Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Première partie. Les pouvoirs municipaux en action : les fonctionnements

Entrer dans la politique municipale : les enjeux des factions dans les entrées dijonnaises de Louis II de Bourbon (1648) et Bernard de Foix de la Valette (1656)

Michael P. Breen

Texte intégral

Je remercie Luc Monin et Catherine Witt pour leur aide dans la préparation de ce texte.

  • 1 Je remercie Luc Monin et Catherine Witt pour leur aide dans la préparation de ce texte.
  • 2 Entrées et réjouissances dans la ville de Dijon, Dijon, Darantiere, 1885.
  • 3 Bryant L., The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony : Politics, Ritual, and Art (...)
  • 4 Malpoy P., Entrée de très haut et très puissant prince Henry de Bourbon, prince de Condé... Gouver (...)

1Le1 8 mai 1656, Bernard de Foix de la Valette, duc d’Épernon, gouverneur de Bourgogne, faisait son entrée solennelle à Dijon. Il était venu assister à l’ouverture des États de Bourgogne et la municipalité voulait lui rendre à cette occasion les mêmes honneurs qu’à ses prédécesseurs, Henri II et Louis II de Bourbon, princes de Condé, en 1632 et 1648. Comme beaucoup d’autres villes françaises, Dijon organisait des entrées solennelles en l’honneur de ses nouveaux gouverneurs, et ceci au moins depuis le XVIe siècle2. Pourtant, par rapport aux entrées parisiennes, rouennaises, ou lyonnaises3, bien étudiées par les historiens, les entrées dijonnaises ont longtemps eu un caractère relativement modeste et restent donc mal connues, même si les entrées des nouveaux gouverneurs occupaient une place importante dans la vie cérémonielle de la ville jusqu’au milieu du XVIIe siècle4.

  • 5 Bryant L., op. cit., 17-18, 208-218 ; Mcgowan M., « The Renaissance Triumph and its Classical Heri (...)
  • 6 Wagner M.-F., « De la ville de province en paroles et en musique à la ville silencieuse, ou la dis (...)

2La recherche s’est depuis longtemps intéressée aux entrées royales et princières. On a bien montré comment la « joyeuse entrée » du Moyen Âge se transformait sous l’influence classique et reflétait les nouvelles conceptions de la puissance royale. D’une « mise en scène » du corps politique dans la société urbaine, où la ville et le roi affichaient leurs devoirs réciproques, on passe dans la seconde moitie du XVIe siècle à une représentation solennelle qui rappelle les triomphes à la Romaine5. Comme Marie-France Wagner l’a récemment souligné, vers la fin du XVIe siècle, les villes ont eu tendance à s’effacer tandis que les entrées prenaient de plus en plus les allures extravagantes de la culture de la cour. La ville et ses réalisations étaient donc marginalisées pour mieux célébrer la gloire et les vertus singulières du roi ou du prince entrant6.

  • 7 Breen M., Law, City and King : Legal Culture, Municipal Politics, and State Formation in Early Mod (...)

3L’entrée d’Épernon en ce sens est tout à fait typique. Néanmoins, on aurait tort de la séparer du contexte politique dans lequel elle était organisée. Derrière les personnages antiques, la rhétorique et les symboles qui célèbrent les principes de la monarchie absolue, on trouve des conflits et des enjeux politiques de nature locale. Quoique n’étant pas au premier plan, la ville et la Mairie de Dijon restent bien présentes dans l’entrée d’Épernon, comme huit ans plus tôt lors de l’entrée du Grand Condé en mars 1648. La ville et surtout les échevins responsables du programme des entrées et des ouvrages de commémoration tendent à utiliser la rhétorique et les symboles de la monarchie absolue, en les appliquant à des fins plus locales. En effet, l’analyse de ces deux entrées montre comment les notables dijonnais, et surtout les partis qui s’étaient formés en son sein au moment de la Fronde, ont utilisé la cérémonie des entrées princières pour légitimer leur autorité ainsi que celle du gouverneur. C’est particulièrement apparent en 1656 où les échevins qui ont obtenu leurs charges d’une manière un peu discutable ont cherché à convaincre leurs concitoyens des bénéfices de l’arrivée du nouveau gouverneur, quand bien même celui-ci n’avait ni la position ni la réputation de ses prédécesseurs7.

  • 8 Bibl. mun. Dijon, ms. 1011, fol. 62 v°.
  • 9 Millotet M.-A., Mémoire des choses qui se sont passées en Bourgogne depuis 1650 à 1668, Muteau C. (...)
  • 10 Ibid., 194.
  • 11 « Extraits des registres des délibérations de la chambre de ville de Dijon », Anecdotes du parleme (...)
  • 12 Arch. mun. Dijon, B 294, fol. 147-147 v° et fol. 135-136 ; B 295, fol. 203 et 207-207 v°.

4Il semble que l’entrée d’Épernon ait été assez impressionnante. Le procureur Pierre Genreau, qui pourtant n’était pas partisan du duc, a qualifié la cérémonie de très belle8. On sait pourtant qu’elle a failli ne jamais avoir lieu. En 1656, Épernon était gouverneur depuis presque cinq ans et il avait déjà visité Dijon plusieurs fois. Après la défaite des troupes condéennes à Bellegarde en 1651, Épernon, selon l’un de ses fidèles, avait été accueilli d’une manière triomphale à Dijon : la ville avait dressé un feu de joie et un Te Deum avait été chanté à la Sainte-Chapelle9. Les tentatives pour organiser une entrée en son honneur échouèrent pourtant. Le premier président Jean Bouchu, fidèle du Grand Condé, soutenait qu’Épernon ne méritait pas les mêmes honneurs que les princes de sang royal. Ce n’est en fait qu’après la mort de Bouchu que la ville organisa l’entrée d’Épernon10. Elle était alors en pleine crise fiscale. En mars 1653, une assemblée générale avait tenté de trouver des moyens pour réduire les charges et payer les dettes publiques11. Sans succès, semble-t-il, car moins de deux ans plus tard, le receveur de la ville était obligé de venir en secret à l’hôtel de ville pour éviter d’être emprisonné à cause des dettes de la ville. Les vicomtes-mayeurs durent emprunter des fonds pour la Mairie sous leurs propres noms, et en janvier 1657, à peine sept mois après l’entrée d’Épernon, l’un des échevins de la ville fut emprisonné car la ville devait plus de 100 000 livres aux États de Bourgogne12. Enfin, des conflits au sein de la municipalité ainsi que des disputes entre la Mairie et les autres corps avaient aussi empêché dans un premier temps l’organisation d’une entrée solennelle en l’honneur d’Épernon.

