Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Troisième partie. L’évêque

Le pontifical d’Yves Mahyeuc

Pascal Collomb

Texte intégral

1La présentation d’un manuscrit peut se faire par une description précise et spécialisée abordant les questions de structure du manuscrit, d’identification des pièces eucologiques et de remise en perspective historique et liturgique des formulaires et de leurs textes. Elle peut aussi ne s’intéresser qu’aux aspects « visuels » les plus marquants du manuscrit, à savoir son décor et son iconographie.

2Pour essayer de donner un aperçu qui appréhende la globalité du manuscrit, seront successivement abordés ici la structure et l’iconographie du ms 1278 de la Bibliothèque municipale de Rennes, soit le pontifical passé dans la tradition locale comme ayant appartenu à l’évêque Yves Mahyeuc. D’emblée, un certain nombre de questions se posent : en premier lieu, quelle est la structure du ms 1278 ? En d’autres termes, qu’y trouve-t-on (et que n’y trouve-t-on pas ?) et pourquoi ? comment les choix qui ont été faits lors de sa réalisation rattachent-ils – ou non – ce manuscrit à la grande tradition des pontificaux du « long Moyen Âge » occidental ? Dans un second temps, nous nous arrêterons sur le « cycle » iconographique que propose le ms 1278. Par « cycle », il faut entendre l’ensemble – ici réduit puisqu’il ne se compose que de trois miniatures – des images contenues dans les feuillets de notre manuscrit. Ces images sont à étudier dans le cadre du rituel liturgique auxquelles elles sont associées : que nous montrent-elles ? sont-elles le reflet d’une ritualité vécue telle que la présentent les textes qui l’accompagnent ? quels sont, à ce propos, les rapports qu’entretiennent ces images avec les textes et les rituels liturgiques décrits ? pourquoi avoir choisi d’accompagner iconographiquement tel ou tel rituel ?

  • 1 Sur le pontifical, je renvoie au livre de Michel Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, Rome, (...)
  • 2 Par formulaire liturgique, nous entendons l’ensemble des rubriques détaillant les gestes, les atti (...)
  • 3 Le célèbre pontifical romano-germanique fut rédigé dans les années 950-960 à l’abbaye de Mayence : (...)
  • 4 Né près de Béziers, c. 1230-† Rome, 1er novembre 1296 ; élu en 1285 il ne prend possession de son (...)
  • 5 Cette édition de Patrizi est en réalité une commande du pape Innocent VIII (1484-† 1492), désireux (...)

3Avant de répondre à ces différentes questions, il faut redire quelques mots de ce livre particulier qu’est le pontifical. Il s’agit d’un livre « liturgique » strictement destiné à l’usage de l’évêque dans le cadre des célébrations qui lui sont réservées1. Sans entrer dans les détails typologiques, structurels et historiques du pontifical durant la seconde moitié du Moyen Âge occidental, ce livre pratique fournit à l’évêque la totalité des formulaires liturgiques2 dont il a besoin pour les célébrations en dehors de la liturgie eucharistique ou encore de la liturgie des heures : dédicace d’une église, consécration d’un autel, ordinations ecclésiastiques, ordo pour l’organisation d’un concile, etc. Le pontifical connut plusieurs évolutions depuis l’apparition aux IXe -Xe siècles3 du livre dénommé par les spécialistes pontifical romano-germanique, ce dernier étant à la base des diverses révisions qui intervinrent principalement – et pour aller vite – aux XIIe et XIIIe siècles dans le milieu de la curie romaine. À l’extrême fin du XIIIe siècle, Guillaume Durand4 rédigea à son tour, pendant son éphémère épiscopat de Mende, un pontifical (1293-1295). Le Pontifical de Guillaume Durand connut un succès énorme et une très importante diffusion dans l’Occident des XIVe et XVe siècles. Non seulement il fut recopié et diffusé très largement mais il servit également de base à la première édition imprimée du pontifical romain de 1485, le pontifical de Piccolomini, du nom de son « réviseur », l’évêque Augustinus Patricius de Piccolominibus (Augustin Patrizi, c. 1435-1495/1496), secrétaire du futur pape Pie II (1458-1464)5. Ce rappel de l’histoire du pontifical permet de replacer le ms 1278 dans ce « long Moyen Âge » (J. Le Goff) des manuscrits liturgiques.

L’histoire du Ms 1278

  • 6 Eberhard König, Manuscrits à peintures XIIe-XVe siècles. Exposition 18 septembre-18 octobre 1992, (...)

4Revenons à notre manuscrit et rappelons-en le caractère dominicain6 avec la présence de saint Dominique dans la litanie des saints (f° 61v°) et l’oraison Omnipotens sempiterne deus ecce accedo (f° 28r°) – appelée oraison de saint Thomas – qui introduit la messe dans la liturgie dominicaine et sur laquelle nous reviendrons plus tard.

  • 7 Décembre 1573-† 13 janvier 1596.
  • 8 Henri Poisson, Yves Mahyeuc. 1462-1541, Rennes, 1957, p. 139.
  • 9 C. 1592-† 27 nov. 1652.

