Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pouvoir municipal

 | 
Philippe Hamon
, 
Catherine Laurent

Le pouvoir municipal en France à l’époque moderne. Bilan historiographique des vingt dernières années

Guy Saupin

Texte intégral

Une renaissance incomplète

  • 1 Bordes, Maurice, L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SED (...)
  • 2 Duby, Georges (dir.), Histoire de la France urbaine, vol. 3 : Le Roy Ladurie Emmanuel (dir.), La v (...)
  • 3 Chevalier, Bernard, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.
  • 4 Descimon, Robert, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), P (...)
  • 5 Livet, Georges et Vogler, Bernard (éd.), Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Paris, CN (...)
  • 6 Trois références principales : Bulst, Neithard et Genet, Jean-Philippe (éd.), La ville, la bourgeo (...)

1Depuis un quart de siècle, l’historiographie sur le pouvoir municipal en France à l’époque moderne témoigne d’une belle renaissance, toutefois incomplète. Cette approche historique paraissait plutôt épuisée à la fin des années 1970, victime d’un double dédain. Par son approche essentiellement institutionnelle, elle servait d’illustration idéale pour dénoncer le caractère dépassé de l’histoire politique classique1. Par ailleurs, son champ même d’observation la faisait considérer comme une histoire érudite locale repliée sur elle-même, additionnant des études de cas sans effort comparatif à l’échelle régionale, nationale ou internationale. Le symbole de ce désintérêt se constate aisément dans la faible part que lui a accordée le volume 3 de l’Histoire de la France urbaine consacré à l’époque moderne, paru en 19812. Pourtant, une réflexion innovante était en cours, dont les premières publications allaient relancer l’intérêt des historiens et ouvrir de nouvelles perspectives. Il en fut ainsi de la très féconde synthèse sur le modèle des « bonnes villes », à la jonction du Moyen Âge et des Temps modernes, publiée par B. Chevalier en 19823, suivie de la réinterprétation de la Ligue urbaine par R. Descimon en 19834. Plusieurs travaux présentés au colloque « Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750 », tenu à Strasbourg en 1981 et édité en 19835, manifestaient également l’ouverture de nouvelles voies de recherche. En bonne logique, ce thème ne pouvait que profiter des débats suscités par les deux grandes enquêtes sur la genèse et la nature de l’État moderne alliant médiévistes et modernistes à l’échelle européenne6.

  • 7 Bulst, Neithard, Descimon, Robert et Guerreau, Alain (dir.), L’État ou le Roi. Les fondations de l (...)
  • 8 Descimon, Robert, Schaub, Jean-Frédéric et Vincent, Bernard (éd.), Les figures de l’administrateur (...)
  • 9 Lepetit, Bernard (éd.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, A. Michel, (...)
  • 10 Marque, Jean-Pierre, Institution municipale et groupes sociaux. Gray, petite ville de province (16 (...)

2Cette renaissance a surtout bénéficié de la fécondité de la recherche dans la thématique de l’histoire sociale du politique. Elle s’est ainsi enrichie de toutes les interrogations sur la véritable nature de l’État monarchique de l’époque moderne : appareil administratif croissant, multipliant ses capacités de connaissance et d’action dans le royaume, donc de contrôle plus resserré des sujets royaux, ou construction sociale relationnelle de serviteurs du roi dans un système de type clientéliste dans lequel les relations individuelles ou lignagères restent prépondérantes puisque le roi gère son royaume sur le modèle de sa maison et construit largement la fonction publique des offices sur le modèle féodal de la distribution des fiefs7 ? L’analyse des interactions dans l’histoire sociale des institutions entre l’impact de la structure administrative, qui produit et fait appliquer des règlements, sur la transformation des comportements sociaux et politiques des sujets et l’entrisme des élites à l’intérieur de ces institutions normatives pour faire converger au mieux l’orientation de leurs actions avec la défense de leurs intérêts lignagers, a ouvert un champ de réflexion d’une grande fécondité qui a heureusement revivifié l’histoire municipale8. L’intense questionnement autour de la méthodologie de l’histoire sociale9, suscité par le succès de la micro-histoire italienne, ne pouvait que rejaillir sur l’analyse du pouvoir municipal, en lui redonnant de surcroît des lettres de noblesse dans la défense du choix d’une échelle locale pour atteindre la finesse et la complexité des enjeux de pouvoir et des solutions de leur régulation. La critique de l’entrée catégorielle, allant jusqu’à la récusation totale pour les plus radicaux, et la promotion des constructions relationnelles des individus et de leurs familles afin de mieux comprendre la réalité du social ont eu une influence majeure sur toutes les études menées depuis 25 ans, avec des conséquences inégales selon les tempéraments des historiens10.

3Comme ailleurs, l’analyse des réseaux a connu un grand succès dans l’étude du pouvoir municipal jusqu’à courir le risque de se transformer en catégorie réifiée, n’ayant pas plus de pertinence que les entrées socio-professionnelles si critiquées. Le terme de réseau a été utilisé à tort et à travers, obscurcissant ainsi la discussion par un dialogue de sourds et une impossible comparaison entre les lieux et les époques. Par ailleurs, son usage abusif a laissé s’installer une tendance néfaste à une interprétation purement matérialiste et mécaniste de l’exercice du pouvoir et des ambitions de ses acteurs, au détriment de motivations sociales relevant plus de la culture et de la religion. Tous les lignages ambitieux ne se sont pas intéressés au pouvoir municipal et certains s’y sont consacrés beaucoup plus que d’autres. Les maires, échevins ou consuls n’étaient pas uniquement des gens mus par leur seul intérêt privé ; c’étaient aussi des êtres pensants ayant un idéal de vie qui ne pouvait être que fortement marqué par la religion puisque celle-ci a irrigué tout le social et le politique pendant très longtemps à l’époque moderne. Il peut paraître surprenant d’avoir à rappeler une telle évidence, mais cette obligation permet de prendre conscience du risque de dérive. La question des motivations civiques et de l’éthique municipale doit donc être posée beaucoup plus nettement dans les futures recherches. Ici se marquent les limites de cette renaissance.

  • 11 Saupin, Guy, « Les corps de ville dans la France moderne. Tendances historiographiques récentes »,(...)
  • 12 Saupin, Guy (dir.), Histoire sociale du politique. Les villes de l’Ouest atlantique français à l’é (...)
  • 13 Pinol, Jean-Luc, Histoire de l’Europe urbaine, t. I, De l’Antiquité au XVIIIe siècle, livre 3, Zel (...)

4Ayant déjà livré une synthèse historiographique sur les corps de ville il y a dix ans11, je souhaite profiter de l’élargissement du propos et du décalage chronologique pour rendre compte de la richesse des apports sans trop me répéter. Trois grands thèmes ont retenu mon attention : l’histoire sociale du contenu du pouvoir municipal, l’histoire sociale de ses acteurs, l’histoire culturelle de leurs motivations. Le premier entend valoriser les nouvelles recherches sur la police urbaine, entendue dans son acception la plus large, et reprendre la formulation du questionnement sur la nature de ce pouvoir intermédiaire entre communauté d’habitants et État monarchique. Le second retient l’intérêt d’allier les ressources de la sociologie catégorielle et relationnelle, sans exclusive réciproque, avant de s’interroger sur la véritable qualification d’une oligarchisation, terme trop souvent utilisé sans suffisamment de finesse pour une approche réelle du processus considéré comme caractéristique de l’époque moderne12. Le dernier souhaite discuter de la crise du corporatisme bourgeois et de la nature du civisme municipal avant d’ouvrir une discussion sur l’existence de plusieurs modèles pour le pouvoir municipal en France, dans une temporalité à la fois successive et parallèle. Rappelons enfin que toute réflexion historique sur la caractérisation de l’évolution du pouvoir municipal en France doit se situer, pour qualifier son évaluation, à une échelle comparative européenne13.

Une histoire sociale du contenu du pouvoir municipal

5Le pouvoir municipal se décline sur deux échelles : c’est d’abord une autorité qui a vocation à organiser harmonieusement la vie sociale sur un espace matériel construit concentré, correspondant à une ville ; c’est ensuite une structure de liaison avec l’État monarchique, au niveau provincial comme au niveau du gouvernement central. Selon ces deux entrées, le degré d’évolution varie. Dans la première, la permanence des problèmes à régler structure l’action municipale, même si l’expansion démographique et l’évolution économique et technique renouvellent les enjeux à maîtriser. Dans la seconde, le pouvoir municipal ne peut rester étranger aux profondes modifications du modèle monarchique.

La police de la société et de l’espace urbain

6La justification fondamentale de l’existence d’un pouvoir municipal demeure la nécessité d’organiser la cohabitation pacifique et productive de nombreux habitants concentrés sur un espace restreint, ce qui présente bien des avantages mais aussi de nombreuses contraintes et occasions de tension. Même si cette solution n’est pas obligatoire comme le montre l’exemple des villes de l’aire de civilisation musulmane au Moyen Âge et aux Temps modernes, elle est une caractéristique de l’Europe chrétienne qui l’a largement exportée dans les mondes colonisés. Cette mission d’organisation de la vie communautaire passe par les multiples facettes de la police urbaine qui est, selon les termes de Nicolas Delamare, une « action publique procurant la sûreté, l’ordre et le bonheur public ».

  • 14 Garrioch, David, Neighbourhood and Community in Paris, 1740-1790, Cambridge, Cambridge UP, 1986 ; (...)
  • 15 Deceulaer, Harald, et Jacobs, Marc, « Les implications de la rue : droits, devoirs et conflits dan (...)

7Les grandes composantes de cette police municipale sont bien connues. Elles accordent une priorité non démentie à la surveillance vigilante du marché d’approvisionnement par crainte des émotions populaires et au contrôle des confréries de métier, structure corporative fondamentale d’organisation du travail manuel influant par interaction sur le monde du travail libre, non corporé. Dans l’ordre d’urgence viennent ensuite les questions sanitaires, tant les mobilisations ponctuelles contre les agressions épidémiques que l’action à longue haleine pour l’amélioration de l’hygiène publique. La question de l’assistance aux pauvres y trouve bien des connotations tant il est évident que les concentrations de pauvres agissent comme foyers mortifères dans des villes perçues comme des tombeaux humains. Même si l’époque moderne fait figure de transition comme phase intermédiaire entre la prédominance de l’Église héritée du Moyen Âge et la progressive prise en charge par l’État à partir du XVIIIe siècle, la forte municipalisation de la politique d’assistance durant les XVIe et XVIIe siècles s’inscrit comme une caractéristique forte de ce temps des Réformes religieuses, tout en conservant un rôle essentiel dans la gestion ultérieure des hôpitaux généraux. Par contraste, la police culturelle apparaît plus en retrait, se limitant à la surveillance des initiatives privées ou déléguant à une congrégation religieuse l’animation du collège de la ville, avec des problèmes de concurrence au XVIIIe siècle. Pour les questions religieuses, le pouvoir municipal n’est légitime qu’en ce qui concerne les conséquences sur l’espace public urbain : désordres venant d’une cohabitation confessionnelle difficile, mais surtout réglementation de l’invasion conventuelle tridentine au siècle des Saints. Si le soutien financier à l’action charitable des ordres religieux ou des congrégations dévotes rentre dans la politique globale d’assistance, la même aide à la venue de prédicateurs renommés pour les temps d’Avent ou de Carême touche plus au fondement de l’action municipale. Toutes ces questions renvoient vers le maintien de l’ordre social qui ne peut être assuré dans la ville de l’époque moderne qu’avec une étroite association collaborative entre l’autogestion des habitants (de rue ou de croisement de rues)14 et les forces publiques15, étant donné la maigreur de ces dernières, même si le XVIIIe siècle marque une nette inflexion vers un renforcement par suite d’une recherche de professionnalisation de l’activité policière. Au cœur de cette jonction, la milice bourgeoise, en tant que force publique formée de résidents protégeant leur espace commun, demeure une articulation essentielle.

8La police municipale couvre enfin le contrôle de l’espace matériel édifié, dans la réglementation de la construction privée et la prise en charge des équipements et des édifices publics. Dans les deux cas, l’impact réel de la police municipale fut très lent à s’imposer, soit par réticence de la population à se voir imposer des règles, soit par insuffisance financière résultant de l’urgence d’autres priorités, dans lesquelles la fiscalité royale tint un rôle majeur, soit parce que les interventions municipales demeurèrent longtemps sur le registre de l’accidentel avant d’entrer vraiment dans une logique programmatique d’embellissement avec le XVIIIe siècle. Une société urbaine vit toujours largement dans un cadre matériel construit à une époque plus ancienne, qu’elle essaie d’actualiser en permanence, en adaptant plutôt qu’en détruisant. Ce principe général était encore plus prégnant à l’époque moderne.

  • 16 Laffont, Jean-Luc, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, thèse (...)
  • 17 Abad, Reynald, Le grand marché. L’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Par (...)
  • 18 Kaplan, Steven L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001 ; Thillay, Alain, Le faubourg Sain (...)
  • 19 Ganiage, Jean, Beauvais au XVIIIe siècle. Population et cadre urbain, Paris, Éd. CNRS, 1999 ; Beno (...)
  • 20 Watts, Sydney, « Boucherie et hygiène publique à Paris au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire modern (...)
  • 21 Delpal, Bernard et Faure, Olivier (éd.), Religion et enfermements (XVIIe-XXe siècles), Rennes, PUR (...)
  • 22 Harouel, Jean-Louis, L’embellissement des villes : l’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, P (...)
  • 23 Denys, Catherine et Milliot, Vincent (coord.), « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles », Revue d’H (...)
  • 24 Denys, Catherine, Police et sécurité dans les villes de la frontière franco-belge au XVIIIe siècle (...)
  • 25 Milliot, Vincent, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », Revue d’hi (...)

9Dans la période récente, rares sont les ouvrages qui ont abordé frontalement cette thématique de la police urbaine16, sans doute à cause du réflexe de désengagement d’une approche institutionnelle démodée et par suite de la solidité des apports des années 1960 et 1970, tant dans les grandes thèses générales sur les villes que dans des approches thématiques économiques et sociales approfondies. Ce dernier courant n’a heureusement pas disparu, nous offrant récemment de nouvelles approches nous per-mettant de mieux situer l’action municipale, que ce soit pour la question du contrôle du marché d’approvisionnement17 et du monde du travail manuel18, les protections contre les vagues épidémiques19, les mesures d’hygiène publique20, la politique d’assistance aux pauvres21, les implantations religieuses, les questions d’enseignement ou la réglementation de la construction privée et de l’embellissement urbain22. La dynamique la plus forte est venue de la réflexion sur la professionnalisation de la police sur une phase portant principalement sur les XVIIIe et XIXe siècles. Ont été explorées les différentes méthodes envisagées pour mieux contrôler un monde urbain jugé « insaisissable », dans le rejet ou la reprise partielle de solutions anciennes, à partir d’une recherche d’un découpage de l’espace urbain plus performant23. La demande sociale soutenant l’orientation des pouvoirs vers la constitution d’une police de métier, beaucoup mieux qualifiée techniquement dans le maintien de l’ordre, la recherche s’est préoccupé de mieux cerner ses conditions d’opération24, en analysant plus précisément les observations d’agents directement concernés25.

