Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Quatrième partie. Les pouvoirs municipaux à l’épreuve : crises internes et interventions extérieures

Un pouvoir municipal à l’épreuve : Rennes face à « l’inondation » conventuelle du XVIIe siècle

Georges Provost

Texte intégral

  • 1 « La ville & les fauxbourgs de Rennes, qui ne sont que d’une très médiocre estendue, sont tous ino (...)
  • 2 Aubert, Gauthier éd, Le Recueil historique de Gilles de Languedoc (1724), mémoire de maîtrise, uni (...)

1Une ville « inondée de religieux et religieuses » : la formule qui vient sous la plume de l’avocat Pierre Hévin1, procureur-syndic de Rennes, en décembre 1671 fait référence à un contexte très précis. La ville s’oppose alors à l’implantation en plein cœur de l’intra muros d’un second couvent de Calvairiennes ; elle craint aussi que les Augustins, autorisés neuf ans plus tôt au-delà des faubourgs, ne parviennent de proche en proche à s’insérer dans l’enceinte. L’image de la crue a de quoi frapper une cité régulièrement exposée aux débordements de la Vilaine. En 1724, le greffier-archiviste Gilles de Languedoc la reprend dans son Recueil historique et l’enracine dans la culture politique locale2. Son succès suggère que la prolifération des maisons religieuses – qui marque, ici comme ailleurs, le XVIIe siècle – s’est faite contre la volonté de la communauté de ville.

  • 3 Lignereux, Yann, Lyon et le roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal (1594-1654), Seys (...)

2Voir dans les couvents de la Réforme catholique autant d’établissements imposés de l’extérieur à un pouvoir municipal hostile signifierait une singulière rupture par rapport à un passé encore proche, celui des « bonnes villes » faisant naturellement place à leurs couvents, généralement mendiants : ornements de la cité, pépinières de prédicateurs, sièges de confréries et nécropole de notables. La thèse de la « surimposition » des couvents aurait également de quoi sembler contradictoire avec bien des réalités du XVIIe siècle : l’on sait par exemple que le droit monarchique a imposé de plus en plus nettement, au fil du siècle, que toute nouvelle maison religieuse puisse présenter une autorisation des communautés de ville ; l’on songe aussi à l’influence, bien démontrée dans les cités du Nord ou encore à Lyon, du catholicisme réformé sur la culture et l’action des élites municipales3. Et pourtant, Pierre Hévin a eu le sentiment, largement partagé par ses concitoyens, d’une crue incontrôlée par une municipalité impuissante à lui opposer des digues efficaces.

  • 4 Hamon Philippe, « Quelle(s) capitale(s) pour la Bretagne (XVe-XVIIe siècle) ? », dans Le Gall, Jea (...)
  • 5 Qu’il me soit permis de remercier ici Catherine Laurent et le personnel des Archives municipales d (...)

3Tenter de le comprendre, c’est reconstituer le plus précisément possible les circonstances d’arrivée des différents couvents et chercher à apprécier ce que fut réellement la latitude de l’autorité municipale par rapport à tous les pouvoirs qui y étaient impliqués : ordres religieux, évêques, seigneurs, élites dévotes, tribunaux, agents de la monarchie voire monarque lui-même. Sans doute le cadre d’une seule ville, assez fortement typée de surcroît, interdit-il toute comparaison, en particulier avec des cités plus modestes : c’est pourquoi l’on cherchera d’abord, au travers d’exemples puisés dans différentes villes bretonnes, à identifier la variété des pouvoirs en cause et leurs positions respectives. L’objectif demeurera pourtant la ville de Rennes dont le dossier présente une particulière richesse, à la mesure du nombre des fondations – dix-sept pour le seul XVIIe siècle – et de la multiplicité des pouvoirs engagés dans la capitale administrative de la province4. On cherchera donc, au fil du XVIIe siècle, à comprendre les logiques de pouvoir à l’œuvre dans les fondations conventuelles, envisagées depuis les fenêtres – et les archives – de la maison de ville5.

Les pouvoirs en présence : un panorama breton

  • 6 Y font donc exception de gros bourgs sans organisation municipale mais néanmoins susceptibles d’ac (...)
  • 7 Lors de la fondation des Augustins de Vitré en 1363 (Martin, Hervé, Les ordres mendiants en Bretag (...)

4À première vue, il n’est guère de fondation conventuelle urbaine qui se soit faite, dans la Bretagne du XVIIe siècle, sans autorisation municipale. Le droit monarchique est sur ce point de plus en plus précis : aucune fondation ne peut théoriquement se faire sans obtention de lettres patentes royales (déclaration du 21 novembre 1629), celles-ci étant conditionnées par l’autorisation de l’évêque et de la communauté de ville dès lors qu’il en existe une6 (édit de décembre 1666). La législation royale officialise en fait une pratique de consentement des « habitants » dont les premières traces bretonnes sont repérables au milieu du XIVe siècle7. En théorie, la ville intervient donc au début du processus : elle reçoit une requête émanant des responsables de l’ordre, de quelques habitants s’exprimant au nom de la population ou encore d’un particulier disposé à devenir fondateur du nouvel établissement ; elle y répond, positivement ou négativement, lors d’une délibération du corps de ville.

  • 8 Précieuses sont ici les pages de Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, La vie temporelle des communaut (...)
  • 9 Lorsque les Dominicains de Vannes posent la première pierre de leur couvent en 1634, l’inscription (...)
  • 10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 38 H 2-1 : la beauté calligraphique de l’autorisation épiscopale est à (...)
  • 11 « Les catoliques estans tous parents, lafaire eust esté decouverte et par l’entremise des huguenot (...)

5Dans la réalité des démarches8, il s’en faut de beaucoup que la ville soit consultée en premier, ce qui ne saurait surprendre étant donné la hiérarchie explicite des préséances9 et la nécessité d’obtenir d’abord l’aval de l’évêque. Ce n’est qu’au bout de trois ans de vie commune que les futures « Grandes Ursulines » de Rennes déposent requête auprès de la ville en avril 1615 : pour ces jeunes filles dirigées par un Jésuite et encore indépendantes à cette date de toute congrégation, la première reconnaissance à obtenir était celle de l’évêque, acquise le 3 février 161410 et elles ne se soucient de la ville qu’à partir du moment où se pose la question du terrain où ériger le couvent. Car telle est, au fond, la compétence propre de la ville : non pas autoriser sur le principe l’existence d’un nouveau couvent mais en fixer les modalités d’implantation dans l’espace de la cité ou de ses faubourgs. On devine donc qu’un patient travail préalable a dû s’effectuer en amont. « Annales » des couvents et récits de fondation insistent volontiers sur la nécessité d’une action discrète sinon secrète : il faut trouver un bienfaiteur disposé à céder de l’argent ou un terrain, s’attirer la sympathie du milieu local, ne rien dire trop ouvertement de ses intentions. Il est parfois de bonne politique de tenir le corps de ville à l’écart de ces démarches, en particulier à Vitré où l’assemblée compte quelques protestants : lorsqu’ils relatent leur fondation en 1621, les Dominicains expliquent qu’il ne fallut rien dire de leurs projets aux Messieurs de la ville car les huguenots l’auraient appris et n’auraient pas manqué de l’entraver : ils décidèrent donc d’en appeler d’abord au Conseil privé du roi qui, au vu de la situation locale, accepta de délivrer par anticipation des lettres patentes11.

  • 12 Ce qui est le cas très général après le concile de Trente, hormis quelques exceptions telles que l (...)
  • 13 Arch. mun. Rennes, GG 313, requête des Carmes de Rennes pour l’établissement des Carmélites, et au (...)
  • 14 Alors que les habitants hésitaient entre Ursulines et Carmélites, l’évêque venu sur place tranche (...)
  • 15 Audran [F.], [Divers titres relatifs à la fondation des Ursulines de Quimperlé], Bulletin de la So (...)
  • 16 Pondaven G., « Quelques extraits des délibérations de la maison de ville de Saint-Paul-de-Léon », (...)
  • 17 [Jausions P.], Histoire abrégée de la ville et de l’abbaye de Redon, Redon, 1864.
  • 18 Où le chapitre cathédral est fortement présent en matière d’autorisations conventuelles (Saupin, G (...)

6Sans surprise, la ville est donc très généralement doublée par l’évêque à qui revient d’« établir » au plan religieux le nouvel établissement. Presque toujours favorable aux fondations nouvelles dans la mesure où celles-ci sont soumises à sa juridiction12, il ne manque pas de « rechercher le consentement13 » de MM. de la Ville, allant jusqu’à venir physiquement sur place pour convaincre une communauté réticente : ainsi pour les Ursulines de Ploërmel en 162414 ou celles de Quimperlé en 165215. L’intervention de l’évêque revêt une autorité plus forte encore lorsqu’il est seigneur de la ville : à Saint-Pol-de-Léon en 1629, le procureur-syndic de l’évêque fait valoir que celui-ci est également seigneur temporel pour retirer toute légitimité aux objections que le corps de ville oppose à l’arrivée des Ursulines16. La même remarque s’applique aux seigneurs-abbés : à Redon, la ville accepte les Calvairiennes en 1629 par une délibération municipale en bonne et due forme mais tout laisse à penser que la négociation s’est jouée avant, entre les Bénédictins – les Calvairiennes sont des Bénédictines – et le seigneur-abbé de Redon qui n’est autre que Richelieu17. En bien des villes petites et moyennes mais aussi à Nantes18, l’influence directe du haut clergé et du seigneur semble ainsi déterminante.

  • 19 Un exemple, aux Ursulines de Quimperlé en 1652 (Audran F., art. cit.).
  • 20 Arch. mun. Rennes, GG 310, lettre du 15 juin 1630.
  • 21 Pierre, Benoist, Le Père Joseph. L’éminence grise de Richelieu, Paris, 2007, p. 296-298.
  • 22 Le Goff, Hervé, Les riches heures de Guingamp, Guingamp, 2005, p. 274-275.
  • 23 Le Mené, Joseph-Marie, « Ursulines d’Hennebont », BSPM, 1907, p. 153-164.

7Il va sans dire que la marge décisionnelle de la ville est plus limitée encore lorsque le nouveau couvent peut d’emblée se réclamer de l’autorité du prince. Contrairement à l’idéal théorique de la législation royale, les exemples ne manquent pas où le roi est intervenu dès l’origine : soit que les lettres patentes aient été délivrées avant même que la ville fût au courant du projet d’établissement19, soit que la demande d’autorisation présentée à la ville soit le fait même du roi, sous la forme d’une lettre enjoignant d’admettre tel ordre religieux : les Calvairiennes sont ainsi introduites à Rennes par une lettre de Louis XIII écrite du camp de Chambéry le 15 juin 163020. Une telle démarche se conçoit surtout pour des ordres centralisés bénéficiant de relais efficaces au sommet de l’État : en la circonstance, on devine l’influence du P. Joseph, fondateur des Calvairiennes et bâtisseur patient, dans le nord-ouest du royaume d’un réseau conventuel associant ferveur spirituelle, réforme monastique et fidélité monarchique21. À défaut d’en être à l’origine, le pouvoir royal peut également peser sur le cours même des démarches, par l’intermédiaire éventuel du gouverneur de la province : en 1625, César de Vendôme presse ainsi la communauté de ville de Guingamp d’accepter les Carmélites dont la requête demeurait en souffrance depuis plusieurs semaines22. En 1641, le même corps de ville dit n’accepter les Ursulines qu’aux instances de la maréchale de la Meilleraye, épouse du lieutenant général23. Si la pression de l’autorité supérieure s’avoue ouvertement dans ce cas, elle se devine fréquemment ailleurs, si bien qu’il s’avère difficile de déterminer quelle est la réelle marge de manœuvre du pouvoir municipal.

