Versión clásicaVersión móvil

La puissance du Midi

 | 
Jean-Michel Minovez

Chapitre I : Ancrage territorial de techniques et de produits traditionnels

Texto completo

1La croissance de l’industrie lainière du Midi s’effectue dans des espaces inégalement organisés, centrés sur des places de fabrication et de négoce contrôlant des zones géographiques de dimension variable. Ils forment des aires de spécialisation productive faiblement structurées et des territoires dans lesquels les éléments constitutifs sont fortement organisés tout comme leur fonctionnement relatif aux flux et aux évolutions. Les critères les plus aisément décelables pour isoler ces systèmes touchent à l’existence nourrie des flux qui régissent les relations économiques dans un espace donné, à la nature spécifique des tissus qui y sont fabriqués et à la mobilisation particulière des techniques nécessaires à leur élaboration. La mise en lumière de ces facteurs permet de proposer une géographie hiérarchisée d’espaces de production emboîtés, organisée en aires, territoires et places de l’industrie.

2Les étoffes qui y sont fabriquées imposent une étude technique attentive tant la destinée des territoires est étroitement liée à la nature, qualité et finesse des tissus. Or l’historiographie reste particulièrement floue sur leur connaissance précise et les représentations que l’on a des produits sont largement erronées du fait de la surreprésentation que l’on attribue aux draps. Il faut donc replacer la production dans la totalité de son contexte constitué aussi de petites draperies, en fils cardés mais aussi peignés.

3Enfin, les enjeux de production sont étroitement liés aux approvisionnements en matières premières, en particulier de la laine. Après avoir resitué l’importance occupée par les ressources locales, il convient d’en montrer les limites et de développer le rôle capital tenu par les fibres espagnoles dans la fabrication de la grande et de la petite draperie.

Les espaces de la draperie

4Les aires, territoires et places de la draperie du Midi ne se structurent pas seulement au gré des relations économiques. Les institutions y trouvent toute leur place du fait de la politique réglementaire, des frontières, des douanes intérieures. Aussi, les aires de production et parfois même les territoires sont-ils souvent dépendants des généralités et des diocèses. La description des premiers peut alors s’appuyer en grande partie sur ces derniers.

  • 1 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)

5À l’époque moderne, les aires, territoires et places de la draperie du Midi se concentrent essentiellement en Languedoc ; la province, avec ses deux généralités de Toulouse et de Montpellier, produit à elle seule 85 % de la valeur des tissus de laine du Midi à l’ouest du Rhône. Les 15 % restants se partagent essentiellement entre les généralités de Montauban, d’Auch et Pau, celles de Perpignan et de Bordeaux ne représentant que bien peu de chose1. On se limitera, dès lors, à étudier, tout d’abord, les aires et territoires des généralités de Languedoc (Montpellier et Toulouse), ensuite ceux de la généralité de Montauban puis d’Auch et de Pau.

Les généralités de Languedoc et leurs marges

La grande draperie : les diocèses de Carcassonne, Lodève, Saint-Pons, Béziers, Saint-Papoul, Alet et Narbonne

  • 2 Indiquer les références qui ont permis d’établir la géographie des territoires de la laine consist (...)
  • 3 Saint-Ponais : pays du diocèse de Saint-Pons ; Bederrès : pays de Bédarrieux ; Lodévois : pays de (...)

6La grande draperie est largement dominée par un premier territoire2 formé par la région de Carcassonne – ou Carcassès – à laquelle on doit adjoindre le Cabardès qui relève d’un même ensemble économique et politique – le diocèse de Carcassonne. L’espace est dominé par la jurande de Carcassonne à laquelle il faut ajouter les jurandes de Montréal, de Conques-sur-Orbiel, de Montolieu, de Mas-Cabardès, et de Saissac. En outre, au sud-ouest de cet ensemble, on compte les jurandes de Limoux et de Chalabre. L’ensemble est complété par les cinq manufactures royales du diocèse de Carcassonne : Cuxac, Pennautier, Montolieu, Les Saptes – situées à Conques – et La Trivalle – à Carcassonne. Elles sont, avec les six autres manufactures royales, les seuls établissements du Midi à produire les plus belles qualités de draps pour le Levant avec les mahoux et les londrins premiers ; elles fabriquent toutefois surtout des londrins seconds puis des londres de diverses qualités, des nims et même des abouchouchous. L’aire de production de grande draperie se prolonge en direction de l’est, autour d’un second territoire formé du Biterrois, du Saint-Ponais, de la jurande de Bédarieux3 et du nord du Narbonnais, tous tournés vers les monts du Minervois où se concentre l’essentiel de l’activité textile avec notamment trois manufactures royales : deux à Saint-Chinian et une à Bize ainsi que les jurandes de Saint-Pons et de Saint-Chinian. L’aire est aussi riche de manufactures travaillant des draps pour l’intérieur comme à Saint-Martin, Olargues, Mons, Riols, Premian, Labastide, ou encore dans les hautes vallées de Lacaune ou de La Salvetat. Un troisième territoire s’organise autour de quelques villes dans le Lodévois ; la grande draperie pour le Levant est essentiellement représentée par Clermont-de-Lodève à travers sa jurande et la manufacture royale de Villeneuvette, alors qu’autour de Lodève s’est développée une aire de production qui va en se spécialisant toujours plus dans la fabrication de draps de troupe. Ces trois territoires forment l’essentiel de la grande draperie. Mais le succès a conduit à un essaimage de la production pour le Levant en direction du Rouergue voisin mais aussi plus loin, toujours pour le Levant, vers le Vivarais – où une douzième manufacture royale de Languedoc a vu le jour à Aubenas – et même jusqu’en Auvergne où Brioude a tissé aussi des londrins seconds.

Carte 2. – L’espace d’étude.

Les diocèses de Rieux, Mirepoix, Alet, Couserans et le Pays de Foix

  • 4 Variété de droguet tissé entièrement en laine cardée tant en chaîne qu’en trame.
  • 5 Foix, Pamiers, Mazères et Saverdun.

7Cette expansion a été réalisée plus anciennement en Haut-Languedoc dans son extrémité occidentale essentiellement en Volvestre dans l’ancien diocèse de Rieux. La manufacture royale de La Terrasse, à Carbonne, est la première à réussir dans cette entreprise. Elle sera suivie d’une seconde, exploitée par le même entrepreneur et située à Auterive, dans le diocèse de Toulouse. Mais le Volvestre et sa périphérie sont d’abord spécialisés dans la production de petites draperies. En Languedoc, ce territoire représentait la troisième concentration la plus importante de cette activité après celle de l’ensemble formé par le Gévaudan, les Cévennes et le Vivarais d’une part, la région de Castres d’autre part. On y tisse d’abord des cadis, des rases et des burats, avant de se lancer dans les droguets façon d’Angleterre4. Le cœur de l’aire est représenté par Montesquieu-Volvestre. Sainte-Croix vient juste après, loin devant les centres secondaires de Carbonne, Cazères et Saint-Elix. En remontant les vallées du Volvestre, on aboutit à quelques centres faiblement dynamiques dans les principales villes du Pays de Foix et de ses marges5 ainsi qu’en Couserans, autour de Saint-Girons. Plus loin, en Pays d’Olmes, à la limite des bassins de la Garonne et de l’Aude, Lavelanet, Laroque et Mirepoix sont à la tête de petites manufactures. Toutes ne produisent que peu de tissus ; les étoffes grossières dominent, en particulier les cordelats.

Carte 3. – Les aires de spécialisation productive et les territoires de la laine du Midi au XVIIIe siècle.

  • 6 Correspondant essentiellement à l’ancien diocèse d’Alet.

8Le Pays d’Olmes est en contact avec le Razès à l’Est qui assure la jonction avec le territoire de Carcassonne. Le Razès6 est composé de Limoux, de Quillan et d’Espéraza, auxquelles on doit ajouter Chalabre qui, bien que située en pays toulousain, relève du même ensemble ; en effet, elle est, avec Limoux, la ville de cette aire qui produit des draps pour l’intérieur comme pour le Levant. De ce fait, la région se rattache plus à la structure productive de la région de Carcassonne et du Bas-Languedoc. Pays d’Olmes et Volvestre, quant à eux, sont plus proches, dans ce domaine, des manufactures du Gévaudan et surtout du Comminges – languedocien ou gascon – et des territoires textiles de la moitié occidentale des Pyrénées.

Le Gévaudan et les diocèses d’Alès, Uzès et Nîmes

9Si l’on se place du point de vue du nombre des métiers ainsi que de son rapport à la population locale, la principale aire de concentration de petites draperies se situait dans le diocèse de Mende, en Gévaudan, ainsi qu’à la base des Cévennes et dans les Garrigues, dans les diocèses d’Alès, d’Uzès et de Nîmes auxquels il faut ajouter le diocèse de Viviers correspondant au Vivarais. Le Gévaudan s’affirme cependant comme la région concentrant le plus grande activité de basses draperies du Midi de la France, essentiellement spécialisée dans la fabrication de cadis, de serges et d’escots. Il serait superfétatoire de citer l’ensemble des sites de production. On se contentera, dès lors, d’en avoir une approche globale autour des grands pôles de distribution. Le centre de la région est particulièrement actif autour de Mende ainsi qu’aux alentours de La Canourgue et de Marvejols. Le Nord est également très bien représenté à une hauteur sensiblement équivalente ; Saint-Chély d’Apcher et Serverette sont les centres dominants aux côtés du Malzieu et de Saugues. Coupée des deux ensembles précédemment évoqués, Langogne, à l’est du pays, était aussi au cœur d’un espace significatif de production.

Le diocèse de Castres : les territoires de Castres et de Mazamet

  • 7 Cotes utilisées pour la province de Languedoc, généralités de Toulouse et de Montpellier : BnF, ms (...)

10Au sud-ouest du Gévaudan se trouve la seconde aire la plus importante de production de petites étoffes du Midi centrée sur les territoires de Castres et de Mazamet. Castres a occupé longtemps la première place de l’industrie de l’aire par sa production de crépons et de bayettes, puis de cordelats et de sargues. Au XVIIIe siècle, Mazamet a progressivement émergé comme un centre au moins de même niveau que Castres. Essentiellement dans les vallées du Thoré, de l’Arnette et de l’Agout, se sont alors mis à battre de plus en plus de métiers produisant surtout des cordelats puis des molletons parmi lesquels on comptait une quantité croissante de cordelats de qualité dits « mazamets » dans les bourgs de Brassac, Cambounès, Boissezon, Labruguière, Pont-de-l’Arn, Aiguefonde, Aussillon, Massaguel, Dourgne, Saint-Amans et Labastide. Situé en périphérie de cette aire, l’Albigeois peut s’y rattacher dans la mesure où il passa sous la dépendance de Castres-Mazamet. Il produisait surtout des ratines autour d’Albi, Réalmont, Lafenasse et les environs7.

La généralité de Montauban : les territoires du Quercy et du Rouergue

11Après les généralités de Toulouse et de Montpellier en Languedoc, la seconde région textile la plus importante se situe dans la généralité de Montauban. Cette dernière se divise grossièrement en deux ensembles : l’un est fortement polarisé autour de sa ville capitale, le second est essentiellement représenté par le nord du Rouergue. Ils sont complétés par le groupe des fabriques du sud du Rouergue et par une série de centres isolés.

  • 8 Cotes utilisées pour la généralité de Montauban : BnF, mss. français, no 8037 ; Arch. nat., G7, 16 (...)

12Montauban en constitue le principal de la généralité ; son aire de production s’étend aux villes et bourgs des environs, en particulier à Nègrepelisse et Réalville et produit surtout des cadis et des draps. Le second centre est situé à Saint-Geniez. De par son positionnement géographique, il se rattache à l’ensemble des manufactures du Gévaudan ne serait-ce que par l’influence que peuvent exercer ses marchands dans la diffusion des produits languedociens voisins. Le troisième ensemble est composé du Camarès – autour de Pont-de-Camarès – de Saint-Affrique – et de ses alentours – ainsi que de Saint-Félix et Cornus. Situé au sud du Rouergue, il se rattache au Languedoc du fait de l’influence exercée par Lodève pour la fabrication des draps de troupe et les places tournées vers le Levant pour les londrins. On dénombre ensuite une série de centres moins importants de production plus ou moins isolés ; en Rouergue : Rodez, Villefranche, Espalion et Beaumont-de-Rouergue ; en Quercy : Moissac, Caussade, Cahors et Figeac. Tous produisent d’abord le plus souvent des cadis, mais aussi des cordelats, des rases, des serges et des draps8.

Illustration 1. – Le territoire de la fabrique de Saint-Geniez.

Les généralités d’Auch et de Pau

  • 9 Regroupé en une intendance unique en 1716 à partir des généralités de Bordeaux et de Montauban, l’ (...)
  • 10 Les noms de lieux sont ceux cités dans les sources – en particulier les règlements – et ne corresp (...)

13La dernière zone de production se situe dans les généralités d’Auch et de Pau9. Les principaux territoires de basses draperies sont au pied des Pyrénées, principalement en Béarn et en Comminges. On peut considérer que ces territoires s’intègrent dans des bassins plus larges se définissant par des familles de produits, des approvisionnements en matières premières similaires, une même nature de débouchés. Ainsi, on pourrait regrouper dans une même aire, centrée sur le Béarn, le Labourd, la Basse-Navarre, la Soule, le Marsan, le Lavedan et la Bigorre. De la même manière, il est possible de traiter dans un même ensemble, axé sur Saint-Gaudens en Nébouzan, le Comminges gascon, le Comminges languedocien et la vallée d’Aure dans les Quatre-Vallées10.

Le Béarn et ses alentours

  • 11 Avec les lieux de production de Gurmençon, Ledeuix, Estos, Escou, Précilhon, Goüés, Agnos, Lées-At (...)
  • 12 Avec Moumour, Orin, Geoux, Géronce, Saint-Goüen, Arren, Préchacq-Josbaig, Gurs, Sure.

14Dans la première aire, le Béarn, principal territoire, est structuré autour d’Oloron11 de Sainte-Marie12, de Pontacq et des lieux alentours. La fabrication se concentre sur des produits de basse qualité, surtout des cadis forts, des cordelats fins, des cadis et des cordelats moyens. Pontacq produit en outre des cordelats communs blancs et mêlés ainsi que des capas blancs, gris et noirs de la première qualité, des capas blancs, gris, bruns et noirs de la seconde qualité.

  • 13 Avec Mirepeix, Claracq, Coarraze, Baudreix, Bourdettes, Arros, Bruges et Rébénacq.

15Un second territoire est organisé autour de Nay13. Les rases, les cadis teints ou en couleurs mêlées, les cordelats en blanc et teints sont présents pratiquement partout comme les aunes noires de la première et de la seconde qualité et les aunes blanches, grises et brunes. Bruges développe aussi une production spécifique d’aunetes, de cadis étroits simples et cadis demi larges alors que Bourdettes est plus spécialisée dans les coûts ou capas comme Rébénacq.

