Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Quatrième partie. L’homme en son temps

Rennes au temps d’Yves Mahyeuc : une ville entre gothique et Renaissance

Daniel Leloup

Texte intégral

1Confronté à la fin de l’État breton (Acte d’union de 1532 et édit du Plessis-Macé), l’épiscopat d’Yves Mahyeuc (1507-1541) jouit cependant d’une grande stabilité politique sous les règnes de Louis XII et de François Ier. À Rennes, la fin de l’indépendance du duché est sans conséquence directe sur l’organisation urbaine, du moins pendant le XVIe siècle (la construction du Parlement de Bretagne ne commence qu’en 1618). En France, cette période de transition correspond en histoire de l’art à celle de la Renaissance italianisante puis antiquisante. Les nombreux châteaux de la Loire édifiés en quelques décennies (Chenonceaux [v. 1513-1516], Azayle-Rideau [1518-1527], Chambord [1519-1559]…) attestent l’engouement du roi et celui de commanditaires fortunés pour cet art nouveau.

  • 1 D. Leloup, « L’introduction des formules de la Renaissance avant les années 1540 en Bretagne », da (...)

2Avant même la construction de ces œuvres majeures de l’architecture française, l’influence de l’Italie du Quattrocento se fait sentir en Bretagne, notamment sur plusieurs monuments funéraires : tombeau de François II et de Marguerite de Foix par Michel Colombe dans la cathédrale de Nantes (1499-1507), tombeau de l’évêque Thomas James dans la cathédrale de Dol-de-Bretagne (1507). L’apparition du vocabulaire et des formes italianisantes touche simultanément de nombreuses constructions, qu’elles soient civiles (façade principale du château de Goulaine et loggias du château des ducs de Bretagne à Nantes vers 15001) ou religieuses (portail du croisillon nord puis cloître de la cathédrale Saint-Pierre de Vannes en 1515-1520).

  • 2 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1Fi Rennes 6, Plan de la Vieille Ville ou cité, Ville (...)

3C’est dans ce contexte artistique favorable que débute l’épiscopat d’Yves Mahyeuc. La ville est alors découpée en plusieurs zones d’urbanisation2 autour de l’îlot primitif de la cathédrale : les quartiers nord-est, sur la rive droite de la Vilaine délimités par l’enceinte commencée par le duc Jean V en 1422 et achevée par son fils François en 1448 ; les quartiers sud sur la rive gauche, circonscrits par la dernière campagne de fortifications réalisée entre 1449 et 1476. À ces trois secteurs enclos (62 hectares), il faut enfin ajouter les faubourgs hors les murs. Dans ces différentes composantes de la cité, peu de monuments ont été édifiés dans les premières décennies du XVIe siècle. Cette situation paraît paradoxale car la capitale du duché bénéficie à cette époque d’une relative prospérité.

  • 3 H. Couzy, « Collégiale La Madeleine de Champeaux », Congrès Archéologique de France, 126e session, (...)

4Dès ses prémices en Bretagne, la Renaissance est l’art d’une élite aristocratique composée de certains hauts dignitaires civils (Guy III d’Espinay et Louise de Goulaine à Champeaux)3, mais également de religieux proches du pouvoir (Claude de Rohan, évêque de Quimper). Yves Mahyeuc est semble-t-il resté à l’écart de ce vaste mouvement artistique puisqu’à sa mort en 1541, Rennes ne renferme aucune construction religieuse prestigieuse influencée par l’Italie du Quattrocento. Ce fait est peut-être sans lien direct avec la personnalité de l’évêque mais résulte éventuellement des contradictions urbaines qui ont entravé au début du XVIe siècle le développement de la cité.

La « vieille ville »

5Sous l’épiscopat d’Yves Mahyeuc, le noyau primitif de la ville, enserré dans le tracé de l’enceinte gallo-romaine érigée au IIIe siècle, est occupé par des constructions datant toutes probablement de la fin du Moyen Âge. L’historien de l’art André Mussat a maintes fois rappelé l’organisation médiévale de la Vieille Ville : « Le Moyen Âge, le temps des ducs, peut paraître bien absent de la ville aujourd’hui. Il n’en est rien… Autour de la cathédrale, la place Saint-Pierre, la rue du Chapitre, la Psalette, la rue Saint-Sauveur, la rue Saint-Guillaume souvenir d’une chapelle disparue, la rue Saint-Yves ancien hôpital du XVe siècle…

  • 4 A. Mussat, H. Champollion, Rennes, Rennes, Ouest-France, 1985, p. 16. Voir également A. Mussat, «  (...)

