Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Première partie. La mémoire d’un saint ?

Yves Mahyeuc, dominicain bas-breton devenu évêque de Rennes

Jean-Christophe Cassard

Texte intégral

B. IVO MAIOCUS (cathédrale de Rennes, déambulatoire, fresque d’Alphonse Le Hénaff , v. 1870)

  • 1 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des saints de la B (...)

1En l’état actuel de nos ignorances, la biographie d’Yves Mahyeuc repose encore pour l’essentiel sur le récit de son frère en religion, le dominicain de Morlaix Albert Le Grand1 (dont les dires doivent toujours être approchés avec beaucoup de prudence sinon de réserve) et elle tient en quelques lignes de force que reprennent, avec plus ou moins d’ampleur et d’inspiration, les auteurs qui ont été amenés un jour ou l’autre à la présenter. Cela peut se résumer ainsi : ayant vu le jour à Plouvorn en 1462, au diocèse de Léon, de parents relativement aisés – des marchands ruraux semble-t-il – Yves fréquente d’abord l’école épiscopale de Saint-Pol-de-Léon puis, nanti du bagage suffisant, il devient pour un temps précepteur à Morlaix au sein d’une famille de notables ; à 21 ans, en 1483, il prend l’habit au couvent des Jacobins de cette ville, d’où ses supérieurs l’envoient étudier la théologie à Nantes quatre années durant. Il aura là pour maîtres Hervé Cam et Yves Scotus, tous deux issus comme lui du couvent morlaisien.

  • 2 Cette affirmation d’appartenance péremptoire d’Albert Le Grand se trouve en fait contredite par la (...)
  • 3 Il est le 21e prieur de ce couvent alors secoué par le refus obstiné de Pierre Bonneti, prieur de (...)
  • 4 L’essentiel de sa biographie se trouve bien résumé par Georges Minois, Anne de Bretagne, Paris, 19 (...)

2Au terme de ce cycle studieux, il intègre en 1489 le couvent dominicain de Bonne-Nouvelle à Rennes2 et devient en 1491, à 29 ans, le confesseur de la duchesse Anne. C’est alors qu’Yves a un rôle décisif : en lui prouvant qu’elle n’est pas mariée avec Maximilien d’Autriche en dépit de leurs épousailles par procuration le 19 décembre 1490, car leur union ne tient pas au plan canonique, il ouvre grandes à Anne les portes du mariage avec Charles VIII et lui ménage ainsi l’accès au trône de France. Yves accompagne ensuite celle qui est devenue reine à Paris, où il réside au célèbre couvent de la rue Saint-Jacques ; estimé dans son ordre (le 12 février 1504, il est confirmé comme prieur du couvent de Saint-Maximin, en Provence, par le maître général Vincent Bandelli3), il revient dans le duché en 1505 lors de la longue tournée bretonne de la reine, se voit enfin promu en 1507 évêque de Rennes sur ses instances. Quand il décède en charge le 20 septembre 1541, il a dirigé avec fermeté ses ouailles, tout en ayant su se montrer un prélat digne et vertueux, attentif aux plus déshérités, promoteur des arts, notamment à Rennes et à La Guerche dont il dote largement la collégiale4. Une existence au total lisse et sans mystère, du moins à lire son premier biographe.

3Notre ambition consistera à contribuer à replacer l’itinéraire de ce Dominicain léonard dans le contexte général de son époque, à un moment où le statut du duché se trouve bouleversé par la mainmise nouvelle du roi de France. Après avoir rappelé ses origines bas-bretonnes et évoqué les trois premières décennies de son existence, ce projet nous amènera à envisager comment sa destinée bascule en symbiose avec la personne de sa souveraine, Anne, duchesse et deux fois reine, avant d’observer à l’œuvre le pasteur du troupeau rennais durant le règne de François Ier.

Les trois premières décennies

Un fils du pieux Léon

  • 5 Renseignements toponymiques tirés de Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et (...)

4S’il était encore besoin de l’établir, on peut affirmer qu’Yves Mahyeuc est breton jusque dans son identité patronymique. Mahyeuc représente, en effet, la forme évoluée de Maeoc, d’un anthroponyme vieux-breton *Magiacos qui puisait lui-même sa substance dans le celtique mag, « grand ». Cet obscur saint du très haut Moyen Âge fut apparemment quelqu’un d’importance en son temps puisqu’il a imprimé son nom à trois ploe ou paroisses primitives (Plumieux et Plémy, toutes deux dans l’ancien évêché de Saint-Brieuc – Guimaëc, en Finistère, dans celui de Tréguier, dont la première composante du nom [gwik-, adoucie en gui, « bourg », du latin vicus, « centre habité, agglomération secondaire »] rappelle que jadis c’était le cœur paroissial de * Ploumaec, démembrée aux temps féodaux), mais aussi à cinq paroisses plus récentes (Saint-Mayeux, ancien diocèse de Cornouaille, Coëtmieux, ancien diocèse de Dol, toutes deux dans les Côtes-d’Armor ; Lanvéoc et Tréméoc, ancien diocèse de Quimper, en Finistère ; Tréméheuc, ancien diocèse de Dol, en Ille-et-Vilaine), probablement encore au village de Trémic en Saint-Nic, Finistère ; Maeoc est enfin le patron de Pludual, dans l’ancien diocèse de Saint-Brieuc. La diversité des formes toponymiques les plus récentes (en lan-, tre-, coët-et saint-) suggère avec force qu’il exista en fait plusieurs saints Maeoc, dont la vie d’un seul est un peu connue par un lectionnaire de Dol qui le présente comme un ermite ayant longtemps vécu en solitaire dans les bois de Coëtmieux, alors qu’à Saint-Mayeux une statue donne à voir le patron de l’église paroissiale en habits épiscopaux, crosse en main et mitre en chef5 … Il est en tout cas remarquable que le Léon ignore ce confesseur de la foi, dont des porteurs du nom ont néanmoins très bien pu y résider au XVe siècle.

  • 6 Jean-Christophe Cassard, « Les devenirs de saint Yves du Moyen Âge vers aujourd’hui », dans Idem e (...)
  • 7 Michel Nassiet, « Dévotions et prénomination dans la noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles », (...)
  • 8 Arthur de La Borderie, abbé J. Daniel, Rév.-Père Perquis et D. Tempier, Monuments originaux de l’h (...)
  • 9 Informations tirées de Bernard Tanguy, « Les lieux de culte de saint Yves en Bretagne », dans Jean (...)

5Quant à son prénom, Yves, il est bien sûr celui du plus grand des saints bretons depuis qu’en 1347, en pleine guerre de Succession, la papauté d’Avignon a porté sur les autels de l’Église universelle Yves Hélori, prêtre séculier et official de l’évêque de Tréguier, devenu en pratique le protecteur attitré de la nation de Bretagne6. En fait, Yves est un prénom fort en vogue dès avant la canonisation de l’enfant du Minihy-Tréguier, et la décision de Clément VI n’y change pas grand chose : on pourrait même avancer, sans rechercher le paradoxe, que les Yves (Yvo dans l’usage latin) étaient presque plus nombreux avant qu’après… En tout cas, en dehors de l’épicentre de son culte, le Trégor, où la référence hélorienne se maintient jusqu’à nos jours, son emploi semble bien plus vigoureux en Basse-Bretagne que dans le haut pays gallo, et en Léon il est à son apogée en 1480 avec 16 % de porteurs du prénom parmi la noblesse convoquée à une revue militaire ou montre, moins de vingt ans après le baptême d’Yves Mahyeuc7. Le Léon, que l’ancien official, prédicateur renommé en langue bretonne, avait fréquenté à l’occasion et dont ensuite des paroissiens bénéficient de miracles à son intercession8, ne l’ignore donc pas, comme en témoignent aussi les lieux de culte placés sous son invocation : 27 lui sont dédiés avant 1789, soit même au total un de plus qu’en Trégor ! Et parmi eux, une église paroissiale – Plounéour-Ménez, où Yves est substitué à l’obscur Énéour à une date inconnue – et une chapelle tréviale, celle de La Roche-Maurice, mentionnée dès 13639. Le choix de la famille Mahyeuc n’a donc rien d’étonnant en soi.

  • 10 Audrey Nourry, Les manoirs des XVe et XVIe siècles au cœur du Léon, mémoire de maîtrise, Brest, UB (...)
  • 11 Albert Le Grand reste muet sur ce sujet. On a parfois voulu faire dériver le nom de ce village de (...)
  • 12 Audrey Nourry, Les manoirs…, op. cit., p. 101.
  • 13 Hervé de Parcevaux de Tronjoly, « Montres générales des nobles de l’évêché de Léon reçues à Lesnev (...)

6Placée au cœur du plateau léonard, Plouvorn est assurément une paroisse à la riche vocation agricole. Douze manoirs10 – ce sont en fait à cette époque des résidences nobles, doublées chacune d’une métairie exempte de l’impôt foncier – ponctuent de leur présence un paysage de bocage à larges mailles encore vers la fin du duché. Beaucoup plus que de nos jours où le bourg a gagné en importance depuis le XIXe siècle, l’habitat est dispersé entre écarts et fermes isolées : Yves Mahyeuc serait né au domicile de ses parents, au village de Kervoyec selon une tradition locale impossible à contrôler11. Il ne paraît pas que la famille du futur évêque de Rennes ait revendiqué une quelconque appartenance à la noblesse, même petite : parmi les nobles du Léon passés en montre les 4 et 5 septembre 1481 à Lesneven figurent 44 fieffés à Ploemaorn (Plouvorn) mais aucun Mahyeuc parmi eux (ils étaient 36 lors de la réformation de 1440, ils seront 24 à être passés en revue en 1503, 25 en 153412), une absence qui conforte l’idée d’une origine roturière pour Yves13.

  • 14 Louis Élégoët, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, (...)

7Son père exerçait, nous dit-on, la profession de marchand, un négoce qui semble avoir été assez prospère pour lui permettre de payer des études à son fils. Il vient tout de suite à l’esprit l’idée d’un rapprochement possible avec les Juloded, ces solides marchands ruraux de toiles expédiées par Morlaix ou Landerneau qui, dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, forment une caste d’intermédiaires paysans, à la fois riches propriétaires fonciers et notables enracinés, assez ouverts cependant au savoir puisqu’ils envoient leurs fils faire leurs humanités dans les collèges de la région, à Saint-Pol-de-Léon notamment14. Mais la similitude s’arrête là : près de trois siècles séparent les Juloded à leur apogée du temps du second Yves, trop d’inconnues subsistent quant à son milieu familial pour se risquer plus loin dans la comparaison. Il reste que le parcours de nombre d’enfants de cette aristocratie paysanne devenus clercs rappelle ce que l’on perçoit de l’itinéraire d’Yves Mahyeuc, assurément bretonnant de naissance comme ses lointains successeurs et demeuré fier de sa langue ainsi qu’un indice le démontrerait dans la suite de sa carrière.

