Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Quatrième partie. Les pouvoirs municipaux à l’épreuve : crises internes et interventions extérieures

La querelle des artisans et des consuls : mémoire, pouvoir et conflit à Lyon au début du XVIe siècle

Caroline Fargeix

Texte intégral

  • 1 Arch. mun. Lyon, BB 33, fol. 239 v° et suiv.

1Le 12 avril 1515, une grande assemblée réunissant onze des douze consuls lyonnais mais aussi cent vingt-sept représentants de la population, c’est-à-dire des notables et des maîtres des métiers, se tient afin de trouver de l’argent pour réparer les fortifications de la ville par crainte d’une attaque des Suisses1. Or à peine l’ordre du jour annoncé, Clément Mulat, un des notables conviés à la réunion, prend la parole de son propre chef, et se lance dans une diatribe virulente contre le consulat, soulignant l’absence de clarté sur la clôture des comptes de l’année 1514, et accusant implicitement la municipalité de valider des comptes truqués depuis vingt ans. Bien évidemment, les consuls rejettent toutes ces accusations. Mais ces dernières font écho à deux lettres anonymes, découvertes quelques jours auparavant dans la galerie donnant accès à la salle du conseil. Le pouvoir municipal y était attaqué violemment, taxé de corruption, accusé de favoriser des gens peu scrupuleux œuvrant contre les intérêts de la population et menacé, si rien n’était fait, d’un soulèvement populaire.

2Ces deux épisodes sont rapportés avec beaucoup de soin par le secrétaire de la ville, qui retranscrit intégralement le contenu des lettres anonymes, ainsi que la quasi-totalité des paroles de Clément Mulat. Ces précisions, exceptionnelles dans les registres consulaires, indiquent combien ces évènements sont pris au sérieux. À juste titre puisqu’ils sont les prémices d’un conflit que le pouvoir consulaire nomme dans ses archives la « querelle des artisans et des consuls », et qui empoisonne la vie politique lyonnaise de 1515 à 1521.

3Ce conflit ébranle sérieusement le pouvoir municipal par son aspect protéiforme. En effet, c’est un conflit de société, où une partie de l’élite économique et culturelle de la ville participe activement à discréditer le consulat, mais aussi tous ceux qui ont occupé la fonction de consul les vingt dernières années. Mais c’est aussi un conflit de pouvoir, où le fonctionnement même de l’institution consulaire est remis en cause, ainsi que la désignation de ceux qui la dirige. C’est enfin un conflit de mémoire, puisque le consulat fait en sorte qu’il n’y ait, dans la mémoire urbaine, que sa vision du conflit et sa victoire finale.

Un conflit de société

Le contrôle de la parole dans les assemblées

4Il convient tout d’abord de revenir sur cette assemblée d’avril 1515. Ce type d’assemblée générale existe depuis la fondation de la commune en 1320, mais au cours du XVe siècle, le pouvoir consulaire a fait en sorte que ces assemblées constituent des appuis indéfectibles de sa politique, et non pas des lieux de discussion véritable. Comment ? D’abord en excluant totalement la population des assemblées et en ne convoquant que ses représentants, notables et maîtres des métiers. Puis en triant ces représentants, en ne convoquant que ceux qui partagent ses vues, et en ne laissant à ces derniers qu’une parole dénuée de toute portée décisionnelle... sauf si elle correspond aux attentes du consulat. Ces assemblées sont donc là pour maintenir l’illusion de la pérennité de la coutume, et elles permettent aux conseillers de se dédouaner de la prise de certaines décisions impopulaires.

5La soumission de ces assemblées est l’une des manifestations du pouvoir municipal. La parole est encadrée, puisque les participants ne peuvent discuter que de l’ordre du jour choisi par le consulat, et ce en respectant un ordre de prise de parole établi par les conseillers. À l’encontre de toutes les règles qui régissent ces assemblées chapeautées par les consuls, Clément Mulat, docteur en droit, notable et riche contribuable, prend donc d’autorité la parole au début de l’assemblée pour faire un discours offensif contre le consulat. Il ne prononce aucune attaque personnelle, reste correct dans son langage, tout en diffamant publiquement tous les conseillers présents.

6Les accusations de corruption sont le terreau de nombres d’injures et d’attaques dont les représentants du consulat sont régulièrement l’objet de la part de la population. Pourquoi le secrétaire prend-il la peine de noter avec soin les attaques de Mulat ? Ce n’est pas le fond du discours qui inquiètent les consuls, mais qui le prononce : Mulat a la légitimité de la parole, étant un notable invité à cette assemblée, et il appartient à une grande famille de la ville, puisque son père, grand juriste lui aussi, a été consul à la fin du XVe siècle.

7C’est pourquoi la réponse des conseillers vise à discréditer non pas son discours mais sa personne. Mulat est donc présenté comme manipulé par d’autres, abusé par le contenu d’une lettre anonyme, mais aussi irresponsable d’affirmer des choses qui pourraient provoquer une émeute. Pour finir de le ridiculiser, les conseillers lui pardonnent, disant qu’il a cru bien faire et concluent en indiquant qu’il devra payer une amende, puisqu’il a pris la parole « combien que ce fust pas à son tour ».

  • 2 « Messire Clément Mulat et consors », Arch. mun. Lyon, BB 33, 1515, fol. 249 v° ; « maistre Mulat, (...)

8Cet accrochage est le premier d’une longue série menée par Clément Mulat. Mais il ne s’agit pas de l’attaque d’un homme seul : désormais il ne va pas se passer de semaine sans que Mulat et « consorts2 » comme disent les registres, n’œuvrent contre le consulat. Le flou de cette terminologie tend à laisser penser que les plaignants sont peu nombreux et peu organisés. Or il n’en est rien, comme le laissent apparaître en creux les registres.

Qui sont les artisans ?

  • 3 Arch. mun. Lyon, BB 33, 1515, fol. 230 v°.
  • 4 Ibid., fol. 237.
  • 5 Cette absence de publicité est étonnante. A.-L. Van Bruaene a étudié des conflits ayant lieu dans (...)

