Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Quatrième partie. Les pouvoirs municipaux à l’épreuve : crises internes et interventions extérieures

Une municipalité pour temps de crise ? Rennes, 1675

Gauthier Aubert

Texte intégral

  • 1 Nicolas Jean, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Seuil, 2 (...)
  • 2 Croix Alain, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993.
  • 3 Collins James B., La Bretagne dans l’État royal, Rennes, PUR, 2006.
  • 4 Un aperçu des troubles rennais à travers les arrêts sur remontrances du parlement dont l’inventair (...)
  • 5 Ronzeaud Pierre, Peuple et représentations du peuple sous le règne de Louis XIV, Aix, Presses de l (...)

1En essayant d’envisager la révolte du Papier timbré depuis les fenêtres de l’hôtel de ville de Rennes, c’est la question de la gestion de l’imprévu que nous voudrions évoquer, puisque l’exercice du pouvoir implique nécessairement de faire face à l’événement inattendu. Certes, une révolte n’est jamais totalement inattendue : il y a des signes avant-coureurs, des bruits et des bris en particulier ; de plus, on peut, à la suite de travaux de Jean Nicolas, considérer que le fait rebellionnaire est endémique dans les villes1. Dans le cas rennais, il nous faut d’ailleurs sortir de l’image d’une Bretagne de l’âge d’or sans révolte : cette idée, appuyée sur le constat de l’absence de « fureurs paysannes » avant la révolte des Bonnets rouges2, est à nuancer, comme l’a montré James Collins pour Nantes3, et comme le montrent, à Rennes, les troubles, d’intensité il est vrai variable, des années 1636, 1640, 1661, 1662, 1669, 1673 et, bien entendu, 16754. Mais même si elle revient « toujours », la révolte, par rapport aux travaux de pavage ou de réfection des barrières, et un peu comme l’incendie auquel le vocabulaire du temps la compare souvent5, reste malgré tout un imprévu.

  • 6 Aubert Gauthier, « Gilles de Languedoc (1641-1730), bourgeois de Rennes, greffier de la com-munaut (...)
  • 7 Sur les conditions qui ont prévalu à « l’élection » du procureur-syndic Gentil, voir le témoignage (...)
  • 8 Mémoire de M.-A. Millotet, Muteau Charles éd., Dijon, Rabutot, 1866, p. 57, cité par Salvadori Phi (...)
  • 9 BnF, Clairambault 796, fol. 401, lettre à Colbert, 2 XI 1675.
  • 10 Le règlement municipal de 1627 ne prévoit aucune place pour les parlementaires au sein de l’assemb (...)

2Or, comment gérer un tel imprévu pour une municipalité qui n’est ici qu’un pouvoir parmi d’autres, dénué de celui de juger de surcroît ? Outre le parlement, les bourgeois de l’hôtel de ville doivent aussi compter avec le présidial, les gouverneurs, celui de la ville, celui de la province, et, entre les deux, le lieutenant général, même s’il est vrai que ces personnages sont inégalement présents dans la ville et que la présence physique est un facteur extrêmement important. Face à ces puissances, entre lesquelles les rivalités existent, et dans le domaine du maintien de l’ordre qui va nous intéresser ici, la place de la municipalité tient d’abord au fait que d’elle dépend la convocation de la milice bourgeoise – qui en est une extension –, qui constitue la seule force de l’ordre dans la ville, avec la poignée d’archers de la maréchaussée qui y stationnent. Pour autant, il ne faut pas avoir du paysage institutionnel une vision trop tranchée. Ainsi les gouverneurs président-ils les assemblées de la communauté de ville et peuvent-ils avoir une influence sur les nominations stratégiques. En 1670, par exemple, le marquis de Coëtlogon, gouverneur de la ville, a imposé un greffier à la municipalité contre l’avis de celle-ci6. De façon comparable, bien que la fonction centrale de procureur-syndic soit élective, on sait que celui en place en 1675 est en fait une créature du duc de Chaulnes, gouverneur de Bretagne7. Quant au parlement, il n’est pas démuni, comme le rappellent les réflexions du magistrat, et un temps maire de Dijon, Millotet, dont la portée dépasse la Bourgogne : « Dans les villes de parlement, il y a tant d’avocats, de procureurs, d’huissiers, de sergents et autres gens de pratique qui despendent en quelque façon du premier président par la subordination qu’il y a entre eux, qu’un premier président qui a tant soit peu d’intelligence se trouve toujours très puissant8. » S’exprimant de son côté au sujet des conditions d’accès au capitoulat toulousain, l’intendant d’Aguesseau estimait quant à lui qu’il était juste que le premier président ait autorité sur la maison de ville9. À Rennes, mais cela vaudrait dans bien des villes de parlement, la cour pouvait en premier lieu exercer une influence en vertu de ses pouvoirs de police. De plus, les procureurs syndics étant presque toujours des avocats et la moitié des échevins étant des procureurs, ceux-ci pouvaient être désireux de ne pas froisser la magistrature. Enfin, le parlement peut peser sur l’assemblée municipale par le biais de ses officiers secondaires qui y siègent10. Le présidial, de son côté, comptait plusieurs représentants au sein de cette assemblée, en particulier ses parquetiers, qui étaient par ailleurs sous l’autorité du procureur général du parlement. Ainsi l’hôtel de ville pouvait-il être, à l’instar d’ailleurs de ce qui ressort des mémoires de Millotet, un lieu qu’il fallait contrôler, et que les puissances locales étaient susceptibles de se disputer par candidats interposés.

  • 11 Par exemple, en 1682 (année calme), les registres signalent 22 assemblées ayant donné lieu à une d (...)
  • 12 La présente communication s’appuie sur un dossier en cours de constitution sur les révoltes urbain (...)

3Aussi fermée aux éléments populaires qu’elle est grande ouverte à tout ce que la ville compte de notables et de puissances, la municipalité rennaise est donc une réalité difficile à individualiser, à cerner. Elle l’est d’autant plus que la communauté de ville se confond avec l’assemblée, qui se tient plusieurs fois par mois11. Ainsi, en cas d’événement important, cette municipalité à géométrie variable se dilate en voyant affluer vers elle des notables qui, autrement, ne viennent guère participer aux délibérations. Pour autant, la pratique permet de comprendre que dans l’esprit de chacun la municipalité existe bel et bien : elle est, stricto sensu, le lieu de pouvoir des « bourgeois », soit la part des robins – qui peuvent être nobles – et des marchands qui y exercent ou y ont exercé des fonctions, et y siègent régulièrement, voire systématiquement. Aussi peut-on se demander si cette municipalité a une existence politique autonome, si elle est capable d’être autre chose qu’un lieu de réunion des forces vives de la cité à des fins d’organisation des tâches collectives les plus banales et, en cas de conflit, une simple courroie de transmission au service de plus puissants qu’elle. C’est cette question d’une éventuelle autonomie politique que les secousses rebellionnaires que connaît Rennes entre avril et août 1675 vient soulever avec une particulière acuité12.

Les succès initiaux du 18 avril

  • 13 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 17.
  • 14 Arch. mun. Rennes, BB 463, brouillon de lettre de la municipalité de Rennes.
  • 15 Ibid., conforté par plusieurs témoignages, dont celui du président de Montigny (BnF, Clairambault (...)

4Ce jour-là, qui voit la foule s’attaquer à plusieurs bureaux des taxes – dont celui du papier timbré –, à lire le registre de la municipalité, celle-ci ne joue qu’un rôle effacé. Ainsi le dit registre est-il silencieux à la date du 18 avril. Le lendemain, il signale la tenue d’une assemblée de ville, convoquée par le gouverneur de Coëtlogon, après que celui-ci soit sorti du parlement13. Bref, le marquis vient donner des nouvelles et des ordres aux bourgeois, en l’occurrence leur faire connaître l’arrêt rendu par la cour au sujet de la mobilisation de la milice. D’autres sources donnent toutefois une version moins passive de la municipalité. Ainsi, dès le début de l’émeute, le 18, le procureur-syndic s’est rendu chez le premier président du parlement pour prendre les ordres14. La première intervention effectuée pour calmer les émeutiers associe le gouverneur de la ville, des parlementaires et des bourgeois. Il en va de même lors de la seconde intervention, menée cette fois pour réprimer par la force la révolte15. Cet engagement actif dans la répression peut se comprendre en rappelant que l’on craint alors que les émeutiers, après avoir fait un sort aux bureaux fiscaux, ne s’en prennent aux banquiers et autres riches particuliers. Une certaine peur sociale se fait donc jour. Il faut d’ailleurs noter que, parmi les capitaines de la milice, se trouvent plusieurs gens d’affaires, à tel point que l’on peut se demander si leur engagement milicien ne relève pas d’une précaution d’autodéfense.

