Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Première partie. La mémoire d’un saint ?

Des Rennais ordinaires : Roch, Perrine, Guillemette et les autres, miraculés d’Yves Mahyeuc

Gauthier Aubert

Texte intégral

1Qui étaient donc ces Rennais qui, en 1637 à l’occasion de l’enquête initiale en vue de la béatification d’Yves de Rennes, ainsi que lors de la seconde collecte des années 1684-1685, sont venus déposer leur témoignage ? La relative précision des indications sociologiques contenues dans le procès, ainsi que la qualité de sa traduction, permettent de se faire une idée sur ces gens et, partant, de tenter une modeste esquisse de ce qui pourrait être une « histoire sociale du miracle ». L’enjeu n’est pas totalement mince, au moins pour l’historien, ce profane toujours désireux de saisir l’inscription dans la société des phénomènes dont il constate l’existence. En effet, à travers l’évocation de Roch, Perrine et autres Guillemette, il s’agit de contribuer à une étude des milieux dévots dans la capitale bretonne en ces temps d’épanouissement de la Réforme catholique. Contentons-nous ici de quelques remarques limitées à ce document dont il faut tout d’abord souligner la qualité des annotations. La plupart du temps, chaque déposant est qualifié non seulement par son prénom et son nom, éventuellement précédé d’un avant-nom et suivi d’éventuelles mentions de terres, mais aussi le cas échéant d’indications professionnelle et géographique, pouvant descendre au niveau de la rue. C’est donc la norme notariale de l’époque qui a été reprise, très logiquement d’ailleurs, étant donné la finalité du recueil et le statut de ses auteurs, gens de robe en 1637 comme en 1684.

Essai de géographie mahyeucienne

  • 1 Soit ceux qui sont déclarés tels, plus la veuve et le fils du Rennais Jehanne (1684, no 32 et 33) (...)
  • 2 Archives municipales de Rennes, 1035.

2Ces Rennais sont d’un peu tous les quartiers de la ville. L’enquête complémentaire de la fin du siècle, précisons-le d’emblée, est cependant peu utile ici : les 25 Rennais1 recensés sont sans adresse connue. Le document de 1637 est à cet égard beaucoup plus précis, sans être parfait. Au total, ce sont 43 déposants – et miraculés cités, quand ils ne sont pas les déposants – pour lesquels nous avons ce que nous nommerons une adresse, auxquels on peut ajouter quatre cas repérés dans la taxe des pauvres de 16292. Ces Rennais sont de tous les quartiers, du sud comme du nord de la Vilaine, de l’intra comme de l’extra muros.

Les adresses des déposants et miraculés (1637)

Intra muros

29 à 31

Haute ville

23 à 25

Basse ville

6

Extra muros

12 à 14

Faubourgs

8 à 10

Campagne

4

3Pourtant, il n’est pas difficile de constater que les inégalités existent. N’en exagérons cependant pas l’importance, pour la simple et bonne raison que tous les secteurs de la ville ne sont pas également peuplés. Si on en croit le relevé des quelques 4 500 Rennais recensés pour la levée de la taxe pour les pauvres en 1629, un peu plus de la moitié des habitants de la ville demeurent dans la seule haute ville, entre la cathédrale et le parlement (alors en construction), le reste se partageant entre la basse ville, les faubourgs et la campagne. Or ce sont entre 53 % et 58 % des déposants qui demeurent dans la haute ville, et donc entre 42 et 46 % d’entre eux viennent de ce qu’on peut nommer les « quartiers populaires ». La géographie des déposants épouse donc globalement celle du peuplement.

  • 3 À quoi il faut ajouter une nourrice de la rue de la Tannerie, sans doute du côté de la rue Saint-M (...)
  • 4 La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, éd. coord. par A. Croix, Rennes, 2 (...)

