpellier (...)
  • 105 Marres P., « Le Lodévois », Annales de géographie, t. 34, no 187, 1925, p. 41.

56Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, les territoires dominés par des places industrielles mobilisent d’abord des façonniers en ville, recourant secondairement à l’espace rural. Ainsi, à Mazamet, en 1723 et 1724, il y a 100 métiers battants dans la ville et 50 dans les villages et hameaux103. De la même manière à Clermont-de-Lodève, les 19 marchands-fabricants « font travailler dans le ressort de la ville 160 métiers produisant 1 750 draps londrins seconds » alors que les londres larges sont élaborées dans 21 villages voisins104. Quant à Lodève, où l’industrie est fortement urbaine en 1725, les entrepreneurs distribuent aussi le travail à domicile aux paysans des Ruffes et de l’Escandorgue ; ainsi, « on carde, on file la laine, et on tisse à Brenas, au Puech, à la Valette, à Villecun, à Olmet, à Salelles, au hameau de Loiras, au Bosc, aux Salces, à Saint-Jean-de-la-Blaquière, à la Rouquette, à Usclas, à Soumont, à Octon, à Celles, à Lunas et à Joncels105 ».

Les Verleger contrôlant la totalité des opérations

  • 106 Ibid., p. 133-134.
  • 107 Ibid., p. 107-108.
  • 108 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 58-59.
  • 109 Diffre S., Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, Gignac, B (...)

57Les plus puissants « négociants » carcassonnais et les entrepreneurs des manufactures royales contrôlent la totalité de la filière de production et possèdent les outils et les ateliers nécessaires, aussi bien aux opérations préliminaires qu’aux apprêts106. Les immobilisations les plus coûteuses se situent dans la teinturerie et les presses. Toutes les opérations ne sont pas forcément présentes dans la manufacture ; la filature et surtout le tissage sont surtout le fait de façonniers extérieurs107. Mais il existe des entrepreneurs qui concentrent toutes les étapes de la fabrication dans leurs locaux, même si une partie continue d’être effectuée par des façonniers extérieurs ; c’est le cas de Marcassus dans ses manufactures royales de La Terrasse et d’Auterive108. L’ensemble de la fabrication est rarement concentré dans un même lieu comme dans la protofabrique de Villeneuvette109.

  • 110 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 6 ; Achat des laines en Volvestre, fin XVIIIe et début XIXe siècle.
  • 111 Chevalier M., La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., 1956.
  • 112 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Commerce de Montesquieu-Volvestre, 1787, fo 1 ro.
  • 113 À part Boué, le plus important marchand-fabricant de petites étoffes, possédant le moulin-foulon d (...)
  • 114 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo(...)

58Etonnamment, on rencontre le même type de contrôle chez les marchands-fabricants du Volvestre les moins modestes. Ces derniers achètent eux-mêmes la laine locale ou par l’intermédiaire de commissionnaires qui « courent la campagne pour leur compte110 ». Ceux de Montesquieu-Volvestre se rendent en personne en Espagne pour acquérir de meilleures qualités de fibres111. Dans leurs ateliers, ils optent pour une certaine concentration des activités ; en 1787, les vingt et un marchands-fabricants sont détenteurs d’une partie des ustensiles et des bâtiments de la production manufacturière. Alors qu’il existe trois maîtres-teinturiers à Montesquieu-Volvestre, l’ensemble des marchands-fabricants ont plusieurs « chaudières pour y teindre ou y faire teindre [leurs] laines en rames et [leurs] étoffes en diverses couleurs de petit teint112 ». Seuls les plus puissants possèdent aussi un moulin-foulon113, la majorité faisant cependant effectuer les apprêts à façon chez des maîtres indépendants114.

La domination du Kaufsystem

La diversité des situations

  • 115 On est là dans le modèle trapézoïdal décrit par Serge Chassagne où le contrôle est exercé par des (...)
  • 116 Nous empruntons ici la terminologie de Line Teisseyre-Sallmann pour qualifier des marchands qui in (...)
  • 117 Dans les manufactures de la région de Saint-Gaudens le terme n’est jamais employé. Cela ne signifi (...)
  • 118 Le modèle est bien connu et l’exemple du Gévaudan en donne une bonne illustration pour le Languedo (...)

59Dans le Kaufsystem le modèle est sensiblement différent : du fait de leur modestie, les fabricants ne peuvent maîtriser qu’un minimum d’opérations de draperie. Quel que soit leur statut précis, ils sont alors dépendants des marchands qui, ne se limitant pas toujours à leur sphère traditionnelle du négoce, interviennent parfois directement dans la fabrication. Le modèle qui semble l’emporter est représenté par une structure à trois niveaux. On y retrouve le marchand, le fabricant et le tisserand. Mais il existe aussi une organisation beaucoup plus souple. Le marchand assure toujours le contrôle, mais le fabricant peut disparaître, la production étant le fait de tisserands ruraux plus ou moins indépendants115. Cette organisation floue et fluctuante n’est pas éclaircie par la terminologie donnée. Les sources désignent plutôt des groupes aux situations les plus diverses. En effet, il existe une différence notable entre un marchand drapier se contentant d’écouler une production et celui participant en partie à la fabrique ; le premier n’est qu’un simple négociant, le second intervient dans la sphère productive. Le vocable purement commercial ne recouvre plus la totalité de son action puisque, dans ce cas, il est devenu un véritable « marchand faisant fabriquer116 ». De la même manière, quoi de commun entre un fabricant qui se contente d’acheter du fil et de tisser de petites étoffes vendues en toile au marché et celui qui contrôle tout ou partie des opérations préliminaires de la draperie et qui négocie ensuite sur des marchés plus lointains le fruit de sa manufacture qu’il a fait éventuellement teindre et apprêter. Le premier s’apparente plus à un maître-artisan, alors que le second est un véritable marchand-fabricant117. Enfin, sous l’appellation tisserand se cachent des situations fort diverses qui vont de l’artisan travaillant pour son compte au paysan qui facture quelques pièces d’étoffes pendant la période creuse des travaux agricoles118. Entre les deux, se trouvent les ouvriers et les tisserands réduits à l’état de façonniers. Dans le monde rural où l’encadrement corporatif n’existe pas, la différence se fait entre le tisserand capable d’acquérir un ou plusieurs métiers et celui qui ne le pouvant pas devient proto-ouvrier. Elle a lieu aussi entre les tisserands qui, bien que possédant leur outil de travail, sont aussi façonniers des différentes catégories de marchands et de fabricants car ne pouvant assurer l’achat des matières premières et/ou ne maîtrisant pas les marchés.

  • 119 Arch. nat., F12, 556 ; État des manufactures d’étoffes et ouvrages de laine […] du comté de Foix, (...)

60Enfin, notons la très grande diversité du temps consacré à l’activité industrielle. Le développement des grands centres conduit à la prolétarisation, même si le travail y reste encore marqué par l’irrégularité saisonnière. L’activité est encore plus irrégulière dans les centres textiles et les territoires plus modestes ; le travail n’y est pas seulement saisonnier il y est aussi temporaire. Ainsi, on constate que les proto-ouvriers, aux qualifications diverses, ne sont mobilisés qu’en fonction des besoins aléatoires de production ; dans le comté de Foix, « les trieuses, peigneurs, cardeurs, fileuses, et autres ouvriers [foulonniers, teinturiers, tondeurs et apprêteurs] s’emploient [ainsi] selon le besoin que l’on en a119 ».

Les fabricants paysans

• Des gens bien modestes

  • 120 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, (...)
  • 121 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et au (...)
  • 122 Arch. nat., F12, 556 ; État des manufactures de draps et autres étoffes du Languedoc au départemen (...)

61Dans le Kaufsystem, le fabricant garde la position centrale dans l’élaboration d’une pièce d’étoffe. Ses moyens lui permettent d’occuper plusieurs métiers en distribuant le travail à des façonniers ou à des ouvriers. Les sources mentionnent ces derniers sous la dénomination de « tisserand » ou de « tisserand à la journée » en Comminges120, parfois de « tisserand mercenaire » en Gévaudan121. La modeste fortune du fabricant le contraint cependant à participer directement au tissage. En effet, le plus souvent ces petits fabricants sont des tisserands. Il arrive qu’il en soit tout autrement comme dans le département des manufactures de Montpellier, à Saint-Bauzély, Villefort ou Saint-Guilhem-le-Désert, où on a affaire à des cardeurs122.

  • 123 Arch. nat., F12, 556 ; Enquête sur la généralité d’Auch concernant les fabriques de cadis, rases e (...)
  • 124 Arch. nat., F12, 1378 ; Journal du sieur Lauvergnat inspecteur des manufactures de la généralité d (...)
  • 125 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et au (...)

62En Comminges, bien que semblant agir indépendamment de toute influence extérieure dans la sphère productive, le fabricant ne contrôle pas la totalité de l’acheminement de la matière première. Il n’achète pas la laine « surge » et ne procéde à aucune des opérations préliminaires. Toutefois, il acquiert lui-même la laine filée en Languedoc et en Nébouzan et distribue le fil aux tisserands qui travaillent à façon pour son compte123. Cette pratique se maintient, les fabricants de Comminges et de Nébouzan achetant en 1782 « une grande quantité de fil pour chaîne, d’estame et de peignon » qui se négocie en abondance sur les marchés de Saint-Gaudens, Montréjeau, Saint-Plancard et Valentine124. En Gévaudan, les fabricants contrôlent le plus souvent l’achat des laines « surges » puisqu’ils se procurent « une pacotille de laine plus ou moins considérable suivant leurs facultés ; ils [la] lavent, la font carder, filer et peigner, dans leur famille125 ».

  • 126 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc (...)
  • 127 Ceci ne signifie pas qu’il n’existe pas de marchands-fabricants en Comminges ou Nébouzan contrôlan (...)
  • 128 Le nombre est même de 3,33 puisque pour le Comminges languedocien, essentiellement représenté par (...)
  • 129 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Nombre de métiers dans l’inspection de Saint-Gaudens en 1751.
  • 130 Goubert P., 100 000 provinciaux au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1968, p. 320.
  • 131 Deyon P., Amiens, capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris-La Hay (...)
  • 132 Molis R., « Le Comminges languedocien ou Petit Comminges à la fin de l’Ancien Régime : son état éco (...)