  • 24 Dainville, François de, « Projets d’établissements des Jésuites en Bretagne sous Louis XIII », Mém (...)
  • 25 Pondaven G., « Quelques extraits des délibérations de la Maison de Ville de Saint-Paul-de-Léon à p (...)
  • 26 Dainville F. de, art. cit. ; Travers, Nicolas, Histoire civile, politique et religieuse de la vill (...)
  • 27 « Les bourgeois de la ville, qui avoient égard à la petitesse de son enceinte et qui depuis vingt (...)
  • 28 Arch. mun. Rennes, GG 296, requête non datée [1645]. L’année suivante, l’abbesse de Saint-Georges (...)

8Par chance, toutes les demandes d’admission n’ont pas été suivies d’effet : aussi minoritaires soient-ils, les refus méritent d’être observés en ce qu’ils révèlent une éventuelle capacité de blocage municipal. On songe notamment aux quatre échecs des Jésuites dans la province24, à Saint-Brieuc (1611), Saint-Pol-de-Léon (1629), Nantes (1624) et Saint-Malo (1632). Si l’échec briochin résulte d’oppositions internes à la Compagnie, les trois autres semblent bien liés à un refus du corps de ville, en apparence tout du moins. À Saint-Pol-de-Léon, la ville s’est en réalité rétractée : après avoir, dans un premier mouvement, donné son accord alors que l’évêque négociait avec la Compagnie, elle fit machine arrière et le seigneur-évêque n’insista pas. L’autonomie du corps de ville ne doit pas, en l’occurrence, être surestimée car le barrage semble être surtout venu du clergé de la ville très hostile aux Jésuites, à commencer sans doute par le chapitre25. De même, l’échec nantais ne peut être imputé à la seule municipalité car il tient surtout à l’hostilité conjointe de l’université et de l’évêque26. À Saint-Malo, l’opposition vint également de la ville27, sur fond de décalage entre les intérêts des marchands et le modèle culturel symbolisé par la Compagnie, mais l’évêque y est aussi fortement impliqué. La ville n’est donc jamais seule : on peut considérer qu’aucun corps de ville n’aurait pu, à lui seul, opposer un barrage efficace à une fondation fortement appuyée. Mais que surviennent divergences, hésitations ou rivalités autour de l’établissement éventuel et l’on voit alors le corps de ville ardemment sollicité par les uns et les autres, en particulier bien sûr par les adversaires de la fondation. À Rennes en 1645, les ordres mendiants déjà présents dans la ville – Cordeliers, Carmes et Capucins – adressent ainsi une requête commune à la ville pour l’engager à refuser la seconde requête des Carmes déchaussés ; le cas n’est pas isolé car les archives de la municipalité rennaise gardent trace de trois démarches comparables au long du siècle28. La ville apparaît donc comme un rouage essentiel pour faire barrage à une fondation... ou, en tout cas, pour en expliquer a posteriori l’échec : lui en faire porter la responsabilité présente en effet bien des avantages en donnant une image flatteuse de l’autorité municipale tout en jetant le voile sur d’éventuelles dissensions propres au clergé ou au milieu local.

  • 29 À Rennes, Capucins et Calvairiennes se sont introduits sur initiative royale.
  • 30 Paris-Jallobert, Paul, Journal historique de Vitré, 1ère éd. 1880, rééd., Mayenne, 1995, p. 98-99 (...)

9Rares semblent donc les villes à même de maîtriser le processus de légalisation, que l’issue en soit positive ou négative. Est-ce pur hasard si la ville bretonne opposant la résistance la plus efficace et la plus précoce aux nouveaux ordres religieux n’est autre que Vitré ? Déjà riche d’un prieuré bénédictin et d’un couvent d’Augustins, la ville a accepté l’installation des Récollets (1611), puis des Dominicains (1621) et des Bénédictines réformées (1624). Elle se trouve confrontée à une demande des Capucins (1629), puis des Calvairiennes (1637), deux familles religieuses disposant de solides appuis29. Au sein d’une communauté de ville bi-confessionnelle, les catholiques dominent de loin et agissent en faveur d’une Contre-Réforme de plus en plus militante. Or, la ville décide de refuser très fermement les deux fondations30 en s’appuyant sur le seigneur qui n’est autre qu’Henri de La Tremoille, fraîchement converti au catholicisme (1628), mais dont l’épouse reste huguenote. Première en Bretagne, Vitré prend ainsi en 1637 une ordonnance d’une fermeté inédite : « Comme beaucoup de diverses sortes de religieulx et religieuses vont journellement se glissants et introduissants ès villes et communautez de ceste province, à la seulle charge et opression du peuple et desdittes communaultez et ruyne de beaucoup de familles », on cherchera à obtenir un arrêt du parlement qui fasse « deffances à tous relligieux et relligieuses, de quelques ordres qu’ils soint » de « s’establir en ceste dicte ville et forbourgs sans le consantement » de l’assemblée de ville. Sans l’appui du seigneur et la présence de la minorité protestante, la communauté de Vitré aurait-elle pu opposer, à cette date, pareille résistance ?

Rennes et ses couvents : les limites de la « bonne ville »

10En resserrant le propos sur Rennes, l’on voudrait désormais tenter d’identifier plus précisément les jeux de pouvoir autour des couvents et leur évolution au fil du siècle. Comme tant d’autres, la ville connaît une spectaculaire « invasion conventuelle », pour reprendre l’expression consacrée : dix-sept fondations effectives s’inscrivent dans l’espace urbain, comme en témoigne la cartographie de la fin du XVIIIe siècle, guère différente de la situation de 1700 dans la mesure où les fondations postérieures sont de faible emprise spatiale. L’inondation dénoncée par Hévin renvoie d’abord à cette empreinte – qu’il étend aux maisons détenues dans la ville par les différentes communautés religieuses – mais elle reflète aussi l’impuissance politique de la municipalité à juguler un mouvement qui, à entendre Gilles de Languedoc, lui a presque toujours échappé depuis le début du siècle.

11La carte ci-dessus reflète, à hauteur de 1780, l’état des maisons religieuses dans la ville dont le cœur a été reconstruit après l’incendie de 1720 (qui n’a guère affecté les couvents, extérieurs à la zone détruite). Elle illustre cependant « l’inondation conventuelle » du XVIIe siècle, à condition de faire abstraction des nouveautés postérieures à 1700 (les plus significatives étant l’hôtel des Demoiselles, le refuge du Bon Pasteur et la migration des Dames Budes au faubourg Saint-Hélier) et de mentionner le tracé des remparts, en voie de démolition vers 1780.

  • 31 Le principe de l’accueil des Jésuites au collège Saint-Thomas était acquis depuis 1586 mais la Com (...)
  • 32 Arch. mun. Rennes, GG 297, délibération du 16 juillet 1604.
  • 33 À un autre niveau, la reconstruction des couvents mendiants dévastés durant la Ligue à Guingamp, P (...)
  • 34 À Josselin, une inscription rappelant en 1640 la pose de la première pierre du couvent des Carmes (...)

12Les premières fondations du siècle (Capucins et Jésuites, 1604 ; Grandes Ursulines, 1615, Carmélites, 1618) ne semblent pourtant pas avoir suscité de tensions particulières. La ville n’y est nullement en position de force : face aux Jésuites et à leurs soutiens, elle ne parvient pas à faire valoir ses revendications (pensionnat, ministères spirituels dans la ville)31 ; de même, les Capucins sont arrivés en vertu du bon plaisir d’Henri IV qui a intimé à la ville d’organiser une collecte destinée à l’achat d’un emplacement puis à l’édification d’un couvent32. Le procureur-syndic s’exécute sans mot dire : s’il crée des charges à la ville, le nouvel établissement est un ornement qui flatte la fierté urbaine et honore les bourgeois qui le protègent et le financent. À ces nouveaux mendiants qui s’astreignent à respecter le vœu de pauvreté dans toute sa rigueur, la ville s’engage en effet à faire des dons réguliers, prélevés sur les deniers d’octroi. Rennes n’est, en cela, nullement originale car il en va de même dans pratiquement toutes les villes bretonnes33. Se devine ici, autant que les débuts de la vague dévote, la continuité d’un rapport de connivence ou d’intérêt mutuel entre la « bonne ville » et ses couvents mendiants. Dans les petites villes, le début du XVIIe siècle offre l’occasion de compléter un réseau mendiant perçu comme inachevé et la générosité des habitants peut s’y prolonger jusqu’aux années 165034. À Rennes, force est de constater que celle-ci trouve bien plus tôt ses limites.

  • 35 Arch. mun. Rennes, GG 313, requête examinée le 21 décembre 1618.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ainsi pour les Dominicains de Vitré ou les Dominicaines ou Catherinettes de Dinan en 1625 (Ollivie (...)
  • 38 Arch. mun. Rennes, GG 309, délibération municipale du 21 février 1620.
  • 39 Arch. mun. Rennes, BB 521, fol. 41 v°, délibération municipale du 25 mai 1635.

13L’établissement des Carmélites, en 1618, signale en effet clairement l’impossibilité pour la ville de perpétuer ce type de rapport avec les nouveaux couvents. La municipalité a été très tôt sollicitée – un jour après l’évêque – et au moyen d’arguments tout à fait traditionnels : comme de nombreuses « filles dévotes » issues « des meilleures familles de votre ville » se proposent de vivre en religion, l’établissement d’un Carmel à Rennes éviterait qu’elles ne transportent leurs personnes et leurs biens en dehors ; le nouveau couvent serait ainsi « une nouvelle forteresse pour une protection de vos familles35 ». En réponse, la ville s’engage à loger les religieuses, à leur bâtir un couvent, à solliciter des lettres patentes auprès du roi et à les faire enregistrer au parlement ; mais elle pose la condition, nouvelle, que les « lesdites religieuses ne pourront mandier ny faire mandier par la ville ny dehors36 ». Une telle réserve renvoie bien sûr à la dévalorisation en cours du pauvre et du mendiant, mais elle reflète surtout des contraintes financières plus lourdes. D’une cité à l’autre, les malheurs du temps conduisent les municipalités à imposer aux nouveaux couvents la même condition de ne pas mendier ou quêter, voire de n’attendre aucune aide financière de principe37. À Rennes, les charges de la ville sont particulièrement lourdes : les constructions ne sont achevées ni chez les Capucins, ni au collège, le chantier du palais du parlement est à peine engagé et la contagion menace. Très vite, la communauté doit s’avouer incapable d’honorer ses engagements envers les Carmélites. Au moment de procéder à « l’enlignement » du terrain envisagé initialement sur les Lices – il s’agit de l’apposition de piquets délimitant la future propriété –, la ville estime qu’il lui serait trop coûteux et préfère promettre une somme de 6 000 livres. Le versement de l’intégralité de la somme ne tardera pas à poser problème, la ville différant les versements promis, ce que ne peuvent compenser quelques donations symboliques comme cette cloche inutilisée cédée aux Ursulines en 162038 ou aux Minimes en 163539...

  • 40 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2653, p. 152-156 (états de Nantes, 1637). La pratique se poursuit au (...)
  • 41 D’où la nécessité, pour les religieuses, des pensions : dès 1619, la prieure des Carmélites de Van (...)

14La poursuite de la vague conventuelle, qui n’en est qu’à ses débuts, requiert donc que des substituts soient trouvés aux déficiences municipales. Un relais partiel est pris par les états de Bretagne où se devine un actif réseau dévot dans les années 1630 : 12 000 livres sont ainsi votées par les états de Nantes en 1637 et répartis entre 118 couvents (anciens ou nouveaux, mendiants ou non) et 37 hôpitaux40. Ce relais provincial ne peut toutefois suffire d’autant que, les années passant, les nouvelles maisons sont de plus en plus féminines et ne peuvent vivre des fondations de messe comme les ordres masculins41. Le désengagement des villes, l’insuffisance du relais des états, le maintien d’une dynamique créatrice très forte ouvrent ainsi un boulevard à l’évergétisme, sincère et intéressé à la fois, des élites de la cité.

