Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Troisième partie. L’évêque

Yves Mahyeuc et la chapelle de Tous les Saints à la collégiale de La Guerche

Roger Blot

Texte intégral

  • 1 Cf. cahier couleur, 2 et, pour un détail, la couverture de cet ouvrage.
  • 2 Ce chapitre s’appuie principalement sur une série d’articles de Roger Blot, dans la revue Église e (...)

1Le lecteur des actes de ce colloque aura sûrement envie de découvrir lui-même le bas-côté sud de l’église Notre-Dame de La Guerche, haut-lieu mahyeucien car le seul endroit où se trouve encore un portrait exécuté du vivant de l’évêque1. Il y éprouvera jouissance mais aussi frustration. Certes, le vitrail de l’Annonciation est un chef-d’œuvre de la Renaissance et l’image de l’évêque, avec ses armes, est dans un état de conservation inespéré. Mais la chapelle a trop souffert des excès de régularisation du XIXe siècle, et les archives font presque totalement défaut. Voici quelques réflexions d’un guide qui aurait rêvé mieux, mais reste émerveillé de ce qu’il voit et de ce qu’il pressent2.

Une galerie de portraits

2Le portrait d’Yves Mahyeuc n’est pas le premier dans cette église. C’est même parce qu’il y en a déjà d’autres qu’il a tenu à mettre le sien. Ce n’est pas non plus le dernier : les curés bâtisseurs du XIXe siècle ne manqueront pas d’être représentés, ainsi que leurs évêques. Évoquer brièvement tous ces personnages, c’est aussi l’occasion de découvrir l’évolution de l’église.

Guillaume III de la Guerche (début du XIIIe s.)

  • 3 Il ne sera déplacé qu’en 1735 par les chanoines de la collégiale (Amédée Guillotin de Corson, Poui (...)
  • 4 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 460, vidimus de Jean IV.
  • 5 Guillaume III, qui meurt en 1223, est d’une lignée religieuse peu banale. Il sera le grand-père de (...)
  • 6 Voir supra la contribution de Bruno Isbled.

3Le gisant de Guillaume III de La Guerche, aujourd’hui relégué dans un faux enfeu, se dresse encore au temps d’Yves Mahyeuc sur six colonnes au milieu du chœur, les pieds vers le soleil levant3. Le puissant baron, démesuré, y repose fièrement en tenue de combat sur une dalle de pierre blanche de 2,60 m. C’est lui le personnage marquant des origines. S’il n’est pas certain qu’il ait mis en chantier lui-même cette vaste église urbaine des marches de Bretagne, entre le château et la cohue, c’est lui qui lui a accordé le statut de collégiale. L’acte original de fondation, du 25 mars 1206, a disparu, mais il en subsiste un vidimus de 1395, produit par la chancellerie du duc de Bretagne4. Cette collégiale était prévue pour douze chanoines, essentiellement chargés d’assurer des messes pour le salut de Guillaume et des siens. Le 15 août, fête patronale de l’église, le seigneur resserrait son lien avec les chanoines en leur offrant un repas qu’il partageait avec eux5. Notons aussi que si le statut de collégiale arrange Guillaume, il convient moins bien aux habitants de la cité guerchaise, obligés d’aller porter leurs enfants au baptême jusqu’à Rannée, à une demi-lieue de là. Rannée, paroisse-mère de La Guerche, est encore du temps d’Yves Mahyeuc sous l’autorité directe de l’évêque de Rennes, qui y possède un manoir6… et ne tient pas spécialement à faire disparaître sa suprématie paroissiale.

Le couple Jean d’Alençon et Marie de Bretagne (début du XVe siècle)

4Guillaume III fut peut-être le seul seigneur de sa lignée à être enterré dans la collégiale. Très tôt, elle passe sous la tutelle de grandes familles qui ne résideront pas à La Guerche. Au temps d’Yves Mahyeuc, c’est la famille d’Alençon, depuis le mariage en 1396 du futur duc Jean Ier d’Alençon avec la petite Marie de Bretagne, fille du duc Jean IV. Des fragments de vitraux nous offrent un portrait de ce couple princier, lui aussi marqué par le destin, puisque ce Jean Ier sera égorgé à la bataille d’Azincourt (1415) et que François Villon termine sur lui sa nostalgique « Ballade des seigneurs du temps jadis ». Ce portrait fut réalisé lors de la reconstruction du chœur, qui menaçait de s’écrouler, au début du XVe siècle. D’une grande pureté architecturale, ce nouveau chœur, à pans coupés désormais, s’éclairait de six baies à lancettes qui reçurent des vitraux neufs, dont les fragments sont aujourd’hui dispersés dans le bas-côté sud, mais qui étaient encore en place au temps d’Yves Mahyeuc.

5Sans doute le couple princier figurait-il dans la verrière axiale. Celle-ci peut être reconstituée dans ses grandes lignes car ses commanditaires avaient fait appel à un artiste différent de celui des autres verrières. Il en reste des fragments magnifiques mais dispersés. Au temps d’Yves Mahyeuc, le haut du vitrail est dominé par un tympan dont le remplage épouse la forme d’une grande fleur de lys. Un ange y brandit les armes à fleurs de lys des Alençon, reprises à gauche pour spécifier Jean Ier et coupées à droite des hermines bretonnes pour rappeler Marie de Bretagne. Dans un riche encadrement architectural, la scène principale évoque le couronnement de la Vierge. En subsistent un Père éternel et des fragments d’anges, dont l’un brandit, sur un phylactère, le début de l’hymne Ave Maria cœlorum. En bas sont agenouillés Jean Ier d’Alençon, à gauche, avec son livre d’Heures ouvert à la prière Domine Iesu Christe ; et à droite Marie de Bretagne, coiffée du fameux chapeau à cornes si à la mode au début du XVe siècle.

