Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Quatrième partie. Les pouvoirs municipaux à l’épreuve : crises internes et interventions extérieures

Le pouvoir municipal et l’écroulement de l’Ancien Régime : question sociale ou question politique ?

James B. Collins

Texte intégral

  • 1 Félix J., Finances et politique au siècle des Lumières : le ministère L’Averdy, 1763-1768, Paris, (...)

1La révolution politique de la deuxième moitié du XVIIIe siècle a eu lieu non seulement à l’échelle nationale, mais aussi au niveau municipal. Joël Félix souligne l’importance des réformes municipales de L’Averdy de 1767, même si elles ont échoué ; Antoine Follain insiste sur la municipalisation des villages, au moins en Normandie ; Christine Lamarre présente un tableau des petites villes bourguignonnes, qui ressemblent beaucoup aux villes bretonnes de Claude Nières1. Partout, une révolution administrative se déroulait au crépuscule du règne du Bien-Aimé. Je veux reprendre ici les propos de Guy Saupin lors des discussions de ce colloque lorsqu’il parle d’« expansion des compétences ».

  • 2 Lamarre C., Petites villes..., op. cit., cinquième partie ; tableau 66.

2Que les villes aient eu des budgets beaucoup plus importants, des responsabilités accrues, et un personnel beaucoup plus nombreux est hors de doute, surtout les villes petites et moyennes qui pullulaient dans la campagne française. Nous remarquons avant tout un accroissement du personnel professionnalisé : officiers de santé, ingénieurs, enseignants. Les élites locales demandent un contrôle plus direct de ce personnel. D’après les chiffres de Lamarre, ce sont les communications (voirie, ponts) et l’amélioration des espaces publics qui consomment de plus en plus de leurs ressources2.

  • 3 Notre colloque témoigne de l’envergure scientifique des Archives de Rennes, mais c’est avant tout (...)

3Grâce à l’initiative tout à fait remarquable de nos organisateurs, les Archives municipales de Rennes, nous pouvons prendre l’exemple de Rennes. Je veux à cette occasion adresser ici mes félicitations à la direction et au personnel des Archives rennaises pour leurs efforts à mettre en ligne autant de documentation : dans le cas présent, surtout la documentation concernant la fiscalité municipale. Nous espérons, en tant qu’historien de l’époque moderne, que d’autres archives municipales suivront bientôt cette politique3.

  • 4 Arch. mun. Rennes, CC 1070. Octrois : 201 519 livres ; droits patrimoniaux : 12 805 livres ; « rép (...)
  • 5 Bossenga G., The politics of privilege. Old Regime and Revolution in Lille, Cambridge, Cambridge U (...)

4Les comptes des miseurs de la ville de Rennes pour la fin de l’Ancien Régime apportent une confirmation frappante de l’analyse de Christine Lamarre, même si Rennes était d’une toute autre taille que ses petites villes bourguignonnes. Les ressources rennaises de 1784 – des « recettes » de plus de 200 000 livres provenant des octrois et de près de 13 000 livres des deniers patrimoniaux – équivalent, en valeur nominative, à la moitié du fouage et de ses crues pour toute la Bretagne avant 16454. Je ne parlerai pas ici de l’emprunt de 150 000 livres de 1777, lié directement à la fiscalité royale ; il est devenu en effet banal de constater, après les travaux de David Bien, de Gail Bossenga et de tant d’autres, que les grandes villes françaises de la fin du XVIIIe siècle jouaient de plus en plus un rôle d’intermédiaire entre le roi et ses créanciers5.

5Et qu’en est-il des dépenses locales ? Nous voyons de petits détails de la vie municipale : 5 030 livres pour l’achat en 1782 de grains à distribuer aux pauvres pendant la disette ; 36 livres pour les feux de joie à l’occasion de la paix avec l’Angleterre ; 200 livres pour les écoles chrétiennes ; 233 livres pour l’entretien des enfants trouvés ; 75 livres pour la « porte de lettres » ; 300 livres pour « l’exécuteur », c’est-à-dire le bourreau. Tout cela n’a rien de nouveau. Alors, quoi de neuf ? Dans une ville qui a connu l’incendie de 1720, il n’est pas étonnant de voir que le personnel municipal comprend un capitaine des pompiers, au salaire de 100 livres, ou que les pompiers touchent environ 575 livres de gratifications pour leurs actions exceptionnelles contre plusieurs incendies. La ville paie aussi 300 livres à son horloger, ce qui indique une professionnalisation depuis le début du siècle : en 1702, par exemple, la ville payait seulement 81 livres au « conducteur de l’horloge ».

6En matière de professionnalisation, nous pouvons aussi citer la police municipale : 600 livres pour le « majeur de la milice bourgeoise » ; 2 400 livres aux quatre commissaires de police. C’est le siècle de la bureaucratisation ; 600 livres sont donc versées au commis du bureau d’administration pour ses « écritures », avec une mention particulière pour celles concernant les passeports et les logements des gens de guerre. Parfois, c’est l’intendant qui insiste pour telle ou telle dépense, comme les 600 livres payées pour l’académie d’équitation (juillet 1784, « une fois seulement, sans tirer à conséquence » ; à l’avenir, l’écuyer de l’académie devra s’adresser aux États). En tant qu’historien, je dois aussi rendre hommage aux autorités rennaises, qui ont eu le bon sens de payer 583 livres aux héritiers du sieur Duclos, « pour son travail aux archives de la ville ».

7Mais, comme le souligne Lamarre, c’est surtout dans le domaine de l’amélioration de l’environnement urbain que nous voyons la révolution municipale du XVIIIe siècle. Le sieur Éven, ingénieur de la ville, touche 1 200 livres de salaire et autant de gratification ; le sieur Guilemaux, « appareilleur des ouvrages publics de la ville », reçoit 600 livres de gages et 300 livres de gratification. La ville donne au sieur Tourtille Saugrain, « entrepreneur d’illumination publique de la ville », près de 24 000 livres pour l’éclairage de la ville du 1er avril 1783 au 30 novembre 1784.