  • 14 Avec Hasparren, Ayherre et les environs.

16Il est nécessaire aussi de citer les centres secondaires de Pau et de Gan avec les mêmes types de fabrication et encore Orthez avec ses flanelles larges de la première qualité et les étroites de la seconde. Hors du Béarn et relevant de la même zone d’influence, il faut ajouter Mont-de-Marsan spécialisé dans les aunes et les droguets en lin et laine, le Pays de Labourd14, la Soule et la Basse-Navarre aux produits de basse facture représentés par les coutas ou capas bruns ou beiges et les droguets en laine.

Carte 4. – Le territoire d’Oloron et de Sainte-Marie en 1727 (nombre de métiers).

Carte 5. – Le territoire d’Oloron et de Sainte-Marie en 1727 (nombre d’ouvriers).

La Bigorre et le Lavedan

  • 15 Avec Saint-Pé, Trescroute, Peyrouse, Batsère, Bénac, Joncalas, Adé, Vidalos, Argelès, Vieusac, Ger (...)
  • 16 Avec Barèges, Vialanare, Sers, Viscos, Salos, Gurst, Viey, Saligos, Chèze, Esquièze-Sère, Sassis, (...)
  • 17 Avec Campan, Asté, Beaudéan, Gerde, Pouzac, Trébons, Ourdis-Cotdoussan, Labassère, Lies.
  • 18 Cotes utilisées pour les généralités d’Auch et de Pau : BnF, mss. français, no 8037 ; Arch. nat., (...)

17Enfin, l’aire se termine par la partie montagneuse et orientale du bassin de l’Adour, avec trois territoires en Bigorre et Lavedan. Les plus petits se situent, autour de Lourdes15 et de Luz16. Le plus important est organisé autour de Bagnères17. La production y est assez diverse et va des produits fins – crépons ou sacs et rases « du seigneur », doubles croisées, blanches ou mêlées – aux médiocres pinchinats ou reverses rayées. Elle est toutefois dominée par des cadis plutôt fins, des cadis en blanc destinés à fabriquer des capuchons et des jupes, des cordelats, des burats étaminés blancs ou mêlés, des rases ordinaires blanches ou mêlées, des serges croisés ou des rases fines pour faire des doublures18.

Le Comminges, ses alentours et le reste de la généralité d’Auch

  • 19 Et des lieux de production de Landorthe, Estancarbon, Saint-Ignan, Labarthe-Inard, Montespan, Poin (...)
  • 20 Avec Labarthe-de-Rivière, Pointis-de-Rivière, Sauveterre, Huos, Cier et Ardiège.
  • 21 Avec Bordes, Clarac, Taillebourg et Ausson.
  • 22 Avec Cassagne, Roquefort, Salies, Mancioux, Bouras, Treches, Laffite, Lestelle.

18La deuxième aire se situe dans les Pyrénées centrales et leur piémont. Cependant le lanéfice du Comminges, du Nébouzan et des Quatre-Vallées ne forme pas pour autant un ensemble homogène. Le territoire centré sur Saint-Gaudens, Miramont et Valentine est le plus important. Il est formé des bureaux de Saint-Gaudens19, de Valentine20 et de Villeneuve21. L’homogénéité du territoire s’affirme à travers le rôle de place commerciale joué par Saint-Gaudens et par une certaine unité de la production centrée sur les cadis simples ou étroits appelés petits cadis, les cadis demi larges, les grands, les larges, les drapés forts, puis par les rases drapées, les larges, les communes, puis les burats petits, doubles, demis, communs, rayés et quelques droguets en lin et laine. Le bureau de Saint-Martory peut être rattaché à ce territoire22 car il produit les mêmes qualités de petites draperies. Mais il développe aussi une fabrication de cadis drapés fins ainsi que des droguets façon d’Angleterre montrant l’influence exercée par les marchés et les structures productives languedociennes voisines.

Carte 6. – Le territoire des Quatre-Vallées vers 1750.

  • 23 Avec les lieux de production de Sarrancolin, Hilles, Jezeau, Cadéac, Pailhiac.
  • 24 Avec Grézian et Guchen.

19En revanche, les Quatre-Vallées, notamment la vallée d’Aure sous l’autorité du bureau d’Arreau23, puis d’Ancizan24, sont restées fidèles à une production dominée par des cordelats alors que le Comminges s’est spécialisé de plus en plus dans les cadis. La fabrication porte surtout sur les cordelats communs et des produits plus élaborés appelés fleurets dont les plus fins sont les cordelats burets très proches en qualité des cordelats en blanc. Aussi, le territoire de la vallée d’Aure semble former une entité autonome par rapport au Comminges et au Nébouzan.

Carte 7. – Le territoire du Comminges et du Nébouzan vers 1750.

  • 25 Mais Lauvergnat nous indique que beaucoup ne travaillent pas pour le marché (Poussou J.-P., « Un g (...)
  • 26 BnF, mss. français, no 8037; Arch. nat., G7, 1685; Arch. nat., F12, 556, 1344, 1345, 1378; arch. d (...)

20Le reste de la généralité d’Auch ne possède pas d’autres territoires industriels hormis peut-être autour de la ville capitale. On trouve ensuite un grand nombre de lieux de production éclatés comme à Ordan, Pessan, Boucagnères, Pavie, Roquetaillade, Lussan, Lahitte, Aubiert, Laboubée, Nougaroulet, Montaut, Coignax, Tourrens, Tourrenquets, Casteljaloux, Roquelaure, Castillon-Massas, Peyrusse-Massas, Jegun, Castin, Barran, Saint-Lary, Castelnau-Barbarens, l’Isle-de-Noé, Lavardens et Saint-Sauvi. Mais la fabrication y est faible et une bonne partie n’est pas destinée aux marchés extérieurs25. La production y est dominée par des rases blanches et mêlées, des cadis mêlés dits de paysan et des burats blancs et rayés26.

Les tissus du Midi

  • 27 Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, École (...)
  • 28 Garden M., Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.
  • 29 Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, éd. Bière, 1961 et(...)
  • 30 Arch. dép. Gers, C, 29 et C, 30 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’in (...)

21Dans l’ensemble des territoires textiles du Midi, la production est très largement dominée par le tissage de la laine. Il n’y a guère que dans la partie orientale où celui de la soie lui dispute la suprématie et l’emporte même dans les zones sous influence de Nîmes27 et de Lyon28. Dans la partie occidentale des Pyrénées, en Béarn notamment, la concurrence est aussi le fait de la production toilière pour le marché29. Ailleurs, cette dernière reste le plus souvent limitée à une fabrication locale, comme en Gascogne, où on ne trouve plus que peu de débouchés extérieurs, comme en Couserans30. Quelques manufactures des territoires de la laine produisent toutefois un petit nombre de pièces en étoffes mélangées ; ainsi on recense des futaines en chaîne peignée en chanvre ou lin et trame en coton cardé, peu de molletons en chaîne et trame cardées, des flanelles étroites et larges en chaîne de lin et trame de laine cardée et des droguets chaîne en lin et trame en laine cardée. Mais tout cela ne représente qu’un nombre très limité de genres à la production marginale.

22L’immense part provient donc des tissus fabriqués entièrement en laine que l’on peut regrouper en trois grandes catégories et non en deux, comme il est fait le plus souvent, soit parce que l’on oppose d’une manière trop stricte le cardé au peigné, soit en raison d’une catégorisation entre tissus foulés et non foulés. Or, il existe des étoffes peignées, rases et sèches, non foulées, des étoffes sur étaim légèrement foulées qui combinent chaîne peignée et trame cardée et, enfin, les draps, tout en laine cardée et foulés.

Carte 8. – Les zones de répartition des tissus du Midi au XVIIIe siècle par grands types.

La domination de trois familles de produits

23À la lecture de Duhamel du Monceau et de Roland de la Platière, on finit, en effet, par opposer d’une manière trop stricte le cycle du peigné aboutissant à la fabrication d’étoffes rases et sèches, au cycle cardé aux tissus foulés. On néglige ainsi une troisième catégorie : les étoffes combinées.

Dépasser l’opposition cardé-peigné

  • 31 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckou (...)
  • 32 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 262.

24Roland de la Platière constitue ses catégories par rapport au passage de la laine à la carde ou au peigne et du drap au foulon pour obtenir une forme drapée. Il obtient ainsi deux ensembles seulement : la « grosse draperie » et la « petite draperie ». Cette dernière ne prête à aucune confusion possible puisqu’elle comprend « toutes les étoffes rases et sèches, unies ou croisées, celles dont la laine qui les compose a toute été soumise à l’opération du peigne ; celles enfin qui, sujettes ou non à passer au foulon, conservent à très-peu-près la largeur qu’elles ont sur le métier, ou du moins qui ne drapent point, quelque réduction qu’il résulte de cette opération : circonstances qui, ainsi que dans la première partie, concourent toutes à établir la nomenclature, et à former la série de la seconde division ». Plus complexe est le regroupement qu’il opère pour la grosse draperie qui englobe « toutes les étoffes drapées, superfines, fines, ordinaires, communes ou grossières de quelque quantité de trame qu’elles soient composées, de quelque longueur ou largeur qu’elles soient, toutes celles enfin dont la matière, en tout ou même partie, est soumise à l’opération de la carde ; celles qui, fabriquées sur telle largeur, sont ou doivent être ensuite, par l’opération du foulon, réduites à une largeur beaucoup moindre : circonstances qui concourent toutes à la nombreuse subdivision de cette première partie ». Ici, Roland de la Platière regroupe l’ensemble des draps cardés mais aussi les étoffes combinées, puisqu’il admet dans cette catégorie les tissus qui n’ont subi que pour partie les opérations de la carde. Ce qui prime pour lui dans la constitution de sa typologie n’est pas l’opposition cardé-peigné mais étoffes foulées et étoffes non foulées31. Les étoffes combinées foulées, même légèrement, sont incluses dans la « grosse draperie » ; il les oppose en cela aux tissus peignés qui ne sont pas foulés. Les étoffes combinées restent cependant négligées dans les descriptions de la « grosse draperie » qui valorisent essentiellement les draps cardés32.

  • 33 Duhamel du Monceau, Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, Paris, (...)

25Les étoffes combinées sont tout aussi négligées par Duhamel du Monceau qui, dans sa « digression sur la différence qu’il y a entre une laine peignée et une laine cardée », oppose deux objets distincts : les tissus peignés qui regardent « les sergetteries » et les draperies en laine cardée. Ces dernières, « dont le principal mérite consiste dans UN feutre bien lié et qui puisse être perfectionné par les derniers apprêts, sans découvrir la corde. Pour avoir ce feutre, il faut que la laine soit un peu brisée, à quoi la carde est plus propre que le peigne, parce que les dents en sont plus serrées et en bien plus grand nombre. Ce léger brisage multiplie les poils de la laine, rend les fils plus hérissés et plus velus, et par conséquent plus disposés à se lier et à se condenser les uns avec les autres par l’opération du foulon. » Les draps s’opposent aux étoffes à deux étaims dont le « mérite […] consiste à montrer une belle corde et bien unie ». Toutefois, Duhamel du Monceau note qu’il existe aussi des « petites étoffes qui ne doivent pas montrer la corde, et qui cependant doivent être légères, telles que les Marocs, Dauphines et autres : la chaîne de celles-ci est de laine peignée, et la trame de laine cardée et filée au grand tour33 ».

Une permanence de structures héritées du Moyen Âge

  • 34 Cardon D., « Permanences et ruptures technologiques du Xe AU XVIIIe siècle », L’industrie de la la (...)

26Les étoffes combinées apparaissent donc comme des objets marginaux aussi bien pour Roland de la Platière que pour Duhamel du Monceau. Ainsi, Dominique Cardon souligne qu’au « XVIIIe siècle, et même avant, dès les premiers règlements suscités par Colbert pour la draperie languedocienne, [la tentation est de ne plus concevoir] désormais un drap que comme un tissu en laine cardée et filée à la roue, pour la chaîne comme pour la trame, puis tissé au point de toile. Des draps classiques à chaîne peignée et trame cardée du Moyen Âge, ne perpétuent plus dès lors le souvenir que quelques produits des montages languedociennes : cadis et rases, impériales et sempiternes, pessots, finettes et flanelles, certaines ratines34 ».

  • 35 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, mis en œuvre et publi (...)

27En réalité, la deuxième moitié de l’époque moderne voit perdurer dans la basse draperie une majorité de tissus combinant chaîne peignée et trame cardée dans laquelle le foulage trouvait sa place. À la différence de Duhamel du Monceau et de Roland de la Platière, le chevalier de Jaucourt, bien que considérant le drap comme un objet fait tout de laine cardée, situe au même niveau trois grandes catégories de draperies et non deux seulement : « Le drap est fabriqué d’une chaîne et d’une trame qui ont été également cardées, quoique de la plus longue et de la plus haute laine ; au lieu que la belle étamine est faite d’étaim sur étaim, c’est-à-dire d’une chaîne et d’une trame également lisses, l’une et l’autre également serrées, et d’une fine et longue laine qui a passé par le peigne pour être mieux torse et rendue plus luisante. » Cette étoffe « à deux étaims », « dont la trame n’est point velue », diffère de « l’étoffe sur étaim, celle dont la chaîne est de laine peignée, et la trame ou fourniture, ou enflure de fil lâche, ou de laine cardée35 ».

Étoffes peignées et combinées

Les étoffes combinées ou étoffes sur étaim

  • 36 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, éd. du CNRS, (...)
  • 37 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire d’Étienne Lafont, subdélégué, sur l’inspection du sieur Holke (...)

28Les basses étoffes sur étaim sont les héritières des draps de paumelle du Moyen Âge. Le terme de paumelle vient rappeler celui des laines les moins longues restées prisonnières du peigne à l’issue du peignage des longues fibres que l’on souhaite les plus fines possibles, en particulier pour la confection de la chaîne. L’apparition de ces draps en Languedoc s’explique par la mise à profit de la grande quantité de ces fibres trop courtes impropres au tissage des draps « classiques » du Moyen Âge tout de laine peignée. La paumelle reste toutefois plutôt de type peigné. C’est au cours du XIIIe siècle probablement, qu’au lieu d’être simplement filée au fuseau en torsion inverse de la chaîne, on a commencé à la carder soigneusement puis à la filer à la roue pour obtenir le fil de trame tel qu’il est toujours conçu à l’époque moderne36. Le fait de carder le peignon permet d’éliminer une grande partie des bouchons dont la laine est chargée37 ; il donne aussi un aspect poilu et vaporeux aux fibres, permettant de fabriquer une meilleure étoffe que le drap de paumelle.