  • 13 Arch. mun. Dijon, B 294, fol. 203 v°-207 v°, fol. 221-221 v° et fol. 226-226 v°.
  • 14 Griguette B., op. cit., page non numerotée.

5Au début du mois de mars 1656, Épernon écrivit à la Mairie pour lui signifier qu’il voulait faire son entrée à Dijon après Pâques. Événement évidemment prévu par la ville, car la même délibération indique que l’échevin Jean Godran de Chasans avait déjà commencé la préparation des arcs triomphaux. On le chargea de continuer ses travaux et on députa deux échevins auprès des autres corps de la ville pour leur demander de contribuer aux frais, sans succès, comme d’habitude. De plus, le parlement et la chambre des comptes ne donnèrent pas leur accord pour assigner les revenus des octrois à la garantie de l’emprunt des fonds nécessaires, comme ils l’avaient fait en 1648. La Mairie fut donc obligée de se tourner vers l’ordre franciscain à qui elle accorda le droit d’établir une nouvelle maison dans la ville contre un emprunt de 12 000 livres13. Malgré tous ces préparatifs, les travaux n’étaient pas encore terminés quand le duc arriva le 27 avril. Celui-ci, selon le compte-rendu fait par l’avocat Bénigne Griguette, l’un des échevins, « eust cette bonté que d’en vouloir differer la solemnité pour donner temps aux ouvriers de satisfaire à ce qui leur avoit esté ordonné par les Magistrats14 ».

  • 15 Ibid., p. 1-2.

6Le thème de l’entrée était l’amour des Dijonnais envers le duc qui avait restauré la paix dans la province après les soulèvements des partisans du Grand Condé. Le premier portique, situé à la porte d’Ouche, par où le cortège pénétrait dans la ville, présentait un symbole du bonheur de la ville, où s’exprimait « l’impatience » du peuple dijonnais devant l’arrivée du duc. Après que « la discorde s’estait insollemment emparée des volontés d’une partie de nos Habitans », selon Griguette, « l’heureux advenement de Son Altesse ayant reuny nos cœurs [...], dissipé les nuits orageuses de nos divisions intestines, defait les ennemis, [et] reüny les volontes au service de Sa Majesté, pour nous faire jouyr à longs traicts des advantages de la paix15 ».

  • 16 Ibid., p. 4-6.

7L’amour des Dijonnais pour le duc était aussi le sujet de l’arc suivant. Au centre, les Trois Grâces renversaient des cornets de fleurs et de fruits pour signifier l’abondance et le bonheur causés par le retour du duc, tandis qu’à gauche, le dieu Hymen, père des alliances, représentait les alliances de la maison de Foix avec les familles royales de France, d’Aragon, de Hongrie et d’Angleterre. Enfin, à droite, la déesse Cybèle, représentant Dijon (« la ville des dieux »), portait les couleurs et les armes d’Épernon, et présentait les clefs de la ville au duc comme « marque veritable de ses soumissions et obeïssances ». De petits amours à ses pieds symbolisaient l’amour des citoyens « dont la voix publique porte tesmoignage d’une rejouissance extraordinaire » au retour du duc à Dijon16.

  • 17 Ibid,. p. 14-27.
  • 18 Ibid., p. 28-52.
  • 19 Ibid., p. 52-67.
  • 20 Ibid., p. 68-113.

8Les arcs suivants louaient les vertus et les actes glorieux du gouverneur. Le troisième était réservé à la générosité et à la valeur du duc, représentées par une Bellone assise sur des trophées militaires et des dépouilles ennemies face à la Fraude et la Rébellion. Épernon y était représenté recevant des couronnes civiques. La Renommée, qui incarne la voix publique, annonçait les services du duc à la province et à l’État, alors que la Puissance royale rappelait les services rendus par Épernon au roi17. Le quatrième arc, où l’on trouvait un buste d’Épernon à la manière romaine, rappelait les victoires du duc sur les châteaux de Dijon et de Pagny et sur la ville de Suerre18. Le cortège passait ensuite devant une colonne qui rappelait celle de Trajan, chose inédite dans les entrées dijonnaises. Cette colonne commémorait les victoires d’Épernon et de ses ancêtres19. La procession s’achevait place de la Sainte-Chapelle, où le duc rencontrait deux de ses ancêtres, Gaston de Foix (neveu de Louis XII) et le cardinal de la Valette. Là aussi, il trouvait un théâtre allégorique de ses vertus, le Labeur, la Diligence, la Foi, l’Équité, la Prudence, la Magnanimité, le Conseil et les Armes. Autre élément inédit, une fois l’entrée solennelle effectuée, la Mairie avait organisé un feu de joie en l’honneur du prince, pour rappeler aux Dijonnais qu’au temps de son arrivée, Épernon avait trouvé « non seulement la ville de Dijon, mais encores toute la Bourgogne divisée en plusieurs et differents partis qui fomentoient une guerre Civile ». La « prudente conduitte » du duc, ainsi que, d’après Griguette, « sa diligence et ses armes, en avoient estouffé toutes les semences mesme dans leurs origines20 ».

Illustr. I. – Griguette, B., Les armes triomphantes de S. A. Mgr. le Duc d’Espernon (1656). Premier Arc, « De l’amour du peuple ». Bibliothèque municipale de Dijon.

Illustr. II. – Griguette, B., Les armes triomphantes de S. A. Mgr le Duc d’Espernon (1656). Troisième Arc, « Des victoires de Son Altesse ». Bibliothèque municipale de Dijon.

Illustr. III. – Griguette, B., Les armes triomphantes de S. A. Mgr. le Duc d’Espernon (1656). Quatrième Arc, « Representant le triomphe des vertus et de la personne de Mgr le Duc d’Épernon ». Bibliothèque municipale de Dijon.

  • 21 Lignereux Y., op. cit., p. 405-406.
  • 22 Breen M., op. cit., p. 55-67. À l’époque de l’entrée d’Épernon, l’échevinage ne comprenait que dix (...)
  • 23 Breen M. op. cit., p. 72-79.

9Pour mieux comprendre la spécificité des entrées solennelles, il convient, comme Yann Lignereux l’a récemment précisé, de les replacer dans un contexte plus large21. Afin d’appréhender les enjeux municipaux de l’entrée d’Épernon, rappelons l’histoire de la Mairie de Dijon durant la première moitié du XVIIe siècle. La Mairie était composée d’un vicomte-mayeur, élu tous les ans, et de vingt échevins, choisis eux aussi tous les ans par les échevins sortants. Il y avait d’autres officiers, tels que le procureur-syndic, les officiers de la milice bourgeoise, les conseillers de la ville et les lieutenants de la Mairie. Les vicomtes-maires ne pouvaient être réélus qu’une fois et quatorze des vingt échevins étaient changés tous les ans22. Les charges municipales circulaient donc parmi un pourcentage important de la notabilité dijonnaise. À la fin du règne d’Henri IV et encore au début des années 1630, les notables de Dijon étaient parvenus à protéger ce système municipal, qui datait de l’époque des ducs de Bourgogne, contre des tentatives de réformes parlementaires et royales qui entendaient changer la façon d’élire le maire et réduire le nombre d’échevins – jusqu’au nombre de six après l’émeute des Lanturelus en 163023.

