Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Quatrième partie. L’homme en son temps

Rennes, 1532 : le dernier couronnement ducal

Philippe Hamon

À la mémoire de Gwennole Le Menn

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Bruno Isbled, Gwennole Le Menn, Violaine Le Nénaon, Daniel Pichot et Georges Provost pour l’aide généreuse qu’ils m’ont apportée.

  • 1 Je remercie chaleureusement Bruno Isbled, Gwennole Le Menn, Violaine Le Nénaon, Daniel Pichot et G (...)
  • 2 Dans la seule analyse récente, celle d’Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire, Paris, Macula, 1 (...)
  • 3 La cathédrale Saint-Pierre de Rennes abritait cependant un vitrail de François III, évoqué dans un (...)

1C’est à Yves Mahyeuc qu’il revient, en tant qu’évêque de Rennes, de présider le 14 août 1532 aux solennités du dernier couronnement d’un duc de Bretagne1. Événement grandiose, l’un des plus spectaculaires de la Renaissance à Rennes, avec les entrées royales d’octobre 1518. Or le couronnement de François III a été peu étudié2. Trois raisons expliquent sans doute ce relatif silence. Tout d’abord le fait que l’épisode a été englouti dans la question plus vaste de l’union de la Bretagne au royaume, qui pour sa part a fait couler beaucoup d’encre. L’entrée et le couronnement rennais du fils aîné de François Ier ne font ici figure, sans doute à tort, que d’éléments anecdotiques. Ensuite la disparition précoce du dauphin-duc (dès 1536, à 18 ans) a largement occulté sa mémoire3. Il n’est guère possible en effet de savoir ce qu’il aurait fait de sa dignité ducale, s’il avait vécu plus longtemps, voire avait succédé à son père sur le trône de France. Enfin, l’épisode est fort bref et les Rennais disposent de bien peu de temps pour profiter de leur nouveau duc. François, qui vient de Vannes par Redon, s’établit à l’abbaye de Saint-Melaine (hors de l’enceinte de Rennes) le lundi 12 août 1532. Le lendemain, les Rennais processionnent en corps devant lui, puis il fait sa « joyeuse entrée » dans la ville. Le même jour, à Nantes, François Ier publie l’édit d’union. Le mercredi 14 a lieu le couronnement dans la cathédrale Saint-Pierre, suivi d’un imposant banquet. Le tout nouveau duc quitte Rennes dès le jeudi 15 pour rejoindre son père à Nantes.

  • 4 BnF, ms. fr. 11533. Le texte en a été publié en deux temps : le couronnement proprement dit dans D (...)
  • 5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, G 200/1, f° 112-113, publié (parfois librement…) dans (...)
  • 6 Archives municipales de Rennes, AA 6 (liasse aux pièces non numérotées) et CC 884 à 886/1 (comptes (...)

2On conserve une relation détaillée de ce séjour : elle a été rédigée par Michel Champion, licencié es droits, sieur de Chartres, procureur des habitants de Rennes, et à ce titre, l’un des représentants de la ville auprès du duc au cours des cérémonies4. Le manuscrit, assez luxueux, est orné de trois grandes peintures (deux pages avec des décors armoriés, la troisième avec un portrait en pied du jeune duc). Le registre capitulaire de la cathédrale contient un autre récit, moins complet, mais précieux en particulier par quelques différences dans la présentation des faits5. Enfin la troisième source principale provient des finances de la municipalité : comptes des miseurs (trésoriers) et pièces comptables originales liées à l’événement6. La documentation est donc assez riche. Elle nous permet tout d’abord de rendre compte des conditions concrètes de l’entrée et du couronnement du dauphin-duc. Il sera ensuite possible d’analyser les enjeux de l’événement pour deux acteurs essentiels : la municipalité rennaise et le gouvernement royal. Dans un troisième temps, ce cycle cérémoniel, qui marque l’affirmation d’un nouveau duc, doit être replacé dans la question plus vaste de l’union au royaume. En effet le déploiement des festivités cherche à exprimer cette union d’une façon acceptable par tous, en faisant appel à l’histoire comme à la religion. Au final, cet épisode qui semble clore le temps du duché n’est-il pas aussi porteur d’avenir ? En valorisant la fidélité et l’amour des Bretons envers leur Prince, il contribue en effet à renforcer une identité bretonne appuyée sur de solides et durables privilèges.

Le déploiement d’un grand cérémonial

L’entrée d’un Prince

  • 7 D’une bibliographie surabondante on peut retenir : Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées (...)
  • 8 Michel Champion reproduit le texte des deux discours qu’il a prononcés, lors du défilé des corps d (...)
  • 9 Dom Morice, op. cit., col. 1003.
  • 10 Arch. mun. Rennes, AA 6, rôle de dépense de février 1533, f° 11 r° ; La Bigne, op. cit., p. 317.
  • 11 P. de La Bigne-villeneuve, op. cit., p. 315. Ce carrefour se situait à peu près en haut de l’actue (...)
  • 12 Pour les échafauds, Thomas Pihourt, employé en 1527 pour la réfection du chœur de la cathédrale ; (...)
  • 13 Par exemple, P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 314.

3Le rituel de l’entrée dans les villes à la Renaissance a été largement étudié pour la France7. Il n’est pas réservé au seul souverain : la reine ou le dauphin ont parfois leurs propres cérémonies d’entrée. Cela vaut particulièrement pour le début des années 1530 : François Ier a en effet une nouvelle épouse, et son fils aîné, après quatre années comme otage en Espagne, est désormais en âge de faire l’objet d’entrées. Avant Rennes, au cours du voyage de la cour vers la Bretagne, il y en a déjà eu plusieurs, et Nantes va suivre entre le 14 août (pour la reine) et le 18 août (pour le dauphin-duc). L’entrée se caractérise par son côté spectaculaire : dans une cité décorée pour la circonstance, processions, défilés et harangues se succèdent8. À ce titre, elle constitue d’abord, pour les acteurs comme pour les spectateurs, une riche expérience sensorielle. Michel Champion évoque ainsi le défilé devant le dauphin installé sur une estrade, des corps de la cité (clergé, municipalité, officiers royaux). Il souligne en leur sein la place des gens en armes : il y a au moins 1 800 hommes de pied dans le cortège, « gorgiasement [élégamment] acoustrés en manière et façon de gens de guerre9 ». La ville manifeste ainsi qu’elle est apte à assurer sa propre défense et donc à servir militairement son Prince. Mais c’est pour l’entrée proprement dite du jeune François que Champion est le plus disert. Il s’attarde longuement sur les sept « eschaffauts » (estrades décorées) qui scandent le parcours, sur lesquels inscriptions, personnages costumés et tableaux vivants portent un riche message politique. La mise en scène a parfois recours à des matériaux exotiques. « Guynier, painctre », reçoit en effet dix deniers « pour du bresil a faire du sang » : ce produit, dérivé d’un bois de teinture rouge originaire d’Amérique, est utilisé pour le combat où le roi Arthur vainc « un grand géant representant la personne de Flolo, Romain Proconsul en France10 ». Au moins lorsque François et sa suite passent, des « machines » se déclenchent à certains endroits. Ainsi au carrefour de la Laiterie, « y avoit un grand eschaffaut […] au hault duquel y avoit une Éternité et à l’entour les hiérarchies des Anges qui par art, tournoit sans cesse11 ». La thématique religieuse n’est évidemment jamais absente des grands moments de la vie politique. Cependant, certains échafauds font appel à des thèmes mythologiques : Mars, mais aussi Cérès et Bacchus sont ainsi convoqués. Il est malheureusement difficile de déterminer dans quelle mesure les références antiques ont influencé les décors. En effet, les peintures du manuscrit de Champion ne reproduisent aucun de ces « eschaffauts » dont on sait qu’ils ont mobilisé les meilleurs artistes du lieu12. Cependant, le décor qui entoure certaines armoiries peintes (cahier couleur, ill. 14, 16) laisse penser qu’une influence antique a dû se glisser. Ainsi autour de deux de ces blasons (les armes de Bretagne sur la reproduction no 14 et celles des Montbourcher en bas de la no 16), on remarque des « chapeaux de triomphe », sortes de couronnes de laurier, tout droit venues des triomphes impériaux romains. Or à plusieurs reprises Champion mentionne leur présence sur des décors de l’entrée13.