4Quelques zones de force apparaissent cependant. La carte des déposants permet de constater en premier lieu une présence notable de ceux-ci dans les quartiers nord, il est vrai fort populeux. Trois viennent en effet de la rue Haute (actuelle rue de Saint-Malo), un du faubourg Reverdiais (rue d’Antrain), deux de la porte aux Foulons, et deux des paroisses Saint-Martin et Saint-Laurent3. Même si la chose est impossible à prouver, il est tentant – et en particulier pour les premiers cités – de voir là une possible influence des Dominicains de Bonne-Nouvelle. De même, les abords du couvent des Carmes semblent constituer un autre petit noyau, possible influence du dynamique dom Piel, lui-même domicilié rue Vasselot et célébrant chez les Carmes ainsi qu’à la cathédrale. N’en déplaise donc à l’impitoyable Dubuisson-Aubenay, de passage à Rennes en 1636, il n’y a visiblement pas dans les rues bordant le Pré botté que des « yvrongnes et séditieux »4, mais aussi quelques pieuses personnes. En revanche, la proximité du tombeau d’Yves en la cathédrale semble peu jouer dans la géographie mahyeucienne. Bien des déposants ne sont cependant pas loin, à l’ombre du beffroi, dans le vieux quartier marchand, du Grand Bout de la Cohue (« extremitatis fori ») et jusqu’à l’abbaye Saint-Georges elle-même. À l’extrémité orientale de la ville, en effet, au plus loin du tombeau du « saint », la vénérable et aristocratique abbaye Saint-Georges est un véritable nid de déposantes : elles sont huit à apparaître dans le document, derrière l’abbesse Françoise de la Fayette (1637 no 87), seul personnage cité dans ce document dont nous avons encore aujourd’hui un portrait.

Françoise de La Fayette, abbesse de l’abbaye Saint-Georges (1654, Cl. Musée d’Angers).

5Il est assez surprenant de voir la relative faiblesse, sur la carte des déposants et miraculés, des abords du Parlement, alors logé dans le couvent des Cordeliers, sur cette place Saint-François qui deviendra bientôt la place du Palais. Personne n’est ainsi recensé dans la très robine rue aux Foulons et un seul déposant, Lezot (1637 no 49), réside dans la non moins robine rue Saint-Georges. Il y a bien quelques personnes domiciliées sur la place Saint-François, mais ce sont des marchands (1637 no 4, 5 et 6). L’abondante robe rennaise tournerait-elle le dos, fors quelques individualités, au culte d’Yves de Rennes ?

Essai de sociologie dévote

  • 5 La notion de « milieu » utilisée dans ce tableau permet de rattacher aux groupes professionnels gr (...)

État et profession des déposants5

État et profession des déposants5
  • 6 D’après Alain Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1981, t. 1, p. 734.
  • 7 Il semble qu’Alain Croix ait considéré l’ensemble des robins, y compris les avocats.

Note 66
Note 77

  • 8 Voir ci-dessous, notes 13 et 14.
  • 9 À condition de garder à l’esprit que la dite taxe n’est pas, justement, un « document sociologique (...)

6Au total, les deux enquêtes permettent de connaître l’état ou la profession d’une petite centaine de Rennais et, là encore, de même que ces Rennais viennent d’un peu tous les quartiers de la ville, force est de constater qu’ils viennent d’un peu tous les horizons de la société urbaine. La taxe levée en 1629 en faveur des pauvres honteux en donne un léger aperçu : le père de Sainte Godart (1637 no 66) paie sans doute une des plus hautes contributions de la ville (12 livres)8, bien loin du modeste teinturier Vaugrand(e) et du jardinier Org(u) et (1637, no 28 et 102), qui s’acquittent de 6 deniers chacun. Entre ces extrêmes, le marchand Pierre Frain (1637, no 6) paie 36 sous, la prieure de Tinténiac 35 sous (1637, no 92), l’avocat Thomas 32 sous (1637, no 95) et le procureur Jalleu 15 sous (1637, no 83). Les déposants se retrouvent donc à peu près tous les niveaux de l’échelle des richesses, si l’on accepte l’idée selon laquelle le montant payé par trimestre pour les pauvres en 1629 est peu ou prou un indicateur de la richesse économique des intéressés. Cette taxe de 1629, document « sociologique » le plus proche de l’enquête et bien étudié par Alain Croix, peut également servir de base à une comparaison entre ce que l’on devine être la population rennaise en son ensemble, et la population des déposants9.

  • 10 Ainsi, alors que la taxe rennaise ne recense que 122 membres du premier ordre en 1629, Lille en 16 (...)
  • 11 1637, no 3, 7 et 63. Parmi eux, signalons dom Piel, qui à lui seul dépose 5 témoignages.
  • 12 Soit 1637, no 7, 26, 42, 49, 73 et 1684 no 16.
  • 13 Sur Luc Godart, sieur des Loges, voir Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Rennes, 1909, t (...)
  • 14 Dom Lobineau note que le président (veuf depuis 1623) était prêtre (Les Vies des saints de Bretagn (...)
  • 15 Voir l’index de l’ouvrage de Paul Banéat, op. cit., p. 629 sq. À vrai dire, le positionnement soci (...)
  • 16 La chose est absolument normale en 1684, puisqu’à cette date le Parlement est en exil à Vannes ; e (...)
  • 17 C’est la nourrice de l’enfant qui vient témoigner du miracle.
  • 18 Gilles de Languedoc, Recueil historique, ed. dactyl. G. Aubert, 1993, p. 156-157, 164-165. Il est (...)