  • 24 Farr J., A Tale of Two Murders : Passion and Power in Seventeenth-Century France, Durham, Duke Uni (...)
  • 25 Millotet M.-A., op. cit., p. 3-4.
  • 26 Breen M., op. cit.. p. 91-92.

10La situation politique en Bourgogne était devenue nettement plus calme et plus stable après qu’Henri II de Bourbon, prince de Condé, fut devenu gouverneur en 1632 et eut construit sa propre clientèle. Des historiens, tels que James Farr, Sharon Kettering et Katia Béguin ont longtemps repris l’opinion de l’avocat général Marc-Antoine Millotet, client d’Épernon et vicomte-mayeur à plusieurs reprises dans les années 165024. Selon Millotet, « tous les officiers des villes [...] n’estoient entrés dans [les charges municipales sans la faveur de] Messieurs les princes, père et fils, [qui] avoient gouverné la Bourgogne avec toute authorité l’espace de plus de 20 ans25 ». La clientèle du prince, il est vrai, pesait lourd sur la politique municipale, et la Mairie comptait beaucoup sur la protection du prince. Mais, comme je l’ai montré ailleurs, il ne faut pas trop exagérer la mainmise des princes sur les affaires de la Mairie. Les Condés étaient plutôt contents de laisser la Mairie gérer ses propres affaires, et la municipalité n’avait pas hésité à poursuivre ses propres intérêts, et même à défier les princes quand cela lui semblait nécessaire26.

11Les princes de Condé n’avaient donc pas exercé de tutelle absolue sur la municipalité dijonnaise avant la seconde moitié du siècle. Il est plus judicieux de les envisager comme de bons arbitres qui avaient su régler avantageusement les conflits locaux et conserver la paix. Les notables de Dijon contestaient régulièrement l’accès aux charges et aux honneurs municipaux, et l’opposition au sein de l’élite municipale ne disparut pas après l’arrivée au pouvoir en Bourgogne des princes. Comme l’a bien montré Heide Gronau-Chenillet, il existait des partis autour du premier président Bouchu, fidèle de Condé, d’une part, et du président Brulart et de l’avocat général Marc-Antoine Millotet d’autre part, mais ces partis ne semblaient pas très bien définis et les contestations ne paraissaient pas très importantes à la veille de la Fronde.

12Voici donc le contexte de l’entrée solennelle du Grand Condé, le 6 mars 1648. Cette entrée faisait elle-même partie du contexte de l’entrée d’Épernon. Pour honorer le gouverneur en 1656, la Mairie avait dû prendre en compte l’image du Grand Condé présentée aux habitants de la ville lors de son entrée huit ans plus tôt, image très positive d’un grand prince, d’un héros militaire qui avait sauvé la France à Rocroi, d’un premier prince du sang royal, d’un bon gouverneur qui travaillait au bonheur de la province et de la ville, et d’un chef qui s’entendait bien avec les notables et la Mairie de Dijon.

  • 27 Breen M., « Addressing La ville des dieux : Entry Ceremonies and Urban Audiences in Early Modern D (...)

13Comme ce sera le cas en 1656, la programmation de l’entrée du prince de Condé avait été confiée à deux échevins, Étienne Bréchillet et Jean Godran des Chasans, tous deux avocats au parlement. Bréchillet avait déjà beaucoup d’expérience dans ce domaine. Il avait organisé l’entrée de Louis XIII à Dijon en 1629 ainsi que plusieurs feux de joie et d’autres fêtes publiques. Bréchillet était aussi l’auteur de plusieurs pièces jouées par la carnavalesque « infanterie dijonnoise », y compris Le retour de Bontemps, jouée quelques jours après l’entrée du père du Grand Condé en 163227. Godran de Chasans, futur organisateur de l’entrée d’Épernon en 1656, assurait alors son premier mandat à l’échevinage. Malgré un début des travaux un peu tardif, tout avait semblé se passer sans trop de difficultés, à l’exception d’un conflit de préséance parmi la milice des paroisses.

  • 28 Arch. mun. Dijon, B 279 fol. 204 v°-206 r° et 217 r°.

14Les bons rapports entre la Mairie et le prince étaient au cœur du programme de l’entrée solennelle de celui-ci. Condé, alors duc d’Enghien, avait pris la place de son père en l’absence de ce dernier entre 1638 et 1640 et était donc bien connu des élites dijonnaises. Il avait réglé plusieurs différends à cette époque, et l’on s’attendait à ce qu’il fasse de même après son arrivée en 164828. Le prince avait aussi hérité de la clientèle de son père, et on escomptait donc que le calme et l’ordre qui régnaient en Bourgogne sous son père allaient continuer.

  • 29 Wintroub M., « Civilizing the Savage and Making a King : The Royal Entry Festival of Henri II (Rou (...)

15D’après Michael Wintroub, l’entrée d’Henri II à Rouen en 1550 avait pour but de convaincre le nouveau roi de poursuivre le patronage que son père avait accordé aux études humanistes29. L’entrée du Grand Condé à Dijon allait donc un peu dans le même sens, dans la mesure où la Mairie exprimait le désir que le fils continue la politique du père. Les victoires militaires du prince, ainsi que l’utilité d’avoir comme gouverneur le premier prince du sang, étaient l’une comme l’autre clairement présentées lors de l’entrée afin d’expliquer l’amour des Dijonnais pour le prince.

16L’association du prince tant aimé par le peuple avec la Mairie ne pourrait qu’augmenter la légitimité de ceux qui dominaient la municipalité. On le voit, par exemple, au début du livre commémoratif de l’entrée. Alors que les livres des entrées de 1629 et 1632 ne signalaient pas les noms des maires ou échevins encore en service, au début de l’ouvrage de 1648 on trouve la mention suivante :

  • 30 Bréchillet E., op. cit., page non numérotée.

« L’entrée a esté faicte pendant la Magistrature de Monsieur Bossuet, Conseiller du Roy au Parlement de Bourgogne, et Commissaire aux Requestes du Palais, Vicomte-Mayeur de Dijon. ET Mise en Lumiere pendant la Magistrature de Monsieur de Mongey, Conseiller du Roy audit Parlement, et Vicomte-Majeur de ladite ville30. »

Illustr. IV. – Brechillet, E., Description et interpretation des portiques érigés à l’entrée de très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon, Prince de Condé (1650). Arc de triomphe « Sur l’amour du peuple. Rencontre seconde ». Bibliothèque municipale de Dijon.

