Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Troisième partie. La participation au pouvoir : niveau x et modalités

Les édiles, les notables et le pouvoir royal à Paris, histoire de ruptures (XVIIe-XVIIIe siècles).

Laurence Croq

Texte intégral

  • 1 Bordes M., L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 19 (...)
  • 2 Pour une réflexion en amont, voir Bove B., « Alliance ou défiance ? Les ambiguïtés de la politique (...)
  • 3 XXXVIe congrès de la SHMES, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 131-154.
  • 4 Descimon R., « La vénalité des offices politiques de la ville de Paris (1500-1681) », Bulletin de (...)
  • 5 Descimon R., « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bourgeo (...)
  • 6 Descimon R., « Les assemblées de l’Hôtel de Ville de Paris (mi-XVIe-mi-XVIIe siècles) », Paris et (...)
  • 7 Croq L., « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes : démantèlement d’une structure (...)

1L’histoire de la municipalité parisienne ne suit que partiellement la même chronologie que les autres villes du royaume : elle est touchée par le mouvement général de réduction des autonomies urbaines au XVIIe siècle, mais la réforme L’Averdy, qui supprime la vénalité des offices municipaux et rétablit les élections1, ne l’affecte pas. À Paris, la tutelle royale s’appesantit en trois temps principaux2. À partir du règne d’Henri IV, le prévôt des marchands est nommé par lettre de cachet, ce ne sera plus jamais un ancien échevin3 ; mais le roi laisse aux notables le choix des édiles. Le second moment fort coïncide avec les réformes entreprises par Colbert dans les années 1660-1670, les offices municipaux sont transformés en offices royaux4 ; la milice bourgeoise n’est plus réunie5, privant les « bourgeois de Paris » de leurs attributions militaires, la consultation de la population dans de larges assemblées disparaît6, les pouvoirs du Châtelet sont renforcés par la création en 1667 de la lieutenance générale de police. Mais, jusqu’aux années Fleury, la municipalité est encore chargée de représenter les « bourgeois de Paris » et de défendre leurs privilèges, le prévôt des marchands est un homme de la ville et du roi et il est bien intégré dans les institutions parisiennes, à tel point que de 1725 à 1740, il est également président au parlement (Turgot le père). La troisième et dernière phase peut être datée du gouvernement personnel de Louis XV : l’Hôtel de Ville n’est plus une structure politique et représentative, elle devient une administration intégrée dans l’ensemble des services de la monarchie. Les prévôts des marchands sont dans leur grande majorité d’anciens intendants, ce sont uniquement des hommes du roi, la Ville ne négocie plus avec le roi, la défense des privilèges de bourgeoisie n’est plus de mise7.

  • 8 Saupin G., « La distribution du pouvoir politique à Nantes dans les années 1720 », dans Rousteau-C (...)
  • 9 Croq L., « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », dans Jea (...)
  • 10 Sur une présentation synthétique de cette problématique, proposée surtout par des historiens anglo (...)

2L’histoire de la prévôté des marchands semble donc correspondre au modèle historiographique d’une construction de l’absolutisme par la réduction des pouvoirs détenus par les élites et les institutions locales8. Pourtant, du XVIe au XVIIIe siècle, la cooptation reste le mode de désignation des édiles, comme dans les autres lieux de pouvoir urbains contrôlés par les notables9. Le pouvoir central ne choisit jamais les échevins et ne contrôle même pas les élections. Les échevins parisiens formeraient-ils un îlot résistant à l’englobement monarchique ? Peut-on soutenir l’idée d’une collaboration même limitée d’une partie des élites avec le pouvoir central10 ?

  • 11 Ruggiu F.-J., « Pour une étude sur l’engagement civique au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, no 1 (...)

3En fait, l’histoire des échevins au XVIIIe siècle porte la marque de la rupture progressive entre la monarchie et les notables parisiens (1re partie). Les édiles sont de plus en plus étrangers au milieu des notables (2e partie). Les modalités de l’engagement civique11 sont donc différentes selon les périodes, comme l’esprit et la pratique du pouvoir municipal (3e partie).

La monarchie et les notables parisiens

  • 12 Descimon R., « L’échevinage parisien sous Henri IV (1594-1609), autonomie urbaine, conflits politi (...)

4L’échevinage est traditionnellement un des piliers de la notabilité parisienne12, mais l’évolution de la politique monarchique aboutit à marginaliser les notables issus de la marchandise.

L’échevinage, un des piliers de la notabilité parisienne

  • 13 Le Prestre C., Questions notables de droit, décidées par plusieurs arrêts du parlement et divisées (...)

5Les candidats aux charges de la notabilité sont sélectionnés d’après leur appartenance corporative : selon ce principe, « l’on distingue les hommes par leurs conditions, non par leur suffisance13 ». Les critères censitaires ne sont jamais retenus à Paris comme pertinents pour distinguer les acteurs politiques des autres avant la convocation des États généraux en 1789. Les corps dont les membres sont jugés dignes d’exercer le pouvoir municipal sont les Six-Corps des marchands, les notaires, les avocats ; s’y ajoutent des avocats titulaires de charges diverses (procureurs de la chambre des comptes, baillis de seigneurie...). Les auditeurs des comptes, les secrétaires du roi, les conseillers au Châtelet et autres magistrats de second rang renoncent à la municipalité dans les années 1670, situation qu’on observe aussi à Nantes pour les officiers de la chambre des comptes.

  • 14 Garden M., Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 497.
  • 15 Baumier-Legrand B. « Le corps de ville de Tours de la réforme de L’Averdy à la Révolution. Étude s (...)
  • 16 Les avocats et les procureurs doivent avoir été marguilliers comptables de leur paroisse, les marc (...)
  • 17 Gutton J.-P. (dir.), Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’Ancien Régime, Lyon, Press (...)
  • 18 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle…, op. cit., p. 277-278.

6Même si les responsabilités scabinales et les autres fonctions ne sont pas articulées en un cursus honorum totalement formalisé comme à Lyon14, à Tours15 ou à Nantes16, les charges municipales s’intègrent dans un ensemble de charges et d’honneurs électifs et temporaires exercés par les notables de la capitale : marguilliers de fabriques paroissiales, jurés, syndics et gardes des corps et communautés de métier, consuls et juges consuls au consulat (tribunal de commerce), administrateurs d’hôpitaux17. Les charges exercées successivement par les marchands forment une carrière spécifique : une élection comme garde d’un des Six-Corps des marchands (drapiers, épiciers et apothicaires, merciers, bonnetiers, orfèvres, pelletiers), ou des marchands de vin, ou comme syndic de la librairie, est un préalable indispensable à une élection comme consul. Les consuls et juges consuls qui ne sont pas issus de ces huit corps sont très peu nombreux ; une fois élus, ils prêtent serment au parlement de Paris. Les très grands notables sont gardes, consuls et échevins, les carrières corporatives et scabinales sont intégrées. Ils sont désignés par des corps électoraux restreints (rarement plus de cent personnes), mais ils tiennent leur pouvoir par délégation de leurs pairs avec la reconnaissance du pouvoir royal. De même, à Nantes au XVIIe siècle, les deux tiers des échevins marchands ont siégé comme consuls au tribunal de commerce, tous sont « revenus au consulat comme juge supérieur après le mandat échevinal18 ».

  • 19 Croq L., « Hommes nouveaux, pionniers et héritiers, la transmission du pouvoir dans l’échevinage p (...)

7L’entrée dans le corps des candidats à l’édilité est régulée à deux niveaux, sachant que la transmission du pouvoir est un phénomène marginal19, la municipalité ne connaît ni patriciat, ni dynasties.

8La moitié des échevins sont titulaires d’un office de conseiller de ville ou de quartinier. La procédure adoptée pour le renouvellement de ces officiers comprend deux temps, comme pour les magistrats des cours souveraines : le vendeur choisit librement l’acquéreur de sa charge, la cession n’est validée que si l’acheteur est reçu dans la compagnie. Les membres de cette dernière votent, sauf ceux qui sont parents de l’impétrant.

  • 20 Arch. nat., K 996.
  • 21 Arch. nat., K 996, no 39, 43/2, 45/1, 46/2, 47, 49/2.
  • 22 Descimon R., « Les élections échevinales à Paris (mi-XVIe siècle, 1679). Analyse des procédures fo (...)

9Le deuxième filtre opère chaque année au mois de décembre précédant l’élection des échevins. Jusqu’en 1777, une « assemblée particulière » de 42 personnes se réunit au domicile du doyen des conseillers : elle comprend les seize quartiniers et les vingt-six conseillers de ville (dix de cours souveraines et seize bourgeois), mais ni le prévôt des marchands, ni les échevins ne sont présents. L’assemblée choisit les deux nouveaux édiles. Ceux-ci sont présentés au prévôt, aux échevins et au procureur du roi et de la ville le 24 juin suivant20. Après une enquête menée à la demande du secrétaire d’État Amelot sur les pratiques électorales à Paris, une ordonnance du 24 juillet 1778 prévoit que l’assemblée de décembre se tiendra à l’Hôtel de Ville sous la présidence du prévôt, et que le vote sera à deux tours21. De toute façon, les choix sont toujours officialisés dans une assemblée de 77 personnes tenue le jour de la Saint-Roch22. Un officier de la ville (quartinier ou conseiller de ville) et un bourgeois sont alors élus ; après l’élection, ils prêtent serment au roi. Lors de l’élection, les élus fournissent un certificat de bonne vie et mœurs signé par quatre témoins, et à partir des années 1730, un extrait de baptême prouvant qu’ils sont nés à Paris.

  • 23 Lettre du 4 mai 1788, Arch. nat., K 997, no 8.

10Les changements apportés à cet héritage à partir du règne de Louis XIV semblent faibles. Le premier échevin est un officier de ville, le second le bourgeois, alors que c’était le contraire auparavant. Les officiers de la ville, quartiniers et conseillers de ville, sont élus chacun à leur tour à l’ancienneté, le principe semble le même pour les échevins bourgeois en fonction de l’ancienneté du dépôt de leur candidature. Deux petites innovations apparaissent sous Louis XVI. Il y a une ébauche – tardive – de professionnalisation des charges municipales avec la création du Conseil particulier de la Ville par un édit de juillet 1777 : ce conseil comprend le bureau de la Ville, deux conseillers de ville de cours souveraines, deux conseillers bourgeois et deux quartiniers, qui sont en théorie nommés par le roi pour six années. La logique qui prévaut est probablement similaire à celle qui préside à l’allongement des mandats des syndics de communautés rurales : l’État et ses représentants souhaitent conserver les mêmes interlocuteurs. Mais peu d’échevins sont concernés et les membres du Conseil particulier ne se signalent pas particulièrement. Enfin, en 1788, le baron de Breteuil prend prétexte de « deux événements de commerce » (banqueroutes) et de la faiblesse du contrôle que le bureau de la Ville exerce sur les candidats pour exiger qu’on l’informe, à chaque mutation d’office, des noms des candidats, de leur fortune, de leur état, « du degré de considération dont ils jouissent » ; les impétrants devront obtenir l’« agrément de Sa Majesté sans lequel ils ne pouront désormais être pourvus23 ».

