Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Quatrième partie. L’homme en son temps

Yves Mahyeuc, Jean Baudouyn et l’implantation de l’imprimerie à Rennes

Malcolm Walsby

Texte intégral

1Lorsqu’Yves Mahyeuc fut nommé évêque de Rennes en 1507, l’imprimerie n’existait plus dans la ville épiscopale. La première presse à s’y être installée plus de deux décennies plus tôt n’avait laissé derrière elle que deux éditions dont on avait déjà oublié l’existence. Le livre imprimé était devenu un objet fabriqué dans des villes lointaines que les libraires de la ville importaient et exposaient dans leurs ouvroirs. Ailleurs en Bretagne, le tableau était assez similaire ; après avoir assuré l’impression d’un petit nombre d’ouvrages, les presses tendaient rapidement à disparaître. L’incapacité de l’imprimerie à s’ancrer de manière durable dans le duché au cours des premières décennies qui suivirent son apparition en France est intéressante car elle souligne les difficultés rencontrées par de nombreux imprimeurs provinciaux. Après un enthousiasme initial, la réalité du marché, la nécessité de développer des structures plus adaptées que celles issues de la culture du livre manuscrit et la recherche de nouveaux lectorats menèrent à une contraction du nombre d’imprimeurs. En Bretagne, cette consolidation passa par la disparition complète des presses, tout d’abord à Rennes puis, plus tardivement mais plus durablement, à Nantes.

  • 1 A. Le Moyne de La Borderie, L’imprimerie en Bretagne au XVe siècle. Étude sur les incunables breto (...)
  • 2 La Borderie énumère quelque 22 éditions dans son ouvrage – désormais il est possible d’allonger ce (...)

2Bien évidemment, un tel constat peut être perçu comme peu glorieux pour le duché de Bretagne et cet échec a bien souvent été mis sur le compte d’une prétendue pauvreté des centres intellectuels bretons. Mais force est tout d’abord de reconnaître que la chose la plus frappante pour l’analyse de l’histoire du livre ancien en Bretagne est la pauvreté (bien réelle, celle-ci) d’études approfondies récentes qui nous permettraient de mieux comprendre le phénomène. Pour le XVe siècle et la période des incunables, l’historien doit surtout s’appuyer sur un livre datant de la seconde moitié du XIXe siècle imprimé pour le compte du cercle des « bibliophiles bretons »1. Mais nos connaissances ont bien progressé depuis et on recense actuellement un nombre d’ouvrages bien supérieur2. De plus, historiographiquement, nous sommes désormais loin de l’analyse, aux résonances pro-bretonnes, du XIXe siècle.

  • 3 A. Le Moyne de La Borderie, Archives du bibliophile breton. Notices et documents pour servir à l’h (...)
  • 4 M. Duval, « Les origines de l’imprimerie à Rennes. Pierre Bellesculée et la première édition provi (...)
  • 5 Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle, Baden-Baden, Valentin (...)

3Pour ce qui est du début du XVIe siècle et de la période d’Yves Mahyeuc, les ressources secondaires sont similaires. Mise à part l’œuvre d’Arthur Le Moyne de La Borderie3, nous devons surtout nous reporter à une série d’articles de Michel Duval écrits pour la plupart dans les années 19504. Une énumération des éditions bretonnes est donnée par le volume pertinent du Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle mais cette liste reste fort lacunaire et elle doit désormais être complétée par des études plus récentes5. Le résultat de ces travaux bibliographiques est une vision très différente du monde de l’imprimé breton au XVIe siècle. L’époque d’Yves Mahyeuc apparaît désormais comme une période charnière qui voit un changement fondamental dans la production imprimée à destination du lectorat breton. Au cours de ces années, on passa en effet d’un premier modèle commercial dominé par des libraires qui se faisaient commanditaires d’ouvrages imprimés en dehors du duché à un second modèle dans lequel des presses locales assuraient la production d’éditions à usage local. Mahyeuc était au centre de cette transformation du paysage imprimé breton puisque ce fut grâce à lui que les presses revinrent à Rennes pour assurer l’impression de l’œuvre de l’un de ses prédécesseurs, l’évêque Marbode.

Yves Mahyeuc et la culture imprimée bretonne

  • 6 Voir l’analyse du contrat dans D. Le Page, M. Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix (...)

4Yves Mahyeuc fut évêque de Rennes pendant plus de trente ans de 1507 à 1541, une période particulièrement difficile et confuse pour le duché de Bretagne. Ces difficultés furent tout d’abord d’ordre politique : les deux mariages d’Anne de Bretagne mirent le duché d’une manière durable dans le giron de la France. Anne chercha certes à maintenir l’autonomie de la Bretagne et à en assurer l’existence en tant qu’entité politique distincte. Elle pensa obtenir gain de cause, tant à travers son deuxième contrat de mariage que par l’affirmation de l’identité bretonne, en insistant notamment sur l’utilisation continue du symbolisme héraldique breton6. Mais il ne suffisait pas de se couvrir et de draper tous ceux qui l’entouraient d’hermines mouchetées ; Louis XII doucement imposait son vouloir et graduellement cherchait à intégrer la Bretagne dans le royaume de France. Le 18 mars 1514, le mariage de Claude de France, l’héritière du duché, à François d’Angoulême, héritier présomptif de la couronne française selon la logique imposée par la loi salique, scellait un peu plus le destin du duché, en raison de l’absence répétée d’héritier mâle. Le mariage de Louis XII à la jeune Marie d’Angleterre ouvrit pendant quelques mois l’optique d’un regain d’autonomie du duché en cas d’enfant mâle, avec le développement de lignages distincts pour les ducs de Bretagne et rois de France. Mais cette opportunité disparut bien rapidement car Louis XII mourut peu après son mariage, laissant François Ier devenir le maître effectif des deux entités politiques.