  • 26 Bayard, Françoise (éd.), Les finances en province sous l’Ancien Régime, Paris, Comité pour l’histo (...)

10Dans l’analyse des grandes missions des municipalités d’Ancien Régime, il ne faut jamais oublier l’importance de la chronologie et de l’évolution du contexte à l’échelle du royaume et de la première forme historique de mondialisation. Si le prélèvement de l’État sur les ressources urbaines contre la reconnaissance des privilèges communautaires reste une donnée permanente essentielle, celui-ci n’a pris ni la même forme ni la même ampleur selon les époques et les situations géographiques26. Les investissements militaires en sont la meilleure illustration. Si toutes les villes sont concernées depuis la guerre de Cent Ans, la répartition géographique de l’insécurité a progressivement opposé les villes des frontières terrestres et maritimes, où l’effort de fortifications défensives a dû être décuplé, et les villes de l’intérieur sanctuarisé où les vieux remparts médiévaux sont tombés en ruine faute d’entretien soigné. La progression a été très irrégulière puisque le siècle des guerres civiles et religieuses et des prises d’armes nobiliaires (1562-1653) a ralenti ou même renversé temporairement une évolution engagée au début de l’époque moderne.

  • 27 Monohan, Gregory W., Year of sorrows. The great famine of 1709 in Lyon, Colombus, Ohio State Unive (...)
  • 28 Rousteau-Chambon, Hélène (éd.), Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique, Pari (...)
  • 29 Hourblin, Xavier, Les finances de Reims à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CHEFF, 2008.

11Les grandes vagues destructrices de population ont aussi profondément influencé l’action municipale puisque l’urgence de la protection a imposé des réaffectations de ressources. De manière non aléatoire, puisque guerres, famines et épidémies ont partie liée, cet endiguement des catastrophes couvre à peu près la même période, puisque les villes se sont mieux tirées d’affaire des grandes crises frumentaires de la fin du règne de Louis XIV, ayant appris à prévenir leur retour par une organisation de stockage ou d’importation27. Ces obligations de réponse expliquent largement le grand endettement auquel Colbert a prétendu mettre fin pour préserver un outil essentiel pour le maniement de la fiscalité royale et de son cortège d’expédients. Au XVIIIe siècle, l’enrichissement du royaume par le développement des échanges soutenu par l’élargissement social de la consommation et les progrès de l’administration provinciale dans le traitement des déficits céréaliers et du cloisonnement des épidémies, soulageant d’autant les villes qui auparavant servaient de refuge utopique à tous les miséreux des campagnes, ont permis l’entrée des villes provinciales dans la phase ambitieuse de l’embellissement urbain, principalement celles où venaient s’accumuler les fruits du capitalisme commercial et colonial, en priorité les grands ports maritimes ou les grands carrefours intérieurs28. Selon les époques et selon la position géographique des villes, la comparaison des budgets municipaux montre ainsi de fortes différences29.

Un pouvoir intermédiaire entre la communauté d’habitants et le pouvoir royal

12Les corps de ville n’auraient jamais pu accomplir leur mission d’organisation de la vie communautaire sans l’existence de relais institutionnels et sociaux en direction des habitants, servant de cadre aux interactions entre l’autorité légitime et l’ensemble des administrés, dans le respect d’une délégation hiérarchique d’autorité autant sociale que corporative. Ces structures d’encadrement de base jouaient un rôle essentiel car c’était le lieu de formation et de renouvellement permanent de l’identité urbaine, la matrice de l’esprit communautaire et du civisme urbain, l’instance de fabrication du loyalisme et du respect des autorités, donc du maintien de l’ordre urbain. Il existait habituellement trois grands types de relais dans les villes françaises d’Ancien Régime, ce qui multipliait donc les possibilités d’identification civique et de construction des liens sociaux communautaires. Le pouvoir municipal était le plus souvent relié en priorité à l’un des trois, surtout dans ses procédures de désignation, mais l’utilisation des trois canaux dans le cadre de l’action gestionnaire venait rééquilibrer l’ensemble. Reste que l’affichage préférentiel dans la légitimation communautaire assurait une tonalité spécifique dans la définition de l’essence de cette dernière.

  • 30 Maillard, Jacques, op. cit., p. 94-99.
  • 31 Descimon, Robert, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales (...)
  • 32 Guignet, Philippe, « Pouvoir municipal et communauté de métier dans les Pays-Bas méridionaux aux T (...)

13Il existait des villes où les paroisses servaient ainsi de cellule de base pour l’établissement des liens entre corps de ville et habitants30, ce qui entretenait l’image de la ville en tant que communauté de croyants devant se rapprocher des idéaux de la cité de Dieu proposés aux fidèles par les Réformes religieuses. D’autres villes utilisaient les quartiers miliciens et leur structure de commandement comme canaux de communication entre les édiles et les habitants, s’appuyant ainsi sur l’image puissante d’une communauté rassemblée pour son autodéfense dans toutes les acceptions possibles, depuis les dangers militaires, la pression des pauvres des campagnes ou des horsains ou la protection des privilèges urbains, c’est-à-dire une version plus sécularisée de l’essence municipale31. D’autres villes avaient assis la vie municipale de préférence sur le système des confréries de métier32, ce qui associait la construction du civisme et de la référence communautaire à l’expérience sociale du travail réglementée dans une approche globale du travailleur, le prenant dans ses conditions d’existence économique, sociale, religieuse et culturelle.

  • 33 Croq, Laurence, Être et Avoir, Faire et Pouvoir : les formes d’incorporation de la bourgeoisie par (...)
  • 34 Croq, Laurence et Lyon-Caen, Nicolas, « Le rang et la fonction. Les marguilliers des fabriques par (...)
  • 35 Saupin, Guy, « La milice bourgeoise : relais politique fondamental dans la ville française d’Ancie (...)

14Rappelons qu’au-delà de la priorité d’affichage pour les élections, la superposition était de règle, prudente garantie de consolidation du loyalisme par la diversification des sources. L’émergence dans la petite notabilité intermédiaire était ainsi souvent assurée par le cumul de responsabilités au sein de ces trois grandes filières. L’exemple parisien montre ainsi comment l’appartenance à la puissante corporation des merciers, pièce majeure de l’oligarchie des six corps des métiers, était un tremplin efficace pour intégrer l’échevinage alors que la procédure électorale reposait sur le système d’encadrement des quartiers miliciens33. Bien des échevins étaient passés par les fabriques paroissiales34. Si la recherche française a déjà pris en compte ces relais fondamentaux du pouvoir municipal, cette réalité reste pourtant un champ encore largement méconnu. Pour ce qui est de la compréhension de la fonction réelle de la milice bourgeoise, on ne peut que regretter la difficulté de la recherche française à se dégager de la conception militaire de cette institution pour les XVIIe et XVIIIe siècles, ce qui conduit à la conclusion de décadence mal masquée par un événementiel folklorique, alors qu’une entrée par la résolution concrète des problèmes de police montre son rôle essentiel dans la fabrication de l’ordre urbain35.

  • 36 Aubert, Gauthier, « Devenir officier dans la milice bourgeoise de Rennes sous l’Ancien Régime », d (...)
  • 37 Saupin, Guy, « Milice bourgeoise et sociabilité de quartier à Nantes au début du XVIIIe siècle », (...)
  • 38 Marraud, Mathieu, « Les faux-semblants de la mobilité sociale dans la marchandise parisienne, XVII(...)
  • 39 Cottret, Monique et alii (éd.), Identités, appartenances, revendications identitaires, Paris, Noli (...)

15Ces relais fournissent un cadre d’analyse essentiel pour avancer dans la compréhension de la formation de l’identité communautaire pour le grand nombre, au-delà des productions littéraires érudites dont l’écho social ne dépasse guère l’oligarchie en place. S’intéresser à ces relais36, c’est justement comprendre comment des acteurs relevant d’un niveau social médian sont aussi des médiateurs culturels articulant le discours civique humaniste et religieux avec les solutions aux problèmes très concrets posés par les comportements d’une majorité d’habitants n’ayant aucune chance d’accéder à une quelconque responsabilité publique, si minime soit-elle. Des approches inventives sur l’évolution du fonctionnement des fabriques paroissiales, des rassemblements élémentaires de miliciens autour de leurs sergents37, des capacités de renouvellement et d’intégration des jurandes38, y compris aux femmes tenant une entreprise, ont apporté de précieuses indications sur la fabrication concrète d’une identité urbaine dans lequel le social (individus, familles et corps) et le culturel, y compris le religieux, s’interpénètrent dans une symbiose en redéfinition permanente39.

16Dans l’historiographie traditionnelle, le pouvoir municipal fait figure, avec d’autres, de grande victime de la progression de la monarchie d’esprit absolutiste. Cela distingue donc les villes françaises de leurs homologues espagnoles, anglaises ou néerlandaises dans lesquels se sont maintenus des gouvernements urbains protégés par de solides chartes dans un système politique plus décentralisé. Si cette vue a été fondamentalement corrigée en ce qui concerne le positionnement socio-politique de la noblesse, il n’en est pas de même pour les municipalités, principalement dominées par les élites roturières urbaines. Pourtant, la question de la nature de la relation profonde entre les échevinages ou consulats et le pouvoir royal s’est enrichie d’approches novatrices qui invitent à soumettre au débat la vieille antienne de la dégénérescence symbolisée par la domination absolue de l’intendance à partir du règne de Louis XIV. Pour clarifier la discussion, il convient tout d’abord de distinguer la tutelle administrative sur les actions et les finances du contrôle social du renouvellement du corps de ville, les deux étant mêlés habituellement dans le discours sur l’anéantissement du pouvoir municipal.

  • 40 Descimon, Robert, « Les élections échevinales à Paris (MI-XVIe siècle-1679). Analyse des procédure (...)
  • 41 Coste, Laurent, Messieurs de Bordeaux..., op. cit., p. 167 ; Figeac, Michel, « La place du gouvern (...)
  • 42 Breen, Michael P., Law, City and King : legal culture, municipal politics and state formation in e (...)
  • 43 Lignereux, Yann, « La puissance des Villeroy. L’héritage du pouvoir à l’épreuve, 1589-1619 », dans(...)

17Il est exact que le pouvoir royal a progressivement établi son contrôle réglementaire sur la désignation des maires et échevins ou des consuls en limitant le rôle des corps électoraux à la fourniture de listes de possibles sur la base de trois propositions pour un poste. S’est donc mis en place un système tripartite de renouvellement des corps de ville, alliant une cooptation préalable des éligibles par les édiles en fonction et sortis de charge, un classement des candidats sur ces listes par une assemblée électorale aux dimensions sociales très variables selon les villes et, pour clore le tout, le choix final du pouvoir royal. Le principe est imposé progressivement au XVIIe siècle, souvent en réaction à un manque de loyalisme envers la monarchie. Ces trois niveaux offraient des terrains d’action aux systèmes clientélistes locaux ou nationaux comme à l’intervention des représentants du pouvoir – gouverneurs provinciaux ou locaux et intendants –, dans un équilibre variant selon les villes, les époques et surtout les dimensions sociales et les personnalités en présence40. Si la situation la plus fréquente laisse le rôle majeur à l’intendant quant au travail d’information et de conseil, dans une collaboration respectueuse avec un gouverneur qui a toujours gardé la préséance honorifique pour la tutelle politique des villes. L’arrivée d’un grand aristocrate particulièrement ambitieux comme le maréchal de Richelieu en Guyenne41 ou le duc d’Aiguillon en Bretagne au XVIIIe siècle ou la permanence d’une grande maison princière comme celle des Condé dans le gouvernement de Bourgogne42 ou la longévité record des Villeroy dans le gouvernement du Lyonnais43 ont pu fort bien inverser la donne.

  • 44 Évolution fort bien commentée pour Angers par Maillard, Jacques, op. cit., p. 100-118.
  • 45 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle, op. cit., p. 99-108.

18Les études récentes permettent d’insister sur plusieurs thèmes. Le premier concerne la diversité des situations et surtout leur réversibilité selon les acteurs et les contextes44, ce qui prouve qu’il n’a jamais existé de politique globale formulée du haut du Conseil du roi et appliquée mécaniquement par les principaux commissaires royaux dans les provinces. Les représentants royaux sont placés en situation d’arbitrage face aux prétentions des candidats et de leurs protecteurs. La priorité du maintien de l’ordre et du loyalisme dans la ville les conduit à essayer de satisfaire au mieux les ambitions des différents réseaux d’amitié ou de patronage en organisant une rotation qui laisse l’impression globale d’une distribution équilibrée de la faveur. Aux antipodes d’une pratique arbitraire, expression de la pure faveur de la grâce royale absolutiste, non lisible par les élites locales, cette répartition est fondamentalement structurée par la recherche du rassemblement de toutes les forces de l’élite urbaine autour du trône, par le biais de la satisfaction de ses demandes dans un calendrier respectable. L’observation fine des désignations montre ainsi ce jeu subtil de rotation, les refusés du jour étant les élus du lendemain, recalés dans un premier temps non pas pour ce qu’ils sont eux-mêmes, comme individu, membre d’un lignage ou élément actif d’un réseau d’influence, mais parce qu’ils doivent laisser leur tour à d’autres plus prioritaires qu’eux pour des raisons très contingentes de contexte local45. Finalement, il devient surtout intéressant de s’interroger sur les quelques malheureux, au total fort peu nombreux, qui ont été systématiquement ignorés après plusieurs propositions électorales. Ici gît certainement un conflit dont l’éclaircissement doit s’avérer particulièrement parlant pour la compréhension de la vie politique locale.

  • 46 Kettering, Sharon, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-Century France, New-York – Oxford, (...)
  • 47 Descimon, Robert, « Les scrutateurs des élections échevinales à Paris (mi-XVIe/mi-XVIIe siècle. De (...)
  • 48 Finley-Croswhite, Annette, Henry IV and the Towns. The Pursuit of Legitimacy in French Urban Socie (...)

