Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Deuxième partie. Les pouvoirs municipaux en action : les fonctions

La théorie et la pratique du pouvoir municipal : la police à Nantes pendant les guerres de Religion (1560-1589)

Elizabeth C. Tingle

Texte intégral

  • 1 Édit de François II, janvier 1560 reproduit dans Mellinet C., La commune et la milice de Nantes, 3 (...)
  • 2 Une discussion approfondie de ce sujet peut être trouvée dans Tingle E., « Stability in the Urban (...)

1Dans son édit de janvier 1560, François II donnait trois raisons pour la création d’une nouvelle municipalité à Nantes. Les affaires royales seraient plus efficacement et promptement expédiées ; il était urgent de surveiller plus étroitement les affaires communales, et il y avait eu auparavant un manque de police dans la ville, en ce qui concernait surtout les négociants étrangers et leur commerce1. La nouvelle municipalité contrôlerait de plus près les habitants de la ville et leurs activités. Pendant cinq ans, l’édit ne fut pas appliqué. Différentes juridictions contestèrent les nouveaux pouvoirs de la municipalité, les violences entre catholiques et protestants s’intensifièrent et en 1562, la guerre civile éclata en France. Finalement, en 1565, Charles IX mit de côté toutes les objections et le nouveau conseil municipal fut mis en place. Les pouvoirs réglementaires de ce corps, sa police, devaient se montrer cruciaux dans le maintien de l’ordre et de la stabilité dans la ville pendant les trente années de guerres religieuses qui allaient suivre2.

  • 3 Harding V., The Dead and the Living in Paris and London, 1500-1670, Cambridge, Cambridge Universit (...)
  • 4 Chevalier B., Les Bonnes Villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1982 ; (...)
  • 5 Konnert M., Civic Agendas and Religious Passion : Châlons-sur-Marne during the French Wars of Reli (...)
  • 6 Bernstein H., Between Crown and Community : Poitiers and Civic Culture in Sixteenth-Century Poitie (...)

2Les historiens des villes anglaises ont opposé leur relative stabilité sociale au XVIe siècle à la situation instable des villes françaises. Vanessa Harding, dans de récents travaux sur Londres et Paris, compare le passage paisible au protestantisme de la capitale anglaise à l’expérience plus traumatique des conflits religieux et politiques en France3. Dans une historiographie parallèle, Bernard Chevalier, Fernand Braudel et Robert Descimon ont fait valoir que l’autorité royale sur les villes, accrue sous François Ier et Henri II, s’était affaiblie dans la deuxième moitié du XVIe siècle, résultat des minorités royales, des factions nobles et de la guerre civile, processus qui culmina avec la rébellion de la Ligue catholique4. En même temps, les divisions sectaires et factieuses affaiblirent les administrations urbaines et menèrent au désordre, illustré par les massacres de la Saint-Barthélemy en 1572. Pourtant, pour de nombreuses villes, ce schéma de déloyauté et de rupture pendant les guerres de Religion est en cours de révision. Par exemple, l’étude de Châlons-sur-Marne par Mark Konnert a montré que la communauté était restée relativement stable et solide au cours de cette période, unie par l’idéologie et la responsabilité civique5. De même, le travail d’Hilary Bernstein sur Poitiers souligne le rôle des loyautés et d’une culture urbaine de cohésion, face aux perturbations de la guerre civile6.

3à Nantes, la relative stabilité de la communauté urbaine pendant les années 1560 à 1589 est frappante. Entre 1560 et 1563, il y eut des tensions et des désordres périodiques, provoqués par l’émergence d’une communauté protestante et par la guerre civile qui sévissait dans le royaume. Mais pendant la plupart des guerres de Religion suivantes, Nantes resta solide et stable. Deux caractéristiques marquent alors l’administration de la ville : une fidélité profonde à la Couronne, et une paix relative. Il n’y eut pas de massacre de la Saint-Barthélemy, ni d’autres perturbations majeures avant la rébellion de la Ligue catholique en 1589. On suppose ici qu’il y avait deux raisons principales à cette stabilité. Tout d’abord, après la guerre civile de 1562-1563, il y eut, au niveau national et à celui de la ville, un consensus accru entre les gouvernants et les gouvernés sur le besoin de renforcer l’ordre civil et moral, par un souci du bien commun. Pour ce faire, la Couronne tenta d’accroître son autorité par une série de réformes fondées sur la notion à la fois idéologique et administrative de « police ». En particulier, des efforts furent faits pour renforcer l’autorité des administrations urbaines, en particulier là où l’influence de la Couronne avait été jusqu’ici indirecte ou faible. Deuxièmement, à Nantes même, un regain d’attention fut accordé à l’application pratique de la police. Après 1565, la nouvelle municipalité s’employa à accroître sa propre autorité sur les habitants de la ville par un renforcement de la réglementation du culte protestant et des subsistances, causes principales du mécontentement public,. La Couronne et les élites de la ville voyaient dans une bonne administration et une politique sociale efficace sur le terrain la clé du maintien de l’ordre et de la gouvernance, en réduisant l’incidence des désordres et des violences.

Les définitions de la police

  • 7 Chevalier B., op. cit., p. 219.
  • 8 Durand B., « La notion de police en France du XVIe au XVIIIe siècle », dans Policy im Europa der F (...)
  • 9 Rigaudière A., « Les ordonnances de police en France à la fin du Moyen Âge », dans Policy im Europ (...)
  • 10 De La Mare N., « Préface » de Traité de la Police, 4 t., Paris, Jean et Pierre Cot, 1705, I, p. 3- (...)
  • 11 Ibid., I, p. 3-5.

4Selon Bernard Chevalier, le terme de police a commencé à être utilisé au XIVe siècle pour décrire l’organisation générale de la société et son gouvernement7. L’origine du mot est politia, utilisé par Platon pour se référer au gouvernement général des communautés et à l’intérêt général d’une société. À la fin du Moyen Âge, le terme avait trait au droit public et au gouvernement, et s’appliquait à la direction générale et à l’administration du royaume. Par extension, il en arriva à signifier aussi la réglementation qui permet d’assurer le bien commun à travers le maintien de l’ordre et de la paix, le respect et la protection des biens et l’amélioration des conditions de vie. Ainsi, le terme « police » désigna l’administration au service du roi et du bien commun8. La police pouvait être déléguée aux officiers royaux : en 1476 Louis XI confirma les Bourguignons dans « le gouvernement, la police et l’entretien de ce pays » et quand il accorda un conseil municipal à Sancerre en 1480, il concéda aux magistrats « la police, le contrôle et le gouvernement » de cette ville9. Dans sa définition classique, Nicolas de La Mare fait observer que le bien-être des hommes et des femmes dépend de trois facteurs, l’état de l’âme, la santé du corps et la fortune. La religion et la moralité sont les plus importantes, spécialement le maintien de l’Église et de sa doctrine, et l’observation des sacrements et des fêtes, « car si la religion seule est soutenue, toutes les autres fonctions [...] sont accomplies10 ». La police est également responsable de la protection matérielle des hommes et de la fourniture des biens nécessaires à leur bien-être social. Elle concerne donc « toutes les lois qui régissent la santé, les denrées alimentaires, le vêtement, le logement, les voies publiques, la sécurité et la tranquillité » ainsi que le commerce, l’industrie et les arts mécaniques, comme moyens légitimes d’acquérir la « fortune11 ».