La communauté de ville relayée... et débordée

  • 42 Aubert, Gauthier, « Messieurs du Parlement », dans Aubert, Gauthier, Croix, Alain, Denis, Michel, (...)
  • 43 Aubert, Gauthier, « Les parlementaires à Rennes au XVIIe siècle : la grandeur et l’exil », dans Ch (...)
  • 44 Cf. par exemple Bordeaux, Peyrous, Bernard, La Réforme catholique à Bordeaux (1600-1789), Bordeaux (...)
  • 45 Chaline, Olivier, « Familles parlementaires, familles dévotes. Rennes au XVIIIe siècle », Annales (...)
  • 46 Aubert, Gauthier, « Des Rennais ordinaires : Roch, Perrine et Guillemette, miraculés d’Yves Mahyeu (...)

15Rapporter les circonstances de fondation des différents couvents ne peut donc se limiter à faire état de l’autorisation municipale et de son initiateur : il importe désormais d’identifier précisément les fondateurs – ou à tout le moins bienfaiteurs – qui par leurs versements financiers garantissent au nouvel établissement des conditions de viabilité. Un tableau d’ensemble, pour le XVIIe siècle, met fortement en lumière l’action de familles de la noblesse parlementaire en cours d’affermissement dans la ville42. En ce domaine comme de façon plus générale43, un tournant semble s’esquisser autour de 1620 : avant cette date, des parlementaires peuvent certes apparaître, tel le président de Bourgneuf de Cucé chez les Capucins, mais les couvents bénéficient plutôt du patronage de la ville ou de nobles extérieurs au parlement, tels les Rochechouart. Après 1620 en revanche, la part des officiers du parlement – présidents, conseillers, procureurs généraux – ne manque pas d’impressionner, à Rennes comme dans d’autres villes parlementaires44. Elle ne se démentira pas jusqu’à la fin du siècle, voire au-delà45. Sans préjuger de la sincérité des motivations religieuses, nul doute que la fondation des couvents fut aussi une forme de distinction et d’affirmation pour les familles de la robe locale. La récurrence de certains lignages comme les Bourgneuf de Cucé ne manque pas, à cet égard, de frapper. L’analyse fine parvient même à dégager de véritables réseaux dévots, tel celui mis en évidence par Gauthier Aubert autour du président des Loges – ce parlementaire devenu prêtre une fois veuf – et de sa fille Catherine Godart, présents sur tous les fronts de la dévotion rennaise du temps, du culte du « saint » évêque Yves Mahyeuc46 aux fondations monastiques. Les couvents ont trouvé dans ces familles une garantie de recrutement et de rayonnement spirituel, de solides assurances financières via les fondations et les dots, d’évidentes capacités d’influence sur les différents pouvoirs, à commencer par ceux dont dépendait l’obtention stratégique des lettres patentes : le roi et le parlement.

Arrivée

Ordre

Initiateur

Autorisation du corps de ville

Fondateur/Bienfaiteur (parlementaires en gras)

1604

Capucins

Lettres d’Henri IV, 25 juin 1604

16 juillet 1604

Pas de fondateur, mais des liens avec le premier président Jean de Bourgneuf de Cucéa

1604

Jésuites

Première demande en 1586

Contrat du 9 octobre 1606

Ville de Rennes

1615

Grandes Ursulines

Plusieurs jeunes filles retirées en une maison de la ville depuis deux ans et suivant la règle de sainte Ursule

3 avril 1615b

Louise de Rochechouart, comtesse de Maurec
Marc Le Duc, président au parlement, « père spirituel en 1623d de la ville depuis

1618

Carmélites

Les Carmes de Rennes

21 décembre 1618

Ville de Rennes

1619

Minimes

P. Camart, provincial, sur place depuis quatre mois

22 mars 1619

Pierre Cornulier, conseiller-clerc et évêque de Rennes

1628

Première Visitation

Fondatrice

1er septembre 1628

Renée du Quengo, dame de la Hautays, veuve d’un président à mortier

1630

Calvaire de Saint-Cyr

Lettre de Louis XIII 15 juin 1630

12 juillet 1630

Clément Au maître, prieur de Saint-Cyr

1634

Visitation du Colombier

Visitandines du premier couvent Lettres de cachet du 4 février 1634

3 mars 1634

Pas de fondateur en titre mais la première pierre fut posée par Luc Godart des Loges, président au parlemente

a. L’un des membres de sa suite, Estienne Briot, prête à deux reprises au couvent (Arch. mun. Rennes, GG 297, acte du 3 janvier 1608).
b. Arch. mun. Rennes, BB 501, fol. 27 v°/28 r°.
c. Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 256 : ces notes manuscrites de l’abbé Carron sur les couvents rennais (v. 1800) contiennent nombre de précisions inédites.
d. Arch. mun. Rennes, GG 309, procès-verbal du 10 août 1623. Renée Le Duc est l’une des premières Ursulines rennaises, revenues dans la ville après avoir fait leur noviciat à Paris (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 256),
e. Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 257.

Arrivée

Ordre

Initiateur

Autorisation du corps de ville

Fondateur/Bienfaiteur (parlementaires en gras)

1636

Catherinettes

Catherinettes de Dinan

4 juillet 1636

Guillaume de la Noüe, doyen du parlement

1644

Augustines hospitalières

Augustines de la Miséricorde de Dieppe

1642 puis 27 juin 1644

Pas de fondateur en titre mais un grand nombre de bienfaiteursa où se détachent plusieurs parlementaires ou leurs épouses (en particulier Jean Le Corvaisier, sieur de Pellaine, conseiller au parlement et le président Luc Godart des Logesb)

1659

Calvairiennes de Cucé

Calvairiennes de Saint-Cyr

16 février 1657 (pour un hospice)

Henri de Bourgneuf, marquis de Cucé

1671

Augustins

Lettre de cachet de Louis XIV, 28 juillet 1662 Lettre d’Anne d’Autriche, 16 août 1663

27 août 1663

Claude de Cornulier, président au parlement achète au nom des religieux leur second emplacement, au carrefour Jouault, en 1670.

1673

Sœurs de la Charité du Refuge

Évêque

Pas d’autorisation connue

Mme de Bellestre, veuve de Siméon Brandin, conseiller – Mme d’Argouges, femme du premier président – Mme de Brie, femme de président à mortier – Charlotte Constantin, dame de Boisfévrier, fille et sœur de conseiller

1674

Filles de la Charité

Administrateurs de la Marmite des Pauvres

Pas d’autorisation connue

Pas de fondateur attitré

1676

Dames Budes

Fondatrice

Contrat du 28 septembre 1676

Jeanne Brandin, veuve de Jean Budes (fils de conseiller)

1678

Petites Ursulines

Ursulines du premier monastère

14 décembre 1676

Jeanne du Chasteigner, dame de la Thébaudais

1690

Carmes déchaussés

Mme de Pontchartrain

11 mars 1690

Le terrain est acheté à Guillaume Marot de la Garayec, conseiller au parlement

a. Archives des Augustines de Rennes, Livre 1 (Annales, depuis 1644). Je remercie vivement les religieuses augustines de Saint-Yves à Rennes qui m’ont très cordialement permis l’accès de leurs archives.
b. À leur arrivée, les Augustines sont d’abord dites « habituées aud. Rennes en l’hostel de Monsieur le président des Loges en la paroisse de Saint-Germain » (Arch. mun.
Rennes, GG 304, acquisition de l’hôtel de la Costardais, 10 mai 1644).
c. Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 250. Il s’agit du père de Claude-Toussaint Marot de la Garaye, l’un des « époux charitables », couple de dévots ayant fait l’objet d’un procès de béatification toujours en cours.

  • 47 Arch. mun. Rennes, GG 298, acte d’enlignement, 2 mai 1622. L’évêque fut enterré à la cathédrale ma (...)
  • 48 Sur tout le dossier qui suit, Arch. mun. Rennes, GG 313.

16Dès les années 1620, Minimes et Carmélites illustrent la force de ce relais aristocratique et la pression qui en résulte pour l’autorité municipale. La ville a accepté les Minimes en 1619 à condition de se réserver le choix de leur emplacement : lors du procès-verbal d’enlignement en 1622, elle ne se fait pas moins doubler par l’évêque, Pierre Cornulier, qui vient lui-même présider l’opération. Premier en date d’une lignée parlementaire et lui-même conseiller-clerc, l’évêque entend être fondateur de la maison où il se réserve un enfeu familial47. Dans ces mêmes années, la ville peine également à défendre ses droits sur les Carmélites48. Le nouveau couvent souhaite en effet étendre ses murs à proximité de la contrescarpe : la ville s’y refuse avec une autorité indéniable en cette matière, si bien que les Carmélites décident de déménager vers le champ de foire. Elles s’engagent alors à revendre leur premier emplacement à des « personnes laïques » (1624) qui ne furent autres que... les Visitandines, sans que la ville puisse s’y opposer (1630). D’autres tensions surgissent au sujet des 3 200 livres dont la ville demeure redevable, en 1624, sur les 6 000 livres évoquées plus haut. Pour pouvoir honorer cette promesse qui engage son statut de fondatrice, la ville contracte un emprunt. Or, il se trouve que vingt ans plus tard, le prêteur a cédé ses droits... aux Carmélites, par l’intermédiaire de Catherine Godart, figure récurrente de la dévotion parlementaire ; la ville se trouve donc obligée de payer aux religieuses une rente de 200 livres au titre des intérêts annuels d’une somme qu’elle leur a déjà donnée... La ville s’estime flouée et, y voyant une sorte de financement déguisé, tente de se dérober en ne payant pas : les religieuses entament une procédure au parlement, qu’elles gagnent dans la mesure où le transfert de la rente n’a rien que de légal (1644).

  • 49 Arch. mun. Rennes, GG 308.
  • 50 Arch. mun. Rennes, GG 296, délibération municipale du 26 mars 1632. Les religieux paraissent médio (...)
  • 51 Un indice : en 1619, les Minimes sollicitent explicitement le faubourg et la question fait si peu (...)
  • 52 Le tournant est ici l’admission des Calvairiennes de Saint-Cyr, pourtant voulues par Louis XIII (A (...)
  • 53 Liée notamment à la multiplication des hôtels particuliers (Dennebouy, Noémie, Les hôtels particul (...)
  • 54 Arch. mun. Rennes, GG 312, articles accordés aux religieuses profeix de saint Dominique, 3 juillet (...)
  • 55 Ibid. On retrouve la même disposition en 1638 pour les Visitandines de Vannes (Le Mené, Joseph Mar (...)
  • 56 Arch. mun. Rennes, GG 309, délibération municipale du 23 septembre 1633.

17Les occasions ne manquent donc pas où MM. de la Ville éprouvent leur fragilité face au front souvent concerté de l’élite parlementaire dévote, de l’évêque et du pouvoir royal. Après les Calvairiennes, imposées par Louis XIII en 1630, la ville reçoit un second couvent de la Visitation en 1634, six ans seulement après le premier : la ville découvre le projet par une lettre de cachet de Louis XIII et lorsqu’elle est invitée à donner son consentement, l’évêque a déjà choisi l’emplacement du couvent au Colombier49. Consciente du risque d’être doublée, la ville ne reste pas silencieuse mais n’a pas toujours les moyens de passer aux actes. Dès 1630, prenant acte de la fondation des Calvairiennes voulue par le roi, elle fait déjà savoir qu’elle « est surchargez de cinq différants bastimants de familles religieuses, pas un seul desquelz n’est encore parfait » ; elle oppose le même argument de surcharge à la première requête des Carmes déchaussés qu’elle réussit à contrer en 163250. Lorsque, dans les années qui suivent, une nouvelle fondation s’impose à elle, la ville ne se prive pas de poser des conditions plus strictes, au moins en ce qui concerne le lieu d’implantation. Et c’est alors que le choix du faubourg ou de l’intra muros devient central dans les enjeux de pouvoir autour des couvents. La question était jusqu’alors peu sensible : à l’exception des Grandes Ursulines, les premiers couvents sont fixés dans les faubourgs et s’en accommodent volontiers51. À partir de 1630 en revanche52, la ville entend tout mettre en œuvre pour interdire l’enceinte à tout nouveau couvent : pressent-elle que la prise en charge des nouveaux couvents par l’aristocratie parlementaire ira de pair avec un désir plus insistant de l’intra muros, peu compatible avec les contraintes spatiales, dans un contexte d’accroissement de la population comme de la pression foncière53 ? L’enjeu de pouvoir est, quoi qu’il en soit, évident dans les années qui suivent. En 1636, les Catherinettes se voient imposer les faubourgs et quelques clauses supplémentaires : ne pas imposer aux voisins de boucher leurs vues sous prétexte de respect de la clôture54, ne pas dépasser un certain plafond dans les pensions des religieuses55, préférer les filles de la ville aux étrangères. De la même manière, la ville insiste volontiers sur l’activité sociale attendue des nouvelles maisons : l’ornement de la cité ou même la prière pour le salut collectif ne paraissent plus se suffire à eux-mêmes. Dès les années 1620, la ville a exprimé le souhait que les religieuses cloîtrées accueillent des pensionnaires ou tiennent des classes externes ; elle sait saisir, et parfois créer, les occasions pour l’imposer : par exemple en cédant une portion de terrain public aux Grandes Ursulines (1633) pour que puisse être édifié un bâtiment des classes qui portera ses armes56.