  • 6 Arch. mun. Rennes, plans 1 Fi 5 et 1 Fi 6, construction d’une salle de spectacle, 1784 ; 1 Fi 49, (...)

8Mais tout cela est bien peu par rapport aux dépenses d’entretien des rues, des eaux, des murailles, des quais et des ponts, ou de nettoyage. La ville paye plus de 25 000 livres pour l’expropriation de plusieurs bâtiments (surtout des maisons, mais aussi des écuries, etc.) afin d’ouvrir plusieurs rues nouvelles près de la tour aux Foulons, parmi lesquelles la plus importante est l’actuelle rue de Bertrand, qui porte le nom de l’intendant de 1784, Antoine-François de Bertrand de Molleville6.

9Les pavés de la ville coûtent plus de 21 000 livres, ceux des banlieues plus de 5 000 livres Les réparations des écluses de la Vilaine montent à 24 431 livres, de celles d’un ruisseau 2 735 en sus. On dépense 2 183 livres pour la cale sur la Vilaine, 3 837 livres pour la rampe de la Monnaie. Les puits en demandent environ 3 500, et « l’applanissement » des remparts 2 800. Les entrepreneurs de ces travaux, les sieurs Le Roux et Morel, touchent 4 889 livres en sus pour des « travaux d’économie » non précisés dans les comptes, mais dont on trouve mention dans le registre de délibérations à la date du 19 juin (« pavés et autres ouvrages »). En tout, ces dépenses pour les communications et l’amélioration des espaces publics, pour reprendre les catégories de Christine Lamarre, s’élèvent à près de 100 000 livres, donc un peu moins de la moitié du budget normal.

  • 7 Arch. mun. Rennes, BB 678 (en ligne, image 22).
  • 8 Arch. dép. Côte d’Or, C 6641, Chalon-sur-Saône ; C 6453, Avallon ; C 6351, Auxerre.
  • 9 Rigogne T., Between state and market : printing and bookselling in eighteenth-century France, Oxfo (...)

10La municipalité s’intéresse même aux moindres détails de la vie rennaise. En juillet 1784, lors de la réception des « instruments récemment arrivés de Paris pour administrer au noyés », le conseil municipal consulte des experts, le conseil des médecins et chirurgiens de la ville ainsi que le sieur de la Croix Herpin, apothicaire de la ville. Le 14 juillet, un médecin du collège royal de médecine et deux chirurgiens du collège royal de chirurgie examinent les boites des noyés : « Elles se sont trouvés duement remplies de tous leurs ustenciles et moyens propres pour administrer aux noyés les secours indiqués et publiés par le gouvernement, et néantmoins MM. les députés des Collèges de Médecine et de Chirurgie ayant jugé nécessaire d’y ajouter une seringe ordinaire à lavements, une fiole de demi-chopine de vin émétique, une plus grande quantité de tabac et un tuyau courbe en fer blanc pour l’insuflation dans les narines, le Bureau a chargé M. de la Croix Herpin de pourvoir sur le champs7. » Mais qui demande cette amélioration du cadre urbain ? Peut-on voir, dans cette évolution du pouvoir municipal et de l’envergure de son administration, les exigences d’une nouvelle société ? Si nous prenons les rôles des impôts directs des petites ou moyennes villes bourguignonnes, nous voyons l’évolution extraordinaire de leur économie et de leurs structures socioéconomiques. Dans des villes telles que Chalon-sur-Saône, Avallon, ou Auxerre, en 1750 un tiers, voire la moitié des imposables pratiquaient une profession qui n’existait pas, ou guère, dans la ville soixante ans plus tôt. Ces professions étaient presque toutes liées à l’émergence d’une société de consommation : à Avallon, parmi les professions de 1751 qui n’existaient pas en 1690, nous voyons un horloger, un orfèvre, un tourneur, un marchand de fruits, un traiteur, quatre charcutiers, un plâtrier et un entrepreneur de bâtiments. Trente-cinq ans plus tard, cette petite ville d’environ 4 500 habitants comptait quatre épiciers en gros, deux cafetiers, un « distillateur », deux peintres, plusieurs orfèvres, un fabricant de jeux, un libraire, un architecte et deux marchandes de mode. Ces professions, pour la plupart, n’avaient rien de nouveau à Dijon ou à Rennes, pour ne pas parler de Paris, mais leur expansion géographique pendant la première moitié du XVIIIe siècle représente un changement fondamental pour les villes moyennes et même, un peu plus tard, pour les petites8. Les libraires nous en fournissent un bon exemple : entre 1764 et 1781, 58 villes françaises voyaient l’ouverture de leur première librairie. La population moyenne de ces 58 villes était de 4 800 habitants9.

  • 10 De Vries J., The Dutch Rural Economy in the Golden Age, New Haven and London, Yale University Pres (...)
  • 11 Brennan T., Burgundy to Champagne. The wine trade in early modern France, Baltimore, Johns Hopkins (...)
  • 12 Abad R., Le grand marché, Paris, Fayard, 2002 ; Le Roux T., Le commerce intérieur de la France à l (...)

11Jan de Vries et Ad van der Houde ont émis l’hypothèse que les Provinces-Unies ont été la première économie moderne, dès les XVIIe et XVIIIe siècle. Les tableaux du XVIIe siècle, tels ceux de l’aubergiste Jan Steen, nous montrent le niveau de vie des Hollandais, que les étrangers enviaient. Or, cette économie moderne n’avait rien à voir avec l’industrialisation ; d’après De Vries et Van der Woude, le changement fondamental, c’était la spécialisation. Aux Provinces-Unies, cela concernait les produits laitiers, la bière (non seulement pour la consommation locale, mais pour l’exportation), une production textile de plus en plus raffinée, et la fabrication locale de produits de luxe10. En France, on peut signaler l’émergence des grands crus, du Champagne11, des étoffes nouvelles, des légumes de luxe, comme les artichauts bretons12.

