Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Conclusions

Jean-Marie Le Gall

Texte intégral

1Tout d’abord, le public et tous les intervenants ne peuvent que remercier Catherine Laurent et son équipe pour l’organisation impeccable de cette rencontre et la réception chaleureuse des participants. Cette gratitude s’étend aussi à toutes les institutions qui ont permis l’organisation de ce colloque, les Champs Libres, la ville de Rennes et les universités de Nantes, Brest et Rennes (CERHIO). Les intervenants, par ma voix, expriment aussi leur satisfaction de mesurer l’intérêt que le public, nombreux durant ces deux jours, porte à l’histoire, à l’histoire faite par les historiens et pas à celle qu’un pouvoir – temporaire –, veut nous imposer en muséifiant l’histoire, dans une sorte d’histoire officielle. L’histoire est une chose vivante, non un passé de paroles gelées qui se collectionnent et se congèlent. Enfin, je voudrais remercier les étrangers qui sont venus de fort loin pour nous parler des villes de France. C’est aussi, de la part de ceux qui ont organisé le colloque, une certaine conception de la francophonie qui consiste à accueillir ceux qui aiment notre langue, notre pays et son histoire. L’historiographie française et l’historiographie anglophone se sont mutuellement enrichies. Les études sur la consommation ont profité aussi bien des travaux de John Brewer que de Daniel Roche ou Annick Pardailhé Galabrun, comme celles sur les finances ont su faire fructifier les acquis de Daniel Dessert, Françoise Bayard ou William Beik.

2La rencontre a abordé la question du pouvoir dans la ville, du pouvoir de la ville et ce sur une longue durée allant du XIe siècle jusqu’au XVIIIe de sorte qu’il faut quand même essayer de peser l’évolution de ce pouvoir municipal.

3Le pouvoir dans la ville recouvre en fait la politique de la ville dans la ville. Voilà qui pose tout d’abord la question du territoire sur lequel s’exerce cette autorité. Celle-ci a une projection spatiale. Parce que nombreux étaient les spécialistes d’une première modernité allant du XIVe au milieu du XVIIe siècle, il va de soi que la ville est alors délimitée par des murs, qui ont une fonction défensive mais qui délimitent aussi une société et une aire de compétences et de juridiction. Toutefois, des murs ont été abattus, d’autres ont été récréés, des barrières fiscales ont été constituées et les limites du territoire varient. Surtout, avec ou sans murs, le pouvoir de la ville s’étend aussi sur les faubourgs et au-delà sur le plat pays ou le contado si nous étions en Italie. Il y aurait donc beaucoup à explorer sur les limites territoriales de ce pouvoir municipal, sur l’hétérogénéité spatiale de son exercice, et sur la nécessité pour lui de régler la question de l’approvisionnement ou des usages de l’eau bien au-delà des murs de la cité.

4Les intervenants ont plutôt insisté sur les champs d’intervention du pouvoir municipal, et au premier chef d’entre eux, la sécurité, qui se décline à la fois sous l’angle de la défense par le guet et la milice, et sous celui de la fortification des villes. C’est un attribut des bonnes villes, l’avait rappelé Bernard Chevalier, que de soigner leurs murs. L’éclipse de cet idéal type de la bonne ville n’empêche pas que pour certaines cités frontalières, maritimes ou terrestres, le problème de la défense urbaine se pose toujours. Les répercussions de la révolution militaire sur l’organisation du système défensif des villes et tout ce que cela induit, c’est-à-dire les coûts ainsi que les compétences techniques mobilisées ou le casernement, seraient à étudier plus amplement pour voir si elles contribuent à affaiblir ou non le pouvoir municipal. Mais la sécurité, c’est aussi la « seureté », soit la défense contre l’ennemi de l’intérieur, la peur des classes dangereuses, les marginaux, les vagabonds, les gens sans feu ni lieu. Dans sa thèse, Robert Muchembled avait souligné le problème qui se pose dès le début du XVIe siècle dans les villes d’Artois et des Pays-Bas pour juguler cette insécurité. Bannir les brigands de la ville ne suffit plus parce qu’ils reviennent et que de toute façon, la sécurité de la ville ne se limite pas évidemment aux portes de la ville.

