Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Procès de béatification d’Yves Mahyeuc

Traduction de Augustin Pic

Texte intégral

  • 1 Selon la numérotation qu’ils ont dans l’ensemble du procès de 1637.

On présente ici les seuls témoignages super vita et virtutibus servi Dei Yvonis Mahyeuc1 en raison de leur intérêt biographique, sans préjuger des résultats qu’apportera l’étude de leur fiabilité historique. Elles sont extraites du procès de béatification construit à Rennes en 1637 puis envoyé à Rome avec le complément élaboré en 1684-1685. On a voulu, tout en serrant l’original, les traduire dans un français proche de celui de l’époque afin de leur donner un tour plus littéraire et de garder surtout quelque chose de la saveur qu’avait la langue parlée par les déposants, que les notaires transcrivirent en latin sur l’instant ou après. Le texte intégral, en cours de saisie et de traduction, sera publié ultérieurement.

  • 2 Dimanche 21 juin 1637.

124. Ce même jour et an2, noble femme Yvonne Hux, veuve de Maître Julien Le Breton, sieur du Chesne, procureur en cour présidiale de Rennes, âgée de soixante-quinze ans, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée déclara avoir il y a cinquante ans ouï de ses père et mère, que Léon Hux, leur parent, qui fut valet de chambre d’Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, leur avait rapporté le dit Yves Mahyeuc être fort bien-faisant envers les pauvres, leur donner tout et que, si ledit Hux ne l’en eût empêché, il leur eût baillé jusques à ses vêtements, que pareillement, en cuisine allant, leur baillait pain et autres aliments, et qu’à peine pour soi gardait chose quelconque. Pareillement, que se trouvant un jour en une chambre close, il ouït d’autres qui avec lui devisaient. De là par après lui demanda qui étaient ceux qui parlaient avec lui. Il lui répondit : Toujours me prêtez-vous oreille ! Saint Pierre et saint Paul avec moi parlaient. Pareillement, lui tendant un jour ses vêtements, dessus son sein vit trois croix blanches et au bout de l’une une goutte de sang empreinte. Lors ploya le genou pour les adorer mais ledit Yves Mahyeuc lui dit : Avez découvert mon secret ! Sainte Brigitte me bailla ces croix. Ajouta avoir ouï de ses père et mère qu’ils connurent ledit bon Yves et furent présents lorsqu’il fit apposer la première pierre de la tour de l’église Saint-Pierre, et qu’après qu’il fût mort, se rendirent à ladite église Saint-Pierre où fut son corps montré trois jours avant que d’être mis en terre, et que grand concours d’hommes comme suppliants, en cérémonie et bon ordre, le contemplait, les uns afin de le vénérer, les autres de le toucher par moyen de rosaires et autres objets, et que furent plusieurs miracles faits. Pareillement que, près de la mort, ladite mère lui donna un rosaire qui avait touché les croix imprimées sur le sein dudit Yves, et l’exhorta à le conserver. Ajouta enfin dite Yvonne Hux avoir connu feu sire Hennequin, aussi évêque de Rennes, et l’avoir ouï demander qu’il fût enseveli près le tombeau du bon Yves Mahyeuc, ce qui fut fait, et avoir toujours estimé ledit Yves être parmi les bienheureux. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

  • 3 Petrina.
  • 4 Cuisinier.

226 et 27. Mercredi vingt-quatre juin de l’an mil six cent trente-sept, honorable femme Jeanne Testart la vieille, veuve d’Antoine Mallet, d’environ quatre-vingts ans âgée, demeurant en cette ville, et honorable femme Jeanne Testart la jeune, soeur de la même, âgée d’environ soixante ans, demeurant au village de la Marre aux Poymeaux en la paroisse de Toussaints, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, tant ensemble que séparément interrogées déclarèrent avoir ouï d’honorable femme Perrine3 Herbert, sa mère, qui mourut il y a trente-sept ou trente-huit ans et lors était sexagénaire, qu’elle avait ouï de Maître Noël Herbert, son père, et notaire ecclésiastique de l’officialité de Rennes, que révérend père Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, était fort bienfaisant devers les pauvres, à moult jouvenceaux fournissait ce qui était nécessaire pour qu’ils apprissent un art, donnait argent à filles pauvres afin qu’elles se mariassent. Ouïrent pareillement de leur dite mère que son susdit père se rendit au palais épiscopal de Rennes afin de parler audit révérend père évêque Yves Mahyeuc. Il lui fut dit qu’il était dans l’église Saint-Pierre. Y étant entré, il parvint à la chapelle près laquelle est ores son tombeau, y demeura grand temps, presque jusqu’à la nuit, et entendit comme musique fort suave et agréable mais, las de si longue attente, ouvrit la porte de ladite chapelle, laquelle vit radieuse de grand clarté et lumière, quoique ladite chapelle fût très obscure et qu’il fût nuit. Ladite porte étant demi-ouverte, ledit Yves courut à lui et dit : Allez-vous en, et ne dites à personne ce qu’avez vu. Rapportèrent pareillement que leur mère leur montra moult fois la chapelle où le bon Yves était quand son père se rendit auprès de lui et le tombeau du même près ladite chapelle. Leur étant lue cette déclaration, l’affirmèrent être vraie et soussignèrent. Ajoutèrent avoir ouï de leur mère qu’en la cuisine de son palais entrait souventes fois le bon Yves afin de bailler tout ce qu’il trouvait aux pauvres, de sorte que le queux4 et autres serviteurs l’en devaient arracher. De la même mère apprirent que ledit bon Yves avait à son père baillé cinq morceaux de verre où étaient ses armoiries marquées, en trois couronnes d’épines consistantes, avec trois hermines et le bâton pontifical, lesquels toujours entiers demeurèrent en sa maison près les Carmélites, quoique d’autres carreaux d’icelle maison eussent été maintes fois brisés. Jeanne Testard. Godard. Robert.

