Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Deuxième partie. Le frère prêcheur

La Questio perpulchra : une œuvre d’Yves Mahyeuc dédiée à Louise de Savoie

Lionel Rousselot

Texte intégral

  • 1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 2 Eb 15/1, fonds La Bigne Villeneuve. Composé par plus (...)
  • 2 Je remercie vivement le P. Augustin Pic pour l’aide précieuse qu’il m’a apportée dans la traductio (...)
  • 3 Brigitte Moreau, Éditions parisiennes du XVIe siècle, t. II, 1511-1520, Paris, 1977, p. 209, notic (...)
  • 4 Robert Sauzet le cite par exemple dans la notice qu’il consacre à Yves Mahyeuc dans son dictionnai (...)

1« Dieu y fixa et y enta les greffes et les rameaux du fruit délicieux de la divine philosophie », c’est en ces termes que le livre de raison d’une famille rennaise, les Becdelièvre, a gardé dans l’une de ses pages, écrite dans un latin précieux et peut-être composée peu après la mort d’Yves Mahyeuc, la trace de la sagesse et du savoir du pieux dominicain1. Si la mémoire des contemporains a ainsi conservé le souvenir de la culture du prélat rennais, force est cependant de constater que des écrits, discours, voire même éventuels traités d’Yves Mahyeuc ne nous est parvenu qu’un court texte imprimé en 1513 sous le titre de Questio perpulchra qua investigatur si meritum existentis in prosperis amplius sit quam illius qui fert pacienter adversa, ce que l’on pourrait traduire ainsi : La très belle question où l’on recherche si le mérite de l’homme qui vit dans les prospérités est plus grand que celui qui supporte patiemment les adversités2. Actuellement recensé dans plusieurs bibliothèques en France – Bibliothèque nationale, Bibliothèque Mazarine, médiathèques du Mans et de Saintes3 –, ce traité d’Yves Mahyeuc n’a jusqu’à présent guère suscité l’intérêt des historiens même si son existence ne leur est pas inconnue4.

  • 5 BnF, réserve des livres rares, cote D – 5137 ; médiathèque de la ville du Mans, cote Th. in 4 ° 27 (...)
  • 6 Sur Ricius (ou Riccio), en dehors des deux traités qu’il a composés, nous savons peu de choses si (...)
  • 7 B. Moreau, op. cit., p. 158, notice 444 (Alfonso Riccio).
  • 8 Dialogus quo ex sacre scripture priscorumque patrum dogmatibus purgatorium animabus purgandis prep (...)

2Cette étude se fonde sur l’examen des exemplaires conservés à la BnF et à la médiathèque du Mans5. Les deux textes imprimés ne présentent aucune différence, seule la facture du recueil dans lequel s’inscrit la Questio perpulchra change. À chaque fois, la question d’Yves Mahyeuc se trouve associée à deux traités de l’un de ses confrères dominicains, Alphonse Ricius6, grâce à qui le texte de l’évêque de Rennes a été édité. Le recueil de la BnF se compose ainsi de trois pièces : la première est un traité de Ricius, les Eruditiones christiane religionis plurimum utiles et cuilibet christiano ad modum necessarie, soit les Enseignements de la foi chrétienne, très utiles et nécessaires à tout chrétien, daté de 1512 par le privilège et la marque du libraire Jean Petit7 ; la seconde est constituée d’un autre traité du dominicain italien, daté de 1513, dans lequel il entend réfuter l’erreur des Vaudois sur le purgatoire8 ; enfin, la troisième correspond à la Questio perpulchra d’Yves Mahyeuc. Le recueil conservé au Mans regroupe quant à lui un plus grand nombre de pièces, six au total. Le traité d’Yves Mahyeuc occupe en fait une place secondaire dans un volume où l’essentiel est consacré à des écrits de Frédéric Nausea (1480-1552) contre la réforme luthérienne. On y retrouve cependant les deux traités de Ricius également présents dans le recueil conservé à la BnF. C’est vraisemblablement leur présence qui explique celle de la Questio perpulchra dans ce volume très composite provenant de l’abbaye Saint-Vincent du Mans.

  • 9 B. Moreau, op. cit., p. 209, notice 668 (Yves Mayeuc).
  • 10 « Apostolicus vir ille Redonensis, antistes dignissimus », fol. Ai verso.
  • 11 « Presuli prestantissimo Yvoni diuina prouidentia Redonensi episcopo dignissimo », fol. Avii verso

3Dans les deux recueils examinés, la Questio perpulchra s’ouvre par la marque du libraire Jean Petit dont les caractéristiques permettent de la dater avec précision de 1513 pour l’impression9. Le texte d’Yves Mahyeuc est précédé d’une courte dédicace de Ricius à Louise de Savoie (1476-1531), alors comtesse d’Angoulême et mère de François de Valois, le futur roi François Ier. Ricius s’y présente à la fois comme napolitain et docteur en théologie et y qualifie l’auteur de la question de « grand apôtre de Rennes, prélat très digne »10. La question proprement dite est elle-même suivie d’une lettre de Ricius adressée à Yves Mahyeuc, présenté cette fois comme le « parfait prélat, très digne évêque de Rennes par la divine providence »11, dans laquelle il discute de ses conclusions. Cette lettre ainsi que l’épître dédicatoire permettent d’attribuer sans contestation possible la Questio perpulchra à celui qui est depuis 1507 à la tête du siège épiscopal de Rennes. L’ensemble ne couvre pas plus de huit feuillets imprimés recto verso, en fait quinze pages au total, et la question en elle-même onze pages.

4Par sa construction et son mode de raisonnement, ce texte présente les caractéristiques d’un exercice scolastique et du même coup nous renseigne sur la formation intellectuelle d’Yves Mahyeuc. Il nous fait également connaître ses positions morales puisque cette question sur le mérite en temps de prospérités ou d’adversités l’a conduit à réfléchir sur les mérites respectifs du bon riche, du pauvre volontaire et du prélat. Enfin, et ce n’est pas le moindre intérêt de ce document, Alphonse Ricius, en éditant cette question scolastique – à laquelle a été alors ajouté le qualificatif de perpulchra – et en l’offrant à Louise de Savoie, l’a rattachée aux préoccupations de cette princesse de la Renaissance.

Page de titre de la Questio perpuchra, portant la marque de l’imprimeur parisien Jean Petit (Médiathèque du Mans, Thin-4 ° 2767-4).

Une œuvre scolastique

5La structure de la Quaestio perpulchra et le vocabulaire technique utilisé font de ce texte une œuvre scolastique qui s’apparente au modèle de la dispute universitaire.

Une question disputée

  • 12 « Utrum laudabilius sit quod homo bene se habeat in prosperis quam in aduersis », fol. Aii recto.
  • 13 « … videtur quod bene se habere in prosperis quia laudabilius est bene se habere in eo quod est ma (...)
  • 14 « In oppositum arguitur magis laudandus est qui pro Deo plura patitur. Sed talis est quod bene se (...)

