Version classiqueVersion mobile

La puissance du Midi

 | 
Jean-Michel Minovez

Introduction

Texte intégral

  • 1 Léon P., « La réponse de l’industrie », Braudel F. et Labrousse E. (dir.), Histoire économique et (...)
  • 2 Poussou J.-P., « Le sud-ouest de la France est-il au XIXe siècle une région sous-industrialisée et (...)
  • 3 Cantelaube J., La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne ( (...)
  • 4 Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, éd. Bière, 1961 et(...)
  • 5 Nombreuses références dans la sous-série F12 des Archives nationales à partir de la Régence.
  • 6 En particulier aux archives départementales du Gers.
  • 7 Chassagne S., « Les débuts de l’industrie cotonnière en Bas-Languedoc », De la fibre à la fripe. L (...)
  • 8 Léon P., « La réponse de l’industrie », Histoire économique et sociale de la France, op. cit., p.  (...)
  • 9 André L., Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France, 179 (...)

1Affirmer la puissance économique du Midi à l’époque moderne, fût-elle celle de la draperie, ne va pas de soi. En effet, lorsqu’on analyse les cartes de synthèse des activités industrielles françaises au XVIIIe siècle publiées dans l’Histoire économique et sociale de la France, on observe presque systématiquement un déséquilibre entre le Midi et la France du Nord et de l’Est, essentiellement1. Cela a conduit à conclure que le Sud-Ouest a connu au XVIIIe siècle un développement significatif de l’industrie mais qui n’était pas comparable à celui du Nord2. Pourtant, face aux incontestables faiblesses du Midi, remarquons aussi ses forces qui tiennent aux réalités représentées mais aussi aux vides qui sont liés aux effets de sources et non à la réalité industrielle de la région. Ainsi, en ce qui concerne la métallurgie à travers ses forges et ses hauts fourneaux, constatons que le Midi pyrénéen est loin d’être un espace sans dynamisme. Le Pays de Foix, surtout, mais aussi le Couserans, le Razès, le Donezan et le diocèse de Mirepoix qui forment l’actuel département de l’Ariège, sont fort bien dotés3 ; l’équipement est complété par les forges du Béarn. Quant à la carte situant la métallurgie, elle ne traite que de la production de fonte et de fer, ignorant l’acier, oubliant la production béarnaise, sous-estimant la production du Pays de Foix. Il en est de même pour les toiles et toileries qui seraient totalement absentes du Midi. Or, Le Béarn était un important territoire de fabrication dispersée de toiles en lin et de mouchoirs4. Le Couserans, sans atteindre les niveaux de son voisin, avait développé, à partir de la Régence, une production significative de toiles de lin5. Leur occultation dans les cartes de synthèse peut surprendre, car les dossiers statistiques, en particulier ceux des inspecteurs des manufactures, en font largement état au contraire de la généralité d’Auch (pour la partie correspondant à l’actuel département du Gers) et du Pays de Foix. Cependant, quelques sources, insuffisamment exploitées à ce jour, prouvent qu’une importante activité toilière était développée en zone rurale, au moins jusqu’au début du XIXe siècle, en particulier dans la généralité d’Auch sans qu’aucune étude ne l’ait démontré6. En ce qui concerne l’industrie cotonnière, l’Aquitaine est effectivement très mal pourvue. En revanche, le Languedoc ne paraît pas pauvre en la matière, en particulier le Bas-Languedoc7. Quant aux toiles peintes, le niveau de production par généralité montre une absence du Midi – faute de sources – corrigée par les statistiques de groupement des entreprises qui attestent de l’importance des centres de Toulouse, Agen, Bordeaux et Montpellier. Enfin, la carte des papeteries sous-estime sensiblement la place du Midi. Si ce dernier n’a jamais pu concurrencer les grandes régions papetières, il existe tout le long des Pyrénées des moulins à papier qui vont devenir usines alors que l’Angoumois est la seconde région productrice française après l’Auvergne. Mais ni l’enquête de 1789, ni celle de 1812, ne prennent en compte l’ensemble des établissements. En 1789, on ne connaît rien sur les cuves et le nombre d’établissements de la généralité d’Auch et du Roussillon8 ; en 1812, les papeteries du Comminges et du Roussillon restent ignorées9.