  • 12 Collins J. B., The State in Early Modern France, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 1 (...)
  • 13 Lebret C., Traité de la souveraineté du roi, Paris, 1653, t. IV cité dans Olivier-Martin F., La po (...)
  • 14 Isambert F.-A. (dir.), Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Ré (...)

5La police avait aussi une acception spécifique et locale, et le mot était utilisé pour décrire les coutumes et les lois qui régissaient une communauté. Bien que le roi ait eu le droit de police dans le royaume en général, celle-ci a dû être adaptée aux circonstances locales afin d’administrer les provinces et les communautés particulières. Ainsi, au XVIe siècle la police était également synonyme d’administration municipale, autorité diffuse et diverse, souvent mal définie, qui concernait de nombreux aspects de la vie de la ville12. Jean Bacquet a écrit que la police « contient tout ce qui est nécessaire pour la conservation et l’entretien des habitants et du bien public d’une ville », pendant que Cardin Le Bret en a donné une application plus directe, « les lois et les ordonnances [sont] publiées pour réglementer l’économie de denrées alimentaires, pour empêcher les abus dans le commerce et l’art, prévenir la corruption des mœurs, raccourcir le luxe [et] bannir de la ville les jeux illicites13 ». Dans les ordonnances d’Orléans (1561) et Moulins (1566), le gouvernement royal et ses juristes ont conçu la police comme un mécanisme régulateur général de maintien de l’ordre urbain et de la vie civique. L’ordonnance d’Orléans comprenait des dispositions pour réglementer les façades des rues, contrôler les corporations des métiers, surveiller les voyageurs, ainsi que pour organiser les hôpitaux et les secours aux pauvres ; celle de Moulins réglait l’administration des hôtelleries, la censure des livres imprimés, les confréries et, encore, l’aide aux pauvres14. Cependant, ces questions n’étaient pas l’apanage exclusif de l’autorité royale ; elles étaient une préoccupation commune au roi et à ses sujets. En pratique, elles furent déléguées aux institutions locales.

  • 15 Arch. mun. Nantes, FF 45 Police ; FF 119 Police, Règlements généraux.

6Le contenu des décrets municipaux de Nantes illustre la compréhension par les élites de la ville du concept de police. Avant 1565, ni le conseil des bourgeois, ni par la suite la municipalité n’avaient tenté de définir la notion de police dans leurs ordonnances. Mais une compréhension claire de leur responsabilité en matière d’ordre civique, de sécurité de la ville, de vie spirituelle et matérielle se dégageait des règlements de police. Les deux arrêts publiés en 1533 et 1564 avaient des préoccupations communes. Ils cherchaient à empêcher le blasphème, les jeux de hasard, à veiller à la bonne tenue des dimanches et des fêtes religieuses ; à améliorer le système sanitaire, à garantir les normes et le prix juste du pain, de la viande, du poisson, du vin et d’autres marchandises ; les salaires des ouvriers étaient fixés, et la condition des pauvres était réglementée15. En décembre 1564, la municipalité réorganisée de Nantes prit une délibération établissant les grandes lignes des pouvoirs de police qu’elle s’appropriait dans sa propre juridiction. Ces pouvoirs comprenaient la garde des portes et la supervision de la défense de la ville, le contrôle de tous les comptes des communautés civiles, qu’il s’agisse des paroisses ou des confréries ; le commerce de gros et de détail et la production artisanale étaient réglementés et une attention particulière était portée aux prix des denrées alimentaires et aux poids et mesures. La ville prenait aussi la responsabilité des secours aux pauvres et de la répression des blasphémateurs, des vagabonds et des mendiants.

  • 16 Discussion de C. Seyssel dans Skinner Q., The Foundations of Modern Political Thought, II The Refo (...)
  • 17 Descimon R., « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales, ESC (...)

7Mais l’administration des villes ne reposait pas seulement sur la réglementation et le recours à la loi. Il y avait une importante dimension contractuelle dans la notion générale de police. Au niveau du gouvernement royal, la police était le troisième « frein » constitutionnel de la monarchie selon Claude de Seyssel ; le pouvoir était freiné par « l’autorité de la coutume et en particulier par une conception du bon ordre et de la bonne harmonie qui existent entre toutes les classes d’hommes dans le royaume16 ». Dans l’administration municipale, chaque strate de la société urbaine avait ses privilèges et ses obligations, légales et coutumières, qui devaient être respectés pour maintenir le bon ordre. À Nantes, il n’y avait aucun statut juridique du citoyen, mais les habitants possédaient certains droits, en fonction de leur « qualité ». Tous les chefs de famille jouissaient des exemptions fiscales accordées à la communauté, en particulier en matière d’impôt direct. Certains droits civiques et juridiques – posséder une propriété, passer des contrats, engager des poursuites judiciaires, être membre de corps tels que les corporations – étaient dévolus aux chefs de feux. Certains droits sociaux, assistance aux pauvres, participation à la vie religieuse et culturelle de la communauté, droit d’acheter dans les marchés protégés et de bénéficier de la défense de la ville, étaient la prérogative de tous les habitants. C’était le rôle de l’administration municipale de maintenir ces privilèges et de fournir des mécanismes d’arbitrage lorsque certains individus empiétaient sur les droits d’un autre. En retour, les habitants de la ville avaient des obligations et des devoirs, résumés par le magistrat auvergnat Jean Combes en 1576 : « Un bon citoyen [...] ne doit pas refuser un poste que son lieu de résidence oblige à accepter. sinon [...] il mérite d’être dépouillé de son titre de “citoyen” et privé de tous les privilèges [...] appartenant à sa ville17. » Ainsi, la notion de police était fondée sur la responsabilité communautaire. C’était beaucoup plus qu’une réglementation paternaliste des classes inférieures : plutôt un système de valeurs partagées.

  • 18 Olivier-Martin F., op. cit., p. 15.
  • 19 Thompson E. P., « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past & Prese (...)