6D’emblée, Yves Mahyeuc pose le problème qu’il entend résoudre en l’introduisant par le mot latin Utrum, la question étant ici : « Est-il plus louable pour l’homme de se comporter bien dans les prospérités que dans les adversités12 ? » L’objectif étant d’examiner ce problème sous toutes ses facettes grâce aux méthodes du raisonnement dialectique, Yves Mahyeuc avance deux opinions contraires qu’il va discuter tout au long de cette quaestio. Tout d’abord, à la question posée, il répond qu’il « semble que ce soit de bien se conduire dans les prospérités car il est plus louable de bien se comporter en ce qui est le plus à craindre. Or, affirme-t-il, les prospérités sont de cette sorte ». Il justifie cette position en prenant pour argument une citation de Boèce, extraite du De consolatione, pourtant ambiguë quant à son propos : « Toute fortune est le plus à craindre, tant la prospère que l’adverse13. » Il présente ensuite l’opinion opposée selon laquelle « l’homme est plus à louer quand il subit pour Dieu de nombreux maux ». Or il est tel, conclut-il, « car il se comporte bien dans les adversités14 ».

  • 15 « Per bene se habere in talibus intelligo sequi Deum in preceptis et non offendere eum mortaliter (...)

7Après cette première formulation de la question et de ses enjeux, Yves Mahyeuc en vient à la clarification des termes. Il définit d’abord ce que recouvrent les prospérités, à savoir les biens du corps comme la force ou la beauté ainsi que les biens de la fortune comme les richesses, les délices ou les honneurs. Les adversités sont logiquement leurs contraires, soit la pauvreté, l’absence d’honneurs et d’amis ainsi que la carence de tous les biens du corps sans lesquels l’homme ne peut vivre. De même, il établit ce qu’il entend par se bien conduire en prospérités ou adversités, c’est-à-dire « suivre Dieu par les préceptes et ne pas l’offenser mortellement en raison des prospérités ou des adversités15 ». Yves Mahyeuc établit alors deux distinctions qui lui permettent de préciser le problème posé. Suivant la première, celui qui se comporte bien dans les adversités, ou à l’inverse dans les prospérités, peut être soit une personne publique comme un prince ou un prélat, soit une personne privée. La seconde permet quant à elle de distinguer le cas de ceux qui ont volontairement choisi les adversités comme les apôtres, les religieux et tous ceux qui renoncent au monde pour le Christ, de ceux qui les subissent malgré eux mais s’efforcent de les supporter avec patience en menant une vie vertueuse.

  • 16 « Quia viuens in statu voluntarie paupertatis laudabilior quam viuens secundum communem statum omn (...)

8Il en vient à sa première conclusion qui ne concerne toutefois que le cas des personnes privées conformément à la première distinction qu’il a posée. Est alors plus à louer celui qui agit bien dans les adversités plutôt que dans les prospérités. Pour quelle raison ? Selon Yves Mahyeuc, « celui qui vit dans l’état de pauvreté volontaire est plus louable que celui qui vit selon l’état commun à tous les autres, soit parce qu’il accomplit conseils et préceptes, soit parce qu’il choisit l’état choisi par le Christ16 ». A l’appui de cette première conclusion le dominicain avance trois nouveaux arguments, tous introduits par le mot item, « de plus ». Ces trois points font ensuite l’objet de trois doutes ou dubia, en fait des objections qu’il introduit ainsi : Contra hanc conclusionem arguit quidem tenens oppositum, soit « Contre cette conclusion celui qui tient la position contraire argumente ainsi ».

9Conformément aux règles de l’échange dialectique, une solution est ensuite présentée pour chacun de ces trois dubia.

10Le mode de construction de la Questio perpulchra, jusque-là relativement simple, se complique avec l’introduction d’une nouvelle distinction. Les adversités et prospérités peuvent être considérées doublement, soit en elles-mêmes et en tant que récompenses ou peines, soit dans l’ordre de la vie éternelle. En découlent deux nouvelles conclusions. La première semble corroborer la précédente : si on considère les prospérités et les adversités en soi, est plus louable celui qui agit bien dans les adversités. Pour quelle raison ? Il se comporte aussi bien que celui qui vit vertueusement dans la prospérité alors que, nous dit Yves Mahyeuc, il est moins redevable envers Dieu que le vertueux qui, lui, reçoit les prospérités. Il est donc plus digne de louange pour sa bonne conduite dans les adversités. La seconde conclusion, nettement plus développée que la précédente, prend quant à elle position sur les prospérités et les adversités dans l’ordre de la vie éternelle. Yves Mahyeuc y déclare que dans ce cas, est plus à louer celui qui se comporte bien dans les prospérités en s’appuyant sur l’argument selon lequel est plus louable celui qui échappe à plus grand péril. Il démontre alors longuement, à l’aide de nombreuses références scripturaires et patristiques ainsi que plusieurs exemples de figures vétéro-testamentaires, que les prospérités représentent un plus grand danger et qu’est donc plus louable celui qui s’y comporte bien. Pour étayer cette conclusion, de nouveaux arguments sont avancés parmi lesquels est affirmé que l’humilité du riche est plus louable que celle du pauvre ou encore qu’est plus méritant le riche qui fait bon usage de ses prospérités en passant à la pauvreté volontaire.

11Comme un maître lors d’une determinatio à l’issue d’une disputatio, Yves Mahyeuc en vient alors à l’énoncé des dubia qui portent cette fois sur l’ensemble des conclusions exposées précédemment. Il en dénombre quinze qu’il énumère point par point en les introduisant le plus souvent par item, ou plus rarement preterea, avant de donner pour chacune de ses objections la solution qu’il numérote rigoureusement : Ad primum, Ad secundum et tertium, etc. Enfin, après avoir discuté du cas spécifique du prélat agissant bien dans les prospérités ou les adversités, il donne les conclusions finales à la question posée en reprenant les termes du problème. Il en conclut alors qu’à la première raison principale, c’est-à-dire est plus louable celui qui se comporte bien dans les prospérités, cette proposition est vraie tout en précisant qu’un bon riche est plus louable que l’homme héroïque, qui consacre donc sa vie à Dieu, lorsqu’il choisit volontairement les adversités. À la raison opposée qui affirme que l’homme qui subit de nombreux maux est plus à louer, Yves Mahyeuc répond que, si l’on considère ces souffrances comme des peines et des remèdes, celui qui les supporte est plus redevable envers Dieu, sous-entendu pour l’aide qu’il en reçoit alors ; il en conclut qu’est donc plus louable « l’autre qui reçoit moindre médecine », c’est-à-dire celui qui souffre moins d’adversités.

12Si cette solution peut paraître quelque peu sibylline, elle reflète assez bien les subtilités du raisonnement dialectique de la scolastique tardive. C’est là l’un des grands apports de ce texte : nous faire connaître ce qu’a pu être la formation intellectuelle d’Yves Mahyeuc.

Méthodes de raisonnement et autorités

13La lecture et l’analyse de cette Questio perpulchra font ressortir un Yves Mahyeuc pleinement rompu à l’art de la logique scolastique tel qu’il pouvait alors être enseigné et pratiqué. On sait en effet que la méthode scolastique s’appuie sur des règles techniques qui doivent permettre de guider la raison et le syllogisme en constitue l’élément majeur.

  • 17 « Item ille est magis laudandus quem scriptura magis commendat. Sed bonus diues est huiusmodi, Ecc (...)