  • 16 Arch. mun. Rennes, BB 463.
  • 17 Descimon Robert, « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC (...)
  • 18 Aubert Gauthier, « Parlement et maintien de l’ordre : Rennes, 1662-1675 » dans Aubert Gauthier, Ch (...)
  • 19 « ... leur declarant publicquement que Sa Majesté avoit eu la bonté de remettre le dit tabac et de (...)
  • 20 BnF, Mélanges Colbert 167, fol. 314, lettre de l’évêque de Saint-Malo à Colbert, 11 II 1674.

5Au soir du 18, les autorités locales donnent l’impression de contrôler la ville – au moins l’intra muros – et les forces municipales n’y sont pas pour rien. Le lendemain, la communauté confie au procureur-syndic Gentil d’écrire au gouverneur de la province, le duc de Chaulnes, alors à Paris, ainsi qu’à Pomponne, secrétaire d’État ayant la Bretagne dans son département. La lettre, connue par un brouillon récemment découvert16, permet de déballer un classique argumentaire déculpabilisant17 : les émeutiers, y lit-on, ne sont pas des gens d’ici, puisqu’il s’agit de la canaille venue d’ailleurs et agglutinée dans les faubourgs. Notons que, au même moment, le parlement développe d’ailleurs exactement la même version. En revanche, le discours municipal se distingue en indiquant que la décision de recourir initialement à des remèdes doux – qui ont finalement échoué – pour calmer les émeutiers a été prise par le seul premier président, qui ne s’en vantera pas par la suite. Et d’ajouter que la décision de passer à l’action de manière forte a été prise lors d’une assemblée municipale, en accord avec le gouverneur de la ville, le marquis de Coëtlogon. Exit donc le parlement dans cette version des faits, ce qui n’a sans doute rien d’innocent. En effet, la dernière fois que le roi a entendu parler de Rennes au sujet d’une révolte, c’était en 1662 et le premier président avait alors cru bon d’indiquer que les bourgeois n’auraient pas rempli leur rôle en terme de maintien de l’ordre, à tel point que le procureur-syndic de l’époque avait été convoqué en cour pour s’expliquer18. En 1675, son successeur a beau jeu de souligner que, cette fois, la faiblesse est plutôt à chercher du côté du palais de justice que de l’hôtel de ville. Enfin, en rapportant les paroles au moins maladroites du premier président aux émeutiers19, la municipalité envoie un message que le duc de Chaulnes risque de recevoir avec intérêt, lui qui entretient des relations assez mauvaises avec le premier président20. Ce faisant, ce qui se dégage au soir du 18 avril, c’est que la municipalité apparaît plus dans la dépendance politique des gouverneurs que dans celle du parlement.

  • 21 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 20.
  • 22 Ibid., fol. 22.
  • 23 En 1669, son prédécesseur le duc de Chaulnes est entré au parlement d’abord d’après le notaire Duc (...)

6Ces courriers qui partent de Rennes vers Paris et la cour nous ramènent également vers ce qui est le grand enjeu de l’immédiat après-révolte, et que l’on pourrait résumer par l’expression moderne de « guerre des communiqués » : chaque acteur, chaque institution se précipite sur son porte-plume aussitôt les mutins mis en déroute pour donner sa version des faits. En l’état, on peut considérer que cette opération est, pour la municipalité, une réussite. Le 26 avril, le marquis de Lavardin, lieutenant général fraîchement arrivé à Rennes, entre à l’hôtel de ville et reprend devant l’assemblée l’idée que les « bons habitants » n’ont rien à se reprocher dans cette affaire21. Dans la foulée – et après une petite hésitation peut-être révélatrice d’un soupçon de l’écart possible entre discours et réalité ? –, il autorise le traditionnel tir du papegault. C’est là une façon de dire que, pour les « bons » habitants concernés au premier chef par cette fête civique, la vie continue, et qu’il n’y a pas de danger à les laisser passer la journée à jouer avec des armes. Puis, le 27 avril, est donnée lecture à l’hôtel de ville d’une lettre de Chaulnes et d’une autre de Pomponne, qui reprennent cette thèse de l’innocence des « bons Rennais » et certifient que le roi est satisfait de leur conduite22. Mieux peut-être : s’il a certes déjà dîné avec le premier président dès le 25, le marquis de Lavardin – chez qui déjà pointe l’homme de la provocatrice entrée dans Rome de 1687 ? – commence par visiter le 26 la communauté de ville, avant de faire son entrée au parlement le 27 seulement23. Le palais apparaît alors marginalisé, tandis que l’hôtel de ville peut avoir le sentiment d’être le point d’appui premier de l’autorité du roi dans la ville.

Chronique d’un naufrage politique

  • 24 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 24.
  • 25 SHD Vincennes, A439, fol. 499, lettre de Jonville à Louvois, 20 IV 1675.
  • 26 Bercé Yves-Marie, Histoire des Croquants, Genève-Paris, Droz, 1974, 2 vol. 
  • 27 Voir en particulier la lettre du procureur général Huchet à Colbert, 28 IV 1675 (BnF, Clairambault (...)
  • 28 Bérenger Jean, « La révolte des Bonnets rouges et l’opinion internationale », Annales de Bretagne (...)
  • 29 Une amnistie est venue très vite couvrir les faits bordelais de la fin mars.
  • 30 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 30.

7Le 3 mai, le duc de Chaulnes arrive à son tour à Rennes et lui aussi entre à l’hôtel de ville en premier lieu. Pourtant, c’est alors que les ennuis commencent pour les bourgeois municipaux. Le gouverneur déclare en effet d’emblée à ces derniers que, finalement, le roi n’est pas pleinement satisfait de leur conduite face aux émeutes24. Comment expliquer ce retournement ? En premier lieu certainement par les « avis » reçus par le roi et auxquels fait explicitement allusion Chaulnes. En effet, une lettre adressée à Louvois par un commissaire des guerres en poste à Nantes raconte qu’on lui a dit qu’à Rennes, le peuple avait pris les armes et que le maire et les échevins avaient été par les rues criant « Vive le Roy sans gabelle25 ». Fausses pour l’essentiel, ces informations n’en sont pas moins certainement hautement crédibles pour un gouvernement habitué à ces solidarités interclassistes lors des émotions26, et on ne peut douter qu’elles aient produit un méchant effet. En second lieu, il faut souligner que les propos rassurants selon lesquels l’intervention énergique du 18 avril a été un succès sont démentis par des faits qui n’ont pas tardé à être connus en haut lieu : ainsi le 19, des petits bureaux des devoirs situés dans les faubourgs de la ville sont attaqués ; le 25, surtout, la ville connaît une nouvelle secousse de grande ampleur, marquée en particulier par l’incendie du temple de la ville27. Le fait que les collégiens aient participé à l’opération est d’ailleurs certainement un peu gênant pour des notables locaux qui sont tous peu ou prou aussi des parents d’élèves. Enfin, Louis XIV est sans doute d’autant plus enclin à froncer les sourcils que la révolte ne cesse de se répandre : initialement bordelaise, elle est devenue rennaise et la voilà désormais nantaise. En somme, c’est toute la façade atlantique qui semble vaciller, en ces temps qui voient la flotte hollandaise menacer les côtes et circuler les craintes de quelques tentatives de subversion intérieure28. Le pouvoir royal, initialement conciliant29, fait désormais, devant la contagion, le choix d’un traitement dur des événements, ce qui se manifeste, en plein printemps, par l’envoi de troupes en Bretagne. Le 14 mai, les Rennais prennent définitivement la mesure des menaces qui pèsent sur eux, par une lettre du roi leur disant que « nous vous rendrons responsables de tous les événements qui pourroient arriver30 ».

  • 31 Ibid., fol. 25.
  • 32 Ibid., fol. 28.