5L’histoire de ce manuscrit se résume comme suit. Conservé dans les locaux de la bibliothèque municipale depuis décembre 1986, date de son achat à Londres chez Sotheby’s, ce livre a connu un itinéraire anglais depuis au moins la fin du XVIIIe siècle. En outre, il fut auparavant, la propriété de l’évêque rennais Aymar Hennequin7 qui avait, semble-t-il, une grande dévotion pour Yves Mahyeuc8 : le bas de page du verso du feuillet C (non numéroté) porte l’inscription Aymarus Hennequint Ep. Redon., 23 martii 1591. La seconde mention infra-paginale, du XVIIe siècle, tracée à l’encre brune très pâle et d’une écriture presque effacée, permet de lire au feuillet 1r la mention manuscrite de François Lefèvre de Caumartin9 qui, à partir de 1618, fut évêque d’Amiens et dont la bibliothèque familiale fut dispersée en 1735. Sans retracer l’ensemble des possesseurs britanniques qui eurent ce pontifical dans leur bibliothèque, disons simplement que la reliure, avec armes et devise Carpe diem, a été faite à la demande du collectionneur Philip Augustus Hanrott (1776-1856), au milieu du XIXe siècle. Plusieurs autres marques de possession anglaise sont situées à l’intérieur du manuscrit, sur le premier feuillet de papier ajouté lors de la reliure. La première (en haut) est due au grand bibliophile que fut le major John Rolland Abbey (1894-1969) qui l’acheta en 1963 ; la deuxième est un ex-libris aux armes du riche banquier britannique, Henry Gibbs, lord Aldenham († septembre 1907) et une troisième portant les initiales entremêlées P et B. À plusieurs reprises, ce livre fut vendu par l’intermédiaire de la célèbre maison Sotheby’s jusqu’à la dernière vente de 1986 qui le vit revenir définitivement en terre bretonne.

  • 10 Je renvoie notamment ici à la notice d’Eberhard König, art. cit.

6C’est un livre de petite taille (182 x 124 mm.), très bien écrit, avec un décor sobre et dans un bon état de conservation. L’écriture (humanistique) à longues lignes de la première moitié du XVIe siècle est soignée, régulière et tracée par une seule main à l’encre noire et rouge sur un parchemin clair, propre, sans trace d’usure, ni de taches. Sans entrer dans le détail des caractères purement paléographiques rappelons que l’on a, par le passé et à plusieurs reprises, souligné le « caractère italianisant » de cette écriture, propre à l’entourage de la cour royale de la première moitié du XVIe siècle10.

  • 11 Par exemple : doublon biffé (dicto au f° 44 r°), mots oubliés et ajoutés ensuite aux f° 25v°, 30r° (...)
  • 12 Deus qui contritorum non despicis… Texte de l’oraison édité in-extenso dans E. Moeller, J. Clement (...)

7Les fautes de copistes sont très rares11 et les abréviations sont utilisées de manière régulière sans être trop nombreuses. On notera toutefois quelques variantes classiques dans l’orthographe du scribe : par exemple, charissimi (f° 52r°, l. 12 ; f° 83v°, l. 10) et carissimi (f° 53r°, l. 5 ; f° 53v°, l. 12) sans que l’on puisse en tirer des conclusions. Les textes s’arrêtant en milieu de ligne sont complétés par des petits cordons de couleur et de taille variables, de manière à remplir le « blanc » jusqu’à la marge de droite. Il nous faut encore noter l’ajout d’une oraison (écriture cursive) par une main immédiatement contemporaine au feuillet 23v°12, celui d’une partie manquante de l’ordo de la réconciliation d’une église (f° 99v°) en marge infra-paginale par la même main et un certain nombre de renvois internes (f° 40r° et f° 99r° renvoyant tous les deux au f° 89).

8Pour chaque feuillet, vingt lignes sont tracées sur une réglure faite à l’encre brune très légère ; il n’existe pas de trace de piqûres et la foliotation a été tracée par une main contemporaine du XVIe siècle en chiffres arabes. Pour en terminer avec ces quelques caractères codicologiques, précisons encore qu’à cause d’une reliure très serrée, le détail des cahiers est impossible à dénombrer, d’autant plus que le copiste n’a pas, comme bien souvent, indiqué dans un cartouche les changements de cahiers. Cependant, nous pouvons tout de même signaler que la composition du manuscrit comprend un feuillet de papier [non numéroté], quatre feuillets de parchemins [non numérotés], suivis de cent onze feuillets de parchemin [pourvus d’une numérotation arabe dans le coin supérieur droit de chaque folio], d’un folio de parchemin [non numéroté] et enfin d’un feuillet papier [non numéroté] avec filigrane [amtahW].

9Signalons encore en quelques mots le décor animalier (abeille et coccinelle) ou floral sur fond d’or, que les initiales (bleues ou vertes) ont reçu, qui vient très discrètement rehausser certaines initiales, sans que l’on puisse retrouver dans cette disposition une quelconque alternance rythmée spécifique.

Pontifical d’Yves Mahyeuc, trois exemples de lettrines.

  • 13 Le lecteur se reportera, pour toute la question des auteurs du pontifical, à la contribution de Ma (...)

10En bref, le soin apporté tant à l’écriture qu’au décor et à la qualité du parchemin employé désigne ce manuscrit comme une commande spéciale destinée à l’évêque. On ajoutera encore que le très bon état du manuscrit, l’absence de taches, salissures, traces diverses, ratures ou autres corrections pose la question de son emploi réel plus ou moins régulier dans le cadre de la liturgie épiscopale ; peut-être peut-on même imaginer que ce manuscrit fut réalisé à la toute fin de l’épiscopat de Yves Mahyeuc et que son caractère dominicain l’a, par la suite, tenu éloigné des cérémonies liturgiques épiscopales des successeurs d’Yves : l’hypothèse permettrait d’expliquer son parfait état (quasi neuf !) et donc de le dater peut-être plus précisément du second quart du XVIe siècle13.