63En 1788, ils sont soixante chefs de fabrique uniquement pour le seul et modeste diocèse languedocien de Comminges126. Leur nombre très important confirme le peu de développement que peuvent avoir leurs établissements comparativement aux entreprises des marchands-fabricants127 : d’ailleurs, chacun d’eux ne dispose que de trois à quatre métiers128. En 1751, chaque fabricant du Comminges languedocien possède en moyenne moins de quatre métiers, huit métiers apparaissent dès lors comme le maximum dont ont pu disposer les fabricants les plus aisés129. On est là dans une situation très proche de celles décrites par Pierre Goubert130 ou Pierre Deyon131. Le faible nombre de ces établissements et leur relative autonomie résultent semble-t-il de la modestie des moyens des habitants en général et des fabricants en particulier, et de la peur de ces derniers de risquer un capital lentement constitué qui leur donne une petite aisance132. La situation est due aussi à la nature de la production ; les petites étoffes, à la fois de médiocre qualité et de petit prix, ne permettent pas au fabricant de s’enrichir par la production seule. Leur peu de disponibilités financières les empêche de contrôler les opérations de finition et ne leur permet pas d’accéder au stade du négoce des draps ou de la spéculation sur les matières premières. Ils doivent les abandonner aux marchands, faute de disposer des moyens à même de les hisser au-dessus d’une condition médiocre.

  • 133 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-L (...)
  • 134 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, (...)
  • 135 Dufaur M., L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 512-513 ; Frêche G., (...)

64Ces fabricants sont tous des paysans pauvres. En Gévaudan, il s’agit essentiellement de « familles [qui] occupent des enfants [filles et garçons, depuis l’âge de six à sept ans], des valets, des vieillards, ou des pauvres domestiques, à filer et à tisser ». « Cent livres d’argent et même la moitié moins de capital font subsister un nombre de familles qui ont un pareil fonds, il y en a d’autres qui ne vivent que sur le crédit qu’on leur fait de la laine133 ». Les crises aboutissent souvent à la perte de leurs terres saisies par les créanciers134. En Comminges, il s’agit avant tout de microfundiaires, parfois même de paysans totalement exclus de la possession de la terre. Ici, l’éviction de la terre prend généralement des proportions au fur et à mesure que l’on s’approche de Toulouse, des principales voies de communication et des riches terres des vallées, là où il est possible de pratiquer une agriculture commerciale, là où les propriétaires rentiers peuvent exporter leur production en direction des marchés d’écoulement. La faiblesse des revenus ou des salaires confine souvent les paysans les plus modestes dans la condition de brassier plus ou moins misérable. Les exemples monographiques le montrent bien135.

  • 136 En liaison avec de grandes fermes, de bonnes terres et une agriculture produisant des surplus comm (...)
  • 137 Arch. dép. Haute-Garonne (Archives départementales de la Haute-Garonne), C, 2027 ; Rôle de la capi (...)
  • 138 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monsei (...)

65Ces paysans glissent alors par nécessité vers un statut bivalent de fabricant-paysan ou d’ouvrier-paysan. On retrouve ici le modèle théorisé par Franklin Mendels qui voyait dans la pauvreté rurale, son aggravation et le manque de terre une des causes importantes de l’essor de la proto-industrie136. Des ruraux, pour éviter de glisser dans la mendicité, étaient contraints de se regrouper, formant des communautés comme à Pointis-de-Rivière où, en 1695, les frères Laurens, Jacques, Joseph et Pierre Bourjac, les frères Jacques, Joseph et Laurens Pescheur sont tisserands indépendants alors que le laboureur Pierre Pescheur travaille leurs fonds. Ils logent tous ensemble dans une maison de louage à Pointis-de-Rivière et sont imposés en commun sur la capitation pour seulement douze livres137. En Gévaudan, le regroupement de plusieurs fabricants semble même plus développé car « ils sont en général si pauvres que souvent ils sont obligés de s’associer deux ensembles pour acheter de quoi fabriquer une pièce138 ».

  • 139 Même si l’on sait aujourd’hui que ce constat ne peut plus être généralisable ; ce que Franklin Men (...)
  • 140 « Sans pouvoir être érigé en caractère absolu, le régime de la propriété et de l’exploitation fonc (...)

66La pauvreté des fonds en zone de montagne ou de piémont, aux terres bien moins fertiles qu’en plaine, explique aussi grandement le développement de la manufacture dispersée, vérifiant ainsi une hypothèse majeure du modèle proto-industriel139. Mais, on constate aussi le développement d’une activité textile dans les bons et beaux terroirs au pied des Pyrénées centrales ; les paysans de la plaine du Comminges sont contraints de rechercher une activité complémentaire aux travaux agricoles parce qu’ils n’ont que peu de fonds ce qui leur interdit de disposer des revenus suffisants à l’entretien d’une famille. Ainsi, constatons après Didier Terrier, l’importance du régime de la propriété et de l’exploitation foncière dans le développement de la proto-industrie140.

• La prolétarisation sur place

  • 141 Comme dans le modèle liégeois où les acteurs de la proto-industrie exerçaient l’activité manufactu (...)

67Quelle que soit la richesse des sols et le régime de la propriété, la relation qui existe entre draperie et travail de la terre est bien plus forte que le laissent penser les sources qui la présentent comme une activité complémentaire et donc secondaire. En fait, l’activité textile était première pour le plus grand nombre des artisans-paysans141. Comme les mulquiniers du Cambrésis et du Saint-Quentinois, les drapiers du Saint-Gaudinois et du Gévaudan tissaient une grande partie de l’année.

  • 142 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et au (...)
  • 143 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marqu (...)
  • 144 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur la fabrique des étoffes du pays de Gévaudan au diocèse de (...)
  • 145 Boyer G., La cadisserie gévaudanaise, op. cit.
  • 146 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-L (...)

68Les nombreux mémoires généraux portant sur le Gévaudan laisseraient pourtant penser le contraire ; on insiste sur le fait que « les plus grandes expéditions des marchandises du Gévaudan se font pendant l’hiver » car « c’est dans cette saison que le paysan inoccupé au dehors travaille dans la hâte pour subvenir aux dépenses de la prochaine récolte142 ». Ils mettent ainsi à profit « la rude saison [qui] ne leur permet pas de vaquer à la culture de la terre » qui est estimée le plus souvent à six mois143 et qui s’écoule du mois d’octobre à Pâques de l’année suivante144. Pourtant, les livres de comptes et les correspondances des marchands commissionnaires ou commettants, les livres des foulons, les contrats muletiers145, laissent tous entrevoir une continuité de l’activité tout au long de l’année. Au mieux, l’hiver est-il l’occasion d’une intensification de l’activité industrielle, comme dans tous les territoires où production textile et agriculture sont liées. L’organisation d’une journée de labeur de fabricant le montre bien, puisque « après le travail du jour en hiver ces familles travaillent la nuit à carder, à filer ou à tisser à la lueur des copeaux d’un bois gras tel que celui dont on fait la poix146 ».

  • 147 Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinoi (...)
  • 148 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Statistiques pour l’inspection de Saint-Gaudens en 1751.
  • 149 Moins de quatre pièces produites en 1751 dans le bureau de Valentine et deux pièces et demie dans (...)

69L’intensité du travail manufacturier est aussi perceptible par le croisement du chiffre de pièces tissées et du nombre de métiers battants. Si l’on sortait de huit à douze pièces de toiles par an des caves du nord de la France147, au pied des Pyrénées, c’étaient trois à quatorze pièces qui étaient produites dans le même temps148. Moins homogènes que les fabriques du Nord, les draperies des Pyrénées centrales laissent apparaître deux espaces distincts. Dans la vallée d’Aure, les tisserands devaient être occupés pratiquement tout au long de l’année à leur métier (presque quatorze pièces produites en 1751 dans le bureau d’Ancizan et un peu plus de treize dans celui d’Arreau). Ils devaient y consacrer l’essentiel de leur temps autour des bureaux de Saint-Gaudens et de Villeneuve (plus de neuf pièces produites en 1751 dans le bureau de Villeneuve et presque huit dans celui de Saint-Gaudens), comme dans ceux de Valentine et de Saint-Martory, même si certaines sources laissent penser que le tissage n’était que complémentaire149. Malgré les nuances, et compte tenu de l’importance respective des différents bureaux, force est de constater le caractère second des travaux agricoles pour la majorité des artisans-paysans de la région.

Le modèle « trapézoïdal »

70Les fabricants, de plus en plus soumis au rythme des métiers, travaillent sous la coupe des marchands. Ces derniers occupent, en effet, une position clé dans l’ensemble du processus de fabrication dans la région de Saint-Gaudens. Mais leur niveau de contrôle du commerce est très variable, tant les négociants extérieurs exercent une domination sur les marchés.

  • 150 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc (...)
  • 151 Arch. nat., F12, 557 ; Remarques de Lauvergnat, inspecteur du département de Saint-Gaudens, 26 avr (...)
  • 152 Bourrachot L., « Notes sur l’émigration commingeoise en Agenais », Revue de Comminges, 1970, p. 20 (...)

71Comme cela a été démontré, l’essentiel de la production de petites étoffes de la région est le fait des petits fabricants, des tisserands indépendants et des artisans-paysans. Traditionnellement, ces deux dernières catégories – au moins – sont incapables d’assumer la commercialisation de leur fabrication au-delà du rayon de satisfaction des besoins locaux. Les proportions prises par la fabrique font que les producteurs d’étoffes ne peuvent se satisfaire de la demande locale, ce qui nécessite la recherche de débouchés extérieurs. Seuls les marchands, par leur maîtrise des circuits du négoce et leurs capacités financières, sont à même d’assumer cette fonction qu’ils assurent aussi en grande partie pour le compte des « chefs de fabriques » ; ceux-ci, bien loin de pouvoir être considérés comme des Verleger, sont dépendants des marchands urbains dans la commercialisation de leurs produits. Bien moins à l’aise que les entrepreneurs du diocèse de Rieux, les fabricants commingeois ne contrôlent pas, non plus, les opérations de finissage, les foulons, alors que les rares teintureries sont dans les mains de maîtres indépendants. Dès lors, la production semble, jusqu’à la fin de la période moderne, vendue en blanc aux foires de Toulouse et aux commissionnaires de Saint-Gaudens150, ainsi qu’aux marchands de Limoges, Montauban ou Agen qui font apprêter et teindre chez eux. Les remarques de Lauvergnat151 ou l’inventaire d’un marchand drapier de l’Agenais mentionnant de nombreux fournisseurs à Saint-Gaudens, Salies et autres lieux de fabrique commingeois, l’attestent152.

  • 153 Dont le rôle commercial semble se développer dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, cf. Hanne G.,(...)
  • 154 Arch. nat., F12, 557 ; Remarques de Lauvergnat, inspecteur du département de Saint-Gaudens, 26 avr (...)
  • 155 Chassagne S., « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les cam (...)
  • 156 BnF, mss. français, no 8037, Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provi (...)

72À ce stade, on observe que la commercialisation peut être prise en charge par des marchands saint-gaudinois agissant pour leur propre compte et débitant leur marchandise sur les grandes et les petites places de marché du Sud-Ouest : Toulouse153, Bayonne, Nérac sans que nous puissions différencier ce qui relève du simple colportage ou du négoce d’une certaine importance. Difficile dès lors de mesurer, dans ce cas, l’importance du commerce dû aux Saint-Gaudinois eux-mêmes. Quoi qu’il en soit, il semble que l’essentiel du commerce leur échappe à partir de Toulouse où, lors des foires de cette ville, les négociants de la capitale provinciale – ainsi que ceux de Montauban, Agen ou Limoges – se chargent des étoffes en blanc pour les faire « apprêter et teindre chez eux » avant de les redistribuer154 : autant de confirmations de l’existence du modèle trapézoïdal décrit pas Serge Chassagne155. Cette influence extérieure est sensible, quelle que soit la période envisagée, sur les marchés de Saint-Gaudens, Miramont ou Valentine où les commissionnaires concurrencent les marchands locaux indépendants156.