19Dans cette perspective, il est ainsi très regrettable de constater que la plupart des études sur le clientélisme aristocratique postulent sans démonstration une évidente prolongation du système sur les pouvoirs municipaux46. Cette démarche repose sur le principe que tout édile ne peut être que le client d’un grand patron de cour ou de son courtier provincial ou local alors qu’il nous paraît que la distribution des fonctions s’établit sur la recherche d’une bonne rotation dans les réseaux structurant l’oligarchie urbaine47. Un point maximal est atteint lorsque l’entretien ou la reconstruction de l’échange constructif entre la ville et le roi par le biais de l’interaction entre le loyalisme et la préservation des privilèges communautaires se résume à cette seule mécanique sociale48. Sauf à dire que tous les ensembles relationnels qui organisent la vie politique au sein du cercle social du recrutement du corps de ville sont forcément des clients d’un grand aristocrate, ce qui revient à nier le principe de relations privilégiées, ce type d’analyse mal définie, parce que saisissant une base mal connue de la pyramide des élites du royaume, nous semble mener vers une explication erronée, loin des réalités socio-politiques des villes. Cette argumentation prend encore plus de force lorsque l’administration royale passe de la négociation avec le patronage aristocratique à la prépondérance du clientélisme ministériel à partir du règne de Louis XIV, car nous ne pensons pas que cela ait changé le mode de fonctionnement et la nature du contrôle royal.

  • 49 Croq, Laurence, « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes : démantèlement d’une st (...)
  • 50 Carbonnier, Youri (coord.), « Réinventer Paris au XVIIIe siècle. Regards croisés franco-américains (...)

20Il est certain que le temps de Colbert fut une étape majeure dans le renforcement de la tutelle administrative, ouverte avec la vérification des comptes conduisant à la publication des édits d’encadrement des finances municipales distinguant les dépenses ordinaires réglementées et les extraordinaires soumises à autorisation royale via l’intendant et close par l’édit de synthèse de 1683 soumettant la demande de ces dernières à la tenue d’une assemblée générale délibérative. Personne ne songe à nier la réalité de cet encadrement : toute consultation rapide des archives municipales l’établit clairement, même si des exceptions existent comme celle engendrée par la proportion tout à fait inhabituelle des ressources patrimoniales par rapport aux revenus d’octroi pour la municipalité d’Angers. La logique de la monarchie administrative a été de considérer de plus en plus les municipalités comme des cellules de base de l’appareil d’État, sans jamais vouloir leur ôter leur caractère représentatif49. Faut-il en déduire une contraction de leur rôle, une réduction de leurs compétences, une diminution de leur activité par asphyxie financière ? L’observation du champ d’action des municipalités au XVIIIe siècle prouve assez facilement le contraire. Le temps n’est plus où l’on pouvait décrire l’embellissement comme l’œuvre d’intendants démiurges obligés de se substituer à des corps de ville sans idées, ou plutôt bloqués dans une vision conservatrice de la ville. Des études plus proches des réalités en multipliant la diversité des sources, donc plus distanciées de la pure reproduction du discours d’autojustification des intendants, ont réévalué la dynamique de collaboration, alternant des phases de tension et d’entente plus facile, entre des commissaires royaux introducteurs d’innovations à travers le recours à des hommes de l’art (architectes de l’Académie ou ingénieurs militaires ou des Ponts et Chaussées) et des édiles locaux fins connaisseurs des contraintes du site et soucieux du financement des opérations50. Il ne faut donc pas confondre bureaucratisation de la vie municipale et contraction de ses compétences et de ses moyens de transformation de la ville.

  • 51 Le Mao, Caroline, « La ville sans Messieurs. L’insoutenable absence des parlementaires bordelais a (...)
  • 52 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle..., op. cit., p. 153-170 ; Lignereux, Yann, Lyon et le Roi..., (...)
  • 53 Rigaudiere, Albert, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993 ; Chevalier, Bernard, (...)

21Plus avant, faut-il considérer les corps de ville du XVIIIe siècle comme asservis par les agents royaux par le biais du fréquent cumul de la charge de maire et de la fonction de subdélégation ou faut-il regarder cette forte jonction avec l’intendance comme une stratégie désirée et assumée par des élites urbaines renouant avec un municipalisme plus fort en dégageant l’action du corps de ville, et tout spécialement la police urbaine, de la tutelle des cours de la justice royale51 ? La compétition autour de l’office de lieutenance générale de police créé pour les villes de province en 1699 et les variations des solutions l’ayant provisoirement arbitrée restent un bon indicateur de cette tension majeure du XVIIIe siècle, dont le dénouement paraît le plus souvent favorable aux autorités municipales, au moins dans les villes sans parlement. Par ailleurs, l’interprétation de la dégénérescence des municipalités françaises d’Ancien Régime ne repose-t-elle pas sur le postulat implicite que leur rôle dans l’organisation d’un espace social et matériel communautaire ne saurait exister que dans une relation d’opposition face à un pouvoir royal prédateur ? Position assurément abusive ! Des recherches récentes ont suggéré la fécondité d’une autre démarche décrivant l’affirmation municipale dans le loyalisme assumé ou la sujétion sublimée52. Ainsi l’adaptation du pouvoir municipal se situerait dans la réinterprétation idéologique d’une option collaborative ouverte à l’extrême fin du Moyen Âge53 et ne se traduirait pas par une contraction des compétences communautaires, mais au contraire par un élargissement soutenu par une augmentation de moyens financiers.

Histoire sociale des acteurs du pouvoir municipal

  • 54 Croq, Laurence, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique » da (...)
  • 55 Saupin, Guy, « Vie politique et liens sociaux dans les villes françaises », dans Poussou, Jean-Pie (...)

22L’histoire sociale du pouvoir municipal a classiquement recouru à l’entrée par les catégories sociales, en essayant de conférer à celles-ci toute la finesse nécessaire pour rendre compte des réalités du temps et répondre aux interrogations nées du débat critique enrichi par une longue pratique historienne54. Toutefois, l’idée qu’une autre histoire sociale reposant sur la reconstruction des liens sociaux à partir des initiatives des individus était beaucoup plus pertinente ne pouvait qu’ouvrir de nouvelles perspectives pour l’analyse sociale des acteurs intégrés dans les corps de ville. Le fait que la détention du pouvoir échevinal ou consulaire résulte du jeu d’influence et du rapport de force d’ensembles sociaux de diverse nature, allant des familles aux réseaux d’influence, est apparu en même temps comme une évidence et comme une réalité qu’il n’est pas si facile d’illustrer55. Pour éliminer des clichés erronés et s’approcher du fonctionnement réel de ces configurations sociales autour du pouvoir municipal, il a fallu revoir totalement le problème du renouvellement des corps de ville pour éliminer l’approche traditionnelle de « caste municipale » avant de questionner une typologie d’interrelations possibles au sein du noyau central qui a pu porter en son sein une certaine continuité de l’éthique et de l’action municipale pour une phase historique donnée de l’époque moderne.

Sociologie catégorielle des corps de ville

  • 56 Cosandey, Fanny (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, Éd. EHE (...)
  • 57 Croq, Laurence, « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale da (...)

23Présenter un tableau de la composition sociale catégorielle revient à classer les acteurs selon les normes admises par la société du temps56. Ceci pose immédiatement une première difficulté puisque l’époque moderne est caractérisée par une longue tension entre un modèle officiel renvoyant vers les déclinaisons de la société d’ordres considérée comme pérenne dans l’idéologie dominante et des pratiques sociales en discordance avec ce schéma, révélatrices de la progression lente mais ininterrompue de la puissance de l’argent et des facilités de vie qu’il procure dans la considération sociale, renvoyant vers une reconfiguration vers une future société de classes. La puissance culturelle des références établies et le mimétisme de comportement des nouveaux riches invitent toutefois à privilégier les cadres mentaux de la société d’ordres dans cette classification historienne57.

  • 58 Pour une excellente mise au point à partir du Sud-Est français, voir Derlange, Michel, Les communa (...)
  • 59 Saupin, Guy, « Les artisans dans les corps politiques urbains en France sous l’Ancien Régime », da (...)

24L’enjeu consiste donc à mesurer les parts respectives accordées au clergé – mais celui-ci n’est généralement pas compris dans l’échevinage ou le consulat lui-même –, à la noblesse – avec la question des divers types de noblesse – et surtout des élites du Tiers État, puisque le pouvoir municipal est principalement identifié comme l’attribut majeur de ces dernières. Il s’agit ici d’évaluer le poids relatif des officiers royaux de judicature ou de finance, des gens de justice associés aux juges comme les avocats, les procureurs, les notaires ou par extension socio-culturelle des gradués des universités comme les professeurs de droit et les médecins, et bien entendu des grands marchands, qu’ils soient plutôt hommes d’affaire du commerce de gros ou marchands détaillants de produits de luxe, sans oublier enfin les « bourgeois », purs propriétaires rentiers ou notables sortis récemment des autres carrières citées, la plupart du temps marchands puisqu’il s’agit alors de masquer un certain déficit d’honorabilité en recourant à une autre identification sociale, le nom d’une de ses sieuries le plus souvent. La principale conclusion qui s’impose correspond à l’exclusion quasi générale des « mécaniques » des fonctions de maire, échevin et consul, les rares exceptions renvoyant le plus souvent vers des petites villes à la limite des bourgs ruraux58. Dans la plupart des villes, les marchands détaillants des produits ordinaires pour le marché urbain ne sont pas jugés dignes des responsabilités municipales59. Une des frontières majeures de la société urbaine s’établit à ce niveau.

  • 60 Étude précise du système à partir du Languedoc et réflexions fort intéressantes dans Bonin, Pierre (...)

25Il existe une grande différence entre les villes où la composition du corps de ville obéit à une norme réglementaire protégeant un idéal de représentation communautaire selon les valeurs hiérarchiques de la société d’ordres, au nom de la conception conservatrice de la supériorité éternelle de ce schéma, et les villes où cette composition normée n’existe pas. Dans les secondes, la répartition des charges est laissée aux jeux de positionnement et de compétition des acteurs sociaux. Ce dualisme est surtout révélateur de la tension qui travaille la représentation mentale de la communauté dans les sociétés urbaines. Le recours à la règle instituée pourrait refléter un réflexe de protection d’un esprit communautaire, principalement symbolique, contre les conséquences d’un accroissement des écarts socio-culturels au long de l’époque moderne. Cela expliquerait que cette pratique soit principalement le fait de la France méridionale, très attachée au système des rangs sociaux pour le classement des consuls, dans laquelle la perpétuation du droit romain a sans doute mieux enraciné qu’ailleurs, ou plus exactement depuis plus longtemps, cet idéal communautaire60. Cet endiguement des variations économiques, sociales et culturelles dans un cadre social et politique immuable marque aussi la prégnance d’une approche conservatrice de l’institution municipale que l’on refuse de voir affectée par les évolutions sociales réelles. Il faut ici prendre la notion de conservation sans les connotations classiques positives ou négatives, progressistes ou réactionnaires – le conservatisme étant ici protecteur d’une certaine ouverture sociale à l’élite artisanale –, car il s’agit bien d’un refus d’une inscription dans la temporalité, comme si le modèle social municipal était capable de défier le temps.

  • 61 Id., ibid., p. 408-426 ; Mouysset, Sylvie, Le pouvoir dans la bonne ville..., op. cit., p. 85-124.

26S’il est aisé d’intégrer cette vision dans la culture politique dominante de l’Ancien Régime, il est beaucoup plus délicat de comprendre pourquoi cette attitude n’a jamais été retenue dans d’autres villes, principalement dans la France septentrionale, mais les exceptions y sont nombreuses. La logique voudrait que cela corresponde aux villes où la naissance d’une organisation municipale a été suffisamment tardive pour que l’esprit oligarchique l’ait déjà emporté sur la référence communautaire. Cette question n’a pas été traitée avec suffisamment d’ampleur pour qu’il soit permis d’y répondre actuellement. Le caractère probablement minoritaire des villes non réglées indique peut-être tout simplement l’émergence d’une culture politique municipale alternative qui lie étroitement la régulation sociale du gouvernement urbain à l’évolution réelle de la société urbaine, en intégrant tous les changements de contexte. Deux cultures municipales auraient donc coexisté dans la France d’Ancien Régime. L’une, sans doute majoritaire, plaçant l’institution au-dessus du social, avec un pouvoir normatif au moins dans la production symbolique de l’imaginaire urbain ; l’autre, minoritaire, situant l’institution comme un produit de la société. Ce serait toutefois une grave erreur de surestimer les différences en oubliant de replacer l’analyse des normes dans les pratiques sociales. Les études récentes ont souligné combien le système officiel des rangs était subverti de l’intérieur par une non correspondance entre la règle et la situation réelle des consuls, toujours au détriment de l’élite populaire urbaine61. De façon logique, l’institution consulaire finit elle aussi par obéir à la pression sociale exprimée par l’élite urbaine. Reste un attachement mémoriel à un affichage qui ne doit pas changer.

  • 62 Saupin, Guy, « Fonctionnalisme urbain et sociologie des corps de ville français du XVIe au XVIIIe (...)

27Les variations de proportionnalité des catégories socio-professionnelles dans les corps de ville étant infinies, il peut en ressortir l’impression que tout est diversité et qu’il est vain de tenter de dégager une quelconque typologie à l’échelle française et plus encore une modélisation sociologique. Sans céder à une fascination absolue pour ce type de démarche, nous pensons que l’histoire ne peut pas se réduire à la collection additionnelle d’étude de cas, faute de perdre toute signification. C’est pourquoi nous avons proposé une interprétation globale aboutissant à une typologie en quatre processus pour rendre compte de la sociologie des corps de ville français de l’époque moderne62. L’idée centrale est que la distribution des responsabilités politiques municipales au sein de l’élite urbaine relève de conditions sociales et culturelles dont la puissance d’action provient du croisement de la définition de l’équilibre fonctionnel de la ville et de la force relative du mimétisme de comportement des états sociaux dans une logique d’élévation sociale dans une société d’ordres. Le premier critère revient à mesurer les parts relatives des fonctions administratives, religieuses et culturelles, économiques et militaires dans le développement urbain, avec toutes les conséquences sociales qui en ressortent, surtout pour la modulation de l’élite urbaine selon le positionnement géographique de la ville et le moment historique considéré. Le second critère entend souligner l’importance de l’interaction entre les comportements des acteurs relevant du cercle oligarchique municipal, principalement dans les jeux des désistements engendrant mécaniquement des promotions par simple effet sociologique. Pour rendre compte de la présence des groupes sociaux dans les corps de ville, il ne faut pas seulement raisonner en termes de vainqueurs d’une âpre compétition, mais aussi en termes de simples profiteurs de places vides abandonnées volontairement par d’autres, ce qui renvoie à l’impact des jugements de valeur dominants sur le modèle d’ascension sociale et sur l’image de l’institution municipale dans ce schéma.

  • 63 Petitfrere, Claude, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », (...)
  • 64 Barbusse, Grégory, op. cit., p. 171-216 ; Gresset, Maurice, Gens de justice à Besançon (1674-1789) (...)
  • 65 Coste, Laurent, Messieurs de Bordeaux..., op. cit., p. 223-240.