Aux écoles

  • 15 Aucune n’apparaît en tout cas sur la carte des écoles dans les limites du Finistère actuel établie (...)

8Le système scolaire en Bretagne à la fin du Moyen Âge demeure mal connu dans son détail mais il ne présente aucune originalité par rapport à ce que l’on trouve ailleurs en Europe occidentale. Un premier niveau est constitué de ce qu’on appelle les « petites écoles », des classes élémentaires où, sous la férule d’un maître mal rémunéré et peu savant, les enfants entament l’apprentissage de la lecture, d’abord à haute voix, à travers des textes latins, apprennent leurs prières, et pour certains se frottent à l’écriture car lecture et écriture sont pour encore deux opérations intellectuelles distinctes, l’initiation à la première n’impliquant pas forcément la pratique de la seconde. Une petite école dépend entièrement de la personnalité du maître qui la fonde, la mène un temps, et elle disparaît souvent avec celui qui l’a créée. D’après la documentation disponible, Plouvorn ne dispose pas d’un établissement de ce type15, mais ce silence n’implique aucune certitude dans un sens ou un autre. Et nul besoin de petite école pour les parents qui le veulent et en ont les moyens ! L’apprentissage peut aussi bien être assuré à la maison par les soins de quelque prêtre habitué demeurant aux alentours : nous avons déjà dit qu’Yves sera lui-même un temps précepteur à Morlaix avant son entrée chez les Dominicains de l’endroit, et à son époque, même au fin fond des campagnes les plus reculées en apparence, les prêtres sans affectation pastorale ne manquent pas : devenir pédagogue représente pour eux l’assurance d’un complément de revenus appréciable, tiré d’une activité honorable, voire édifiante à cause des rudiments de la foi qu’ils instillent ainsi peu à peu dans l’esprit de leurs jeunes élèves.

  • 16 Pour un panorama des questions scolaires au Moyen Âge : Colette Beaune, Éducation et culture, du d (...)
  • 17 Hervé Martin, Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530). Pauvreté volontaire et prédi (...)

9Second niveau, traditionnel, les écoles épiscopales, car l’Église a toujours ressenti le besoin de former ses futurs cadres dès leur plus jeune âge16. Plouvorn n’est distante que de 4 lieues, 15 km environ, du siège de Saint-Pol où, à l’ombre de la cathédrale, sous la houlette du chapitre canonial, s’est développée depuis longtemps une institution chargée d’inculquer les rudiments aux futurs serviteurs de Dieu – sans engagement de vie toutefois à ce stade préparatoire, et nombre d’écoliers renouent avec le monde dès que leurs parents les rappellent. C’est donc dans ce milieu plus choisi, parmi lequel abondent sans doute les enfants de la petite noblesse, qu’Yves fait ses classes, y acquérant une honnête pratique du latin et la connaissance de la littérature théologique de base. Dans une Église qui ignore encore les séminaires (leur principe, arrêté par le concile de Trente [1545-1563], trouvera un début d’application à des dates très variables selon les diocèses bretons, à compter des années 1640 pour Saint-Malo, Tréguier et Nantes pour les plus précoces), il aurait pu, avec quelques compléments de formation, recevoir le sacrement d’ordre et devenir prêtre séculier. Ce n’est pas le choix du fils du marchand de Plouvorn, qui préfère une autre voie et reste en dehors de l’institution ecclésiale pour un temps, jusqu’au moment où les frères dominicains de Morlaix veulent bien l’accueillir parmi eux comme novice. Leur couvent est ancien, fondé en 123617, et de bonne réputation, d’autant qu’il vient de s’agréger, en 1481, à la congrégation dite de Hollande, le courant de réforme qui prône un retour à l’esprit comme à la lettre de la règle d’origine.

10De son année de noviciat passée au couvent des Jacobins on ne sait rien, ne serait-ce qu’à cause de la nécessaire discrétion que l’ordre impose à ses membres. La règle veut que dans chaque maison un frère, le lecteur, plus âgé et plus savant, s’occupe des plus jeunes, commente pour eux les Livres saints, oriente leurs lectures et leurs méditations. Il lui revient aussi de détecter les talents potentiels, de les signaler à son supérieur afin que le prieur entreprenne de les diriger vers les centres d’études supérieures de l’ordre, ces studia qui constituent un réseau de haut niveau en matière d’études théologiques. Certains sont pratiquement des universités mendiantes, dont les maîtres se partagent entre l’enseignement à leurs frères et leur engagement au sein des facultés de théologie.

  • 18 Jean-Christophe Cassard, Un saint du XIIIe siècle. Saint Yves de Tréguier, Paris, 1992, p. 19-21.
  • 19 Albert Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., § III, p. 394. Jean Kerhervé, Les gens de finance (...)

11Ce n’est pas tout à fait le cas à Nantes, en dépit de l’existence d’une université dont la fondation a été accordée au duc par une bulle de Pie II en avril 1460, mais dont les premiers cours démarrent deux ans plus tard, en 1462, l’année de la naissance d’Yves Mahyeuc. Le premier Yves, celui de Tréguier, à son retour des universités de Paris et d’Orléans, avait fréquenté le studium des Prêcheurs à Rennes et ce qu’il y avait entendu lors de lectures commentées du quatrième livre des Sentences de Pierre Lombard, avait hâté la maturation de sa foi18. Par contre, on ne saisit rien des doutes ni des progrès de son lointain homonyme. Seuls les noms des maîtres nantais d’Yves Mahyeuc nous sont rapportés par Albert Le Grand : docteurs régents, ils seraient tous deux sortis du couvent de Morlaix, son couvent, dont frère Albert n’a pas à se forcer pour devenir le chantre ! Et il peut rappeler d’autant plus légitimement ces illustrations de son ordre que depuis 1481 l’établissement nantais s’est vu promu en couvent d’étude pour la nation de Bretagne. Par leur entremise, un lien avec le pays natal se trouve ainsi préservé à Nantes, outre le fait que Damase Nicolas, président à la Chambre des comptes, lui aussi originaire de Morlaix, aurait soutenu Yves dans ses études19. Mais cette connexion importe peu en vérité puisque les matières enseignées comme les méthodes usitées sont uniformes à l’intérieur de l’ordre dominicain (Nantes a adhéré à la réforme dès 1470).

  • 20 Charles Vulliez, « Grands universitaires bretons dévots de saint Yves à Paris aux XIVe et XVe sièc (...)
  • 21 Michael Jones, « L’enseignement en Bretagne à la fin du Moyen Âge : quelques terrains de recherche (...)
  • 22 La discipline y avait jadis connu un relâchement certain au témoignage d’un acte de la Chancelleri (...)

12Somme toute, l’itinéraire jusqu’ici emprunté par l’enfant de Plouvorn demeure banal dans ses étapes. La promotion par les études est un fait déjà bien ancré en Bretagne, y compris dans sa moitié bretonnante puisque la langue maternelle, quelle qu’elle soit, n’est jamais alors la langue des enseignements supérieurs, toujours délivrés en latin. Depuis un XIIIe siècle à peine entamé – que l’on songe à Guillaume le Breton, natif de Plabennec très plausiblement, devenu chapelain de Philippe Auguste, qui priait sous la tente de son roi pour la victoire de ses armes lors de la bataille de Bouvines ! –, toute une cohorte de clercs léonards s’est illustrée par le travail intellectuel, certains accomplissant ensuite de beaux parcours comme professeurs ou dignitaires des églises bretonnes et françaises : Saint-Yves de Paris accueille souvent, depuis la fondation de la confrérie placée sous son invocation en août 1348 et la pose de la première pierre de sa chapelle par le roi Jean II le Bon en 1352, leurs dépouilles mortelles, et les dessins de plusieurs de leurs plaques funéraires ont porté jusqu’à nous le témoignage de ces réussites20. Les suppliques adressées à la papauté en 1403 en lui demandant de réserver des bénéfices pour des étudiants précisément nommés avec la mention de leur diocèse d’origine, montrent qu’ils sont 56 Léonards à Paris à cette date, contre 34 originaires des diocèses de Tréguier et de Cornouaille, 30 de Saint-Brieuc et de Saint-Malo, 24 seulement de Rennes21. Le pli est donc pris, et de longue date ! Dans le cas qui nous intéresse, on remarquera seulement que, dans un premier temps, frère Yves n’est pas envoyé poursuivre ses études à Paris ou dans un autre centre universitaire. Il intègre, selon Albert Le Grand tout du moins, le couvent dit de Bonne-Nouvelle à Rennes22 après quatre années d’un séjour nantais sans histoire.

Auprès de la duchesse et reine

Confesseur d’Anne de Bretagne

  • 23 Une amorce de prosopographie des titulaires de cette charge au temps des ducs se lira dans Marcel (...)
  • 24 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., essentiellement le chapitre xii, « La voie des honn (...)
  • 25 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. c (...)
  • 26 Idem, ibidem, § VI, p. 395.

13La charge de confesseur du prince fait de celui qui l’exerce une sorte de directeur de conscience de son pénitent, outre qu’elle lui assure en permanence un accès privilégié à sa personne23. Celle d’aumônier semble moins prestigieuse d’apparence : l’aumônier distribue des subsides aux pauvres indigents jugés méritants par son maître, comme il s’assure de l’exact versement aux maisons religieuses des rentes qui leur sont dues, mais, dans la pratique, les aumôniers des grands (ils sont facilement plusieurs, à l’inverse du confesseur nécessairement unique) bénéficient, à l’examen des états du personnel de l’hôtel, de gages plus élevés, liés en partie à leur qualité de conseillers. De façon croissante vers la fin du Moyen Âge, tout ce genre de postes échoit à des Mendiants, qui suivent dès lors la cour et ne partagent plus la vie conventuelle de leurs frères24, quitte à verser en retour à leur communauté de rattachement une partie ou la totalité de leurs revenus – ce à quoi Yves Mahyeuc veilla toujours à ce qu’il paraît : « Avec un bon appointement & pension en leur Cour, que le bon Pere Yves ne voulut jamais toucher que par les mains du Procureur du Convent, ny employer que par la permission du Prieur25 », comme il persista à porter le froc des Dominicains même une fois devenu évêque, à respecter avec scrupule les jeûnes recommandés, à se ménager une chambre de retrait au couvent de ses frères rennais, à l’instar de saint Antonin, archevêque de Florence († 1459)26.

  • 27 Charles de Blois avait aussi à son service au moins deux aumôniers, l’un franciscain, l’autre domi (...)
  • 28 La documentation subsistante insiste plus sur les demandes de privilèges adressées au pape et conc (...)
  • 29 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 422-423, dénombre 9 évêques mendiants en fonctio (...)