5Parce qu’on touche là aux marginaux, aux vagabonds et aux classes dangereuses, la sécurité recouvre aussi la police des pauvres qui a certes une signification religieuse. Mais au XVIe siècle, une autre conception de l’assistance aux pauvres se dessine, plus sécularisée, comme l’a théorisé Juan Luis Vives dans son De subventione pauperum. L’indigent n’est plus seulement l’image de Dieu, mais un problème d’ordre public dont les pouvoirs publics doivent se saisir, sans le laisser à la seule charité individuelle ou ecclésiale. En témoigne l’intervention municipale dans la gestion et la réforme des hôpitaux, l’établissement de bureaux des pauvres, la constitution provisoire de chantiers pour leur donner du travail.

6La politique de la ville concerne aussi la police des métiers, la législation sur les grains, sur laquelle les travaux pionniers de Steven Kaplan ont attiré l’attention. La police économique englobe la gestion des foires, des marchés, des corporations, des jurandes, et plus généralement la législation du travail.

7L’hygiène et l’urbanisme constituent un autre champ d’action municipale. La limitation de la prolifération des couvents, mangeurs de terrain et manque à gagner fiscal, mais aussi la création de portes monumentales, le pavage des rues, l’alignement des maisons, les problèmes liés à l’incendie, l’évacuation des boues sont autant de préoccupations pour les pouvoirs municipaux.

8Un dernier souci, peu abordé ici, ne doit pas être oublié, surtout lorsqu’on aborde le temps des humanistes : la part croissante que joue la ville dans l’éducation. Georges Huppert avait attiré l’attention sur la diffusion en France de public school, c’est-à-dire la création de collèges par les villes au XVIe siècle.

9On le voit : les compétences des pouvoirs municipaux sont très larges, ce qui suppose des choix. Pensons à un discours de Jean Bodin adressé aux capitouls de Toulouse, une ville qui avait la réputation de faire brûler ses professeurs d’université. Cette oratio est un engagement dans le débat qui se pose, au milieu du XVIe siècle, pour savoir si le magistrat à Toulouse doit construire un pont pour franchir la Garonne ou un collège. Plutôt que d’opposer une politique d’investissement et d’infrastructure économiques à une politique d’éducation, l’argumentation de Jean Bodin montre habilement que créer un collège attirera des étudiants qui vont se loger dans la ville, qui n’iront pas à Bordeaux. Investir dans un collège n’est pas stérile et conforte en outre la fierté de la ville vis-à-vis de Bordeaux et flatte le campanilisme des édiles.

10Se pose donc pour les contemporains la question des choix à faire. Les ressorts et les motivations de cette politique municipale ont été soulevés d’emblée par Guy Saupin qui nous a invités à déterminer ce qui préside aux choix qui sont faits.

11Un premier cadre d’analyse réhabilite le poids de la religion, trop négligée par une historiographie qui a fait de l’émancipation des communes une étape de l’émancipation du Tiers État qui mène à la Révolution. Cette histoire téléologique trouve encore des avatars dans une approche sécularisée du pouvoir municipal, instance d’autonomisation du politique. Et pourtant, les élections dans les villes, comme celles du pape, d’un évêque, ou d’un abbé, sont toujours précédées d’une messe du Saint-Esprit, car le pouvoir municipal, comme le pouvoir royal, qu’il soit électif ou qu’il soit héréditaire, vient de Dieu, et a donc des comptes à lui rendre. On a assez peu évoqué la question de la religion civique, un chantier ancien ouvert par un colloque qu’avait organisé André Vauchez et qui a retrouvé récemment dans les travaux de Yann Lignereux ou de Thierry Amalou sa pertinence pour expliquer la cohésion et l’unanimisme urbain et civique. Tout ce qui peut nuire au salut des habitants et attirer la colère divine, comme la discorde, le blasphème, la débauche qui se manifeste dans les étuves, sont de nature à susciter l’intervention du pouvoir municipal. La question a toutefois été posée de savoir s’il y avait une politique municipale catholique, distincte de celle des villes protestantes. Oui, si l’on juge par l’action municipale envers les couvents, les cultes, les images, les processions et tous les marqueurs confessionnels qui distinguent catholiques et protestants. Mais si l’on admet la validité du modèle de la confessionalisation, la différence confessionnelle a paradoxalement produit plus souvent du mimétisme, par exemple sur l’éducation et la moralisation publique, que des politiques différentes, de sorte que la politique municipale est peut-être plus chrétienne que confessionnelle, même si la rivalité confessionnelle a été un ressort de l’action publique. Yann Lignereux, par exemple, a publié dans la Revue historique (octobre 2009, t. CCCIX, 4) une analyse de la construction du pont à Lyon en 1634 où il montre très bien qu’elle ne vise pas seulement à régler des questions de circulation, mais aussi à relier symboliquement un quartier en expansion à Fourvière, c’est-à-dire au cœur sacré de la ville de Lyon, siège primatial des Gaules.