6L’autre fonction de la cité était de grouper les hommes du duc : la Banque de Bretagne occupe l’emplacement de “garde-robe” ducale, où se trouvaient les chartes et trésors du prince. Les ducs y venaient loger et la cour s’installait autour, d’où le nom de rue aux Dames, au temps d’Anne de Bretagne. Un seul hôtel en pierre, l’hôtel de Vauclerc (8 rue des Dames), bien défiguré, rappelle cette présence nobiliaire4. »

  • 5 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Fi Rennes 2, Rennes ville capitale de Bretagne et siège du Parlement,(...)
  • 6 M. Mauger (dir.), En passant par la Vilaine. De Redon à Rennes en 1543, Rennes, Apogée, 1997, p. 7 (...)
  • 7 J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Klincksie (...)
  • 8 D. Leloup, « Les premiers travaux de l’architecte Jean-François Huguet après l’incendie de Rennes  (...)

7Peu d’architectures civiles ou militaires antérieures à 1541 ont été épargnées. Des fortifications subsistent : la Tour du Chesne, greffée sur le mur romain en 1447, quelques pans des courtines rue Nantaise et place des Lices et surtout la porte Mordelaise et sa barbacane, reconstruites autour de 1440. Au temps d’Yves Mahyeuc, l’enceinte était complète comme le montre le premier plan de Rennes dit d’Argentré (1616)5. À l’est, la tour Saint-James, obsolète depuis la construction de la deuxième enceinte, devint l’un des monuments les plus emblématiques de la ville en recevant en 1469 sur son soubassement en pierre une superstructure en pan-de-bois destinée à servir de beffroi6. Endommagée par l’incendie de 1720, elle fut détruite en 1729. Autre monument important de cette partie de la ville, les halles attestées dès 12687 occupaient l’espace situé entre la rue des Halles et celle de la Ferronnerie. Couvrant plus de mille mètres carrés (57,80 mètres de long par 17,50 mètres de large), elles formaient alors en superficie le plus grand monument de la cité. De plan à trois nefs suivant l’habitude médiévale, l’étage nommé la Haute cohue était destiné aux cérémonies officielles, aux fêtes publiques et occasionnellement à la tenue des États de Bretagne8.

  • 9 D. Leloup, « La chapelle Saint-Yves de Rennes », dans J.-Ch. Cassard, G. Provost (dir.), Saint Yve (...)

8À l’intérieur de cette première enceinte de seulement neuf hectares, de nombreux édifices religieux ont également enrichi le paysage urbain de Rennes à l’époque gothique, sans connaître au début de la Renaissance de transformations significatives : cathédrale Saint-Pierre, chapelle de l’hôpital Saint-Yves, chapelle Saint-James et église Saint-Sauveur. Cette dernière, commencée au XIIe siècle, fut modifiée et agrandie à maintes reprises au cours des siècles dans le style gothique. L’effondrement de son pignon occidental en 1662 entraîna sa reconstruction complète à partir de 1703. Nous disposons de peu de renseignements sur la chapelle Saint-James édifiée au pied de l’ancienne tour dont elle a hérité le nom. Par contre l’histoire de la construction de la chapelle Saint-Yves est assez bien documentée. Monument neuf et homogène des années 1500, c’est aujourd’hui la construction la plus représentative de l’architecture gothique flamboyante à Rennes9. L’utilisation de tuffeau pour les panneaux décoratifs des façades sur rues souligne une recherche qualitative inégalée dans la ville à cette époque. Cependant les maîtres « ymagiers » ont sculpté ces pierres de qualité en utilisant le seul répertoire ornemental de l’iconographie gothique (dais à réseaux, gâbles, pinacles…).

Rennes, chapelle de l’hôpital Saint-Yves, v. 1500.

  • 10 D. Delouche, « La cathédrale Saint-Pierre de Rennes », BMSAIV, t. 79, 1976, p. 63-82. Voir égaleme (...)
  • 11 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 5 G, cité par A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêc (...)