14L’enquête en canonisation menée sur le compte de Charles de Blois est le premier document à fournir des détails sur les confesseurs d’un duc : cinq franciscains l’accompagnèrent au plan spirituel, mais ce n’est pas ce prince contesté qui introduisit à ce poste des frères, et après lui ce recrutement persista, à l’avantage des dominicains27, d’autant que la duchesse et ses enfants sont dorénavant pourvus eux aussi d’un confesseur particulier dans le cadre plus général de la promotion de leurs hôtels spécifiques28. Cependant en Bretagne, le confesseur, quoique ayant l’oreille du prince au sens littéral de l’expression, n’a semble-t-il pas exercé une quelconque influence directe sur la politique : sa tâche relevait en effet de la sphère privée, « secrète » dans le vocabulaire du temps, sans interférences marquées avec la gestion des affaires publiques même si son entregent lui permettait d’obtenir plus facilement grâces et privilèges. En fait, aucun confesseur n’a connu de carrière exceptionnellement brillante au service de l’État breton : la promotion de tel ou tel à l’épiscopat vient seule couronner les réussites les plus éclatantes29.

  • 30 Albert Le Grand, « Catalogue des évêques de Léon », dans Les vies des Saints…, op. cit., p. 241.

15Du vivant d’Yves Mahyeuc la tradition était donc assise de longue date : le confesseur devait être un prêtre de qualité, à la fois expert en science religieuse, modéré mais ferme dans son jugement, possédant assez de tact pour ne pas froisser inutilement son illustre pénitent, assez de savoir-vivre et d’à-propos pour prospérer dans le milieu de la cour. Ce rapide portrait type aboutit à choisir de préférence désormais son confesseur au nombre des frères mendiants, eux qui présentent d’indéniables garanties quant aux nécessaires qualités morales, intellectuelles et de civilité qu’appelle leur fonction : la frugalité de leur train de vie personnel comme la solidité de leur savoir scripturaire et moral constituent, en effet, d’excellents gages de réussite à travers le monde de l’aristocratie curiale et ses embûches. Non sans risques pour leur humilité : Albert Le Grand affirme que les trois jacobins de Morlaix qui accédèrent à la fonction de confesseur de Jean V se firent représenter sur des tableaux disposés dans le chœur de leur église, en face de la chaire à prêcher30 ! Il n’y a donc rien de surprenant à constater que la jeune duchesse – Anne est née en 1477, elle a été couronnée à onze ans, le 14 février 1489, quelques mois après le décès de son père – prenne pour confesseur le père Mahyeuc : approchant la trentième année de son âge, celui-ci peut en conscience lui tenir lieu de père au plan spirituel.

L’imbroglio matrimonial

  • 31 Je mentionnerai simplement le traité du Verger concédé par François II le 19 août 1488 après la dé (...)
  • 32 Pour le contexte et le sens de ces événements, Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la (...)
  • 33 Arthur de La Borderie continué par Barthélémy Pocquet, Histoire de Bretagne (1364-1515), t. 4, Ren (...)

16Dans la guerre qui éclate en 1487 entre la Bretagne et la France, le sort des armes ne saurait longtemps demeurer incertain en dépit de tous les sacrifices consentis par les Bretons. Campagnes militaires, interventions étrangères et paix toujours provisoires se succèdent31. Dans un ultime sursaut, les conseillers de la duchesse lui suggèrent un mariage avec le roi des Romains, l’archiduc Maximilien d’Autriche (1459-1519), fils de l’empereur Frédéric III32. Les tractations avancent assez vite et Maximilien signe le 20 mars 1490 une procuration à quatre seigneurs de ses proches en partance pour le duché afin d’aller en son nom épouser Anne. Réunis à Vannes, les États de Bretagne approuvent de leur côté cette intention le 16 décembre et, trois jours plus tard, le curieux simulacre peut se dérouler à la cathédrale Saint-Pierre de Rennes : leur union est bénie à l’issue d’une messe célébrée par l’évêque Michel Guibé, le neveu de Pierre Landais, puis consommée au plan symbolique lorsque le maréchal Wolfgang de Polham introduit sa jambe nue dans le lit où est couchée la duchesse33. Désormais les deux cousins (ils le sont au quatrième degré canonique) sont constitués en mari et femme, chacun ayant fait connaître son libre consentement.

  • 34 Philippe de Commynes, Mémoires, livre vii, chapitre iv, dans Albert Pauphilet (éd.), Historiens et (...)
  • 35 Yvonne Labande-Mailfert, « Le mariage d’Anne de Bretagne avec Charles VIII vu par Érasme Brasca »,(...)

17Ce mariage constitue bien sûr une véritable provocation du point de vue du roi de France, qui ne saurait accepter qu’un Habsbourg s’installe tranquillement dans le duché : la guerre, seule, peut régler pour de bon la question sur le terrain breton et, effectivement, la situation militaire se dégrade très vite pour les partisans de la duchesse, lesquels ne reçoivent pas autant de renforts qu’ils en escomptaient sans doute de son « époux », éternellement à court d’argent et tout absorbé par sa campagne de Hongrie. Après l’ouverture par Alain d’Albret des portes de Nantes aux troupes royales dans la nuit du 19 au 20 mars 1491, l’hallali commence ! Commynes pourra écrire que Charles VIII possédait le duché de Bretagne « fors la ville de Rennes, et la fille qui estoit dedans, laquelle estoit conduite sous la main du prince d’Orenge, son oncle, qui avoit fait le mariage avec le roy des Romains, et espousé par procureur en l’église, publiquement34 ». Assiégée, sans espoir de secours dorénavant, Anne consent au principe d’une alliance matrimoniale dont l’idée a germé en deux temps à l’automne de 1491 : l’union avec Maximilien se trouve d’abord comme suspendue – Érasme Brasca en informe son maître, le duc de Milan dont il est l’ambassadeur à la cour de France, dès le 19 septembre35 –, ensuite le roi de 21 ans séjourne quelques jours devant Rennes en novembre, y rencontre la princesse de 14 ans et demi, hésite puis se laisse fléchir.

  • 36 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 418 et Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, Les pap (...)
  • 37 Michel Nassiet, « Les traités de mariage d’Anne de Bretagne », dans Dominique Le Page (dir.), Pour (...)

18Leurs fiançailles sont célébrées hors les murs chez les Jacobins le 19 novembre 1491 devant l’autel de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, après qu’Anne a convenu que son soi-disant mariage en était un d’intention plutôt que de fait36. Puis, sous la conduite du sire de Pontbriand, la duchesse prend dès le 23 le chemin de la Touraine, où le consentement des nouveaux époux est reçu le 6 décembre dans la chapelle du château de Langeais, dans une discrétion certaine, en présence d’une maigre délégation bretonne (le sire de Coëtquen, grand maître d’hôtel, le fidèle chancelier Philippe de Montauban, six bourgeois de Rennes envoyés là pour assurer qu’il n’y avait pas eu rapt), le contrat ou « traité » de mariage ayant été établi la veille37. Anne est enfin couronnée reine de France à Saint-Denis le 8 février 1492 selon le cérémonial habituel, cependant revu et accentué, après quoi, le roi à ses côtés, elle fait son entrée solennelle dans Paris comme souveraine des Français.

  • 38 Traduit de l’italien par Yvonne Labande-Mailfert, « Le mariage d’Anne… », article cité, p. 30.

19Dans tout ceci, comme il est usuel entre princes, l’amour n’entre pour rien (seul un dégoût instinctif pourrait justifier un refus absolu, ce qui n’est pas le cas après la visite du roi). L’affaire est toute politique et lourde d’implications, mais plus solide au plan juridique qu’il n’y paraît puisque le contrat de mariage avec Maximilien se trouve rompu par sa faute à lui (autrement, Charles VIII aurait risqué de se voir accusé du rapt de l’épouse d’autrui !). Érasme Brasca en reçoit la confidence d’Anne de Beaujeu – la sœur aînée du roi, qui a gouverné le royaume depuis 1483 à la mort de Louis XI – le 5 décembre, la veille de la cérémonie de Langeais, à charge pour lui de répandre cet argumentaire en Europe ! « Ils disaient encore que cette fille de Bretagne avait été mariée sous cette condition qu’elle conservait sa liberté si elle n’avait pas reçu d’aide du roi des Romains avant la fête de la Résurrection, celle qui vient d’avoir lieu (en 1491 Pâques tombait le 4 avril) ; et de cette façon ils ont pu tout faire sans avoir besoin de dispense38 » : l’engagement d’envoyer des troupes fraîches n’ayant pas été tenu, une clause suspensive entre en jeu et sa promesse n’engage donc plus la duchesse, au demeurant peu pressée de quitter ses états pour rejoindre un pays inconnu. Dès lors, la cause est entendue, Anne se rallie à une solution qui a aussi ses inconvénients, ne l’oublions pas, du point de vue français.

  • 39 Yvonne Labande-Mailfert, « Le mariage d’Anne… », article cité, p. 31-33 et 36-41 sur les difficult (...)
  • 40 Le point de vue du Habsbourg est rendu par Georges Bischoff, « Maximilien Ier, roi des Romains, du (...)

20La rupture des fiançailles de Charles avec Marguerite d’Autriche – la propre fille de Maximilien, qui n’a pas encore 12 ans mais vit à la cour de France depuis la concrétisation, le 22 juin 1483, des engagements pris lors du traité d’Arras, et que chacun nommait « la petite reine » – représente un crève-cœur pour le souverain. Surtout, cela risque de déclencher la juste colère de Maximilien, de provoquer ses représailles sur l’échiquier européen, outre les questions d’avenir qu’elle pose : que vont devenir les terres, frontalières et francophones, qui étaient réservées pour constituer la dot de la promise ? En attendant, Maximilien peut soulever de graves empêchements au plan du droit canonique et faire pression sur le pape car les dispenses de parenté requises (Charles et Anne sont également cousins au quatrième degré) n’ont pas été obtenues à l’heure de la cérémonie de Langeais et Innocent VIII (1484-1492) fait lanterner le roi. Tout cela tombe sous le coup d’une accusation d’inceste ! Charles risque aussi d’être accusé du rapt de l’épouse d’un autre, le couple de commettre un adultère aggravé, leurs enfants de naître illégitimes39… Le traité de Senlis permettra enfin, le 23 mai 1493, d’aplanir les ultimes difficultés avec Maximilien, avec comme prix à payer pour la Couronne le renoncement à la Franche-Comté et à l’Artois40.

Un coup de pouce de longue portée

  • 41 Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne, p. 691.
  • 42 Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, « La politique d’Anne de Bretagne, inspirateurs et intentions »,(...)