Structure

  • 14 Pour Eberhard König, ce sommaire apparaît comme un trait spécifique des livres imprimés ; je nuanc (...)

11Le pontifical s’ouvre par un sommaire dans lequel sont consignés l’ensemble des rubriques développées dans le corps de l’ouvrage14.

Pontifical d’Yves Mahyeuc, sommaire.

12L’observation de ces différents formulaires permet de distinguer huit parties principales :

  1. la première (f° 1r°-12v°) s’ouvre par la confirmation des enfants et concerne plus principalement les bénédictions d’objets divers : consécration de la patène et du calice, des vêtements sacerdotaux, des nappes d’autel, corporal et tabernacle ;
  2. suit (f° 12v°-18r°) une partie consacrée aux « bénédictions communes » (expression employée par le ms 1278) ; parmi celle-ci, des bénédictions pour les fruits mais aussi, par exemple, pour les châsses contenant les reliques ;
  3. la troisième partie, très courte, ne concerne que deux feuillets (f° 18v°-20r°) et donne les bénédictions pour les divers « objets de dévotion » employés lors des grandes fêtes du dimanche des Rameaux, de la Purification de la Vierge, du Corpus Christi ou bien encore de la Pentecôte ;
  4. une quatrième partie reprend à nouveau des bénédictions d’objets liturgiques (images des saints, vases, ornements liturgiques…) en y ajoutant des éléments assez variés telles la bénédiction pour la consécration d’une moniale, ou encore la manière de terminer la récitation des oraisons (f° 23v°-24v°) ;
  5. les vingt feuillets suivants (f° 27v°-47r°) précisent un certain nombre de pièces liturgiques dans le cadre de la messe pontificale. Cette partie s’ouvre par l’oraison Omnipotens sempiterne Deus, ecce accedo…, attribuée à saint Thomas d’Aquin et employée dans la phase préparatoire à la messe ;
  6. les feuillets 47r°-48v° donnent encore quelques bénédictions variées comme celles à dire en temps de guerre, en temps de paix, etc. ;
  7. la dernière partie de soixante feuillets (f° 49r°-109r°), soit environ 55 % du total, forme un ensemble cohérent que l’on peut partager en deux parties distinctes : la première concerne les ordinations des différents officiants de l’Église (portier, lecteur, exorciste, sous-diacre, etc.) ;
  8. et la seconde comporte les formulaires des bénédictions des objets et lieux liturgiques : encensoir, ciboire, autel, bénédiction et réconciliation d’un cimetière, etc.

13Si ces huit parties ne sont pas indiquées comme telles dans notre manuscrit, nous pouvons en revanche les distinguer assez nettement en recherchant leur origine dans le pontifical de Guillaume Durand dans lequel 70 % des formulaires du ms 1278 plongent leurs racines. La proximité avec le pontifical de Guillaume Durand ne se limite pas à la copie plus ou moins fidèle de tel ou tel formulaire mais se reconnaît en outre dans les « regroupements » opérés. A contrario, nous avons là un livre qui recopie fidèlement des formulaires sans toujours garder la répartition originelle de son modèle. Par exemple, nous retrouvons le rituel de bénédiction d’un clerc dès le début (f° 3r°), entre la confirmation et la consécration de la patène et du calice ou bien encore la bénédiction pour une moniale au beau milieu du manuscrit, alors que de toute évidence et conformément à ce que fait le pontifical de Guillaume Durand, ces deux ordines auraient logiquement dû être copiés dans l’ensemble final consacré aux différents officiants de l’Église. La même remarque pourrait encore être faite en ce qui concerne les bénédictions d’objets et d’ornements liturgiques que l’on retrouve disséminés dans tout le manuscrit, alors que la tradition textuelle de Guillaume les regroupe au sein d’un même ensemble cohérent.

14Arrêtons-là ces exemples que nous pourrions multiplier et concentronsnous sur cette question de la filiation directe du ms 1278 avec le pontifical de Guillaume Durand, par opposition à la tradition antérieure – le pontifical du XIIIe siècle – que ce même Guillaume utilise largement. En cela, l’exemple de la confirmation des enfants est tout à fait explicite. À l’instar du pontifical de Guillaume Durand, le ms 1278 s’ouvre avec cet ordo présenté de la manière suivante :

  • 15 Souligné par nous.

L’évêque, qui doit avoir un rochet et une étole, peut seul faire cette confirmation et les adultes présents pour la cérémonie doivent auparavant s’être confessés. L’évêque, assis sur un faldistorium (sorte de siège pliant utilisé au chœur), fait sur eux le signe de croix et leur demande leur nom ; puis, ayant enduit le pouce de la main droite de saint chrême, il trace une croix sur le front des enfants en prononçant leur nom, « Jean » ou « Marie » ou selon le nom par lequel on les appelle, nous dit le texte. Puis on leur donne un soufflet15. Le rituel se termine par l’annonce faite au parrain et à la marraine de leur rôle : ils doivent apprendre à leurs filleuls les choses bonnes et morales, leur enseigner à fuir ce qui est mauvais et à faire ce qui est bien et enfin leur apprendre le Credo in deum.

