Version classiqueVersion mobile

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Première partie. La mémoire d’un saint ?

La figure d’Yves Mahyeuc dans son procès de canonisation

Augustin Pic

Texte intégral

  • 1 Congregazione delle cause dei santi, Archivio, no 156, Redonen. Yvonis Mayeux.
  • 2 Archivio Segreto Vaticano, Congr. Riti, Processus 2451.
  • 3 Archivum generale Ordinis Praedicatorum, X 2985. Il s’agit d’une copie réalisée au XIXe siècle, ac (...)

1Le procès informatif sur les vertus et miracles d’Yves Mahyeuc, connu jusqu’ici par quelques références d’historiens, subsiste à Rome en trois manuscrits matériellement différents, un à la Congrégation pour la Cause des Saints1, un autre aux archives secrètes du Vatican2 et un troisième aux archives de l’Ordre des Prêcheurs, au couvent Sainte-Sabine3. L’original demeuré à Rennes, lieu de sa rédaction, disparut sans doute à la fin du XVIIIIe siècle avec une partie du fonds diocésain.

  • 4 Sur cet évêque, H. Poisson, Le fanal de l’Église de Rennes. Le serviteur de Dieu Yves Mahyeuc, Dom (...)
  • 5 Du 16 juin 1637 au 28 septembre 1638, cent treize témoins déposèrent, par devant les officiers com (...)
  • 6 Les cinquante ans écoulés ayant exclu tout nouveau souvenir super vita.
  • 7 Et en 1644 par le chapitre général des Dominicains à Rome : Pro Congregatione Gallicana : 11. Comm (...)

2Demandé par Mgr de Cornulier, successeur d’Yves Mahyeuc4, sur requête conjointe du chapitre cathédral et du couvent dominicain, ce procès fut élaboré à deux reprises. En 16375, cent treize témoignages furent déposés par devant notaire, dont vingt-cinq super vita virtutibusque et le reste super miraculis. En 1685, on compléta par trente-quatre autres, super miraculis6, avant l’envoi du tout à Rome demandé par les États de Bretagne7.

  • 8 Parfois mêlé d’éléments super miraculis.
  • 9 Ces dépositions y figurent sous le numéro qu’elles ont dans le procès.
  • 10 Le procès ne dit rien sur la période, dominicaine, antérieure à 1507.
  • 11 Le dominicain Albert Le Grand au XVIIe siècle, dans son ouvrage Les Vies des Saints de la Bretagne (...)

3Délaissant, malgré son intérêt, le matériau topographique, prosopographique, sociologique, thaumaturgique de l’ensemble super vita8, dont on trouvera en annexe la traduction française9, on s’attachera ici à la seule figure d’Yves Mahyeuc évêque10, non sans la comparer avec ce qu’en relatent les historiens, qui semblent n’avoir pas accédé à ce texte fondamental comme tel11. Un premier point présentera le spirituel, un second le pasteur, mais sans intention, dans une première ébauche et vu le contenu fort mêlé des dépositions, de distinguer très nettement les deux dimensions.

  • 12 L’évêque tint beaucoup d’enfants sur les fonts baptismaux.
  • 13 Sur le sujet, cf. la communication de G. Aubert, infra.

4Les déposants de 1637 ne rapportent aucun souvenir personnel, près de cent ans les séparant de la mort d’Yves Mahyeuc, mais ceux de leur défunte parenté ou de ses contemporains. Le petit monde local dont ils se font ainsi le relais est assez divers : valet de chambre, filleuls du prélat12, notaire de l’officialité ecclésiastique de Rennes, officier royaux, boulangère et cuisiniers de Bruz, fidèles qui défilèrent à la chapelle ardente, divers visiteurs, etc.13. Ces souvenirs indiquent une certaine proximité, qu’on doit regarder a priori au moins comme réelle, sans néanmoins ignorer la part de réélaboration que le temps écoulé, le vague de la mémoire et les intentions hagiographiques induisent souvent en pareil cas, aspect que des études ultérieures auraient à prendre en considération plus qu’on ne le fait ici. Inutile de noter en outre que les témoignages oculaires ou auriculaires rapportés par les déposants, gens soit trop simples soit lettrés mais peu versés dans la science sacrée, restent dans le descriptif et l’allusif, et que pour cela la signification spirituelle ou pastorale des faits tient plus, même argumentée, de l’hypothèse que de la démonstration.

Copie XVIIe siècle du procès en béatification d’Yves Mahyeuc (Archivio Segreto Vaticano, Congr. Riti, Processus, 2451).

Le spirituel

La prière

  • 14 Sur la congrégation de Hollande et ses origines dans la réforme dominicaine de Lombardie, initiée (...)
  • 15 Non séparée de la prière communautaire et liturgique. Non content en effet, d’avoir cellule réserv (...)
  • 16 Léon Hux, valet de chambre de l’évêque.
  • 17 Item quod cum semel in secretiori conclavi existeret, audivit aliquos cum ipso loquentes. Unde pos (...)
  • 18 Constantin dOrvieto, Legenda sancti Dominici, 25, Scheeben, MOFPH, XVI, Rome, 1935.
  • 19 Les trois voies de la vie spirituelle, d’origine néo-platonicienne et dionysienne, étant déjà trad (...)

5Yves Mahyeuc, membre d’une congrégation dominicaine de réforme14 (dont faisaient partie son couvent de Morlaix et celui de Rennes), où, par ailleurs, la devotio moderna ne fut pas sans influence quant à l’intériorité, fut un spirituel autant qu’un intellectuel – deux axes également privilégiés par la congrégation – et donc cultiva la prière intime15. Ce que révèlent indirectement plusieurs dépositions : « … se trouvant un jour en une chambre close, il16 entendit d’autres qui avec lui devisaient. De là, par après, il lui demanda qui étaient ceux qui parlaient avec lui. Il lui répondit : Toujours me prêtez-vous oreille ! Saint Pierre et saint Paul avec moi parlaient17. » La présence de Pierre et Paul donne à ce trilogue une dimension évidemment apostolique. Elle peut renvoyer (sans doute à l’insu des déposants et du témoin lui-même) à la vision dont fut gratifié saint Dominique en 1216 à Rome, recevant des deux apôtres, peu avant que de disperser les premiers Frères par toute la chrétienté, le livre des Écritures, le bâton de l’itinérance et l’ordre d’aller prêcher18. Elle peut aussi vouloir signifier que le ministère épiscopal se fonde précisément sur la succession apostolique, rappeler le patronage pétrinien de la cathédrale et par là indiquer à quelle hauteur mystique Yves Mahyeuc porta son lien personnel au diocèse dont il avait la charge. À prendre les choses du point de vue inévitablement breton des déposants, l’allusion au patronage de la cathédrale n’est pas impossible mais, Pierre suffisant dans ce cas, il faudrait expliquer pourquoi saint Paul vint aussi… Quoi qu’il en soit, pareille conversation suppose un état personnel d’oraison qui tient peut-être, selon les doctrines traditionnelles en la matière, et de l’illumination et de l’extase19.

6Deux autres témoignages :

  • 20 Maître Noël Herbert, notaire à l’officialité de Rennes.
  • 21 Audiverunt item a dicta sua Matre quod praedictus ipsius Pater cum adiisset Palatium Episcopale Rh (...)
  • 22 Vieux verbe cuider : croire.
  • 23 quod vivens cum se recepisset in cubiculum suum extincto igne per ipsam adultam noctem servi vid (...)

« Ouïrent pareillement de leur dite mère que son susdit père20 allait au palais épiscopal de Rennes afin de parler audit révérend père Yves Mahyeuc, évêque. Il lui fut dit qu’il était dans l’église de Saint-Pierre. Y étant entré, il parvint à la chapelle près laquelle est aujourd’hui son tombeau, y demeura grand temps, presque jusqu’à la nuit, et ouït comme musique fort suave et agréable mais, fatigué d’avoir si longtemps attendu, ouvrit la porte de ladite chapelle, laquelle il vit radieuse de grande clarté et lumière, quoique ladite chapelle fût très obscure et qu’il fût nuit. Ladite porte étant demi-ouverte, ledit Yves courut à lui et dit : Allez-vous en, et ne dites à personne ce que vous avez vu21. »
« … en son vivant lorsqu’en son lit se mettait, chandelle éteinte, ses serviteurs par fentes des fenêtres voyaient toute la nuit grandes clartés en la couche dudit évêque et, le cuidant22 endormi, pratiquèrent orifices afin de voir d’où lesdites clartés sourdaient et virent ledit lit illustré, tout comme si vingt chandelles y eussent été allumées, et ledit évêque gisant dessus la nue terre, à bras étendus, en lequel état passa la part plus grande de la nuit. De quoi rumeur publique se répandit par la ville. Entendit aussi souventes fois de son père que ledit évêque était tenu pour saint23. »

  • 24 De novem modis orandi s. Dominici. Indûment publié par les Bollandistes comme dernier chapitre du (...)
  • 25 cum orationi sero noctuque vacaret famuli eius, qui ipsum observabant, asserebant se illum vidis (...)
  • 26 Sans changer la chose, Cassien substitue l’expression puritas cordis au terme grec, alors probléma (...)
  • 27 Jourdain de Saxe, Libellus de principiis ordinis praedicatorum, éd. Scheeben, MOFPHXVI, Rome, 1935 (...)