12Outre la religion, le bien public est aussi un ressort du pouvoir urbain. On a pu aussi parler de l’économie morale, mais la notion de bien public, de summum bonum est davantage employée, entre XIVe et XVIe siècle. Pour beaucoup d’humanistes, qui sont secrétaires de ville, membres des conseils, magistrats impliqués dans la cité, il faut penser la cité terrestre à hauteur d’homme, comme les Anciens, et non d’un point de vue transcendantal, comme cité de Dieu, nouvelle Jérusalem. Ce concept du bien public garant de l’harmonie sociale, de la bonne police de la cité a été évoqué, et les guerres de Religion ont pu être un moyen de renforcer temporairement ce désir de bonne police, sans qu’il faille automatiquement y voir un dégagement de la politique municipale de la sphère religieuse, ni d’autonomisation irréversible du politique. Sinon comment comprendre l’appui de ces cités à la Contre-Réforme, et leur investissement par les forces vives de celle-ci ?

13Nous avons aussi posé et débattu sur la question des fondements d’une politique économique de la ville où les questions de leurs intérêts économiques ou de certains acteurs de la ville sont pris en compte. Le problème est qu’une pratique politique ne repose pas forcément, pas plus au niveau royal qu’au niveau municipal, sur une théorie économique. L’historien doit-il analyser l’action passée avec nos catégories actuelles au risque de commettre un anachronisme ? Tout est question d’interprétation des ressorts de l’action. Quel est l’objectif de fortifier une cité ? Est-ce pour la défendre ? Est-ce pour trouver du travail aux pauvres ? Ou n’est-ce pas un moyen d’y attirer une population de soldats qui, vivant dans les murs, font marcher l’économie urbaine ? Prenons un autre exemple, la création d’un quai. Le travail d’Isabelle Backouche sur le rapport de Paris à la Seine montre que les quais édifiés dans la capitale ne visent pas à développer l’activité économique dans Paris intra muros mais visent, au contraire, à éliminer un certain nombre d’activités que les populations déployaient sur les bords du fleuve, afin de le transformer en une sorte d’artère qui offre une perspective sur la grandeur de la ville.

14Qui sait enfin si parmi les acteurs du pouvoir municipal, l’évergétisme n’est pas un mobile de l’action, manifestant la libéralité dont témoignent des puissants dans la ville pour embellir celle-ci, que cet évergétisme soit religieux ou profane. Les fondations conventuelles peuvent relever de ce ressort qui permet d’asseoir le charisme et le rayonnement de certaines familles charnelles et spirituelles. On a moins évoqué la question de l’évergétisme profane, la construction de fontaines par exemple. À Paris, la place des Victoires a été en partie réalisée par l’évergétisme du maréchal de la Feuillade qui a fait édifier le monument à la gloire de Louis XIV. Voilà qui nous conduit à passer du pouvoir de la ville au pouvoir dans la ville.

