Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Quatrième partie. Les pouvoirs municipaux à l’épreuve : crises internes et interventions extérieures

Rennes au temps de la Ligue : pouvoir municipal et pouvoirs dans la ville

Philippe Hamon

Texte intégral

  • 1 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996 et surtout (...)
  • 2 Pouessel K., Rennes pendant la première guerre de Religion ; Rolland A., Le Journal de Jean Pichar (...)

1L’histoire des villes au temps des guerres de Religion est particulièrement active depuis une vingtaine d’années. Elle constitue l’un des laboratoires les plus intéressants d’une nouvelle histoire sociale du politique à l’époque moderne qui connaît un véritable essor, bien au-delà de la France d’ailleurs. La Bretagne était longtemps restée en dehors de ces renouvellements, à l’exception notable de Nantes1. Mais actuellement, les recherches y sont relancées2. C’est dans ce cadre que cette contribution souhaite, à partir de l’observation de l’exercice du pouvoir à Rennes à l’époque de la Ligue, tester quelques hypothèses d’ensemble, en particulier sur la comparaison entre villes « ligueuses » et villes « royalistes ».

  • 3 Voir Meyer J. (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 141 et sq.

2La communauté rennaise du XVIe siècle, dont la tradition municipale est modeste, a conservé une structure assez peu formalisée : autour de quelques responsables élus (le procureur-syndic, les miseurs, qui sont les deux receveurs municipaux, renouvelés chaque année), la principale instance de décision demeure l’assemblée de ville, régulièrement convoquée et dans laquelle siègent, outre ces élus et les officiers de la ville, des « bourgeois » qui sont tous d’anciens miseurs, des cadres de la milice (cinquanteniers), ainsi que des gens d’Église et des officiers royaux3. C’est l’un de ces derniers, le capitaine et gouverneur de Rennes, qui préside l’assemblée. Le nombre des délibérants n’est donc pas fixe et on aimerait savoir sur quelles bases le sergent qui porte avant chaque assemblée les convocations aux bourgeois procède pour accomplir sa mission. La gestion municipale doit aussi tenir compte de la « cour de Rennes », sénéchaussée augmentée d’un présidial en 1552, et plus encore du parlement, définitivement établi dans la ville depuis 1561. Le rôle des officiers royaux, agents historiques majeurs en France à l’échelle urbaine, est donc important, tant au sein des assemblées qu’à côté des instances proprement municipales.

3Rennes entre, comme l’ensemble du royaume, dans une période de turbulences politiques et religieuses après les événements de 1588, des barricades parisiennes de mai à l’exécution des Guises en décembre. Il s’agit de voir, dans un premier temps, comment Rennes devient en 1589 une ville « royaliste », c’est-à-dire qui reste fidèle à Henri III, puis à Henri IV, avant d’observer la position de la municipalité rennaise dans le nouveau jeu des pouvoirs lié au contexte spécifique de la guerre civile, laquelle avait largement épargné la Bretagne jusqu’alors. On cherchera à montrer que la communauté manifeste, au cours de la décennie 1589-1598, une assez forte unité. Restera enfin à évaluer, grâce à une approche comparative, si Rennes, « bonne ville » fidèle à son roi, touche des dividendes particuliers découlant de cette fidélité.

Rennes ville « royaliste »

  • 4 Ropartz S., « La journée des barricades et la Ligue à Rennes, mars et avril 1589 », Bulletin et Mé (...)
  • 5 Carluer J.-Y, Les protestants bretons (XVIe-XXe siècle), t. 1, thèse de doctorat sous la direction (...)
  • 6 Ce lieutenant, le sieur du Breil, qui cherche à rentrer dans Rennes le 14 mars, paraît « suspect à (...)
  • 7 C’est l’orientation de l’enquête ouverte en avril par le sénéchal Guy Le Meneust : Jouon des Longr (...)
  • 8 Boltanski A. et Hamon P., « Le duc de Mercœur gouverneur de province : entre statut, Ligue et Bret (...)
  • 9 Sur le siège : Hamon P., « “Vitray, qui s’en alloit perdu...” (Brantôme). Le siège de Vitré et les (...)

4Rennes devient une ville « royaliste » au cours d’un cycle politique d’un mois qui s’ouvre au début de mars 15894. Les troubles qui touchent le royaume ont des répercussions locales. Dans la ville où les processions religieuses se multiplient, la menace huguenote est vivement ressentie. Ce stress anti-protestant peut paraître étonnant dans une région si peu touchée par la Réforme5. Mais pour un coup de force, quelques traîtres peuvent suffire à permettre l’entrée de huguenots extérieurs, issus de Vitré ou des quelques lignages réformés des environs de Rennes. Or la femme du capitaine de Rennes est protestante et son lieutenant est soupçonné de l’être6. La ville n’est défendue que par sa milice bourgeoise. La tension débouche donc le 13 mars sur une émotion, baptisée peu après « journée des barricades », au cours de laquelle les compagnies de milice et sans doute une plus large partie de la population s’arment et prennent des mesures de sécurité dans chaque quartier et à l’échelle de la ville. Cette journée sera ensuite qualifiée de complot ligueur7. Elle est à l’évidence utilisée par certains pour faciliter l’entrée dans la ville du duc de Mercœur, gouverneur de la province8. Mais il est presque certain que, même sans cette agitation, Mercœur, qui reste le gouverneur légitime de la Bretagne, se serait fait ouvrir les portes de Rennes. Pour la plupart des habitants, il fait toujours figure de garant, tant sur le plan religieux – il mène depuis des années une lutte active contre les huguenots – que pour le maintien de l’ordre. Visiblement les Rennais, à commencer par la municipalité, cherchent alors à concilier fidélité au roi et à leur gouverneur. L’ordre règne d’ailleurs en ville, où les mesures antiprotestantes sont évidemment confirmées. Le départ de Mercœur dès le 21 mars ne donne lieu à aucune agitation. D’ailleurs, les institutions n’ont pas été épurées, si l’on excepte le remplacement du capitaine de la ville. Les débuts du siège de Vitré par Mercœur donnent lieu à Rennes à de premiers débats sur l’envoi ou non au duc de l’artillerie municipale9.

  • 10 Ropartz S., art. cit., p. 209.
  • 11 Pour le cas encore plus spectaculaire de Toulouse : Souriac P.-J., Une guerre civile. Affrontement (...)