La Guerche, basilique Notre-Dame, détail du vitrail de l’Arbre de Jessé (2e travée du bas-côté sud), Jean Ier d’Alençon et saint Jean-Baptiste, début du XVe siècle.

Le chefcier Michel (début du XVe siècle)

  • 7 Dont les visages sont halés, alors qu’ils sont très blancs dans la verrière axiale. De ce second a (...)

6Les autres vitraux du chœur furent exécutés à la même époque par un second artiste7, à qui nous devons aussi un portrait intéressant, celui du « chefcier ». Il s’agit du doyen du chapitre qui résidait dans la chefcerie, au nord de l’église, alors que les autres chanoines avaient leur maison dans la ville. Son prénom – Michel – nous est indiqué par son saint protecteur, l’archange Michel en tenue liturgique. Agenouillé et un peu de biais, tout comme le couple princier, il est en habit de chœur, avec au bras l’aumusse, sorte d’étole fourrée en peau de martre. La prière qui monte des lèvres du chanoine, Sancte Iohannes baptista ora pro nobis laisse supposer que le vitrail qu’il offrit se situait à côté du vitrail axial, à droite, et que d’un vitrail à l’autre le chanoine s’adressait avec déférence au saint protecteur de Jean Ier d’Alençon.

La Guerche, basilique Notre-Dame, détail du vitrail de l’Arbre de Jessé (2e travée du bas-côté sud), le chanoine Michel et son saint patron, début du XVe siècle.

  • 8 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 G 460, fondation de son neveu, Charles duc d’Alençon, 7 octobre 1520
  • 9 Ibid., acte de confirmation et d’approbation de la fondation de Charles d’Alençon, 6 novembre 1520

7D’autres portraits de donateurs ont probablement disparu. Citons celui de la pieuse Marguerite d’Alençon. Au début du XVIe siècle, les Alençon sont toujours les maîtres de la collégiale, s’en occupant avec plus ou moins d’attention, ou de dévotion. Un acte de Charles d’Alençon, le 7 novembre 1520 nous apprend que peu avant sa mort en 1505, sa tante Marguerite d’Alençon avait fondé une messe qui devait être dite le jour de la Conception de la Vierge (8 décembre) « à l’autel d’une chappelle quelle faisoit ediffier du costé devers la chevecerie8 », c’est-à-dire au nord de la nef. Cette chapelle à deux travées sera complétée un peu plus tard par deux autres travées moins larges pour former le bas-côté nord. Juste avant, en haut de nef, avait été réservée une pièce, qui devait servir aux chanoines. L’ensemble fut détruit par la suite, sans doute de façon violente car rien n’en a survécu, hors les quatre arcades. Il aurait été bien intéressant d’avoir une idée des vitraux, notamment ceux de la chapelle de Marguerite d’Alençon, dont on peut imaginer qu’ils évoquaient la naissance de la Vierge à cause de « la Conception Notre-Dame ». Il est presque assuré qu’elle aussi s’était fait représenter en donatrice, ou que du moins elle avait l’intention de le faire. La disposition de ce bas-côté nord initié par Marguerite d’Alençon sera imitée au sud, vers les années 1530, avec quatre travées précédées d’une sacristie surmontée d’une chapelle dédiée à sainte Catherine. La chapelle du vitrail d’Yves Mahyeuc, sur laquelle nous allons bientôt revenir, sera le pendant de celle de Marguerite d’Alençon. L’évêque de Rennes n’avait pas été indifférent à la fondation faite, en 1520, par Charles d’Alençon en mémoire de sa tante Marguerite : il délivra son autorisation par un acte passé au palais épiscopal de Rennes le 6 novembre 1520 et qui est l’un de ses cinq autographes aujourd’hui recensés9.

La Guerche, basilique Notre-Dame, avec la base de la flèche ancienne, découronnée en 1705, et la nouvelle flèche érigée par Arthur Regnault sur le modèle de la cathédrale de Quimper (1869-1872).

Les curés bâtisseurs du XIXe siècle

8À la Révolution, la collégiale devint la principale église du canton. Il fallut accroître l’édifice. Le bas-côté nord fut reconstruit avec désormais six chapelles, une étant gagnée à l’est aux dépens de la pièce du chapitre et une autre étant gagnée à l’ouest en prévision d’un allongement de l’église. Cette première tranche de travaux fut assurée par l’architecte Nugues, qui fut par la suite remplacé par un architecte d’une autre envergure, Arthur Regnault. Celui-ci entreprit l’achèvement du nouveau massif occidental avec sa fameuse flèche bretonne copiant celles de Quimper et une chapelle supplémentaire au midi. À sa mort, le curé Joseph Fouré qui avait initié ces travaux se vit gratifier d’un tombeau monumental de pierre blanche, où il est représenté à genoux devant saint Joseph par le sculpteur Jean-Marie Valentin (1880).