7Sans s’arrêter au merveilleux de ce son et lumière spirituel, on aura noté que, dans le second extrait au moins, Yves est en oraison, longuement et bras en croix. Le témoin ignorait sans doute que c’était là une des neuf manières de prier, la deuxième, qu’un opuscule de la seconde moitié du XIIIe siècle attribuait à saint Dominique24. Ce charmant texte représentait le patriarche des Prêcheurs priant en cette position pour ses propres péchés, mais non sans rappeler aussitôt qu’il exhortait les plus jeunes à le faire aussi pour ceux d’autrui. On peut donc, là encore, penser que la prière d’Yves Mahyeuc, lecteur ou non du De novem modis orandi, avait, sur le modèle de son fondateur, une forte dimension d’intercession et donc un caractère apostolique marqué, tant à cause de la charge épiscopale que de la vocation du Prêcheur. Que ces scènes aient ou non le sens implicite d’une intercession, elles supposent certainement une expérience spirituelle faite de purification par la componction (l’affliction sur les péchés), d’élévation à l’illumination intérieure, dont la lumière visible doit être regardée comme la manifestation, et de mystique christologique centrée sur la Passion, aspect que le premier biographe de saint Dominique avait bien noté. Dernier témoignage sur ce point : « … ses serviteurs, qui l’observaient vaquant tard et de nuit à la prière, assuraient l’avoir aucunes fois vu tout le corps prostré face contre terre et sa chambre de lumineuses clartés replète mais qui s’évanouissaient quand plus approchaient, auxquels il faisait doucement reproche de lui avoir causé grave injure ou préjudice, et n’avoir été, justement, jamais vu pris de colère25. » La scène est la même que ci-dessus mais avec l’intéressant détail sur l’absence de colère. Sans doute est-ce là quelque chose de l’apatheia qu’enseignait Cassien (vers 365-vers 435), moine et disciple d’Evagre le Pontique (346-399)26, auteur obligé en Occident et surabondamment lu par saint Dominique, les Collationes surtout, ainsi que le rappelle son premier biographe. Jourdain de Saxe avait en effet pour propos de montrer quel fondement la compassion qui fut sienne avec le prochain trouva, paradoxalement, dans l’apaisement passionnel que procurent l’ascèse quotidienne et l’expérience mystique27.

  • 28 Dit aussi Ambroise le Camaldule (1376-1439). Florentin, il fit ses études à Venise. Exemple d’érud (...)
  • 29 Il traduisit seulement la Théologie mystique et les Noms divins, en 1490-1492.
  • 30 Qui fit dire au pape Nicolas V, enchanté, que cette version n’avait pas besoin de commentaires, sa (...)
  • 31 L’ex libris donne : Frater Yvo Mahyeuc ordinis fratrum predicatorum episcopus redonensis. Écrite d (...)

8Ces témoignages sont à référer à la précieuse indication fournie par l’un des rares livres de la bibliothèque des Jacobins de Rennes ornés de l’ex libris d’Yves Mahyeuc : les œuvres complètes du pseudo Denys Aréopagite, éditées en 1498 par Lefèvre d’Etaples dans la traduction d’Ambroise Traversari28, premier humaniste à avoir enfin donné, de 1431 à 1437, avant Marsile Ficin29, un bon texte latin du célèbre corpus30. Révélant la dimension humaniste de l’évêque de Rennes31, pareil ouvrage laisse aussi deviner quelle dimension mystique eut sa vie intérieure, point sur lequel les dépositions citées insistent bien, sans référence aucune, on s’en doute bien, à une aussi haute littérature que celle du mystérieux théologien byzantin. Il faudrait, certes, parvenir à déterminer la raison, spirituelle ou intellectuelle, pour laquelle il fréquenta ce pseudo-Denys. Mais peut-on à cette époque, et chez un personnage comme lui, séparer les deux aspects ?

Croix imprimées et Brigitte de Suède

  • 32 Item cum semel illi vestes porrigeret, vidit tres cruces albas supra pectus eius, et in extrema pa (...)
  • 33 Article « Brigitte de Suède » in Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique (abrégé D (...)
  • 34 La princeps, par les moines brigittins de Vadsténa, Lübeck, B. Gothan, 1492, des extraits à Rome, (...)
  • 35 Oncle de l’inquisiteur. Une partie de ce defensorium sera ajouté aux éditions romaines de 1606 et (...)
  • 36 Cf. les critiques de J. Gerson, De examine doctrinarum IIa pars, Consid. 3, col. 547 et du concile (...)
  • 37 Sur l’influence que reçut l’art de ses descriptions plus que réalistes de la Passion, Émile Male, (...)
  • 38 Mention sur la toile d’un manuscrit de 1450 contenant diverses oraisons, pour la vie courante, pou (...)

9« … lui tendant un jour ses vêtements, dessus son sein vit trois croix blanches et au bout de l’une une goutte de sang imprimée. Lors ploya le genou pour les adorer mais le dit Yves Mahyeuc lui dit : Avez découvert mon secret ! Sainte Brigitte me bailla ces croix32. » Les Révélations de sainte Brigitte de Suède (1302-1373)33, eurent grande diffusion imprimée dès la fin du XVe siècle, à partir de l’Allemagne puis des Flandres et de Rome34, d’où leur possible fréquentation par Yves, comme religieux ou comme évêque. Des dominicains s’étaient montrés favorables à cet écrit controversé, Juan de Torquemada (vers 1388-1468)35 en particulier, avec son Defensorium, contre le projet de condamnation en cent vingt-trois articles avancé au concile de Bâle en 143636. L’évêque de Rennes trouva peut-être chez cette mystique, fascinée, comme sa contemporaine la dominicaine sainte Catherine de Sienne, par le Christ aux douleurs37 et, comme elle, soucieuse de la réforme de l’Église in capite et membris, l’amour de la Passion (d’où les couronnes d’épines de ses armoiries, antérieures à l’épiscopat) et l’inspiration ou la confirmation de son désir d’un renouveau chrétien. Le livre IV des Révélations était, fait notable, adressé ad sacerdotes et summos pontifices. Pour préciser le thème du sang, on peut signaler les quinze Oraisons sur la Passion dites de sainte Brigitte, apocryphe déjà répandu au XVIe siècle38. Ces oraisons sont à méditer chaque jour de l’année, soit cinq mille quatre cent soixante fois (15 par 365) en l’honneur des blessures du Christ qui auraient eu même nombre. Selon le Pater et Ave, autre apocryphe, on récite chaque jour pendant douze ans sept fois l’une et l’autre prière pour obtenir le nombre des gouttes de sang du Christ, de sa naissance à sa mort, soit soixante et un mille trois cent soixante-deux.

  • 39 Qui absorba plus ou moins celui des Brigitte locales antérieures. Sur la diffusion des écrits, Pie (...)

10Les visions et colloques et généralement tout le merveilleux de la piété du prélat dont font mention les témoignages, sont peut-être inspirés, du côté d’Yves lui-même, par ces Révélations qui avaient plus d’une raison de l’intéresser. Il est donc à souhaiter qu’on parvienne à enrichir l’inventaire des livres qu’il eut ad usum, afin d’y voir si la littérature, authentique ou non, d’une sainte dont le culte était répandu en Bretagne39, eut quelque importance dans sa formation, sa carrière dominicaine et son ministère d’évêque et, bien sûr, dans son expérience spirituelle.

Le pasteur

Les armoiries

  • 40 dictus bonus Yvo dederat eius Patri quinque partes vitri, quibus inscripta erant ipsius insigna, (...)

« … ledit bon Yves avait à son père baillé cinq morceaux de verre où étaient ses armoiries marquées, en trois couronnes d’épines consistantes, avec trois hermines et le bâton pontifical, lesquels toujours entiers demeurèrent en sa maison près les Carmélites, quoique d’autres carreaux d’icelle maison eussent été maintes fois brisés40. »

  • 41 Une recherche serait à faire sur la fête de la Couronne d’épines. Saint Louis avait chargé les Dom (...)
  • 42 A. Le Grand, op. cit., p. 394. H. Poisson, ibid., p. 53-54. La narration d’Albert Le Grand semble (...)
  • 43 H. Poisson, op. cit., p. 84 et tout le chapitre vii ainsi que le v.

11Ce témoignage, qui appartient au genre super miraculis plus qu’au super vita, n’a d’intérêt ici que parce qu’il décrit précisément les armoiries du prélat, renvoyant donc implicitement à leur signification pastorale. Sans doute Yves prit-il ces trois couronnes d’épines par dévotion à la Passion et par humilité religieuse, ce qui n’est pas sans ajouter aux indications de spiritualité données ci-dessus41. Il choisit les hermines parce qu’il était breton et servait la Duchesse mais peut-être y vit-il par la suite le symbole du lien que lui donnait l’épiscopat au peuple de Bretagne42. D’ailleurs, il résidait, chose rare à l’époque43, souvent à Rennes selon un tiers des témoignages au procès, plus souvent encore à Bruz, selon deux tiers.

Armes d’Yves Mahyeuc, XVIIe siècle ?, sur la porte donnant accès à l’escalier de la tour Nord de la cathédrale de Rennes.

Communion fréquente

  • 44 Celle de la déposante.
  • 45 quod Dominus bonus Yvo Mahyeuc episcopus, dum viveret, Rhedonensis, audiebat confessiones matris (...)
  • 46 Le concile de Trente, session XIII De Eucharistia, chap. 8, dira quelques années plus tard au suje (...)

12Une déposante rapporte qu’il « oyait de sa mère44 les confessions et lui administrait la sacrée synaxe chaque dimanche »45. Ce passage pourrait être l’indice d’une pastorale de la confession et de la communion fréquentes (pouvant inclure une direction spirituelle) pratique souhaitée par les milieux soucieux de réforme dans l’Église et recommandée peu d’années après au concile de Trente46.

Le Rosaire

  • 47 et cum adibat Palatium, ab ipsa petebat an sciret preces christianas, et semel petiit an haberet (...)
  • 48 quod idem Ioannes du Chisne audiverat a Ioanna Jublin matre sua quae obiit centesimo aetatis ann (...)

