Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Deuxième partie. Le frère prêcheur

Magister Yvo : l’un et l’autre Yves Mahyeuc, au service de leur Ordre, de sa réforme et du Royaume

Paul-Bernard Hodel

Texte intégral

Saint-Senoux (Ille-et-Vilaine), saint Dominique terrassant l’hérésie, bois polychrome, début du XVIe siècle

  • 1 Henri Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs, Yves Mahyeuc 1462-1541, évêque de Renn (...)

1Il y a cinquante ans déjà, l’abbé Poisson notait dans son livre consacré à Yves Mahyeuc : « Nos anciens hagiographes, trop souvent, se contentaient de résumer la vie des saints à la manière des légendes du bréviaire, donnant les grandes lignes de leur vie, sans préciser les dates, les circonstances dans lesquelles ils se trouvaient1. »

2Nous nous attacherons ici à rappeler le contexte particulier de la réforme dominicaine faite par la congrégation de Hollande, à laquelle appartenaient les couvents de Bretagne, puis à rechercher les sources – en particulier dominicaines – qui puissent apporter l’un ou l’autre élément permettant de mieux connaître Yves Mahyeuc dans les années qu’il passa dans l’Ordre jusqu’au moment de son accession à l’épiscopat.

La congrégation de Hollande

  • 2 Albert de Meyer, La congrégation de Hollande ou la réforme dominicaine en territoire bourguignon 1 (...)
  • 3 Le P. de Meyer n’a pas cru bon de retenir dans son édition la compilation faite à partir des actes (...)

3Il existe une seule étude consacrée à la congrégation de Hollande, écrite par le P. de Meyer2. Elle comprend principalement l’édition des actes des chapitres de la congrégation, faite à partir des deux uniques manuscrits connus qui en demeurent, l’un à Rome copié par le P. de Jonckheere et l’autre à Paris par le P. Quétif, copiés tous deux sur un original disparu qui se trouvait, à la fin du XVIIe siècle encore, au couvent des Prêcheurs de Lille. Le P. de Meyer les fait suivre d’extraits des registres des maîtres généraux3.

  • 4 Albert de Meyer, La congrégation de Hollande… op. cit., p. xxx-xxiv.
  • 5 Cette lettre est éditée par Raymond Martin, « Tractatus “Pro reformatione”. Lettre de Jean Uyt den (...)

4Le mouvement de réforme de l’Ordre à la suite de la peste et du Grand schisme partit de l’Italie au début du XVe siècle sous l’influence du maître de l’Ordre Raymond de Capoue qui ordonna que dans toutes les provinces de l’Ordre il y eût au moins un couvent de stricte observance. En 1456, le couvent de Gand passa à la réforme sous l’influence du vicaire du provincial de France de la nation de Picardie, Jean Uyt den Hove, et l’année suivante après que la réforme eut été introduite au couvent de Lille, la congrégation de Hollande fut érigée, qui comprenait les couvents de Lille, Gand, Rotterdam, La Haye, Calcar et Bruxelles et s’étendit aux territoires sous influence bourguignonne. À sa tête se trouvait un vicaire qui dépendait directement du maître de l’Ordre. Il ne s’agissait pas à proprement dire d’une province, mais comme d’une nation particulière dans une province, composée de couvents réformés4. Le programme de la réforme – qui définit les liens entre maître de l’Ordre, provinces et seigneurs temporels – est exposé dans le court traité de la réforme écrit par le premier vicaire de la congrégation de Hollande Jean Uyt den Hove, qui est une réponse à une lettre de Charles le Téméraire, qui en 1471 demanda quelle était l’œuvre de la réforme qu’il se proposait d’introduire dans ses terres5.

5La réforme est définie ainsi :

  • 6 Raymond Martin, « Tractatus “Pro reformatione”. Lettre de Jean Uyt den Hove », art. cit., p. 285 : (...)

« L’observance étant l’accomplissement de la règle et des statuts, et que la dispense ou son usage fait partie des statuts et des ordinations, user de la dispense ou l’accorder fait partie de l’observance. Par conséquent il est clair et manifeste que la différence entre observants et non-observants ne consiste pas dans l’usage ou le non-usage de la dispense ; mais on doit appeler non-observants ceux qui à l’aventure et dans l’indifférence transgressent les préceptes et les cérémonies de leur ordre et ne subissent pas les peines marquées pour de telles trangressions. Les observants, eux, suivent régulièrement et ordinairement ces règles, bien que parfois, selon le lieu et le temps, ou pour quelque cause survenant au hasard, ils usent des dispenses : ou peut-être, comme cela peut arriver, par fragilité, ils transgressent sans dispense, pourvu qu’ils aient l’intention de se corriger, de ne pas fauter au hasard, mais de se soumettre aux peines6. »

  • 7 Albert de Meyer, La congrégation de Hollande…, op. cit., p. lii.

6Sur les instances du duc et de la duchesse de Bretagne, les couvents bretons furent réformés et agrégés à la congrégation de Hollande ; il en fut de même pour les couvents sur territoire savoyard sur les instances du duc et de la duchesse de Savoie. Aux uns comme aux autres, la réforme servait leur politique, comme les réformés avaient tout intérêt à s’appuyer sur les princes7.

  • 8 Sur la question des nations, voir Gerald Meerseeman, « Les “nations” dans l’ancienne province domi (...)
  • 9 Albert de Meyer, op. cit., p. xci.
  • 10 Op. cit., p. xcii-xciii.
  • 11 Raymond Martin, « Tractatus “Pro reformatione”. Lettre de Jean Uyt den Hove », art. cit., p. 294 : (...)

7La congrégation, tout en dépendant du maître de l’Ordre, avait à sa tête un vicaire général. Les couvents étaient regroupés en nations, avec à leur tête un vicaire substitut8. Les couvents bretons formaient la nation de Bretagne, qui jouissait d’une certaine indépendance, possédant par exemple dès 1481 son propre couvent d’études à Nantes, ce qui dispensait d’envoyer ses élèves à Paris9. Ceci vaudra jusqu’à la création de la province gallicane en 1414 qui regroupa les couvents réformés qui se trouvaient sur territoire de la province de France10. Le traité de Jean Uyt den Hove disait : « Il faut remarquer encore ici que les couvents soustraits à la juridiction des provinciaux ne sont pas séparés ou coupés de leurs provinces. Ils peuvent en effet participer aux chapitres provinciaux, et là, toutes choses égales par ailleurs, traiter de ce qui est à définir. Ainsi le nombre des réformés croissant peu à peu, voire dépassant le nombre des non-réformés, il sera facile de réformer les provinces et l’Ordre tout entier11. »

Les mentions d’Yves Mahyeuc

  • 12 Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs, t. 5, 1487-1589, A (...)
  • 13 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin en Provence de l’Ordre des Frères Prêc (...)

8Les mentions suivantes concernent Yves Mahyeuc, tirées des actes des convocations de la congrégation de Hollande et des registres des maîtres généraux et présentées par ordre chronologique. Afin d’être le plus exhaustif possible – ce qui est d’autant plus nécessaire que les sources sont rares – nous avons vérifié le texte du P. de Meyer dans l’original conservé à Sainte-Sabine et avons ajouté et vérifié les mentions relevées par le P. Mortier dans son Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs12 ainsi que celles que le chanoine Albanès a éditées dans son ouvrage sur Saint-Maximin13.

I.
Acta convocationis anno 1485 in festo S. Petri martyris (29 avril)
Ms. : Roma, Archivum Generale Ordinis Prædicatorum
(=AGOP), XIV, Lib. G, 137.
Ed. : Albert de Meyer, La congrégation de Hollande, op. cit.,. p. 138

Istae sunt institutiones Vicariorum substitutorum cum plena auctoritate : […]
In natione Britanniae continuamus magistrum Iuonem Maieuc.