  • 16 Pontifical de Guillaume Durand, I, I, 1-8, dans éd. cit., t. 3, p. 333-335.
  • 17 Geste imposé dans les pontificaux romains des XIIe et XIIIe siècles : Pontifical romain du XIIe si (...)
  • 18 Durand, Rationale divinorum officiorum, VI, 84, 6, dans éd. cit., t. 2, p. 433.
  • 19 Ce thème très répandu, issu des Dialogues, II, 30 de Grégoire le Grand, fut particulièrement utili (...)

15Le rituel de la confirmation donnée par le ms 1278 est bien issu du pontifical de Guillaume Durand16 pour lequel on retrouve une similitude parfaite tant dans les rubriques que dans les textes eucologiques ; un point est à souligner qui est une invention spécifique de Guillaume Durand : le remplacement du traditionnel baiser de paix17 par un soufflet sur la joue du confirmé. Un geste qu’il s’emploie par ailleurs à expliquer dans son commentaire de la liturgie : « L’évêque frappe au visage le confirmé », écrit-il18, car ce soufflet à plusieurs vertus ; parmi celles-ci, il rappelle la force, la rudesse, de la foi (robur fidei), le geste d’imposition des mains des apôtres pour la confirmation mais aussi le geste rapporté dans les Dialogues de Grégoire le Grand à propos de l’épisode dans lequel saint Benoît donna un soufflet à l’un de ses moines pour le libérer de la tentation diabolique à laquelle il était en proie19.

16Continuons notre présentation du rituel de la confirmation des enfants en observant maintenant l’image qui y est associée.

L’iconographie du Rennes, 1278

  • 20 Éric Palazzo, L’évêque et son image. L’illustration du pontifical au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, (...)

17Les travaux de Victor Leroquais résumés dans l’Introduction de son premier tome à son monumental répertoire des Pontificaux manuscrits conservés dans les bibliothèques publiques de France, publié en 1937 et ceux plus récents d’Éric Palazzo sur l’Illustration du pontifical médiéval20 s’accordent à décrire comment l’illustration du pontifical se développe à partir du XIIIe siècle en mettant en exergue la figure de l’évêque – comme représentation de son pouvoir sacramentel – et en donnant à voir la ritualité liturgique au plus près des textes qui l’accompagnent. Comment se présentent les images du ms 1278 ? Nous l’avons dit, les images, au nombre de trois, sont placées – de manière tout à fait traditionnelle – en-tête de chacune des rubriques qu’elles illustrent (confirmation des enfants, bénédiction de la patène et messe pontificale) dans une mise en scène de l’évêque et de ses assistants.

Pontifical d’Yves Mahyeuc : confirmation des enfants, vignette enluminée, f° 1 r°.

18À ces trois grandes initiales historiées s’ajoute un décor de cordons dorés (rehaussés d’un trait à l’encre noire) qui entoure l’intégralité du texte de la page. Le dessin de ces trois miniatures est relativement soigné, avec un souci évident du détail : la profondeur des scènes est respectée, les plis des vêtements, des nappes d’autels… sont bien traités, de manière à donner du relief aux différentes scènes.

  • 21 L’âge des enfants pour la confirmation a été fixé lors du concile de Latran IV (1215) qui demanda (...)
  • 22 L’onction du pouce des évêques, lors de l’ordination, apparaît pour la première fois dans le Ponti (...)

19F° 1r° : Confirmation des enfants (cahier couleur, 9). L’évêque, dos à l’autel, est tourné vers trois jeunes enfants assis à ses pieds qui le regardent. Dans une attitude de prière, les mains jointes, il regarde les enfants et leur rappelle le message divin (c’est le sens du verbe admoneo employé dans la rubrique). Par-dessus son habit sombre, l’évêque porte un surplis blanc recouvert d’un rochet (petit vêtement liturgique, ici de couleur sombre, couvrant les épaules et le haut des bras) et d’une étole bleue. Sa mitre est posée sur l’autel, lui-même recouvert d’une nappe, sur laquelle est installé, bien en évidence, un livre ouvert, le pontifical. Dans un deuxième plan, trois clercs, dont l’un porte le saint chrême entre ses mains voilées, observent la scène. Le troisième et dernier plan montre deux laïcs, un homme et une femme (sans doute les parrain et marraine). La crosse épiscopale est appuyée contre l’autel, surmonté d’un retable. Comparer avec d’autres images de confirmation issues de pontificaux permet de montrer, ou non, l’originalité du traitement iconographique de cet ordo liturgique. Prenons un exemple antérieur, mais tout à fait représentatif de cette illustration du rituel de la confirmation dans la tradition des pontificaux de Guillaume Durand. Le ms 143 de la bibliothèque parisienne Sainte-Geneviève (pontifical de Guillaume Durand du XIVe siècle) présente lui aussi la confirmation d’un enfant ; ce dernier apparaît cependant plus jeune21 et toute l’attention est, ici, focalisée sur le pouce qui occupe la place centrale de l’image ; on est au moment le plus important de la confirmation : l’onction du saint chrême que l’évêque fait avec son pouce, celui-ci étant l’« instrument » avec lequel les évêques pratiquent les onctions22. Cette manière de représenter la confirmation des enfants est tout à fait traditionnelle et se retrouve dans de nombreux pontificaux. Dans le cas du manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève, le rapport texte-image est parfait et la volonté de l’enlumineur est de mettre en scène l’évêque, sa fonction, son geste, ses paroles comme éminemment centrales et parfaitement irremplaçables, alors que dans le cas du ms 1278, si tous les acteurs sont présents, ils ne sont pas véritablement en « situation rituelle ultime ». L’accent est plus ici sur la parole de l’évêque (episcopus admoneat) que sur ses gestes, pourtant indispensables au bon déroulement du rituel.