332. Le jeudi deuxième de juillet de l’an mil six cent trente-sept, Jean Paischart, laboureur âgé de cinquante ans, demeurant au village de Mont en la paroisse de Bruz, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé déclara avoir vingt-cinq ans demeuré chez Jean Crameu cultivateur, ès qualités de domestique, lequel demeurait audit village de Mont de ladite Paroisse, et par lui avoir ouï que le seigneur Yves Mahyeuc était, devers les pauvres, de grand charité ému, auxquels donnait tout ce qui était sien. À pauvres jouvenceaux de convoler désireux, donnait aussi argent, meubles, couffins de cuir et autres choses. Plusieurs même feignaient, après fiancailles, ne vouloir mariage contracter, et quand étaient en justice cités par devant le bon Yves, si les exhortait, s’ils s’aimaient l’un l’autre, à mariage conclure, et à eux distribuait argent ou autre, afin de parer aux besoins familiaux. Rapporte mêmement Paischart avoir dudit Crameu ouï qu’il vit lui-même les faits, ledit bon Yves vivant. En effet, ledit Crameu defunta âgé de cent et dix ans. Ajouta avoir ouï dudit Crameu que le bon Yves faisait à pauvres largesse de tout ce qu’il avait, voire de pain cru lorsque de cuit manquait et que, lorsque les serviteurs dudit Yves, empêchant que les pauvres ne lui parlassent, l’enfermaient au petit portique du manoir épiscopal de Bruz, ledit Yves, n’ayant autre chose à donner aux pauvres, son vêtement divisait et par la fenêtre leur en baillait partie, et qu’était au temps de sa mort réputé saint. Ajouta le même Paischart que lorsque sa fille, depuis la fête sainte Madeleine du dernier an jusques au mois de janvier ou février de cette année, souffrit de fièvre, quoique ayant visité plusieurs saints lieux pour obtenir sa santé qu’elle n’obtint point jusqu’à ce qu’ayant ouï de plusieurs qu’il se faisait force miracles autour du tombeau d’Yves Mahyeuc, comme il était en cette ville, ledit tombeau visita et pour sa fille répandit des prières, et quand à la maison revint, sa fille trouva toute saine. Ensuite, ouït de tous les anciens que ledit Yves toujours fut appelé bon Yves. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard, Daguenet, notaire apostolique.

  • 5 Le baptême.

433. Ce même jour et an, Guillaume Jubin, demeurant en la Paroisse de Bruz, âgé de cinquante-cinq ans, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé déclara avoir ouï d’Yvonne Artur de la Paroisse de Bruz que par lustrale adoption5 il était fils du bon Yves, lequel par charité fournissait à ses père, mère, lui et six autres frères le nécessaire à la vie, et largesse leur faisait de ce qu’il avait. Ajouta avoir ouï de Jacqueline Laisné sa tante, que le bon Yves était de grand charité ému pour les pauvres, qu’à jouvenceaux désirant convoler faisait largesse de dôt mobiliaire et autres choses dont ils eussent à fournir leur famille, que, quand pauvres jouvençeaux voulaient apprendre métier, il soldait les artisans qui leur faisaient montre, que ses serviteurs empêchaient si grandes largesses d’aumônes, pource qu’il donnait ce qu’il avait, et qu’un jour, n’ayant rien, son vêtement divisa et en bailla part à un pauvre, et que ledit Yves toujours fut tenu pour saint. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard, Daguenet, notaire apostolique.