15Thierry Dutour l’a rappelé : « Le pouvoir c’est avant tout un système de relations. » Dans la cité, le pouvoir municipal n’est en situation ni de monopole ni d’isolement par rapport au champ de forces politiques, sociales, économiques, culturelles qui y travaillent et y œuvrent. La ville est par essence le lieu de concentration des pouvoirs et on peut y appliquer la célèbre formule de Michel Foucault, dans La volonté de savoir : « Le pouvoir est en quelque sorte partout ». Ces forces sont internes à la cité, mais le pouvoir municipal est aussi inséré dans le réseau urbain. Enfin, le pouvoir de la ville est confronté en son sein comme à l’extérieur avec des pouvoirs qui le dépassent, notamment ceux du roi.

16Commençons par les pouvoirs locaux avec qui la cité partage le contrôle de l’espace public. On a relativement peu évoqué la question des seigneurs, sinon pour évoquer l’évêque de Saint-Pol-de-Léon ou l’abbé de Redon, mais l’on sait que dans certaines villes, par exemple à Limoges, à côté de l’échevinage existe le vicomte du Limousin qui n’est autre qu’Henri de Navarre. On a fait allusion aussi au pouvoir en Bretagne des juges, des sénéchaux, des capitaines généraux dans les villes de Bretagne. On a surtout évoqué à l’intérieur de la ville les pouvoirs qui sont plus des relais que des rivaux, comme la paroisse à travers la politique d’assistance. Encore qu’il y aurait beaucoup à dire, à la suite d’Anne Bonzon, sur le rapport de pouvoir entre la fabrique et la puissance municipale. Selon les régions, l’avantage ne bénéficie pas toujours à la seconde. Et que dire de structures peu évoquées comme les confréries ou les compagnie du Saint-Sacrement qui jouent un rôle dans les villes : pas d’hôpitaux généraux sans finalement une action de la compagnie du Saint-Sacrement. Notre attention a été aussi attirée par les quartiers, mais malgré la présence de Robert Descimon qui a été un des premiers à pointer ce pouvoir dans la ville, nous nous sommes davantage attardés sur les corporations et leurs conflits avec le consulat à Lyon.

17Mais le pouvoir dans la ville, ça n’est pas qu’un agrégat d’institutions et de corps, ce sont aussi des acteurs, s’insérant dans des réseaux puissants, des clans familiaux, comme dans la ville de Marseille étudiée par Wolfgang Kaiser, voire des groupes sociaux que l’on peut entendre sous la forme de catégories sociales. Après tout, osons un gros mot, ou ne soyons pas trop nominaliste, il peut y avoir de la lutte des classes dans les villes, comme à Romans durant un célèbre carnaval, même s’il existe aussi des intérêts contradictoires et divergents entre différents métiers qui segmentent et entravent la formulation d’une conscience de classe. Il y a des conflits entre les maîtres et les compagnons, entre les marchands et d’autre part, parfois, les maîtres des métiers. Il y a aussi des conflits à l’intérieur de l’élite, à Lyon au début du XVIe siècle entre juristes et marchands. Ces affrontements pour le contrôle de l’échevinage, qu’ils soient de classes ou de réseaux, ont des ramifications dans tous les aspects de la vie sociale.

18Entre d’un côté, le pouvoir municipal et d’un autre côté, des groupes sociaux qui ont du pouvoir dans la ville via d’autres institutions se dessinent des stratégies de conquêtes et de reconnaissance par le biais de l’élection qui est le plus souvent une cooptation. Laurence Croq nous a montré le cursus honorum, par exemple, des marchands, gardes du métier qui, ensuite, vont au consulat et qui, éventuellement, rejoignent l’échevinage. Elle aurait certainement pu rajouter dans ce cursus honorum la fonction des marguilliers.