14Yves Mahyeuc fait ici un usage quasi systématique de ce mode de raisonnement déductif qui obéit, du moins dans les cas les plus simples, à un rythme ternaire : d’abord une proposition majeure, puis une mineure, avant d’aboutir à une conclusion. Prenons comme exemple, à propos des objections à la première conclusion, le cas de l’homme qui choisit les adversités parce qu’il abuse des prospérités. Yves Mahyeuc pose comme majeure : ne choisit les adversités que celui pour qui les prospérités sont nocives ; il en déduit une mineure : celui-là est donc vicieux car il abuse des prospérités ; la conclusion s’impose ensuite d’elle-même : est donc plus louable celui qui fait un bon usage des prospérités. Il en arrive ensuite, dans l’énoncé de sa solution, à réfuter cette mineure en affirmant que même pour les bons, les prospérités représentent un danger. Parfois c’est l’Écriture qui lui fournit le matériau de son argumentation logique. Ainsi, il peut d’abord affirmer « plus louable est celui que recommande la Sainte Écriture » (majeure) et ajouter « Or celui qui se comporte bien dans les prospérités est de cette sorte » (mineure) en renvoyant à un verset de l’Ecclésiastique : Heureux le riche qui est trouvé sans tache (Sir 31, 8). Il réfute ensuite dans ces solutions cette mineure en affirmant : « La mineure est fausse car plus grande est la recommandation du pauvre volontaire par le Christ, Matthieu 5 : Bienheureux les pauvres en esprit, que celle de l’Ecclésiastique 31 : Heureux le riche qui est trouvé sans tache17. » La Questio perpulchra est ainsi en grande partie construite sur ces règles de logique faites de propositions majeures et mineures d’abord énoncées avant d’être soit approuvées, soit réfutées.

15Si ce mode de raisonnement peut nous apparaître de prime abord quelque peu déroutant, il serait cependant trop facile de reprendre les critiques d’un Érasme à l’encontre des logiciens parisiens, voire même caricatural d’opposer scolastique et humanisme en cette période charnière du début du XVIe siècle. On ne peut malgré tout qu’être frappé par certains travers de cette scolastique tardive auxquels n’échappe pas la question d’Yves Mahyeuc. Que penser par exemple de ces deux objections énoncées dans la liste finale des quinze dubia : « Cette seconde conclusion semble contraire à la première » (objection 1) et, un peu plus loin, « De plus, les raisons avancées en faveur de la première conclusion vont contre la seconde » (objection 3) ? Sinon que la rigueur de la construction logique tend parfois à l’emporter sur la pensée elle-même.

16Outre le recours aux syllogismes, Yves Mahyeuc s’appuie tout au long de cette quaestio sur un certain nombre d’autorités qui lui servent soit à construire son raisonnement, soit simplement à illustrer ou corroborer son argumentation. Certaines de ces citations ont sans doute été faites de mémoire comme peuvent le laisser penser quelques erreurs dans les références indiquées par Yves Mahyeuc. Au premier rang de ces autorités figure bien entendu la Bible. Il serait évidemment téméraire de vouloir éclairer à partir de ce seul texte le rapport qu’Yves Mahyeuc avait à l’Écriture. Néanmoins la Questio perpulchra nous donne quelques éléments sur l’utilisation qu’il pouvait faire de la Bible dans le cadre spécifique d’un exercice scolastique. Si l’on tient compte uniquement des références explicites, c’est-à-dire clairement indiquées dans le texte et non les simples allusions à tel ou tel épisode biblique, on obtient une trentaine de citations : 18 pour l’Ancien Testament avec une utilisation plus importante des livres de sagesse (7) et des livres prophétiques (6) aux dépens des livres du Pentateuque (3) et des livres historiques (2) ; 11 pour le Nouveau Testament [Évangiles (5), Actes des apôtres (2), épîtres de Paul (4)] et 1 citation non identifiée]. Une telle répartition s’explique-t-elle par le caractère savant de cet exercice scolastique qui, de ce fait, aurait davantage recours aux références vétéro-testamentaires ? Ou bien n’est-ce pas tout simplement lié au fait que l’Ancien Testament, par l’exemple des rois bibliques et des mises en garde des prophètes, offre une plus riche matière notamment sur les périls de la prospérité ? Sur les méthodes d’exégèse utilisées, Yves Mahyeuc privilégie largement le sens littéral ou historique aux dépens des autres sens de l’Écriture (allégorique, tropologique ou moral, anagogique ou spirituel). Le dossier est cependant trop mince pour pouvoir discuter d’une éventuelle volonté de la part d’Yves Mahyeuc de revenir à la source de l’Écriture au détriment des nombreux commentaires produits par des siècles d’exégèse médiévale.

  • 18 Sur la bibliothèque d’Yves Mahyeuc, voir infra la contribution de Sarah Toulouse.

17En dehors de la Bible, les Pères de l’Église fournissent sans surprise l’autre grande cohorte de citations de la Questio perpulchra avec 25 mentions si on y ajoute les références à saint Bernard. Yves Mahyeuc a le plus souvent recours à Grégoire le Grand (7) et saint Augustin (6) et leurs écrits font même parfois l’objet de citations assez longues telles que plusieurs passages des Moralia ; les sermons de saint Bernard sont également appréciés (5) ; viennent enfin Boèce, Cassiodore et saint Jérôme, tous cités deux fois, et Isidore de Séville (1). Les références patristiques de la Questio perpulchra demeurent somme toute très classiques. Enfin, des philosophes de l’Antiquité, seul Aristote apparaît avec deux références, les Topiques et la Politique, mais son influence sur ce texte est bien plus large, ne serait-ce que dans la méthode logique utilisée pour construire la question. Il est cependant difficile de savoir si Yves Mahyeuc a eu une connaissance directe des textes qu’il cite – et alors dans quelles éditions ? – ou bien s’il s’est contenté d’avoir recours à des compilations dont l’usage était alors très fréquent. S’est-il inspiré d’autres écrits ? Il n’est pas impossible que la Hiérarchie céleste du Pseudo-Denys, dont Yves Mahyeuc possédait un exemplaire18, ait aussi alimenté la pensée du prélat rennais, tant sa réflexion paraît soucieuse d’ordonner et de classer les mérites respectifs de certains membres du corps social.

L’œuvre d’un frère dominicain

18La Quaestio perpulchra ne saurait en effet se réduire à un pur exercice formel où s’enchaîneraient les arguments contradictoires pour le simple plaisir des jeux dialectiques. Elle nous éclaire aussi sur certaines des positions morales d’Yves Mahyeuc et notamment sur le rôle qu’il attendait de chacun dans la société suivant son état.

L’homme héroïque et le bon riche

19Le problème soulevé par la Questio perpulchra conduit en effet Yves Mahyeuc à s’interroger sur les mérites respectifs de l’homme héroïque et du bon riche par temps de prospérités ou d’adversités.

  • 19 « Nam volens viuere heroyce non conseruat diuitias sicut liberalis sed omnes dat una die […] Elige (...)
  • 20 Ces deux termes sont d’ailleurs associés une fois : « Item peius faciunt religiosi et viri heroyci (...)

20L’homme héroïque tel qu’il est présenté dans la quaestio est celui qui choisit volontairement les adversités pour Dieu en abandonnant l’ensemble de ses biens et Yves Mahyeuc de préciser que si ces hommes héroïques jouissaient des prospérités, celles-ci nuiraient à leur état19. Ce concept d’homme héroïque recouvre alors largement celui de religieux20 ou de pauvre volontaire. La question de la pauvreté volontaire est en effet abordée à plusieurs reprises au cours de la quaestio, notamment dans la détermination, où Yves Mahyeuc compare les mérites respectifs du bon riche et de celui qui s’astreint volontairement à la pauvreté. Il rappelle tout d’abord que suivre le conseil évangélique de pauvreté suppose l’engagement ferme de ne jamais rien posséder en propre dans le futur, tout comme le respect du conseil de virginité suppose aussi de ne jamais prendre épouse (solution 4). C’est encore le frère mendiant qui parle lorsqu’il déclare que le choix de la pauvreté volontaire pour le Christ est un acte plus élevé que tout ce que peut faire un riche se comportant bien dans les prospérités (solution 5). De même, l’humilité du pauvre volontaire n’est pas moins louable que celle du riche car il s’est tourné volontairement vers l’humilité comme vers les autres vertus d’abstinence et de chasteté (solution 8). Entre le mérite du religieux et celui du bon riche qui se comporte bien dans les prospérités, la différence réside en fait dans les vœux par lesquels le religieux s’est obligé (solution 9 et 10). La Questio perpulchra n’est pourtant pas un traité à la gloire de la vie régulière et a fortiori de la réforme dominicaine.