« … comme elle se rendait au palais, il lui demanda si elle savait les prières chrétiennes et une fois lui demanda si elle avait un rosaire. Quand elle lui eut répondu qu’elle n’en avait point, il lui en fit bailler un, étant lors en ce lieu marchand de choses à petit prix, lequel baillait rosaires à toutes gens entrant au palais47. » « … Jean du Chesne avait ouï de Jeanne Jubin sa mère qui défunta l’an centième de son âge, qu’elle avait rosaire à elle baillé par le bon Yves, lequel rosaire ladite affirmante vit aussi ès mains de son père, qui en avait souvent pratique48. »

  • 49 Cornelius Van Sneeck, Sermones XXI super confraternitate de serto Rosaceo, Paris, Jodocus (Josse) (...)
  • 50 H. Poisson, op. cit., p. 122.
  • 51 Alain de la Roche (1428-1475), Fils de la congrégation dominicaine réformée de Hollande et du couv (...)
  • 52 Le chapitre de Zwolle, 1473 (A. de Meyer, op. cit., p. 65), de Zutphen, 1485 (p. 141. Contre les e (...)
  • 53 Le chapitre de Lille en 1475 ne mentionne pas le duc et la duchesse comme promoteurs du Rosaire ma (...)

13Le témoin du premier extrait juxtapose matériellement deux interrogations de l’évêque éloignées dans le temps. Elles ne manquent pas toutefois de lien implicite, le Rosaire représentant une espèce du genre qu’est la prière et une prière parmi les prières chrétiennes, la plus sûre quant à l’obtention de toutes les grâces, dont celle du salut éternel. C’est ce que rappelle un confrère d’Yves, Corneille Van Sneeck, Dominicain hollandais, sur lequel on reviendra dans un instant, quand, lui dédicaçant ses sermons sur les confréries du Rosaire, il rattache fortement cette dévotion aux fins dernières49, conformément à la doctrine d’Alain de la Roche, fondateur des confréries. Le don habituel de rosaires au manoir de Bruz renvoie sans doute à une pastorale permanente du prélat et aussi, quoique impossible à restituer dans l’état actuel des connaissances, à une pratique personnelle. Les trois noms de l’épitaphe inscrite sur son tombeau50 pourraient en fournir l’indice, Jésus et Marie étant l’objet même du Rosaire et Dominique passant pour avoir reçu cette dévotion de la Vierge en personne. Pareil attachement s’explique sans doute chez Yves par la diffusion des confréries et de l’apostolat à la fin du XVe siècle, sous l’impulsion de sa congrégation de Hollande, dont Alain de la Roche, breton aussi, avait été fils51. Le prélat avait eu sans doute à se conformer aux recommandations de ladite congrégation52. Par ailleurs, leur diffusion avait été voulue et promue en Bretagne par le duc François II53.

Le Loroux (Ille-et-Vilaine), église paroisssiale : pilier orné des grains du Rosaire, 1524.

  • 54 Ainsi que le pilier décoré de grains de rosaire à cette époque, visible en l’église paroissiale du (...)
  • 55 Nouveau Jardin à Fleurs de la très-sacrée Vierge au Terroir de Bretagne dans la Dévotion florissan (...)
  • 56 La vie du glorieux patriarche S. Dominique, fondateur et instituteur de l’Ordre de Frères Prêcheur (...)
  • 57 Guillouzou le mentionne parmi les auteurs qui souscrivaient à la thèse d’Alain de la Roche sur l’o (...)
  • 58 Réchac et Guillouzou rappellent par ailleurs la promotion par Yves de N.-D. de Bonne Nouvelle à Re (...)

14La dédicace de Van Sneeck est à la fois intéressante parce qu’elle s’adresse à Yves et décevante parce qu’elle n’en donne pas les raisons. On aimerait conclure qu’il s’agissait pour l’auteur de saluer chez l’auguste destinataire une pastorale et une dévotion personnelle, que les témoignages précités suggèrent54, mais les documents font défaut. En attendant plus de lumière, on peut expliquer le fait par la croyance, répandue depuis Alain de la Roche, à une fondation en Bretagne, dès 1200, de la première confrérie du Rosaire, par un saint Dominique que la Vierge, après l’avoir sauvé d’un naufrage, y aurait miraculeusement transporté. Le Dominicain Guillouzou s’en fait l’écho au milieu du XVIIe siècle55, reprenant les fantaisistes assertions de son collègue Réchac56. C’est donc à l’évêque d’un lieu qui passait pour le berceau de la dévotion et des confréries autant ou plus qu’au pratiquant du Rosaire que Sneeck adressa son ouvrage57. Sinon, il n’eût pas manqué de faire mention d’un attachement personnel58.

Les pauvres

  • 59 On renvoie simplement ici à H. Poisson, ibid., chapitre vi et, évocation rapide mais précise, J.-P (...)
  • 60 Mt, 26, 11 ; Mc 14, 7 ; Jn 12, 8.

15Le fort contraste de l’enrichissement et du prolétariat dans la Bretagne de la fin du Moyen Âge et du XVIe siècle est connu et bien analysé par les historiens59. L’insistance massive des déposants, et donc de ceux dont ils se font le relais à trois générations de distance, sur le rapport d’Yves Mahyeuc aux pauvres ne s’explique donc pas seulement par un topique du genre hagiographique ni par l’exigence caritative traditionnelle de l’évêque (liée au mot du Christ Pauperes semper habetis vobiscum60 comme à la permanence des catastrophes naturelles) mais bien par cette situation historique, et nouvelle quant à l’ampleur, de la Bretagne d’alors.

« Le B. Yves de Mayeux » (Huguet et Robelin, 1724), IIe planche gravée des Vies des saints de Bretagne de dom Lobineau (1re éd., 1725).

  • 61 Dominus Yvo Mahyeuc magna charitate afficiebatur erga pauperes quibus omnia sua dabat, iuvenibus e (...)
  • 62 affirmat se audivisse a… matre sua… quod Dominus bonus Yvo Mahyeuc episcopus, dum viveret, Rhedo (...)

« … le seigneur Yves Mahyeuc était, devers les pauvres, de grand charité ému, auxquels donnait tout ce qui était sien. À pauvres jouvenceaux de convoler désireux, donnait aussi argent, meubles, couffins de cuir et autres choses. Plusieurs même feignaient, après fiançailles, ne vouloir mariage contracter, et quand étaient en justice cités par devant le bon Yves, si les exhortait, s’ils s’aimaient l’un l’autre, à mariage conclure, et à eux distribuait argent ou autre, afin de parer aux besoins familiaux… Ajouta avoir ouï… que le bon Yves faisait à pauvres largesse de tout ce qu’il avait, voire de pain cru lorsque de cuit manquait et que, lorsque les serviteurs dudit Yves, empêchant que les pauvres ne lui parlassent, l’enfermaient au petit portique du manoir épiscopal de Bruz, ledit Yves, n’ayant autre chose à donner aux pauvres, son vêtement divisait et par la fenêtre leur en baillait partie, et qu’était au temps de sa mort réputé saint61. » « … affirma avoir ouï de sa mère… que le seigneur bon Yves Mahyeuc, de son vivant évêque de Rennes… la priait faire quérir ès paroisses pauvres honteux, jouvenceaux et jouvencelles qui voulussent apprendre métiers, et qu’à filles se mariant largesse faisait de fournitures et autres biens, et de ses biens ne se réservait la tierce part pour subvenir à sa famille, et faisait amples aumônes… Ajoute ladite déclarante avoir ouï que de ses gens, jusques au moindre, grand soin prenait ledit bon évêque et, eux malades, visitait sa suite avec un médecin62. »

  • 63 J. de Rechac de Sainte-marie, Vies et Actions mémorables des trois plus signalés religieux en sain (...)

16Yves Mahyeuc tenait, conformément aux canons et à la tradition, que les revenus ecclésiastiques sont propriété des pauvres, sauf les frais du culte et du clergé. Réchac63 affirme avoir eu en mains propres la déposition authentique de deux fermiers de l’évêque sur le don aux pauvres des trois quarts de sa recette annuelle. Ici, la déposante, parlant non de quart mais de tiers, rapporte même qu’il sacrifiait jusqu’à sa propre part.

  • 64 Quod bonus Yvo non multum habebat comitatum, quod iter agens in mulo sedebat, déposition 41.
  • 65 Quod erat maxime humilis et familiariter cum omnibus, maxime pauperibus conversabatur ; quod fama (...)

17Nécessité de la vie spirituelle, l’humilité tient intimement à l’épiscopat, l’évêque assumant l’état de perfectus pour lui-même et de perfector pour ses peuples, et donc devant être humble et se montrer tel. D’où ceci : « … le bon Yves n’avait grand suite… faisant route, siégeait sur une mule64. » L’humilité conditionne aussi la compassion, laquelle est le moteur de l’action charitable. D’où cet autre témoignage : « … du dernier humble était et familièrement allait avec tous, surtout les pauvres… le renom de ses charité et humilité toujours chez les habitants de cette contrée demeura65. »

Les enfants

  • 66 pueros multum diligebat eo quod a culpa aberant, déposition 41.
  • 67 quod omnibus pauperibus eleemosynam petentibus dabat, plures etiam vestes, maxime pueris, déposi (...)
  • 68 La versión originelle dit pueri et non infantes. La différence étymologique est rappelée par saint (...)
  • 69 Concile de Trente, Session 5, décret De peccato originali, canon 5 (année 1546). La tendance n’éta (...)
  • 70 Contraire, non contradictoire.
  • 71 L’augustinisme d’Yves Mahyeuc, qui posséda au moins les Sermons d’Augustin (cf. la communication d (...)
  • 72 Né en 353, il ne le recevra qu’en 387.
  • 73 Conf. I, 7, 11-12. Cf. I, 7, 12: quando innocens fui?
  • 74 Benoît de Nursie, Regula, 3 et 53 ; Isidore de Séville (qui reprend Conf. I, 8, 13) dans Ethymolog (...)
  • 75 Souvent liée à la dévotion à la Sainte Enfance du Christ.
  • 76 Sur le contexte général de cette thématique et sur l’attestation de la voie d’enfance dans la Devo (...)

