Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Conclusions

Jean-Marie Le Gall

Texte intégral

1Au terme de ce parcours de deux jours, il convient de féliciter les organisateurs de ce colloque pour avoir su marier la vulgarisation de qualité et la recherche savante autour d’un quasi inconnu. La manifestation qui s’est tenue dans la grande salle des Champs Libres a en effet rassemblé un public important qui a pu découvrir un prélat bien oublié, à l’occasion de l’anniversaire de son accession au siège épiscopal de Rennes, il y a cinq cents ans. Méconnu, Mayheuc l’est en raison du faible nombre de sources disponibles. Les chercheurs ont traqué les indices et même proposé des scoops, de sorte que si le personnage est loin d’avoir encore livré tous ses secrets, il sort métamorphosé et enrichi de cette rencontre qui a su éviter les poncifs hagiographiques.

2Notre cheminement nous a conduits depuis la mémoire de l’évêque vers l’histoire de son temps, à travers une démarche régressive dans les siècles. Notre conclusion procédera inversement. Qu’est-ce qui a fait de cet homme un candidat à la sainteté et lui a procuré une fama sanctitatis précoce, mais que la destruction de la cathédrale et la perte du tombeau ont empêchée de perdurer ?

3On s’accordera tout d’abord avec Bruno Restif à constater qu’Yves Mahyeuc ne peut être considéré comme un prélat réformateur, tels que le sont ses contemporains, Guillaume Briçonnet ou François d’Estaing, pour ne citer que les plus connus en France. Certes, il possède le De continentia sacerdotum de Boussard qui l’incite à être vigilant sur la moralité de son clergé. Mais il ne travaille guère à la reforme in membris de sa vigne et de ses ouvriers. Certes, il réside dans son diocèse mais on n’a aucune trace de visite pastorale. Que prouve l’absence de preuve, me direz-vous ? L’analyse de son pontifical portatif par Pascal Collomb suggère une mobilité de l’évêque. Mais son bon état révèle qu’il n’a guère servi. Pas non plus de statuts synodaux conservés, alors qu’il s’agit du marqueur élémentaire d’une préoccupation pastorale. Pas de prédication enfin.

4Bien que dominicain réformé, il ne parvient guère à rénover les maisons de religieux et de religieuses, dont il ne connaît que trop peut-être les réticences à accepter les injonctions de l’ordinaire, surtout lorsqu’elles bousculent l’exemption. Peut-être aurait-il fallu voir s’il avait des liens avec la congrégation des Carmes d’Albi et mieux explorer sa présence en Provence. Mais on ne le voit pas stimuler les réformes, appeler des congrégations réformatrices, ni encourager la fondation de couvents d’ordres nouveaux comme les Minimes ou les Annonciades.

5Les seuls indices de réforme conservés concernent la liturgie, puisqu’il fait imprimer missel, bréviaire et rituel. L’adaptation de son pontifical à certains usages dominicains atteste que c’est peut-être dans la réforme liturgique que l’évêque s’implique le plus. Mais ce n’est pas un pasteur arpentant son diocèse. Faut-il expliquer ce constat par un tempérament plus porté vers la contemplation et qui trouve une forme de justification dans son intérêt pour le Pseudo Denys et sa hiérarchie hiératique ?

6S’il ne correspond pas à l’image du pasteur réformateur de cette aube de la Renaissance, Yves Mahyeuc se conforme en revanche très bien à l’idéal du bon administrateur. Il gère, il édifie. En trente-quatre ans d’épiscopat sa seule présence au chapitre est signalée lorsqu’on y débat de la reconstruction de la cathédrale. Ses officiers examinent avec vigilance les comptes des paroisses. On ignore s’il se soucie de la tenue des registres paroissiaux mais il accorde des indulgences. Il faudrait en savoir davantage sur sa familia et ses agents. Ce zèle gestionnaire est certes louable, mais il semble un peu anachronique par rapport aux attentes envers l’épiscopat de ce début heureux et prospère de la Renaissance. On attend alors davantage des prélats qu’ils nourrissent les âmes et non plus seulement qu’ils gèrent les biens de l’Église, fut-ce pour la plus grande gloire de Dieu.