  • 14 Il s’agit donc du volume AGOP, IV, 14 qui porte pour titre : « Compendium rerum notatu maxime dign (...)

II.
(20 juillet 1485)
Ms. : AGOP, IV, 14, 83r. (le P. Mortier donne comme cote : Reg. Berth. De Comaziis,
19 : la référence est celle d’un registre dont on avait tiré un Compendium14).
Ed. : Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’ordre des Frères Prêcheurs, t. 4,
400-1486,A. Picard et fils éditeurs, Paris, 1909, 595.
Magistrorum ac procuratorum generalium O. P. registra minora (1469-1523), ediderunt G. Meersseman et D. Planzer, Monumenta Ordinis Fratrum
Prædicatorum Historica XXI, Romæ, 1947, 40.

Fol. 19 pag. 1. Magister Iuo Gracilis Prior Nannetensis et Vicarius Conuentuum Reformatorum Britanniae fit Vicarius Magistri Ordinis ad reformandum Conuentus Gingapensem et antisiodorensem cum plena potestate omnia faciendi quae Magister Ordinis potest, etiamsi mandatum speciale exigerent, etiam Inuocato brachi saecularis etc. Datum Romae 20. Julii 1485.

III.
Acta convocationis Anno 1487 in festo S. Petri martyris (19 avril)
Ms. : AGOP, XIV, Lib. G, 147

Ed. : Albert deMeyer, La congrégation de Hollande, op. cit.,p. 148.
Absoluimus […] et priorem Nannetensem et continuamus eum in uicariatu nationis Britanniae.

IV.
Acta convocationis anno 1490 in festo Apparitionis S. Michaelis Archangeli (8 mai)
Ms. : AGOP, XIV, Lib. G, 175
Ed : Albert de Meyer, La congrégation de Hollande, op. cit., p. 171.

De promotione uero f. Iuonis Maieuc conuentus Nannetensis committimus uicario substituto et patribus nationis Britanniae.

V.
(14 juin 1501)
Ms. : AGOP, IV, 15 (registres Bandelli 1501-1505), 16r.
Ed. : Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs, op. cit., p. 93.

Magister Yvoni Mohic iungitur officium confitendi reginam francie etc. Die 14a iunii Rome.

VI.
(9 décembre 1503)
Ms. : AGOP, IV, 15, 181v.
Ed : Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, op. cit., p. 88*.

Reuerendus magister hyvo confessor christianissime regine et […] assignantur in conuentu sancti maximini et precipitur omnibus in uirtute etc. ut cum fuerint requisiti infra spatium trium dierum ab harum exhibitione recto tramite versus dictum conuentum iter arripiant. Et nullus inferior reuerendissimo potest eos ab hoc impedire.

VII.
(22 janvier 1504)

Ms. : AGOP, IV, 15, 183r.
Ed : Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin,
op. cit., p. 89*.

Intimatur uocalibus conuentus sancti maximini quod si elegerint magistrum ivonem confessorem christianissime regine erit gratum regie maiestati etc. et facta electione si sciuerint reverendissimum extra regnum francie mittant electionem reuerendi prouinciali qui eam confirmabit etc. et ad cautelam absoluuntur ab omnibus censuris et penis. Die 22a ianuarii Lugduni.

  • 15 La lettre est éditée par Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin en Provence, (...)
  • 16 Op. cit., p. 218-219.
  • 17 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 96*-98*, la citation se trouve aux (...)
  • 18 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 98*-101* ; la citation se trouve p (...)
  • 19 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 101*-103* ; la citation se trouve (...)
  • 20 Je dois ce renseignement au P. Augustin Laffay, o. p., archiviste de la province de Toulouse qui é (...)
  • 21 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 226.

9Les archives départementales des Bouches-du-Rhône possèdent une copie de la lettre de Vincent Bandelli confirmant l’élection d’Yves Mahyeuc comme prieur de Saint-Maximin, datée par erreur du 12 août 150415. Déjà le chanoine Albanès proposait de corriger la date au 12 février 150416. D’autres documents sont cités par le chanoine Albanès comme par le P. Mortier, conservés aux archives de Saint-Maximin : la lettre de maître Bandelli du 21 février 1505, qui unit Saint-Maximin à la congrégation réformée de France où est mentionné « in priorem […] religiosissimum confessorem christianissime regine, magistrum Ivonem de Britannia17 » ; un diplôme de Louis XII pour mettre à exécution les mesures prises pour la réforme du couvent de Saint-Maximin du 14 mars 1506 qui mentionne « Yves Mayeuc, prieur dudit convent de Saint-Maximin et confesseur ordinaire de nostre tres chere et tres amée compaigne la Royne18 » ; enfin un diplôme de Louis XII pour maintenir l’union du couvent de Saint-Maximin à la congrégation de France du 27 novembre 1507 et qui mentionne « Noz chers et bien amez orateurs Jehan Clerée, de bonne memoire, en son vivant, Anthoine du Four, et Yves Mayeur, docteurs en theologie et confesseurs de nous et de nostre tres chere et tres amée compaigne la Royne, et de nostre maison19 ». Malheureusement, au moment du transfert des fonds au couvent de Toulouse, les archives ont été mélangées de sorte qu’il est quasi impossible de retrouver les documents20. Est particulièrement intéressante cette chronique qui dit : « Ellegerunt rev. Patrem Yvonem de Britania, serenissime quondam regine confessorem ; et hoc, de anno domini 1504… Dictus Yvonis dictum prioratum acceptavit, ac illum longe tempore, saltem spacio quatuor annorum, per vicarium et locum tenentem tenuit et possedit ; et dictum vicarium in ipso conventu habuit paciffice, vidente et paciente dicto Petro Boneti… Eidem rev. Fratri Yvoni, uti priori, et ejus vicario, parebatur et obediatur, quamdiu fuit in officio, et spacio quatuor annorum, vel circa, qui ut talis multas litteras scripsit21. »

VIII.
(28 janvier 1504)
Ms. : AGOP, IV, 15, fol. 39r.
Ed. : Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs, op. cit., p. 90.

Fr. Ivo conuentus nanetensis instituitur magister in theologia cum omnibus gratiis, etc. Die eadem ibidem (28a januarii Lugduni).

IX.
(31 janvier 1504)
Ms: AGOP, IV, 15, fol. 31v.
Ed. : Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs, p. 90.

Magister Yvo conuentu nanetensi confessor christianissime regine a consensu christianissimi regis instituitur prior sancti maximi cum omnimodo auctoritate singulariter assignandi fratres et remouendi in eodem conuentu et prouidendi uel studentibus et lectoribus iuxta fundationem dicti conuentus. Die 31 ianuarii Valencie.

X.
(28 décembre 1504)
Ms. : AGOP, IV, 15, 184r.
Ed : Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 90*.

Magister Ivo nanetensis instituitur sindicus conuentus sancti maximini cum omni auctoritate. Eadem die ibidem (in sancto maximino die 28. decembris).

XI.
(20 décembre 1505)
Ms. : AGOP, IV, 17 (registre Bandelli 1505-1506), 159v.

Ed : Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, op. cit., p. 90*.

Magistro iuoni confessori regine priori sancti maximini datur omnis auctoritas pro se uel per alium in prefatum conuentum. Rome 20. decembris.

  • 22 La formation aux degrés est particulièrement bien décrite par Michael Tavuzzi, Prierias. The life (...)

10Ces différentes mentions font apparaître certains problèmes : comment Yves Mahyeuc peut-il apparaître comme magister dès 1485 et n’être institué maître en théologie qu’en 1504, près de vingt ans plus tard22 ? Comment peut-il institué prieur de Saint-Maximin au début de 1505 et procureur du même couvent à la fin de l’année suivante ? On imagine mal un confesseur royal devenir simple procureur d’un couvent… surtout sans y être présent. Ce qui est possible pour un prieur l’est plus difficilement pour un procureur.