29Au XVIIIe siècle, les « bouts de peigne » entraînent toujours le développement d’une fabrication de cordelats de qualité inférieure, par exemple en vallée d’Aure. Tout le Midi utilise aussi les fibres trop courtes issues du peignage, impropres à la confection de l’étaim, qui sont cardées et forment les peignons. Avec les laines naturellement propres à être cardées, l’ensemble entre dans la fabrication d’un nombre très important d’étoffes sur étaim qui restent, contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’essentiel des genres de tissus produits dans les zones montagneuses du Midi mais aussi dans tout le piémont et les plaines de Gascogne, de Guyenne, de Béarn, du Quercy, du Rouergue, du Gévaudan et des Cévennes.

  • 38 Comme les croisés doubles brochés, les croisés drapés ordinaires, fins et superfins
  • 39 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)

30Les étoffes sur étaim concernent les draps de Montauban de grande largeur, possédant plus de 3 000 fils de chaîne38, les cordelats de Montauban, de Nay, d’Oloron, de Sainte-Marie, de Pontac, de Bagnères et de la Bigorre, les cadis larges ou étroits, ordinaires ou fins, teints en laine, en fil ou en drap, de Montauban, les cadis simples ou étroits appelés petits cadis, les cadis demi-larges, les grands, les larges, les drapés forts, les teints en laine et en couleur mêlée du Comminges, de Saint-Affrique, de Rodez, de Castres, de La Bruguière, de Nay, d’Oloron, de Sainte-Marie, de Pontac, de Bagnères et de la Bigorre, d’Auch et de la Gascogne, du Gévaudan, des diocèses d’Alès, d’Uzès et de Nîmes. Il y a encore les bayettes larges et fortes de Montauban, d’Auch et de Pau, les ratines fines façon d’Angleterre, les ratines ordinaires, les drapés forts, fins et superfins de Cahors, les rases drapées de Rodez et de Rébénacq, les rases de Nay, les impériales et les sempiternes de Saint-Geniez, d’Auch et Pau, les Pinchinats ou reverses de Bagnères et de la Bigorre, etc.39.

Les étoffes rases et sèches ou étoffes d’étaim sur étaim

  • 40 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 261.

31La réussite des draps cardés au Moyen Âge entraîne la disparition de la grande draperie peignée qui, passée la phase de sclérose, est totalement remplacée par les nouveaux produits. Toutefois, le peignage des fibres longues n’est pas abandonné pour autant ; on a vu qu’il se maintenait ne serait-ce que pour l’obtention de la chaîne des étoffes sur étaim ; il perdure aussi dans le cadre d’une industrie de tissus à grain apparent appelés alors étoffes rases et sèches qui ne sont pas, la plupart du temps, foulées – ou très légèrement – et ne sont non plus, ni lainées, ni tondues40.

  • 41 Posthumus N.-W., De geschiedenis van de leidsche lakenindustrie, II. De nieuwe tijd (zestiende tot (...)
  • 42 Deyon P., Amiens, capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris-La Hay (...)
  • 43 Goubert P., Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la Fran (...)
  • 44 Stephens W. R., Seventeenth Century Exeter, Exeter, University of Exeter, 1958; Mac Caffrey W. T.,(...)
  • 45 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 259.

32Ces tissus forment la base de la sayetterie qui fit la fortune des Pays-Bas41, de la Picardie42 du Beauvaisis43 ou de l’Angleterre44 aux XVIe et XVIIe siècles. Pour autant il ne s’agit pas d’une survivance de produits médiévaux ; à la différence de la grande draperie médiévale classique peignée dont la chaîne subissait une torsion dans le sens horaire et la trame dans le sens antihoraire, les étoffes rases et sèches connaissaient une torsion horaire tant pour la chaîne que pour la trame45. Alors que le drap classique était adapté au foulage, pouvant donner une impression de tissu à la surface unie grâce à l’inversion de torsion des fils de chaîne et de trame, les étoffes rases et sèches, équivalentes au worsted anglais, ayant le même sens de torsion en trame et en chaîne, laissaient paraître le grain du tissu.

  • 46 Lire chalon.
  • 47 Voir l’ensemble des sources réglementaires à ce sujet.

33Ces genres occupent une place essentielle en Gévaudan avec les serges et les escots et sont très présents dans les diocèses d’Alès, d’Uzès et de Nîmes. Il en est de même à Bagnères et généralement en Bigorre où les rases ordinaires et « du seigneur » et les rases fines ou serges croisées, les crépons et les burats étaminés dominent largement. Les étoffes rases et sèches sont les genres les plus nombreux en Comminges avec les rases drapées, les larges, les communes, puis les burats petits, doubles, demis, communs, rayés, mais n’occupent qu’une place minoritaire par rapport aux étoffes sur étaim en terme de production. C’est aussi le cas des rases ou des serges façon de Gênes à trois marches de Montauban, des serges façon de Mende de Saint-Geniez, des burats blancs d’Auch, des serges appelées « cholonne46 » d’Auch et de Pau47.

Grande et petite draperies cardées

  • 48 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 184-200 (...)

34Si les étoffes rases et sèches et celles sur étaim sont les plus répandues dans le Midi, elles sont, malgré tout, très fortement concurrencées dans certains territoires par la draperie cardée. L’origine du processus est à rechercher encore au Moyen Âge lorsque la révolution du cardage a permis l’émergence d’un nouveau type de drap ou « drap de trame » en chaîne et trame cardée provoquant la substitution du cardé au peigné dans la grande draperie48. Le Bas-Languedoc, essentiellement, se spécialise alors dans la fabrication du drap cardé équivalent du woollen et dans le petit drap, héritier du kersey anglais. Le Haut-Languedoc principalement autour de trois territoires : le Volvestre et les territoires de production de Castres et de Mazamet, se spécialise au XVIIIe siècle dans ce genre de fabrication, en particulier dans le petit drap. Hors du Languedoc, on ne trouve guère que la vallée d’Aure pour faire de même. Mais c’est dans les diocèses de Carcassonne, de Saint-Pons, de Béziers et de Lodève, et dans une moindre mesure dans ceux de Narbonne ou d’Alet, que cette production se développe grâce notamment à l’essor de la grande draperie portée par l’appel des marchés orientaux, du Levant en particulier. Cela donne naissance alors à une production spécifique.

  • 49 Belhoste J.-F., « Naissance de l’industrie du drap fin en France à l’âge classique », La manufactu (...)
  • 50 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 263-264.

35Les plus belles qualités de draps sont représentées par les mahoux et les londrins premiers. Il s’agit de « draps très fins » dont la qualité est injustement sous-évaluée. Cela tient au fait que l’on dissocie toujours la grande draperie fine49 destinée aux marchés de l’Europe et des Amériques de celle du Levant. Ainsi, un classement de valeur émerge situant tout en haut les productions des Gobelins, suivies de celles de Sedan, d’Abbeville, de Louviers, d’Elbeuf, de Rouen et de Darnétal50. Les mahoux et les londrins premiers sont traités à part avec les autres draps pour le Levant. L’ensemble est dominé en volume par les londrins seconds.

  • 51 Arch. dép. Aude, 9 C, 22 ; Règlement des manufactures. Extrait des registres du Conseil d’État, 22 (...)

36Les mahoux sont tissés en refin Villecastin, refin Ségovie ou refleurette Ségovie. La première qualité bénéficie des meilleures laines et des fils les plus fins. Les londrins premiers sont tissés avec des laines de Ségovie de qualité légèrement inférieure mais le titrage de leurs fils est supérieur à celui des mahoux seconds. Ces trois produits diffèrent sensiblement du suivant, le londrin second, tissé avec un fil plus gros à base de laine de Soria. Viennent ensuite des productions aux fils plus gros et aux laines de qualité moindre de Languedoc, de Gandie, d’Albarracín, du Roussillon voire du Bas-Dauphiné. Les meilleurs sont des vingt-quatrains : les nims d’abord, puis les londres larges. Viennent ensuite les londres vingt-deuxains et les londres ordinaires dix-huitains. La qualité inférieure est représentée par les draps seizains dont les abouchouchous sont la qualité la plus basse. Tous ces draps sont foulés, feutrés, et leur attrait réside dans la beauté des apprêts et des couleurs éclatantes qui varient toutefois considérablement des très beaux mahoux premiers aux modestes seizains51.

37À côté de cette production représentant la qualité supérieure des fabrications du Midi, on rencontre toute une série de draps entre les seizains et les vingt-quatrains produits à Limoux et Chalabre, dans le versant sud de la Montagne noire, à Saint-Affrique, aux qualités très variables, et destinés d’abord aux marchés français et européen.

  • 52 Arch. dép. Hérault, C, 2342 ; Arrêt du Conseil d’état du Roy portant règlement pour la fabrique de (...)
  • 53 Les abieux sont une qualité de cadis tout en laine cardée (Arch. nat., F12, 559 ; Lettre de l’inte (...)
  • 54 Les refoulés sont des cadis qui dérogent à la règle commune puisqu’ils sont tout de laine cardée. (...)
  • 55 Arch. dép. Aveyron, 8 m, 1 ; Tableau indicatif des règles qui doivent être suivies dans la fabrica (...)

38Vient ensuite la petite draperie dont la meilleure qualité est portée par les cordelats larges, les molletons, les cordelats redins de Mazamet, de Boissezon, de Brassac, de Cambounèss, de Pont-de-l’Arn52, bien loin des médiocres cordelats et fleurets de la vallée d’Aure. La Canourgue produit aussi de grandes quantités de cadis abieux53 comme Saint-Geniez des cadis refoulés54. Le Volvestre est aussi bien là avec les droguets façon d’Angleterre de Montesquieu, de Sainte-Croix et de Saint-Martory et de leurs environs. Les droguets ou petits draps de Montauban ont moins d’importance comme les ratines superfines façon de Hollande et les ratines ordinaires de Cahors, les petits draps et les tricots de Saint-Affrique55.

De la laine pour les draps du Midi : ses territoires, ses flux

39Contrairement aux représentations habituelles qui insistent sur la place prise par la draperie cardée, l’étude fine de la production du Midi montre donc une emprise très nette des étoffes sur étaim dans toute la partie occidentale de la zone d’étude à l’ouest du Gévaudan. Il n’y a guère que la Bigorre pour être dominée par la fabrication des étoffes rases et sèches, phénomène que l’on retrouve en Gévaudan où la concurrence des étoffes sur étaim est toutefois très marquée, comme autour des Cévennes. Ailleurs en Languedoc, c’est la domination presque sans partage de la draperie cardée, grande ou petite, dans la région de Carcassonne, dans presque tout le Bas-Languedoc, en Volvestre, dans les territoires de Castres et de Mazamet.

40Cela n’est pas sans effet sur les divers marchés de la laine. Alors que la permanence d’une production faisant la part belle aux fibres peignées favorise la poursuite d’une exploitation de ressources de proximité, le développement de la draperie cardée et le maintien d’une forte proportion de la fabrication des étoffes sur étaim, provoquent une dépendance qualitative et quantitative des territoires du Midi. Ils obligent à la mutation des marchés des fibres, la laine mérinos s’avérant, par ses propriétés, particulièrement adaptée à ces derniers genres. Un fort courant d’importation de l’Espagne vers la France apparaît. De nouvelles structures du commerce lainier se mettent en place dans lesquelles les marchands et les places de redistribution de la région, des Pyrénées en particulier, jouent un rôle important.

La dépendance qualitative et quantitative

Les limites d’un marché régional de la laine dynamisant et laine mérinos

  • 56 Arch. nat., F12, 1383 ; Matières employées dans les manufactures drapières en 1724 et Arch. nat., (...)
  • 57 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monsei (...)
  • 58 Arch. dép. Aveyron, 6 m, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coto (...)
  • 59 Arch. dép. Hérault, C, 6552 ; Mémoire sur le petit Comminges par Glayse.
  • 60 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct (...)
  • 61 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Remarques du sous-préfet de Muret en marge des statistiques in (...)

41Le Midi est, tout au long de la période étudiée, un espace riche en potentiel lainier. Il n’est toutefois pas uniforme, ni en quantité, ni en qualité. Aux territoires de la laine, il est possible d’associer des genres de tissus laissant penser à une liaison étroite entre fibres de proximité et développement d’une industrie associée. Ainsi, les basses draperies de Béarn ont pu s’appuyer sur des ressources très importantes et même excédentaires en laine du pays56. Il en est de même en Gévaudan57 ou en Rouergue58 et dans une moindre mesure en Bigorre. D’autres territoires de la laine, comme le Comminges, ont toujours manqué de matières premières59. Certains, au contraire, bien dotés comme la Chalosse, n’ont pas exploité au maximum les possibilités offertes60. D’autres, quoique bien pourvus comme les territoires de la laine autour de la Montagne noire, du Languedoc en général, du Volvestre en particulier, sont demeurés dépendants de l’extérieur alors qu’ils exportaient une partie de leur production61.

  • 62 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct (...)
  • 63 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Remarques du sous-préfet de Muret en marge des statistiques in (...)
  • 64 Boulet F., Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)

42Force est de constater que depuis la fin du Moyen Âge, après la mise en place des grandes familles de produits dont la fabrication s’est poursuivie sous d’autres formes jusqu’à la période moderne, se sont structurés des territoires de production exploitant des ressources en laines locales ou de proximité. Au niveau régional, les laines de Béarn approvisionnaient l’ensemble des territoires au pied des Pyrénées dont la production était centrée sur les étoffes sur étaim. Il en était de même de la Chalosse62 et dans une moindre mesure du Volvestre en direction du Comminges63. Les territoires de Castres et de Mazamet, en manque de bonnes laines à peigner, s’approvisionnaient en Gévaudan et en Rouergue64. Ces derniers développaient, comme le Béarn, une importante industrie de tissage. Le Midi donnait l’image d’un système régional dans lequel les territoires avaient fondé leur développement sur des draperies, tout de laine peignée ou combinée, tissées à base de matières premières régionales.

  • 65 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 66 Ibid., fo 232.
  • 67 Cicullo M. et Giordanengo L., Le commerce des laines d’Espagne dans la France méridionale au XVIII(...)
  • 68 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 69 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.

43Ce système allait être remis en cause par le développement du cardé qui ne pouvait se satisfaire de la très grande majorité des fibres qu’offrait le marché régional. Aussi, le Volvestre, quoique bien pourvu en laines locales, était très largement dépendant de l’extérieur dans ses approvisionnements. Cela ne faisait que refléter, en petit, une situation structurelle déficitaire pour l’ensemble du Languedoc. Si l’on se réfère à la comptabilité de Lamoignon de Basville en 1698, on constate que la province n’exporte pas de matières premières65. Au contraire, elle importe 5 000 quintaux des meilleures fibres d’Espagne pour une valeur totale de 350 000 livres, ainsi que 40 000 quintaux de laines de qualité inférieure provenant de « Constantinople, Alep, Alger et tous les lieux de Barbarie » pour un total de 400 000 livres66. Ceci révèle l’absence en Langue doc des meilleures fibres nécessaires à la fabrication des meilleurs draps67. Cela dénote aussi un manque de matière de qualité inférieure alors que la province compte à cette époque d’importants troupeaux d’ovins estimés à une valeur d’un million de livres dont 60 % concourent au commerce avec le reste du royaume68. Ce déficit se maintient et même s’accroît dans les années qui suivent. Au XVIIIe siècle, la production augmentant, le taux de couverture n’est plus que de 33 % en 1768. La province importe, en année moyenne, 80 000 quintaux de matière première étrangère69.