9Son successeur, très influencé par Regnault, continua la métamorphose de l’édifice. Le chœur fut profondément remanié et ajusté à la flèche néogothique. Le bas-côté sud à son tour fut ajusté au bas-côté nord. Une chapelle de haut de nef remplaça la sacristie à étage, ce qui fut catastrophique pour la chapelle d’Yves Mahyeuc. Le vitrail du Sacré-Cœur de Lecomte et Colin, créé à cette occasion (1895), est à l’évidence une tentative de rivaliser avec le vitrail de l’Annonciation. Le curé, qui donne déjà ses traits à saint Jean Eudes sur le tableau du Sacré-Cœur, y figure plein de dévotion en compagnie des trois prélats qui ont présidé à tous ces travaux…

10En fin de compte, avant d’aborder le portrait d’Yves Mahyeuc, nous venons d’évoquer cinq personnages figurés avant lui, et cinq après lui. Dans quatre cas, jusqu’au XVIe siècle, il s’agit de seigneurs ou de femmes nobles, le cinquième étant un ecclésiastique résidant sur place. Au XIXe siècle, ce sont uniquement des ecclésiastiques, curés ou évêques locaux. Nous nous doutons bien que les motivations pour se faire ainsi représenter ont pu varier selon les temps et les personnes, mais qu’elles ont forcément trait aux questions du pouvoir et du salut éternel. Il est temps de revenir à Yves Mahyeuc et au bas-côté sud tel qu’il se présentait de son temps.

Le bas-côté sud au XVIe siècle et la chapelle de Tous les Saints

11Le bas-côté sud a donc été réalisé en symétrie avec celui du nord, en profitant de l’expérience acquise. Il semble toutefois que la famille d’Alençon ne s’en soit pas occupée : l’organisation des travaux fut probablement gérée par le chapitre des chanoines, en lien avec la confrérie de Notre-Dame et de tous les Saints, dont les archives ont malheureusement disparu pour cette période mais dont nous supposons qu’elle était florissante. Le programme s’échelonna sûrement sur quelques années, mais il paraît relativement homogène, tant pour l’organisation architecturale que pour le programme des vitraux.

« L’atelier des pierres dorées »…

12Dans cette partie du diocèse de Rennes opère à cette époque un atelier de très belle qualité, qui utilise une pierre locale : un grès jaunâtre que l’on trouvait par exemple à la carrière de la Cornouaille sur la paroisse de Visseiche. On lui doit de superbes extensions d’églises, où l’on reconnaît une façon spécifique de traiter les rampants des pignons et surtout les motifs figurés des blochets ou des gargouilles. Il y fait preuve d’une capacité d’invention et de renouvellement extraordinaire, parfois mystérieux (« l’Ange qui nous voit » à Visseiche), religieux (le saint Pierre de Moutiers) ou très humain (les cordonniers Crépin et Crépinien à Rannée), parfois d’une fantaisie débridée (les pinacles de Piré) ou caustique (à Rannée, le moine et le marchand s’appuyant sur le manant qui geint). Ainsi peut-on attribuer à cet atelier deux chapelles du bas-côté nord de l’église de Rannée, le bas-coté nord de l’église de Moutiers, le chœur de l’église de Visseiche, le bas-côté nord de l’église de Piré et le bas-côté sud de la collégiale de La Guerche. Dans ce bas-côté sud, il faut tenir compte des modifications apportées au XIXe siècle comme le renouvellement des pinacles (vers 1840) et la création de deux nouvelles chapelles (fin XIXe siècle). Mais l’attribution à « l’atelier des pierres dorées » ne fait guère de doute, à voir le type de crochets des rampants et la qualité des motifs figurés (en particulier l’homme qui plonge… et qui s’aperçoit qu’il n’y a pas d’eau !). À La Guerche toutefois, il se risque à faire des voûtes de pierre, là où il se contente d’ordinaire de laisser place au charpentier. Cette innovation explique que le résultat soit moins parfait que pour le reste.

Plan de la collégiale de La Guerche au XVIe siècle (R. Blot), avec en pointillé les éléments détruits au XIXe siècle (façade et bas-côté nord). La chapelle de Tous les Saints, ici numérotée 5, terminait le bas-côté sud, la chapelle 9 étant alors la sacristie, séparée par un mur contre lequel s’appuyait l’autel Renaissance. En 1888, ce mur fut abattu et l’autel reculé d’une travée.

… et la chapelle d’Yves Mahyeuc

13La chapelle où l’on trouve le vitrail d’Yves Mahyeuc occupe une situation privilégiée, en haut du bas-côté, servant en quelque sorte de chœur à l’ensemble puisqu’elle reçoit l’autel. C’est pourquoi elle bénéficie d’un traitement particulier. Du côté de la nef, l’arcade qui la signale présente un décor figuré où l’on distingue en particulier un Ange de la Passion avec trois clous et plus bas des animaux impurs, un sanglier se gavant d’énormes glands et un chien rongeant des os. De même, sur les ogives secondaires de la voûte, s’accroche une série de 16 médaillons en relief, certainement destinés à être rehaussés de peinture. Il s’agit d’un joli répertoire de motifs, religieux ou non, dont certains sont très originaux. Les quatre les plus à l’est, destinés à être au-dessus de l’autel, présentent une certaine cohérence religieuse : la colombe de l’Esprit-Saint, l’Ange Gabriel, le sigle IHS et l’abréviation Maria, qui s’accorde bien avec le thème de l’Annonciation du vitrail. Les quatre motifs plus au sud, mieux éclairés, semblent aussi avoir été choisis avec attention : un Agneau vainqueur couché (ce qui est très rare), une demi-fleur de lys associée à une demi-hermine (les armes du dauphin ?), un calice d’où gicle le sang avec des fouets, enfin un pélican s’ouvrant le cœur… On repère encore un cœur dans une couronne d’épine, un cheval au galop, la lune avec trois étoiles… Rien ne prouve que l’évêque Yves Mahyeuc se soit occupé en personne de définir un programme iconographique : on ne voit d’ailleurs pas ses armes. Il n’est même pas certain que ce soit lui qui ait offert cette chapelle où l’on voit pourtant le vitrail avec ses armoiries.