  • 157 Arch. nat., F12, 655B ; Montaran à Bruté, inspecteur des manufactures à Montauban, 6 décembre 1784
  • 158 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-L (...)
  • 159 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire concernant la nécessité d’un commis à Serverette pour la véri (...)
  • 160 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marqu (...)
  • 161 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire concernant la nécessité d’un commis à Serverette pour la véri (...)
  • 162 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marqu (...)

73La domination des négociants extérieurs s’observe aussi en Rouergue où des « marchands commissionnaires achètent les basses draperies de Saint-Geniez et du Gévaudan et les portent à Montauban pour le compte des négociants en gros de la ville. Ces derniers font appliquer les apprêts et revêtent les étoffes du “plomb de leur maison”. Ils les expédient ensuite à Bayonne pour être exportées vers l’Espagne157 ». Plus spécifiquement pour le Gévaudan, « les marchands […] ne font pas la moitié du commerce des petites étoffes [car il] vient dans le pays des marchands de Lyon, Nîmes, Montpellier, Montauban, Bordeaux, Genève, Turin, etc., pour en acheter158 ». Les commerçants locaux n’excèdent pas le nombre de quarante à cinquante ; leurs profits sont médiocres ; leur statut se limite parfois à celui de « commis aux gages des marchands étrangers pour qui ils font les emplettes ». Le plus grand nombre est toutefois représenté par « des commissionnaires qui achètent aussi pour les étrangers sous le bénéfice d’un et demi ou deux pour cent159 ». Ils sont tenus d’expédier dans un délai précis la quantité de pièces [que] demandent leurs commettants160. Seuls quelques-uns travaillent pour leur compte aux mêmes conditions que les autres. Tous sont donc très modestes161. Ils achètent les étoffes aux paysans-fabricants qui les « portent presque chaque jour de la semaine dans les villes et lieux du diocèse où il se tient des foires et marchés pour leur débit ». « Les marchands […] s’y rendent le soir, font leurs emplettes ; le lendemain à la pointe du jour, en payent le montant après la vérification faite par les commis à ce préposé, et repartent de suite pour se rendre à un autre marché » dans une ronde constante, tous les jours de l’année162.

  • 163 Ce sont d’abord les marchands lyonnais qui profitent le plus de ce commerce : Arch. dép. Lozère, F (...)
  • 164 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monsei (...)

74Alors que dans la généralité d’Auch, ce sont surtout les négociants de Montauban qui tirent avantage de ce commerce, en Gévaudan, ce sont ceux de Lyon, de Nîmes et de Montpellier163. Comme ceux du Quercy, ils font teindre et apprêter les étoffes au point qu’Holker considère que les marchands et les fabricants du Gévaudan travaillent pour eux à l’égal « des esclaves164 ». Un des moyens de sortir d’une telle dépendance consiste à doter la région des ateliers d’apprêts, voire à contrôler l’ensemble de la filière en provoquant un glissement des activités des marchands centrées sur la sphère commerciale en direction de la production.

Le développement du Verlagsystem

Une nouvelle forme de domination des artisans-paysans dans la généralité d’Auch ?

  • 165 « Titre des tiserans qui travailent pour les marchands », cf. arch. dép. Haute-Garonne, 2027 ; Rôl (...)

75Aux XVII et XVIIIe siècles, la majorité des marchands qui assurent le négoce des étoffes de la région de Saint-Gaudens semble n’exercer la plupart du temps aucune influence directe sur la sphère productive, se limitant à écouler les tissus des artisans-paysans, contrôlés ou non par des fabricants. Il existe néanmoins un groupe de négociants qui ne se contente pas de vendre la production des fabricants et des tisserands indépendants mais qui agit directement sur la production. L’étude de cette catégorie revêt un très grand intérêt car elle permet de mettre en évidence une variante de la dépendance des artisans-paysans vis-à-vis d’une catégorie d’organisateurs de la production qui paraît peu répandue. Les sources font cruellement défaut pour évaluer la part qu’ils pouvaient représenter et la nature du contrôle qu’ils pouvaient exercer. Leur présence est toutefois attestée dès la fin du XVIIe siècle où ils semblent commander du travail aux fabricants ruraux. Ainsi, en 1695 à Mazères, les neuf tisserands recensés travaillent pour les marchands165. Mais la proximité du diocèse de Rieux et le rôle que jouent certains marchands-fabricants dans cet espace nous amènent à considérer qu’il s’agit probablement d’une exception ou, tout au moins, d’une structure minoritaire. En effet, aucune information ne vient attester la diffusion de ce modèle dans le reste du Comminges languedocien et rien n’indique son existence en Gascogne à cette époque.

  • 166 Arch. dép. Haute-Garonne, 1L, 646, pièce 44 ; Tableau des marchands patentés sédentaires ou ambula (...)
  • 167 Arch. nat., F12, 1378 ; Mémoire de Lauvergnat de 1786 déjà cité. On ne considèrera toutefois ces c (...)
  • 168 Arch. dép Haute-Garonne, 12M, 30 ; Statistiques industrielles et manufacturières, 1825-1827.

76Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, un faisceau d’indices montre, en revanche, que ce type d’organisation a pu prendre de l’ampleur. À la fin du XVIIIe siècle, la mutation semble même spectaculaire à Miramont et à Valentine. On n’y recense plus que des « marchands faisant fabriquer » et des marchands-fabricants166. Mais elle n’est pas étendue à tout le territoire ; Saint-Gaudens possède toujours une majorité de marchands d’étoffes n’intervenant que dans la sphère du négoce. Cette limite est loin d’être négligeable lorsqu’on considère que Saint-Gaudens est le principal lieu de commercialisation des étoffes de la région avec 58 % de l’ensemble. Toutefois, Miramont et Valentine totalisent de leur côté 37 % de ce trafic, ce qui laisse augurer un développement important du Verlagsystem dans l’ensemble de la région167. La mutation reste toutefois difficile à quantifier avec précision à la fin de l’Ancien Régime. Cependant, en appui des indices des années 1780, les débuts de l’époque contemporaine viennent confirmer la victoire du Verlagsystem dans l’ancien département des manufactures de Saint-Gaudens168.

L’affirmation du modèle dans le diocèse de Castres ?

77Alors que dans le piémont pyrénéen de la généralité d’Auch on assiste au développement du Verlasystem par glissement de la sphère commerciale vers la sphère productive, dans le diocèse de Castres – à Mazamet en particulier – les fabricants largement dessaisis du négoce de leurs produits, amorcent la concentration verticale de leur filière. Ils s’assurent ainsi des profits supérieurs et un meilleur contrôle de l’écoulement final. À partir du milieu des années 1780, Louis Valade et Pierre Olombel se préoccupent d’implanter les opérations de finition. Ils amorcent le processus de transformation et sont imités en cela par les autres industriels comme Daubian dès 1787.

  • 169 Cazals R., Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 72-78.

78Contrôlant dorénavant toute la filière productive, ils se préoccupent, presque en même temps, de maîtriser les débouchés et assurent eux-mêmes une partie de leur commercialisation de gros. Ainsi, Pierre Olombel fils court « offrir ses produits à de bonnes maisons de détail de quelques départements du centre et du Midi ». Il parcourt « la France à cheval, d’une extrémité à l’autre, offrant ses produits de Perpignan à Nancy, de Bayonne à Brest ». Le succès le conduit à diviser le royaume en quatre parties et à confier chacune d’elles à un voyageur spécial : innovation particulièrement avant-gardiste pour l’époque et la région169.

  • 170 À l’image de ce qu’observe Claude Cailly dans le Perche Ornais : Cailly C., « Structure sociale et (...)

79Comme les marchands-fabricants du Volvestre, ils sont bien des entrepreneurs capitalistes. Ils dominent la production et contrôlent une main-d’œuvre de façonniers et de salariés car détenteurs de capital. Au départ, celui-ci est majoritairement commercial et repose essentiellement sur des liquidités. Mais le temps passant, la part des immobilisations s’accroît. Aux liquidités commerciales s’adjoint de plus en plus un capital fixe proto-industriel auquel s’ajoutent ensuite des biens fonciers et un capital usuraire170.

Conflits autour du travail et régulation

  • 171 Dewerpe A., Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 35.
  • 172 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)
  • 173 Thomson J. K. J., Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian C (...)
  • 174 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 177.

80La forte polarisation de la société et la nature de l’organisation de la production ne peuvent, en apparence, que favoriser les antagonismes, le système proto-industriel n’étant pas moins conflictuel que le système usinier171. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le monde du travail présente des aspects proches de la physionomie de la modernité post-révolutionnaire172. La nature des conflits s’en ressent, même si des formes traditionnelles de cabale et d’association subsistent. Ainsi, dans les zones à fortes concentrations ouvrières urbaines et rurales, surgissent des comportements revendicatifs spécifiques en liaison avec la naissance d’une classe ouvrière moderne. C’est le cas en Bas-Languedoc173. Ailleurs, où le capitalisme industriel ne s’est pas encore imposé, l’opposition prend des formes différentes. Dans les territoires de production sans structures corporatives et où le Kausystem continue de l’emporter, les conflits ne sont pas pour autant absents : ils touchent le plus souvent à la qualité du travail attendu, au contrôle plus ou moins tatillon des inspecteurs et de leurs commis, ainsi qu’au paiement de la façon174.

Les conflits : le chaud et le froid

La « rébellion » des ouvriers du Midi

  • 175 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, op. ci (...)

81Les conflits les plus visibles sont ceux qui débouchent sur des « débauches », « mutineries », « rébellions », « suspensions », « désertions », « abandons », « complots », « cabale », « pause », etc. Ils sont à la hausse au XVIIIe, en particulier dans la deuxième moitié du siècle175.

  • 176 Ibid., p. 292. Ce paragraphe s’appuie essentiellement sur les travaux de Jean Nicolas et les sourc (...)
  • 177 Appolis E., Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : le diocèse civil de Lodève. Étude ad (...)
  • 178 Arch. dép. Hérault, C 2409 ; Affaire du 24 décembre 1746.
  • 179 Arch. dép. Hérault, C 2497 ; Affaire du 29 avril 1756.
  • 180 Arch. dép. Hérault, C 6847 ; Affaire de septembre-octobre 1781.