  • 14 Pour ce qui est des sons, quand François arrive le 12 à Saint-Melaine, le registre capitulaire rap (...)

4L’essentiel du spectacle est sans doute réservé au moment du passage du duc et il n’est pas sûr que « machines » et tableaux vivants aient été vus en action par bien des spectateurs, et a fortiori que bien des harangues faites à François par des personnages des échafauds, aient été entendues par eux. Pour beaucoup de gens, le spectacle est autant et plus dans la foule, les couleurs ou le bruit d’une ville en fête14, que dans l’attention précise aux scènes élaborées représentées sur les grandes estrades. Dans leur globalité cependant, les réjouissances se présentent comme un don offert à tous. Mais l’épisode est aussi l’occasion d’un échange direct de cadeaux. La ville offre au jeune duc trois chevaux achetés à la foire de Plestin et surtout un superbe objet d’orfèvrerie dont il faudra reparler. De son côté, François procède à la libération de prisonniers, lors de son entrée, suivant une tradition qui est d’ailleurs plus monarchique que ducale. Il fait également procéder à une « donnée » d’argent dans la cathédrale, lors du couronnement.

Un rituel spécifique : le couronnement ducal

  • 15 Dom Lobineau, op. cit., col. 1601. Ce souci s’exprime jusque dans des détails. Lors du banquet, le (...)
  • 16 Michael Jones, « “En son habit royal” Le duc de Bretagne et son image vers la fin du Moyen Âge », (...)
  • 17 L’image a été réalisée vers 1480. Pour une reproduction : La Bretagne au temps des ducs, catalogue (...)
  • 18 Missel pontifical de Michel Guibé. XVe siècle. Cérémonial du couronnement des ducs de Bretagne, Re (...)

5Celui-ci s’inscrit dans une tradition déjà ancienne. François Ier a souhaité que son fils soit, à Rennes, « receu et couronné en vray duc et seigneur propriétaire de Bretagne, avec toutes solemnitez et autres choses requises et acoustumées d’estre faictes, gardant les louables et anciennes coustumes dudit pays15 ». Le rituel est attesté au moins depuis le XIe siècle, mais le détail en est mal connu avant Jean V (1401). Un développement spectaculaire du cérémonial se produit au XVe siècle16. Le dernier en date, celui d’Anne en février 1489, n’est sur ce plan pas très représentatif car il s’est déroulé en période de guerre et dans une certaine précipitation. Aux yeux des chroniqueurs, c’est le couronnement du duc François Ier en 1442 qui fait figure de référence. Objet d’un long récit dans Les grands croniques de Bretaigne d’Alain Bouchart, il donne lieu dans la Compillation des croniques et ystoires des Bretons de Pierre Le Baud à une enluminure qui constitue une exceptionnelle représentation médiévale d’un couronnement ducal breton17. Quant au rituel proprement dit, il est directement repris de celui qui a été utilisé en 148918. Quelques différences se manifestent cependant. Ainsi le duc ne se présente pas à la porte Mordelaise avant de se rendre à la cathédrale. Il entre dans la ville le 13 août par le nord, porte aux Foulons. L’explication tient sans doute aux nouvelles pratiques d’entrée développées à la Renaissance : elles nécessitent, pour s’exprimer dans toute leur ampleur, un long circuit, alors que la porte Mordelaise est juste en face de la cathédrale et du manoir épiscopal où se rend d’abord le duc pour une nuit de prière. En outre, il est souhaitable qu’il traverse des espaces comme les carrefours ou la cohue, dans lesquels le spectacle, avec ses grands « eschaffauts », peut matériellement se déployer devant lui.

  • 19 Amédée Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries de Haute-Bretagne, Rennes, Plihon, 1898, t. 2, (...)
  • 20 Le registre capitulaire souligne que « magnates » comme conseillers « fuerunt in magna anxietate »

6Parmi les acteurs du couronnement, l’évêque de Rennes tient, comme le veut la tradition, un rôle central. Mais d’autres personnages ont des droits à faire valoir dans le cadre de la cérémonie et présentent au conseil du jeune prince les « litteras suorum privilegiorum », suivant la formule des registres capitulaires. Ces privilèges découlent de la possession d’une charge ducale ou de la détention de terres auxquelles un droit est attaché. Ainsi le baron de Châteaugiron – en 1532 c’est le gouverneur de Bretagne, Jean de Châteaubriant – est-il de droit chambellan du duc et à ce titre il doit tenir le sceptre au couronnement19. Mais des litiges se produisent : Louis de Rohan-Guéméné réclame en effet de tenir la couronne en vertu de son droit héréditaire. Or le fils du duc de Lorraine (alors prince souverain) est présent à la cérémonie. Soit il réclame le même droit, soit on veut l’honorer en raison de son rang. Aussi c’est à une véritable procédure d’arbitrage que se livre, au cours de l’après-midi du 12 août, le conseil ducal : il établit que les deux hommes se partageront le port de la couronne. Il tranche également une dispute entre trois prétendants au port d’un des quatre coins du poêle placé au-dessus du duc lors de son entrée. Le conseil agit dans l’urgence, la veille des événements, sous la pression des intéressés20. Pour le port de la couronne, il tente à l’évidence de concilier un héritage breton et la présence d’un personnage extérieur prestigieux au sein de la suite du dauphin-duc. Le conseil « sommairement informé » (il s’appuie sur les registres capitulaires pour connaître les précédents), procède alors par provision, sans déroger par exemple aux droits de Rohan-Guéméné. On constate au passage qu’il est possible de faire preuve de souplesse pour agir rapidement et éviter tout blocage. Il ne faut donc pas surévaluer les contraintes nées de la référence à la coutume : celle-ci peut bien souvent être interprétée, voire adaptée, pour tenir compte du contexte.

Agir dans une conjoncture précise

La position rennaise

  • 21 Arch. mun. Rennes, CC 84, f° 10v° et 11 ; Catalogue des actes de François Ier, Paris, Imprimerie n (...)
  • 22 Ibid., f° 7-9.

7Quand Henri, frère cadet de François et nouveau dauphin depuis 1536, sera proclamé duc en 1540, il ne sera pas couronné. Même s’ils l’ignorent encore, l’opportunité offerte aux Rennais est donc la dernière. Celle-ci se présente d’abord comme une contrainte financière. En effet, si la monarchie finance la cérémonie du couronnement, l’entrée est en revanche à la charge de la ville. À eux seuls, les cadeaux lui coûtent plus de 1 100 livres tournois, alors que le trésor royal n’a déboursé que 219 livres pour la couronne réalisée par un orfèvre de Vannes21. Et pour les festivités proprement dites, Rennes a dépensé plus de mille livres, suivant les mentions, très probablement incomplètes, du compte des miseurs pour 1532. La municipalité rennaise en profite pour faire entrer l’événement dans son propre agenda. Depuis des mois, elle sollicite du roi l’octroi en sa faveur d’un impôt local, le « vingtain sou » (une taxe sur les boissons) au nom de ses faibles moyens financiers. Les frais de l’entrée ne font qu’aggraver la situation ; la ville doit d’ailleurs emprunter pour faire face à ses obligations. Mais la venue du dauphin-duc constitue désormais un excellent motif pour relancer sa demande d’aide financière. L’entrée se déroule fort bien et il est probable que l’octroi du « vingtain sou » dans les semaines qui suivent, vient récompenser la bonne volonté rennaise. Michel Champion lui-même se rend alors à Nantes pour obtenir un mandement officiel22.

  • 23 P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 310.