Carte 9. – Zone d’approvisionnement en laine de la partie occidentale des Pyrénées pour les petites draperies du Midi au XVIIIe siècle.

  • 70 Bona M., Essai sur la détermination statistique de la qualité des tissus, thèse de doctorat, unive (...)

44La draperie, grande et petite, qui se nourrissait de fibres courtes, fortement bouclées et très feutrantes, a trouvé dans la race mérinos le type de laine adapté à ses tissus. Leur excellence s’explique tout d’abord par le fait qu’elles comportent une partie interne formée d’un duvet très fin et frisé constituant la fourrure proprement dite et servant d’isolant. Ensuite, les fibres sont très fines avec un diamètre compris entre 16 et 22 micromètres, les mérinos des troupeaux transhumants possédant les diamètres les plus faibles. Les autres moutons de même race, ainsi que les animaux « indigènes » croisés de mérinos donnaient des laines « métisses » qui avaient un diamètre moyen plus élevé. Enfin les meilleures sont caractérisées par une frisure très importante pouvant atteindre 120 ondulations par 10 centimètres, alors que les plus médiocres n’en comptent que 1270.

  • 71 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Laine (Arts, Manufactures, Commerce) »
  • 72 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Prix moyen des matières, 1812.

45Les mérinos avaient été introduits en Languedoc et en Roussillon à l’époque moderne ; ils constituaient des troupeaux de race pure et métisse. Aussi, parmi les laines françaises, on considérait que les meilleures étaient « celles du Roussillon, de Languedoc, du Berry, de Valogne, du Cotentin et de toute la Basse-Normandie71 ». Mais elles étaient en quantité insuffisante et leur qualité n’atteignait pas celle des meilleures fibres espagnoles. Le prix des matières des deux pays pour une même période l’atteste sans contredit72. Cela ne signifie pas pour autant que les laines d’Espagne étaient toutes de même valeur. On peut établir un classement dans lequel se détachent nettement celles provenant de Ségovie, de Léon et de Soria. Ensuite, on trouve une qualité moindre provenant de Cacérès, de Molins et de Baylas, la plus basse étant représentée par les fibres aragonaises, catalanes et navarraises. En revanche, la totalité des laines françaises est à des prix inférieurs à l’ensemble des matières espagnoles. Seules les fibres issues du Roussillon et de Narbonne rivalisent avec les aragonaises.

  • 73 Il en est de même des troupeaux du Roussillon qui appartiennent aussi à cette race mais qui sont d (...)
  • 74 Klein J., The Mesta, a Study in Spanish Economic History, 1273-1836, Cambridge, Harvard University (...)
  • 75 « Dehesas » : partie d’un « alfoz » (communauté) servant principalement à la pâture.
  • 76 « Ganaderia estante » : élevage à demeure. García Martín P. et Sánchez Benito J. M. (éd.) Contribu (...)
  • 77 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

46La distorsion qui existe entre les qualités des toisons des deux pays résulte de deux facteurs. Au Moyen Âge, les Espagnols introduisirent chez eux des moutons de race mérinos provenant d’Afrique du Nord. Cette race va s’avérer être une de celles fournissant les laines les plus belles et les plus fines. Cela eut pour effet de provoquer un essor prodigieux de l’élevage ovin et de la vente de laine, l’Espagne devenant au XVe siècle le premier exportateur mondial. Mais la supériorité des toisons espagnoles ne provient pas exclusivement de la race des ovins. Car, bien que tous mérinos, les moutons ibériques, comme cela a été dit, ne fournissent pas la même qualité de fibre73. La différence résulte en fait du mode d’élevage. De 1273 à 1836, de puissants éleveurs espagnols organisés dans « l’honorable assemblée de la Mesta » font transhumer leurs troupeaux de Castille et de Léon en direction de l’Estrémadure et de l’Andalousie. D’octobre à avril, les ovins pâturent dans des « dehesas74 » que les propriétaires du Sud afferment à ceux du Nord75. La qualité de la nourriture a une incidence directe sur celle des toisons. Ainsi, les troupeaux transhumants fournissent des laines de qualité supérieure à celles des moutons d’Aragon, de Catalogne, de Navarre qui sont élevés en « ganaderia estante76 » ; aussi mal soignés qu’en France, ils ne donnent alors qu’une toison en plus grande partie brune-beige à la différence des grands troupeaux transhumants à la magnifique laine blanche77.

Une dépendance générale en fibres

47Il serait faux de considérer que la dépendance du Midi ne concerne que les territoires de la laine cardée. Ainsi, bien que le Languedoc soit concerné par les approvisionnements extérieurs en laine mérinos, le processus touche aussi les pays pyrénéens et la Gascogne. Si l’on prend pour exemple la Bigorre et surtout le Béarn, pourtant bien pourvus en matières premières, ce dernier de plus fortement exportateur de fibres, on s’aperçoit de l’importance prise par les besoins en laine d’Espagne dans la fabrication régionale.

  • 78 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 79 Ibid., les cadis forts et les cordelats fins de la première qualité doivent avoir la chaîne en « l (...)

48En Béarn, Nay avec les villages de son territoire est l’espace le plus dépendant des fibres ibériques puisque, les rases, les cadis teints en laine et de couleur mêlée, les cordelats blancs et teints en pièce en sont théoriquement d’importants consommateurs78. Il en est de même de la meilleure fabrication d’Oloron, de Sainte-Marie, de Pontacq et des lieux qui en relèvent car la place laissée potentiellement à l’emploi de fibres de qualité équivalente est tout à fait théorique puisqu’il n’existe pas régionalement de produits pouvant répondre à cette catégorisation-là79.

  • 80 Ibid., dont la chaîne est en « bonne laine de la haute Navarre, ou fine laine d’Ossau, ou autre de (...)
  • 81 Ibid., dont la chaîne est faite de « la plus fine laine du pays, de la haute Navarre et d’Espagne, (...)
  • 82 Ibid., dont la chaîne est en « bonne laine de Bigorre, de la haute Navarre, ou autre équivalente, (...)
  • 83 Ibid., dont la chaîne est en « laine du pays, de la haute Navarre et d’Ossau, ou autre équivalente (...)
  • 84 Ibid., dont la chaîne est en « bonne laine de Bigorre, de la haute Navarre et d’Ossau, ou autre éq (...)

49Toutefois, certaines fabrications admettent l’emploi de laine fine du pays concurremment à celles d’Espagne pourtant de meilleure qualité. Comme à Oloron, à Sainte-Marie, à Pontacq et dans leurs environs pour les cadis et les cordelats moyens ou de la deuxième qualité80. C’est aussi vrai pour certaines draperies, les meilleures du territoire de Bagnères pour les rases, dites « du seigneur », doubles, croisées, blanches et mêlées81, des cadis en blanc82 et des pinchinats ou reverses rayés83 ou non84.

  • 85 Ibid., dont la chaîne est en « meilleure laine du pays et de Bigorre, ou autre équivalente, peigné (...)
  • 86 Ibid., ont la chaîne en « meilleure laine du pays, ou autre équivalente, peignée » et la trame en (...)
  • 87 Ibid., qui ont respectivement la chaîne en « laine fine de Bigorre, ou autre de pareille qualité, (...)

50Mais la majeure partie de la fabrication reste dominée par des produits de qualité moyenne ou basse dans laquelle les fibres du pays sont seules admises. C’est le cas des cordelats communs d’Oloron, de Sainte-Marie, de Pontacq et des lieux qui en dépendent85, des raz drapés de Rébénacq et des lieux circonvoisins86, des cadis, cordelats, crépons ou sacs, burats étaminés, rases ordinaires blanches et mêlées et des serges croisées ou rases fines du territoire de Bagnères87.

Basses étoffes et baisse de la consommation de laine mérinos

  • 88 « Les laines d’Espagne ne sont plus dans ces fabriques [de Saint-Gaudens] aussi abondantes qu’autr (...)
  • 89 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, Madrid, Actas, 1992, p. 221-22 (...)
  • 90 L’inspecteur Joly en souligne les conséquences en insistant sur les effets produits par « les fort (...)
  • 91 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Production de l’inspection de Saint-Gaudens entre 1747 et 1753.
  • 92 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Fontanes, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 24 (...)
  • 93 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94 ; Intendant de Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Langu (...)

51Cependant, dès la première moitié du XVIIIe siècle, la part des laines espagnoles employées dans la production des basses draperies est en baisse. L’exemple du Volvestre et du département des manufactures de Saint-Gaudens en représente un excellent révélateur88. L’élévation sensible des prix des toisons explique en grande partie le phénomène. Cette augmentation résulte de la mise en place d’une politique inspirée de l’industrialisme français89, doublée d’une forte croissance de la demande en laines ibériques par des manufactures françaises en pleine croissance90. La réduction sensible de l’emploi des laines d’Espagne ne signifie pas pour autant leur disparition ou leur marginalisation. Au milieu du XVIIe siècle, on peut estimer au tiers les tissus encore tissés en Comminges et Nébouzan à base de fibres ibériques91. Toutefois, la régression de l’emploi des toisons espagnoles provoque la diminution en qualité de la fabrication locale d’autant que la majorité des fabriques du département de Saint-Gaudens ne recourt plus qu’à de médiocres laines du pays, parfois de très mauvaise qualité comme les « bristons92 ». La situation ne semble pas s’améliorer par la suite à l’image de la qualité de la fabrication dans les décennies suivantes93.

  • 94 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire concernant Montesquieu-Volvestre, 1786.
  • 95 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux, inspecteur des manufactures du département de Toulouse, (...)
  • 96 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Quantité et prix des laines pour 1789 et pour l’an IX. Pour un (...)

52Au même moment en Volvestre, l’explosion de la commercialisation des droguets « façon d’Angleterre » conduit certains fabricants avides de profits à modifier les règles de fabrication et à adopter dans la seconde moitié du XVIIIe siècle le règlement du 13 janvier 1750 observé en Béarn, Navarre, Bigorre et pays de Labourd. Celui-ci stipulait que les chaînes ne devaient plus comporter que 780 fils au lieu de 860, que la largeur des étoffes sur le métier devait être de 28 pouces au lieu de 35. Enfin, les apprêts effectués, elle avoisinait régulièrement les 16 pouces sans jamais en excéder 18, alors que les précédents règlements imposaient une dimension de 28 pouces94. En outre, la majorité des fabricants renonce à employer des fibres espagnoles, préférant recourir aux médiocres laines du pays voire aux très mauvaises pelades du Levant95. Cette mutation de structure provoque pourtant une régression moins forte de la consommation de laine d’Espagne en Volvestre que dans l’arrondissement des manufactures de Saint-Gaudens. En 1789, on emploie encore 44 % de fibres ibériques dans les manufactures du Volvestre où l’on fait appel aux meilleures qualités de toisons provenant de Ségovie, de Léon et de Soria, suivies de celles de Cacérès, de Molins et de Baylas, la plus basse étant représentée par les fibres aragonaises96.

  • 97 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914. Origines d’un moindre dével (...)
  • 98 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; Mémoire sur la communauté de Montesquieu-Volvestre, 1788.
  • 99 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; Mémoire concernant la communauté de Saint-Elix, 1788.
  • 100 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 101 « Sont entièrement de laine, tirés à poil d’un côté, et quelquefois des deux ; ce qui les rend trè (...)
  • 102 Cf., échantillon de Casimir teint en bleu, arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 5.

53Le maintien de hauts niveaux d’approvisionnement doit beaucoup encore à la présence des deux manufactures royales de La Terrasse et d’Auterive. Mais subissant comme les autres le contrecoup de la hausse du prix des matières premières, on réduit aussi le nombre de leurs fils de chaîne97. Les hauts niveaux d’approvisionnement sont aussi le fait du choix de la bonne qualité de la part de quelques entrepreneurs de petite draperie. Si la majeure partie des manufactures du Volvestre, et particulièrement celles de Montesquieu et de Sainte-Croix, adoptent de nouvelles règles de fabrication négligeant les fibres espagnoles, des marchands-fabricants, tels Pierre et Jean-François Alard, poursuivent la production des droguets comme auparavant98. En outre, ils débutent, avec d’autres, la fabrication de nouvelles étoffes tissées essentiellement ou uniquement avec des laines ibériques. Cependant, la rareté de ces fibres et leur prix élevé conduisent à rechercher des laines de substitution de qualité approchante. La supériorité de la race mérinos étant évidente, les marchands-fabricants emploient aussi bien des fibres ibériques que des toisons provenant de Narbonne ou du Roussillon. Le recours aux laines françaises surfines, légèrement inférieures aux matières premières espagnoles, permet de compenser sans perte significative de qualité la déficience en produits étrangers. Ainsi, dans un contexte général de dégradation de la qualité de la production, certains marchands-fabricants adoptent des critères de fabrication encore plus rigoureux. Carrère à Saint-Elix représente un bon exemple de ces entrepreneurs. Il se lance en effet dans le tissage des espagnolettes99, espèces de droguet ou de ratine fine manufacturées à l’origine en Espagne100, élaborées à partir de laine fine du pays en chaîne et de fibres surfines du Roussillon en trame101. Plus larges que les droguets façon d’Angleterre avec sept douzièmes d’aune, elles comportaient 1 600 fils de chaîne soit près du double que pour les droguets communs. Dans les mêmes centres de production à Montesquieu et à Saint-Elix, se développe aussi la fabrication de dérivés des sergés désignés sous le nom de casimirs ou de royales. Sergé croisé ou sans envers, les casimirs devaient posséder une chaîne et une trame en laine retorse. La laine employée était prélevée sur des moutons de race mérinos. Les fibres de la chaîne devaient être composées de laine de Narbonne ou du Roussillon. La chaîne comprenait 1 760 fils, donnant un drap de sept douzièmes d’aune, les apprêts effectués. L’étoffe obtenue était fine et légère102.

  • 103 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94 ; Intendant de Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Langu (...)
  • 104 Le Flem J.-P., « Vraies et fausses splendeurs de l’industrie textile ségovienne, vers 1460-vers 16 (...)
  • 105 Arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Compte-rendu de Delagenière, 1768.
  • 106 Arch. nat., F12, 659A ; Sieur Holker fils sur les manufactures de Languedoc, 1774.