82Leur motivation principale tient aux mauvaises conditions de rémunération et s’exerce aussi bien dans des phases de prospérité que de marasme176. Ainsi, à Clermont en 1730, les fabricants tentent d’imposer un nouveau tarif aux tondeurs ; ils s’entendent pour mettre sous clé l’outillage et les contraindre à céder177. À Lodève, en 1746, les ouvriers-tisserands profitent des fortes commandes de draps et de l’obligation faite aux fabricants de livrer rapidement pour débaucher. Ils revendiquent une augmentation et l’obtiennent178. En 1756, c’est un mouvement de grande ampleur, en pleine phase d’apogée de la fabrication de draps pour le Levant, qui frappe les manufactures et jurandes de Saint-Chinian, de Carcassonne, de Saint-Pons et de Clermont. Les ouvriers tentent de se constituer en syndicat pour obtenir de meilleurs salaires et le droit de choisir le lieu de leur emploi179. La période de récession est aussi marquée par de durs conflits. Ainsi, à Saint-Chinian en 1781, la « pause » est presque générale car les fabricants cherchent à baisser les tarifs. Des « syndics » et « adhérents » vont d’atelier en atelier pour faire suspendre l’ouvrage, employant éventuellement la force. Quatre à cinq meneurs sont arrêtés ce qui relance le mouvement. Le curé soutient les compagnons et est dénoncé par le subdélégué. La libération des détenus n’empêche pas la poursuite de la « confédération180 ».

  • 181 Arch. dép. Hérault, C 2424 ; Affaire des 24 mars et 7 avril 1746.

83Les conflits touchent aussi à la liberté d’entreprendre. Ainsi, lorsque les marchands de Clermont tentent de se lancer dans la finition des draps, ils se heurtent aux affineurs de la ville. En mars 1746, ces derniers s’en prennent aux ouvriers surpris dans les boutiques des marchands. Ils les menacent de coups, de leur « couper bras et jambes », de les empêcher de travailler en quelque endroit que ce soit. Des arrestations ont lieu, mais le curé-prieur de Clermont et des habitants influents de la ville, mais non marchands, pétitionnent pour leur mise en liberté181.

Les stratégies structurelles d’évitement : fraudes et malfaçons

84À côté des conflits aigus, parfois spectaculaires mais courts, la période voit surtout se développer des stratégies d’évitement avec lesquelles les ouvriers tentent de contourner les contraintes réglementaires ou les exigences des donneurs d’ouvrage. Les fraudes et les malfaçons y occupent une place essentielle et quasi consubstantielle du mode de production.

  • 182 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monsei (...)

85L’exemple des manufactures de basses draperies des Pyrénées centrales révèle bien un phénomène structurel qui touche l’ensemble des territoires de production182.

  • 183 Voir à ce sujet Minovez J.-M., « La laine et le drap dans les rapports entre les Pyrénées centrale (...)
  • 184 Arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au départemen (...)
  • 185 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764.
  • 186 La « laine nommée briston qui n’est autre qu’une bourre coupée sur les moutons à my saison et qui (...)

86La fraude touche d’abord à la qualité de la laine. Elle résulte, en partie, du recul de l’emploi des fibres espagnoles dans la fabrication régionale183, mais aussi, d’un recours toujours croissant à des toisons grossières tirées du pays, de la Chalosse ou du Béarn184, du Levant, dans toutes les manufactures de basses étoffes du Midi, en particulier en Gévaudan185. La fabrication étant largement dominée par des tissus médiocres se négociant à vil prix, la tentation devient grande pour les fabricants de rechercher les matières premières les moins chères. Les marchands et les tireurs d’estames ne font alors que s’adapter à une demande en produits de basse qualité. C’est dans le même sens qu’ils agissent lorsqu’ils fournissent des « bristons186 » navarrais qui occupent presque la moitié du marché dans les Pyrénées centrales. Ces fibres immatures, comme les « agnelins », courtes et sans nerf, constituent une matière difficile à travailler au cardage, au peignage et au filage.

  • 187 Ibid., pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 10 (...)
  • 188 Ibid., pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens (...)
  • 189 Arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au départ (...)
  • 190 Ibid.
  • 191 Ibid., pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens (...)
  • 192 Mais ces fraudes sont loin d’être une spécificité locale comme le prouvent les mesures générales p (...)

87La fraude produit aussi un certain nombre de malfaçons. Elles débutent dès le tri et le lavage187 car les laines renferment encore, après traitement, des corps étrangers et beaucoup de suint188. Le peignage est également souvent mal réalisé : pour obtenir le plus d’estame possible à partir du minimum de matière première, les peigneurs ne retiennent pas, comme ils le devraient, les fibres les plus longues. Il conservent aussi une partie des plus courtes réservées en principe au peignon189. Alors, les fils de l’estame s’enchevêtrent mal et les peignons sont courts et maigres190. En conséquence, le filage ne peut être que de mauvaise qualité. Pour ces raisons, les fileuses cachent les défauts en recouvrant l’écheveau du fil gros et irrégulier d’un fil fin et uniforme191. Cela n’est pas sans conséquence sur la fabrication car ce fil ne passe plus dans les rots ou les peignes, et ne permet plus de respecter les largeurs fixées par les règlements. Les tisserands agrandissent alors leurs rots et réduisent le nombre de portées ; les fils les plus grossiers peuvent ainsi passer sans rompre et les largeurs des pièces d’étoffes en toile sont en apparence respectées. Dans les deux cas, cependant, il y a contravention totale aux règlements192.

  • 193 Ibid. ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siècle.

88En outre, le drap conserve son aspect grossier lorsqu’il est vendu en toile. L’œil nu permet de déceler les défauts d’une étoffe qui n’est en rien unie. À ce stade, même s’il s’avère impossible de rattraper les différentes malfaçons, on peut attendre d’un bon passage au foulon que les pièces soient dégraissées et surtout rendues lisses, sans aucune « fripure ». Par la pression et les frottements imprimés par les pilons ou les maillets, on espère enchevêtrer et lier les fibres entre elles. Dans le meilleur des cas, on doit obtenir des draps formant une masse compacte qu’il est impossible de « séparer ou de rompre193 », ce qui est difficile d’obtenir compte tenu, ici, de la médiocrité du tri, du lavage, du peignage, du filage et du tissage. Enfin, les draps tissés de la sorte ne manquent pas de rétrécir fortement au foulon.

Organisation de la production et institutions, facteurs de régulation ?

Malfaçons et absence de conflits entre les acteurs de la fabrique ?

89Pourtant les fraudes et malfaçons ne semblent pas faire l’objet de conflits significatifs entre les propriétaires des biens manufacturés et les façonniers, du moins les sources n’en font-elles pas état. Or, la presque totalité des fabricants œuvre dans le cadre d’une petite entreprise qui mobilise le plus souvent l’ensemble de la famille autour du tissage ; le chef de cette petite unité contrôle facilement le travail ; l’écart à la norme ne peut donc qu’être consenti voire recherché. Toute solution qui permet de tisser rapidement une pièce en consommant le moins de matière possible est à l’avantage du fabricant dans la mesure ou les gardes-jurés du bureau de contrôle et les marchands, clients potentiels, sont peu regardants quant au respect des normes et à la qualité finale du tissu. Car, au bout du compte, c’est le marché qui commande et qui absorbe toute les draperies, même de mauvaise qualité. Alors, en Comminges, comme en Gévaudan, on marque indifféremment bonnes et mauvaises étoffes.

  • 194 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 173-177.
  • 195 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire de Montesquieu-Volvestre concernant son commerce, 1787 (...)
  • 196 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de l’inspecteur des manufactures du département de Toulouse Vauvoux (...)
  • 197 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire de Montesquieu-Volvestre concernant son commerce, 1787 (...)
  • 198 Arch. nat., F12, 1398 ; Lettre de l’inspecteur des manufactures du département de Toulouse Vauvoux (...)
  • 199 Arch. dép. Haute-Garonne, 2E, 1383 ; Lettre du sieur Joubert d’Epinay, sous-inspecteur des manufac (...)

90Si l’on peut comprendre que le Kaufsystem puisse favoriser un type de comportement lié à la dilution des responsabilités inhérentes au mode d’organisation de la production, on est plus étonné de rencontrer le même phénomène dans le cadre du Verlagsystem. Ce dernier aurait pu réduire cette propension à fabriquer des produits ne respectant pas les règles, de plus sources de conflits, et ce dans la mesure où le marchand-fabricant, propriétaire de la pièce d’étoffe, ne pouvait qu’être sensible aux malfaçons et aux fraudes ; de fait, il payait le produit plus cher avec, de surcroît, le risque de voir sa marque discréditée, alors qu’il éprouvait des difficultés à contrôler l’acte de production, dans la mesure où il recourait à un nombre de façonniers plus important. Si l’on prend pour exemple les manufactures du diocèse de Rieux, dans lesquelles le Verlagsystem domine, les sources ne font pourtant pas état de ces difficultés. En revanche, elles sont particulièrement prolixes sur le relâchement dans la qualité de la production dans les dernières décennies de l’Ancien Régime194. Dans les années 1770, la demande devient très forte en droguets façon d’Angleterre au point que les fabriques du diocèse civil de Rieux sont frappées d’une « démangeaison » de produire195. S’appuyant sur les édits réformateurs de Turgot, puis sur le système intermédiaire instauré ensuite, les fabricants estiment qu’ils peuvent « travailler comme il leur plaî[t]196 », ce qu’ils semblent faire jusqu’à la fin de l’Ancien Régime197. Dès les années 1770, les gardes-jurés sont peu regardants sur la qualité des pièces qu’ils contrôlent198 et à la veille de la Révolution, ils marquent la totalité des étoffes qui leur sont présentées « comme étant fabriquées suivant les règlements bien qu’elles ne le soient pas199 ».

Tensions entre acteurs de la production et commis de l’État

  • 200 Minovez J.-M., « L’État et les draperies dans les Pyrénées centrales au milieu du XVIIIe siècle »,(...)

91Alors que la qualité du travail attendu ne semble donc pas faire l’objet de dissensions majeures entre propriétaire du bien manufacturé, façonniers et proto-ouvriers, elle est, au contraire, le sujet de tensions constantes entre les marchands et fabricants d’un côté et l’inspection des manufactures de l’autre. Cela est particulièrement sensible lorsque les commis de l’État tentent une rationalisation de la proto-industrie voulue par les institutions monarchiques, s’opposant ainsi aux acteurs du Kaufsystem ou du Verlagsystem qui semblent accepter la dégradation de la fabrication. On peut mesurer le phénomène à travers les événements qui se déroulent autour de la création, en 1742, d’une inspection des manufactures à Saint-Gaudens. L’inspecteur Joly, agissant pleinement dans le cadre de sa mission, propose une série de réformes : modification des métiers afin de respecter les largeurs prescrites par les règlements, nomination de gardes-jurés, définition de leur rôle, proposition de réforme de la marque. En cela, il bouleverse sensiblement les pratiques des acteurs des manufactures de la région. Pourtant, il parvient à réaliser partiellement ses objectifs entre 1742 et 1750 car le conflit n’est jamais frontal entre les parties. Ainsi, l’inspecteur ne relève pas immédiatement tous les manquements à la règle et ne sanctionne que les dérives les plus fortes. La plupart du temps, il cherche à convaincre les marchands et les fabricants de son ressort de la pertinence de sa démarche en montrant les bienfaits qu’ils peuvent en retirer. C’est donc par la persuasion qu’il cherche à réduire les antagonismes, conscient des limites d’une action fondée seulement sur la répression200.