  • 10 Voir la comparaison entre les cartes 11, 12 et 13 concernant la production française d’étoffes de (...)

2Le Midi est donc une région fortement industrielle au XVIIIe siècle dont la croissance significative voire l’existence même reste à révéler. Pour la démontrer il a été choisi d’étudier l’industrie la plus développée de la zone comme du pays : l’industrie textile, à travers sa branche dominante représentée par les étoffes de laine. À l’époque moderne, la draperie du Midi a pris une grande ampleur, au moins à partir du XVIIe siècle et, pour le XVIIIe siècle, les historiens sont unanimes à constater la croissance des manufactures. Si l’on oppose France septentrionale et France méridionale, l’écart important qui existait dans l’industrie lainière à la fin du règne de Louis XIV s’est considérablement réduit, à la veille de la Révolution, du fait d’une croissance double au cours du XVIIIe siècle des provinces du sud par rapport à celles du nord10.

Carte 1. – Les grandes régions lainières françaises à travers leurs généralités au XVIIIe siècle.

  • 11 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 12 Coornaert E., Un centre industriel d’autrefois. La draperie-sayetterie d’Hondschoote (XIVe-XVIIIe (...)
  • 13 Les petites draperies ont connu un développement très ancien, dans le Midi aussi. Perpignan, par e (...)
  • 14 Analysé rapidement par Maurice Bordes (Bordes M., D’Etigny et l’administration de l’intendance d’A (...)
  • 15 C’est la région de Carcassonne qui a d’abord intéressé les historiens mais il a fallu attendre la (...)
  • 16 Le Midi toulousain a représenté un point aveugle de l’histoire du textile. Si l’on exclut les thès (...)
  • 17 C’est l’industrie toilière qui a surtout intéressé les chercheurs, les juristes (Anthony G., L’ind (...)
  • 18 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Marcel Rivière, 1958.
  • 19 Dont l’histoire des industries lainières nous est connue surtout à travers quelques mémoires de ma (...)
  • 20 Ainsi Line Teisseyre-Sallmann, traitant de l’industrie de cet espace aux XVIIe et XVIIIe siècles s (...)
  • 21 La notion de mass-production system est employée largement par les auteurs anglo-saxons pour décri (...)
  • 22 Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, op. cit., p. (...)

3Mais le regard porté sur le Midi se focalise d’abord sur la grande draperie et la généralité de Montpellier. Les draps pour le Levant – produits à Carcassonne en particulier – sont renommés, comme les draps de troupe de Lodève ou ceux de Limoux destinés au marché intérieur. Quant aux petites draperies, elles sont surtout décrites à travers celles du Gévaudan et de Montauban. La focalisation sur la généralité de Montpellier ne doit pas surprendre : elle reste au début comme à la fin du XVIIIe siècle la première zone de production drapière du royaume devant celle d’Amiens, les deux circonscriptions avoisinant le tiers de la production française de tissus de laine pour l’ensemble de la période, ce qui est considérable. Pourtant, au cours du XVIIIe siècle, à en croire Tihomir Markovitch, la généralité de Montpellier connaît la plus faible croissance de la France méridionale (+ 23,3 %). Si l’on excepte la généralité de Perpignan aux données peu significatives, la poussée productive la plus forte est due à la généralité de Pau (+ 511,7 %), puis à celle de Montauban (+ 414,3 %), d’Auch (+ 120 %) et de Toulouse (+ 40,5 %)11. S’il existe une grande draperie destinée au Levant dans la généralité de Toulouse et si, dans celle de Montauban, on produit aussi des draps pour l’intérieur et le commerce européen, la majeure partie de la fabrication reste dominée ici par la petite draperie. La grande draperie restant la base de la fortune de l’industrie lainière, la croissance des manufactures textiles du Midi au XVIIIe siècle n’est pas le fait de la grande mais bien de la petite draperie ; son succès dépend de la « nouvelle draperie » développée, dès le XVIe siècle, dans les Pays-Bas, dans la France du Nord et en Angleterre12, le Midi ne l’adoptant vraiment qu’à partir du XVIIe siècle13. Alors que l’on a pu souligner son importance dans la croissance exceptionnelle des régions septentrionales de l’Europe du Nord-Ouest, le silence est presque total pour la France méridionale où elle occupe pourtant une place essentielle. Rien ou presque avant les années 1990 sur les draperies de la généralité d’Auch14 et de Toulouse15 – du Toulousain en particulier16 –, peu sur celles de Pau17. Celles de Montauban18 sont abusivement abordées sous l’angle presque exclusif de leur ville capitale, les principales zones de production du haut Quercy et surtout du Rouergue étant ainsi en grande partie ignorées19. Quant au Bas-Languedoc oriental et cévenol, l’importance prise par l’industrie de la soie tend à occulter le rôle tenu par les petites draperies des Cévennes et des Garrigues dans les diocèses de Nîmes, d’Alès et d’Uzès20. Ainsi, force est de constater, à l’instar de Line Teisseyre-Sallmann pour le Bas-Languedoc, que l’industrie a fini par investir des régions entières, participant à un phénomène de développement de production en masse21 sans que l’historiographie récente ne s’en préoccupe22. Voilà donc des territoires de l’industrie et des productions invisibles à l’origine pourtant de l’essentiel de la croissance au XVIIIe siècle.