54Un peu plus tardivement se développe la fabrication de petites étoffes à longs poils : les ségovianes et les calmouks. Apparus tardivement dans la partie supérieure du bassin de la Garonne, probablement dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, leur production se développe en Volvestre, à l’imitation des tissus du Castrais103 pour concurrencer les tissus espagnols du même nom qui avaient permis à Ségovie de se maintenir, en tant que centre textile de première importance en Espagne, et même de se développer104. Les ségovianes et les calmouks étaient des produits assez proches les uns des autres, à tel point que les inspecteurs des manufactures eux-mêmes pouvaient être amenés à les confondre. Ainsi, Delagenière, en 1768, recense trois manufactures de ségovianes à Castres105 alors que Holker y voit pour sa part des ateliers de calmouks106. L’aspect général des étoffes, leur largeur commune de sept douzièmes d’aune, la qualité des fibres employées : espagnole, provençale ou du pays, la quasi-similitude de la chaîne, les ségovianes de médiocre qualité avec 1 300 ou 1 360 fils de chaîne, les différentes qualités de calmouks avec 1 250 ou 1 460 fils de chaîne, sont autant d’éléments qui favorisent la confusion. En revanche, l’erreur n’est plus possible lorsqu’on a affaire aux ségovianes les plus fines, comme celles fabriquées par les Carrère à Saint-Elix. Réalisées exclusivement en laines espagnoles, ces ségovianes possédaient 1 760 fils de chaîne, pour une largeur, les apprêts effectués, de sept douzièmes d’aune. Le fil utilisé pour cette manufacture était d’une finesse nettement plus importante que dans la production des calmouks.

Des laines espagnoles pour des draps français

D’un versant à l’autre des Pyrénées

  • 107 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 108 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), Paris, Hachette, (...)
  • 109 Poujade P., Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, (...)
  • 110 Molis R., « Inspection des manufactures au départ de Saint-Gaudens et industries en Nébouzan », Rev (...)

55La diminution de la consommation des petites draperies ne limite pas la demande en fibres ibériques. Les besoins français restent importants et s’accroissent même dans la grande draperie. Aussi, tout au long de la période, cette dépendance engendre un commerce transpyrénéen fructueux dans lequel les Pyrénées centrales occupent une place importante. En 1698, les laines de la vallée d’Andorre et de Catalogne arrivent par Ax, Saint-Béat et le Comminges. Celles de Castille passent par Bagnères-de-Luchon, celles d’Aragon et de Navarre par « le lieu d’Arreau dans la vallée d’Aure » mais surtout par Oloron. Le reste est acheminé par mer pour les laines d’Aragon et de Castille, par Bayonne pour les matières en provenance de Navarre et par Marseille pour les fibres « de Valence, d’Alicante et d’autres lieux107 ». Ce type d’approvisionnement s’est perpétué attendu que, soixante-dix ans plus tard, les laines de Catalogne, de la vallée d’Andorre et de la vallée d’Aran arrivaient par les ports de Salau et de la Hourquette et Saint-Béat, celles de Castille par celui de Venasque et Luchon, celles d’Aragon et de Navarre par Arreau et surtout par Oloron en Béarn108. Il transitait aussi les plus belles qualités de fibres, avec des laines de Ségovie et d’Andalousie venant par Saragosse109. Le volume de ce commerce reste à la fin de l’Ancien Régime assez considérable puisqu’il passe à Valentine « une quantité immense de laines fines d’Espagne qui vont être employées dans les manufactures de la France110 ».

56On pourrait ainsi multiplier les références qualitatives concernant ce commerce qui permettent au total d’approcher ce que devait être la structure de ce trafic au XVIIIe siècle. Il semble qu’il se situait essentiellement dans un triangle Barcelone-Saragosse-Toulouse, les trois villes représentant les principaux centres d’entrepôt et de négoce du commerce transpyrénéen des laines espagnoles. À l’ouest de la chaîne, les fibres en provenance d’Aragon et de Navarre prenaient essentiellement la route la plus directe entre Saragosse et la France par le col du Somport pour rejoindre Oloron. Elles passaient aussi par les Pyrénées centrales, à Arreau, après avoir franchi le massif au port de Bielsa ou au port du Plan ou de Rieumajou. Les Castillanes entraient par le port de Venasque et Bagnères-de-Luchon, celles de Catalogne par le col du Puymaurens et le Pont du Roi pour atteindre respectivement Ax avec les fibres andorranes et Saint-Béat avec celles de l’Aran. Les laines de Catalogne et du Val d’Aran arrivaient à Seix et à Saint-Girons par les ports de Salau et de la Hourquette.

Laines espagnoles et commerce maritime

  • 111 Cicullo M. et Giordanengo L., Le commerce des laines d’Espagne dans la France méridionale au XVIII(...)

57Toutefois, l’importation des laines ibériques n’est pas le fait du seul commerce transpyrénéen. Des villes méditerranéennes se spécialisent dans le traitement des toisons, au point d’absorber une part importante du trafic lainier. C’est tout d’abord le cas de Marseille où arrive une grande partie des laines « surges » d’Espagne à destination du marché français. Acquises par des marchands ou des commissionnaires, voire par les entrepreneurs eux-mêmes, leurs associés ou leurs commissionnaires, elles suivaient la côte jusqu’à Agde ou Sète, rejoignant le Haut-Languedoc et Toulouse soit par la route, soit par le canal des Deux-Mers111.

  • 112 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 113 Ibid., « Ils les achètent surges c’est-à-dire comme elles viennent des moutons ».
  • 114 Ibid.
  • 115 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 339 (...)
  • 116 Arch. dép. Hérault, C, 46 ; Notes sur Montpellier, vers le milieu du XVIIIe siècle.
  • 117 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.

58Outre Marseille, Montpellier occupait aussi, dès le XVIIe siècle, une place importante dans ce commerce où « les marchands de laine [de cette ville] font un grand commerce qui les enrichit112 ». Ils achètent à Marseille des laines en provenance d’Espagne mais aussi de Smyrne, Constantinople, Alep, Tunis. Acquises « surges113 » elles sont lavées et préparées « à la petite rivière du Lez à une demi-quart de lieue ». Assorties, elles sont mises dans de grands sacs de trois à quatre quintaux et prennent le chemin des foires de Pézenas et de Montagnac. De là, elles gagnent les manufactures de la province ou la foire de Beaucaire « pour jouir de la franchise114 ». Ce type de commerce se maintient dans les mêmes formes par la suite et notamment dans la seconde moitié du XVIIIe siècle115. Cependant, le négoce de la laine a bien décliné à Montpellier ; il ne représente plus au milieu du XVIIIe que 12,5 % des quantités traitées durant le XVIIe siècle116, même si la ville demeure un de ses principaux marchés117.

Carte 10. – Les laines d’Espagne à travers les Pyrénées au XVIIIe siècle. Origine, circulation, destination.

  • 118 García Martín P. et Sánchez Benito J. M.a (éd.), Contribución a la historia de la transhumancia en (...)
  • 119 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 307.
  • 120 Pontet J., Bayonne : un destin de ville à l’époque moderne, fin du XVIIe-milieu du XIXe siècle, Bi (...)

59Cependant, le commerce maritime n’était pas totalement méditerranéen. On sait en effet que le négoce mondial des laines de Castille empruntait la voie atlantique ; après avoir connu une phase de ralentissement, il redevient florissant au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle. Les volumes de laines négociés s’accroissent au rythme de l’augmentation du troupeau transhumant jusqu’au XVIIIe siècle118. Depuis le Moyen Âge, le commerce international de la laine de Castille était contrôlé par les foires « de la meseta del Duero » et le « Consulado del Mar, en Burgos » détenait le monopole des exportations. Après des aléas dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Burgos est toujours une position clé dans ces échanges et reste l’intermédiaire entre les lieux d’approvisionnement de la laine et leurs ports d’exportation. Bilbao occupe tout au long de la période une place essentielle au côté des autres ports cantabriques. Mais dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, son activité marque le pas en raison du transfert d’une partie de son commerce lainier à Santander119. De Bilbao ou de Santander partait alors l’essentiel des laines castillanes à destination des ports européens de l’Atlantique. Ce trafic semblait peu profiter aux manufactures des Pyrénées centrales, même si une partie des fibres espagnoles était acheminée par le port de Bayonne. Les négociants destinaient les laines fines de Castille ou de Navarre qui transitaient par leurs entrepôts à une réexpédition en direction du Languedoc, mais aussi de Nantes, Rouen ou encore de Hollande120.

Des matières premières « surges » aux laines lavées

  • 121 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines, sur la fabrication des draps et autres étoff (...)

60Selon leur qualité et leur provenance, les toisons peuvent avoir été lavées, à demi lavées ou bien livrées en suint. Généralement, au milieu du XVIIIe siècle, les laines les plus fines d’Espagne, en particulier celles de Ségovie, d’Estrémadure ou d’Andalousie ont été lavées ou à demi lavées, triées et divisées en trois catégories appelées prime, seconde et tierce, tandis que les laines de Gandie, de Castille et d’Aragon sont ordinairement importées en toison et en suint. Il en est de même des laines d’Italie. Ceci contraste totalement avec les quelques fibres d’Angleterre et d’Irlande qui sont exportées non seulement lavées et triées, mais aussi peignées121.

  • 122 Arch. nat., F12, 1349 ; Achat de laines d’Espagne.

61Depuis le milieu du XVIIIe siècle, il apparaît que certains marchands-fabricants, ainsi que des entrepreneurs des manufactures royales de Languedoc, commandent directement leur laine aux commissionnaires de Séville122. L’opération s’effectue dès le mois de janvier afin de recevoir les premiers envois à partir du mois de mai. L’utilisation de commissionnaires locaux s’avère semble-t-il très fructueuse, dans la mesure où ils connaissent très bien le pays où ils évoluent, les producteurs lainiers et la qualité des fibres. En outre, ils se contentent de commissions modestes et se chargent en sus de l’achat, du transport et du lavage. Les laines sont d’ailleurs fréquemment lavées à Séville. Cela a pour effet, selon l’intensité du lavage et la qualité des toisons, d’en réduire la masse de moitié. Dès lors, les droits de douanes s’en trouvent sensiblement minorés. Les assortiments sont ensuite chargés à Cadix et expédiés en direction de Marseille, véritable plaque tournante du commerce méditerranéen. Les matières premières se répartissent ensuite en Languedoc ou dans le reste du royaume.

  • 123 Dralet M., Description des Pyrénées considérées spécialement sous le rapport de la géologie, de l’ (...)
  • 124 D’après nos estimations il fallait entre 15 et 20 kilos de laine pour les tissus les plus étroits (...)
  • 125 Benamiche L. et Képéklian Y., Cinq notaires de Saint-Béat témoins de la vie économique et sociale (...)
  • 126 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière (...)
  • 127 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct (...)
  • 128 Les rapports des inspecteurs, les statistiques industrielles comme les règlements font le plus sou (...)
  • 129 Sanllehy i Sabi M. A., Comunitats, veïns i arrendataris a la Val d’Aran (s. XVII-XVIII) : dels uso (...)

62En ce qui concerne spécifiquement les Pyrénées centrales, il semblerait que les laines franchissent de moins en moins la chaîne à l’état brut. Dans la haute vallée de l’Ariège, la ville d’Ax qui dispose d’eaux minérales chaudes particulièrement adaptées au traitement des laines, est en outre un lieu significatif de passage et de négoce de fibres espagnoles. Ses marchands ont su mettre à profit ces potentialités pour en faire un important centre de lavage des laines espagnoles et andorranes. Avec près de 200 tonnes de matières traitées123, Ax fournissait ainsi une quantité appréciable de laine permettant de facturer, selon les modèles d’étoffes, de 8 000 à 10 000 pièces124. En amont de la Garonne, en 1667 ou 1668, la majorité des fibres importées par sa haute vallée sont « surges125 » ; il semble qu’au XVIIIe siècle la majorité soit lavée respectivement dans les centres de Vilaller, dans le Pallars, sur la haute Noguera Ribagorzana, pour les laines de Catalogne, de Benasque pour les laines d’Aragon ou qui transitent par cette ville en provenance d’autres régions espagnoles126. Au milieu du XVIIIe, il est clairement avéré que les toisons ibériques employées dans le département des manufactures de Saint-Gaudens ont été lavées et triées à Benasque127. Seules les fibres de contrebande et d’Aran continuent d’être acheminées brutes, mais elles ne font que passer par les Pyrénées centrales128 pour être utilisées en France où elles sont recherchées par certaines manufactures129.

Les structures du commerce lainier

Colporteurs légaux et contrebandiers

  • 130 C’est-à-dire entre les deux versants de la chaîne et qui profite d’abord à l’économie régionale. I (...)
  • 131 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 2027 ; Rôle de la capitation de 1695 du diocèse du Petit-Comminges.

63La contrebande joue un rôle majeur dans le trafic inter-pyrénéen130 de la laine d’Espagne. À la base de ce commerce, des montagnards complètent leurs maigres revenus des travaux des champs et de l’élevage par des activités saisonnières de colportage, la proximité de la frontière les transformant facilement en petits contrebandiers de proximité. Simples « trafiquants » se contentant de transmettre la laine d’un intermédiaire à un autre ou « [courant] les campagnes » pour se « charger » chez des producteurs de fibres qu’ils négocient ensuite auprès des marchands ou des commissionnaires des bourgs de la montagne ou du piémont131, ils forment les catégories commerçantes les plus modestes, même si les plus aisés semblent se situer au niveau de richesse des petits artisans, comme le laissent penser les sources fiscales. Le prix élevé des matières premières manipulées, nécessitant une trésorerie importante, interdisait à la majeure partie des petits commerçants locaux d’exercer la moindre influence dans ce négoce. Il leur restait la marge du trafic avec les laines les moins belles d’Espagne et les fibres locales de basse qualité et de prix modique négociées en faibles quantités.

  • 132 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière (...)
  • 133 Cours-Mach M., « Les relations frontalières entre la ville de Seix en Couserans et le Val d’Aran e (...)
  • 134 Archives privées de Maurice Dufaur ; Plumitif de l’élection de Comminges, 1741 : Dufaur M., L’élec (...)
  • 135 « … les paysans espagnols qui venaient autrefois en grand nombre chargés chacun d’une grande sache (...)
  • 136 Minovez J.-M., « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 17 (...)

64Un petit colportage se développe ainsi sans jamais atteindre l’ampleur observée en Auvergne, au point que l’on peut considérer qu’il ne représenta jamais une activité essentielle dans les Pyrénées centrales132. Il permettait cependant d’acheminer une partie des produits consommés dans les Pyrénées françaises, en particulier la laine des toisons mérinos. Passée par convois muletiers ou portée par les colporteurs et les bergers pratiquant un trafic de proximité, la laine franchissait ainsi la chaîne légalement ou en fraude133. Au milieu du XVIIIe siècle, c’est une partie du petit peuple commingeois qui passe en Espagne pour rapporter quelques ballots de laine, négociés ensuite sur les places de marché des Pyrénées134. Au sein du colportage de contrebande, les Espagnols occupent une position importante et sont particulièrement appréciés des manufacturiers des Pyrénées centrales qui trouvaient grâce à eux les moyens d’acquérir à bon compte les meilleures fibres du moment135. Ce trafic ne se ralentit vraiment que dans la première moitié du XIXe siècle136.