5La situation bascule au début d’avril. Le 4, la ville reçoit une lettre de Henri III qui désavoue officiellement Mercœur et précise aux Rennais : « Nous avons deffendu aux dictz habitans de ne laisser entrer nostre beau frere [la reine Louise est la demi-sœur de Mercœur] en nostre ville [de Rennes], ny auchunes forces de sa part10. » Une nouvelle « journée », pilotée par le sénéchal et plusieurs parlementaires, se produit donc dès le lendemain 5 avril. Aux cris de « Vive le roy », on neutralise les quelques hommes de Mercœur restés sur place. La poursuite dans la fidélité au monarque implique désormais une rupture avec le gouverneur, jusqu’ici associé au sein d’une coalition antiprotestante, mais désormais rejeté par Rennes comme « ligueur ». La ville a choisi son camp : en 1589, il semble d’ailleurs impossible à une cité de son importance de rester neutre dans l’affrontement qui se noue. Une poignée de personnalités locales s’enfuient ou sont emprisonnées. Le capitaine écarté, René Marec, seigneur de Montbarot, rentre en ville, mais on n’assiste toujours pas à une épuration : la continuité est particulièrement nette, du début mars à la mi-avril, parmi les officiers de milice. Rennes s’installe alors dans la fidélité à son camp, pour près d’une décennie. La crise ligueuse y est désormais marquée, ici comme dans la plupart des villes, par un fort syndrome obsidional, quand bien même la ville n’est jamais assiégée jusqu’à la fin des guerres de la Ligue11. Elle connaît parallèlement la hantise du complot, associée à une peur récurrente de la trahison interne.

La municipalité rennaise dans le jeu des pouvoirs

  • 12 Ropartz S., art. cit., p. 153-155.
  • 13 Information, p. 16.
  • 14 Arch. mun. Rennes, BB 477, fol. 89. On notera cependant pour la suite, l’emploi du passé dans le t (...)

6La crise suscite des réponses institutionnelles. Rennes compte désormais deux nouveaux conseils, de nature bien différente il est vrai. Le premier est un conseil urbain interne, créé à l’initiative du lieutenant général La Hunaudaye dès le 26 février 1589 : cette instance resserrée par rapport à l’assemblée (28 membres au maximum) doit faciliter le suivi et l’exécution des décisions à prendre, « vu le malheur du temps qui court12 ». Supprimé par l’assemblée le 4 mars, ce conseil est rétabli par Mercœur dès le 17 : il transcende donc la coupure du 13 mars, y compris dans sa composition concrète, car elle est largement identique dans les deux cas. Ce « Conseil de trente [personnes], par l’advis desquelz toutes les affaires se passoient13 » – ce qui est sans doute un point de vue un peu exagéré – perd de toute façon de son importance après le 5 avril. Mais dans les moments de tensions ultérieurs, l’idée resurgit : en décembre 1591, on évoque un conseil extraordinaire, présidé par le capitaine Montbarot et excluant « auchuns habitans qui ayent esté de la ligue ou soupconnez avoir esté contre le service du Roy14 ».

  • 15 Mais ce n’est pas le cas de tous : en juin 1589 le président au parlement Pierre Brulon, d’une vie (...)

7Un second conseil est durablement actif à Rennes au cours de la période, autour du lieutenant général du roi, commandant en chef de ses forces en Bretagne, successivement René de Tournemine, baron de La Hunaudaye, Henri de Bourbon, prince de Dombes (devenu en 1592 duc de Montpensier), le maréchal Jean d’Aumont, François d’Espinay, sieur de Saint-Luc et Charles de Cossé, maréchal et comte de Brissac. En période de guerre civile, une telle instance est l’héritière, dans le camp royal, du conseil du gouverneur. Elle comprend beaucoup d’hommes extérieurs à Rennes, grands seigneurs, bretons ou non, ou officiers royaux. Seuls quelques-uns de ces derniers font partie des « principaulx de ceste ville », à l’image de certains parlementaires15. Bien sûr, ce conseil a pour horizon toute la province et même plus, mais sa fréquente résidence à Rennes ne peut manquer d’avoir des effets sur l’exercice de l’autorité non seulement depuis, mais aussi dans la ville. Une telle instance exerce-t-elle une tutelle accrue sur la municipalité rennaise au cours de la période ligueuse, tutelle éventuellement appuyée par le parlement dont l’horizon – une instance provinciale, siégeant à Rennes – est du même ordre, la permanence en plus ?

  • 16 Ce rôle central était déjà souligné dans l’Information, p. 15, par les « comploteurs » du 13 mars, (...)
  • 17 Arch. mun. Rennes, BB 476, fol. 14.
  • 18 Pichart, p. 106-107 : canon prêté à Saint-Luc en avril 1595 moyennant destruction d’une place qui (...)
  • 19 Arch. mun. Rennes, BB 477, fol. 44. Il est vrai que la position rennaise de Claude Faucon de Ris, (...)
  • 20 Ibid., fol. 77.

8En fait, il semble bien que la municipalité rennaise conserve une vraie autonomie d’action. Elle peut se permettre de tenir tête politiquement aux instances « supérieures », d’autant que la ville s’est libérée seule et par elle-même de l’autorité de Mercœur en avril 1589. Certes, de grands officiers royaux ont dirigé l’opération, mais ils n’ont pu réussir que grâce à l’appui de la population, et surtout de la milice, seule force armée dans la cité16. Les grands nobles « royalistes » de la province, y compris Montbarot et La Hunaudaye, reviennent à Rennes alors que la ville est sous contrôle. Aussi l’assemblée municipale n’hésite-t-elle pas à déclarer le 2 mars 1590 que ces messieurs du conseil du prince de Dombes sont « requis de n’ordonner auchune chose contre les habitans en general ou particullier pour deniers de la ville ou autrement, sans les avoir ouiz et renduz leurs advis en leur assemblée17 ». L’autonomie de décision se manifeste à plusieurs reprises, même sur le plan militaire, en ce qui concerne l’utilisation des pièces d’artillerie qui appartiennent à la ville18. La municipalité se permet par ailleurs en 1591 de s’opposer de front au premier président du parlement, déclarant qu’en raison de son comportement par rapport à elle, elle « le tient en toutes leurs affaires supect [sic] et recuzé19 ». Quelques semaines plus tard, le parlement fait preuve de courtoisie en consultant la ville sur l’opportunité du retour à Rennes d’un conseiller à la cour qui s’était absenté du siège, mais sans toutefois rejoindre le parlement ligueur à Nantes20.