  • 23 Toutefois, l’exurbanisation de la production concerne aussi la grande draperie dont une partie de (...)

4Pourtant, dès le XVIIe siècle, les structures de l’industrie de la laine se mettent en place, gardant ensuite une forme assez semblable durant l’époque moderne. Cela concerne aussi bien la géographie des territoires, les types d’étoffes, les techniques que l’organisation de la production et des échanges. La phase dépressive qui court de 1620 à 1660 conduit à des adaptations leur donnant une forme irréversible pour toute la période précédant la révolution industrielle. Après des phénomènes d’exurbanisation et de réurbanisation de la production textile entre le XVe et le XVIIe siècle, la concurrence entre les régions manufacturières européennes conduit à la localisation définitive des fabrications simples et peu coûteuses dans le monde rural, seul espace à même d’offrir une main-d’œuvre nombreuse et bon marché, sans obligation de maîtrise préalable d’un savoir-faire élaboré23.

5Les aires de collecte des produits ou de recrutement des ouvriers dans l’espace rural et urbain qui en découlent conduisent à l’émergence des territoires de la laine ; ces derniers se fixent à cette période et les grandes enquêtes de la fin du XVIIe, comme les mémoires des intendants de la seconde moitié du siècle, permettent de les identifier. C’est aussi à la même période que s’établissent les différentes catégories de produits du Midi jusqu’aux mutations du XIXe siècle ; les types d’étoffes, héritiers des bouleversements des techniques à la fin du Moyen Âge, reposent sur les draps, les draperies peignées et les étoffes combinées. Ils sont indissociables de la laine qui entre dans leur fabrication tant sa qualité, sa finesse, ses lieux de production, ses flux, paraissent déterminant dans la réussite comme dans l’échec des manufactures. C’est cette articulation entre territoire, tissus du Midi et laine entrant dans leur fabrication que le premier chapitre de l’ouvrage cherchera à démontrer.

  • 24 Polanyi K., « The Economistic Fallacy », Polanyi K. et Pearson H. W. (éd.), The Livelihood of Man,(...)
  • 25 De ce point de vue, le modèle rappelle bien les formes d’encastrement polanyien de l’économie (cf. (...)
  • 26 Confirmant l’hypothèse polyannienne de l’embeddedness mais nuançant aussi l’idée de Karl Polanyi d (...)

6Un second chapitre sera consacré à l’étude du travail dispersé et à l’étude de la souplesse de l’organisation productive. L’émergence de nouveaux produits, l’évolution de la collecte des matières premières nécessitent la mise en œuvre de techniques adaptées. S’exprimant dans un cadre traditionnel, elles n’en sont pas moins dynamiques, appelant à des innovations au cours de l’époque moderne et à des spécifications de pratiques selon les types de tissus et les territoires. Le travail se structure, au sein d’une production éclatée, dans le cadre du Kaufsystem et du Verlagsystem en adaptation constante. Leur généralisation s’appuie sur la recherche de compléments d’activité de la part d’une population avant tout paysanne, exploitant au maximum le milieu, l’économie étant encastrée dans la société ; l’homme y « subsiste en vertu d’une interaction institutionnalisée entre lui-même et son environnement naturel24 ». La pluriactivité occupe une place très importante25 et se maintient bien au-delà de la période étudiée26. Les sociétés rurales trouvent ainsi dans l’industrie les moyens de résoudre partiellement les insuffisances de l’exploitation agricole ; mais l’équilibre reste instable, les conflits, dans toute leur diversité, le révèlent.