8Mais Rennes a de plus hautes ambitions. Traditionnelle ville du couronnement, elle entend bien profiter de cette prime cérémonielle pour asseoir plus solidement son statut de « ville capitale » du duché. L’expression revient, de façon récurrente, lors de l’événement. Dans l’une de ses harangues devant le dauphin-duc, Michel Champion affirme avec éloquence : « Je rends grâces de m’avoir réservé en ce temps de le pouvoir veoirs couronné en la Ville vierge [inviolée] et en la Ville Royale et cappitalle de ce pays et Duché23. » Dans la concurrence, plus ou moins explicite, qui l’oppose à Nantes en ce domaine, et qui sera bientôt réactualisée par la question de la localisation du parlement de la province, l’épisode d’août 1532 est révélateur. En effet, si l’entrée a autant d’ampleur dans les deux villes, Rennes possède avec le couronnement un incontestable avantage conjoncturel pour asseoir ses prétentions. L’une des trois peintures du manuscrit (cahier couleur, ill. 14) fournit ici un témoignage révélateur : elle a pour motif central les armoiries de Bretagne. En dessous d’elles, dans une position plus modeste, mais exclusive, figurent les armes de la ville de Rennes, cantonnées de deux hermines. Ce tête à tête entre la province et sa « capitale » témoigne de ce que cette entrée est très particulière. Rennes en effet accueille son duc non seulement en son nom propre, mais en celui de l’ensemble de la Bretagne. À la porte aux Foulons, avant que François ne pénètre dans la ville, il doit prêter un serment reçu par Yves Mahyeuc pour le clergé, et Jean de Châteaubriant au nom des autres habitants. Il s’engage alors à respecter les privilèges de toute la Bretagne, non ceux de la seule cité rennaise. Cette prestation donne à tout le cérémonial une explicite dimension juridique dont la signification politique est lourde de conséquences.

Une opération spécialement encadrée

9L’entrée du dauphin, en tant que duc et en l’absence du roi, constitue un cas très particulier. Il n’est donc pas surprenant qu’elle fasse l’objet d’un contrôle spécifique de la part des hommes du souverain. Une entrée de ville relève toujours d’une co-organisation : le roi et les siens échangent avec la municipalité qui va les recevoir, pour que tout se déroule au mieux. Parmi ceux qui interviennent au nom de la ville, les officiers royaux, également agents du Prince, ne sont d’ailleurs pas rares. Mais à Rennes, en août 1532, les choses vont plus loin. Alors que le jeune duc de quatorze ans est pratiquement réduit au silence au cours de son séjour, si on en croit les sources disponibles, les opérations sont conduites par un groupe d’hommes qui a la confiance de François Ier. Le cardinal Gabriel de Gramont, important diplomate, fait office de porte-parole ; ainsi lors du serment, le duc se contente de répondre par un « Amen » et c’est Gramont qui précise : « Il jure garder ce que ses prédécesseurs princes ont fait. » Yves Mahyeuc associe le cardinal au couronnement : il apporte ainsi la paix au duc pendant la messe. Marin de Montchenu, maître d’hôtel du roi et l’un de ses compagnons d’enfance, supervise le couronnement proprement dit. Interviennent aussi les hommes-clefs de l’union du duché : le gouverneur Jean de Châteaubriant, le vice-chancelier de Bretagne Louis des Déserts. Des personnages importants de la province sont donc impliqués : il serait tout à fait erroné de croire que les serviteurs des intérêts du roi n’appartiennent pas aux élites bretonnes.

  • 24 Dom Morice, op. cit., col. 1008 et 1009. Voir sur ce point Chantal Reydellet, « François Dauphin d (...)
  • 25 Jean Adriaen demandera ultérieurement un dédommagement pour « avoir convenu entretenir les compaig (...)

10Cependant, pour éviter l’expression directe par les « vassaux » de leur fidélité envers leur nouveau duc, la cérémonie coutumière de l’hommage, qui se déroulait habituellement après le couronnement, est explicitement écartée à deux reprises24. De façon significative, on considère que les hommages rendus auparavant à François Ier en tant que « père du duc et légitime administrateur du duché » suffisent. En outre, les opérations sont accélérées : le roi et son conseil ne fixent les échéances que moins d’une semaine avant la cérémonie. Ce délai, par sa brièveté, interdit le rassemblement à Rennes d’un grand nombre de personnalités bretonnes, tant laïques qu’ecclésiastiques, contrairement à ce qui s’était produit par exemple pour le duc François Ier, lors du couronnement de référence de 1442. Rennes elle-même est prévenue seulement le 9 août (par Champion, alors à Vannes) qu’entrée et couronnement doivent avoir lieu le mardi 13 ! Pour autant, la ville n’est pas totalement prise au dépourvu. Depuis mars, une entrée royale est envisagée. Au plus tard début avril, Rennes sait qu’elle accueillera aussi le nouveau duc et on songe à recevoir le père et le fils. Des préparatifs sont donc en cours depuis quelques mois. Cependant l’accélération brutale de l’échéance pose problème, au point que la municipalité demande au conseil du duc, le 12 août, une demi-journée de délai : le conseil accepte que l’entrée soit repoussée à l’après-midi du 13 et le couronnement, au matin du 1425.

  • 26 Journal d’un bourgeois de Paris pendant le règne de François Ier, Clermont-Ferrand, Éditions Paléo (...)

11Un chroniqueur parisien, faisant allusion au voyage de la cour en Bretagne, affirme que les Bretons « voulurent avoir un duc qui se tint au pays, afin que le pays en fut meilleur26 ». Ce vœu hypothétique n’est pas exaucé. Non parce que le jeune François III doit quitter immédiatement Rennes pour Nantes : cette entrée rapide dans l’autre grande cité de la province était de tradition. Mais parce qu’il quitte la Bretagne pour n’y plus revenir dès les derniers jours d’août. D’ailleurs, on ne conserve trace d’aucun acte émané du dauphin François en tant que duc. Reste qu’il ne faut pas lire tous les choix du roi et de son conseil avec les seules lunettes bretonnes. François Ier séjourne dans la province depuis plus de deux mois et il a d’autres échéances, en particulier une rencontre avec Henri VIII, qui aura lieu à Boulogne en octobre. Or, dans un contexte de très épineuses relations entre la papauté et le souverain anglais, le roi a sans doute hâte d’avoir auprès de lui le cardinal de Gramont, l’un de ses principaux diplomates en la matière. Il n’empêche que le couronnement rennais, en lui-même, relève bien de l’expression d’une volonté royale, en lien avec les conditions de l’union de la Bretagne.

Le couronnement : un épisode de l’union

Une opération politique : imposer le dauphin comme duc

  • 27 Sur l’ensemble du processus, voir la solide mise au point de Dominique Le Page et Michel Nassiet, (...)
  • 28 Dom Morice, op. cit., col. 1380. Il n’avait d’ailleurs pas été respecté, puisque le duché était re (...)
  • 29 La question des contrats de mariage est d’actualité à Rennes également : le 30 décembre 1524, la v (...)

12Pour bien saisir les enjeux, un retour en arrière s’impose. En juillet 1524, à la mort de Claude de France, première épouse de François Ier et duchesse de Bretagne, à qui doit revenir le duché ? Malgré une donation entre vifs, le roi ne peut ici hériter de sa femme27. Le contrat de mariage de la reine Anne de Bretagne avec le roi Louis XII prévoyait en 1499 la dévolution du duché au deuxième enfant du couple, qu’il soit fils ou fille28. Or, par son testament, la reine Claude, fille de Louis et d’Anne, donne le duché à François, son fils aîné. La situation en 1524 est donc délicate. Les États de Bretagne, convoqués, réclament dans un premier temps l’application du principe de la dévolution au cadet, puis finissent par se résoudre à ne pas l’obtenir29. Le roi s’abrite d’abord derrière une formule ambiguë : il agit en tant que « père de son fils, duc de Bretagne », sans préciser duquel il s’agit. Mais il fait bientôt savoir qu’il considère le dauphin comme seul héritier de sa mère. François Ier obtient alors des États, en tant qu’usufruitier du duché au nom de son fils, un serment de fidélité à sa propre personne. Mais la situation n’est pas totalement éclaircie et surtout la position du dauphin n’a pas reçu la validation que peut lui assurer une adhésion publique. Il est difficile de savoir si François Ier avait sur ce plan l’intention d’agir rapidement. La campagne de Pavie, la captivité du roi suivie, pendant quatre ans, de celle de ces deux fils aînés otages en Espagne, interdit toute initiative avant le début des années 1530.