  • 31 Ibid., p. 35-37.
  • 32 Ibid., p. 41-51.

17L’harmonie civique ainsi que l’accord parfait entre les habitants, la ville et le prince étaient les thèmes majeurs de l’entrée, avec la glorification des vertus du prince. Les qualités de celui-ci étaient dépeintes sur le premier portique par un jeune dieu qui présentait au prince une couronne de fleurs31. Sur le deuxième, les trois ordres de la ville –, incarnant la religion, l’honneur et la politique – qui sortaient tous d’un temple antique, symbole de Dijon – marquaient leur soumission et lui rendaient leurs devoirs alors qu’un amour lui donnait trois cœurs symbolisant l’affection de ces trois ordres32.

  • 33 Ibid., p. 56-92.
  • 34 Ibid., p. 93-99.

18Au centre de l’entrée on trouvait un arc de triomphe élaboré où les vertus du jeune Louis XIV et le bonheur de son règne étaient liés aux qualités et aux exploits héroïques du Grand Condé. Le prince, sous l’apparence de Mars, vengeait « toutes les anciennes injures de la France » représentées par la défaite de Vulcain, symbolisant l’Espagne et la Flandre. Ses triomphes à Thionville, Philipsbourg et Dunkerque avaient pris la forme des victoires de Persée sur Atlas, Méduse et Andromède. Ils étaient aussi dépeints comme étant les témoins de sa magnanimité, de sa prudence et de sa piété, autant de qualités qui lui avaient permis de vaincre les conflits et divisions du royaume33. Le quatrième portique montrait les victoires du prince à Rocroi, à Nordlingen et à Fribourg en les représentant sous l’apparence des travaux d’Hercule, auquel le prince était assimilé. En bas, à gauche, il y avait une figure portant un flambeau et une grenade, symbole de la vertu et, selon Bréchillet, « des bonnes loix et de l’union des citoyens... Par où nous voulons monstrer que la vertu de ce grand prince maintient les sujects du Roy dans la concorde et l’union, et qu’il appaise les divisions qui pourroient troubler la France. » La Bourgogne, indique le document, devait son repos à « son heureux gouvernement34 ».

  • 35 Ibid., p. 100-105.
  • 36 Ibid., p. 107-119.

19La procession s’achevait de manière inédite devant la Sainte-Chapelle, où Condé était confronté à un théâtre à l’antique qui mettait en scène huit de ses ancêtres. Témoins de la « grandeur » et des « actions genereuses de la maison royalle » de Bourbon, depuis Saint Louis et Louis de Bourbon, mort à la bataille d’Azincourt, jusqu’au feu père du prince. « Ces Héros, dit Bréchillet, venoient recognoistre que toutes les plus belles qualités qu’ils avoient possedé separement, estoient unies et assemblées en la personne seule de son ALTESSE pour la rendre un miracle de ce siècle35. » Sur le reste de la scène, on trouvait six victoires qui posaient des couronnes romaines sur la tête du prince, des figures qui représentaient la régente Anne d’Autriche, le jeune Louis XIV et la figure de la Gloire, sur Pégase, en train de renverser Saturne ; c’était une allégorie de la gloire éternelle de la maison de Bourbon ainsi que de la gloire et de « l’incomparable vertu » du prince36.

Illustr. V. – Brechillet, E., Description et interpretation des portiques érigés à l’entrée de très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon, Prince de Condé (1650). Arc de triomphe « Labeurs de Son Altesse. Representant les batailles de Rocroy, Nort-Lingue, et Fribourg. Recontre quatriesme ». Bibliothèque municipale de Dijon.

Illustr. VI. – Brechillet, E., Description et interpretation des portiques érigés à l’entrée de très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon, Prince de Condé (1650). Arc de triomphe « Théâtre d’honneur dédié à la grandeur de la maison royale de Bourbon. Rencontre cinquiesme ». Bibliothèque municipale de Dijon.

  • 37 Lenet P., « Mémoires de... Procureur-Général au Parlement de Dijon et Conseiller d’État », Michaud(...)

20L’arrestation de Condé le 18 janvier 1650 fit tout basculer. À Dijon, l’événement créa un vide politique qui permit aux conflits internes et aux rivalités personnelles, longtemps réprimées par l’autorité des princes, de remonter à la surface. Même si la Mairie prit des mesures pour limiter l’expression du soutien accordé à Condé et parvint à empêcher la sédition, tout le monde semblait s’attendre à un soulèvement à Dijon et en Bourgogne à la suite du ralliement des clients du prince37. Mazarin se déplaça donc à Dijon avec la famille royale en avril pour calmer les esprits et éviter un tel dénouement à l’affaire.

  • 38 Breen M., op. cit., p. 104-113.

21En dépit de tous ces efforts, les années suivantes furent mouvementées. En juin, Millotet et ses partisans s’emparèrent de la Mairie après une élection où l’avocat général avait ouvertement brigué des voix, et la sélection des nouveaux échevins fut très controversée. Malgré l’opposition des échevins sortants, Millotet passa en force et nomma à sa guise un conseil municipal, invoquant un arrêt du Conseil du roi. Cet échevinage et surtout l’élection de Millotet furent cassés après la libération du prince, mais le départ de ce dernier pour la Guyenne permit à Millotet de s’allier à Épernon, qui craignait que les partisans de Condé ne rendent la ville ingouvernable. Les élections contestées, les interventions répétées du parlement, du gouverneur et du Conseil du roi dans les affaires municipales ainsi que dans l’attribution des charges à la Mairie divisèrent profondément les notables dijonnais. Au même moment, le Grand Condé se rebellait contre Mazarin avant de s’enfuir pour l’Espagne. Son successeur fut chargé de réprimer la rébellion menée par les clients du prince38.

  • 39 Ibid., p. 109-110.

22L’entrée d’Épernon avait donc lieu à un moment difficile. Les désaccords entre les échevins favorables au nouveau gouverneur et les partisans de Condé se multipliaient. Plusieurs litiges pour injures et diffamations opposaient des anciens conseillers de la ville et des officiers de la milice (plutôt Condéens) à la Mairie. Certains procès furent évoqués devant d’autres parlements et durèrent jusqu’au retour de Condé en 1660. C’était la même histoire entre la Mairie et les autres corps. En 1652, la ville se plaignait que le parlement l’avait condamnée plus de cinquante fois sans même avoir convoqué le procureur-syndic. Les tentatives de réconciliation menées par Épernon en 1654 paraissent avoir échoué. Le bailliage et les élus avaient, à leur tour, tenté d’emprisonner le receveur de la ville et certains échevins à cause de dettes non payées, et les élus avaient même exclu le vicomte-maire de Dijon, élu-né du Tiers, de leur chambre. Il semblerait même que les habitants aient regardé de plus en plus la Mairie d’un mauvais œil, car, en novembre 1656, des bruits circulaient dans la ville contre les magistrats, soupçonnés de n’avoir pas payé leur taille depuis l’arrivée d’Épernon39.