536. Jour quatrième de juillet du même an, François Macé, tisserant, demeurant au village de Mont, en la paroisse de Bruz, d’environ quarante cinq ans âgé, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé affirma avoir ouï d’Artusie Turpin sa grand mère que le bon Yves était devers les pauvres très miséricordieux, qu’à pauvres jouvencelles se voulant marier baillait dot en meuble, qu’à ladite servante Artusie, qui mourut octogénaire il y a environ vingt cinq ans, laquelle se voulait marier, donna argent, meuble et autres, qu’il soldait les artisans qui montraient métier aux garçons, qu’à un pauvre accourant une part de son vêtement bailla n’ayant rien autre, que du dernier humble était et familièrement allait avec tous, surtout les pauvres, que le renom de ses charité et humilité toujours chez les habitants de cette contrée demeura. Lui étant icelle déclaration lue l’affirma être vraie et soussigna François Macé. Godard. Robert, notaire apostolique.

  • 6 Les fonts baptismaux.

641. Mardi septième de juillet du même an, honorable femme Noëlle Nouillez, épouse de maître Michel Laisné, d’environ quarante neuf ans âgée, demeurant au village de Bruz, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée déclara avoir de Marguerite Jumel son ayeule ouï, il y a environ trente ans, laquelle aïeule avait presque son centième an touché et mourut de son âge l’an cent quatorzième, qu’Yvonne Jumel, sœur de ladite Marguerite, avait été reçue fille d’Yves Mahyeuc aux sacrés fonts6, à laquelle se mariant donna longue tunique de femme, de couleur rouge, et tunique de même sorte à toutes filles baillait qu’il avait aux sacrés fonts reçues. Qu’un jour ladite aïeule allant devers le palais épiscopal de Bruz, trouva moult filles allant audit palais afin de recevoir linges de diverses étoffes dont le bon Yves leur faisait largesse sur ses aumônes. Avec elles entra et reçut un linge quoique elle n’en eût besoin ayant parents assez riches. Ajouta avoir ouï de Perrine Gauvain, il y a quinze ou seize ans, et lors avait atteint ladite Perrine l’an quatre vingt dixième, que dans le temps que mourut le bon Yves en le palais de Bruz et que le sien corps fut conduit à Rennes, vu qu’avait à pauvres donné tout, ne se trouva linceul pour couvrir le cercueil où était ledit corps enclos. De là, Étiennette Laisné en prêta pour le couvrement dudit cercueil, duquel linceul quand femmes de douloureuse parturition travaillées s’enveloppaient, étaient libérées de ladite douleur et produisaient heureusement leur fruit. Il est publique rumeur que fut ledit linceul perdu au temps des guerres. Mêmement ajoute avoir ouï de ladite Marguerite Jumel son aïeule, que le bon Yves n’avait grand suite, que, faisant route, siégeait sur une mule, aimait fort les enfants en ce qu’ils étaient loin de faute, faisait grand bien aux pauvres, trois fois la semaine offrait publique aumône, outre les aumônes qu’il baillait chacun jour. A pauvres jouvencelles se voulant marier baillait meubles en dot, tuniques longues blanches de femme, couffins de cuir, tables et autre nécessaire à la famille. Auprès de soi avait tailleurs, boulangers, menuisiers, et autres artisans à continuement travailler pour les pauvres, et n’ayant rien, certain jour son vêtement divisa et en bailla moitié à un pauvre. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Daguenet, notaire apostolique.

  • 7 Sutores et calcearios. Ces termes synonymes sont rendus ici par un seul.
  • 8 Nactas. On n’a pu retrouver le sens de ce mot. Une recherche ultérieure sera nécessaire.

742. Ce même jour et an, sire Robert Bousget, prêtre de la paroisse de Bruz et demeurant près le palais épiscopal de Bruz, d’environ soixante seize ans âgé, serment prêté d’abord, affirma avoir ouï de son ayeule, dite Jeanne Malidor, et de maître Jean Le Roy, jadis tabellion au tribunal du diocèse, et d’Yves Artur qu’avait le bon Yves aux sacrés fonts tenu, lesquels tous moururent environ le centième an de leur âge, que le bon Yves avait ensemble auprès de soi, cordonniers7 et autres artisans ouvrant chacun jour pour les pauvres, qu’à pauvres mariées faisait largesse de meuble8 et autres, que les pauvres sachant sa très grand charité de partout à lui venaient, et quand, voyant qu’il leur baillait ce qu’il avait, ses gens l’empêchaient, d’iceux se cachait afin de faire largesse. Quand rien ne se présentait, divisait son vêtement, donnait partie à pauvres et jusques au pain cru. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et soussigna Robert Bousget. Godard. Daguenet, notaire apostolique.