Pontifical de Guillaume Durand de Mende, 2e moitié du XIVe siècle, Avignon, Bénédiction d’un calice (Paris, bibl. Sainte-Geneviève, ms 143, f° 156 v°).

Pontifical d’Yves Mahyeuc : consécration du calice et de la patène, f° 6 v°.

  • 23 Pontifical de Guillaume Durand, II, 8, éd. cit. M. Andrieu, t. 3, p. 518-520.

20Cette manière de faire se retrouve une fois encore lorsqu’il convient de mettre en image le rituel de la consécration du calice et de la patène (f° 6v° – cahier couleur, 11). L’évêque, de dos, face à l’autel, est mitré. À sa gauche, un clerc tient la crosse épiscopale ; à sa droite, deux clercs. Face à lui, sur l’autel apparaît le corporal sur lequel doivent être posés le calice et la patène – cachés – qu’il s’apprête à consacrer. Les instruments du culte sont présents : le pontifical posé sur un support, le vase contenant l’eau bénite, le goupillon et la nappe d’autel. Une fois encore, il ne s’agit pas là du moment le plus important de la consécration, mais plutôt de sa phase préparatoire. À reprendre une fois encore l’exemple du pontifical de la bibliothèque Sainte-Geneviève, le choix de l’enlumineur a été de faire porter l’attention sur le geste de bénédiction de l’évêque sur le calice, geste alors en tout point conforme à la description qu’en donne le pontifical de Guillaume Durand23. En revanche, il est surprenant que le moment choisi par l’enlumineur du pontifical d’Yves Mahyeuc ne soit justement pas cet instant le plus important du rituel, mais plutôt celui de la phase préparatoire à la consécration du calice et de la patène.

Pontifical de Guillaume Durand de Mende, 2e moitié du XIVe siècle, Avignon : bénédiction d’un calice (Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms 143, f° 156v°).

Pontifical d’Yves Mahyeuc : prières de l’évêque avant la messe, f° 27v°.

21La troisième et dernière image (f° 27v° – cahier couleur, 10) est encore une représentation des « premiers instants » : l’évêque à genoux, les mains jointes, dans une attitude de prière, devant l’autel, sur lequel les ornements et instruments du culte sont posés (livre, calice, patène, corporal, nappe…). Là encore, le choix n’a pas été de représenter l’instant « fort », ultime, à savoir la consécration du pain et du vin. Au contraire, cette image se trouve associée à l’initiale « O » de l’oraison de saint Thomas d’Aquin (Omnipotens sempiterne deus ecce accedo…) qui fait partie de tout un ensemble préparatoire à la messe ; en outre, cette image de l’évêque en prière correspond pleinement au texte de cette oraison qui demande de se mettre dans une attitude mentale particulière (Dieu tout-puissant et éternel me voilà disposé à recevoir le sacrement […]), pour recevoir le pardon ([…] vous conjure de guérir mon infirmité, de purifier mon impureté […]) afin que le chrétien puisse être incorporé au corps mystique de l’Église ([…] que je mérite d’être incorporé à son corps mystique, et d’être mis au nombre de ses membres).

  • 24 À ce propos, nous pouvons encore souligner que l’image traditionnelle de l’évêque, assis dans sa c (...)

22Reprenons les quelques constations faites au cours de cette (trop) rapide présentation du petit cycle iconographique du ms 1278 : la représentation des rituels retenus (confirmation des enfants, bénédiction de la patène et du calice et prière du célébrant devant l’autel avant la messe) correspond au texte des formulaires et consacre une parfaite unité entre texte et image. Cependant ces rituels ne sont pas représentés de manière traditionnelle, à savoir dans leur moment le plus fort de la confirmation, de la bénédiction ou bien encore de l’Eucharistie, moment qui mettent en scène le rôle nécessaire de l’évêque dans sa fonction liturgique24. En revanche, insister sur la confirmation des enfants (des enfants de quatre ou sept ans pour lesquels un parrain et une marraine s’engagent à éduquer dans la distinction du bien du mal et à leur apprendre le Credo, véritable fondement de toute leur vie de chrétien), sur la consécration des instruments les plus importants de la liturgie chrétienne (calice et patène) ou encore sur l’esprit dans lequel le célébrant doit se trouver pour la messe (avec l’oraison de saint Thomas) entre bien dans l’esprit réformateur d’Yves Mahyeuc, fidèle à l’« ambiance » de réforme régulière propre à la congrégation de Hollande.

*

  • 25 Missel pontifical de Michel Guibé. XVe siècle. Cérémonial du couronnement des ducs de Bretagne, Re (...)
  • 26 Les dimensions du missel pontifical de Michel Guibé sont bien plus grandes : 432 x 302 mm.