9Quant à la cathédrale10, élevée par Charles de Blois en 1349, elle tombait en ruine lorsqu’Yves Mahyeuc accéda au siège épiscopal de Rennes. En 1539, l’effondrement partiel de l’une des tours de la façade occidentale le contraignit à envisager la reconstruction totale de l’édifice. Pour réaliser ce projet, « des lettres patentes du roi François Ier, datées du 4 février 1540, condamnèrent tous les ecclésiastiques bénéficiers en l’église cathédrale de Rennes, évêque, dignitaires, chanoines, chapelains, etc., à verser “le quart des fruits et revenus de leursdits bénéfices pour réparer, reffaire et restaurer icelle église comme ils y sont tenus de droit”. On lit même dans ces lettres du roi que “la tour du bas d’icelle église, où sont les plus grosses cloches, tomba en grant partie, la nuit de Noël dernier (1539) et mesme la coustière (le mur latéral) devers le manoir épiscopal”… En exécution de ces prescriptions royales, le pieux prélat Yves Mahyeuc, au mois d’août 1541, peu de jours avant sa mort, fit remettre au chapitre sa cotisation épiscopale de 500 liv. ; de son côté, le chapitre ordonna à son prévôt de payer à “Vincent Rabault et à Robert Jarde, maîtres de l’œuvre pour la reconstruction de la tour à chacun 7 sols tournois et à leurs ouvriers 3 sols par journée de travail”11 ». Mais les travaux de reconstruction n’avancèrent que très lentement.

10En réalité, dans cette partie de la ville, les seules traces de la première Renaissance se trouvent sur les maisons canoniales situées au no 3 de la rue Saint-Guillaume. Sur les culots qui portent les statues de saint Sébastien et d’un archer ont été sculptés des rais de cœur, métopes et triglyphes, motifs puisés dans le vocabulaire antiquisant du Quattrocento. Dans les étages, des colonnettes à olives et consoles à feuilles d’acanthes viennent confirmer la modernité des décors choisis par le commanditaire. Pour Rennes, il s’agit à n’en pas douter des traces les plus anciennes de la Renaissance, datant probablement de la fin du règne de Louis XII ou du début de celui de François Ier.

Rennes, maison dite « de du Guesclin », 1505 : saint Sébastien et son archer.

Les quartiers de la deuxième enceinte, ou « Ville neuve »

11L’extension de la ville primitive sur la rive droite de la Vilaine, à l’est de l’enceinte gallo-romaine, a englobé de nombreuses constructions qui s’étaient développées extra muros dès le XIe siècle. Des remparts de la « Ville Neuve », intacts au début du XVIe siècle, il ne reste plus trace aujourd’hui. Trois portes protégées par des barbacanes (Porte Saint-Michel, Porte aux Foulons et Porte Saint-Georges) assuraient les liaisons avec les faubourgs.

Rennes, église Saint-Germain, vue intérieure de la nef et du collatéral Nord, 1re moitié du XVIe siècle.

  • 12 J. Mallet, « Les campagnes de construction de l’église Saint-Germain de Rennes et leur significati (...)

12Plusieurs monuments religieux majeurs se sont trouvés incorporés de fait dans la Ville Haute : l’église Saint-Germain, l’abbaye Saint-Georges, entièrement reconstruite à la fin du XVIIe siècle, et le couvent des Cordeliers, aujourd’hui disparu. Seule l’église Saint-Germain conserve d’importantes parties anciennes qui permettent de reconstituer son état au début du XVIe siècle12. Sa fondation remonte au XIIe siècle, mais la majeure partie de l’édifice date des XVe (nef, chevet), XVIe siècles (collatéral nord) et XVIIe siècle (transept sud). La conception de l’édifice, avec le parti initial d’un couvrement en voûte d’ogives sur la nef, les grandes verrières flamboyantes de la façade septentrionale et du chevet, souligne les hésitations du maître d’œuvre entre l’architecture gothique de l’Île-de-France et la tradition des églises bretonnes. La date de 1551, inscrite sur la clef de la voûte d’ogives de la dernière travée du collatéral nord, confirme le choix d’achever cette partie de l’édifice suivant sa conception initiale. Cependant cette ultime construction septentrionale possède un enfeu réalisé avec un riche décor Renaissance : feuillages de laurier enrubannés, rais de cœur. Son opposition avec celui de la première chapelle du collatéral à l’est, associant pinacles et colonnettes baguées, est frappante. La présence de maîtres-verriers à Saint-Germain au milieu du XVIe siècle atteste le choix tardif de la fabrique de poursuivre les embellissements de l’église dans le style de la Renaissance. Un prix-fait daté du 21 octobre 1545 indique en effet qu’un certain Orson Lesec, peintre-verrier, doit réaliser pour la façade occidentale de l’église une grande composition autour du thème de l’Apocalypse. Cette maîtresse-vitre, commandée par la confrérie des Merciers et des Épiciers, a malheureusement disparu mais plusieurs scènes qui en proviennent sont aujourd’hui remontées dans la verrière du bras sud du transept. Leur modernité marque une rupture avec la tradition médiévale de l’art du vitrail.