  • 13 De Vries J. et Van der Woude A., The First Modern Economy. Success, Failure, and Perseverance of t (...)

12Mais qu’est ce qu’une « économie moderne » ? De Vries et Van der Woude en donne une description générale13 :

« Dans cette structure d’interdépendance, le haut degré de différentiation reflétait le remplacement précoce dans cette région d’une économie autarcique par une autre, définie par la spécialisation des métiers et les relations de marché. Plus le choix de marchandises disponibles à l’achat par le peuple des campagnes devenait vaste et varié, plus la cité devenait une source de marchandises et de services spécialisés, plus la vie rurale prenait les manières de la ville et plus l’autosuffisance diminuait. »

13Les critères de modernité politique et culturelle qu’ils ont établis pour les petites villes de la province de la Hollande de Nord en 1811 – sept fonctions spécialisées – sont aussi valables pour les villes bourguignonnes de plus de 3 000 personnes que pour Édam, Hoorn ou Enkhuizen :

  • la fonction religieuse : présence d’une église ;
  • la fonction économique : commerçants, auberge, présence de produits de luxe, horloger, perruquier, orfèvre, pâtissier ;
  • la fonction médicale : médecin, chirurgien ;
  • la fonction judiciaire : cour, notaire, professions liées au droit ;
  • la fonction sociale : hôpital ou maison d’orphelins ;
  • la fonction culturelle : libraire, musicien, sculpteur ;
  • la fonction éducative : enseignement en latin.

14Prenons l’exemple des villes bourguignonnes : celles de 8 à 10 000 habitants, comme Chalon-sur-Saône, Autun ou Auxerre ; celles de 4 000 habitants, comme Avallon ou Semur-en-Auxois. En Hollande du Nord, les villes comparables sont Édam (3 709), Enkhuizen (6 803), ou Hoorn (9 551). En 1811, Hoorn et Enkhuizen répondent à 7 sur 7 des critères de De Vries et Van der Houde, et Édam à 6 sur 7 (il manque seulement l’école en latin).

  • 14 En Bretagne, d’après C. Nières, on ne compte que 13 collèges : Les villes de Bretagne, p. 82, n. 4 (...)

15Cas hollandais exceptionnels ? Non. En Bourgogne, toutes les villes de plus de 3 000 habitants ont 7 sur 7 de ces critères dans les années 1780, même 30 ans plus tôt. À Avallon ou à Semur, environ 20 % des garçons de 10 à 16 ans sont écoliers au collège. Des bourgs de 2 500, voire 1 500 habitants, font de bons scores : 5 ou 6 sur 7. Partout, il manque l’école en latin et, souvent, le libraire. Mais ces petites villes font partie d’un circuit de commerce des livres : à Saulieu, par exemple, un colporteur résident obtient son stock de livres des frères Habert, libraires à Avallon. Les rôles de la capitation ou du vingtième de ces bourgs font mention souvent d’un précepteur en latin : ses élèves se perfectionnent plus tard au collège d’une ville moyenne comme Autun ou même à Dijon14.

  • 15 Martin J., Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac 1670-1850, Rennes, Press (...)

16La Bretagne est beaucoup moins bien dotée que la Bourgogne dans les secteurs de l’enseignement et de la santé. Cela dit, les ports bretons de taille modeste, comme Morlaix (environ 8 000 habitants) ou Quimper (env. 7 000 habitants), marquent 7 points sur 7 dans l’indice de De Vries et Van der Woude, au début du XVIIIe siècle. Morlaix a un cafetier et un limonadier déjà dans les années 1720 ; Lannion (3 500 habitants) en a aussi trente ans plus tard. La petite ville de Quintin (environ 4 000 habitants) a sa chambre de lecture ; les inventaires après décès des manufacturiers de Quintin ou de Loudéac incluent des porcelaines de Chine, des instruments scientifiques, comme des baromètres, et, dans deux cas, l’Encyclopédie de Diderot15. L’économie de consommation « moderne », au sens de De Vries et Van der Woude, est bien présente dans la Bretagne de 1770, aussi bien qu’en Bourgogne.

17Aubergiste, horloger, perruquier, orfèvre, pâtissier, médecin, chirurgien, notaire, avocat, libraire, musicien, sculpteur : dans les années 1780, même une petite ville comme Avallon possède toutes ces professions. Des aubergistes ? à Chalon en 1752, parmi les 1 152 taillables (env. 8 000 habitants), nous trouvons 57 aubergistes : 35 hommes et 22 femmes. Des hôtes ? 16, dont 15 hommes. Des institutions liées à la santé ? Un hôpital, huit médecins, cinq chirurgiens, trois apothicaires, deux herboristes, une sage-femme. Dans le secteur de l’éducation : un maître et une maîtresse d’école, deux grammairiens, deux maîtres écrivains.

18Imaginons : vous venez de vous installer à Chalon. Vous voulez acheter un château en ruine : vous devez d’abord trouver un commissaire à terrier pour vérifier sa situation juridique ; ensuite, il vous faut choisir parmi les cinq architectes chalonnais et prendre un « entrepreneur de bâtiments » pour la construction. Vous pouvez embellir votre manoir avec les œuvres du sculpteur Lenain, ou de son concurrent Besalin, et celles du peintre Claude Beudot. Votre femme veut sans doute des productions de la veuve Grinzard, faïencière, et vous aimez tous les deux enrichir votre bibliothèque chez le Sr Antoine Lespinasse, libraire. Pour un bal masqué, vous faites peut-être appel au sieur Gerberon, musicien, et, pour éviter le mépris social et le scandale, vous devez prendre des leçons chez André Villemont ou Nicolas Gomier, maîtres de danse. Pour le repas ? Sans hésitation, la veuve Burtin, traiteuse, dont l’imposition est dix fois plus importante que celles de ses deux concurrents. Vous vous ennuyez chez vous ? Allez rencontrer le beau monde chalonnais au café de Claude Terme. Sportif ? Vous pouvez jouer au jeu de paume chez Pierre Guyot...