7La surreprésentation du clergé est sans doute le premier point à relever, même si ledit clergé est sous-représenté dans le registre de 162910. Ce sont les huit déposantes de l’abbaye Saint-Georges (1637, no 87-94) qui expliquent en premier lieu cette forte présence qui, en creux, fait aussi apparaître les faiblesses des autres ordres religieux, uniquement représentés par une sœur du Tiers Ordre du Carmel (1684, no 25). Peut-être faut-il voir là au moins en partie une conséquence de l’ancienneté de cette illustre abbaye, qui existait au temps du bon Yves et au sein de laquelle son souvenir a pu se maintenir, par contraste avec des maisons plus récentes, peut-être aussi plus portées vers des saints plus proches d’elles. Peut-être faut-il y voir aussi une nouvelle manifestation de la notable présence à la ville de ces Bénédictines, seigneurs d’une partie de Rennes, représentées très officiellement au sein de la municipalité et que l’on voit aussi – et ce sont apparemment les seules religieuses à le faire – pour quelques-unes d’entre elles, participer à la taxe des pauvres de 1629, en attendant de les voir bâtir le fameux palais abbatial dont la visibilité ostentatoire est assez évidente. Le reste du clergé est constitué de prêtres qui, pour trois d’entre eux, se rattachent à la cathédrale11, lieu du tombeau d’Yves, et pour deux autres à des paroisses de la ville (1637, no 110 et 1684, no 29). Jusqu’où peut-on aller dans l’interprétation ? Le premier est recteur de Saint-Pierre-en-Saint-Georges, paroisse qui entretient des liens naturels avec l’abbaye Saint-Georges, puisqu’il partage avec elle leur église et qu’il est nommé par l’abbesse ; le second est curé « de » Saint-Aubin, et à ce titre voisin des Dominicains… Second pourvoyeur de déposants, le milieu robin, dont le poids est à peu près conforme à ce qu’il semble être dans la ville. La part de la robe dans l’enquête est cependant plus forte encore si l’on ajoute aussi les miraculés non déposants qui en relèvent tous, pour ceux dont on connaît le milieu d’origine12. Avec eux, les juristes dépassent les gens du premier ordre. Mais de quels robins s’agit-il ? La robe, on le sait, est fortement hiérarchisée. Il y a loin du puissant président à mortier au modeste tabellion. Le monde parlementaire stricto sensu est, disons-le d’emblée, peu présent, même si c’est un président aux enquêtes, Godart, qui a reçu commission de son ancien confrère l’évêque Cornulier pour l’enquête de 163713. C’est assurément un personnage important, probablement d’autant moins choisi par hasard qu’il a une fille et une petite-fille parmi les miraculés (1637, no 66 et 73) ! Ce que l’on sait du président le place en outre incontestablement dans la mouvance dévote14. Godart n’est cependant pas un des tous premiers au palais : non seulement il est honoraire depuis 1618, mais, de plus, une présidence aux enquêtes n’est pas un mortier, tandis que pas un hôtel de la ville ne porte son nom, mais c’est peut-être, dira-t-on, par humilité15. Surtout, au sein de cette haute magistrature qui domine la ville, il est seul dont le nom émerge16, avec, il est vrai, celui de son gendre le conseiller Marot des Alleux, qui ne dépose cependant pas17. De fait, les autres déposants relèvent surtout de cette robe seconde qui constitue, de la municipalité aux paroisses, le cœur de la ville à défaut d’en être la tête. Derrière Luc Godart, dont la famille est finalement sortie depuis peu de ce milieu, on trouve un Lezot (1637, no 49), officier de la chancellerie, lui aussi d’une famille qui compte dans la ville, puisqu’elle a donné à celle-ci deux procureurs syndics (en 1579 et 1623) et plusieurs échevins mais ne monta jamais au Parlement18. Les autres déposants et miraculés – avocats, procureurs, notaires ou huissiers – sont moins notables.