843. Ce même jour et an, Jeanne Roulin, épouse de Jean Roulleaux, d’environ trente-cinq ans âgée, demeurant en la paroisse de Bruz, serment prêté d’abord main dessus les Saints Évangiles, interrogée affirma avoir ouï, il y a vingt ans, de Jeanne Lepez, lors octogénaire, que le bon Yves était devers les pauvres ému de fort grand charité, à eux donnant tout ce qu’il avait, et qu’un jour leur bailla le pain cru. Que voyant ce, celui qui chauffait le four dit au bon Yves qu’il chauffait le four en vain, lequel, dit-on, répondit qu’il n’avait de cela cure et que Dieu y pourvoierait. Et à la vérité, le four étant chaud, on trouva replet de pain cru le coffre quoique devant il n’y eût rien dedans. Ajouta qu’il fut toujours appelé bon Yves et bon évêque. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Daguenet, notaire apostolique.

944. Même jour et an, Perrine Rouault, épouse de Gilles Le Doux, d’environ trente sept ou trente huit ans âgée, demeurant en la paroisse de Bruz, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée affirma avoir ouï de Michèle Potiron son ayeule, qui mourut il y a quinze ans et était octogénaire, que la mère de ladite Potiron était boulangère du bon Yves en le palais de Bruz et que les gens d’icelui, l’ayant de confectionner pains rétrécis persuadée, le bon Yves vit qu’elle avait pour les pauvres lesdits pains faits par trop petits et dit : Sans doute, servante, avez-vous mal agi. De votre aumône, comme étant par trop modique, avez perdu fruit. Qu’il donnait tout à pauvres, voire les suaires de son lit, en sorte que ses domestiques le contraignaient à les attacher à ses flancs, qu’il baillait vêtements blancs et dot en meuble à pauvres mariées, que, rien ne s’offrant qu’il donnât aux pauvres, ses vêtements divisait et en faisait aux pauvres largesse. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Daguenet, notaire apostolique.

1045. Même jour et an, Jeanne Le Gendre, veuve de Jean Rallier, sexagénaire, demeurant en la paroisse de Bruz, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée affirma avoir ouï de Robert Le Gendre, il y a quarante ans, qui lors était sexagénaire, que le bon Yves avait accordé dot en meuble à Julienne Martin, ayeule de la dite affirmante, lui avait donné coffre, couffin de cuir, couteau, longue tunique de femme et autres choses, de même avoir ouï de plusieurs autres qu’il était devers les pauvres moult bienfaisant, qu’à tous pauvres mendiant aumône, la donnait, moult vêtements aussi, surtout aux enfants. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Daguenet, notaire apostolique.

1146. Même jour et an, Arthusie Gallays, nonagénaire, veuve de Michel Challet, demeurant en la paroisse de Bruz, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée déclara avoir ouï de Jeanne Artur, son ayeule, laquelle mourut il y a soixante-cinq ans, et avait atteint son cent cinquante et cinquième an, qu’à peine pouvait-on trouver homme aussi bienfaisant et miséricordieux envers les pauvres que le bon Yves. Qu’il avait baillé à ladite ayeule longue tunique nuptiale de femme, qu’il faisait cuire un poids de froment à distribuer aux pauvres, et aucune fois jusqu’à distribuer le pain cru, qu’il soldait les artisans qui montraient le métier aux garçons, qu’il accordait aumône à tous voisins et autres indigents. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Daguenet, notaire apostolique.

  • 9 Le 11 juillet 1637.
  • 10 Probablement du Saint-Esprit.

1249. Même jour et an9, sieur Roch Lezot, chevalier de l’Ordre10, officier noble de la chambre du Roi, secrétaire, censeur vénérable et doyen de la Chancellerie de Rennes, sieur de la Villegeffroy, du Vaurozé Pommeniac, des Barres et Bonœuvre, septuagénaire, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé affirma qu’en sa jeunesse, le sieur Gilles Lezot, mêmement officier et secrétaire du Roi, pareillement sieur du Vaurozé et de la Villegeffroy, son père, qui défunta l’an mille six cent un octogénaire, maintes fois à lui montra l’image, peinte en la vitre du chœur Saint-Pierre de Rennes au côté droit, de révérend Père en Christ Yves Mahyeuc, évêque de Rennes et confesseur de très puissante Anne, duchesse de Bretagne et épouse des deux rois de France. Encore lui montra le tombeau dudit Yves et dit que ledit Yves avait de la tour Saint-Pierre jeté le fondement, fait le chœur de ladite église élever, mettre en lambris et peindre toutes colonnes dudit chœur en image de Paradis et couronnement de la béate Vierge comme il paraît encore, en lambris pareillement mettre et peindre la chaire. Aussi lui montra insignes du bon évêque, en trois hermines consistantes et trois couronnes d’épines, et l’avertit de prier Dieu pour lui ayant été son ami. Rapportait souvent aussi le même père que fut le bon Yves de la sorte appelé tant vif que mort, était réputé saint, que dessus la sienne poitrine, qu’après sa mort vit dénudée, maints autres ce venant voir à fin de l’admirer, furent aperçues cinq ou six croix. Que tous ses biens donnait ledit évêque aux pauvres, qu’en son vivant lorsqu’en son lit se mettait, chandelle éteinte, ses serviteurs par fentes des fenêtres voyaient toute la nuit grandes clartés en la couche dudit évêque et, le cuidant endormi, pratiquèrent orifices afin de voir d’où lesdites clartés sourdaient et virent ledit lit illustré, tout comme si vingt chandelles y eussent été allumées, et ledit évêque gisant dessus la nue terre, à bras étendus, en lequel état passa la part plus grande de la nuit. De quoi rumeur publique se répandit par la ville. Entendit aussi souventes fois de son père que ledit évêque était tenu pour saint. Ledit sieur du Vaurozé affirma ces choses être vraies et soussigna Roch Lezot.