  • 7 G. Lomenec’h, Chantres et ménestrels à la cour de Bretagne (Rennes, Ouest-France, 1993), p. 154.

5Yves Mahyeuc était un témoin privilégié de ces circonstances incertaines. Les ramifications politiques et culturelles du double mariage d’Anne de Bretagne se jouaient encore lorsque Mahyeuc accéda à la dignité épiscopale. En tant que confesseur d’Anne de Bretagne, son positionnement sur l’échiquier politique était clair, mais au cours de sa vie, il put voir le rêve de l’autonomie bretonne s’évanouir : le pouvoir royal se renforça et l’union pure et simple fut demandée par les États du duché en 1532. Sur le plan culturel, il aura remarqué le vide relatif laissé en Bretagne par la disparition de la cour ducale. Auprès d’Anne de Bretagne, il put observer les fastes et l’enrichissement culturel de la cour royale. Le contraste avec la situation de son pays natal ne pouvait qu’être frappant. Alors qu’Anne développait à la cour de France le mécénat artistique, le duché souffrait de la perte de la cour ducale. Durant le XVe siècle, la cour des ducs de Bretagne devint un lieu de plus en plus important pour les artistes – on a pu dire que c’était un « véritable creuset artistique, [qui] suscite des travaux et passe quantité de commandes7 ». Mais bon nombre de ces artistes quittèrent la Bretagne et suivirent la reine pour chercher mécènes et argent sur les bords de la Loire. Les héritiers d’Anne ne visitèrent la Bretagne que de manière passagère et un écrivain, un peintre ou un musicien qui voulait recevoir des dons ou une pension ducale se devait d’aller les quérir à la cour de France. Les circonstances politiques particulières du règne d’Anne de Bretagne puis de Claude de France, sa fille, et enfin du jeune François III eurent donc des retombées culturelles très importantes.

  • 8 Sur la cour des comtes, cf. M. Walsby, The Counts of Laval: Culture, Patronage and Religion in Fif (...)
  • 9 J. Legeay, Au lecteur de bonne volonté sur les louanges des grandes alliances, antiquité, singular (...)
  • 10 Guy XVI au surgarde de Quintin, 8 mars [1506], Archives départementales d’Ille-et-Vilaine 1 F 1424 (...)

6En Bretagne même, il ne restait que les grandes familles nobles et quelques évêques – dont Mahyeuc – pour encourager le développement culturel. Chez les grands nobles, le relais fut en particulier pris par les comtes de Laval8. En décrivant la cour du comte Guy XVI de Laval dans les années 1520, le contemporain Jean Legeay put écrire : « Il y en avoit à sa maison jucques aux trompettes, haulboys, saquebustes, lutz et organistres et musiciens, brodeurs, tapissiers, peinctres : tout cela ne manquoit point9. » Le comte veillait à la qualité de tout cela faisant, par exemple, venir de Guingamp « un sonneur de flustes a neuf pertuys » pour « apprendre à mon tabourin à sonner de passepiez10 ». Chez les ecclésiastiques bretons du début du XVIe siècle, Mahyeuc tenait une position enviable, particulièrement dans le domaine des livres et de l’humanisme.

  • 11 Bien que Jean Le Maire de Belges fût généralement associé à Marguerite, son Tiers livre des illust (...)
  • 12 Questio perpulchra qua investigatur si meritum ex-existenstis in prosperis amplius sit quam illius (...)
  • 13 Opera complura sancti Hylarii Episcopi hac serie coimpressa, Paris, Josse Badius, 1510 [Bibliothèq (...)

7En tant que confesseur de la reine, Mahyeuc était très bien placé pour rencontrer certaines des meilleures plumes de son temps : des auteurs tels que Jean Marot, Antoine Dufour et Jean Le Maire de Belges avaient tous des liens avec Anne de Bretagne11. Mais il n’était pas simplement un spectateur passif puisqu’il s’intéressait aussi au monde de l’imprimé et vers 1513, il joua un rôle important dans l’édition d’une courte œuvre latine imprimée à Paris12. Avec cette publication, Mahyeuc renforça sa réputation d’évêque humaniste. Quelques années plus tôt, on lui avait déjà rendu hommage dans un ouvrage imprimé à Paris par l’imprimeur humaniste par excellence, Josse Badius. Un Malouin nommé Robert Fortuné, qui était alors au collège du Plessis à Paris, lui écrivit une dédicace en latin dans laquelle il conta comment le manuscrit de l’ouvrage avait été trouvé dans un monastère de Dijon puis envoyé chez l’imprimeur13. Cette explication démontre l’intérêt très humaniste de Mahyeuc non seulement pour la redécouverte d’anciens textes, mais aussi pour leur origine, impression et distribution.