  • 21 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 71, fol. 31 v°-32. Selon Pichart, p. 22 en outre, une assemblée de (...)

9Mieux encore : la ville sait jouer des tensions entre les pouvoirs rennais. En novembre 1589, les relations du sénéchal et du capitaine, tuteurs traditionnels de la cité, sont mauvaises. Une délégation des habitants se tourne alors vers le prince de Dombes et le parlement pour qu’ils convoquent une assemblée de ville pour « ordonner ung establissemant entre lesd. chefs et superieurs et les unir de faczon qu’ilz soient esclarcis et congnoissent ceulx a qui ils debvront obeir pour le service du Roy, soubz l’obéissance duquel ils protestent voulloir vivre et mourir ». Ils veulent obtenir au passage qu’une interdiction soit faite au sénéchal de défendre la tenue de la « maison de ville » quand les habitants veulent se réunir pour leurs affaires. Ainsi des organes intrusifs – parlement et gouverneur – sont-ils mobilisés pour assurer que « les antiennes formes seront gardées et observées21 ».

  • 22 Arch. mun. Rennes, CC 937, fol. 208-210.
  • 23 Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.
  • 24 Carré H., Recherches sur l’administration municipale de Rennes au temps de Henri IV, Paris, Quanti (...)
  • 25 Arch. mun. Rennes, BB 23 et Aubert G., Le recueil historique de Gilles de Languedoc (1724), mémoir (...)
  • 26 En octobre 1580, l’assemblée de ville exigeait déjà du procureur-syndic qu’il parvienne à obtenir (...)

10La municipalité entretient des relations directes avec le roi : une délégation rennaise est ainsi envoyée pour saluer Henri IV à Laval en décembre 158922. Le souverain demeure en effet celui qui peut assurer de nouveaux privilèges, contrepartie de l’engagement de la cité à son service, depuis l’entretien des fortifications jusqu’à l’aide financière. On retrouve ici, toujours vivante, une tradition déjà ancienne, qui s’inscrit dans le modèle de la « bonne ville » : celle-ci, tout en ayant désormais fait une place aux officiers du Prince, dispose d’une certaine autonomie. Mais elle doit être obéissante, et en est récompensée par des dons royaux23. L’exemption des lods et ventes obtenue à la fin de 1589 est sans doute liée à l’action de la délégation lavalloise qui vient d’être évoquée24. En mars 1592, un édit royal renforce la dimension corporée de la municipalité en créant « un corps de ville pour y estre et demeurer perpetuellement comme les aultre corps des villes etablis en aucunes villes de notre Royaume25 ». Il semble répondre à une demande de la ville même26. Mais les choses ne sont pas si simples : la restriction de l’autonomie (six échevins nommés par le roi ou son représentant parmi les douze élus par l’assemblée) et l’inflexion du processus électif (les échevins choisiront le procureur-syndic et le greffier) prévus par l’édit expliquent sans doute que le texte n’ait pas été appliqué, dans un contexte où le fonctionnement municipal repose toujours sur l’engagement d’une partie relativement importante de la population.

Une communauté unie ?

  • 27 Ainsi quand une décision est prise pour des raisons « qu’il n’est besoin de divulguer ny dire en p (...)
  • 28 Sur les injures proférées selon certains : Information, p. 17, 19, 23 et 28 ; Arch. mun. Rennes, B (...)
  • 29 On retrouve une situation semblable à Nantes dans l’autre camp : Tingle E., op. cit., p. 180 et 18 (...)

11On a vu comment la ville pouvait utiliser les clivages internes, voire les affrontements, entre les autorités « royalistes » présentes à Rennes, ainsi lors du conflit de novembre 1589 évoqué plus haut. Est-ce à dire que, pour sa part, la communauté de ville exerce son pouvoir de façon plus apaisée ? Il faut se méfier d’abord d’un possible effet de sources. En effet, les registres de délibérations taisent généralement les conflits internes, voire manifestent parfois une véritable volonté de dissimulation27. À l’inverse, les registres secrets du parlement font régulièrement place à l’évocation de clivages, y compris internes. Cependant l’écho de ces tensions ne doit pas non plus être répercuté, comme en témoigne le nom même des registres en question. Une source spécifique nous informe d’un affrontement lors d’une assemblée de ville le 29 mars 1589, dans un contexte très particulier, une semaine après le départ de Mercœur et une semaine avant que la ville ne rompe avec lui28. Quand la ville ensuite est « royaliste », plus rien de tel ne transpire. Le notaire royal Jean Pichart, informateur privilégié pour toute la période à Rennes, ne fait jamais allusion dans son Journal à des tensions municipales, alors qu’il est la source principale sur les conflits entre les autres acteurs du pouvoir à Rennes de 1589 à 1598. Certes, on peut toujours supposer que ce serait par solidarité active avec la cité que lui aussi, comme les registres, en tairait les affrontements. Mais pour un texte privé, dans lequel celui qui tient la plume n’hésite pas à plusieurs reprises à adopter un point de vue assez critique face aux autorités, l’argument paraît fragile. En outre, il ne semble pas que les registres secrets du parlement se fassent non plus l’écho de divisions internes entre les habitants. En 1589, de telles divisions traversent de façon beaucoup plus nette les corps d’officiers que la communauté de ville29.

  • 30 C’est un thème central dans Amalou T., Le Lys et la Mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épisco (...)
  • 31 Information, p. 16.
  • 32 Ropartz S., art. cit., p. 211, 215 et 217.
  • 33 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 71, fol. 18 (7-9-1589). En revanche le sénéchal rend en mars 1590 (...)