18Il est rapporté qu’il « … aimait fort les enfants en ce qu’ils étaient loin de faute66 » et « … qu’à tous pauvres, mendiant aumône, la donnait, moult vêtements aussi, surtout aux enfants67 ». Le premier de ces témoignages68 peut recevoir deux explications, théologique et morale d’abord, spirituelle ensuite. Selon la première, étant posé que le baptisé (adulte ou non) n’a plus le péché en tant que faute mais en tant que simple tendance de soi non coupable, comme le rappellera, peu après la mort d’Yves, le décret du concile de Trente sur le péché originel69, le prélat pensait sans doute que, contrairement à l’homme fait, cette tendance n’a pas chez les petits le temps ni la puissance de passer aux actes, d’où son expression a culpa aberant, le terme culpa signifiant ici non seulement le péché originel dont le baptême innocente mais encore l’actuel et personnel qui ne survient qu’à l’âge de raison. Sans doute a-t-on là l’indice d’une vision plus favorable de l’enfance, contraire70 ou parallèle à l’augustinienne71, et bien attestée au Moyen-Âge. On se souvient en effet des sombres vues de l’évêque d’Hippone sur l’infans puis le puer qu’il fut bien avant son baptême72, enfant en qui les Confessions ne manquent pas de dénoncer le péché hérité d’Adam dès le sein maternel73, vues prolongées par une interprétation, anti-pélagienne, du septième chapitre de l’épître aux Romains sur l’incapacité humaine au bien et son attache invincible au mal. Même sous la grâce, dit en effet Augustin, pareille impuissance demeure et seule la grâce en triomphe. Si donc l’évêque d’Hippone avait eu à s’exprimer sur la condition de l’enfant baptisé, nul doute qu’il l’eût fait dans cette ligne. Or, Yves Mahyeuc semble bien ici regarder l’autre ligne, qui caractérise l’enfant par la pureté et l’innocence74. Une explication de spiritualité peut être avancée aussi, à savoir le développement, à la fin du Moyen Âge, de la voie d’enfance75. Or, la congrégation de Hollande avait reçu l’influence de la devotio moderna où ce thème n’était pas sans importance76.

*

19Ces dépositions laissent sur Yves Mahyeuc des renseignements peu nombreux, sur un mode non rigoureux, mais fiables : sa prière, sa résidence au diocèse, la modestie de son train de vie, son souci de l’exemplarité apostolique (entretiens avec les saints Pierre et Paul) et sa relation aux grandes mystiques (sainte Brigitte), ces deux points sans doute en vue d’une réforme (lien à sainte Brigitte non seulement comme mystique mais comme figure du renouveau ecclésial), sa pastorale sacramentelle (Eucharistie) et dévotionnelle (Rosaire), ses secours aux pauvres (dons), la formation des jeunes par un système d’insertion familiale (mariage) et professionnelle (apprentissages), son souci de sa famille et de sa suite épiscopales.

  • 77 Il faudrait cependant savoir si et dans quelle mesure la fama Yvonis antérieure au procès – on pen (...)
  • 78 On pourra croiser le récit d’Albert Le Grand sur Yves Mahyeuc et les pages 101-279 de R. Morçais, (...)
  • 79 Cf. A. de Meyer, op. cit., introd. p. 30-31.
  • 80 Touchant l’influence d’Yves Mahyeuc sur l’édition, cf. la communication de M. Walsby, p. 183 sq.
  • 81 Cf. pour Yves à ce sujet la déposition 108.
  • 82 A. Le Grand, op. cit. VI, p. 395.
  • 83 A. Le Grand donne ses Vies des Saints de Bretagne l’année même du procès d’Yves Mahyeuc, 1637. Sur (...)
  • 84 J. Eber, 1485, Grüninger, 1490 et 1496.
  • 85 J. Cleyn, 1500, 1506, 1511, 1516, 1520 et J. Mareschal, 1529.
  • 86 A. Boucard, 1521. Quant aux Vie du saint, R. Morçais donne une liste éditoriale exclusivement ital (...)
  • 87 Sa tertia pars traitait des différents états de vie, dont l’ecclésiastique, cf. R. Morçais, op. ci (...)
  • 88 Sur ce texte, cf. la communication de L. Rousselot, infra.
  • 89 La dédicace à Louise de Savoie du Dominicain Ricius qui s’était fait remettre cet opuscule par l’a (...)
  • 90 Cf. la communication de J.-C. Cassard, supra. On traite ici ce point non pour lui-même mais parce (...)
  • 91 habitum monachalem nunquam deposuit. Pièce produite par Albert Le Grand, ibid., p. 399, et par l (...)
  • 92 IIa IIae, 185, 8.
  • 93 si qua sunt in regularibus observantiis, quae non impediant pontificale officium, sed magis vale (...)

20Derrière cette figure naïvement esquissée77, on devine, outre la tradition inspirée entre autres du De cura pastorali de Grégoire le Grand, l’exemplarité d’Antonin de Florence (1389-1459)78. Celui-ci fut en effet vicaire général de la congrégation de Lombardie (1439) puis de celle de Toscane (1444-1446), réformes dominicaines dont sortit la congrégation de Hollande79, il fut archevêque de Florence contre son gré (1446), préféra la charge pastorale aux engagements temporels, conseilla Grands et petits en affaires tant ecclésiastiques que profanes, réforma les deux clergés, écrivit des ouvrages pour prêtres et fidèles80, dirigea plusieurs âmes d’élite81 et se soucia, jusqu’au dépouillement, du spirituel et du temporel des pauvres. Tous caractères bien marqués chez l’Yves d’Albert Le Grand et certains chez celui des dépositions de 1637. Sans accorder d’excessive importance au parallèle expressément établi par Albert82, qui devait s’imposer plus ou moins à tout hagiographe depuis la canonisation de 1523 et alors que le présent procès était en train83, on peut retenir, en faveur d’une référence consciente du Breton au Florentin, qu’il ne put ignorer la Somme de théologie morale laissée par ce dernier, laquelle eut vingt éditions complètes entre 1477 et 1591, dont, pour la France et en prenant le terminus a quo de 1485 et l’ad quem de 1541, trois à Strasbourg84, six à Lyon85 et une à Paris86. Antonin s’y intéressait, entre autres, aux devoirs des religieux et de l’évêque87. On doit cependant concéder qu’à première vue la Perpulchra quaestio (seul écrit conservé d’Yves, antérieur à l’épiscopat) sur le rapport de la vertu à la fortune, non sans copieuse application à l’état épiscopal88, ne doit rien à cet ouvrage89. Le rapport à Antonin trouve encore un indice dans le fait d’avoir gardé l’habit religieux. Relaté par Albert, le trait pourrait sembler douteux90 si l’auteur ne s’appuyait sur la mention du catalogue des évêques conservé par le chapitre cathédral de Rennes91. Or, reprenant mot pour mot saint Thomas sur la conciliation de l’observance religieuse et des devoirs épiscopaux92, saint Antonin faisait, comme le Maître, mention explicite du port de la bure93. Sans doute, dira-t-on, suffisait-il à Yves d’avoir lu saint Thomas ; il reste qu’Antonin, à la fois évêque et dominicain, avait pratiqué lui-même ce commandement et fournissait ainsi au nouveau pontife rennais un exemple récent et autrement éloquent, saint Thomas n’ayant jamais eu à prêcher d’exemple. Albert pourrait donc indiquer indirectement chez son personnage une volonté personnelle d’imitation.

  • 94 Texte des deux lettres dans R. Morçais, op. cit., Pièces justificatives, p. 499 et 500.

21Dernier indice, la canonisation d’Antonin. Emblématique du réformisme d’Adrien VI, elle avait été demandée, entre autres, par François 1er et par la reine Claude, fille de la duchesse et reine Anne. Les deux lettres, non datées, semblent de 1516. Celle du Roi dit : « … nous avons estez advertis, écrit le Roi, par auchuns prélats de notres Royaumes et aultres gens, clercs et craignans Dieu, de la bonnes et sainctes vies, méritez et sainctes doctrines de benoist Anthoines, feu archevesque de Florences, de l’ordre de sainct Dominique… qu’il luy plaise (à Votre Sainteté) entendre tant de saincts et vertueux tesmoignages94 » Yves se trouva-t-il parmi ces prélats ? Non invraisemblable, la chose mériterait une enquête poussée.

  • 95 Albert Le Grand insiste à la même époque sur ce point, lui, mais en le référant, assez anachroniqu (...)
  • 96 Qui vit des changements dans la disposition de l’espace liturgique, cf. à ce sujet, B. Chedozeau, (...)
  • 97 D. 108. La déposition 49 décrit sans commentaires les travaux du chœur. Cette fois, le témoin ocul (...)
  • 98 Le super miracula pénètre d’ailleurs le super vita, douze fois sur vingt-cinq (D. 32, 41, 43, 49, (...)