1350. Même jour et an, Olivier Trochu, maçon, demeurant en la paroisse de Bruz, d’environ cinquante ans âgé, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé affirma avoir ouï d’Arthusie Turpin son ayeule, qui défunta il y a vingt cinq ans et lors était nonagénaire, qu’elle avait connu Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, lequel devers les pauvres était très miséricordieux, trois fois la semaine faisant largesse de publique aumône. Qu’un boulanger à la confection de pain pour les pauvres était commis, que ledit Yves baillait meuble, vêtement et autres à pauvres mariées, faisait à jouvençaux de ses deniers apprendre métiers, qu’ayant un jour en son lit trouvé trois linceux, à pauvres donna l’un, qu’ayant mêmement un jour trouvé un pauvre à la porte de son palais, lui enjoignit d’entrer en le palais et voulut qu’on le portât en le sien lit et lui-même se voulut tenir à la porte où il avait trouvé le pauvre. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

1451. Même jour et an, Perrine Bodier, épouse de Barnabé Rallier, demeurant au village de Bruz, d’environ cinquante ans âgée, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée affirma avoir ouï de Philippote Le Roy sa mère qui défunta octogénaire il y a bien seize ans, que la dite Philippote avait ouï de Marguerite Raoullin sa mère qu’elle avait connu Yves Mahyeuc évêque de Rennes qui chacun jour baillait aumône aux pauvres, mêmement chacun jour pour eux faisait le pain cuire, leur offrait aucunes fois de pain cru pour qu’ils ne périssent de faim, faisait porter froment jusques au logis de ceux desquels il oyait l’indigence, faisait prendre métiers à jouvenceaux et à moult mariées donnait meuble, vêtement et autres. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

1552. Même jour et an, Barnabé Rallier, demeurant au village de Bruz, d’environ soixante six ans âgé, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé affirma avoir ouï de Jean Rallier son père, il y a dix huit ans défunt en l’an quatre vingt de son âge, que le père du même, dit Hervé Rallier, qui défunta l’an cent septième de son âge, était tailleur d’Yves Mahyeuc, lequel était moult bienfaisant devers les pauvres, et un jour ayant tunique neuve par ledit Hervé Rallier cousue, la bailla à des pauvres à lui accourrus, d’où, le suivant jour, lui fit ledit Rallier une nouvelle. Que ledit Yves donnait argent, meuble, et autres à pauvres mariées, faisait de ses deniers montrer métiers à jouvenceaux, et laissait son tout à pauvres, à moins que ses gens ne l’empêchassent. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

1653. Ce même jour et an, Nicole Artur, épouse de Jean Morel, demeurant paroisse de Laillé, d’environ cinquante cinq ans âgée, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée déclara avoir ouï d’Yves Artur son père qui défunta il y a trente ans et lors était octogénaire, que ledit Yves avait été de Révérend Père en Christ Yves Mahyeuc aux sacrés fonts reçu, que ledit Yves Mahyeuc le nourrissait par aumône ainsi que ses dix frères et ses sœurs, qu’à deux siennes tantes se mariant il donna tunique longue de femme et couffin de cuir. Qu’était envers les pauvres fort bienfaisant, auxquels chacun jour faisait largesse d’aumônes, et comme un coup il y eut grand concours de pauvres et manquait le pain cuit, Yves Mahyeuc soi-même prit le pain cru et le distribua aux pauvres. Lors dit le boulanger qu’en vain allumait-on le four, ne restant plus de pain cru. Il répondit qu’il fallait allumer le four car pain cru se trouverait et, allumé le four, le coffre dont le bonYves avait tiré le pain cru se trouva de pain cru replet. Ajouta la dite Nicole avoir ouï de sondit père que, vivant le bon Yves, il travaillait au palais épiscopal de Bruz, que le bon Yves donnait presque tout aux pauvres, que meuble en dot et autres accordait à pauvres mariées, que, ne se présentant rien d’autre qu’il donnât aux pauvres, il partageait sa tunique et la distribuait aux pauvres, de là ses serviteurs aucunes fois l’empêchaient car il distribuait tout et rien ne se réservait. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