12On est donc mis sur la voie d’une forte cohésion de la cité, fondée sur le primat de l’unité urbaine30. On en trouve des indices lors de la crise de mars 1589 : un cinquantenier souligne ainsi que les avis qui comptent parmi les officiers du roi sont ceux « des principaulx de ceste ville » (donc qui en sont originaires), non celui d’un président au parlement issu de Lyon et qualifié « d’estranger31 ». Mieux encore, dès le 5 avril, les autorités locales insistent lourdement pour que les querelles des semaines passées soient ensevelies : le sénéchal discourt en ce sens le jour même, le capitaine à peine rentré lui fait écho trois jours plus tard. La communauté de ville fait alors « deffenses à toutes personnes de faire injures ny appeler ligués ou autrement, s’entreprovoquer et injurier ne aultrement ; ains oublier le tout comme s’il n’avoit esté, sur les peines qui y eschéent32 ». Le sort fait à l’enquête lancée dès le 24 avril par le sénéchal concernant les événements à Rennes et dans toute la haute Bretagne est significatif. Jusqu’au 12 août, 167 témoignages sont recueillis, dont certains font apparaître a posteriori des « ligueurs » à l’œuvre dans le « complot » rennais du 13 mars et ses suites. Il s’agit avant tout d’officiers royaux, plus une poignée d’hommes actifs dans la milice, au conseil ou à l’assemblée de ville : plusieurs témoins soulignent d’ailleurs que certains ne s’y agitent que de fraîche date. Mais bien des positions ont évolué dans la crise même, et comme on l’a vu plus haut, s’engager activement le 13 mars n’est pas forcément à cette date le signe d’une prise de position « ligueuse » et antimonarchique. Henri IV, favorable à l’apaisement dans une ville qu’il contrôle désormais, ne renouvelle pas la commission d’enquête en août. Le sénéchal lui-même déclare un peu plus tard au parlement que, « par lesdites informations, il se treuve plusieurs tant de la noblesse que aultres chargez qu’il voit a present les premiers appelez [aux responsabilités dans le camp royaliste] et qu’il a pensé que la saison n’estoict propre pour montrer et exhiber lesdites informations, joinct que cela luy aporte une infinité de haines encores qu’il n’aict faict choses que pour le service du roy33 ».

  • 34 Hamon P., « Chronique d’une mort annoncée : l’affaire Jean Meneust (août 1589) et les débuts de la (...)
  • 35 Barthélemy A. de, Choix de documents inédits sur l’histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, 1880, (...)

13Cette cohésion urbaine, appelée de leurs vœux par les autorités « royalistes », est facilitée tout d’abord par le très faible niveau des violences lors des événements de mars-avril. À suivre les sources, il n’y a eu aucun mort, ni le 13 mars, ni le 5 avril, et il n’est même pas sûr qu’il y ait eu un seul blessé. Une telle situation neutralise en interne l’engrenage si fréquent des vengeances avec leur cortège d’assassinats et d’attentats. En outre, l’action politique violente, entre 1589 et 1598, est logiquement assurée à Rennes par d’autres instances de pouvoir que les organes municipaux. Soulignons au passage que la violence répressive est aussi présente (voire plus ?) dans les villes « royalistes » que dans les villes ligueuses au cours de la période, et pas seulement en Bretagne. Les mesures de sécurité qui sont prises sont également parallèles et il faut donc se garder d’opposer une soi-disant « dictature ligueuse », terme d’ailleurs largement inapproprié, à une attitude « royaliste » garante du respect des pratiques légales ordinaires. À Rennes, la pendaison du sénéchal de Fougères en août 1589, dans une ville bruissant de rumeurs sur la mort de Henri III, fait suite à une sentence du parlement34. Quant au baron de Crapado, il est décapité en février 1593 « au grand caroil de Bout de Cohue » « par jugement de Monseigneur le duc de Montpensier35 ».

  • 36 Arch. mun. Rennes, BB 476, fol. 14.
  • 37 La communauté fait appel à Brulon « pour nous aider et assister », le 8 avril 1589 : Ropartz S., a (...)

14L’affaire suscite d’ailleurs l’irritation du roi, qui reprochera à Montpensier la forme expéditive de la procédure. Ces deux victimes sont extérieures à la cité. Quand des menaces pèsent sur des gens du cru, la communauté de ville se mobilise en leur faveur. La femme de François Le Bouteiller, un des rares cinquanteniers devenu ligueur, et qui a fui la ville, est inquiétée par le conseil du prince de Dombes, qui veut la chasser de Rennes. La municipalité intervient pour qu’elle puisse rester sur place36. Elle prend aussi à plusieurs reprises la défense du président au parlement Pierre Brulon de la Musse, issu d’une vieille famille de notables rennais, que La Hunaudaye, puis Dombes parviennent cependant à faire expulser par deux fois37.

Un sentiment communautaire renforcé

  • 38 Aubert G., op. cit., p. 196 ; Arch. mun. Rennes, BB 480, fol. 98. Sur la présence de la ville en c (...)
  • 39 Arch. mun. Rennes, CC 937, fol. 216.
  • 40 Pichart, p. 120.

15La période paraît donc bien contribuer à renforcer le sentiment corporatif dans la ville. Désormais, dans les funérailles, la communauté « marche en corps ». Cela se produit par exemple pour un évêque de Rennes, pour la première fois lors de la sépulture d’Aymar Hennequin, le 17 janvier 159638. Ce sont sans doute plus largement les solidarités communautaires qui sont renforcées, peut-être aussi grâce à la présence forte durant la décennie ligueuse d’un permanent « contre-modèle » sous les yeux des Rennais. Il est offert par le comportement des nobles et des soldats. Rennes fait appel à eux dès le début de la crise : en avril 1589, seigneurs et gentilshommes sont invités à se rassembler « en ceste ville pour la deffance du pais39 ». Mais leur culture guerrière et leurs pratiques sociales font régulièrement contraste avec les ordinaires usages urbains. La chose est tout à fait nette pour les festivités impliquant les lieutenants généraux successifs, auxquelles le notaire Pichart fait écho à plusieurs reprises. Son regard peut être admiratif, comme pour les combats à la barrière organisés par Saint-Luc en février 1596. Mais c’est pour mieux souligner qu’alors que les troupes de Mercœur rançonnent Anjou, Maine et Basse-Normandie, « pendant ce temps, Monsieur de Saint Luc se donne du bon temps en cette ville40 ».

  • 41 Ibid, p. 50.
  • 42 Ibid., p. 48.

16Un même reproche d’inaction ludique est porté quelques années plus tôt contre le prince de Dombes, qui court la bague quand il devrait s’activer pour la défense de la province et de la ville : « Pendant ces jours, Monsieur le duc de Mercœur est à Fougeres, où il songe bien en d’autres choses qu’a courir la bague. Il a son armée devant Pontorson, il fait tailles et levées de deniers sur les paroisses d’alentour et mesme jusques a Cesson aux portes de cette ville qu’il impose et taxe trente escus par mois. C’est une grande bravade aux nostres, et ceux de Cesson sont venus en cette ville chercher de l’argent pour ce faire. [...] Beaucoup de peuple ne faisoient pas grand cas de tels jeux, souhaitant plustost qu’ils eussent esté faire la guerre à l’ennemi qui ne s’amuse à telle façon41. » Les tensions créées dans la ville par les duels sont également dénoncées. Le parlement prend un arrêt d’interdiction, mais « monsieur le prince n’est gueres content, et dit que c’est à lui à juger des armes, et ne fait pas grand cas dudit arrest, comme fait aussi toute la noblesse, qui dit qu’à présent la justice n’a que voir sur eux, estant question des armes, et que c’est par les armes qu’il en fault décider42 ». Le regard de Pichart, homme du monde du droit, mais aussi membre de la milice urbaine et notable de paroisse, est ici précieux car il semble bien véhiculer un « discours politique » assez représentatif d’une urbanité rennaise moyenne.