  • 201 Minard P., La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, op. cit., p.  (...)
  • 202 Appolis E., Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : le diocèse civil de Lodève, op. cit. (...)

92La situation est parfois bien plus tendue. Ce que l’on observe dans le département des manufactures de Saint-Gaudens fait figure d’exception tant le nombre de commis de l’État dans l’exercice de leurs fonctions, bousculés, insultés, empêchés de faire leur travail est important201. Ainsi, en 1722, les tisserands et cardeurs du village de Montpeyroux, près de Lodève, refusent la visite de l’inspecteur. Ils se barricadent chez eux et jettent par les fenêtres quantité de laines pouvant servir de pièces à conviction. Une cinquantaine de fileuses chassent ensuite l’inspecteur, l’exempt et l’archer de la maréchaussée à coups de pierres. La réaction est plus massive à Saint-Chély-d’Apcher en Gévaudan le 18 octobre 1727. En pleine foire, l’inspecteur se prépare à saisir plus de deux cents pièces jugées défectueuses. Hommes et femmes se regroupent et menacent de sonner le tocsin. Le logement d’une compagnie d’infanterie chez les tisserands ramène difficilement le calme par la force. En 1751, vers Castres et Saint-Pons, les cardeurs refusent la visite des contrôleurs. Pris à partie, ces derniers ne parviennent à se dégager d’une émeute de femmes que le pistolet et le sabre à la main. La même année à Saint-Céré, une fronde de plus de trois cents ouvriers contre l’inspecteur dégénère lorsqu’une unité de dragons fait feu sur la foule ; un soldat est alors frappé à mort. L’intendant l’Escalopier réprime durement la révolte et rend une série de jugements exemplaires : sept condamnations à mort – dont une pendaison effective – huit aux galères et cinq au bannissement202.

Stratégies d’évitement et plasticité des territoires de production

Créer des arrondissements exclusifs de fabrique

  • 203 Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, éd. du Seuil, 1991, p. 118-120. No (...)

93Pris dans les jeux d’une réglementation qu’ils jugent trop tatillonne, écrasés par les exigences des donneurs d’ouvrage qui rémunèrent toujours plus mal leur travail, ayant exploité toutes les possibilités de fraude sur les produits, les petits fabricants-paysans épuisent les dernières ressources que leur offrent les stratégies d’évitement. Dans les périodes de prospérité, la plus courante consiste à pratiquer un turnover important dans le territoire de fabrique, ou dans ceux se situant à proximité, en passant de donneurs d’ouvrage en donneurs d’ouvrage. Ils entrent alors en conflit avec les marchands-fabricants qui, dans ces périodes, ont besoin d’encore plus de stabilité de la main-d’œuvre. Dans un contexte extensif de croissance, l’augmentation de la production ne peut, en effet, se faire que par l’élargissement du recrutement de fileuses et de tisserands. Tous les donneurs d’ouvrage adoptant la même démarche pour bénéficier de la période favorable provoquent une forte concurrence dans l’embauche. Les litiges éclatent face à des ouvriers qui exploitent pleinement la situation. Les entrepreneurs, victimes de l’excès de turnover durant les périodes favorables au développement de la production, tentent alors de fixer un minimum de main-d’œuvre autour de leur fabrique. Mais l’opération s’avère difficile. Elle n’est pas pour autant une spécificité ni de la région, ni de la période ; au XIXe siècle, le patronat français a encore comme objectif de limiter les départs et les absences qui désorganisent perpétuellement la production203.

  • 204 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; citation de l’ordonnance de 1731 de Bernage, intendant de Langu (...)
  • 205 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 1918 ; Procès-verbal de l’assiette diocésaine de Rieux, 1731.
  • 206 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; « M. Marcassus qui obtint en 1731 une ordonnance de M. de Berna (...)
  • 207 Arch. dép. Hérault, C, 2091 ; Long mémoire de Marcassus pour justifier la création d’un nouvel arr (...)
  • 208 Ibid.
  • 209 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; Lettre de Marcassus à l’intendant Saint-Priest, 1er juillet 175 (...)
  • 210 Ibid., Lettre de l’intendant de Languedoc Saint-Priest à Marcassus, 8 août 1759.
  • 211 Arch. dép. Hérault, C, 2092 ; Lettre de Marcassus à l’intendant, 16 janvier 1760.
  • 212 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; Document annexe à la demande de Marcassus d’élargissement de l’ (...)

94C’est dans ce contexte que les marchands-fabricants réclament la création d’arrondissements exclusifs de fabrique. Ainsi, Marcassus, l’entrepreneur de la Terrasse et d’Auterive, obtient de l’intendant de Languedoc de Bernage en 1731 la formation d’un arrondissement exclusif de filature dans le diocèse de Rieux204. Cette décision entraîne les plus vives réactions de la part des députés de l’assiette et des marchands-fabricants de la petite draperie de la région205. L’ordonnance de l’intendant de Bernage est néanmoins confirmée par un arrêt du conseil du roi le 19 octobre 1744206. Pour autant, cela n’empêche ni les manufactures de petites draperies de poursuivre leur activité, ni Marcassus de s’y résigner, alors que les ordonnances étaient devenues obsolètes par abandon de la volonté de les faire respecter207. Cependant, son renoncement à faire appliquer ses droits dans l’arrondissement créé pour ses manufactures le prive d’une partie de sa main-d’œuvre lorsque, dans les années 1750, s’amorce l’essor des petites draperies208. Marcassus tente alors d’étendre son arrondissement exclusif au-delà des limites fixées en 1731. Le 1er juillet 1759, il demande à l’intendant de Saint-Priest l’élargissement de son arrondissement aux communautés de Celles près de Foix, de Villeneuve et des Allemans près de Pamiers. Pour appuyer sa requête, il s’engage, dans le cas où les personnes qu’il emploierait seraient sans travail, à leur fournir un billet de congé qui leur permettrait de chercher un emploi chez un autre marchand-fabricant209. Face à un premier refus de l’intendant210, il réitère sa demande le 16 janvier 1760. Il offre cette fois d’entretenir ses ouvriers, même s’ils devaient se trouver sans travail. Il souligne qu’il y va de la qualité de ses meilleurs draps211. Mais, encore une fois, il n’obtient pas satisfaction. On peut penser qu’il s’est heurté tout d’abord à l’évolution de la doctrine commerciale tendant à cette époque vers plus de libéralisme, comme l’atteste la fin de la fixation de production en Languedoc. En outre, Marcassus a dû faire face à l’hostilité des marchands-fabricants carcassonnais qui employaient des ouvriers dans la région, bien que leur ville soit « éloignée de plus de 10 lieues » et qui voyaient là un empiétement sur leur arrondissement212.

  • 213 Arch. dép. Hérault, C, 2425 ; Affaire du 22 novembre 1753.

95Alors que dans le diocèse de Rieux, les dissensions portant sur les arrondissements de fabrique sont régulées par l’autorité de l’intendant et les pratiques empiriques des acteurs, en Bas-Languedoc, autour de Saint-Pons, Saint-Chinian, Bédarieux et Lodève, les conflits débouchent sur de véritables frondes. L’une d’elles, particulièrement forte, se situe en 1753. Tout commence en novembre lorsque des marchands-fabricants de Saint-Pons lancent une sorte d’expédition punitive contre les fileurs et les cardeurs de La Caunette pour les empêcher de travailler pour d’autres qu’eux-mêmes. Appuyés par une brigade de la maréchaussée et accompagnés de l’inspecteur des manufactures, ils pénètrent en pleine nuit dans le village. Ils s’en prennent aux habitants et commencent par enfoncer les portes de leurs maisons. Les ouvriers résistent : les hommes sortent de leur domicile armés de fusils et de haches alors que les femmes ont de la cendre dans leur tablier pour la jeter aux yeux de ceux qu’elles désignent comme leurs agresseurs213.

Quitter temporairement ou définitivement le territoire

  • 214 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, (...)
  • 215 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p (...)
  • 216 Les Pyrénées centrales ne représentent pas une région de départs importants d’artisans aux XVIIe, (...)
  • 217 Nadal J. et Giralt E., La Population catalane de 1553 à 1717. L’immigration française et les autre (...)

96Ayant épuisé toutes les stratégies d’évitement dans un contexte parfois de baisse réelle des revenus, il ne reste alors aux fabricants les plus pauvres qu’à quitter le territoire de la laine. Ainsi, suite aux phases de crise, on voit en Gévaudan les fabricants aller « chercher un asile ailleurs214 ». Au nord des Pyrénées, on quitte les régions de la zone axiale et du piémont pour la plaine, et surtout pour l’Espagne qui, encore au XVIIIe siècle, offre des conditions de vie plus avantageuses215. À cette époque, l’émigration est essentiellement saisonnière et dure de six à neuf mois. Les acteurs des petites draperies semblent toutefois peu touchés par le processus. Le plus grand nombre de départs concerne d’abord le prolétariat agricole et plus faiblement les artisans216 au sein desquels les travailleurs de la laine y sont faiblement représentés217.

  • 218 Gonzáles Enciso A., Estado e industria en el siglo XVIII : la fábrica de Guadalajara, Fundación Un (...)
  • 219 Amalric J.-P., « Les difficiles mutations : les Espagnols des rendez-vous manqués. Les élites : ge (...)
  • 220 Arch. dép. Hérault, C, 2227 ; Nombreuses lettres se plaignant du départ d’ouvriers occupés à la gr (...)

97Le phénomène est plus important dans la grande draperie, surtout depuis le développement, outre-Pyrénées, d’une politique industrialiste imitée du modèle français. Ne disposant pas d’une main-d’œuvre qualifiée pouvant produire la meilleure qualité de draps, les Bourbon d’Espagne parviennent, avec succès, à attirer un nombre grandissant d’ouvriers possédant un savoir-faire de haut niveau. Les premiers bénéficiaires sont la manufacture de Guadalajara et ses deux succursales de Brihuega et San Fernando218. En 1791, elle occupe dans ses trois établissements 3 968 ouvriers pour 656 métiers ; elle n’employait que 1 108 ouvriers pour 57 métiers en 1731219. Dans la décennie 1780, les Etats de Languedoc, les inspecteurs, ainsi que les mar chands-fabricants de la grande draperie, se plaignent du départ de nombre de leurs salariés et de leurs façonniers en direction de l’Espagne. Cette expatriation provoque l’affaiblissement des établissements textiles qui perdent là souvent une partie de leurs meilleurs éléments. Cela a en partie pour effet de porter préjudice à la qualité de la fabrication des manufactures et de contraindre à augmenter les salaires des ouvriers qui restent afin d’endiguer les départs220.