  • 14 Voir supra l’article de Sarah Toulouse dans ce présent volume.
  • 15 Missale ordinis Praedicatorum, Venise, Johann Emerich pour Nicolaus de Franckfordia, 1500 [Bibliot (...)
  • 16 Sur ses manuscrits voir notamment M. Jones, « Les manuscrits d’Anne de Bretagne, reine de France, (...)
  • 17 Pontifical en latin copié et enluminé entre 1528 et 1541, Bibliothèque de Rennes-Métropole, Ms. 12 (...)

8L’attachement aux livres de l’évêque s’illustre également dans ceux qu’il collectionna et parapha de son nom. Quelques-uns se trouvent aujourd’hui dans les fonds de la bibliothèque municipale de Rennes14. La présence d’ouvrages lui ayant appartenu dans d’autres bibliothèques, comme son exemplaire d’un missel incunable imprimé à Venise et maintenant conservé à la bibliothèque Mazarine, démontre l’ampleur de sa collection à une période où le livre imprimé avait encore quelque difficulté à détrôner l’ouvre manuscrite dans le goût des élites du début du XVIe siècle15. En cela, Mahyeuc se démarquait de sa protectrice puisque malgré les tentatives d’Antoine Vérard, le plus luxueux des libraires parisiens, Anne de Bretagne ne démontra aucun goût pour les livres imprimés. L’évêque était lui-même séduit par la beauté des volumes manuscrits superbement illustrés dont il aurait pu voir des exemples magnifiques de la main d’artistes tel que Jean Bourdichon dans la bibliothèque d’Anne16. On retrouve d’ailleurs dans sa propre collection des œuvres manuscrites enluminées dont le pontifical latin conservé à Rennes17.

  • 18 On remarquera d’ailleurs la présence de l’hermine mouchetée dans ses armes qui étaient d’argent à (...)

9Humaniste, auteur, dédicataire et collectionneur de livres imprimés et manuscrits, Mahyeuc avait déjà pris une place prééminente dans le monde de la culture livresque de son temps avant le retour des presses à Rennes en 1524. Dans ce contexte, il avait déjà dû jouer un rôle dans l’impression de textes religieux à l’usage de son diocèse de Rennes, même si, pour le moment, nous n’avons pas découvert de document qui nous permette d’établir de lien direct. Breton de naissance, évêque de Rennes, confesseur d’Anne de Bretagne, Mahyeuc était aussi un homme qui s’identifiait fortement avec sa région natale18. Ces deux aspects de son caractère firent qu’il était naturel qu’il s’intéressât de près à l’imprimerie en Bretagne et tout particulièrement à Rennes. Jusqu’à son intervention, l’histoire des presses dans le duché avait été marquée par une succession d’échecs qui ne laissait pas présager un retour imminent de l’imprimerie.

L’imprimerie en Bretagne avant le Liber Marbodi

10L’arrivée initiale des presses en Bretagne fut rapide. L’imprimerie apparut en France presque vingt ans après l’impression des premières œuvres de Gutenberg. À Paris, la Faculté de théologie invita des imprimeurs allemands qui s’installèrent dans les locaux de l’université où ils produisirent à partir de 1470 une série d’ouvrages susceptibles d’intéresser les nombreux étudiants de la ville. Graduellement, le nouvel art se répandit dans le reste du pays et ce fut à Lyon que le premier texte en français fut imprimé en 1473. Au cours des années 1480, le nombre de presses actives en France s’accrut rapidement et se propagea à travers le royaume. La production et la commercialisation des livres imprimés développèrent alors leurs propres règles et pratiques. Dans le duché de Bretagne, le premier livre fut imprimé très tôt, mais la manière dont l’imprimerie apparut peut surprendre. Plutôt que de se développer dans les grandes villes du duché, ce fut dans la paroisse rurale de Bréhan-Loudéac qu’un noble local, Jean de Rohan, sieur du Gué de L’Isle, finança la production des premiers incunables bretons. Les deux imprimeurs, Robin Foucquet et Jean Crès, produisirent onze éditions toutes en français et toutes imprimées entre décembre 1484 et juillet 1485 mais ils restèrent très dépendants du mécénat de Jean de Rohan. Seule la publication des lois et coutumes du duché de Bretagne représentait une tâche d’envergure et pouvait trouver un lectorat conséquent.

  • 19 Voir par exemple les impressions de Jean du Pré à Chartres en 1482 (M. Langlois, Le Missel de Char (...)

11Après cet afflux de titres imprimés à Bréhan, les presses atteignirent d’autres parties de la Bretagne pendant la période incunable. À Rennes, on imprima en 1484, à Tréguier en 1485, à Lantenac en 1491 et à Nantes en 1493. Mais cette réussite était tout à fait superficielle. À Rennes, la presse de Pierre Bellesculée ne produisit que deux ouvrages avant de quitter la ville pour s’installer à Poitiers. À Lantenac, ce fut Jean Cres qui, ayant quitté Bréhan, tenta de trouver un nouveau souffle après l’échec qu’il avait essuyé avec Robin Foucquet. Mais on ne recense que deux éditions produites à Lantenac, preuve de la fragilité de l’établissement des presses bretonnes. Quant à la presse établie à Nantes et qui imprima sous le nom d’Étienne Larcher, le matériel typographique suggère qu’il ne s’agissait probablement que de la presse d’un imprimeur parisien aux tendances itinérantes, Jean du Pré19. À Nantes, on ne compte que sept éditions entre 1493 et 1501.