  • 19 Georges Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècl (...)
  • 20 Georges Provost, « La montgolfière et les cent clochers », dans G. Aubert, A. Croix, M. Denis (dir (...)
  • 21 Henri Bourde de la Rogerie, « Le Parlement de Bretagne, l’évêque de Rennes et les ifs plantés dans (...)
  • 22 Gauthier Aubert, « Lieux de mort, lieux de vie ? Essai sur l’espace vécu des parlementaires rennai (...)
  • 23 Georges Provost, « Le Vœu de Bonne Nouvelle à Rennes (1632-1794) : une religion civique ? », BMSAI (...)
  • 24 Gauthier Aubert, « Les parlementaires à Rennes au XVIIe siècle : la grandeur et l’exil », dans Oli (...)
  • 25 Il eut un fils recteur de Saint-Aubin de Rennes au début du XVIIIe siècle (Amédée Guillotin de Cor (...)

8Comment expliquer ce décalage entre une haute robe apparemment plus ou moins indifférente et une robe seconde pour laquelle le nom d’Yves Mahyeuc n’est à l’évidence pas sans signification ? Plus que l’indice d’une hypothétique et précoce « mutation de sensibilité »19, difficile à admettre en l’état actuel de ce que l’on sait des liens entre la haute magistrature et milieu dévot20, peut-être faut-il évoquer là une conséquence des tensions qui opposent l’évêque au parlement21. Au-delà, la cause profonde de la timidité parlementaire pourrait être à chercher dans le caractère très rennais d’un culte dès lors peu susceptible d’attirer des gens dont on sait le souvent faible degré d’intégration à la ville22. On notera d’ailleurs que Godart fait justement partie de la minorité qui échappe à ce trait caractéristique des parlementaires rennais, son histoire familiale étant inscrite dans la cité. La robe seconde paraît, quant à elle, plus nettement ancrée dans la ville et serait ainsi davantage susceptible d’invoquer le Rennais Yves Mahyeuc. Ainsi, de même que le parlement ne participe pas au vœu de Bonne Nouvelle, élément clef d’une « religion civique » portée par l’évêque et la municipalité23, les parlementaires ignorent Mahyeuc, et préfèrent semble-t-il, quand ils sont dévots, participer à d’autres entreprises pieuses, non sans désir aussi, peut-être, de se distinguer de cette robe seconde à la fois proche et méprisée, pour ne pas dire méprisée car trop proche24. Le culte à Yves Mahyeuc, parrainé par un Godart en 1637, l’est en 1684 par un Jamoyais, avocat du roi au présidial de la ville et alors procureur syndic en titre25. En ces temps où la ville n’est plus parlementaire, il y est un des tous premiers et le choix de ce personnage pourrait indiquer que le culte à Yves Mahyeuc s’inscrit dans le cadre de cette « religion civique » à la dimension identitaire incontestable.

  • 26 Il est ainsi probable que le marchand Martin Boullaye (1637 no 5) soit devenu miseur en 1658 (Arch (...)
  • 27 Ce même si l’exemple des Orget-Frontel (1637 no 101-103) vient rappeler que des liens existent ent (...)
  • 28 Cf. ci dessus.

9Cette explication peut être reprise pour les marchands qui viennent déposer et dont le poids est d’ailleurs globalement conforme à celui qu’ils ont dans la ville. Ils ont en commun avec les gens de la robe non parlementaire une présence forte à la ville et notable dans la municipalité26. De plus, il n’est pas rare que les marchands de Rennes soient apparentés à toute cette population de notaires et de procureurs, l’ensemble formant les deux visages d’un même milieu, correspondant bon an mal an à la moyenne bourgeoisie27. Ce que la taxe des pauvres de 1629 nous apprend, de manière hélas très succincte, de la supposée richesse de certains des déposants, va dans ce sens28.

10Le milieu artisanal n’est lui non plus pas indifférent au culte d’Yves Mahyeuc, même si, comme pour les marchands, la place des artisans parmi les déposants correspond en gros à ce que nous savons de leur poids dans la société urbaine. Ceux des artisans dont nous avons retrouvé trace dans la taxe des pauvres sont des gens très modestes, y contribuant pour 6 deniers, soit le plus faible montant connu. Outre le teinturier faubourgeois Vaugrand(e) (1637, no 28), la taxe permet probablement en effet de repérer un pâtissier, Jean Mallecot, taxé au Grand bout de la Cohue et qui pourrait être le déposant portant presque le même nom (Jean Maiecot) dit « décorateur en pâtisserie », près la rue Saint-Germain (1637, no 13). Ils paient tous deux 6 deniers, tout comme le jardinier Org(u) et, classé ici parmi les petits métiers (1637, no 102). Pierre Noblet et Jacques Desmiez sont quant à eux dits tisserands, profession qui les place également au cœur de ce peuple de Rennes relativement peu connu (1637, no 8 et 1684, no 14). Avec 18 déposants, ce monde des métiers et petits métiers est assez fortement présent, attestant du caractère populaire – dans tous les sens du terme – du culte d’Yves Mahyeuc. Le fait que l’on trouve aussi parmi les déposants une servante (1637, no 18), deux nourrices (1637, no 73 et 106) et un pensionnaire de l’hôpital Saint-Yves (1637, no 78) corrobore également cette impression.