  • 43 Pour des réflexions parallèles concernant Nantes : Tingle, E., op. cit., p. 211-212.
  • 44 Ropartz S., art. cit., p. 203-204.
  • 45 Arch. mun. Rennes, BB 23 (article 6 du règlement) ; un autre article (le 12) enjoint au sergent de (...)
  • 46 Arch. mun. Rennes, BB 480, fol. 82 et 105.
  • 47 Information, p. 158.
  • 48 Arch. mun. Rennes, CC 937, fol. 194-197.
  • 49 Sur le peuple et le problème de l’ordre en Bretagne au XVIIe siècle : Collins J., La Bretagne dans (...)

17Ce regard nous oriente vers ce qui est une des clefs socio-politiques de l’entente effective qui règne globalement, malgré les craintes, les rumeurs et quelques cas particuliers, au sein de la communauté rennaise : les hommes comme Pichart sont solidement intégrés à l’exercice des pouvoirs urbains et participent d’une autorité qui s’exerce de façon large43. Pour autant, cette ouverture n’est pas sans limites, comme en témoigne une inflexion concernant la composition des assemblées de ville. Sans doute à la suite d’incidents le jour même, l’assemblée du 29 mars 1589 décide, dans une conjoncture bien particulière, de mettre des responsables de la milice à la porte de la maison de ville pour filtrer les entrées et « empescher qu’il ne se fasse aulcun desordre44 ». La délibération n’est pas plus explicite, mais le souci de fermeture se concrétise socialement dans le règlement du 29 avril 1590. L’assemblée des habitants est désormais formellement interdite aux « artizans, manouvriers et gens de braz et mestier », y compris quand ils ont « quelques demandes à faire comme souvent il se void pour les reparacions et œuvres de la ville » : ils devront alors bailler requête « sans que l’entrée leur soit perminse, sinon qu’ilz soint appellés45 ». Indice social complémentaire intéressant : l’obligation de venir en robe à la maison de ville, « chacun selon leurs quallitez », est plusieurs fois rappelée en 1595-159646. L’inquiétude face au populaire influe sans doute sur les comportements de 1589 : la mobilisation de la milice et le recours aux « barricades et chesnes tendues par les rues » le 13 mars permet d’endiguer non seulement tout risque d’agression externe, avec ou sans trahison, mais aussi toute tentation de désordre, voire de pillage, interne47. Quand, en avril, le capitaine du très populaire canton de la Basse Ville, au sud de la Vilaine, propose d’acheter cinquante arquebuses pour armer des journaliers et gens du peuple, il en obtient finalement... six, au bout de cinq mois48. En fait, menace populaire et ligueuse semblent bien s’associer dans l’esprit des membres des élites rennaises. En août 1589, les autorités craignent ainsi un soulèvement ligueur de la Basse Ville, en lien avec le trouble suscité par l’assassinat de Henri III. Le peuple modèle, qui se levait contre les hérétiques pour défendre sa foi, est en passe de devenir ici, à travers de supposées connexions ligueuses, un peuple dangereux, source de désordre49.

  • 50 Cette politique est étudiée aussi bien par E. Tingle pour Nantes que par T. Amalou pour Senlis. Le (...)
  • 51 Ibid., p. 740-741.

18Un tel contexte impose un renforcement du contrôle social. Cependant, la politique adoptée par la communauté de ville peut aussi contribuer à atténuer les tensions et les difficultés au sein même de la cité. Une forme nouvelle d’engagement social, en cours depuis les années 1560, et surtout 1580, peut contribuer à mieux souder les habitants, même si les nouveaux services rendus par la ville dans le cadre de ces tâches de « police », demeurent d’une qualité médiocre50. La volonté de taxer les riches pour financer la politique d’assistance marque le poids de l’engagement communautaire, même si elle révèle aussi une inflexion des logiques charitables51. Malgré ses limites, cet ordre social sert de base à un ordre politique qui fait preuve d’une efficacité réelle à Rennes. Une assez large part de la population, incluant des hommes du profil de Jean Pichart ou son équivalent dans la sphère marchande, est directement impliquée dans le fonctionnement des pouvoirs municipaux. Les hommes qui assurent cette gestion collaborent avec d’autres membres de l’élite de la cité et cela même si, pour beaucoup d’entre eux, la ville de Rennes n’est pas le seul horizon socio-politique.

  • 52 Thèse en cours de Mathieu Pichard, sur Rennes et ses élites entre la guerre d’Indépendance et le r (...)
  • 53 Pichart, p. 49 ; voir aussi supra, note 21. En 1598, la ville plaide pour que la survivance de sa c (...)
  • 54 Carré H., op. cit., p. 45.
  • 55 Pichart, p. 112. La formule est de Nicole Lemaitre dans la préface d’Amalou T., op. cit., p. 9 ; l (...)

19L’état des travaux actuels interdit d’observer avec précision comment les relations interpersonnelles, au sein de ces milieux, peuvent jouer leur rôle dans ce jeu des pouvoirs. Réseaux et clientèles rennais attendent encore leur historien52. Cependant, il est déjà possible de voir apparaître certaines interactions fortes. Ainsi la communauté manifeste-t-elle à de nombreuses reprises son soutien envers René Marec de Montbarot, son capitaine, lors d’épisodes de tension politique au cours de la décennie. La menace d’une agression par des soldats à la suite d’une affaire de duel provoque « un grand scandal et grand rumeur entre les habitants de cette ville, qui avoient grande volonté, quoyque soit la plus grande partie, de secourir monsieur de Monbarot et le vanger sy on luy faisoit tort53 ». Cette forte symbiose entre Montbarot et la ville explique sans doute que certains historiens puissent considérer la période comme celle d’une véritable « dictature » de sa part54. Le plus probable est qu’il agit au milieu d’un consensus communautaire global. Ce qui ne veut pas dire que la ville soit prête à tout accepter, comme le révèle un épisode significatif : en septembre 1595, Montbarot se choisit un nouveau lieutenant. Celui-ci est accusé d’être huguenot et, « acause que plusieurs habitans s’en plaignirent a monsieur de Montbarot », ce dernier est contraint de le remplacer. Ainsi s’exprime, une fois encore, le « catholicisme zélé non ligueur » de Rennes55...