Éléments de chronologie de la rupture entre la monarchie et les notables marchands

11L’intégration des charges scabinales dans la notabilité cesse au XVIIIe siècle. L’histoire de la scission de la bourgeoisie peut apparaître comme une simple conséquence indirecte de l’attribution de la noblesse au premier degré aux échevins par un édit de novembre 1706 (révoquée par un autre d’août 1715, elle est rétablie par un autre de juin 1716). Mais cette explication réduit la réflexion sur les causes aux choix individuels des acteurs, alors qu’il faut prendre en compte les politiques menées par les souverains.

  • 24 Saint-Joanny D.-G., Registre des délibérations et ordonnances des marchands merciers de Paris 1596 (...)
  • 25 Arch. nat., Y 11125, 2 mars 1697, enquête en séparation de biens en faveur d’Emée Gouault épouse T (...)
  • 26 Saint-Joanny D.-G., op. cit., p. 285.
  • 27 Arch. nat., minutier central des notaires parisiens (désormais MC), XXXIX 206, 24 mars 1698, inven (...)

12Sous Louis XIV, une partie des gardes, des consuls et des échevins collaborent aux structures créées par Colbert. En 1664, quand il y a un projet d’établissement de la compagnie des Indes, le roi demande que des « assemblées des plus considérables et intelligents marchands » se réunissent pour trouver les moyens de rétablir le commerce et notamment pour établir à l’instar de nos voisins une puissante compagnie pour les Indes orientales24. En 1697, Toussaint Simon Bazin, ancien vendeur de marée, conseiller de ville depuis 1676, ancien échevin élu en 1693, administrateur de l’Hôtel-Dieu est propriétaire d’actions dans le commerce des Indes orientales pour 60 000 livres25. Bazin fait aussi partie des trente intéressés dans la compagnie des Assurances, avec Thomas Tardif, mercier, conseiller de ville depuis 1672, échevin en 169126, consul en 1697, avec Rousseau, mercier devenu drapier en 1687, quartinier depuis 1666, élu échevin en 1684, consul en 1691, avec Pierre Heron, mercier, consul en 1693 et juge consul en 1703. Bazin y a placé au moins 28 à 30 000 livres. Charles Lebrun, échevin en 1682, conseiller de ville en 1683, consul en 1687, et son frère Claude, consul en 1700, qui sont des marchands merciers associés, ont investi 20 700 livres dans la même compagnie27. À la requête du corps de la mercerie, un arrêt du conseil d’État du 5 février 1697 impose même l’élection de Tardif comme consul.

  • 28 Garrigues F., « Les intendants du commerce au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemp (...)
  • 29 Gayot G., Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS/Terres ardennaises, 1998.

13La création du conseil de commerce en 1700 et son fonctionnement jusqu’en 1751 participent du même esprit de collaboration28 entre administrateurs et députés des villes commerçantes. De 1702 à 1751, les Six-Corps choisissent des députés du commerce qui appartiennent aux trois corps les plus puissants (draperie, mercerie, épicerie) et sont acceptés par la monarchie (sauf au début des années 1720). Deux d’entre eux, des épiciers, n’ont pas fait de carrière parallèle à l’échevinage (Claude Villain, de 1703 à 1708, et Sorin de 1737 à 1751). Mais Claude Villain a été consul en 1692 et juge consul en 1702. Les cinq autres sont des merciers ou des drapiers : – Denis Rousseau, déjà cité, qui sera secrétaire du roi à partir de 1702, fondateur de la manufacture de draps fins de Sedan29, est député de 1702 à 1719. Il est le beau-frère de Charles Lebrun.

14– Léonard Chauvin, mercier, conseiller de ville en 1687, échevin en 1699, consul en 1702, juge consul en 1712, est député de 1708 à 1719. Il appartient à un front de parenté qui a donné, avant 1708, quatre échevins : ses deux frères, Michel, conseiller de ville, échevin en 1683, et Pierre, quartinier en 1672, échevin en 1690 et consul en 1695, et un beau-frère Pierre Presty conseiller de ville en 1672, échevin en 1689, consul en 1693, juge consul en 1704.

15– Nicolas Paignon drapier, quartinier de 1701 à 1712, a cédé sa charge avant d’accéder à l’échevinage. Entrepreneur de la manufacture royale de draps de Sedan (Montmirail, puis Dijonval), il s’est enrichi avec les fournitures aux armées et a pu acheter une charge de secrétaire du roi en 1711. Il est député de 1719 à 1721. Son fils, Jean-Baptiste, épouse Marie-Anne Perichon, fille d’Étienne II Perichon (1669-1747) notaire, conseiller de ville en 1698-1713, échevin en 1707, et payeur des rentes en 1708.

16Dès les années 1720, le consensus entre les Six-Corps et la monarchie est affaibli. En 1722-1723, la charge de député du commerce de Paris est vacante. Un mémoire de Guéau de Pouancey, secrétaire du Bureau du Commerce, justifie cette vacance :

« On n’a point remplacé le feu sieur Pagnon, maître de la manufacture royale de Sedan, qui est le dernier qui a exercé les fonctions de second député de Paris, et cela par la difficulté qu’il y a de trouver parmi les six corps des marchands un sujet qui entende le commerce tant intérieur qu’extérieur, et que, d’ailleurs, ceux qu’on croirait les plus capables de bien remplir cette place ont peine à l’accepter parce qu’il n’y a point d’appointements qui y soient attachés. »

17Pour la première fois, le pouvoir central souligne que le député doit être compétent en matière de grand commerce. Le 18 mars 1723, les Six-Corps désignent Louis-Paul Boucher, « qui veut bien donner de son temps pour l’intérêt et le commerce de la ville de Paris » : Boucher (1656-1736) est un drapier, comme Paignon ; il a été quartinier pendant quelques années (1696-1709) avant de renoncer à une carrière scabinale, il a de plus été consul en 1703, juge consul en 1713 (il sera secrétaire du roi en 1729). Mais Amelot ne l’accepte pas.

  • 30 Arch. nat., MC, LxiX 431, 30 novembre 1699, mariage Pierre II Chauvin, Angélique Creton.

18En 1725, Paignon est finalement remplacé par le mercier Pierre II Chauvin : neveu de Léonard, il porte un nom prestigieux à l’Hôtel de Ville et au consulat. Il a épousé en 1699 la fille de Claude Creton, épicier et ancien consul30. Conseiller de ville en 1705, il a été élu échevin en 1709, consul en 1723 ; son frère Charles-Louis a été élu échevin bourgeois en 1720. Pierre II reste député du commerce jusqu’à son décès en 1737 ; son office de conseiller de ville est alors vendu à Jean-Daniel Gillet, son neveu, épicier-apothicaire, fils d’apothicaire, qui fera lui aussi un double cursus au sein des Six-Corps (consul 1757, juge consul 1773) et de l’échevinage (échevin en 1751).

19La légitimité des députés élus avant 1737 est plurielle. Ils appartiennent aux corps les plus estimés de la ville, ils ont été élus garde, grand garde, consul par leurs pairs. Ils ont participé au fonctionnement de la municipalité, même s’ils n’ont pas achevé leur carrière scabinale. Les liens familiaux qui les unissent à d’autres grands notables témoignent de leur pleine intégration dans l’élite de la bourgeoisie parisienne. Leur éminente dignité est validée par le pouvoir royal. Ce sont de très grands notables.

  • 31 Arch. nat., MC, IX 658, 5 juin 1743, mariage Pierre-André Jacquemin – Hélène-Élisabeth Sorin ; IX (...)

20Le dernier député du commerce choisi par les Six-Corps en 1737 a un capital social bien inférieur à celui de ses prédécesseurs. Pierre II Chauvin est remplacé par François Thomas Sorin, épicier fils d’un épicier élu consul en 1718, juge consul en 1725, mort en 1731. Sorin s’est marié en 1714 à la fille d’un orfèvre, il a été élu garde de l’épicerie en 1724. Mais sa carrière est moins brillante que celle de son père : il n’est jamais élu au consulat. Sa fortune semble aussi fragile : en 1743, il dote sa fille Hélène-Élisabeth de 28 000 livres, mais en juillet 1751, avec son frère et associé, Pierre Sorin, il emprunte 40 000 livres à son gendre. 1751 est d’ailleurs l’année de sa démission qui suit la mort de Pierre31.

  • 32 Bonnassieux P., Conseil de commerce et Bureau du Commerce 1700-1791, Inventaire analytique des pro (...)
  • 33 Arch. nat., MC, XIII 249, 20 décembre 1733, mariage Jean Charles Huet – Jeanne Marguerite Messager

21La fissure des années 1723-1725 devient cassure en 1751-1755, elle brise le lien entre les Six-Corps et les députés du commerce parisien32. En 1751, pour l’élection du remplaçant de Sorin, le lieutenant général de police, dont la tutelle s’est appesantie sur les Six-Corps, recommande à l’assemblée de choisir « des négociants faisant la banque et le commerce en gros ». Le 11 janvier 1752, les Six-Corps accordent la majorité de leurs voix (84 voix) à Jean-Charles Huet, un mercier. C’est le fils d’un très grand notable, Charles-Pierre I Huet ( ?-1740), mercier, garde en 1711, échevin bourgeois en 1716, consul en 1724, juge consul en 1730. Jean-Charles Huet s’est marié en 1733 à la fille d’un faïencier dotée de 31 000 livres33, il a commencé une double carrière de notable puisqu’il a été élu garde en 1743 et échevin bourgeois en 1744 (il a 51 ans). Son capital social est plus élevé que celui de Sorin, mais il fait pâle figure à côté des députés du commerce antérieurs aux années 1730. Faut-il y voir la répugnance des anciens consuls à collaborer avec un pouvoir central qui est désormais ouvertement favorable à une politique économique libérale ? Toujours est-il que le roi choisit Lecouteux, qui n’est d’aucun corps et n’avait obtenu que 31 voix ; Lecouteulx est intégré a posteriori dans le corps des drapiers. Le pouvoir central refuse désormais les hommes désignés par les Six-Corps, et ce jusqu’à la Révolution.

  • 34 Lyon-Caen N., « “Au Petit Paradis” des Brochant : transmission et reproduction familiale chez des (...)
  • 35 Cité par Quellier F., « Élites urbaines et cultures fruitières en Île-de-France (XVIIIe-XVIIIe siè (...)

22En 1767, nouvelle élection, les Six-Corps proposent Brochant, drapier, consul, qui appartient à une famille de fournisseurs de la cour34, puis en 1768, ils élisent Claude-Denis Cochin (1698-1786) qui est une figure comparable à celles des Chauvin, même si son capital familial est moins important. Marié en 1719 à la fille d’un drapier dotée de 30 000 livres, c’est un grand notable : il a été élu échevin bourgeois en 1748, consul en 1752, et juge consul en 1760. Cochin a pour beau-frère Jean Denis Lempereur, quartinier en 1735, élu échevin en 1756. Son neveu, Jean Denis Levé, un drapier, a déjà pris la relève, puisqu’il est quartinier depuis 1758 et qu’il a été élu garde en 1762. De plus Cochin jouit d’un crédit personnel. Hurtaut et Magny, dans leur Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, publié à Paris en 1779, conseillent la visite des jardins de sa maison de campagne à Châtillon : cet « amateur distingué [...] a soin d’entretenir de tout ce qu’il y a de plus curieux en arbustes étrangers, en plantes et en fleurs, [...] tous les honnêtes gens y sont reçus avec ces manières polies et aimables qui caractérisent un citoyen bienfaisant, qui ne cherche qu’à obliger35. » Le pouvoir central refuse pourtant Cochin et choisit un homme extérieur au commerce parisien, Marion.