  • 29 L’enquête d’Alain Croix montre en effet que moins on paie pour les pauvres, moins on est identifié (...)
  • 30 Ceux que l’on arrive à situer dans l’espace demeurent d’ailleurs soit dans la haute ville, soit da (...)

11Ainsi les déposants relèvent-ils de tous les étages de la société rennaise. On peut certes regretter qu’un très gros tiers des intéressés soit sans indication sociologique connue. Cette part des « inconnus » est cependant plus réduite qu’elle ne l’est dans le registre de la taxe des pauvres, et ceci peut nous conduire à penser que, par rapport à l’ensemble de la population urbaine, le profil des déposants penche plutôt du côté des personnes bien intégrées, des élites, que du peuple et des pauvres29. De plus, si on regarde les avant-noms et les indications renvoyant à des propriétés rurales (sieur de, dame de, etc.) dans la liste des déposants, force est de constater que bien des « inconnus » relèvent en réalité de ce qu’on peut nommer la bourgeoisie : en 1637, nous relevons ainsi une femme de noble homme, une d’honorable homme et quatre honorables femmes (no 108, 105, 26, 27, 34, 82) ; en 1684, apparaissent une femme de « sieur de », mais aussi la veuve d’un « seigneur de » et sa fille (no 24, 5, 6). Certes, « noble homme Anthoine Robinault sieur de la Communais » (1637, no 108) – qui comme tel a tous les atours d’un membre de l’élite urbaine – ne paie que 6 deniers en 1629, mais il n’en demeure pas moins que, dans cette société où la richesse économique ne dit pas tout du positionnement social des individus, ces neuf « pseudo inconnus » relèvent bien du milieu qui oscille entre robe seconde et marchandise, qui se confirme dès lors comme ayant été particulièrement sensible à la figure d’Yves Mahyeuc30. Au total, les personnes pour lesquelles il n’est indiqué ni profession, ni avant nom élitaire, ni mention de terre, et que l’on peut dès lors imaginer comme étant parmi les plus modestes des Rennais, forment-elles « seulement » 29,2 % du total des déposants. C’est assez peu, mais sans doute faut-il rappeler que la démarche conduisant à venir déposer un témoignage n’est sans doute pas évidente pour les plus modestes, les moins intégrés, les moins acculturés à l’écrit aussi. Et, malgré cela, avec les gens des métiers, petits ou non, c’est quand même presque un déposant sur deux qui relève des milieux populaires, au sens sociologique du terme.

  • 31 Dans l’ensemble constitué par le milieu robin, la marchandise et les « sans indication professionn (...)
  • 32 Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2003, p. 105 (...)

12Il est un dernier point qui apparaît à la lecture de cette liste des déposants : l’importance des femmes. En 1637, 63,4 % des déposants sont des déposantes, et 60 % en 1684. À part chez les artisans, les femmes dominent dans tous les milieux. La dimension féminine est en fait surtout marquée dans la robe et la marchandise, cette partie de la société qui constitue le cœur de l’échantillon et de la ville. Une frontière semble se dégager, entre d’un côté les élites – au sens large – chez qui les femmes dominent parmi les déposants et les strates inférieures de la société où cette réalité est moins marquée, voire inversée comme le montre l’exemple des artisans31. On retrouverait donc là un trait déjà connu de la Réforme catholique, dans laquelle les femmes des élites ont joué un rôle notable32.

Hommes et femmes parmi les déposants (1637 et 1684)

Hommes et femmes parmi les déposants (1637 et 1684)

Des réseaux dévots en perspective ?

  • 33 1637, no 4-5-6, 9-10-11, 17-18, 20-21, 38-39-40, 66-73, 87 à 94, 101-102-103 ; 1684 no 5-6, 8-9-10 (...)