  • 21 « Preterea ille qui transit ad voluntariam paupertatem aut aduersitatem dimissa prosperitate tanto (...)
  • 22 La biographie traditionnelle d’Yves Mahyeuc fondée sur Albert Le Grand a été largement remise en c (...)

21Le propos d’Yves Mahyeuc demeure en fait toujours nuancé, pour ne pas dire complexe. Ainsi, arrivé au terme de la question, ne conclut-il pas qu’est en fait plus louable celui qui se comporte bien dans les prospérités (première partie de la conclusion) ou subit moins les adversités (deuxième partie de la conclusion) ? Il n’en déduit pas pour autant que le bon riche est supérieur à l’homme héroïque sauf dans un cas précis, celui du bon riche qui choisit volontairement l’adversité. Le modèle est là fourni par le roi saint Louis auquel Yves Mahyeuc fait rapidement référence21 au cours de la quaestio et qui apparaît comme l’exact opposé de ces rois bibliques qui se sont mal comportés dans les prospérités, tels David et Salomon. Cette conclusion générale – en simplifiant : est plus louable celui qui se comporte bien dans les prospérités – paraît justifier pleinement le rôle du directeur de conscience auprès des puissants puisqu’il s’agit de les guider au milieu des périls que représentent les prospérités. Elle apparaît ainsi assez conforme à ce que l’on peut attendre de la part d’un confesseur royal, sans que l’on puisse toutefois affirmer qu’Yves Mahyeuc exerçait déjà cette charge auprès d’Anne de Bretagne au moment de la composition de ce texte22.

L’homme héroïque et le prélat

  • 23 « Si ut prelati non potest fieri comparatio inter eos quasi alter eligat voluntarie aduersa quia p (...)
  • 24 « Discite subditorum matres vos esse debere, non dominos », Sermon sur le Cantique 23, 2 in Bernar (...)
  • 25 « Quia tota laus prelati ut sic sumitur in ordine ad propinquum, respectu cuius debet habere affec (...)
  • 26 « … quia prospera non habet prelatus ut dominus sed ut tutor et ministrator », ibidem.

22La question du mérite par prospérités ou par adversités conduit Yves Mahyeuc à examiner également le cas spécifique du prélat, entendu ici au sens d’évêque. On ne peut comparer, affirme-t-il, un prélat qui agirait bien dans les prospérités et un autre qui se comporterait bien dans les adversités. Le prélat ne peut en effet choisir volontairement les adversités car celles-ci risqueraient de l’empêcher d’exercer son office qu’Yves Mahyeuc définit ainsi : nourrir son prochain par le verbe, l’exemple et l’aumône. Malgré tout, la comparaison est possible, ajoute-t-il, lorsque le prélat subit malgré lui les adversités, c’est-à-dire celles qu’il reçoit dans le gouvernement de ses sujets. Dans ce cas, et seulement alors, est plus louable le prélat qui régit bien ses fidèles malgré les tribulations23. S’appuyant sur le passage d’un sermon de saint Bernard sur le Cantique des cantiques, où l’abbé de Clairvaux fustige les supérieurs plus soucieux de se faire craindre de leurs administrés que de leur être utiles24, Yves Mahyeuc affirme que le bon prélat est en effet celui qui a amour de père et de mère envers son prochain25. Dans le cas du prélat qui agit en prospérités, il prend bien soin de préciser que, les biens qu’il possède par sa charge, il ne les a pas en tant que seigneur mais simplement comme tuteur et administrateur de ses sujets26. Après avoir campé le portrait du prélat idéal entièrement tourné vers le souci du prochain, il en vient à se demander qui de ce bon pasteur ou du pauvre volontaire est le plus méritant dans l’affliction ou la prospérité.

  • 27 « Respondeo videtur dicendum quod praelatus bene se habens in prosperis sit laudabilior quia infim (...)
  • 28 « … sed meminerit scriptum : Melior est iniquitas viri quam benefaciens mulier. Nam tu quidem in t (...)
  • 29 « … id est melius, inquam, facit qui iuvat multitudinem etiam cum aliquo deffectu quam qui bene se (...)

23En raisonnant encore une fois par syllogisme, Yves Mahyeuc établit que le prélat est plus louable que celui qui se comporte bien dans les adversités librement choisies. En s’inspirant de la logique d’Aristote, notamment au 3e livre des Topiques, il affirme d’abord que les parties les plus basses des choses les plus hautes soit n’en font qu’unes avec les plus hautes des plus basses, soit sont meilleures et plus louables. L’état de prélat étant plus élevé que celui de pauvre volontaire, il en déduit du même coup que le prélat qui bien agit en prospérités est supérieur au sujet privé qui se comporte bien dans l’adversité, comme l’est le pauvre volontaire27. Yves Mahyeuc s’appuie une nouvelle fois sur un extrait d’un sermon de saint Bernard sur le Cantique pour renforcer son argumentation. Cette fois, le cistercien y met en garde les frères qui ne respecteraient pas la lourdeur et la difficulté de la charge épiscopale en commentant un verset de l’Ecclésiastique (Sir 42, 14) qu’Yves Mahyeuc reprend dans la quaestio : Meilleure est l’iniquité de l’homme que la bonté d’une femme. Selon l’exégèse bernardine, la femme représente le moine contemplatif protégé du monde par la clôture tandis que l’homme incarne le prélat confronté aux difficultés du siècle28. Ce qu’Yves Mahyeuc résume ainsi : « Cela signifie que celui qui soutient la multitude, même avec défaut, fait mieux que celui qui se gouverne bien29. » La haute idée qu’il se fait de la mission épiscopale s’accompagne donc d’un profond respect envers le labeur des évêques, même lorsque celui-ci est imparfaitement mené.

24L’impression de la Questio perpulchra date certes de 1513, soit six ans après son accession au siège épiscopal de Rennes, mais Yves Mahyeuc aurait-il vraiment parlé ainsi si lui-même avait été évêque au moment où il a écrit ces lignes ? Aurait-il choisi de citer ce commentaire de saint Bernard si luimême était déjà confronté aux tribulations du gouvernement épiscopal ? C’est peu probable et cela ne concorderait pas en tout cas avec l’image de l’humble prélat qu’il a laissée ensuite dans les mémoires. Par ailleurs, si l’on reprend l’ensemble du passage du sermon 12 sur le Cantique auquel fait référence Yves Mahyeuc, on s’aperçoit que saint Bernard y exhorte avec beaucoup de force les moines à respecter l’institution épiscopale en déclarant en particulier :

  • 30 « Fratres, revereamur episcopos, sed vereamur eorum labores : si labores pensamus, non affectamus (...)