28Dans la ville de type administratif, de nature civile ou religieuse, ce sont les officiers royaux de justice et de finances qui dominent les corps de ville, principalement ceux de la justice royale, renvoyant surtout aux présidiaux, aux bailliages, aux sénéchaussées et autres cours inférieures ou spécialisées en justice financière, mais aussi ceux des bureaux des finances et des élections63. La suprématie des gens de justice est assurée par l’adjonction des auxiliaires des cours de justice comme les avocats et les procureurs. Les notables issus des diverses catégories marchandes ne tiennent généralement que le second rang. Les capitales administratives provinciales possédant un parlement font cependant exception. Ici, bien que l’équilibre fonctionnel produise les mêmes effets sociaux, les officiers royaux supérieurs et moyens désertent plutôt les corps de ville, en les laissant ainsi à des officiers de justice inférieurs ou secondaires et principalement aux avocats64. C’est le résultat de l’imitation du comportement de la haute robe parlementaire qui ne daigne plus s’abaisser, depuis le milieu du XVIe siècle, à siéger dans les corps de ville, sauf pour le présider dans certains contextes stratégiques particuliers. Ici, les corps de ville sont ainsi remplis d’avocats et de procureurs qui ne laissent qu’une place minoritaire aux marchands, surtout lorsque la ville entend réserver une place à la gentilhommerie urbaine65.

  • 66 Bayard, Françoise, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1997 ; Id., « L’émergence de (...)

29Dans la ville dont la croissance repose avant tout sur les activités commerciales, manufacturières et financières, le monde marchand, dans sa diversité supérieure, domine numériquement le plus souvent le corps de ville, à l’exception de la place de maire ou de premier consul laissée assez souvent à un officier royal. Il n’est cependant pas rare que cet officier vienne d’une famille encore bien ancrée dans le commerce ou dont la sortie en est fort récente66. Reste un quatrième type plus complexe, à cause d’un équilibre fonctionnel plus diversifié, correspondant surtout à deux situations : des places commerciales et manufacturières dont le dynamisme économique rencontre la concurrence d’une forte armature administrative (grande capitale provinciale comme Bordeaux) ou une puissante fonction militaire pour les villes de la frontière continentale ou maritime. Ici, les effets sociologiques entrent en vive concurrence, le rôle militaire favorisant la noblesse par l’intégration de jeunes officiers venus d’ailleurs dans les anciennes familles locales, ceci beaucoup plus sur la frontière continentale (Lille, Valenciennes) que sur la frontière maritime où le commerce résiste mieux (Dunkerque, Brest).

  • 67 Deyon, Pierre, Amiens, capitale provinciale. Études sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris, (...)
  • 68 Maillard, Jacques, op. cit., t. I, p. 228-232.
  • 69 Baumier, Béatrice, « Les maires et échevins d’origine marchande : l’exemple de Tours à l’époque mo (...)
  • 70 Junges, Catherine, Les échevins parisiens au XVIIIe siècle, thèse de l’École des Chartes, 1996.
  • 71 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle..., op. cit., p. 153-167 ; Id., « Sociologie du corps de ville (...)

30Exposé d’abord sans suffisamment de nuances, ce modèle interprétatif de la sociologie municipale française, assis sur une observation des villes provinciales laissant Paris à part pour son statut particulier de capitale du royaume, n’a cependant pas été remis fondamentalement en cause. Les observations critiques ont été toutefois mises à profit pour affiner l’analyse et proposer des explications à des variations périphériques toujours liées à un contexte institutionnel ou événementiel particulier. Ce modèle n’est pas statique et des recompositions de comportement peuvent être observées. Globalement, deux grandes tendances marquent les Temps modernes. La première modernité, du XVIe au milieu du XVIIe siècle, a connu un renforcement des positions des gens de justice dans les corps de ville au détriment du monde marchand. Dans la seconde modernité, la considération croissante accordée au grand commerce ou au commerce de luxe rejaillit sur la composition des corps de ville avec un renforcement progressif de la présence marchande dans les villes où cette mutation est réglementairement possible. Cette spécificité du XVIIIe siècle, vérifiable à Amiens67, Angers68 et Tours69, mais aussi à Paris70, renvoie à l’alternative interprétative entre repli volontaire ou forcé des officiers de justice et conquête ou occupation d’un espace déserté par les marchands. Les récriminations des premiers à Tours et leurs accusations non fondées sur l’insuffisance du sens communautaire de leurs concurrents plaident ici pour un véritable retournement de puissance dans l’élite urbaine, certainement explicable par les retombées de la dynamique atlantique. Par ailleurs, dans l’explication des variations locales sur un site, les facteurs politiques et religieux (en particulier l’impact des guerres civiles et religieuses du dernier tiers du XVIe siècle), semblent plus déterminants que les mutations économiques. La similitude de l’évolution entre Amiens et Nantes en passant du XVIe au XVIIe siècle en fournit une excellente illustration71.

Pouvoir municipal et réseaux de sociabilité

  • 72 Gribaudi, Maurizio (éd.), Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociau (...)
  • 73 Ruggiu, François-Joseph, Beauvalet, Scarlett et Gourdon, Vincent (dir.), Liens sociaux et actes no (...)
  • 74 Il y a bien des leçons à tirer de l’historiographie espagnole très dynamique sur ce champ d’étude (...)

31L’importance de la reconstitution des réseaux de sociabilité afin d’approcher au plus près les mécanismes d’intégration et de répartition de l’influence au sein des corps de ville est une priorité majeure reconnue par tous les chercheurs72. Tirant profit du riche débat né de la redéfinition des méthodes de l’histoire sociale à partir des acquis de l’expérience de la micro-histoire, les travaux sur l’histoire sociale du pouvoir municipal se sont tous préoccupés de la reconstitution des systèmes relationnels construits par les individus ou leurs familles73 pour expliquer leur réussite et mesurer leur capacité à peser sur une politique municipale. Le principe de transposition du modèle d’interprétation du fonctionnement de l’État monarchique selon une logique clientéliste aux échelons provinciaux et locaux a également largement soutenu cette direction de recherche74, sans que ce principe d’identité de fonctionnement ne soit d’ailleurs suffisamment soumis à discussion.

  • 75 Ruggiu, François-Joseph, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (...)
  • 76 Mouysset, Sylvie, Le pouvoir..., op. cit., p. 374-402. Combet, Michel, Jeux des pouvoirs et famill (...)
  • 77 Saupin, Guy, « Vie politique et liens sociaux dans les villes françaises », dans Poussou, Jean-Pie (...)

32La famille étant la première cellule sociale de protection des individus, il est logique que la plupart des études récentes se soient penchées sur le poids des familles dans l’exercice du pouvoir municipal, les maires, échevins ou consuls étant plus saisis comme des représentants de leurs lignages respectifs que comme des individus s’étant faits tout seul75. La reconstitution généalogique des familles a permis de dépasser une première entrée purement patronymique caractéristique des premières enquêtes en élargissant la description du réseau de parenté grâce à l’agrégation de toutes les familles alliées76. Cet enrichissement a permis d’ouvrir la discussion sur les variations des formes de structuration d’intensité différente selon le principe de polarisation autour d’une dynastie patronymique ou l’enchaînement de familles différentes par le biais des alliances, ce dernier type pouvant garder une allure assez dynastique si le passage de témoin se fait par une héritière principale ou pouvant partir vers une simple chaîne d’alliés sur une seule génération, effaçant tout principe de polarisation, ou vers une succession sur plusieurs générations en dehors de tout sentiment dynastique77. De l’un à l’autre type, l’éloignement dans l’espace social par la multiplication des alliés d’alliés ou dans le temps par la déclinaison sur les générations entraîne une érosion et risque d’affaiblir la réalité de la conscience parentale par simple distanciation ou plus encore par complexification des connections parentales possibles au niveau d’un individu. Faute de tomber dans de graves erreurs d’interprétation, il n’est pas possible de considérer que toutes les connections parentales se valent dans un système parental reconstitué sur le papier par l’historien. Il existe nécessairement un cœur de parenté à haute densité relationnelle et des zones périphériques où cette réalité devient moins sensible, donc beaucoup plus aléatoire. Il n’est pas si aisé d’établir cette distribution car elle ne saurait être confondue automatiquement avec une pure logique centre – périphérie, même si cette dernière joue souvent un rôle fondamental.

  • 78 Descimon, Robert, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris (...)
  • 79 Croq, Laurence et Lyon-Caen, Nicolas, « La notabilité parisienne entre la police et la ville : des (...)
  • 80 Saupin, Guy (éd.), Histoire sociale du politique..., op. cit., chap. 5.

33Toutes ces avancées récentes ont considérablement enrichi notre perception de la distribution sociale du pouvoir municipal en nous permettant de croiser les logiques d’appartenance à des réseaux de parenté et de référence identitaire à un horizon corporatif professionnel. En effet, au-delà des liens de parenté viennent les relations amicales ou d’estime qui ont souvent une base corporative ou culturelle, avec, dans ce dernier cas, une influence sans doute majeure des convictions religieuses ou philosophiques. R. Descimon, analysant pour le XVIe siècle les réseaux de quarteniers parisiens dont le rôle dans l’assemblée électorale demeurait essentiel, dégage deux grands types de configuration : l’un centré sur un état social et reposant sur une logique de défense du positionnement de cet état social (ici la marchandise), l’autre basé sur le principe d’une mixité des états sociaux, reflétant cette unité sociale et culturelle de l’élite urbaine caractéristique de la phase historique des « bonnes villes78 ». Se plaçant par ailleurs dans une perspective évolutive, il suggère une perte d’influence de ces réseaux de parenté au XVIIe siècle au profit d’une logique corporative, dans une rivalité entre les corps d’officiers et les Six-Corps de marchands, dont le puissant corps des marchands merciers dont le rôle d’arbitrage ne cesse de croître79. Si nous retrouvons ici une grande tendance nationale à un investissement marchand principalement lié à un retrait officier déjà signalé, la substitution d’une logique corporative à l’action des réseaux de parenté et d’amitié ne se vérifie guère dans les autres villes françaises80. Ou il s’agit d’une spécificité parisienne qui lierait l’apogée des réseaux de parenté au XVIe siècle, au temps de la vivacité du communautarisme bourgeois, ou il convient plutôt de s’orienter vers un décalage de situation entre la capitale et les villes de province dans un État monarchique absolutiste en construction.

  • 81 Dedieu, Jean-Pierre et Moutoukias, Zacarias, « Approches de la théorie des réseaux sociaux », et M (...)
  • 82 Chassagne, Serge, « Modes de transmission dans le milieu des échevins lyonnais au XVIIIe siècle », (...)

34Il ne faut pas toutefois masquer l’importance des problèmes non encore résolus ou le danger de succomber à des faux-semblants par manque de rigueur dans le maniement des concepts. Il nous semble par exemple que la notion de réseau a été trop facilement appliquée à des constructions historiennes qui n’en sont pas ou qui n’en sont qu’une potentialité éventuelle selon la détermination des acteurs sociaux81. Trop souvent, nos schémas de reconstitution s’arrêtent à de la restitution généalogique, ce qui n’établit rien de plus qu’un schéma de circulation théorique des sollicitations des demandeurs et des réponses possibles des soutiens. Naturellement, établir cette base n’est pas une mince affaire sans intérêt car nous savons l’importance de la mémoire des devoirs de parenté dans une conscience identitaire lignagère, mais il importe de ne pas s’en tenir là et de vérifier, dans la diversité de la documentation disponible, que ce circuit fonctionne bien dans ses relations humaines, que tous ses segments sont bien connectés pour s’approcher au plus près de la notion de réseau qui implique forcément une circulation de services avec des échanges dont la balance paraisse satisfaisante aux différents membres82. Il y a donc un effort supplémentaire de recherche indispensable au-delà de la simple mise en relation généalogique, pour atteindre les individus dans leurs choix relationnels à partir d’entrées autres que le seul lien parental qui ne peut tout supporter à lui seul, le pire étant atteint lorsqu’il agit comme obstacle ou ferment de destruction de toute solidarité lors des oppositions familiales.

  • 83 Grimmer, Claude, Vivre à Aurillac au XVIIIe siècle, Aurillac, Gerbert, 1983, p. 61-80. Très belle (...)
  • 84 Dumoulin, Jacqueline, Le consulat d’Aix-en-Provence..., op. cit. : partie 4 : « Les groupes d’affi (...)
  • 85 Saupin, Guy, « Les officiers de la chambre des comptes de Bretagne, maires de Nantes au XVIIe sièc (...)

35Pas plus que l’appartenance à un même corps professionnel ne garantit une quelconque solidarité, car nous voyons dans les exemples les mieux documentés des partis éphémères se former autour de notables issus de la même institution, mais entrés en compétition pour une même charge, la naissance dans un lignage ne postule pas l’automaticité du soutien de tous ses membres dans n’importe quelle occasion83. Une existence plus structurée de ces partis qui se régénère régulièrement dans une filiation au cours des générations semble caractériser la France méditerranéenne, au moins pour la première modernité84. Par ailleurs, l’expérience généalogique nous apprend que la complexité des croisements des liens de parenté place chaque individu dans la possibilité de choisir quel segment ou quel réseau il est préférable d’actionner pour augmenter ses chances de parvenir à ses buts dans un contexte précis. Autrement dit, un notable engagé dans la compétition municipale n’a pas une seule, mais plusieurs solutions qui s’offrent à lui. C’est même la diversité de ces options qui forme son capital politique et social et qui constitue sa notabilité locale. L’historien doit donc s’en tenir à une démarche régressive en se demandant, pour comprendre les conditions sociales de son accès au corps de ville, quelles sont les diverses protections de toute nature dont il a pu bénéficier, sans souvent pouvoir bien établir quelle a été la plus efficiente85.

L’oligarchisation du pouvoir municipal

  • 86 Ruggiu, François-Joseph, « Oligarchies et ascension sociale urbaine en France et en Angleterre du (...)
  • 87 Gal, Stéphane, « Entre loyalisme et rébellion : les assemblées générales de la ville de Grenoble ( (...)

36Le terme d’oligarchisation est régulièrement employé pour caractériser l’évolution sociologique municipale de l’époque moderne86. Il règne une certaine confusion dans son utilisation, ce qui risque d’obscurcir notre compréhension des réalités. Il convient en premier lieu de bien distinguer l’ensemble pyramidal des institutions municipales et le bureau de ville ou corps de ville où se concentre l’essentiel du pouvoir. Si une exclusion du populaire et des « mécaniques » se lit effectivement durant l’époque moderne dans les assemblées de ville87, avec un calendrier et des résultats forts différents selon les lieux, la composition oligarchique de l’échevinage ou du consulat est une donnée structurante obéissant au principe admis du gouvernement par les meilleurs pour une bonne représentativité, garantie par le principe de cooptation des éligibles. Parler d’oligarchisation pour les corps de ville revient donc à soutenir l’idée d’une élévation sociale du niveau de recrutement au cours des trois siècles – et l’analyse montre plutôt l’inverse – ou d’un rétrécissement du nombre des familles accédant au pouvoir supérieur, réalité vérifiée dans toutes les villes. Toutefois, pour que le terme prenne vraiment du sens, il faudrait que ce soit dans un renforcement volontaire de l’emprise des lignages bien investis alors que l’effet statistique mesuré n’est à chaque fois que la conséquence de réformes institutionnelles dont les plus signifiantes sont la contraction du nombre d’échevins, l’allongement des mandats pour une meilleure efficacité administrative et la vénalité des offices, le plus souvent limitée par rachat communautaire, sur le XVIIIe siècle.