Rennes, église Saint-Germain, enfeu Renaissance dans la chapelle des Bourgneuf de Cucé, s. d.

Rennes, rue Saint-Georges, hôtel de Gilles Lezot, avant 1555.

Rennes, rue Saint-Georges, hôtel de Gilles Lezot, détail : Ève

  • 13 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, fonds des Cordeliers, 17 H 34.
  • 14 Renseignements fournis par Gauthier Aubert.
  • 15 Cf. infra, procès en béatification d’Yves Mahyeuc, témoignage 49.
  • 16 D. Leloup, Maisons en pan-de-bois de Bretagne. Histoire d’un type d’architecture urbaine, Douarnen (...)
  • 17 L’Itinéraire de Bretagne de monsieur Dubuisson-Aubenay, éd. coord. par A. Croix, Rennes, PUR/SHAB, (...)

13Pour l’architecture civile, un témoin des nouveaux décors venus d’Italie se trouve au 3 rue Saint-Georges. Il s’agit de l’hôtel en pan-de-bois connu aujourd’hui sous le nom d’hôtel de la Moussaye édifié avant 155513 par Gilles Lezot, sieur de Villegeffroy, greffier au présidial, procureur des bourgeois en 157914. Le rapport avec Yves Mahyeuc est ici direct, car son fils, Roch Lezot, est l’un de ceux qui viendront témoigner, le 11 juillet 1637, sur la vie et les vertus de l’évêque, en rapportant les souvenirs de son père, notamment ceux qui sont relatifs aux travaux de la cathédrale15. Dans les étages de l’hôtel de la rue Saint-Georges, la façade est ornée de personnages en haut-relief sur les poteaux : Adam, Ève, saint Martin partageant son manteau avec un pauvre, une femme dénudée et un soldat jouant du cor16. L’iconographie religieuse, avec notamment la tentation et le « péché », rappelle inévitablement la tradition gothique de la grande sculpture sur bois : la femme à la poitrine nue incarne la lubricité ou la tentation, Adam et Ève le péché originel. Les statues sont représentées suivant les habitudes médiévales, la nudité des protagonistes étant cachée par des phylactères qui s’enroulent autour de leurs hanches. Cependant, les dais à réseaux flamboyants ont été remplacés par des chapiteaux ioniques et les colonnettes des poteaux par des bucranes et trophées d’armes, motifs très novateurs. La thématique de cette façade, associant thèmes de l’Ancien Testament et motifs païens de l’Antiquité, illustre parfaitement la transition entre le gothique et la Renaissance. L’hôtel de Gilles Lézot apparaît d’une grande modernité, tant par son programme iconographique que par son plan à large façade sur la rue Saint-Georges. Peu d’immeubles comparables semblent avoir été édifiés à Rennes au milieu du XVIe siècle. C’est en tout cas ce que suggère le voyageur Dubuisson-Aubenay : « Les rues estroites, les maisons s’élargissant par le haut, en sorte qu’en beaucoup de lieux elles se touchent presque l’une l’autre, et à peine le jour entre-t-il dans les rües ; car les seconds estages s’avancent en dehors sur les premiers, les troisièmes sur les deuxièmes, et ainsy toujours se vont rétrécissant. Par dedans elles sont mal ordonnées, les chambres et quartiers mal disposés. En la plupart des logis il faut passer à travers la sale ou cuisine pour aller à l’escurie ou estable. C’est comme au reste de la Bretagne : les bestiaus passent par mesme passage que les hommes, et peu s’en faut qu’ils ne logent ensemble. Et comme les logis sont partie de pierre ardoisine et principalement de bois, les rats et les souris y sont en plus grand nombre que j’aye jamais veu en aucun autre lieu17. »

Les quartiers de la troisième enceinte ou « Nouvelle ville »

  • 18 D. Leloup, « Vasselot (rue) », dans A. Croix, J.-Y. Veillard (dir.), Dictionnaire du patrimoine re (...)