  • 40 Nachison B., Provincial Government in the Ancien Régime : The princes of Condé in Burgundy, 1660-1 (...)

23En comparaison des liens établis par le Grand Condé, ceux qui existaient entre Épernon et la Mairie étaient beaucoup moins solides. Lorsqu’il devint gouverneur, Épernon était nettement moins connu des Dijonnais que le prince. Ce qui s’était passé à Bordeaux alors qu’il était gouverneur de la Guyenne n’avait sûrement pas rassuré les notables dijonnais. Son style rigide et aristocratique, et sa prédilection pour les séjours à la campagne l’empêchaient de se faire des alliés et des fidèles au sein de cette communauté. Les profonds éclats de joie provoqués par le retour du Grand Condé en 1660 indiquent que le duc n’avait jamais su se faire aimer de la majorité des Dijonnais, malgré ce que prétend le livre de Griguette40.

  • 41 Griguette B., op. cit., « Noms et surnoms de MM. les magistrats et officiers de la chambre de vill (...)
  • 42 Ibid., p. 56.
  • 43 Malpoy P., op. cit., p. 17-35 ; Bréchillet E, op. cit., p. 23-31.
  • 44 Griguette B., op cit., p. VII.

24On peut donc considérer l’entrée d’Épernon, et surtout le livre commémoratif publié par la ville, comme une tentative de s’assurer la protection du duc. Le livre de Griguette est à prendre comme un don de la part d’un client qui cherche la faveur d’un patron. Au début du livre, par exemple, on trouve une liste des officiers de la Mairie au moment de la cérémonie, chose jusqu’alors inédite dans les livres des entrées dijonnaises41. Plus marquante est la mention fréquente des magistrats dans le texte du livre. Cet élément le démarque encore de la tradition des livres d’entrées dijonnais. Ce sont toujours les magistrats (plus que le peuple) qui attendent le retour du duc, qui ont élevé les arcs de triomphe et qui ont organisé l’entrée comme offrande à la gloire d’Épernon. Selon le texte, la colonne des victoires a été érigée parce que « [l]es Magistrats ont trop de Justice et de reconnoissance pour s’oublier en cette occasion : et les tendresses et les tesmoignages d’amitié qu’ils receurent au depart de Son Altesse, ayant fait une vive et puissante impression dans leurs esprits, ils ne peuvent ny ne veulent rien obmettre de ce qui peut contribuer à la celebrité de son Entrée42 ». En même temps, on constate dans le récit de l’entrée l’absence quasi-totale des autres corps de la ville. Les livres d’entrées des Condés comprennent tous les deux des narrations détaillées qui décrivent les réceptions des princes à la chartreuse de Champmol (monastère fondé par les ducs de Bourgogne) avant que le cortège ne pénètre dans la ville. Ils incluent aussi les textes des harangues prononcées par les représentants des autres corps, tels que le parlement et les ecclésiastiques de la ville43. Par contre, le livre de Griguette ne fait qu’une allusion très brève à toutes ces démarches et ne fait mention d’aucun texte de harangue. Il préfère toujours souligner les liens directs entre la Mairie et le duc. C’est donc toujours la municipalité qui, par « les premiers fondements de l’amour, formoit les desirs ordinaires [...] pour le retour » d’Épernon en Bourgogne, et qui se « felicitoit [que] l’Entrée de Sadite Altesse fit voir que son Gouvernement et sa protection estoient les plus solides asseurances de nostre bonheur44 ».

  • 45 Ni le duc de Biron ni le duc de Bellegarde, gouverneurs entre 1599 et 1631, n’avaient eu droit à d (...)
  • 46 Arch. mun. Dijon, B 297 fol. 117-118 et 121 v°-122 ; B 309, fol. 190-190 v° et 198 v°-199.

25Même si la protection d’Épernon était assurée, le duc manquait de prestige et n’avait pas la même réputation que le prince. En 1656, la Mairie paraît très sensible à ces défauts. Comme l’on a vu, le premier président Bouchu avait protesté qu’Épernon ne méritait pas les mêmes honneurs que les premiers princes de sang royal. Il existait des précédents pour justifier que la ville, alors très endettée, se passât de cette cérémonie45. En fait, deux ans plus tard, Louis XIV interdisait à la ville d’organiser une entrée solennelle lors de son passage pour des raisons financières. La même interdiction fut répétée à l’arrivée de chaque nouveau gouverneur jusqu’à la fin de l’Ancien Régime46. La célébration de l’entrée d’Épernon relevait donc d’un choix politique de la part des échevins. On peut même dire que son programme et le livre commémoratif représentaient une espèce d’« intensification cérémonielle » du conflit entre les Condéens, dont la majorité était exclue des charges municipales, et ceux qui leur avaient succédé. Elle servait non seulement à s’assurer de la faveur du duc envers la Mairie, mais aussi à légitimer l’autorité d’Épernon et des échevins aux yeux de la population. La cérémonie visait à montrer aux Dijonnais qu’ils pouvaient espérer des bienfaits concrets de l’arrivée au pouvoir d’Épernon (tout comme ils avaient reçu auparavant la protection des princes de Condé). Elle fixait aussi la mémoire de la Fronde à Dijon de manière à souligner la loyauté du duc envers le roi, mais aussi son engagement pour la paix et le bonheur de la Bourgogne. Par opposition, le prince (et donc ceux de son parti) étaient associés à la sédition, à la guerre civile et aux souffrances qui les accompagnent.

  • 47 Griguette B., op. cit., p. 7.

26Du point de vue de ceux qui avaient programmé l’entrée, celle-ci servait aussi à minimiser l’écart entre Condé et Épernon. Alors que les ancêtres du prince étaient surtout présents sur le théâtre final de la place de la Sainte-Chapelle, ceux d’Épernon étaient partout. Sur le deuxième arc de triomphe, son père était présent au siège de La Rochelle et la colonne mentionnée plus haut montrait les victoires du duc ainsi que celles de ses aïeux. À la fin de la procession, deux membres de la famille de Foix figuraient sur un théâtre qui ressemblait beaucoup à celui érigé pour l’entrée de Condé. Et même si on ne pouvait pas vanter, comme pour Condé, son sang royal, on pouvait quand même remarquer l’alliance d’Épernon et sa famille avec « tous les princes de la Chrestieneté47 ».