8En fait, dès avant la réception de cette lettre, les Rennais ont visiblement bien compris ce qu’on attend d’eux. Dès le 4 mai, reconnaissant que des bruits fâcheux continuent à se répandre en ville, la municipalité accepte l’idée des gouverneurs de lever une troupe de 200 hommes parmi les miliciens31. Et il est décidé en même temps l’achat de 200 mousquets et 200 épées, mesure dont on peut évaluer le sérieux au fait qu’elle est budgétée par la captation d’un fond destiné à un aqueduc. Pourtant, dès le 6 mai, cette levée est un échec ; n’y voyons cependant pas une manifestation de la veulerie de bourgeois en armes oscillant entre complicité et peur de l’émeute, comme on aime souvent à se les représenter : une solution de rechange est en effet aussitôt trouvée, consistant à confier aux compagnies de la milice elles-mêmes les tours de garde32. La bonne volonté des bourgeois ne semble donc pas pouvoir être contestée.

  • 33 BnF, Mélanges Colbert 171 bis, fol. 565, lettre de Chaulnes à Colbert, 16 VI 1675.

9La mise en place de ce dispositif destiné à prévenir d’éventuelles nouvelles attaques contre les bureaux fiscaux dont le duc de Chaulnes est alors en train d’organiser la réouverture ne concerne cependant pas toute la ville : une lettre postérieure nous apprend en effet que le duc n’a sollicité que les compagnies de la haute ville, réputées plus sûres car socialement moins marquées que celles de la basse ville et des faubourgs par la présence des artisans33. En ce début mai, l’image d’une ville intra muros assiégée par des faubourgeois a vécu dans les faits, les autorités prenant acte que le flot rebellionnaire recouvre aussi désormais la partie basse de la ville close, populaire et collégienne. Seule la haute ville tient lieu de refuge de l’autorité, mais cette vérité n’est pas encore avouée. Chaulnes attendra en effet le 16 juin pour signaler au gouvernement ce « détail » qui montre combien le mal est grand, tandis que, de son côté, le registre de délibérations de la municipalité feint d’ignorer que seule une partie de la ville est jugée suffisamment sûre pour être mobilisée pour la défense de l’ordre monarchique. Le registre, en somme, fonctionne ici comme un conservatoire scripturaire d’une unité urbaine qui n’est qu’un leurre.

  • 34 Sur ce moment de « surchauffe civique » : Aubert Gauthier, « La prise d’armes rennaise de juin 167 (...)
  • 35 Ce qui tend à être confirmé par l’absence de dépenses de bouche dans le registre des miseurs (Arch (...)
  • 36 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 38.

10Dans les jours qui suivent, les registres ne disent rien non plus des événements qui affectent la ville entre le 8 et le 20 juin. Or, on sait que Rennes connaît alors des troubles graves : refus de miliciens de laisser des soldats du roi entrer dans l’hôtel de ville, malgré les ordres de Chaulnes et départ piteux des dits soldats sous les quolibets et les pierres ; siège de l’hôtel du duc de Chaulnes insulté au passage ; vives tensions entre et à l’intérieur de compagnies miliciennes ; ouverture, enfin, des prisons et même d’un magasin d’armes. De tout cela, le registre ne dit rien, comme il ne dit rien non plus de l’élan civique réconciliateur qui, début juillet, voit les compagnies participer activement aux dévotions autour des reliques du premier évêque de Rennes34. Bref, le contraste entre le foisonnement événementiel et le silence du registre conduit à conclure à une disparition politique de l’hôtel de ville. Et de fait, l’assemblée municipale ne tient aucune réunion, apparemment, entre le 6 et le 21 juin35. En fait, il est évident que les événements de juin posent un évident problème d’écriture : comment écrire le renversement de l’ordre ? Comment dire la division ? Un registre de délibérations n’est pas une chronique, c’est un recueil actant les décisions prises par l’autorité légitime. Sans doute le fait que la municipalité soit très dépendante des gouverneurs – le procureur-syndic étant une créature de Chaulnes et le greffier de Coëtlogon – rendait le geste encore plus difficile, mais la vraie difficulté tient à la nature même de ce type de documents. De plus, le fait que la milice bourgeoise soit alors déjà mobilisée rend inutile toute réunion de l’assemblée municipale sur le sujet des affaires du moment : qu’aurait pu demander de plus la municipalité qu’une mobilisation générale qui existait déjà, les compagnies de la haute ville étant sous les armes sur ordre de Chaulnes, et celle de la basse ville et des faubourgs l’étant de leur propre initiative, au grand dam du duc ? En somme, le pouvoir municipal a peut-être moins disparu qu’il n’a déserté l’hôtel de ville pour gagner la rue, où il survit sous une forme atomisée entre les compagnies miliciennes qui tiennent rues et portes, certes, mais ne tiennent pas registre, et traitent directement, et par oral, avec leur chef naturel, le duc de Chaulnes. C’est une fois le calme revenu que la municipalité refait surface en son hôtel et en son registre, avec, le 21 juin, l’enregistrement de l’ordonnance du duc qui signe le retour à une certaine tranquillité36.

  • 37 BnF, Clairambault 796, fol. 279, lettre de Coëtlogon-père à Colbert, 20 VII 1675.
  • 38 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 43 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 574, registre secret du parl (...)
  • 39 Rappelons que, suite aux troubles nantais du printemps, le gouverneur de la place, Molac, a été dé (...)
  • 40 BnF, Mélanges Colbert 171 bis, fol. 458, lettre de Chaulnes à Colbert, 12 VI 1675.
  • 41 Ibid., fol. 534, lettre de Chaulnes à Colbert, 15 VI 1675.
  • 42 Ibid., fol. 565, lettre de Chaulnes à Colbert, 16 VI 1675.
  • 43 Ibid., fol. 772, lettre de Chaulnes à Colbert, 30 VI 1675.

11Alors que Chaulnes est parti en Basse Bretagne à la poursuite des Bonnets rouges, apparemment persuadé qu’il a rétabli l’ordre à Rennes, une nouvelle flambée de violence frappe la capitale provinciale le 17 juillet. Face à cette opération dirigée cette fois contre le seul bureau du papier timbré, la réaction des autorités rappelle celle du 18 avril, puisque les bourgeois miliciens participent activement à la répression37. De plus, le lendemain, afin de marquer leur absence totale de solidarité avec les émeutiers, les bourgeois déposent au parlement une vigoureuse requête afin que celui-ci informe contre les coupables38. En fait, cette ultime révolte – mais nul ne sait alors que c’est la dernière – est une mauvaise nouvelle pour la municipalité, car elle montre non seulement son incapacité à prévenir les troubles, mais encore elle accrédite l’hypothèse de Chaulnes selon laquelle les robins en sont les vrais responsables. En effet, cherchant la « main invisible » seule capable selon lui d’expliquer pareille résistance à ses efforts pacificateurs, et pris dans la nécessité de trouver un scénario plausible qui le protégerait de la disgrâce qui pourrait le menacer39, le duc s’est apparemment (?) persuadé dans le courant du mois de juin que, selon sa propre expression, « la véritable source de ce soulevement vient du parlement40 ». Et de préciser : « Depuis les procureurs [nombreux à l’hôtel de ville, notons-le bien] jusques aux presidens à mortier, le plus grand nombre va à combattre l’autorité du roy41. » L’attaque ciblée sur le seul papier timbré le 17 juillet peut alors passer pour la preuve du fait puisque, comme il l’avait lui-même indiqué un mois plus tôt, la taxe la plus contestée n’est pas celle du tabac – susceptible de mécontenter le bas peuple –, mais celle du papier timbré, qui déplaît d’abord et avant tout aux gens de robe42. Ainsi, négligeant les efforts faits par les « bons » bourgeois pour ramener le calme depuis le 18 avril jusqu’au 17 juillet, Chaulnes opte in fine pour l’image d’une ville gangrenée jusqu’en son cœur – en l’occurrence la communauté de ville – par le mal de la désobéissance. Alors que, après le 18 avril, on s’était mis d’accord sur l’image d’une ville qui tenait bon bien qu’assiégée par les canailles des faubourgs, et que, après le 25 avril, on avait présenté une haute ville fidèle, cette fois, la partie de la ville qui semble rester loyale à l’autorité apparaît réduite à presque rien. La sentence tombe dès le 30 juin quand Chaulnes écrit au gouvernement que « toute [la] ville est complice43 ». Le mythe des bourgeois unanimement fidèles et fiables a alors bel et bien vécu.