  • 20 J. Lagadeuc, Le catholicon en troys langaiges scavoir est breton franczoys et latin selon l’ordre (...)

12Le cas de Tréguier était un peu différent ; après deux ouvrages imprimés en 1484 et 1485, les presses revinrent dans la ville épiscopale en 1496 avec un nouvel imprimeur, Jean Calvez. Calvez entreprit d’imprimer une variété de livres très différents. Des ouvrages d’importance tels que le Catholicon, premier dictionnaire trilingue (français, latin et breton), sortirent de sa presse mais il se chargea aussi de commandes ponctuelles telles que les mandements des évêques de Saint-Brieuc20. Grâce à cette volonté d’imprimer à la fois des textes très brefs au profit moindre mais qui assuraient une grande vitesse de rotation du stock, Calvez se démarqua de ses contemporains et put continuer à imprimer de 1496 à 1512. Lors de la nomination d’Yves Mahyeuc à l’évêché de Rennes, c’était le seul imprimeur en exercice en Bretagne.

  • 21 Sur les Macé, voir L. Delisle, Catalogue des livres imprimés ou publiés à Caen avant le milieu du (...)
  • 22 Les loables coustumes du pays et duche de Bretaigne (Rouen, pour Richard Macé, Jean Macé à Rennes (...)

13La place des imprimeurs avait, en fait, été prise par les libraires. Ce fut notamment le cas à Rennes où un libraire particulièrement entreprenant, Jean Macé, s’efforça de fournir les livres imprimés nécessaires au lectorat de la ville. Les Macé s’étaient lancé dans la vente de livres en Normandie et divers membres de la famille devinrent libraires dans les deux villes principales du duché : Caen et Rouen. À Caen, Robert Macé était devenu le libraire attitré de l’université ; avec son frère Jean, il commissionnait notamment des ouvrages qui étaient imprimés dans des ateliers de la province. Ceci permettait aux Macé de diviser les coûts et d’assurer la distribution des volumes dans un large lectorat puisqu’ils pouvaient vendre chaque édition simultanément dans plusieurs villes21. Jean Macé s’installa à Rennes au tout début du XVIe siècle et se mit rapidement à importer de nouvelles éditions imprimées en Normandie. Seul ou avec l’aide de sa famille, Macé commandita une centaine d’éditions différentes au cours de sa carrière. Lorsque Mahyeuc devint évêque, Macé était déjà bien installé et offrait une sélection de titres qui allaient d’ouvrages de consonance très bretonnes telles que les coutumes du duché à d’autres œuvres plus génériques comme le très populaire Propriétaire des choses de Barthélémy l’Anglais22. L’imposante présence de Macé à Rennes aurait eu un effet dissuasif pour un imprimeur qui y aurait vu, à juste titre, une source de concurrence difficile à surmonter. Ce ne fut qu’en 1524, à la fin de sa carrière, que Jean Macé collabora avec un imprimeur installé à Rennes et ce fut justement pour satisfaire aux demandes d’Yves Mahyeuc.

Le Liber Marbodi et ses répercussions

  • 23 J. Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, 2e éd. Paris, Presses universitaire (...)
  • 24 Cf. G. Budé, De l’institution du prince, Larivour, Nicole Paris, 1546, FB 7811 [Leiden Universitei (...)
  • 25 M. Péronnet, « Les évêques français et le livre au XVIe siècle : auteurs, éditeurs et censeurs », (...)
  • 26 Liber Marbodi (Rennes, Jean Baudouyn pour Jean Macé, 1524) – le tome 19 du Répertoire bibliographi (...)

14L’Église jouait depuis de nombreux siècles un rôle privilégié dans la création et dissémination de textes lorsque l’imprimerie apparut. Les monastères permirent la sauvegarde et la circulation de nombreuses œuvres ; leurs écoles, bibliothèques et scriptoria formaient des centres de savoir notables et, malgré un certain déclin au cours des derniers siècles du Moyen Âge, ils demeuraient importants pour la diffusion des ouvrages religieux et restaient la source principale des nouveaux textes théologiques23. De plus, les ecclésiastiques pouvaient prendre une place primordiale dans la production d’un livre. Ainsi, l’abbé Jean de Luxembourg fit-il venir un imprimeur de la ville de Troyes pour imprimer des ouvrages dans son abbaye de Larivour24. Mais si son arrière-plan monastique avait donné à Mahyeuc le goût des livres et lui avait permis de côtoyer quotidiennement des centres de savoir, ce fut en tant qu’évêque qu’il entreprit de financer la production d’un ouvrage imprimé. La contribution d’un évêque n’était pas en soi-même surprenante. Sans même parler du patronage des presses, au cours du XVIe siècle, les évêques français prirent à maintes occasions le triple rôle d’auteur, éditeur et censeur – souvent de manière anonyme, ce qui, par le passé, a parfois fait sous-estimer l’ampleur du phénomène25. Mais la participation active de Mahyeuc dans la publication du Liber Marbodi est particulièrement révélatrice26.