  • 36 « Ce jour neuf heures du matin, j’assiste en qualité d’ancien adjoint de la communauté des librair (...)

23Certes, les réunions du bureau du commerce deviennent de plus en plus rares et les décisions sont prises de plus en plus souvent par les intendants du commerce, mais la rupture entre la ville et le pouvoir central est consommée. Les Six-Corps ne se soumettent pas : ils ne renoncent pas à proposer leur candidat à la mort de Marion en 1784, même si le roi choisit le fils de Marion, qui est un conseiller au Châtelet36. Mais la monarchie refuse de reconnaître les délégués des Six-Corps comme légitimes.

  • 37 Kessler A. D., A Revolution in Commerce. The Parisian Merchant Court and the Rise of Commercial So (...)

24Les bourgeois se sentent d’autant plus contraints de choisir entre deux cultures politiques qui ne sont plus conciliables que, parallèlement, les tensions entre l’échevinage et le consulat s’exacerbent. À partir de 1735 et jusqu’à la Révolution, un conflit oppose les deux institutions sur les ressorts de leur juridiction, au sujet des lettres de change et des billets. Le consulat s’estime compétent pour juger tous les litiges portant sur ces objets, la Ville rappelle que tous les procès portant sur des marchandises transportées par eau et entreposées sur les ports de la Seine sont de son ressort. En 1738, le parlement rend un arrêt en faveur de l’Hôtel de Ville, le consulat fait appel au Conseil du roi en 1758 ; il est soutenu par les Six-Corps, les marchands de vin et les libraires, mais le Conseil ne semble pas avoir tranché le différend. La juridiction consulaire se présente pratiquement comme une association privée de marchands chargée de régler leurs litiges, tandis que la Ville incarne l’autorité publique37.

Des échevins et des notables

25Le cadre légal et coutumier des élections scabinales a donc peu changé, mais le profil des candidats à l’échevinage se différencie progressivement de celui des autres élites parisiennes. La comparaison des parcours des échevins issus du corps de la mercerie des années 1680 à la Révolution montre la dissociation progressive des parcours des édiles et de ceux des autres notables.

26Dans les deux dernières décennies du XVIIe siècle, la majorité des merciers qui deviennent échevins fait parallèlement carrière dans leur corps et accède aux charges de juges au tribunal de commerce ; elle fait un triple cursus. La figure du très grand notable, échevin-garde-consul, domine.

27À partir de la décennie 1700, l’unité de la notabilité se fissure, discrètement. Le très grand notable cumulant charges et honneurs dans tous les lieux de pouvoir devient un personnage marginal. Jusqu’en 1759, les hommes investis à la fois dans l’échevinage et la mercerie dominent encore la municipalité, mais à partir des années 1760, la majorité des échevins ne fait même plus carrière parallèlement dans son corps d’origine. Les cursus intégrés deviennent des carrières parallèles.

Total des merciers échevins

Seulement échevins (un seul cursus)

Échevins gardes et/ou grands gardes de la mercerie (double cursus)

Échevins, gardes-grands gardes- consuls (triple cursus)

1680 à 1699

15

3

1

11

1700 à 1719

14

5

3

6

1720 à 1739

18

4

9

5

1740-59

17

6

6

5

1760-1776

11

8

1

2

1777-1789

4

0

3

1

Total

79

26

23

30

Tableau 1. – Carrière municipale et carrière marchande des merciers échevins (1680-1789).

  • 38 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle…, op. cit., p. 278.

28Guy Saupin note l’amorce précoce d’une évolution similaire à Nantes. 14 sur 49 élus marchands de la municipalité nantaise au XVIIe siècle deviennent échevins sans être passés par le consulat ni y accéder ensuite ; ce sont presque toujours des édiles de la deuxième moitié du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle38.

29L’isolement de la municipalité par rapport à la notabilité marchande prend en fait de multiples formes : le rapport à l’ignominie du soupçon de faillite change, l’appartenance corporative devient théorique, l’attirance pour les offices augmente.

L’échevinage et la faillite

  • 39 Réflexions des conseillers de ville et des quartiniers sur la lettre de M. Amelot du 9 mars 1777, (...)
  • 40 Arch. nat., K 989, no 84.
  • 41 Il est associé avec Sauveur Boucher. Antonetti G., « La crise économique de 1729-31 à Paris d’aprè (...)
  • 42 Arch. nat., K 991, no 134 et 137.
  • 43 Arch. nat., H 1930. Sur l’effondrement du commerce du castor à la fin du XVIIe siècle, voir Dechên (...)

30Une fois reçu (ou enregistré pour les bourgeois), le candidat à l’échevinage doit éviter, jusqu’à son élection, « le moindre soupçon connu sur [sa] conduite et [son] honneur » sous peine de devoir renoncer à l’échevinage39. Le respect de cet interdit est scrupuleux jusqu’aux années 1730. Les marchands qui ne démissionnent pas d’eux-mêmes alors que leur réputation est gravement compromise y sont incités. Ainsi, le 27 juillet 1703, Philippe Henrion rédige une lettre pour se plaindre au bureau de la Ville : il explique que la guerre est la cause de ses difficultés financières mais qu’il a réglé ses créanciers à l’aide de sa famille ; il regrette de ne pas être invité aux cérémonies de la ville et demande à « être réintégré dans ses droits et honneurs40 ». Il cédera malgré tout son office en 1708. Plusieurs autres merciers pourvus d’un office de ville ont dû s’en dessaisir car ils ne pouvaient honorer leurs dettes : Jean-Baptiste Cornu, marchand de soieries qui compose avec ses créanciers à l’été 173141, vend sa charge de conseiller de ville au mois de décembre suivant42. Les réticences des merciers à renoncer à la notabilité apparaissent dans les arrêts de surséance qu’ils sollicitent du roi et dans les lettres qu’ils font écrire par les ministres à la municipalité pour expliquer les origines de leurs problèmes de trésorerie. Ainsi, le 28 mars 1714, le chancelier et garde des sceaux Pontchartrain sollicite la clémence de la Ville pour Jean-Baptiste Joseph Gayot, fils d’échevin, qui est conseiller de ville depuis 1700 : Gayot est chargé du privilège exclusif du commerce du castor de Canada, le roi lui a accordé deux arrêts de surséance à l’occasion de ce commerce ; il craint que cela ne lui fasse du tort pour son accès à l’échevinage, et Pontchartrain témoigne en faveur de ce négociant qui a acquitté pour près de 2 millions de dettes dont la colonie était chargée43. En vain, Gayot vend sa charge la même année. Les valeurs des notables résistent aux pressions du pouvoir central.

  • 44 Junges C., Les échevins parisiens au XVIIIe siècle, thèse de l’École des Chartes, Chagniot J. (dir (...)
  • 45 Arch. nat., K 992, no 23 et 25.
  • 46 Les membres de cette compagnie cèdent aussi leurs charges en cas de faillite, tel Pierre Noël Fren (...)

31Avec les années 1740, l’attention portée à la réputation des aspirants à l’échevinage s’affaiblit. Deux échevins doivent démissionner pour cause de banqueroute peu après leur élection, cas de figure impensable auparavant, même si on avait la recommandation d’un ministre : Jean-Jacques II Belichon, mercier, fils d’un mercier, élu lui-même échevin bourgeois en 1719, un des porteurs de la châsse de Sainte-Geneviève depuis 1733, est élu échevin bourgeois à la mi-août 1742. « On commença à soupçonner au mois de décembre 1742 que ses affaires étaient dans un état désastreux44 », mais Belichon ne démissionne de l’échevinage que le 20 septembre, après avoir fait faillite45, puis il renonce à sa charge de porteur de la châsse de Sainte-Geneviève46. L’élection à l’échevinage du conseiller de ville Clément-Denis Poultier est repoussée d’un an à cause de l’état de ses affaires ; quelques jours avant son élection, « le prévôt des marchands apprit ou fit mine d’apprendre [...] que “la situation des affaires” de cet ancien notaire était incompatible avec l’échevinage », le secrétaire d’État conseille « de procéder à l’élection comme prévu ». Le contrôle social est beaucoup moins important qu’au temps de Louis XIV, comme si la multiplication des faillites amenait à leur banalisation.

De l’appartenance corporative des échevins

32La dissociation entre l’appartenance corporative et l’activité professionnelle de certains échevins est le deuxième indice de la séparation des sphères scabinales et marchandes. De Colbert aux années 1720, l’appartenance corporative des échevins à un des corps précédemment cités est un fait avéré au moment où ils posent leur candidature et au temps de leur élection, dix à vingt ans plus tard, à quelques exceptions près (Blouin).

  • 47 Arch. nat., MC, LXII 397, 21 novembre 1744, inventaire après décès d’Anne Marguerite Ferry épouse (...)
  • 48 Arch. nat., MC, CXIX 368, 9 mai 1763, inventaire après décès de Louis François Mettra, échevin bou (...)

33À partir des années 1740, pour un nombre croissant de futurs échevins, cette appartenance devient théorique. Louis-François Mettra est élu échevin bourgeois en 1755. Il est le fils d’un grand notable de la mercerie (juge consul en 1732), il appartient à ce corps puisqu’il est associé à son père dans son commerce quand il se marie en 1740 et qu’il pose sa candidature pour l’échevinage. Mais dès la mort de son épouse en 1744, il ne tient plus boutique, il vit de ses rentes et de quelques placements47 ; à sa mort en 1763, il apparaît comme un homme d’affaires (il fait des achats d’œuvres d’art pour le compte du roi de Prusse, il est passionné de théâtre et d’histoire – il a plus de 1 000 livres dans sa bibliothèque)48. Il appartient au corps de la mercerie, mais ce n’est pas un bon marchand.

34Par ailleurs, plusieurs échevins changent d’appartenance corporative entre le dépôt de leur candidature et leur élection. Jacques Philippe Desvaux de Saint-Maurice est procureur des comptes en 1761 quand il achète sa charge de quartinier ; au moment de son élection en 1782, il est receveur général des finances de Bourgogne, c’est un financier. Comme les avocats ont le droit de participer au gouvernement de la ville, plusieurs personnes qui ont fait quelque étude de droit avant de choisir une profession sont élus échevins comme « avocat en parlement » : c’est le cas de Fauconnet de Vilde et de Josset, élus en 1733, de François-Bernard Quatremère qui est en fait drapier (élu en 1774) et de Jean-Charles Richer, quartinier qui est expéditionnaire en cour de Rome (élu en 1780).