27Il en était de même dans le domaine militaire. On peut y voir le désir de la Mairie de minimiser l’écart entre la réputation du duc et celle du prince. Lors de son entrée en 1648, on avait célébré les fameuses victoires du Grand Condé à Rocroi, Philipsbourg et ailleurs. Il fallait donc louer aussi les prouesses militaires du nouveau gouverneur. Les échevins dijonnais présentèrent alors les réductions des châteaux de Dijon et de Pagny, ainsi que la prise de Seurre, comme des victoires comparables non pas à celles de l’ancien gouverneur de la Bourgogne, mais à celles de Trajan. Si le Grand Condé avait sauvé la France à Rocroi, le duc d’Épernon avait au moins sauvé la Bourgogne de la guerre civile et de la ruine que celle-ci aurait entraînée. Même si les triomphes d’Épernon n’étaient pas aussi glorieux que ceux de Louis XIII à La Rochelle ou ceux du Grand Condé, vainqueur des Espagnols, ils avaient heureusement eu lieu aux alentours de Dijon, et restaient donc bien gravés dans la mémoire de ceux qui assistaient à son entrée.

28En même temps qu’ils cherchaient à réduire l’écart entre la grandeur et la réputation militaire des deux gouverneurs, les organisateurs de l’entrée de 1656 tentaient de souligner que les vertus et la caractère d’Épernon étaient tout à fait comparables à ceux du premier prince de sang. À l’occasion de l’entrée du Grand Condé en 1648, on avait régulièrement fait allusion à sa prudence, sa force, sa sagesse, sa générosité et sa piété, mais souvent de manière indirecte. C’était le cas, par exemple, dans le théâtre situé sur la place de la Sainte-Chapelle, où les ancêtres du prince rappelaient, chacun à leur tour, les qualités du prince. Par contre, on n’avait pas hésité à célébrer ouvertement les vertus d’Épernon pour s’assurer qu’elles étaient bien évidentes et connues. Au lieu d’un théâtre final des ancêtres, comme en 1648, Godran de Chasans clôturait l’entrée d’Épernon par l’apparition de figures allégoriques représentant les vertus du duc. C’est doté de ces vertus que le gouverneur avait réussi à purger la Bourgogne « du vent pestilentiel des mauvaises volontés et des divisions intestines ». L’entrée de 1656 mettait aussi l’accent sur l’obéissance du duc au roi et sur les services qu’il lui avait rendus ainsi qu’à la province. C’était une manière évidente de souligner la différence entre le nouveau gouverneur et son prédécesseur séditieux, qui s’était armé contre son roi et qui servait alors le roi d’Espagne.

  • 48 Bréchillet E., op. cit., « Au lecteur », page non numerotée.

29L’entrée du duc d’Épernon, et surtout le livre publié afin de la commémorer, devenaient donc une sorte d’« histoire officielle » de la Fronde en Bourgogne. Cette histoire était évidemment favorable à ceux qui étaient alors à la tête de la municipalité aux dépens de leurs rivaux au sein de la notabilité dijonnaise. Au début du livre commémoratif de l’entrée de 1648, on trouvait d’abord une dédicace au prince. Elle était suivie d’une lettre de Bréchillet au lecteur dans laquelle il s’excusait car, disait-il, son éloquence n’était pas en mesure de louer le Grand Condé comme il l’aurait fallu48. Le livre de 1656, lui, ne commence pas par une dédicace au duc, mais par une adresse au lecteur qui ne ressemble en rien à celle de Brechillet. « Amy lecteur » commence-t-elle :

  • 49 Griguette, B., op. cit., « Au lecteur », page non numérotée.

« S’il te reste encore quelque sentiment d’affection pour la Bourgogne, tu prendras part à cette commune réjouyssance, si tu la trouve onereuse, je te puis asseurer que d’ailleurs elle est honorable, et t’apporte son utilité puis que son objet se fonde sur le service du Roy, sur le repos public, et sur la ruine de ceux qui le troublent, que si ces raisons ne contentent ton esprit, je te conjure auparavant que de former aucun jugement de mettre l’interest à part, et de ne rien donner ny à l’envie, ny aux autres passions qui en voudroient offusquer ou ternir les lumieres, et de ne prendre autre party que celuy du Roy, de la Justice, et de la raison, te suppliant pareillement que les acclamations publiques ne t’attristent pas en ton particulier, elles seront d’autant plus grandes qu’elles seront communes. J’estime de plus que tu n’es pas si bizarre que de porter le duëil de la joye publique, ny si ingrat que de t’offencer des graces de ton bien-faicteur, que si tu crains qu’il ne t’en couste quelque chose, tu en seras quitte pour un applaudissement. Et si la vertu, les soings et les armes de nostre Gouverneur s’emploient à ton repos, tu dois aussi deposer toute inquietude, et ne doit point avoir de fiel pour celuy, qui te fait jouïr de la douceur de tes biens, et ta liberté, et de ta vie49. »

  • 50 Ibid., p. 9-10.

30Les sous-entendus politiques de cette lettre sont évidents. Le duc et ceux qui le soutiennent se démènent pour le bien de la province, alors que ceux qui leur sont opposés, les partisans du Grand Condé, « troublent » le repos de la Bourgogne et ne prennent pas le parti du roi. Néanmoins, ces derniers sont invités à se joindre à la « commune réjouissance » et à la « joie publique » à l’occasion de l’entrée d’Épernon. Les références répétées aux « usurpations violentes de nos ennemis » vaincus par le duc et aux succès de ses efforts pour « réduire les rebelles à leur devoir » réduisaient les Condéens de la ville, tout comme leur ancien patron, à l’état de rebelles hostiles à leur souverain50. La réconciliation au service du roi et la restauration de la Bourgogne devaient donc passer par les Épernonistes. Ce fait servait à justifier l’exclusion des Condéens de l’hôtel de ville en même temps que cela renforçait l’autorité des Frondeurs (c’est ainsi que l’on appelait les anti-Condéens en Bourgogne). Ces derniers n’étaient donc plus une faction qui avait profité des événements de la Fronde pour s’emparer de la Mairie, mais des serviteurs fidèles et dévoués du roi. Ainsi, lors de l’entrée du duc d’Épernon, l’utilisation de la rhétorique de l’obéissance et de la soumission totale au roi n’étaient-elles pas, comme l’on aurait pu penser, simplement une manière de se plier aux normes littéraires et culturelles qui entouraient des entrées solennelles au XVIIe siècle. Le langage de l’absolutisme était aussi une arme politique dont une faction municipale se servait pour consolider une mainmise contestée sur l’hôtel de ville. C’était en même temps un moyen d’en exclure les autres notables municipaux qui appartenaient à la clientèle de l’ancien (et futur) gouverneur de la Bourgogne.