11Deux mentions tirées des registres des maîtres de l’Ordre, que ni les uns ni les autres ne semblaient avoir vues, et dont l’une a été éditée entre-temps, permettent d’éclairer le problème :

XII.
(19 octobre 1484)
Ms. : AGOP, IV, 14, 82v.
Ed: Magistrorum ac procuratorum generalium O. P. registra minora (1469-1523), p. 37.

Fol. 15. pag. 2. Magister Iuo Gracilis factus est a Magistro Reuerendissimo authoritate Apostolica Magister Theologiae. Instituitur Vicarius Generalis Conuentuum Reformatorum Brittaniae cum authoritate talibus dari consueta, et si eum moui uel abesse longiius contigerit, Instituitur Vicarius quem Priores conuentuum elegerint, donec per Magistrum Iuonem magistrum fuerit prouisum et mandatur omnibus ut obediant. Dat. Rom. 19. octob. 1484.

XIII.
(30 mai 1491)
Ms. : AGOP, IV, 10 (Registres Torriani 1491-1494), 32v.

Assignatur frater Yvo conuentus nanetensis ad legendas sententias pro gradu et forma magisterii in universitate nanetensis et eadem die.

  • 23 Acta capitulorum generalium ordinis prædicatorum, vol. III, ab anno 1380 usque ad annum 1498, rece (...)
  • 24 Acta capitulorum generalium ordinis prædicatorum, vol. IV, p. 80: « Istae sunt acceptationes ad be (...)

12Les sources dominicaines ne donnent pas de renseignements supplémentaires : rien n’est dit dans les Acta capitulorum generalium23, sauf au chapitre général de 1507 qui félicite le nouvel évêque de Rennes, mais sans donner son nom24. Aucune autre mention que celles que nous avons déjà signalées ne se trouve dans les actes de la congrégation de Hollande ni dans les registres des maîtres de l’Ordre.

13Il apparaît donc clairement qu’il faut distinguer deux personnes qui portent le même nom, dont l’un pourrait être le neveu de l’autre, là où les PP. Mortier et de Meyer et le chanoine Albanès n’en ont vu qu’une seule. Soit un Yves Mahyeuc senior, maître en théologie en 1484 et vicaire de la nation de Bretagne (XII), prieur de Nantes et vicaire confirmé en 1485 (III), confesseur de la reine en 1501 (V), prieur plus ou moins imposé de Saint-Maximin en 1504 (VI, VII et XI) ; et un Yves Mahyeuc iunior, que l’on propose pour le magistère en théologie en 1490 (IV), qui est lecteur des sentences en 1491 (XII), maître en théologie en 1504 (IX) et syndic de Saint-Maximin en 1505 (X), cette fois avec le titre de magister, dans le couvent même dont l’autre Yves Mahyeuc était prieur.

  • 25 Les bulles sont datées du 29 février 1506, mais il s’agit ici du style de l’Annonciation, qui étai (...)

14Lequel des deux fut l’évêque de Rennes ? Les archives départementales d’Ille-et-Vilaine possèdent quatre bulles du pape Jules II du 29 février 150725, la première adressée à Yves Mahyeuc lui-même, la seconde à l’archevêque suffragant de Tours, la troisième au chapitre cathédral de Rennes et la quatrième au peuple rennais. Il n’y est nulle part fait mention du fait qu’il soit confesseur de la reine. Il semble bien alors qu’il s’agisse d’Yves Mahyeuc iunior.

XIV.
Bulle du pape Jules II à Yves Mahyeuc
(29 février 1507)
Ms. : Rennes, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 2/1

Iulius episcopus seruus seruorum dei dilecto filio Yuoni electo redonensi salutem et apostolicam benedictionem. Deuotionis tue probata sinceritas quam ad nos et apostolicam sedem habere demonstraueris promeretur ut personam tuam sinceris affectibus prosequentes petitionibus tuis quantum cum deo possumus fauorabiliter annuamus. Hinc est quod nos te de cuius persona nuper ecclesie redonensis tunc certo modo pastore carenti de fratrum nostrorum consilio auctoritate apostolica prouidimus preficiendo te illi in episcopum et pastorem a quibuscumque excommunicationis suspensionis et interdicti aliisque ecclesiasticis sententiis censuris et penis a iure uel ab homine quauis occasione uel causa latis si quibus quomodolibet innodatus existis ad effectum presentium duntaxat consequendum harum ferie absoluentes et absolutum fore censentes tuis in hac parte supplicationibus inclinati ut quoad uixeris et eidem ecclesie prefueris ecclesias monasteria aliaque loca ecclesiastica earumque personas tuarum ciuitatis et diocesis redonensis in quibus tibi uisitationis officium de iure uel consuetudine competit possis per aliquam seu aliquas personam seu personas idoneam uel idoneas quam seu quas ad id duxeris deputandam seu etiam deputandas quotiens tempus uisitationis ingruerit etiam duo tria aut plura eadem die uisitare ac procurationes ratione uisitationis huiusmodi tibi debitas de eisdem ecclesiis monasteriis locis et personis taliter uisitatis anno quolibet in pecunia numerata recipere non obstantibus quibuscumque constitutionibus felicis recordationis Innocentio. iiii. et Gregorio. x. et quibuslibet aliis romanis pontificibus predecessoribus nostris in contrarium editis siue priuilegiis et indulgentiis predictis quibuscumque generalibus uel specialibus quibus quorumque totis tenoribus de uerbo ad uerbum in nostris litteris specialem oportuerit fieri mentionem et per que presentibus non expressa uel totaliter non inserta effectus huiusmodi gratie impediri ualeat quomodolibet uel differti fraternitati tue auctoritate apostolica tenore presentium indulgentiis. Que tamen intentionis existit quod in quorum facultates ad integram solutionem procurationem earumdem supportatis aliis oneribus consuetis non suppetunt ultra qua circa suarum huiusmodi facultatem exigentiam commode possuit illi uero qui de dictis procurationibus nihil soluere possunt ad solutionem aliquam pretextu indulti huiusmodi nullatenus compellantur. Nulli ergo omnino hominum liceat hanc paginam nostre absolutionis et indulti infringere uel ei ausu temerario contraire. Si quis autem hoc attemptare presumpserit indignationem omnipotentis dei ac beatorum Petri et Pauli apostolorum eius se nouerit incursum. Datum Bononie anno incarnationis dominice millesimo quingentesimo sexto quarto kalendas februarii pontificatus nostri anno quarto.

XV.
Bulle du pape Jules II à l’archevêque de Tours
(29 février 1507)
Ms. : Rennes, archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 48/2

Iulius episcopus seruus seruorum dei uenerabili fratri archiepiscopo turonensi salutem et apostolicam benedictionem. Ad cumulum tue cedit salutis et fame si personas ecclesiasticas presertim pontificali dignitate predicas oportuni presidii gratia prosequaris. Hodie siquidem ecclesie redonensi tunc certo modo pastore carenti de persona dilecti filii Yvonis electi redonensis nobis et fratribus nostris ob suorum exigentiam meritorum accepta de fratrum eorumdem consilio auctoritate apostolica prouidimus ipsumque illum preficimus in episcopum et pastorem curam et administrationem ipsius ecclesie redonensis sibi in spiritualibus et temporalibus plenarie committendo prout in nostris inde confectis litteris plenius continetur. Cum igitur ut idem Yvo electus in commissa predicte ecclesie sibi cura facilius proficere ualeat tuus fauor ei fore noscatur plurimum oportunius fraternitatem tuam hortamur attente tibi per apostolica scripta mandantes quatinus predictum electum et commissam sibi ecclesiam tuam suffrageneam habens pro nostra apostolice sedis reuerentia propensius commendatos in ampliandis et conseruandis iuribus suis sic eos tui fauoris presidio prosequaris quod ipse electus tuo fultus auxilio in commisso sibi prefate ecclesie regimine se possit utilius exercere tuque diuinam misericordiam et nostram ac dicte sedis benedictionem et gratiam ualeat exinde uberius promoueri. Datum Bononie anno incarnationis dominice millesimo quingentesimo sexto quarto kalendas februarii pontificatus nostri anno quarto.