Les marchands locaux

  • 137 Arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au départemen (...)
  • 138 Poujade P., Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, op. ci (...)

65Les « marchands du pays » occupent une place centrale dans les acheminements. Les inspecteurs ne manquent d’ailleurs pas de noter leur rôle dans les approvisionnements et dans le négoce qui s’en suit par l’intermédiaire des foires et marchés137. Maîtrisant les circuits transfrontaliers et sachant contourner en partie les troubles provoqués par les guerres et les évolutions de la réglementation, ces intermédiaires s’avèrent d’une grande utilité pour des marchands plus puissants des grandes villes mais aussi plus lointains et donc connaissant moins bien les circuits d’acheminement. Un bon exemple de cette familiarité avec la pratique spécifique du commerce transfrontalier nous est donné par les marchands de Saint-Béat qui se servaient de leurs homologues aranais comme prête-noms auprès des producteurs et des négociants catalans dans l’acheminement des laines ; ils bénéficiaient ainsi des exemptions fiscales réservées aux Aranais138. Certains marchands des Pyrénées centrales françaises achetaient même directement la laine en Espagne où ils la faisaient laver, afin d’obtenir un bénéfice plus substantiel. Au-delà de la bonne connaissance des circuits commerciaux, cela atteste l’existence de marchands moyens disposant de suffisamment de trésorerie pour assumer l’avance liée à l’achat, à la dépense de lavage et au transport.

  • 139 « Quelques marchands du pays vont eux-mêmes en faire le lavage en Espagne et le peu d’aisance des (...)
  • 140 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière (...)

66Pourtant peu de traces demeurent sur leur activité car, dans bien des cas, les matières qui passaient dans leurs mains ne faisaient que transiter par les Pyrénées pour prendre la direction des marchés des grandes villes. La fragilité des basses draperies de la région ne laissait espérer au mieux que la cession de laines à crédit, le recouvrement s’avérant particulièrement difficile. Aussi, les marchands préféraient-ils envoyer leurs marchandises à Toulouse, Montauban ou Bordeaux plutôt que de les débiter dans le pays139. Certains de ces marchands pyrénéens exerçaient parfois un contrôle important sur ce commerce et atteignaient, par-là même, une aisance financière attestée par l’achat de seigneuries. Tel a été le cas de Bertrand de Fondeville à Marignac qui avait des commis à Benasque, Barbastro et Toulouse et pratiquait le commerce des mulets français contre des laines espagnoles, et de Jean Estrémé, habitant de Saint-Gaudens140.

Marchands extérieurs aux Pyrénées et leurs commissionnaires locaux

  • 141 Arch. dép. Hérault, C, 2431 ; Observations sur la cherté des laines en 1753.
  • 142 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)

67Cette dépendance de la région des Pyrénées vis-à-vis des marchés d’écoulement des fibres espagnoles conduisait certains marchands locaux à agir pour le compte de maisons plus importantes situées dans les grandes villes. Simples intermédiaires peu fortunés ou commissionnaires d’une certaine ampleur, ils achetaient des laines avant tout pour les marchands toulousains ou directement pour de grands fabricants. En effet, la pratique qui semblait l’emporter dans les manufactures employant essentiellement de la laine d’Espagne consistait à s’adresser à des marchands, négociants ou commissionnaires qui se chargeaient parfois du lavage et de l’assortiment des laines141. C’est le cas de la maison toulousaine Bertrand Fraissinet puis Bertrand Fraissinet et fils, de l’affaire de Jean Sedze (1764-1779) puis de Sedze frères (1779-1790) ou de Cazenave et Cambarus, tous commanditaires d’Oloron qui achètent sans intermédiaire – ou parfois à l’aide d’associés intallés dans les grandes villes de négoce comme Marseille – les laines espagnoles qu’ils remettent aux marchands-fabricants carcassonnais. Ces commanditaires sont bien plus que des commissionnaires, ils sont de véritables associés des entrepreneurs des manufactures languedociennes de draperie fine. Ils mettent en commun leur puissance financière ce qui permet aux marchands de fibres, d’en négocier de plus grandes quantités alors que les fabricants peuvent bénéficier d’apports extérieurs de capitaux dans leur entreprise142.

  • 143 Arch. dép. Hérault, C, 1282 ; Achat de laines espagnoles par Marcassus en 1739.
  • 144 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)
  • 145 Arch. nat., F12, 1483 ; Achat de laines espagnoles par les marchands-fabricants montesquiviens à l (...)

68Les marchands-fabricants les plus puissants ont aussi recours à ce type d’association, sans être pour autant dépendants de ce mode d’approvisionnement. Ainsi, Marcassus, l’entrepreneur des manufactures royales de la Terrasse et d’Auterive, acquiert une partie des laines d’Espagne par l’intermédiaire d’un de ses associés, Roussel, installé à Saint-Chignan et à Marseille. Mais une bonne partie de ses achats s’effectue aussi sans intermédiaire. Il recherche la réalisation du profit le plus avantageux possible comme le démontre l’importance qu’occupe ce négoce dans ses activités. Les acquisitions de laine dépassent en effet les besoins de ses manufactures et le surplus est négocié avec profit en Languedoc143. Cette démarche est largement pratiquée par les autres marchands-fabricants de grande draperie qui achètent aussi des fibres ibériques pour leurs approvisionnements ou pour en faire le commerce144. Elle est aussi le fait des entrepreneurs de certaines basses draperies disposant d’un capital suffisant pour pouvoir se livrer à ce type de négoce. C’est ainsi que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, dans les Prépyrénées centrales et leur avant-pays, des marchands-fabricants de droguets façon d’Angleterre, utilisant les laines espagnoles, se rendent chaque année à Barcelone pour réaliser leurs approvisionnements, traversant pour cela les Pyrénées par le Pays de Foix145.

Places pyrénéennes de redistribution et approche des flux

  • 146 Forné J., « Echanges pyrénéens : esquisse d’une problématique de l’espace sous l’Ancien Régime », (...)
  • 147 Sermet J., « Communications pyrénéennes et transpyrénéennes », Actes du IIe congrès d’études pyrén (...)

69La nature de la circulation a pour effet de développer une activité de négoce apparemment intense dans les petites villes frontalières. Côté français, un grand nombre de bourgs se transforment en places de redistribution des matières. Oloron, Arreau, Bagnères-de-Luchon, Saint-Béat, Saint-Girons, Seix, Ax abritent des marchands et des commissionnaires servant d’intermédiaires dans le négoce de la laine avec les marchands toulousains qui contrôlent une bonne partie de ce commerce au nord du massif. Cette vigueur apparente ne doit pas tromper. Elle est avant tout révélatrice d’un dynamisme des échanges transpyrénéens qui échappent en grande partie à la maîtrise locale, dans laquelle la population montagnarde n’occupe qu’un rôle marginal et bénéficie de peu de retombées économiques146. Certes, ce grand négoce a su s’appuyer sur une structure commerciale préexistante de bourgs dont l’activité s’est développée sur l’exploitation d’arrière-pays nécessitant la mise en place de lieux de redistribution dans un contexte de lenteur des échanges et d’enclavement147 ; cela a favorisé l’émergence d’un certain nombre d’intermédiaires commerciaux, de commissionnaires, dont la position et la connaissance des marchés permettaient aux grands négociants de contrôler ce trafic.

  • 148 Cours-Mach M., « Les relations frontalières entre la ville de Seix en Couserans et le Val d’Aran e (...)
  • 149 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, (...)
  • 150 On peut en effet penser que la majorité des échanges inter-pyrénéens échappent à la contractualisa (...)
  • 151 Benamiche L. et Képéklian Y., Cinq notaires de Saint-Béat témoins de la vie économique et sociale (...)

70Bien difficile est de quantifier ce commerce tant la documentation reste muette quant à l’ampleur des flux concernant majoritairement des marchés extérieurs aux Pyrénées. La circulation inter-pyrénéenne ne nous est pas pour autant mieux connue, même si de nombreuses sources qualitatives mentionnent souvent l’intensité des échanges pouvant nous inciter à conclure hâtivement à une vigueur corrélative en volume148. On peut avancer toutefois que dans ce cas de figure, l’intensité des relations n’avait d’équivalent que la modestie des quantités acheminées, l’essentiel du trafic s’effectuant à dos d’animal et le plus souvent à dos d’homme149. Les recherches fondées sur le recours aux registres notariaux, bien que n’ayant pas répondu à toutes les attentes de quantification150, ont permis d’approcher un peu mieux l’importance de ces flux confirmant la modestie du commerce inter-pyrénéen. L’exemple de l’activité notariale de Saint-Béat en est une bonne illustration, puisque seulement 14 % des actes concernent ce type d’échanges151.

  • 152 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 2027 ; Rôle de la capitation de 1695 du diocèse du Petit-Comminges et (...)
  • 153 Castaing G., « Saint-Béat à la fin de l’Ancien Régime », Pyrénées, 147, p. 236-247 et ibid., 148, (...)

71Le recours aux sources fiscales, en particulier aux registres de la capitation et des vingtièmes, nous permet toutefois d’obtenir un éclairage indirect sur la vigueur économique d’ensemble du bourg, grâce à l’étude du montant des contributions des habitants. Toutefois, la recherche s’avère limitée par l’absence des mentions des qualités et métiers des contribuables dans la plupart des rôles152. Cela ne nous empêche pas pour autant de tenter d’approcher, au moins d’un point de vue global, la situation fiscale d’un bourg. Ensuite, le croisement des registres de la capitation et des vingtièmes avec ceux des compoix et de l’état civil ancien nous permet d’identifier ponctuellement les contribuables les plus aisés. Il ressort de cette analyse que les contributions des habitants des bourgs commerçants des Pyrénées restent modestes. Les plus fortes impositions concernent majoritairement quelques gentilshommes et surtout des marchands le plus souvent relativement aisés mais dont la fortune, à quelques rares exceptions près, n’est en rien comparable à celle des négociants des villes. Aussi, la relative aisance de Saint-Béat doit plus aux franchises douanières qui lui permettent de ne pas étouffer économiquement en raison de son enclavement qu’à un commerce inter-pyrénéen faible en volume153.

*

72Le recensement des espaces de production lainière montre une extension remarquable de l’activité dans le Midi, avec une concentration particulière dans les deux généralités de Languedoc (Montpellier et Toulouse). Mais tout l’espace n’est pas couvert. Si l’on excepte le Bas-Languedoc, où une bonne partie se situe en plaine, la majorité des aires de production se répartit à proximité des montagnes : contrefort des Pyrénées, du Plantaurel, des Corbières, de la Montagne noire, des monts du Minervois, des Cévennes et des monts du Vivarais. Elles sont bien présentes dans le Massif central, dans les Causses (Comtal, Séverac, Sauveterre, Méjean, Larzac) et au pied des monts de Lacaugne, d’Aubrac et de la Margeride.

73Ces espaces sont souvent des lieux d’élevage ovin qui fournit la plus grande partie de la laine utilisée dans les petites draperies, les draps n’employant que les plus fines d’entre elles. Les tissus sont adaptés à cette offre. Les moutons donnant une laine de qualité moyenne ou inférieure plutôt longue, la mise en place d’un système de la laine peignée est favorisée. Les meilleures fibres fournissent les estames et les plus belles trames des étoffes rases et sèches. Les fibres courtes et les rebus du peignage sont cardés et entrent dans la trame des étoffes combinées. Rien ne se perd ! C’est pour cette raison que les étoffes combinées, si souvent négligées par l’historiographie pour leurs qualités propres, ont connu un développement si ancien et si important dans le Midi ainsi qu’un résistible déclin, même lorsque la demande ne cessait de diminuer.

74Mais la grande draperie et les petits draps de qualité ne peuvent se satisfaire de cette matière première ; il leur faut des fibres courtes frisées, au fort pouvoir d’imbrication, et possédant un grand pouvoir feutrant. Les toisons mérinos d’Espagne, notamment des troupeaux de la Mesta, répondent parfaitement à cette définition. La draperie fine pour le Levant consomme les fibres les plus fines. Les qualités moyennes entrent dans la fabrication des productions intermédiaires et les petites draperies emploient les fibres espagnoles les moins chères. Exploitation des ressources locales et importations donnent naissance à une organisation importante et variée du négoce de la laine dans le Midi dans laquelle les populations sont largement impliquées, du petit colporteur des montagnes au grand négociant urbain.

Notas

1 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, Genève Droz, 1976, p. 493-494.

2 Indiquer les références qui ont permis d’établir la géographie des territoires de la laine consisterait le plus souvent à recopier les inventaires des archives départementales et nationales pour les parties consacrées aux manufactures. Aussi, il n’est fait mention ici que des cotes qui ont été le plus souvent utilisées.

3 Saint-Ponais : pays du diocèse de Saint-Pons ; Bederrès : pays de Bédarrieux ; Lodévois : pays de Lodève ; Biterrois : territoire autour de Béziers.

4 Variété de droguet tissé entièrement en laine cardée tant en chaîne qu’en trame.

5 Foix, Pamiers, Mazères et Saverdun.

6 Correspondant essentiellement à l’ancien diocèse d’Alet.

7 Cotes utilisées pour la province de Languedoc, généralités de Toulouse et de Montpellier : BnF, mss. français, no 8037 ; Arch. nat., G7, 1685, 1688 ; Arch. nat., F12, 556, 557, 645, 651, 657, 659, 674, 1344, 1360, 1370, 1378 à 1385, 1575 à 1577 ; arch. dép. Hérault, C, 46, 47, 525,581, 608, 616, 1282, 2036, 2044, 2039, 2069, 2128, 2185, 2189, 2198, 2201, 2204, 2208 à 2211, 2216, 2224, 2227, 2228 à 2233, 2341, 2342, 2344, 2384, 2431, 2449 à 2458, 2459 à 2465, 2468 à 2478, 2481, 2490, 2494, 2498, 2502, 2521, 2535 à 2539, 2544, 2562, 2576, 2589, 2599, 2949, 4677, 5517, 5519, 5528, 5552, 6552, ; arch. dép. Haute-Garonne, C, 153, 2344, 2347, 2350 à 2371, 2428 ; arch. dép. Aude, IX C, 19, 20, 22, 23, 24, 25, 27, 30, 31, 36.

8 Cotes utilisées pour la généralité de Montauban : BnF, mss. français, no 8037 ; Arch. nat., G7, 1685 ; Arch. nat., F12, 559, 659, 1344, 1378.