  • 51 Breen M., op. cit., p. 113-114.

31Il faut, néanmoins, avouer que cette stratégie politique se solda par un échec. À peine deux mois après son entrée, Épernon obtenait un arrêt du Conseil qui réduisait à six le nombre des échevins, et lui permettait de les nommer à son gré. Griguette, pour sa part, se trouvait parmi les échevins destitués de son poste par le gouverneur. Même si la Mairie pouvait rétablir deux ans plus tard l’ancien échevinage à vingt, les difficultés entre Épernon et la municipalité dijonnaise dureraient jusqu’à ce que le duc soit remplacé par le Grand Condé après sa réhabilitation en 1660. Les partisans de Millotet et Épernon se voyaient alors à leur tour exclus de l’hôtel de ville par le retour au pouvoir des anciens Condéens51. Huit ans plus tard, Louis XIV intervenait brutalement dans la vie politique de la municipalité dijonnaise, en lui imposant un nouvel échevinage à six ainsi que plusieurs autres « réformes » qui visaient à limiter l’accès aux postes municipaux à un cercle encore plus restreint. En même temps, comme je l’ai fait remarquer plus haut, on interdisait à la municipalité d’organiser de nouvelles entrées pour les rois et les gouverneurs lors de leurs premières visites à la ville. L’entrée solennelle, en tant que cérémonie politique locale, vivait donc ses derniers jours. Cela n’empêcha pas les oligarchies au pouvoir de tenter de s’en servir comme outil politique dans les conflits politiques locaux, même s’ils n’avaient cessé de se cacher derrière la rhétorique d’un absolutisme toujours plus triomphant.

DÉBATS

32Robert Descimon – Pouvons-nous considérer que l’entrée du duc d’Épernon en 1656 l’autorise à se livrer quelques mois plus tard à un remaniement du corps de ville et de la constitution urbaine ? Le duc estimait-il que cette opération le légitimait ?

33Michael Breen – Il est difficile de savoir ce que pouvait penser le duc mais je pense que nous pouvons répondre par l’affirmative. Sa correspondance avec la ville avant l’entrée montre qu’il était très désireux qu’elle ait bien lieu. Je pense que, pour lui, il était important de tenter d’augmenter sa mainmise, son pouvoir, son autorité sur la ville. Et ce n’est pas un mythe.

34Guy Saupin – La réforme définitive de la constitution municipale de Dijon date de 1668 ? Donc c’est en fait Condé qui couvre cette opération et non Épernon ?

35Michael Breen – Oui mais, deux mois après son entrée, Épernon avait déjà obtenu un arrêt du Conseil du roi, car il restait en conflit avec la municipalité : les échevins n’avaient pas accédé au désir du duc concernant la révision des offices. Il obtient alors un arrêt du Conseil qui réduit l’échevinage à six membres, ce qui lui permet de choisir les échevins.

36Guy Saupin – Quelle différence avec la réforme de 1668 ?

37Michael Breen – Celle de 1656 n’a duré que deux ans.

38Guy Saupin – Quelque chose n’a pas marché ?

39Michael Breen – Tout de suite, l’élite municipale a cherché à revenir sur cette mesure. Ils avaient fait de même en 1630 après la révolte de Lanturelu. Louis XIII, venu alors à Dijon y avait remanié la municipalité, changé la façon d’élire le maire et réduit le nombre des échevins à six. Tout de suite après son départ, on cherche à inverser la tendance et de faire rétablir l’ancienne municipalité. Au bout d’un an environ, grâce au prince de Condé, le nouveau gouverneur de Bourgogne, cette manœuvre réussit : on retrouve les vingt échevins qui se renouvellent tous les ans et un vicomte maire élu lui aussi tous les ans. Avant 1668, il y a eu la tentative de 1656 pour changer la municipalité dijonnaise, mais ce n’est qu’en 1668 que la réforme s’impose. Je me demande par ailleurs s’il est possible de savoir quand exactement le livre de l’entrée d’Épernon est paru. Il me semble possible que ce soit après l’obtention de l’arrêt du Conseil. Ce livre était ainsi une façon de plaider la loyauté des échevins de la ville envers le duc. Il est possible que, sur la même ligne, le livre d’entrée du Grand Condé ne soit paru qu’en 1650 : jamais le décalage entre l’entrée et la publication n’a été aussi important. S’il n’est paru qu’après l’arrestation du Grand Condé, c’était peut-être une manière pour la ville – dont les fidèles de Prince, comme Pierre Lenet, attendaient un vrai soulèvement – de se faire entendre. C’était une façon de protester en rappelant tous les services de Condé envers la monarchie, avec des critiques envers Anne d’Autriche, et non Mazarin.

Notes

1 Je remercie Luc Monin et Catherine Witt pour leur aide dans la préparation de ce texte.

2 Entrées et réjouissances dans la ville de Dijon, Dijon, Darantiere, 1885.

3 Bryant L., The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony : Politics, Ritual, and Art in the Renaissance. Genève, Droz, 1986 ; Wintroub M., A Savage Mirror : Power, Identity, and Knowledge in Early Modern France, Stanford, Stanford University Press, 2006 ; Lignereux Y., « Les « trois corps du roi ». Les entrées d’Henri IV à Lyon, 1594-96 », XVIIe siècle, no 212, 2001, p. 405-418 ; Nassichuk J., Vérité et fiction dans les entrées solennelles à la Renaissance et à l’âge classique, Québec, Presses de l’Université Laval, 2009.

4 Malpoy P., Entrée de très haut et très puissant prince Henry de Bourbon, prince de Condé... Gouverneur et lieutenant-général pour Sa Majesté en provinces de Bourgogne, Bresse & Berry, en la ville de Dijon, le trentiesme du mois de septembre mil six cens trente deux, Dijon, Veuve Guyot, 1632 ; Brechillet E., Description et interpretation des portiques erigés à l’entree de très-hault et très-puissant prince, Louis de Bourbon, prince de Condé, Premier prince du sang, duc d’Anguien, Chasteau-Roux, Albret, Montmorency, & c., Gouverneur & lieutenant général pour Sa Majesté és provinces de Bourgogne, Bresse, & Berry, en la Ville de Dijon le 6 Mars 1648, Dijon, Chez Guyot, 1650 ; Griguette B., Les armes triomphantes de son altesse Monseigneur le duc d’Espernon pour le sujet de son heureuse entrée faite en la ville de Dijon le huitième jour du mois de mai 1656, Dijon, Chez Philip Chavance, 1656.