XVI.
Bulle du pape Jules II au chapitre de Rennes (29 février 1507)
Ms. : Rennes, archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 48/2

Iulius episcopus seruus seruorum dei dilectis filiis capitulo ecclesie redonensis salutem et apostolicam benedictionem. Hodie ecclesie uestre redonensi tunc certo modo pastore carenti de persona dilecti filii Yuonis electi redonensis nobis et fratribus nostris ob suorum exigentiam meritorum accepta de fratrum eorumdem consilio auctoritate apostolica prouidimus ipsumque illum prefecimus in episcopum et pastorem curam et administrationem ipsius ecclesie redonensis sibi in spiritualibus et temporalibus plenarie committendo prout in nostris inde confectis litteris plenius continetur. Quocirca discretioni uestre per apostolica scripta mandamus quatinus eundem Yuonem electum tanquam patrem et pastorem animarum uestrarum grato admittentes honore ac exhibentes eidem obedientiam et reuerentiam debitas et deuotas eius salubria monita et mandata suscipiatis humiliter et efficaciter adimplere curetis. Alioquin sententiam quam idem electus rite tulerit in rebelles ratam habebimus et faciemus auctore domino usque ad satisfactionem condignam inuiolabiliter obseruari. Datum Bononie anno incarnationis dominice millesimo quingentesimo sexto quarto kalendas februarii pontificatus nostri anno quarto.

XVII.
Bulle du pape Jules II au peuple de Rennes
(29 février 1507)
Ms. : Rennes, archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 G 48/2

Iulius episcopus seruus seruorum dei dilectis filiis populo ciuitatis et diocesis redonensis salutem et apostolicam benedictionem. Hodie ecclesie redonensi tunc certo modo pastore carenti de persona dilecti filii Yuonis electi redonensis nobis et fratribus nostris ob suorum exigentiam meritorum accepta de eorumdem fratrum consilio auctoritate apostolica prouidimus ipsumque illum prefecimus in episcopum et pastorem curam et administrationem ipsius ecclesie redonensis sibi in spiritualibus et temporalibus plenarie committendo prout in nostris inde confectis litteris plenius continetur. Quocirca uniuersitatem uestram rogamus et hortamur attente per apostolica scripta uobis mandantes quatinus eundem electum tanquam patrem et pastorem animarum uestrarum grato admittentes honore ac exhibentes sibi obedientiam et reuerentiam debitas et deuotas eius salubribus monitis et mandatis humiliter intendatis ita quod ipse in uobis deuotionis filios et nos in eo per consequens patrem inuenisse beniuolum gaudeatis. Datum Bononie anno incarnationis dominice millesimo quingentesimo sexto, quarto kalendas februarii pontificatus nostri anno quarto.

  • 26 Thomas Ripoll-Antoninus Brémond, Bullarium Ordinis Prædicatorum, tomus quartus ab anno 1484 ad ann (...)
  • 27 Ibidem.
  • 28 Les copies faites par les auteurs du Bullarium pour le début du XVIe siècle se trouvent aux AGOP, (...)
  • 29 Thomas Ripoll-Antoninus Brémond, Bullarium Ordinis Prædicatorum, p. 283.
  • 30 Archivio Segreto Vaticano, Schedario Garampi, Vescovi 30, Indice 504, f ° 797v°.

15Il ne faut pas ici se laisser égarer par le texte donné dans le Bullarium Ordinis Prædicatorum, qui édite la bulle au chapitre cathédral26. Il apparaît clairement que le texte du Bullarium possède un ajout qui ne se trouve pas dans l’original – ce genre d’extrapolation n’est d’ailleurs pas un cas isolé dans le Bullarium – et qui porte justement sur l’identification du confesseur de la reine. Là où le Bullarium parle de : « dilecti filii Yvonis Mayeno Ordinis Fratrum Praedicatorum & Theologiae professoris, ac carissimae in Christo filiae nostrae Annae Francorum Reginae, & Britanniae Ducissae Confessoris », le texte original de la bulle dit simplement : « dilecti filii Yuonis ». D’où vient cet ajout ? D’une mention marginale qui aurait passé dans le texte ? Difficile de rien affirmer. Le Bullarium parle de sept bulles – dont sans doute celle à Yves Mahyeuc lui-même qu’il ne mentionne pas – dans lesquelles Mayeuc serait transformé en Mayenus : « Sed in septem Constitutionibus, quibus Yuo commendatur Annæ Francorum Reginæ, & Britanniæ Ducissæ, Archiepiscopo Turonensi, Capitulo, Clero, Populo, ac Vassalis Ecclesiæ Redonensis, ac censuris, uti moris est, soluitur, Mayeno nuncupatur27. » Malheureusement, toute vérification s’avère impossible. Elle ne figure pas parmi les copies des bulles utilisées par les compilateurs du Bullarium et conservées aux archives générales de l’Ordre à Rome28. Le Fondo Domenicani conservé aux archives secrètes vaticanes, où fut versé une partie des archives des maîtres de l’Ordre au moment où les archives ecclésiastiques confisquées par Napoléon revinrent à Rome, ne possède pas de bulles de Jules II. Quant à la collocation des archives vaticanes donnée par le Bullarium, « Asseruantur in Archivo Ordinis ex Archivo Apostolico Lib. CCLXI fol 300, & 30129 », elle doit correspondre certainement aux registres mentionnés par l’inventaire de Giuseppe Garampi, établi à la fin du XVIIIe siècle, qui indique plusieurs bulles au moment de l’élection d’Yves Mahyeuc au siège de Rennes et renvoie à des registres aujourd’hui perdus30.

  • 31 Albert Le Grand, La Vie, gestes, mort et miracles des saincts de la Bretaigne armorique, Nantes, P (...)
  • 32 L’Année Dominicaine ou les vies des saints, des bienheureux, des martyrs, des autres personnes ill (...)
  • 33 Antoine Touron, Histoire des Hommes Illustres de l’Ordre de saint Dominique, t. 4, chez Babuty et (...)

16Reste à comparer ces informations aux renseignements donnés par Albert Le Grand dans les Vies des saints de la Bretagne, publiées en 163631 et qui représentent la version « vulgate » de la connaissance d’Yves Mahyeuc. Tous ont répété ce qu’ils avaient trouvé chez lui, que ce soit le P. Jean de Réchac de Sainte-Marie dans les Vies et Actions mémorables des trois plus signalés religieux en sainteté et en vertu de l’Ordre des Frères Prêcheurs en Bretagne, publiées à Paris en 1644, la notice de l’Année Dominicaine de 171032 ou le P. Touron dans son Histoire des Hommes illustres de l’Ordre de saint Dominique, publiée en 174733.

  • 34 La vie des saints de la Bretagne Armorique, p. xii-xiii : « J’interdis absolument la lecture de ce (...)
  • 35 Op. cit., p. x.

17Dans son avertissement, le P. Albert Le Grand donne quelques indications sur ses sources – pour autant que nous soyons en droit de faire lecture de son ouvrage34 : « Quelques années aprés mon Obedience receue pour le Convent de Morlaix, lieu de sa naissance, et destiné pour faire les questes ordinaires par les Paroisses de l’Evesché de Léon, je fus curieux de m’enquerir des Vies des Saints Patrons d’icelle, pendant le sejour que je faisois en chacune, afin d’en pouvoir dire quelque chose en chaire, et spécialement aux jours de leurs Fêtes35. » Nous pouvons donc raisonnablement considérer ses indications de dates comme possibles.