Une répression qui ne passe pas

  • 44 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 50.
  • 45 Aubert Gauthier, « Parlement et maintient de l’ordre », art. cit.
  • 46 Dès sa lettre du 19 juin, Chaulnes est très clair sur ce point : « Comme il convient de fermer les (...)

12Cette attaque des bureaux du 17 juillet est donc finalement une catastrophe pour Rennes car le roi, « éclairé » par les lettres de Chaulnes, ne peut que punir sous peine de se dédire. Pourtant, l’espoir d’échapper à une répression sévère demeure. Chaulnes, dans ses courriers, se veut rassurant et écrit même aux Rennais en août qu’ils ne sont pas concernés par les troupes qui affluent vers la Basse Bretagne44. Mais ce que les bourgeois ne savent pas, c’est que dans le même temps, le duc, conformément à la méthode de rétablissement de l’ordre qui consiste à endormir pour mieux punir45, assure à Colbert qu’il ne se contentera pas d’un simple retour au calme, et que la punition viendra en son temps46. Les Rennais de l’hôtel de ville ont alors sans doute cru le duc car celui-ci était leur protecteur, leur procureur-syndic sa créature, donc que l’institution municipale dépendait de lui. Mais Chaulnes devait, pour se protéger des foudres royales, lâcher les bourgeois et accabler les parlementaires.

  • 47 Bercé Yves-Marie, Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du XVIe au XIXe siècle (...)
  • 48 Marie de Sévigné, lettre du 13 xi 1675, éd. Gérard Gailly, Paris, Gallimard, 1963, p. 910.
  • 49 Arch. mun. Rennes, reg. BMS, Saint-Martin GG 4, 13 VIII 1676.

13L’entrée de Chaulnes dans Rennes le 12 octobre à la tête de milliers d’hommes est alors d’autant plus une rupture que le duc déploie bientôt toute une palette de mesures punitives : logement des gens de guerres ; exécution des meneurs ; arrestation de procureurs ; transfert du parlement à Vannes ; évacuation (et peut-être destruction) du faubourg le plus turbulent ; désarmement de la milice bourgeoise ; destitution du procureur-syndic, jugé incapable de tenir la ville. On le voit : il y en a pour tout le monde, de la populace aux parlementaires. En vertu du principe de punition solidaire – récemment inscrit dans l’ordonnance criminelle de 1670 –, la ville est donc châtiée, mais la répression est ciblée, « exacte et terroriste » pour reprendre l’expression bien connue d’Yves-Marie Bercé47. Mieux, Rennes ne perd aucun de ses privilèges et ne voit pas, comme c’était un moment prévu, d’édification de forteresse48. Faut-il y voir un symbole ? à l’été 1676, la nouvelle cloche de la paroisse Saint-Martin est baptisée par le gouverneur de la ville, Coëtlogon, et par la femme du procureur général Huchet49. Le fait de voir des gens qui ont été les fers de lance de la répression honorer une paroisse sur le territoire de laquelle vient mourir le faubourg le plus tumultuaire de l’année 1675 est peut-être révélateur d’une volonté de ne pas écraser les Rennais et d’opérer une rapide réconciliation, quoiqu’ait pu en dire une historiographie obnubilée par l’image de la Bretagne victime d’un roi despotique. Par rapport à Bordeaux au même moment, ou encore à Marseille quelques années plus tôt, la capitale bretonne s’en tire ainsi plutôt à bon compte (tableau ci-contre).

14La répression menée par Chaulnes est donc subtile. Ainsi si tous doivent subir la présence des troupes et les charges qui vont avec, seul le procureur-syndic Gentil et les membres de la municipalité liés au parlement – procureurs et avocats principalement – sont vraiment malmenés : les autres, ceux qui resteront à Rennes une fois la cour transférée à Vannes et les soldats repartis aux frontières, qu’ils soient magistrats, procureurs ou avocats au présidial ou marchands, sont finalement plutôt ménagés. Chaulnes est certes obligé de punir en souvenir des déboires qu’il a subis, obligé de punir aussi pour donner le change aux ministres et au roi, mais il donne en même temps l’impression de ne pas écraser la capitale de son gouvernement. Sans doute n’oublie-t-il pas que face au parlement et surtout aux États – front fiscal essentiel et cœur de son action politique –, il a besoin d’alliés.

  • 50 Loirette François, « La sédition bordelaise de 1675, dernière grande révolte urbaine de l’Ancien R (...)
  • 51 Pillorget René, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, E. Pédone, (...)

Rennes 1675

Bordeaux 167550

Marseille 166051

Justice

Transfert du parlement Arrestations de procureurs

Transfert du parlement et de la cour des aides

Municipalité

Destitution du procureur-syndic

Perte de l’exemption des droits de convoi et de comptablie

Exil des consuls Dissolution du conseil et refonte totale des institutions municipales

Milice

Désarmement

Désarmement

Désarmement partiel

Paroisses

Déposition des cloches de Sainte-Eulalie et de Saint-Michel Destruction du clocher de Saint-Michel (non exécuté)

Urbanisme

Évacuation d’un faubourg (destruction des maisons ?)

Destruction d’une partie des murailles et de la porte Sainte-Croix Désarmement des autres portes ? Destructions de maisons proches du Château-Trompette

Destruction de la porte Royale et des murailles voisines Érection d’une citadelle et d’un fort Érection d’une pyramide à l’emplacement de la maison du meneur Niozelles

Divers

Exécutions de meneurs Logement de troupes

Exécutions de meneurs Logement de troupes

Exécution d’un meneur Logement des troupes

  • 52 L’indignation municipale est en particulier exprimée dans une supplique au roi dont on ne sait si (...)
  • 53 Voir la contribution de Philippe Hamon dans le présent volume sur Rennes au temps de la Ligue.
  • 54 Voir en dernier lieu la lettre écrite au lendemain des événements du 18 avril (Arch. mun. Rennes, (...)
  • 55 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 20.
  • 56 Hamon Philippe, L’Or des peintres. L’image de l’argent du XVe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2010, (...)
  • 57 Arch. mun. Rennes, BB 559, fol. 40.
  • 58 Isbled Bruno, Moi, Claude Bordeaux... op. cit., p. 181.
  • 59 Chez les notaires Toudoux et La Monneraye, chez le fils de l’ancien alloué Cormier ou encore chez (...)

15Malgré cette relative modération, c’est l’incompréhension et partant l’indignation qui dominent dans les milieux proches de l’hôtel de ville, comme si on avait sincèrement cru Chaulnes quand celui-ci se faisait rassurant au sujet des troupes52. Pour ces Rennais qui estiment avoir fait leur devoir, le choc est d’autant plus fort que c’est sans doute la première fois qu’un conflit local se solde par une intervention militaire extérieure53. De plus, la ville peut se flatter d’avoir toujours été fidèle54. Le plus spectaculaire témoignage d’indignation est constitué par la toile que le peintre Chalette réalise alors pour l’archidiacre Jean de la Monneraye qui appartient à une famille qui s’est illustrée à l’hôtel de ville, et dont le frère notaire fréquente encore parfois les assemblées de ville55. Le témoignage est sans doute ici d’autant plus remarquable que la dénonciation de la fiscalité est chose rare dans la peinture56. Reprenant en partie le discours municipal d’une punition collective injuste car s’abattant sur les habitants qu’ils soient riches ou pauvres, le tableau présente un décor apocalyptique qui fait écho aux propos du notaire et ancien prévôt de l’hôpital Duchemin57 qui, de son côté, compare le sort de sa ville à « la destruction de Jérusalem58 ». Rien de moins. Le même sentiment se rencontre dans d’autres écrits du for privé, à des degrés et sous des formes divers59. Pour faire écho aux débats qui ont agité ce colloque, nous dirions donc volontiers ici que les indices glanés conduisent à formuler l’hypothèse selon laquelle les bourgeois de Rennes n’ont peut-être pas été « brutalisés » par le pouvoir royal, mais qu’ils ont sans doute eu néanmoins le sentiment de l’être.