7Cet administrateur est-il alors un prélat de la Renaissance ? Le mot Renaissance apparaît dans le sous-titre du colloque (Rennes en Renaissance) mais il a été employé de manière un peu trop flottante et imprécise. La Renaissance, c’est une époque, qu’on ne saurait résumer à la seule présence de l’italianisme en raison de la persistance et même de la vivacité d’une esthétique gothique. C’est aussi une époque marquée par le travail des humanistes pour retrouver la vraie antiquité, païenne ou chrétienne, et pour renouveler la théologie desséchée par la scolastique des moderni, les médiévaux, qui ont altéré les Anciens, l’Écriture et les Pères de l’Église. Gilles de Viterbe, Lefèvre d’Étaples, Josse Clichtove, sans oublier Erasme s’y emploient. Or force est de reconnaître que Mahyeuc n’a rien d’un de ces prélats emblématiques de la Renaissance.

8Ce n’est pas un évêque politique, accomplissant missions diplomatiques et actions politiques au service d’un prince ou du pape. Élu par son chapitre, il ne semble pas être la créature d’Anne de Bretagne ni de quiconque. Confesseur d’une duchesse souveraine et d’une reine de France, il n’a pas joué le rôle politique et culturel de Guillaume Petit. Il sacre certes François III, mais en qualité d’évêque de Rennes. Cette absence de fonction politique explique qu’il ne cumule ni n’accumule ces bénéfices par lesquels sont récompensés et rétribués les fidèles et actifs serviteurs de la couronne.

9Ces ressources limitées ne peuvent non plus faire de lui un mécène prodigue. Il offre un vitrail dans le goût nouveau à la collégiale de La Guerche, où figurent le donateur et son bienfaiteur. Plus audacieuse est l’amorce de reconstruction de la façade de la cathédrale dans un style italianisant. En revanche ses manoirs n’ont rien du gothique flamboyant de l’hôtel de Cluny bâti par Jacques d’Amboise, ni de la maniera italienne du château de Gaillon de l’archevêque de Rouen, le cardinal d’Amboise.

10Pourquoi n’est-il pas devenu un de ces prélats évergètes et politiques qui illustrent la Renaissance ? Il y a peut-être le handicap de la naissance, encore que le talent puisse alors effacer cette macule pour parvenir au faîte de l’Église, voyez le cardinal Aléandre ou Wolsey. Il n’est pas d’un grand lignage aristocratique, mais il n’est pas non plus de ces familles bourgeoises tourangelles qui gravitent autour du roi et dans la gestion de ses deniers, comme les Briçonnet, les Ruzé ou les Poncher, si bien connus grâce aux travaux de Bernard Chevalier. Plus qu’une carence de naissance, c’est sûrement l’absence d’entregent clientélaire et d’un puissant réseau familial qui l’handicapent. Il utilise les siens pour l’aider à gérer son diocèse, mais il supporte davantage sa famille qu’elle ne le porte.

11Ce n’est pas non plus un prélat humaniste. Dominicain et docteur en théologie, il souffre de deux raisons suffisantes à l’époque pour pouvoir même être rangé parmi sorbonagres et autres hommes obscurs que raillent les humanistes. Encore qu’il faille après Paul Oskar Kristeller et la communication ici de Sarah Toulouse nuancer ces oppositions. Ces Dominicains rennais contemporains de Mahyeuc qui lisent le De oratore de Cicéron, ou Horace et Juvenal, ne sont pas si fermés aux bonae litterae que le laissent supposer les polémiques.