21« Elle fut tant persuadée par remonstrances et grandes raisons qu’à la fin elle se laissa induire à prendre ce party41. » L’heureux dénouement a été pour le moins facilité par le confesseur de la duchesse. On connaît la piété, les scrupules qui assaillent Anne dans les affaires de morale et de religion : son mariage avec Maximilien peut faire obstacle à cette sortie de crise plus qu’honorable que représenterait son mariage avec le roi puisqu’il fait planer le soupçon de bigamie sur cette bonne chrétienne au cas où elle contracterait une nouvelle union, et menace de bâtardise les enfants à en naître. Il revient donc à son confesseur de la persuader que son premier mariage ne constitue pas une union recevable au plan canonique, que c’étaient en réalité de simples promesses d’engagement, assez comparables aux verba de futuro que les familles échangent à l’occasion des fiançailles sans que l’Église couvre de son autorité pleine et entière ces projets que l’on peut interrompre sous certaines conditions. En sus, Yves Mahyeuc peut faire remarquer qu’un vice de forme entache toute la procédure : Maximilien avait donné procuration à quatre seigneurs pour le représenter auprès de celle qui allait devenir sa femme espérait-il, alors que la logique comme le droit en matière personnelle auraient exigé qu’il désignât une unique personne42

La figure de cire d’Yves Mahyeuc accompagne Anne de Bretagne dans la « scène du couronnement » réalisée pour l’exposition « La Bretagne au temps des ducs » (abbaye de Daoulas, 1991).

  • 43 Idem, Les papes et les ducs…, op. cit., p. 679.
  • 44 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., p. 1306.

22Lorsque les dispenses pontificales tant attendues arrivent enfin le 26 mai 1492, elles sont antidatées du 5 décembre précédent, soit la veille de la cérémonie de Langeais ! L’affaire a été chaude, le pape a tiré parti de la précipitation de l’entourage du jeune roi, et un malaise certain persiste, au point que lors de la naissance du dauphin Charles Orland le 10 octobre suivant, la reine fait procéder à une purgation canonique afin de laver son fils de tout soupçon d’illégitimité43. Philippe de Commynes témoigne aussi de ces doutes : « Si lesdits mariages furent ainsi changez selon l’ordonnance de l’Église ou non, je m’en rapporte à ce qui en est ; mais plusieurs docteurs en théologie m’ont dit que non, et plusieurs m’ont dit que oüy. Mais, quelque chose qu’il en soit, toutes ces dames [c’est-à-dire Marguerite et Anne] ont eu quelque malheur en leurs enfans. La nostre a eu trois fils de reng et en quatre années44 », et de détailler la brève existence de ces infortunés dauphins… En pareilles circonstances, les explications rassérénantes comme les assurances prodiguées par le dominicain léonard devenu rennais n’avaient vraiment rien d’un luxe inutile !

  • 45 Chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès, Le couvent royal…, op. cit., chartes no XLIV, p. 92 et no XLVII (...)
  • 46 Dom Morice, Preuves, t. 3, col. 803. Georges Provost a eu l’obligeance de me communiquer ses notes (...)
  • 47 Dom Morice, Preuves, tome III, col. 877. Malheureusement, aucune indication sur les gages versés a (...)

23Mais rennais, Yves ne l’est plus pour longtemps : la reine tient à s’attacher son confesseur et il intègre bientôt un couvent dont l’ambiance lui convient parfaitement, celui de la rue Saint-Jacques à Paris, dont la réputation d’excellence comme lieu d’étude n’est plus à faire. Il en profite pour mener ses études jusqu’à l’obtention d’un doctorat en théologie puisque, dans la charte en date du 12 février 1504 lui confiant la supervision du couvent de Saint-Maximin en Provence, le maître général de l’ordre Vincent Bandelli s’adresse à maître Yves de Bretagne « doctor sacrae paginae », puis le 27 novembre 1507, ce sera au tour de Louis XII de présenter le nouvel évêque de Rennes comme docteur en théologie45. On ignore par contre à quelle date il a reçu la prêtrise. « Fr. Yves Mayeuc », confesseur, se trouve mentionné dans un état de l’hôtel d’Anne pour les années 1496 à 1498 avec 200 L. de gages46, puis, après une promotion quant à son statut aulique, « Fr. Yves Mayeux Confesseur & Conseiller47 » en 1505, l’année même où il revoit sa patrie léonarde en y accompagnant sa maîtresse.

Anne de Bretagne agenouillée devant son confesseur (Morgan Pierpont Library, New York, Ms 50, Livre de prières d’Anne de Bretagne, v. 1490-1500, f° 10 v°). Le début du texte du Confiteor fait mention des saints François et Dominique.

  • 48 Chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès, Le couvent royal…, op. cit., charte no XLVII, p. 99.

24Juste avant ce départ, Louis XII, rouvrant le 12 mars le dossier de l’épineuse affaire du couvent de Saint-Maximin en Provence, évoque « Yves Mayeuc, prieur dudit convent de Saint Maximin et confesseur ordinaire de nostre tres chere et tres amée compaigne la Royne48 ». C’est aussi très probablement notre homme qui figure sur une image, datée de 1495-1496, présentant Anne et son confesseur, en dépit de la couleur rose, pour le moins incongrue, des parements de son froc !

Le voyage du Folgoët

  • 49 Les Grandes Croniques de Bretaigne par Maistre Alain Bouchart, édition H. Le Meignen, Rennes, 1886 (...)
  • 50 Jean-Christophe Cassard, « Propagande partisane et miracles engagés », ABPO, t. 102/2, 1995, p. 7- (...)

25En 1505 la reine décide de renouer avec ses sujets propres en entreprenant, au départ de Nantes, un long périple à destination de Notre-Dame du Folgoët, en plein cœur de ce diocèse de Léon dont se trouve être natif son confesseur. C’est que depuis 1491 elle a gagné en latitude d’action, d’autant que la mort accidentelle de Charles VIII le 7 avril 1498 lui a permis de négocier mieux à son aise les termes de son nouveau contrat de mariage passé avec Louis XII (Louis d’Orléans, qui s’était battu le 28 juillet 1488 dans les rangs de l’armée bretonne à Saint-Aubin-du-Cormier…). Son itinéraire à travers le duché nous est connu par le continuateur d’Alain Bouchart comme par les mandements émis par la Chancellerie de Bretagne qui suit la duchesse dans son déplacement49, et seule l’annonce qu’une grave mortalité vient d’y éclater (ou les pressants rappels de son époux ?) lui interdit de renouer avec Rennes, où pourtant les préparatifs de son entrée étaient fort avancés, au terme d’une tournée qu’on a toutes les raisons de croire qu’elle fut effectivement marquée par l’enthousiasme des foules rencontrées. Et le choix fait de se diriger vers la basilique du Folgoët retrouve l’intention de son aïeul Jean IV qui, au sortir de la guerre de Succession, avait proposé à ses sujets de se réunir là sous le manteau protecteur de la Vierge, cette Marie que Salaün le fol se plaisait tant à louer50

  • 51 Gwennolé Le Menn, « Un “Veni Creator“latin-breton dédié à Anne de Bretagne en 1505 », Études celti (...)

26Le confesseur suit sa pénitente sur les routes. Il est même possible qu’Yves Mahyeuc fasse montre en cette occasion de ses compétences de bretonnant puisqu’on peut lui attribuer un Veni Creator latin-breton, destiné à être entonné à l’entrée de la reine dans la collégiale du Folgoët le 19 août. Ce texte moyen-breton a été découvert en 1977 et publié aussitôt51 : il formait le revers de la page de garde collée sur la couverture intérieure d’un ouvrage en breton imprimé au tout début du XVIIIe siècle (son approbation est de 1710). Il ne s’agit toutefois pas de l’original médiéval mais d’une copie plus récente, comme le suggèrent à la fois le style de l’écriture et la modernisation de la langue utilisée. Si la date de 1505 n’est pas explicitement donnée, le texte fait par contre référence à Anne : il est dit avoir été « Cenpenet gant Yvo Caervoyec/enn henor dan Ytroun An/hon ducgez rouanez o pardony/er Follcoet », soit « arrangé par Yves Caervoyec en l’honneur de Madame Anne, notre duchesse et reine, en train de pardonner [comprendre, pèleriner] au Folgoët ». L’auteur se dissimule derrière un pseudonyme que l’on a volontiers mis en relation avec le lieu-dit Kervoyec, qui serait le village natal d’Yves Mahyeuc en Plouvorn (caer représente une graphie ancienne du moderne ker). Si cette attribution est la bonne, le confesseur de la duchesse-reine procurerait un trop rare exemple d’emploi honorable de la langue des campagnes léonardes ; remarquons aussi que son état de frère mendiant se trouverait en parfaite adéquation avec ce recours à l’idiome du simple peuple rustique de la Basse-Bretagne, parmi lequel il n’est cependant pas dit avoir spécialement cherché à prêcher, à l’inverse d’Yves de Kermartin.

Une difficulté : deux, voire trois Yves ?

27Le récit que nous venons de dérouler tire sa trame des écrits d’Albert Le Grand, postérieurs de près d’un siècle au décès d’Yves Mahyeuc mais acceptés, ou presque, comme parole d’évangile depuis lors. Avec la communication du P. Bernard Hodel lors du colloque des Champs Libres, le doute s’est immiscé dans les esprits : le moderne dominicain suggère, en effet, l’existence de deux Yves Mahyeuc, très probablement l’oncle et le neveu, à travers l’examen de la maigre documentation disponible, qu’il a vérifiée et renouvelée pour partie.

28Pareil cas de népotisme n’a rien d’invraisemblable en soi, et cela dissiperait des doutes quant à certaines dates d’accès aux grades universitaires comme aux responsabilités au sein de l’ordre : Yves senior aurait en quelque sorte ouvert la voie à son homonyme puisque, déjà maître en théologie en 1484, il serait devenu, à un âge plus convenable s’agissant d’une princesse, le confesseur de la duchesse puis de la reine, tout en se voyant bientôt (1504) chargé de la réforme de Saint-Maximin en tant que prieur, mission que son neveu serait allé vérifier sur place. Yves senior serait aussi demeuré auprès du couple royal après la promotion d’Yves iunior sur le trône rennais, et cela jusqu’à son rappel à Dieu à une date inconnue, puis son neveu se serait substitué à lui comme confesseur du couple royal.