Détermination et déconvenues

  • 57 Croix Alain, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 1980, t. 1, p. (...)
  • 58 Archives des Augustines de Rennes, Livre 1 (Annales, depuis 1644), p. 6.
  • 59 La rigueur de ces clauses a frappé tous les auteurs : « la ville, si terrible dans ses contrats », (...)
  • 60 Arch. mun. Rennes, GG 304, clauses arrêtées le 8 août 1642.
  • 61 La sévérité fut également encouragée par le fait que les religieuses annoncées venaient de Dieppe (...)
  • 62 Les Annales citent parmi les bienfaiteurs : Mlle Loret, Jean Le Corvaisier, sieur de Pellaine, con (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 Arch. mun. Rennes, GG 296, requête de la ville au parlement, consécutive à la délibération du 17 n (...)
  • 65 Elle tient, à ce titre, une place particulière chez les historiens de la ville, et ce dès Gilles d (...)
  • 66 Arch. mun. Rennes, GG 307, procès-verbal du 27 mai 1648.

18La détermination de la ville à défendre ses droits s’exprime de manière éclatante dans les difficiles négociations précédant l’entrée des Augustines à l’hôpital Saint-Yves au cours des années 1642-1644. Comme l’hôpital relève directement de la ville, la municipalité dispose ici d’une marge d’action particulière. Si elle est attirée par l’indéniable qualité du service hospitalier rendu par les religieuses – les échos qui lui reviennent de Vannes sont très favorables – elle redoute par-dessus tout que les Augustines – et leurs protecteurs éventuels – ne viennent s’immiscer dans la direction de l’hôpital. Si leur admission ne suscita pas, comme à Vannes en 1634, de manifestations populaires d’hostilité57, elle divisa profondément la communauté de ville, « les suffrages estant my partis58 », et la dureté des conditions d’entrée définies en août 1642 puis confirmées deux ans plus tard traduit sans doute une surenchère de précautions59 : les religieuses n’auront pas de fondateur, ne pourront solliciter de lettres patentes royales avant d’avoir été autorisées par la ville, ne recevront aucune rétribution de sa part pour acheter ou construire leur couvent, n’auront aucun droit sur les revenus et la gestion de l’hôpital60. La dureté des clauses exprime aussi sans doute la défiance accumulée par une communauté de ville trop heureuse d’être, pour une fois, en position de dicter ses conditions61. En se montrant si sévère, la ville savait aussi que les religieuses ne manqueraient pas de trouver dans la cité des soutiens actifs, notamment chez MM. du parlement et quelques familles bourgeoises62. Peu après leur arrivée en 1644, l’acquisition de l’hôtel de la Costardais – l’ancienne garde-robe ducale et « une des plus belles maisons de la ville », avec « une des plus belles salles qui soient à Rennes63 » – devait confirmer la solidité de leurs assises. L’épisode dut inciter la ville à la fermeté dans les années qui suivent : lorsqu’elle apprend, en 1645, que les Carmes déchaussés semblent avoir acquis un emplacement dans l’enceinte, la communauté alertée par les trois couvents mendiants décide de faire homologuer par le parlement une résolution comparable à celle de Vitré huit ans plus tôt : « s’oposer... à tous nouveaux établissemans de religieux et religieuses de quelque ordre et quallité que ce soient, et faire deffances de sy établir sans lexprès consentement » de la ville64. L’argumentaire s’en tient à l’enchérissement des denrées et des artisans que provoque la multiplicité des maisons religieuses et la formulation de l’arrêt n’est pas exempte d’ambiguïtés – la défense vaut-elle pour la ville seule ou aussi pour les faubourgs ? – mais la caution du parlement paraît lui donner une force nouvelle65. En 1648, la ville impose également un rigoureux arpentage aux Visitandines qui souhaitaient clore leur enclos à proximité excessive de la contrescarpe66.

  • 67 Arch. mun. Rennes, GG 315, acte de fondation du 3 janvier 1652.
  • 68 Ibid, contrat du 30 mars 1654. La ville ne discute guère que quelques points de détail, auxquels l (...)
  • 69 Les archives du parlement éclairent ce point (Chauvot, Olivia, Le Parlement de Bretagne et le reli (...)
  • 70 Arch. mun. Rennes, GG 298, contrat du 4 décembre 1655.
  • 71 Voir les actes de fondation conservés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 20 H 1.
  • 72 à en croire Gilles de Languedoc (Aubert, Gauthier, Le Recueil historique, op. cit., p. 299).

19Une telle fermeté n’empêche pas que les années 1650 soient surtout marquées par des déconvenues. Ne voient-elles pas s’implanter dans l’enceinte, au voisinage immédiat des remparts, un Refuge pour filles débauchées (1652) dont tout laisse penser qu’il deviendra un couvent ? La ville paraît pourtant tenue à l’écart de ce projet qui s’inscrit dans la politique royale de renfermement et trouve dans la ville de multiples relais : l’évêque, le parlement (en particulier madame de Bellestre, fondatrice), voire les états provinciaux. Aucune requête d’autorisation n’est présentée à la municipalité alors même que la fondatrice avait prévu que des Visitandines et des Madelonnettes viennent desservir l’établissement67 : c’est après que les lettres patentes ont été obtenues et enregistrées (26 septembre 1653) que la communauté intervient, non par une délibération mais en déléguant simplement quelques-uns de ses membres au domicile du gouverneur pour signer une convention avec la fondatrice (30 mars 1654)68. Que ce premier Refuge se soit finalement enlisé dans les méandres d’un conflit familial69 n’empêche pas que le pouvoir municipal ait été mis, une fois de plus, devant le fait accompli. Quelques mois plus tard, la Maison de ville essuie un nouveau camouflet qui, pour être symbolique, n’en est pas moins sensible. En 1655, la municipalité accepte en effet d’arrondir le terrain des Minimes en contrepartie de la fondation d’une messe solennelle du corps de ville, chaque 1er janvier, que rappellerait une table de marbre noir placée sur le frontispice du portail d’entrée de l’église70. Au moment de placer la plaque de marbre, les Minimes font savoir à la ville que les particuliers jouissant de prééminences dans l’édifice n’accepteront jamais un tel emplacement et la pressent déjà d’y renoncer pour éviter des procès... La concurrence est, il est vrai, particulièrement rude71 puisque l’église compte la chapelle du président de Bourgblanc, symétrique de celle du président de Marbeuf et de celle du procureur général de la Bédoyère. Finalement, la plaque de la ville ne fut jamais apposée72... et son ambition de faire des Minimes le « sanctuaire municipal » demeura lettre morte, au-delà de la célébration de quelques services pour les échevins décédés.

  • 73 Le maréchal, cousin de Richelieu, est l’un des rares membres de la noblesse de cour à appartenir à (...)
  • 74 Arch. mun. Rennes, BB 543, fol. 15, délibération du 16 février 1657.

20Aussi bien la ville, malgré la fermeté de ses résolutions, est-elle parfois la première à fléchir au contact des réalités. Un troisième épisode l’illustre de manière éloquente le 16 février 1657. Ce jour-là, le maréchal de La Meilleraye, lieutenant général pour le roi dans la province et dévot notoire73, entre dans la maison de ville pour appuyer les démarches entreprises par les bourgeois en vue de l’expulsion des mendiants valides et de l’établissement d’un hôpital général. À la fin de la séance, une requête est opportunément présentée par les Calvairiennes de Saint-Cyr pour obtenir la permission d’un « hospice » dans l’intra muros qui permettrait à leurs religieuses malades d’être plus proches des médecins. En présence du gouverneur dont elle recherche le soutien, la communauté met ses résolutions sous le boisseau et accepte sans réserve74... sans prévoir que ce consentement la piègera lorsque les religieuses voudront faire de leur hospice la base d’un second couvent.

Le bras de fer de Pierre Hévin (1671-1673)

  • 75 Soit au nord de la Vilaine.
  • 76 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 H 1 et 1 H 2.
  • 77 Madame d’Assérac (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 253).
  • 78 Arch. mun. Rennes, GG 311, contrat du 25 novembre 1671. Cette fondation marque un sommet dans l’in (...)

21Les années 1671-1673, période où Pierre Hévin est procureur-syndic, voient en effet le sommet de la tension entre municipalité et couvents. Deux d’entre eux sont plus particulièrement visés, pour des motifs tout à fait parallèles : les Augustins et les Calvairiennes, deux couvents des faubourgs dont la ville a de solides raisons de craindre qu’ils ne profitent d’un « hospice » provisoire pour prendre position dans l’enceinte et même dans la « haute ville75 ». Les Augustins ont été introduits à Rennes en 1662 grâce à d’éminents appuis : une lettre de cachet du roi et une autre d’Anne d’Autriche adressée au marquis de Coëtlogon, gouverneur de la ville. La communauté ne put qu’en prendre acte et admettre que les Augustins établissent un « hospice » qui restait à bonne distance de la ville puisque au-delà de la barrière des faubourgs. En 1670, les religieux cherchent à quitter cet emplacement provisoire et font l’acquisition, par l’entremise du président Claude de Cornulier, de maisons au carrefour Jouault76, soit à deux pas de l’enceinte ; en mai 1671, la ville – qui n’a pas été consultée – apprend que le roi a déjà accordé des lettres patentes admettant les Augustins « en notre ville de Rennes » (sans même les limiter aux faubourgs). Au même moment, les Calvairiennes de Saint-Cyr semblent triompher : fortes de l’autorisation municipale donnée en 1657, elles ont loué l’hôtel d’Épinay, dans la haute ville, dont la propriétaire n’était autre que la nièce de la générale de la congrégation77. Là, elles ne tardent pas à développer un véritable second couvent qui reçoit ses propres novices. Les espoirs que la ville entretenait de les voir quitter les lieux à l’expiration de leur bail s’évanouissent en novembre 1671, quand la veuve du président Henri de Bourgneuf de Cucé, Calliope d’Argentré, leur cède son hôtel particulier – près du Cartage, en plein cœur de la haute ville – pour établir un couvent (où elle prévoit de rentrer un jour comme sœur converse) et une église qui abriterait le tombeau de son époux, inhumé provisoirement aux Capucins onze ans plus tôt78. Sitôt l’acte de fondation passé, les Calvairiennes s’installent à l’hôtel de Cucé (10 décembre 1671) et la ville apprend bientôt que, là aussi, des lettres patentes sont en voie d’obtention...

  • 79 Saulnier, Frédéric, « Pierre Hévin et sa famille à Rennes 1620-1775 », Bulletin et Mémoires de la (...)
  • 80 Hurt, John J., « La politique du parlement de Bretagne » (1661-1715) », Annales de Bretagne et des (...)
  • 81 Hévin était parvenu à faire admettre cette réserve aux Augustins dans un contrat passé devant nota (...)