5 Bryant L., op. cit., 17-18, 208-218 ; Mcgowan M., « The Renaissance Triumph and its Classical Heritage », Mulryne J. et Goldring E., Court Festivals of the European Renaissance : Art, Politics, and Performance, Aldershot, Ashgate, 2002, p. 26-50 ; Giesey R., « Models of Rulership in French Royal Ceremonial »; Wilentz S. (ed.), Rites of Power : Symbolism, Ritual and Politics Since the Middle Ages, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1985, p. 52-53 ; Guenée B. et Lehoux F., Les entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, éditions du CNRS, 1968, p. 24-29.

6 Wagner M.-F., « De la ville de province en paroles et en musique à la ville silencieuse, ou la disparition de l’entrée royale sous Louis XIII », XVIIe siècle, no 212, 2001, p. 457-476.

7 Breen M., Law, City and King : Legal Culture, Municipal Politics, and State Formation in Early Modern Dijon, Rochester, University of Rochester Press, 2007, chap. 3.

8 Bibl. mun. Dijon, ms. 1011, fol. 62 v°.

9 Millotet M.-A., Mémoire des choses qui se sont passées en Bourgogne depuis 1650 à 1668, Muteau C. (éd), Dijon, J.-E. Rabutot, 1864, p. 191.

10 Ibid., 194.

11 « Extraits des registres des délibérations de la chambre de ville de Dijon », Anecdotes du parlement de Bourgogne..., par Claude Malteste, Muteau C. (éd.), Dijon, J.-E. Rabutot, 1864, p. 505-510.

12 Arch. mun. Dijon, B 294, fol. 147-147 v° et fol. 135-136 ; B 295, fol. 203 et 207-207 v°.

13 Arch. mun. Dijon, B 294, fol. 203 v°-207 v°, fol. 221-221 v° et fol. 226-226 v°.

14 Griguette B., op. cit., page non numerotée.

15 Ibid., p. 1-2.

16 Ibid., p. 4-6.

17 Ibid,. p. 14-27.

18 Ibid., p. 28-52.

19 Ibid., p. 52-67.

20 Ibid., p. 68-113.

21 Lignereux Y., op. cit., p. 405-406.

22 Breen M., op. cit., p. 55-67. À l’époque de l’entrée d’Épernon, l’échevinage ne comprenait que dix-huit échevins, car deux d’entre ceux élus en juin 1655 avaient refusé de prendre leurs sièges. Voir Arch. mun. Dijon, B 294, fol. 57.

23 Breen M. op. cit., p. 72-79.

24 Farr J., A Tale of Two Murders : Passion and Power in Seventeenth-Century France, Durham, Duke University Press, 2005, p. 64 ; Kettering S., Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-Century France, New York, Oxford University Press, 1986, p. 94 ; Béguin K., Les princes de Condé : Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999, p. 118-119.

25 Millotet M.-A., op. cit., p. 3-4.

26 Breen M., op. cit.. p. 91-92.

27 Breen M., « Addressing La ville des dieux : Entry Ceremonies and Urban Audiences in Early Modern Dijon », Journal of Social History, vol. 38 no 2, 2004, p. 341-364.

28 Arch. mun. Dijon, B 279 fol. 204 v°-206 r° et 217 r°.

29 Wintroub M., « Civilizing the Savage and Making a King : The Royal Entry Festival of Henri II (Rouen, 1550) » Sixteenth Century Journal, vol. 29 no 2, 1998, p. 465-494.

30 Bréchillet E., op. cit., page non numérotée.

31 Ibid., p. 35-37.

32 Ibid., p. 41-51.

33 Ibid., p. 56-92.

34 Ibid., p. 93-99.

35 Ibid., p. 100-105.

36 Ibid., p. 107-119.

37 Lenet P., « Mémoires de... Procureur-Général au Parlement de Dijon et Conseiller d’État », Michaud J.-F. et Poujoulat J., (éds.), Nouvelle collection des mémoires relatifs à l’histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, v. 26, Paris, Didier, 1854, p. 209-213.

38 Breen M., op. cit., p. 104-113.

39 Ibid., p. 109-110.

40 Nachison B., Provincial Government in the Ancien Régime : The princes of Condé in Burgundy, 1660-1730, PhD, Iowa University, 1992, p. 32-33.

41 Griguette B., op. cit., « Noms et surnoms de MM. les magistrats et officiers de la chambre de ville de Dijon », page non numérotée.

42 Ibid., p. 56.

43 Malpoy P., op. cit., p. 17-35 ; Bréchillet E, op. cit., p. 23-31.

44 Griguette B., op cit., p. VII.

45 Ni le duc de Biron ni le duc de Bellegarde, gouverneurs entre 1599 et 1631, n’avaient eu droit à de telles cérémonies.

46 Arch. mun. Dijon, B 297 fol. 117-118 et 121 v°-122 ; B 309, fol. 190-190 v° et 198 v°-199.

47 Griguette B., op. cit., p. 7.

48 Bréchillet E., op. cit., « Au lecteur », page non numerotée.

49 Griguette, B., op. cit., « Au lecteur », page non numérotée.

50 Ibid., p. 9-10.

51 Breen M., op. cit., p. 113-114.

Table des illustrations

Légende Illustr. I. – Griguette, B., Les armes triomphantes de S. A. Mgr. le Duc d’Espernon (1656). Premier Arc, « De l’amour du peuple ». Bibliothèque municipale de Dijon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Illustr. II. – Griguette, B., Les armes triomphantes de S. A. Mgr le Duc d’Espernon (1656). Troisième Arc, « Des victoires de Son Altesse ». Bibliothèque municipale de Dijon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Légende Illustr. III. – Griguette, B., Les armes triomphantes de S. A. Mgr. le Duc d’Espernon (1656). Quatrième Arc, « Representant le triomphe des vertus et de la personne de Mgr le Duc d’Épernon ». Bibliothèque municipale de Dijon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Illustr. IV. – Brechillet, E., Description et interpretation des portiques érigés à l’entrée de très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon, Prince de Condé (1650). Arc de triomphe « Sur l’amour du peuple. Rencontre seconde ». Bibliothèque municipale de Dijon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Légende Illustr. V. – Brechillet, E., Description et interpretation des portiques érigés à l’entrée de très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon, Prince de Condé (1650). Arc de triomphe « Labeurs de Son Altesse. Representant les batailles de Rocroy, Nort-Lingue, et Fribourg. Recontre quatriesme ». Bibliothèque municipale de Dijon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende Illustr. VI. – Brechillet, E., Description et interpretation des portiques érigés à l’entrée de très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon, Prince de Condé (1650). Arc de triomphe « Théâtre d’honneur dédié à la grandeur de la maison royale de Bourbon. Rencontre cinquiesme ». Bibliothèque municipale de Dijon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/127131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540