  • 36 Op. cit., p. 393.
  • 37 Op. cit., p. 394.
  • 38 Ibidem.
  • 39 Ibidem.

18Yves Mahyeuc serait né en 146236, entré dans l’ordre en 148337, aurait été assigné au couvent de Rennes en 148938, et serait devenu confesseur de la duchesse en 149139. Il est impossible de faire concorder ces trois premières dates avec Yves Mahyeuc senior. Il ne peut être entré dans l’ordre en 1483 et l’année suivante nommé maître en théologie, prieur et vicaire de Bretagne. Pour autant que ces dates soient exactes, elles concordent avec Yves Mahyeuc iunior, qui devint maître en théologie en 1504, ce qui cette fois est possible.

19Par contre, c’est le maître de 1484 qui est désigné à répétition comme confesseur d’Anne de Bretagne. Il s’agit donc d’Yves Mahyeuc senior. Mais à quoi donc correspond la date de 1491 ? Les registres du maître Bandelli donnent celle de 1501. Pourtant Yves Mahyeuc était confesseur de la duchesse bien avant cette seconde date. Preuves en sont les deux mentions qui se trouvent dans les comptes de la trésorerie de la reine, conservés pour les années 1492 à 1496.

XVIII.
Comptes des gages des officiers de la reine
(janvier à septembre 1492)
Ms. : Paris, Archives nationales, KK 81, 61r-61v.

A frere yves m <a> hieuc confesseur de ladite dame la somme de sept vings dix livres tournois pour ses gaiges et entretenement au service de ladite dame durant le temps de ce present compte qui est au feur de seize livres treze solz quatre deniers tournois par chacun diceulx moys pour cecy par vertu dudit roole cy devant rendu suivant cy comme il appert par sa quictance cy rendue pour cecy ladite somme de viixx x l. t.

XIX.
Comptes des gages des officiers de la reine
(septembre 1493 à septembre 1494)
Ms. : Paris, Archives nationales, KK 81, 149v.

A frere yves mayeuc confesseur de ladite dame la somme de deux cens livres tournois pour ses gaiges et entretenement au service de ladite dame durant ceste presente annee entiere luy a este paiee par vertu dudit roole cy devant rendu suivant cy comme il appert per quatre quictance cy rendue pour cecy ladicte somme de iic l. t.

20Au moment où Yves Mahyeuc iunior devient évêque, Yves Mahyeuc senior est encore confesseur de la reine, comme on l’a vu dans une lettre de Louis XII du 25 novembre 1507.

  • 40 Op. cit., p. 399 : « Yvo Mahyeuc, ex familia Dominicanorum, per annos amplius quadraginta Episcopa (...)
  • 41 Ibidem : « XII Cal. Oct. hac die vigesima septembris a Noto Salvatore 1541, diem clausit extremum, (...)
  • 42 Jean deRéchacde Sainte-Marie, Vies et Actions mémorables des trois plus signalés religieux en sain (...)
  • 43 Je remercie ici M. Georges Provost à qui je dois ces renseignements.

21Faut-il donc tenir Albert Le Grand pour responsable de la confusion ? En plus des renseignements qu’il a pu obtenir lorsqu’il allait prêcher et quêter – qui sont donc invérifiables – il cite à la fin de sa notice deux documents, un catalogue manuscrit des évêques de Rennes qui indique : « Fuit reginae Annae, uxorem Carolo VIII et Ludovici XII a secretis confessionum40 », et le nécrologe du couvent de Bonne-Nouvelle, qui parle lui simplement de « Frater Yvo Mahyeuc, hujus civitatis Antistes » sans mentionner qu’il fut confesseur de la reine41. Mais il s’agit d’un manuscrit perdu, donc impossible à vérifier. Quant au catalogue des évêques de Rennes, le P. Réchac dit qu’il est conservé sous forme manuscrite par le chapitre de Rennes et en donne l’extrait latin et traduction française relatif à Yves Mahyeuc. Et il dit à cette occasion que « ces choses ont été fidellement & exactement coppiées d’un ancien livre bien relié, communément appellé le Ceremonial, & du Catalogue de Messieurs les Evêques de Rennes, écrit à la main, en vieux caractère Gotthique, sur le parchemin, & icelles étans coppiées, ont été de plus soigneusement collationées à leurs originaux par moy même qui signe ces présentes, Michel de Bourré, prêtre chanoine de ladite Église de Rennes & Protonotaire de notre Saint Père le Pape & de la Sainte Église Romaine ; Françoys Huart, Protonotaire du Saint Siège Apostolique, Trésorier et Chanoine de l’Église de Rennes42 ». Il s’agit certainement d’une mention d’origine, recopiée ou collationnée par ces deux chanoines dans la première moitié du XVIIe siècle (Michel de Bourré meurt en 1649 et François Huart, chanoine en 1613, meurt en 165843), mais quelle est la fidélité à l’original ? Comme il s’agit d’un manuscrit disparu, il est impossible de vérifier.

  • 44 Bertrand D’Argentré, Histoire de Bretagne, (s. l.), 1582.
  • 45 Henri Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs, Yves Mahyeuc, p. 175.

22Parmi les autres auteurs cités par Albert Le Grand se trouve Bertrand d’Argentré et son Histoire de Bretagne dont la première édition est de 158244 et qui écrit : « Il eut l’honneur d’être confesseur de la Reine Anne et de ses maris, les rois Charles VIII et Louis XII45. » S’il y a confusion entre les deux Yves Mahyeuc, elle était ainsi déjà faite à la fin du XVIe siècle, soit quarante ans seulement après la mort de l’évêque de Rennes.

  • 46 La lettre est publiée par Eugene F. Rice, Prefatory Epistles of Jacques Lefevre d’Etaples and Rela (...)
  • 47 Alphonsus Ricius, Eruditiones christiane religionis plurimum utiles et cuilibet christiano admodum (...)

23Il est néanmoins possible de trouver une raison à cette confusion. En tête de l’édition qu’il fit des œuvres de saint Hilaire, Robert Fortuné fait figurer une épître dédicatoire qu’il date du 9 janvier 1511 et qu’il adresse au « Reverendo in Christo patri domino Ivoni Rhedonensi antistiti dignissimo et confessionis illustrissimae ac prudentissimae Francorum reginae46 ». Ce qui signifie donc qu’Yves Mahyeuc iunior a lui aussi été confesseur de la reine. De même Alphonse Ricius, dans les Eruditiones christiane religionis, publiées par Jean Petit sans doute en 1513, se réfère, dans l’épître dédicatoire adressée à Anne de Bretagne, à l’évêque de Rennes, qui semble diriger la souveraine sur les voies du salut47.

  • 48 Sur cette liste voir : Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers (...)
  • 49 Op. cit., p. 93.

24Reste encore à citer la liste établie au XVIIIe siècle par le P. Mathieu Texte des Frères Prêcheurs choisis comme confesseurs du roi48, qui apporte à la fois de nouveaux éléments et de nouvelles difficultés. Aussi fantaisiste qu’elle puisse sembler, elle fait partie des rares listes de confesseurs dressées sous l’Ancien Régime, qui sont les seules à disposition et qu’utilise abondamment Xavier de la Selle dans son étude sur les confesseurs et les aumôniers des rois de France49. Le nom d’Yves Mahyeuc apparaît à deux reprises :

XX.
Mathieu Texte : Traité des confesseurs des rois de France choisis dans l’ordre des ff. prêcheurs.
Ms.: AGOP, XIV, Lib. RR, 384
Charles VIII né en 1470. décédé en 1498.
24. Yves de Maiehuc a l’absence de Mr Rely, au retour du Roy, de ses conquêtes d’Italie en 1495.