14Aucune trace archéologique de la dernière enceinte construite sur la rive gauche de la Vilaine n’a été conservée. Comme sur la rive droite, murailles et portes (Porte du Champ-Dolent, Porte de Toussaints et Porte de Ville Blanche) ont été démolies à la fin du XVIIIe siècle. Longtemps considérée comme insalubre, la ville basse s’est urbanisée plus lentement que les quartiers situés au nord de la Vilaine, les plus densément peuplés au temps d’Yves Mahyeuc. Peu de grands monuments sont venus s’insérer entre les habitations constituées pour l’essentiel de modestes maisons en pan-de-bois. Sur le plan d’Argentré (1616), les cœurs d’îlots semblent vierges de toute construction et il existe de larges espaces non urbanisés dans le secteur de Toussaints. Le dessin des quartiers s’organise autour d’un axe est-ouest formé par les rues du Champ-Dolent, de la Parcheminerie, Saint-Thomas et Vasselot où logent de nombreux artisans18.

  • 19 A. Guillotin de Corson, op. cit., t. 5, Rennes-Paris, 1884, p. 593.
  • 20 Ibid., p. 594.

15L’architecture religieuse y est seulement représentée par deux édifices : le couvent des Carmes et la vieille église de Toussaints. Cette dernière, presque entièrement reconstruite au XVIe siècle19 a été détruite en grande partie par un incendie dans la nuit du 1er au 2 décembre 1793 et sa démolition achevée vers 1807. Ses décors du XVIe siècle ne sont pas connus, mais elle est décrite comme un « vaste édifice de style hybride, où les pleins cintres romans se mêlaient aux ogives20… ». Le couvent des Carmes, fondé en 1448, était entièrement de conception médiévale comme le rappellent les vestiges archéologiques de cette époque (chapelle rasée en 1798 pour permettre l’ouverture de la rue des Carmes, cloître dont la démolition s’est achevée en 1954).

  • 21 P. Banéat, Le vieux Rennes, Rennes, Plihon et Hommay, 1911, éd. revue et aug., Rennes, J. Larcher, (...)

16Comme dans la Ville haute, les rares témoins de la Renaissance se trouvent dans l’architecture civile. En particulier plusieurs maisons de la rue Vasselot semblent dater de cette époque. Paul Banéat signale au no 28 une maison (démolie en 1903) où figuraient plusieurs personnages avec des « grandes coquilles » derrière la tête21.

Les faubourgs

  • 22 Le cloître, construit par l’abbé Jean d’Estrades, date du XVIIe siècle.
  • 23 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « L’abbaye Saint-Melaine de Rennes », Congrès archéologique de Rennes (...)

17Dès le haut Moyen Âge, de nombreux faubourgs se sont développés hors la ville, c’est-à-dire hors les murs, le long des voies de communications les plus importantes. Plusieurs couvents ne pouvant trouver place intra muros se sont également implantés à l’extérieur des fortifications. Le plus ancien, Saint-Melaine22, est le dernier témoin de l’architecture romane dans la ville. D’après Pocquet du Haut-Jussé, c’est entre 1081 et 1109 que se situe la construction de l’église « qui, malgré les modifications et les compléments que l’époque gothique et l’époque classique lui ont apportés, est demeurée dans son ensemble, dans ses dimensions, dans son volume et dans ses traits caractéristiques une église de style roman primitif, encore tout imprégné des traditions latines23 ».

  • 24 S. Blottière, « Le vieux Saint-Étienne de Rennes », Arts de l’Ouest. Études et documents, Rennes, (...)
  • 25 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne, un millénaire, Paris, Berger-Levrault, 1979, p. 128.