19Sortir à Rennes, en 1784 ? Pour les artisans, c’est peut-être à la maison de Jean-Jacques Bourbet et son fils, qui tiennent un jeu de boules, ou chez Piel, ci-devant maître tailleur, qui est parmi les six Rennais « tenant billard » ; Lorient en a 15. Rennes n’a que quatre cafés (dont un tenant billard), plus le café à l’intérieur de la Comédie, tenu par la Veuve Tourel. Dans la rue, cinq femmes vendent du café.

20Vous avez faim ? Pas de problème. La ville pullule de galettières : 21 épouses d’artisans de différents métiers (compagnon taillandier, garçon meunier, compagnon charpentier, garçon cordonnier, tisserand, encaveur, manouvrier, jardinier, porteur, journalier), 4 veuves, 5 filles, 6 couples mixtes, 1 couple de filles, et même un homme seul. Vous préférez les sucreries : choisissez parmi les six confiseurs ou la seule confiseuse, la femme du Sr Bourdin, maître d’hôtel de M. le comte de Gouyon. La ville a deux pâtissiers suisses ; pour ceux qui n’ont pas suffisamment d’argent pour ces produits de luxe, on peut demander un pain au beurre chez la veuve Le Breton. Vous êtes venu à Rennes pour un procès : c’est vrai que Thomas Saulais, buvetier au Palais, a de quoi vous nourrir, mais c’est là une chasse gardée du personnel judiciaire.

  • 16 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray, 1880-1886, (...)

21Une grande ville comme Rennes possède une forte proportion des gens qui exigent un cadre de vie beaucoup plus agréable que celui d’une petite ville. La cité comprend une vaste population de juges, avocats, procureurs, clercs et autres professionnels du monde judiciaire – plus de 10 % de ses chefs de famille. Son secteur de l’enseignement, sans parler des ecclésiastiques, comprend 12 maîtresses d’école, 6 maîtres d’école, 8 maîtres et 1 maîtresse d’écriture, 2 écrivains, 3 maîtres de mathématique, 5 maîtres de latin (le Sr Martin paie 27 livres de capitation) et 4 professeurs de droit (imposés, respectivement, à 182, 139, 89 et 71 l., donc parmi les gens les plus riches de la ville). Pourtant, le collège Saint-Thomas, dirigé par les Jésuites entre 1603 et 1762 et qui comptait jusqu’à 3 000 élèves au milieu du XVIIe siècle, s’effondre après l’expulsion de la Société ; le secteur de l’éducation à Rennes est donc loin d’être florissant en 178416. La ville compte aussi 2 maîtres de musique et 5 maîtres à danser. Nous voyons près de 20 musiciens, 9 sculpteurs, 4 peintres, et 1 maîtresse de dessin.

22Dans le secteur de la santé, peu de changement depuis 1702 : 10 médecins, 8 droguistes, 7 apothicaires, 10 sages-femmes, 1 nourrice publique, et plusieurs personnes qui travaillent à l’hôpital. Une trentaine de personnes travaillent dans l’orfèvrerie, autant dans l’imprimerie et le commerce des livres ; une vingtaine s’occupent des postes, autant des finances. Rennes compte 8 ingénieurs (trois dans le secteur public), 2 sous-ingénieurs, 1 arpenteur, 1 appareilleur de la ville, 1 faiseur de baromètres, l’entrepreneur des illuminations de la ville, au moins 1 architecte, et 2 archivistes. En bref, les Rennais de la fin du XVIIIe siècle, qui habitent dans une ville si différente, du point de vue social et économique, de celle de 1700 et dans une ville qui possède des ressources financières beaucoup plus importantes, s’intéressent de plus en plus à la relation entre l’amélioration de leur cadre urbain et la politique locale. La construction d’une salle de spectacle en 1784 nous en offre un très bon exemple.

  • 17 Sonenscher M., The Hatters of 18th-century France, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; D (...)

23La France n’est pas les Provinces-Unies, mais la société française s’est transformée d’une manière extraordinaire au XVIIIe siècle. On connait depuis longtemps l’augmentation de la taille levée sur les entreprises, soit sur les chapeliers de Michael Sonenscher, soit sur les vaisseaux de Bordeaux ou de Nantes, soit dans la campagne parisienne de J.-M. Moriceau17. Dans les villes moyennes, comme Auxerre (12 000 habitants) ou Avallon, un bon tiers des taillables des années 1750 déclarent une profession qui n’existait pas dans leur ville avant 1690.

  • 18 Lamarre C., Petites villes..., op. cit., tableau 27.
  • 19 Collins J., « Women and the birth of modern consumer capitalism », dans une collection éditée par (...)