  • 49 Annonces, affiches et avis divers, 1753, p. 407.
  • 50 Arch. nat., MC, XLI 501, 12 octobre 1747, mariage Pierre Richard Boucher, marchand teinturier, Mar (...)
  • 51 Arch. nat., MC, XXIII 703, 19 septembre 1769, mariage Charles Santilly, marchand fabricant, Anne-R (...)

35Quelques échevins appartiennent à deux corps. Pierre II Ledreux (1708-1753), conseiller de ville de 1741 à son décès en 1753, porteur de la chasse de Sainte Geneviève de 1736 à 1753, est mercier et marchand fabricant d’étoffes puisqu’il a été grand garde de ce dernier corps49. Pour les familles Boucher et Santilly, la double appartenance corporative court sur deux générations. Lorsqu’il épouse Marie Françoise Laperière en 1747, Pierre Richard Boucher est « marchand teinturier » fils de « marchand bourgeois de Paris50 », il est reçu mercier le 13 juin 1755 comme fils de maître, peu avant d’acquérir une charge de conseiller de ville. Charles Santilly se présente comme « marchand fabricant », fils de « marchand fabricant » lors de son mariage en 1769 avec la nièce de Pierre-Richard Boucher51, puis il est reçu mercier comme fils de maître le 9 février 1773, et devient conseiller de ville en 1774. La mercerie tolère les doubles appartenances, mais avant 1776, les gardes sont choisis parmi les merciers « purs », alors que l’échevinage est accessible aux hommes qui sont intégrés dans deux communautés.

  • 52 Kaplan S. L., « Note sur les commissaires de police de Paris au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire (...)

36Enfin, le tropisme de l’échevinage, des échevins et de leur famille vers les offices s’accentue. Plusieurs marchands détiennent des offices du grenier à sel. Des commissaires au Châtelet posent leur candidature à partir des années 1760 (Michel Pierre Guyot est élu échevin bourgeois en 1777), alors qu’ils avaient disparu de l’Hôtel de Ville depuis les années 1680, avec les conseillers au Châtelet52.

  • 53 Rabier C., « La disparition du barbier chirurgien. Analyse d’une mutation professionnelle au XVIII(...)

37Ces hommes, ajoutés aux quelques échevins n’appartenant à aucun corps reconnu par la tradition, comme Bordenave, chirurgien du duc de Gesvres, dont la profession fait l’objet d’une vraie valorisation par les Lumières53, incarnent par leur parcours la modernisation de la société parisienne, c’est-à-dire l’accroissement de la mobilité, l’affaiblissement des frontières corporatives, la relativisation de la distinction entre marchands et mécaniques et un affranchissement réel par rapport aux valeurs traditionnelles de la notabilité. Il y a un décalage entre les appartenances corporatives, qui deviennent abstraites, et les professions, indice de la dévalorisation des premières. L’adage selon lequel « l’on distingue les hommes par leurs conditions, non par leur suffisance » n’est plus fondamental, même si, en 1763, c’est le principal argument opposé aux requêtes déposées par les libraires, les procureurs au Châtelet et au Parlement.

Clivages politiques et économiques entre échevins et notables

  • 54 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-17 (...)
  • 55 Arch. nat., MC, CII 420, 21 décembre 1763, mariage Jean-Jacques Blacque, notaire, et Catherine-Vic (...)
  • 56 Arch. nat., MC, xviii 684, 20 mars 1766, mariage Jacques-Prosper Le Roy – Geneviève Madeleine Barr (...)

38Le fossé qui se creuse entre les hommes impliqués dans les institutions marchandes et la Ville est à la fois politique et économique. Le libraire Hardy oppose ainsi les figures de deux merciers, Pierre de Varenne et Claude Barre54. Aucun des deux n’est un héritier (ils sont reçus par suffisance dans le corps de la mercerie, le premier en 1738, le second en 1743). Pierre de Varenne (1706-1781) est un grand notable : fils d’un greffier des bâtiments du roi, il a repris le commerce de sa sœur aînée ; après avoir acquis une charge de quartinier en 1741, il est élu échevin en 1762 et consul en 1756. Claude Barré est un petit notable, il a seulement été élu garde en 1762. La divergence de leurs choix politiques apparaît nettement dans les années Maupeou. Pierre de Varenne accepte d’être élu juge consul en janvier 1772 et de prêter serment entre les mains du parlement Maupeou. Claude Barré refuse la charge de consul tant que l’ancien Parlement n’est pas rétabli. Aux yeux de Hardy, Pierre de Varenne est un « collaborateur », Claude Barré, un héros de la résistance. Le clivage économique redouble, dans ce cas, le clivage politique. Pierre de Varenne est richissime, ses enfants sont ou seront bien dotés (Catherine Victoire qui a épousé le notaire Jean-Jacques Blacque, futur échevin, en 1763 a été dotée de 80 000 livres55, Jean-Pierre recevra 50 000 livres en 1776 pour s’établir comme mercier, Pierre Augustin sera secrétaire du roi en 1779). Claude Barre, qui habite sur la paroisse Saint-Étienne-du-Mont, n’a donné à sa fille que 12 000 livres en 176656.

  • 57 La liste complète est reproduite dans le Journal de Paris, no 109, 19 avril 1789, p. 495-496.
  • 58 Chassin C.-L., Les élections et les cahiers de Paris en 1789, Paris, 1889, t. 2, p. 293.
  • 59 Sur les Moinery, notables du faubourg Saint-Marcel avant la Révolution, voir Garrioch D., The form (...)

39L’échevinage est de plus en plus convoité par des hommes dotés d’un faible capital social mais riches : pendant les trente dernières années du règne de Louis XIV, les offices de la ville se vendent environ 10 000 livres ; on dépasse les 20 000 livres vers 1740-1750, on atteint 24 à 27 000 livres en 1777. En 1789, la faiblesse du crédit social des acteurs du gouvernement municipal apparaît brutalement lors des assemblées de districts, dès que les citoyens les prennent en charge. La municipalité avait commis 60 présidents à la tête de chacune des assemblées : 27 candidats à l’échevinage (13 quartiniers et 14 conseillers de ville), 21 anciens échevins, le trésorier de la ville, et onze personnes extérieures à l’Hôtel de ville, dont le fils d’un ancien échevin, Daval, des avocats et des anciens juges consuls, en guise d’ouverture à la société civile57. Les Parisiens éliminent 49 personnes58. Sur les 11 personnes conservées à la tête des assemblées, sept sont des marchands, anciens consuls ou fils de consuls ayant eux-mêmes entamé un cursus dans leur corps. Ainsi, le district des Grands-Augustins conserve Guyot, pelletier, doyen des quartiniers (il l’est depuis 1763), élu juge consul 1780, échevin en 1786. Quatre des six quartiniers et conseillers de ville retenus sont des fils de notables. Ainsi, l’assemblée du district de Saint-Marcel est présidée par le drapier Pierre Nicolas Moinery, reçu dans le corps en 1769, quartinier depuis 1778, élu garde en 1788, qui est aussi issu d’une famille de notables du quartier59. Le choix des présidents des assemblées de district du faubourg Saint-Marcel résume bien la situation :

  • 60 Burstin H., Une Révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon (...)

« Ce qui est certain, c’est qu’à Saint-Étienne-du-Mont, Sarazin [ancien échevin] fut remplacé sans trop de manières par Delavigne, avocat au Parlement [...] En revanche Saint-Victor se plia au choix officiel, quant à Saint-Jacques-du-Haut-Pas, les vœux du district semblent avoir coïncidé avec ceux de l’administration centrale, tant il est vrai qu’Étienne, juge-consul en exercice, désigné d’office, finit également par être élu représentant du district60. »

  • 61 Arch. nat., MC, XXX 365, 3 janvier 1761, mariage Marc Juvenal Osmont – Françoise Geneviève Rose Ch (...)

40Georges-François Sarrazin a un profil type de « recalé ». Il a été reçu mercier comme fils de maître en 1742, il est devenu conseiller de ville en 1753, il a été élu échevin en 1769, puis il a vendu sa charge de conseiller en 1772 ; il est aussi porteur de la châsse de Sainte-Geneviève depuis 1742. Il a épousé la fille de M. Chastelain, marchand chapelier propriétaire d’une fabrique de castors, garde de son corps et marguillier de Saint-Sauveur. Ses beaux-frères sont Olivier-Clément Vieillard, épicier passé par l’échevinage puis devenu payeur des rentes et Marc Juvenal Osmont, trésorier de France61 ; Sarrazin fils est substitut du procureur du roi au Châtelet.

  • 62 Croq L., « Droit, société et politique. La confusion des concepts et des identités pendant la péri (...)

41Ces onze présidents maintenus et deux autres (le notaire Rouen, échevin en charge, et le commissaire de la voirie Girault) se mêleront aux 400 personnes chargées de rédiger les vœux des Parisiens à l’Hôtel de Ville. Un seul d’entre eux figurera parmi les 40 électeurs (20 titulaires et 20 suppléants) chargés de représenter les roturiers de la capitale aux États généraux, encore est-il le dernier suppléant (Pluvinet). On peut y voir l’expression du mécontentement des Parisiens, furieux que la revendication par la municipalité de l’ensemble des « bourgeois de Paris » ait retardé la convocation des habitants et la confection des cahiers de doléances62. Mais cette explication vaudrait si la proscription avait été totale. Or quelques hommes en ont réchappé.

  • 63 Almanach royal, Paris, 1788, p. 448. Burstin H., op. cit., p. 35.

42La désaffection des Parisiens pour leurs échevins ne s’exprime cependant pas de façon violente. Aucun échevin ne subit de sort brutal comme Flesselles, le prévôt des marchands, Bertier de Sauvigny, intendant de Paris, et son gendre Foullon. Rares seront cependant les édiles ou candidats à l’échevinage qui s’investiront dans la vie politique révolutionnaire, tel le notaire Étienne, quartinier depuis 1784 demeurant rue Saint-Jacques, qui sera nommé commandant du bataillon de la garde nationale de son quartier63.

De l’exercice du pouvoir : modernisation des valeurs et des pratiques municipales

43La clémence des Parisiens à l’égard des échevins s’explique peut-être par le sentiment qu’ils ne forment pas une oligarchie uniquement soucieuse de la conservation de ses privilèges et de ceux de ses pairs. L’évolution de la sociologie municipale va en effet de pair avec une modernisation des valeurs et des pratiques du gouvernement de la ville.

  • 64 En 1788, quand la monarchie prévoit de supprimer le bureau des finances, le secrétaire d’État à la (...)
  • 65 « À cet effet, l’un de ces conseillers bourgeois, M. Baizé, demeurant rue Saint-Antoine, près du c (...)