1754. Ce même jour et an, Guillaume Lasné, demeurant près le palais épiscopal de Bruz, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, d’environ quarante cinq ans âgé, interrogé affirma avoir ouï de Guillemette Artur, sa mère, laquelle il y a vingt cinq ans ou six défunta et lors était septuagénaire, qu’elle avait ouï par son conjoint, Jean Lasné, pareillement défunt, que lorsqu’en le palais épiscopal de Bruz Révérend Père en Christ Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, au lit funèbre gisait mort, la croix entre ses mains disposée tomba, qu’un de ses serviteurs la voulut ramasser et remettre entre les mains dudit Yves, mais qu’icelle croix, de terre enlevée, fut trouvée en place ès mains du défunt, sans qu’aucun l’eût touchée. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

1855. Ce même jour et an, Barnabé Trochu, laboureur, demeurant paroisse de Bruz, d’environ soixante cinq ans âgé, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé affirma avoir ouï de Françoise Artur, son aïeule, laquelle mourut il y a quarante ans et lors était octogénaire, qu’elle avait vu et connu le bon Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, et que comme elle se rendait au Palais, il lui demanda si elle savait les prières chrétiennes, et une fois lui demanda si elle avait un rosaire. Quand elle lui eut répondu qu’elle n’en avait point, il lui en fit bailler un, étant lors en ce lieu marchand de choses à petit prix, lequel baillait rosaires à toutes gens entrant au Palais. Et le bon Yves à chacun donnait ce qui était de besoin, manteaux à tels, linges de dessous, tuniques longues de femme et autres vêtements à autres. Il y avait là marchand de toile et tailleur pour vêtements des pauvres. Et qu’un jour, étant le bon Yves de table levé cependant que dînaient ses gens, un pauvre à lui accourut et que, n’ayant chose à bailler, il divisa son manteau et en laissa moitié au pauvre. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

1956. Même jour et an, Jean Bousget, demeurant en la paroisse de Laillé, septuagénaire, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé affirma avoir ouï de Catherine des Genetays, qui avait lors touché sa nonante deuxième année et défunta il y a quinze ans, qu’elle avait ouï d’Olivier des Genetays, son défunt père, qu’icelui avait été cuisinier de Révérend Père en Christ Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, et que ladite Catherine ayant demandé à son père ce qui se faisait dans le palais épiscopal, il répondit qu’à peine serviteurs pouvaient-ils empêcher le bon Yves de donner à pauvres presque son tout, auxquels même faisait largesse de la moitié de son manteau quand rien ne se présentait. Qu’à ceux qui n’avaient grains à emporter, à tels accordait une mesure, à autres deux, trois, selon leur nécessité. Baillait vêtements et autres à pauvres. Ajouta avoir ouï de ladite Catherine que lorsque son père, cuisinier dudit Yves, eut été occis par les hérétiques désireux de supprimer gens du Palais et saisir le bon Yves, son épouse qui avait moult fils, approcha le Seigneur Yves et lui représenta sa pauvreté. Il lui fit cette réponse que tant qu’il demeurerait vif, nul bien ne ferait défaut à ses fils. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

2057. Même jour et an, Jacqueline du Chesne, veuve Guillaume Lasné, demeurant près le Palais de Bruz, d’environ cinquante cinq ans âgée, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée affirma avoir ouï de Jean du Chesne, son père, qui mourut il y a quarante ans et lors était octogénaire, que, de même, Jean du Chesne avait ouï de Jeanne Jubin sa mère qui défunta l’an centième de son âge, qu’elle possédait rosaire à elle baillé par le bon Yves, lequel rosaire ladite affirmante vit aussi ès mains de son père, qui en faisait souvent pratique, et affirmait le bon Yves avoir été regardé comme saint pour ses bonnes œuvres et charité, en laquelle donna presque tout son bien aux pauvres. Ajouta avoir ouï que lorsque le bon Yves fut mort en le palais de Bruz, la croix entre ses mains disposée tomba en terre, laquelle un des serviteurs voulut ramasser mais dans le moment même elle fut replacée sans visible secours de quiconque. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

2158. Même jour et an, Jean Cramon, laboureur, demeurant au village de Bruz, de quatre vingt ans âgé, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé déclara avoir ouï de ses père et mère défunts, et de ses autres parents et tantes, qu’ils avaient ouï du bon Yves évêque de Rennes n’avoir point à redouter pour eux de périr de faim pource qu’il aurait soin que leur fût apprêté ce qui était nécessaire à leur nourriture. Qu’il était ému de fort grand charité devers les pauvres, faisait à ses dépens montrer métiers à jouvençaux, de vêtement, meubles et autres faisait largesse à filles mariées, veillait à faire savoir aux miséreux qu’ils eussent à venir à lui ès necessités, auxquels, quand rien ne s’offrait, distribuait moitié de son manteau. Ajouta avoir des mêmes ouï qu’un jour, des pauvres le pressant afin qu’il leur fût donné aumône, leur bailla de pain cru, autres ne se trouvant, d’où ordonna l’allumeur de four de ne l’allumer mie. Yves Mahyeuc répondit qu’il le fallait allumer pource qu’il se trouverait pain cru et sur l’instant le coffre fut trouvé plein de pain cru. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

