Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yves Mahyeuc, 1462-1541

Discours d’ouverture

Edmond Hervé

Maire de Rennes – président de Rennes Métropole

Texte intégral

1Je suis très heureux en tant que président de Rennes Métropole de vous accueillir aux Champs Libres, lieu que nous avons voulu dédier à la recherche, à son expression et au partage du savoir, placé sous le signe de la pluralité des disciplines et bien évidemment du pluralisme des philosophies.

2Je voudrais remercier les responsables de l’Association Saint-Denis, celles et ceux qui ont eu l’initiative de cette commémoration du 5e centenaire de l’accession épiscopale d’Yves Mahyeuc et remercier bien sûr tous les experts qui vont s’exprimer et participer aux échanges qui vont suivre. Je voudrais vraiment vous remercier, remercier le P. Heudré et ceux qui l’entourent, pour cette manifestation. Ce matin je relisais quelques passages de Châteaubriand qui disait, en substance, qu’il fallait reconstituer nos annales. Et en 1996, en tant que maire de Rennes, j’avais souhaité qu’une nouvelle histoire de la ville soit écrite, ce qui a été fait, et j’en remercie les historiens ici présents qui l’ont signée. Parallèlement, je souhaitais que chaque institution puisse produire sa propre histoire : car il peut y avoir des approches générales dans une ville, au niveau d’un pays, mais il est bon aussi que des approches plus particulières, plus personnelles, plus disciplinaires aussi, puissent être faites. Je ne doute pas que ce colloque puisse continuer d’enrichir l’histoire de l’Église dans cette ville, dans cette région et bien ailleurs.

3Yves Mahyeuc appartient à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance. C’est une période que j’aurais tendance à dire d’actualité. Pourquoi ? Parce que durant toute la période du Moyen Âge, l’on vit dans un temps circulaire, même si je n’oublie pas la flèche de saint Augustin. Et voici qu’avec le début de la Renaissance puis le temps des Lumières, l’on se met à espérer un futur, des utopies se créent ; et force est de constater qu’aujourd’hui ces utopies qui puisent leurs racines au début de la Renaissance ont quelques difficultés à s’exprimer ; il y a des doutes et, paraît-il, une nouvelle science que certains ont appelée la « déclinologie »… science que, bien évidemment, je ne saurais partager. Sans vouloir m’immiscer dans le domaine de vos connaissances et de votre spiritualité, je crois me souvenir aussi que c’est au début de la Renaissance que l’Église catholique elle-même a changé d’attitude, disant en substance – mais je parle avec beaucoup de précautions – que le monde n’était pas une vallée de larmes. Qu’Yves Mahyeuc soit le contemporain de ce changement en fait une personnalité tout à fait exceptionnelle. Vous comprendrez aussi que, en tant que maire de Rennes, je sois très intéressé par ce que vous allez nous dire sur le rapport qu’Yves Mahyeuc peut avoir avec le contexte de cette ville. Lorsque l’on interroge les historiens de cette période, nous voyons qu’à la mi-temps du XVe siècle, Rennes est une ville en pleine évolution, en pleine construction, en pleine expansion. C’est la « naissance d’une capitale ». Et là aussi, il y aurait des parallèles à faire avec la période contemporaine puisqu’il faut se protéger, il faut construire. L’on va chercher des gens de l’extérieur : des terrassiers à Lamballe – les Lamballais seraient les meilleurs terrassiers qui soient ; les Normands qui arrivent, poussés par les Anglais. Le quotidien de cette ville s’incarne aussi dans une certaine modernisation à travers l’eau, à travers les égouts… Mais la fin du XVe siècle est extrêmement difficile – inflation, impôts – et le peuple souffre. Lorsque l’on sait la sensibilité d’Yves Mahyeuc, je suis persuadé que cette atmosphère ne l’a certainement pas laissé indifférent. Et puis, vous le savez bien, la personnalité très sensible d’Yves Mahyeuc tranche avec celle de ses prédécesseurs. Et je retrouve ce propos de Daniel Pichot dans la dernière Histoire de Rennes : « Le souci de sa charge spirituelle et ses qualités contribuent alors fortement à lui prêter une réputation de sainteté. » Quand on est confesseur d’Anne de Bretagne, quand on est l’inspirateur de sa conscience, vous comprendrez que le responsable politique que je suis soit très intéressé par ce rapport : Anne de Bretagne fut une personne très attachée à cette région et nous voyons bien que ses rapports de charité, ses rapports de sainteté sont en relation très étroite avec Yves Mahyeuc.

4Monseigneur, Mesdames et Messieurs, j’ai néanmoins un souhait. J’ai lu avec beaucoup d’attention les actes d’un colloque récent consacré à saint Yves de Tréguier. Je ne sais quelles sont les relations entre saint Yves de Tréguier – Yves Hélori – et Yves Mahyeuc, mais leur tempérament, leur rapport aux ordres mendiants, leurs charismes aussi peuvent faire qu’il y ait des rapprochements. Je serais très heureux que ces successions d’Yves puissent continuer de nous éclairer à un moment où nous avons tous, les uns et les autres, besoin de sensibilité, besoin de fraternité, besoin aussi d’attachement. Et lorsque l’on évoque Anne de Bretagne, il faut que vous sachiez – je le dis aux personnes qui nous ont rejoints et qui sont de l’extérieur – que sa présence est toujours très forte ici, pour différentes raisons. Et ce serait tout à l’honneur de l’Église que de compter parmi les siens une personne qui l’ait influencée. Je vous souhaite un excellent séjour ici et je forme le vœu que nous ayons très souvent l’occasion de nous retrouver pour échanger sur les démarches très substantielles, qui n’intéressent pas que le temporel.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540