9Dès l’été 1515, les registres évoquent les « artisans » qui s’opposent aux consuls. Pourtant si l’on étudie qui constitue le groupe de ces opposants, cette désignation est sujette à caution. C’est un conflit faussement populaire. Reprenons les deux lettres anonymes à l’origine de conflit et qui semblent être la première manifestation des opposants au consulat. La première est signée, « v. p. (votre peuple) follé et destruict3 » ; la seconde se termine par les lettres : « VPPDL », « votre pauvre peuple de Lyon4 ». Pourquoi ces lettres sont-elles seulement déposées près de la salle du conseil et non pas diffusées dans toute la ville5 ? Cette attitude est un indice faisant douter que leur auteur soit aussi populaire qu’il veut bien le laisser croire : ces lettres sont là pour faire peur aux conseillers et à certains notables, pas pour monter la population contre le pouvoir, du moins pour le moment.

10Alors qui trouve-t-on parmi ces « artisans » ? Les registres nous l’apprennent peu à peu. En effet, les consuls ont été ébranlés par la sortie de Mulat, et pour couper court à toute rumeur parmi les notables, ils acceptent de montrer les comptes de l’année 1514 à huit personnes désignées par Mulat et ses soutiens. D’autres noms apparaissent et reviennent régulièrement dans les registres, ce qui nous permet de cerner comment s’organisent ces opposants.

11Le groupe des opposants constitue une coalition assez hétérogène. On trouve à sa tête des grands juristes, tous docteurs en droit, appartenant au corps de notables de la ville : Clément Mulat, François de Pavie, mais aussi Pierre Burberon, lieutenant du sénéchal et que les registres présentent comme le véritable chef de cette opposition, maître Chausson, juge des ressorts, et Jacques Gautier, procureur du roi à la cour des Élus. Ces juristes influencent le mouvement en mettant en œuvre des stratégies juridiques contre le consulat ; et les postes d’officiers royaux qu’occupent certains d’entre eux soulignent le soutien non pas de l’autorité royale, mais en tout cas d’une partie de ses représentants dans cette action contre les consuls.

12Se joignent à ces juristes, des marchands fortunés, voire très fortunés, appartenant aussi au corps de notables de la ville : Jean de Villars et Pierre Grenoble, marchands ferratiers, Jean Gautier, apothicaire, Jean et André Chausson, pelletiers, et Claude Bertier. Ces deux groupes sont traversés par des solidarités familiales puisque Clément Mulat et François de Pavie, juristes, sont aussi beaux-frères, et que les deux Chaussons pelletiers sont les frères du Chausson juge des ressorts. D’une façon générale les marchands suivent et appuient la stratégie voulue par les juristes, et contribuent à la diffusion de leurs accusations parmi les notables de la ville.

13Pourquoi ces membres de l’élite urbaine s’en prennent-ils ainsi à leurs pairs ? Leur attitude est due à la façon dont le consulat recrute ses membres. Quels sont les critères pour accéder au consulat ? Très classiquement, comme dans de nombreuses villes, les élus doivent être lyonnais d’origine, aimant le bien commun, hommes d’honneur, justes, vertueux et riches. Ils doivent donc appartenir à l’élite économique et sociale de la ville. Tous les membres de cette opposition répondent à ces critères, pourtant ils n’ont jamais accédé au consulat. Cette exclusion est à mettre en rapport avec la fermeture que connaît le consulat dans son recrutement à partir de la fin du XVe siècle. On constate en effet que 100 % les conseillers de 1514 sont au pouvoir depuis 1490, ou ont des membres de leur famille élus depuis cette date, et c’est aussi le cas de 75 % des conseillers de 1515 et de 1516.

14L’impossibilité d’accéder aux charges municipales pousse ces hommes à l’action : leur but est de renverser l’oligarchie au pouvoir en discréditant tous ceux qui l’ont occupé durant vingt ans. On peut se demander si ce conflit ne constitue pas aussi une lutte entre génération : en effet plusieurs des meneurs, comme Mulat, Burberon et Pavie, sont fils ou neveux de conseillers de la fin du XVe siècle.

  • 6 Arch. mun. Lyon, BB 34, 1515, fol. 6.
  • 7 Ibid., fol. 47.

15à ces quelques grands juristes et marchands clairement identifiés et qui constituent donc les meneurs de la fronde s’ajoute une masse d’individus qui les accompagne régulièrement lors de leurs intrusions quasi quotidiennes au consulat. Le secrétaire de la ville en compte en juillet 1515 trente à quarante6, puis leur nombre enfle puisque dès le mois d’août, c’est parfois une centaine de personnes qui envahissent le consulat7. Cette foule, constituée d’artisans, regroupe donc de plus en plus de mécontents.

16Cependant pourquoi ces artisans soutiennent-ils l’action de ces membres de l’élite ? En réalité, jamais les meneurs du mouvement n’affichent ouvertement le but ultime de leurs attaques : la prise du pouvoir. Ils masquent leurs intentions sous des motifs plus populaires : défendre les intérêts de la communauté face à un pouvoir corrompu. Ils s’intitulent d’ailleurs « procureurs des habitants », car la lutte est menée au nom de l’intérêt commun : ils font donc en sorte de créer un conflit qui oppose la ville à ses dirigeants.

  • 8 Cette structure pyramidale des groupes d’opposants se retrouve tout à fait lors des conflits urbai (...)
  • 9 Reprend des éléments soulignés par Jacques Heers : rivalités économiques et politiques ; conflit e (...)

17L’opposition au consulat est donc constituée par une coalition avec à sa tête des personnages puissants, dominant une masse populaire8. Cette organisation pyramidale constitue pour la première fois ce qu’on peut considérer comme un parti, véritable contre-pouvoir dans la ville de Lyon9.