… avec son autel et son retable Renaissance

14L’agencement actuel de cet autel est l’un des pires exemples des ravages que l’on peut faire avec la meilleure volonté du monde… En 1642 déjà, au temps où fleurissaient dans tout le pays de La Guerche les fameux « retables lavallois », la partie supérieure du retable – probablement semi-circulaire – avait été remplacée. Cette partie haute porte à sa base une inscription sur la « première pierre » : Je suis posée par Messire Mathurin Martineau chèvecier l’an 1642. On peut supposer également que les trois statues du Père éternel et des saints Pierre et Paul datent de ce remaniement… Mais ce fut bien pire en 1888 : à cette date, Arthur Regnault s’ingénia à finir l’harmonisation du bas-côté sud avec le bas-côté nord, ce qui aboutit à un massacre. Le mur de séparation entre le bas-côté et la sacristie à étage fut enlevé et le retable, dont on ne mesurait guère l’intérêt (on l’estimait du XVIIe siècle), fut repoussé d’une travée et « amélioré » avec plus de zèle que de réussite, pour devenir l’autel du Sacré-Cœur. Les choses ont été faites de telle sorte qu’il est bien difficile aujourd’hui de se faire une idée de ce qui fut le seul retable de pierre à colonnes du XVIe siècle que nous ayons dans l’ancien diocèse de Rennes. La restitution ci-contre n’est certainement pas exacte dans tous ses détails mais elle permet de souligner plusieurs éléments originaux qui seront modifiés au XVIIe siècle, à l’ère des retables lavallois : qualité de l’autel, importance de l’entablement et de la frise, indépendance des niches… Il est bien improbable qu’un travail aussi innovant ait été confié à « l’atelier des pierres dorées ». Une comparaison est possible avec des tombeaux Renaissance, comme celui de Thomas James à la cathédrale de Dol ou de Guy III d’Espinay à Champeaux, mais également avec les niches latérales du premier niveau de la façade de la cathédrale de Rennes (ci-dessous, droite).

La Guerche, basilique Notre-Dame, autel de Tous les Saints, aujourd’hui dédié au Sacré-Cœur.

Autel, retable et niches dans leur situation d’origine (v. 1535) (reconstitution avec une part d’hypothèse, R. Blot).

Rennes, façade de la cathédrale, détail des niches du niveau inférieur.

15Cette observation fait rêver, étant donné que les architectes de cette façade furent vraisemblablement choisis par Yves Mahyeuc, puisqu’il en aurait béni la « première pierre » à quelques jours de sa mort… D’autre part, les statues de Pierre et Paul qui occupent les niches du retable peuvent être vues comme l’écho de celles qui occupaient aussi les niches du bas de la façade de la cathédrale Saint Pierre de Rennes. Toutefois, il est impossible de prouver qu’Yves Mahyeuc se soit occupé en personne de ce retable, ni même qu’il l’ait financé. Le fait que le chefcier Martineau appose son nom sur le nouveau fronton en 1642 suggère plutôt que l’aménagement de l’autel relevait plutôt du chapitre des chanoines.

… et son Paradis perdu

  • 10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9 J 3, notes prises par l’archéologue A. Ramé le 19 juillet 1861.

16Nous connaissons le sujet du tableau avant son remplacement par celui du Sacré-Cœur. Selon A. Ramé10, qui l’attribue au XVIIIe siècle, c’était une Vision du Paradis. Au début du XVIe siècle, en 1511, nous connaissons une splendide version de ce thème par A. Dürer dans son Adoration de la Sainte Trinité du Kunsthistorisches Museum de Vienne, encore appelée « retable de Tous les Saints », conservée dans un retable Renaissance de forme très comparable d’ailleurs à celui de La Guerche. Sans aller chercher aussi loin, contentons-nous de la version très médiocre de l’autel de Tous les Saints à l’église voisine de Rannée, dont le retable fut refait la même année que l’on reprenait celui de La Guerche (1642). Le tableau de la fin du XVIIIe siècle montre une foule compacte de divers saints vénérant la Sainte Trinité, encadrée par la Vierge et Jean-Baptiste. Cette image fait certainement moins désirer le Paradis que celle de Dürer, mais son thème en est très proche. Sans doute la qualité du tableau du Paradis de La Guerche se situait-elle entre les deux. Un tel sujet, nous le verrons, n’était pas indifférent à Yves Mahyeuc.

Les vitraux du bas-côté sud

  • 11 Ch.-D. Tournel, « Vitraux de l’église Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) », BM (...)