9 Regroupé en une intendance unique en 1716 à partir des généralités de Bordeaux et de Montauban, l’intendance d’Auch couvre un vaste territoire entre Gascogne et Béarn. La difficulté dans le suivi de l’évolution de la production de la région tient au fait que les statistiques peuvent porter sur l’ensemble de l’intendance ou ne concerner qu’une de ses parties, dissociant dans ce cas la généralité d’Auch de celle de Pau. Bordes M., D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), Auch, Imp. Frédéric Cocharaux, 1957, t. II, p. 1-2 et p. 15-24.

10 Les noms de lieux sont ceux cités dans les sources – en particulier les règlements – et ne correspondent pas toujours à l’orthographe actuelle. Une recherche reste à mener pour affiner la dénomination précise de lieux de production par des recherches monographiques sur les territoires.

11 Avec les lieux de production de Gurmençon, Ledeuix, Estos, Escou, Précilhon, Goüés, Agnos, Lées-Athas, Saucède, Arros et Azas.

12 Avec Moumour, Orin, Geoux, Géronce, Saint-Goüen, Arren, Préchacq-Josbaig, Gurs, Sure.

13 Avec Mirepeix, Claracq, Coarraze, Baudreix, Bourdettes, Arros, Bruges et Rébénacq.

14 Avec Hasparren, Ayherre et les environs.

15 Avec Saint-Pé, Trescroute, Peyrouse, Batsère, Bénac, Joncalas, Adé, Vidalos, Argelès, Vieusac, Gers, Lugagnan, Lesignan, Arcizac-ez-Anglés, Escoubès-Pouts.

16 Avec Barèges, Vialanare, Sers, Viscos, Salos, Gurst, Viey, Saligos, Chèze, Esquièze-Sère, Sassis, Esterre, Viala, Batpoüey.

17 Avec Campan, Asté, Beaudéan, Gerde, Pouzac, Trébons, Ourdis-Cotdoussan, Labassère, Lies.

18 Cotes utilisées pour les généralités d’Auch et de Pau : BnF, mss. français, no 8037 ; Arch. nat., G7, 1685 ; Arch. nat., F12, 1344, 1377 ; arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, C, 44, 47, 284.

19 Et des lieux de production de Landorthe, Estancarbon, Saint-Ignan, Labarthe-Inard, Montespan, Pointis-Inard, Miramont, Bordes, Clarac, Arnaud-Guilhem, Auzas, Soueich, Cuing, Canhapé et Anhau.

20 Avec Labarthe-de-Rivière, Pointis-de-Rivière, Sauveterre, Huos, Cier et Ardiège.

21 Avec Bordes, Clarac, Taillebourg et Ausson.

22 Avec Cassagne, Roquefort, Salies, Mancioux, Bouras, Treches, Laffite, Lestelle.

23 Avec les lieux de production de Sarrancolin, Hilles, Jezeau, Cadéac, Pailhiac.

24 Avec Grézian et Guchen.

25 Mais Lauvergnat nous indique que beaucoup ne travaillent pas pour le marché (Poussou J.-P., « Un grand pays industriel : la France d’autrefois », Lévy-Leboyer M. [dir.], Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996, p. 23). Arch. dép. Gers, C, 29 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance d’Auch, 1786.

26 BnF, mss. français, no 8037; Arch. nat., G7, 1685; Arch. nat., F12, 556, 1344, 1345, 1378; arch. dép. Gers, C, 29, 30 ; arch. dép. Hérault, C, 2475, 2544, 2599.

27 Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, École des chartes, 1995.

28 Garden M., Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

29 Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, éd. Bière, 1961 et Foursans-Bourdette M.-P., Économie et finances en Béarn au XVIIIe siècle, Bordeaux, éd. Bière, 1963.

30 Arch. dép. Gers, C, 29 et C, 30 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance d’Auch, 1781-1787.

31 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, t. 1, Paris, Panckoucke, 1785, p. 256 : « Drap, subst. masc. Draperie, draper, drapier ; drap, tout tissu drapé, (pannus.) & particulièrement de laine, (textile laneum.) draperie, toute étoffe de laine : grosse draperie, toutes étoffes de laine qui se présentent sous une forme drapée : petite draperie, toutes les étoffes de laine foulées, ou qui ne le sont point ; imperceptiblement ou nullement drapées, (panorum lanerrum textura.) Draper, (laneum textile denfare in modum panni.) Drapier, celui qui fait ou qui vend le drap ; (panni opifex, vel pannorum laneorum propola). »

32 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 262.

33 Duhamel du Monceau, Arts de la draperie principalement pour ce qui regarde les draps fins, Paris, Saillant & Nyon et Desaint, 1765, p. 22.

34 Cardon D., « Permanences et ruptures technologiques du Xe AU XVIIIe siècle », L’industrie de la laine en Languedoc depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, Montpellier-Carcassonne, APALR-Les Audois, 1995, p. 24-26.

35 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, mis en œuvre et publié par Diderot et d’Alembert, Paris, 1751-1772, article « Laine, apprêt des (Economie rustique & manufactures) ».

36 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, éd. du CNRS, 1999, p. 258-259.

37 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire d’Étienne Lafont, subdélégué, sur l’inspection du sieur Holker, 1764.

38 Comme les croisés doubles brochés, les croisés drapés ordinaires, fins et superfins

39 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes qui se fabriquent en Béarn, Bigorre, Navarre, Pays de Labourd, & autres lieux et environs, & dans la généralité d’Auch, 13 janvier 1750 ; arch. dép. Gers, C, 30 ; Lettres patentes du Roi portant règlement pour la fabrication des étoffes de laine dans la généralité d’Auch, 18 septembre 1780 ; arch. dép. Aveyron, 8 M, 1 ; Tableau indicatif des règles qui doivent être suivies dans la fabrication des étoffes de laine dans la généralité de Montauban, 25 février 1781 ; arch. dép. Hérault, C, 2341 ; Ordonnance concernant les cordelats-redins qui se fabriquent à Boissezon, Brassac, Cambonnnés & autres lieux, destinés à l’usage des troupes du roy, 16 novembre 1746 ; arch. dép. Hérault, C, 2342 ; Arrêt du Conseil d’État du Roy portant règlement pour la fabrique des cordelats et redins de Mazamet, Boissesson & autres lieux de la province de Languedoc et pour plusieurs autres étoffes du diocèse de Castres, 14 décembre 1750.

40 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 261.

41 Posthumus N.-W., De geschiedenis van de leidsche lakenindustrie, II. De nieuwe tijd (zestiende tot achttiende eeuw). De lakenindustrie en verwante industriën, Gravenhage, M. Nijhoff, 1939, cité à partir de Coornaert E., « Une capitale de la laine : Leyde », Annales ESC, I, 2, 1946, p. 169-177 ; Coornaert E., Un centre industriel d’autrefois. La draperie-sayetterie d’Hondschoote (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, PUF, 1930 ; Laurent H., Un grand commerce d’exportation au Moyen Âge. La draperie des Pays-Bas en France et dans les pays méditerranéens (XIIe-XVe siècle), Paris, Droz, 1935, 2e éd., Brionne, G. Monfort, 1978 ; Trenard L. (dir.), Histoire de Lille, Toulouse, Privat, 1981 ; Hilaire Y.-M. (dir.), Histoire de Roubaix, Dunkerque, éd. des Beffrois-Westhoek, 1986 ; Lottin A. (dir.), Histoire de Tourcoing, Dunkerque, éd. des Beffrois, Westhoek, 1986.

42 Deyon P., Amiens, capitale provinciale. Étude sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1967.

43 Goubert P., Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l’histoire sociale de la France du XVIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1960.

44 Stephens W. R., Seventeenth Century Exeter, Exeter, University of Exeter, 1958; Mac Caffrey W. T., Exeter, 1540-1640. The Growth of an English County Town, Cambridge, Harward University Press, 1958; Coleman D. C., « An Innovation and its Diffusion: The “New Draperies” », Economic History Review, 2, Xxii, 1969, p. 417-429; Coleman D. C., The Economy of England, 1450-1750, Londres-New-York, Oxford University Press, 1977; Coleman D. C., Industry in Tudor and Stuart England, Londres, Macmillan, 1975.

45 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 259.

46 Lire chalon.

47 Voir l’ensemble des sources réglementaires à ce sujet.

48 Cardon D., La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 184-200 et p. 260-261.

49 Belhoste J.-F., « Naissance de l’industrie du drap fin en France à l’âge classique », La manufacture du Dijonval et la draperie sedanaise, 1650-1850, Paris, ministère de la Culture, Cahiers de l’Inventaire, 2, 1984, p. 10-28.

50 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 263-264.

51 Arch. dép. Aude, 9 C, 22 ; Règlement des manufactures. Extrait des registres du Conseil d’État, 22 octobre 1697.

52 Arch. dép. Hérault, C, 2342 ; Arrêt du Conseil d’état du Roy portant règlement pour la fabrique des […] étoffes du diocèse de Castres, 14 décembre 1750.

53 Les abieux sont une qualité de cadis tout en laine cardée (Arch. nat., F12, 559 ; Lettre de l’intendant de Bernage au contrôleur général des finances, 5 avril 1731).

54 Les refoulés sont des cadis qui dérogent à la règle commune puisqu’ils sont tout de laine cardée. Non reconnus par les règlements, ils sont à l’origine d’un commerce important en Rouergue, en particulier à Saint-Geniez et Séverac. En 1779, ils font l’objet d’une proposition de règlement (Arch. nat., F12, 656 ; Observations sur le projet de règlement concernant les étoffes qui se fabriquent dans la généralité de Montauban et le Rouergue, 1779) qui n’est pas retenue par les lettres patentes portant règlement de juin 1780 ; seuls les refoulés chaîne peignée et trame cardés sont retenus (Arch. nat., F12, 656 ; Lettres patentes portant règlement pour la fabrication des étoffes de laine pour la généralité de Montauban, 4 juin 1780). Pourtant, en 1779 ou 1780, un document officiel stipule que les refoulés fins de Saint-Geniez sont tissés en chaîne à base de laine cardée de Languedoc ou de Provence et en trame de laine cardée des mêmes fibres ou de laines du pays. Ils ont 960 fils de chaîne et une largeur de 5/12 d’aune après foulage. Il mentionne aussi les refoulés ordinaires étroits de Saint-Geniez tissés en chaîne à base de laine cardée de Provence et en trame de laine cardée des mêmes fibres ou de laines du pays. Filés plus gros, ils ont 864 fils de chaîne et une largeur de 3/8 d’aune après foulage (Arch. nat., F12, 656 ; Tableau indicatif des matières qui doivent être employées dans la fabrication des étoffes qui se font dans la généralité de Montauban, s. d. [1779 ou 1780]).

55 Arch. dép. Aveyron, 8 m, 1 ; Tableau indicatif des règles qui doivent être suivies dans la fabrication des étoffes de laine dans la généralité de Montauban, 25 février 1781.

56 Arch. nat., F12, 1383 ; Matières employées dans les manufactures drapières en 1724 et Arch. nat., F12, 1378 ; Matières employées dans les manufactures drapières en 1716 et 1724.

57 Arch. dép. Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764).

58 Arch. dép. Aveyron, 6 m, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

59 Arch. dép. Hérault, C, 6552 ; Mémoire sur le petit Comminges par Glayse.

60 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2 et 3.

61 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Remarques du sous-préfet de Muret en marge des statistiques industrielles.

62 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2 et 3.

63 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Remarques du sous-préfet de Muret en marge des statistiques industrielles.

64 Boulet F., Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du XIXe siècle, op. cit.

65 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698, fo 229-231.

66 Ibid., fo 232.

67 Cicullo M. et Giordanengo L., Le commerce des laines d’Espagne dans la France méridionale au XVIIIe siècle, mém. de maîtrise, Aix-en-Provence, 1970.

68 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698, fo 230.

69 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.

70 Bona M., Essai sur la détermination statistique de la qualité des tissus, thèse de doctorat, université de Haute-Alsace, Mulhouse, 1984 ; Champetier G., les fibres textiles naturelles, artificielles et synthétiques, Paris, Dunod, 1959 ; Monfort F., Aspects scientifiques de l’industrie lainière, Paris, Dunod, 1960.

71 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné…, op. cit., article « Laine (Arts, Manufactures, Commerce) ».

72 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Prix moyen des matières, 1812.

73 Il en est de même des troupeaux du Roussillon qui appartiennent aussi à cette race mais qui sont d’une qualité inférieure. La preuve en est fournie par le prix des matières qui se négocient à des niveaux bien inférieurs à ceux des ségovianes ou des léoneses.

74 Klein J., The Mesta, a Study in Spanish Economic History, 1273-1836, Cambridge, Harvard University Press, 1920, 2e éd., Port Washington, Kennikat Press, 1985, trad. esp., La Mesta: studio de la historia económica Espanola, 1273-1836, Madrid, Alianza, 1re éd. 1936, 2e éd. 1979, 3e éd. 1985.

75 « Dehesas » : partie d’un « alfoz » (communauté) servant principalement à la pâture.

76 « Ganaderia estante » : élevage à demeure. García Martín P. et Sánchez Benito J. M. (éd.) Contribución a la historia de la trashumancia en España. 1986, 2a, ed. rev. y aum., Madrid, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Centrado de Publicaciones, 1996.

77 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique…, op. cit., p. 267.

78 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes […], supra cit. ; arch. dép. Gers, C, 30 ; Lettres patentes du Roi portant règlement pour la fabrication des étoffes de laine dans la généralité d’Auch, 18 septembre 1780 : Chaîne en « laine de la haute Navarre ou autre de pareille qualité, peignée » et leur trame en « laine tierce de Ségovie et de haute Navarre, ou autre de pareille qualité, cardée », les cadis teints en laine et de couleur mêlée la « meilleure laine de la haute Navarre ou autre de pareille qualité, peignée » en chaîne et la « meilleure laine de la haute Navarre ou autre de pareille qualité, cardée » en trame, les cordelats blancs et teints en pièce une « bonne laine de la haute Navarre ou autre de pareille qualité, peignée » en chaîne et une « bonne laine de la haute Navarre et peignons, cardée » en trame.

79 Ibid., les cadis forts et les cordelats fins de la première qualité doivent avoir la chaîne en « laine d’Aragon, ou la plus fine laine de la haute Navarre, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « laine d’Aragon, ou la plus fine laine de la haute Navarre, ou autre équivalente, cardée ».

80 Ibid., dont la chaîne est en « bonne laine de la haute Navarre, ou fine laine d’Ossau, ou autre de pareille qualité, peignée » et la trame en « bonne laine de la haute Navarre, ou fine laine d’Ossau, ou autre de pareille qualité, cardée ».

81 Ibid., dont la chaîne est faite de « la plus fine laine du pays, de la haute Navarre et d’Espagne, ou autre équivalente, peignée » et la trame de « la plus fine laine du pays, de la haute Navarre et d’Espagne, ou autre de pareille qualité, peignée ».

82 Ibid., dont la chaîne est en « bonne laine de Bigorre, de la haute Navarre, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « bonne laine de Bigorre, de la haute Navarre, ou autre équivalente, cardée ».