  • 27 Voir l’édition moderne de John M. Riddle : Marbode of Rennes (1035-1123) De Lapidibus, Wiesbaden, (...)
  • 28 U. T. Homes, « The Background and Sources of Rémy Belleau’s Pierres Précieuses », PMLA, t. 61, 194 (...)

15Le choix du texte est intéressant : Marbode fut évêque de Rennes de 1035 à 1123 et son traité sur la nature des pierres fut l’un des lapidaires les plus populaires de son temps, souvent utilisé comme un traité médical27. Cette œuvre eut certainement une grande résonance jusqu’au cœur du XVIe siècle puisque des auteurs tels que Belleau s’en inspirèrent et le texte fut imprimé au moins à quatre reprises avant 155528. Le texte qu’Yves Mahyeuc chercha à faire imprimer en 1524 était entièrement en latin et contenait toutes les œuvres en vers de Marbode y compris son fameux De lapidibus. En choisissant de mettre en lumière ces textes, Mahyeuc voulait non seulement publier une œuvre digne d’intérêt et mais de plus il mettait en valeur le travail d’un de ses prédécesseurs. Ce faisant, il valorisait la position qu’il occupait et cherchait à se couvrir lui aussi de la gloire de Marbode. La page de titre de l’édition était d’ailleurs claire ; Mahyeuc était « episcopi non minus eodem Marbodo digni ». Mais ce qui surprend, plus encore que le choix du texte, fut que Mahyeuc décida de faire imprimer l’ouvrage en Bretagne, à Rennes.

16Comme nous l’avons vu, Mahyeuc n’était pas étranger au monde du livre imprimé. Au cours des années qui précédèrent la publication du Liber Marbodi, il avait été en relation avec des libraires et imprimeurs parisiens dont la qualité d’impression aurait de loin dépassé un ouvrage équivalent issu d’une petite presse provinciale. De plus, le libraire avec qui il avait décidé d’imprimer cette édition à Rennes était Jean Macé, celui-là même qui s’était construit une brillante carrière en faisant produire des volumes à Caen ou à Rouen avant de les importer en Bretagne. Tout prédisposait donc à la fois le commanditaire et le libraire à faire imprimer l’ouvrage ailleurs. Or la page de titre est formelle : « Per Johannem Baudouyn primum et unicum calcographum et impressorem ejusdem civitatis [Rennes]. » Qui avait décidé de donner cette tâche à ce Jean Baudouyn qui se disait être le premier et seul imprimeur de la ville de Rennes ?

17Nous ne savons rien de Jean Baudouyn avant son apparition soudaine à Nantes en 1516, date à laquelle il imprima un premier ouvrage dans la ville. Il fit suivre cette édition par deux autres textes avant de disparaître en 1518. Lorsqu’il réapparut en 1524 à Rennes, il semblerait donc (sous réserve de nouvelles découvertes) qu’il avait cessé d’imprimer quelque six années auparavant, ce qui rend cette commande d’autant plus surprenante. Un ecclésiastique familier de la cour et du monde parisien des livres, associé à un libraire spécialiste dans l’importation de volumes, demanda à un imprimeur local qui n’avait pas imprimé depuis plus de cinq ans de produire un ouvrage qui se devait d’accroître l’aura du commanditaire. Bien que Baudouyn fît preuve de dextérité et d’imagination dans la mise en page de l’ouvrage, les exemplaires qui ont survécu montrent les limites de ce qu’il pouvait accomplir. L’encrage approximatif des volumes témoigne de l’utilisation d’une main-d’œuvre peu qualifiée alors que la médiocre qualité de la typographie et des lettres ornées à la disposition de l’imprimeur laisse entr’apercevoir la précarité de sa situation qui ne lui permettait clairement pas d’investir en un meilleur matériel. La mise en page plutôt rudimentaire de la page de titre souligne aussi le manque de réflexes commerciaux : l’imprimeur et le libraire ne sont nommés qu’au milieu d’un long paragraphe surchargé d’abréviations latines. La comparaison typographique de cette édition avec celles quittant les presses caennaises de Laurent Hostingue ou celles vendues chez les nombreux libraires parisiens ne met certainement pas en valeur l’ouvrage breton.

18La décision de faire imprimer le Liber Marbodi n’était donc certainement pas le résultat d’une recherche qualitative. Avec les très bons contacts de Jean Macé à Caen, il ne s’agissait pas non plus d’une démarche pour réduire les coûts puisque, par exemple, les volumes auraient pu être transportés avec les autres éditions commanditées par Macé. Il me semble plutôt qu’il faut voir l’impression de l’ouvrage à Rennes comme une volonté symbolique : un évêque breton commanditait une édition d’un autre évêque de Rennes, corrigé par un serviteur de l’archidiacre de la ville, et vendu par un libraire breton. On obéissait donc à une certaine logique en faisant imprimer l’ouvre à Rennes, mais surtout cela mettait en valeur la ville bretonne et permettait à Mahyeuc de renforcer sa réputation d’intellectuel et d’humaniste. En faisant venir un imprimeur qui avait déjà exercé en Bretagne mais qui n’avait pas pu se maintenir, Mahyeuc semait aussi le germe du renouveau de l’imprimerie bretonne en fournissant une commande qui permettait à Jean Baudouyn de se relancer.