22Intéressant sur les points ici entrevus, le document qu’est ce procès heureusement redécouvert ne laisse pas néanmoins de surprendre par ses silences. Du gouvernement et de la réforme du diocèse il n’est soufflé mot. Rien non plus sur la prédication95. Les travaux à la cathédrale sont expliqués, non par le contexte de l’époque96, le témoin dont la déposition rapporte les propos ayant sans doute ignoré les enjeux liturgiques et doctrinaux que son évêque pouvait avoir en vue, mais par une anecdote miraculeuse97. L’intention des témoins oculaires, celle des déposants de 1637 et celle aussi sans doute des initiateurs et acteurs du procès explique sans doute pareil manque. On semble avoir voulu tout concentrer sur le pénitent mortifié, sur le mystique favorisé de grâces extraordinaires, sur l’amant des pauvres, sur le thaumaturge, aspects que ceux qui l’approchèrent retinrent à l’exclusion du reste. On ne trouve rien non plus sur l’enfance et la vie religieuse antérieure à l’épiscopat, dans un procès pourtant initié autant par les Dominicains de Rennes que par le Chapitre, et à l’époque où Albert Le Grand ne manquait pas de présenter le personnage enfant puis prêcheur. Pour être plus précis, la proportion vita/miracula montre à l’évidence que l’élément biographique procède du thaumaturgique98 et du caritatif. Le procès présente, en somme, juste assez de vie intérieure et extérieure pour fonder mystiquement et mettre en valeur le secours porté aux pauvres et les guérisons accordées aux suppliants. Une vue globale et détaillée des devoirs attachés aux deux grandes professions, la religieuse et l’épiscopale, fait donc défaut, rendant impossible de savoir s’ils furent tous également honorés et à quel degré d’héroïcité.

  • 99 Plusieurs feuillets qui seront publiés avec l’ensemble du procès.
  • 100 Sur la procédure de béatification, cf. E. Jombart, « Béatification », in Catholicisme I, col. 1339 (...)

23L’information de ce procès informatif reste, on le voit, amplement lacunaire. Voilà sans doute pourquoi, si le pape décréta bien l’introduction de la cause auprès de la Congrégation des Rites en 1687, le procès apostolique ne commença jamais. La note suivante de la Sacrée Congrégation des Rites, écrite en 1689 sur feuillet volant inséré dans la copie que garde le couvent de Sainte-Sabine, dit en effet ceci, au terme de la discussion99 exigée par la constitution d’Urbain VIII Cælestis Jerusalem du 5 juillet 1634100 :

  • 101 Traduction de l’italien.

« Après avoir achevé le discours on a fait réflexion que le grand défaut consiste dans le fait de n’avoir point de connaissance exacte de la vie du serviteur de Dieu, tant dans l’état religieux que dans l’épiscopal. Et c’est pourquoi on a considéré un peu plus attentivement le procès de 1684 sur le non culte… et on y a retrouvé un petit article très substantiel qui contient toute la vie dans l’un et l’autre état et l’on ne voit à ce sujet aucun témoignage. On a jugé bon de transmettre la copie pour que l’on y fasse toutes les recherches possibles pour mettre cela au clair. La chose n’étant pas possible au moyen de témoignages, puisqu’il y est traité de faits aussi anciens, il sera nécessaire de recourir à l’histoire et aux annales tant du couvent que de l’église de Rennes. Et après que les recherches auront été faites, on pourra donner un avis précis sur ce qu’on aura trouvé. Et l’on répondra en disant ce que l’on aura trouvé expédient de faire, ce que l’on ne pourra réussir qu’au moyen d’un nouveau procès, pour lequel on demandera une instruction précise101. »

  • 102 C’est une des raisons majeures du retard ou de l’échec des dossiers d’alors, cf. E. Suire, op. cit (...)
  • 103 Sur les autres raisons, cf. E. Suire, ibid., p. 386-396. La raison financière est bien illustrée d (...)
  • 104 En prenant le terminus a quo fourni par les positions de Spinoza en la matière à la fin des années (...)
  • 105 Le rapport miracle/vertus fut toujours plus ou moins conflictuel. Déjà au XIIe siècle, on refusa l (...)
  • 106 Sur les mutations à Rome, en matière de critique surtout, cf. E. Suire, ibid., p. 366, mais seulem (...)

24Bien que l’insuffisance de la biographie et par ailleurs plusieurs vices de forme102 expliquent assez cet insuccès103, une étude ultérieure pourrait avoir à considérer le contexte de la querelle sur le miracle, qui commençait au temps où l’affaire Yves Mahyeuc se traitait à Rome104. La réaction anti-mystique de la fin du siècle, les coups portés à la foi par la critique historique et philosophique et le resserrement en cours des critères de béatification, où le miracle perdait considérablement de sa force de détermination105, peuvent avoir pesé sur l’issue de certains procès. Car, hommes de leur temps, les cardinaux, théologiens et juristes de la Congrégation, partageaient les alea idéologiques d’alors autant qu’ils s’en démarquaient106.

  • 107 D’autres documents du procès montrent qu’il était encore traité dans les années 1690. La saisie et (...)

25La note romaine de 1689 semble avoir de facto mis fin à la cause107. Mais pour l’historien, elle garde sa pertinence et définit un programme. Les déposants de 1637 ne disant en effet ni rien ni tout, il importe et d’intégrer leur témoignage en le vérifiant et d’en repartir, pour améliorer l’approche objective du personnage. La dévotion y gagnera autant que l’histoire.

Notes

1 Congregazione delle cause dei santi, Archivio, no 156, Redonen. Yvonis Mayeux.

2 Archivio Segreto Vaticano, Congr. Riti, Processus 2451.

3 Archivum generale Ordinis Praedicatorum, X 2985. Il s’agit d’une copie réalisée au XIXe siècle, accompagnée cependant de pièces originales : le décret d’ouverture du procès (22 novembre 1687) ; le résumé des actes, dressé le 25 novembre 1688 ; une instruction de l’avocat sur le contenu du procès et la manière de le faire valoir.

4 Sur cet évêque, H. Poisson, Le fanal de l’Église de Rennes. Le serviteur de Dieu Yves Mahyeuc, Dominicain, Évêque de Rennes (1462-1541), coll. « Le vrai visage de l’Église », s. l. et s. n., 1993 (réédition de H. Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs : Yves Mahyeuc, 1462-1541, évêque de Rennes de 1507 à 1541, s. l. et s. n., 1957), p. 126-127.

5 Du 16 juin 1637 au 28 septembre 1638, cent treize témoins déposèrent, par devant les officiers compétents, le plus gros défilant entre juin et octobre 1637.

6 Les cinquante ans écoulés ayant exclu tout nouveau souvenir super vita.

7 Et en 1644 par le chapitre général des Dominicains à Rome : Pro Congregatione Gallicana : 11. Commitimus rev. admodum p. procuratori generali, ut cum summa diligentia procuret beatificationem venerabilis patris fr. Yvonis Mayeuc, olim episcopi rhedonensis, ex nostro ordine assumpti, postquam memoralia de eius sanctissima vita et miraculis transmissa fuerint, dans Acta Capitulorum generalium Ordinis Praedicatorum VII, Romae, 1902, p. 188. H. Poisson, op. cit., p. 127 et note 173.

8 Parfois mêlé d’éléments super miraculis.

9 Ces dépositions y figurent sous le numéro qu’elles ont dans le procès.

10 Le procès ne dit rien sur la période, dominicaine, antérieure à 1507.

11 Le dominicain Albert Le Grand au XVIIe siècle, dans son ouvrage Les Vies des Saints de la Bretagne Armorique, Quimper, Salaun, 1901, 5e éd., X et XII, p. 397-399, rapporte les témoignages super miraculis déposés à la mort d’Yves en 1541 (cf. etiam H. Poisson, op. cit., p. 118-128) et parle en conclusion des « enquestes faites en la Paroisse de Brutz et les mémoires MSS de feu messire Pierre Oger, Chanoine de Rennes, Archidiacre du Désert, à moy transmis par vénérable et Discret Messire Michel Bourré, son Neveu, Chanoine de Rennes et Protonotaire Apostolique, et les mémoires MSS de RR. PP. Augustin du Pas, Guillaume et autres religieux de son ordre », ibid., p. 400. Les documents dont il parle sont antérieurs au procès de 1637. Il faudrait croiser ce document avec les dépositions pour repérer d’éventuels éléments communs.

12 L’évêque tint beaucoup d’enfants sur les fonts baptismaux.

13 Sur le sujet, cf. la communication de G. Aubert, infra.

14 Sur la congrégation de Hollande et ses origines dans la réforme dominicaine de Lombardie, initiée par Raymond de Capoue, confesseur de sainte Catherine de Sienne, A. de Meyer, La congrégation de Hollande ou la réforme dominicaine en territoire bourguignon (1465-1515) ; Documents inédits…, Liège, Soledi, s. d. Cf. etiam la communication de P.-B. Hodel, infra. Sur la Devotio moderna, cf. l’article du Dictionnaire de spiritualité (ici abrégé DS).

15 Non séparée de la prière communautaire et liturgique. Non content en effet, d’avoir cellule réservée au couvent de Bonne Nouvelle pour garder autant que possible un fond de silence et de retraite, le prélat fit venir chez lui plusieurs Dominicains savants et pieux, non seulement pour leur confier du ministère mais pour pratiquer avec eux la vie régulière, Albert Le Grand, op. cit., p. 395, cf. H. Poisson, op. cit. p. 52 et 85. On doit donc penser que l’office divin en faisait partie.

16 Léon Hux, valet de chambre de l’évêque.

17 Item quod cum semel in secretiori conclavi existeret, audivit aliquos cum ipso loquentes. Unde postea ab ipso petiit quinam essent qui cum illo colloquebantur, cui respondit, semper aurem mihi praebes, Sanctus Petrus et Sanctus Paulus mecum colloquebantur, déposition 24.

18 Constantin dOrvieto, Legenda sancti Dominici, 25, Scheeben, MOFPH, XVI, Rome, 1935.

19 Les trois voies de la vie spirituelle, d’origine néo-platonicienne et dionysienne, étant déjà traditionnelles et largement reçues à l’époque, grâce en particulier à saint Bonaventure et aux Chartreux.