44Le thème de la compétence personnelle des édiles, souligné a contrario par le pouvoir central quand il refuse les hommes désignés par les Six-Corps comme députés du commerce parisien au nom de leur incompétence en matière de grand négoce, est de plus en plus prégnant. Les échevins ne sont pas des savants, et la brièveté de leurs fonctions les discrédite au profit des officiers64. Mais les échevins se sont approprié les valeurs du travail et du mérite, au détriment de la valorisation des qualités « naturelles » associées aux appartenances corporatives. L’avocat Baize, conseiller de ville, organise chez lui des conférences « sur les lois et sur la police de cette capitale du royaume », mais aussi sur le fonctionnement des fontaines (cf. juridiction de la ville sur la Seine)65. En 1763, quand les Six-Corps protestent contre la non-élection d’un marchand, le bureau de la Ville leur rétorque que la municipalité a davantage besoin de juristes. À la valorisation du savoir, s’ajoute celle du travail. L’échevin Cosseron, dans le discours qu’il prononce à sa sortie de charge en août 1785, insiste sur le caractère laborieux de la charge d’échevin : le malheureux, qui avait rédigé 25 pages de projets de réformes pour la ville (son endettement...), a consacré une bonne partie de ses deux années à faire des rapports sur les ruisseaux du Morvan :

« Nous ne vous le dissimulerons pas, Messieurs, les fonctions sont laborieuses. [Être échevin nécessite] une abnégation absolue de ses affaires personnelles pour ne s’occuper que de celles publiques.
Que celui qui a le plus de talens les employe à l’avantage de la chose publique sans prétentions à la supériorité sur celui qui en a moins, mais aussi sans jalousie de la part de ce dernier, se regardant tous comme d’égaux administrateurs qui, sans égard à aucun avantage particulier, ne doivent avoir qu’un seul but, celui de faire le bien général. »

  • 66 Bimbenet M., L’administration parisienne à la veille de la Révolution. Délibérations du bureau de (...)

45En août 1785, le bureau de la Ville prévoit d’offrir un écritoire d’argent gravé aux armes de la Ville au procureur du roi et de la ville, Ethis de Corny, « en hommage à son travail et à ses talents66 ». Tels sont désormais les maîtres mots du corps municipal.

  • 67 Extrait du discours de Cosseron, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4038, août 1785.
  • 68 Backouche I., La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, (...)
  • 69 Ibid., p. 260-262.
  • 70 Bimbenet M., op. cit., p. 20.
  • 71 Les noyés de 1776 sont un charretier de la maison des Enfants Trouvés, le fils d’un cordonnier âgé (...)
  • 72 Deming M. K., La Halle au blé de Paris, 1762-1813 : “cheval de Troie” de l’abondance dans la capit (...)

46La municipalité n’est pas une institution conservatrice dont l’unique objectif est de préserver son champ de compétence des empiètements des autres structures, police, bureau des finances ou autre. Sa gestion est imprégnée de l’idéal de réforme : la Ville est chargée « des choses de consommation journalière » mais « encor de celles d’utilité et d’embellissement pour la capitale67 », affirme l’échevin Cosseron en 1785. La Ville est un lieu où l’innovation est pensée comme nécessaire, sans que la modernisation soit une catégorie abstraite, un dogme qui transcende les autres valeurs. Les objectifs de l’action municipale sont désormais d’améliorer l’approvisionnement de la capitale, et de protéger le peuple. La Ville privilégie la circulation sur la Seine et sur les quais au détriment des installations fixes (bains et moulins, échoppes68). C’est le prévôt des marchands qui prend l’initiative de la démolition des maisons sur les ponts pour rendre la perspective du fleuve sur tout son cours, permettre le renouvellement de l’air urbain et améliorer la circulation. L’attention aux plus fragiles restreint cependant l’ampleur des réformes, par exemple dans les choix que fait la Ville pour la gestion de la Seine et des activités qui s’y déroulent. Les limites de la modernisation de l’approvisionnement en eau des Parisiens en sont une bonne illustration : la Ville refuse de réduire au chômage les porteurs d’eau et de contraindre les Parisiens à avoir l’eau courante69. La gestion des bains publics obéit aux mêmes principes sociaux : le 23 janvier 1783, la Ville envoie au secrétaire d’État à la maison du roi un avis négatif sur le renouvellement du privilège de bains publics établis sur la Seine demandé par la veuve Poitevin, car le coût des bains est « infiniment supérieur à la fortune du plus grand nombre des citoiens qui auraient besoin d’en user70 ». Même-la diffusion des boites aux noyés, inventées par l’apothicaire et échevin Pia, et la distribution des médailles aux sauveteurs des noyés à partir de 1779 participent d’une gestion sociale de la ville : les personnes qui tombent dans la Seine sont surtout des gens du peuple, jeunes gens et ouvriers des ports et des quais71. Quand le prix du bois renchérit, la Ville envoie plusieurs échevins enquêter sur les rivières et les forêts dans le Morvan. Elle prescrit l’usage du charbon de terre et de la tourbe à de nombreux entrepreneurs qui sont contraints de moderniser leurs fours. Elle veille aussi à l’approvisionnement en blé. Le roi la contraint à acquérir le terrain de l’hôtel de Soissons pour faire construire une nouvelle halle, qui est un bâtiment très moderne sur lequel la Ville a apposé son emblème72. La tension entre les nécessités de l’approvisionnement de la ville, les projets d’embellissement et le respect des droits de propriété et d’usage des Parisiens est donc forte, mais la gestion municipale n’obéit à aucun impératif catégorique, elle invente des compromis au coup par coup.

  • 73 Seth C., Les rois aussi en mouraient : les Lumières en lutte contre la petite vérole, Paris, Desjo (...)

47La Ville a donc une conception de sa mission et de la justice tout à fait différente de celle qu’elle avait sous le règne de Louis XIV où, en défendant les privilèges des « bourgeois de Paris », elle protégeait les intérêts de l’élite sociale. Les valeurs de son action sont devenues très proches de celles de la police du Châtelet, ce qui n’est pas surprenant, dans la mesure où ce sont deux administrations complémentaires. La Ville est délibérément tournée vers le présent et le futur, vers le bien commun défini comme la satisfaction des besoins de la majorité de la population. L’engagement des échevins en faveur de la modernité apparaît d’ailleurs aussi dans leur vie privée : Michel-Pierre Guyot, ancien échevin bourgeois sorti de charge (il avait été élu en 1777), fait inoculer ses enfants en 178073, alors qu’un arrêt du parlement interdit de pratiquer l’inoculation en ville.

  • 74 Bailly J.-S., Mémoires de Bailly, Berville et Barrière éd., Paris, Baudouin frères, 1821, t. 2, p. (...)

48La modernisation de l’échevinage est cependant inachevée. Comme nombre d’institutions traditionnelles de l’Ancien Régime, elle apparaît sans doute comme un assemblage hétéroclite. En 1789, l’attachement des édiles à leurs robes et au cérémonial de la remise des clés rattache la municipalité aux formes symboliques anciennes du pouvoir74. L’échevinage continue aussi à partager quelques éléments avec les autres lieux de pouvoir urbains.

  • 75 Croq L., Lyon-Caen N., « Le rang et la fonction. Les marguilliers des fabriques parisiennes à l’ép (...)
  • 76 Dupieux P., « Les attributions de la juridiction consulaire de Paris (1563-1792). L’arbitrage entr (...)
  • 77 Ibid.

49Les prises de décision y sont collectives, après discussion des rapports émanant des échevins, des ingénieurs ou d’autres, comme dans les corps de métier et les fabriques paroissiales75. Par ailleurs, la ville et les Six-Corps ne sont pas devenus des corps complètement étrangers l’un à l’autre, puisqu’il reste quelques figures mixtes. En mai 1776, Turgot, mécontent que les notables marchands refusent de s’investir dans les nouvelles structures locales d’encadrement professionnel, envisage de supprimer le consulat et de transférer à l’échevinage sa juridiction. Il tente de tirer profit des tensions entre la Ville et le consulat, mais la municipalité joue la carte de l’accommodement en choisissant comme conseil Jean Daniel Gillet, un grand notable qui a fait les trois cursus. Gillet est né en 1708, il a 68 ans : neveu de Pierre II Chauvin, ancien marchand épicier apothicaire (reçu en 1726), ancien échevin (élu en 1751), il a conservé sa charge de conseiller de ville depuis 1737, il est membre du conseil particulier de la ville depuis 1770, et il est un ancien juge consul (1773)76. Gillet affirme que le bureau de la Ville succombera à la besogne si la réforme se réalise77.

Conclusion

50Pendant les années Colbert, la monarchie réussit à entraîner dans sa dynamique l’ensemble des élites bourgeoises par une collaboration bien encadrée qui va de pair avec des négociations. Dès le début du XVIIIe siècle, l’unité sociale des élites s’effrite. Au milieu du siècle, la rupture est consommée entre le pouvoir central et les échevins d’une part, les notables des Six-Corps d’autre part. Le pouvoir central ne collabore plus qu’avec une partie des élites. Les échevins sont des hommes qui sont dotés d’un maigre crédit social et qui n’ont ni la capacité ni la volonté de négocier ; ce ne sont plus, sauf exception, des notables, au sens fort du terme, mais seulement des hommes qui gèrent la ville au nom du roi, comme les officiers. L’hypothèse d’un absolutisme construit partiellement par collaboration avec les élites n’est donc pas défendable.

51L’Hôtel de Ville de Paris est une institution qui s’est modernisée, mais en suivant les dynamiques de la monarchie, il s’est isolé par rapport au public. Les cultures politiques des Six-Corps et de la Ville sont différentes, ils valorisent des formes de gouvernement qui ont cessé d’être conciliables.

  • 78 Cuny C., « From “Notables” to “Laymen”: the Evolution of Local Knowledge in Contemporary Public Co (...)

52On ne peut cependant parler de bureaucratisation. À Paris, les mandats des échevins restent de deux ans. Dans les réunions où les projets de réforme sont débattus, le savoir que mobilisent les échevins est celui des habitants, ce n’est pas un savoir technique d’expert comme celui détenu par les ingénieurs78.

  • 79 Saupin G., « La distribution du pouvoir politique à Nantes dans les années 1720 », art cit., p. 62
  • 80 Nougaret C., Guide des archives municipales de Nantes, Nantes, 1991, p. 61.

53Quoi qu’il en soit, l’éclatement du monde des notables n’est pas un phénomène spécifique à Paris. Guy Saupin a montré que Nantes connaissait une évolution identique. Deux nuances de taille permettent cependant de distinguer les deux villes. À Paris, la dernière assemblée générale date (à ma connaissance) de 1693 ; à Nantes, les assemblées se poursuivent jusqu’à la Révolution, malgré les critiques des années 1720. Surtout, le moteur de la scission de la bourgeoisie nantaise ne semble pas politique mais économique : dès la fin du XVIIe siècle, Guy Saupin a remarqué « une volonté d’autonomisation du consulat, traduisant certainement socialement les effets économiques d’un premier décollage du commerce antillais », « la revendication d’un pouvoir négociant vraiment indépendant de la municipalité » aboutit « à la crise de sécession de 175479 » : « un arrêt du Conseil du 19 décembre 1754 décide du transfert du consulat à la bourse et de l’éviction du bureau de ville de la commission de rédaction des listes électorales80. » Les élites sont donc séparées selon des clivages avant tout économiques entre les négociants qui pratiquent le commerce maritime, de gros et de luxe et les marchands en boutique.