18La seconde église épargnée dans les faubourgs est celle du vieux Saint-Étienne, mentionnée dès le XIIIe siècle dans le récit des cérémonies d’intronisation d’un nouvel évêque. Cependant rien ne subsiste de l’édifice primitif. Le monument actuel commencé vers 1464 a semble-t-il fait l’objet de plusieurs campagnes de construction, pour s’achever probablement un siècle plus tard (transept nord, 1553)24. Le manque d’homogénéité des maçonneries souligne les multiples interruptions et reprises de travaux. Le bénitier extérieur de la façade ouest présente l’un des rares décors épargnés. Sa facture rappelle celle de certains éléments de la chapelle de l’hôpital Saint-Yves (porte d’entrée septentrionale). Gargouilles et crossettes puisent leur vocabulaire dans le bestiaire médiéval et les remplages des fenêtres (façade est du transept sud et ouest du transept nord) ne portent aucun décor Renaissance. Toutes les verrières ont malheureusement disparu, la modernité de l’architecture religieuse s’affichant souvent au travers de leur conception au début du XVIe siècle : « Vers 1508-1510 apparaissent un peu partout aux fenestrages des églises bretonnes de grandes fleurs de lys, taillées dans le granite, symbolisant sans doute, à travers cette mode, la croyance en une solution de compromis du long conflit franco-breton, obtenu par Anne lors de son second mariage25. »

  • 26 E.-J. Pacheu, La paroisse Saint-Hélier de Rennes, Rennes, Marie Simon et Cie, 1894 ; P. Tumoine, « (...)
  • 27 Op. cit., p. 611.
  • 28 P. Banéat, op. cit., p. 516-517.
  • 29 Ibid., p. 517.

19L’église Saint-Hélier26 d’après le chanoine Guillotin de Corson27 date des XVe et XVIe siècles. Néanmoins, la plupart des parties construites à l’époque de la Renaissance restent dans la tradition du gothique international : « Le pignon sud du croisillon date du XVIe siècle… La porte, en anse de panier, est entourée de trois tores, dont deux à arêtes mousses reposant sur de petites bases polygonales ; deux pinacles carrés, surmontés d’aiguilles à crosses, s’élèvent à droite et à gauche. Cette porte est surmontée d’une moulure prismatique en accolade, ornée de chaque côté de trois choux frisés28… » La fenêtre en tympan du transept méridional présente néanmoins une ornementation Renaissance. Au-dessus de quatre formes en plein cintre se dresse sous l’arc brisé un motif emprunté au thème de l’arc de triomphe orné de demi-frontons et de putti. Selon Paul Banéat, ce fenestrage antiquisant n’est cependant pas d’origine mais moderne29.

  • 30 P. Banéat, op. cit., p. 489.

20Il faut enfin citer la chapelle du couvent des Jacobins, dernier témoin de l’édifice primitif commencé au XIVe siècle. Parmi les monuments disparus, on peut regretter la chapelle Sainte-Anne, rue de Saint-Malo, vendue à la Révolution et démolie en 1865. Contemporaine de celle de l’hôpital Saint-Yves, elle possédait des décors similaires30.

  • 31 D. Delouche, art. cit.

21À Rennes, pendant l’épiscopat d’Yves Mahyeuc, aucune grande construction militaire, religieuse ou civile n’a été commencée, à l’exception de la cathédrale Saint-Pierre. Avant même la fin de l’époque médiévale, tous les grands ouvrages militaires de la cité sont achevés et les derniers ducs de Bretagne assurent simplement quelques travaux d’entretien. L’architecture religieuse ne connaît pas non plus une activité importante sous le règne de François Ier. On se contente de poursuivre voire d’achever les nombreuses églises commencées ou reconstruites au cours des siècles précédents : Saint-Yves, Saint-Hélier, Saint-Germain, Toussaints, Saint-Anne, le vieux Saint-Étienne, les couvents des Carmes et des Jacobins… Les travaux réalisés à la fin du Moyen Âge présentent une grande homogénéité gothique. L’enfeu Renaissance de Saint-Germain reste une œuvre marginale. La reconstruction de la cathédrale Saint-Pierre est le seul grand chantier ouvert à cette époque. Néanmoins, en raison de la lenteur du début des travaux amorcés en 1541, le monument reste à l’écart des formules conceptuelles et décoratives de la Renaissance. L’achèvement de la façade occidentale plus d’un siècle plus tard explique le classicisme du modèle, puissamment exprimé par la hiérarchisation des ordres31. Cette architecture savante et antiquisante prônée par Sebastiano Serlio est mise en œuvre simultanément en France à partir des années 1560 par Philibert de L’Orme au château d’Anet et Jean Bullant au château d’Écouen. En réalité, dans la première moitié du XVIe siècle, seule l’architecture civile fournit quelques exemples de décors Renaissance sur les façades de maisons en pan-de-bois.