22La simultanéité et la similarité des deux affaires suscitent alors de la part de la ville une contre-offensive inédite, tant par son ampleur que par la largeur des soutiens recherchés. Plusieurs circonstances favorables aident à le comprendre : d’une part, la forte personnalité de l’avocat Pierre Hévin79 qui se révèle alors au premier plan ; d’autre part, le contexte de vive tension entre le parlement (en liaison avec les états provinciaux) et le gouvernement au sujet de l’enregistrement de l’ordonnance de procédure criminelle mais surtout des nouvelles exigences fiscales liées à la guerre de Hollande80. Ces lézardes dans la sainte alliance de la monarchie et du parlement ne peuvent-elles ouvrir à la ville de nouvelles possibilités d’action, sachant que les lettres patentes des Augustins comme des Calvairiennes n’ont pas encore été enregistrées et doivent évidemment l’être pour avoir force de loi ? Hévin active bientôt les démarches pour y faire obstacle. S’agissant des Augustins, le procureur-syndic et le parlement tirent habilement argument de l’édit de décembre 1666 – qui conditionnait les lettres patentes royales à l’obtention préalable d’une autorisation municipale – pour justifier un refus d’enregistrement. Le roi réplique par une lettre de jussion (19 février 1672) qui conduit le parlement à obtempérer mais en ajoutant aux lettres patentes un additif interdisant « l’anclos des murailles » aux Augustins (26 mars 1672)81 : en ce printemps qui voit les tensions entre gouvernement et parlement culminer dans les remontrances du 23 mai 1672 contre les édits fiscaux, la ville a donc trouvé au palais un relais attentif.

  • 82 Cette implication des états (où Hévin était présent) apparaît à deux reprises dans la documentatio (...)
  • 83 Arch. mun. Rennes, GG 311.
  • 84 Ibid.

23Sa position dans le dossier des Calvairiennes est juridiquement plus fragile puisque la ville a autorisé, en 1657, le premier hospice qui leur a permis de prendre pied dans l’intra muros. Elle fait néanmoins opposition, en décembre 1671, à l’enregistrement des lettres patentes amortissant l’hôtel de Cucé. En la circonstance, Hévin ne néglige aucun moyen pour obtenir gain de cause, faisant notamment intervenir les états de Bretagne réunis à Vitré82. C’est alors qu’il rédige un « sommaire des raisons qu’a la communauté de Rennes pour opposer le second establissement que prétendent faire les religieuses bénédictines » dont le manuscrit nous a été conservé83. Le procureur-syndic y dénonce – pour la première fois de manière aussi systématique – le poids des couvents dans une ville de médiocre étendue, « l’enchérissement des denrées que causent tant de monastères », le préjudice que causent au public les exemptions des gens de mainmorte. S’il espère être entendu au parlement et bénéficie de soutiens aux états, Hévin ne néglige pas non plus de prendre langue avec le nouveau gouverneur, le duc de Chaulnes, qu’il assure de son « déplaisir destre commis avec des personnes que la piété et l’austérité de vie rendent recommendables et qui ne manqueront pas de puissants protecteurs » (29 décembre 1671). Le 20 janvier suivant, il lui écrit à nouveau, confiant dans sa démarche mais inquiet de « la malveillance que lon tesmoigne assez ouvertement à la communauté84 » : de fait, l’audience du lendemain est défavorable à la ville.

  • 85 Bibliothèque de Rennes Métropole, 2461/43 et 44.
  • 86 Ibid., procès-verbal du concierge des prisons, 2 août 1673. La communauté de ville s’assembla extr (...)
  • 87 Arch. mun. Rennes, BB 562, fol. 34 r°, délibération du 21 août 1676.
  • 88 Arch. mun. Rennes, GG 311.

24Hévin n’en poursuit pas moins son opposition, faisant successivement imprimer deux factum85. La vigueur de l’argumentation, le recours à l’imprimé, les hésitations probables du parlement dans un contexte politique incertain ne sont pas sans alerter les Calvairiennes qui sollicitent l’évocation de l’affaire au Conseil du roi (18 mars 1672). Au bout de quelques semaines, elles se ravisent toutefois, sans que les raisons de leur volte-face nous apparaissent clairement. L’affaire revient donc au parlement en octobre 1672. À cette date, le contexte politique n’est plus le même : le 17 septembre, un arrêt du Conseil a cassé les remontrances que le parlement avait faites au cours des mois précédents et lui a interdit de collaborer avec les états. Dans ces conditions, la cour est probablement moins disposée que jamais à prendre le risque de résister à la volonté royale : elle rend, comme en janvier, un second arrêt désavouant la ville et ordonnant l’enregistrement des lettres patentes (6 octobre 1672). Déçu au parlement mais toujours pugnace, Hévin joue alors, à son tour, la carte du Conseil du roi. En vain : celui-ci finit par rejeter la demande d’évocation et condamner la ville aux dépens (19 avril 1673). Le désaveu judiciaire se double d’une humiliation physique lorsque, pour forcer la ville à acquitter la somme – 600 livres – Hévin est emprisonné durant trois jours en août 167386 ! Le dernier acte est sans surprise dans une cour ramenée à l’obéissance : le parlement déboute définitivement la ville le 10 novembre 1673. Dans le bras de fer entre Hévin et les Calvairiennes, la ville a donc perdu : tout au plus fait-elle traîner jusqu’à l’été 1676 l’autorisation du nouvel emplacement des Augustins au carrefour Jouault : si la délibération portée sur les registres se borne à trois lignes aussi laconiques que résignées87, un brouillon plus disert, demeuré à l’état de feuille volante, explique qu’« il y auroit de la justice » à refuser l’autorisation mais que « d’autres considérations plus fortes » invitent à trouver un arrangement88. On ne saurait mieux dire qu’en dépit des sympathies trouvées au parlement et aux états provinciaux à la faveur de la crise politique, la ville n’a pas réussi à instaurer un nouveau rapport de forces.

Les complexités d’une fin de siècle

  • 89 Cf. dans ce volume la contribution de Gauthier Aubert.
  • 90 Dans les années 1664-1665, la ville a renâclé lorsqu’il a fait ériger un bâtiment qui outrepasse l (...)
  • 91 Arch. mun. Rennes, GG 314, consentement de l’évêque du 13 novembre 1673.
  • 92 À Nantes, le corps de ville laisse également les Pénitentes du Refuge s’implanter dans l’intra mur (...)
  • 93 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 254.
  • 94 Arch. mun. Rennes, BB 562, fol. 55 v°, délibération du 14 décembre 1676.
  • 95 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 38 H 40/1.
  • 96 Aubert G., Le Recueil historique... op. cit., p. 298.
  • 97 Arch. mun. Rennes, GG 300, requête non datée, [1678]. La ville acceptera l’extension en 1679.

25L’échec de Pierre Hévin semble ouvrir, au vu des affaires conventuelles, une conjoncture d’abaissement du pouvoir municipal, dans un contexte général qui est bien sûr celui des lendemains de la révolte du Papier timbré89. En tout cas, les années 1673-1678 voient une concentration de fondations religieuses sur lesquelles la ville semble avoir moins de prise que jamais. Ainsi pour les Sœurs de la Charité du Refuge qui viennent en 1673 prendre possession de ce qui devient le couvent de la Trinité : l’affaire a été négociée directement par l’évêque qui a repris en main, dès 166390, le projet de Refuge – lancé en 1652 mais demeuré en panne – et l’a dans un premier temps confié à des personnes séculières. En 1673, il tire profit de ses relations privilégiées avec Jean Eudes pour faire venir des religieuses normandes91. Comme vingt ans plus tôt, la ville semble tenue à l’écart de cet établissement qui relève de la politique monarchique et poursuit un objectif louable de salubrité publique mais n’en est pas moins situé dans l’enceinte, et même adossé aux murailles92. La communauté de ville n’intervient pas davantage dans l’arrivée de trois, puis cinq Filles de la Charité à la Marmite des pauvres en 1674 : l’enjeu essentiel est ici d’obtenir de l’évêque des statuts pour ces « filles séculières » qui ne sont pas des religieuses au sens strict93. En 1676, les formes sont mieux respectées pour la fondation des Petites Ursulines qui s’établissent au faubourg de la Reverdiais : une autorisation municipale est demandée le 14 décembre 167694, prélude logique à l’obtention des lettres patentes en avril 167795 : l’autorisation municipale est toutefois accordée de façon si laconique qu’elle échappera à l’archiviste Gilles de Languedoc quelques décennies plus tard96 ! La crainte de se faire doubler par des religieux exhibant des lettres patentes demeure toutefois vive. La maison que les Cisterciens de Prières possèdent près de l’église Toussaints et qui leur a valu des lettres patentes en 1677 alimente ainsi les craintes qu’elle ne devienne le noyau d’un couvent avec église, cloître et réfectoire : lorsque les religieux souhaitent en arrondir le jardin, le recteur de Toussaints ne manque pas de mettre en garde la ville contre « l’avidité que ces R. P. ont dans de semblables rancontres pour y réussir97 ».

  • 98 Ainsi des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Refuge d’Hennebont ou des Ursulines du Faou, fermées r (...)
  • 99 Ainsi avec Mme de Bellestre en 1654, avec les Augustins en 1671 (Arch. mun. Rennes, GG 315 et 299)
  • 100 Arch. mun. Rennes, GG 305.

26La situation des années 1670 présente donc un évident paradoxe : alors même que la législation royale n’a jamais été aussi claire sur la nécessité de l’autorisation municipale pour les maisons religieuses, les rapports de force sur le terrain la rendent parfois si formelle que l’on peut désormais s’en passer : s’il n’est plus possible désormais à un couvent de subsister sans lettres patentes – plusieurs établissements bretons en feront bientôt l’amère expérience98 – l’autorisation municipale sous la forme d’une délibération peut devenir facultative. Invoquer la mise sous tutelle des municipalités au temps de l’absolutisme serait une explication bien courte car l’effacement de la procédure tient sans doute à d’autres facteurs : le fait notamment que beaucoup de nouvelles fondations ne sont plus juridiquement des couvents mais des associations de « filles séculières » ou de religieuses sans clôture ni vœux solennels ; le fait aussi que la ville continue malgré tout de négocier des clauses d’admission dans le cadre de contrats passés devant notaires entre des députés du corps de ville et les religieux/ses ou leurs fondateurs99. Il n’est pas niable enfin que la ville, tout en se prétendant saturée de mainmorte, peut parfois trouver intérêt à une fondation et n’a alors guère de raisons de s’y opposer. Une telle complexité de motifs se retrouve dans la fondation, exclusivement rennaise, des Dames Budes en 1676. À l’origine se trouve la fastueuse fondation de Jeanne Brandin, veuve Budes, fort dévote belle-fille d’un conseiller au parlement et exécutrice testamentaire de sa fille, Anne-Marie Budes, morte religieuse chez les Visitandines en 1674 : par acte passé avec la ville le 28 septembre 1676, elle offre 10 000 livres pour la construction de l’hôpital général et, au titre du testament de sa fille, 10 000 autres livres pour établir une « communauté de filles et veuves sécullières » qui tiendra des petites écoles. Comment la ville ne trouverait-elle pas « avantageuses les propositions faites par ladite dame100 » ? Elle accepte évidemment, d’autant que l’engagement est pris que jamais la maison ne pourra « dégénérer en couvent cloistré ou maison religieuse ». La ville offre même d’obtenir à ses frais les lettres patentes d’amortissement de la future maison... ce qu’elle s’était refusé à faire depuis la fondation des Carmélites en 1618 !

  • 101 Frostin, Charles, Les Pontchartrain ministres de Louis XIV : alliances et réseau d’influences sous (...)
  • 102 Chaline, Olivier, art. cit.
  • 103 Arch. mun. Rennes, BB 628, fol. 73 r°/74 r°, délibération du 7 décembre 1741.
  • 104 En 1734, abbayes et couvents possèdent près de 150 maisons dans la ville (Jarnoux, Philippe, Les b (...)