19Mais le pouvoir de la ville est aussi à envisager dans le réseau urbain. On a relativement peu évoqué cette question qui a pourtant été pendant un temps essentielle. Jean-Claude Perrot ou Bernard Lepetit avaient beaucoup réfléchi sur la question des lieux centraux et des hiérarchies urbaines avec l’idée que la polarisation urbaine était avant tout liée, surtout pour les périodes qui les concernaient, à des phénomènes économiques, démographiques, peut-être plus qu’au contrôle politique. Il n’en demeure pas moins, comme l’a rappelé Philippe Jarnoux, qu’il existe une hiérarchisation des villes qui ne découle pas seulement de la taille démographique ou des activités économiques, mais aussi des fonctions politiques et de la place historique. Le prestige de la cité découle de l’ancienneté de sa fondation et des pouvoirs qu’elle héberge, un évêché, un parlement ou une université. Les députés de Lorient ou de Brest ont finalement moins d’engagements dans la réflexion des commissions de travail aux États de Bretagne que d’autres villes de la Bretagne plus anciennes, possédant évêchés, ancienneté et donc autorité. Toutefois un réseau n’est jamais une hiérarchie hiératique, c’est un système de relations mouvant que l’on a abordé avec les députés des villes en cour, et les députés des villes aux États de Bretagne, qu’ils soient députés nés ou députés agrégés. Dans le travail des commissions, l’investissement des députés est tributaire des intérêts économiques comme de la place dans la hiérarchisation urbaine. Il faudrait voir si ce modèle fonctionne pour d’autres espaces français, en prenant en considération le fait que cette projection de la ville hors d’elle-même subit tout d’abord dans certaines régions l’affaiblissement des États provinciaux, et partout la raréfaction des États généraux et même la modification des élections des députés aux États généraux qui, à partir de 1484, ne donnent plus aux seules villes le soin de représenter leur plat pays.

20Le dernier point sur la relation des pouvoirs de la ville avec les autres pouvoirs concerne le rapport à un pouvoir souverain extérieur ou représentant le souverain. Nous laisserons de côté la possibilité qu’ont les villes, peut-être moins en France qu’ailleurs, notamment en Allemagne, d’avoir une propre politique étrangère. Pourtant, même en France, au XVIe siècle, la ratification d’un certain nombre de traités internationaux nécessitait le consentement par les principales villes, comme par les États. Pendant les guerres de Religion, les villes ont parfois été conduites, surtout lorsqu’elles étaient en rupture avec le pouvoir royal, à s’adresser à des souverains étrangers, exprimant un besoin de protection qui pose d’ailleurs un problème parce qu’en droit international, chez Grotius par exemple, l’idée de protection qu’un souverain étranger accorde à une ville qui échappe à sa souveraineté n’est pas évidente.

21Notre attention a davantage été retenue par le rapport avec le souverain et ceux qui le représentent, les gouverneurs, dont on a vu le rôle par le biais des clientèles, et les intendants. Ils arbitrent parfois les conflits à l’intérieur de la cité. Mais c’est dans la durée que l’on peut apprécier l’évolution des rapports mutuels.

22J’aimerais donc conclure cette synthèse des travaux en dessinant l’évolution de ce pouvoir municipal sur les quatre siècles, puisqu’on s’est principalement focalisé sur la période du XIVe au XVIIIe siècles.

23L’objectif du colloque était d’écrire l’histoire urbaine, c’est-à-dire l’évolution du point de vue du beffroi en quelque sorte, du point de vue de l’hôtel de ville. Un des objectifs des villes a été de fabriquer leur propre mémoire, leur propre histoire. Celle-ci se décline tout d’abord sous la forme des architectures éphémères, des cérémonies de l’information, comme les entrées des gouverneurs de Bourgogne à Dijon. Même si cette architecture éphémère était ici en l’occurrence principalement consacrée à la glorification du gouverneur, dans d’autres entrées, la mémoire urbaine, à travers l’évocation d’un certain nombre de faits historiques ou carrément de la mythologie urbaine, est plus explicitement présentée. L’histoire de la ville par la ville est aussi l’affaire des chroniqueurs et ceux-ci peuvent faire preuve d’amnésie, à Lyon comme à Rennes, dans l’évocation de certains faits embarrassants pour le pouvoir citadin. Enfin, celui-ci a parfois développé comme à Toulouse une politique d’archivage pour légitimer son action. Les auteurs d’histoire des villes ne sont cependant pas toujours des acteurs politiques de la cité. Stéphane Van Damme a attiré l’attention sur le rôle des Jésuites dans l’écriture de la ville, surtout dans le Sud-Est, mais je crois qu’il ne faudrait pas surestimer le rôle des Jésuites ou même des congrégations savantes que sont les mauristes, car les chanoines sont les principaux rédacteurs d’histoires profanes et sacrées des cités. Un peu vaincus après le concordat et le concile de Trente face au pouvoir de l’évêque, ils ont le temps d’écrire et, Guy Saupin l’a rappelé, l’écriture peut être une compensation à la défaite. Celle de l’histoire des villes compenserait l’abaissement de celles-ci face à l’affirmation, en France, du pouvoir monarchique.