  • 32 A. Mussat, « Un monument-clé : Notre-Dame de Guingamp », MSHAB, t. 56, 1979, p. 127-149 ; réed. da (...)
  • 33 Soit des devis.
  • 34 Soit des mémoires de travaux.

22Cette timide pénétration de l’art nouveau à Rennes s’explique à l’évidence par l’absence de grands programmes monumentaux sous le règne de François Ier. Est-ce une conséquence directe de la fin programmée du duché indépendant ou tout simplement d’un réel manque de besoins ? Ce dernier point semble prévaloir car on peut observer que, dans d’autres cités du duché, les obligations ont souvent créé une incroyable stimulation. Il suffit de rappeler le cas de la basilique Notre-Dame-de-BonSecours à Guingamp. La moitié de la nef (côté méridional), effondrée en 1535 à la suite d’une tempête, est reconstruite dans un style Renaissance alors que le côté septentrional est conservé dans sa facture du XIVe siècle32. Cette contradiction stylistique, mettant en œuvre deux concepts totalement opposés, ne semble pas avoir gêné les fabriciens, organisateurs d’un concours pour le choix de l’architecte. L’exemple de Guingamp prouve que des ateliers très aguerris à l’architecture de la Renaissance travaillaient en Bretagne à cette époque, même dans des paroisses éloignées des grands axes de communication comme par exemple à Bourbriac (1535) ou Bulat-Pestivien (1552). À Rennes, la présence d’un atelier permanent de sculpteurs maîtrisant parfaitement le vocabulaire antiquisant est seulement attestée dans le dernier quart du XVIe siècle. Formé au seul travail du bois, il intervient exclusivement pour l’ornementation de l’architecture civile (maisons en pan-de-bois des rues du Chapitre, Saint-Michel et place Sainte-Anne), reproduisant des modèles d’une grande variété (dauphins, mufles de lions, portraits des commanditaires, cf. clichés ci-dessous) et d’une qualité plastique remarquable. Faute de sources d’archives, et notamment de « prix-faits »33 et de « renables »34, sa disparition dès les premières années du XVIIe siècle n’a pu être expliquée à ce jour.

Rennes, rue du Chapitre, décor Renaissance.

Rennes, rue du Chapitre, décor Renaissance.

Notes

1 D. Leloup, « L’introduction des formules de la Renaissance avant les années 1540 en Bretagne », dans Y. Esquieu (dir.), Du gothique à la Renaissance. Architecture et décor en France 1470-1550, Aixen-Provence, Publications de l’université de Provence, 2003, p. 163-177.

2 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1Fi Rennes 6, Plan de la Vieille Ville ou cité, Ville Neuve, et Nouvelle Ville de Rennes, capitale de Bretagne, plan dit de Hévin, gravé sur bois, vers 1685.

3 H. Couzy, « Collégiale La Madeleine de Champeaux », Congrès Archéologique de France, 126e session, Haute-Bretagne, 1968, p. 60-73.

4 A. Mussat, H. Champollion, Rennes, Rennes, Ouest-France, 1985, p. 16. Voir également A. Mussat, « Rennes ou la trace profonde du Moyen Âge », Arts de l’Ouest, Études et documents, Rennes, université Rennes 2, 1982, no 1-2, p. 173-183 ; réed. dans D. Leloup (dir.), Bretagne, architecture et identités, Rennes, PUR, 1997, p. 91-99.

5 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Fi Rennes 2, Rennes ville capitale de Bretagne et siège du Parlement, plan gravé de Charles d’Argentré, 1616.

6 M. Mauger (dir.), En passant par la Vilaine. De Redon à Rennes en 1543, Rennes, Apogée, 1997, p. 70-71.

7 J.-P. Leguay, La ville de Rennes au XVe siècle à travers les comptes des miseurs, Paris, Klincksieck, 1968, p. 275.

8 D. Leloup, « Les premiers travaux de l’architecte Jean-François Huguet après l’incendie de Rennes », dans A. Croix, A. Lespagnol, G. Provost (dir.), Église, Éducation, Lumières… Histoires culturelles de la France (1500-1830), Rennes, PUR, 1999, p. 141-153.