23Pour conclure, ce pontifical, qui plonge ses racines dans les traditions romaines anciennes peut être considéré comme une adaptation tardive du pontifical de Guillaume Durand pour un évêque dominicain dont les besoins sont principalement orientés vers un usage itinérant dans le cadre de son diocèse. En effet, ce manuscrit devait être destiné à contenir tout ce dont un évêque en visite dans son diocèse pouvait avoir besoin : bénédiction d’objets et d’ornements liturgiques, d’officiants ecclésiastiques, consécration et réconciliation d’églises et cimetières ou bien encore excommunication. En revanche, sont absents tout ce qui concerne la réunion d’un concile, le couronnement d’un duc et/ou d’un roi, la consécration d’un évêque… autant de rituels dont n’a pas besoin un évêque en visite. En outre, l’évêque avait à sa disposition le missel-pontifical de Michel Guibé écrit dans les années 148025, dans lequel justement se trouvaient les rituels absents ici (notamment l’ordo du couronnement des ducs de Bretagne) ; a contrario, le ms 1278 complétait utilement le précédent avec, par exemple, les ordinations des clercs aux différents ordres, ordines justement ignorés du pontifical de Michel Guibé. Rappelons encore que le format du ms 1278 correspond parfaitement à un format de livre de voyage destiné à être emporté facilement, contrairement aux forts volumes de chœur (et ici encore la comparaison avec le manuscrit de Michel Guibé s’impose26).

24Enfin, le choix des images retenues vient confirmer, à n’en pas douter, cette impression. Insister sur la confirmation des enfants, sur la bénédiction des objets liturgiques de première importance (là où ils ont pu manquer) ainsi que sur l’obligation au célébrant d’être dans une attitude parfaite au moment de la célébration, renforce cette impression d’instrument de « mission » pour un manuscrit écrit dans cette première moitié du XVIe siècle au service du travail de réforme d’un évêque dans son diocèse.

Annexes

Annexe : la structure du pontifical d’Yves Mahyeuc

Ms 1278

Source

1

F° 1r° : De crismandis in fronte.

Pontifical GD (Guillaume Durand), I, 1

2

f° 3r° : De clerico faciendo.

Pontifical GD, I, 3

3

f° 6v° : De patene et calicis consecratione ; f° 7r : Benedictio patene.

Pontifical GD, II, 8

4

f° 9r°: De benedictione sacerdotalium indumentorum in genere.

Pontifical GD, II, 9

5

f° 11r°: Benedictio mapparum seu lintheaminum sacri altaris.

Pontifical GD, II, 10

6

f° 11v°: De benedictione corporalium.

Pontifical GD, II, 11

7

f° 12v° : De benedictione tabernaculi sine vasculi pro eucharistia conservanda.

Pontifical GD, II, 17

Sequuntur benedictiones communes.

8

f° 13r° : Sequuntur benedictiones. Et primo ad omnia quecumque volueris.

9

Alia benedictio pro signo crucis.

Pontifical GD, II, 12,6

10

f° 13v°: Benedictio uve et pro alio fructu.

Pontifical GD, III, 27

11

f° 13v°: Benedictio in omni loco facienda.

12

f° 13v°: Memoria trium magorum.

13

f° 14r°: Benedictio in mensa.

14

f° 14r° : De benedictione capsarum pro reliquiis et aliis sanctuariis incluendis.

Pontifical GD, II, 18

15

f° 16v° : Benedictio panis.

Pontifical XIIe, 48.

16

f° 17v°-18r°: Benedictio camisiarum.

17

f° 18v°: Dominica in ramis palmarum. Benedictio frondium.

18

f° 18v°: Benedictio in purificatione beate Marie virginis.

19

f° 19r°: Benedictio de corpore Christi.

20

f° 19v°: Benedictio in die sancto Penthecoste.

21

f° 20r°: Benedictio ymaginum aliorum sanctorum.

Pontifical GD, II, 14

22

mentorum.f° 20v° : De benedictione vasorum et aliorum orna

Pontifical GD, II, 16

23

f° 21r° : Benedictionem ad usum ministerium sancti altaris et ecclesie ut sanctificata permaneant.

24

f° 21v°: Benedictio in tempore tribulationis.

25

Benedictio in consecratione monalium.

Pontifical GD, I, 23, 65

26

f° 22r°: Benedictio in festo unius confessoris.

27

f° 22v°: Major excommunicatio quam pontifex per sententiam scriptam legendo promulgat, hoc modo profertur.

Pontifical GD, III, 8, 3-10

28

f° 23v° : Sequitur modus finiendi orationes ecclesie.

29

f° 24v°: Episcopus populum solenniter benedicturus prius dicit sequentem orationem secrete et hoc servet in omnibus sequentibus benedictionibus.

30

f° 25r° : De itineratione prelatorum.

Pontifical GD, III, 10

31

f° 27v°: Oratio sancti Thome de Aquina ante celebrationem misse.

Pontifical GD, III, 18, 1-

32

f° 28r°-33v° : Liste des pièces pour la préparation à la messe.

Office préparatoire : liturgie romaine.

33

f° 33v°-36r° : Habillement de l’évêque :
– Lavement des mains ;
– Amict (pte toile sous l’aube) ;
– Aube ;
– Ceinture ;
– Croix (pectorale ?) ;
– Etole ;
– Surplis ;
– Dalmatique ;
– Gants ;
– Chasuble ;
– Bâton pastoral ;
– Mitre ;
– Anneau épiscopal ;
– Manipule.

L’habillement est précédé d’une prière à dire pendant que l’évêque se chausse (Calcia me Domine caligas…), d’une 2e pendant qu’il se déshabille (Exue me Domine…) et d’une ablution des mains ; chaque vêtements, orement liturgique est accompagné d’une pièce liturgique particulière.