Branche d’Orleans Valois
Louis XII né en 1462, décédé en 1514.
Le même Yves, depuis le depart du P. Laurent Bureau Carme, pour sa commission contre les heretiques vaudois en 1501. jusqu’a son retour 1503. mort le 5 juillet 1504. yves etoit a la suite de la cour, confesseur et Aumonier d’Anne de Bretagne Épouse de ces deux Rois. il fut sacré Évêque de Rennes en 1506 et mourut en 1541. on a informé pour la Béatification : « Probitate virtutum enituit ut anna ducissa Britanniae, eum a sacris confessionibus acciverit, carolo VIII et ludovico XII eodem munere perfunctus est. »

Gal ch Roberti et ste Marthe, Alain vie d’yves, D. Lobineau saints de Bret, An Dominicaine Archon met ses deux absences p. 452 et 465.

  • 50 Gui Alexis Lobineau, Les Vies des saints de Bretagne, et des personnes d’une éminente pieté qui on (...)
  • 51 Louis Archon, Histoire ecclésiastique de la chapelle des rois de France, 2 vol. , N. Le Clerc, Par (...)
  • 52 Nous n’avons pas trouvé ailleurs dans Gallia Christiana de référence à Yves Mahyeuc. La notice qui (...)

25Quelles sont ces sources indiquées par le P. Mathieu Texte ? Certaines sont aisément identifiables et sans doute reprennent directement ou indirectement des données trouvées chez Albert Le Grand. C’est sans doute le cas de l’Année Dominicaine et des Saints de Bretagne de Dom Lobineau50. Mais à quoi correspondent les mentions de Roberti et ste Marthe, et quelle est cette Vie d’Yves d’un certain Alain ? Et quelles sont les sources d’Archon51 ? Et qu’en est-il de Gallia christiana ? À quoi ceux qui y renvoient se réfèrent-ils ? La partie consacrée au diocèse de Rennes se trouve dans l’un des volumes publiés au XIXe siècle52. Existe-il dans un autre volume une référence à Yves Mahyeuc ?

26La deuxième mention d’Yves Mahyeuc dans les listes du P. Texte concerne les confesseurs de la reine, mais les indications qu’il donne semblent ambiguës, l’évêque n’ayant pu être confesseur d’Anne de Bretagne et de Marie de Luxembourg plus d’un siècle et demi auparavant. Sans doute faut-il interpréter « reynes » comme « règnes » :

XXI.
Mathieu Texte : Traité des confesseurs des rois de France choisis dans l’ordre des ff. prêcheurs.
Ms.: AGOP, XIV, Lib. RR, 385

  • 53 Vérification faite, cette référence à la p. 162 ne correspond à rien dans les quatre volumes des M (...)

Reines de France, qui ont eu des Confesseurs Dominicains.
Marie de Luxembourg, seconde épouse de Charles IV.
Choisit tous ses confesseurs dans l’ordre de st Dominique : quamdiu vixit. Elle voulut être enterrée aux Dominicaines de Montargis avec leur habit qu’elle n’avoit quité etant novice que pour des Raisons d’Etat.
Baluze miscel., p. 16253.
Anne de Bretagne, Épouse de Charles VIII et Louis XII.
Yves de Maheuc, sous ces deux Reynes.

  • 54 Vincentius Maria Fontana, Theatrum Dominicanum, Ex typographia Nicolai Angeli Tinassii, Romæ, 1666 (...)
  • 55 Giovanni Michele Cavalieri, Galleria de’Sommi pontifici, Patriarchi, Arcivescovi, e Vescovi dell’O (...)

27Les listes certainement fantaisistes du P. Texte laissent néanmoins entrevoir une activité de l’un et l’autre Yves Mahyeuc à la cour plus large que le seul service de confesseur de la reine et en lien avec d’autres Frères Prêcheurs issus du même monde de la réforme. Le diplôme de Louis XII du 27 novembre 1507 l’indiquait déjà lorsque le roi s’adresse à « Noz chers et bien amez orateurs Jehan Clerée, de bonne memoire, en son vivant, Anthoine du Four, et Yves Mayeur, docteurs en theologie et confesseurs de nous et de nostre tres chere et tres amée compaigne la Royne, et de nostre maison ». Certains auteurs dominicains l’ont également affirmé au XVIIe siècle, comme Vincenzo Fontana dans son Theatrum Dominicanum54 ou Giovanni Michele Cavalieri dans sa Galleria de’Sommi pontifici, Patriarchi, Arcivescovi, e Vescovi dell’Ordine de’Predicatori55, tout en maintenant la confusion entre les deux Yves Mahyeuc.

28Si la distinction entre l’un et l’autre Yves Mahyeuc semble clairement établie, de même que la raison de cette confusion, bien des points demeurent obscurs, en particulier en ce qui concerne leur activité de confesseurs à la cour de France. De même, d’autres bulles de Jules II après sa nomination à l’évêché de Rennes, indiquées dans le Schedario Garampi, pourraient être retrouvées et pourraient éclairer l’activité épiscopale d’Yves Mahyeuc iunior. Ce sont des études qui dépassent largement le propos que nous nous étions fixé ici, mais qui mériteraient d’être menées.

Notes

1 Henri Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs, Yves Mahyeuc 1462-1541, évêque de Rennes de 1506 à 1541, Rennes, 1957, p. 13-14.

2 Albert de Meyer, La congrégation de Hollande ou la réforme dominicaine en territoire bourguignon 1465-1515, Soledi (sans lieu ni date). Pour l’histoire de la réforme dominicaine, on peut toujours se référer à William A. Hinnebusch, The dominicans. A short History, Alba House, New York, 1975, p. 99-109 ; Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’ordre des Frères Prêcheurs, t. 4, 1400-1486, A. Picard et fils éditeurs, Paris, 1909, p. 437-458 ; 584-625 ; Angelus Maria Walz, Compendium historiae ordinis praedicatorum, Romae, Libreria Herder, 1930, p. 242-245.

3 Le P. de Meyer n’a pas cru bon de retenir dans son édition la compilation faite à partir des actes des chapitres de la congrégation de Hollande par le P. de Jonckheere dans le manuscrit conservé à Rome sous le titre de : « Conuentus Congregationis Hollandiae in Galiis, Britannia, Sabaudia, et Lotharingia ; e quibus interea erigitur Gallicana Congregatio, et olim postea Prouincia Parisiensis S. Jacobi : eorum Conuentuum Res, aliquis Status, et Accessus ad Congregationem, siue Eorumdem Hollandiae Congregationi Subiectio », Archivum Generale Ordinis Praedicatorum xiv, Lib. G, p. 385-482. La notice consacrée au couvent de Nantes se trouve aux p. 389-391.

4 Albert de Meyer, La congrégation de Hollande… op. cit., p. xxx-xxiv.

5 Cette lettre est éditée par Raymond Martin, « Tractatus “Pro reformatione”. Lettre de Jean Uyt den Hove, à Charles le Téméraire touchant la réforme religieuse », Analecta S. Ordinis Fratrum Prædicatorum 16, 1923-1924, p. 46-48 ; p. 279-304. Il en existe une traduction française dans : Réginald Bernier, « Le traité de la réforme de Jean Uyt den Hove », Mémoire dominicaine 11 (printemps 1998), p. 159-199.