« Frères, respectons les évêques, mais redoutons leurs labeurs ; si nous mesurons leurs labeurs, nous n’aspirerons pas aux honneurs. Reconnaissons l’insuffisance de nos forces ; ne nous amusons pas à courber des épaules féminines et délicates sous des fardeaux faits pour des hommes ; et n’allons pas surveiller les évêques, honorons-les plutôt. Vraiment, tu serais malvenu à censurer les œuvres de ceux dont tu fuis les charges30. »

  • 31 « La Reyne ne laissa, pourtant, de le presenter, et il fut esleu unanimement, au grand contentemen (...)

25Même si Yves Mahyeuc ne cite pas l’intégralité du texte de l’abbé de Clairvaux, il le connaissait certainement et le simple fait qu’il y fasse référence permet raisonnablement de penser que ce n’est pas encore l’évêque de Rennes qui parle dans cette question scolastique. Tout porte donc à croire que la Questio perpulchra, imprimée en 1513, est antérieure à son arrivée sur le siège épiscopal en 1507. Les lacunes et les incertitudes qui pèsent sur notre connaissance de la vie d’Yves Mahyeuc ne permettent pas d’en dire davantage mais rien n’interdit de penser qu’il puisse s’agir d’une œuvre de jeunesse. La forme de cette quaestio et le mode de raisonnement utilisé pourraient même l’apparenter à un exercice lié à la conquête d’un grade universitaire. La Questio perpulchra vient en tout cas éclairer de façon précieuse la conception qu’Yves Mahyeuc se faisait de la charge d’évêque avant sa propre accession à l’épiscopat. Elle vient aussi expliquer et confirmer – au-delà de la rhétorique conventionnelle qui veut qu’un nouveau prélat se refuse à accepter sa charge – les profondes réticences qu’il eut selon Albert Le Grand à consentir à son élection, pourtant voulue par la reine Anne, tant la fonction devait lui paraître difficile et sans doute aussi contraire à son humilité naturelle31.

26Reste à comprendre maintenant pourquoi Alphonse Ricius a souhaité faire éditer cette question scolastique en l’accompagnant d’une dédicace à Louise de Savoie.

Une œuvre dédiée à Louise de Savoie

27Les deux pièces d’Alphonse Ricius qui encadrent la Questio perpulchra – la dédicace à Louise de Savoie et la lettre à Yves Mahyeuc – viennent éclairer le processus qui a mené à la publication de ce texte.

Alphonse Ricius, Yves Mahyeuc et Louise de Savoie

28À l’évidence, le dominicain italien a joué un rôle central dans l’édition de cette question, sans que l’on sache toutefois exactement quelles relations il a pu entretenir non seulement avec l’évêque de Rennes mais aussi avec Louise de Savoie. C’est en fait très probablement à la cour de France que des liens se sont noués.

  • 32 Georges Minois, Le confesseur du roi, Paris, 1988, en particulier p. 234-254.
  • 33 Dialogus…, fol. biii verso.
  • 34 « In consideratam mihi hactenus questionem soluendam obtulisti viduarum exemplar preclarissimum : (...)
  • 35 « Quam impressoria arte in lucem editam officiosissime dignitati tue dicandam censui, ut modico ho (...)

29Ricius appartient en effet au milieu des confesseurs de la maison royale en un temps où ces charges sont très largement contrôlées par l’ordre des Frères prêcheurs32. Il est alors confesseur du commun, c’est-à-dire des officiers du roi, tandis qu’Yves Mahyeuc exerce cette fonction au service de la reine Anne. Sans doute devenu proche de celui qui est également évêque de Rennes, il s’est aussi lié au dominicain Guillaume Petit, confesseur et prédicateur du roi Louis XII de 1509 à 1515 puisqu’il lui dédie son traité où il réfute la doctrine des vaudois sur le Purgatoire33. Ses relations avec Louise de Savoie sont encore plus obscures mais l’on sait que la mère du futur François Ier, avant de se retirer à Cognac en 1508, a longtemps vécu avec ses enfants à proximité de la cour, notamment à Amboise. Des relations se sont alors peut-être nouées entre elle et Ricius. Toujours est-il que dans son épître dédicatoire, composée au plus tard en 1513, le dominicain loue sa conduite qu’il juge exemplaire : « Dans l’examen de la question que j’ai eu jusqu’à présent à résoudre, à savoir si dans l’état prospère, quelqu’un par sa patience mérite autant que dans le temps de l’affliction, vous m’avez offert le plus glorieux exemple des veuves34. » En d’autres termes, sa droiture dans le veuvage constituerait déjà une réponse au problème soulevé. Ricius laisse alors entendre que c’est Louise de Savoie elle-même qui l’a sollicité sur cette question puisqu’il précise qu’il a voulu lui dédier très officiellement ce texte en le faisant imprimer et en espérant ainsi recevoir d’elle de plus grandes demandes de services35.

  • 36 « Scrutanti mihi sacros doctores, cum nihil quod ad rem faceret inuenirem, apostolicus vir ille Re (...)
  • 37 « Cuius resolutio ad primum intuitum visa est mihi vel aliquantisper obscurior et eam ob rem quod (...)
  • 38 « Videtur profecto dicendum quod dum aduersa non patitur », ibidem.
  • 39 « Ostenditur nobis animus virtusque hominis fortior dum a placitis bonis non vincitur, quod ut fia (...)
  • 40 « Nec sententia Augustini qua, inquit, meliorem esse modicam pacientiam in aduersis quam multam de (...)
  • 41 « Unde eam viam pro securiori docuit nos saluator sequi quam cum ex proposito eligimus contemnente (...)
  • 42 « Hii autem qui non ex electione pacienter tamen ferunt aduersa gratias agentes Domino. Ex hoc ips (...)

30Mais alors, si Louise de Savoie s’est adressée directement à lui, pourquoi a-t-il préféré publier non une réflexion personnelle mais un texte de son confrère Yves Mahyeuc ? Ricius s’en explique en déclarant qu’après avoir cherché et n’avoir rien trouvé sur ce sujet parmi les écrits des saints docteurs, « le grand apôtre de Rennes, très digne prélat, ressortit pour moi de ses archives une question presque semblable36 ». Le fait peut d’abord surprendre car dans la lettre adressée au dominicain de Rennes qui suit l’édition de la Questio perpulchra, Ricius avoue dans un premier temps sa perplexité sur les solutions présentées par Yves Mahyeuc : « Dès que j’en vis la résolution, écrit-il, elle me parut quelque peu obscure et, pareillement, ce que je devais en penser37. » Il ne remet pourtant pas en cause les positions de celui qu’il qualifie respectueusement d’« amant des saintes études » mais tient plutôt à les clarifier. Ainsi, à la question posée, « il semble bien, précise-t-il, qu’on doive dire que c’est tant qu’il ne subit l’adversité38 ». Il poursuit en affirmant que « l’âme et la vertu de l’homme sont plus fortes quand elles ne sont pas vaincues par les biens qui séduisent. Pour qu’advienne cela, il doit de toutes ses forces adhérer à Dieu, l’aimant au-dessus des caresses du siècle, dont il fait, à cause de lui, un usage parcimonieux39 ». Le bon riche, pour reprendre les termes d’Yves Mahyeuc, est alors plus méritant. À saint Augustin qui dit « qu’est meilleure une modique patience dans les adversités que beaucoup de dévotion dans les prospérités », Ricius rétorque qu’« une patience même modique est suprêmement nécessaire pour que l’on mérite dans les prospérités. Il suffira en effet que celui qui vit dans les prospérités demeure dévot40 ». Une telle conclusion ne pouvait que conforter Louise de Savoie dans sa conduite de vie. Ricius nuance toutefois ce propos. Aux religieux et adeptes de la pauvreté volontaire, il rappelle en effet que : « Le Sauveur nous a montré comme la plus sûre cette voie que nous choisissons délibérément, en méprisant les prospérités du siècle41. » Enfin, pour ceux « qui, sans l’avoir choisie, supportent patiemment l’adversité en rendant grâce au Seigneur », il affirme que leur tribulation en ce monde vaudra expiation des peines qu’ils doivent pour leurs péchés42. La lettre de Ricius vient ainsi préciser la pensée d’Yves Mahyeuc tout en la confortant globalement.