  • 88 Guignet, Philippe, « Permanences et renouvellement des oligarchies municipales à Lille et Valencie (...)
  • 89 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle..., op. cit., chap. 13, p. 345-376.
  • 90 Belle analyse de « noyau dur » dans Carpi, Olivia, Une république..., op. cit., p. 53-55 ; Id., «  (...)

37La connaissance d’un écheveau très complexe où s’entrecroisent un très grand nombre de liens de parenté est une étape indispensable pour dépasser un premier débat trop simpliste entre la conception d’une oligarchie municipale très fermée et celle d’une institution marquée au contraire par une rotation très forte apparentant le système de désignation à une noria irriguant régulièrement le champ de l’oligarchie urbaine. Il revient à Ph. Guignet d’avoir totalement réorienté notre perspective sur le degré de renouvellement des familles à l’intérieur des municipalités en se livrant à une sévère et convaincante critique de la notion de caste municipale classiquement utilisée pour décrire le caractère socialement bloqué de la gouvernance urbaine française sous l’Ancien Régime88. Dépassant les jugements rapides fondés trop souvent sur l’invocation de deux ou trois cas extraordinaires de familles trop vite érigés comme exemplaires et caractéristiques de l’ensemble, son enquête statistique systématique sur l’ensemble des édiles sur le temps long de l’époque moderne, opposant les familles anciennes et nouvelles et cherchant à calculer le degré et les formes de concentration du pouvoir en associant le temps court de la présence aux responsabilités au temps long de l’appartenance mentale des familles à l’horizon social municipal, concluait à une forte rotation des familles dans les corps de ville de la frontière franco-belge. Travaillant parallèlement sur les réalités nantaises, mais avec un léger décalage dans le temps permettant la confrontation des observations, j’ai pu enrichir la méthode en soulignant la distinction fondamentale à opérer entre un grand nombre de « météores » et un « noyau dur » réduit de familles très bien implantées dans l’institution, tout en précisant la hiérarchisation interne de ce dernier grâce à un système de calcul par coefficients de toutes les diverses charges exercées par les membres des lignages89. Cette méthodologie, reprise dans toutes les études plus récentes sur les municipalités90, a confirmé ce dualisme fondamental entre un grand nombre d’individus furtifs et un petit groupe de familles fidèles à l’institution municipale, même si le dépassement d’une entrée purement patronymique et l’introduction des alliés dans le système parental atténue légèrement les écarts.

  • 91 Petitfrere, Claude (éd.), Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l (...)
  • 92 Saupin, Guy, « Les oligarchies municipales en France sous l’Ancien Régime : réflexion méthodologiq (...)
  • 93 Coste, Laurent, Les lys et le chaperon. Les oligarchies municipales en France de la Renaissance à (...)
  • 94 Lamarre, Christine, « Échevinage et échevins de Dijon au XVIIIe siècle », dans Coste, Laurent, Lie (...)
  • 95 Croq, Laurence, « Des titulatures à l’évaluation sociale des qualités. Hiérarchie et mobilité coll (...)
  • 96 Lyon-Caen, Nicolas, Un roman bourgeois sous Louis XIV. Récits de vie marchande et mobilité sociale (...)

38La qualification de ce noyau dur à partir de sa structuration interne en réseaux de parenté a bénéficié d’une réflexion collective dans le colloque organisé à Tours par C. Petitfrère en 1999 autour de la notion de patriciat urbain91. Ont été ainsi examinés les divers systèmes relationnels parentaux, depuis les dynasties aux réseaux qualifiés d’horizontaux, concentrés sur la même génération, ou de verticaux s’étalant sur plusieurs générations92. Cette relation différente au temps de systèmes parentaux variés ne saurait avoir le même impact quant à l’influence réelle exercée dans l’action municipale. Reprenant l’ensemble de cette méthodologie, en l’enrichissant de représentations graphiques nouvelles comme celles des « pyramides patriciennes », L. Coste a eu l’immense mérite de mener une enquête à l’échelle nationale afin de dégager quelques grandes caractéristiques93. La conclusion essentielle valorise l’importance de la taille de la ville, beaucoup plus qu’un zonage géographique qui opposerait la France méridionale des consulats à la rotation sociale plus limitée et la France des échevinages au renouvellement plus rapide. Dans sa carte de synthèse, il est aisé de constater que toutes les grandes villes du royaume relèvent du type de rotation rapide94, à l’exception de villes proches de la frontière et beaucoup plus récemment intégrées au royaume comme Strasbourg ou Lille, alors que les petites illustrent le contraire. Le contraste qui tendrait à séparer la France en deux nous semble largement illusoire à cause de la différence de taille des villes analysées dans les deux secteurs : plutôt des villes moyennes au nord et des petites villes au sud. Plus finement, l’expansion démographique et fonctionnelle influe également selon la même logique en favorisant l’ouverture alors que la récession entraîne plutôt la fermeture comme l’illustre bien l’opposition entre Blaye et Bourg-sur-Gironde dans un espace régional réduit. Cet impact de la hiérarchie du réseau et de la dynamique urbaine sur le degré de mobilité des familles dans l’institution municipale relativise ainsi les critiques formulées par L. Croq sur la propension à minorer l’importance de la rotation des édiles en se focalisant excessivement sur l’analyse du « noyau dur95 ». Observant l’échevinage parisien, victime d’un fort déclassement social à partir du règne de Louis XIV, ce qui reste beaucoup moins vrai dans bien des villes de province, elle se situe dans le niveau supérieur des villes à fort renouvellement96.

Une histoire culturelle du pouvoir municipal

Pouvoir municipal et culture politique étatique

  • 97 Cornette, Joël (dir.), La monarchie entre Renaissance et Révolution, 1515-1792, Paris, Seuil, 2000
  • 98 Cosandey, Fanny et Descimon, Robert, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, (...)
  • 99 Croq, Laurence, « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes... », op. cit., dans Cro (...)

39Réfléchir sur la nature du pouvoir municipal et sur la signification de son évolution oblige à intégrer cette analyse dans l’ensemble des interprétations de la construction de l’État moderne en France97, dans une mise en perspective comparative européenne afin de mieux comprendre l’originalité française. Dans le cadre du royaume, nulle possibilité de cités-État comme dans le Saint-Empire ou de gouvernements urbains très autonomes comme dans le système fédéral provincial et urbain de la République des Provinces-Unies ou de rapports privilégiés avec les villes comme dans la Castille des Habsbourg. Les villes demeurent des cellules élémentaires, mais essentielles, du grand corps du royaume dont le roi est la tête. De la naissance des Temps modernes à la fin de l’Ancien Régime, le modèle politique exprimé dans le rapport établi entre le pouvoir royal et les municipalités a cependant connu une ample transformation, passant du système des « bonnes villes » de la monarchie tempérée à celui des « villes royales » de l’absolutisme municipal98. D’une logique contractuelle entre un gouvernement central aux moyens d’encadrement encore réduits et des municipalités disposant d’importants privilèges leur assurant une puissance de contrôle de l’espace urbain, au service du loyalisme monarchique, la relation entre l’État royal et les villes a glissé progressivement et irrégulièrement vers l’intégration des pouvoirs municipaux dans l’appareil d’État, sans disparition de leur principe représentatif fondateur de communautés urbaines. Si l’autonomie d’action s’en est trouvée amputée, le champ d’intervention en a plutôt été amplifié, à l’exception de Paris où la création du lieutenant général de police au début du règne de Louis XIV sépare de plus en plus la capitale du modèle provincial français99.

  • 100 Marraud, Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne au XVIIe et XVIIIe siècles, Pari (...)

40Il ne faut pas oublier que le pouvoir royal n’a jamais cessé de gérer sa relation avec les pouvoirs municipaux qu’à l’aune de deux impératifs : la préservation du loyalisme des sujets et l’entretien d’un puissant instrument permettant de répondre rapidement à ses besoins financiers en expansion très rapide, dans une temporalité accidentée. C’est une grave erreur d’appréciation que de confondre la sécurisation de ces deux priorités grâce à une tutelle grandissante, surtout à partir du règne de Louis XIV, et la définition du champ de compétences des corps de ville. Les problèmes de gestion complexe d’un espace social à fortes tensions potentielles sont suffisamment stratégiques quant à l’acceptation de l’ordre monarchique pour que le gouvernement royal n’ait pris aucun risque d’amputation des missions des institutions qui en avaient la charge, sauf à considérer temporairement le prélèvement financier de l’État comme de salut public. La principale transition à commenter revient donc à comprendre au nom de quelles valeurs les élites urbaines acceptèrent la bureaucratisation de la vie municipale, sans qu’elles aient l’impression d’y perdre un élément essentiel de leur identité et leur qualité de vie justifiant une rébellion contre un despotisme ravageur, et comment elles parvinrent à communiquer et faire partager vaille que vaille cette vision à l’ensemble de la communauté urbaine100. La plus grande complexité et la plus grande technicité dans la gestion d’ensembles urbains démographiquement en expansion pour le plus grand nombre, avec des responsabilités alourdies par la transformation matérielle des villes provinciales au siècle des Lumières, apparaissent comme autant de transformations dont il ne faut pas négliger l’importance.

41Ces changements impliquent une évolution parallèle de la culture politique des oligarchies municipales qui ont lentement abandonné le modèle du républicanisme bourgeois, socialement intégrateur de la noblesse et de l’élite roturière dans une même perspective de dynamique citoyenne urbaine basée sur le partage des droits et des charges au service d’une consolidation mutuelle du pouvoir royal et de l’ordre communautaire, pour se rallier progressivement à la logique absolutiste de la supériorité du système de la monarchie administrative, tant pour la performance dans le contrôle social que pour les effets bénéfiques matériels et immatériels que ces élites urbaines pouvaient en retirer pour elles-mêmes. L’histoire du pouvoir municipal en France est encore trop encombrée de vieux schémas d’anéantissement des libertés, envoyant vers l’analyse erronée du dépérissement interne des responsabilités de l’institution. Alors que la révision de l’interprétation de la notion d’absolutisme s’est largement imposée dans l’historiographie depuis plus d’un quart de siècle, il est curieux de constater combien de vieux réflexes mentaux ont freiné ou même parfois bloqué l’extension de ses paradigmes au champ municipal. Alors que le principe de l’association étroite des élites sociales du royaume est aujourd’hui unanimement reconnu comme l’explication fondamentale du succès idéologique de l’absolutisme – cadre mental qui ne saurait être confondu avec les réalités politiques sur le terrain –, il est étonnant de constater combien son transfert dans le champ du pouvoir municipal demeure timoré et finalement encore marginal. Une des explications, outre que l’anéantissement de l’autorité municipale a constitué sans doute le plus bel archétype de l’ancienne interprétation du succès de l’absolutisme comme celui de la victoire d’un autoritarisme monarchique tombant d’en haut sur de pauvres sujets écrasés, vient certainement d’une insuffisance du questionnement historien sur la nature de la culture politique urbaine aux XVIIe et XVIIIe siècles, la rénovation de la recherche s’étant trop préoccupée du social sans le relier suffisamment aux transformations culturelles, tout spécialement à la vision du gouvernement urbain.

  • 101 Beik, William, Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Provincial Ar (...)
  • 102 Swann, Julian, Provincial Power and Absolute Monarchy. The Estates General of Burgondy, 1661-1790,(...)
  • 103 Legay, Marie-Laure, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVII (...)
  • 104 Le lancement d’un programme national de recherche sur les États provinciaux en France offre une be (...)

42Le parallèle avec la relecture du rôle et de la nature du pouvoir des États provinciaux en France au XVIIIe siècle s’avère fort intéressant. Alors que ceux-ci étaient également rangés dans le magasin historiographique des institutions dépassées, simplement tolérées par l’absolutisme triomphant dans quelques provinces périphériques pour ne pas soulever d’inutiles querelles par leur suppression, une nouvelle grille de lecture beaucoup plus féconde ne cesse de nous fournir des analyses sur leur importance historique au siècle des Lumières, dans la fécondité d’une alliance avec la monarchie administrative. Sans doute, la confrontation des enquêtes montre déjà la diversité de positionnement de ces assemblées provinciales – l’accusation de despotisme lancée par Robespierre contre les États d’Artois ne pouvant guère être reprise directement pour les États de Bretagne –, mais l’essentiel est bien dans la réévaluation du rôle administratif de ces institutions représentatives pour le plus grand bien des élites sociales qui les contrôlent, que ce soit dans le Languedoc101 ou la Bourgogne102, et plus encore dans les « despotiques » États artésiens103. Il nous semble donc que l’histoire du pouvoir municipal aurait tout intérêt à intégrer ce type de questionnement104, principalement pour le XVIIIe siècle où le grand chantier de l’embellissement urbain dans les villes provinciales, conduit dans une interaction entre les intendants et les gouvernements urbains, touche directement les intérêts financiers de toute l’élite urbaine, principale actrice dans l’immobilier et directement concernée par la modernisation de l’espace construit et l’ouverture de nouveaux lotissements.

  • 105 Nagle, Jean, Le droit de marc d’or des offices : tarifs de 1583, 1704, 1748. Reconnaissance, fidél (...)
  • 106 Schapira, Nicolas, « Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au XVIIe siècle »,(...)
  • 107 Chevalier, Bernard, op. cit., chap. 6 : « La trahison des bourgeois », p. 129-150 ; Rivaud, David,(...)
  • 108 Descimon, Robert, « La Ligue à Paris (1585-1594) : une révision », Annales, ESC, 37, no 1, 1982, p (...)
  • 109 Christin, Olivier, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Pa (...)
  • 110 Cassan, Michel, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin, vers 1530-vers 1630, Paris, (...)
  • 111 Meyzie, Vincent, « Officiers “moyens” et monarchie absolue : Limoges, fin XVIIe siècle », Revue d’ (...)