Un conflit de pouvoir

18Les registres consulaires donnent l’impression, à partir du milieu de l’été 1515, que les artisans lancent des actions désordonnées contre les conseillers, comme aveuglés par leur rage contre l’institution et ses représentants. Il s’agit en réalité d’une stratégie concertée pour atteindre le consulat dans toutes les manifestations de son pouvoir et exiger des changements dans sa politique et son recrutement.

19En effet, les « artisans » entendent s’emparer de tous les leviers du pouvoir en ville et lancent donc une attaque sur quatre fronts :

  • accusant les conseillers de favoritisme, ils demandent une réforme dans la façon d’attribuer les gabelles ;
  • accusant les conseillers de mensonge, ils exigent une réfection des estimes, c’est-à-dire des papiers faisant état du dénombrement et de l’estimation des biens des habitants de Lyon ;
  • accusant les conseillers de malversation, ils demandent à ce que les comptes des vingt dernières années soient vérifiés ;
  • accusant enfin les conseillers de népotisme, ils veulent une réforme du mode d’élection des représentants de la ville, c’est-à-dire des maîtres de métiers et des consuls.

Les gabelles

20Pourquoi s’intéresser aux gabelles ? Les artisans veulent qu’elles soient attribuées non par les consuls, mais à l’hôtel de Roanne, sous la surveillance royale, une façon d’accuser implicitement de clientélisme le consulat. Ces accusations trouvent un écho favorable auprès de nombre de Lyonnais fortunés, qui n’ont jamais réussi à obtenir l’attribution de l’une des fermes de la ville. Mais en plus de semer le doute sur leur probité, cette demande souligne aussi l’irrégularité des pratiques consulaires : en effet d’après les arrêtés généraux de justice, ces attributions devraient être faites par la cour des Élus.

21Mais il convient de ne pas être dupe de cet apparent légalisme des artisans : la cour des Élus est dirigée par Jacques Gautier, frère de Jean Gautier, l’un des meneurs du mouvement... Sous couvert de défendre plus de légalité, les artisans espèrent contrôler ces attributions.

22Étant dans leur tort, les conseillers cèdent l’attribution de la gabelle et des fermes de la ville à la cour des Élus. Les artisans font immédiatement une proposition chiffrée pour prendre le contrôle des fermes pour la nouvelle année 1516. Mais leur demande d’octroi est rejetée par les officiers royaux.

23C’est un demi-échec, car si les artisans n’ont pu mettre la main sur les gabelles, ils ont exercé une grande pression sur le consulat, suscitant son inquiétude face à leur détermination.

La réfection des estimes

  • 10 Arch. mun. Lyon, BB 33, 1514, fol. 100 v°.

24La réfection des estimes constitue le deuxième angle d’attaque des artisans. Ils soutiennent en effet que ces papiers sont erronés, certains contribuables les plus riches n’ayant pas vraiment déclarés tous leurs biens afin d’être plus légèrement imposés. Et parmi ces riches lyonnais, qui sait si certaines familles consulaires ne figureraient pas... Là encore, cette accusation fait sens pour nombre des représentants de la population puisque en 151410, notables et maîtres des métiers avaient demandé à ce que les estimes soient refaites pour plus de justice.

  • 11 Ibid., BB 34, 1515, fol. 56.

25Le conseil royal donne raison aux artisans et intime dès l’été 1515 la réfection de ces estimes11. Mais la mise en place de la commission de réfection est retardée par la difficulté à s’entendre sur la désignation des commis. Finalement dix personnes, appartenant aux deux camps, sont choisies et elles se mettent au travail en janvier 1516. Mais les représentants des artisans, dont Clément Mulat et Jean de Villars, font traîner volontairement les choses, sous couvert de multiples corrections, si bien que les nouvelles estimes sont rendues et donc utilisables seulement à la fin de l’année 1518. Il ne s’agit pas d’une mauvaise volonté un peu puérile, mais d’un plan pour désorganiser un peu plus le consulat : en effet sans nouveaux papiers, il n’est pas possible de lever d’impôt, donc une partie des ressources du consulat sont de facto gelées. Le pouvoir des artisans est donc d’abord un pouvoir de nuisance.

Les comptes des vingt dernières années

26L’accusation de falsification des comptes des vingt dernières années constitue la principale attaque des artisans. Si elle inquiète tant les consuls, c’est que les accusations de malversations et détournements de fond ne datent pas de cette réunion, mais de 1513 : à cette époque ce n’est pas un notable qui en est à l’origine, mais l’un des conseillers, Pierre Renoard, qui fait ces reproches au receveur de la ville, Jean de Bailleux. Cependant, rien n’est fait contre le trésorier : il semble avoir le soutien d’une partie du consulat, à moins que ses méfaits n’embarrassent les consuls, qui préfèrent fermer les yeux, plutôt que de le sanctionner.

  • 12 On trouve toujours le 1er juin mention à part « des nouveaulx [conseillers] qui n’ont fait le sere (...)
  • 13 « Ont estez mandez les six conseillers nouvellement esleuz dequelz sont comparus messire Franc Des (...)

27Mais les tensions grandissent entre les conseillers et le receveur de Bailleux. En 151412, mais aussi en 151513, les nouveaux consuls élus refusent de faire leur serment parce que les comptes ne sont pas rendus, si bien qu’ils n’entrent en charge que six mois plus tard, après la vérification des comptes. Pour éviter de bloquer le consulat, les anciens conseillers sont donc maintenus pendant ces six mois. Juristes et grands marchands à la tête du mouvement de contestation n’ignorent pas ces problèmes Les opposants demandent donc à vérifier les comptes des vingt dernières années, espérant ainsi mettre en lumière les irrégularités qui discréditeraient les familles au consulat pendant cette période. Le Grand Conseil royal décide dès l’été 1515 de la création d’une commission d’audition des comptes, mais pour vérifier uniquement les comptes non rendus des vingt dernières années. Les deux parties participeraient à cette vérification, qui serait présidée par des représentants royaux. Mais les artisans ne se satisfont pas de cette décision : ce sont tous les comptes qu’ils entendent faire vérifier.