31La dédicace à Louise de Savoie invite également à s’interroger sur les raisons qui ont conduit la comtesse d’Angoulême à s’enquérir de la question du mérite par adversités et par prospérités.

Dame Prudence et les caprices de la Fortune

  • 43 Paulin Paris, Études sur François Ier, Paris, 1885 ; René de Maulde La Clavière, Louise de Savoie (...)
  • 44 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 436-437.

32La vie de Louise de Savoie et sa personnalité permettent en grande partie de répondre à cette question43. Orpheline de sa mère à l’âge de sept ans, elle est élevée à la cour de France par Anne de Beaujeu, sa cousine. En février 1488, la jeune Louise est mariée au comte d’Angoulême ; elle en devient veuve en janvier 1496, à l’âge de vingt ans, après avoir eu deux enfants. Elle se refuse par la suite à tout nouveau projet de mariage. Les historiens qui se sont penchés sur la vie de cette princesse de la Renaissance ont tous souligné combien les premières années de son veuvage ont été tendues vers la réalisation d’une espérance et d’une ambition, l’avènement au trône de France de son fils, le duc François de Valois. Une tradition transmise au milieu du XVIIe siècle par l’historien Hilarion de Coste rapporte que la jeune comtesse d’Angoulême se serait rendue auprès de l’ermite François de Paule, établi à Plessis-lès-Tours depuis 1482 à la demande du roi de France Louis XI. Le fondateur de l’ordre des Minimes l’aurait alors assuré de la naissance d’un fils, prénommé ensuite François par référence soit à l’ermite calabrais, soit à François d’Assise. Hilarion de Coste rajoute que, quelque temps après, lors d’une seconde rencontre, François de Paule lui aurait annoncé que son fils serait roi44. Si l’authenticité de cette seconde anecdote est plus douteuse, il n’en reste pas moins que Louise de Savoie est bel et bien convaincue de sa chance. Il faut dire que la succession royale est un sujet d’incertitudes durant toute la période 1498-1515.

  • 45 Ce mariage ne sera célébré que le 18 mai 1514 soit quatre mois après le décès d’Anne de Bretagne l (...)
  • 46 Henri Hauser, « Le journal de Louise de Savoie », Revue historique, 1904, t. 86, p. 280-303.
  • 47 Journal de Louise de Savoie, in Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, (...)
  • 48 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 126-127.
  • 49 Ce texte a été rédigé avant la parution de l’ouvrage de Florence Buttay, Fortuna. Usages politique (...)
  • 50 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 34 et fig. 4.

33Tant que la reine Anne de Bretagne ne met pas au monde un fils qui survive, François de Valois apparaît comme le plus proche parent mâle du roi Louis XII. Le fils de Louise de Savoie est d’ailleurs dès 1505 officiellement reconnu comme héritier avant d’être installé à la cour de France en 1508. Anne est cependant encore jeune et demeure intimement convaincue qu’elle mettra au monde un dauphin. Elle refuse par ailleurs obstinément le mariage de sa fille Claude avec le jeune François de Valois45. Dans ce climat incertain où l’espoir de voir son fils recevoir un jour la couronne de France le dispute à la crainte de l’échec, Louise de Savoie vit dans l’angoisse perpétuelle des nouvelles grossesses de la reine en même temps qu’elle s’inquiète, comme toute mère, des accidents et maladies qui pourraient lui enlever ce fils porteur de tant d’ambitions. Son « Journal », rédigé à la fin de l’année 1522, témoigne de ses tourments. Dans ce qui est en fait bien plus un ensemble de souvenirs, classés par mois pour des raisons vraisemblablement astrologiques46, on trouve pêle-mêle des éléments qui appartiennent à l’histoire politique et d’autres à son histoire personnelle et familiale. Non sans une certaine férocité, elle s’y remémore, dix ans après, l’accouchement d’Anne le 21 janvier 1512 et écrit : « Anne, reine de France, à Blois le jour de Sainte Agnès, 21 de janvier eut un fils ; mais il ne pouvoit retarder l’exaltation de mon César, car il avoit faute de vie47. » Ce désir forcené de voir un jour son fils monter sur le trône de France explique aussi son recours aux astrologues. A été ainsi conservé un petit cahier regroupant les horoscopes de Louise et de ses enfants pour les années 1510-1511. Comme le veut ce genre de littérature, les bonnes nouvelles ne manquent pas mais les difficultés de toutes sortes l’emportent finalement sur les prévisions positives48. Tout laisse ainsi penser que Louise de Savoie avait le sentiment d’être soumise perpétuellement aux caprices de cette Fortune qui apporte tantôt les prospérités tantôt les adversités. Ce thème est alors très présent en ce début du XVIe siècle49 comme en témoigne une traduction du livre des Remèdes de l’une ou l’autre Fortune de Pétrarque (1503) réalisée à Rouen. Sur l’une des peintures de ce manuscrit offert à Louise de Savoie est représentée l’image de la double Fortune, blanche et noire ou prospère et adverse : siégeant sur un trône surmonté de la roue qui symbolise l’instabilité permanente des positions terrestres, la Fortune est entourée des allégories de Joie et Espérance à sa droite et de Crainte et Douleur à sa gauche50.

La Double fortune, prospère ou adverse, illustrant un manuscrit de Pétrarque offert à Louise de Savoie, 1503.

  • 51 Ibidem, p. 85-101.
  • 52 Ibid., p. 130.

34Face aux aléas de la Fortune Louise de Savoie entend se préserver en incarnant la vertu de Prudence. C’est du moins ainsi que le petit cercle culturel qui gravite autour d’elle la présente. Elle est par exemple figurée en Dame Prudence sur certaines miniatures d’un traité de François Demoulins consacré aux vertus cardinales (1509)51. Dans un poème daté de 1512, le même auteur déclare que Dieu protège « la veuve innocente qui a supporté avec courage les épreuves et soustrait deux enfants, privés du soutien d’un père, à la condition ordinaire des hommes52 ». C’est peut-être aussi ce que veut lui signifier Alphonse Ricius dans sa lettre dédicatoire lorsqu’il fait d’elle « le plus glorieux exemple des veuves ». Il n’en reste pas moins que, dans un contexte d’incertitudes sur la succession au trône qui ne prendra fin qu’à la mort de Louis XII, le sentiment d’être confrontée à de multiples adversités devait l’emporter chez Louise de Savoie d’où cette inquiétude sur la question du mérite en temps de prospérités ou d’adversités. Sans doute n’avait-elle pas pensé que le dominicain de Naples lui apporterait pour répondre à ce problème une œuvre probablement composée quelques années auparavant par celui qui était évêque de Rennes mais aussi confesseur de la reine Anne, celle-là même qui était en bonne partie la cause de ses angoisses ! S’agit-il d’un geste de naïveté ou d’une réelle maladresse de la part de Ricius ? Ou bien faut-il penser qu’il n’y avait aucune inimitié particulière entre Louise de Savoie et Yves Mahyeuc ? On ne le sait pas, pas plus que l’on ne connaît l’accueil que réserva Louise de Savoie à cet exercice dialectique et savant qu’est la Questio perpulchra.