27Il s’en faut pourtant que le siècle s’achève sur une telle convergence d’intérêts car la dernière fondation a des allures de capitulation pour la maison de ville : les Carmes déchaussés, refusés à deux reprises en 1632 et 1645, parviennent à leurs fins en 1690. Cette fois-ci, les soutiens dont ils se prévalent sont tels que la ville ne peut qu’en prendre acte : l’épouse de Louis de Pontchartrain, contrôleur général des finances et futur chancelier, dont on sait qu’il cultive un fort réseau breton, à coloration nettement dévote, depuis son séjour à Rennes comme premier président au parlement101. À l’évidence, les dévots rennais se renouvellent – le conseiller Marot de la Garaye, qui facilite l’installation des religieux en leur vendant un terrain n’est-il pas le petit-fils du président des Loges ? – et leurs connivences avec le pouvoir royal ne semblent pas à la veille de s’exténuer102. Une telle permanence a de quoi maintenir en éveil la méfiance du pouvoir municipal. Elle justifie largement le refus spontané de la ville à toute nouvelle fondation au XVIIIe siècle, alors même que celles-ci sont, sur plus d’un point, très différentes de leurs devancières : non cloîtrées, moins ambitieuses sur le plan foncier, moins élitaires dans leur recrutement, plus « utiles » socialement. Quand les Frères des Écoles chrétiennes se proposent de tenir des petites écoles en 1741, la ville leur rétorque qu’elle est « comme inondée par la quantité des gens de main morte qui y sont établis », lesquels possèdent « les trois quarts des biens de la ville & fauxbourgs103 » : on reconnaît, jusque dans ces amplifications polémiques104, les termes utilisés par Hévin soixante-dix ans plus tôt, impuissants à inverser les rapports de force mais fidèlement transmis dans la mémoire urbaine.

***

  • 105 Arch. mun. Rennes, GG 298, procès-verbal d’enlignement du couvent des Minimes, 31 mai 1620.

28Au-delà de sa signification religieuse première, « l’inondation conventuelle » du XVIIe siècle offre donc l’occasion d’une rude mise à l’épreuve du pouvoir municipal. Si le consentement des corps de ville est juridiquement reconnu comme étape indispensable du processus de légalisation, l’observation attentive du terrain souligne l’ampleur du décalage entre théorie et pratique. La fondation d’un couvent en pleine Réforme catholique est trop lourde d’enjeux – spirituels, sociaux, politiques... – pour ne pas déboucher sur une compétition où la ville fait figure de pot de terre. Peu d’autorisations (et peut-être de refus) furent le fait de communautés de ville libres de leur décision, le véritable objectif des édits royaux étant d’ailleurs moins de reconnaître leur compétence que d’imposer à tous les couvents l’obtention de lettres patentes. Aussi n’est-il pas surprenant que la fin du siècle voie les autorisations municipales s’effacer au profit de simples contrats notariés où la ville tente de mettre en œuvre ce qui, au fil du siècle, reste au cœur de ses prérogatives : non pas l’estimation du bien fondé d’un nouveau couvent mais les modalités pratiques de sa réception, à commencer par l’enlignement du terrain retenu : « tendre les ficelles et lignes105 », telle est finalement sa compétence la moins niable, et encore doit-elle souvent en déléguer la présidence à l’évêque, au gouverneur, etc.

  • 106 L’extrait concerne les Augustins (Aubert, Gauthier, Le Recueil historique, op. cit., p. 301).
  • 107 Aubert, Gauthier, « Les avocats sont-ils des notables ? L’exemple de Rennes aux XVIIe et XVIIIe si (...)
  • 108 Une « histoire de volontés et de faiblesses successives », écrit d’ailleurs Marteville (Rennes mod (...)
  • 109 Jégou, Karine, Essai de sociologie religieuse. Le recrutement dans les communautés féminines renna (...)

29S’il faut se garder de généraliser – notamment aux villes plus petites où la concurrence des pouvoirs est probablement moins rude – l’histoire des couvents rennais évoque bien, depuis les fenêtres de la maison de ville, une sorte de crue incontrôlée car sans doute incontrôlable. La mémoire municipale, consignée en 1724 par Gilles de Languedoc, transforme l’énumération des maisons conventuelles en long martyrologe des humiliations de la ville, régulièrement doublée « à la faveur des puissances qu’ils y ont interposées106 » par des religieux bientôt oublieux de leurs engagements à son égard. Sans doute peut-on considérer que les fondations conventuelles furent l’un des terrains de la rivalité, à armes inégales, qui court à travers le XVIIe siècle rennais entre le beffroi et le palais, la noblesse parlementaire et la « robe seconde » qui domine le corps de ville107. Si l’angle de vue retenu ici – celui des archives municipales – fait la part belle aux postures victimaires, il n’occulte pas totalement que la ville est parfois consentante108 : n’oublions pas que la couronne des couvents réformés nourrit aussi le prestige d’une capitale, qu’elle offre un asile à des vocations qui sont majoritairement bourgeoises dans tous les couvents, même dans les deux fort aristocratiques Visitations109. Et s’il paraît difficile à Rennes de faire du catholicisme réformé le ressort unifiant de l’action municipale, on ne saurait oublier le vœu de 1632 ; pour ne rien dire de l’implication bourgeoise, trop mal connue encore, dans les confréries ou les paroisses.

  • 110 Cf. le parallèle possible avec Nantes (Saupin, Guy, art. cit.) ou à une autre échelle Naples : Mar (...)
  • 111 Aux trois cas déjà cités par Paul Banéat (Le vieux Rennes, Rennes, 1926, p. 348, 455, 604) – Carme (...)
  • 112 Les deux abbayes étant naturellement à part.

30Reste que le passage en force de nombreux couvents du XVIIe siècle explique sans doute l’étonnante vigueur, dans cette ville à bien des égards dévote, d’un discours antimonastique précocement structuré : la thématique du « verrou » conventuel bloquant l’expansion urbaine110 n’attend pas les Lumières, elle est en place dès 1671 dans le feu de la polémique entre Hévin et les Calvairiennes. Peut-être cet antimonachisme bourgeois trouve-t-il un pendant populaire dans les jets de pierres dont se plaignent un grand nombre de couvents rennais au long des XVIIe et XVIIIe siècles111. Il survit en tout cas largement à son contexte de développement : ravivé sous la IIIe République, il n’est pas sans expliquer comment Rennes a pu, jusqu’à nos jours, occulter presque complètement les traces de son passé conventuel112.

DÉBATS

31Guy Saupin – Je suis un peu surpris par la situation rennaise car je fonctionnais sur le schéma nantais pour essayer de comprendre les réactions des corps de ville. Nous ne pouvons pas les mettre en cause : je ne vois pas quelle hostilité ils pourraient exprimer vis-à-vis de ces ordres religieux puisque nous sommes en présence de fervents catholiques. Ils veulent tous soutenir la Réforme catholique et la catholicisation du peuple urbain en vue de réaliser une ville idéale chrétienne. Il n’existe donc pas d’opposition religieuse à l’installation des ordres religieux. Mais il faut mettre ces implantations en relation avec la taille de la ville, avec le rapport au foncier : existe-t-il de la place à l’intérieur de l’intra muros ? J’ai observé à Nantes que, pour une question de dignité, le choix des ordres religieux se porte en premier sur l’intra muros. Selon moi, à partir du moment où ils s’implantent, ils immobilisent de vastes espaces et contribuent à la hausse des prix du foncier. Un responsable municipal ne peut pas tolérer une telle évolution. La distinction entre l’absence d’hostilité du point de vue religieux et une hostilité liée purement à la gestion du foncier urbain est ainsi claire. Mais, à la différence de Nantes qui a un intra muros extrêmement petit, l’intra muros rennais est très large. La place pour s’installer dans Rennes ne manque donc pas. Or, les installations ont eu lieu le plus souvent à l’extérieur : les communautés étaient-elles d’emblée d’accord pour aller s’installer à l’extérieur ? Est-ce que leur revendication était de s’installer dans l’intra muros ? Est-ce une solution de compromis ? Ont-ils accepté en raison d’une négociation ?

32Georges Provost – La clé de ces relations conflictuelles entre le corps de ville et les couvents n’est évidemment pas à chercher du côté du religieux. Ce corps de ville n’est pas moins catholique que les autres et il fait preuve de sa dévotion en d’autres occasions, de manière tout à fait spectaculaire. Ainsi, la municipalité organise le vœu à la Vierge au moment de la peste de 1632, etc. Cette question fait donc bel et bien appel à d’autres niveaux d’explication. Ici, le foncier est essentiel, comme le montre Pierre Hévin quand il déplore que des rues entières de Rennes appartiennent aux gens de mainmorte. Une vérification s’avère nécessaire car il s’agit évidemment d’une argumentation polémique. Mais c’est tellement récurrent que nous ne pouvons imaginer que cela ne soit que pure invention. Un deuxième niveau d’explication du caractère conflictuel des relations entre la ville et les couvents tient à ce qu’elles sont une des traductions les plus directes des conflits de pouvoir dans la ville entre d’un côté, la maison de ville et de l’autre, les grandes familles parlementaires. Pour revenir à la question plus précise que vous posez sur l’intra muros ou le faubourg : à Rennes, ce qui m’étonne un peu, c’est qu’au début du XVIIe siècle, les nouvelles maisons religieuses semblent s’accommoder sans aucune difficulté d’une implantation dans les faubourgs. La revendication de l’enceinte à Nantes (pour les Oratoriens par exemple) se posait dès les années 1610. À Rennes, j’ai l’impression que cette revendication de l’intra muros arrive plus tard, peut-être au moment où justement les maisons sont de plus en plus liées aux grandes familles parlementaires. Elle se ferait plus forte à cette période, dans les années 1640-1650, à un moment où la pression foncière dans la ville doit être aussi plus importante qu’au début du XVIIe siècle. Je conjuguerais bien ici ces deux échelles d’analyse ; il peut en exister d’autres mais je crois que nous ne sommes pas trop loin de la réalité en envisageant les choses ainsi.

33Gauthier Aubert – En travaillant dans les sources notariales rennaises, j’ai repéré beaucoup d’actes passés entre des familles et des couvents. Il y a peut-être là une piste documentaire. Par ailleurs, dans la géographie de la ville, nous distinguons l’intra muros et l’extra muros, mais au fond, parfois, il vaut peut-être mieux être dans l’extra muros mais les pieds au sec au nord de la ville de Rennes que dans l’intra muros mais au sud de la Vilaine et dans la zone inondable. D’autres paramètres jouent donc.

34Philippe Hamon – Michael Breen a évoqué une négociation assez particulière entre la municipalité de Dijon et les Franciscains. La municipalité en difficulté financière leur accorde la possibilité de fonder un deuxième couvent dans la ville moyennant un prêt de 12 000 livres tournois. Est-ce qu’on trouve en Bretagne ce type de négociation financière où la communauté religieuse concernée propose de l’argent directement à la municipalité pour obtenir une installation ou un agrandissement ?

35Georges Provost – Je n’en ai pas trouvé trace. Le cas inverse est courant, mais je n’ai repéré aucun exemple où l’ordre monnaierait en quelque sorte son autorisation.

36André Lespagnol – Je partage l’avis de Guy Saupin sur le poids de la question foncière dans les conflits qui ont pu surgir entre les ordres religieux et les municipalités. Ce qui m’a surpris sur la carte de Rennes présentée par Georges Provost, c’est l’envahissement du territoire urbain et périurbain par ces implantations monastiques, un véritable mitage foncier ! Je comprends que quelques édiles aient été agacés dont Hévin qu’on a cité. J’ajouterai que si nous voyons l’histoire de la ville dans le long terme, ce phénomène est une étape très importante, car ce sont des réserves foncières pour la suite qui se constituent et elles vont jouer un grand rôle jusqu’à aujourd’hui à Rennes où, entre la Visitation et les Jacobins, nous en sommes encore à valoriser ces implantations monastiques. Nous pouvons donner d’autres exemples comme Saint-Cyr. L’arrivée des casernes sera une autre étape. Elles s’installeront d’ailleurs parfois sur des sites de couvent, comme au Colombier. Dans l’histoire longue de la ville, c’est un phénomène très important par ses incidences foncières pour le développement urbain.