28Conséquence, la vérification ne se met pas en place, au soulagement des consuls. Mais c’est en fait une mauvaise chose, car désormais, dans toutes les assemblées réunies pour trouver de l’argent, il y a toujours un procureur des artisans, en général Clément Mulat, qui dit qu’il est inutile d’agir car il reste de l’argent dans les caisses. Ces esclandres à répétition, qui échappent au contrôle consulaire, mettent à mal l’image des conseillers et du consulat et instillent le doute dans les têtes des présents. Clément Mulat, grand notable, impressionne les petits maîtres des métiers qui font part de leurs doutes dans les assemblées : la crainte que ces hommes ne propagent aussi le doute dans la ville s’empare alors des conseillers.

  • 14 Arch. mun. Lyon, BB 34, 1516, fol. 144 v°.

29En janvier 1516 les artisans réussissent à obtenir de la régente que tous les comptes soient vérifiés14. Le consulat réunit alors en catastrophe à huis clos tous les anciens conseillers des vingt dernières années ou leurs descendants. Tous refusent de présenter ces papiers. Les artisans n’arrivent donc pas à voir les comptes.

L’élection des représentants de la population

30Le volet politique de l’action des artisans apparaît dès 1515 : ils demandent en effet à ce que les maîtres des métiers soient élus par leurs pairs et non par les conseillers pour éviter collusion et autorecrutement entre les deux corps, puisque les conseillers sortant choisissent les maîtres des métiers qui élisent ensuite le nouveau consulat. Une telle réforme permettrait une plus grande ouverture du consulat, puisque les maîtres des métiers gagneraient en indépendance vis-à-vis du pouvoir, et pourraient donc plus librement choisir les nouveaux conseillers.

31Cette forme d’élection des maîtres des métiers trouve une fois de plus un écho favorable chez les petits marchands et les artisans, qui pensent ainsi pouvoir accéder au corps des maîtres des métiers, sans nécessairement devoir être bien vu des conseillers. D’ailleurs les meneurs soignent leur image chez les artisans. Pour désigner ceux qui doivent être commis à la vérification des comptes de la ville, Clément Mulat indique au consulat que des représentants véritables de la population doivent être désignés, c’est-à-dire que les commis ne doivent pas être désignés par les deux partis en présence mais par la population. Cette manière de procéder est clairement un retour à l’expression populaire comme au début de la commune au XIVe siècle. Mulat et Villars organisent alors en 1515 des élections par métiers pour déterminer un corps électoral représentatif de la population, sans reprendre les maîtres des métiers existants.

32Cette volonté de réclamer un changement dans l’élection des représentants de la population va à l’encontre de toute la politique menée par le consulat au cours du XVe siècle pour s’affirmer comme un pouvoir fort, indépendant (de l’archevêque, de la population, du pouvoir royal) et dévolu aux meilleurs. Les consuls refusent donc ces demandes en arguant qu’elles vont contre la coutume.

33Mais les opposants sont des juristes qui connaissent les statuts originels de 1320 sur l’élection des conseillers, des maîtres des métiers, et qui peuvent légalement prouver que les règles ont été modifiées au bénéfice d’une élite. Cependant ces changements sont effectifs depuis 1352 : 163 ans plus tard, les conseillers peuvent prétendre que leur mode de désignation est immémoriale.

34L’habileté, et donc la dangerosité des opposants au consulat est de faire connaître leur récrimination de façon publique, chaque année lors de la lecture du syndicat, c’est-à-dire de la liste des nouveaux conseillers de la ville, lors de la seule assemblée générale où toute la population de la ville est encore conviée. Mais ce coup d’éclat annuel (en 1516, 1517) n’a pas semble-t-il l’effet escompté, puisqu’il ne provoque aucune réaction de la part de la population. Du moins, les registres n’en signalent pas. Est-ce surprenant ? Pas vraiment, la population a peut-être du mal à croire ces allégations puisque la mémoire collective ne se souvient pas de l’époque trop lointaine où les choses étaient différentes. Et c’est donc sans le soutien populaire que les procureurs des artisans mènent leur combat politique.

Un conflit de mémoire

Minimiser le conflit dans la mémoire (1515-1517)

35Dès le début du conflit en avril 1515, le consulat a conscience de la dangerosité de ces évènements de par leur caractère exceptionnel. Paradoxalement on peut le voir dans la façon dont les registres s’ingénient à masquer l’existence de ce contre-pouvoir dans la ville.

  • 15 Ibid., BB 33, 1515, fol. 240 v°.
  • 16 Ibid., BB 34, 1515, fol. 46-46 v°.

36Certes, toutes les intrusions et les actions des artisans sont rapportées dans les registres de la ville, mais le secrétaire prend soin de ne jamais présenter ces opposants comme un parti ou un groupe véritablement organisé. Il parle des meneurs comme de simples particuliers nuisibles : ainsi Mulat est incompétent et manipulé, il est présenté comme « ignorant, mal adverti », victime de « quelques mauvaise suscitation15 » ; Pierre Burberon, le lieutenant du sénéchal est « le malveillant des conseillers16 ».

37Les registres sont là pour assurer l’image du consulat, ils sont la mémoire de la ville, il est donc impensable qu’ils puissent porter atteinte à l’honneur des conseillers. Toute une partie du conflit avec les artisans se passe donc sur le mode de la recréation de l’adversaire, du dénigrement. Les registres évoquent dès le début du conflit leurs opposants sous le terme générique d’artisans, alors que les conseillers savent pertinemment que les meneurs appartiennent à l’élite. Cette volonté de masquer cette fronde d’une partie de l’élite, mais aussi le mépris que tous les opposants plus populaires leur inspirent, se traduit dans l’expression « eulx disants procureurs des artisans », « eulx disant procureurs des habitants et consorts ». Pour le pouvoir municipal, il est hors de question de reconnaître une quelconque représentativité à ces individus, car cela signifierait qu’ils constituent alors un contrepouvoir. Cette morgue est d’abord une réaction de crainte.