12Dans sa forme néanmoins, sa théologie est scolastique, avec ces questions et ces distinctions qui sentent l’école. Il n’a du reste pas cherché à publier et à devenir un auteur de l’émergente république des lettres. Humilité dominicaine ? Sur le fond, sa théologie est peut-être moins scolastique puisqu’on le voit aborder le thème de la fortune, sur lequel méditent alors largement les humanistes. S’il ne collecte pas les Pères de l’Église, il livre cependant en 1523 une édition des œuvres de Marbode, un de ses prédécesseurs du XIIe siècle sur le siège rennais : auteur d’avant l’émergence de l’université et de la scolastique, contemporain de saint Bernard, si cher aux humanistes parce qu’il savait concilier l’amour des lettres et la piété. En éditant Marbode, Mahyeuc joue un rôle probablement décisif dans l’implantation continue de l’imprimerie à Rennes. Il faudrait mieux connaître sa bibliothèque. Mais deux livres lui ayant appartenu sont parvenus à nous et reflètent cet intérêt pour la « théologie monastique » si chère au milieu fabriste ou « préréformateur ». Les épîtres de saint Jérôme, qui passe pour être le père des moines, sont largement méditées et ruminées dans les cloîtres réformés et ont été traduites en français, à l’intention des moniales, par le moine de Chezal Benoît, Guy Jouennaux. L’autre texte est le corpus de Denis l’Aréopagite, traduit par Marsile Ficin et édité par Lefèvre d’Etaples qui estime que c’est là une « nourriture consistante », cibus solidus, pour les âmes en quête d’élévation. Sans que l’on puisse préjuger de découvertes ultérieures, Mahyeuc a aussi été le destinataire d’une édition de saint Hilaire réalisée par un disciple de Lefèvre d’Etaples, Robert Fortuné, principal du collège de Plessis. Celui-ci voit en l’évêque de Rennes un amateur des tempora priora. Ces traces ne permettent cependant pas à ce jour de faire de Mahyeuc un promoteur ardent des bonae litterae. Il n’a du reste fondé ni pris part à la fondation d’aucune école ou collège de Rennes.

13Mais est-ce de sa faute ? Là encore, n’est-il pas adapté à son environnement ? Les communications qui ont abordé la ville de Rennes n’ont guère souligné la prégnance des traits de la Renaissance dans la cité, préférant les aborder en parlant de Champeaux ou de Nantes… Reste alors à comprendre pourquoi ce prélat discret, ni réformateur ardent, ni prélat flamboyant de la Renaissance a failli devenir un saint ?

14Sa fama sanctitatis semble précoce et se manifeste, sinon avant, du moins dès son trépas. Les témoins super vita et virtutibus qui déposent à son procès ne cherchent pas à dresser de lui ce qu’il ne fut jamais, un Borromée breton. Se dégagent au contraire des dépositions les caractéristiques d’une sainteté régulière, inspirée de la vie de saint Dominique et nourrie de la spiritualité dominicaine, notamment de sainte Catherine de Sienne. Si sa récitation du Rosaire, alors encouragée par un dominicain breton Alain de La Roche, caractérise la famille dominicaine, son goût de la Passion, de la croix et du sang du Christ est alors assez partagé et propagé par l’ensemble des Mendiants, comme Olivier Maillard. L’épiscopat n’entame pas cette humilité et cette charité mendiantes.

15Pourtant, cette réputation de sainteté n’ouvre pas droit à un procès de canonisation au XVIe siècle. Faut-il attribuer cette passivité au fait que ses successeurs n’étaient pas bretons ? Je n’y crois guère puisque l’évêque Hennequin, bien que non breton, admirait les vertus de ce prédécesseur. Son ordre n’a pas non plus secoué ciel et terre car ce n’est pas dans ses habitudes de pousser à la canonisation des saints de la veille. De plus, pour cet ordre emblématique de la lutte contre l’hérésie et de la mission, Mahyeuc n’est ni un controversiste, ni un martyr de la foi, ni un réformateur émérite. Enfin, lui manque l’appui d’une puissante famille charnelle ou de la famille royale pour promouvoir sa cause.