8Il y avait aussi un fondement religieux à la gouvernance des villes et à la police. La ville était une communauté morale et spirituelle dont tous les habitants étaient partie prenante. F. Olivier-Martin définit les objectifs de police au cours de cette période comme consistant à « mener les hommes vivant dans la société à la félicité la plus parfaite possible18 ». Le commandement chrétien d’aimer son prochain, de vivre en harmonie fraternelle dans la charité, était vital, et était appliqué à travers les bonnes œuvres. La notion développée par E. P. Thompson d’« économie morale » trouve ici une résonance19, car l’approvisionnement et l’assistance aux pauvres étaient une préoccupation religieuse et politique. Alors que les élites créaient et appliquaient les règlements, le maintien des valeurs de la ville était de la responsabilité de tous les habitants. Dans la ville du XVIe siècle, la gouvernance urbaine et le maintien de l’ordre tenaient autant de la négociation et de l’usage juste de l’autorité que de la répression de la criminalité et de l’application de la loi.

La police de Nantes à la suite des premières guerres de Religion

  • 20 Voir Stegmann A., « Transformations administratives et opinion publique en France (1560-1580) », F (...)

9La période après 1560 atteste d’un réexamen des pouvoirs de police en France, au niveau du royaume et de la ville, résultat des conflits religieux et de la guerre dans le royaume. À Nantes, avant 1560, l’autorité et la police étaient diffuses, divisées entre une variété d’hommes et d’institutions, comme le gouverneur militaire, les officiers de justice royaux et le conseil des bourgeois. Les désordres publics de grande importance n’étaient pas fréquents et étaient provoqués par la détresse économique, comme la famine du début des années 1530. Les structures existantes de l’autorité pouvaient maintenir la stabilité grâce à l’attention réglementaire qu’elles portaient à la résolution des différends et grâce aux conditions socio-économiques de la ville. Mais à partir de 1560, une nouvelle source de conflit urbain apparut à Nantes, comme ailleurs en France. L’émergence du protestantisme, et la réponse de la majorité catholique à cette « hérésie », eurent en pratique un impact profond et immédiat sur la gouvernance urbaine. Même si Nantes ne fut pas aussi durement touchée que d’autres villes, son expérience ne fut pas pour autant heureuse. Les différends entre la majorité catholique et la minorité huguenote eurent un impact corrosif sur l’efficacité des institutions gouvernantes, entraînant l’incertitude parmi les groupes dirigeants de la ville. Les heurts dans les rues n’étaient contenus qu’avec difficulté, et un climat de méfiance et de crainte dans l’avenir s’installa dans la ville comme dans tout le royaume. Finalement le manque de compétence municipale claire en matière de police réduisait l’efficacité de l’action contre l’hérésie. L’expérience des troubles sectaires et de la première guerre civile de 1562-1563 fit que la Couronne comme les élites urbaines du royaume voulurent affirmer leur autorité afin de rétablir l’ordre et la bonne gouvernance dans le royaume. La Couronne s’engagea à renforcer son autorité à travers un programme national de réforme juridique et administrative. Les réformes de l’État avaient déjà été discutées lors des États généraux d’Orléans et de Pontoise en 1560-1561, et le chancelier de l’Hôpital avait utilisé les cahiers qui en avaient résulté pour préparer les ordonnances réformatrices de 156220. L’édit de paix d’Amboise de 1563 entre la Couronne et les huguenots avait également contenu des mesures de police générale. Une réglementation plus précise de la justice et de l’administration devait suivre en 1564 et 1566 dans les édits de Crémieu et Moulins.

  • 21 Arch. mun. Nantes, BB 5, délibérations et assemblées de la municipalité 1565-1567, fol. 1-3.
  • 22 Cassan M., Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publ (...)
  • 23 Voir Robbins K., City on the Ocean Sea. La Rochelle 1530-1650, Leiden, Brill, 1997, p. 62.
  • 24 Hoffman, P., « Early Modern France, 1450-1700 » dans Hoffman P. et Norberg K. (dir.), Fiscal Crise (...)

10À Nantes, les problèmes de 1560-1563 montrèrent l’importance de l’engagement royal dans la gouvernance urbaine pour soutenir les actions de la justice et de l’administration civile, ainsi que la nécessité sur le terrain d’une administration locale forte. La période d’après-guerre vit la Couronne et le conseil des bourgeois travailler ensemble pour renforcer les pouvoirs politiques et administratifs des élites de la ville. En 1564, Charles IX mit de côté toutes les objections locales et publia des lettres confirmant la création d’une municipalité composée d’un maire et de dix échevins réunis dans un bureau de ville exécutif, tandis que les assemblées générales de la ville devraient représenter les corporations et les chefs de famille de la ville21. La création de la nouvelle municipalité faisait partie intégrante d’une politique de coopération entre le roi et les élites locales pour un maintien de l’ordre plus efficace, ce que l’on retrouve dans toute la France, comme le montre Michel Cassan pour le Limousin22. L’autorité royale et urbaine en serait renforcée en même temps. Au lieu de décisions communiquées par toute une gamme d’officiers royaux, il y aurait maintenant des lignes plus directes de communication entre le gouvernement central et la ville, via le maire et les échevins. Les nouvelles institutions liaient aussi plus étroitement les villes à la Couronne, car les bourgeois qui détenaient leur autorité du roi lui seraient plus fidèles23. Philip Hoffman pense que ces mesures faisaient partie d’une stratégie royale : confirmer les privilèges locaux afin d’attacher les provinces à la couronne, tandis qu’Olivier Christin fait valoir que l’intervention royale croissante dans les villes permettait au pouvoir royal de se positionner comme garant de l’intérêt général contre les féodalités et les factions locales et comme arbitre au-dessus des partis et des particularismes24. L’expérience de Nantes suggère que cette plus grande attention aux pratiques de l’administration locale, à la fois de la part de la Couronne et des élites locales travaillant ensemble, fut un élément essentiel du retour du royaume au règne de la loi après la première guerre de Religion.

11L’accent mis sur l’importance accrue de la police de la ville, à la fois réglementation morale et matérielle, a été central dans la création de la nouvelle municipalité de Nantes. Par l’arrêt de décembre 1564, la municipalité s’appropriait une juridiction de police indépendante, très précisément définie. Celle-ci comprenait trois éléments : tout d’abord, la réglementation, c’est-à-dire la création de règles et de lois par les magistrats de la ville ; ensuite une surveillance effective, telle que des visites régulières d’inspection des marchés de la ville et des commerces par les magistrats et les sergents, et troisièmement la répression des infractions et des abus, pour lesquels un nouveau tribunal fut créé. En outre, la nouvelle municipalité délimitait plus clairement les domaines de sa compétence légitime. Par exemple, avant 1565, la surveillance de l’approvisionnement était partagée entre le conseil des bourgeois et le prévôt ; la nouvelle municipalité réclama d’en être désormais seule responsable. De même, l’assistance aux pauvres avait été partagée et disputée avec le chapitre de la cathédrale ; maintenant, le contrôle des pauvres était mis fermement entre les mains de la municipalité.