38Cependant on note un changement dans la façon de traiter les artisans dans les registres à partir de 1518.

39En effet après presque trois années de lutte contre le pouvoir, qu’ont obtenu les opposants ? Rien. Ils n’ont pu s’emparer d’une partie des ressources de la ville, puisqu’ils n’ont pu obtenir les fermes et les gabelles ; les estimes ont été refaites sans révéler de graves mensonges de la part des familles consulaires ; la demande de changement de mode d’élection des maîtres des métiers et des consuls ne suscite guère d’émoi dans la population ; quant à la vérification des comptes, elle est toujours bloquée par le consulat. Conséquence de ces échecs, à partir de 1518 les noms des meneurs changent, certains disparaissent complètement : plus un seul juriste, plus de très riches marchands. Le groupe est mené désormais par deux hommes, Pierre Grenoble et Jean Gautier, marchands aisés, suivi d’une masse d’artisans mécontents, issus donc de milieux beaucoup plus modestes. Et les registres se mettent alors à rapporter de manière toute à fait différente le conflit.

Se donner le meilleur rôle (1518-1521)

40Entre 1515 et 1517, mis à part lors des premières semaines du conflit, les registres ne font jamais allusion à des injures ou des insultes dont seraient victimes les conseillers. Ces derniers se plaignent des interruptions intempestives des artisans, mais jamais il n’est question de menaces. Le groupe des opposants est clairement encadré par des juristes qui mènent le combat en prenant soin de toujours rester dans la légalité.

  • 17 Ibid., BB 37, 1518, fol. 150 (indiqué le 18 février).
  • 18 Ibid., fol. 155 v° (16 mars).
  • 19 Ibid., fol. 152 v° (2 mars).

41à partir de 1518, lorsque seuls les éléments les plus populaires continuent la lutte, les artisans optent pour des actions plus spectaculaires, à défaut d’être efficaces. Lors de la lecture de la liste des membres du nouveau consulat de 1518, les artisans ne se contentent pas de le désavouer, mais insultent aussi copieusement les conseillers devant toute la population17. D’ailleurs très régulièrement les registres se font écho des injures dont sont la cible les conseillers entre 1518 et 1521, voire même des menaces comme celles d’un artisan qui se promène en mars 1518 criant partout en ville : « Faictes gros feu car demain l’en coppera la teste aux conseillers18. » Ainsi en mars 1518, Jean Gautier ose faire graver une épitaphe sur un banc de l’église Saint-Nizier (siège originel du consulat) où il se nomme « procureur contre ceulx qui ont osté à la chose publique19 ».

42Le secrétaire ne rate pas une occasion de relater leurs provocations, donnant par la même occasion, une image de victimes aux conseillers, qui restent nobles dans l’épreuve. Ce sont des victimes mais qui résistent : toutes les injures des artisans entraînent immédiatement une réponse judiciaire. Les meneurs, Grenoble et Gautier, ne sont d’ailleurs plus accompagnés de leurs « consorts » comme disaient jusque là les registres, mais de leurs « complices » : on assiste à une criminalisation du groupe dans la mémoire.

43L’opposition au pouvoir est discréditée par sa violence verbale. Le consulat décide aussi pour la détruire, de la ruiner. Les conseillers se mettent à attaquer systématiquement en justice les artisans. Cette tactique est sciemment mise en œuvre : depuis le désengagement des grands notables, mis à part Gautier et Grenoble, les autres opposants sont pauvres. Or chaque procès se solde par une lourde amende à payer au consulat, et il n’est jamais question d’un règlement à l’amiable. Et le secrétaire rapporte chaque victoire avec satisfaction.

44En mai 1519, les conseillers obtiennent du roi deux lettres patentes qui imposent le silence aux artisans, qui ont l’interdiction de s’en prendre aux conseillers lors des séances du consulat. Le consulat rétablit son pouvoir en confisquant leur parole aux artisans : il est conforté dans son rôle d’encadrement de la parole politique publique, comme avant le conflit.

45Il n’y a plus qu’au Conseil du roi que les artisans peuvent encore s’exprimer : ce qu’ils font en juillet 1519, affirmant que les consuls auraient dérobé les vingt dernières années 200 000 livres, soit 10 000 livres chaque année, or le consulat rechigne à prêter 6 000 livres au roi... Le pouvoir de nuisance des artisans est donc encore important : par la diffamation, mais aussi par un climat de violence en ville (des exactions sont commises contre les biens de certains conseillers), ils tentent de faire pression sur les consuls. Certains d’ailleurs prennent peur : en 1519 et 1520, deux conseillers déclinent leur élection par peur d’affronter les artisans.

46Le conflit se règle définitivement en juillet 1521. François Ier envoie des commissaires à Lyon, qui après examen, certifient la véracité des comptes et rejettent la demande des artisans d’une nouvelle forme d’élection pour les représentants de la population.

47La victoire du consulat passe alors aussi par l’anéantissement dans les mémoires des meneurs de l’opposition, déjà ruinés. L’épitaphe de Jean Gautier est effacée, pour éradiquer tout souvenir du terme de procureur des artisans. Enfin Jean Gautier et Jean Grenoble ont l’obligation de faire amende honorable en publique, en reconnaissant que toutes leurs attaques étaient infondées.

Conclusion

48Une partie de l’élite urbaine, privée de l’accès au pouvoir municipal, a cru pouvoir destituer l’oligarchie en place, en utilisant la justice royale et en présentant tout ce que faisait le consulat comme allant à l’encontre du bien commun, et ne servant que l’intérêt d’un petit groupe : aussi bien l’élection des conseillers et des maîtres des métiers que la façon de lever les impôts, de tenir les comptes de la ville ou d’affermer ses propriétés.