13La lecture des listes de déposants apporte enfin un dernier enseignement, relatif aux réseaux. Dans bien des cas en effet, le déposant n’est pas isolé et se rattache à d’autres33. Au-delà du cas spectaculaire et un peu particulier des Bénédictines de Saint-Georges, déjà évoquées, les dépositions sont le plus souvent affaire de famille, et l’on voit ainsi un mari et sa femme, une tante et sa nièce, une mère et ses filles, un père et son fils venir témoigner ensemble ou successivement. Dans un cas, c’est un réseau de voisinage qui se dégage explicitement (1637, no 4, 5, 6). Quelques dépositions nous entraînent aussi vers d’autres formes de réseaux, moins immédiatement explicables, qui ne semblent tenir ni à la famille, ni au voisinage, tels ceux qui se dégagent de la déposition de dom Piel, qui rapporte le témoignage de miraculés de la campagne comme du fils d’un avocat de la ville. Quant à l’avocat Jehanne, il est connu comme miraculé grâce à des membres de sa famille et à un de ses confrères, indice d’un réseau professionnel et amical.

  • 34 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 356 Jean Hindré est par ailleurs trésorier de la paroisse Saint-Sa (...)
  • 35 Exécuteur testamentaire de son père (†1676) qui avait légué 25 livres de rente pour la fondation d (...)
  • 36 Le fait est connu par une déclaration autographe conservée dans les archives des Jésuites et publi (...)
  • 37 Je remercie ici Georges Provost de m’avoir communiqué les documents mettant à jour ce miraculé abs (...)
  • 38 Expression empruntée à Laurence Croq, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigm (...)

14Le hasard des recherches amène aussi quelques surprises. Devenu notaire à Châteaubriant, Julien de Lourmel, fils d’avocat et miraculé connu grâce au témoignage de dom Piel, épouse la fille du notaire Hindré, le mari d’une autre miraculée, Perrine Mérault (1637, no 7 et 17)34. L’événement se passe 28 ans après l’enquête et ce détail doit inciter à la prudence, mais comment ne pas se demander si nous ne tiendrions pas là un indice de l’existence d’un réseau dévot, tant l’adage « marie-toi à ta porte avec gens de ta sorte » prend ici une force particulière35. De même, et à une autre échelle, comment ne pas être frappé en constatant que Catherine Godart, la sœur aînée de la déposante Sainte Godart et donc fille du pieux président déjà évoqué, est non seulement la mère d’une des miraculées, mais de surcroît la grand-mère (et la marraine) de Claude-Toussaint Marot de la Garaye (1675-1755), « l’époux charitable » qui, comme Yves Mahyeuc, est un des candidats bretons à la béatification ? Autre exemple : en 1637, un jésuite, le P. Le Meneust, recteur du collège de la ville, est guéri après avoir invoqué Yves de Rennes36. Or, l’abbé est semble-t-il l’oncle par alliance de l’ambitieux Poullart des Places, dont le fils, jeune homme riche devenu pauvre, Claude-François, est rien moins que le « fondateur » des Spiritains, ami de Grignion de Montfort37. Tout cela est certes trop ténu pour être considéré comme décisif et on prendra garde à ne pas tomber dans les travers de l’« illusion généalogique »38, mais il n’en demeure pas moins que l’enquête mériterait d’être menée, qui conduirait à savoir si tout cela est fortuit ou si, effectivement, au cœur de la grande moisson du XVIIe siècle, il est possible d’identifier, au-delà des ouvriers eux-mêmes, des familles dévotes.

Annexes

Annexe : Familles parlementaires et possible réseau dévot d’Yves Mahyeuc aux Marot de la Garaye

Luc Godart sieur des Loges

(1570-1647)

Président au Parlement

Prêtre ?

Commissaire chargé de rassembler les témoignages en faveur d’Y. M.

16 enfants dont :

Notes

1 Soit ceux qui sont déclarés tels, plus la veuve et le fils du Rennais Jehanne (1684, no 32 et 33) et le curé de la paroisse Saint-Aubin (1684, no 29).

2 Archives municipales de Rennes, 1035.

3 À quoi il faut ajouter une nourrice de la rue de la Tannerie, sans doute du côté de la rue Saint-Martin ou éventuellement de la rue de Dinan.

4 La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, éd. coord. par A. Croix, Rennes, 2006, p. 126.

5 La notion de « milieu » utilisée dans ce tableau permet de rattacher aux groupes professionnels grossièrement retenus ici les personnes indiquées comme parents proches d’un individu qui n’est pas le déposant, mais dont on connaît la profession, et en particulier les « femmes de » et « filles de ».

6 D’après Alain Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, 1981, t. 1, p. 734.

7 Il semble qu’Alain Croix ait considéré l’ensemble des robins, y compris les avocats.

8 Voir ci-dessous, notes 13 et 14.

9 À condition de garder à l’esprit que la dite taxe n’est pas, justement, un « document sociologique », et qu’elle répond à des exigences particulières : ce sont plus les chefs de feu que les habitants qui sont recensés, d’où une sous représentation féminine ; les domestiques et les plus pauvres en sont absents, de même que le clergé régulier, sauf quelques bénédictines de Saint-Georges.