  • 25 Roberts P., « The most crucial battle of the wars of religion ? The conflict over sites for reform (...)
  • 26 Arch. mun. Nantes, GG 643, Religion réformée.
  • 27 Le Noir P., Histoire ecclésiastique de Bretagne depuis la Réformation jusqu’à l’Édit de Nantes, éd (...)

12L’autorité croissante de la municipalité encouragea la ville à adopter une ligne plus dure à l’égard du culte protestant. Conforter le catholicisme et préserver la culture religieuse de la ville était un principe théorique et pratique fondamental de police. Cela prit la forme d’une lutte entre la ville et la communauté huguenote sur l’exercice de droits légaux qui lui avaient été accordés par l’édit d’Amboise, à propos de la création d’un lieu de culte public dans les faubourgs de Nantes, comme l’a montré Penny Roberts25. En 1564, la congrégation demanda d’utiliser une maison sur le port de La Fosse, à l’extérieur des remparts de la ville. Cela lui fut refusé par le clergé et le conseil, car la propriété se situait dans le fief de l’évêque. En outre, il fut avancé que le protestantisme était odieux au roi d’Espagne et que le commerce avec la péninsule ibérique serait mis en péril par la présence des hérétiques sur le port. Le gouverneur, le duc d’Étampes, proposa alors des emplacements dans les faubourgs de Saint-Clément et de Richebourg. Ce fut également refusé. Finalement le gouverneur permit aux protestants de se réunir dans une maison à Beauregard, dans le Marchix, dans le faubourg nord26. De fait, la position et le nombre de protestants diminuèrent lentement après 1563. Les persécutions et les intimidations se poursuivirent sporadiquement, parfois cautionnées par les autorités de la ville. Les deuxième et troisième guerres religieuses virent l’érosion de la position de la communauté réformée. En 1572, c’était une minorité de plus en plus petite, soumise et impuissante, presque marginale dans la vie municipale, contrainte de pratiquer son culte à La Gâcherie, loin de la ville27. Il n’y eut pas de Saint-Barthélemy à Nantes. À cette époque, la communauté protestante ne constituait pas vraiment une menace, et n’était guère plus qu’un sujet d’irritation occasionnel pour les autorités de la ville.

  • 28 Une bonne description de ce processus au début du XVIIe siècle à Paris se trouve dans Piasenza P., (...)
  • 29 Arch. mun. Nantes, BB 5, fol. 109 ; FF 187, Approvisionnement de la ville, guerres de Religion.
  • 30 Arch. mun. Nantes, HH 148 Police-Boulangers.
  • 31 Statuts de 1570. Arch. mun. Nantes, HH 109 Police-Corporations : Bouchers.

13Cependant, tandis que les tensions religieuses diminuaient à Nantes à la fin des années 1560, la misère sociale et économique augmentait, accompagnée d’un ralentissement de l’économie et exacerbée par la guerre. Le plus gros problème de sécurité urbaine s’était déplacé du conflit religieux à la crise des subsistances. Cela nécessitait de la part de la municipalité une réponse différente, mais tout aussi vigoureuse, afin de maintenir l’ordre et la stabilité. La caractéristique la plus frappante de la nouvelle compétence en matière de police fut en conséquence sa politique sociale active. Tout au long de la période 1565-1589, la nouvelle administration municipale consacra une grande partie de son temps et de son argent à l’approvisionnement de la ville et à l’assistance aux pauvres. Deux exemples le montrent. D’abord, la création de la nouvelle municipalité coïncida en 1567 avec une grave famine et la police de l’approvisionnement fut une préoccupation immédiate. La période 1565-1567 vit la surveillance étroite des ventes de céréales28. En août 1565, la municipalité obtint des lettres du gouverneur interdisant les exportations. Les négociants en grains et les boulangers furent condamnés à approvisionner la ville en réserves suffisantes et à vendre les blés aux habitants à un prix fixé. On les menaça de punitions corporelles et d’une amende de 500 livres, s’ils n’obéissaient pas. Au début du printemps de 1566, les greniers furent visités afin d’évaluer les réserves ; les ventes privées furent interdites et les habitants reçurent l’autorisation de saisir les grains qui avaient été illicitement vendus. La municipalité poursuivit publiquement l’échevin Jean Picaud, qui fut condamné à une amende de 60 livres pour n’avoir pas apporté tout son grain pour le mettre sur le marché et pour avoir vendu 150 setiers de seigle aux marchands de la Loire supérieure. En mai, la municipalité contracta un emprunt de 10 000 livres pour acheter des céréales en Basse-Bretagne, afin de les vendre au public à un « prix raisonnable29 ». À la même époque, la surveillance de la fabrication du pain fut accrue, centrée sur les boulangers de la ville30. Jusqu’à la fin des années 1560, la boulangerie était un métier libre, bien que réglementé par les autorités urbaines. Avec la nouvelle autorité de police, le cadre institutionnel du contrôle de la boulangerie se renforça. En mars 1567, les boulangers furent regroupés en une corporation. Il en fut de même pour les bouchers31. Pour ces métiers essentiels, l’autorité de police était donc déléguée aux officiers et aux maîtres des corporations de métiers, en leur donnant des responsabilités légales pour ce qui concernait la qualité de leurs produits. La police devait être rendue plus efficace par une répartition plus large des pouvoirs, même si la municipalité gardait le contrôle général des ressources alimentaires. L’attention soutenue accordée à l’approvisionnement s’avéra efficace. En mai et juin 1566, la municipalité craignit qu’une « sédition » n’éclatât parmi les habitants affamés et pauvres de la ville, mais cela ne se produisit pas. Les guerres de 1567-1570 virent peu d’émotions populaires dans la ville.

  • 32 Mellinet C., La commune et la milice de Nantes, 3 t., Nantes, C. Mellinet, 1836-1844, III, p. 230- (...)
  • 33 Arch. mun. Nantes, GG 702 Hôtel-Dieu., Administration des revenus.
  • 34 Arch. mun. Nantes, GG 701 Hôtel-Dieu, Administration des revenus.