  • 29 La constitution nouvelle stille et ordre de pledoyrie par escript du pays et duche de Bretaigne, R (...)
  • 30 Cf. le « F » de la page [A] 1qui est le même que sur E5v dans le Liber Marbodi.
  • 31 La constitution nouvelle stille et ordre de pledoyrie par escript du pays et duche de Bretaigne, A (...)

19Baudouyn profita autant que possible de l’opportunité nouvelle qui se présentait à lui. Il fit suivre cette publication rennaise d’une seconde, l’année suivante, également réalisée en collaboration avec Jean Macé : La constitution nouvelle stille et ordre de pledoyrie par escript du pays et duche de Bretaigne29. Ce court opuscule de seulement huit folios était de nature très différente du Liber Marbodi et ne contenait nulle part la griffe d’Yves Mahyeuc. Mais le partenariat encouragé par l’évêque entre le libraire et l’imprimeur portait ses fruits. La page de titre était un peu mieux agencée et, surtout, la typographie était nouvelle, même si les lettres ornées étaient les mêmes que dans le premier ouvrage30. Pour ce texte de caractère juridique, Baudouyn avait obtenu un privilège qui lui octroyait le droit exclusif d’imprimer la constitution nouvelle et il mettait en garde sur la page de titre : « Cautum est ne quis impune infra annum imprimat ». L’intérêt que l’on portait au texte est d’ailleurs illustré par l’édition faite sans doute l’année suivante pour un libraire nantais – édition clairement calquée sur celle de Baudouyn31.

  • 32 Coustumes establissemens et ordonnances du pays et duche de Bretaigne, (Rennes, Jean Baudouyn), 15 (...)

20Bien que l’on ne retrouve plus à partir de 1525 le nom de Jean Baudouyn sur une page de titre, la transformation initiée par Mahyeuc s’avéra durable. Baudouyn obtint un privilège pour imprimer les coutumes de Bretagne, ouvrage qui parut en 1528 et 1531 avec son privilège mais ne portant que l’inscription mystérieuse « ex carracteribus parrhisiis » sur la page de titre32. Quelle que soit l’origine réelle des ouvrages portant cette inscription, ce que l’on peut noter avec certitude, c’est que la disparition de Baudouyn permit à un nouvel imprimeur, Jacques Berthelot, de s’intéresser au monde de l’imprimé en Bretagne et de venir s’installer à Rennes où il travailla avec un autre libraire, Thomas Mestrard qui devint à son tour imprimeur après la mort de Berthelot. Ainsi se forma une chaîne d’imprimeurs qui, en léguant parfois leur matériel et leur presse à des héritiers, purent assurer la présence continue de l’imprimerie à Rennes.

*

21Lorsque Jean Baudouyn imprima en 1524 le Liber Marbodi, il crut à tort pouvoir se donner le titre de premier imprimeur de Rennes. La facilité avec laquelle on avait pu oublier les deux titres imprimés quarante ans plus tôt dans la ville était symbolique de l’éloignement physique et intellectuel des presses au cours des décennies précédentes. Lors de son avènement, Yves Mahyeuc avait trouvé une ville dominée par les libraires et où le livre imprimé était un objet fabriqué ailleurs. De la dépendance des Rennais visà-vis des presses normandes et parisiennes résulta le développement d’une culture de l’imprimé différente de celle de villes comme Caen ou Angers où les presses étaient actives. L’importation de livres occasionnait des coûts fixes liés au transport des volumes ce qui, pour maintenir des marges de profit, se traduisait par la nécessité de faire imprimer de plus gros ouvrages que l’on pouvait vendre plus cher une fois qu’ils étaient arrivés chez le libraire. Ainsi, dans des villes provinciales sans presses, toutes les brochures éphémères, textes de lois et ordonnances, restaient-ils manuscrits. En faisant venir un imprimeur à Rennes, Mahyeuc changea la donne, comme le prouve le deuxième ouvrage imprimé par Baudouyn qui ne comptait que huit folios. Ses successeurs, tels Jacques Berthelot ou Jean Georget, firent de même et l’usage même de l’imprimé se transforma. Il devint un objet plus commun et non plus l’exclusivité d’une élite intellectuelle et sociale.

22Le retour des presses à Rennes permit aussi d’avoir une présence continue de l’imprimerie dans le duché. Après la disparition de la presse de Jean Calvez à Tréguier vers 1512, on ne trouve que trois ouvrages imprimés ailleurs en Bretagne au cours des six décennies qui suivirent. Ces trois éditions furent tous publiées à Nantes par les soins de Jean Baudouyn entre 1516 et 1518. Ensuite, le premier texte imprimé à Nantes dont on connaît l’existence parut en 1572, soit une absence des imprimeurs de plus de cinquante ans. À Rennes, en revanche, on peut recenser une bonne soixantaine d’éditions au cours de la même période. En commanditant une édition du Liber Marbodi imprimée à Rennes, Yves Mahyeuc avait permis le retour des presses dans la ville, un acte qui favorisa l’implantation durable de l’imprimerie en Bretagne.