  • 56 Ropartz S., art. cit., p. 160 ; Pichart, p. 137.
  • 57 Laronze C., op. cit., p. 201-202, insistait déjà sur l’accroissement des pouvoirs de la ville dans (...)

20Convictions religieuses, qui servent aussi de ciment avec le peuple, et projet social de cohésion urbaine habitent une communauté qui contribue activement à assurer l’ordre pendant cette décennie de crise, depuis la police des subsistances jusqu’aux tâches de sécurité : au départ, un arrêt du parlement (4 mars 1589) confie aux habitants la défense de la ville en laquelle « ne sera admis aulcunes forces et garnisons » ; et ce n’est qu’avec la venue de Henri IV en mai 1598 qu’est levée la garde des portes et murailles assurée jusque là de jour et de nuit par les miliciens56. Au cours de la période, les pouvoirs municipaux ont plutôt tendance à augmenter, non seulement dans la ville même, mais autour d’elle, sur le plat-pays : la mobilisation des paroissiens proches pour des levées de fonds, pour organiser le ravitaillement ou pour travailler aux fortifications n’est sûrement pas restée sans effets57. Ce phénomène s’inscrit dans une phase de renforcement global de l’autorité, dont les différents niveaux sont liés entre eux. Le roi est alors mobilisé, depuis la ville, comme garant des pouvoirs locaux, d’autant qu’il est seul apte à les déléguer valablement et à les accroître.

  • 58 Voir les remarques de Konnert M., Local politics in the French wars of religion. The towns of Cham (...)
  • 59 À Nantes, le château est un point d’appui essentiel pour Mercœur ; sur le château d’Angers comme i (...)
  • 60 Ropartz S., art. cit., p. 199.

21Est-ce à dire pour finir que l’agenda civique des municipalités serait mieux servi par la fidélité de la ville « royaliste » que par la rébellion corporative de la ville ligueuse ? Rien n’est moins sûr, car les logiques des agendas municipaux des villes engagées dans les deux camps paraissent sur ce plan étrangement proches, dans (et grâce à) un contexte spécifique58. Mais l’horizon des pouvoirs dans ce cadre ne peut se limiter à une analyse interne : il faut changer d’échelle et poser la question des rapports avec les autres villes. Le « choix » d’un camp en 1589 est souvent lié, concrètement, à la situation militaire locale : Rennes a pu se « libérer » seule, alors que Mercœur était à moins d’une journée de cheval, parce que ses hommes sur place ne pouvaient tenir, ne serait-ce que quelques heures, dans un château, la ville n’en ayant plus depuis le XVe siècle59. Mais, sur un autre plan, ce choix découle aussi du jeu des rivalités entre cités proches, concurrentes dans bien des domaines, dans un système assez « mercantiliste » du privilège, où l’avantage obtenu par l’une, nuit généralement à l’autre. Henri III se situe très explicitement dans ce cadre en mars 1589. S’adressant aux Rennais, il écrit avoir « voullu tousjours maintenir le siège de mon parlement en vostre ville, contre l’opposition de ceux qui [...] veullent vous distraire maintenant de mon obéissance60 ». La conclusion est claire : quitter le camp du roi, c’est s’allier avec ceux qui, à Vannes et surtout à Nantes, ne rêvent que de voir revenir en leurs murs la cour souveraine. Or la communauté est comptable du rayonnement urbain assuré par la présence d’une telle institution : si le parlement peut empiéter sur les pouvoirs municipaux, il n’en est pas moins intrinsèquement lié à la prospérité de la ville et constitue également une opportunité d’ascension sociale pour des familles de l’élite locale.

  • 61 Voir à titre de comparaison le cas du présidial de Beauvais la ligueuse, supprimé au bénéfice de S (...)

22La fidélité au monarque assure en 1589 à Rennes, dans le cadre d’une partition généralisée des institutions bretonnes, la captation de la chambre des comptes, de la recette générale et de l’université, ôtées à Nantes la « ligueuse ». Mais, malgré les supplications rennaises, toutes regagnent les bords de la Loire en 1598 à l’heure de la soumission de Mercœur. Certes, les Rennais ont la satisfaction de voir les rêves dinannais de présidial et d’atelier monétaire partir eux aussi en fumée, mais il ne s’agit là encore que d’un retour au statu quo61. Celui-ci relativise sur ce plan, à Rennes comme ailleurs, les avantages de la fidélité. Il faut cependant reconnaître que l’épisode ligueur semble mettre fin aux tentatives répétées des Nantais pour récupérer le parlement de Bretagne.

  • 62 Hamon P., « Quelle(s) capitale(s) pour la Bretagne (XVe-XVIIe siècles) ? » dans Jean-Marie Le Gall (...)
  • 63 Voir le chap. 8 (Châlons, Ideal of the Bonne Ville) dans Konnert M., Civic Agendas and Religious P (...)
  • 64 Expression que j’emprunte à Gauthier Aubert.

23En effet, si Rennes s’inscrit bien dans le cadre général du statu quo, sa situation relève aussi du cas particulier, à l’échelle bretonne. Le pouvoir municipal en effet y est largement « victime », au XVIIe siècle, de l’affirmation progressive de la ville, en lien avec l’essor des pouvoirs et activités du parlement, puis de l’intendance, comme capitale politique et administrative de la province62. Il ne s’agit là que d’un statut informel, mais il est largement mis en avant et, s’il valorise la ville, ses implications tendent à brider la municipalité. Dans une cité où une coupure sociale forte s’instaure bientôt au sein même des élites, la persistance durable de formes institutionnelles peu élaborées a-t-elle aussi à voir avec la position un peu dévaluée du pouvoir municipal ? Au début du XVIIe siècle encore, le modèle traditionnel de la « bonne ville » n’est peut-être pas, dans le royaume de France, aussi obsolète qu’on l’a parfois affirmé63. Mais il semble bien qu’à Rennes, le temps de la Ligue, même (surtout ?) pour cette ville « royaliste », corresponde sur ce plan à un chant du cygne. Sauf à considérer l’émergence d’une variante nouvelle, celle du petit groupe des « bonnes villes parlementaires64 », dont l’idéal est largement modelé, régénéré et infléchi, par la robe et l’office royal.