2259. Même jour et an, Arthur du Nil, laboureur, demeurant paroisse de Bruz, de soixante quinze ans âgé, serment d’abord prêté main dessus les Sacrés Évangiles, interrogé affirma avoir ouï de Guillemette Artur son aïeule, qui défunta il y a soixante ans et lors était octogénaire, que Révérend Père en Christ Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, lui avait donné deux manteaux de mariage, l’un plus grand, l’autre moindre. Qu’il était fort bienfaisant devers les pauvres, ayant tailleur en le palais de Bruz, lequel pour les pauvres confectionnait vêtements. Qu’à pauvres mariées baillait en dôt meuble, et de plusieurs autres choses faisait largesse. Que de faire apprendre métiers à jouvençaux avait cure et que lorsqu’il eût trépassé, la croix mise entre les siennes mains chut en terre, et que ses gens la voulant de terre enlever, elle fut entre ses mains trouvée, sans le toucher d’aucun. Que le bon Yves pour sa charité et autres bonnes œuvres est tenu pour saint. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et ne savoir signer. Godard. Robert.

2360. Le jour dix septième de juillet du même an, Jean Ménaisger, charpentier, de soixante neuf ans âgé, en icelle ville demeurant, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogé déclara que, comme il décorait avec d’autres l’église Saint-Pierre de cette ville, l’an mille cinq cent quatre-vingt-quinze, pour les funérailles de Révérend père en Christ Seigneur Hannequin, évêque de Rennes, dont le corps devait être porté au tombeau de Révérend Père en Christ Yves Mahyeuc, aussi évêque de Rennes, les maçons voulurent ouvrir ledit tombeau, desquels approcha ledit Mesnaiger et y étant présents le sieur de Vauvret, trésorier de l’église Saint-Pierre de cette ville, le sieur de Lespronières, chantre et chanoine, le sieur d’Argentré, Seigneur de Chaussière, et autres chanoines, semichanoines et prêtres de ladite église. Voulut ledit Mesnaiger, muni de petite scie, bouger la pierre que lesdits maçons n’avait pu bouger et ne le put soi-même mais, quelque endroit de la pierre ayant été rompu, pratiqua petit orifice, par quoi ayant passé la main, le suaire tira, dont était voilé le visage dudit Yves Mahyeuc, lequel visage, par truchement de candélabre de cire allumé, vit intègre et hors de toute corruption. La mitre aussi vit sur sa tête, les mains du même jointes, au doigt l’anneau, le bâton pontifical en bois au côté, et le corps intègre, fort blanc, revêtu des pontificaux habits, dont il toucha plusieurs endroits, ce qu’aussi virent lesdits ecclésiastiques et autres présents et admirèrent, étant en même lieu enterré depuis plus de cinquante ans le corps dudit Yves, comme avait appris de ses père et mère et autres anciens ledit Mesnaiger. Adonc n’ayant pu ledit tombeau être ouvert et ledit corps ayant été vu en l’état ci-décrit, le corps de sire Hennequin fut enseveli près ledit tombeau et l’orifice dudit tombeau sur le champ fermé. Ajouta qu’étant pratiqué ledit trou dans le tombeau, il se fit de là sentir suavissime odeur, par toute l’église répandue, comme odeur de fleurs très parfumées, et que telle était pareille odeur qu’elle égalait toutes senteurs d’apothicaires, de quoi tous les présents en ce lieu demeurèrent stupéfaits. De même, avoir appris de père et mère, qui trépassèrent étant venus à grand âge, qu’un jour, ledit Yves par la ville allant, un pauvre malade et de souliers dépourvu accourut à ses devants. Ledit Yves ôta ses souliers et les donna au pauvre. Et que, n’ayant point d’argent à donner à pauvres, envoya son anneau à l’orfèvre, afin d’avoir argent à leur distribuer et que, lorsqu’il mourut, furent accomplis plusieurs miracles. C’est pourquoi il y eut fréquent concours de gens à visiter son corps. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et souscrivit Jean Mesnaiger. Godard. Robert.