  • 60 Aubert Gauthier, « Gilles de Languedoc », art. cit.
  • 61 Aubert Gauthier, Flahaut Marie-Laure, « Rennes de la révolte du Papier timbré à la veille de la Ré (...)
  • 62 Dolan Claire, « L’identité urbaine et les histoires locales publiées du XVIe au XVIIIe siècle en F (...)

16On retrouve cette indignation quelques années plus tard sous la plume d’un contemporain des faits, procureur au parlement de son état, devenu greffier de la municipalité en 1697. Sorte d’historien officiel de la ville pendant une vingtaine d’années au début du XVIIIe siècle, Gilles de Languedoc évoque sans s’y attarder, mais de manière révélatrice, les événements de 1675, en indiquant que la ville eut alors à payer « pour la première fois » – sous entendu sans doute pas la dernière – des taxes destinées à payer des troupes venues ici suite au pillage de « quelque bureaux » par une populace inconnue et sans aveu, qui n’eut pas à subir les conséquences de ses actes, s’étant enfuie60. C’est donc, à nouveau, l’idée que les bons habitants ont payé pour les mauvais qui est exprimée. Dans un contexte d’écriture qui s’inscrit dans les « années de misère », avec leur cortège d’innovations fiscales, le souvenir de 1675 ressurgit donc, mais c’est bien davantage la répression – ici dans son volet financier – que la rébellion qui est en train de devenir objet de mémoire, dans la droite ligne du tableau de Chalette. Et plus tard, il se trouvera même des Rennais pour penser que l’érection en 1726 de la statue de Louis XIV sur la place du Palais devenue place royale avait été faite afin de demander pardon pour la révolte de 167561. Écho atténué certes, mais écho notable quand même, d’autant que la remarque se place au sein d’une copie d’une relation fouillée de la répression de 1675 et est assortie, sous la plume de son auteur-rapporteur – par ailleurs descendant d’une famille de procureurs et d’avocats – de réflexions critiques quant au coût d’une telle opération urbanistique dans une ville ruinée par l’incendie de 1720. Comment ne pas relever que cette résurgence mémorielle de la répression du Papier timbré et sa fusion avec des éléments postérieurs est écrite, ou au moins rapportée, dans les années 1780 qui voient s’intensifier tant le débat sur l’usage de l’argent public que celui sur le « despotisme » dans une ville qui a été l’épicentre de l’Affaire de Bretagne (1764-1774) ? La répression incomprise de 1675, ainsi, pourrait bien avoir jeté des germes susceptibles de prendre sens plus tard au sein d’un tableau dont la cohérence, à tort ou à raison, finira par apparaître évidente. Ainsi, alors que le pouvoir municipal semble avoir sombré en 1675, une mémoire de vaincus se dessinait, indépendante de la mémoire officielle du règne, et circulant à travers des manuscrits. Et au fond, si Rennes a été, par la suite, une ville sans histoire (publiée), c’est peut-être en partie parce que l’érection d’un tel beffroi de papier passait par une célébration du souverain difficile à mettre en œuvre dans une ville sur laquelle planait l’ombre du Papier timbré62.

Conclusion

  • 63 Bercé Yves-Marie, Croquants... op. cit., p. 19.

17En ouverture de ce propos était évoqué l’imprévu comme élément contingent de l’exercice du pouvoir. Pour les bourgeois tenant l’hôtel de ville, l’imprévu fut en premier lieu, en 1675, l’incroyable résurgence à trois reprises du fait rebellionnaire après le coup de semonce initial. En effet, la plupart des émotions dont la ville fut le théâtre au XVIIe siècle furent de courte durée, conformément à un modèle de révolte urbaine bien identifié63. Certes, lors de la crise frumentaire de 1662, la ville connut plusieurs secousses, mais chacun savait que les grains arriveraient tôt ou tard et que cela ramènerait le calme. En 1675, la donne est plus complexe, moins lisible surtout par des hommes qui se trouvent face à une situation totalement inédite pour eux, et qui n’ont pas le pouvoir de supprimer l’impôt rebelliogène, ce qui aurait fait l’effet de l’arrivée d’une flotte de grains sur une population affamée. La conséquence de cette incapacité à endiguer la marée sans cesse montante de la rébellion fut ainsi un quasi désastre politique : le pouvoir municipal, après avoir tenté de s’appuyer sur les succès initiaux de la répression pour s’affirmer face au parlement, finit par sombrer avec lui, précipité dans l’abîme par un gouverneur qui chercha par là à se sauver en lâchant ses soutiens. Quoi de plus classique ? Mais au-delà des discours et du ressenti, il y a les faits, qui montrent que Chaulnes, qui était un diplomate, a malgré tout évité d’écraser les bourgeois, ce qui était une manière de ne pas insulter l’avenir.

  • 64 Mémoires..., op. cit., p. 57 sq.
  • 65 L’étude du dossier montre que le parlement a assez peu de choses à se reprocher, mais on ne peut e (...)
  • 66 Voir en dernier lieu l’étude de Lasconjarias Guillaume., Un air de majesté. Gouverneurs et command (...)
  • 67 Peut-on ainsi considérer qu’un subtil partage des tâches existe, laissant au parlement la tutelle (...)

18Derrière ce constat se dessine peut-être une mutation. Car s’il apparaît bien que la municipalité n’a globalement pas démérité, il se dégage aussi qu’elle ne représente guère les Rennais, étant même incapable de servir de catalyseur au désir de cohésion civique qui pourtant reste fort, comme en atteste les manifestations du début de l’été. Qui représente-t-elle alors ? Le roi, d’abord et avant tout, par l’intermédiaire des gouverneurs dont dépend le poste clef de procureur-syndic. Mais de manière plus complexe, en s’inspirant de ce que Millotet raconte de la situation dijonnaise il est vrai exceptionnelle des années 1650, il est possible de se demander si toute une partie de l’échevinat, en particulier parmi les gens de « petite robe », ne restait pas d’abord et avant tout sous l’influence du parlement et singulièrement de son premier président, quand bien même le gouverneur était parvenu à imposer son candidat comme maire à la barbe du premier président64. Et n’est-ce pas finalement cette lecture de la situation que fait Chaulnes qui, en expédiant la cour à Vannes, trouvait le moyen de purger la municipalité, puisque nombre de procureurs et d’avocats devaient eux aussi quitter la ville. Il s’agissait donc, en somme, de séparer le bon grain de l’ivraie. Faute de disposer sur place de documents aussi riches que des mémoires d’acteurs, il est difficile d’avancer très loin sur cette voie explicative, qui pourrait conduire à estimer que le parlement a pu inspirer la rébellion contre le papier timbré, ce qui est douteux65. Notons simplement, en attendant un réexamen du dossier, que, à regarder la crise dans son ensemble, la municipalité en tant qu’institution paraît davantage dans l’orbite du gouverneur que du parlement. Voilà de quoi relativiser un peu plus l’image au vrai déclinante de gouverneurs sans grands pouvoirs dans leur province66, la vie municipale à Rennes sous le duc de Chaulnes prenant alors des airs de celle de Dijon sous les Condé ou de Lyon sous les Villeroy. Il serait ici utile de savoir depuis quand les gouverneurs dominent la municipalité, depuis quand ils pourraient avoir remplacé le parlement dans le rôle de parrainage et de contrôle des pouvoirs édilitaires, et selon quelles modalités67. Reste que ce que révèle la crise de 1675, c’est probablement la fin d’un monde, qui a peut-être été, de manière transitoire, durant quelques décennies, une « bonne ville parlementaire », c’est-à-dire régénérée par l’office, avant l’intégration définitive dans l’État royal. Et ce n’est pas l’avocat, grand jurisconsulte et procureur-syndic longtemps actif à l’hôtel de ville Hévin qui témoigne du contraire, lui qui, en marge du tumulte provoqué par les foules levées contre les taxes colbertiennes, vient de faire peindre sur le plafond de l’hôtel qu’il a fait récemment bâtir, un Apollon sur son char et une Uranie contemplant les astres, en attendant d’y installer, plus tard, un bas relief à la gloire du nouvel Alexandre. Ces décors, au fond, ont en commun avec la crise de 1675 de révéler à Rennes qu’elle appartient bel et bien désormais au système solaire.