20 Maître Noël Herbert, notaire à l’officialité de Rennes.

21 Audiverunt item a dicta sua Matre quod praedictus ipsius Pater cum adiisset Palatium Episcopale Rhedonense ut alloqueretur dictum Reverendum Patrem Yvonem Mahyeuc Episcopum, ei dictum est illum esse in Ecclesia Sti Petri, in illam ingressus, accessit ad capellam prope quam modo est eius tumulus, ibi per multum temporis fere usque ad noctem moratus est, et audivit quasi musicam multum suavem et gratam, sed taedio affectus tam diu expectandi, aperuit ianuam dictae Capellae quam vidit magna claritate et lumine radiantem, licet dicta Capella esset satis obscura et nox esset, dicta ianua semiaperta, occurit ei dictus Yvo et dixit, vade et nemini dicas aliquid vidisse. Retulerunt item suam Matrem sibi pluries ostendisse Capellam in qua erat bonus Yvo quando illum adiit ipsius Pater, et tumulum eiusdem prope dictam Capellam, déposition 27.

22 Vieux verbe cuider : croire.

23 quod vivens cum se recepisset in cubiculum suum extincto igne per ipsam adultam noctem servi videbant per rimas fenestrarum magnas claritates in cubiculo dicti Episcopi, et cum ipsum dormire crederent, fecerunt foramina ut viderent unde dictae claritates orirentur viderunt dictum cubiculum perinde lucidum ac si viginti candelae in eo fuissent accensae, et dictum Episcopum iacentem super nudam terram brachiis extensis, quo in statu per maximam partem noctis supererat, de quo rumor publicus per urbem sparsus fuit, déposition 49.

24 De novem modis orandi s. Dominici. Indûment publié par les Bollandistes comme dernier chapitre du Libellus de vita et obitu et miraculis sancti Dominici et de ordine quem instituit de Thierry d’Alpolda (texte in Acta Sanctorum, août I, Bruxelles, 1867, p. 558-628). Cet écrit un peu tardif (entre 1260 et 1290) et de composition complexe contient néanmoins plusieurs données fiables en raison du lien de l’auteur à des témoins oculaires. Texte latin dans Archivum Sacri Ordinis Praedicatorum (abrégé ASOP) XV (1922), p. 95-106 et français dans Saint Dominique. La vie apostolique. Textes (éd. H.-M. Vicaire), coll. « Chrétiens de tous les temps », Paris, Cerf, 1965, p. 93-102.

25 cum orationi sero noctuque vacaret famuli eius, qui ipsum observabant, asserebant se illum vidisse aliquando toto corpore prostratum facie terrae affixa, cameramque eius lucida claritate repletam, sed evanescentem ipsis propius accedentibus, quibus leniter exprobrabat se serio gravem ab eis pati iniuriam, sive iacturam ; atque demum nunquam eum fuisse visum ira correptum, déposition 108.

26 Sans changer la chose, Cassien substitue l’expression puritas cordis au terme grec, alors problématique en Occident.

27 Jourdain de Saxe, Libellus de principiis ordinis praedicatorum, éd. Scheeben, MOFPHXVI, Rome, 1935 et texte français dans Saint Dominique et ses Frères. Evangile ou croisade ?, coll. « Chrétiens de tous les temps », Paris, Cerf, 1967, p. 47-144. La mention de Cassien est au n. 13 du texte.

28 Dit aussi Ambroise le Camaldule (1376-1439). Florentin, il fit ses études à Venise. Exemple d’érudit de la Renaissance italienne, écrivant surtout en grec, adonné aux sciences et fort savant dans la théologie. À 24 ans, il entra chez les Camaldules de Sainte-Marie des Anges à Florence, où il constitua une importante bibliothèque. Il fut abbé général et réformateur de son ordre.

29 Il traduisit seulement la Théologie mystique et les Noms divins, en 1490-1492.

30 Qui fit dire au pape Nicolas V, enchanté, que cette version n’avait pas besoin de commentaires, sa clarté la faisant se suffire à elle-même.

31 L’ex libris donne : Frater Yvo Mahyeuc ordinis fratrum predicatorum episcopus redonensis. Écrite d’une seule venue, la formule ne saurait dater d’avant l’épiscopat. L’intéressé sera donc entré en possession du livre en 1507 ou après. Quand, comment et pourquoi échut-il à la bibliothèque du couvent ?

32 Item cum semel illi vestes porrigeret, vidit tres cruces albas supra pectus eius, et in extrema parte cuiuslibet guttam sanguinis impressam, tum genua flexit ut eas adoraret, dictus autem Yvo Mahyeuc, ei dixit, secretum detexisti, Sta Brigitta has cruces mihi dederat, D. 24. Cette déposition parle de trois croix. La 49 de quatre ou cinq. Suivant la manière que l’on choisit de regarder le dessin gravé dont la Bibliothèque de Rennes-Métropole conserve un double exemplaire, les deux peuvent s’accorder.

33 Article « Brigitte de Suède » in Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique (abrégé DHGE) X (1938), col. 719-728.

34 La princeps, par les moines brigittins de Vadsténa, Lübeck, B. Gothan, 1492, des extraits à Rome, 1485, Anvers, 1489, Cologne, 1517. Des traductions, allemande à Rostock, chez les Frères de la Vie Commune, 1475, Nuremberg 1481, Augsbourg 1502, en néerlandais, Anvers 1489 et 1530, Amsterdam 1506. L’ouvrage fut traduit en France pendant l’épiscopat d’Yves : Prophétie merveilleuse de madame saincte Brigide et jusques à présent trouvée véritable despuis l’an mil cccc lxxxiii jusques à ceste présente année mil ccccc xxvii touchant l’estat de l’Église et le bras séculier. Et durera ladicte prophétie jusques à l’an mil ccccc lxvii. Translatée nouvellement de latin en françoys, Lyon, Jean Clein, 1527 (nouvelle édition, jusqu’à l’année 1536, Lyon, Jacques Moderne, 1536).

35 Oncle de l’inquisiteur. Une partie de ce defensorium sera ajouté aux éditions romaines de 1606 et 1628 des Révélations.

36 Cf. les critiques de J. Gerson, De examine doctrinarum IIa pars, Consid. 3, col. 547 et du concile de Constance.

37 Sur l’influence que reçut l’art de ses descriptions plus que réalistes de la Passion, Émile Male, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France. Étude sur l’iconographie du Moyen Âge et sur ses sources d’inspiration, 3e éd., Paris, Armand Colin, 1925, p. 87 sq. Sur le sang, p. 108 sq.

38 Mention sur la toile d’un manuscrit de 1450 contenant diverses oraisons, pour la vie courante, pour la messe, à Notre Seigneur, de saint Thomas d’Aquin, à la B. V. Marie, au Saint Suaire et celles de sainte Brigitte.

39 Qui absorba plus ou moins celui des Brigitte locales antérieures. Sur la diffusion des écrits, Pierre-Yves Lambert, « Un texte breton de la “Révélation de sainte Brigitte” », Regards étonnés, de l’expression de l’altérité… à la construction de l’identité, Mélanges offerts au professeur Gaël Milin, Brest, CRBC-UBO, 2003, p. 272-288. Ce texte étudie surtout le XVIIe siècle et donne peu de renseignement sur les époques précédentes.

40 dictus bonus Yvo dederat eius Patri quinque partes vitri, quibus inscripta erant ipsius insigna, constantia ex tribus coronis spineis, cum tribus muribus ponticis et pontificio pedo, quae semper manserunt integrae in domo prope Carmelitas, licet alia vitra eiusdem domus pluries fracta fuerint, dépositions 26-27.

41 Une recherche serait à faire sur la fête de la Couronne d’épines. Saint Louis avait chargé les Dominicains (André et Jacques de Longjumeau) d’assurer le transfert de la relique de Constantinople à Paris en 1239 et de célébrer la fête chaque année dans la Sainte-Chapelle, laquelle fête fut insérée au calendrier de l’Ordre au milieu du XIIIe siècle. Yves Mahyeuc l’avait donc au bréviaire et au missel dominicain. Sur la question, Chiara Mercuri, Corona di Cristo, corona di re. La monarchia francese e la corona di spine nel medioevo, Roma, Ed. di storia e letteratura (« Centro Alti Studi in Scienze religiose, 2 »), 2004, p. 116-147.

42 A. Le Grand, op. cit., p. 394. H. Poisson, ibid., p. 53-54. La narration d’Albert Le Grand semble dire que les armoiries sont antérieures à l’épiscopat.

43 H. Poisson, op. cit., p. 84 et tout le chapitre vii ainsi que le v.

44 Celle de la déposante.

45 quod Dominus bonus Yvo Mahyeuc episcopus, dum viveret, Rhedonensis, audiebat confessiones matris suae ipsique Sacram Synaxim ministrabat singulis diebus dominicis, déposition 108.

46 Le concile de Trente, session XIII De Eucharistia, chap. 8, dira quelques années plus tard au sujet des chrétiens :… panem illum supersubstantialem frequenter suscipere possint. Le lien avec la confession sacramentelle est rappelé un peu avant et au canon 11. Les Pâques annuelles demandées par Latran IV sont rappelées au canon 9. La raréfaction de la communion avait commencé au VIe siècle. L’obligation de communier au moins à Noël, Pâques et Pentecôte n’étant même pas respectée, Latran IV réduira à Pâques. La communion mensuelle, parfois hebdomadaire, se maintint plus ou moins dans les milieux monastiques. Saint Albert le Grand et saint Thomas d’Aquin au XIIIe siècle recommandèrent une voie moyenne entre abstention et excès, correspondant à la synthèse théologale de la crainte et de l’amour, et appelèrent fréquente la communion mensuelle. Leur influence en la matière fut grande chez les spirituels et pasteurs du XVe siècle, par exemple chez saint Antonin de Florence, un des modèles d’Yves Mahyeuc. On voit que l’évêque de Rennes va plus loin que la pratique reçue ou conseillée, en permettant, au moins à certaines âmes, une fréquence hebdomadaire. Certains regardaient la communion, saint Bonaventure en particulier, comme possible dans la deuxième ou troisième voie spirituelle, illuminative ou unitive, et donc comme incompatible avec la simple voie purgative. En supposant chez Yves Mahyeuc des conceptions similaires, on aurait dans ce passage l’indice d’une pastorale du Sacrement soutenue par une direction spirituelle. Sur l’ensemble du sujet, cf. l’article « Communion fréquente » dans DS II/1 et II/2, spécialement II/2, 1260-1261.