24Je veux souligner l’importance des femmes dans ce processus. Déjà dans les années 1750, Auxerre avait des cafetiers, des limonadiers, des marchands de café, des commissaires de vin, un rôtisseur, un ébéniste, un faïencier ; un peu plus tard, il faut y ajouter des marchands de tabac, de fromage, un faiseur d’orgues, et, bien sûr, trois marchandes de mode. Dans les années 1770, chacune des 31 petites villes bourguignonnes de plus de 1 000 habitants a un perruquier, 21 ont un épicier ou une épicière, 13 un cafetier, et 12 un horloger18. Les femmes jouent un rôle important non seulement comme consommatrices de ces produits, mais aussi comme productrices ou vendeuses. Comparons brièvement Chalon-sur-Saône en 1667 et en 1752 : en 1667, 19,5 % des imposés sont des femmes ; en 1752, 24,5 %. En 1667, seulement 5 % des veuves porte une qualification professionnelle, comme boulangère : 70 % ne portent que la mention, « veuve de ». En 1752, par contre, 55 % des veuves ont une profession, de forme féminine, comme boulangère ou épicière. Seulement un tiers ne porte que la mention « veuve de » et presque toutes ces femmes sont des veuves d’avocats, procureurs, etc., professions dont les femmes sont légalement exclues. Les veuves se retrouvent dans tous les secteurs : 22 dans le textile, 29 dans l’alimentation, 11 dans le commerce de détail, 37 journalières ; 29 professions différentes en tout19.

25Les filles, c’est-à-dire les femmes jamais mariées, forment un tiers des taillables féminines : presque exclusivement des couturières, mercières ou blanchisseuses. En 1667, dans un tiers des cas, le rôle ne porte que le nom, ou même seulement le prénom, d’une fille, parmi celles qui ne sont pas qualifiées de « demoiselle ». En 1752, par contre, toutes les 48 filles, même les 14 insolvables, ont une profession, soit dans le textile (couturières) ou le commerce (surtout revendeuses), ou sont seulement journalières. On sait que le gouvernement en était conscient, au moins depuis le temps de Colbert. L’intendant d’Alençon avait écrit à Colbert en novembre 1666 :

  • 20 Esmonin E., La taille en Normandie au temps de Colbert, Paris, 1913 ; réimpression, Genève, Slatki (...)

« Les filles ne payent jamais de taille jusques à ce qu’elles soient mariées, l’infirmité du sexe qui ne se peut défendre des oppressions qu’on leur pourroit faire leur a rendu la loy favorable en cette occasion. [Mais] l’expérience nous faisant connoistre que quelqu’unes par leurs commerces sont en estat de payer la taille, et principallement S. M. souhaittant engager ses subjets au mariage et ordonner que les filles à l’aage de 20 ans payroient la taille à proportion de leurs facultez20... »

  • 21 Il existe aussi des hommes qualifiés de « marchand de mode », mais ils sont peu nombreux. D’après (...)

26Dans les années 1780, nous voyons apparaître une catégorie nouvelle, surtout des femmes : marchande de mode21. En 1784, Rennes en a neuf, et une faiseuse de mode. Parfois, les impositions sont importantes, comme pour la demoiselle Maugendre, « marchande de modes et tenant chambres garnies », 61,5 livres, ou moyennes, comme demoiselle la Veuve Regnier (et sa domestique), 16,8 l., ou les sœurs Buchet, imposées avec la demoiselle Dumenil (et sa domestique), 21,4 livres, ou les demoiselles La Vallée et Du Gué, « coiffeuses et marchandes de modes, » à 13,7 livres. Par contre, les demoiselles Buin, mère et fille, sont aussi coiffeuses et marchandes de modes, mais ne sont imposées que pour 5,1 livres D’autres soi-disant « marchandes de mode », comme la demoiselle Gailliot, fille, ne payent qu’une seule livre. Dans le secteur textile, on peut noter aussi la présence d’autres spécialistes, comme les demoiselles Bougeuil, « tailleuses pour enfants », à 8,9 livres. Bien que le montant de l’imposition de la demoiselle Gailliot soit celui d’une pauvre couturière, elle a choisi de se désigner par ce terme nouveau, ce qui indique sans doute l’influence des catégories culturelles de la capitale.

  • 22 Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France, 1470-1870, Genève, Droz, 2003, p. 514. C’e (...)

27Il y aussi des marchandes importantes : Renée-Jeanne Le Saulnier du Vauhello, veuve de François-Pierre Vatar, est l’imprimeur du roi, du parlement, de l’évêché, et du duc de Penthièvre ; son mari, le Sr Bruté, contrôleur des actes, « à cause de son bien et ses entreprises », paie 142 livres, et 62,5 livres comme directeur des domaines du roi ; ses enfants du premier lit payent 10,8 livres. Mme Vatar paie 121 livres, y compris les cotes d’une « faitrice » et d’une domestique. Ses enfants du premier lit payent 21,4 livres en sus. Lors de son second mariage, en 1778, Mme Vatar a obtenu un arrêt du Conseil du roi qui lui permet de garder sa position d’imprimeur du roi à Rennes. Mme Vatar a publié le premier journal de Rennes, Les Affiches de Rennes, de 1784 à 179122. La veuve Maisonneuve Loisel, marchande, paie 107 l.; la demoiselle Lucerier, marchande poëlière, est imposée à 63,5 l ; les filles Derval, marchandes, paient 30,75 livres. En bref, on trouve les femmes rennaises dans plusieurs secteurs économiques, et à tous les niveaux.

28Or cette société de plus en plus « commercialisée » demande des services municipaux, et un contrôle de ces services, inconnus au XVIIe siècle. Si on pense aux changements du XVIIIe siècle – amélioration des espaces publics, rues, places, voies, quais, illumination, cimetières, eaux, même des parcs, comme à Bordeaux – il s’agit, avant tout, de l’amélioration du cadre de la vie commerciale de la ville. Une meilleure police, tant au sens du mot au XVIIIe qu’au nôtre, est aussi de rigueur. À Rennes, les gens apprécient, sans doute, la possibilité de voir leurs galettes avant de les avaler dans la rue. Il faut insister aussi sur le fait que les élites demandent, comme à Rennes, l’amélioration des lieux de distraction, comme un nouveau théâtre – à Nantes, à Bordeaux et ailleurs.