14La création de la nouvelle municipalité précipita également la réforme de l’administration de l’assistance aux pauvres. Il y avait deux problèmes fondamentaux avant 1565 : il était difficile de trouver des administrateurs laïques pour l’hôtel-Dieu, parce que le contrôle de l’hôpital était une charge onéreuse, et il y avait un manque perpétuel de ressources financières. Après 1565, la municipalité prit elle-même la responsabilité principale de collecter des fonds et de distribuer les secours aux pauvres. En octobre 1568, un bureau des pauvres fut créé, avec trois gouverneurs des pauvres élus chaque année. Le bureau se réunissait chaque semaine pour surveiller et coordonner toutes les institutions de secours de la ville, y compris au niveau de la paroisse. L’aumône devait être centralisée. Dans chaque paroisse, un receveur était nommé pour solliciter les chefs de famille et encourager les riches à faire des dons réguliers, et des troncs pour les pauvres étaient placés dans chaque église et chaque taverne de la ville. L’aumône en nature, même la nourriture, devait être attribuée aux hôpitaux ou aux indigents domiciliés dans la paroisse. La mendicité était interdite. Les indigents devaient demander les aides aux gouverneurs. Les allocations étaient distribuées le dimanches dans les églises paroissiales et, en retour, les pauvres portaient des insignes sur leurs vêtements32. Des efforts furent également faits pour améliorer l’administration de l’hôtel-Dieu. La nouvelle municipalité était plus stricte dans ses relations avec les administrateurs laïcs. Leurs tentatives d’échapper au service avaient moins de succès qu’avant. Par exemple, en 1578, Jean Collet, portier de la porte de la Poissonnerie, refusa son élection au prétexte de son âge et de sa fonction. À la place, il offrait 100 sous de rente annuelle pour les pauvres, ce qui fut refusé. On demanda au sénéchal de contraindre Collet à prendre la charge33. La municipalité essaya aussi de résoudre les problèmes financiers des administrateurs. En décembre 1569, André Rouxeau et Jehan Érauld reçurent 1 000 livres de provision pour les pauvres, à charge pour eux d’en lever la même quantité et de les transmettre à leurs successeurs à la fin de leur mandat34. Cette rationalisation et cette sécularisation des secours aux pauvres s’inspiraient des changements dans de grandes villes comme Paris et Lyon.

  • 35 Ferguson D. T., « The Body, the Corporate Idiom, and the Police of the Unincorporated Worker in Ea (...)
  • 36 Garrioch, D., « The People of Paris and their Police in the Eighteenth Century : Reflections on th (...)

15Au milieu du siècle, par conséquent, il est clair que la Couronne s’est attachée à promouvoir l’ordre par une répartition plus large de l’autorité et des responsabilités dans les centres urbains. À son tour, l’autorité municipale s’est renforcée grâce à la répartition des pouvoirs de police entre des secteurs plus larges de la population urbaine. Par exemple, après 1569, les officiers de la paroisse ont joué un rôle accru dans l’identification, l’enregistrement, la supervision et le soulagement des pauvres domiciliés dans leur communauté. L’administration quotidienne des hôpitaux de la ville a été mise en grande partie aux mains de la classe intermédiaire. De même, la police de la boulangerie et de la boucherie a été dévolue aux maîtres eux-mêmes. En échange d’un plus grand contrôle de leur commerce, ils ont gagné une responsabilité plus importante pour assurer son bon fonctionnement, dont ils devaient rendre compte à la municipalité. Comme Dean Ferguson l’a fait valoir, les artisans eux-mêmes ont acquis une identité légale en se soumettant à une telle réglementation35. Le résultat d’une plus large diffusion de l’autorité parmi les habitants de Nantes a été une plus grande intégration de ces groupes dans la gouvernance civique. Un grand nombre des habitants ordinaires ont eu l’expérience de l’autorité pratique. Ils ont ainsi obtenu une forte participation dans le maintien de l’ordre, de la stabilité et de la hiérarchie dans la ville36.

Les problèmes des années 1580

16Les difficultés des années 1560 surmontées, à partir de 1580, la ville a été frappée par une série de famines, d’épidémies et d’interruption du commerce qui ruina presque son économie. Des désastres naturels dus à la pluie et au froid et le poids des maladies ont été exacerbés par la guerre sur les marches de la Bretagne et du Poitou. En outre, à partir du milieu des années 1580, les relations avec le roi Henri III se sont tendues et cette situation, combinée à la crise de succession avec Henri de Navarre, a conduit à la montée d’une Ligue catholique. Mais malgré ces graves problèmes économiques et politiques, à Nantes dans les années 1580, il n’y a pas eu d’émeutes ou de troubles enregistrés. La raison en est encore la politique active de la ville en matière de police. Les problèmes graves de cette décennie ont forcé la municipalité à de nouvelles mesures interventionnistes en matière de politique sociale, qui furent essentielles pour maintenir l’ordre et la paix.

17Un exemple : la récolte de 1579 avait été maigre et le printemps suivant vit une pénurie de grains, exacerbée par de graves inondations de la Loire.

  • 37 Arch. mun. Nantes, GG 744, Assistance aux pauvres 1580-1588.
  • 38 Ibid.
  • 39 Arch. mun. Nantes, GG 743, Assistance aux pauvres 1580-1588.

18Au début de 1580, les pauvres de la campagne environnante affluèrent en ville pour y trouver assistance. Le 27 janvier une assemblée générale eut lieu pour « trouver la méthode la plus utile pour nourrir les pauvres qui viennent en si grande abondance dans cette ville37 ». On demanda aux seigneurs, aux marchands et aux paysans aisés des paroisses avoisinantes de nourrir leurs propres pauvres. Les indigents qui avaient envahi Nantes devaient être renvoyés dans leurs paroisses de résidence. Mais la répression ne fonctionna pas. La ville vota une somme de 1 000 livres par mois pendant trois mois pour acheter des céréales et pour ouvrir des chantiers publics afin d’employer les mendiants valides38. En mai, au plus fort de la disette, on décida d’acheter 600 setiers de grain qu’on demanda aux prêtres de distribuer chaque semaine parmi les pauvres des trente-deux paroisses qui se trouvaient dans les trois lieues autour de la ville, afin de maintenir ceux-ci à la maison. À Nantes même, un rôle des pauvres fut établi pour faciliter une distribution efficace des aumônes ; du pain était distribué trois fois par semaine, aux portes de la ville39. Cet effort massif empêcha des troubles de l’ordre à Nantes.

  • 40 Arch. mun. Nantes, GG 744.
  • 41 Kaiser W., Marseille au temps des troubles 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, P (...)

19Les mesures prises par la municipalité de 1583 à 1587 reprirent le schéma de 1580. De mai au début juillet, la municipalité empruntait de l’argent, elle cherchait des céréales à acheter, et elle approvisionnait les alentours jusqu’à la récolte suivante, en organisant des distributions de denrées dans les cinquante paroisses environnantes. Les hôpitaux de Nantes acceptaient beaucoup plus de personnes malades : en 1584, le conseil municipal attribua jusqu’à 1 000 livres par mois à l’hôtel-Dieu et en 1586, il paya les factures des bouchers et des boulangers, pour éviter une rupture d’approvisionnement. En outre, la municipalité se tourna vers des programmes de travaux publics pour les indigents valides, afin d’éviter l’embarras « de centaines de personnes affamées et inoccupées sur les rues de la ville », et de « leur donner des moyens pour vivre40 ». Cet effort massif a permis le maintien de l’ordre à Nantes. Il y a des exemples similaires dans d’autres villes, mais l’ampleur de l’intervention en dehors des murs de la ville est particulière à Nantes. À Marseille, par exemple, les aides ont été limitées aux indigents dans les limites de la ville. De plus, la charité privée y a été plus marquée, les confréries et les ordres religieux jouant un rôle important dans les efforts de secours, ce qui révèle peut-être un plus grand nombre d’individus riches dans cette ville41. Mais il est clair que, dans toutes les villes, le rôle de l’administration municipale a été primordial.