17Avant de nous arrêter sur la verrière d’Yves Mayeuc, apportons quelques précisions sur l’ensemble des vitraux créés à la suite de la construction du bas-côté. Cette série de La Guerche est l’une des plus importantes de cette époque dans le diocèse de Rennes puisqu’elle concerne six grandes baies. Actuellement, on pourrait croire qu’il n’y eut que quatre verrières, le bas-côté n’ayant que quatre travées : la verrière de l’Annonciation (1536), qui nous intéresse particulièrement ; la verrière du Couronnement de Marie reine du Ciel (même époque), dont subsiste la moitié supérieure ; la verrière du Jugement Dernier (1537), assez intelligible depuis la restauration de 1918 par les frères Tournel11 ; la verrière de l’Arbre de Jessé (même époque), dont quelques panneaux sont plus laborieusement disposés.

  • 12 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9 J 3.

18Mais nous devons ajouter celle de l’étage de la sacristie, où se trouvait la chapelle Sainte-Catherine, déjà utilisée en 1537, et celle du mur ouest de la dernière travée, dont les restes importants furent éliminés lorsqu’on ajouta une chapelle à l’ouest dans les années 1870. D’après une description précise d’A. Ramé en 186112, cette verrière était dédiée aux Sept Vertus. Des traces infimes de ces deux verrières subsistent d’ailleurs, dans un panneau « patchwork » de la verrière du Couronnement : un petit buste de princesse ligotée, qui doit correspondre à une scène du martyre de sainte Catherine et un grand visage de femme de profil, qui d’après A. Ramé pourrait être la Vertu de Tempérance.

19Si l’on met à part la verrière de sainte Catherine, isolée dans sa chapelle, on peut voir que les cinq verrières du bas-côté esquissent un programme très cohérent avec les préoccupations de la confrérie de Tous les Saints : comment parvenir au Paradis ? Les vertus sont les moyens, la Vierge (omniprésente) et saint Michel les meilleurs médiateurs, et la miséricorde de Dieu la seule vraie garantie.

L’école de Vitré

20Tout porte à croire que cette série fut réalisée en peu de temps, puisque le vitrail de l’Annonciation porte la date de 1536 et celui du Jugement dernier, deux travées plus loin, celle de 1537. Mais il est facile de voir également, par simple observation, que ces verrières ne furent pas confiées à un seul artiste. D’où venaient-ils ? Malgré des pertes trop nombreuses, le pays de Vitré garde des traces particulièrement riches de l’art du vitrail de la Renaissance, dans des sites comme Vitré, Champeaux, Louvigné-de-Bais, Moulins, Visseiche, La Guerche… Il y a lieu de se demander quelle est la part revenant aux ateliers de Vitré proprement dits. L’un des premiers vitraux bien caractéristiques de la Renaissance, celui de la Pentecôte en 1529 à Champeaux, est attribué avec raison à Jan Adrian qui s’était établi à Rennes ; ceux, plus tardifs, de Moulins et de Visseiche relèvent à l’évidence de Michel Baionne l’ancien, Rennais lui aussi. Par contre, les ateliers vitréens sont présents à Louvigné-de-Bais et à Notre-Dame de Vitré, selon des sources bien établies. Les noms de Gilles de la Croixvallée, Pierre Symon ou Guyon Colin nous sont ainsi familiers. Qu’en est-il pour la Guerche ? Nous allons bientôt nous prononcer en faveur de Pierre Symon pour la verrière de l’Annonciation.

La verrière de l’Annonciation et Yves Mahyeuc (1536)

21Après avoir longtemps tourné et devisé dans cette église de La Guerche, le moment est venu de nous concentrer sur la verrière de l’Annonciation et son portrait d’Yves Mahyeuc (cahier couleur, ill. 2). Il faudrait presque oublier tout ce qui précède et se laver les yeux et l’esprit dans ce bain de lumière. C’est un grand sujet d’émerveillement que de réaliser que des morceaux de verre de 2 mm d’épaisseur ont résisté, sur de pareilles surfaces, à la violence des éléments ou des hommes depuis bientôt cinq siècles. Certes, l’œuvre a connu plusieurs restaurations (notamment celle de l’atelier de Charles Champigneulle fils, de Paris, en 1889, qui a refait plusieurs visages, dont celui de la Vierge de l’Annonciation) mais elle est globalement très lisible et nullement dénaturée. C’est particulièrement vrai pour Yves Mahyeuc, dont le blason même est intact ! Il est vrai qu’à la Révolution, on allégua que s’il fallait enlever tous les blasons des vitraux, il ferait trop froid dans l’église…

Une œuvre de la Renaissance

22C’est peut-être en Bretagne le vitrail le plus représentatif de l’art de la Renaissance. La Renaissance, c’est la maîtrise de la perspective (ici très aboutie), la maîtrise des couleurs (et ici des blancs !), la maîtrise de la composition. La maîtrise technique aussi, qui permet d’utiliser un minimum de plomb en dehors des grandes lignes du dessin. Une des innovations principales est l’abandon du remplage habituel de granit pour une simple structure de métal qui, si l’on est habile, saura se faire oublier et permettra de développer de grands tableaux peints, comme dans les retables. La présence d’une structure architecturée servant d’encadrement aux tableaux accentue la comparaison avec le retable, mais cette comparaison tourne à l’avantage du vitrail : le marbre des colonnes et de l’entablement est blanc comme du Carrare et l’or abonde dans la partie haute, qui encadre une vision céleste. Les soubassements sont des marbres vert tendre. Les reliefs du bas ont le bleu profond du lapis-lazuli…

  • 13 À cette Renaissance innocente et comme printanière, peut-être serait-il bon d’opposer la Renaissan (...)