54L’administration monarchique de Louis XV a réussi à digérer l’échevinage, mais elle a échoué à faire basculer l’ensemble des élites bourgeoises dans son giron. Les gardes des Six-Corps et les consuls continuent de protester contre les formes de royalisation inventées par le pouvoir central à défaut de pouvoir y résister (leadership du lieutenant général de police à la place du grand garde des marchands drapiers, réglementation et contrôle des comptes des corps et communautés, récupération de la gestion de la capitation...). Leurs valeurs et leurs actions s’inscrivent dans la continuité de l’action parlementaire. Ces hommes disposent d’un crédit personnel et familial plus important que celui des édiles, mais qui est bien plus faible que celui de leurs prédécesseurs du Grand Siècle. Défenseurs d’une morale politique dévalorisée par le pouvoir central, ils peuvent être pensés de deux façons, à l’instar des parlementaires : on peut les considérer comme des hommes qui sont profondément conservateurs et ne songent qu’à la défense de leurs privilèges, ou bien on peut voir en eux des acteurs qui tentent de protéger les espaces d’autonomie politiques de la démocratie corporative que le travail de la monarchie réduit comme une peau de chagrin. Les lignes de fractures sont multiples. Le groupe des élites s’est séparé entre ceux qui sont juste reconnus par le roi et ceux qui restent des notables, même médiocres (les gardes des corps et les consuls). À cette opposition, correspond la scission politique entre les tenants du despotisme éclairé et ses opposants. Les édiles sont aussi en rupture par rapport aux traditions municipales qui ne peuvent être oubliées en un siècle qui semblent, à certains, une répétition des guerres de Religion.

DÉBATS

55Jean-Marie Le Gall – Pour caractériser les rapports entre Louis XIV et les États ou les villes, devons-nous parler de « collaboration » ou évoquer une « brutalisation », mot emprunté à l’historiographie de la période contemporaine ? On n’a pas l’impression que les notables des villes aient subi ce que les populations ou les armées ont subi pendant la Première Guerre mondiale. Derrière l’emploi de ce terme connoté historiographiquement, y a-t-il une réflexion théorique sur son emploi ?

56Laurence Croq – J’ai présenté de façon un peu caricaturale le débat qui me semble intéressant sur les formes de construction de l’absolutisme. J’ai employé le terme de brutalisation parce que la plupart des auteurs insistent sur l’idée d’une violence infligée par différents actes du pouvoir royal aux acteurs locaux. On assisterait au passage d’une structure politique autonome, qui a ses valeurs et qui s’autogère, à un espace politique où le pouvoir de décider est accaparé par la monarchie et où les acteurs sont intégrés dans l’espace royal, sans possibilité de résister. La transformation des offices de la ville, d’offices municipaux en offices royaux, en est un élément et une grande partie de l’historiographie du XIXe siècle ne s’intéresse absolument pas à la période après 1650 à cause d’une sorte d’hyper-valorisation de la ville autonome d’avant la Fronde. Les ouvrages du XIXe siècle consacrés à Paris sous l’Ancien Régime, comprennent environ 350 pages sur la période d’avant la Fronde contre 50 pages pour la période suivante, période pour laquelle on est dans la déploration d’une liberté, d’une autonomie perdue. En arrière-plan, se trouve une idéologie assez forte, que j’ai peut-être traduite de façon exagérée avec le terme de « brutalisation ». Je crois cependant que c’est ainsi qu’une partie des historiens ressent la construction de l’absolutisme.

57Gauthier Aubert – Nous trouvons le terme de « brutalisation » sous la plume de Caroline Le Mao, dans sa thèse publiée en 2005 : Parlement et parlementaires. Bordeaux au Grand siècle, p. 141.

58Jean-Marie Le Gall – N’est-ce pas tout de même un peu excessif ? à la rigueur on pourrait parler de brutalisation pour la répression des révoltes populaires, mais là, il y a une simple perte de pouvoir...

59Laurence Croq – C’est une question de sensibilité politique. Je ne veux pas idéaliser la période antérieure à la Fronde pendant laquelle une élite accapare le pouvoir dans une certaine sphère. Malgré tout, au cours de cette période, les notables ont l’impression de produire leurs élites et de s’autoproduire. Alors qu’à partir du moment où le roi et ses ministres contrôlent la situation, la ville n’a plus véritablement d’existence autonome. Elle perd le droit de protester contre ce qui lui est imposé. Il me semble que le pouvoir de négocier, d’être reconnu comme un acteur légal correspond à la situation au XVIe siècle. Nous le voyons bien pendant la Ligue et plus particulièrement sous Henri III. Je pense que l’inversion de la culture politique à partir de Louis XIV mais surtout de Louis XV est un fait que nous pouvons qualifier de brutalisation.

60Stéphane Durand – Personnellement, je n’emploierai pas le terme de « brutalisation » non plus. Ceci dit, il me semble avoir lu sous la plume de François-Xavier Emmanuelli, l’expression d’« État policier » et il est vrai que quelques lettres de cachet ont bien fait comprendre à certains consuls de Provence qu’il valait mieux revenir à l’obéissance. Certes, la lettre de cachet n’est pas une pendaison, mais elle n’en représente pas moins une certaine violence.

61Guy Saupin – Concernant le XVIIIe siècle, il y a un point qui m’échappe : pourquoi Turgot a-t-il voulu supprimer le consulat en 1776 et transférer ses pouvoirs à l’échevinage ? Ce que Laurence Croq nous a montré en effet, est tout à fait caractéristique des villes du XVIIIe siècle. Les consulats étaient aux XVIe et XVIIe siècles en même temps des tribunaux commerciaux et des institutions représentatives du commerce. L’étroite union qui existait entre eux et les municipalités se rompt partout dans les villes du XVIIIe siècle. Cela est lié à la progression du commerce international français et à l’essor des groupes sociaux qui l’animent. Ceux-ci sont conscients de la puissance qu’ils ont acquise – aidés en cela d’ailleurs par la monarchie qui met en place les institutions nécessaires : Conseil de commerce, chambres de commerce – et ils veulent un contact direct avec l’État. Le lobbying direct ou indirect, via le consulat ou la chambre de commerce, pour être connecté au contrôle général ou au secrétariat d’État à la Marine, leur semble un moyen d’action bien supérieur au recours à un échevinage qui leur apparaît comme un appareil institutionnel désuet. Ce divorce-là, et aussi la chronologie nantaise, sont totalement en accord avec la chronologie parisienne. Je n’arrive donc pas à comprendre pourquoi Turgot a voulu liquider ce qui était le moyen d’expression du grand négoce pour le transférer à l’échevinage. Sans doute, l’intégration de Paris dans les réseaux du commerce international a dû créer des différences. Peut-être existe-t-il à Paris de grands marchands internationaux qui ont progressivement disqualifié en partie les merciers en les ravalant à un rang de marchands de deuxième catégorie.

62Laurence Croq – Si des marchands parisiens ont été intégrés dans le commerce international, c’est plutôt au XVIIe siècle et cela concerne surtout des drapiers et des merciers. Je m’appuie sur le témoignage de l’inspecteur des manufactures Roland de la Platière, selon lequel à Paris, il n’existe pas de négoce et pas de négociants, c’est-à-dire pas de marchands intégrés dans le grand commerce. En 1776, les Six-Corps des marchands parisiens défendent ardemment le système corporatif que Turgot a liquidé au mois de février. Ils refusent d’intégrer les structures de district qu’il a créées et qui regroupent des patrons et des salariés par quartier. Nous savons que les commissaires de police sont allés démarcher des personnes qu’ils souhaitaient voir devenir représentants de leur district. Le beau-frère du libraire Hardy a été ainsi sollicité. C’est un mercier papetier qui s’appelle Petit. Hardy raconte que, lorsque le commissaire de police est venu trouver Petit pour lui demander d’être responsable des acteurs économiques de son quartier, Petit a répondu que sa femme serait vraiment trop triste. Le commissaire n’a pas insisté. L’échec de la création des districts a amené Turgot à menacer les notables marchands de supprimer le consulat (tribunal de commerce) et de transférer ses compétences juridictionnelles à l’échevinage. Mais l’échevinage a refusé de jouer la carte de la collaboration.

Annexes

ANNEXE

Tableau II. – Les dots des enfants des notables et des échevins (Paris, XVIIIe siècle). Les apports au mariage des enfants des gardes ou consuls, et des*

Notes

1 Bordes M., L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 1972.

2 Pour une réflexion en amont, voir Bove B., « Alliance ou défiance ? Les ambiguïtés de la politique des Capétiens envers leur capitale entre le XIIe et le XVIIe siècle », dans Les villes capitales au Moyen Âge :

3 XXXVIe congrès de la SHMES, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 131-154.

Il n’en est pas de même à Nantes. Voir Saupin G., Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996, p. 289-292.

4 Descimon R., « La vénalité des offices politiques de la ville de Paris (1500-1681) », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 1994, no 3-4, p. 16-27.

5 Descimon R., « Solidarité communautaire et sociabilité armée : les compagnies de la milice bourgeoise à Paris (XVIe-XVIIe siècles) », dans Thelamon F. (dir.), Sociabilité, pouvoirs et société, actes du colloque de Rouen, 24-26 novembre 1983, Rouen, 1987, p. 599-610 ; Descimon R., « Les barricades de la Fronde parisienne. Une lecture sociologique », Annales ESC, 45-2, mars-avril 1990, p. 397-422. Descimon R., « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ESC, 48-4, 1993, p. 885-906.

6 Descimon R., « Les assemblées de l’Hôtel de Ville de Paris (mi-XVIe-mi-XVIIe siècles) », Paris et Île-de-France. Mémoires, 38, 1987, p. 39-54.

7 Croq L., « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes : démantèlement d’une structure politique et création d’une administration (1660-1789) », dans Croq L. (éd.), Le Prince, la ville et le bourgeois (XIVe-XVIIIe siècles), actes du colloque « Le politique et la ville (XIVe-XVIIIe siècles) en Europe et en Amérique » tenu à l’université Paris X-Nanterre en avril 2001, Paris, Éditions Nolin, 2004, p. 175-201.

8 Saupin G., « La distribution du pouvoir politique à Nantes dans les années 1720 », dans Rousteau-Chambon H. (éd.), Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique, actes du colloque tenu à Nantes du 26 au 28 septembre 2002, Paris, Picard, 2004, p. 57-74.

9 Croq L., « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique », dans Jean-Marie L. (éd.), La notabilité urbaine Xe-XVIIIe siècles, actes des journées d’étude tenues à Caen les 20 et 21 janvier 2006, Caen, CRHQ, Histoire urbaine, no 1, 2007, p. 23-38.

10 Sur une présentation synthétique de cette problématique, proposée surtout par des historiens anglosaxons, pour l’étude des relations entre le pouvoir royal, les pays d’états ou les parlements, voir Beik W., « The absolutism of Louis XIV as social collaboration », Past and Present, no 188, August 2005, p. 195-224 ; Swann J., « Repenser les parlements au XVIIIe siècle : du concept de l’“opposition parlementaire” à celui de “culture juridique des conflits politiques” » ; Lemaître A. J. (éd.), Le monde parlementaire au XVIIIe siècle. L’invention d’un discours politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 17-38.