Notes

1 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996 et surtout Tingle E., Authority and Society in Nantes during the French Wars of religion 1559-1598, Manchester University Press, 2006.

2 Pouessel K., Rennes pendant la première guerre de Religion ; Rolland A., Le Journal de Jean Pichart, notaire royal et procureur au parlement de Rennes, 1589-1598 ; Ambroise B., Saint-Brieuc pendant les guerres de la Ligue (1589-1598), tous les trois, mémoire de master 2, 2010, sous la direction de Philippe Hamon.

3 Voir Meyer J. (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 141 et sq.

4 Ropartz S., « La journée des barricades et la Ligue à Rennes, mars et avril 1589 », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. XI, 1877, p. 147-229.

5 Carluer J.-Y, Les protestants bretons (XVIe-XXe siècle), t. 1, thèse de doctorat sous la direction de F. Lebrun, Rennes 2, 1992 ; Clouard E., « Le protestantisme en Bretagne au XVIe siècle », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. XVII, 1936, p. 21-169, t. XVIII, 1937, p. 27-121, t. XIX, 1938, p. 1-64.

6 Ce lieutenant, le sieur du Breil, qui cherche à rentrer dans Rennes le 14 mars, paraît « suspect à messieurs de la ville, mesme à cause de sadite saillie de nuit, et qu’il venoit de querir les ennemis » : Rolland A., op. cit., p. 10 (désormais Pichart).

7 C’est l’orientation de l’enquête ouverte en avril par le sénéchal Guy Le Meneust : Jouon des Longrais F., « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs 1589 », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, t. XLI, 1911, p. 5-347 (désormais : Information).

8 Boltanski A. et Hamon P., « Le duc de Mercœur gouverneur de province : entre statut, Ligue et Bretagne », dans Buron E. et Méniel B., Le duc de Mercœur. Les armes et les lettres (1558-1602), actes des journées d’études du CELAM, Rennes 2, octobre 2005, Rennes, PUR, 2009, p. 75-97.

9 Sur le siège : Hamon P., « “Vitray, qui s’en alloit perdu...” (Brantôme). Le siège de Vitré et les engagements militaires en Haute-Bretagne au début des guerres de la Ligue (mars-août 1589) », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXXXVII, 2009, p. 111-151.

10 Ropartz S., art. cit., p. 209.

11 Pour le cas encore plus spectaculaire de Toulouse : Souriac P.-J., Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champvallon, 2008.

12 Ropartz S., art. cit., p. 153-155.

13 Information, p. 16.

14 Arch. mun. Rennes, BB 477, fol. 89. On notera cependant pour la suite, l’emploi du passé dans le texte : il suggère que ces prises de position « ligueuses » renvoient à des engagements antérieurs, datant sans doute de 1589.

15 Mais ce n’est pas le cas de tous : en juin 1589 le président au parlement Pierre Brulon, d’une vieille famille rennaise, critique la place accordée à des parlementaires non bretons au sein du conseil de La Hunaudaye : Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 70, fol. 60. Son propos est cependant un peu polémique, puisqu’il mentionne, outre le président Jean Rogier d’origine poitevine, le président François Harpin, d’une famille du pays de Fougères.

16 Ce rôle central était déjà souligné dans l’Information, p. 15, par les « comploteurs » du 13 mars, eux aussi officiers royaux : l’un d’entre eux déclare à un cinquantenier « que sans luy et aultres cinquanteniers, ils ne pouvoient executer leur entreprise ».

17 Arch. mun. Rennes, BB 476, fol. 14.

18 Pichart, p. 106-107 : canon prêté à Saint-Luc en avril 1595 moyennant destruction d’une place qui menace Rennes.

19 Arch. mun. Rennes, BB 477, fol. 44. Il est vrai que la position rennaise de Claude Faucon de Ris, qui n’est pas breton, est alors fragilisée par d’autres difficultés.

20 Ibid., fol. 77.

21 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 71, fol. 31 v°-32. Selon Pichart, p. 22 en outre, une assemblée de ville réunie peu avant en octobre 1589 en présence de Dombes et d’une imposante délégation parlementaire joue, par son soutien explicite au capitaine Montbarot, un rôle politique marqué dans son maintien en charge.

22 Arch. mun. Rennes, CC 937, fol. 208-210.

23 Chevalier B., Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.

24 Carré H., Recherches sur l’administration municipale de Rennes au temps de Henri IV, Paris, Quantin, 1888, p. 17.

25 Arch. mun. Rennes, BB 23 et Aubert G., Le recueil historique de Gilles de Languedoc (1724), mémoire de maitrise sous la direction de C. Nières, Rennes 2, 1993, p. 67-71 (ici p. 68).

26 En octobre 1580, l’assemblée de ville exigeait déjà du procureur-syndic qu’il parvienne à obtenir « lettres de mairerye a l’instar des bonnes villes de France et de Bretagne » : Arch. mun. Rennes, BB 473, fol. 45 v° ; l’édit de mars 1592 est obtenu à la suite de l’envoi d’une délégation auprès du roi, qui demandait une nouvelle fois, outre l’obtention d’un corps de ville, la venue du roi en Bretagne : Arch. mun. Rennes, BB 23, compte rendu à l’assemblée de ville du 17 avril 1592 (le registre des délibérations pour 1592 a disparu).

27 Ainsi quand une décision est prise pour des raisons « qu’il n’est besoin de divulguer ny dire en publicq » : Arch. mun. Rennes, BB 477, fol. 89.

28 Sur les injures proférées selon certains : Information, p. 17, 19, 23 et 28 ; Arch. mun. Rennes, BB 475, fol. 18 évoque ce jour là ceux qui veulent « nourir la division en ceste dite ville ».

29 On retrouve une situation semblable à Nantes dans l’autre camp : Tingle E., op. cit., p. 180 et 188.

30 C’est un thème central dans Amalou T., Le Lys et la Mitre. Loyalisme monarchique et pouvoir épiscopal pendant les guerres de Religion (1580-1610), Paris, Éditions du CTHS, 2007, qui étudie la situation d’une ville durablement royaliste après un bref épisode ligueur en février-mai 1589 : son parcours n’est donc pas sans liens avec celui de Rennes.