24Rappelons ce schéma de la ville affaiblie de l’âge classique pour apprécier les éléments qui sont venus le conforter avant de voir comment notre colloque l’a un peu corrigé. L’idéal urbain, rappelait Thierry Dutour, veut que ce qui fait communauté repose sur un consentement : le droit de l’époque considérait que quod omnes tangit ad omnibus approbari debet, c’est-à-dire que ce qui concerne tout le monde doit être débattu en quelque sorte par tout le monde.

25Cette bonne ville telle que l’a montrée Bernard Chevalier assure sa défense, défend ses privilèges, mais dans une collaboration ou une négociation permanente avec le pouvoir royal. En outre la bonne ville repose sur un équilibre politique entre les marchands, les praticiens, et d’autre part, les officiers du roi. Cependant, j’ai parfois l’impression que la bonne ville ressemble chez les historiens à l’état de nature chez les philosophes, un idéal type qu’on plante et que l’on voit progressivement, en quelque sorte, se défaire. Il est vrai qu’à travers les diverses interventions, l’essor des officiers du roi dans les élites scabinales, la mainmise du roi sur les élections par le biais des injonctions et des recommandations ont été soulignés. Le souverain n’intervenait pas que pour son propre compte, mais était parfois sollicité par des acteurs locaux pour influencer, en quelque sorte, le vote. La mainmise monarchique se manifeste aussi par la vénalité municipale, encore que les villes aient eu à cœur de défendre leurs élections face à cette vénalité.

26La perte des libertés a souvent résulté de rébellions, et après tout il n’y a pas de raison que les villes ne supportent pas les mêmes conséquences qu’une province ou qu’une population paysanne qui se soulève. Le désarmement des cités, la construction d’une citadelle pour bien les contrôler, déjà signalée par Alberti, rendent visible dans le paysage cette diminutio capitis du pouvoir municipal.

27On a aussi évoqué la transformation de la police qui devient une police administrative, de moins en moins prise en charge par les autorités municipales, ni même par les officiers du roi, pour devenir l’affaire des commissaires, bien connus grâce aux travaux de Vincent Millot et Catherine Denis.

28On a également évoqué la perte du contrôle de la gestion et le contrôle que les intendants pouvaient jouer au point que le pouvoir municipal, ainsi à Paris, peut devenir une administration royale, où les échevins sont finalement d’anciens intendants. Mais le cas de Paris est un peu particulier.

29On aurait pu ajouter que cette dépossession du pouvoir municipal au profit du pouvoir royal avait eu aussi des conséquences dans les cérémonies de l’information, dans la modification des entrées royales, dans l’essor des places royales, dans le développement des Te Deum, et le déclin des grands systèmes processionnels cristallisant la religion civique et l’unanimisme urbain.

30Mais ce colloque permet aussi de nuancer ce schéma classique de la perte du pouvoir municipal parce qu’une nouvelle chronologie et, peut-être, de nouveaux ressorts sont apparus. À l’intérieur de la ville, les autorités municipales semblent avoir conforté leur emprise sur les corporations. A Dunkerque, les corporations sont ainsi soumises à des connétables choisis par les échevins. Surtout, le personnel municipal s’était accru, avec de nouveaux offices, un essor des champs de compétence, et probablement un essor des budgets municipaux.

31Comme l’a finement souligné Robert Descimon, l’essor du système de la vénalité municipale et de la vénalité royale, qu’il appelle « vénalité mitoyenne », n’a pas entamé le pouvoir des élites municipales. La démonstration qui nous a été faite sur Lyon rappelait que finalement les consuls en faisant appel au roi avaient gardé le pouvoir même s’ils avaient perdu du pouvoir. Ils le partageaient mais s’étaient en quelque sorte maintenus.