43La crise de la culture politique urbaine identifiée sous le nom de corporatisme bourgeois dans un modèle monarchique a principalement été interprétée comme une conséquence de la montée en puissance de l’État des offices105, les officiers royaux trouvant que le développement de l’appareil d’État était plus performant pour leur progression lignagère106 que la défense d’un pouvoir municipal très autonome, relais majeur de l’autorité royale dans un échange de loyalisme et de privilèges collectifs. B. Chevalier a ainsi fortement insisté sur le caractère mortifère de la multiplication des offices royaux tant pour la cohésion sociale de l’élite urbaine que pour la vitalité de la référence au communautarisme bourgeois107. Dans son interprétation de la Ligue parisienne, R. Descimon a clairement montré l’imbrication des deux phénomènes, la volonté de défense du modèle politique érodé étant conçue comme un moyen de limiter ou de renverser le rétrécissement de la fluidité sociale108. L’importance du municipalisme pour éviter l’affrontement confessionnel au temps des guerres de Religion a été souligné par O. Christin109 et M. Cassan110. Les choses se compliquent avec l’entrisme grandissant des gens de justice, et tout spécialement des officiers royaux, dans les corps de ville au cours du XVIe siècle, mais surtout dans les deux premiers tiers du XVIIe siècle à cause des conséquences socio-politiques de la grande crise de l’État monarchique pendant les guerres de Religion et surtout leur phase finale entre 1589 et 1598. Le fait que la sensibilité des « Politiques », soutien majeur d’Henri IV, ait trouvé ses principaux relais dans le groupe social des officiers royaux supérieurs, explique la double propension des communautés urbaines et du pouvoir royal à leur confier de préférence les responsabilités municipales. Le pouvoir municipal aurait-il été d’autant plus aisément vidé de sa substance que l’ennemi était à l’intérieur ? Ce type d’interprétation ne peut guère être retenu puisque l’expérience des archives illustre à loisir la propension de tous les édiles, y compris des gens de justice et des officiers royaux, à défendre les prérogatives du corps de ville lorsqu’ils y parviennent111. À l’inverse, le reflux des officiers au XVIIIe siècle a-t-il engendré une autre conception de l’action municipale ?

  • 112 Blanquie, Christophe, Les présidiaux de Richelieu. Justice et vénalité (1630-1642), Paris, Éd. Chr (...)
  • 113 Le Page, Dominique, Mémoire HDR, U. Nantes, 2008. Étude magistrale sur le marché des offices dans (...)
  • 114 Blanquie, Christophe, Les présidiaux de Daguesseau, Paris, Publisud, 2004.
  • 115 Meyzie, Vincent, Les illusions perdues de la magistrature seconde. Les officiers « moyens » de jus (...)

44La progression de la patrimonialisation des offices jusqu’à la victoire finale au début du XVIIe siècle pèse aussi dans la balance car la brièveté d’un mandat échevinal ou consulaire ne peut être mis en comparaison avec la permanence dans un office dont la durée ne relève que de la stratégie individuelle ou familiale, sans exclure les accidents de la vie112. La spéculation financière sur un marché des offices très porteur jusqu’à la fin du XVIIe siècle entre aussi en ligne de compte dans la valorisation de la situation officière auprès des élites urbaines113, d’où la tentation d’augmenter les compétences de l’administration royale au détriment des municipalités, ce dont témoignent de nombreux conflits autour de la police urbaine. Pourtant, il ne faut pas confondre l’intérêt des familles exprimé en termes de revenus financiers et de prestige social et l’investissement dans le travail réel de l’administration. Le très inégal engagement professionnel des officiers dans tous les types de cours de justice, y compris les souveraines, est un fait social bien établi. Si un faible investissement dans le travail caractérise un nombre appréciable de juges, pourquoi les mêmes chercheraient-ils à transférer les compétences municipales, par ailleurs plus vastes et différentes ? Avec le XVIIIe siècle et le retournement des prix à la baisse sur le marché des offices, le secteur devient moins attractif, aboutissant à une dévalorisation sociologique de la clientèle intéressée114. Cette nouvelle donne, complétée par l’appui systématique du pouvoir royal aux instances municipales qui acceptent de jouer le jeu de l’étroite collaboration avec l’intendance, déstabilise fortement les milieux judiciaires dans la politique urbaine115 en renversant le rapport de forces au profit de l’autorité municipale sur le long terme.

  • 116 Blanquie, Christophe, Un magistrat à l’âge baroque. Scipion Dupleix (1559-1661), Paris, Publisud, (...)
  • 117 Cassan, Michel (éd.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne, France, Angleterre, Espagne, Li (...)
  • 118 Blanquie, Christophe, Cassan, Michel, Descimon, Robert, « Officiers moyens (I) », Cahiers du Centr (...)
  • 119 Cassan, Michel (éd.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, cu (...)
  • 120 Nagle, Jean, Un orgueil français. La vénalité des offices sous l’Ancien Régime, Paris, O. Jacob, 2 (...)

45Reste que l’imbrication entre le monde des gens de justice et l’oligarchie municipale, tant par circulation sociale que par rivalité institutionnelle, a été suffisamment forte et durable pour que le croisement des études historiques menées sur les deux champs s’avère indispensable116. Ainsi, l’interprétation de la nature et de l’évolution du pouvoir municipal a-t-il largement profité de toutes les enquêtes et de toutes les réflexions menées sur les officiers supérieurs, moyens et inférieurs. Fort heureusement, ces dernières ont saisi ces catégories sociales dans l’ensemble de leurs caractéristiques, sociales117, professionnelles118, mais aussi religieuses et culturelles119. Ce dernier champ120, en permettant de mieux comprendre les traits relevant de l’éducation familiale, de l’instruction dans les collèges et les universités, de la pratique professionnelle, des sensibilités religieuses et plus globalement des intérêts intellectuels, a conduit à pointer l’insuffisance d’attention portée aux motivations de ce genre dans l’intérêt porté à une responsabilité municipale.

Fondements d’une éthique municipale

46L’histoire sociale du pouvoir municipal a montré de grandes différences de comportement entre les individus et les familles relevant de niveaux sociaux appartenant de façon incontestable au cercle reconnu du recrutement des maires et échevins ou des consuls. Quand certains s’en désintéressent totalement, d’autres y font une apparition furtive ou s’y engagent de manière plus volontariste. Cette diversité, aisément constatable dans toutes les villes, prouve bien que la question de fond est beaucoup moins sociale que culturelle, non pas que le positionnement social ne soit pas sans influence, mais il ne devient opératoire qu’à travers une grille de lecture renvoyant en priorité à des critères culturels synthétisés dans une vision du monde, dans le sens profond donné à l’existence et dans la conception de la finalité de la société terrestre.

  • 121 Ruggiu, François-Joseph, « Pour une étude de l’engagement civique au XVIIIe siècle », Histoire urb (...)

47Cette opposition de perception des institutions municipales relève de deux grandes causalités dont les effets peuvent entrer en conjonction, pour fonder les attitudes les plus tranchées de rejet ou d’engagement fort, ou en opposition, ce qui soutient des conduites plus mitigées. Il s’agit de la valeur d’appréciation de ce type de pouvoir dans l’ensemble institutionnel structurant la vie politique du royaume et de l’importance du sens civique donné à l’acceptation de cette responsabilité121.

  • 122 Aubert, Gauthier, « La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais » (...)
  • 123 Ruggiu, François-Joseph, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIII(...)

48Il ne semble guère possible de détacher ce choix d’une vision plus globale du pouvoir monarchique et de la place que celui-ci accorde aux corps de ville, en se souvenant qu’il n’existe pas un seul modèle relationnel. Lorsque la monarchie tempérée ou mixte continue à considérer les gouvernements urbains comme des relais majeurs de son autorité, l’exercice de cette autorité peut conserver une forte attractivité. Lorsque la construction d’une monarchie absolutiste privilégie le renforcement d’un appareil administratif à côté des municipalités, elle crée une concurrence susceptible de détourner l’élite sociale supérieure de cet horizon ou pour le moins de le réduire à une rampe de lancement. Par ailleurs, les traditions d’enracinement culturel lignager entretenues par les divers niveaux de l’élite sociale avec l’environnement urbain ou rural ont exercé une influence déterminante122. Alors que les noblesses de la monarchie hispanique ont maintenu leur contrôle sur les conseils municipaux car leur urbanisation était ancienne, la gentry anglaise a volontiers laissé la direction des villes anglaises à l’élite marchande car le centre de gravité de sa vie sociale et de son image identitaire était reliée à ses manoirs, développant plutôt un groupe intermédiaire d’interpénétration désigné par les historiens sous les noms évocateurs de gentry urbaine, pseudo-gentry ou civic gentry, en lien direct avec notre propos123. L’exemple français souligne l’importance du mimétisme culturel dans la formation de ces jugements de valeur, les groupes inférieurs ayant une forte propension à imiter les préjugés des supérieurs dans un souci de meilleure intégration. Toutefois, si nous suivons l’hypothèse selon laquelle l’introduction des corps de ville dans le processus de centralisation a plutôt renforcé leurs compétences au moment même où la dynamique urbaine ouvrait de fortes possibilités de transformation, il est possible que cette redistribution des rôles ait pu conduire certaines familles de catégories sociales ayant déserté le pouvoir municipal, en imitation des officiers supérieurs au XVIIe siècle, à reconsidérer leur appréciation dans le nouveau contexte du siècle suivant. C’est l’interprétation que nous avons défendue pour rendre compte du départ de l’échevinage des membres du présidial de Nantes au début du règne de Louis XIV et de leur retour à partir des années 1730.

49Ce type d’interprétation, qui associe l’idéologie reliée au modèle de souveraineté et une approche culturelle de l’environnement urbain dans une dimension lignagère, n’est pas l’entrée la plus intéressante car elle reste trop dépendante de la position des familles dans leur trajectoire sociale. Dans cette optique, le corporatisme bourgeois se caractérise par son ambivalence intrinsèque liée à la polysémie de la notion de bourgeoisie : communauté citoyenne apte à transcender les ordres dans sa partie supérieure, mais aussi élite roturière à qui il manque la qualité supérieure de l’intégration dans la noblesse, ce que l’exercice des charges municipales peut pourtant favoriser. La logique fondamentale de l’absolutisme reposant sur l’épuisement des formes politiques consultatives, il en est sorti un déplacement des liens entre la monarchie et les élites sociales supérieures vers un mode de régulation organisé autour de la distribution des charges dans un mélange de clientélisme et de vénalité, doublée d’une association croissante au crédit de l’État par le biais du recours aux compagnies de financiers. Ce mode de gestion a ainsi écarté la noblesse française de l’expérience d’une culture politique de représentation, sauf dans les provinces périphériques où la monarchie n’a pas trouvé stratégique de supprimer les États provinciaux avant de comprendre tout l’intérêt de leur intégration dans l’État royal au cours du XVIIIe siècle. Dans cet environnement idéologique, le pouvoir municipal s’est trouvé défavorisé à cause de son positionnement inférieur dans la pyramide institutionnelle. La redécouverte de l’intérêt des instances représentatives provinciales par la noblesse au XVIIIe siècle ne lui a pas profité en termes de revalorisation sociale. Même si les corps de ville ont longtemps été perçus comme des lieux symboliques de rassemblement des élites transcendant la classification des ordres, cette représentation positive dans l’imaginaire socio-politique n’a pas cessé de se dégrader, surtout à partir du règne de Louis XIV, la représentation nobiliaire, quand elle subsiste, renvoyant aux niveaux inférieurs du second ordre.

  • 124 Simiz, Stephano, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve d’Ascq, PU S (...)

50Il paraît plus fécond de se préoccuper des différences de comportement des familles relevant d’un même niveau social dans l’oligarchie municipale pour une phase historique donnée. Le fort investissement de quelques uns contrastant avec le total désintérêt de beaucoup d’autres invite à questionner les motivations des édiles, surtout des plus engagés. Les études historiques sur le pouvoir municipal de l’époque moderne courent le risque de s’enfermer dans une logique interprétative sociale trop mécanique où les individus ne seraient mus que par la stratégie de promotion de leur lignage. Ces notables, qui furent maires, échevins et consuls, ne peuvent être réduits à de purs ambitieux qui n’auraient eu d’autres horizons que celui de leur considération sociale. Les charges qui pèsent sur les édiles, se traduisant parfois par le refus de participation, laissent à penser qu’il faut une autre sorte de motivation pour accepter d’y entrer et surtout d’y revenir ou d’y envoyer ses enfants ou ses parents. La conduite d’une politique permettant à une communauté socialement très diversifiée, avec des intérêts très contradictoires, de vivre dans une paix sociale relative sur un espace contraint de forte promiscuité, exige d’autres qualités que le seul intérêt personnel ou lignager. Ces édiles ont été éduqués dans des familles, instruits dans des collèges ou des universités ou formés à la pratique du commerce, marqués par leur appartenance professionnelle et leur identité corporative. Ce sont des chrétiens, principalement catholiques et plus rarement protestants pendant un certain temps, avec des convictions religieuses qui ont des répercussions évidentes sur leur vision sociale. Ils s’engagent volontiers dans de nombreuses confréries124. Ce sont le plus souvent des personnes qui, par leur instruction, se trouvaient dans la situation de suivre les grands mouvements d’idées et même de les traduire concrètement en échanges et débats dans les cercles culturels de leur ville. Comment tout cet environnement culturel n’aurait-il eu aucune influence sur leur intérêt pour l’horizon municipal et sur l’orientation de la politique à mener ?

  • 125 Schneider, Robert A., Public Life in Toulouse, 1463-1789. From municipal Republic to Cosmopolitan (...)
  • 126 Gal, Stéphane, Grenoble au temps de la Ligue : étude politique, sociale et religieuse d’une cité e (...)

51Ainsi, l’approche culturelle du pouvoir municipal nous semble la priorité la plus intéressante à mettre en œuvre dans les années qui viennent tant elle a été encore peu explorée et discutée, alors qu’elle demeure une clé centrale de compréhension. Qu’en est-il dans la gestion des villes du XVIe siècle de l’impact de la synthèse entre l’héritage mental féodal transposé dans l’imaginaire seigneurial et la culture humaniste remplie de référence à la philosophie et aux modèles politiques antiques125 ? La division du christianisme romain et le renforcement des confessionnalismes n’ont pu que modeler profondément les consciences quant au modèle urbain de la cité de Dieu126.

  • 127 Lyon-Caen, Nicolas, « Marchands de miracles ». La bourgeoisie janséniste parisienne au XVIIIe sièc (...)
  • 128 Kaplan, Steven L., « Idéologie, conflits et pratiques politiques dans les corporations parisiennes (...)