7C’est dans le cadre de ces structures que le Midi connaît une croissance sensible de sa production entre la fin du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle, comme nous le verrons dans le troisième chapitre. Celle-ci ne se fait pas d’une manière linéaire ; on observe une augmentation globale jusqu’aux années 1760 ; par la suite, la croissance ralentit et, dans certains types de fabrication, on assiste même au début d’une tendance récessive. Cette dernière tient autant à la mutation de la consommation qui se fait jour, dès cette période, qu’à la transformation des marchés internationaux liée aux changements institutionnels – en Espagne en particulier – ou à la concurrence sur le marché français des tissus étrangers comme nationaux.

Notes

1 Léon P., « La réponse de l’industrie », Braudel F. et Labrousse E. (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. 2, Paris, PUF, 1970, p. 228, p. 234, p. 236, p. 238, p. 240, p. 242, p. 244, p. 246.

2 Poussou J.-P., « Le sud-ouest de la France est-il au XIXe siècle une région sous-industrialisée et sousdéveloppée ? », Poussou J.-P. (dir.), L’économie française du XVIIe au XXe siècle. Perspectives nationales et internationales, Mélanges offerts à François Crouzet, Paris, PUPS, 2000, p. 643-670.

3 Cantelaube J., La forge à la catalane dans les Pyrénées ariégeoises, une industrie à la montagne (XVIIe-XIXe siècle), Toulouse, CNRS-UTM-Méridiennes, 2005.

4 Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, éd. Bière, 1961 et Foursans-Bourdette M.-P., Économie et finances en Béarn au XVIIIe siècle, Bordeaux, éd. Bière, 1963.

5 Nombreuses références dans la sous-série F12 des Archives nationales à partir de la Régence.

6 En particulier aux archives départementales du Gers.

7 Chassagne S., « Les débuts de l’industrie cotonnière en Bas-Languedoc », De la fibre à la fripe. Le textile dans la France méridionale et l’Europe méditerranéenne (XVII-XXe siècle), Actes du colloque du 21 et du 22 mars 1997, université Paul Valéry-Montpellier III, Montpellier, Centre d’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, 1998, p. 129-141.

8 Léon P., « La réponse de l’industrie », Histoire économique et sociale de la France, op. cit., p. 246.

9 André L., Machines à papier. Innovation et transformations de l’industrie papetière en France, 1798-1860, Paris, EHESS, 1996, p. 40.

10 Voir la comparaison entre les cartes 11, 12 et 13 concernant la production française d’étoffes de laine au début du XVIIIe siècle et les cartes 23, 24 et 25 traitant du même objet pour la fin du XVIIIe siècle.

11 Markovitch T. J., Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, Genève Droz, 1976.

12 Coornaert E., Un centre industriel d’autrefois. La draperie-sayetterie d’Hondschoote (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, PUF, 1930, p. 12-25 ; Coleman D. C., Industry in Tudor and Stuart England, Londres, MacMillan, 1975.

13 Les petites draperies ont connu un développement très ancien, dans le Midi aussi. Perpignan, par exemple, a connu un grand succès au Moyen Âge grâce à ses draps fins et ses cadis (Pinto A., « Perpignan un grand centre drapant méditerranéen [XIIIe-XVe siècle] : état de l’historiographie », La fibre catalane. Industrie et textile en Roussillon au fil du temps, Actes du colloque de l’APHPO en partenariat avec le CRHiSM, Perpignan, éd. Trabucaire, 2005). Toutefois, les travaux de Janine Garrisson pour le XVIe siècle en Midi toulousain (Garrisson-Estèbe J., « Le marché toulousain des étoffes entre 1519 et 1560 », Annales du Midi, 1963, p. 183-194) et ceux d’Emmanuel Le Roy-Ladurie pour le Bas-Languedoc au XVIIe siècle (Le Roy-Ladurie E., Les paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966) montrent l’absence ou l’insuffisance de la production locale dans ces genres alors que les mémoires des intendants de la deuxième moitié du XVIIe siècle – tels ceux de Daguessau et de Basville – attestent qu’ils ont partie gagnée, laissant penser à une croissance de cette production à cette période pour l’ensemble du Languedoc et même de la Guyenne.