32On a insisté beaucoup sur la collaboration et la négociation entre les élites urbaines et le pouvoir royal. Même si le paradigme de la négociation a remplacé celui du conflit dans l’historiographie actuelle, il n’est pas qu’effet de mode et dévoile une certaine réalité quotidienne. Mais cette collaboration était déjà à l’œuvre dans la bonne ville, car elle n’était pas une république urbaine isolée face au pouvoir royal, mais une ville qui négociait sa fidélité. Donc, la négociation et la collaboration existent tout le temps, un peu plus seulement dans la première modernité que dans la seconde lorsque le processus administratif a métastasé le pouvoir municipal. Ce qui a surtout changé entre la fin du Moyen Âge et même entre le début du XVIIe siècle et le règne du Louis XIV, c’est la signification de cette collaboration. Au XVIe siècle, elle était l’expression des libertés alors qu’à l’âge de l’affirmation de l’absolutisme, elle devient une nécessité pour garantir l’ordre et rivaliser avec les autres villes. Ce changement de perspective est comparable à l’évolution du pouvoir dans les villes italiennes. Qu’est-ce qui fait que l’humanisme civique de Florence, si vivace au début du XVe siècle, s’éclipse au début du XVIe siècle ? Les conditions ne sont plus les mêmes et ces mutations, extérieures au pouvoir municipal le modifient.

33Après tout gouverner, c’est gérer l’imprévu. C’était, avec la partition ennemi/ami, une des grandes idées de Carl Schmitt : gouverner, c’est gérer l’extraordinaire. Or on a l’impression qu’il y a en France davantage de crises entre 1550 et 1650 : crises sociales, peur des complots, peur de l’invasion, peur des sièges, peur des sacs, peurs des campagnes, guerres de Religion, intervention étrangère. Face à cet environnement dangereux, et à cet état de nécessité, le pouvoir municipal est plus enclin à faire prévaloir la maxime d’ordre sur celle des libertés. Au XVIIIe siècle, où la situation est plus calme, même s’il existe toujours des rebellions comme l’a quantifié Jean Nicolas, James Collins explique l’essor du pouvoir municipal sous la forme d’une excroissance de cette administration par un souci d’efficacité économique. Les villes, comme Guy Saupin l’a rappelé, ont besoin de protection, commerciale et manufacturière, que l’État, mercantiliste ou plus libéral, accorde. D’autre part, la société de consommation, comme l’a rappelé James Collins, requiert des services municipaux. Les objectifs de la négociation du pouvoir municipal avec le pouvoir royal ont donc changé.

34Reste à se demander comment les élites, voire les populations citadines, ont accepté cette emprise royale provoquée par les circonstances, ou y ont résisté. Au sein des élites, il semblerait qu’il y ait eu des différences entre celles qui ont appelé cette ingérence protectrice, plutôt les villes marchandes, et celles qui ont davantage ressenti un sentiment de dépossession, plutôt les villes de robins (le terme de brutalisation me semble une transposition hâtive et excessive d’une notion ainsi déconnectée de la définition qu’en ont proposé les inventeurs). Quant à la réaction des populations, deux modèles nous ont été proposés. Il y a le modèle parisien. L’édilité municipale est devenue une administration, les échevins sont, en quelque sorte, déconsidérés auprès de la population qui, au moment de 1789, ne prend pas ses députés parmi les échevins. Voilà qui semble contredire la thèse de James Collins : si une administration municipale s’était mise en place, à Paris, pour rendre des services à la société de consommation de la capitale, comment expliquer que la population ait été mécontente des services rendus ? Il est vrai que certains sont passés à la lanterne parce que justement ils avaient été défaillants, non pas, peut-être, pour la consommation de luxe, mais tout simplement pour la consommation de pain. Les brioches, c’est bien, mais le pain, c’est mieux.

35À côté de ce modèle où les élites municipales sont déconsidérées, Philippe Jarnoux propose un modèle breton où les députés aux États généraux sont choisis parmi les députés des villes aux États de la province. Voilà qui confirme, si besoin est encore, que la France est diversité.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540