29Parler des rapports de l’État avec les villes, cela veut dire parler de la négociation entre les deux, cela veut dire aussi penser à la production de l’information : quand le roi agit, d’où provient son information ? Du Conseil royal, mais, avant, de l’intendant, et en amont, des interlocuteurs et des informateurs de celui-ci, qui ne sont pas seulement ses subdélégués. C’est à partir de demandes locales que le Conseil agit ; or, ces demandes sont de plus en plus liées à la révolution sociale et économique dans les villes françaises du XVIIIe siècle, une révolution qui commence pendant le règne de Louis XV, et non pas de Louis XVI.

30Au niveau de la ville, la révolution municipale de 1789-1790 est donc le dénouement d’un processus de restructuration économique, culturelle et politique de la société urbaine qui date du milieu du XVIIIe siècle, au plus tard. Rien de plus logique que le bouleversement du système politique urbain, partout en France, entre juillet 1789 et janvier 1790, si on prend en compte que depuis au moins cinquante années les élites urbaines demandent de plus en plus à leur municipalité : dans les domaines des communications et de l’amélioration de l’espace urbain (pavés, éclairage, espaces publics), de la santé (approvisionnement en eau ; besoins sanitaires), et du cadre de vie (éducation, vie culturelle). Depuis les années 1760, les villes françaises, même d’assez modeste taille, bénéficient d’un personnel professionnel – un officier de santé (médecin), un ingénieur municipal, parfois des policiers et sapeurs pompiers, comme à Rennes – qui peuvent prendre des décisions fondamentales pour la vie quotidienne : tracés des rues ; expropriations de maisons ; améliorations (on non) des quais, des rues, des ponts. Ce sont là des gens qu’on doit contrôler, et les citoyens citadins français, en 1789-1790, ont agi, presque à l’unanimité, d’une manière qui montre qu’ils en étaient bien conscients.

DÉBATS

31Philippe Jarnoux – Vous évoquez en parallèle une société de plus en plus liée à l’échange, au commerce, à la diversité professionnelle et vous dites, à la fin de votre intervention, que cette société demande des services municipaux élargis. Selon vous, dans quel sens cela fonctionne-il ? Est-ce que les services municipaux viennent avant ou sont-ils le résultat de la diversification des activités ?

  • 23 Koslofsky, Craig, Evening’s Empire: A history of thenight in early modern Europe, Cambridge, Cambr (...)

32James Collins – Cela va probablement dans les deux sens. Un historien américain travaille actuellement sur l’histoire de l’éclairage de la nuit, particulièrement en Allemagne, au XVIIe siècle23. Pour lui, ce siècle est le moment de la conquête de la nuit. Les villes européennes, même moyennes, s’équipent en éclairage et sont beaucoup plus actives dans l’espace que constitue la rue. Dès ce moment, à mon avis, naît une pression sur les autorités municipales. Si par exemple, la ville de Rennes est éclairée, Nantes devrait l’être aussi, même si je ne sais pas laquelle des deux est illuminée la première. À Paris, nous savons bien que sont réalisées des innovations importantes dans les lanternes pendant la seconde moitié du XVIIe siècle. Dans les années 1660-1670, de nouvelles lanternes sont installées, les gens voient beaucoup mieux dans la rue et cela suscite des discussions. J’ai aussi été frappé par le nombre des pavés arrivés à Rennes en 1784. Nous avons même un personnel constitué de quelques soldats, chargé de garder les pavés pendant leur transport. Autre chose de frappant : en 1702 à Rennes, nous n’avons pas une seule mention de la poste ou de la messagerie. En 1784, nous avons au minimum une vingtaine de personnes qui exercent des professions liées à la messagerie. Ce n’est pas uniquement le directeur ou des gens de ce niveau qui travaillent pour la poste, mais aussi par exemple un garçon sellier. À Rennes, au début du XVIIIe siècle, il n’y avait pas un seul ingénieur. En 1784, nous en dénombrons neuf et deux sous-ingénieurs. A mon avis, la présence d’autant d’ingénieurs exerce une forme de pression. La réalisation de travaux nécessite certes des ingénieurs. Mais dans l’autres sens, leur nombre important induit le sentiment que des améliorations peuvent être apportées dans la ville.

33Guy Saupin – L’interprétation proposée par James Collins est une invitation à nous tourner vers un courant historiographique très puissant dans le monde anglo-saxon. Ce courant propose une sorte de renversement concernant le moteur du changement : plutôt que de partir d’une transformation initiale des moyens de production, ce serait l’extension de la consommation qui conduirait à des modifications très profondes et serait le véritable moteur du changement. Il me semble qu’en France, nous avons un petit temps de retard concernant la recherche sur ces révolutions de la consommation, en particulier dans les villes. Je voudrais, pour aller dans le sens du rôle de la demande sociale, souligner par exemple comment dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, des initiatives privées – issues de la demande sociale – suscitent des opérations de lotissement. Dans des villes comme Lyon, Bordeaux ou Nantes, le commerce international a permis d’accumuler beaucoup d’argent et des opérations de promotion de quartiers entiers peuvent être lancées sans trop de risques financiers. Pour les acteurs qui lancent les opérations, les attentes ne se portent pas uniquement vers les pouvoirs publics, l’État ou les communautés locales. C’est un signe de changement. Autre point qui peut être souligné : comment expliquer le retard de la ville de Rennes en matière de journal, ou d’affiches, dans ce contexte de consommation, de communication, de publicité ? Pourquoi ce décalage chronologique ? Alors que dans la plupart des villes, les affiches naissent vers les années 1760, je crois qu’il faut attendre les années 1780 pour voir des affiches à Rennes.