9 D. Leloup, « La chapelle Saint-Yves de Rennes », dans J.-Ch. Cassard, G. Provost (dir.), Saint Yves et les Bretons. Culte, images, mémoire (1303-2003), Rennes, PUR, 2004, p. 141-153.

10 D. Delouche, « La cathédrale Saint-Pierre de Rennes », BMSAIV, t. 79, 1976, p. 63-82. Voir également G. Nitsch, La cathédrale, Saint-Melaine, Saint-Germain, Rennes, Larcher, 1929.

11 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 5 G, cité par A. Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, t. 1, Rennes/Paris, 1880, p. 268-269.

12 J. Mallet, « Les campagnes de construction de l’église Saint-Germain de Rennes et leur signification artistique », Arts de l’Ouest. Études et documents, Rennes, 1980, no 1-2, p. 69-89.

13 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, fonds des Cordeliers, 17 H 34.

14 Renseignements fournis par Gauthier Aubert.

15 Cf. infra, procès en béatification d’Yves Mahyeuc, témoignage 49.

16 D. Leloup, Maisons en pan-de-bois de Bretagne. Histoire d’un type d’architecture urbaine, Douarnenez, ArMen – Le Chasse Marée/Rennes, éditions Ouest-France, 2002, p. 73.

17 L’Itinéraire de Bretagne de monsieur Dubuisson-Aubenay, éd. coord. par A. Croix, Rennes, PUR/SHAB, 2006, p. 126-127.

18 D. Leloup, « Vasselot (rue) », dans A. Croix, J.-Y. Veillard (dir.), Dictionnaire du patrimoine rennais, Rennes, Apogée, 2004, p. 470.

19 A. Guillotin de Corson, op. cit., t. 5, Rennes-Paris, 1884, p. 593.

20 Ibid., p. 594.

21 P. Banéat, Le vieux Rennes, Rennes, Plihon et Hommay, 1911, éd. revue et aug., Rennes, J. Larcher, 1925, rééd., Paris, Guénégaud, 1972, Paris, Le livre d’histoire, 1999, p. 598-599.

22 Le cloître, construit par l’abbé Jean d’Estrades, date du XVIIe siècle.

23 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « L’abbaye Saint-Melaine de Rennes », Congrès archéologique de Rennes, 126e session, Haute-Bretagne, 1968, p. 12.

24 S. Blottière, « Le vieux Saint-Étienne de Rennes », Arts de l’Ouest. Études et documents, Rennes, 1980, no 1-2, p. 127-140.

25 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne, un millénaire, Paris, Berger-Levrault, 1979, p. 128.

26 E.-J. Pacheu, La paroisse Saint-Hélier de Rennes, Rennes, Marie Simon et Cie, 1894 ; P. Tumoine, « Saint-Hélier, une paroisse et son église », Arts de l’Ouest. Études et documents, Rennes, 1982, no 1-2, p. 23-31.

27 Op. cit., p. 611.

28 P. Banéat, op. cit., p. 516-517.

29 Ibid., p. 517.

30 P. Banéat, op. cit., p. 489.

31 D. Delouche, art. cit.

32 A. Mussat, « Un monument-clé : Notre-Dame de Guingamp », MSHAB, t. 56, 1979, p. 127-149 ; réed. dans D. Leloup, Bretagne, architecture et identités, Rennes, PUR, 1997, p. 355-370.

33 Soit des devis.

34 Soit des mémoires de travaux.

Table des illustrations

Légende Rennes, chapelle de l’hôpital Saint-Yves, v. 1500.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Rennes, maison dite « de du Guesclin », 1505 : saint Sébastien et son archer.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Rennes, église Saint-Germain, vue intérieure de la nef et du collatéral Nord, 1re moitié du XVIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Rennes, église Saint-Germain, enfeu Renaissance dans la chapelle des Bourgneuf de Cucé, s. d.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Rennes, rue Saint-Georges, hôtel de Gilles Lezot, avant 1555.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Rennes, rue Saint-Georges, hôtel de Gilles Lezot, détail : Ève
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Rennes, rue du Chapitre, décor Renaissance.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Rennes, rue du Chapitre, décor Renaissance.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127338/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540