14 Analysé rapidement par Maurice Bordes (Bordes M., D’Etigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), Auch, Imp. Frédéric Cocharaux, 1957) avant Minovez J.-M., « Politique réglementaire de l’État et mutations de l’industrie », Les hommes et leur patrimoine en Comminges, Saint-Gaudens, SEC, 2000, p. 793-810 ; Minovez J.-M., « L’État et les draperies dans les Pyrénées centrales au milieu du XVIIIe siècle », Annales du Midi, 2004, p. 171-189 ; Minovez J.-M., « Les artisans aux champs dans les draperies des Pyrénées centrales, fin XVIIe-fin XVIIIe siècle », L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des 19e Journées internationales d’histoire de Flaran, Abbaye de Flaran les 5, 6 et 7 septembre 1997, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 67-86.

15 C’est la région de Carcassonne qui a d’abord intéressé les historiens mais il a fallu attendre la thèse de Claude Marquié (Marquié C., L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Carcassonne, Société d’études scientifiques de l’Aude, 1993) pour qu’un véritable travail de fond soit réalisé sur la cité drapière et son hinterland productif, même si un recueil commenté de documents avait, quelques années auparavant, proposé une approche récente concernant la place industrielle (Cazals R. et Valentin J., Carcassonne ville industrielle au XVIIIe siècle, Carcassonne, Service éducatif des archives de l’Aude-CDDP, 1984).

16 Le Midi toulousain a représenté un point aveugle de l’histoire du textile. Si l’on exclut les thèses de droit scientifiquement fragiles (Loup J., L’industrie lainière dans le Tarn, Toulouse, Librairie des étudiants, 1910) la première approche systématique et relativement récente est celle de Rémy Cazals sur Mazamet. Notons qu’elle ignore les débats sur la proto-industrie (Cazals R., Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris-Toulouse, La Découverte-Maspero-Privat, 1983). Il faut attendre une quinzaine d’années pour qu’une autre monographie aborde l’industrie lainière dans cette partie du Haut-Languedoc (Minovez J.-M., L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914. Origines d’un moindre développement, Paris, Publisud, 1997) et ce n’est que très récemment, pour cette zone, que la grande draperie et leurs entrepreneurs ne sont abordés que pour eux-mêmes (Minovez J.-M., « Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs au XVIIIe », Annales du Midi, 2000, p. 21-40).

17 C’est l’industrie toilière qui a surtout intéressé les chercheurs, les juristes (Anthony G., L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, op. cit. et M.-P. Foursans-Bourdette, Économie et finances en Béarn au XVIIIe siècle, op. cit.) plus que les historiens. Dans ce dernier cas, les publications concernant l’industrie de la laine restent à ce jour ponctuelles pour la période moderne et le début du XIXe siècle : Dumonteil J., « La crise du commerce et de l’artisanat textile à Oloron vue par les négociants (fin du XVIIIe-milieu du XIXe siècle) », Revue de Pau et du Béarn, 1973, no 1, p. 137-193 et Minovez J.-M., « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu XVIIIe-début XIXe siècle », Minovez J.-M. et Poujade P. (éd.), Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, XIIIe-XIXe siècle, colloque international organisé par l’UMR 5136 du CNRS-Fra.M.Espa-université de Toulouse II-Le Mirail, le laboratoire « Élites du Sud » de l’université de Pau et des Pays de l’Adour et le « Patrimoni Cultural d’Andorra », Andorre-la-Vieille, 1er -4 octobre 2003, Toulouse, CNRS-université de Toulouse-Le Mirail, collection « Méridiennes », 2005, p. 339-360. Un éclairage important devrait être donné prochainement au processus d’industrialisation du textile dans les Basses-Pyrénées avec les travaux menés par Jean-Loup Gazurelli (sous la direction de Christian Thibon) dont la thèse porte le titre provisoire suivant : Un « petit Manchester » en Béarn. Contribution empirique à l’histoire industrielle du Sud-Ouest pyrénéen à travers l’exemple de Nay.