  • 30 C. Reydellet, op. cit., p. 234.
  • 31 Dom Lobineau, op. cit., col. 1601 : le texte n’est rendu public que le 13 août, mais la décision a (...)

13C’est alors que s’engage une véritable campagne de promotion du dauphin qui culmine avec le couronnement rennais. Il n’est pas si évident de comprendre pourquoi elle a lieu. Il n’y a eu aucun incident dans la province depuis 1524, malgré le contexte très difficile de 1525. La Bretagne, noblesse incluse, a contribué au paiement de la rançon du roi, même si la procédure y a été un peu spécifique. La volonté politique d’établir fermement le nouveau duc renvoie peut-être à une forme d’affirmation monarchique, mais on ne peut exclure non plus le souci du respect des règles, de la part d’un pouvoir qui reste malgré tout attaché aux formes morales de l’exercice de l’autorité. En mai 1531, le gouvernement de Bretagne devient vacant à la suite du décès de Guy XVI de Laval : il ne revient pas au dauphin (qui reçoit en août celui de la Normandie, également vacant). Ici encore, une double lecture est possible. Dans le prolongement de ce qui a été évoqué plus haut sur l’encadrement du (futur) duc, il ne saurait être question de lui accorder, dans « sa » province, les importants pouvoirs du gouverneur. Cependant on peut également affirmer, dans une vision traditionnelle de la répartition des fonctions, qu’il serait un peu étonnant à voir l’héritier couronné être en même temps titulaire d’une charge tenue du roi… Lors du voyage de 1532 vers la Bretagne, les choses sont en revanche beaucoup plus simples. Pour éviter tout risque d’incident, François Ier se sépare en Normandie de ses deux plus jeunes fils, et en particulier du cadet, Henri, qui pourrait faire figure d’héritier concurrent. Ceux-ci gagnent directement le Val de Loire30. Pénétrant dans le duché par le nord-est (entrée à Fougères le 9 mai), la cour contourne Rennes et demeure un long moment à Châteaubriant, chez le gouverneur de Bretagne et son épouse Françoise de Foix, favorite de François Ier. À partir de la fin juin, elle séjourne brièvement dans d’autres résidences de grands seigneurs : Villocher et La Hardouinais, toujours chez Jean de Châteaubriant, La Hunaudaye chez René de Tournemine et enfin Rochefort chez Claude de Rieux. Puis le roi et les siens viennent s’établir au château ducal de Suscinio, à proximité de Vannes où les États de la province sont réunis. Le processus d’union est alors entamé. Les États bretons demandent, dans leur supplique au roi du 4 août, que leur nouveau duc, désormais reconnu sans difficulté semble-t-il, fasse à Rennes son entrée. Au début de celle-ci, comme on l’a vu, il est appelé à prêter serment de respecter les privilèges et libertés de la province. Or, et il s’agit là d’un point important, c’est seulement dans la réponse royale, réponse qui reprend pourtant très largement le texte de la supplique des États, que figure la décision de procéder également à un couronnement31.

  • 32 Henri Hauser, Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles-Quint, Paris, Picard, 19 (...)

14François Ier et les siens ont certainement préparé la session, en raison de l’importance des enjeux, comme ils l’ont fait six ans plus tôt pour celle des États de Bourgogne appelés à donner leur avis sur la dévolution du duché à l’empereur, inscrite dans le traité de Madrid. Les États bourguignons persistent alors à vouloir rester « sous la très noble » couronne de France32.

  • 33 Une solide synthèse factuelle, à partir d’une documentation qui ne semble guère s’être enrichie de (...)
  • 34 Un acte du 10 novembre 1532 (Arch. mun. Rennes, AA 6) mentionne cependant les assemblées de ville (...)

15Ceux de Bretagne vont demander l’union. Dès avril 1532, les Rennais s’attendent à l’entrée de leur duc. À une date malheureusement inconnue, ordre est également donné par le roi de faire fabriquer une couronne par un orfèvre de Vannes. Malgré l’importance des enjeux, et l’abondance de la littérature qui les évoque, l’historien reste mal informé de ce qui se déroule alors entre le roi, la cour, les hommes du roi et les États. Les procès-verbaux des États n’existent plus, les sources narratives locales sont indigentes sur cette affaire et force est de s’appuyer avant tout sur quelques actes royaux et sur le récit de Bertrand d’Argentré dans l’édition de 1583 (non censurée) de son Histoire de Bretagne33. Celui-ci puise à bonne source puisque son père Pierre, sénéchal de Rennes, sur le témoignage duquel il s’appuie, a participé aux négociations. Mais son récit n’en est pas pour autant complet ni impartial. Quoi qu’il en soit, Argentré n’évoque aucun débat ayant porté sur la question du couronnement. Chez lui comme chez tous les auteurs qui ont suivi, celui-ci est évoqué lorsqu’il a lieu, mais jamais comme enjeu de négociations34.

  • 35 Voir en 1531 le témoignage du gouverneur du prince de Talmont dans Étienne Charavay, Revue des doc (...)

16Dans l’état actuel de la recherche, il faut donc admettre que l’idée du couronnement revient au roi et à son conseil. Ils font montre ainsi d’une forme de générosité, en allant au-delà de la demande d’une simple entrée formulée par les États. Mais le calcul politique a ici sa part. En le faisant couronner, le roi renforce la légitimité de son fils aîné, la rend désormais incontestable et nourrit l’expression publique de l’adhésion et du consentement envers le dauphin. C’est en s’appuyant sur ce que la tradition ducale a de plus prestigieux qu’il provoque ainsi une rupture politique. En effet le rituel du couronnement a été développé au XVe siècle pour exalter un duc autonome dans sa principauté. En 1532, avec la consécration du dauphin, on assiste, sans jeu de mot, au couronnement de l’œuvre entamée par les trois mariages successifs, avec trois rois successifs, des deux héritières de Bretagne, Anne et Claude. Le dauphin-duc François incarne en effet pleinement l’union puisqu’il est appelé à être à la fois duc et roi. Ainsi l’individualité ducale est-elle désormais définitivement enterrée. Mais l’avènement de François au trône de France est encore hypothétique – c’est son cadet Henri qui sera dans les faits le premier à cumuler les titres de duc et de roi. Pour l’heure, le sentiment prévaut que roi et conseil ont pris leurs précautions pour éviter toute velléité proprement ducale de la part du jeune François III. En effet, le « risque politique breton », dans les années 1530, tient sans doute surtout à l’éventuelle attitude du nouveau duc – doté d’un caractère ombrageux, sinon difficile35. On peut parfaitement être dauphin de France et fort mal s’entendre avec son père, comme en ont témoigné, un siècle plus tôt, les relations exécrables de Charles VII avec son fils Louis. Or ce dernier avait utilisé le Dauphiné comme base pour affirmer son pouvoir. Il importe donc de se prémunir contre le risque (improbable à nos yeux, mais l’avenir n’est pas écrit en 1532…) d’une utilisation de l’héritage maternel breton pour acquérir une autonomie politique grâce à une solide implantation locale.

  • 36 Le sceptre figure aussi bien sur une miniature du couronnement du roi Arthur, parallèle à celle du (...)
  • 37 Ainsi en entrant dans la cathédrale, il est « vestu d’une robbe de velours bleu enrichie de coloue (...)