16Celle-ci s’amorce au XVIIe siècle. Parce qu’il n’a pas été un prélat de la Renaissance, il peut répondre à l’attente de la Contre-Réforme tridentine et romaine qui ne se soucie pas seulement de la réforme in membris, mais aussi in capite. Beaucoup de prélats réformateurs du début du XVIe siècle étaient soucieux de réformer l’Église in membris, sans pour autant chercher à s’imposer une réforme in capite. L’héroïcité des vertus pratiquée par Yves Mahyeuc en fait un modèle susceptible d’être proposé à une Église de France et de Bretagne où les exemples récents et français de sainteté épiscopale sont assez rares, François de Sales étant savoyard. C’est aussi au XVIIe siècle que l’on ouvrira le procès de béatification de François d’Estaing. Et si ce dernier fut un actif prélat réformateur à la différence de Mahyeuc, le procès du Ruthénois comme celui du Breton mettent cependant tous deux en avant la modestie et la charité épiscopales. Il faudrait aussi étudier ce qui pousse alors son ordre à propager sa réputation en étudiant l’hagiographie d’Albert le Grand ou de Rechac. Les mobiles de l’amorce du procès de béatification n’ont pas livré tous leurs secrets.

17Georges Provost a en revanche bien replacé la floraison des miracles imputés à Mayheuc dans le contexte du siècle de fer en Bretagne, alors véritable terre de miracles. En comparaison avec les phénomènes miraculeux de Naples, d’Orléans, de Pontoise ou de Marseille, étudiés par Jean-Michel Sallmann et Albrecht Burckardt, il apparaît que ceux d’Yves Mahyeuc se distribuent dans tout l’espace rennais et dans le sud du diocèse. Le miracle n’est donc pas ici un phénomène de proximité ni de territorialisation clientélaire orchestré par un ordre. Du reste, il n’y pas de diffusion de la vague miraculeuse à travers le réseau dominicain. C’est donc un saint de la cité de Rennes, plus du reste que du diocèse. Enfin, on soulignera l’importance de miracles accomplis en faveur des enfants, ce qui atteste que l’on n’était pas sous l’Ancien Régime si indifférent à leur sort.

18Malgré le procès, Mahyeuc n’a pas été et n’est toujours pas, ou pas encore, canonisé. On peut émettre certaines hypothèses, bien que les secrets de Rome soient impénétrables. Indemne de toute trace de gallicanisme et de jansénisme, sa cause ne risquait pourtant pas d’inquiéter la papauté comme celle de tant d’autres clercs du siècle des saints. Mais en même temps, il souffre d’une biographie imprécise et lacunaire. Or depuis l’essor de la critique érudite au XVIIe siècle, l’hagiographie est de plus en plus soucieuse de précisions biographiques. On ne sait si notre rencontre a contribué à atténuer ou à aggraver cette imprécision biographique en distinguant deux Yves Mahyeuc, comme jadis les critiques distinguaient deux puis trois Denis, là où pendant près de 800 ans on avait cru que Denis l’Aréopagite était venu fonder le siège de Paris.

19Ce dont on est en revanche déjà assuré, c’est que ce colloque aura rénové la mémoire d’Yves Mahyeuc, dans le contexte d’une collaboration, jadis impensable, entre l’université, la ville et l’Église, notamment les Dominicains. Voir ouvrir ce colloque par le maire et l’archevêque de Rennes montre le chemin parcouru depuis le dernier centenaire où une plaque avait été posée dans l’église de Plouvorn, le village natal de Mayheuc, manière indirecte d’exalter la Bretagne catholique contre la République laïcarde des Inventaires et de la toute récente loi de Séparation des Églises et de l’État. Ces temps d’affrontements sont révolus. Fasse le Ciel que personne ne les vienne réveiller.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540