18 Ligou D., Montauban à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Marcel Rivière, 1958.

19 Dont l’histoire des industries lainières nous est connue surtout à travers quelques mémoires de maîtrise : Boulet F., Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du XIXe siècle. Le développement proto-industriel du textile dans le canton de Saint-Affrique, de 1744 au début du XXe siècle, mémoire de maîtrise, université Toulouse II-Le Mirail, 2002.

20 Ainsi Line Teisseyre-Sallmann, traitant de l’industrie de cet espace aux XVIIe et XVIIIe siècles s’attache d’abord à étudier la croissance de l’industrie de la soie, même si elle ne néglige pas de rappeler l’importance des manufactures de laine auxquelles elle réserve quelques développements : Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, École des chartes, 1995. Lorsque la question de la désindustrialisation est abordée, elle l’est aussi presque exclusivement à partir de l’étude de la soierie : Cosson A., Fabriques et ouvriers du textile à Nîmes. Crise, renaissance, déclin, 1790-1850, Thèse de doctorat de 3e cycle, université Paul Valéry-Montpellier III, 1982 et Cosson A., « L’industrie textile à Nîmes : la fin d’une hégémonie (1790-1850) », Le Mouvement social, no 133, oct.-déc. 1985, p. 5-24.

21 La notion de mass-production system est employée largement par les auteurs anglo-saxons pour décrire le phénomène de croissance sans précédent de la production au cours de l’époque contemporaine, y compris pour le XIXe siècle. Elle serait, selon certains auteurs, associée à une consumer revolution préalable. Avec juste raison, Patrick Verley discute la pertinence de l’emploi d’un tel terme et rejette l’idée d’un passage à la « société de consommation » à cette époque. Il préfère alors parler de « société de consommateurs » (Verley P., L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, p. 113-114). En revanche, il admet que « la révolution des indiennes » trouve son origine dans la « consommation de masse » et parle alors de « production de masse » pour répondre à la demande (ibid., p. 155-179.). Il me semble qu’il conviendrait de ne parler, pour cette époque, que de « production en masse » pour le dissocier de la « production de masse » qui résulte d’un autre processus. Il me paraît, en effet, qu’il faille réserver cette dernière terminologie au processus qui se déroule au XXe siècle, à partir de l’entre-deux-guerres aux Etats-Unis, lors des Trente Glorieuses pour la presque totalité des pays industrialisés, et qui est étroitement lié au passage conjoint à la consommation de masse dont « il ne saurait être question […] avant les Trente Glorieuses » (Barjot D. [dir.], « Introduction », Où va l’histoire économique ?, dossier préparé par l’AFHE, Historiens et Géographes, no 378, p. 126).

22 Teisseyre-Sallmann L., L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, op. cit., p. 343.

23 Toutefois, l’exurbanisation de la production concerne aussi la grande draperie dont une partie de la fabrication est aussi réalisée hors de la ville.

24 Polanyi K., « The Economistic Fallacy », Polanyi K. et Pearson H. W. (éd.), The Livelihood of Man, New York-San Francisco-Londres, Academic Press, 1977, p. 21.

25 De ce point de vue, le modèle rappelle bien les formes d’encastrement polanyien de l’économie (cf. Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, p. 76-85). Il rappelle aussi l’opposition que William Reddy souligne entre l’émergence d’une culture de marché et l’attachement des populations à des relations de travail qui ne relèvent pas des lois du marché mais de l’attachement à des pratiques traditionnelles dans lesquelles la culture de subsistance est essentielle (Reddy W. M., The Rise of Market Culture. The Textile Trade and French Society, 1750-1900, Cambridge-Paris, Cambridge University Press-Éditions de la MSH, 1984).

26 Confirmant l’hypothèse polyannienne de l’embeddedness mais nuançant aussi l’idée de Karl Polanyi de désencastrement avec le développement de la révolution industrielle. On rejoint ici la critique faite par Mark Granovetter (« Economic Action and Social Structure: the Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, 91, 1985, p. 481-510).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search