23Dans l’encadrement du tableau principal, sensé se passer sur terre, aucun motif religieux mais un répertoire typique de la Renaissance : en bas un combat d’hommes nus, tel qu’on pourrait en trouver sur des frises antiques ; sur les colonnes, des bustes d’homme inscrits dans des couronnes ; des bucranes, des rondes d’enfants nus. Plus de discrétion dans la partie haute, pour encadrer une scène céleste : seuls y sont admis des putti ailés, couverts d’un voile13.

Annonciation et Couronnement, deux thèmes liés

  • 14 On rappellera ici les travaux d’Yves Mahyeuc dans le chœur de la cathédrale de Rennes, telles qu’i (...)

24Contrairement aux autres vitraux qui n’auront qu’un seul sujet, celui-ci superpose deux scènes bien connues, liées à Marie. En bas, comme scène principale, l’Annonciation où Marie se fait la « servante du Seigneur » ; en haut son Couronnement au Ciel par la Trinité. Ces deux sujets sont chacun très répandus, mais ici leur choix et leur rapprochement ont des raisons particulières de satisfaire le chapitre des chanoines et la confrérie de Tous les Saints, aussi bien que le religieux Yves Mahyeuc14.

25L’acte de fondation de la collégiale, on l’a vu, était lié à la fête de l’Annonciation, le 25 mars 1206 (juste 330 ans avant le 25 mars 1536 !), et le 15 août, fête de l’Assomption et du Couronnement de la Vierge au Ciel, était depuis toujours la fête patronale. Dans la verrière axiale du chœur, du début du XVe siècle, c’est d’ailleurs cette scène du Couronnement qui était mise en avant et elle ne cessera de l’être tout au long de l’histoire de cette église : on la retrouve en grand format dans la verrière qui suit celle d’Yves Mahyeuc, mais également dans la grande verrière actuelle du chœur (1867) comme dans celle du bas de l’église (1875) ; elle est peinte sur l’actuel autel de dévotion (vers 1864)… On la voit également sur les armes du chapitre et sur les cloches. Toutefois, c’est l’Annonciation qui, dans cette verrière, reste le sujet principal et c’est bien logique puisqu’elle est le vitrail inaugural de la série. Au début d’une chapelle à forte coloration mariale, le message angélique permet aussi d’engager la prière à Marie, l’Ave Maria, qui se lit sur le phylactère à côté de l’Archange Raphaël. La même logique a présidé au programme des vitraux dans le bas-coté nord qui commence aussi par une Annonciation (1865).

Le Loroux (35), église Saint-Martin, détail du pilier au Rosaire, 1524.

26En bon dominicain, Yves Mahyeuc a de bonnes raisons d’apprécier le choix de ces deux scènes, puisqu’elles correspondent à deux des quinze mystères du Rosaire, le premier et le dernier. Depuis quelques décennies en effet, avec le Breton Alain de la Roche notamment, les Dominicains sont devenus les grands propagateurs de cette dévotion. Dans le diocèse de Rennes, les confréries du Rosaire ne remontent guère qu’au début du XVIIe siècle. Mais il est très probable qu’Yves Mahyeuc a encouragé la pratique du Rosaire. On trouve en tout cas, de son temps, deux représentations du chapelet dans son diocèse : l’une assez sommaire, sur une sablière de l’église de Vendel, dont le décor est daté de 1527, et une seconde, plus travaillée, sur le pilier d’une chapelle mariale au Loroux, datée de 1524, avec cinq dizaines de petits grains, séparées par les gros grains du Pater (page précédente). De là à penser qu’Yves Mahyeuc ait dicté lui-même le choix du sujet… les probabilités sont grandes, surtout s’il a payé, comme ce fut sans doute le cas.

La présence d’Yves Mahyeuc

La Guerche, basilique Notre-Dame, vitrail de l’Annonciation, 1536. Les lignes obliques matérialisent le lien originel des personnages du vitrail avec l’autel de Tous les Saints.

27En bas du tableau de l’Annonciation, l’identité d’Yves Mahyeuc est fortement affirmée. Son prénom est souligné par la présence de son saint patron, Yves de Tréguier. Les armoiries, où les hermines font écho à celles qui parsèment la chasuble du grand saint breton, sont fortement mises en avant, ainsi que ses attributs épiscopaux, mitre et crosse. La date de 1536, plusieurs fois marquée, ne laisse d’ailleurs pas de doute. Elle permet aussi de faire le calcul : il est dans la trentième année de son épiscopat, qu’il doit à une femme qu’il a connue jeune fille et qui, comme Marie, est devenue reine… et qui est passée dans l’autre monde depuis plus de vingt ans déjà.