83 Ibid., dont la chaîne est en « laine du pays, de la haute Navarre et d’Ossau, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « laine du pays, de la haute Navarre et d’Ossau, ou autre équivalente, cardée ».

84 Ibid., dont la chaîne est en « bonne laine de Bigorre, de la haute Navarre et d’Ossau, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « bonne laine de Bigorre, de la haute Navarre et d’Ossau, ou autre équivalente, cardée ».

85 Ibid., dont la chaîne est en « meilleure laine du pays et de Bigorre, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « la meilleure laine du pays et de Bigorre, ou autre équivalente mêlée avec des peignons, cardée ».

86 Ibid., ont la chaîne en « meilleure laine du pays, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « la meilleure laine du pays, ou autre de pareille qualité, cardée ».

87 Ibid., qui ont respectivement la chaîne en « laine fine de Bigorre, ou autre de pareille qualité, peignée » et la trame en « laine fine de Bigorre, ou autre équivalente, cardée », la chaîne en « bonne laine de Bigorre, ou autre de pareille qualité, peignée » et la trame en « bonne laine de Bigorre, ou autre de pareille qualité, cardée », la chaîne est en « laine la plus fine de Bigorre, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « laine la plus fine de Bigorre, ou autre équivalente, peignée », la chaîne est en « bonne laine du Pays, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « bonne laine du Pays, ou autre équivalente, peignée », la chaîne en « bonne laine du pays, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « bonne laine du pays, ou autre équivalente, peignée », la chaîne est en « bonne laine de Bigorre, ou autre équivalente, peignée » et la trame en « bonne laine de Bigorre, ou autre de pareille qualité, peignée ».

88 « Les laines d’Espagne ne sont plus dans ces fabriques [de Saint-Gaudens] aussi abondantes qu’autrefois », cf. arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2.

89 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, Madrid, Actas, 1992, p. 221-222, p. 317-318 et p. 330-334.

90 L’inspecteur Joly en souligne les conséquences en insistant sur les effets produits par « les forts droits de sortie que l’on a imposés en Espagne sur cette marchandise [laine] et les précautions prises pour les faire payer exactement », cf. arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2.

91 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Production de l’inspection de Saint-Gaudens entre 1747 et 1753.

92 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Fontanes, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 24 oct. 1748, fo 2.

93 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94 ; Intendant de Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, fo 98 sq.

94 Arch. dép. Hérault, C, 2599 ; Questionnaire concernant Montesquieu-Volvestre, 1786.

95 Arch. nat., F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux, inspecteur des manufactures du département de Toulouse, 1777.

96 Arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 12 ; Quantité et prix des laines pour 1789 et pour l’an IX. Pour une étude détaillée et la publication des statistiques des volumes et des prix pour ces deux années, cf. Minovez J.-M., « La laine et son commerce aux marges de Languedoc et de Gascogne de l’Ancien Régime à l’Empire », Actes des rencontres en Bas-Comminges, Mauzac 29 juin 1996, Saint-Gaudens, Société des études du Comminges, numéro spécial de la Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, 1996, p. 223-234.

97 Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914. Origines d’un moindre développement, Paris, Publisud, 1997, p. 182.

98 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; Mémoire sur la communauté de Montesquieu-Volvestre, 1788.

99 Arch. dép. Hérault, C, 2296 ; Mémoire concernant la communauté de Saint-Elix, 1788.

100 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 499.

101 « Sont entièrement de laine, tirés à poil d’un côté, et quelquefois des deux ; ce qui les rend très chauds […]. Il se fait des droguets espagnolettes de différentes qualités ; les uns très fins, tout de laine d’Espagne, mêlée de laines de pays ; et d’autres tout de laine de pays, qui sont les plus grossiers et les moins estimés. Ils se fabriquent tout en blanc et se teignent ensuite de différentes couleurs », cf. Savary des Bruslons J. et Savary L.-P., Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers…, op. cit., t. II, col. 175.

102 Cf., échantillon de Casimir teint en bleu, arch. dép. Haute-Garonne, 12M, 5.

103 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94 ; Intendant de Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, mém. cit., fo 97, vo.

104 Le Flem J.-P., « Vraies et fausses splendeurs de l’industrie textile ségovienne, vers 1460-vers 1650 », Spallanzani M. (éd.), Produzione, commercio e consumo dei panni di lana nei secoli XII-XVIII, Atti della seconda settimana di studio, 10-16 aprile 1970, Istituto internazionale di storia economica F. Datini, Firenze, L. S. Olschki, 1976, p. 523-536 ; Garcia i Sanz A., « Verlagsystem y concentratión productiva en la industria pañera de Segovia durante el siglo XVIII », Revista de Historia Industrial, 10, 1996, p. 11-36.

105 Arch. dép. Hérault, C, 2555 ; Compte-rendu de Delagenière, 1768.

106 Arch. nat., F12, 659A ; Sieur Holker fils sur les manufactures de Languedoc, 1774.

107 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698, fo 193.

108 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), Paris, Hachette, 1911, d’après un mémoire de la ville d’Aspet, Archives de la chambre de commerce de Toulouse, délibération du 19 mai 1769.

109 Poujade P., Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, Aspet, Pyrégraph éditions, 1998, p. 150.

110 Molis R., « Inspection des manufactures au départ de Saint-Gaudens et industries en Nébouzan », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, 1980, p. 400 ; Molis R., « Le Comminges languedocien ou Petit Comminges à la fin de l’Ancien Régime : son état économique et social », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, 1975, p. 295 ; Sarramon A., Les paroisses du diocèse de Comminges en 1786, Paris, Bibliothèque nationale, 1968, p. 54 sq. ; arch. dép. Hérault, C, 6552 ; Mémoire sur le petit Comminges par le sieur Glayse, commissaire principal de l’assiette.

111 Cicullo M. et Giordanengo L., Le commerce des laines d’Espagne dans la France méridionale au XVIIIe siècle, op. cit.

112 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698, fo 212.

113 Ibid., « Ils les achètent surges c’est-à-dire comme elles viennent des moutons ».

114 Ibid.

115 Dutil L., L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 339-340, d’après arch. dép. Hérault, C, 2190 ; Mémoire des fabricants de Carcassonne, 1787.

116 Arch. dép. Hérault, C, 46 ; Notes sur Montpellier, vers le milieu du XVIIIe siècle.

117 Arch. dép. Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.

118 García Martín P. et Sánchez Benito J. M.a (éd.), Contribución a la historia de la transhumancia en España. 1986, 2a, ed. rev. y aum., Madrid, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Centrado de Publicaciones, 1996.

119 González Enciso A. et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 307.

120 Pontet J., Bayonne : un destin de ville à l’époque moderne, fin du XVIIe-milieu du XIXe siècle, Biarritz, J & D éditions, 1990 ; J. Pontet (dir.), Histoire de Bayonne, Toulouse, Privat, 1991 ; Becchia A., « Importations et exportations françaises de laine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Fontana Giovanni Luigi et Gayot Gérard (éd.), Wool : Products and Markets (13th-20th Century), XIIIe Congrès de l’association internationale d’histoire économique, Buenos Aires, 22-26 juillet 2002, Padou, CLEUP, 2004, p. 181-204.

121 Arch. dép. Hérault, C, 5519 ; Mémoire sur les laines, sur la fabrication des draps et autres étoffes de laine, 1760, fo 2.

122 Arch. nat., F12, 1349 ; Achat de laines d’Espagne.

123 Dralet M., Description des Pyrénées considérées spécialement sous le rapport de la géologie, de l’économie politique rurale de l’industrie et du commerce, Paris, Arthur Bertrand, 1813, p. 186-187.

124 D’après nos estimations il fallait entre 15 et 20 kilos de laine pour les tissus les plus étroits alors que les draps de grande qualité nécessitaient 25 kilos et plus des meilleures laines d’Espagne.

125 Benamiche L. et Képéklian Y., Cinq notaires de Saint-Béat témoins de la vie économique et sociale de la haute vallée de la Garonne au temps de Louis XIV (1667-1668), mémoire de maîtrise, université de Toulouse-Le Mirail, 1984, p. 102.

126 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, Aspet, Pyrégraph éditions, 1995, p. 319.

127 Arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2.

128 Les rapports des inspecteurs, les statistiques industrielles comme les règlements font le plus souvent silence sur les laines de la vallée d’Aran. Toutefois, elles sont bien utilisées dans la région au moins depuis 1707, cf. BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provinces de France, 1707, fo 47 ro et 48.

129 Sanllehy i Sabi M. A., Comunitats, veïns i arrendataris a la Val d’Aran (s. XVII-XVIII) : dels usos comunals a la dependència econòmica, op. cit.

130 C’est-à-dire entre les deux versants de la chaîne et qui profite d’abord à l’économie régionale. Il diffère du commerce transpyrénéen de produits qui ne font que transiter par les Pyrénées pour des destinations plus ou moins lointaines, en France et en Europe du Nord.

131 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 2027 ; Rôle de la capitation de 1695 du diocèse du Petit-Comminges.

132 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, op. cit., p. 249.

133 Cours-Mach M., « Les relations frontalières entre la ville de Seix en Couserans et le Val d’Aran en Espagne du XVIe au XIXe siècle », Couserans et montagne ariégeoise, Actes du Congrès d’études régionales de Saint-Girons, 1975, Saint-Girons, 1976, p. 74.

134 Archives privées de Maurice Dufaur ; Plumitif de l’élection de Comminges, 1741 : Dufaur M., L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, Aspet, L’Adret éditions, 1987.

135 « … les paysans espagnols qui venaient autrefois en grand nombre chargés chacun d’une grande sache de laine qu’ils passaient en contrebande et qu’ils donnaient à bas prix », cf. arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2.

136 Minovez J.-M., « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 1761-vers 1868 », Larguier G. (dir.), Douanes, États et frontières dans l’est des Pyrénées de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque de Perpignan, Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 19 juin 2004, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2005, p. 137-157.

137 Arch. dép. Hérault, C, 2475, pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 10 octobre 1747, fo 1.

138 Poujade P., Une vallée frontière dans le Grand Siècle. Le Val d’Aran entre deux monarchies, op. cit., p. 150-151. Olivier Codina a montré que le phénomène était identique en Andorre donnant aux maisons de marchands une surface commerciale d’une ampleur sans rapport avec les richesses de la principauté (Codina Vialette O., De fer et de laine. Les vallées andorranes du XVIe au XIXe siècle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2005).

139 « Quelques marchands du pays vont eux-mêmes en faire le lavage en Espagne et le peu d’aisance des fabricants leur faisant craindre d’être obligé de les leur en donner à crédit sans pouvoir en recouvrer que difficilement le prix fait qu’ils aiment mieux les envoyer à Toulouse, Montauban et Bordeaux que de les débiter dans le pays », cf. arch. dép. Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, fo 2.

140 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, op. cit., p. 344.

141 Arch. dép. Hérault, C, 2431 ; Observations sur la cherté des laines en 1753.

142 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchandsfabricants, Carcassonne, Société d’études scientifiques de l’Aude, 1993, p. 120 et p. 123-124.

143 Arch. dép. Hérault, C, 1282 ; Achat de laines espagnoles par Marcassus en 1739.

144 Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchandsfabricants, op. cit., p. 124.

145 Arch. nat., F12, 1483 ; Achat de laines espagnoles par les marchands-fabricants montesquiviens à la fin de l’Ancien Régime. Minovez J.-M., « Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs au XVIIIe », Annales du Midi, 2000, p. 21-40.

146 Forné J., « Echanges pyrénéens : esquisse d’une problématique de l’espace sous l’Ancien Régime », Les Français en Espagne à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Toulouse, éd. du CNRS, 1990, p. 243.

147 Sermet J., « Communications pyrénéennes et transpyrénéennes », Actes du IIe congrès d’études pyrénéennes, Luchon-Pau, 1954, Toulouse, 1960 ; Madrazo S., El sistema de comunicaciones en España, 1750-1850, Madrid, Colegio de Ingenieros de Caminos, Canales y Puertos-Turner, 1984.

148 Cours-Mach M., « Les relations frontalières entre la ville de Seix en Couserans et le Val d’Aran en Espagne du XVIe au XIXe siècle », loc. cit., p. 63-81.

149 Bourret C., Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle. La formation progressive d’une frontière, op. cit., p. 296-297.

150 On peut en effet penser que la majorité des échanges inter-pyrénéens échappent à la contractualisation du fait de la faiblesse des quantités négociées à chaque transaction. Il en est en grande partie de même du négoce trans-pyrénéen qui intéresse des acteurs économiques extérieurs à la région n’impliquant pas nécessairement le passage d’actes économiques au franchissement de la frontière.

151 Benamiche L. et Képéklian Y., Cinq notaires de Saint-Béat témoins de la vie économique et sociale de la haute vallée de la Garonne au temps de Louis XIV (1667-1668), op. cit.

152 Arch. dép. Haute-Garonne, C, 2027 ; Rôle de la capitation de 1695 du diocèse du Petit-Comminges et surtout arch. dép. Haute-Garonne, C, 2169 ; Rôle des vingtièmes (1775-1790) de l’élection de Rivière-Verdun et arch. dép. Haute-Garonne, C, 2173-2180 ; Rôle de taille et de capitation pour le Comminges et arch. dép. Haute-Garonne, C, 3146-3200 ; Rôle des tailles pour le Nébouzan et arch. dép. Haute-Garonne, C, 3202-3203 ; Capitation roturière pour le Nébouzan.

153 Castaing G., « Saint-Béat à la fin de l’Ancien Régime », Pyrénées, 147, p. 236-247 et ibid., 148, 1986, p. 369-381 ; Forné J., « Échanges pyrénéens : esquisse d’une problématique de l’espace sous l’Ancien Régime », loc. cit., p. 242.

Índice de ilustraciones

Leyenda Carte 2. – L’espace d’étude.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 277k
Leyenda Carte 3. – Les aires de spécialisation productive et les territoires de la laine du Midi au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 229k
Leyenda Illustration 1. – Le territoire de la fabrique de Saint-Geniez.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 398k
Leyenda Carte 4. – Le territoire d’Oloron et de Sainte-Marie en 1727 (nombre de métiers).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 208k
Leyenda Carte 5. – Le territoire d’Oloron et de Sainte-Marie en 1727 (nombre d’ouvriers).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 190k
Leyenda Carte 6. – Le territoire des Quatre-Vallées vers 1750.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 266k
Leyenda Carte 7. – Le territoire du Comminges et du Nébouzan vers 1750.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 475k
Leyenda Carte 8. – Les zones de répartition des tissus du Midi au XVIIIe siècle par grands types.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 361k
Leyenda Carte 9. – Zone d’approvisionnement en laine de la partie occidentale des Pyrénées pour les petites draperies du Midi au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 177k
Leyenda Carte 10. – Les laines d’Espagne à travers les Pyrénées au XVIIIe siècle. Origine, circulation, destination.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127398/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 267k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search