10 Ainsi, alors que la taxe rennaise ne recense que 122 membres du premier ordre en 1629, Lille en 1667 comprend 962 religieux et religieuses et Beauvais en 1696 460 (Philippe Guignet, Les sociétés urbaines dans la France moderne, Paris, 2006, p. 101 ; Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960, t. I, p. 257). Lille est alors environ deux fois plus peuplée que Rennes qui l’est à son tour environ deux fois plus que Beauvais (vers 1700, d’après Bernard Lepetit, Les villes dans la France moderne [1740-1840], Paris, 1988, p. 450-451).

11 1637, no 3, 7 et 63. Parmi eux, signalons dom Piel, qui à lui seul dépose 5 témoignages.

12 Soit 1637, no 7, 26, 42, 49, 73 et 1684 no 16.

13 Sur Luc Godart, sieur des Loges, voir Frédéric Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Rennes, 1909, t. 1, p. 431-432.

14 Dom Lobineau note que le président (veuf depuis 1623) était prêtre (Les Vies des saints de Bretagne, Paris, réed. 1837, t. 4, p. 27). René Kerviler indique de son côté que non seulement il fit des fondations en Chantepie et en Essé, mais qu’il fit également placer « une dalle de marbre sur le tombeau du P. Jean de Saint-Samson [mort en odeur de sainteté en décembre 1636] dans l’église des Carmes de Rennes » (Répertoire général de bio-bibiographie bretonne, Rennes, 1978, t. 8, p. 236), et le chanoine Guillotin de Corson d’ajouter, à la suite de dom Lobineau, qu’il « attribuait aux prières de ce saint religieux la guérison d’une grave maladie dont il avait été frappé » (Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Paris, 1880-1886, t. 3, p. 128). Ses liens avec les Carmes sont confirmés par le fait qu’il y a fait inhumer sa femme, et s’y fera lui-même inhumer. Dom Piel, dont on a évoqué plus haut le dynamisme était prêtre célébrant chez les Carmes (1637 no 7) : faut-il voir là l’indice d’un réseau dévot ?

15 Voir l’index de l’ouvrage de Paul Banéat, op. cit., p. 629 sq. À vrai dire, le positionnement social de Godart ne pose guère de problème. Les Godart sont emblématiques de ces familles de noblesse récente (1549) dont l’ascension sociale se fait par les offices : le père de Luc était juge criminel au présidial, son beau-père, sorti de la bourgeoisie nantaise, est aussi conseiller au parlement ; son premier gendre (depuis 1623), Marot, originaire de Dinan, présente exactement le même profil (noblesse récente, conseiller au parlement). Une légère inflexion apparaît plus tard, avec le mariage en 1640 de sa fille Sainte avec un autre conseiller issu quant à lui de la noblesse ancienne (L’Escu).

16 La chose est absolument normale en 1684, puisqu’à cette date le Parlement est en exil à Vannes ; en revanche, en 1637, la ville abrite une centaine de parlementaires. Il est difficile de savoir dans quelle mesure Yvonne Hux (1637, no 24), veuve d’un simple procureur au présidial, se rattache au conseiller Audar Hux.

17 C’est la nourrice de l’enfant qui vient témoigner du miracle.

18 Gilles de Languedoc, Recueil historique, ed. dactyl. G. Aubert, 1993, p. 156-157, 164-165. Il est probable qu’Yvonne Hux (1637, no 24) se rattache aux différents Hux qui furent échevins.

19 Georges Provost, La fête et le sacré. Pardons et pèlerinages en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1998, p. 213.

20 Georges Provost, « La montgolfière et les cent clochers », dans G. Aubert, A. Croix, M. Denis (dir.), Histoire de Rennes, Rennes, 2006, p. 143-159.

21 Henri Bourde de la Rogerie, « Le Parlement de Bretagne, l’évêque de Rennes et les ifs plantés dans les cimetières, 1636-1637 », BMSAIV, 1930, t. 56, p. 99-108. En 1637, une correspondance fait état de la nécessité « de mettre la paix et la bonne intelligence […] entre Monsieur de Rennes et Monsieur le procureur général » au sujet d’un conflit relatif au chœur de la cathédrale, affaire qui est remontée jusqu’à Richelieu (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bc 3). L’année suivante, pourtant, de nouvelles tensions apparaissent à l’occasion du Te Deum donné pour la naissance de Louis Dieudonné (Xavier d’Haucourt, « La querelle de préséance du Te Deum de 1638 », BMSAIV, 1933, t. 59, p. 17-31).