DÉBATS

19Philippe Jarnoux – Nous voilà avec deux images confrontées de la municipalité ou de corps de ville de Rennes aux XVIe et XVIIe siècles. À une présence renforcée, à une cohésion réaffirmée en 1589 succède, entre 75 et 80 ans plus tard, une quasi-dissolution au moins momentanément du corps de ville, disparition ou faiblesse lors du printemps 1675.

20Guy Saupin – Je voudrais lier les deux présentations pour essayer d’ouvrir la réflexion. Avez-vous quelques témoignages, pour que nous comprenions pourquoi Rennes n’a pas rallié le modèle du royaume français qui est celui des échevinages pour la France du Nord ou des consulats pour la France du Sud, c’est-à-dire le modèle de la concentration de l’autorité municipale dans un bureau resserré qui lui donne une efficacité de gestion beaucoup plus grande que ce système archaïsant de l’assemblée générale avec son procureur-syndic ? J’écoutais Philippe Hamon et je me disais que nous constatons bien des tentatives de resserrement. Le conseil qui est cité montre bien qu’il est difficile de gérer avec une assemblée générale. Il faut un conseil un peu plus resserré et ce n’est pas nouveau. La ville de Rennes s’est posé la question de savoir si elle allait créer son échevinage au milieu du XVIe siècle. C’est récurrent mais cela n’aboutit pas. La question est-elle revenue dans le cadre des années troublées de la Ligue ?

21L’autre question est du même type puisque si j’ai bien suivi Gauthier Aubert, cette absence de formation d’une autorité bien organisée à Rennes a une conséquence immédiate. À Nantes le maire est le colonel de la milice et il est le patron. À Rennes, cela ne semble pas le cas. Si j’ai bien compris le procureur-syndic et la ville ont acheté à la fin du XVIe siècle l’office de connétable, ce qui leur a permis d’en récupérer l’autorité. À travers une milice livrée à elle-même et un pouvoir qui semble vacant, on retrouverait donc des conséquences des choix institutionnels. Comment comprendre cette longue persistance ? Finalement, Rennes n’ira rejoindre le modèle français que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, contrainte et forcée et avec une crise de 25 ans.

22Philippe Hamon – Je crois que pour ma part, je ne vais pas apporter de réponse. Je partage très largement ces interrogations et j’espère que d’ici quelques années, lors d’une soutenance de thèse à venir, nous y verrons un peu plus clair. Il faut rappeler effectivement que dès 1549 le roi de France Henri II a accordé un échevinage à Rennes. Ce conseil n’a pas d’existence par la suite, alors même que le terme d’échevin est déjà utilisé pour des époques antérieures, pour des fonctions qui ne correspondent pas à celles de ce conseil échevinal qui ne s’est pas mis en place. Vous avez remarqué par ailleurs que je suis resté flou sur l’édit de mars 1592 censé asseoir l’idée d’une mairie rennaise, avec le capitaine de la ville en maire perpétuel. Pour moi, ceci n’est pas clair, d’autant que la faiblesse de la documentation ne facilite pas les investigations puisque 1592 est la seule année de l’époque de la Ligue pour laquelle nous n’avons ni délibérations ni compte des miseurs. Par ailleurs, pour ce qui est du conseil que j’ai évoqué et sur lequel G. Saupin est revenu, ce n’est apparemment que pendant la phase très tendue de la fin février jusqu’au début d’avril 1589 que cette structure a un semblant d’existence. Je ne suis pas sûr d’ailleurs qu’elle ait véritablement existé indépendamment des assemblées de villes. Il semble bien que l’ordre ordinaire, si j’ose dire, les anciennes formes reviennent à partir du 5 avril. Enfin, j’ajouterai – parce que c’est un élément que je n’ai pas évoqué – que, de façon là encore extrêmement ponctuelle, nous voyons émerger à la fin de 1591 à Rennes, sur l’incitation du capitaine de la ville, un conseil extraordinaire qui ressemble à celui de la période de tension de mars-avril 1589. Mais il a – et c’est intéressant pour l’évolution par rapport à 1589 – une très claire connotation politique : ce conseil ne doit pas comporter de ligueurs. Nous ne sommes plus dans les ambiguïtés initiales, où il n’est pas évident de savoir qui est qui, car on ignore encore à Rennes ce que c’est exactement que d’être un ligueur. C’est dans la crise que les choses se mettent en place. En 1591, les ligueurs sont écartés. Ceci correspond à un moment de tension politique sur lequel je ne m’étendrai pas ici puisqu’il est assez conjoncturel. Mais, effectivement, nous voyons émerger, encore une fois, une tentative de mise en place d’une structure qui n’aura pas non plus d’existence durable. La question posée reste donc entière à mes yeux, au moins pour le XVIe siècle. Je ne saisis pas pourquoi, contrairement à Nantes ou à d’autres communautés, la balle n’est pas saisie au bond au milieu du XVIe siècle. En 1592, le contexte est un peu particulier mais l’occasion n’est pas saisie non plus. Un dernier détail à propos de la mairie : la municipalité aurait demandé une mairie en 1592, mais l’édit lui-même ne l’accorde pas. Nous nous demandons bien pourquoi cette demande est faite, alors même que les privilèges accordés presque un demi-siècle plus tôt n’ont pas été utilisés.

23Gauthier Aubert – Le flou concernant la création d’une mairie à la fin du XVIe siècle donne l’impression que cet épisode ouvre une crise politique que semble clore l’arrêt de règlement du parlement de 1627 qui n’est pas tant lié à une lutte pour exclure les mécaniques mais plutôt pour gérer le problème des avocats qui pullulent dans cette ville. Rennes est alors ville parlementaire mais pas depuis longtemps. La dimension robine de Rennes est une nouveauté à gérer dans la seconde moitié du XVIe et au début du XVIIe siècle. Nous devons aussi nous poser la question de la préséance entre le présidial et le corps de ville. Le fait que la mairie ne soit pas créée semble ne déranger personne. Ceci va durer jusqu’en 1757. Tous y trouvaient finalement peu ou prou leur compte. Les connétables de leur côté posent un vrai problème et il faudrait pouvoir les étudier précisément. Leur existence vient renforcer l’impression d’une atomisation du pouvoir. « Tout le monde » en a une parcelle. Je me demande si, en tout cas pour le XVIIe siècle, cela n’a pas un lien, avec la fermeture des mécanismes d’ascension sociale dans cette ville où finalement, très tôt, le parlement se ferme aux échelons inférieurs. Dès les années 1630-1640, il n’est plus possible de passer du présidial au parlement. Le meilleur moyen pour obtenir des privilèges et un peu de dignité, c’est l’hôtel de ville. Le marché des offices est fermé. Il faut bien voir qu’un parcours où le père est échevin, le fils magistrat au présidial et le petit-fils membre du parlement, n’existe plus à partir de 1630. James Collins a bien montré que le premier quart du XVIIe siècle était le moment de la fermeture du parlement. Cela ne se produit pas, comme l’avait pensé Jean Meyer, dans les années 1670 avec la fermeture officielle. Celle-ci entérine une situation antérieure. Les mécanismes d’ascension sociale étant finalement bloqués, je me demande si on n’a pas, comme par compensation, une distribution horizontale des privilèges, car ceux-ci sont attachés à l’exercice des fonctions municipales. Tous les ans, deux nouveaux miseurs rentrent, ce qui fera deux nouveaux échevins ; un procureur-syndic nouveau arrive également tous les deux ans. Un avocat procureur-syndic affirme qu’il faut que les fonctions tournent, pour pouvoir satisfaire tout le monde.

24Laurence Croq – J’aurais une question à poser à Gauthier Aubert sur la révolte du Papier timbré. J’avoue qu’en l’écoutant, je repensais à la révolte de Rouen au temps des Nu-Pieds et j’avais l’impression d’entendre la même histoire. Au moment de la révolte comme lors de la répression, des documents évoquent-ils la révolte de Rouen ?

25Gauthier Aubert – La révolte rouennaise en question ne dure que quelques jours en août 1639 quand, à Rennes en 1675, il s’agit d’un cycle rebellionnaire multiforme qui va d’avril à juillet. Aussi, au-delà d’éléments communs que l’on trouve dans toutes les révoltes urbaines de l’époque, les enjeux sociaux et institutionnels ne peuvent pas être exactement les mêmes. À aucun moment à Rennes en 1675 il n’est fait référence aux événements survenus dans les décennies antérieures à Rouen, à Aix ou Dijon. En 1675, les références ne concernent que ce qui se passe la même année à Bordeaux ou à Nantes, mais il est aussi évident qu’il y a des effets des sources.