6 Raymond Martin, « Tractatus “Pro reformatione”. Lettre de Jean Uyt den Hove », art. cit., p. 285 : « Cum observancia sit impletio regule et statutorum, et dispensare seu uti dispensatione sit de contentis in statutis et ordinationibus, sequitur, quod uti dispensationes seu dare dispensationem est de pertinentibus ad observanciam. Et proinde est clarum et manifestum, quod differentia inter observantes et non observantes non consistit in hoc quod est uti dispensatione et non uti : sed non observantes dici debent qui passim et indifferenter transgrediuntur precepta et cerimonias sue religionis nec penas portant pro transgressionibus taxatas ; observantes autem illi qui regulariter et ordinarie illas observant, quamvis interdum pro loco et tempore, seu causa vel casu emergente, dispensationibus utantur ; aut forte, ut contingere potest, ex fragilitate, sine dispensatione transgrediantur, dummode se intendant emendare et non passim frangere sed penis se submittere. » Traduction de : Réginald Bernier, « Le traité de la réforme de Jean Uyt den Hove », art. cit., p. 166.

7 Albert de Meyer, La congrégation de Hollande…, op. cit., p. lii.

8 Sur la question des nations, voir Gerald Meerseeman, « Les “nations” dans l’ancienne province dominicaine de France », Archivum Fratrum Prædicatorum 8, 1938, p. 231-252.

9 Albert de Meyer, op. cit., p. xci.

10 Op. cit., p. xcii-xciii.

11 Raymond Martin, « Tractatus “Pro reformatione”. Lettre de Jean Uyt den Hove », art. cit., p. 294 : « Advertendum est etiam hic, quod conventus exempti a subiectione provincialium non sunt a suis provinciis divisi vel prescisi. Possunt enim interesse capitulis provincialibus, ibique per omnia, ceteris paribus, ad omnia diffinienda et tractanda concurrere. Quo fit, ut crescente paulatim numero reformatorum et tandem excrescente, facile erit ut provincie et totus ordo finaliter reformentur. » Traduction de Réginald Bernier. « Le traité de la réforme de Jean Uyt den Hove », p. 174.

12 Antonin Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des Frères Prêcheurs, t. 5, 1487-1589, A. Picard et Fils éditeurs, Paris, 1911, p. 90-93.

13 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin en Provence de l’Ordre des Frères Prêcheurs, ses prieurs, ses annales, ses écrivains, avec un cartulaire de 85 documents inédits, E. Camoin et V. Boy libraires, Marseille, 1880.

14 Il s’agit donc du volume AGOP, IV, 14 qui porte pour titre : « Compendium rerum notatu maxime dignarum excerptum ex registris actorum Rmorum. Patrum Salvi Cassetta, Bartholomaei de Comazio, Barnabae Sassone, Ioachimi Torriani studio et labore A. R. P. M. Fr. Nicolai Sudori anno 1674 redactum. » Certaines parties ont été éditées dans : Magistrorum ac procuratorum generalium O. P. registra minora (1469-1523), ediderunt G. Meersseman et D. Planzer, Monumenta Ordinis Fratrum Prædicatorum Historica XXI, Romæ, 1947.

15 La lettre est éditée par Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin en Provence, p. 92*-94*. L’original est conservé aux Archives départementales des Bouches-du Rhône, B 24.

16 Op. cit., p. 218-219.

17 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 96*-98*, la citation se trouve aux p. 96*-97*.

18 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 98*-101* ; la citation se trouve p. 99*. Il existe une copie de ce diplôme aux AGOP, Lib. LLL, II, p. 494-495.

19 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 101*-103* ; la citation se trouve aux p. 101*-102*.

20 Je dois ce renseignement au P. Augustin Laffay, o. p., archiviste de la province de Toulouse qui écrivait en date du 14 octobre 2007 : « Je me suis livré à une première enquête approfondie dans nos archives : les fonds de Saint-Maximin étaient sans doute en ordre quand le chanoine Albanès les a consultés, le déménagement de 1957 a ruiné le beau travail fait sous l’Ancien Régime. Mes prédécesseurs aux archives ont tenté de faire correspondre no des sacs et documents mais le travail n’a abouti que très partiellement. »

21 Joseph Hyacinthe Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin, p. 226.

22 La formation aux degrés est particulièrement bien décrite par Michael Tavuzzi, Prierias. The life and works of Silvestro Mazzolini da Prierio, 1456-1527, Duke University Press, Durham and London, 1997, p. 19-20: « The sequence of steps (tirocinium) which led to the master’s degree usually followed the pattern of a number of years as studens formalis, a year as master of studies, a biennium as biblical lector or bachelor, and a further biennium as bachelor of the Sentences. The last of these stages in particular had not merely to be carried out but also to be officially approved by the order’s authorities as condicive to the master’s degree: as being pro gradu et forma magisterii. At that point, the recognized bachelor (baccalaureus formatus, baccalaureus theologiae) had to secure permission (be licentiatus) from either the master general or a general chapter of the order to be examined and graduate as a master in the faculty of theology of a recognized university. Finally, the newly graduated master of theology had to have his graduation formally recognized by a general chapter of the order. Only after this final step was a friar allowed to style himself “magister”, was able to be appointed to a position for which the degree was required, and was able to enjoy the privileges and rights conceded by the order to its masters of theology. This was usually followed by an appointment as regent master in a studium generale for a triennium. At the end of this period the experienced master normally left the studium and was either elected or appointed to a position of great responsability, quite often to that of inquisitor in a major urban center. Only very rarely was a master recalled to a studium generale to serve a further term as regent master. » Voir aussi M. Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study » Dominican Education before 1350, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, Toronto, 1998.

23 Acta capitulorum generalium ordinis prædicatorum, vol. III, ab anno 1380 usque ad annum 1498, recensuit Benedictus Maria Reichert, Ex typographia polyglotta S. C. de propaganda fide, Romæ, 1900; Acta capitulorum generalium ordinis prædicatorum, vol. IV, ab anno 1501 usque ad annum 1553, recensuit Benedictus Maria Reichert, Ex typographia polyglotta S. C. de propaganda fide, Romæ, 1900.

24 Acta capitulorum generalium ordinis prædicatorum, vol. IV, p. 80: « Istae sunt acceptationes ad beneficia. […] Item dominum […]. Redonensem ex ordine nostro assumptum, qui ex praecepto superiorum acceptavit episcopatum, quem volumus gaudere gratiis et privilegiis ordinem. »

25 Les bulles sont datées du 29 février 1506, mais il s’agit ici du style de l’Annonciation, qui était alors utilisé dans les bulles papales. Il faut donc comprendre le 29 février 1507. Sur l’utilisation du style de l’Annonciation dans les bulles papales, voir : Paulus Rabikauskas, Diplomatica pontificia (Praelectionum lineamenta), Editio quinta emendata et aucta, Ad usum auditorum, Editrice Pontificia Università Gregoriana, Romae, 1994, p. 86.

26 Thomas Ripoll-Antoninus Brémond, Bullarium Ordinis Prædicatorum, tomus quartus ab anno 1484 ad annum 1549, Ex typographia Hieronymi Mainardi, Romæ, 1732, p. 283.

27 Ibidem.

28 Les copies faites par les auteurs du Bullarium pour le début du XVIe siècle se trouvent aux AGOP, I, 42.

29 Thomas Ripoll-Antoninus Brémond, Bullarium Ordinis Prædicatorum, p. 283.

30 Archivio Segreto Vaticano, Schedario Garampi, Vescovi 30, Indice 504, f ° 797v°.

31 Albert Le Grand, La Vie, gestes, mort et miracles des saincts de la Bretaigne armorique, Nantes, Pierre Doriou, 1636 ou 1637. Dans l’édition de 1901, par les chanoines Thomas, Abgrall et Peyron, la notice consacrée à Yves Mahyeuc se trouve aux p. 393-400.

32 L’Année Dominicaine ou les vies des saints, des bienheureux, des martyrs, des autres personnes illustres, ou recommandables par leur piété, de l’un & l’autre sexe de l’Ordre des FF. Prêcheurs, seconde partie de septembre, recueillies par le P. Jacques Lafon, chez Guislain le Bel, Amiens, 1710, p. 249-268.