*

98L’étude détaillée des techniques montre une grande permanence des pratiques dans le temps. Cela ne signifie pas absence d’innovation. Mais elle repose plus sur des modifications de gestes en fonction des produits que l’on souhaite obtenir que sur des évolutions technologiques. L’analyse des fraudes et des malfaçons permet de l’attester.

99Cela tient à une certaine stabilité de l’organisation de la production du Midi. Celle-ci n’est en rien originale et se partage entre Verlagsystem et Kaufsystem. Ce dernier domine, en particulier, dans les aires de fabrication de petites draperies. Il est incomplètement contrôlé par les marchands locaux qui dépendent beaucoup des négociants extérieurs aux aires de production. Il est difficile de constater une mutation de structure au cours du XVIIIe, même, si dans la deuxième moitié du siècle, on assiste à un possible glissement du Kaufsystem vers le Verlagsystem dans la généralité d’Auch et dans le diocèse de Castres.

100Les Verleger offrent une image particulièrement hétérogène : rien de comparable entre les fabricants de la grande draperie et leurs modestes confrères des manufactures de petites draperies. Les grands contrôlent-ils peut-être mieux l’organisation de la production. Cela pourrait expliquer le nombre plus important de « rébellions » des ouvriers du Bas-Languedoc plus fortement soumis à des exigences difficilement supportables. Pour ces raisons, les conflits ouverts s’accroissent dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ils concernent d’abord les salaires et touchent aussi à la liberté d’entreprendre. Mais la majorité des tensions se règlent par la mise en place d’une stratégie systématique d’évitement et de fraude de la part des ouvriers et des façonniers.

Notes

1 Chaplain J.-M., La chambre des tisseurs. Louviers, cité drapière (1680-1840), Seyssel, Champ Vallon, 1984, p. 46 et Gayot G., Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, EHESS, 1998, p. 95-97.

2 Afin de faciliter la compréhension du propos, il a été choisi d’illustrer la description des techniques par les planches de l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit. Les références sont repérables dans le texte entre crochets.

3 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines, sur la fabrication des draps et autres étoffes de laine, 1760, fo 2.

4 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit., art. LXXII.

5 BnF, mss. francais, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provinces de France, mémoire du Sieur Bertrand inspecteur des manufactures de Toulouse, fo 32 vo.

6 Ibid., fo 33 ro, et arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 4 ; Dommages subis par Jean Marcassus à la Terrasse le 18 juin 1726.

7 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 4.

8 Ibid., fo 3.

9 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit., art. LXXII.

10 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 3.

11 Arch. dép. Hérault, C, 2036 ; Lettre du 13 mars 1739 adressée à Marcassus entrepreneur de la manufacture de la Terrasse par l’intendant.

12 Duhamel du Monceau, Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, Paris, Saillant & Nyon et Desaint, 1765, p. 20.

13 Arch. nat., F12, 1383 ; État des manufactures du département de Toulouse, deuxième semestre de 1732.

14 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 1982 ; Registre de la première capitation du diocèse de Rieux.

15 Arch. dép. Haute-Garonne, 2E, 1399 ; Contribution foncière de Montesquieu-Volvestre, 1791.

16 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 12.

17 Ibid., fo 11.

18 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit., art. LXXV.

19 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 4.

20 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit., art. LXXIII.

21 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 12.

22 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 154 ; Arrêt du conseil…, article VII.

23 Ibid., petites cardes à main.

24 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 261.

25 Arch. nat., F12, 556 ; Statistiques concernant l’industrie textile du Comté de Foix, 1716.

26 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Statistiques concernant l’inspection de Saint-Gaudens, 1751.

27 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit.

28 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 1918 ; Procès-verbal de l’assiette diocésaine de Rieux, 1731.

29 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785, p. 7*.

30 Arch. dép. Ariège, 14M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.

31 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 13.

32 Ibid., et Arch. dép. Hérault, C, 2341 ; Explication des termes et du travail des manufactures.

33 Arch. nat., F12, 1389-1390 ; Manuel de tissage de Lodève.

34 Arch. nat., F12, 1383 ; État des manufactures du département de Toulouse, 1731.

35 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 13.

36 Ibid., fo 15.

37 Roland de la Platière, L’art du fabricant d’étoffes en laines rases et sèches, unies et croisées, Paris, Imprimerie de Moutard, 1780, passim.

38 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 23.

39 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit., art. XLIV et LVII à LIX.

40 Arch. nat., F12, 1331 ; Arrêt du Conseil d’État du roi donnant autorisation aux fabricants de Languedoc, du Rouergue, d’Auvergne, de Montauban et d’Auch, de faire teindre en petit teint les cadis et cordelats de demi-aune de largeur et en-dessous, avril 1725.

41 Arch. nat., F12, 656 ; Mémoire du commerce et de l’industrie de la généralité de Montauban, 1778 ; Arch. nat., F12, 559 ; État général des différentes manufactures et des objets de l’industrie et de commerce de la généralité de Montauban, 1783 ; Arch. nat., F12, 655B ; Vérification de la teinture de laine en noir à froid et à la jésuite par l’effet du Debouilly, 1782.

42 Arch. nat., F12, 655B ; Lettre de Joly de Fleury à l’intendant de Montauban, 17 avril 1782.

43 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 3 ; Offre faite par la marquise d’Hautpoul pour passer un nouveau bail à la manufacture de la Terrasse.

44 BnF, mss., no 8037, manuscrit cité ; réponse du Sieur Bertrand inspecteur des manufactures de Toulouse à la lettre de Mgr Desmarets, Toulouse, le 30 octobre 1708, fo 45 à 48.

45 On dit aussi énouer ou épotoyer.

46 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 15.

47 Le faudet est une grille en bois sur laquelle on place l’étoffe après l’épincetage mais aussi après le lainage.

48 Arch. dép. Haute-Garonne, 2E, 1348 ; Statistiques industrielles et manufacturières concernant les centres drapiers de Montesquieu-Volvestre, Cazères, Saint-Martory, Saint-Gaudens et Miramont en 1811.

49 Arch. dép. Hérault, C, 2617 ; Interdiction faite aux manufactures d’étoffes de laines d’employer des savons roux ou mous.

50 Arch. dép. Hérault, C, 2657 ; Lettre de Marcassus, 4 mai 1749 : « Je me trouve dans l’obligation de voir cesser le foulage de mes draps, de ne pouvoir occuper tous les autres ouvriers et de voir même gâter tous mes draps en toile à cause que mes ouvriers ignorent la façon d’employer le savon blanc qui demande des soins tout différents. »

51 BnF, Collection des provinces de France, collection de Languedoc, fonds des Bénédictins, vol. 20, mémoire de Blaise Binet sur le diocèse de Rieux, 1764.

52 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siècle.

53 La terre à foulon est de l’argile smectique provenant de la décomposition de certains schistes. Délayée dans l’eau et battue, elle mousse comme du savon. Les foulonniers l’utilisent car elle a la propriété d’absorber les corps gras.

54 BnF, fonds des Bénédictins, vol. 166, mémoires et documents sur l’agriculture, l’industrie, le commerce, les travaux publics et l’histoire naturelle du Languedoc, fo 89.

55 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siècle.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Arch. dép. Hérault, C, 2663 ; Réglementation concernant les étoffes qui se fabriquent à la manufacture de la Terrasse.

59 Ibid., fo 18.

60 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes…, supra cit., art. LXXI.

61 Arch. mun. Toulouse, Premier registre des arrêts en papier, fo 244 vo ; « Les gardes de Montesquieu-Volvestre disent qu’ils font des rases et des cadis qui se travaillent en conformité des règlements, mais se plaignent qu’à Roquefort, Mancioux, Saint-Martory et autres lieux de Gascogne, il s’est glissé certains abus dans les fabriques, en ce que les ouvriers se servent, pour les factures de leurs étoffes, de chaînes fausses qu’ils font teindre en fil au lieu qu’elles doivent l’estre en laine et mêlées au peigne ».

62 Ibid., « Les gardes de Sainte-Croix, Carbonne, Cazères se plaignent de la fausse chaîne qu’employent les fabricants du voisinage dans leurs ouvrages ».

63 Arch. dép. Hérault, C, 2544 ; Remarques de l’inspecteur Carget, 1751.

64 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo 98 ro.

65 Arch. nat., F12, 557 ; Rapport de Lauvergnat du 26 avril 1782.

66 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 18.

67 Ibid., fo 18.

68 D’après la réorganisation effectuée par Colbert qui s’impose à l’ensemble des teinturiers par les règlements de 1669.

69 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 5.

70 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 4 ; Dommages subis par Jean Marcassus à la Terrasse le 18 juin 1726.

71 Arch. nat., F12, 557 ; Rapport de Lauvergnat du 26 avril 1782.

72 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Liste des colorants employés dans les manufactures de l’arrondissement de Muret en 1789 et pour l’an IX.

73 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 8 ; L’opuntia est le nom scientifique de l’oponce, famille des cactacées : une variété, l’opuntia ficus indica, appelé communément nopal, est les figuier d’Inde ou de Barbarie. Les meilleures cochenilles pour servir à la teinture parasitent l’espèce opuntia coccinellifera – nopal à cochenille – originaire du Mexique.

74 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 8.

75 Ibid., Liste, quantité et prix des mordants employés dans les manufactures de l’arrondissement de Muret en 1789 et pour l’an IX.

76 Arch. nat., F12, 1331 ; Traitant des teintures autorisées et interdites.

77 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 7.

78 Arch. nat., F12, 557 ; Diverses pièces concernant l’inspection de Saint-Gaudens.

79 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fos 16 et 17.

80 BnF, mss. francais, no 8037 ; mémoire du Sieur Bertrand inspecteur des manufactures de Toulouse, fo 28 vo.

81 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siècle.

82 Ibid., « Les tondeurs lui donnent une coupe debout qu’ils font avec leurs forces ou de grands ciseaux en observant que les ciseaux ou coups de forces soient égaux ».

83 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 17.

84 Ibid., fo 18.

85 Arch. nat., F12, 1349 ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siècle.

86 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fo 20.

87 Ibid.

88 Ibid., fo 20 et 21.

89 Ibid., fo 21.

90 Duhamel du Monceau préconise de presser modérément et à froid les draps noirs et en écarlate. Il n’y a point d’inconvénient à presser à chaud les autres étoffes, mais sans « exite[r] une grande chaleur par le moyen des plaques de fer chaudes ». Enfin, Il ne faut jamais employer d’eau gommée : elle peut à la vérité donner du brillant aux draps ; mais cet éclat se détruit à la moindre humidité. » : Duhamel du Monceau, Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, Paris, Saillant & Nyon et Desaint, 1765, p. 127.

91 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; Mémoire concernant les manufactures du diocèse de Rieux, 1788.

92 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux, inspecteur des manufactures du département de Toulouse à Trudaine, 1er avril 1777.