52Dans une France majoritaire catholique, l’application de la Réforme tridentine au siècle des Saints ne pouvait qu’irriguer profondément les univers mentaux servant de cadre de pensée aux politiques municipales dans la définition des priorités, tant l’approfondissement personnel de la foi et la dévotion étaient liés à sa concrétisation dans un engagement social127. Il en est de même de la progression du rationalisme appuyé sur l’émergence des méthodes et des formulations de la science moderne, couplé au renversement de la notion de tolérance passant de mauvais remède subi au statut de vertu positive sous l’influence du déisme et à une avancée de sécularisation faisant passer de la charité chrétienne à la philanthropie philosophique. Autant de transformations idéologiques dont il faudrait mesurer les retombées dans les justifications et les choix préférentiels des corps de ville du XVIIIe siècle. Ajoutons les mutations internes de la culture corporative qui réunit le pouvoir municipal, la structuration des compagnies officières et des professions libérales associées, l’organisation du monde du travail, mais aussi le contrôle de l’ordre urbain par le biais des compagnies de la milice bourgeoise. Les études récentes montrent combien cet univers est loin d’être bloqué dans une attitude conservatrice, mais au contraire se transforme de l’intérieur en dépassant les tensions nées d’une progression de la logique capitaliste de marché et de l’individualisme dans les rapports sociaux128. Cette dynamique interne, dans sa chronologie spécifique selon les villes, devrait se retrouver par capillarité au sein des corps de ville, la formulation identitaire de ces derniers relevant du même moule idéologique.

  • 129 La première expression est utilisée dans sa thèse en 1990. Dans sa synthèse : Vivre à Lille sous l (...)
  • 130 Dumons, Bruno, et Hours, Bernard (dir.), Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle, Grenob (...)

53Il faut ainsi regretter que le questionnement sur l’éthique municipale ouvert par Ph. Guignet, dans son étude sur les villes franco-belge de part et d’autre de la frontière nord, n’ait pas été repris avec assez de vigueur jusqu’à une date fort récente. Sa définition du modèle « hispano-tridentin » ou « burgondo-borroméen129 » pour souligner l’importance de l’imprégnation catholique dans la défense du système traditionnel d’assemblage des corps privilégiés contre les empiètements de l’absolutisme monarchique et la logique de l’économie de marché reste-t-elle une spécificité d’une zone frontière tardivement rattachée au royaume au début du règne de Louis XIV, très marquée par les guerres de Religion et son adhésion volontaire à la monarchie du Roi Catholique, ou est-elle aisément extensible à d’autres provinces, voire à l’ensemble du royaume ? Les liens entre le politique, le religieux et le culturel plus globalement doivent être revalorisés dans les études à venir sur les pouvoirs municipaux. Des équipes de recherche comme celles du LARHRA ont déjà bien compris cet enjeu130. Des thèses pionnières très intéressantes ont montré des orientations possibles comme celle de Y. Lignereux replaçant dans le cadre religieux de la Réforme catholique l’interprétation du passage de la municipalité lyonnaise du modèle de la « bonne ville » à celui de « l’absolutisme municipal » de la ville royale ou encore celle de Th. Amalou liant la politique de concorde religieuse maintenue par la municipalité de Senlis afin de préserver la communauté civique des habitants des déchirures des guerres civiles à une ligne politique de loyalisme monarchique fermement établie, au service des privilèges d’une communauté d’habitants. Les vertus soignantes du républicanisme civique ont été soulignées par O. Carpi dans son analyse des turbulences traversées par la ville d’Amiens au XVIe siècle, surtout lorsqu’il s’agit de refonder l’honneur perdu d’une ville frontière défaillante dans une de ses fonctions majeures au sein du royaume, en rassemblant l’ensemble de ses élites autour du trône de son restaurateur. Ni punition, ni vengeance, les réformes d’encadrement d’Henri IV avaient d’abord pour but de relever une cité déchue dans la hiérarchie du grand corps monarchique et elles furent comprises comme telles par les notables amiénois.

  • 131 Fargeix, Caroline, Les élites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage. Pratiques et rep (...)
  • 132 Lamarre, Christine, « Les hôtels de ville en France du XVIe au XVIIIe siècle : patrimoine et fiert (...)
  • 133 Descimon, Robert, « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne  (...)
  • 134 Mouysset, Sylvie, « Rouge et noire, la robe fait le consul. L’exemple de Rodez aux XVIe et XVIIe s (...)
  • 135 Wintroub, Mickael, A savage mirror : Power, identity and knowledge in early modern France, Stanfor (...)
  • 136 Durand, Yves, L’Ordre du monde. Idéal politique et valeurs sociales en France du XVIe au XVIIIe si (...)
  • 137 Mouysset, Sylvie, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France XVe-XIXe(...)
  • 138 Pitou, Frédérique, La robe et la plume. René Pichot de la Graverie, avocat et magistrat à Laval au (...)
  • 139 Bernstein, Hilary J., Between Crown and Community. Politics and Civic Culture in Sixteenth Century (...)
  • 140 Coulomb, Clarisse (dir.), « Des villes de papier. Écrire l’histoire de la ville à l’époque moderne (...)
  • 141 Van Damme, Stéphane, Le temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVII(...)
  • 142 Beroujon, Anne, « “Les marbres le diront à la prospérité”. Claude-François Ménestrier et l’écritur (...)
  • 143 Cabantous, Alain (dir.), Mythologies urbaines. Les villes entre histoire et imaginaire, Rennes, PU (...)

54Comment caractériser cette éthique du service public, cet idéal de service communautaire, cet engagement pour la défense du Bien commun ? La sécheresse progressive des sources administratives reste un obstacle sérieux, même si certaines avancées demeurent possibles131. Par exemple, seul le manque d’intérêt des historiens pour les finances municipales explique la timidité du questionnement sur les contenus sociaux et idéologiques des priorités retenues, tant dans la ventilation des dépenses que dans la forme de récupération des ressources. D’autres voies ont été prospectées avec plus ou moins d’intensité. Deux grandes orientations ont ainsi retenu l’attention, avec un grand décalage d’intérêt dans le temps historiographique. La mise en scène de l’éthos municipal a retenu l’attention, tant dans la décoration externe et interne des hôtels de ville132 et des bâtiments publics municipaux que dans les innombrables rituels urbains133 où le corps de ville intervient en corps en parures officielles134, soit comme invité, soit comme maître de cérémonie135. Une relecture plus culturelle et moins sociale des innombrables querelles de préséance, trop vite réduites à des mesquineries sociales d’un autre âge saturé de corporatisme, devrait prêter davantage attention aux valeurs revendiquées par les compétiteurs, dans leur conjonction au sein d’un langage référentiel commun comme dans leurs divergences quant à la formulation de l’ordre du monde136. Le degré d’adhésion à une rhétorique de service communautaire peut être apprécié par les journaux personnels des édiles137, les correspondances privées où ils sont partie prenante, les recueils de sentences138, les discours prononcés dans le cadre de leurs fonctions, soit dans les grandes cérémonies d’installation des nouveaux élus, en complément des serments officiels d’intronisation, soit à l’occasion des grandes cérémonies publiques139. Toute la littérature produite par des édiles ou en l’honneur des édiles mérite un examen très attentif, depuis les très nombreuses histoires de ville produites par les antiquaires et les érudits140 jusqu’aux poèmes, récits et œuvres apologétiques, sans oublier les productions liées aux collèges urbains141. La place éminente de l’œuvre prolifique du père jésuite Claude-François Ménestrier dans la valorisation de l’imaginaire politique consulaire lyonnais sous le règne de Louis XIV demeure un des plus beaux exemples à l’échelle française142. Même si toutes ces sources exigent un maniement très critique fondé sur une remise en contexte approfondi de leurs circonstances de production, afin de se démarquer des stratégies manipulatrices des auteurs143, la richesse des références culturelles et la tournure des formes de pensée sont suffisamment révélatrices d’orientations culturelles majeures pour qu’on y prête une attention très fine.

  • 144 Richard, Olivier (coord.), « Fondations pieuses et religion civique dans l’Empire, XVe-XVIe siècle (...)
  • 145 Saupin, Guy, « L’éthique municipale nantaise dans le premier tiers du XVIIe siècle. Le rassembleme (...)
  • 146 Cogne, Olivier, « Coexistence confessionnelle et pouvoir municipal à Grenoble. De l’édit de Nantes (...)

55Les premières approches renvoient vers un modèle de corporatisme bourgeois d’inspiration chrétienne144, favorisant l’existence d’un espace de pouvoir reposant sur la mixité sociale des élites, et dont la dynamique a souvent permis de limiter la violence libérée par les tensions politiques et religieuses. Le triomphe du confessionnalisme sur l’esprit de concorde au XVIIe siècle, dans le respect difficile de la tolérance civile imposée par le roi, n’a pu que renforcer le contenu théologico-politique de cette éthique de service public puisque chaque cité était gérée dans un providentialisme unifié, l’esprit de reconquête réunissant les anciens frères ennemis du catholicisme145. Cependant, un système mixte a perduré plus ou moins longtemps dans les villes où la communauté calviniste restait significative146. La comparaison des gestions municipales et des formulations de l’engagement civique dans ces deux contextes opposés est une des pistes de recherche les plus prometteuses pour vérifier comment, au-delà des variations de la pacification religieuse, un même idéal de service communautaire trouve ou non la force de s’imposer quelque soit le contexte local.

  • 147 Beik, William, Urban Protest in sevententh-century France. The culture of retribution, Cambridge, (...)
  • 148 Nagle, Jean, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe si (...)

56Un véritable contrat moral liait les édiles et l’ensemble des habitants par lequel la reconnaissance de la réservation de l’autorité à une oligarchie municipale était légitimée et garantie par la qualité des réponses rendues aux besoins vitaux de la population, engagement mutuel cautionné et entretenu par la médiation des représentants des groupes sociaux médians agissant à leurs niveaux de responsabilité. Cette logique pouvait supporter une oligarchisation du pouvoir tant que la qualité de la redistribution ne fléchissait pas au-dessous d’un seuil jugé insupportable147. Elle s’intégrait parfaitement dans la culture politique globale du don et contre-don qui sous-tendait toutes les relations sociales et politiques aux Temps modernes et qui s’exprimait métaphoriquement dans le modèle familial à travers la figure du père et des enfants, en recourant à un discours sentimental dans lequel la référence au cœur tenait une place prééminente148.

  • 149 Descimon, Robert, « Le discours de la représentation bourgeoise et l’Hôtel de Ville de Paris : ape (...)
  • 150 Saupin, Guy, « La réforme des élections municipales en France au XVIIIe siècle : réflexions à part (...)

57La première menace sérieuse contre cet idéal communautaire vint de l’entrée des charges municipales dans la logique fiscale de la vénalité de la fonction publique. La résistance manifestée par de nombreuses oligarchies municipales, sous forme de rachat communautaire ou de pression de déstabilisation sur les acquéreurs potentiels, montre la force d’enracinement du modèle dans les esprits et les cœurs. La seconde transition du XVIIIe siècle fut moins déstabilisante, au moins dans un premier temps. La diffusion inégale de la philosophie des Lumières produisit son effet de sécularisation de la pensée politique, ou plutôt de sa déconfessionnalisation en se rappelant que la plupart des défenseurs de la liberté étaient déistes. L’utilitarisme social de cette philosophie ne pouvait même que renforcer cet idéal de service du Bien commun, la philanthropie remplaçant la charité catholique. Une remise en cause d’une tendance multiséculaire vint cependant du désir de participation à la vie politique149, mouvement récupéré stratégiquement par la monarchie au niveau des municipalités dans la réforme du contrôleur général L’Averdy en 1764-1765, pour éviter d’avoir à concéder quoi que ce soit à l’échelle du royaume, avec les difficultés et la brièveté connue de l’expérience150. Reste enfin à apprécier la lente progression de l’individualisme dans la formulation de ces idéaux d’engagement communautaire.

DÉBATS

58Laurent Coste – Pour revenir sur l’étude sociale des municipalités évoquée par Guy Saupin, il faut rappeler que beaucoup de travaux ont été menés ces dernières années sur la représentation des différents groupes sociaux de la ville : marchands, officiers, nobles. Ces travaux, tout en restant dans l’optique des milieux sociaux, tentent d’apporter des nuances. Quand « marchands » et « officiers » sont évoqués, il convient de préciser de quels marchands et de quels officiers nous parlons. Il existe des différences fondamentales à l’intérieur de ces groupes. Je citerai l’exemple bordelais concernant les nobles représentés à la municipalité de la fin du XVIe au début du XVIIe siècle. Il s’agit d’anoblis dont le père, souvent, était marchand et pourtant ce sont eux qui représentent la noblesse. Or au XVIIIe siècle, les nobles sont les représentants de vieilles familles de la noblesse rurale bordelaise et girondine et nous ne trouvons plus de trace d’anoblis récents. Donc, nous constatons un changement dissimulé sous un même terme, celui de « noble ». Nous constatons également des mutations chez les marchands. Il convient donc d’analyser plus finement l’étude des milieux pour cerner les mutations internes qui peuvent se produire.

59James Collins – Guy Saupin a évoqué la question des relations entre les États, les villes et la fiscalité. Il nous manque effectivement des études, en particulier sur l’expansion des budgets municipaux au début du XVIIe. En Bretagne, une augmentation énorme des ressources urbaines à travers de nouvelles concessions d’octrois se produit à cette époque, pour solder les dettes des guerres de la Ligue. Au début, une surveillance étroite était assurée par le surintendant Sully, mais également par les États et la chambre des comptes. À la chute de Sully, la surveillance par le pouvoir royal des budgets municipaux en Bretagne disparait, mais celle qu’ont obtenu les États comme la chambre des comptes, est maintenue. Pour moi, c’est un tournant des relations fiscales entre les villes et les États, au moins pour la Bretagne.

Notes

1 Bordes, Maurice, L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1972.

2 Duby, Georges (dir.), Histoire de la France urbaine, vol. 3 : Le Roy Ladurie Emmanuel (dir.), La ville classique, de la Renaissance aux Révolutions, Paris, Le Seuil, 1981. Quelques pages dans le livre I sur les XVIe et XVIIe siècles, dans le chapitre Conflits et tensions rédigé par R. Chartier (157-179). Rien dans le livre II sur le XVIIIe siècle rédigé par E. Le Roy Ladurie.

3 Chevalier, Bernard, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1982.

4 Descimon, Robert, Qui étaient les Seize ? Mythes et réalités de la Ligue parisienne (1585-1594), Paris, Fédération des Sociétés historiques de Paris et Île-de-France, 1983.

5 Livet, Georges et Vogler, Bernard (éd.), Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Paris, CNRS, 1983.

6 Trois références principales : Bulst, Neithard et Genet, Jean-Philippe (éd.), La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne, Paris, CNRS, 1988 ; Reinhard, Wolfgang (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, PUF, 1996 ; Blickle, Peter (dir.), Résistance, représentation et communauté, Paris, PUF, 1998, partie 5 : « La ceinture urbaine et l’État moderne naissant ».

7 Bulst, Neithard, Descimon, Robert et Guerreau, Alain (dir.), L’État ou le Roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (XIVe-XVIIe siècles), Paris, Éd. MSH, 1996.

8 Descimon, Robert, Schaub, Jean-Frédéric et Vincent, Bernard (éd.), Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, XVIe-XIXe siècles, Paris, Éd. EHESS, 1997.