28Que peut signifier cette forte présence ? Certes, on est enclin à parler d’abord de puissance et de faste. La verrière, splendide, rivalise victorieusement avec celles du chœur, vieilles déjà de plus d’un siècle, et surtout la verrière axiale, avec ses fleurs de lys et ses seigneurs d’Alençon, qui viennent de cautionner des stalles fort irrévérencieuses. L’évêque, qui possède un manoir à Rannée, la paroisse-mère – reconstruit magnifiquement à la fin du XIIe siècle par son prédécesseur Étienne de Fougères et maintes fois restauré depuis – a certainement des droits spécifiques à faire valoir. Le statut même de collégiale, avec ses chanoines au service d’une famille, de surcroît loin de la Bretagne, le pousse probablement à s’affirmer. Sans doute avait-il le droit de le faire, puisqu’il n’a pas été contraint d’enlever ses armoiries et qu’elles sont toujours là (ce sont même les seules à être demeurées en place). Précisons aussi qu’il est le premier de sa famille à les porter. Bien loin des seigneurs d’Alençon, de souche royale, Yves Mahyeuc n’est pas d’origine noble. C’est lui qui a choisi ses armes, qui le révèlent un peu : les hermines de Bretagne (qui furent d’abord le signe du clergé) et, trois fois répétée, la couronne d’épines du Christ.

29Au-delà de cette volonté d’affirmation pour défendre son autorité et ses droits, voire ses ressources, il y a un motif religieux plus fort encore, commun d’ailleurs à la plupart des hommes de ce temps : le désir du salut éternel, mêlé à la crainte de ne pas y parvenir. L’objet même d’une collégiale n’est-il pas de s’assurer le concours de prêtres afin qu’ils prient pour son salut et celui des siens ? C’est bien pourquoi Guillaume III s’était fait représenter en gisant géant au milieu des stalles. Et certainement aussi pourquoi Marguerite d’Alençon avait mis en chantier une chapelle à la fin de sa vie. En 1536, nous savons qu’Yves n’est plus qu’à quelques années de sa mort. Il peine à réunir les fonds pour la tour de sa cathédrale, mais ici au moins…

  • 15 Cf. infra de multiples dépositions du procès en béatification, notamment 24, 26-27, 49, 108.

30Son visage émacié ne reflète pas l’arrogance et c’est le moment de mieux regarder le vitrail-tableau. On pourrait croire qu’il est en train de prier la Vierge Marie. Il suffit de bien regarder les plans pour comprendre que ce n’est pas le cas (cf. page précédente). De même, la Vierge qui se retourne à la voix de Gabriel ne le regarde pas. Marie et Yves Mahyeuc sont chacun dans leur monde. La première sous un dais, dans une sorte de loggia largement ouverte sur la nature ; le second en contrebas. Mais ils prient tous les deux dans la même direction : les lignes qu’ils forment avec leur partenaire Gabriel ou saint Yves semblent se rejoindre… dans le tableau de l’autel de Tous les Saints ! Là où la Trinité fait converger les visages. Dans le chœur déjà, le chefcier Michel regardait au-delà de son vitrail, pour prier Jean-Baptiste, le protecteur de son seigneur. Ici, Yves nourrit tout simplement son désir d’entrer dans le cortège de tous les saints. Certains textes de son procès le présenteront comme mystique15. À quelques années de là, en 1544, le simple prêtre Jean Bricier, qui avait suivi les travaux des dernières chapelles de Notre-Dame de Vitré, offrit un retable pour la chapelle Saint-Jean. Il se fit représenter deux fois, de façon qu’on le vît aussi bien dans le retable ouvert que dans le retable fermé. Il laissa au revers, invisible pour ses contemporains, un petit poème à l’adresse de ceux qui le découvriraient plus tard :

Si ce dicton vient à lumière
Vous, messieurs qui le trouverez,
Je vous supplie faire prière
Pour les âmes des trépassez…

31Yves Mahyeuc voyait-il aussi loin ? En tout cas depuis bientôt cinq siècles, grâce à ce vitrail, il n’a jamais été oublié.

L’interprète, Pierre Symon

  • 16 Françoise Gatouillat, Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum VII, Rennes, PUR, 2 (...)

32Il y a tout de même une injustice à réparer. L’artiste qui le fait vivre est aujourd’hui ignoré. Dans le Corpus Vitrearum de Bretagne16, qui faute de mieux fait autorité, il est rattaché vaguement à Rennes et l’attribution à Pierre Symon est exclue. Nous nous demandons bien pourquoi, car le fait qu’il soit attesté que ce Vitréen travaillait à Notre-Dame de Vitré en 1537 peut tout de même être vu comme un indice qu’il ait pu réaliser, dans cette église la même année, la verrière de l’Entrée de Jésus à Jérusalem. Dès lors, de minutieuses comparaisons avec la verrière de l’Annonciation de La Guerche d’une part (1536) et des verrières de la région de Fougères où il s’établit peu après (Saint-Léonard de Fougères, notamment dans le fragment d’une autre Entrée à Jérusalem, Javené, La Chapelle-Janson et même Gahard ou le Musée de Vitré) font peu à peu surgir un corpus magnifique, dont la Résurrection de Lazare à Saint-Léonard de Fougères serait le chef-d’œuvre. Mais l’Annonciation de La Guerche, sa première œuvre connue, est très belle aussi. Quant au portrait d’Yves Mahyeuc, nous ne saurions dire s’il le fit d’après nature, de mémoire, ou à partir d’un modèle préexistant. Mais de son temps, n’en cherchez pas d’autres. Et c’est déjà beaucoup.