26Elizabeth Tingle – Dans plusieurs villes ligueuses, le clergé a participé au gouvernement municipal, par exemple à Nantes dans le conseil de la Ligue. La ville de Rennes a-t-elle connu une participation cléricale au pouvoir municipal pendant la Ligue ou pendant les évènements de 1675 ?

27Philippe Hamon – Parmi les catégories de population qui peuvent être convoquées ordinairement à l’assemblée de ville figurent les représentants du chapitre et des communautés religieuses rennaises. Cette présence est très aléatoire mais ils ont la possibilité d’y entrer. En revanche, il me parait clair que dès le départ de la crise ligueuse la participation du clergé est extrêmement encadrée à Rennes. Il joue en effet un rôle dans l’excitation des tensions au début de mars 1589, ce qui est classique car c’est ce qui se passe, à la même date, dans la plupart des villes françaises. Nous avons très clairement des protestations auprès des autorités, ainsi du lieutenant général qui demande au parlement de prendre un arrêt concernant les prédicateurs car ils incitent au désordre. Le jour de la reprise de contrôle par les « royaux », le 5 avril 1589, le prédicateur sans doute le plus virulent, Odon Pigenat, allait monter en chaire. Le chroniqueur Pichard explique que Pigenat se disait prêt à mourir pour la cause ligueuse mais que la reprise en main lui fait oublier son sermon... Ce qui me paraît tout à fait révélateur est que le sénéchal de la ville, Guy Le Meneust, l’un des principaux acteurs de la rupture avec Mercœur, est celui-là même qui va se charger d’exfiltrer Pigenat de Rennes pour lui permettre de rentrer à Paris. On retrouve la volonté de limiter au maximum les tensions au sein de la communauté. Pigenat est un jésuite et les partisans de Henri III sont ceux-là mêmes qui négociaient avec la compagnie de Jésus, au cours des années précédentes, pour établir un collège jésuite à Rennes. C’est certainement la crise ligueuse qui a retardé cette arrivée. Nous voyons ensuite à plusieurs reprises les autorités rennaises – surtout le parlement – bien encadrer le clergé. Ceux qui procèdent ainsi, que ce soit Le Meneust ou le parlement, ne le font pas pour des raisons religieuses : ils sont tout aussi catholiques que les ligueurs nantais. Mais, comme Robert Harding le montre bien dans un article, l’implication du clergé dans la revendication d’une réforme politique pose problème dans cette situation de crise : on lui rappelle qu’il doit jouer, lui aussi, un rôle d’apaisement auprès de l’ensemble de ses ouailles. Alors que depuis plusieurs jours la nouvelle commence à filtrer à Rennes que des évènements graves se sont produits à Saint-Cloud au début d’août, les autorités rennaises rappellent aux prédicateurs de la ville, le 12 août, qu’ils doivent toujours prier pour Henri III et elles leur demandent de démentir les bruits selon lesquels le roi serait mort... Ce n’est pas l’implication du clergé dans un mouvement de réforme religieuse qui pose problème, mais bien les effets de son action éventuelle en terme de maintien de l’ordre.

28Gauthier Aubert – à l’époque qui est la mienne, nous constatons cette présence d’ecclésiastiques, dont l’évêque (en théorie), au sein de la communauté. Je ne sais pas quelle est leur influence directe. La présence du clergé dans le versant rural des révoltes est assez bien connue. Nous savons que des prêtres sont arrêtés en 1675 et envoyés aux galères. Nous savons aussi le rôle joué par le père Maunoir dans l’apaisement des fureurs paysannes. À Nantes, on connaît l’épisode de l’évêque qui est allé parlementer avec les révoltés et qui s’est retrouvé enfermé dans une chapelle. Mais n’est-ce pas une légende colportée par Nicolas Travers au XVIIIe siècle ? En effet je n’en trouve pas de traces dans les sources du XVIIe siècle. Cependant il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’un évêque participe à une entreprise de conciliation, d’apaisement de la foule. C’est classique en matière de maintien de l’ordre. Nous savons qu’à Rennes, un recteur a demandé une indemnité à la ville parce qu’il a reçu des coups pendant la révolte. Nous pouvons penser qu’il a peut-être tenté d’apaiser la foule.

Notes

1 Nicolas Jean, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, Paris, Seuil, 2002.

2 Croix Alain, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, Ouest-France, 1993.

3 Collins James B., La Bretagne dans l’État royal, Rennes, PUR, 2006.

4 Un aperçu des troubles rennais à travers les arrêts sur remontrances du parlement dont l’inventaire a été dressé par Tigier Hervé, La Bretagne de bon aloi, Rennes, Association Parchemin, 1987.

5 Ronzeaud Pierre, Peuple et représentations du peuple sous le règne de Louis XIV, Aix, Presses de l’Université de Provence, 1988, p. 245-256.

6 Aubert Gauthier, « Gilles de Languedoc (1641-1730), bourgeois de Rennes, greffier de la com-munauté de ville et son Recueil historique », Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 233-234.

7 Sur les conditions qui ont prévalu à « l’élection » du procureur-syndic Gentil, voir le témoignage de Cormier de la Courneuve : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 1637, fol. 23. Il est probable que l’un de ses prédécesseurs au moins, Bossart du Clos, ait été dans une situation comparable : celui qui est dit « agent du duc de Chaulnes » en 1675 (BnF, Mélanges Colbert 164, fol. 414) a été, au temps de son syndicat (1663-1664), lié à un projet de construction d’un hôtel « en forme de citadelle » pour le marquis de Coëtlogon, ce qui a fort déplu au parlement (Bibl. Rennes Métropole, ms. 338, journal de Me Toudoux, fol. 182 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 551, reg. sec. parlement, 17 XII 1663).

8 Mémoire de M.-A. Millotet, Muteau Charles éd., Dijon, Rabutot, 1866, p. 57, cité par Salvadori Philippe, « Le Parlement de Bourgogne et la municipalité de Dijon sous le règne personnel de Louis XIV », dans Chaline Olivier et Sassier Yves, dir., Les parlements et la vie de la cité, XVIe-XVIIIe siècles, PU Rouen, 2004, p. 210. Le même signale (p. 211-212) ces propos du premier président dijonnais en 1673 : « L’usage est que dans les choses importantes, le maire ne fasse rien de son mouvement, mais toujours avec le parlement, ou avec le premier président qui le mande pour luy faire entendre ce qu’il doit faire. »

9 BnF, Clairambault 796, fol. 401, lettre à Colbert, 2 XI 1675.

10 Le règlement municipal de 1627 ne prévoit aucune place pour les parlementaires au sein de l’assemblée municipale, mais prévoit que les greffiers et les notaires-secrétaires du parlement puissent siéger.

11 Par exemple, en 1682 (année calme), les registres signalent 22 assemblées ayant donné lieu à une délibération (Arch. mun. Rennes, BB 568). Dans les années 1620, Mathieu Pichard remarque un rythme un peu plus soutenu d’environ quatre réunions par mois (Pouvoir municipal et société à Rennes, 1620-1630, Master 2, Aubert Gauthier et Hamon Philippe (dir.), Rennes 2, 2010, p. 102-103).

12 La présente communication s’appuie sur un dossier en cours de constitution sur les révoltes urbaines de 1675. En attendant, et sauf indication contraire indiquée en note, on peut se référer au solide récit des événements écrits à l’ombre de la Commune par Arthur de la Borderie et réédité dans Les Bonnets rouges, Paris, UGE, 1975, p. 43-216.

13 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 17.

14 Arch. mun. Rennes, BB 463, brouillon de lettre de la municipalité de Rennes.

15 Ibid., conforté par plusieurs témoignages, dont celui du président de Montigny (BnF, Clairambault 796, fol. 39, lettre à Colbert du 19 IV 1675). Voir également le témoignage du notaire-secrétaire en la cour La Monneraye (Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 2 El 25, fol. 122).