29Oserais-je seulement suggérer l’existence d’un troisième Yves, dominicain lui aussi, attaché à ce couvent de Nantes que fréquenta le futur prélat ? Parmi les pièces mises au jour par le P. Hodel, figure sous les années 1484 et 1485 la confirmation comme prieur de Nantes et vicaire substitut des couvents réformés de Bretagne, au choix, d’Yves Maieuc (une occurrence) ou d’un certain Yves Gracilis (deux occurrences). Vérification faite auprès de Bernard Tanguy – que je remercie une fois encore –, les deux noms ne sont en rien superposables, gracilis ne pouvant passer pour la latinisation d’un incertain terme breton forgé autour de Maieuc, simple anthroponyme dépourvu de tout sens spécifique. La mémoire dominicaine a donc pu confondre un plus obscur Gracilis avec notre duo d’Yves léonards ! Décidément, dans l’établissement de la biographie du premier évêque de Rennes en Renaissance, rien n’est simple…

L’ancrage rennais

  • 52 Dans « Émergence d’une terre fidèle (1532-1840) », deuxième partie de Jean Delumeau (dir.), Histoi (...)

30Abordant l’histoire moderne du diocèse, notre regretté collègue Michel Lagrée titrait « L’âge de Noël du Fail et l’humanisme rustique (XVIe siècle) » le chapitre qu’il consacrait au siècle de la Renaissance52. Cette préséance donnée à l’auteur des Contes et fourberies d’Eutrapel au détriment du pieux prélat d’extraction léonarde – ou de son non moins remarquable successeur, le théologien Aymar Hennequin (1573-1596) – reflète une tangible réalité documentaire : du juriste crypto-protestant on conserve des écrits qui introduisent dans l’intimité, jusque-là ignorée, des communautés paysannes du haut pays breton, tandis que les preuves du gouvernement de l’évêque demeurent par trop clairsemées.

Rennes, un siège épiscopal de premier rang

  • 53 Par contre, Vannes est en train de s’effacer pour de bon – cette résidence avait souvent été préfé (...)

31Outre le fait qu’il assure à son titulaire des revenus plus que confortables – mais Yves Mahyeuc, aux dires de son hagiographe, n’était guère susceptible de s’abaisser à de si viles considérations ! –, le siège rennais est d’une importance particulière dans la Bretagne médiévale puisque la cité est le lieu traditionnel du couronnement ducal (elle le sera encore, en 1532, au bénéfice de François III, le petit-fils d’Anne). Pourtant, en faire la capitale du duché serait certainement commettre un anachronisme puisque Nantes, bien située pour sa part sur l’axe ligérien et accessible depuis la mer, en est tout autant la « ville chévetaine », et sans nulle hésitation elle fut la résidence favorite de François II qui entreprit de doter son château d’un Grand Logis et d’un Grand Gouvernement, reliés par la tour de la Couronne d’or au nom plus que symbolique, un magnifique ensemble récemment restauré et mis en valeur53.

  • 54 Michel fut successivement évêque de Saint-Pol en 1476, de Dol en 1478, de Rennes enfin ; Robert év (...)
  • 55 Dom Morice, Preuves, tome III, col. 881.
  • 56 P. Gams, Series Episcoporum, p. 606-607. Le texte latin, avec une traduction française, est publié (...)
  • 57 Abbé Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., note p. 47.
  • 58 Le chroniqueur Pierre Le Baud est dit par Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves M (...)

32Il n’empêche que le choix d’un évêque pour Rennes représente un enjeu sensible, de fait toujours dans la main du pouvoir temporel : juste avant Yves Mahyeuc, deux frères se sont succédé à ce poste, Michel (en 1482) et Robert Guibé (en 1502, au décès de Michel), les neveux du trésorier général Pierre Landais qui fut longuement le principal inspirateur de la politique de François II54, non sans quelque réticence puisque le chapitre avait élu l’un des siens, Guy Le Lyonnois, pour succéder à Michel. Au transfert du cardinal prêtre Robert Guibé (il l’est au titre de Sainte-Anastasie depuis le 1er mai 1505) vers Nantes en 150655, la reine met en avant le nom de son confesseur : le 29 janvier 1507 Yves Mahyeuc reçoit ses bulles d’institution canonique de Jules II (1503-1513)56. Dès lors, il ne lui reste plus qu’à regagner la Bretagne depuis Paris où il devait séjourner auprès de la souveraine et à se faire reconnaître dans son diocèse, où cependant une difficulté l’attendait, sur laquelle nous ne disposons malheureusement d’aucune précision (le problème est juste suggéré par le texte de la bulle pontificale qui ratifie par avance dans ses dispositions finales « toute sentence que le même élu aura portée à juste titre contre les rebelles57 ») : probablement le chapitre n’a-t-il pas abdiqué son ambition de choisir en son sein le futur prélat, mais que faire contre la volonté expresse de la reine et duchesse quand elle se trouve relayée par le pape58 ?

  • 59 Jean-Christophe Cassard, « En relisant la Vie de saint Jean Discalcéat », BSAF, t. 125, 1996, p. 2 (...)

33Yves Mahyeuc n’est certes pas le premier Léonard, pas même le premier frère natif du Léon à se voir distinguer dans le diocèse de saint Melaine. Un siècle et demi auparavant, dans un contexte tout différent il est vrai, un autre candidat aux autels, lui aussi en attente d’une canonisation officielle par Rome, lui aussi frère mendiant mais franciscain cette fois, l’avait précédé : ce Jean demeuré à jamais anonyme, natif de Saint-Vougay, officia d’abord treize années durant comme curé de la riche paroisse de Saint-Grégoire à la plus grande satisfaction de son évêque qui entendait bien le garder à disposition, avant de rompre avec le mode de vie séculier de façon radicale en revêtant le froc de saint François dans le couvent de Quimper, une ville où il est désormais vénéré comme Santig du, « le petit saint noir », mort d’épuisement en 1349 pour avoir trop soigné les victimes de la terrible peste qui ravageait alors l’Occident59.

Le trépas de la reine Anne

  • 60 Louis Merlet et Max De Gombert (éd.), Récit des funérailles d’Anne de Bretagne, précédé d’une comp (...)
  • 61 Reproduites pour partie dans le catalogue de l’exposition conjointe de l’abbaye de Daoulas et du M (...)
  • 62 Dominique Le Page, « Philippe de Montauban, chancelier de Bretagne (1487-1514) », dans Jean Kerher (...)
  • 63 Louis Merlet et Max de Gombert, Récit des funérailles…, op. cit., p. 76.

34Lorsque la souveraine, mariée à 14 ans, épuisée par des grossesses rapprochées, par les tracas (Anne ne partage pas l’enthousiasme des Valois pour l’Italie) et les obligations de la vie de cour, tombe malade à la fin de 1513 pour mourir le 9 janvier 1514 au château de Blois à la veille de ses 37 ans, son ancien confesseur s’empresse sans doute d’accourir mais il arrivera trop tard pour la consoler : « Monseigneur Parvy, confesseur du roy nostre sire, lequel la mit en uncion parce que Monseigneur de Rennes estoit pour l’heure absent. » L’identité de ce M. de Rennes accouru un peu tard auprès de sa pénitente est dévoilée sans ambages par une main autre que celle du copiste, dans la marge de l’exemplaire conservé à la Bibliothèque municipale de Rennes sous la cote Ms 332, f° 12 v° : Yves Mayeuc. Cet incident regrettable est rappelé dans le récit des funérailles de la dernière duchesse que procure Pierre Choque (le héraut Bretaigne)60 et que Louis XII fait reproduire en au moins 32 exemplaires (ces manuscrits sont en sus illustrés par un jeu de 6 à 9 miniatures61). Le texte détaille par le menu les ultimes étapes du deuil entamé à Blois avec l’exposition du corps sur un lit de parade, le lent convoi, via Notre-Dame de Cléry et Orléans, vers Paris et sa cathédrale Notre-Dame, jusqu’à l’inhumation à Saint-Denis, la nécropole des rois, le 16 février, tandis que le cœur de la reine était acheminé vers Nantes pour y être déposé le 19 mars par le fidèle Philippe de Montauban, le chancelier de Bretagne qu’elle avait rétabli dans ses fonctions juste après son premier veuvage62, dans le caveau de l’église des Carmes où reposaient déjà ses parents. Dans tout ceci M. de Rennes tient un rôle pour le moins effacé : Pierre Choque ne mentionne sa présence qu’une seule fois, lors de la cérémonie à Notre-Dame63.

35La mention (non autographe, et certainement postérieure) d’Yves Mahyeuc en marge du manuscrit de Pierre Choque (bibliothèque de Rennes-Métropole, Ms 332, f° 12 v°).

  • 64 Idem, ibid., p. 51 (« Et bien commença à sa noble ganéalogie, ce qu’il abrégea pour tant que le te (...)
  • 65 Preuve de l’importance que la monarchie accordait à la réunion du duché à la France, le dais placé (...)

36Ces solennités clôturent à jamais un certain passé puisque c’est l’ultime fois où le duché apparaît associé, sur un quasi-pied d’égalité, avec le royaume : appendus aux murs de la chambre mortuaire, les blasons alternés ou mi-parti hermines/fleurs de lys donnent le ton, comme les sermons prononcés par Guillaume Petit, o. p., confesseur du roi, exaltant à Blois puis à Saint-Denis la noblesse incomparable des ancêtres de la disparue dans un style qu’aucun chroniqueur œuvrant pour les Montforts n’aurait pu renier64, enfin la présence du demi-frère légitimé d’Anne, François d’Avaugour, placé à la tête d’une importante délégation de la noblesse de Bretagne. Par-delà le chagrin, très réel, de Louis XII (qui ne tardera pas à la rejoindre dans la tombe65), le Trespas de l’Hermine regrettée incarne une inflexion politique de première importance, la fin de l’âge des principautés dans le royaume de France, d’où le souci d’en inscrire la mémoire dans la durée et de le faire savoir. Ensuite, la légende s’emparerait vite du souvenir d’une princesse si regrettée des Bretons, tandis que la mémoire de son directeur de conscience s’efface, ou presque, jusqu’à sa présente résurrection, cinq siècles après son accession au siège de Rennes !

Un prélat en son siècle

  • 66 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. c (...)
  • 67 Abbé Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., p. 396.
  • 68 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 155 et 332.
  • 69 Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes et Paris (...)
  • 70 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. c (...)
  • 71 Idem, ibidem, § VI, p. 395.