34James Collins – C’est une très bonne question et il est fascinant de faire la comparaison avec l’imprimerie. Au XVIIIe siècle, nous ne constatons pas d’expansion de l’imprimerie à Rennes. Il existe une concentration absolument incroyable aux mains du sieur Brute, imprimeur du roi, et de sa femme dénommée Vatar. Leur famille contrôle l’imprimerie. Il est intéressant par exemple de donner les cotes de capitation de ces gens, comme je l’ai fait dans ma contribution. Un sieur Julien Vatar paye encore 50 livres et les demoiselles Vatar, libraires, 120 livres de plus. Ainsi, cette famille paye plus de deux tiers de l’imposition totale de l’imprimerie à Rennes. Je pense qu’ils ont étranglé la concurrence. C’est peut-être ce qui explique le retard. Pour la question de la production et de la consommation, le mouvement va dans les deux sens. Les libraires constituent ici de bons exemples. En Bourgogne il existe depuis longtemps des libraires à Dijon, à Chalon ou à Autun, villes épiscopales. Mais dès qu’une demande est formulée dans des petites villes comme Avallon ou Semur-en-Auxois, les libraires arrivent, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Il y existait donc une clientèle pour leurs produits. La consommation pousse donc bien ici à la production. Mais, ce que nous voyons au XVIIIe siècle avec la naissance du capitalisme, c’est aussi que l’offre tire la demande. Nous le constatons également de nos jours. Les portables et les ordinateurs n’existaient pas il y a trente ans. La demande n’existait pas, alors que ces produits sont quasiment indispensables aujourd’hui. À mon avis, ce processus d’« invention de la demande » a commencé au XVIIIe siècle. Nous le repérons surtout dans les villes petites et moyennes car le phénomène est déjà connu dans les grandes villes.

35Gauthier Aubert – Pour revenir à ce que disait Guy Saupin en matière de retard rennais – ce nouveau retard rennais versé à un dossier déjà copieux –, je note quand même que les parlementaires jouent sans doute un rôle très important comme consommateurs de luxe, mais pas seulement. Au XVIIIe siècle ils sont sans doute moins qu’au XVIIe siècle attachés à la ville, pour des raisons sociologiques. Ils sont souvent à la campagne dans leurs résidences, ou bien dans de petites villes. Nous en trouvons certains dans une loge maçonnique à Saint-Brieuc et pas forcément à Rennes. Rennes n’est donc pas le seul lieu où ils peuvent consommer. D’un point de vue conjoncturel je rappelle, à propos du retard, qu’entre 1765 et 1774, la virulence des oppositions politiques déstabilise complètement cette noblesse parlementaire qui ne quitte sans doute pas complètement la ville mais la déserte largement. La ville est un peu décapitée et ne s’en remet sans doute pas d’un coup. À cela il faut ajouter un contexte démographique relativement peu porteur. Enfin les affiches de Rennes apparaissent en 1784.

36James Collins – Pour compléter, il est intéressant de constater que Rennes compte seize cuisiniers et une cuisinière, ce qui est tout à fait exceptionnel pour l’époque. Tous les cuisiniers sont des serviteurs, sauf un. Au début du XVIIIe siècle, dans les registres de capitation, le nom du serviteur domestique figurait à la suite de la cotisation du parlementaire concerné. En 1784, nous trouvons un mari cuisinier, sa femme marchande avec une domestique, qui paye 18 livres alors que les autres payent uniquement des cotisations de serviteurs, soit une livre ou deux. C’est une assez forte proportion de cuisiniers pour l’époque. Nous voyons rarement ceci ailleurs, sauf évidemment dans les autres villes parlementaires.

37Laurence Croq – Je voulais faire une remarque et poser une question à James Collins. La remarque porte sur le développement des lanternes à Paris. Ce n’est pas la municipalité qui est responsable des lanternes, mais la police du Châtelet. Ma question porte sur le rapport entre le développement des prérogatives municipales et la demande sociale. À Paris, il semble que la ville soit attentive à satisfaire une demande sociale multiforme. Je vais prendre l’exemple des bains qui sont installés dans la Seine. Isabelle Backouche mentionne dans les années 1770 le renouvellement du bail attribué à la veuve Poidevin pour des bains. Or, la ville s’oppose à ce renouvellement au motif que les tarifs sont inaccessibles aux gens du peuple. La ville fait alors pression pour qu’il y ait au moins deux bassins : un bassin à un tarif élevé et un bassin accessible aux gens du peuple soit gratuitement, soit à un tarif très modique. Je voulais savoir si dans les villes sur lesquelles vous avez travaillé, vous trouvez des traces, dans la politique municipale, d’une attention à une demande sociale émanant non seulement de l’élite mais aussi de milieux plus populaires ?

38James Collins – à l’intérieur du parc de Bordeaux, qui est un parc public, nous trouvons toutes sortes de cafés ou encore de limonadiers. Si ce parc est destiné surtout aux élites, à mon avis, il a également dans sa conception la volonté de satisfaire d’autres demandes. Mais quels sont les moyens d’échange entre les élites et le peuple ? La constitution de clientèles urbaines peut ici jouer un rôle.

Notes

1 Félix J., Finances et politique au siècle des Lumières : le ministère L’Averdy, 1763-1768, Paris, CHEFF, 1999 ; Follain A., Le village sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2008 ; Lamarre C., Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle : le cas bourguignon, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1993 ; Nières C., Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

2 Lamarre C., Petites villes..., op. cit., cinquième partie ; tableau 66.

3 Notre colloque témoigne de l’envergure scientifique des Archives de Rennes, mais c’est avant tout leur dynamisme dans le domaine de l’informatique qui en font le « leader » parmi les Archives municipales des grandes villes françaises. Si on fait la comparaison avec les sites web des autres villes parlementaires de l’Ancien Régime, par exemple, la qualité exceptionnelle des Archives rennaises dans ce domaine est absolument frappante. Parmi les Archives départementales, on peut citer entre autres celles de la Côte-d’Or, à Dijon, qui ont mis à la disposition du public des ressources remarquables, surtout des documents précieux tirés des archives des États de Bourgogne. Cette documentation en ligne, soit rennaise, soit dijonnaise, me sert de base ici ; que les archivistes des deux dépôts soient sincèrement remerciés pour leur initiative. Quand je me souviens de mes efforts des années 1970 aux Archives à Rennes (départementales et municipales) où je travaillais minutieusement au crayon, je mesure la révolution qui a transformé notre métier depuis vingt-cinq ans. Félicitations aussi aux archivistes de Nantes et d’Arles, où la mise en ligne des registres de délibérations municipales est en cours (janvier 2011).