  • 42 Cité dans Croix A., La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie-la mort-la foi, 2 t., Paris, Mal (...)
  • 43 Fardet M., « L’assistance aux pauvres à Nantes à la fin du XVIe siècle (1582-1598) », Paris, Actes (...)
  • 44 Croix A., op. cit., I, 739.
  • 45 Arch. mun. Nantes, GG 744.

20Mais le financement des secours à grande échelle était problématique. On organisa des collectes volontaires, mais elles n’étaient jamais suffisantes pour couvrir les dépenses. En 1584, par exemple, beaucoup de Nantais riches refusèrent de donner, « fermant leurs bourses et ouvrant ainsi la porte à la contagion42 ». Invariablement, la municipalité était contrainte d’emprunter et de taxer les habitants, y compris les groupes privilégiés. En 1583, on demanda au roi de confirmer des emprunts contractés sur les revenus des ponts de la ville43. En 1584, un arrêt fut obtenu du parlement de Rennes permettant l’imposition des plus riches habitants de la ville44. En mars 1586, une quête dans les paroisses ne procura que 291 écus et en mai un nouvel impôt fut levé, qui produisit 2 807 écus. Ceci était encore insuffisant, et la municipalité emprunta 100 écus à chacun des huit plus riches de ses citoyens. Pour les rembourser, un recours fut fait devant le Parlement. Un arrêt du 16 septembre donna alors à la ville la permission de lever 800 écus, selon la richesse des ménages et sans tenir compte des privilèges45.

  • 46 Duplessis R., Lille and the Dutch Revolt. Urban Stability in an era of Revolution 1500-1582, Cambr (...)

21Ainsi, pour endiguer le désordre, la municipalité avait pris des mesures qui étaient de plus en plus réglementaires et disciplinaires. Les efforts pour alléger les effets de la faim et de la pauvreté « avaient atténué le type de colère qui est dirigé contre les élites insensibles et aidé à neutraliser une menace potentielle pour la stabilité46 ». Cependant l’action municipale dans les domaines de l’approvisionnement et de l’assistance n’était pas simplement le geste d’une élite intéressée ; elle résultait et se nourrissait des valeurs partagées de la charité chrétienne et de la responsabilité civique. L’importance de la moralité et de la religion ne doit pas être perdue de vue.

  • 47 Ibid., p. 201.
  • 48 Norberg K., Rich and Poor in Grenoble 1600-1814, Berkeley, University of California Press, 1985, p (...)

22Les observations de Robert Duplessis sur Lille sont utiles pour Nantes. La police municipale et les mécanismes d’assistance « ont diminué l’influence déstabilisatrice soit d’une structure de classe polarisée, soit de griefs matériels insolubles », la municipalité dominant les institutions de bienfaisance et intervenant fréquemment dans l’économie de la ville. Donc, les intérêts économiques des artisans et des manouvriers ont été formés et contrôlés par l’élite politique47. La charité impose aussi des devoirs à ses bénéficiaires. Kathryn Norberg montre pour Grenoble que les indigents étaient obligés de devenir de bons citoyens et de bons chrétiens, diligents, moraux, sobres, de fréquenter l’église et de se confesser régulièrement48. La stabilité était donc ainsi renforcée dans la ville au début des Temps modernes.

23Il était important aussi d’encourager le sens d’une justice sociale et d’une responsabilité communautaire face à l’adversité. Pendant les années de disette de 1583-1587, la municipalité montra que les élites, autant que les pauvres et vagabonds, seraient soumises à la contrainte et à la discipline pour le bien commun, en faisant appel aux tribunaux royaux. Le conseil municipal taxa les privilégiés et utilisa les tribunaux de la sénéchaussée et du parlement pour faire appliquer sa politique. Le châtiment public infligé à ceux qui négligeaient leur responsabilité civique était un geste important, même si ce fut un succès limité.

  • 49 Duplessis R. S. et Howell M. C., « Reconsidering the Early Modern Urban Economy : The Cases of Lei (...)

24Robert Duplessis et Martha Howell ont fait valoir que la politique des oligarchies souscrivait à une éthique qui jugeait des questions par leurs effets sur toute la république, indépendamment même des intérêts de la classe dominante, où les restrictions apportées aux ambitions de certains individus étaient justifiées en fonction des avantages apportés à la majorité de la communauté49. La légitimité de l’autorité municipale est venue du souci qu’elle montra du bien-être de toutes les personnes qui étaient confiées à son administration.

Conclusion

25L’attaque de la Ligue contre Henri III en avril 1589 s’est produite dans un contexte de paupérisation, de famine, de maladie et de guerre, de plus en plus attribué aux difficultés religieuses et administratives du gouvernement royal. Mais trop facilement, l’autorité des derniers rois Valois a été perçue comme faible et en déclin pendant les guerres de Religion, permettant ainsi aux villes autrefois indépendantes de reprendre l’initiative politique, en allant même jusqu’à la rébellion. Pour des villes telles que Nantes, ce ne fut pas le cas. Il est vrai que l’autorité royale fut secouée par les guerres. Mais on prenait des mesures actives, tant à la Cour que dans les villes, pour soutenir l’autorité à tous les niveaux, car la bonne gouvernance était perçue comme le résultat de la coopération de tous les pouvoirs, centraux et provinciaux. Des liens étroits avec le gouvernement royal renforçaient l’autorité des élites nationales et régionales, et étaient dans l’intérêt des deux parties. L’adhésion à la Ligue catholique de beaucoup de villes moyennes est venue tard, en dernier recours. La loyauté était un aspect important de leur relation avec la Couronne durant la majeure partie des guerres de Religion.

26L’accent mis à Nantes sur la bonne justice, l’administration et la police dans la ville par des élites locales travaillant en coopération avec la Couronne, a abouti à une communauté harmonieuse et stable, malgré des difficultés économiques et des conflits militaires et religieux. Une des raisons de cette réussite a été la petite taille de la communauté protestante et sa marginalisation au cours des années 1560. De plus, le catholicisme majoritaire de Nantes a été une force pour l’ordre, en ce que la population calviniste a été poussée – physiquement et politiquement – sur les bords de la communauté urbaine. Mais l’ordre est aussi venu des mesures positives prises par les élites de la ville pour réduire les causes de revendications matérielles de la majorité catholique de la population. Bien sûr, l’administration de villes agissait déjà ainsi plus tôt au XVIe siècle, mais la période postérieure à 1565 a vu l’importance accrue de sa politique sociale et économique. En particulier dans les années 1580, un vrai effort a été fait pour galvaniser la communauté urbaine vers une action commune, dans l’intérêt de tous ses habitants. L’accent mis sur l’intérêt général par la police des affaires religieuses, sociales et économiques a accru l’ordre et la stabilité à Nantes.