37Albert Le Grand affirme que son frère en religion une fois devenu évêque continua à porter l’habit de son ordre et à respecter les stipulations de la règle66 : c’est tout à fait possible, même si ce genre de pratique personnelle n’est guère susceptible de transparaître à travers une documentation particulièrement chiche. Il paraît mieux assuré d’avancer qu’il s’acquitta avec conscience de ses devoirs de pasteur (en particulier dans la paroisse de Bruz où était situé le manoir épiscopal, au sortir de Rennes67) par une charité active en soutenant les déshérités dans les circonstances les plus dramatiques de leur vie ou lorsque le diocèse devint la proie de quelque récurrence de « peste », tout en veillant à la dignité de vie de son clergé paroissial comme à l’instruction religieuse du peuple. On conserve neuf mandements identiques, datés du 10 février 1531, par lesquels il autorise les Carmes de Rennes à se faire ouvrir toutes les églises du diocèse, à rassembler là les ouailles d’une ou de deux paroisses, à organiser une grande procession publique avant de prêcher la Parole divine et de proposer à l’achat les indulgences susceptibles de hâter le salut des âmes pécheresses68. En 1533 – autre marque de son attachement à ses origines –, il offre à la paroisse léonarde de Goulven un os du bras de son saint éponyme, un évêque de Saint-Pol décédé à Saint-Didier près de Rennes69. Mais, quoi qu’avance Albert Le Grand – qui récrit l’histoire à la lumière de ce qu’est devenue la sainteté au XVIIe siècle –, il demeure fort improbable que Yves Mahyeuc ait dû affronter les tenants de « l’hérésie de Luther ayant commencé à infester la Ville de Rennes70 ». À quelques individualités près, les calvinistes ne viennent pas troubler la Bretagne de son vivant ! Sans doute le prélat éprouva-t-il plus de déboires parmi les siens, peinant à renforcer la discipline dans les couvents bénédictins de Rennes, échouant même à ramener dans le droit chemin son propre couvent de Bonne-Nouvelle qui verse dans le relâchement passé 152071 !

  • 72 Cité par Michel Lagrée dans Jean Delumeau (dir.), Rennes, op. cit., p. 116.

38En tout cela Yves agit comme la grande majorité de ses confrères de l’épiscopat, avec sans doute un peu plus de zèle pastoral et de continuité dans l’action que plusieurs d’entre eux puisqu’une image très positive s’est conservée de lui plus d’un siècle après son rappel à Dieu, au point de justifier en 1637 l’ouverture d’une enquête préalable à son procès en béatification… Pasteur consciencieux, il participe bien de l’esprit originel retrouvé des Mendiants, cet élan missionnaire avec lequel les réformateurs franciscains ou dominicains s’efforcent alors de renouer : dans une supplique adressée à François Ier le 2 septembre 1536, les Cordeliers de Rennes ne rappellent-ils pas au roi que leur mission consiste en « l’instruction du pauvre et simple popullaire, soubstien de la foi catholique et reprehension des vices72 » ?

  • 73 Émile Ernault, « Une poésie officielle en moyen breton », Revue de Bretagne et de Vendée, t. 48, o (...)

39De par sa charge qui n’est pas seulement d’essence spirituelle, le prélat est aussi un homme public auquel incombent, au sein d’un royaume catholique, des responsabilités politiques. C’est ainsi que l’abbé Jean-Marie Perrot, alors vicaire à Saint-Vougay, avait proposé, un peu vite, d’identifier Yves Mahyeuc à l’auteur de la version bretonne de l’inscription qui figurait sur un échafaud présentant Brutus, l’ancêtre éponyme des Bretons, lors de l’entrée du dauphin François (1518-1536), fils de Claude de France – la fille d’Anne, décédée en 1524 – et de François Ier, dans la cité de Rennes le 14 août 1532 en vue de son couronnement comme duc de Bretagne sous le nom de François III. Ce rare texte breton, peint en lettres d’or, nous est connu par le récit de l’événement légué à la postérité par Michel Champion73. L’hypothèse d’attribution est sans nul doute ingénieuse mais aucun indice positif ne permet d’étayer ce rapprochement, à l’inverse de ce que nous avons vu pour le Veni Creator de 1505.

  • 74 Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne (Inventaire général du Patrimoine c (...)
  • 75 Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., p. 87.

40Rompant quelque peu avec la pauvreté et l’austérité mendiantes affichées par son ordre, Yves Mahyeuc lègue enfin à la postérité la magnifique vitre peinte, sortie d’un atelier rennais d’après les spécialistes des arts de la lumière, représentant l’Annonciation, qu’il a offerte en 1536 à la collégiale de La Guerche-de-Bretagne (cahier couleur, ill. 2) : l’évêque donateur y figure agenouillé, en habits sacerdotaux, mitre en chef, présenté à la Vierge par son saint patron, Yves de Tréguier74. Ce superbe vitrail nous introduit à une autre facette de sa personnalité, celle d’un ancien étudiant, devenu un distingué ami des arts et des lettres : il se soucie en 1524 de procurer au public lettré la première édition des œuvres de Marbode, son lointain prédécesseur sur le siège de Rennes (aux années 1096-1123) comme il sait s’entourer de gens de culture. Charles d’Espinay, poète et humaniste, futur évêque de Dol, reçoit la tonsure ecclésiastique des mains d’Yves Mahyeuc le 8 avril 1538 dans la chapelle Saint-Guillaume du manoir épiscopal75.

  • 76 Idem, ibidem, p. 135. Ses restes sont confondus avec ceux d’une dizaine d’autres évêques de Rennes (...)
  • 77 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. c (...)
  • 78 Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 358. Et cet éminent historien (...)

41Enfin, le 20 septembre 1541, parvenu au terme de son pèlerinage terrestre, le second Yves s’abandonne à son Créateur dans l’enceinte du manoir épiscopal de Bruz. Sa dépouille mortelle est ensuite transférée à Rennes et inhumée sept jours plus tard dans le transept sud de sa cathédrale, là où s’élevaient avant la reconstruction moderne de l’église les autels consacrés à saint Sébastien et à saint Yves76. En préparant le corps, les religieux découvrent une croix d’un blanc d’albâtre inscrite sur sa poitrine, phénomène corroboré par le chirurgien appelé à visiter le cadavre77, un signe surnaturel qui vient conforter la réputation de sainteté qui nimbait déjà le « bon Yves » de son vivant et que des miracles confirmeront… « Mais qu’est-ce qu’un “bon” évêque, sinon tout simplement celui qui applique dans sa propre vie une part au moins des vertus chrétiennes78 ? »

Épilogue

42Plouvorn (Finistère), église paroissiale : le monument de Donnart érigé à Yves Mahyeuc en 1907 par le recteur, M. Guédès. Primitivement situé contre un pilier de la nef, il se trouve aujourd’hui dans le transept nord.

  • 79 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. c (...)

43La réédition en 1901 des Vies des Saints de la Bretagne armorique par Albert Le Grand provoqua, semble-t-il, un choc en retour qui devait notablement infléchir la destinée posthume de celui que l’on avait parfois appelé Yvo de Britannia, dans son terroir d’origine tout au moins. Abordant « Le souvenir du bienheureux Yves Mahyeuc », A.-M. T. (le chanoine Thomas) écrivait en effet : « On peut dire qu’il est complètement oblitéré dans le diocèse de Quimper et de Léon, qui a vu naître sur le territoire de Plouvorn celui qui devait tant illustrer le siège de Rennes, mais il vit toujours dans le diocèse qu’il gouverna79. » Pareil constat de carence, de déshérence n’aurait su se perpétuer plus longtemps !

44D’abord l’époque était en soi favorable à la mise en valeur de tous les témoins de la foi susceptibles d’exalter les racines chrétiennes de la France dans un contexte de tension croissante entre l’État républicain, en passe de devenir laïc, et l’Église : la loi sur les congrégations est votée en 1901, la fermeture des écoles congréganistes non autorisées arrive dès l’an d’après, la loi de Séparation va déboucher en 1905. Il importe donc au camp hostile à ces initiatives de mobiliser toutes les forces catholiques. Ensuite, sur place, le provincialisme promeut l’incarnation des vertus religieuses à travers les bienheureux de Bretagne, une entreprise que les hasards du calendrier facilitent puisque Yves Hélori est mort le 19 mai 1303 – un sixième centenaire toutefois endeuillé par une insupportable provocation lorsque Émile Combes vient inaugurer le 19 septembre 1903 la statue d’un Ernest Renan flanqué de la déesse Athéna à Tréguier, postée juste en face de la cathédrale, une souillure à laquelle répondra l’année d’après l’érection du calvaire dit de la Réparation ! –, une promotion que Pie X soutient depuis Rome en procédant à la béatification du duc Charles de Blois le 14 décembre 1904. Enfin, on ne saurait imaginer que la présence à cette date, tout à côté de Plouvorn, de l’abbé Jean-Marie Perrot, pour l’heure vicaire à Saint-Vougay mais surtout principal animateur du mouvement régionaliste catholique Bleun Brug, soit demeurée sans retombée !

  • 80 Malgré la présence d’une cheminée ancienne dans l’une des maisons du hameau, rien ne permet d’asse (...)
  • 81 Y.-V. Perrot, « 1541-1941. Pevare kantved maro Yvon Mayeuc eskop Roazon », Feiz ha Breiz, no 9 et (...)

45Sa paroisse de naissance avait jusque-là quelque peu oublié son fils, à tout le moins elle l’avait négligé. Plouvorn redécouvre donc le saint évêque de Rennes qu’est devenu Yves Mahyeuc en son âge mûr : un monument à sa mémoire est élevé en 1907 dans l’église paroissiale, tandis que certains croient pouvoir reconnaître sa maison natale au village de Kervoyec80… En 1941 l’abbé Perrot publie une courte étude sur l’évêque disparu, au terme de laquelle il rappelle que « M. Mengant, recteur de Plouvorn, fit faire en 1907 pour son église une statue en kersanton de M. Mayeuc. S’il n’y avait pas eu la guerre, le Bleun Brug aurait organisé cet été une belle fête en l’honneur du plus célèbre fils de Plouvorn, mort maintenant il y a 400 ans. En dépit des malheurs qui frappent le monde, nous ne l’oublions pas et nous le prions, maintenant qu’il est au paradis, d’avoir pitié de son pays et de ses compatriotes, de venir à leur secours ; les secours terrestres sont peu de chose comparés aux secours du Ciel81 » (traduit du breton). L’enquête en Léon mériterait assurément d’être poussée plus à fond !

Notes

1 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des saints de la Bretagne armorique (1re éd., Nantes, 1636), rééd. Quimper, 1901, p. 393-401.

2 Cette affirmation d’appartenance péremptoire d’Albert Le Grand se trouve en fait contredite par la documentation interne de l’ordre comme par les épaves de sa bibliothèque qui le rattachent toujours au couvent de Nantes.

3 Il est le 21e prieur de ce couvent alors secoué par le refus obstiné de Pierre Bonneti, prieur de 1486 à 1503, et d’une partie des frères d’accepter la réforme de leur maison. Sur le priorat d’Yvo de Britannia, voir le chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès, Le couvent royal de Saint-Maximin en Provence, Marseille, 1880, p. 217-227, qui publie aussi plusieurs pièces justificatives intéressantes, dont la charte no XLIV p. 92-94 du Cartulaire lié, confirmant sa nomination. Selon toute apparence, Mahyeuc ne se rendit jamais sur place (p. 220 et 225) et se fit représenter par un vicaire avec lequel il était en rapport épistolaire (p. 226). Devenu évêque de Rennes, il se décharge de cette responsabilité en 1508 après quatre ans d’exercice. Voir aussi Henri Poisson, Une lumière de l’Ordre des Frères Prêcheurs, Yves Mahyeuc (1462-1541), évêque de Rennes de 1506 à 1541, Rennes, 1957, p. 33-38.