33 Antoine Touron, Histoire des Hommes Illustres de l’Ordre de saint Dominique, t. 4, chez Babuty et Quillau, Paris, 1747, p. 75-85.

34 La vie des saints de la Bretagne Armorique, p. xii-xiii : « J’interdis absolument la lecture de ce livre aux Athées, aux Libertins, aux Indifférents, et à ces suffisans qui, mesurans la puissance de Dieu au pied de leurs cerveaux mal timbrez, se mocquent des merveilles qu’il a operées par ses serviteurs, et ne croyent rien de ce qui passe la cime de leurs foibles entendemens, voulant captiver la foy sous les Lois de la raison. »

35 Op. cit., p. x.

36 Op. cit., p. 393.

37 Op. cit., p. 394.

38 Ibidem.

39 Ibidem.

40 Op. cit., p. 399 : « Yvo Mahyeuc, ex familia Dominicanorum, per annos amplius quadraginta Episcopatum Rhedonensem administravit, cum summa pietate et fide ; fuit Reginae Annae, uxoris regum Caroli VIII et Ludovici XII, a secretis confessionum ; habitum Monachalem numquam deposuit : omnia bona, vivens, pauperibus distribuit ; decessit septuagenario major ; inventoeque impressoeque cruces en ejus pectore post portem ( ?) ; frequentaturque ejus Sepulcrum in Ecclesia Cathedrali extra chorum, ad latus dextrum, cum summa populi veneratione ; vixit sub Ludovico XII et Francisco I. »

41 Ibidem : « XII Cal. Oct. hac die vigesima septembris a Noto Salvatore 1541, diem clausit extremum, sanctissimus simul venerabilissimus Pater, in Christo Frater Yvo Mahyeuc, hujus civitatis Antistes, sapientia ac morum probitate nominatissimus. Hic cum pridenter ( ?) ac provide, per 36 annos et amplius, Rhedonensem rexisset Ecclesiam, plenus dierum, in suo Manerio de Breutz, foelici transitur, fide clarus et miraculis, vivificoe crucis signo in pectore, in decessu, apparuit stigmatisatus, et sepultus est in Cathedrali Ecclesia hujus civitatis, alioqui (ut petierat) in hoc Conventu sepeliendus. »

42 Jean deRéchacde Sainte-Marie, Vies et Actions mémorables des trois plus signalés religieux en sainteté et en vertu de l’Ordre des Frères Prêcheurs en Bretagne, 1644, p. 8.

43 Je remercie ici M. Georges Provost à qui je dois ces renseignements.

44 Bertrand D’Argentré, Histoire de Bretagne, (s. l.), 1582.

45 Henri Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs, Yves Mahyeuc, p. 175.

46 La lettre est publiée par Eugene F. Rice, Prefatory Epistles of Jacques Lefevre d’Etaples and Related Texts, Columbia University Press, New York, 1972, p. 238-243. Sur liens entre Yves Mahyeuc et les humanistes parisiens, voir dans ce même volume la contribution du P. Guy Bedouelle.

47 Alphonsus Ricius, Eruditiones christiane religionis plurimum utiles et cuilibet christiano admodum necessarie, Jean Petit libraire, Paris (il est écrit à la fin du livre : Le Roy nostre sire a donné… à Jehan Petit libraire… à la requestre de maistre Alphonse Ricz… privileige de troys ans pour ce présent livre… à compter de l’onziesme jour de novembre mil cinq cens et douze) : « Verum animadvertens te non tuam tantum salutem curare quam omni sollicitudine famulante ad id religiosissimo patre, illo Redonensi episcopo, omni virtute conspicuo prosequeris sed et tuorum omnium zelare […]. » Sur les relations entre Yves Mahyeuc et Ricius, voir dans ce même volume la contribution de Lionel Rousselot.

48 Sur cette liste voir : Xavier de la Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Mémoires et documents de l’École des Chartes 43, Paris, 1995, p. 94.

49 Op. cit., p. 93.

50 Gui Alexis Lobineau, Les Vies des saints de Bretagne, et des personnes d’une éminente pieté qui ont vécu dans la même province ; avec une addition à l’Histoire de Bretagne, par la Compagnie des Imprimeurs libraires, Rennes, 1724.

51 Louis Archon, Histoire ecclésiastique de la chapelle des rois de France, 2 vol. , N. Le Clerc, Paris, 1704-1711.

52 Nous n’avons pas trouvé ailleurs dans Gallia Christiana de référence à Yves Mahyeuc. La notice qui lui est consacrée n’a rien de très original et entretient la même confusion, cf. Gallia christiana, vol. xiv, cond. Bartholomæus Hauréau, Firmin Didot frères, Paris, 1866, p. 760-761 : « Yvo, patria Leonensis, habitum S. Dominici in Montis Relaxi conventu induerat. Cum ergo magna existimatione floreret, suis eum confessionibus audiendis Anna ducissa præfecit. Postea, 29 Januarii 1507, bullas accepit pontificias, quibus cathedra Redonensi donatus est. Infulis ornatus non tamen vestem Dominicanam deposuit. Memoratur 23 Julii 1525, capellam Valle Guidonis consecrans. Excepit, 13 Augustii 1532, Franciscum, Francisci regis filium, Redones ingredientem, ex Alb. Mantell. cod. 41. Senio tandem confectus obiit 20 Septembris 1541. Ei miracula plura tribuerunt, de quibus inquisitio facta est. Hujus inquisitionis instrumenta servat And. Quercetani codex 9612 H signatus. Et quamvis sanctorum intercessorum gregi non rite fuerit adscriptus, Yvonis memoriam Redonensis plebs diu peculiari cultu prosecuta est. Ille enim ergo pauperes sui prodigus, eis, dum viveret, quidquid habebat proprium erogaverat. »

53 Vérification faite, cette référence à la p. 162 ne correspond à rien dans les quatre volumes des Miscellanea de Baluze (Étienne Baluze, Miscellanea, hoc est collectio veterum monumentorum quae hactenus latuerant in variis codicibus ac bibliotheci, 4 vol. , Fr. Muguet Imprimeur, Paris, 1678-1683).

54 Vincentius Maria Fontana, Theatrum Dominicanum, Ex typographia Nicolai Angeli Tinassii, Romæ, 1666, p. 278-279 : « Cumque doctrinæ ac pietatis lac in eo suxisset probitate, virtutis adeo enituit, vt Anna Regina Ducissa Brittaniæ eum a sacris confessionibus sibi asciuerit, cuius patrocinio ad hanc Sedem euectus est a Iulio Papa II. datis Apostolicis litteris die 29. Ianuarii an. millesimo quingentesimo sexto: apud Carolum VIII. ac Ludovicum XII. Regem eodem confessarii munere perfunctus. » Fontana renvoie à Nicolas Lefebvre, Manuale ecclesiasticum historicum a Christo nato ad a.d. mdcxlvi, Rupellæ, apud T. de Gooys, 1646, que je n’ai pu consulter.

55 Giovanni Michele Cavalieri, Galleria de’Sommi pontifici, Patriarchi, Arcivescovi, e Vescovi dell’Ordine de’ Predicatori, tome primo, Nella Stamparia Arcivescovale, Benevento, 1696, p. 366 : « Fù Confessoro primieramente di Anna Duchessa di Bertagna (ad istanza della quale ebbe questa dignità, da lui accettata à forza de’comandamenti de’Superiori) e poi de i Rè Carlo VIII, Luigi XII, e Francesco I. »

Table des illustrations

Légende Saint-Senoux (Ille-et-Vilaine), saint Dominique terrassant l’hérésie, bois polychrome, début du XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127269/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k

Auteur

O. P., professeur d’histoire de l’Église, université de Fribourg (Suisse)

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540