47 et cum adibat Palatium, ab ipsa petebat an sciret preces christianas, et semel petiit an haberet Rosarium, cumque respondisset se non habere, curavit ut unum ei daretur ; aderat enim tunc minutae mercis propola qui omnibus adeuntibus Palatium Rosaria dabat, déposition 55.

48 quod idem Ioannes du Chisne audiverat a Ioanna Jublin matre sua quae obiit centesimo aetatis anno, quod habebat Rosarium sibi a bono Yvone datum quod dicta affirmans vidit etiam inter manus Patris sui qui illud plurimi faciebat, déposition 57.

49 Cornelius Van Sneeck, Sermones XXI super confraternitate de serto Rosaceo, Paris, Jodocus (Josse) Badius, 1514. Les plus vifs remerciements à M. Malcolm Walsby d’avoir signalé l’existence de cet ouvrage et à Mme Clarisse Meunier et ses collaborateurs de la Bibliothèque municipale de Beaune pour avoir aimablement mis leur précieux exemplaire à disposition. Une autre édition existe, dédicacée cette fois aux ducs de Mecklembourg.

50 H. Poisson, op. cit., p. 122.

51 Alain de la Roche (1428-1475), Fils de la congrégation dominicaine réformée de Hollande et du couvent de Dinan, dont celui de Rennes est une fondation, cf. Quetif-Echard, Scriptores Ordinis Praedicatorum I, p. 849-852, Catholicisme, articles « Alain de la Roche » et « Rosaire » et DS, mêmes articles. Le chapitre de la Congrégation, à Haarlem en 1476, sitôt après la mort d’Alain de la Roche, demandera le rassemblement et la conservation de tous ses écrits sur le Rosaire, cf. A. de Meyer, La congrégation de Hollande…, p. 77. Les publications sur le Rosaire commencent surtout dans la seconde moitié du XVIe siècle, cf. DS, article « Rosaire ».

52 Le chapitre de Zwolle, 1473 (A. de Meyer, op. cit., p. 65), de Zutphen, 1485 (p. 141. Contre les excès de la dévotion et de la prédication. Mention d’Yves Mahyeuc à un autre propos), de Douai, 1496 (p. 218), enfin de Lille, 1497 (p. 222). Ce dernier dit :… quia praedicatores nostri videntur multum tepuisse circa promotionem Rosarii et psalterii B. Mariae Virginis, hortamur eos ut se amatores Matris et Protectoris nostri Ordinis in praedicationibus suis ostendant et populum ad Ipsam honorandam per orationem Rosarii, sive pasalterii ipsius, efficaciter admoneant. De 1475 à 1479, 2 400 confrères sont inscrits pour la France, A. de Meyer, op. cit. Introd. p. 79-81. Pour la Bretagne, cf. H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne vers 1230-vers 1530. Pauvreté volontaire et prédication à la fin du Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 1975, p. 256 et 361-362 et A. Mortier, Histoire des Maîtres généraux, t. 4, p. 628 et 643-644.

53 Le chapitre de Lille en 1475 ne mentionne pas le duc et la duchesse comme promoteurs du Rosaire mais de la réforme des couvents, cf. A. de Meyer, op. cit., p. 74.

54 Ainsi que le pilier décoré de grains de rosaire à cette époque, visible en l’église paroissiale du Loroux.

55 Nouveau Jardin à Fleurs de la très-sacrée Vierge au Terroir de Bretagne dans la Dévotion florissante de sa Sainte Chapelle de Nazareth près Plancoet en l’Evesché de S. Malo. Par le P. Richard Guillouzou, de l’Ordre des FF. Prescheurs, à Rennes chez Jean Durant, 1655, p. 6-11.

56 La vie du glorieux patriarche S. Dominique, fondateur et instituteur de l’Ordre de Frères Prêcheurs, Et de ses premiers seize Compagnons : Avec la fondation de tous les Couvents et Monastères de l’un et l’autre sexe, Dans toutes les Provinces du Royaume de France, et dans les dix-sept du pays-Bas. Par le Révérend Père Jean de Réchac, dit de Sainte Marie, Religieux du Couvent de l’Annonciation de Paris, de l’étroite Observance, de l’Ordre des Frères Prêcheurs, et Historien général du même. À Paris, chez Sébastien Huré, rue Saint Jacques, au Cœur-bon, 1647, p. 62-78.

57 Guillouzou le mentionne parmi les auteurs qui souscrivaient à la thèse d’Alain de la Roche sur l’origine bretonne de la première confrérie, op. cit., p. 8 et 9.

58 Réchac et Guillouzou rappellent par ailleurs la promotion par Yves de N.-D. de Bonne Nouvelle à Rennes et sa bulle du 13 novembre 1518 : « En cette église, par les mérites de la glorieuse Vierge et Mère de Dieu (laquelle est là dedans honorée d’une dévotion spéciale), Notre seigneur Jésus-Christ daigne opérer journellement des miracle ineffables », J. de Réchac, op. cit., p. 827 (selon Guillouzou, op. cit., p. 18, la bulle est de 1515). Réchac rappelle que l’évêque indulgencia le sanctuaire en 1507 et 1515, op. cit., p. 832.

59 On renvoie simplement ici à H. Poisson, ibid., chapitre vi et, évocation rapide mais précise, J.-P. Leguay, « L’artisanat urbain en Bretagne aux XIVe et XVe siècles », in Arts et Artisans au temps des ducs de Bretagne, Conseil général du Morbihan, Vannes, 2005, p. 5-8.

60 Mt, 26, 11 ; Mc 14, 7 ; Jn 12, 8.

61 Dominus Yvo Mahyeuc magna charitate afficiebatur erga pauperes quibus omnia sua dabat, iuvenibus etiam pauperibus nubere volentibus pecuniam, supellectilem, vaccas et alias res dabat ; imo plures post sponsalia simulabant se nolle contrahere matrimonium, et cum in ius coram bono Yvone vocabantur, eosdem hortabatur ut si se mutuo diligerent, matrimonium inirent, iisque pecuniam aut alia distribuebat ut rei familiari providerent.… quod bonus Yvo largiebatur pauperibus quidquid habebat, etiam panem crudum dum cocto carebat ; et cum servi dicti Yvonis impedientes ne pauperes illum alloquerentur ipsum incluebant intra porticulam Palatii Episcopali de Bruz, dictus Yvo alias non habens quae daret pauperibus, vestem dividebat et partem illius per fenestram illis dabat, et quod tempore obitus habebatur ut sanctus, déposition 32.

62 affirmat se audivisse a… matre sua… quod Dominus bonus Yvo Mahyeuc episcopus, dum viveret, Rhedonensis… ipsam… rogabat ut curaret inquiri per paroecias pauperes pudibundos, adolescentes masculos, et puellas, qui aliquas vellent artes addiscere, et quod largiebatur puellis nubentibus suppellectilem, aliaque bona, nec sibi reservabat tertiam bonorum suorum partem pro sustentatione familiae suae, amplasque eleemosynas erogaret… Addit dicta declarans se audivisse quod dictum bonum episcopum magnam famulorum suorum curam gerere usque ad minimum eosque aegrotantes medico comitatum invisere, déposition 108.

63 J. de Rechac de Sainte-marie, Vies et Actions mémorables des trois plus signalés religieux en sainteté et en vertu de l’Ordre des Frères Prêcheurs, en Bretagne, Paris, Le Bedu, 1644 (dédié à La Motte-Houdancourt, évêque de Rennes, comte de Souillac et Froidmotte), donne Alain de la Roche, Yves Mahyeuc et Pierre Quintin. Sur Yves Mahyeuc, il mentionne le culte dans la cathédrale, la dévotion populaire, les miracles et le procès romain. Cet ouvrage n’a pu être consulté pour la présente étude. Cf. H. Poisson, op. cit., p. 58.

64 Quod bonus Yvo non multum habebat comitatum, quod iter agens in mulo sedebat, déposition 41.

65 Quod erat maxime humilis et familiariter cum omnibus, maxime pauperibus conversabatur ; quod fama charitatis et humilitatis eius semper viguit apud incolas regionis illius, déposition 36.

66 pueros multum diligebat eo quod a culpa aberant, déposition 41.

67 quod omnibus pauperibus eleemosynam petentibus dabat, plures etiam vestes, maxime pueris, déposition 45.

68 La versión originelle dit pueri et non infantes. La différence étymologique est rappelée par saint Augustin dans les Confessions :… ab infantia… veni in pueritiam… non eram infans qui non farer sed iam puer loquens eram…, Conf. I, 8, 13.

69 Concile de Trente, Session 5, décret De peccato originali, canon 5 (année 1546). La tendance n’étant pas péché au sens propre. Les vues exposées par saint Augustin en Conf. I, 7, 11-12 excluent la distinction de la faute et de la tendance parce qu’elles renvoient au nourrisson non baptisé (Augustin n’ayant reçu le sacrement qu’à l’âge adulte).

70 Contraire, non contradictoire.

71 L’augustinisme d’Yves Mahyeuc, qui posséda au moins les Sermons d’Augustin (cf. la communication de S. Toulouse, p. 109), reste cependant massif.