4 L’essentiel de sa biographie se trouve bien résumé par Georges Minois, Anne de Bretagne, Paris, 1999, notamment p. 292-293. On pourra aussi consulter du chanoine Henri Pérennès, Monographie de la paroisse (Plouvorn), s. l., 1943, p. 76-77 ; Madeleine de Menou, Pierre Deville, Marcel Floc’H, Plouvorn. Recherches autour d’une commune rurale au pays de Léon, Plouvorn, 1997, p. 143-148. Et évidemment Henri Poisson, Une lumière…, op. cit.

5 Renseignements toponymiques tirés de Bernard Tanguy, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses du Finistère, Douarnenez, 1990, spécialement la notice sur Guimaëc p. 81 ; Idem, Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes d’Armor, Douarnenez, 1992, spécialement les notices sur Plumieux et Saint-Mayeux, p. 233 et 300.

6 Jean-Christophe Cassard, « Les devenirs de saint Yves du Moyen Âge vers aujourd’hui », dans Idem et Georges Provost (dir.), Saint Yves et les Bretons. Culte, images, mémoire (1303-2003), Rennes, 2004, p. 5-23, spécialement p. 6-16.

7 Michel Nassiet, « Dévotions et prénomination dans la noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles », dans Marcel Launay (dir.), « Église et société dans l’Ouest atlantique du Moyen Âge au XXe siècle », Enquêtes et documents, no 27, 2000, p. 115-132, spécialement p. 123-124 : cette année 1480 Yves vient au second rang en Trégor comme en Léon (avec respectivement 128 ‰ et 160 ‰), au troisième rang en Cornouaille.

8 Arthur de La Borderie, abbé J. Daniel, Rév.-Père Perquis et D. Tempier, Monuments originaux de l’histoire de saint Yves, Saint-Brieuc, 1887, témoins 108 et 110. L’évêque de Léon conseille aux futurs miraculés le pèlerinage à Tréguier sur la tombe.

9 Informations tirées de Bernard Tanguy, « Les lieux de culte de saint Yves en Bretagne », dans Jean-Christophe Cassard et Georges Provost (dir.), Saint Yves et les Bretons…, op. cit., p. 125-139, spécialement p. 25-127 incluant une carte des sites bretons p. 126. Ce chercheur donne p. 135 quatre mentions de dédicace en Léon dès le XIVe siècle : La Roche-Maurice et le Bourg-Blanc en 1363, Saint-Pol en 1387, Saint-Renan en 1388.

10 Audrey Nourry, Les manoirs des XVe et XVIe siècles au cœur du Léon, mémoire de maîtrise, Brest, UBO, 1997, p. 64-66 avec le détail des réformations du XVe siècle et de 1536, p. 74 et carte 15, p. 141. Les manoirs seront 19 au XVIe siècle.

11 Albert Le Grand reste muet sur ce sujet. On a parfois voulu faire dériver le nom de ce village de celui de la famille d’Yves. Consulté, Bernard Tanguy, que je remercie, me répond ceci : « Il y a bien un village de Kervoyec à Plouvorn (Kermoyec en 1544), mais je ne vois pas quel rapport il pourrait avoir, en dehors d’une vague analogie, avec Yves Mahieuc. En ce cas, c’eût été Kervaiec. »

12 Audrey Nourry, Les manoirs…, op. cit., p. 101.

13 Hervé de Parcevaux de Tronjoly, « Montres générales des nobles de l’évêché de Léon reçues à Lesneven en 1481 », BSAF, t. 133, 2004, p. 251-301, spécialement p. 79-281 pour le contingent issu de Plouvorn.

14 Louis Élégoët, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Rennes, 1996.

15 Aucune n’apparaît en tout cas sur la carte des écoles dans les limites du Finistère actuel établie par Jean Kerhervé p. 137 de L’État breton (1341-1532), Morlaix, 1987.

16 Pour un panorama des questions scolaires au Moyen Âge : Colette Beaune, Éducation et culture, du début du XIIe siècle au milieu du XVe siècle, Paris, 1999.

17 Hervé Martin, Les ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530). Pauvreté volontaire et prédication à la fin du Moyen Âge, Paris, 1975, p. 8-9.

18 Jean-Christophe Cassard, Un saint du XIIIe siècle. Saint Yves de Tréguier, Paris, 1992, p. 19-21.

19 Albert Le Grand, Les Vies des saints…, op. cit., § III, p. 394. Jean Kerhervé, Les gens de finances des ducs de Bretagne, 1365-1491, Paris, 1986, Catalogue prosopographique, signale p. 562 du tome 2 un certain Jean Nicolas, receveur ordinaire du domaine de Morlaix et Lanmeur en 1449-1450 en même temps que clerc et notaire de la cour de Morlaix entre 1444 et 1466, receveur de la seigneurie du Ponthou pour le sire de Rostrenen entre 1455 et 1460. Ce personnage habitait rue de la Cohue et possédait un courtil rue des Vignes, mais il est bien trop antérieur à Yves Mahyeuc pour avoir été son soutien, et nulle part il ne figure comme président de la Chambre des comptes. D’autres membres de la même famille ont cependant pu soutenir Yves à Nantes durant ses études.

20 Charles Vulliez, « Grands universitaires bretons dévots de saint Yves à Paris aux XIVe et XVe siècles », dans Jean-Christophe Cassard et Georges Provost (dir.), Saint Yves et les Bretons…, op. cit., p. 39-51.

21 Michael Jones, « L’enseignement en Bretagne à la fin du Moyen Âge : quelques terrains de recherche », MSHAB, t. 53, 1975-1976, p. 33-49, chiffres donnés p. 41 et 49 d’après les Rotuli des suppliques. Mais les Léonards ne sont que 74 sur un total de 570 Bretons présents dans l’ensemble des universités françaises cette année-là, d’après le tableau donné p. 48.

22 La discipline y avait jadis connu un relâchement certain au témoignage d’un acte de la Chancellerie ducale daté du 9 août 1464 : « Gratis pro Deo. Mandement impétré de la part de frère Roland Lerzic, de l’ordre des frères prescheurs, inquisiteur de la foy en ce duché et vicaire général commis en ce païs du général maistre dudit ordre, adrécé aux capitaine, sénéchal et aloué de Rennes et à chacun, de se transporter, si requis sont dudit vicaire, en sa compaignie au moustier desdits frères prescheurs estant près Rennes. Et si lesdits frères sont désobéissans à ce que ledit vicaire leur ordonnera pour les constitucions et ordonnances de leur ordre, lui estre secourans et aidans à faire et entériner sadite commission. Et se rebellion y a, procéder par emprisonnement desdits frères, si trouvez sont hors lieu saint, et autrement deüment, tellement que la force leur en demeure. Daté le 9e jour d’aoust. Raboceau » (Archives départementales de Loire-Atlantique, B 3, f° 103).

23 Une amorce de prosopographie des titulaires de cette charge au temps des ducs se lira dans Marcel Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, t. 3, Mayenne, 1981, n.o 32 et 33  p. 38-39. Plus généralement : Georges Minois, Le confesseur du roi : les directeurs de conscience sous la monarchie française, Paris, 1988.

24 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., essentiellement le chapitre xii, « La voie des honneurs », p. 405-427.

25 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. cit., § IV, p. 394.

26 Idem, ibidem, § VI, p. 395.

27 Charles de Blois avait aussi à son service au moins deux aumôniers, l’un franciscain, l’autre dominicain : Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 407. À l’inverse de son adversaire malheureux, Jean IV fait choix de Dominicains et ses successeurs l’imiteront, avec à l’occasion le recrutement d’un Carme, ainsi de Jean V dont on connaît cinq confesseurs : quatre Dominicains associés à deux socii de leur ordre, et un Carme : ibid., p. 404 et 414-418.

28 La documentation subsistante insiste plus sur les demandes de privilèges adressées au pape et concernant la possibilité pour le prince d’entretenir une chapelle lui ouvrant la faculté d’entendre la messe et de recevoir les sacrements en son privé comme durant ses déplacements, en s’affranchissant du réseau paroissial ordinaire.

29 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 422-423, dénombre 9 évêques mendiants en fonction dans le duché entre 1400 et 1530, dont 5 avaient été auparavant confesseurs de la maison ducale, plus 3 évêques in partibus.

30 Albert Le Grand, « Catalogue des évêques de Léon », dans Les vies des Saints…, op. cit., p. 241.

31 Je mentionnerai simplement le traité du Verger concédé par François II le 19 août 1488 après la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier ; puis sa fille adhère le 3 décembre 1489 au traité de Francfort qui avait ramené la paix entre Maximilien et Charles VIII le 22 juillet précédent, avant d’adhérer le 27 octobre 1490 à la ligue conclue entre le roi des Romains, le roi d’Angleterre Henry VII et le roi de Castille.

32 Pour le contexte et le sens de ces événements, Dominique Le Page et Michel Nassiet, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, 2003, spécialement p. 99-103 sur les aléas de la stratégie matrimoniale d’Anne. On se reportera aussi à Jean Kerhervé et Tanguy Daniel (dir.), 1491. La Bretagne, terre d’Europe, Quimper et Brest, 1992.

33 Arthur de La Borderie continué par Barthélémy Pocquet, Histoire de Bretagne (1364-1515), t. 4, Rennes, 1906, p. 574.

34 Philippe de Commynes, Mémoires, livre vii, chapitre iv, dans Albert Pauphilet (éd.), Historiens et chroniqueurs du Moyen Âge (Bibliothèque de la Pléiade), Paris, 1952, p. 1305.

35 Yvonne Labande-Mailfert, « Le mariage d’Anne de Bretagne avec Charles VIII vu par Érasme Brasca », MSHAB, t. 55, 1978, p. 17-42, p. 20. Le 15 novembre, la suspension d’armes conclue sous Rennes autorisait pourtant encore la « reine des Romains » (c’est-à-dire Anne) à quitter le duché pour rejoindre son mari.

36 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 418 et Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, Les papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, 2 vol. , Paris, 1928 (j’utiliserai la réédition en un volume, avec une préface de Jean Kerhervé, Spézet, 2000, ici p. 675-679).

37 Michel Nassiet, « Les traités de mariage d’Anne de Bretagne », dans Dominique Le Page (dir.), Pour en finir avec Anne de Bretagne ?, Nantes, 2004, p. 71-81. Arthur de La Borderie et Barthélémy Pocquet, Histoire de Bretagne, op. cit., p. 582.