  • 20 G. Paradin de Cuiseaux, Mémoire de l’histoire de Lyon, 1573, rééd. Roanne, Horvath, 1973, livre II (...)

49Cette lutte est rapportée a minima dans les registres, qui se font plus diserts seulement lorsque les meneurs deviennent plus populaires et utilisent la violence et non le droit. Les registres s’étendent surtout sur les victoires successives du consulat, jusqu’au KO final pour les artisans. Cette captation de la mémoire urbaine, devenue uniquement mémoire consulaire, est pleinement réussie. D’ailleurs dans l’une des premières histoires de Lyon, publiée en 1573 par Guillaume Paradin de Cuiseaux, l’ampleur de la crise est totalement occultée. Voici ce qui est dit : « Il vray que de nostre temps, assavoir l’an 1516, les artisans de la ville intentèrent un procès contre les conseillers, poursuivans une nouvelle forme d’eslire les conseillers : dont il s’en ensuivit un arrest de la court de parlement contre les artisans, par lequel il fut dict que les conseillers seroyent faitz et esleuz à la manière acoustumée par les terriers et maîtres des métiers de la ville de Lyon20. » Alors le consulat grand vainqueur de cette crise ? Pas tout à fait. Le vrai vainqueur est plus discret, c’est le pouvoir royal. En effet il met la main sur la ville : la vérification des comptes des vingt dernières années par un officier royal lui permet de connaître les ressources exactes de la cité. La ville se trouve donc désormais dans l’incapacité de refuser les demandes d’argent royales. Enfin, sans la justice royale, le consulat apparaît incapable de gérer seul les affrontements dans la ville.

50L’oligarchie consulaire a donc certes réussi à conserver le pouvoir, mais en affaiblissant son pouvoir.

DÉBATS

51Philippe Hamon – Je voudrais essayer de faire le lien entre les deux dernières interventions tout en prenant en compte leur écart chronologique. Laurence Croq a parlé d’une structure politique autonome qui a ses valeurs et s’autogère comme d’un modèle pré-Fronde ou pré-Louis XIV ; ensuite l’intégration dans l’espace royal ôte toute possibilité de résister. Et il ne s’agit pas ici de passer sous silence la violence infligée ponctuellement dans le cadre de l’exercice des fonctions : une lettre de cachet aux fins d’exiler ou de démettre, est une forme de violence sociale et il y a accord sur ce point. Mais qu’en est-il de l’évolution globale, dont nous avons vu une autre facette avec l’intervention de Caroline Fargeix ? Elle nous dit pour terminer, qu’en définitive, ce qui est en débat ne se joue pas dans le cadre des relations internes de la ville concernée, mais bien dans la relation avec la monarchie. Moi qui adhère plutôt au modèle collaboratif, en termes d’interprétation globale, je me dis que beaucoup des agents des municipalités sont dans des situations peut-être moins défavorables. Ils sont issus des mêmes milieux, voire sont directement ceux qui s’engouffrent dans l’État monarchique et qui, de ce fait, assurent les fonctions depuis lesquelles on est censé exercer une violence – j’emploie ce terme pour éviter « brutalisation » – à l’encontre des communautés urbaines. Sur ce plan, nous voyons bien que des processus sont à l’œuvre tant à Paris au XVIIIe siècle, qu’à Lyon au début du XVIe. Il faut sortir de l’idée que cette relation structurelle entre un pouvoir monarchique – pour prendre le cas de la France – et les corps de villes a connu une époque d’autonomie, puis ensuite une époque de contrôle. Je pense vraiment que le modèle de la bonne ville tel que Bernard Chevalier l’a défini et qui reste à mon avis largement opératoire, n’est pas celui de l’autonomie de la ville par rapport au pouvoir monarchique, bien au contraire. Il s’agit d’une interdépendance construite sur une relation qui doit être gagnant/gagnant, du moins est-elle perçue comme telle, et qui fonctionnera longtemps. Peut-être que ce schéma a perdu cependant tout ou partie de sa pertinence au XVIIIe siècle : il faut en débattre. Mais il me semble que l’idée selon laquelle il y aurait brutalisation par un agent « extérieur » d’une communauté qui se défendrait depuis un « intérieur » est fausse. À mon avis il ne faut pas prendre les choses ainsi.

52Laurence Croq – En répondant à Jean-Marie Le Gall, j’ai mis l’accent sur la question de l’autonomie de la ville qui me semblait le cas le plus fréquent dans les discours. Mais je suis entièrement d’accord sur le principe que la pratique de la bonne ville est une collaboration avec le pouvoir royal. J’aurais pu dire plus clairement qu’il me semble que la période de Louis XIV, qui est traditionnellement présentée uniquement sous l’angle de la réduction des autonomies, est en fait une période mixte qui conserve une partie de la tradition de la collaboration. C’est ce que j’ai essayé de montrer à travers l’intégration d’une partie des échevins dans les autres lieux de pouvoir urbain (corporations, fabriques paroissiales, consulat-tribunal de commerce), ce qui n’empêche pas l’attribution au lieutenant général de police de moyens qui font régresser la municipalité dans l’échelle des pouvoirs ; ce qui n’empêche pas non plus la « royalisation » des offices. Il me semble intéressant de décaler la chronologie. Nous constatons une première rupture au moment de la Fronde où désormais nous avons un modèle de gouvernement plus mixte. Ce n’est plus seulement la collaboration. La monarchie impose un certain nombre de décisions mais, à partir des années 1740, je ne vois plus aucune trace de collaboration. Je m’intègre aussi dans une problématique qui peut être critiquable car téléologique, car elle a comme horizon la Révolution française. J’essaie de comprendre comment a pu se produire un divorce aussi important entre le pouvoir central et les élites locales et de contribuer à la réflexion sur ce divorce à travers l’exemple de la ville de Paris.