37Philippe Jarnoux – Je crois que nous pouvons aller un peu plus loin dans l’interprétation économique. Quand Hévin affirme que des rues entières appartiennent aux gens de mainmorte, je crois qu’il ne pense pas seulement à l’établissement des couvents eux-mêmes mais au nombre de maisons particulières que les couvents possèdent également et qui s’ajoutent au bâti immobilisé dans la ville. Nous le voyons lors de la Révolution avec les ventes des biens du clergé : dans toutes les villes, une part considérable de l’immobilier appartient aux ordres réguliers. Si nous faisons le lien avec ce que nous disions auparavant sur la politique économique des villes ou l’éventuelle politique économique des villes, je crois que les gens des municipalités ont bien conscience que cette immobilisation d’une partie considérable du bâti pèse sur l’économie de la ville. De ce point de vue, leur rôle n’est pas forcément positif. Il faut faire une mesure de l’impact de la présence des couvents. Je pense que les élites municipales ont très largement conscience de la contrainte qu’ils font peser sur le marché immobilier.

38Laurence Croq – Le fait que les biens de mainmorte immobilisent le marché foncier est une réalité, mais ensuite, dès lors que les couvents et les structures séculières sont propriétaires de ces biens, comme elles ne les occupent pas, elles ont presque un rôle de « bailleurs sociaux », – expression évidemment anachronique – dans la mesure où elles ne vont jamais récupérer leur maison pour les occuper. À Paris, les couvents jouent un rôle extrêmement important sur le marché de la location et les marchands qui ne veulent pas immobiliser un capital important dans l’acquisition de leur maison et qui leur louent peuvent être tranquilles. Ils peuvent rester cinquante ans dans la même maison sans risquer de se voir déposséder de leur lieu de travail. Par rapport à l’activité du commerce, cela peut avoir un effet positif.

Notes

1 « La ville & les fauxbourgs de Rennes, qui ne sont que d’une très médiocre estendue, sont tous inondés de religieux et religieuses. » (Arch. mun. Rennes, GG 311, mémoire manuscrit).

2 Aubert, Gauthier éd, Le Recueil historique de Gilles de Languedoc (1724), mémoire de maîtrise, université de Rennes 2, 1993, p. 298. Cette communication doit beaucoup aux échanges avec Gauthier Aubert, que je remercie chaleureusement ici.

3 Lignereux, Yann, Lyon et le roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal (1594-1654), Seyssel, 2003 ; Guignet, Philippe, « Sainteté et engagements municipaux au temps de la Contre-Réforme : Henri d’Outreman, Simon Le Boucq et Jean Le Vasseur, des milites Christi au service de l’Espagne et de leur ville », dans Le Page, Dominique, Rousteau-Chambon, Hélène, Saupin, Guy, dir., Gérard Mellier, maire de Nantes et subdélégué de l’intendant de Bretagne (1709-1729), Nantes, 2010, p. 187-202.

4 Hamon Philippe, « Quelle(s) capitale(s) pour la Bretagne (XVe-XVIIe siècle) ? », dans Le Gall, Jean-Marie (dir.), Les capitales de la Renaissance, Rennes, 2011, p. 71-84.

5 Qu’il me soit permis de remercier ici Catherine Laurent et le personnel des Archives municipales de Rennes pour leur bienveillance à l’égard du chercheur. Je remercie également Corentin Canevet qui a spontanément accepté de réaliser la carte illustrant cette communication.

6 Y font donc exception de gros bourgs sans organisation municipale mais néanmoins susceptibles d’accueillir un couvent de Capucins ou d’Ursulines (Le Faou, Le Faouët, Muzillac, La Guerche) : le clergé et/ou le seigneur jouent alors le rôle essentiel, à l’exemple du duc de Brissac pour le projet – finalement avorté – d’Ursulines à La Guerche en 1664 (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 38 H 50).

7 Lors de la fondation des Augustins de Vitré en 1363 (Martin, Hervé, Les ordres mendiants en Bretagne (v. 1230 – v. 1530), Paris, 1975, p. 35-36).

8 Précieuses sont ici les pages de Barthélemy Pocquet du Haut-Jussé, La vie temporelle des communautés de femmes à Rennes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1916, p. 33-48.

9 Lorsque les Dominicains de Vannes posent la première pierre de leur couvent en 1634, l’inscription commémorative énumère successivement le pape, l’évêque, le roi, le fondateur puis, d’un seul mot, les habitants : « Veneti ». (Le Mené, Joseph-Marie, « Les Dominicains de Vannes », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan [désormais BSPM], 1896, p. 7-41).

10 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 38 H 2-1 : la beauté calligraphique de l’autorisation épiscopale est à la mesure de son importance pour la nouvelle communauté.

11 « Les catoliques estans tous parents, lafaire eust esté decouverte et par l’entremise des huguenots lon se feut oposé à nostre establissement. » (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 18 H 51).

12 Ce qui est le cas très général après le concile de Trente, hormis quelques exceptions telles que les Calvairiennes.

13 Arch. mun. Rennes, GG 313, requête des Carmes de Rennes pour l’établissement des Carmélites, et autorisation de l’évêque pour présenter la requête aux bourgeois de la ville, 20 décembre 1618.

14 Alors que les habitants hésitaient entre Ursulines et Carmélites, l’évêque venu sur place tranche en faveur des Ursulines (Le Mené Joseph-Marie, « Ursulines de Ploërmel », BSPM, 1907, p. 31-42).

15 Audran [F.], [Divers titres relatifs à la fondation des Ursulines de Quimperlé], Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1878-1879, p. 34-44.

16 Pondaven G., « Quelques extraits des délibérations de la maison de ville de Saint-Paul-de-Léon », Bulletin diocésain d’Histoire et d’Archéologie [de Quimper] (désormais BDHA), 1913, p. 56.

17 [Jausions P.], Histoire abrégée de la ville et de l’abbaye de Redon, Redon, 1864.

18 Où le chapitre cathédral est fortement présent en matière d’autorisations conventuelles (Saupin, Guy, « Couvents tridentins et forme urbaine : Nantes du XVIIe au XIXe siècle », dans Nantes religieuse de l’Antiquité chrétienne à nos jours, Nantes, 2008, p. 141-158).

19 Un exemple, aux Ursulines de Quimperlé en 1652 (Audran F., art. cit.).

20 Arch. mun. Rennes, GG 310, lettre du 15 juin 1630.

21 Pierre, Benoist, Le Père Joseph. L’éminence grise de Richelieu, Paris, 2007, p. 296-298.

22 Le Goff, Hervé, Les riches heures de Guingamp, Guingamp, 2005, p. 274-275.

23 Le Mené, Joseph-Marie, « Ursulines d’Hennebont », BSPM, 1907, p. 153-164.

24 Dainville, François de, « Projets d’établissements des Jésuites en Bretagne sous Louis XIII », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. 31, 1951, p. 37-47.

25 Pondaven G., « Quelques extraits des délibérations de la Maison de Ville de Saint-Paul-de-Léon à partir du 1er octobre 1628 », BDHA, 1913, p. 52-56 et du même, « Le collège à Saint-Paul-de-Léon », BDHA, 1917, p. 109-114.

26 Dainville F. de, art. cit. ; Travers, Nicolas, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et comté de Nantes, Nantes, 1841, t. 3, p. 246-247.

27 « Les bourgeois de la ville, qui avoient égard à la petitesse de son enceinte et qui depuis vingt ans y avoient receu trois communautez religieuses, savoir celle des Bénédictins, Bénédictines et celle des Ursulines, étoient résolus à ne pas souffrir qu’il s’y en etablist davantage. Ils s’opposèrent en effet à l’établissement qu’on venoit de commencer » (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 289, historique du collège de Rennes, v. 1730, p. 181).

28 Arch. mun. Rennes, GG 296, requête non datée [1645]. L’année suivante, l’abbesse de Saint-Georges intervient auprès du corps de ville pour tenter d’empêcher l’installation des Catherinettes (Arch. mun. Rennes, GG 312) ; en 1676, les Augustines de l’Hôpital s’alarment de l’installation très controversée des Calvairiennes dans leur voisinage le plus proche, à l’hôtel de Cucé (Arch. mun. Rennes, GG 304, requête de 1676) ; en 1678, le recteur de la paroisse de Toussaints fait de même contre l’hospice des Bernardins (Arch. mun. Rennes, GG 300).

29 À Rennes, Capucins et Calvairiennes se sont introduits sur initiative royale.

30 Paris-Jallobert, Paul, Journal historique de Vitré, 1ère éd. 1880, rééd., Mayenne, 1995, p. 98-99 et 110.

31 Le principe de l’accueil des Jésuites au collège Saint-Thomas était acquis depuis 1586 mais la Compagnie ne s’implante effectivement qu’en 1604. Cf. Durtelle de Saint-Sauveur, Geneviève, Le collège de Rennes depuis la fondation jusqu’au départ des Jésuites 1536-1762, [Rennes], 1918.

32 Arch. mun. Rennes, GG 297, délibération du 16 juillet 1604.

33 À un autre niveau, la reconstruction des couvents mendiants dévastés durant la Ligue à Guingamp, Ploërmel ou Vitré témoigne d’un même engagement des villes.

34 À Josselin, une inscription rappelant en 1640 la pose de la première pierre du couvent des Carmes rappelle encore la munificence des habitants (BSPM, 1906, p. 40) ; à Saint-Pol-de-Léon, les différentes maisons religieuses sont toujours financées par la ville au début des années 1640 (Pondaven G., « Quelques extraits des délibérations de la maison de ville de Saint-Paul-de-Léon », BDHA, 1915, p. 38-39). De même pour les Dominicains de Guingamp dans les années 1648-1651 (Soulabaille, AnnaÏg, Guingamp sous l’Ancien Régime, Rennes, 1999, p. 135).

35 Arch. mun. Rennes, GG 313, requête examinée le 21 décembre 1618.

36 Ibid.

37 Ainsi pour les Dominicains de Vitré ou les Dominicaines ou Catherinettes de Dinan en 1625 (Ollivier, Gilles, Les couvents et la ville. Les fondations dinannaises du XVIIe siècle, de leur origine à la Révolution, Dinan, 1985, p. 28). Lors de l’arrivée des Dominicains à Vannes, la ville n’hésite pas à solliciter le Maître général de l’ordre qui, venu vénérer les reliques de saint Vincent Ferrier, interdit sous peine d’excommunication à tout Dominicain de mendier dans la ville (Le Mené Joseph-Marie, « Les Dominicains de Vannes », BSPM, 1896, p. 7-41).

38 Arch. mun. Rennes, GG 309, délibération municipale du 21 février 1620.

39 Arch. mun. Rennes, BB 521, fol. 41 v°, délibération municipale du 25 mai 1635.

40 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2653, p. 152-156 (états de Nantes, 1637). La pratique se poursuit aux états suivants : des versements comparables ont lieu en 1638, 1641, 1643, 1645...

41 D’où la nécessité, pour les religieuses, des pensions : dès 1619, la prieure des Carmélites de Vannes prend ainsi soin d’annoncer à la ville de Rennes l’arrivée de « six religieuses avec leurs pensions » (Arch. mun. Rennes, GG 313, lettre du 2 décembre 1619).

42 Aubert, Gauthier, « Messieurs du Parlement », dans Aubert, Gauthier, Croix, Alain, Denis, Michel, dir., Histoire de Rennes, Rennes, 2e éd., 2010, p. 108-123.

43 Aubert, Gauthier, « Les parlementaires à Rennes au XVIIe siècle : la grandeur et l’exil », dans Chaline, Olivier, Sassier, Yves, dir, Les parlements et la vie de la cité (XVIIe-XVIIIe siècle), Rouen, 2004, p. 277-300 ; Id., « Une capitale provinciale au miroir de ses riches : Rennes dans les années 1620 ou la naissance d’une ville parlementaire », dans Bourquin, Laurent, Hamon, Philippe (dir.), Fortunes urbaines. Élites et richesses dans les villes de l’Ouest à l’époque moderne, Rennes, 2011, p. 19-42.

44 Cf. par exemple Bordeaux, Peyrous, Bernard, La Réforme catholique à Bordeaux (1600-1789), Bordeaux, 1995, t. 1, en particulier p. 641-654. De façon plus générale, le rôle des officiers de justice dans la Réforme catholique est également avéré : cf. Cassan, Michel, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, 1996, en particulier p. 314-315.