Notes

1 A. Le Moyne de La Borderie, L’imprimerie en Bretagne au XVe siècle. Étude sur les incunables bretons avec fac-simile contenant la reproduction intégrale de la plus ancienne impression bretonne, Nantes, Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de Bretagne, 1878.

2 La Borderie énumère quelque 22 éditions dans son ouvrage – désormais il est possible d’allonger cette liste de plus de 50 % : voir mon Books and book culture in the first age of print : Printing in Brittany 1486-1600, Leyde, Brill, 2009.

3 A. Le Moyne de La Borderie, Archives du bibliophile breton. Notices et documents pour servir à l’histoire littéraire et bibliographique de la Bretagne, Rennes, J. Plihon, 1880-1907.

4 M. Duval, « Les origines de l’imprimerie à Rennes. Pierre Bellesculée et la première édition provinciale de la coutume de Bretagne (1485) », communication à la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 4 juillet 1951 ; « Le livre et sa diffusion en Bretagne dans la première moitié du XVIe siècle », MSHAB, t. 32, 1952, p. 31-61 ; « Les libraires normands en Bretagne au XVIe siècle », Nouvelle revue de Bretagne, t. 7, 1953, p. 375-385 ; « Imprimeurs et libraires à Rennes au XVIe siècle », MSHAB, t. 62, 1985, p. 111-127.

5 Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle, Baden-Baden, Valentin Koerner, 1975. Voir notamment A. Pettegree, M. Walsby et A. S. Wilkinson, French vernacular books. A bibliography of books published in the French language before 1601, Leiden, Brill, 2007 (ci-après : FB).

6 Voir l’analyse du contrat dans D. Le Page, M. Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, Skol Vreizh, 2003.

7 G. Lomenec’h, Chantres et ménestrels à la cour de Bretagne (Rennes, Ouest-France, 1993), p. 154.

8 Sur la cour des comtes, cf. M. Walsby, The Counts of Laval: Culture, Patronage and Religion in Fifteenth and Sixteenth-Century France, Ashgate, Aldershot, 2007, p. 94-106.

9 J. Legeay, Au lecteur de bonne volonté sur les louanges des grandes alliances, antiquité, singularités de l’illustre florissante et très heureuse maison d’Espinay publié partiellement dans H. Busson, Charles d’Espinay, évêque de Dol, et son œuvre poétique : 1531-1591, Paris, 1923.

10 Guy XVI au surgarde de Quintin, 8 mars [1506], Archives départementales d’Ille-et-Vilaine 1 F 1424. Le Passe-pied était une danse bretonne qui fut adoptée à la cour à la fin du XVIe siècle devenant alors une sorte de Menuet léger et rapide. (Voyez notamment les références qu’y firent Noël du Fail et Bonaventure des Périers : E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, 1925-1967, V, p. 668.) Une flûte à neuf « pertuys » est une flûte à neuf trous (ibid. V, 744).

11 Bien que Jean Le Maire de Belges fût généralement associé à Marguerite, son Tiers livre des illustrations de Gaule et singularitez de Troye imprimé à Paris par Raoul Cousturier pour Geoffroy de Marnef en 1513 (voir FB 34114 [Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, 4o H 3664 (3)]) fut dédié à Anne, « deux foys Reine de France, duchesse heriditaire de la roialle duche de Bretaigne armoricque », a2r-a3r.

12 Questio perpulchra qua investigatur si meritum ex-existenstis in prosperis amplius sit quam illius qui fert pacienter adversa (Paris, Jean Petit, circa 1513) [BnF, Rés. D 5137 (3)]. L’ouvrage ne comporte que huit folios in quarto – la datation nous est donnée par la marque de l’imprimeur (voir Moreau B., Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle [Paris, Service des Travaux Historiques de la Ville de Paris, 1972-2004] II, 668). Sur Mahyeuc (« Yvoni divina providentia Redonensi Episcopo dignissimo ») voir les pages A7r et A8r. Sur cette œuvre, voir supra la contribution de Lionel Rousselot.

13 Opera complura sancti Hylarii Episcopi hac serie coimpressa, Paris, Josse Badius, 1510 [Bibliothèque Mazarine, 915 G] voir aussi la notice consacrée à cette œuvre dans J.-F. Maillard, J. Kecskemeti, C. Magnien, M. Portalier, La France de humanistes. Hellénistes, Turnout, Brepols, 1999, t. 1, p. 485-486. Voir supra la contribution du P. Bedouelle.

14 Voir supra l’article de Sarah Toulouse dans ce présent volume.

15 Missale ordinis Praedicatorum, Venise, Johann Emerich pour Nicolaus de Franckfordia, 1500 [Bibliothèque Mazarine, Inc. 1083]. Sur les préférences des élites, voir F. Barbier, L’Europe de Gutenberg. Le livre et l’invention de la modernité occidentale, Paris, Belin, 2006, p. 177-178.

16 Sur ses manuscrits voir notamment M. Jones, « Les manuscrits d’Anne de Bretagne, reine de France, duchesse de Bretagne » MSHAB, t. 55, 1978, p. 43-81 ; C. Brown, « Le mécénat d’Anne de Bretagne et la politique du livre », dans K. Wilson-Chevalier (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2007, p. 195-224 et P. Thibault, Les manuscrits de la collection d’Anne de Bretagne, Blois, Amis de la bibliothèque de Blois, 1991.