93 Ibid., Lettre d’Antoine Vernus, marchand-fabricant à Montesquieu-Volvestre, 1780.

94 Ibid., État des manufactures du département de Toulouse, 1727.

95 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 39 ; Correspondance entre la marquise d’Hautpoul et Marcassus entrepreneur de la manufacture de la Terrasse, 1er octobre 1788.

96 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Mémoire de Thomassin, sous-préfet de l’arrondissement de Muret, an IX.

97 Arch. dép. Haute-Garonne, 3J9, pièce 39 ; Lettre de Thomassin directeur de la manufacture de la Terrasse à la marquise d’Hautpoul, 20 août 1768.

98 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines…, déjà cité, fos 21 et 22.

99 Chassagne S., « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les campagnes françaises au XIXe siècle : quelques réflexions à partir du textile », Aux origines de la révolution industrielle, Revue du Nord, no spécial, t. LXI, no 240, janvier-mars 1979, p. 37-45.

100 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764).

101 Cazals R., Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris-Toulouse, La Découverte-Maspero-Privat, 1983, p. 72-73.

102 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchandsfabricants, op. cit., p. 141.

103 Arch. nat., F12, 556 ; Généralité de Toulouse. Inspection des manufactures. Rapport de l’inspecteur Delagenières, 1723 et 1724.

104 Ibid., État des manufactures de draps et autres étoffes du Languedoc au département de Montpellier, 1726-1727.

105 Marres P., « Le Lodévois », Annales de géographie, t. 34, no 187, 1925, p. 41.

106 Ibid., p. 133-134.

107 Ibid., p. 107-108.

108 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 58-59.

109 Diffre S., Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, Gignac, Bibliothèque 42, 1997.

110 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 6 ; Achat des laines en Volvestre, fin XVIIIe et début XIXe siècle.

111 Chevalier M., La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., 1956.

112 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Commerce de Montesquieu-Volvestre, 1787, fo 1 ro.

113 À part Boué, le plus important marchand-fabricant de petites étoffes, possédant le moulin-foulon de Goueytes, aucun autre marchand-fabricant montesquivien ne détient ce type d’immobilisation. Heuillet et Charpentier à Sainte-Croix détiennent aussi un foulon mécanique.

114 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo 95 ro ; arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questions concernant le commerce de Montesquieu-Volvestre et leurs réponses, 1787, fo 17.

115 On est là dans le modèle trapézoïdal décrit par Serge Chassagne où le contrôle est exercé par des marchands extérieurs à la région, cf. Chassagne S., « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les campagnes françaises au XIXe siècle : quelques réflexions à partir du textile », loc. cit., p. 45-47.

116 Nous empruntons ici la terminologie de Line Teisseyre-Sallmann pour qualifier des marchands qui interviennent dans la sphère productive, même si cette dénomination n’est jamais explicitement employée dans notre zone d’étude à la différence du cas nîmois qui est clairement défini par des statuts ; mais il est vrai que l’on est ici dans le cadre urbain beaucoup plus organisé et contrôlé, cf. Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, op. cit., p. 272 sq.

117 Dans les manufactures de la région de Saint-Gaudens le terme n’est jamais employé. Cela ne signifie pas pour autant l’inexistence de marchands-fabricants. Dans le diocèse de Rieux où la fabrique était dans leurs mains dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le terme n’apparaît pas non plus, cf. Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 57-58. En fait, la terminologie variait considérablement d’une région à l’autre, d’un document à l’autre, sans règle bien précise et « selon l’humeur du scripteur » pour reprendre la formule de Claude Marquié constatant la grande variété des dénominations des marchands-fabricants carcassonnais, cf. Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 176.

118 Le modèle est bien connu et l’exemple du Gévaudan en donne une bonne illustration pour le Languedoc, cf. Boyer G., La cadisserie gévaudanaise, Mende, Service éducatif des archives de la Lozère, s. d.

119 Arch. nat., F12, 556 ; État des manufactures d’étoffes et ouvrages de laine […] du comté de Foix, 1716.

120 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. (inspecteur des manufactures du Gévaudan), s. d. (1767).

121 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. n., s. d.

122 Arch. nat., F12, 556 ; État des manufactures de draps et autres étoffes du Languedoc au département de Montpellier, 1726-1727.

123 Arch. nat., F12, 556 ; Enquête sur la généralité d’Auch concernant les fabriques de cadis, rases et burats dans les environs de Saint-Gaudens en 1716.

124 Arch. nat., F12, 1378 ; Journal du sieur Lauvergnat inspecteur des manufactures de la généralité d’Auch, 1782.

125 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. n., s. d.

126 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo 98 ro.

127 Ceci ne signifie pas qu’il n’existe pas de marchands-fabricants en Comminges ou Nébouzan contrôlant toute la filière et disposant d’une affaire dépassant le stade purement artisanal. En 1788, Ballainvilliers note ainsi la présence de deux fabricants semble-t-il plus importants à Mazères et Montsaunès, ibid., fo 98 ro.

128 Le nombre est même de 3,33 puisque pour le Comminges languedocien, essentiellement représenté par Valentine, Ballainvilliers donne « 60 chefs de fabriques » pour 200 métiers, cf. supra cit., fo 98 ro et bibl. mun. Carcassonne, mss. no 93, intendant Ballainvilliers, Mémoires sur le Languedoc divisé par diocèses et subdélégations, 1788, fo 29 ro.

129 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Nombre de métiers dans l’inspection de Saint-Gaudens en 1751.

130 Goubert P., 100 000 provinciaux au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1968, p. 320.

131 Deyon P., Amiens, capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1967, p. 229.

132 Molis R., « Le Comminges languedocien ou Petit Comminges à la fin de l’Ancien Régime : son état économique et social », loc. cit., p. 295, et Molis R., « Inspection des manufactures au départ de Saint-Gaudens et industries en Nébouzan », loc. cit., p. 400.

133 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 1735.

134 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. (inspecteur des manufactures du Gévaudan), s. d. (1767).

135 Dufaur M., L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 512-513 ; Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, Paris, éd. Cujas, 1974, p. 202.

136 En liaison avec de grandes fermes, de bonnes terres et une agriculture produisant des surplus commercialisés : Mendels F., « Des industries rurales à la proto-industrialisation : historique d’un changement de perspective », Annales ESC, 5, 1984, p. 990.

137 Arch. dép. Haute-Garonne (Archives départementales de la Haute-Garonne), C, 2027 ; Rôle de la capitation de 1695 du diocèse civil du Petit-Comminges.

138 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764).

139 Même si l’on sait aujourd’hui que ce constat ne peut plus être généralisable ; ce que Franklin Mendels avait présenté comme un postulat connaît en effet de nombreuses variantes et contre-exemples, cf. Kriedte P., Medick H. et Schlumbohm J., « Proto-industrialisation : bilan et perspectives. Démographie, structure sociale et industrie à domicile moderne », Proto-industrialisation. Recherches récentes et nouvelles perspectives, Genève, Droz, Centre d’histoire Economique Internationale de l’université de Genève, 1996, p. 48 sq. Voir aussi les mises au point dans Olgivie S. C. et Cerman C. (éd.), European Proto-Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press, 1996. On constatera cependant que des travaux récents montrent encore une corrélation entre pauvreté du sol, villages de petites propriétés paysannes et développement de l’industrie, même si les résultats doivent être observés en tendance, des exemples locaux venant infirmer le modèle général, cf. Gayot G., Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 165-167.

140 « Sans pouvoir être érigé en caractère absolu, le régime de la propriété et de l’exploitation foncière était cependant bien plus discriminant » : Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, éd. de l’EHESS, 1996, p. 90-92.

141 Comme dans le modèle liégeois où les acteurs de la proto-industrie exerçaient l’activité manufacturière à titre principal, les travaux agricoles n’apportant qu’un complément de revenu, cf. Leboutte R., Reconversions de la main-d’œuvre industrielle et transition démographique. Les bassins industriels en aval de Liège, XVIIe-XXe siècles, Liège-Paris, Bibliothèque de la facultés de lettres et philosophie de l’université de Liège-Les Belles-Lettres, 1988.

142 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. n., s. d.

143 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marque ordonnée par les lettres patentes de sa majesté du 5 mai 1779 et par arrêt de son conseil du 19 mars 1781 sur les petites étoffes de laine qui s’y fabriquent, s. n., s. d.

144 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur la fabrique des étoffes du pays de Gévaudan au diocèse de Mende et sur les marques auxquelles on veut assujettir ces sortes d’étoffes, s. n. (syndic du pays de Gévaudan), s. d. (1734).

145 Boyer G., La cadisserie gévaudanaise, op. cit.

146 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 1735.

147 Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, op. cit., p. 57.

148 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Statistiques pour l’inspection de Saint-Gaudens en 1751.

149 Moins de quatre pièces produites en 1751 dans le bureau de Valentine et deux pièces et demie dans celui de Saint-Martory. Les remarques des inspecteurs prouvent un sous-enregistrement de la production de Saint-Martory. En outre, on ne peut que douter de la faiblesse des données fournies pour Valentine lorsqu’on sait que sept ans plus tôt l’enquête pour la capitation donnait huit pièces par an pour le diocèse de Petit Comminges dont Valentine est le cœur, cf. arch. dép. Haute-Garonne, C, 1925 ; Enquête de 1744, supra cit.

150 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo 98 ro.

151 Arch. nat., F12, 557 ; Remarques de Lauvergnat, inspecteur du département de Saint-Gaudens, 26 avril 1782.

152 Bourrachot L., « Notes sur l’émigration commingeoise en Agenais », Revue de Comminges, 1970, p. 203.

153 Dont le rôle commercial semble se développer dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, cf. Hanne G., Le travail dans la ville. Toulouse et Saragosse, des Lumières à l’industrialisation. Étude comparée, Toulouse, CNRS-université de Toulouse II-Le Mirail, 2006.

154 Arch. nat., F12, 557 ; Remarques de Lauvergnat, inspecteur du département de Saint-Gaudens, 26 avril 1782. Mais il ne s’agit pas là ni d’une nouveauté, ni d’une spécificité locale. Dans le travail pionnier du groupe de Göttingen Jürgen Schlumbohm avait déjà souligné la supériorité des négociants en gros sur les Verleger et les marchands, cf. Kriedte P., Medick H. et Schlumbohm J., Industrialization before Industrialization, Cambridge-Paris, Cambridge University Press-Éd. de la MSH, 1981, p. 94-125.

155 Chassagne S., « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les campagnes françaises au XIXe siècle : quelques réflexions à partir du textile », loc. cit., p. 45-47.

156 BnF, mss. français, no 8037, Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provinces de France ; réponse du Sieur Bertrand inspecteur des manufactures de Toulouse à la lettre de Mgr Desmarets, Toulouse, le 30 octobre 1708, fo 47 ro et fo 48 et bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo 98 ro ; arch. dép. Haute-Garonne, 1L, 646, pièce 44 ; Tableau des marchands patentés sédentaires ou ambulants vendant en gros ou en détail…, canton de Saint-Gaudens, 23 pluviôse an VII ; Arch. nat., F12, 557 ; Remarques de Lauvergnat, inspecteur du département de Saint-Gaudens, 26 avril 1782.