38 Traduit de l’italien par Yvonne Labande-Mailfert, « Le mariage d’Anne… », article cité, p. 30.

39 Yvonne Labande-Mailfert, « Le mariage d’Anne… », article cité, p. 31-33 et 36-41 sur les difficultés théologiques réelles soulevées par cette union improvisée à l’automne 1491.

40 Le point de vue du Habsbourg est rendu par Georges Bischoff, « Maximilien Ier, roi des Romains, duc de Bourgogne et de Bretagne », dans Jean Kerhervé et Tanguy Daniel (dir.), 1491. La Bretagne…, op. cit., p. 457-471.

41 Bertrand d’Argentré, Histoire de Bretagne, p. 691.

42 Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, « La politique d’Anne de Bretagne, inspirateurs et intentions », MSHAB, t. 27, 1947, p. 1-16, spécialement p. 12-13.

43 Idem, Les papes et les ducs…, op. cit., p. 679.

44 Philippe de Commynes, Mémoires, op. cit., p. 1306.

45 Chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès, Le couvent royal…, op. cit., chartes no XLIV, p. 92 et no XLVIII, p 102 du Cartulaire lié.

46 Dom Morice, Preuves, t. 3, col. 803. Georges Provost a eu l’obligeance de me communiquer ses notes prises sur des copies du XVIIIe siècle conservées à la BnF (Nouvelles acquisitions françaises, ms 9175 et 8269, respectivement f° 358 et 403) : le premier manuscrit énumère les gages du Grand Aumônier (Guillaume Briçonnet, évêque de Lodève) : 400 L., du Premier Aumônier (Claude de Tournon, protonotaire) : 300 L., mais ni ceux de Pierre Blanchet ni de Fr. Yves Mayeuc, confesseur. Le second donne également 400 L. à l’évêque de Lodève, 300 à Claude de Tournon, mais ajoute pour Mr Pierre Blanchet et Yves Mahyeuc l’indication de 200 L.

47 Dom Morice, Preuves, tome III, col. 877. Malheureusement, aucune indication sur les gages versés aux membres de l’hôtel de la reine ne figure sur cet extrait de comptes.

48 Chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès, Le couvent royal…, op. cit., charte no XLVII, p. 99.

49 Les Grandes Croniques de Bretaigne par Maistre Alain Bouchart, édition H. Le Meignen, Rennes, 1886, f° 265 v°-266 v°. Archives départementales de la Loire-Atlantique, B 15.

50 Jean-Christophe Cassard, « Propagande partisane et miracles engagés », ABPO, t. 102/2, 1995, p. 7-24 (repris dans La Guerre de Succession de Bretagne, Spézet, 2006, p. 183-199).

51 Gwennolé Le Menn, « Un “Veni Creator“latin-breton dédié à Anne de Bretagne en 1505 », Études celtiques, volume XVI, 1979, p. 223-232.

52 Dans « Émergence d’une terre fidèle (1532-1840) », deuxième partie de Jean Delumeau (dir.), Histoire des diocèses de France. Rennes, Paris, 1979, p. 107-120.

53 Par contre, Vannes est en train de s’effacer pour de bon – cette résidence avait souvent été préférée par les ducs de la maison de Dreux – d’autant qu’elle perd la Chambre des comptes, transférée à Nantes par Charles VIII avec ses archives.

54 Michel fut successivement évêque de Saint-Pol en 1476, de Dol en 1478, de Rennes enfin ; Robert évêque de Tréguier en 1483, de Rennes le 21 mai 1502, de Nantes en 1506, puis d’Albi en 1510-1513 : il décède à Rome, où il réside la majorité du temps, et y est enterré dans l’église Saint-Yves-des-Bretons.

55 Dom Morice, Preuves, tome III, col. 881.

56 P. Gams, Series Episcoporum, p. 606-607. Le texte latin, avec une traduction française, est publié par l’abbé Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., p. 46-47. La bulle est datée du 4 des calendes de février 1506 (ancien style). Son successeur comme confesseur auprès de Louis XII et de la reine est un autre dominicain, Antoine du Four, plus connu comme auteur de La vie des femmes célèbres, auquel fait suite Guillaume Petit que les cérémonies de 1514 nous feront retrouver.

57 Abbé Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., note p. 47.

58 Le chroniqueur Pierre Le Baud est dit par Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. cit., § V, p. 395, avoir été élu par le chapitre, mais il ne put entrer en charge étant décédé le 19 septembre 1505 sans avoir reçu ses lettres de provision. En tout cas, il s’agit bien d’un autre proche d’Anne de Bretagne, qui lui avait fait ouvrir toutes les archives du duché par un ordre daté du 4 octobre 1498.

59 Jean-Christophe Cassard, « En relisant la Vie de saint Jean Discalcéat », BSAF, t. 125, 1996, p. 289-294.

60 Louis Merlet et Max De Gombert (éd.), Récit des funérailles d’Anne de Bretagne, précédé d’une complainte sur la mort de cette princesse et de sa généalogie, le tout composé par Bretaigne, son hérault d’armes, Paris, 1858, p. 128.

61 Reproduites pour partie dans le catalogue de l’exposition conjointe de l’abbaye de Daoulas et du Musée départemental d’archéologie Thomas-Dobrée : 1491-1991. La Bretagne au temps des ducs, Daoulas et Nantes, 1991.

62 Dominique Le Page, « Philippe de Montauban, chancelier de Bretagne (1487-1514) », dans Jean Kerhervé et Tanguy Daniel (dir.), 1491. La Bretagne…, op. cit., p. 473-488.

63 Louis Merlet et Max de Gombert, Récit des funérailles…, op. cit., p. 76.

64 Idem, ibid., p. 51 (« Et bien commença à sa noble ganéalogie, ce qu’il abrégea pour tant que le temps estoit court, mais bien y revinst à Paris et à Saint-Denys, comme pourrez oyr quand viendra en celluy endroit ») et p. 83-84.

65 Preuve de l’importance que la monarchie accordait à la réunion du duché à la France, le dais placé au-dessus de l’effigie du roi défunt juxtapose les armes de France et de Bretagne d’après l’estampe qu’il nous reste de la cérémonie : Michel Nassiet, « Les traités de mariage… », article cité, p. 78.

66 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. cit., § VI, p. 395.

67 Abbé Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., p. 396.

68 Hervé Martin, Les ordres mendiants…, op. cit., p. 155 et 332.

69 Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes et Paris, 1880, t. 1, p. 323. La Vie latine de saint Goulven (XIIe siècle ?) est publiée par Arthur de La Borderie dans le Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. 29, 1891, p. 214-250.

70 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. cit., § IX, p. 397. Voir cependant infra la déposition 56 du procès de béatification.

71 Idem, ibidem, § VI, p. 395.

72 Cité par Michel Lagrée dans Jean Delumeau (dir.), Rennes, op. cit., p. 116.

73 Émile Ernault, « Une poésie officielle en moyen breton », Revue de Bretagne et de Vendée, t. 48, octobre 1912, p. 185-192 et tome 50, juillet 1913, p. 147-152. Ce texte est extrait du manuscrit de la relation du couronnement due à Michel Champion, procureur des bourgeois de Rennes. À la fin de son étude, strictement philologique, p. 152, l’auteur imprime ceci : « M. l’abbé Perrot m’a fait l’amitié de m’écrire de Saint-Vougay (Finistère), à propos de ces vers officiels anonymes : “Daoust ha ne vefent ket great gant an Aotrou Mayeuc, ginidik eus a Blouvorn, diou leo ac’han, hag a yoa eskop a Roazon pa oe digemeret, gand lid bras, er gear-ze, an dug yaouank Fransez III ?” Je laisse aux lecteurs compétents le soin de discuter cette ingénieuse attribution. » Sur le couronnement de 1532, voir infra la contribution de Philippe Hamon.

74 Françoise Gatouillat et Michel Hérold, Les vitraux de Bretagne (Inventaire général du Patrimoine culturel, Corpus Vitrearum, France, recensement VII), Rennes, 2005, figure 22 p. 41. Cette fastueuse verrière a été restaurée en 1889 par l’atelier parisien Champigneulle apprend-on à la p. 238.

75 Henri Poisson, Une lumière…, op. cit., p. 87.

76 Idem, ibidem, p. 135. Ses restes sont confondus avec ceux d’une dizaine d’autres évêques de Rennes lorsque la Patrie en danger cherche à se procurer du plomb par tous les moyens.

77 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. cit., § X, p. 397.

78 Alain Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 358. Et cet éminent historien des Temps modernes de poursuivre : « L’important ainsi dans le cas d’Yves Mahyeuc, le jacobin évêque de Rennes entre 1507 et 1541, est moins dans sa science, son train de vie modeste et sa charité que dans le fait que ces qualités pour le moins attendues d’un éminent homme d’Église puissent être, rareté oblige, montées en épingle ; et on oublie souvent que ce pieux évêque, malgré ses qualités, échoue dans la réforme de l’abbaye Saint-Georges de Rennes et même dans celle de son propre couvent, celui de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle. »

79 Albert Le Grand, « La vie du bien-heureux père f. Yves Mahyeuc », dans Les Vies des Saints…, op. cit., p. 401. On remarquera notamment l’absence totale de toute référence à Yves Mahyeuc dans le décor de l’église de Plouvorn, reconstruite presque intégralement à partir de 1850 et pourvue d’un ensemble important de vitraux (1863-1865).

80 Malgré la présence d’une cheminée ancienne dans l’une des maisons du hameau, rien ne permet d’asseoir positivement la tradition (peut-être plus récente qu’il n’y paraît) qui fait naître Yves Mahyeuc à Kervoyec (note de G. Provost).

81 Y.-V. Perrot, « 1541-1941. Pevare kantved maro Yvon Mayeuc eskop Roazon », Feiz ha Breiz, no 9 et 10, Gwengolo-Here (septembre-octobre) 1941, p. 77-80. Rappelons aussi que l’abbé Poisson se fit aussi le biographe de l’abbé Perrot disparu en décembre 1943, probablement assassiné sur ordre d’éléments de la Résistance.

Table des illustrations

Légende B. IVO MAIOCUS (cathédrale de Rennes, déambulatoire, fresque d’Alphonse Le Hénaff , v. 1870)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende La figure de cire d’Yves Mahyeuc accompagne Anne de Bretagne dans la « scène du couronnement » réalisée pour l’exposition « La Bretagne au temps des ducs » (abbaye de Daoulas, 1991).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Anne de Bretagne agenouillée devant son confesseur (Morgan Pierpont Library, New York, Ms 50, Livre de prières d’Anne de Bretagne, v. 1490-1500, f° 10 v°). Le début du texte du Confiteor fait mention des saints François et Dominique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 250k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540