45 Chaline, Olivier, « Familles parlementaires, familles dévotes. Rennes au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 114, 2007, p. 89-130.

46 Aubert, Gauthier, « Des Rennais ordinaires : Roch, Perrine et Guillemette, miraculés d’Yves Mahyeuc », dans Pic, Augustin, Provost, Georges (dir.), Yves Mahyeuc (1462-1541). Rennes en Renaissance, Rennes, 2010, p. 95-106 (en particulier p. 104-106).

47 Arch. mun. Rennes, GG 298, acte d’enlignement, 2 mai 1622. L’évêque fut enterré à la cathédrale mais plusieurs membres de sa famille le furent aux Minimes.

48 Sur tout le dossier qui suit, Arch. mun. Rennes, GG 313.

49 Arch. mun. Rennes, GG 308.

50 Arch. mun. Rennes, GG 296, délibération municipale du 26 mars 1632. Les religieux paraissent médiocrement appuyés et suscitent l’opposition des mendiants déjà présents dans la ville.

51 Un indice : en 1619, les Minimes sollicitent explicitement le faubourg et la question fait si peu problème que la ville ne juge pas nécessaire de reprendre la précision dans son acte officiel de consentement.

52 Le tournant est ici l’admission des Calvairiennes de Saint-Cyr, pourtant voulues par Louis XIII (Arch. mun. Rennes, GG 310, délibération du 12 juillet 1630).

53 Liée notamment à la multiplication des hôtels particuliers (Dennebouy, Noémie, Les hôtels particuliers à Rennes, mémoire de Master 2, université de Rennes 2, 2 vol., 2010).

54 Arch. mun. Rennes, GG 312, articles accordés aux religieuses profeix de saint Dominique, 3 juillet 1636.

55 Ibid. On retrouve la même disposition en 1638 pour les Visitandines de Vannes (Le Mené, Joseph Marie, « La Visitation de Vannes », BSPM, 1897, p. 151-178) et en 1642 pour les Augustines de Rennes (Arch. mun. Rennes, GG 304, conditions de réception par la ville, 8 août 1642).

56 Arch. mun. Rennes, GG 309, délibération municipale du 23 septembre 1633.

57 Croix Alain, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 1980, t. 1, p. 604-605.

58 Archives des Augustines de Rennes, Livre 1 (Annales, depuis 1644), p. 6.

59 La rigueur de ces clauses a frappé tous les auteurs : « la ville, si terrible dans ses contrats », considère [Alphonse] Marteville, Rennes moderne, Rennes, 1850, p. 71 et, à sa suite ; Guillotin de Corson, Amédée, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Paris-Rennes, 1880-1886, t. 3, p. 207 ; « conditions matérielles éhontées », écrit Alain Croix, op. cit.

60 Arch. mun. Rennes, GG 304, clauses arrêtées le 8 août 1642.

61 La sévérité fut également encouragée par le fait que les religieuses annoncées venaient de Dieppe – berceau de la congrégation – et non de Vannes (« il arriva que la vieille antipathie des Bretons pour les Normands se réveillât dans le cœur de nos bourgeois », rapportent les Annales p. 5). Par ailleurs, le retard de deux ans avec lequel les Augustines prirent la route de Rennes, au risque de déconcerter leurs plus fervents soutiens – les Annales le reconnaissent à demi p. 8 – ne plaida pas en leur faveur.

62 Les Annales citent parmi les bienfaiteurs : Mlle Loret, Jean Le Corvaisier, sieur de Pellaine, conseiller au Parlement, M. le président des Loges, M. le président de Cucé, M. le président de Brie, Mme la marquise de Coëtquen, Henriette d’Orléans, Mme de Bellestre Grandin, Mlle Mahé, Mlle de la Fleuriais, Mme la présidente de Bréquigny, Mlle du Clos Daquin, Mme de Kergos, Mme de Francheville, mère du président de la Touche Trébry, Madame de Mejussaume, Mme la maréchale de La Châtre.

63 Ibid.

64 Arch. mun. Rennes, GG 296, requête de la ville au parlement, consécutive à la délibération du 17 novembre 1645.

65 Elle tient, à ce titre, une place particulière chez les historiens de la ville, et ce dès Gilles de Languedoc (Aubert, Gauthier, Le Recueil historique..., op. cit., p. 301).

66 Arch. mun. Rennes, GG 307, procès-verbal du 27 mai 1648.

67 Arch. mun. Rennes, GG 315, acte de fondation du 3 janvier 1652.

68 Ibid, contrat du 30 mars 1654. La ville ne discute guère que quelques points de détail, auxquels la fondatrice renonce sans faire de difficulté.

69 Les archives du parlement éclairent ce point (Chauvot, Olivia, Le Parlement de Bretagne et le religieux à Rennes. Quelles relations ? Étude menée à travers les arrêts sur remontrance 1643-1720, mémoire de Master 2, université de Rennes 2, 2010, p. 40-42).

70 Arch. mun. Rennes, GG 298, contrat du 4 décembre 1655.

71 Voir les actes de fondation conservés aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 20 H 1.

72 à en croire Gilles de Languedoc (Aubert, Gauthier, Le Recueil historique, op. cit., p. 299).

73 Le maréchal, cousin de Richelieu, est l’un des rares membres de la noblesse de cour à appartenir à la Compagnie du Saint Sacrement (Tallon, Alain, La Compagnie du Saint Sacrement, Paris, 1990, p. 26).

74 Arch. mun. Rennes, BB 543, fol. 15, délibération du 16 février 1657.

75 Soit au nord de la Vilaine.

76 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 H 1 et 1 H 2.

77 Madame d’Assérac (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 253).

78 Arch. mun. Rennes, GG 311, contrat du 25 novembre 1671. Cette fondation marque un sommet dans l’instrumentalisation familiale d’un couvent : le nouvel établissement devra s’appeler « Calvaire de Cucé » et sa chapelle, réalisée en 1681, fait figure de mausolée familial. De forme circulaire très originale, l’édifice s’orne des armes de la famille et de ses alliés, réparties notamment à la base de la coupole et à la porte d’entrée. La mémoire du président de Bourgneuf est rappelée par la statue de bronze surmontant le tombeau, les multiples services célébrés annuellement pour le repos de son âme et l’apposition de son portrait au-dessus du portail d’entrée au passage de la procession, civique par excellence, de la Fête-Dieu.

79 Saulnier, Frédéric, « Pierre Hévin et sa famille à Rennes 1620-1775 », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. 14, 1880, p. 287-305 ; La Borderie, Arthur de, « Pierre Hévin. Documents pour sa biographie 1684-1710 », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. 15, 1882, p. 127-143.

80 Hurt, John J., « La politique du parlement de Bretagne » (1661-1715) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 81, 1974, p. 105-130 ; Godin, Xavier, Plessix-Buisset, Christiane, « La réception des ordonnances civile et criminelle par le parlement de Bretagne », dans Aubert, Gauthier, Chaline, Olivier, dir., Les parlements de Louis XIV, Rennes, 2010, p. 67-91.

81 Hévin était parvenu à faire admettre cette réserve aux Augustins dans un contrat passé devant notaire avec la ville le 28 septembre 1671 (Arch. mun. Rennes, GG 299 et Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 H 2).

82 Cette implication des états (où Hévin était présent) apparaît à deux reprises dans la documentation : dans une lettre de Hévin au duc de Chaulnes (janvier 1672), puis dans l’arrêt du Conseil du roi du 7 septembre 1672 (Arch. mun. Rennes, GG 311). Le registre des délibérations des états (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, C 2658) n’en garde toutefois pas trace.

83 Arch. mun. Rennes, GG 311.

84 Ibid.

85 Bibliothèque de Rennes Métropole, 2461/43 et 44.

86 Ibid., procès-verbal du concierge des prisons, 2 août 1673. La communauté de ville s’assembla extraordinairement le 5 août pour témoigner sa reconnaissance à Hévin (BB 559, fol. 30 r°/31 r°).

87 Arch. mun. Rennes, BB 562, fol. 34 r°, délibération du 21 août 1676.

88 Arch. mun. Rennes, GG 311.

89 Cf. dans ce volume la contribution de Gauthier Aubert.

90 Dans les années 1664-1665, la ville a renâclé lorsqu’il a fait ériger un bâtiment qui outrepasse les « enlignements » prévus... mais sans réussir à l’empêcher (Arch. mun. Rennes, GG 311).

91 Arch. mun. Rennes, GG 314, consentement de l’évêque du 13 novembre 1673.

92 À Nantes, le corps de ville laisse également les Pénitentes du Refuge s’implanter dans l’intra muros vers 1670, contrairement à la défense qu’il avait exprimée dès les années 1610, bien plus tôt qu’à Rennes (Saupin, Guy, art. cit.).

93 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 254.

94 Arch. mun. Rennes, BB 562, fol. 55 v°, délibération du 14 décembre 1676.

95 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 38 H 40/1.

96 Aubert G., Le Recueil historique... op. cit., p. 298.

97 Arch. mun. Rennes, GG 300, requête non datée, [1678]. La ville acceptera l’extension en 1679.

98 Ainsi des Sœurs de Notre-Dame de Charité du Refuge d’Hennebont ou des Ursulines du Faou, fermées respectivement en 1687 et 1690.

99 Ainsi avec Mme de Bellestre en 1654, avec les Augustins en 1671 (Arch. mun. Rennes, GG 315 et 299).

100 Arch. mun. Rennes, GG 305.

101 Frostin, Charles, Les Pontchartrain ministres de Louis XIV : alliances et réseau d’influences sous l’Ancien Régime, Rennes, 2006 ; Chaline, Olivier, « Louis XIV et deux millions de Bretons », Bulletin de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, t. CXI, 2007, p. 97-121.

102 Chaline, Olivier, art. cit.

103 Arch. mun. Rennes, BB 628, fol. 73 r°/74 r°, délibération du 7 décembre 1741.

104 En 1734, abbayes et couvents possèdent près de 150 maisons dans la ville (Jarnoux, Philippe, Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 1996, p. 138). En 1790, la propriété ecclésiastique représente 10 % de la superficie de la commune de Rennes, qui déborde nettement, il est vrai, la ville et ses faubourgs (Rébillon, Armand, La situation économique du clergé à la veille de la Révolution dans les districts de Rennes, de Fougères et de Vitré, Rennes, 1913, p. LVI).

105 Arch. mun. Rennes, GG 298, procès-verbal d’enlignement du couvent des Minimes, 31 mai 1620.

106 L’extrait concerne les Augustins (Aubert, Gauthier, Le Recueil historique, op. cit., p. 301).

107 Aubert, Gauthier, « Les avocats sont-ils des notables ? L’exemple de Rennes aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Jean-Marie, Laurence et Manœuvrier, Christophe, dir., Distinction et supériorité sociale (Moyen Âge et époque moderne), Caen, 2010, p. 123-145.

108 Une « histoire de volontés et de faiblesses successives », écrit d’ailleurs Marteville (Rennes moderne, Rennes, 1850, p. 68-71).

109 Jégou, Karine, Essai de sociologie religieuse. Le recrutement dans les communautés féminines rennaises (XVIIe et XVIIIe siècles), mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1996.

110 Cf. le parallèle possible avec Nantes (Saupin, Guy, art. cit.) ou à une autre échelle Naples : Marin, Brigitte, « Espaces sacrés, concessions de terrain public et aménagements urbains à Naples au XVIIIe siècle », dans Dumons, Bruno et Hours, Bernard, dir., Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle. La cité réenchantée, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010, p. 17-31.

111 Aux trois cas déjà cités par Paul Banéat (Le vieux Rennes, Rennes, 1926, p. 348, 455, 604) – Carmes 1613, Grandes Ursulines 1658, Sœurs de la Charité du Refuge 1708 – il faut ajouter les Bénédictines de Saint-Georges en 1686 et 1732 (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 23 H 170) et les Calvairiennes de Cucé en 1681 (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 26 H 10).

112 Les deux abbayes étant naturellement à part.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540