17Pour l’heure le duc François III se présente, dans le manuscrit de Michel Champion, comme un prince en majesté (cahier couleur, ill. 13). Il est d’ailleurs le seul homme à avoir les honneurs de l’image (les autres « formes humaines » sont des putti ou des anges). Il porte comme les ducs du XVe siècle une couronne à fleurons enrichie de pierreries. Il tient un sceptre terminé par une fleur de lys, dont la filiation est également royale et ducale36. Juste au-dessus de lui, trois blasons couronnés : France, Bretagne et entre les deux un autre, mi partie de France et de Bretagne. En haut de l’image, un grand écu combine fleurs de lys et hermines en quatre compartiments distincts, au milieu desquels se superpose un dauphin. Le nouveau duc ne porte pas sur l’image l’« habit royal » du couronnement (manteau pourpre à collet d’hermines). Sa tenue paraît difficilement correspondre aux autres éléments de description dont nous disposons37. Mais il faut se méfier de l’obsession du reflet : l’image (re) construit généralement les choses, plus qu’elle ne cherche à reproduire une scène. Elle se met alors au service d’une signification donnée. Ici, couleur de l’habit et présence du sceptre à fleur de lys tendent à rapprocher le duc du modèle royal.

Comment dire l’union dans l’entrée ?

  • 38 Dom Morice, op. cit., col. 1009.
  • 39 Sur cet aspect, voir A.-M. Lecoq, op. cit., p. 361 sq. Elle montre que le recours à ce livre bibli (...)

18Pour les organisateurs des diverses étapes de l’entrée, la fusion des deux destinées, royale et ducale, en une seule personne, simplifie la situation : l’expression de l’adhésion et du consentement au dauphin-duc, et donc à l’union, en est facilitée. De multiples allusions sont faites au mariage de l’hermine et des lys. Le cadeau d’orfèvrerie offert par Rennes à François III est « une Hermine d’or emaillée […] qui se reposoit […] entre six beaux lis […], qui désignoit la réunion faite aux États tenus à Vannes audit mois d’aoust de la duché de Bretagne au royaume de France38 ». Dans ce contexte, l’expression de l’amour est omniprésente et les Rennais ont choisi de donner une place centrale aux citations extraites du Cantique des Cantiques39. La harangue de Champion le 13 août y fait référence et cinq des sept échafauds en portent des versets peints. L’amour, catégorie politique centrale à la Renaissance, a ici doublement sa place. D’abord parce que le duc figure le bien aimé du Cantique des Cantiques : la ville – et avec elle la province – qui l’accueille est sa fiancée. Ensuite le jeune Prince est lui-même le fruit d’amours dynastiques, qui sont au fondement politique de l’union.

  • 40 P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 314.
  • 41 Fanny Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 212-218 soulign (...)

19Un contraste spectaculaire marque cependant la parenté du jeune duc. Son père, le roi François Ier, est exalté de façon directe, et abondamment. Sur l’échafaud du carrefour Saint-Germain, « estoit assis en un char de triumphe le Dieu Mars representant la personne du Roy, et audavant de luy son filz40 ». En revanche Claude, sa mère, est totalement absente, tout comme la duchesse précédente, Anne, sa grand-mère maternelle, la dernière avant lui à avoir été couronnée à Rennes. On sait que l’effacement de leur filiation bretonne avait déjà été fortement marqué lors de leurs funérailles respectives41. Ce silence des organisateurs rennais est-il avant tout diplomatique ? Cette occultation (qu’on retrouvera ensuite dans l’entrée nantaise) peut relever d’un compromis, explicite ou non, avec les hommes du roi. Mais peut-être signifie-t-elle également qu’une telle évocation n’apparaît pas essentielle. D’autant que le mythe nostalgique de la « bonne duchesse Anne » et de son temps béni n’est pas encore véritablement éclos dans la province.

  • 42 Cantique des Cantiques, III, 11. Sur l’échafaud, voir P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 317- (...)

20Les Rennais ont cependant trouvé une solution religieuse pour ne pas passer totalement sous silence filiation maternelle et transmission par les femmes. Sur l’échafaud du Grant Bout de Cohue, le roi Arthur reçoit les armes de Bretagne : le manteau d’hermines lui est remis du ciel par la Vierge. L’inscription latine associée à la scène se traduit par : « Sortez, filles de Sion et regardez le roi avec le diadème dont sa mère l’a couronné42. » L’origine maternelle de l’héritage ducal s’exprime ici nettement, mais sous une forme réservée aux initiés. Une telle allusion a-t-elle été jugée suffisante par les organisateurs ? Elle illustre du moins le rôle que conserve le religieux comme langage privilégié du politique, associé ici avec une dimension familiale et dynastique toujours très présente.

  • 43 Ce n’est pas le lieu ici d’évoquer les débats sur le rattachement d’Arthur à la « grande » ou plut (...)

21Si les dernières duchesses sont invisibles, l’exaltation de la Bretagne prend néanmoins place, explicitement, dans les rues rennaises, comme le souligne la présence du roi Arthur43. On le retrouve encore, sur une autre estrade, aux côtés de Brutus, l’ancêtre éponyme qui inscrit le peuple breton dans une filiation troyenne. La dimension proprement bretonne est donc renvoyée à des temps très anciens. S’ancrer dans les profondeurs du passé est en soi positif, dans la logique des sociétés politiques d’alors. Mais cela permet au passage d’occulter totalement le temps des ducs. Il est difficile de savoir dans quelle mesure, pour les spectateurs de ces tableaux vivants, les personnages d’Arthur ou de Brutus, et les événements auxquels ils se rattachent, relèvent de l’activation d’une mémoire vive, et déjà « bretonne », ou s’ils contribuent à la faire émerger, à la construire.

  • 44 P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 319 ; Gwennole Le Menn, « Les Bretons bretonnants d’après (...)
  • 45 Quelques mois plus tôt, le dauphin en a vu une illustration lors de son entrée à Caen : C. Reydell (...)
  • 46 Les origines d’Yves Mahyeuc, qui connaît sans doute le breton, font que certains (l’abbé Perrot en (...)
  • 47 Peut-être même est-il réutilisé dans des cérémonies ultérieures ? En 1613, l’inventaire du mobilie (...)

22L’échafaud de l’histoire de Brutus est marqué par la présence exceptionnelle d’un « grant tableau attaché escript en lettres d’or » qui porte douze vers en langue bretonne44. Ils décrivent l’itinéraire de Brutus, ce descendant des Troyens (arrière-petit-fils d’Énée), né en Italie, prenant femme en Grèce – les deux régions phares des temps antiques – et venant s’établir en Bretagne. La revendication d’origines troyennes, à l’imitation de ce que les Romains avaient fait avec l’Énéide, était déjà présente en Bretagne chez Pierre Le Baud ou Alain Bouchart. Elle est très répandue, en France et dans toute l’Europe, à la Renaissance45. Or en Bretagne la langue celtique peut offrir un atout décisif : conservée dans sa pureté, elle constituerait en effet, comme l’affirme l’inscription, « le vroy langaige de Troye ». La filiation est donc ici, grâce à la langue, directe et bien plus crédible. Elle permet de fonder solidement la primauté des Bretons pour ce qui touche à leur enracinement dans une antiquité prestigieuse. S’il s’agit de fabriquer de la différenciation et de la distinction, il n’est en revanche nullement question de promouvoir le breton dans la province en 1532, et surtout pas à Rennes, ville massivement francophone, malgré son évêque léonard46. Du moins le tableau lui-même semble-t-il faire l’objet de la part de la municipalité rennaise d’un intérêt durable et constitue un véritable enjeu de mémoire dès l’époque47.

23Comme toujours, les cérémonies sont construites et adaptées en fonction des événements. L’entrée vise donc à exprimer une adhésion au dauphin-duc, tout en exaltant le duché et du même mouvement la ville qui se considère comme sa capitale. Pour ce faire, autant qu’on puisse le percevoir, la municipalité rennaise a essayé de trouver des moyens et des médias consensuels. Rien ne dit qu’il y ait réellement eu besoin d’une pression monarchique pour orienter cette thématique.