*

  • 53 « Querenti mihi preclarissime presul si quis doctorum comparasset utriusque status mortalium infel (...)

35Des écrits qu’Yves Mahyeuc composa au cours de sa carrière de dominicain et d’évêque de Rennes seule nous est parvenue cette Questio perpulchra. Malgré sa relative brièveté, cet exercice scolastique nous éclaire sur un pan de la formation intellectuelle du prélat rennais même si bien des zones d’ombre demeurent notamment sur les circonstances précises de sa rédaction et sur les influences qui l’ont nourri. Yves Mahyeuc s’y révèle un dialecticien possédant et maniant les outils conceptuels forgés aux siècles précédents – mais qui étaient encore ceux de son temps – ce qui n’exclut bien sûr aucunement des préoccupations humanistes. Alors qu’il n’est sans doute pas encore évêque, il y montre un certain goût pour la théologie morale comme en témoigne son classement des mérites respectifs du prélat, de l’homme héroïque, du bon riche et du pauvre malgré lui. Par un curieux paradoxe, la Questio perpulchra qu’Alphonse Ricius a dédiée en 1513 à Louise de Savoie en est venue à se faire l’écho des ambitions et des tourments intérieurs de cette dame de la Renaissance alors que le propos initial d’Yves Mahyeuc était sans doute très éloigné des préoccupations de la mère du futur roi François Ier. L’historien aimerait évidemment en savoir plus sur l’activité intellectuelle d’Yves Mahyeuc. Il ne peut que déplorer la perte, sauf hypothétique découverte à venir, de cet ensemble de « parchemins et documents » d’où le prélat de Rennes retira ce texte comme l’explique Alphonse Ricius dans la lettre qui accompagne l’édition de cette Questio perpulchra53.

Notes

1 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 2 Eb 15/1, fonds La Bigne Villeneuve. Composé par plusieurs membres de la famille entre 1467 et 1576, ce livre de raison a ensuite été repris, probablement au XVIIe siècle. Voir infra la communication de Bruno Isbled.

2 Je remercie vivement le P. Augustin Pic pour l’aide précieuse qu’il m’a apportée dans la traduction du texte latin.

3 Brigitte Moreau, Éditions parisiennes du XVIe siècle, t. II, 1511-1520, Paris, 1977, p. 209, notice 668 (Yves Mayeuc).

4 Robert Sauzet le cite par exemple dans la notice qu’il consacre à Yves Mahyeuc dans son dictionnaire, Les réguliers mendiants, acteurs du changement religieux dans le royaume de France (1480-1560), Tours, 1994, p. 164-165.

5 BnF, réserve des livres rares, cote D – 5137 ; médiathèque de la ville du Mans, cote Th. in 4 ° 2767(4).

6 Sur Ricius (ou Riccio), en dehors des deux traités qu’il a composés, nous savons peu de choses si ce n’est qu’originaire de Naples ou de Milan il a reçu en 1508 la maîtrise en théologie à la Sorbonne ; confesseur de la Maison du roi au service de la reine Anne, il a aussi accompagné le roi Louis XII en Italie. Voir J. Quétif et J. Échard, Scriptores ordinis praedicatorum, Paris, 1719, t. 2, p. 26 et R. Sauzet, op. cit., p. 208-209.

7 B. Moreau, op. cit., p. 158, notice 444 (Alfonso Riccio).

8 Dialogus quo ex sacre scripture priscorumque patrum dogmatibus purgatorium animabus purgandis preparatum ostenditur, a magistro Alphonso Ricio parthenopeo editus & revisus. Ce traité est daté de 1513 d’après la marque de Jean Petit. Ibidem, p. 216, notice 703 (Alfonso Riccio).

9 B. Moreau, op. cit., p. 209, notice 668 (Yves Mayeuc).

10 « Apostolicus vir ille Redonensis, antistes dignissimus », fol. Ai verso.

11 « Presuli prestantissimo Yvoni diuina prouidentia Redonensi episcopo dignissimo », fol. Avii verso.

12 « Utrum laudabilius sit quod homo bene se habeat in prosperis quam in aduersis », fol. Aii recto.

13 « … videtur quod bene se habere in prosperis quia laudabilius est bene se habere in eo quod est magis timendum. Sed prospera sunt huiusmodi, Boetius 2 ° de Consolatione : Cum omnis fortuna sit timenda magis tam prospera quam aduersa », ibidem.

14 « In oppositum arguitur magis laudandus est qui pro Deo plura patitur. Sed talis est quod bene se habet in aduersis igitur », ibidem.

15 « Per bene se habere in talibus intelligo sequi Deum in preceptis et non offendere eum mortaliter propter prospera vel adversa », ibidem.

16 « Quia viuens in statu voluntarie paupertatis laudabilior quam viuens secundum communem statum omnium aliorum. Tum quia implet consilia et precepta, tum quia eligit statum quem Christus elegit », fol. Aii recto – Aii verso.

17 « Item ille est magis laudandus quem scriptura magis commendat. Sed bonus diues est huiusmodi, Ecclesiastici 31 igitur », fol. Av recto. « Ad septimum minor est falsa quia maior est commendatio pauperis voluntarii a Christo, Math. 5 dicente : Beati pauperes spiritu, quam illa Ecclesiastici 31 : Beatus diues qui inuentus est sine macula », fol. Avi recto.

18 Sur la bibliothèque d’Yves Mahyeuc, voir infra la contribution de Sarah Toulouse.

19 « Nam volens viuere heroyce non conseruat diuitias sicut liberalis sed omnes dat una die […] Eligentes autem aduersa propter Deum eligunt vitam heroycam. Ideo prospera non iuvant eos ad habendum vitam moralem, immo si haberent caderent a suo statu », fol. Aii verso.

20 Ces deux termes sont d’ailleurs associés une fois : « Item peius faciunt religiosi et viri heroyci si sint mali quam existentes in prosperitate », fol. Av recto.

21 « Preterea ille qui transit ad voluntariam paupertatem aut aduersitatem dimissa prosperitate tanto est laudabilio quanto plura dimittit, ex opere operato saltem. Unde plus fuit laudatus Sanctus Ludouicus transiens ultra mare », fol. Aiiij recto.

22 La biographie traditionnelle d’Yves Mahyeuc fondée sur Albert Le Grand a été largement remise en cause par la communication du P. Bernard Hodel, supra. Celui-ci, en apportant un certain nombre de documents nouveaux, distingue un Yves Mahyeuc senior, confesseur de la reine Anne et prieur de Saint-Maximin, lui-même oncle d’un Yves Mahyeuc iunior devenu évêque de Rennes en 1507. C’est en 1501 seulement qu’Yves Mahyeuc senior aurait reçu la charge de confesseur. Son neveu se serait ensuite substitué à lui dans cette fonction à une date inconnue. Toutefois, en 1512, alors qu’il dédie son traité Eruditiones christiane religionis à la reine Anne, Ricius laisse entendre que le prélat rennais exerce cette charge auprès de la souveraine puisqu’il souligne combien elle veille à son salut sous la conduite du « très religieux père, évêque de Rennes, admirable en toute vertu » [« Verum animadvertens te non tuam tantum salutem curare quam omni sollicitudine famulante ad id religiosissimo patre, illo Redonensi episcopo, omni virtute conspicuo prosequeris… », Eruditiones christiane religionis, fol. aii recto.].

