Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Discours d’ouverture

Fr. Augustin Pic, O. P.

Texte intégral

1Monsieur le Maire,

2Monseigneur,

3Monsieur l’abbé,

4Mes Révérends Pères,

5Mesdames,

6Messieurs.

7En fêtant en 2003 le cinquantenaire de leur retour dans une ville qu’ils avaient quittée à la fin du XVIIIe siècle, les Dominicains eurent l’idée d’en faire autant en 2007 pour le cinquième centenaire de l’élévation de l’un des leurs, Yves Mahyeuc, au siège épiscopal de Rennes. Ce dessein se réalise donc en ce jour. Il est porté par le diocèse et par l’actuel couvent, continuateur de celui des Jacobins de la place Sainte-Anne, où vécut l’homme qui aimait à signer, mariant deux chères appartenances : frère Yves, évêque de Rennes ; il est porté aussi – et combien ! – par M. Georges Provost, de l’université de Rennes 2, son principal organisateur.

8Mystique, pasteur, réformateur dans l’Église, soucieux de foi et de justice en politique et dans la société, serviteur jusqu’au dépouillement du prolétariat d’alors, regardé comme un saint avant et après sa mort au point de voir sa cause introduite à Rome, Yves Mahyeuc, homme d’un temps riche de transitions et de changements où lui-même ne fut pas, semble-t-il, sans exercer une influence réelle, méritait le colloque que nous avons la joie d’ouvrir ensemble.

9Mais, saluons, avant que d’entrer en matière la mémoire de Mgr Saint Macary, qui fut d’emblée tout à fait favorable à cette commémoration et s’apprêtait à la soutenir jusqu’au bout. Il ne fallait pas moins que la présence ici de son successeur pour adoucir nos regrets.

10J’adresse aussi, et avec quel plaisir, nos remerciements à de nombreuses personnalités et institutions pour l’appui moral, intellectuel et matériel qu’elles voulurent bien apporter. À vous en premier, Monsieur le Maire, qui accueillez Mgr l’Archevêque et nous-mêmes dans les murs déjà prestigieux des Champs Libres et dont la présence est un grand honneur. Notre dessein, tant en raison de votre intérêt personnel pour l’histoire de Rennes qu’en vertu des hautes fonctions par vous exercées en cette ville, reçut immédiatement de votre part un soutien cordial, concret, constant. Daignez donc agréer ici et transmettre au conseil municipal l’expression de notre respectueuse et profonde gratitude.

11À vous également, Monseigneur. Très intéressé par votre lointain prédécesseur, éminent promoteur de cette commémoration, votre présence est un honneur et une joie et ne manquera pas de nous stimuler dans les heures d’étude qui vont suivre. Nous aurons, en effet, à traiter d’une manière ou d’une autre l’importante question que vous venez de poser : quelle fut la cohérence de la vie et du labeur d’Yves Mahyeuc ? quel discernement fut le sien à l’époque des plus complexes où il eut à vivre et à servir ?

12Nos remerciements vont ensuite à M. Alain Coquart et à Mme Michèle Piedvache, pour Rennes Ville. À M. Guénaël Blin et à son prédécesseur, M. Jean-Louis Biard, pour Rennes Métropole. Au conseil général d’Illeet-Vilaine. À Mme Sylvie Robert, pour le conseil régional de Bretagne. À Mme Astrid Massiot, des Champs Libres. Aux archives départementales et spécialement à M. Isbled, aux archives municipales et particulièrement à Mme Catherine Laurent, à la bibliothèque de Rennes Métropole, Mesdames Marie-Thérèse Pouillias et Sarah Toulouse surtout. Le temps manquant de détailler l’aide par eux généreusement fournie, on me croira sans peine quand je dis qu’elle fut grande et précieuse.

13Remerciement encore aux autres co-organisateurs et à divers collaborateurs : M. l’abbé Bernard Heudré, responsable de la pastorale diocésaine de la culture et dont le sens de l’histoire et la connaissance qu’il a de tout le monde à Rennes furent irremplaçables, comme le fut aussi sa détermination, à l’instant où nous vînmes à douter de l’entreprise. Au préfet des archives secrètes du Vatican, Mgr Sergio Pagano, et aux Dominicains de Rome, les RRPP Lazaro Sastre, des archives de l’Ordre des Prêcheurs, et Daniel Ols, de la Congrégation pour la cause des saints, à qui nous devons l’accès au procès de béatification. À M. Robert Sauzet, Mme Marie-Madeleine Fragonard, M. Régis Bertrand dont les compétences nous ouvrirent des pistes nouvelles. À M. Nicolas Prouteau, qui a bien voulu, en lien avec ce colloque, présenter aux Champs Libres l’histoire monumentale du couvent des Jacobins. À M. Jacques Gury, dont les encouragements ne firent jamais défaut. À M. Jean-Claude Meuret pour son assistance iconographique. À M. Christian Gallic et Mme Odette Porhel, qui nous guidèrent sur les traces d’Yves Mahyeuc à Plouvorn. À M. Patrick Cadel, propriétaire du manoir de Saint-Armel à Bruz, où l’évêque acheva son parcours terrestre. Aux concepteurs du spectacle Et vivat Dux, les abbés Eugène Royer et Joël Bigot, à ses acteurs, Dominique Dao Huu Bao, Suzanne Helaine et Jean-Luc Jacquart, aux chœurs du Convivium Musicum, avec Gabriel André, Christophe Sam et Sylvie Becdelièvre, à Stéphane Guillou et son ensemble d’instruments Renaissance. Une mention très spéciale pour M. l’abbé Letertre, trésorier de l’association des Amis des archives historiques du Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo, qui a si aimablement consenti à soutenir notre entreprise et à prêter, pour le spectacle de ce soir, le très précieux missel dont Yves Mahyeuc se servit en 1532 pour couronner François III.

14Ma vive gratitude aussi, étant son collaborateur, à M. Georges Provost, pour notre travail romain sur le procès, pour la magistrale et splendide organisation de ce colloque et du spectacle prévu ce soir, et, bien sûr, pour l’apport proprement scientifique qui est le sien. Merci de tout cœur, cher Ami. Hommage, encore, à Mme Villeroy de Galhau, notre coordonnatrice. Elle assura et assure avec charme et compétence tout le temporel, hautement complexe, comme aussi le relationnel de ces journées. On lui doit encore, experte qu’elle est en communication, les beaux prospectus et affiches que chacun aura pu admirer. À mon cher Couvent et à l’association Saint-Denis, dont le R. P. Denis Bissuel ici présent est le prieur et le président, pour leur fraternel soutien. À l’association des Amis des Dominicains de Rennes qui appuya ce projet par des aides diverses et appréciables. Aux bénévoles, fidèles amis de notre communauté, affectés à des tâches moins visibles mais importantes.

15Il convenait, pour leur donner le lustre qu’ils méritent et parce qu’il n’est point de meilleure transition à nos travaux, de garder pour la fin nos infinis remerciements aux universitaires et chercheurs ici réunis, certains venus de loin, comme nos Dominicains de Fribourg et de Rome. Nos présidents de séances, en particulier M. Jean Quéniart. Leur contribution ne manquera pas, comme annoncé, et d’introduire à une meilleure connaissance d’Yves Mahyeuc en personne et d’enrichir celle de ses différents contextes, en Bretagne et au-delà. Vous êtes, Monsieur l’abbé Blot, R. P. Bedouelle et R. P. Hodel, Mesdames, Messieurs les savants, comme l’essentiel de ces journées, veuillez agréer d’avance l’expression de notre reconnaissance la plus vive.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540