Récits et réceptions

  • 48 Dom Morice, op. cit., col. 1001; Arch. mun. Rennes, CC 886/1, f° 8 r° (15-2-1535) : le document po (...)
  • 49 Arch. mun. Rennes, AA 6. L’entrée et le couronnement ne donnent en effet lieu, à ma connaissance, (...)
  • 50 L’implication des élites rennaises peut prendre des formes très concrètes : les femmes du capitain (...)

24Le manuscrit de Michel Champion constitue donc une sorte de version officielle des événements réalisée à l’initiative des autorités rennaises. Champion affirme en effet prendre la plume « suivant le commandement » de Regnault de Montbourcher, lieutenant du capitaine de Rennes. Il recevra des miseurs de la ville 30 écus d’or « pour le recompansez des peines et labeurs par luy […] prinses48 ». Les armoiries de trois importants officiers royaux – le gouverneur Châteaubriant, le capitaine de Rennes Guy XVII de Laval et son lieutenant Montbourcher – se partagent une des trois peintures du manuscrit (cahier couleur, ill. 16) mais ce n’est pas pour autant qu’il doit revenir à l’un d’entre eux. Il est destiné à « estre mips ou tresor des lettres de ladite communauté », pour commémorer l’événement49. Peut-on affirmer que Michel Champion, son rédacteur, a été le concepteur de l’entrée ? Le même document, une pièce comptable du 15 février 1535, indique qu’il est récompensé pour avoir « print charge de rediger par escript l’entrée […] et de faire divises des triumphes et esbatemens requis a l’entrée et recueil [accueil] qu’est requis et necessaire à tel prince faire […] ; avec [ce] a redigé par escript le couronnement dudit seigneur ». De par sa fonction et son rôle – il accueille et harangue le duc au nom de la ville – Champion a certainement été impliqué dans la conception de l’entrée. Mais le mot de « divises » est ici ambigu : il peut renvoyer simplement au récit des événements (c’est mon hypothèse), mais peut faire aussi allusion aux textes des panneaux figurant sur les échafauds. La ville a-t-elle eu en outre recours aux services d’un « fatiste », habitué de ce type de spectacle, comme peut l’être le rhétoriqueur Jean Bouchet, mobilisé dans sa ville de Poitiers pour une entrée royale en 1520, et encore à Nantes en 1532 pour celles de la reine Éléonore et du dauphin-duc ? Dans la mesure où les sources comptables rennaises, relativement abondantes, ne mentionnent rien de tel, force est ici de conclure par la négative. Ce sont a priori les hommes de l’élite municipale, Champion en tête, qui ont dû choisir thèmes et textes, avec l’aide d’hommes de l’art établis à Rennes, comme Jean Adriaen et Thomas Pihourt, au moins pour la mise en forme des « eschaffauts »50. Cela nous ouvre une fenêtre intéressante sur la culture des gouvernants de la cité. On aimerait cependant savoir qui parmi ces hommes a eu l’idée exceptionnelle du panneau en langue bretonne. Et est-ce en tant que procureur des bourgeois et à ce titre premier personnage de la municipalité, ou parce que lettré (et peut-être concepteur privilégié de l’entrée) que Champion est choisi pour rédiger le « livre du souvenir » ? Les deux hypothèses, en fait, ne sont pas incompatibles…

  • 51 P. de La Bigne-villeneuve, op. cit., p. 315 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, G 200/1, f° 112 v°.
  • 52 Voir les remarques de F. Cosandey, op. cit., p. 134 sur les récits de sacres des reines, où il arr (...)
  • 53 On peut noter que le registre capitulaire, à usage interne, est parfois plus explicite, ainsi quan (...)
  • 54 Arch. mun. Rennes, CC 885, f° 39 v°.
  • 55 Alain Croix, « 1532 : l’Union ou la mort ? », dans A. Croix (dir.), Nantes dans l’Histoire de la F (...)

25On dispose donc, avec le manuscrit de Champion, d’une description légitime des événements. Bien informé, le manuscrit joue désormais pleinement son rôle de référence. La façon dont il procède montre bien que de nombreux éléments de l’entrée avaient été conçus par des initiés et pour des initiés. Même le chanoine qui tient le registre du chapitre, pourtant témoin oculaire, n’est pas à l’abri d’un contresens. Sur l’échafaud du carrefour de la Laiterie, il prend pour Phébus « un jeune prince » qui, selon Champion, représente le nouveau duc51. Mais le texte de Champion a surtout des vertus performatives : mettant en évidence l’adhésion de tous au duc et de celui-ci à sa fonction, il les fait mieux admettre. Les récits de cérémonies n’hésitent pas parfois à prendre des libertés avec les faits52. D’autant que Champion occulte, et visiblement à dessein, certaines circonstances53. S’il mentionne les tirs d’artillerie, il se garde bien d’évoquer les panneaux de verre de la maison de ville qui sont « brizez et rompuz […] a raison de lad. artillerie »54. Mais l’essentiel tient ici dans la totale oblitération du très difficile contexte démographique du moment. La situation est mieux documentée pour Nantes, mais c’est alors toute la Haute-Bretagne qui connaît pour le moins une grave disette, si ce n’est une famine, et qui est frappée de maladies contagieuses55. Les réjouissances rennaises décrites par Champion n’en laissent rien paraître.

  • 56 Il n’est peut-être pas considérable. À titre d’indice, pris à dessein en Basse-Bretagne, le « jour (...)

26Celui-ci présente en effet ces dernières festivités ducales bretonnes, comme une pleine réussite, aussi bien matérielle que culturelle et politique, pour l’ensemble des acteurs et des spectateurs. C’est la loi du genre. Entrée et couronnement ont également été mis au service des intérêts de la ville qui les héberge. Là encore, rien de surprenant. La loyauté des Bretons envers le roi et leur nouveau duc se manifeste dans le cadre d’une union librement consentie et purifiée dans ses origines. Encore quelques années et, quand Henri II entre à Nantes en 1551, on fera même passer les noces de Charles VIII et Anne en 1491 pour un mariage d’amour… En 1532, l’exaltation est clairement mise au service d’un événement – l’union – présenté à la fois comme l’accomplissement de toute l’histoire bretonne et comme un gage d’avenir pour la province. L’adhésion rennaise se veut bien réelle et, à l’évidence, le roi de France et son conseil ont de bonnes raisons d’être satisfaits du déroulement des opérations. Reste qu’il faudrait pouvoir évaluer le retentissement immédiat des événements dans l’ensemble de la province56.

  • 57 Voir des réflexions parallèles pour le Languedoc dans Patrick Arabeyre, « Un “mariage politique” : (...)

27Quoi qu’il en soit, l’épisode recèle des potentialités insoupçonnées. Dans le cadre défini par les cérémonies et les textes de 1532, à travers une reconstruction de l’histoire, une nouvelle valorisation bretonne est possible. Elle contribue à affirmer une identité provinciale reposant sur des privilèges reconnus. Les grandes solennités rennaises constituent un solide point d’appui pour étayer, dans le royaume, la défense des intérêts bretons. Qu’il ait agi par calcul, ou pour respecter une sorte de contrat moral, le roi, en faisant incarner l’union par son successeur et en la fondant sur les privilèges de la province, contribue à renforcer l’identité bretonne. L’union renforcée par le couronnement témoigne, d’une façon qui n’est paradoxale qu’en apparence, qu’un nouveau contrat est passé avec le Prince57. D’autant que l’élaboration d’un récit consensuel mettant en avant amour et consentement des sujets, suppose en contrepartie que le Prince respecte les termes du contrat, voire les prolonge par des faveurs méritées. Dans ce cadre, fidélité au roi et opposition à d’éventuels « excès » monarchiques au nom des prérogatives du duché, pourront parfaitement se combiner. La construction d’une identité propre à la province sera utilisée par les élites bretonnes en bonne part au service de leurs intérêts, car la défense provinciale est aussi une entreprise sociale. Elle s’appuie sur un riche passé, mais elle saura faire du neuf en se nourrissant de lui : l’invention de la tradition, ici comme ailleurs, sera largement à l’honneur. Le couronnement et les documents qui en conservent la mémoire sont donc partie prenante d’une exaltation mise au service d’une identité privilégiée. La fusion de la dynastie bretonne dans la lignée royale pourrait avoir comme un parfum d’enterrement. Cependant les événements de 1532 pèseront lourd dans l’affirmation d’une identité bretonne. Mieux encore, ils autorisent un renouveau de l’aspiration à une certaine autonomie, qui sera un accomplissement des Temps modernes, autant et plus qu’un héritage médiéval, même et surtout quand on prétendra s’appuyer sur le passé ou la coutume.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Bruno Isbled, Gwennole Le Menn, Violaine Le Nénaon, Daniel Pichot et Georges Provost pour l’aide généreuse qu’ils m’ont apportée.