Notes

1 Cf. cahier couleur, 2 et, pour un détail, la couverture de cet ouvrage.

2 Ce chapitre s’appuie principalement sur une série d’articles de Roger Blot, dans la revue Église en Ille-et-Vilaine, nos 86-94, 2006. Voir aussi le dépliant « Églises à découvrir en Ille-et-Vilaine : La Guerche de Bretagne. Église Notre-Dame », février 2009.

3 Il ne sera déplacé qu’en 1735 par les chanoines de la collégiale (Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, t. 3, Paris/Rennes, 1882, p. 8-9).

4 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 460, vidimus de Jean IV.

5 Guillaume III, qui meurt en 1223, est d’une lignée religieuse peu banale. Il sera le grand-père de Thibaud de Pouancé, évêque de Dol (1280-1301), qui acheva le chœur de sa cathédrale. Il a luimême du sang d’évêque dans les veines, par Thébaud, évêque de Rennes au début du XIe siècle et abbé de Saint-Melaine, et par Sylvestre, évêque de Rennes de 1076 à 1093, qui protégea Robert d’Arbrissel, le fondateur de Fontevrault, et finit par favoriser la réforme grégorienne. Jean-Claude Meuret, dans un article à paraître, retrace l’itinéraire singulier, et pathétique, de cet homme dont la seigneurie est déjà en passe d’être dévorée par celles de Vitré ou d’ailleurs, et qui multiplie les fondations religieuses, comme l’abbaye de Fontaine-Harouis, ou les prieurés de la Selle-Guerchaise, de la Primaudière et de la Trinité de La Guerche, comme s’il sentait son destin lui échapper et qu’il cherchait au moins à assurer son salut éternel.

6 Voir supra la contribution de Bruno Isbled.

7 Dont les visages sont halés, alors qu’ils sont très blancs dans la verrière axiale. De ce second artiste subsistent quelques scènes dans un décor architecturé : une Vision d’Apocalypse et quelques détails d’une Annonciation, ou encore de saints en pieds (saint Jacques, saint Georges…).

8 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 G 460, fondation de son neveu, Charles duc d’Alençon, 7 octobre 1520.

9 Ibid., acte de confirmation et d’approbation de la fondation de Charles d’Alençon, 6 novembre 1520.

10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9 J 3, notes prises par l’archéologue A. Ramé le 19 juillet 1861.

11 Ch.-D. Tournel, « Vitraux de l’église Notre-Dame de La Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) », BMSAIV, t. 5/2, 1918, p. 233-238.

12 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 9 J 3.

13 À cette Renaissance innocente et comme printanière, peut-être serait-il bon d’opposer la Renaissance désabusée et caustique des stalles du chœur, presque neuves en 1536. Pouvant remonter aux années 1520, elles affichaient le blason de la famille d’Alençon. Rarement sans doute s’est exprimée une telle irrévérence : voyez les panneaux des dossiers côté nord. Ici un homme nu défèque sur un prédicateur, là un autre montre ses fesses à un homme d’armes et lâche un pet, ailleurs une femme soulève ses jupes à tout venant. Quand on redresse une miséricorde, on aperçoit dans l’ombre les serpents qui glissent du bucrane…

14 On rappellera ici les travaux d’Yves Mahyeuc dans le chœur de la cathédrale de Rennes, telles qu’ils sont décrits dans le procès en béatification (Déposition 49) : « Fait le chœur de la dite église élever, mettre en lambris et peindre toutes colonnes dudit chœur en image de Paradis et couronnement de la béate Vierge comme il paraît encore. »

15 Cf. infra de multiples dépositions du procès en béatification, notamment 24, 26-27, 49, 108.

16 Françoise Gatouillat, Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne, Corpus Vitrearum VII, Rennes, PUR, 2005, p. 40.

Table des illustrations

Légende La Guerche, basilique Notre-Dame, détail du vitrail de l’Arbre de Jessé (2e travée du bas-côté sud), Jean Ier d’Alençon et saint Jean-Baptiste, début du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende La Guerche, basilique Notre-Dame, détail du vitrail de l’Arbre de Jessé (2e travée du bas-côté sud), le chanoine Michel et son saint patron, début du XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende La Guerche, basilique Notre-Dame, avec la base de la flèche ancienne, découronnée en 1705, et la nouvelle flèche érigée par Arthur Regnault sur le modèle de la cathédrale de Quimper (1869-1872).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Plan de la collégiale de La Guerche au XVIe siècle (R. Blot), avec en pointillé les éléments détruits au XIXe siècle (façade et bas-côté nord). La chapelle de Tous les Saints, ici numérotée 5, terminait le bas-côté sud, la chapelle 9 étant alors la sacristie, séparée par un mur contre lequel s’appuyait l’autel Renaissance. En 1888, ce mur fut abattu et l’autel reculé d’une travée.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende La Guerche, basilique Notre-Dame, autel de Tous les Saints, aujourd’hui dédié au Sacré-Cœur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Autel, retable et niches dans leur situation d’origine (v. 1535) (reconstitution avec une part d’hypothèse, R. Blot).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Rennes, façade de la cathédrale, détail des niches du niveau inférieur.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Le Loroux (35), église Saint-Martin, détail du pilier au Rosaire, 1524.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende La Guerche, basilique Notre-Dame, vitrail de l’Annonciation, 1536. Les lignes obliques matérialisent le lien originel des personnages du vitrail avec l’autel de Tous les Saints.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

Auteur

Prêtre du diocèse de Rennes, chargé du patrimoine religieux

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540