22 Gauthier Aubert, « Lieux de mort, lieux de vie ? Essai sur l’espace vécu des parlementaires rennais (XVIe-XVIIIe siècles) », ABPO, t. 110, no 4, 2003, p. 205-220.

23 Georges Provost, « Le Vœu de Bonne Nouvelle à Rennes (1632-1794) : une religion civique ? », BMSAIV, t. 108, 2004, p. 65-86.

24 Gauthier Aubert, « Les parlementaires à Rennes au XVIIe siècle : la grandeur et l’exil », dans Olivier Chaline, Yves Sassier (dir.), Les Parlements et la vie de la cité (XVIe-XVIIIe siècles), Rouen, 2004, p. 277-300.

25 Il eut un fils recteur de Saint-Aubin de Rennes au début du XVIIIe siècle (Amédée Guillotin de Corson, Pouillé, op. cit., t. 5, p. 660).

26 Il est ainsi probable que le marchand Martin Boullaye (1637 no 5) soit devenu miseur en 1658 (Arch. mun. Rennes, BB 544).

27 Ce même si l’exemple des Orget-Frontel (1637 no 101-103) vient rappeler que des liens existent entre petits métiers et marchands et qu’il ne faut pas considérer de manière trop rigide les catégories construites ici.

28 Cf. ci dessus.

29 L’enquête d’Alain Croix montre en effet que moins on paie pour les pauvres, moins on est identifié par un métier (La Bretagne, op. cit., p. 735).

30 Ceux que l’on arrive à situer dans l’espace demeurent d’ailleurs soit dans la haute ville, soit dans les parties rurales de Rennes.

31 Dans l’ensemble constitué par le milieu robin, la marchandise et les « sans indication professionnelle avec indication élitaire », les déposants sont des femmes dans 83 % des cas ; dans l’ensemble constitué par les métiers, les petits métiers et les « sans indication professionnelle sans indication élitaire », les femmes ne sont plus que 57,5 %, ce qui, soit dit en passant, reste la majorité.

32 Dominique Godineau, Les femmes dans la société française, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2003, p. 105-123.

33 1637, no 4-5-6, 9-10-11, 17-18, 20-21, 38-39-40, 66-73, 87 à 94, 101-102-103 ; 1684 no 5-6, 8-9-10, 14-15, 19-20, 16-32-33.

34 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 4 E 356 Jean Hindré est par ailleurs trésorier de la paroisse Saint-Sauveur en 1638 (Paul Parfouru, « Inventaire des archives de la paroisse de Saint-Sauveur de Rennes, par Gilles de Languedoc, 1720 », BMSAIV, t. 28, 1899, p. 273).

35 Exécuteur testamentaire de son père (†1676) qui avait légué 25 livres de rente pour la fondation d’une messe hebdomadaire en sa chapelle du Gahil en Mouazé, Julien de Lourmel « fit plus, car, augmentant la fondation, il voulut qu’on célébrât dans cette chapelle deux messes hebdomadaires » (Amédée Guillotin de Corson, Pouillé, op. cit., t. 5, p. 322-323).

36 Le fait est connu par une déclaration autographe conservée dans les archives des Jésuites et publiée par Henri Le Floc’h, Claude-François Poullart des Places, fondateur du Séminaire et de la Congrégation du Saint-Esprit, Paris, 1906, p. 505-506.

37 Je remercie ici Georges Provost de m’avoir communiqué les documents mettant à jour ce miraculé absent de l’enquête officielle de 1637 et ses probables liens avec Poullart des Places (dossier constitué dans le cadre de la préparation du tricentenaire de la mort de C. -F. Poullart des Places par le F. Bernard Guesdon, fsg, qui complète l’étude du P. Joseph Michel, Claude-François Poullart des Places, Paris, Éditions Saint-Paul, 1962).

38 Expression empruntée à Laurence Croq, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », dans Laurence Jean-Marie (dir.), La notabilité urbaine Xe-XVIIIe siècles, Caen, 2007, p. 36.

39 Dans la réédition de dom Guy-Alexis Lobineau, Les vies des saints de Bretagne et des personnes d’une éminente piété qui ont vécu dans cette province, Paris, 1836-1838.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Françoise de La Fayette, abbesse de l’abbaye Saint-Georges (1654, Cl. Musée d’Angers).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre État et profession des déposants5
Légende Note 66Note 77
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Hommes et femmes parmi les déposants (1637 et 1684)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Note 3939
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127263/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540