2 Dans la seule analyse récente, celle d’Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire, Paris, Macula, 1987, p. 367-369, le propos ne porte que sur un aspect de l’événement : le recours au Cantique des cantiques comme texte de référence.

3 La cathédrale Saint-Pierre de Rennes abritait cependant un vitrail de François III, évoqué dans un procès-verbal de 1755 et détruit ensuite : Léon Palustre, L’ancienne cathédrale de Rennes : son état au milieu du XVIIIe siècle d’après des documents inédits, Paris, Champion, 1884.

4 BnF, ms. fr. 11533. Le texte en a été publié en deux temps : le couronnement proprement dit dans Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’Histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 3, colonnes 1001-1010. Le reste de la narration a été édité en 1880 par Paul de La Bigne-Villeneuve dans les BMSAIV, t. 14, p. 307-320.

5 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, G 200/1, f° 112-113, publié (parfois librement…) dans Dom Lobineau, Preuves de l’Histoire de Bretagne, t. 2, col. 1602-1604.

6 Archives municipales de Rennes, AA 6 (liasse aux pièces non numérotées) et CC 884 à 886/1 (comptes des miseurs de 1532 à 1534). Malheureusement, les délibérations municipales de cette période n’ont pas été conservées.

7 D’une bibliographie surabondante on peut retenir : Bernard Guenée et Françoise Lehoux, Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, CNRS Éditions, 1968 ; Jean Boutier, Alain Dewerpe et Daniel Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), Paris, Aubier, 1984, (chapitres xvii et xviii) ; Lawrence Bryant, The King and the City in the parisian royal entry ceremony : Politics, ritual and art in the Renaissance, Genève, Droz, 1986 ; A.-M. Lecoq, op. cit., supra note 2 ; Joël Blanchard, « Le spectacle du rite : les entrées royales », Revue Historique, t. 305, no 627, 2003/3, p. 475-519.

8 Michel Champion reproduit le texte des deux discours qu’il a prononcés, lors du défilé des corps de la ville devant le dauphin le 13 et de la remise d’un cadeau le 14. Il est peut-être greffier fidèle de ses propos, mais il peut cependant s’agir d’une version retravaillée pour l’écrit. Par ailleurs, Champion se contente de mentionner les autres discours (dont celui de Pierre d’Argentré, père de Bertrand et sénéchal de Rennes).

9 Dom Morice, op. cit., col. 1003.

10 Arch. mun. Rennes, AA 6, rôle de dépense de février 1533, f° 11 r° ; La Bigne, op. cit., p. 317.

11 P. de La Bigne-villeneuve, op. cit., p. 315. Ce carrefour se situait à peu près en haut de l’actuelle rue de Rohan. Pierre Joliff, forgeron, est rémunéré pour avoir fourni « troyes roes de fer pour servir au trosne qui estoit au carrefour de la lecterie avec une cheville de fer pour les faire tourner ensemble pesantes quatre vigns dix sept livres » : Arch. mun. Rennes, AA 6, rôle de dépenses de février 1533, f° 18 r°.

12 Pour les échafauds, Thomas Pihourt, employé en 1527 pour la réfection du chœur de la cathédrale ; pour les décors, le peintre et peintre-verrier d’origine néerlandaise Jean Adriaen, qui déjà intervenu en 1517 lors de l’entrée à Vitré de la comtesse de Laval. Voir les pièces les concernant dans Arch. mun. Rennes, AA 6 (contrat du 5 mai 1532 pour Adriaen, et du 7 mai pour Pihourt) ainsi que Paul de La Bigne-Villeneuve et Arthur de La Borderie, Mélanges d’histoire et d’archéologie bretonnes, Rennes, 1858, t. 2, p. 217-222 pour Pihourt et p. 112 et 271 pour Adriaen.

13 Par exemple, P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 314.

14 Pour ce qui est des sons, quand François arrive le 12 à Saint-Melaine, le registre capitulaire rapporte que la scène se déroule « horologio et campanis ecclesiarum pulsantibus et taratantariis sonantibus » (au son de l’horloge et des cloches des églises et des sonneries des trompettes) : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, G 200/1, f° 112 r°. Le passage est « réaménagé » dans la transcription de dom Lobineau, op. cit., col 1602, en « horologiis et tympanis pulsantibus… ». À cela s’ajoutent, les jours suivants, des tirs d’artillerie.

15 Dom Lobineau, op. cit., col. 1601. Ce souci s’exprime jusque dans des détails. Lors du banquet, le panetier du duc lui signale « que au couronnement de ses prédécesseurs ils avoient accoustumé faire présent au Roy d’armes. Et lors commanda le Duc que ils prissent un des baraults [petit baril d’orfèvrerie] du buffet » : dom Morice, op. cit., col. 1008.

16 Michael Jones, « “En son habit royal” Le duc de Bretagne et son image vers la fin du Moyen Âge », dans J. Blanchard (éd.), Représentation, pouvoir et royauté à la fin du Moyen Âge, Paris, Picard, 1995, p. 264.

17 L’image a été réalisée vers 1480. Pour une reproduction : La Bretagne au temps des ducs, catalogue d’exposition, Abbaye de Daoulas/Musée Dobrée, 1991, n° 57 et p. 73. Voir Lorélie Blanchevoy et Daniel Pichot, « Couronnement ducal, couronnement royal », MSHAB, t. 86, 2008, p. 137-156.

18 Missel pontifical de Michel Guibé. XVe siècle. Cérémonial du couronnement des ducs de Bretagne, Rennes, Ouest-France/Association des Amis des Archives historiques du diocèse de Rennes, 2001. Champion le reproduit dans son manuscrit, en procédant à quelques très légères modifications par rapport au texte du pontifical (à certains endroits, le duc est clairement dénommé Franciscus).

19 Amédée Guillotin de Corson, Les grandes seigneuries de Haute-Bretagne, Rennes, Plihon, 1898, t. 2, p. 96.

20 Le registre capitulaire souligne que « magnates » comme conseillers « fuerunt in magna anxietate ».

21 Arch. mun. Rennes, CC 84, f° 10v° et 11 ; Catalogue des actes de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1888, t. 2, p. 184, n° 4757.

22 Ibid., f° 7-9.

23 P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 310.

24 Dom Morice, op. cit., col. 1008 et 1009. Voir sur ce point Chantal Reydellet, « François Dauphin de Viennois, duc de Bretagne », Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (avant 1610), années 1982-1984, p. 236. Ce n’est qu’après la mort du dauphin-duc qu’un renouvellement des hommages sera requis, auprès de la Chambre des comptes du duché.

25 Jean Adriaen demandera ultérieurement un dédommagement pour « avoir convenu entretenir les compaignons pour ce faire [les peintures] a la haste et de peur de faillir leur avoit poyé gros sallaires pour ce qu’ilz voulloient s’en aller besoigner ailleurs » : Arch. mun. Rennes, AA 6, 31 août 1536.

26 Journal d’un bourgeois de Paris pendant le règne de François Ier, Clermont-Ferrand, Éditions Paléo, 2001, t. 2, p. 163.

27 Sur l’ensemble du processus, voir la solide mise au point de Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, Éditions Skol Vreizh, 2003.