53Philippe Hamon – Il me paraît intéressant de noter que ce divorce entre pouvoir central et élites locales, si j’en crois ce qui a été dit à propos de 1789, est aussi un divorce entre élites locales et population locale. Lors des élections pour les États généraux, ces élites locales ne sont pas du tout perçues comme des défenseurs opprimés par un pouvoir extérieur, privés d’une autonomie, de privilège, de libertés urbaines auxquelles la population, du moins celle qui a accès à l’élection, s’identifierait. C’est donc un jeu encore plus compliqué, qui peut faire intervenir au XVIIIe siècle la notion de monarchie administrative. Ce jeu renverrait plutôt à la construction d’une monarchie administrative qu’au modèle de construction absolutiste ou pseudo-absolutiste tel que nous l’attribuons à Louis XIV. Les évolutions se jouent alors en terme d’articulation des pouvoirs, en particulier pour les villes.

54Laurence Croq – Je suis d’accord là-dessus. Je n’ai pas eu recours au concept de monarchie administrative parce qu’il est un peu contesté. Mais si nous considérons les formes de développement du gouvernement au XVIIIe siècle, l’échevinage y trouve effectivement sa place.

55Caroline Fargeix – Je voudrais intervenir à propos de Lyon au XVe et début du XVIe siècle. Philippe Hamon parlait d’autonomie quelque peu factice. La prosopographie des membres du consulat nous montre que parmi eux se trouve un très grand nombre d’officiers royaux alors que, suivant les statuts du consulat, il est interdit de recruter des officiers, qu’il s’agisse d’officiers royaux ou de l’archevêché, et ce afin de garantir l’indépendance du consulat. Nous nous apercevons ensuite que ceux qui ne sont pas officiers royaux ont un membre de leur famille, ou leur beau-fils, qui, d’une manière ou d’une autre, travaille au service du roi : on retrouve donc les mêmes élites. Les liens qui peuvent exister entre elles font que le pouvoir royal n’est pas seulement perçu comme quelque chose de négatif qui empièterait sur les libertés de la ville. Les consuls n’en sont pas moins conscients que, en dernier recours, le roi a un pouvoir sur eux. Nous le constatons au début du XVe siècle, en pleine guerre de Cent Ans quand Charles VII destitue tout le consulat de 1418. Il arguera du fait d’avoir été informé que, parmi les consuls se trouvaient des pro-bourguignons. L’élection est cassée mais on ne procédera pas à une nouvelle élection et, pour respecter la volonté du roi, les anciens consuls seront maintenus en place. Effectivement, le pouvoir royal est bien présent et il n’y a pas alors d’autonomie des municipalités. Elle est fictive.

56Guy Saupin – Je voulais juste intervenir pour dire qu’il faudrait s’intéresser à la façon dont on nomme sa place, comment on qualifie ce que l’on a à faire lorsqu’on devient cellule de base de l’appareil administratif royal. C’est ce qui se passe à partir du XVIIe siècle et qui s’achève au cours du XVIIIe siècle. La municipalité est comme intégrée à l’intérieur de l’appareil administratif. Il est intéressant de savoir si cette intégration est totalement subie ou, au contraire, si elle est réfléchie et si un discours sur ce positionnement est produit. Ce point est évoqué de façon particulièrement intéressante dans la thèse de Yann Lignereux sur Lyon. Nous pouvons être plus ou moins d’accord avec les conclusions auxquelles il parvient mais la piste doit retenir l’attention. L’échevinage lyonnais ne vit pas négativement cette évolution. Il va inventer un nouveau discours pour dire : « Nous ne sommes plus un corps avec une assez large autonomie » – on ne parle jamais d’une indépendance, naturellement. « Nous sommes devenus une cellule administrative de l’État sous le contrôle de l’intendance. » Ceci ne veut pas dire que les compétences aient diminué. Je plaide au contraire pour une extension des compétences. Concrètement, elles ont augmenté dans les villes provinciales, en particulier au XVIIIe siècle lorsque celles-ci prennent part au grand chantier de l’embellissement urbain. Les travaux liés à la transformation du paysage urbain au XVIIIe siècle sont énormes. La ville du XVIIe siècle, c’était autre chose. En fait, on ne traite pas les mêmes sujets : les problèmes difficiles de la ville du XVIIe siècle comme les famines, les épidémies, on sait les traiter au XVIIIe siècle.

57Il faut également regarder comment cette harmonie souhaitée peut se réaliser ; la comparaison avec les autres pays européens serait ici très éclairante. La monarchie française en effet a refusé, contrairement à d’autres, de considérer les villes comme le relais principal de son autorité et a construit à côté du pouvoir urbain, un appareil administratif. Nous venons de dire que la liaison entre les deux est sociale puisque les officiers royaux des présidiaux ou des sénéchaussées vont infiltrer les pouvoirs municipaux. Au cours du XVIe siècle, nous mesurons la progression. Au XVIIe siècle, c’est un fait absolument établi : la synthèse entre les deux est faite. La création des offices municipaux à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle provoque une certaine rupture. En fait, la bureaucratisation de l’administration municipale au XVIIIe siècle est placée sous la protection directe de l’intendance, et non sous la tutelle de l’intendance. Dans ce contexte, les municipalités ne sont pas du tout brutalisées, elles adhèrent profondément à la situation. Ce sont les officiers supérieurs de justice qui expriment un vrai malaise dans cette affaire, car ils ressentent douloureusement cette supériorité de l’intendance. Ce phénomène ne peut que s’accentuer au XVIIIe siècle puisque la compétence en matière de transformation de la ville est enlevée aux cours de justice pour relever directement de l’intendant. Certaines villes adhèrent complètement à ce processus et d’autres au contraire sont totalement rétives. En Bretagne, la différence entre Nantes et Rennes est un exemple parfait. Alors que la ville de Rennes a des rapports très difficiles avec l’intendance, la ville de Nantes, au contraire, a des rapports étroits avec elle. Le discours des intendants sur l’attitude de Rennes et de Nantes est radicalement différent.