34

f° 36v° : Sacerdos.
Confiteor par le prêtre ; les ministres répondent Misereatur.
– Célébrant approche de l’autel : Aufer.
– Baiser de l’autel : Conscientias.

35

f° 39r° : Benedictio predicatoris ; Bénédiction de l’encens.

Bénédiction de l’encens par le prêtre.

36

– f° 39v° : Évangile ;
– f° 39v° : Secrète ;
– f° 40r° : Épître ;
– f° 41r° : Offertoire ;
– f° 41v° : Lavement des mains ;
– f° 42v° : Baiser de l’autel
– f° 43r° : Sanctus, Sanctus, Sanctus ;
– f° 43r° : Communion.
– f° 45r° : Cantique des trois enfants.

Messe.

37

f° 47r° : Benedictio in celebratione ordinum super omnes ordinatos.

Pontifical GD, I, 13, 22

38

f° 47v°: Benedictio in tempore belli.

39

f° 48r°: Benedictio in missa pro pace.

40

Benedictiones in omni tempore.

41

f° 48v°: Item alia benedictio in omni tempore.

42

Item alia benedictio.

43

f° 49r° : De offi cio psalmitatus.

Pontifical GD, I, 2

44

f° 52r° : De ordinatione hostiarii.

Pontifical GD, I, 6

45

f° 53v° : De ordinatione lectoris.

Pontifical GD, I, 7

46

f° 55r° : De ordinatione exorcistarum.

Pontifical GD, I, 8

47

f° 56v° : De ordinatione acolitorum.

Pontifical GD, I, 9

48

f° 59v°: De sacris ordinibus in genere. De ordinatione subdiaconi.

Pontifical GD, I, 10-11

49

f° 67r° : De ordinatione diaconi.

Pontifical GD, I, 12

50

f° 73v° : De ordinatione presbyteri.

Pontifical GD, I, 13

51

f° 85v°: De benedictione thuribuli.

Pontifical GD, II, 15

52

f° 86r° : Benedictio ciborii.

Pontifical GD, II, 19

53

f° 87r° : De benedictione tabule ante vel post altare collocande.

Pontifical GD, II, 20

54

f° 87v°: Benedictio baptisterii sive lapidis fontium fit hoc modo.

Pontifical GD, II, 21

55

f° 88r° : De cimiterii benedictione.

Pontifical GD, II, 5

56

f° 98v° : De ecclesie et cimiterii reconciliatione que omni die fieri potest.

Pontifical GD, II, 6

57

f° 104r° : Benedictio vini.

58

f° 109r° : De reconciliatione cimiterii per se, sine ecclesie reconciliatione.

Pontifical GD, II, 7

Notes

1 Sur le pontifical, je renvoie au livre de Michel Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, Rome, 1939-1941 : t. 1, Le pontifical romain du XIIe siècle : t. 2, Le pontifical de la Curie romaine au XIIIe siècle : t. 3, Le pontifical de Guillaume Durand : t. 4, Tables alphabétiques ; on peut consulter également dom Pierre de Puniet, Le pontifical romain. Histoire et commentaire, 2 vol. , Paris-Louvain, Desclée de Brouwer et Cie-Abbaye du Mont-César, 1930 ; Niels Kr. Rasmussen, Les pontificaux du haut Moyen Âge. Genèse du livre de l’évêque, Leuven (coll. Spicilegium sacrum lovaniense, 48), 1998, 580 p. + 16 pl. ; Éric Palazzo, Histoire des livres liturgiques. Le Moyen Âge. Des origines au XIIIe siècle, Paris, Beauchesne, 1993 [spéc. p. 204-220].

2 Par formulaire liturgique, nous entendons l’ensemble des rubriques détaillant les gestes, les attitudes, mais aussi les vêtements, les lieux, les ornements, etc. dans lesquels évolue le pontife mais aussi toutes les pièces eucologiques qui y sont liées.

3 Le célèbre pontifical romano-germanique fut rédigé dans les années 950-960 à l’abbaye de Mayence : Cyrille Vogel et Reinhard Else, Le Pontifical romano-germanique du Xe siècle, 3 vol. , Rome, 1963-1972.

4 Né près de Béziers, c. 1230-† Rome, 1er novembre 1296 ; élu en 1285 il ne prend possession de son siège épiscopal qu’en 1291 et résigne en septembre 1295. Sur Guillaume Durand, P.-M. Gy, Guillaume Durand, évêque de Mende (v. 1230-1296), canoniste, liturgiste et homme politique, Paris, éd. du CNRS, 1992, 242 p.

5 Cette édition de Patrizi est en réalité une commande du pape Innocent VIII (1484-† 1492), désireux de fournir une édition révisée du Pontifical de Guillaume Durand qui puisse être proposée à l’ensemble du monde catholique occidental.

6 Eberhard König, Manuscrits à peintures XIIe-XVe siècles. Exposition 18 septembre-18 octobre 1992, Paris-Rennes, Espace Ouest-France, direction du Livre et de la Lecture (coll. « (Re) Découvertes », 6), 1992, 76 p. (spéc. p. 74-75).

7 Décembre 1573-† 13 janvier 1596.

8 Henri Poisson, Yves Mahyeuc. 1462-1541, Rennes, 1957, p. 139.

9 C. 1592-† 27 nov. 1652.

10 Je renvoie notamment ici à la notice d’Eberhard König, art. cit.

11 Par exemple : doublon biffé (dicto au f° 44 r°), mots oubliés et ajoutés ensuite aux f° 25v°, 30r°, 36r°, 44v°, 59r° et 92r°.