2463. Vingtième jour de juillet du même an, vénérable et discret sieur Pierre Alleaume, chanoine de l’église cathédrale Saint-Pierre de Rennes, de soixante-huit ans âgé, serment prêté d’abord, déclara avoir ouï de ses grand père et grand mère, défunts il y a plus de trente ans, lesquels touchaient lors un âge avancé, l’ayeul étant mort centenaire, qu’ils avaient vu et connu Révérend Père en Christ Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, et qu’il répandait pour les pauvres force largesses. Qu’à Michèle Lermitays convolant avec Pierre Rabon, paroisse de Betton, avait baillé vingt pièces de monnaie. Qu’à pauvres des paroisses Saint-Grégoire de Betton et Saint-Laurent, de quoi il percevait annuels revenus, accordait froment et autres, et quand autre chose ne s’offrait à donner aux pauvres, donnait ses anneaux. Pareillement déclara que comme s’accomplissaient il y a quarante ans les funérailles de Révérend Père en Christ Aymar Hennequin, aussi évèque de Rennes, en l’église Saint-Pierre, une fosse fut creusée près le tombeau d’Yves Mahyeuc, laquelle fosse se faisant, orifice fut percé dans le tombeau d’Yves Mahyeuc, d’où abondante et suave odeur, et sortit parfumant, et se répandit par toute l’eglise, laquelle ledit sieur Alleaume présent et d’autres aussi présents admirèrent, et ledit orifice fut sur le champ fermé et le corps dudit Seigneur Hannequin fut enseveli près le tombeau d’Yves Mahyeuc. Pareillement ajouta le sieur Alleaume avoir ouï de plusieurs personnes de considération qu’elles avaient été de plusieurs fièvres guéries, aux prières répandues autour du tombeau d’Yves Mahyeuc. Icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et souscrivit Pierre Alleaume. Godard. Robert.

25108. Onzième jour de novembre du même an, dame Catherine Gérard, femme et épouse d’homme Antoine Robinault, écuyer, sieur de la Comminays, d’environ soixante quatre ans âgée, en cette ville de Rennes habitant près la rue du Chapitre, serment d’abord prêté main dessus les Saints Évangiles, interrogée affirma avoir ouï de damoiselle Artusie Lofraye, dame du Temple, sa mère, défunte il y a trente-six ans, laquelle au temps où elle quitta les vivants avait atteint environ soixante et douze ans, que le seigneur bon Yves Mahyeuc, de son vivant évêque de Rennes, oyait de sa mère les confessions et lui administrait la sacrée synaxe chaque dimanche, et la priait faire quérir ès paroisses pauvres honteux, jouvençeaux et jouvencelles qui voulussent apprendre métiers, et qu’à filles se mariant largesse faisait de fournitures et autres biens, et de ses biens ne se réservait la tierce part pour subvenir à sa famille, et faisait amples aumônes. Et qu’ayant un jour son anneau perdu, qu’il avait posé dessus la table de l’autel parmi le chœur de Saint-Pierre de cette cité, une chouette le prit en son nid, ménagé dans le bois d’une statue, lequel ne trouvant point après avoir célébré la Messe, quelques temps fut marri de ce cas et pria Dieu qu’il daignât de sa dignité le retirer comme en étant indigne ou de l’en rendre digne. Par la suite, lui advint que, célébrant un jour la messe, ladite chouette reporta ledit anneau au lieu d’où elle l’avait dérobé, chuitant comme si elle eût été de le laisser navrée, ce qui arriva entre les deux élévations de l’hostie et du sang. Il eut soin, par ce mû, de faire ôter de l’église toutes statues de bois et l’autel construire comme est ores, ce que virent ceux qui à la messe étaient et, outre les autres, sadite mère. Ajoute ladite déclarante avoir ouï que de ses gens, jusques au moindre, grand soin prenait ledit bon évêque et, eux malades, visitait sa suite avec un médecin. En lequel office voyant un jour d’un serviteur malade le bras nu dessus la couverture étendu, le reprit avec douces paroles, disant qu’il ne fallait exhiber sa chair, sinon ces parties qui ne se peuvent celer. Ajoute en outre ladite déclarante avoir ouï moult autres bonnes sentences par lui proférées, dont ne se souvient mais, et aussi moult bons dits à son sujet et surtout un, dont ores se souvient, que ses serviteurs, qui l’observaient vaquant tard et de nuit à la prière, assuraient l’avoir aucunes fois vu tout le corps prostré face contre terre et sa chambre de lumineuses clartés replète mais qui s’évanouissaient quand plus approchaient, auxquels il faisait doucement reproche de lui avoir causé grave violation et dommage, et n’avoir été, justement, jamais vu pris de colère. Lui étant icelle déclaration lue, l’affirma être vraie et souscrivit. Catherine Gérard. Godard. Robert.

Notes

1 Selon la numérotation qu’ils ont dans l’ensemble du procès de 1637.

2 Dimanche 21 juin 1637.

3 Petrina.

4 Cuisinier.

5 Le baptême.

6 Les fonts baptismaux.

7 Sutores et calcearios. Ces termes synonymes sont rendus ici par un seul.

8 Nactas. On n’a pu retrouver le sens de ce mot. Une recherche ultérieure sera nécessaire.

9 Le 11 juillet 1637.

10 Probablement du Saint-Esprit.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540