58Par ailleurs, concernant Lyon, j’ai noté que la date de 1518 est spécialement intéressante avec une contestation portée par une élite qui est de même niveau social que ceux qu’elle conteste. Est-ce une question de génération ? Y a-t-il un mécanisme qui est activé quand le système de pouvoir fonctionne mal ? En 1518, ce n’est donc pas ce système qui est critiqué, mais bien une forme de « grippage » de la rotation interne qu’il faut améliorer, fluidifier. L’avertissement donné devrait normalement être entendu et on espère que les choses vont s’arranger. Mais alors pourquoi cette élite contestataire, tout à fait comparable à celle qui est en place, se retire-t-elle de la contestation ? N’aurait-elle pas perçu assez rapidement ou ne lui aurait-on pas expliqué qu’elle jouait les apprentis sorciers et que vouloir associer à sa démarche un groupe dans lequel figuraient beaucoup d’artisans était totalement suicidaire pour elle-même ?

59Caroline Fargeix – Peut-être ont-ils effectivement peur qu’ensuite ce groupe leur échappe en partie. Mais, d’une façon beaucoup plus pragmatique, les consuls en place ont offert finalement à ces élites qui s’étaient révoltées l’assurance de pouvoir, d’une manière ou d’une autre, faire partie du pouvoir municipal. Nous le constatons, car on y trouve des allusions dans les assemblées qui se tiennent après 1518 ; plusieurs notables disent alors ouvertement : « Pendant un temps, j’ai suivi tel ou tel parce que je pensais que les consuls avaient peut-être mal fait. Maintenant je me rends compte que j’ai eu tort. » Toute une partie de ceux qui, dans les assemblées, renient ouvertement leur engagement contre la municipalité pour revenir dans le rang, vont pouvoir accéder effectivement au consulat ; parmi les gens qui étaient leaders de la contestation, certains vont devenir consuls. Objectivement, nous pouvons nous demander si la paix sociale n’a pas été achetée au sein de l’élite.

Notes

1 Arch. mun. Lyon, BB 33, fol. 239 v° et suiv.

2 « Messire Clément Mulat et consors », Arch. mun. Lyon, BB 33, 1515, fol. 249 v° ; « maistre Mulat, Jehan de Villars et consors », ibid., fol. 260 v° ; « iceulx Mulat et consortz », ibid., fol. 273 v° ; « lesdits Villars et consortz », ibid., fol. 302 v°.

3 Arch. mun. Lyon, BB 33, 1515, fol. 230 v°.

4 Ibid., fol. 237.

5 Cette absence de publicité est étonnante. A.-L. Van Bruaene a étudié des conflits ayant lieu dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge : le conflit apparaît sur la scène publique lorsque le pouvoir devient la cible de lettres ou pamphlets, généralement affichés à proximité de l’hôtel de ville, voire même à sa porte. A.-L. Van Bruanen, « S’imaginer le passé et le présent : conscience historique et identité urbaine en Flandre à la fin du Moyen Âge », Memoria, communitas, civitas. Mémoire et conscience urbaines en Occident à la fin du Moyen Âge, Brand H., Monnet P., Staus M. (dir.), Thorbeckle Verlag, 2003, p. 167-180.

6 Arch. mun. Lyon, BB 34, 1515, fol. 6.

7 Ibid., fol. 47.

8 Cette structure pyramidale des groupes d’opposants se retrouve tout à fait lors des conflits urbains des villes du Rhin étudiés par Ph. Dollinger : les dirigeants de ces villes ne constituent pas un groupe homogène, mais mêlent au contraire des éléments nobles et bourgeois, qui se regroupent en factions utilisant tel ou tel corps de métier pour déstabiliser l’autre. Dollinger Ph., « Le patriciat des villes du Rhin supérieur et ses dissensions internes dans la première moitié du XIVe siècle », Schweizerische Zeitschrift für Geschichte, 3 (1952), p. 248-258. Voir aussi l’article de Monnet P., « Élites et conflits urbains dans les villes allemandes de la fin du Moyen Âge », Villes d’Allemagne au Moyen Âge, Paris, Picard, 2002, p. 151-172.

9 Reprend des éléments soulignés par Jacques Heers : rivalités économiques et politiques ; conflit entre différentes familles et clientèles ; utilisation du langage comme arme. Heers J., Les partis et la vie politique dans l’Occident médiéval, Paris, Presses Universitaires de France, 1981.

10 Arch. mun. Lyon, BB 33, 1514, fol. 100 v°.

11 Ibid., BB 34, 1515, fol. 56.

12 On trouve toujours le 1er juin mention à part « des nouveaulx [conseillers] qui n’ont fait le serement » parce que les comptes n’ont pas été rendus, Arch. mun. Lyon, BB 33, 1514, fol. 84 v°.

13 « Ont estez mandez les six conseillers nouvellement esleuz dequelz sont comparus messire Franc Deschamp, messire Benoist Meslier, Pierre Faye, Jehan Coyaud et Nesme de La Porte, lesquelz ont estez prié faire le serement acoustumé et prendre la charge du consulat. Desquelz ont reffusé faire jusques à ce que les comptes généraulx de l’année dernière passée finie à la fin de septembre dernier passé soient renduz. Et iceulx renduz ont offert faire leur devoir et serement acoustumé, parquoy a esté prié monsire le receveur de Bailleux à prester lesdits comptes pour les rendre au premier jour », Arch. mun. Lyon, BB 33, 1515, fol. 184 v°.

14 Arch. mun. Lyon, BB 34, 1516, fol. 144 v°.

15 Ibid., BB 33, 1515, fol. 240 v°.

16 Ibid., BB 34, 1515, fol. 46-46 v°.

17 Ibid., BB 37, 1518, fol. 150 (indiqué le 18 février).

18 Ibid., fol. 155 v° (16 mars).

19 Ibid., fol. 152 v° (2 mars).

20 G. Paradin de Cuiseaux, Mémoire de l’histoire de Lyon, 1573, rééd. Roanne, Horvath, 1973, livre III, chap. 2, p. 267.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540