17 Pontifical en latin copié et enluminé entre 1528 et 1541, Bibliothèque de Rennes-Métropole, Ms. 1278 – voir supra l’article de Pascal Colomb.

18 On remarquera d’ailleurs la présence de l’hermine mouchetée dans ses armes qui étaient d’argent à trois hermines de sable (deux et un) au chef d’or chargé de trois couronnes d’épines de sinople – armes qu’il adopta lorsqu’il était confesseur d’Anne de Bretagne : H. Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs. Yves Mahyeuc 1462-1541, Rennes, 1957, p. 51.

19 Voir par exemple les impressions de Jean du Pré à Chartres en 1482 (M. Langlois, Le Missel de Chartres imprimé en 1482, Chartres, E. Garnier, 1904) et à Abbeville en 1486 (F. Pouy,Recherches historiques sur l’imprimerie et la librairie à Amiens : avec une description de livres divers imprimés dans cette ville, Lemer aîné, 1861, p. 68-69.

20 J. Lagadeuc, Le catholicon en troys langaiges scavoir est breton franczoys et latin selon l’ordre de l’abcd, Tréguier, Jean Calvez, 1499, FB 32488 [BnF, Rés. X 253] a1v et les mandements énumérés dans L. Delisle, « Mandements épiscopaux imprimés à Tréguier au XVe siècle », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 61, 1900, p. 59-70 (p. 60).

21 Sur les Macé, voir L. Delisle, Catalogue des livres imprimés ou publiés à Caen avant le milieu du XVIe siècle suivi de recherches sur les imprimeurs et les libraires de la même ville, réimprimé à Amsterdam, Gérard Th. van Heusden, 1969 ; M. Duval, « Les libraires normands en Bretagne… », art. cit.

22 Les loables coustumes du pays et duche de Bretaigne (Rouen, pour Richard Macé, Jean Macé à Rennes et Michel Angier à Caen, 1514) FB 7485 [BM Limoges, Rés. T 140] et Bartholomaeus Anglicus, Le proprietaire des choses tres utile et proffitable aux corps humains (Rouen, pour Richard Macé, François Regnault à Paris, Jean Macé à Rennes et Michel Angier à Caen, 1512) FB 2828 [BM Epernay, Chandon V 1093].

23 J. Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, 2e éd. Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 124-125.

24 Cf. G. Budé, De l’institution du prince, Larivour, Nicole Paris, 1546, FB 7811 [Leiden Universiteitsbibliotheek, 20643 B 19 (2)] – on en fit apparaître une version rafraîchie l’année suivante avec une nouvelle page de titre une fois que le privilège fut obtenu : FB 7812 [BnF, Rés. E * 47] – et J. de Luxembourg, L’oraison et remonstrance de haulte et puissante dame, dame Marie de Cleves, seur de treshault et puissant seigneur, le duc de Juilliers, de Cleves et de Gueldres, faicte au roy d’Angleterre, & à son conseil, Larivour, Nicole Paris, 1547, FB 35573 [BnF, Rés. P G 59].

25 M. Péronnet, « Les évêques français et le livre au XVIe siècle : auteurs, éditeurs et censeurs », dans P. Aquilon, H.-J. Martin, Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Tours, 1988, p. 159-169.

26 Liber Marbodi (Rennes, Jean Baudouyn pour Jean Macé, 1524) – le tome 19 du Répertoire bibliographique… ne cite p. 44 qu’un seul exemplaire de cette édition (celui de la BnF : Rés. p YE 1533), j’ai pu identifier au moins trois exemplaires supplémentaires : Bibliothèque universitaire de Glasgow, Sp. Coll. Ferguson Al y 8 ; Musée Dobrée de Nantes et Bodleian Library d’Oxford Vet. E1 e22.

27 Voir l’édition moderne de John M. Riddle : Marbode of Rennes (1035-1123) De Lapidibus, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1977.

28 U. T. Homes, « The Background and Sources of Rémy Belleau’s Pierres Précieuses », PMLA, t. 61, 1946, p. 624-635 (particulièrement p. 631-632).

29 La constitution nouvelle stille et ordre de pledoyrie par escript du pays et duche de Bretaigne, Rennes, Jean Baudouyn pour Jean Macé, 1525, FB 7445 (BnF, Rés. P F 8).

30 Cf. le « F » de la page [A] 1qui est le même que sur E5v dans le Liber Marbodi.

31 La constitution nouvelle stille et ordre de pledoyrie par escript du pays et duche de Bretaigne, Angers, Richard Picquenot pour Jean Bodin de Nantes, circa 1526, FB 7444 (BM Nantes, 211099 Rés.).

32 Coustumes establissemens et ordonnances du pays et duche de Bretaigne, (Rennes, Jean Baudouyn), 1528 (BM Rennes, Rés. 76801), FB 7489 et Coustumes establissemens et ordonnances du pays et duche de Bretaigne (Rennes, Jean Baudouyn), 1531 – (Bnf, Rés. F 1769), FB 7490. Le texte du privilège fut imprimé in extenso dans les deux éditions.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540