72 Né en 353, il ne le recevra qu’en 387.

73 Conf. I, 7, 11-12. Cf. I, 7, 12: quando innocens fui?

74 Benoît de Nursie, Regula, 3 et 53 ; Isidore de Séville (qui reprend Conf. I, 8, 13) dans Ethymologiarum liber XI, 2, 3 (secunda aetas, pueritia, id est pura) et 10 (Puer a puritate vocatus quia purus est), P. L. 82, col. 415-416. Sur ces deux approches de l’enfance au Moyen Âge, P. Riché, « Enfant » in Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, Cerf, 1997, p. 527. L’opposition reste cependant très relative, tout le monde au temps d’Yves Mahyeuc, et lui-même autant que tout le monde, supposant (ou aggravant) la doctrine augustinienne de la corruption de la nature par le péché.

75 Souvent liée à la dévotion à la Sainte Enfance du Christ.

76 Sur le contexte général de cette thématique et sur l’attestation de la voie d’enfance dans la Devotio moderna, influente dans la congrégation dominicaine de Hollande, F. de Sainte-Marie et C. Bernard, « Enfance spirituelle », DS IV, col. 682-714. Cet article croisant la spiritualité de l’enfance et la dévotion à l’Enfance du Christ, on se reportera aussi au précédent, I. Noye, « Enfance de Jésus (dévotion), II. La piété médiévale », col. 656-665.

77 Il faudrait cependant savoir si et dans quelle mesure la fama Yvonis antérieure au procès – on pense par exemple aux documents communiqués à Albert Le Grand – a pu influer sur le contenu des déclarations. Il reste que celles-ci expriment des traditions orales dont on doit admettre, a priori, l’authenticité.

78 On pourra croiser le récit d’Albert Le Grand sur Yves Mahyeuc et les pages 101-279 de R. Morçais, Saint Antonin, fondateur du couvent de Saint-Marc et archevêque de Florence (1389-1459), Tours, Mame/Paris, Gabalda, 1914. Cf. etiam A. Mortier, Histoire des Maîtres généraux, en particulier t. 4, p. 159-176 et t. 5, p. 243-247, et les articles « Antonin de Florence » dans DS, DHGE et Catholicisme.

79 Cf. A. de Meyer, op. cit., introd. p. 30-31.

80 Touchant l’influence d’Yves Mahyeuc sur l’édition, cf. la communication de M. Walsby, p. 183 sq.

81 Cf. pour Yves à ce sujet la déposition 108.

82 A. Le Grand, op. cit. VI, p. 395.

83 A. Le Grand donne ses Vies des Saints de Bretagne l’année même du procès d’Yves Mahyeuc, 1637. Sur les différentes publications des Vies, cf. l’édition précitée de l’ouvrage, introd., p. 4-6.

84 J. Eber, 1485, Grüninger, 1490 et 1496.

85 J. Cleyn, 1500, 1506, 1511, 1516, 1520 et J. Mareschal, 1529.

86 A. Boucard, 1521. Quant aux Vie du saint, R. Morçais donne une liste éditoriale exclusivement italienne. Pour l’époque d’Yves, une seule édition, en 1519 à Florence, cf. l’article du même Morçais dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques.

87 Sa tertia pars traitait des différents états de vie, dont l’ecclésiastique, cf. R. Morçais, op. cit., p. 381.

88 Sur ce texte, cf. la communication de L. Rousselot, infra.

89 La dédicace à Louise de Savoie du Dominicain Ricius qui s’était fait remettre cet opuscule par l’auteur même, Yves Mahyeuc, rappelle toutefois qu’il n’avait rien trouvé chez les docteurs, dont Antonin probablement, sur le sujet traité.

90 Cf. la communication de J.-C. Cassard, supra. On traite ici ce point non pour lui-même mais parce qu’il tend à établir la référence consciente d’Yves à saint Antonin.

91 habitum monachalem nunquam deposuit. Pièce produite par Albert Le Grand, ibid., p. 399, et par le procès.

92 IIa IIae, 185, 8.

93 si qua sunt in regularibus observantiis, quae non impediant pontificale officium, sed magis valeant ad perfectionis custodiam, sicut est continentia, paupertas et huiusmodi, remanet ad illa obligatus religiosus factus episcopus, & per consequens ad portandum habitum suae religionis, qui est huius obligationis signum, Antonin de Florence, Summa Moralis IIIa, tit. XX (De statu episcoporum, Archiepiscoporum, et Patriarcharum), cap. 2, De officii episcopi executione, § 7.

94 Texte des deux lettres dans R. Morçais, op. cit., Pièces justificatives, p. 499 et 500.

95 Albert Le Grand insiste à la même époque sur ce point, lui, mais en le référant, assez anachroniquement, à la lutte contre le protestantisme, et sans donner aucun contenu, op. cit. VIII et IX, p. 396-397. La déposition 108 (et peut-être la 41) rapporte des propos qui pourraient avoir été prononcés en chaire. Mention existe d’une oraison funèbre pour Louis XII, chez A. Touron, Histoire des Hommes illustres de l’Ordre de Saint Dominique, etc., Paris, Babuty/Quillau, 1747, t. 4, p. 83 (il renvoie à V. M. Fontana, Sacrum Theatrum Dominicanum, Rome, 1666, p. 278, col. 2). Cf. etiam H. Poisson, op. cit., p. 84. Pièce non retrouvée à ce jour et fait dont il n’existe aucune mention ailleurs. La cérémonie fut présidée le 18 janvier 1515 par l’évêque de Paris, Étienne de Poncher (1519-1525), d’après H. Fisquet, La France pontificale (Gallia Christiana). Histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours, divisée en 17 provinces ecclésiastiques (22 volumes 1864-1873). Métropole de Sens. Sens et Auxerre, Paris, E. Repos, 1865, p. 106-111 (selon B. Quilliet, Louis XII, Père du peuple, Paris, Fayard, 1986, p. 446, le roi mort le 1er janvier fut inhumé à Saint-Denis le 4). Fontana dit bien Lutetiae Funebrem Orationem habuit mais, résidant depuis sa nomination, Yves peut avoir prêché, comme beaucoup d’autres sans doute, dans les semaines ou mois qui suivirent (pendant le temps du deuil officiel), au cours d’un séjour à Paris.

96 Qui vit des changements dans la disposition de l’espace liturgique, cf. à ce sujet, B. Chedozeau, Chœur clos, chœur ouvert. De l’église médiévale à l’église tridentine (France, XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Cerf, 1998.

97 D. 108. La déposition 49 décrit sans commentaires les travaux du chœur. Cette fois, le témoin oculaire n’est pas le premier venu : Gilles Lezot du Vaurozé de la Villegeffroy, officier et secrétaire du roi.

98 Le super miracula pénètre d’ailleurs le super vita, douze fois sur vingt-cinq (D. 32, 41, 43, 49, 53, 54, 57, 58, 59, 60, 63, 108).

99 Plusieurs feuillets qui seront publiés avec l’ensemble du procès.

100 Sur la procédure de béatification, cf. E. Jombart, « Béatification », in Catholicisme I, col. 1339-1342 et E. Suire, La sainteté française de la Réforme catholique (XVIe-XVIIIe s.) d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2001, chap. 7, p. 349-396. Benoît XIV perfectionnera l’ensemble de la législation d’Urbain VIII en la matière, cf. De servorum Dei beatificatione et canonizatione beatorum. Une première édition en 1734-1738, une seconde en 43, le cardinal Lambertini étant devenu entre temps Benoît XIV. Référence à son prédécesseur dans De servorum, Prato, 1839, t. II, p. 65-73.

101 Traduction de l’italien.

102 C’est une des raisons majeures du retard ou de l’échec des dossiers d’alors, cf. E. Suire, op. cit., p. 371-376. Les critiques de la Congrégation sur le procès informatif figurent dans la copie conservée à Sainte-Sabine. La note en italien, précitée, s’y trouve en deux exemplaires.

103 Sur les autres raisons, cf. E. Suire, ibid., p. 386-396. La raison financière est bien illustrée dans le cas présent par une lettre du P. Hernio, Dominicain de Rennes, au maître de l’Ordre des Prêcheurs, de 1689, sur le manque d’argent. Le document figure dans le dossier de Sainte-Sabine.

104 En prenant le terminus a quo fourni par les positions de Spinoza en la matière à la fin des années 1670. Touchant cette querelle, cf. P. Hazard, La crise de la conscience européenne (1680-1715), Paris, Boivin, 1935, I, p. 206-239. B. Hours, « Miracle », in Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 839 et F. Laplanche, « Christianisme et culture au temps des pré-Lumières », Histoire du christianisme, t. 9, « Le miracle inopportun », p. 1104-1108, cf. etiam 10, p. 250.

105 Le rapport miracle/vertus fut toujours plus ou moins conflictuel. Déjà au XIIe siècle, on refusa le dossier d’Hildegarde de Bingen pour excès de miracles.

106 Sur les mutations à Rome, en matière de critique surtout, cf. E. Suire, ibid., p. 366, mais seulement à propos du positivisme de la fin du XIXe siècle.

107 D’autres documents du procès montrent qu’il était encore traité dans les années 1690. La saisie et la traduction de la totalité du document permettront de le mieux connaître et sans doute de corriger cette première présentation.

Table des illustrations

Légende Copie XVIIe siècle du procès en béatification d’Yves Mahyeuc (Archivio Segreto Vaticano, Congr. Riti, Processus, 2451).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Armes d’Yves Mahyeuc, XVIIe siècle ?, sur la porte donnant accès à l’escalier de la tour Nord de la cathédrale de Rennes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Le Loroux (Ille-et-Vilaine), église paroisssiale : pilier orné des grains du Rosaire, 1524.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende « Le B. Yves de Mayeux » (Huguet et Robelin, 1724), IIe planche gravée des Vies des saints de Bretagne de dom Lobineau (1re éd., 1725).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

Auteur

O. P., professeur de théologie, université catholique de l’Ouest, Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search