28 Dom Morice, op. cit., col. 1380. Il n’avait d’ailleurs pas été respecté, puisque le duché était revenu à l’aînée de leurs deux filles.

29 La question des contrats de mariage est d’actualité à Rennes également : le 30 décembre 1524, la ville fait retirer du greffe des États plusieurs actes, « savoir les mariaiges des roys Charles et Loys avec la feue royne Anne et autres actes » : Arch. mun. Rennes, BB 465, f° 205 v°.

30 C. Reydellet, op. cit., p. 234.

31 Dom Lobineau, op. cit., col. 1601 : le texte n’est rendu public que le 13 août, mais la décision a été prise à la suite de la requête des États adoptée le 4 et soumise au roi dès le 6 août.

32 Henri Hauser, Le traité de Madrid et la cession de la Bourgogne à Charles-Quint, Paris, Picard, 1912.

33 Une solide synthèse factuelle, à partir d’une documentation qui ne semble guère s’être enrichie depuis, dans Jean de La Martinière, « Les États de 1532 et l’union de la Bretagne à la France », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1911, p. 177-193.

34 Un acte du 10 novembre 1532 (Arch. mun. Rennes, AA 6) mentionne cependant les assemblées de ville rennaises des 3 et 7 mai précédant, où on aurait évoqué « le bruict notoire qui lors estoit en cestedite ville de la venue du Roy et de monseigneur le daulphin, en laquelle ledit seigneur daulphin on disoit voulloir faire son entrée comme duc et seigneur propriétaire de ce pays et duché de Bretaigne et en icelle [ville] prendre l’intersigne de la principaulté dudit pays ». Le mot « intersigne » renvoie au couronnement, comme le montrent d’autres textes contemporains. Un mémoire nantais de 1541 précise ainsi qu’à Rennes les ducs prennent « leurs intersignes de la principauté de Bretagne », comme le roi de France prend ses « intersignes » à Reims : Guy Saupin, « Nantes capitale de la Bretagne au milieu du XVIe siècle ? », dans J. Guiffan et D. Guyvarc’h, Nantes et la Bretagne. Quinze siècles d’histoire, Morlaix, Skol Vreizh, 1996, p. 82. Mais l’allusion de novembre 1532, postérieure aux événements, est-elle bien recevable pour témoigner de ce qui était effectivement envisagé à Rennes dès le mois de mai ?

35 Voir en 1531 le témoignage du gouverneur du prince de Talmont dans Étienne Charavay, Revue des documents historiques, Paris, Lemerre, 1875, 2e année, p. 42 et 45.

36 Le sceptre figure aussi bien sur une miniature du couronnement du roi Arthur, parallèle à celle du duc François Ier, dans la Compillation de Pierre Le Baud que sur une gravure du duc de Bretagne tenant son « Parlement » (au sens de ses États) dans les Grandes Croniques de Bouchart éditées en 1514.

37 Ainsi en entrant dans la cathédrale, il est « vestu d’une robbe de velours bleu enrichie de coloueres d’argent » : dom Morice, op. cit., col. 1006.

38 Dom Morice, op. cit., col. 1009.

39 Sur cet aspect, voir A.-M. Lecoq, op. cit., p. 361 sq. Elle montre que le recours à ce livre biblique dans ce type de circonstance est alors très fréquent.

40 P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 314.

41 Fanny Cosandey, La reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 212-218 souligne que l’exaltation de leur dimension royale contribue à la mise à l’écart de leurs attaches dans le duché.

42 Cantique des Cantiques, III, 11. Sur l’échafaud, voir P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 317-318.

43 Ce n’est pas le lieu ici d’évoquer les débats sur le rattachement d’Arthur à la « grande » ou plutôt, comme ici, à la « petite » Bretagne…

44 P. de La Bigne-Villeneuve, op. cit., p. 319 ; Gwennole Le Menn, « Les Bretons bretonnants d’après quelques textes et récits de voyages (XIVe-XVIIe S.) », MSHAB, t. 59, 1984, p. 116-118. L’inscription pose de nombreux problèmes : ainsi le manuscrit original de l’entrée omet-il l’un des douze vers, lequel est en revanche présent sur une copie datée de 1609… Mais comme on va le voir, la conservation du tableau lui-même peut permettre de s’y reporter (cf. note 47).

45 Quelques mois plus tôt, le dauphin en a vu une illustration lors de son entrée à Caen : C. Reydellet, op. cit., p. 234.

46 Les origines d’Yves Mahyeuc, qui connaît sans doute le breton, font que certains (l’abbé Perrot en particulier) lui ont attribué, vraisemblablement à tort, la paternité de l’inscription bretonnante de l’entrée.

47 Peut-être même est-il réutilisé dans des cérémonies ultérieures ? En 1613, l’inventaire du mobilier de la maison commune mentionne « ung tableau azuré auquel y a de l’escriture troyenne en lettres d’or fort effassée », déjà évoqué en 1610. Et en 1616, on remarque « ung tableau azuré, auquel y a de l’escriture troyenne et latine et françoise en lettres d’or, qui a esté l’an dernier faict sur l’anxien » et qui est toujours mentionné en 1668 : V. Pijon, « Inventaire du mobilier de la maison commune de la ville de Rennes en 1599 », BMSAIV, 1863 (1865), t. 3-4, p. 246.

48 Dom Morice, op. cit., col. 1001; Arch. mun. Rennes, CC 886/1, f° 8 r° (15-2-1535) : le document porte en marge la mention non datée suivante « a esté cy rendu [seule lecture possible : est-ce un lapsus calami pour receu ?] dud. Champion ung livre escript en veslin couvert de noir ouquel est rédigé et déclarré le tout de l’entrée et couronnement ».

49 Arch. mun. Rennes, AA 6. L’entrée et le couronnement ne donnent en effet lieu, à ma connaissance, à aucune publication imprimée.

50 L’implication des élites rennaises peut prendre des formes très concrètes : les femmes du capitaine de la ville, du procureur général et d’un des deux connétables « et autres dames » sont celles « qui accoustroinct les pucelles » placées à la porte aux Foulons pour accueillir le duc : Arch. mun. Rennes, AA 6, rôle de dépenses de février 1533, f° 12 r°.

51 P. de La Bigne-villeneuve, op. cit., p. 315 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, G 200/1, f° 112 v°.

52 Voir les remarques de F. Cosandey, op. cit., p. 134 sur les récits de sacres des reines, où il arrivait, selon Godefroy « que l’on nommast l’Evesque qui devoit faire et non celuy qu’avoit faict ».

53 On peut noter que le registre capitulaire, à usage interne, est parfois plus explicite, ainsi quand il écrit qu’on écarte les « pannosi » (gens en haillons) et les « mendicantes » du couronnement : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, G 200/1, f° 112 r°.

54 Arch. mun. Rennes, CC 885, f° 39 v°.

55 Alain Croix, « 1532 : l’Union ou la mort ? », dans A. Croix (dir.), Nantes dans l’Histoire de la France, Nantes, Ouest-Éditions, 1991, p. 62-65. Selon l’administrateur de l’hôtel-dieu de Nantes, « les povres mouroint de faim par les rues, chemin et en leurs maisons ». Plusieurs courtisans eux-mêmes meurent « des fievres continues » qui frappent la province.

56 Il n’est peut-être pas considérable. À titre d’indice, pris à dessein en Basse-Bretagne, le « journal » d’Hamon du Louet publié dans le BSAF, t. 21, 1894, p. 426-457. Entre 1522 et 1540, du Louet ne mentionne qu’une seule date : une naissance vers la Saint-Laurent [10 août] 1532… et il ne profite pas du tout de la coïncidence pour mentionner union ou cérémonies rennaises.

57 Voir des réflexions parallèles pour le Languedoc dans Patrick Arabeyre, « Un “mariage politique” : pouvoir royal et pouvoir local chez quelques juristes méridionaux de l’époque de Charles VIII et de Louis XII », Annales du Midi, vol. 117, no 250, avril-juin 2005, p. 145-162.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540