157 Arch. nat., F12, 655B ; Montaran à Bruté, inspecteur des manufactures à Montauban, 6 décembre 1784.

158 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 1735.

159 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire concernant la nécessité d’un commis à Serverette pour la vérification des serges, s. n., s. d. (1757).

160 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marque ordonnée par les lettres patentes de sa majesté du 5 mai 1779 et par arrêt de son conseil du 19 mars 1781 sur les petites étoffes de laine qui s’y fabriquent, s. n., s. d.

161 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire concernant la nécessité d’un commis à Serverette pour la vérification des serges, s. n., s. d. (1757).

162 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marque ordonnée par les lettres patentes de sa majesté du 5 mai 1779 et par arrêt de son conseil du 19 mars 1781 sur les petites étoffes de laine qui s’y fabriquent, s. n., s. d.

163 Ce sont d’abord les marchands lyonnais qui profitent le plus de ce commerce : Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire [Désavantage des marchands lyonnais devant payer les frais de douanes de Valence et de Lyon], s. n., 1742.

164 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764).

165 « Titre des tiserans qui travailent pour les marchands », cf. arch. dép. Haute-Garonne, 2027 ; Rôle de la capitation de 1695 du diocèse civil du Petit-Comminges.

166 Arch. dép. Haute-Garonne, 1L, 646, pièce 44 ; Tableau des marchands patentés sédentaires ou ambulants vendant en gros ou en détail […], canton de Saint-Gaudens, 23 pluviôse an VII.

167 Arch. nat., F12, 1378 ; Mémoire de Lauvergnat de 1786 déjà cité. On ne considèrera toutefois ces chiffres qu’avec quelques précautions en ne les retenant que comme ordre de grandeur à titre comparatif d’un centre de négoce à l’autre. En effet, si Jean-Pierre Poussou juge Lauvergnat comme un « excellent inspecteur », il convient cependant de rappeler, à la suite de Philippe Minard, qu’il est jugé par les bureaux parisiens comme assignant « une valeur idéale au total des étoffes […] et la confond ensuite avec celle du commerce général de chaque endroit ». Cf. Poussou J.-P., « Un grand pays industriel : la France d’autrefois », Histoire de la France industrielle, op. cit., p. 23 et Minard P., La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 434, n. 60.

168 Arch. dép Haute-Garonne, 12M, 30 ; Statistiques industrielles et manufacturières, 1825-1827.

169 Cazals R., Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 72-78.

170 À l’image de ce qu’observe Claude Cailly dans le Perche Ornais : Cailly C., « Structure sociale et patrimoine du monde proto-industriel rural textile au XVIIIe siècle », Revue historique, 1994, p. 443-477.

171 Dewerpe A., Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 35.

172 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, éd. du Seuil, 2002, p. 291.

173 Thomson J. K. J., Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian Cloth-Making Town, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

174 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 177.

175 Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, op. cit., p. 292-293.

176 Ibid., p. 292. Ce paragraphe s’appuie essentiellement sur les travaux de Jean Nicolas et les sources citées proviennent de ses travaux.

177 Appolis E., Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : le diocèse civil de Lodève. Étude administrative et économique, Albi, Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1951, p. 550 ; Thomson J. K. J., Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian Cloth-Making Town, op. cit., p. 349: Affaire du 27 avril 1730.

178 Arch. dép. Hérault, C 2409 ; Affaire du 24 décembre 1746.

179 Arch. dép. Hérault, C 2497 ; Affaire du 29 avril 1756.

180 Arch. dép. Hérault, C 6847 ; Affaire de septembre-octobre 1781.

181 Arch. dép. Hérault, C 2424 ; Affaire des 24 mars et 7 avril 1746.

182 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764) ; ibid., Mémoire d’Étienne Lafont, subdélégué, sur l’inspection du sieur Holker, 1764 ; Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 174-177.

183 Voir à ce sujet Minovez J.-M., « La laine et le drap dans les rapports entre les Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du XVIIe au début du XIXe siècle », Actes du II Congrés Internacional Història dels Pirineus, Gérone, du 11 au 14 novembre 1998, Centre Associat de Girona de la UniversidArch. dép. Nacional de Educación a Distancia (UNED) i Universitat de Girona (à paraître) et Minovez J.-M., « Les draperies du piémont des Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du XVIIe siècle au début du XIXe siècle », D’un versant à l’autre des Pyrénées, Actes du 51e congrès des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, 26, 27 et 28 juin 1998, Saint-Lizier, Société des amis de Saint-Lizier et du Couserans, 1999, p. 124-128.

184 Arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 10 octobre 1747.

185 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764.

186 La « laine nommée briston qui n’est autre qu’une bourre coupée sur les moutons à my saison et qui na acquis ny la longueur ny la force que luy procure une maturite parfaite », cf. arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 24 octobre 1748.

187 Ibid., pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 10 octobre 1747.

188 Ibid., pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 24 octobre 1748.

189 Arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 24 octobre 1748.

190 Ibid.

191 Ibid., pièce 30 ; Rapport de Fontanes, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 24 octobre 1748.

192 Mais ces fraudes sont loin d’être une spécificité locale comme le prouvent les mesures générales prises pour tenter de les limiter, cf. Arch. nat., F12, 1349 ; Circulaire de Desmarets, au sujet des abus qui se commettent dans la fabrique et l’apprêt des draps et autres étoffes de laine.

193 Ibid. ; Description des différentes étapes du foulage des draps, milieu XVIIIe siècle.

194 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 173-177.

195 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire de Montesquieu-Volvestre concernant son commerce, 1787, fo 1 vo, réponse 4.

196 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de l’inspecteur des manufactures du département de Toulouse Vauvoux adressée à Trudaine, 1er avril 1777.

197 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire de Montesquieu-Volvestre concernant son commerce, 1787, fo 3, réponse 11.

198 Arch. nat., F12, 1398 ; Lettre de l’inspecteur des manufactures du département de Toulouse Vauvoux adressée à Tolosan, 29 septembre 1779.

199 Arch. dép. Haute-Garonne, 2E, 1383 ; Lettre du sieur Joubert d’Epinay, sous-inspecteur des manufactures à Toulouse, février 1783.

200 Minovez J.-M., « L’État et les draperies dans les Pyrénées centrales au milieu du XVIIIe siècle », Annales du Midi, 2004, p. 177 et p. 189.

201 Minard P., La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, op. cit., p. 270-275.

202 Appolis E., Un pays languedocien au milieu du XVIIIe siècle : le diocèse civil de Lodève, op. cit., p. 539 ; arch. dép. Hérault, C, 2386 ; Affaire des 17 et 18 octobre 1727 (une affaire du même type a lieu en 1743 aussi Saint-Chély-d’Apcher : Arch. nat., E, 2148 ; Affaire du 17 octobre 1743) ; arch. dép. Hérault, C, 1308 ; Affaire du 20 novembre 1751, citées par Nicolas J., La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, op. cit., p. 334-335.

203 Charle C., Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, éd. du Seuil, 1991, p. 118-120. Noiriel G., Les ouvriers dans la société française, XIXe-XXe siècle, Paris, éd. du Seuil, 1986, p. 67-77.

204 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; citation de l’ordonnance de 1731 de Bernage, intendant de Languedoc, 1759.

205 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 1918 ; Procès-verbal de l’assiette diocésaine de Rieux, 1731.

206 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; « M. Marcassus qui obtint en 1731 une ordonnance de M. de Bernage, confirmé par un arrêt du Conseil du Roi du 19 octobre 1744 au moyen desquels on lui a formé un arrondissement pour ses manufactures royales. »

207 Arch. dép. Hérault, C, 2091 ; Long mémoire de Marcassus pour justifier la création d’un nouvel arrondissement pour les manufactures royales de la Terrasse et d’Auterive en 1759.

208 Ibid.

209 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; Lettre de Marcassus à l’intendant Saint-Priest, 1er juillet 1759.

210 Ibid., Lettre de l’intendant de Languedoc Saint-Priest à Marcassus, 8 août 1759.

211 Arch. dép. Hérault, C, 2092 ; Lettre de Marcassus à l’intendant, 16 janvier 1760.

212 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 152 ; Document annexe à la demande de Marcassus d’élargissement de l’arrondissement de ses manufactures du 1er juillet 1759.

213 Arch. dép. Hérault, C, 2425 ; Affaire du 22 novembre 1753.

214 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. (inspecteur des manufactures du Gévaudan), s. d. (1767).

215 Frêche G., Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, op. cit., p. 387-389 ; Dufaur A., L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., t. 2, p. 518-519.

216 Les Pyrénées centrales ne représentent pas une région de départs importants d’artisans aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles comme ont pu le montrer Abel Châtelain et Abel Poitrineau et plus récemment Alain Belmont, cf. Châtelain A., Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914, Lille, Publications de l’université de Lille III, 1976 ; Poitrineau A., Remues d’hommes, les migrations montagnardes en France (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Aubier-Montaine, 1983 ; Belmont A., « Les artisans itinérants dans les campagnes françaises sous l’Ancien Régime », M. Mousnier (éd.), L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, 19e Journées internationales d’histoire de l’Abbaye de Flaran, Toulouse, PUM, 2000, p. 315-333. À la marge, le Languedoc pouvait même recevoir des immigrants peigneurs et cardeurs du Dauphiné, mais il s’agissait là d’une main-d’œuvre essentiellement employée en Bas-Languedoc ou dans les manufactures dépendant de la zone d’influence carcassonnaise, cf. Belmont A., Des ateliers au village. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, Grenoble, PUG, 1998.

217 Nadal J. et Giralt E., La Population catalane de 1553 à 1717. L’immigration française et les autres facteurs de son développement, Paris, SEVPEN, 1960. Pour une approche plus récente et portant sur d’autres régions d’Espagne, voir l’ouvrage collectif : Les Français en Espagne à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Toulouse, Éd. du CNRS, 1990.

218 Gonzáles Enciso A., Estado e industria en el siglo XVIII : la fábrica de Guadalajara, Fundación Universitaria Española, Madrid, 1980 et arch. dép. Haute-Garonne, 3J, 9, pièce 11 ; Mémoire concernant le commerce des draps pour le Levant, s. d.

219 Amalric J.-P., « Les difficiles mutations : les Espagnols des rendez-vous manqués. Les élites : genèse, apogée et crise des Lumières », Bennassar B. (dir.), Histoire des Espagnols, Paris, A. Colin, 1985, t. 2, p. 96.

220 Arch. dép. Hérault, C, 2227 ; Nombreuses lettres se plaignant du départ d’ouvriers occupés à la grande draperie pour l’Espagne, 1784.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search