23 « Si ut prelati non potest fieri comparatio inter eos quasi alter eligat voluntarie aduersa quia prelatus ut prelatus non debet eligere aduersa. Ista enim impediunt eius officium et nocent propinquo quem verbo, exemplo et subsidio debet nutrire. Debet igitur fieri comparatio inter prelatum qui bene se habet in prosperis et praelatum bene se habentem in aduersis que inuitus patitur. Et sic videtur dicendum quod est laudabilior qui bene se habet in aduersis », fol. Avi verso.

24 « Discite subditorum matres vos esse debere, non dominos », Sermon sur le Cantique 23, 2 in Bernard de Claivaux, Sermons sur le Cantique (t. 2), Paris, Sources Chrétiennes, 1998, no 431, p. 202-205.

25 « Quia tota laus prelati ut sic sumitur in ordine ad propinquum, respectu cuius debet habere affectum paternum et maternum secundum Bernardum super Cantica sermo 25 : Discite etc. », fol. Avi verso.

26 « … quia prospera non habet prelatus ut dominus sed ut tutor et ministrator », ibidem.

27 « Respondeo videtur dicendum quod praelatus bene se habens in prosperis sit laudabilior quia infima supremorum vel eadem cum supremis infimorum vel sunt eis meliora et laudabiliora sed status prelatorum est superior statu pauperum voluntariorum que sunt persone priuate ut communiter conceditur », fol. Avij recto.

28 « … sed meminerit scriptum : Melior est iniquitas viri quam benefaciens mulier. Nam tu quidem in tui custodia vigilans bene facis ; sed qui iuvat multos, et melius facit, et virilius », Sermon sur le Cantique 12, 9 in Bernard de Claivaux, Sermons sur le Cantique (t. 1), Paris, Sources Chrétiennes, 1996, no 414, p. 274-275.

29 « … id est melius, inquam, facit qui iuvat multitudinem etiam cum aliquo deffectu quam qui bene se regit », fol. Avij recto.

30 « Fratres, revereamur episcopos, sed vereamur eorum labores : si labores pensamus, non affectamus honores. Agnoscamus impares vires nostras, nec delectet molles et femineos humeros virorum supponere sarcinis ; nec observemus eos, sed honoremus. Inhumane nempe eorum redarguis opera, quorum onera refugis », op. cit., p. 272-273.

31 « La Reyne ne laissa, pourtant, de le presenter, et il fut esleu unanimement, au grand contentement de toute la Ville, luy seul fondant en larmes, regrettant d’estre contraint d’accepter cette Charge, laquelle il tascha de rejetter loin de soy par toutes sortes de moyens et artifices imaginables », dans Albert Le Grand, Les Vies des saints de la Bretagne armorique, éd. Daniel Miorcec de Kerdanet, Brest, 1837, p. 534.

32 Georges Minois, Le confesseur du roi, Paris, 1988, en particulier p. 234-254.

33 Dialogus…, fol. biii verso.

34 « In consideratam mihi hactenus questionem soluendam obtulisti viduarum exemplar preclarissimum : si in statu videlicet prospero tantum quis prout in afflictionis tempore ex sua pacientia meretur ? », fol. Ai verso.

35 « Quam impressoria arte in lucem editam officiosissime dignitati tue dicandam censui, ut modico hoc munere innatam illam maiestatem benignitatis tue ad maiora mihi imperanda obsequia prouo cem », ibidem.

36 « Scrutanti mihi sacros doctores, cum nihil quod ad rem faceret inuenirem, apostolicus vir ille Redonensis antistes dignissimus similimam pene ex suis protulit archanis », ibidem.

37 « Cuius resolutio ad primum intuitum visa est mihi vel aliquantisper obscurior et eam ob rem quod de ea sentiam », fol. Avii verso.

38 « Videtur profecto dicendum quod dum aduersa non patitur », ibidem.

39 « Ostenditur nobis animus virtusque hominis fortior dum a placitis bonis non vincitur, quod ut fiat necesse est ut Deo plurimum adhereat ipsum diligendo supra blandicias seculi quibus propter eum parce utitur », ibidem.

40 « Nec sententia Augustini qua, inquit, meliorem esse modicam pacientiam in aduersis quam multam deuotionem in prosperis obstat […] Verum pacientia vel modica summe necessaria est ut quis in prosperis mereatur. Satis enim erit si agens in prosperis deuotus existat », fol. Aviii recto.

41 « Unde eam viam pro securiori docuit nos saluator sequi quam cum ex proposito eligimus contemnentes seculi prospera », ibidem.

42 « Hii autem qui non ex electione pacienter tamen ferunt aduersa gratias agentes Domino. Ex hoc ipso merentur ipsaque eorum tribulatio transit in expiationem pene debite eorum peccatis que in alio mundo acerbior multo foret », ibidem.

43 Paulin Paris, Études sur François Ier, Paris, 1885 ; René de Maulde La Clavière, Louise de Savoie et François Ier. Trente ans de jeunesse, Paris, 1895 ; Paule Henry-Bordeaux, Louise de Savoie, régente et roi de France, Paris, 1954 ; Anne-Marie Lecoq, François Ier imaginaire, Paris, 1987, en particulier ch. iii. « Le fils de Dame Prudence », p. 69-117 ; Mary Beth Winn, « Louise de Savoie, ses enfants et ses textes : du pouvoir familial au pouvoir d’Etat », dans Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne, 2007, p. 251-282.

44 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 436-437.

45 Ce mariage ne sera célébré que le 18 mai 1514 soit quatre mois après le décès d’Anne de Bretagne le 9 janvier 1514. Voir Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, p. 141-144.

46 Henri Hauser, « Le journal de Louise de Savoie », Revue historique, 1904, t. 86, p. 280-303.

47 Journal de Louise de Savoie, in Collection complète des mémoires relatifs à l’histoire de France, Paris, 1826, t. 16, p. 390-391. Longtemps daté de 1503, ce passage se rapporte en fait à l’année 1512 : voir P. Matarasso, « Le jour de la Sainte-Agnès et les couches d’Anne de Bretagne », MSHAB, t. 75, 1997, p. 241-252.

48 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 126-127.

49 Ce texte a été rédigé avant la parution de l’ouvrage de Florence Buttay, Fortuna. Usages politiques d’une allégorie morale à la Renaissance, Paris, PUPS, 2008.

50 A.-M. Lecoq, op. cit., p. 34 et fig. 4.

51 Ibidem, p. 85-101.

52 Ibid., p. 130.

53 « Querenti mihi preclarissime presul si quis doctorum comparasset utriusque status mortalium infelicis scilicet et prosperi meritum, tu solus qui sacrorum studiorum amator es scrutatorque diligentissimus fecisti satis questionem quam inter cartas et membranas habebas offerendo », fol. Aviii recto.

Table des illustrations

Légende Page de titre de la Questio perpuchra, portant la marque de l’imprimeur parisien Jean Petit (Médiathèque du Mans, Thin-4 ° 2767-4).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende La Double fortune, prospère ou adverse, illustrant un manuscrit de Pétrarque offert à Louise de Savoie, 1503.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540