16 Arch. mun. Rennes, BB 463.

17 Descimon Robert, « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC, 1990, no 2, p. 397-422.

18 Aubert Gauthier, « Parlement et maintien de l’ordre : Rennes, 1662-1675 » dans Aubert Gauthier, Chaline Olivier, dir., Les Parlements de Louis XIV. Opposition, coopération, autonomisation ?, Rennes, PUR, 2010, p. 228-230.

19 « ... leur declarant publicquement que Sa Majesté avoit eu la bonté de remettre le dit tabac et de permettre a touts la liberté de le vandre... » (Arch. mun. Rennes, BB 463), ce qui n’était pas le cas.

20 BnF, Mélanges Colbert 167, fol. 314, lettre de l’évêque de Saint-Malo à Colbert, 11 II 1674.

21 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 20.

22 Ibid., fol. 22.

23 En 1669, son prédécesseur le duc de Chaulnes est entré au parlement d’abord d’après le notaire Duchemin (Isbled Bruno, Moi, Claude Bordeaux... Journal d’un bourgeois de Rennes au XVIIe siècle, Rennes, Apogée, 1992, p. 161).

24 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 24.

25 SHD Vincennes, A439, fol. 499, lettre de Jonville à Louvois, 20 IV 1675.

26 Bercé Yves-Marie, Histoire des Croquants, Genève-Paris, Droz, 1974, 2 vol. 

27 Voir en particulier la lettre du procureur général Huchet à Colbert, 28 IV 1675 (BnF, Clairambault 796, fol. 59) ; le marquis de la Coste a lui aussi écrit une lettre au roi pour l’informer des faits survenus le 25 (d’après Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 F 1127, lettre de Pomponne, 1er V 1675).

28 Bérenger Jean, « La révolte des Bonnets rouges et l’opinion internationale », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 82-4, 1975, p. 443-458 ; Levillain Charles-Édouard, Vaincre Louis XIV. Angleterre-Hollande-France. Histoire d’une relation triangulaire, 1665-1688, Seyssel, Champ Vallon, 2010, p. 243-250.

29 Une amnistie est venue très vite couvrir les faits bordelais de la fin mars.

30 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 30.

31 Ibid., fol. 25.

32 Ibid., fol. 28.

33 BnF, Mélanges Colbert 171 bis, fol. 565, lettre de Chaulnes à Colbert, 16 VI 1675.

34 Sur ce moment de « surchauffe civique » : Aubert Gauthier, « La prise d’armes rennaise de juin 1675 : une révolte civique ? », dans Lagadec Yann (dir.), Actes de la journée d’études de l’ANR Conflipol « Prendre les armes » (2009), ABPO, t. 118, no 4, 2011, p. 35-45.

35 Ce qui tend à être confirmé par l’absence de dépenses de bouche dans le registre des miseurs (Arch. mun. Rennes, CC 460).

36 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 38.

37 BnF, Clairambault 796, fol. 279, lettre de Coëtlogon-père à Colbert, 20 VII 1675.

38 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 43 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bb 574, registre secret du parlement, délib. du 19 VII 1675.

39 Rappelons que, suite aux troubles nantais du printemps, le gouverneur de la place, Molac, a été démis de ses fonctions pour des faits à peu près aussi graves que ceux que des esprits malveillants pourraient imputer à Chaulnes.

40 BnF, Mélanges Colbert 171 bis, fol. 458, lettre de Chaulnes à Colbert, 12 VI 1675.

41 Ibid., fol. 534, lettre de Chaulnes à Colbert, 15 VI 1675.

42 Ibid., fol. 565, lettre de Chaulnes à Colbert, 16 VI 1675.

43 Ibid., fol. 772, lettre de Chaulnes à Colbert, 30 VI 1675.

44 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 50.

45 Aubert Gauthier, « Parlement et maintient de l’ordre », art. cit.

46 Dès sa lettre du 19 juin, Chaulnes est très clair sur ce point : « Comme il convient de fermer les yeux à beaucoup de choses dans les conjonctures présentes et de rassurer les esprits jusques au temps d’une juste et forte punition, je les désabuse de la marche des trouppes » (BnF, Mélanges Colbert, 171 bis, fol. 646).

47 Bercé Yves-Marie, Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du XVIe au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 1991, p. 66.

48 Marie de Sévigné, lettre du 13 xi 1675, éd. Gérard Gailly, Paris, Gallimard, 1963, p. 910.

49 Arch. mun. Rennes, reg. BMS, Saint-Martin GG 4, 13 VIII 1676.

50 Loirette François, « La sédition bordelaise de 1675, dernière grande révolte urbaine de l’Ancien Régime », Actes du 102e Congrès national des Sociétés savantes, Paris, 1978, t. II, p. 237-260 ; Barraud J., « La gabelle à Bordeaux. La révolte de 1675 », Revue philomathique de Bordeaux, 1907, p. 165-336.

51 Pillorget René, Les mouvements insurrectionnels de Provence entre 1596 et 1715, Paris, E. Pédone, 1975, p. 820-827.

52 L’indignation municipale est en particulier exprimée dans une supplique au roi dont on ne sait si elle lui a été envoyée : Arch. mun. Rennes, BB 463 (non datée).

53 Voir la contribution de Philippe Hamon dans le présent volume sur Rennes au temps de la Ligue.

54 Voir en dernier lieu la lettre écrite au lendemain des événements du 18 avril (Arch. mun. Rennes, BB 463). L’allusion fait probablement référence d’abord à la période ligueuse qui vit l’éternelle rivale nantaise suivre le duc de Mercœur dans sa révolte quand Rennes restait dans le giron du Béarnais.

55 Arch. mun. Rennes, BB 561, fol. 20.

56 Hamon Philippe, L’Or des peintres. L’image de l’argent du XVe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2010, p. 209.

57 Arch. mun. Rennes, BB 559, fol. 40.

58 Isbled Bruno, Moi, Claude Bordeaux... op. cit., p. 181.

59 Chez les notaires Toudoux et La Monneraye, chez le fils de l’ancien alloué Cormier ou encore chez l’avocat général du Boisbaudry (Bibl. Rennes Métropole, ms. 338, fol. 250 sq. ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 2 El 25, fol. 122, 1 F 1637, fol. 8 ; Mahoudeau Léon, Les troubles de Bretagne et l’exil du parlement à Vanne (1675-1690), Rennes, 1897, p. 25).

60 Aubert Gauthier, « Gilles de Languedoc », art. cit.

61 Aubert Gauthier, Flahaut Marie-Laure, « Rennes de la révolte du Papier timbré à la veille de la Révolution à travers deux chroniques inédites », Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2009, t. CXIII, p. 159.

62 Dolan Claire, « L’identité urbaine et les histoires locales publiées du XVIe au XVIIIe siècle en France », Annales canadiennes d’histoire, avril 1992, p. 278-298. L’exemple bordelais, qui voit à la fin du XVIIIe siècle dom Devienne laver l’honneur municipal, tend à montrer cependant que le rapport à la monarchie absolue n’est pas la seule clef explicative à cette absence rennaise (Dom Devienne, Histoire de la ville de Bordeaux, Bordeaux, 1771, t. I, p. IV-V et 500-501). Sur cette question : Aubert Gauthier, « La question de l’érudition historique dans les villes bretonnes sous l’Ancien Régime », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXXXIV, 2006, p. 443-474.

63 Bercé Yves-Marie, Croquants... op. cit., p. 19.

64 Mémoires..., op. cit., p. 57 sq.

65 L’étude du dossier montre que le parlement a assez peu de choses à se reprocher, mais on ne peut exclure que, en marge de l’institution, des parlementaires aient pu jouer quelque obscure partie (Aubert Gauthier, art. cit.).

66 Voir en dernier lieu l’étude de Lasconjarias Guillaume., Un air de majesté. Gouverneurs et commandants dans l’Est de la France au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2010, ainsi que Stéphane Pannekoucke, Des princes en Bourgogne. Les Condé gouverneurs au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2010.

67 Peut-on ainsi considérer qu’un subtil partage des tâches existe, laissant au parlement la tutelle sur le tout-venant de l’activité municipale – singulièrement en matière de police – tandis que les grandes affaires seraient traitées en lien avec le gouverneur (quand il est là), en attendant que ce soit, en particulier sur les questions financières, avec l’intendant ? Sans doute la thèse en cours de Mathieu Pichard devrait-elle apporter sur ces questions bien des éléments très instructifs.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540