4 Arch. mun. Rennes, CC 1070. Octrois : 201 519 livres ; droits patrimoniaux : 12 805 livres ; « répurgation des boues » : 1 126 livres ; debet de l’année 1783 : 33 890 livres ; emprunt (lettres de 1777, 1782, arrêté de l’intendant de 1784) : 150 000 livres. Pour le fouage, Collins J., La Bretagne dans l’État royal, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

5 Bossenga G., The politics of privilege. Old Regime and Revolution in Lille, Cambridge, Cambridge University Press, 1991 ; Kwass M., Privilege and the politics of taxation in eighteenth-century France, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 ; Potter M., Corps and Clienteles. Public Finance and Political Change in France, 1688-1715, Aldershot, Ashgate Publishing Ltd, 2003 ; Swann J., Provincial Power and Absolute Monarchy : The Estates General of Burgundy, 1661-1790, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; Bien D., « Offices, Corps, and a System of State Credit : the Uses of Privilege under the Ancien Régime », dans Keith Michael Baker (ed.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, vol. 1, The Political Culture of the Old Regime, Oxford, Oxford University Press, 1987, p. 89-114.

6 Arch. mun. Rennes, plans 1 Fi 5 et 1 Fi 6, construction d’une salle de spectacle, 1784 ; 1 Fi 49, plan de 1782. D’autres exemples : le 29 mai, le sieur Nantreuil, propriétaire d’un hôtel, se plaint de l’écoulement des eaux, à cause de la construction de la rue aux Foulons. Le Sieur Even insiste que « rien n’est plus aisé [que de]... relever la pavée de l’allée et de la cour... [travaux qui] doivent être fait aux frais des propriétaires... ces sortes de dépenses ne peuvent regarder la communauté de Rennes. » Arch. mun. Rennes, BB 678, image 13. Comme tant d’autres villes, Rennes déplace son cimetière en dehors de la ville : délibération de l’assemblée générale du 29 avril 1784 ; conseil municipal, tenu au palais du parlement, 27 mai ; discussion d’un lettre du procureur du roi (parlement), 15 juillet.

7 Arch. mun. Rennes, BB 678 (en ligne, image 22).

8 Arch. dép. Côte d’Or, C 6641, Chalon-sur-Saône ; C 6453, Avallon ; C 6351, Auxerre.

9 Rigogne T., Between state and market : printing and bookselling in eighteenth-century France, Oxford, Voltaire Foundation, 2007, p. 174.

10 De Vries J., The Dutch Rural Economy in the Golden Age, New Haven and London, Yale University Press, 1972, et The Industrious Revolution : Consumer Behavior and the Household Economy, 1650 to the present, New York et Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

11 Brennan T., Burgundy to Champagne. The wine trade in early modern France, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1997.

12 Abad R., Le grand marché, Paris, Fayard, 2002 ; Le Roux T., Le commerce intérieur de la France à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Nathan, 1996.

13 De Vries J. et Van der Woude A., The First Modern Economy. Success, Failure, and Perseverance of the Dutch Economy 1500-1815, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 1997, p. 509 ; Figure 11.1, p. 512-513.

14 En Bretagne, d’après C. Nières, on ne compte que 13 collèges : Les villes de Bretagne, p. 82, n. 49.

15 Martin J., Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac 1670-1850, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 246-250.

16 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray, 1880-1886, t. 3, p. 439.

17 Sonenscher M., The Hatters of 18th-century France, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; Darnton R., The Great Cat Massacre and Other Essays, New York, Vintage, 1985 ; Moriceau J.-M., Les fermiers de l’Ile-de-France XVe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1994 ; Collins J., « La flotte normande au commencement du XVIIe siècle : le mémoire de Nicolas Langlois (1627) », Annales de Normandie (1984), 161-180 ; Meyer J., L’armement nantais au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1969. Par contre, en Touraine, les propriétaires ont du mal à trouver des laboureurs suffisamment aisés pour la location des grandes surfaces : Maillard B., Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle, structures agraires et économie rurale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

18 Lamarre C., Petites villes..., op. cit., tableau 27.

19 Collins J., « Women and the birth of modern consumer capitalism », dans une collection éditée par D. Hafter et N. Kushner, à paraître.

20 Esmonin E., La taille en Normandie au temps de Colbert, Paris, 1913 ; réimpression, Genève, Slatkine, 1978, p. 284.

21 Il existe aussi des hommes qualifiés de « marchand de mode », mais ils sont peu nombreux. D’après C. Fairchilds, cette catégorie date à Paris des années 1730. Fairchilds C., « The production and marketing of populuxe goods in eighteenth-century Paris », dans Consumption and the world of goods, éd. J. Brewer et R. Porter, London, Routledge, 1993, p. 228-248.

22 Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France, 1470-1870, Genève, Droz, 2003, p. 514. C’est une tradition familiale : Jeanne-Marie de la Fontaine, veuve de François I Vatar, (mort en 1700), est imprimeur du roi, du parlement et du collège ; son établissement a deux presses et donne du travail à deux compagnons et à deux garçons. Plusieurs femmes de la famille Vatar – non seulement des veuves, mais aussi des « filles majeures » – gèrent des librairies rennaises à l’époque révolutionnaire.

23 Koslofsky, Craig, Evening’s Empire: A history of thenight in early modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Auteur

Georgetown University, Washington.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540