DÉBATS

27Robert Descimon – Il me semble que vous avez développé, d’une certaine façon, l’idée qu’une multiplication des formes de pouvoir était un facteur d’apaisement à l’intérieur des entités urbaines. Pouvez-vous développer cette idée, qui n’est, me semble-t-il, pas extrêmement partagée au sein des ministères et du Conseil du roi, tout du moins à partir des années 1630 ?

28Elizabeth Tingle – Il existe toujours une différence entre le pouvoir formel et le pouvoir informel. Pour trouver des solutions aux problèmes sur le terrain, il faut souvent passer par le pouvoir informel. Le pouvoir informel pose également la question des finances, à laquelle il est lié : comment peut-on lever des impôts en période de guerre, en période de paupérisme ? Pour taxer, il faut toujours disposer d’une partie du pouvoir. Il existe peu de corporations de métiers en Bretagne, à Nantes et à Rennes au XVIe siècle. Donc pour répartir, pour taxer, pour contrôler aussi, il faut posséder un peu de pouvoir. De même pour l’assistance, le problème du financement se pose. Comment peut-on en trouver et bien régler et surveiller ce qui se passe ? Les deux aspects sont également liés à la question du pouvoir informel.

29Michael Breen – Combien de protestants y avait-il à Nantes ? Quelle part de la population représentaient-ils ? L’exemple de Nantes me fait penser à celui de Dijon, qui ne connut pas non plus le massacre de la Saint-Barthélemy. D’après les recherches de Mack Holt, cela était dû au fait qu’il n’y avait pas beaucoup de protestants à « massacrer » à Dijon, car les confréries et la culture populaire des vignerons avaient empêché la formation d’une Église protestante.

30Elizabeth Tingle – En 1562, à Nantes, les protestants devaient représenter environ 7 % de la population. Pendant les années suivantes, le nombre de protestants va beaucoup baisser. Donc en 1572, il y a assez peu de protestants. Ce n’est pas une communauté nombreuse.

31Michael Breen – Est-ce que ceci était dû à l’action de la municipalité qui en empêchait l’essor ?

32Elizabeth Tingle – Beaucoup de protestants ont quitté la ville de Nantes. Ils sont partis à La Rochelle, en Angleterre, dans les îles de la Manche, etc. On observe des abjurations, des pressions municipales... Il est difficile de vivre dans une ville catholique en tant que protestant. Beaucoup de raisons expliquent donc la baisse de leur nombre.

33James Collins – Il est vrai qu’à Nantes nous observons peu de tolérance envers les protestants, mais on constate, en revanche, dans les années 1590, une augmentation importante de la communauté juive. Dans ces années, de soi-disant Portugais, marchands, médecins, professeurs à l’école de médecine, sont en réalité des juifs. Pourquoi une telle tolérance vis à vis d’eux à Nantes pendant la période de la Ligue ?

34Elizabeth Tingle – Les Portugais sont arrivés après 1580-1590. Il existe une communauté hispanique, déjà ancienne, majoritairement espagnole mais aussi portugaise, à Nantes. La prolifération des juifs s’entend essentiellement ici de juifs conversos. Je ne sais pas si certains de ces « Portugais » ont alors pratiqué un judaïsme caché, mais un peu plus tard pendant des années 1630, auront lieu à Nantes des émeutes contre les Portugais. Les nouveaux arrivants semblent d’abord avoir été tolérés, mais avec le temps la tolérance a disparu.

35James Collins – Il existait un groupe de quelques dizaines de juifs que nous découvrons dans les archives de la chambre des comptes à cette époque, ainsi que dans les rôles d’impôt des années 1590 surtout dans la paroisse Saint-Nicolas. Il existe toute une communauté de marchands, de quelques apothicaires, de médecins. Ce phénomène est intéressant car évidemment il est à mettre en lien avec les rapports commerciaux avec Burgos et l’existence de la Contractation de Nantes. Leur situation n’est pas évidente, dans la mesure où toute pratique non catholique était légalement interdite. Toutefois, il était notoire que les soi-disant Portugais étaient des juifs.

36Non identifié – Je ne sais pas si vous pouvez m’expliquer ce qui s’est passé à Dinan, en Bretagne. Les éléments dont je dispose permettent de constater que les protestants étaient plutôt en dehors de la ville puisqu’ils étaient à Plouer-sur-Rance, par exemple. Or le duc de Mercœur installe la Ligue catholique à Dinan et il fait même déplacer le présidial de Rennes à Dinan. C’est un coup d’État politique... Il existait déjà une communauté de ville à Dinan. À la fin des guerres de Religion, les bourgeois qui représentaient cette communauté se sont organisés militairement pour bouter hors de la ville la garnison du duc de Mercœur et pour cela, ils seront remerciés par Henri IV au moment de la paix. Je crois qu’il s’en est suivi des avantages, tels qu’une mairie et des échevins. Avez-vous une explication sur la position politique qu’adopte la bourgeoisie municipale dans ce conflit ?

37Elizabeth Tingle – Par-delà le cas du duc de Mercœur, les bourgeois n’aiment généralement pas payer des taxes pour entretenir les soldats. Avoir des soldats dans la ville est un désastre. Ils volent dans les maisons des habitants, ils boivent trop et sèment le désordre. Il est donc souhaitable de les rejeter en dehors des murs. La même chose a été faite à Nantes.

38Philippe Hamon – Lorsque les habitants cessent d’obéir au duc de Mercœur, en janvier 1598, nous sommes à la veille des négociations entre Mercœur et la monarchie française. Les Malouins qui sont rentrés dans la fidélité au roi depuis déjà quatre ans se sont beaucoup mobilisés pour obtenir des Dinannais, dans un contexte très tardif, qu’ils expulsent la garnison de Mercœur. Dans beaucoup d’autres villes de France, une initiative est partie de l’intérieur pour se rallier à Henri IV, désormais admis comme roi de France. Les Dinannais représentent la dernière communauté du royaume à l’avoir eue, puisque les Nantais n’ont pas eu la même initiative à ce moment là. Quant au présidial que les Dinannais ont vivement désiré, ils ne l’ont pas gardé. S’ils ont bien bénéficié de privilèges municipaux, les institutions monarchiques qu’ils convoitaient – le présidial d’un côté et un hôtel des monnaies de l’autre – ne sont pas restées à Dinan après 1598.

Notes

1 Édit de François II, janvier 1560 reproduit dans Mellinet C., La commune et la milice de Nantes, 3 vol., Nantes, C. Mellinet, 1836-1844, III, p. 153-54.