11 Ruggiu F.-J., « Pour une étude sur l’engagement civique au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, no 19, août 2007, p. 145-164.

12 Descimon R., « L’échevinage parisien sous Henri IV (1594-1609), autonomie urbaine, conflits politiques et exclusion sociale », dans Bulst N. et Genet J.-P. (dir.), La ville, la bourgeoisie et genèse de l’État moderne (XIIe-XVIIIe siècles), Paris Éditions du CNRS, 1988, p. 113-150.

13 Le Prestre C., Questions notables de droit, décidées par plusieurs arrêts du parlement et divisées en quatre centuries, augmentées par M. Gueret, Paris, 1695, p. 838.

14 Garden M., Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles-Lettres, 1970, p. 497.

15 Baumier-Legrand B. « Le corps de ville de Tours de la réforme de L’Averdy à la Révolution. Étude sociale », dans Turrel D. (éd.), Regards sur les sociétés modernes, XVIe-XVIIIe siècle. Mélanges offerts à Claude Petifrère, Tours, CEHVI, 1997, p. 335-344.

16 Les avocats et les procureurs doivent avoir été marguilliers comptables de leur paroisse, les marchands doivent être passés « par les charges de directeur et administrateur de l’hospital et de consul des marchands ». Saupin G., Nantes au XVIIe siècle…, op. cit., p. 276.

17 Gutton J.-P. (dir.), Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’Ancien Régime, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999.

18 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle…, op. cit., p. 277-278.

19 Croq L., « Hommes nouveaux, pionniers et héritiers, la transmission du pouvoir dans l’échevinage parisien de 1685 à 1789 », Bellavitis A. et Chabot I. (dir.), La justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, XIIe-XXe siècles), Rome, École française de Rome, 2011, p. 439-467.

20 Arch. nat., K 996.

21 Arch. nat., K 996, no 39, 43/2, 45/1, 46/2, 47, 49/2.

22 Descimon R., « Les élections échevinales à Paris (mi-XVIe siècle, 1679). Analyse des procédures formelles et informelles », dans Péneau C. (dir.), Élections et pouvoirs politiques du VIIe au XVIIe siècle, Paris, Éd. Bière, 2009, p. 239-277.

23 Lettre du 4 mai 1788, Arch. nat., K 997, no 8.

24 Saint-Joanny D.-G., Registre des délibérations et ordonnances des marchands merciers de Paris 1596-1696, manuscrit incendié aux Archives de la Ville le 24 mai 1871, Paris, Léon Willem éditeur, 1878, p. 75.

25 Arch. nat., Y 11125, 2 mars 1697, enquête en séparation de biens en faveur d’Emée Gouault épouse Toussaint-Simon Bazin.

26 Saint-Joanny D.-G., op. cit., p. 285.

27 Arch. nat., minutier central des notaires parisiens (désormais MC), XXXIX 206, 24 mars 1698, inventaire après décès de Charles Lebrun.

28 Garrigues F., « Les intendants du commerce au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, Dossier Acteurs et pratiques du commerce dans l’Europe moderne, no 45-3, juillet-septembre 2008, p. 626-661.

29 Gayot G., Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, Éditions de l’EHESS/Terres ardennaises, 1998.

30 Arch. nat., MC, LxiX 431, 30 novembre 1699, mariage Pierre II Chauvin, Angélique Creton.

31 Arch. nat., MC, IX 658, 5 juin 1743, mariage Pierre-André Jacquemin – Hélène-Élisabeth Sorin ; IX 677, 14 novembre 1751, dépôt d’obligation faite le 17 juillet 1751 ; IX 677, 22 octobre 1751, dépôt du testament Pierre Sorin, marchand épicier, rédigé le 24 décembre 1739.

32 Bonnassieux P., Conseil de commerce et Bureau du Commerce 1700-1791, Inventaire analytique des procès-verbaux, Paris, 1900, réimpression Mégiarotis Reprints, Genève, 1979, p. LXIX et LXX ; Durbec J.-A., « Les Six-Corps des marchands de Paris » (IV : Les Six-Corps et la représentation commerciale), Bulletin de la Chambre de commerce de Paris, octobre 1952, p. 573-594 ; Zylberberg M., Capitalisme et catholicisme dans la France moderne. La dynastie Le Couteulx, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 280.

33 Arch. nat., MC, XIII 249, 20 décembre 1733, mariage Jean Charles Huet – Jeanne Marguerite Messager.

34 Lyon-Caen N., « “Au Petit Paradis” des Brochant : transmission et reproduction familiale chez des marchands drapiers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles », dans Bellavitis A., Croq L. et Martinat M. (éd.), Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 245-262.

35 Cité par Quellier F., « Élites urbaines et cultures fruitières en Île-de-France (XVIIIe-XVIIIe siècles) », Histoire urbaine, no 6, décembre 2002, p. 31-32. Sur l’ouverture de son jardin au public, voir Lamarre C., « Ouvrir ou fermer son jardin. Bienséance et convivialité au XVIIIe siècle », dans Montandon A. (dir), Les espaces de la civilité, Mont-de-Marsan, Éditions Interuniversitaires, 1995, p. 95-106.

36 « Ce jour neuf heures du matin, j’assiste en qualité d’ancien adjoint de la communauté des libraires et imprimeurs, pour remplacer le sieur Berton libraire l’un des cinq officiers en charge à l’élection qui se fait en l’Hôtel de la jurisdiction consulaire cloître St-Mardi, où s’étoient réunis messieurs les anciens juges et anciens consuls, avec messieurs des six corps des marchands et par voie de scrutin, après avoir une messe basse célébrée par le chapelain de la dite jurisdiction ; de six sujets dont les noms devoient être ultérieurement présentés à monsieur le contrôleur général des finances (Calonne) comme pouvant être choisi parmi eux un député du commerce pour la ville et les fauxbourgs de Paris, conformément à la lettre qu’avoient reçu de ce ministère, messieurs des six corps et du consulat en réponse à leurs représentations pressantes, tant sur la réunion de cette place de second député au conseil royal de commerce à la première de la généralité de Paris, remplie par le sieur Marion ; que sur les sollicitations dudit sieur Marion sera tendantes à obtenir pour le sieur son fils conseiller au châtelet, la survivance desdites deux places. Comme dans l’examen des billets remis par chacun des assistans à la dite assemblée composée de quatre-vingt-dix vocaux ; il se trouve trois billets de trop ; on est obligé de recommencer tous les billets et de les remettre de nouveau séparément et six par six au sieur Leclerc grand-juge, lequel après avoir lu un discours court, mais bien fait, sur le commerce et ses avantages, et déclaré que sire de Saint-Jean et sire Saillant ancien juges et consuls étoient nommés scrutateurs, procède à l’ouverture de tous les billets de l’examen desquels il résulte que sire de Lavoyepierre fils du corps de l’épicerie et ancien consul, ayant 68 voix, sire Leclerc du corps de la librairie et imprimerie juge consul en exercice 61, sire Guyot du corps de la bonneteriepelleterie-chapellerie ancien juge consul 58, sire Saillant du corps de la librairie et imprimerie, ancien juge consul 45 ; sire de Lamotte du corps de la draperie mercerie ancien juge consul 41, et enfin sire Incelin aussi du corps de la draperie mercerie, ancien juge consul en ayant eu quarante ; les noms de ces six messieurs proclamés à haute et intelligible voix par le grand-juge seroient insérés dans le procès verbal destiné à être présenté d’abord à monsieur le contrôleur général qui le mettroit ensuite sous les yeux du roi pour être ultérieurement et en définitif choisi par sa Majesté un sujet qui pût dignement remplir la place de député au conseil royal du commerce pour la ville et les fauxbourgs de Paris, qu’on s’attendoit bien ne devoir être aucun des six délégués par le consulat et les six corps, au moien de quoi leur prétenduë élection et tout son vain appareil, ne pourroient être regardés que comme une simple formalité purement illusoire, pour ne pas dire dérisoire. », Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-1789), Roche D. et Bastien P. (éd.), Québec, Les Presses de l’université Laval, à paraître (23 novembre 1784).

37 Kessler A. D., A Revolution in Commerce. The Parisian Merchant Court and the Rise of Commercial Society in Eighteenth-Century France, New Haven and London, Yale University Press, 2007, p. 43-56.

38 Saupin G., Nantes au XVIIe siècle…, op. cit., p. 278.

39 Réflexions des conseillers de ville et des quartiniers sur la lettre de M. Amelot du 9 mars 1777, Arch. nat., K 996, no 45/1.

40 Arch. nat., K 989, no 84.

41 Il est associé avec Sauveur Boucher. Antonetti G., « La crise économique de 1729-31 à Paris d’après les règlements de faillites », Études et documents, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2, 1990, p. 77.

42 Arch. nat., K 991, no 134 et 137.

43 Arch. nat., H 1930. Sur l’effondrement du commerce du castor à la fin du XVIIe siècle, voir Dechêne L., Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle. Essai, Montréal, Les éditions du Boréal, 1988, p. 144.

44 Junges C., Les échevins parisiens au XVIIIe siècle, thèse de l’École des Chartes, Chagniot J. (dir.), 1996, t. 1, p. 160.

45 Arch. nat., K 992, no 23 et 25.

46 Les membres de cette compagnie cèdent aussi leurs charges en cas de faillite, tel Pierre Noël Frenoir en 1774. Pinet E., La compagnie des porteurs de la châsse de Sainte Geneviève, 1525-1902, Paris, 1903, p. 256.

47 Arch. nat., MC, LXII 397, 21 novembre 1744, inventaire après décès d’Anne Marguerite Ferry épouse Louis François Mettra.

48 Arch. nat., MC, CXIX 368, 9 mai 1763, inventaire après décès de Louis François Mettra, échevin bourgeois.

49 Annonces, affiches et avis divers, 1753, p. 407.

50 Arch. nat., MC, XLI 501, 12 octobre 1747, mariage Pierre Richard Boucher, marchand teinturier, Marie Françoise Laperière.

51 Arch. nat., MC, XXIII 703, 19 septembre 1769, mariage Charles Santilly, marchand fabricant, Anne-Rose Garnier.

52 Kaplan S. L., « Note sur les commissaires de police de Paris au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 1981, p. 656-667 ; Milliot V., « Le Métier de commissaire : bon juge et “mauvais” policier ? (Paris, XVIIIe siècle) » ; Dolan C. (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Laval, Les Presses de l’Université de Laval, 2005, p. 121-136.

53 Rabier C., « La disparition du barbier chirurgien. Analyse d’une mutation professionnelle au XVIIIe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 65, 2010/3, p. 679-711.

54 Hardy S.-P., Mes loisirs ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance (1753-1789), Roche D. et Bastien P. (éd.), Québec, Les Presses de l’université Laval, vol. II (1771-1772), p. 475 (30 janvier 1772) et à paraître (28 janvier 1775).