12 Deus qui contritorum non despicis… Texte de l’oraison édité in-extenso dans E. Moeller, J. Clement, B. Coppieters’t Wallant (éd.), Corpus orationum, Turnhout, Brepols, 1992, t. 1, no 1503, p. 282-283.

13 Le lecteur se reportera, pour toute la question des auteurs du pontifical, à la contribution de Marie-Blanche Cousseau, infra.

14 Pour Eberhard König, ce sommaire apparaît comme un trait spécifique des livres imprimés ; je nuancerai ce propos en rappelant que si la présence d’un sommaire est, somme toute assez peu répandue dans les manuscrits liturgiques, plusieurs cas, depuis le XIIIe siècle, fournissent cependant quelques exemples significatifs. Et je pense notamment ici à quelques ordinaires tels, par exemple, les mss 95 de la bibliothèque municipale de Soissons (1312-1319), 86 de la bibliothèque municipale de Verdun (1333) ou bien encore 233 de celle de Tours (XVe siècle), etc.

15 Souligné par nous.

16 Pontifical de Guillaume Durand, I, I, 1-8, dans éd. cit., t. 3, p. 333-335.

17 Geste imposé dans les pontificaux romains des XIIe et XIIIe siècles : Pontifical romain du XIIe siècle, XXXII, 31-39, éd. M. Andrieu, Le pontifical romain au Moyen Âge, Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana, 1938, t. 1., p. 247-249 ; Pontifical romain du XIIIe siècle, XXXIV, éd. cit., t. 2, 1940, p. 452-453.

18 Durand, Rationale divinorum officiorum, VI, 84, 6, dans éd. cit., t. 2, p. 433.

19 Ce thème très répandu, issu des Dialogues, II, 30 de Grégoire le Grand, fut particulièrement utilisé dans les exempla dans le cadre de la prédication ; par exemple, Liber exemplorum, no 63 (éd. Little, 1903), Arnold de Liège, Alphabetum narrationum, no 110, 248 (éd. C. Ribaucourt, sous presse), etc.

20 Éric Palazzo, L’évêque et son image. L’illustration du pontifical au Moyen Âge, Turnhout, Brepols, 1999, 380 p.

21 L’âge des enfants pour la confirmation a été fixé lors du concile de Latran IV (1215) qui demanda d’attendre la 4e ou 7e année des enfants. Sur cette question, cf. A.-G. Martimort, L’Église en prière, Paris, Desclée, 1984, t. 3, p. 86-87.

22 L’onction du pouce des évêques, lors de l’ordination, apparaît pour la première fois dans le Pontifical romano-germanique (M. Andrieu, Les Ordines romani, t. 4, p. 88, note no 4). Cette onction du pouce (après l’onction de la tête et des mains de l’impétrant) est reprise fidèlement dans l’Ordo XXXVB, 32 (copié vers l’an 1000 ; M. Andrieu, éd. cit., t. 4, p. 99-110), puis dans le Pontifical de la Curie romaine du XIIe siècle (X, 26, éd. M. Andrieu, t. 1, p. 149) et enfin dans celui de Guillaume Durand, (lib. I, XIV, 36, dans éd. cit., t. 3, p. 384-385) qui précise encore que seul celui qui procède à la consécration de l’évêque oint le pouce de la main droite ; ceci n’étant traditionnellement recommandé « ni par le droit, ni par l’usage de l’Église romaine » (Ibid., lib. I, XIV, 37, dans éd. cit., t. 3, p. 385, l. 7). Voir A. Malvy, « Unctio policis », Bulletin de littérature ecclésiastique, 38, 1937, p. 213-232 ; A.-G. Martimort, L’Église en prière…, op. cit., t. 3, p. 185-186 (et note no 66).

23 Pontifical de Guillaume Durand, II, 8, éd. cit. M. Andrieu, t. 3, p. 518-520.

24 À ce propos, nous pouvons encore souligner que l’image traditionnelle de l’évêque, assis dans sa cathèdre et à qui l’on présente son pontifical, image régulièrement présente depuis le XIIIe siècle en tête de nombre de pontificaux, est absente du ms 1278.

25 Missel pontifical de Michel Guibé. XVe siècle. Cérémonial du couronnement des ducs de Bretagne, Rennes, Éditions Ouest-France – Association des Amis des Archives historiques du Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, 2001.

26 Les dimensions du missel pontifical de Michel Guibé sont bien plus grandes : 432 x 302 mm.

Table des illustrations

Légende Pontifical d’Yves Mahyeuc, trois exemples de lettrines.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Pontifical d’Yves Mahyeuc, sommaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Pontifical d’Yves Mahyeuc : confirmation des enfants, vignette enluminée, f° 1 r°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Pontifical de Guillaume Durand de Mende, 2e moitié du XIVe siècle, Avignon, Bénédiction d’un calice (Paris, bibl. Sainte-Geneviève, ms 143, f° 156 v°).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Pontifical d’Yves Mahyeuc : consécration du calice et de la patène, f° 6 v°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Pontifical de Guillaume Durand de Mende, 2e moitié du XIVe siècle, Avignon : bénédiction d’un calice (Paris, bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms 143, f° 156v°).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Pontifical d’Yves Mahyeuc : prières de l’évêque avant la messe, f° 27v°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540