2 Une discussion approfondie de ce sujet peut être trouvée dans Tingle E., « Stability in the Urban Community in a Time of War : Police, Protestantism and Poor Relief in Nantes during the French Wars of Religion, 1562-1589 », European History Quarterly, 36, 2006, p. 521-547 et Tingle E., Authority and Society in Nantes during the French Wars of Religion 1558-1598, Manchester, Manchester University Press, 2006, chap. 2.

3 Harding V., The Dead and the Living in Paris and London, 1500-1670, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 4.

4 Chevalier B., Les Bonnes Villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1982 ; Descimon R., Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la ligue parisienne (1585-1594), Paris, Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île de France, 1983.

5 Konnert M., Civic Agendas and Religious Passion : Châlons-sur-Marne during the French Wars of Religion 1560-1594, Kirksville MO, Sixteenth Century Journal Publishers, 1997, p. 387-405.

6 Bernstein H., Between Crown and Community : Poitiers and Civic Culture in Sixteenth-Century Poitiers, Ithaca, Cornell University Press, 2004.

7 Chevalier B., op. cit., p. 219.

8 Durand B., « La notion de police en France du XVIe au XVIIIe siècle », dans Policy im Europa der Frühen Neuzeit, Frankfurt am Main, Klostermann, 1996, p. 170-71.

9 Rigaudière A., « Les ordonnances de police en France à la fin du Moyen Âge », dans Policy im Europa der Frühen Neuzeit, Frankfurt am Main, Klostermann, 1996, p. 104.

10 De La Mare N., « Préface » de Traité de la Police, 4 t., Paris, Jean et Pierre Cot, 1705, I, p. 3-5.

11 Ibid., I, p. 3-5.

12 Collins J. B., The State in Early Modern France, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 184.

13 Lebret C., Traité de la souveraineté du roi, Paris, 1653, t. IV cité dans Olivier-Martin F., La police économique de l’Ancien Régime, thèse de droit 1944-1945 ; réimprimé à Paris, Loysel, 1988, p. 15.

14 Isambert F.-A. (dir.), Recueil général des anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, t. 14, Paris, 1829, p. 81, 88, 208-209.

15 Arch. mun. Nantes, FF 45 Police ; FF 119 Police, Règlements généraux.

16 Discussion de C. Seyssel dans Skinner Q., The Foundations of Modern Political Thought, II The Reformation, Cambridge, Cambridge University Press, 1978, p. 261 ; Eichel-Lojkine P. (dir.), Claude de Seyssel (c. 1450-1520). Écrire l’histoire, penser le politique en France, à l’aube des temps modernes, Rennes, PUR, 2010.

17 Descimon R., « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales, ESC, 48, 1993, p. 888-889.

18 Olivier-Martin F., op. cit., p. 15.

19 Thompson E. P., « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past & Present, no 50, 1971 réédité dans Thompson E. P., Customs in Common, London, Merlin Press, 1991, p. 188 ; Fassin D., « Les économies morales revisitées », Annales HSS, novembre-décembre 2009, no 6, p. 1237-1266.

20 Voir Stegmann A., « Transformations administratives et opinion publique en France (1560-1580) », Francia, 9, 1980, p. 596, 606.

21 Arch. mun. Nantes, BB 5, délibérations et assemblées de la municipalité 1565-1567, fol. 1-3.

22 Cassan M., Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 201 et suiv.

23 Voir Robbins K., City on the Ocean Sea. La Rochelle 1530-1650, Leiden, Brill, 1997, p. 62.

24 Hoffman, P., « Early Modern France, 1450-1700 » dans Hoffman P. et Norberg K. (dir.), Fiscal Crises, Liberty and Representative Government 1450-1789, Stanford, Stanford University Press, 1994, p. 241 ; Christin O., « From repression to pacification. French royal policy in the face of Protestantism » dans Benedict P., Marnef G., Van Nierop H. et Venard M. (dir.), Reformation, Revolt and Civil War in France and the Netherlands 1555-1585, Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences, 1999, p. 201-214.

25 Roberts P., « The most crucial battle of the wars of religion ? The conflict over sites for reformed worship in sixteenth-century France », Archiv für Reformationgeschichte, 89, 1998, p. 247-66.

26 Arch. mun. Nantes, GG 643, Religion réformée.

27 Le Noir P., Histoire ecclésiastique de Bretagne depuis la Réformation jusqu’à l’Édit de Nantes, éd. par B. Vaurigaud, Nantes, 1851, p. 169.

28 Une bonne description de ce processus au début du XVIIe siècle à Paris se trouve dans Piasenza P., « Juges, lieutenants de police et bourgeois à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales ESC, 45, 1990, p. 1191-1194.

29 Arch. mun. Nantes, BB 5, fol. 109 ; FF 187, Approvisionnement de la ville, guerres de Religion.

30 Arch. mun. Nantes, HH 148 Police-Boulangers.

31 Statuts de 1570. Arch. mun. Nantes, HH 109 Police-Corporations : Bouchers.

32 Mellinet C., La commune et la milice de Nantes, 3 t., Nantes, C. Mellinet, 1836-1844, III, p. 230-231.

33 Arch. mun. Nantes, GG 702 Hôtel-Dieu., Administration des revenus.

34 Arch. mun. Nantes, GG 701 Hôtel-Dieu, Administration des revenus.

35 Ferguson D. T., « The Body, the Corporate Idiom, and the Police of the Unincorporated Worker in Early Modern Lyons », French Historical Studies, 23, 2000, p. 575.

36 Garrioch, D., « The People of Paris and their Police in the Eighteenth Century : Reflections on the Introduction of a Modern Police Force », European History Quarterly, 24, 1994, p. 527.

37 Arch. mun. Nantes, GG 744, Assistance aux pauvres 1580-1588.

38 Ibid.

39 Arch. mun. Nantes, GG 743, Assistance aux pauvres 1580-1588.

40 Arch. mun. Nantes, GG 744.

41 Kaiser W., Marseille au temps des troubles 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, Paris, EHESS, 1992, p. 278.

42 Cité dans Croix A., La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie-la mort-la foi, 2 t., Paris, Maloine, 1981, I, p. 722.

43 Fardet M., « L’assistance aux pauvres à Nantes à la fin du XVIe siècle (1582-1598) », Paris, Actes du 97e Congrès national des sociétés savantes, Nantes 1972, Section philologie et histoire, 1973, p. 416.

44 Croix A., op. cit., I, 739.

45 Arch. mun. Nantes, GG 744.

46 Duplessis R., Lille and the Dutch Revolt. Urban Stability in an era of Revolution 1500-1582, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 309.

47 Ibid., p. 201.

48 Norberg K., Rich and Poor in Grenoble 1600-1814, Berkeley, University of California Press, 1985, p. 27-64.

49 Duplessis R. S. et Howell M. C., « Reconsidering the Early Modern Urban Economy : The Cases of Leiden and Lille », Past & Present, 94 (1982), p. 80.

Auteur

Université de Plymouth (Royaume-Uni).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540