55 Arch. nat., MC, CII 420, 21 décembre 1763, mariage Jean-Jacques Blacque, notaire, et Catherine-Victoire de Varenne.

56 Arch. nat., MC, xviii 684, 20 mars 1766, mariage Jacques-Prosper Le Roy – Geneviève Madeleine Barré. Voir le tableau en annexe.

57 La liste complète est reproduite dans le Journal de Paris, no 109, 19 avril 1789, p. 495-496.

58 Chassin C.-L., Les élections et les cahiers de Paris en 1789, Paris, 1889, t. 2, p. 293.

59 Sur les Moinery, notables du faubourg Saint-Marcel avant la Révolution, voir Garrioch D., The formation of the Parisian Bourgeoisie 1690-1830, Cambridge-London, Harvard University Press, 1996. Les trois autres jeunes officiers de ville retenus par les assemblées de district sont l’épicier Pluvinet, conseiller de ville depuis 1780, qui sera le 40e électeur de Paris aux États généraux (retenu par le district de Sainte-Élisabeth, il est le fils et associé de Charles Pluvinet, marchand épicier rue des Lombards, élu marguillier de Saint-Jacques de la Boucherie en 1760 et consul en 1782) ; le mercier Bernard Gibert (1761- ?), déjà élu garde, quartinier depuis 1786 (retenu dans le district de Saint-Leu, il est le fils de François Gibert (1722-1800), mercier reçu par suffisance en 1743, élu consul en 1779, et juge consul 1787, qui est lui-même conservé par le district de Saint-Jacques de la Boucherie) ; l’orfèvre Cheret, conseiller de ville depuis 1777, garde en 1788 (conservé au district des Minimes, il est sans doute le fils de Cheret consul 1782).

60 Burstin H., Une Révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon, 2005, p. 31.

61 Arch. nat., MC, XXX 365, 3 janvier 1761, mariage Marc Juvenal Osmont – Françoise Geneviève Rose Chastelain.

62 Croq L., « Droit, société et politique. La confusion des concepts et des identités pendant la période pré-révolutionnaire à Paris », dans Gauvard C. et Robert J.-L. (dir.), Être parisien, actes du colloque organisé les 26 et 28 septembre 2002 à l’université Paris I, Paris et Île-de-France, Mémoires, no 55, 2004, p. 63-80.

63 Almanach royal, Paris, 1788, p. 448. Burstin H., op. cit., p. 35.

64 En 1788, quand la monarchie prévoit de supprimer le bureau des finances, le secrétaire d’État à la maison du roi déconseille au contrôleur général des finances de confier ses missions à l’échevinage au motif que les échevins sont peu instruits et qu’ils n’exercent leurs missions que pendant deux ans. Chagniot J., Paris au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, Nouvelle histoire de Paris, 1988, p. 120.

65 « À cet effet, l’un de ces conseillers bourgeois, M. Baizé, demeurant rue Saint-Antoine, près du couvent du… de Paris et aux questions d’édilité, et invita ses collègues à tenir chez lui des conférences qui s’ouvrirent en 1742. » Cousin J., « La conférence historique des conseillers de ville », Mémoires Paris et Île-de-France, no 12, 1885, p. 170-180.

66 Bimbenet M., L’administration parisienne à la veille de la Révolution. Délibérations du bureau de la Ville de Paris (1784-1790). Inventaire des minutes (H2 1954 2 à 1961), Paris, Archives de France, 1989, p. 89.

67 Extrait du discours de Cosseron, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 4038, août 1785.

68 Backouche I., La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 90-91 et 156-157.

69 Ibid., p. 260-262.

70 Bimbenet M., op. cit., p. 20.

71 Les noyés de 1776 sont un charretier de la maison des Enfants Trouvés, le fils d’un cordonnier âgé de 11 ans, un gagne-denier d’environ 40 ans, un porteur d’eau, un « garçon cordonnier retiré à Bicêtre pour y passer les grands remèdes », un apprêteur de bas de 75 ans retiré à Bicêtre depuis son veuvage, un charpentier de bateaux… Tous ces hommes sont présentés comme « le nommé… ». Philippe Nicolas Pia, Détail des succès de l’établissement que la ville de Paris a fait en faveur des personnes noyées, & qui a été adopté dans diverses provinces de France. 5e partie, Paris, 1777.

72 Deming M. K., La Halle au blé de Paris, 1762-1813 : “cheval de Troie” de l’abondance dans la capitale des Lumières, Bruxelles, Archives d’architecture moderne, 1984. De la Halle au blé à La Bourse de Commerce, 1762-1985, Paris, DAAVP, 1985.

73 Seth C., Les rois aussi en mouraient : les Lumières en lutte contre la petite vérole, Paris, Desjonquères, 2008, p. 88.

74 Bailly J.-S., Mémoires de Bailly, Berville et Barrière éd., Paris, Baudouin frères, 1821, t. 2, p. 56-57.

75 Croq L., Lyon-Caen N., « Le rang et la fonction. Les marguilliers des fabriques parisiennes à l’époque moderne », dans Bonzon A., Guignet P., Poncet O. et Venard M. (dir.), La paroisse urbaine du Moyen Âge à l’époque contemporaine, colloque international organisé par l’Université de Lille 3 (IRHiS - PPF Éducation et religion dans la France du Nord et les « provinces belgiques » du XVIe siècle à nos jours) et la Société d’Histoire religieuse de la France, tenu les 8-10 septembre 2009 à Lille, à paraître.

76 Dupieux P., « Les attributions de la juridiction consulaire de Paris (1563-1792). L’arbitrage entre associés, commerçants, patrons et ouvriers au XVIIIe siècle », Bibliothèque de l’école des Chartes, no 95, 1934, p. 137.

77 Ibid.

78 Cuny C., « From “Notables” to “Laymen”: the Evolution of Local Knowledge in Contemporary Public Consultations. The Example of Berlin », dans Rabier C. (ed.), Fields of Expertise : Paris and London, 1600 to the present time, Cambridge, Cambridge Scholars Press, 2007, p. 35-51.

79 Saupin G., « La distribution du pouvoir politique à Nantes dans les années 1720 », art cit., p. 62.

80 Nougaret C., Guide des archives municipales de Nantes, Nantes, 1991, p. 61.

Notes de fin

* Les hommes sans qualité sont des marchands merciers, Arch. nat., MC, XXXIX 221, 2 janvier 1701, mariage Pierre-Constantin Perier, drapier – Marie Anne Barroy ; XXXIX 221, 9 janvier 1701, remariage René-Michel Blouin, ancien mercier, commis en chef au greffe du conseil, quartinier – Angélique-Élisabeth Rousseau ; CXV 312, 25 septembre 1701, mariage Jacques Michel Levy, receveur payeur gages de la chambre des comptes – Marie Élisabeth Hallé ; X 260, 15 novembre 1701, mariage Jean Baptiste Hesme – Marie Marguerite Niceron ; LXXV 471, 7 janvier 1706, mariage Charles Louis Chauvin – Madeleine Geneviève Charpentier ; XLIX 445, 16 octobre 1708, mariage Pierre Charpentier – Marie Delacroix ; LXVI 326, 8 décembre 1710, mariage Jacques Regnault, payeur des rentes – Marguerite Charlotte Le Couteulx ; L 248, 22 août 1711, mariage Philippe Brochant, maître des comptes – Marie Catherine Hazon ; notaire Hurel, 17 février 1715, mariage Jean-Paul Chauvin – Louise Laurent ; X 331, 9 juin 1718, remariage Henri Millon, quartinier – Marie-Jeanne Ducaurroy ; 27 juin 1719, mariage Lenfant-Vernay devant Ballin notaire, perdu ; XIII 221, 31 juillet 1723, mariage Jean-Jacques II Belichon – Thérèse Louise Benoist ; XIII 229, 7 juillet 1726, mariage Claude II Sauvage – Marie Marguerite Hébert ; notaire Mesnil, 24 novembre 1726, mariage Pierre François Duboc – Antoinette-Marguerite Sautereau (perdu) ; LXXXVI 553, 4 avril 1728, mariage Jacques Judde, notaire – Marie-Marguerite Gobert ; XXVIII 221, 5 avril 1731, mariage Jean-Baptiste Hébert – Anne-Claude-Louise Judde ; LXXVI 269, 29 mars 1737, mariage Jacques-Nicolas Bellanger, notaire – Élisabeth Françoise Bioche ; notaire Gervais 11 janvier 1738, mariage Guillaume Frion – Marie Anne Boscheron ; XCI 766, 28 septembre 1738, mariage Jacques Antoine Dejean – Gabrielle Marie Thérèse Fauge ; notaire Deruelle, 6 juillet 1740, mariage Louis-François Mettra – Anne Marguerite Ferry ; XIII 249, 20 décembre 1733, mariage Jean Charles Huet – Jeanne Marguerite Messager ; XXXIX 358, 20 août 1738, mariage Pierre Jullie Darlu – Marguerite Claude Émilie Delaisment ; CXVII 752, 11 novembre 1740, mariage Claude Doré – Marie Madeleine Trumeau ; XVIII 564, 29 janvier 1744, mariage Pierre-Joseph Bauvin, payeur des gages des officiers de la chancellerie du Parlement de Besançon – Marie-Angélique Niceron ; XLI 476, 20 octobre 1741, mariage Jean Jérôme Allain – Louise Chauvin ; XXIV 695, 9 février 1744, mariage Louis Pierre, orfèvre, quartinier – Jeanne Louise Gaucherel ; XCVII 303, 31 janvier 1745, mariage Jean Henri II Jeson – Marie Denise Guérard ; LXXXIII 396, 21 novembre 1745, mariage Guillaume Angot, notaire – Claude-Geneviève Delafrenaye ; CXVII 772, 6 novembre 1747, mariage Charles Henry Maximilien Gaucherel – Marie Catherine Trudon ; XLI 505, 10 novembre 1748, mariage Claude-Denis II Cochin – Marie-Anne Henry ; XCVIII 513, 14 février 1751, mariage Robert Gorrant, marchand épicier – Marie Jeanne Gaucherel ; Cxv 724, 21 avril 1759, mariage François Millon, procureur du roi au bureau des finances de la généralité de Paris – Catherine Geneviève Dachery ; XLVIII 114, 7 août 1761, mariage Louis Maupetit, notaire – Louise Émilie Duclos ; XLVIII 207, 3 janvier 1773, mariage Pierre Bernier – Louise Marie Anne Bourliez ; XXVIII 507, 17 mars 1784, mariage Jean Pierre Lenfant, orfèvre joaillier – Jeanne Constance Disnematin ; XXXIV 747, 17 juillet 1785, mariage Bernard Gibert – Marie Adélaide Revil ; notaire Dosfant, 1775, mariage Étienne Gaillard de Saint-Germain (1748-1812), fermier général – Geneviève Rose Vieillard ; Mariage Louis Marie Hutot de la Tour – Marie Barbe Buffault, mentionné par Szramkiewicz R., Les régents et censeurs de la Banque de France nommés sous le consulat et l’Empire, Paris, Minard-Champion, 1974, p. 41.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Tableau II. – Les dots des enfants des notables et des échevins (Paris, XVIIIe siècle). Les apports au mariage des enfants des gardes ou consuls, et des*
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540