31 Information, p. 16.

32 Ropartz S., art. cit., p. 211, 215 et 217.

33 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1Bb 71, fol. 18 (7-9-1589). En revanche le sénéchal rend en mars 1590 une sentence contre les habitants de Vitré et des environs qui, depuis mars 1589, se sont opposés au camp royal lors du siège de Vitré et de ses séquelles rebelles dans les environs.

34 Hamon P., « Chronique d’une mort annoncée : l’affaire Jean Meneust (août 1589) et les débuts de la Ligue en Haute-Bretagne », dans Les Ligues catholiques et leurs alliés dans la France des guerres de Religion (vers 1576-1598), actes du colloque de Montpellier sous la direction de S. Brunet et J. J. Ruiz Ibanez, avril 2008, à paraître.

35 Barthélemy A. de, Choix de documents inédits sur l’histoire de la Ligue en Bretagne, Nantes, 1880, p. 135 et 138.

36 Arch. mun. Rennes, BB 476, fol. 14.

37 La communauté fait appel à Brulon « pour nous aider et assister », le 8 avril 1589 : Ropartz S., art. cit., p. 218. Elle émet une protestation au sujet de son expulsion le 31 juillet 1590 : Arch. mun. Rennes, BB 476, fol. 53-54. Lors de ses funérailles à Rennes en février 1594, Pichart, p. 95 le qualifie de « bon patriote » : il est très probable qu’il entend ici faire référence à son engagement rennais et/ou breton.

38 Aubert G., op. cit., p. 196 ; Arch. mun. Rennes, BB 480, fol. 98. Sur la présence de la ville en corps aux funérailles de La Hunaudaye en janvier 1592 : Pichart, p. 67.

39 Arch. mun. Rennes, CC 937, fol. 216.

40 Pichart, p. 120.

41 Ibid, p. 50.

42 Ibid., p. 48.

43 Pour des réflexions parallèles concernant Nantes : Tingle, E., op. cit., p. 211-212.

44 Ropartz S., art. cit., p. 203-204.

45 Arch. mun. Rennes, BB 23 (article 6 du règlement) ; un autre article (le 12) enjoint au sergent de la ville de ne laisser entrer en l’assemblée « aulcun estranger de la ville, gens mecaniques et aultres qui ne peuvent donner et rendre advis sur ce qui sera proposé » ; Laronze C., Essai sur le régime municipal en Bretagne pendant les guerres de Religion, Paris, 1890, p. 61-62 (qui date par erreur le règlement du 29 août). Le premier registre conservé des délibérations de Rennes, fait état, en 1512, sur sa première page, de la présence à l’assemblée de « plusieurs aultres, artisans, de laditte ville, et signantement les provostz des drapiers, tainturiers et bonnetiers » : BB 465, fol. 1.

46 Arch. mun. Rennes, BB 480, fol. 82 et 105.

47 Information, p. 158.

48 Arch. mun. Rennes, CC 937, fol. 194-197.

49 Sur le peuple et le problème de l’ordre en Bretagne au XVIIe siècle : Collins J., La Bretagne dans l’État royal. Classes sociales, États provinciaux et ordre public de l’Édit d’union à la révolte des Bonnets rouges, Rennes, PUR, 2006, chap. VII (traduction française de l’édition anglaise de 1994).

50 Cette politique est étudiée aussi bien par E. Tingle pour Nantes que par T. Amalou pour Senlis. Le dossier rennais aurait besoin d’une approche du même ordre. La grande thèse d’Alain Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie – la mort – la foi, Paris, Maloine, 1981, fournit déjà des éléments précieux (voir par exemple t. 1, p. 405, 418, 444, 447, 586...). On notera au passage qu’A. Croix estime faible l’efficacité des politiques municipales de la fin du XVIe siècle en ce domaine, même si leur engagement financier devient sensiblement plus lourd.

51 Ibid., p. 740-741.

52 Thèse en cours de Mathieu Pichard, sur Rennes et ses élites entre la guerre d’Indépendance et le règne de Louis XIII, Rennes 2, sous la direction de Philippe Hamon et Gauthier Aubert.

53 Pichart, p. 49 ; voir aussi supra, note 21. En 1598, la ville plaide pour que la survivance de sa charge aille à son fils : Arch. mun. Rennes, BB 485, fol. 20-21.

54 Carré H., op. cit., p. 45.

55 Pichart, p. 112. La formule est de Nicole Lemaitre dans la préface d’Amalou T., op. cit., p. 9 ; la ville demande aussi en 1598 que le fils et successeur souhaité de Montbarot soit élevé dans la religion catholique (rappelons que sa mère est huguenote).

56 Ropartz S., art. cit., p. 160 ; Pichart, p. 137.

57 Laronze C., op. cit., p. 201-202, insistait déjà sur l’accroissement des pouvoirs de la ville dans la crise même.

58 Voir les remarques de Konnert M., Local politics in the French wars of religion. The towns of Champagne, the Duc de Guise, and the catholic league, 1560-95, Aldeshot, Ashgate, 2006, p. 1-2.

59 À Nantes, le château est un point d’appui essentiel pour Mercœur ; sur le château d’Angers comme instrument de la reprise de la ville par les royaux : Bourquin L., Les nobles, la ville et le roi. L’autonomie nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Paris, Belin, 2001, p. 153-154.

60 Ropartz S., art. cit., p. 199.

61 Voir à titre de comparaison le cas du présidial de Beauvais la ligueuse, supprimé au bénéfice de Senlis la royale, puis rétabli : Amalou T., op. cit, p. 311-312 et 336.

62 Hamon P., « Quelle(s) capitale(s) pour la Bretagne (XVe-XVIIe siècles) ? » dans Jean-Marie Le Gall (dir.), Les capitales de la Renaissance, Rennes, PUR, 2011, p. 71-84.

63 Voir le chap. 8 (Châlons, Ideal of the Bonne Ville) dans Konnert M., Civic Agendas and Religious Passion. Châlons-sur-Marne during the French Wars of Religion, 1560-1594, Kirksville, 1997. Voir aussi les analyses de Cassan M., La grande peur de 1610. Les Français et l’assassinat d’Henri IV, Seyssel, Champ Vallon, 2010, qui mettent en évidence le rôle décisif des villes – même s’il est très provisoire – dans la résolution de la crise ouverte par le geste de Ravaillac. L’analyse comparée des réactions urbaines si différentes entre 1589 (accepter d’entrer dans une situation de conflit et de concurrence généralisée) et 1610 (dépasser tous les clivages au service du maintien de la paix) mériterait une étude approfondie.

64 Expression que j’emprunte à Gauthier Aubert.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540