9 Lepetit, Bernard (éd.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, A. Michel, 1995 ; Revel, Jacques (éd.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Seuil, 1996.

10 Marque, Jean-Pierre, Institution municipale et groupes sociaux. Gray, petite ville de province (1690-1790), Paris, Les Belles-Lettres, 1979 ; Maillard, Jacques, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, PU, 1984 ; Descimon, Robert, « Les assemblées de l’hôtel de ville de Paris, mi XVIe-mi XVIIe siècle », Mémoires de la Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et Île-de-France, t. 38, 1987, p. 39-53 ; Id., « L’échevinage parisien sous Henri IV (1594-1609). Autonomie urbaine, conflits politiques et exclusives sociales », dans Bulst, Neithard et Genet, Jean-Philippe (éd.), La ville, op. cit., p. 113-150 ; Id., « Le corps de ville et les élections échevinales à Paris au XVIe et XVIIe siècles. Codification coutumière et pratiques sociales », Histoire, Économie et Société, 1994, no 13, p. 507-530 ; Id., « La vénalité des offices politiques de la ville de Paris (1500-1681) », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 1994, 3-4, p. 16-27 ; Greissler, Pierre, La classe politique de Strasbourg, 1650-1750, Strasbourg, 1987 ; Guignet, Philippe, Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle. Pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, Éd. EHESS, 1990 ; Dumoulin, Jacqueline, Le consulat d’Aix-en-Provence. Enjeux politiques, 1598-1692, Dijon, Éd. Universitaires de Dijon, 1992 ; Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, 1598-1720, Rennes, PUR, 1996 ; Mouysset, Sylvie, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Rodez-Toulouse, Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron-CNRS, 2000 ; Combet, Michel, Jeux des pouvoirs et familles. Les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2002 ; Andrault, Jean-Pierre, Poitiers à l’âge baroque. Une capitale provinciale et son corps de ville (1594-1652), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 2003 ; Lignereux, Yann, Lyon et le Roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal (1594-1654), Seyssel, Champ Vallon, 2003 ; Barbusse, Grégory, Le Pouvoir et le sang. Les familles des capitouls de Toulouse au siècle des Lumières (1715-1790), thèse de doctorat, Université de Toulouse II Le Mirail, 2004, 2 vol. ; Bonin, Pierre, Bourgeois, bourgeoisie et habitanage dans les villes du Languedoc sous l’Ancien Régime, Marseille, PU Marseille, 2005 ; Carpi, Olivia, Une république imaginaire. Amiens pendant les troubles de religion (1559-1597), Paris, Belin, 2005 ; Coste, Laurent, Messieurs de Bordeaux. Pouvoirs et hommes de pouvoirs à l’hôtel de ville, 1548-1789, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2006 ; Baumier, Béatrice, Tours entre Lumières et Révolution. Pouvoir municipal et métamorphoses d’une ville (1764-1792), Rennes, PUR, 2007 ; Leyssens, Agathe, Élites municipales, corporations et pouvoirs à Dunkerque au XVIIIe siècle, thèse de doctorat de l’Université de Lille III, 2008.

11 Saupin, Guy, « Les corps de ville dans la France moderne. Tendances historiographiques récentes », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 2000/3-4, p. 123-135.

12 Saupin, Guy (dir.), Histoire sociale du politique. Les villes de l’Ouest atlantique français à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2010.

13 Pinol, Jean-Luc, Histoire de l’Europe urbaine, t. I, De l’Antiquité au XVIIIe siècle, livre 3, Zeller, Olivier, La ville moderne, Paris, Seuil, 2003, chap. 7 : « Luttes intestines et questions sociales : les institutions urbaines d’Ancien Régime », p. 811-850 ; Ruggiu, François-Joseph, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997 ; Saupin, Guy (éd.), Le pouvoir urbain dans l’Europe atlantique du XVIe au XVIIIe siècle, Nantes, Ouest Éditions, 2002 ; Clark, Peter (dir.), The Cambridge Urban History of Britain, t. II, Peter Clark (éd.), 1540-1840, Cambridge, Cambridge UP, 2001 ; Borsay, Peter, The English Urban Renaissance. Culture and Society in the Provincial Towns, 1660-1770, Oxford, Clarendon Press, 1989 ; Sweet, Rosemary, The English Town : Government, Society and Culture, 1680-1840, Harlow, Longman, 1999 ; Fortea Pérez, José Ignacio (éd.), Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la Corona de Castilla (S. XVI-XVIII), Santander, U. de Cantabria, 1997 ; Fortea, José Ignacio y Gelabert, Juan E. (éd.), Ciudades en conflicto (Siglos XVI-XVIII), Madrid, Martial Pons, 2008.

14 Garrioch, David, Neighbourhood and Community in Paris, 1740-1790, Cambridge, Cambridge UP, 1986 ; Cabantous, Alain, « Le quartier, espace vécu à l’époque moderne : ambiguïté et perspective d’une histoire », Histoire, Économie et Société, 1994-3, p. 427-439.

15 Deceulaer, Harald, et Jacobs, Marc, « Les implications de la rue : droits, devoirs et conflits dans les quartiers de Gand (XVIIe-XVIIIe siècles) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 49-3, 2002, p. 26-53. Article très suggestif, même si les réalités institutionnelles ne sont pas immédiatement transposables dans les villes françaises.

16 Laffont, Jean-Luc, Policer la ville. Toulouse, capitale provinciale au siècle des Lumières, thèse de doctorat U. Toulouse II Le Mirail, 1997, 3 vol. ; Milliot, Vincent, « Gouverner les hommes et leur faire du bien ». La police de Paris au Siècle des Lumières (conceptions, acteurs, pratiques), dossier HDR, Paris I, 2002 ; Iseli, Andréa, « Bonne police ». Frühneuzeitliche Vertändnis von der guten Ordnung eines Staats in Frankreich, Epfenford/Neckar, Bibliotheca Academica Verlag, 2003.

17 Abad, Reynald, Le grand marché. L’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002 ; Id., « La lutte entre les juridictions pour le contrôle de la police de l’approvisionnement de Paris sous le règne de Louis XIV, MEFRIM, no 112, 2000-2, 655-667 ; Kaplan, Steven L., Le pain, le peuple et le Roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Perrin, 1986 ; Id., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988 ; Id., Le meilleur pain du monde. Les boulangers de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1996 ; Argant, Thierry, « L’approvisionnement en viande de boucherie de la ville de Lyon à l’époque moderne », Histoire urbaine, no 7, 2003, p. 205-231 ; Tuffery, Jeanne-Marie, Ébauche d’un droit de la consommation : la protection du chaland sur les marchés toulousains aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, LGDJ, 1998.

18 Kaplan, Steven L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001 ; Thillay, Alain, Le faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers ». La liberté du travail à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2002.

19 Ganiage, Jean, Beauvais au XVIIIe siècle. Population et cadre urbain, Paris, Éd. CNRS, 1999 ; Benoît, Robert, Vivre et mourir à Reims au Grand Siècle (1580-1720), Arras, Artois PU, 1999.

20 Watts, Sydney, « Boucherie et hygiène publique à Paris au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 51-3, 2004, p. 79-103.

21 Delpal, Bernard et Faure, Olivier (éd.), Religion et enfermements (XVIIe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2005 ; Pierre, Benoist, « Le rôle caritatif des religieux dans les villes françaises », dans Poussou, Jean-Pierre (éd.), Les sociétés urbaines au XVIIe siècle, Angleterre, France, Espagne, Paris, PU Paris Sorbonne, 2007, p. 307-318.

22 Harouel, Jean-Louis, L’embellissement des villes : l’urbanisme français au XVIIIe siècle, Paris, Picard, 1993 ; Cleary, Richard L., The Place Royale and Urban Design in the Ancien Régime, Cambridge, Cambridge UP, 1999 ; Baudoux-Rousseau, Laurence, Carbonnier, Youri et Bragard, Philippe (éd.), La place publique urbaine du Moyen Âge à nos jours, Arras, Artois PU, 2007.

23 Denys, Catherine et Milliot, Vincent (coord.), « Espaces policiers, XVIIe-XXe siècles », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 50-1, 2003.

24 Denys, Catherine, Police et sécurité dans les villes de la frontière franco-belge au XVIIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2002 ; Napoli, Paolo, Naissance de la police moderne. Pouvoirs, normes et société, Paris, La Découverte, 2003.

25 Milliot, Vincent, « Histoire des polices : l’ouverture d’un moment historiographique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2007, 54-2, p. 162-177 ; Id. (dir.), Les Mémoires policiers, 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire, Rennes, PUR, Maison de la recherche en sciences humaines, U. de Caen, 2006 ; Berliere, Jean-Marc, Denys, Catherine, Kalifa, Dominique, Milliot Vincent (dir.), Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2008 : Introduction de V. Milliot : « Mais que font les historiens de la police ? », p. 9-34 ; Denys, Catherine, Marin, Brigitte et Milliot, Vincent (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009.

26 Bayard, Françoise (éd.), Les finances en province sous l’Ancien Régime, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2000.

27 Monohan, Gregory W., Year of sorrows. The great famine of 1709 in Lyon, Colombus, Ohio State University Press, 1993.

28 Rousteau-Chambon, Hélène (éd.), Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique, Paris, Picard, 2004.

29 Hourblin, Xavier, Les finances de Reims à la fin de l’Ancien Régime, Paris, CHEFF, 2008.

30 Maillard, Jacques, op. cit., p. 94-99.

31 Descimon, Robert, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ESC, 48, no 4, juillet-août 1993, p. 885-906 ; Id., « Le corps de ville et les élections échevinales à Paris aux XVIe et XVIIe siècles. Codification coutumière et pratiques sociales », Histoire, Économie et Société, 1994, no 3, p. 507-530.

32 Guignet, Philippe, « Pouvoir municipal et communauté de métier dans les Pays-Bas méridionaux aux Temps modernes », dans Saupin, Guy (éd.), Le pouvoir urbain, op. cit., p. 101-113. Pour une étude récente approfondie, voir la thèse de Leyssens, Agathe, op. cit., partie 2 ; voir aussi sa mise au point dans cet ouvrage ; Caron, Frédéric, « L’exercice de la démocratie au quotidien : les débats au sein des assemblées de métiers de Douai et Valenciennes (de Louis XIV à la Révolution) », dans Guignet, Philippe (éd.), Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945), vol. II, Villeneuve d’Ascq, U. Lille III, 2003, p. 355-368.

33 Croq, Laurence, Être et Avoir, Faire et Pouvoir : les formes d’incorporation de la bourgeoisie parisienne de la Fronde à la Révolution, Mémoire d’HDR, EHESS, novembre 2009, partie 1 : « La mercerie et les marchands merciers (1680-1776) » ; Id., « Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années 1660-1760) », dans Bellavitis, Anna, Croq, Laurence et Martinat, Monica (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009, p. 87-122.

34 Croq, Laurence et Lyon-Caen, Nicolas, « Le rang et la fonction. Les marguilliers des fabriques parisiennes à l’époque moderne », dans Dossier HDR L. Croq, EHESS, 2009, t. 2, p. 470-503.

35 Saupin, Guy, « La milice bourgeoise : relais politique fondamental dans la ville française d’Ancien Régime. Réflexions à partir de l’exemple de Nantes », dans Dumons, Bruno et Zeller, Olivier (éd.), Gouverner la ville en Europe, du Moyen Âge au XXe siècle, Paris, l’Harmattan, 2006, p. 73-89 ; Laffont, Jean-Luc, « La police de voisinage, à la base de l’organisation policière des villes de l’ancienne France », Annales de la Recherche urbaine, 1999, no 83-84, p. 23-30 ; Id., « L’évolution de la police communautaire dans la ville des Lumières. Le cas des dizeniers toulousains, 1760-1789 », dans Bianchi, Serge et Dupuy, Roger (dir.), La Garde nationale, entre nation et peuple en armes. Mythes et réalités, 1789-1871, Rennes, PUR, 2006, p. 73-93.

36 Aubert, Gauthier, « Devenir officier dans la milice bourgeoise de Rennes sous l’Ancien Régime », dans Bianchi, Serge et Dupuy, Roger (dir.), op. cit., p. 59-71 ; Descimon, Robert, « Les capitaines de la milice bourgeoise à Paris (1589-1661). Pour une prosopographie de l’espace sociale parisien », dans Genet, Jean-Philippe et Lottes Gunther. (éd.), L’État moderne et les élites, XIIIe-XVIIIe siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 189-211.

37 Saupin, Guy, « Milice bourgeoise et sociabilité de quartier à Nantes au début du XVIIIe siècle », dans Bianchi, Serge et Dupuy, Roger (dir.), op. cit., p. 41-57.

38 Marraud, Mathieu, « Les faux-semblants de la mobilité sociale dans la marchandise parisienne, XVIIe-XVIIIe siècles », dans Bellavitis, Anna et alii, Mobilité et transmission..., op. cit., p. 123-137.

39 Cottret, Monique et alii (éd.), Identités, appartenances, revendications identitaires, Paris, Nolin, 2005 : partie 3 : « Des identités au prisme de l’espace » (Ph. Jarnoux, G. Saupin, A. Zink) ; partie 4 : « Groupes et individus face aux constructions identitaires » (C. Châtelain, G. Richard, F. Pitou, A. Thillay et F. J. Ruggiu).

40 Descimon, Robert, « Les élections échevinales à Paris (MI-XVIe siècle-1679). Analyse des procédures formelles et informelles », dans Peneau, Corinne (éd.), Élections et pouvoirs politiques du VIIe au XVIIe siècle, Paris, Éd. Bière, 2009, p. 239-275.

41 Coste, Laurent, Messieurs de Bordeaux..., op. cit., p. 167 ; Figeac, Michel, « La place du gouverneur dans la ville au XVIIIe siècle. L’exemple du maréchal de Richelieu », dans Pontet, Josette (éd.), Des hommes et des pouvoirs dans la ville, XIVe-XXe siècles, France, Allemagne, Angleterre, Italie, Bordeaux, CESURB – U. Bordeaux 3, 1999, p. 153-165.

42 Breen, Michael P., Law, City and King : legal culture, municipal politics and state formation in early modern Dijon, Rochester, U. of Rochester Press, 2007 ; Lamarre, Christine, « Échevinage et échevins de Dijon au XVIIIe siècle », dans Coste, Laurent (dir.), Liens de sang, liens de pouvoir. Les élites dirigeantes urbaines en Europe occidentale et dans les colonies européennes (fin XVe- fin XIXe siècle), Rennes, PUR, 2010, p. 233, 237-241 ; Pannekoucke, Stéphane, Les princes de Condé, gouverneurs de Bourgogne au XVIIIe siècle (de 1710 à la Révolution), thèse de l’Université Paris I, 2007.

43 Lignereux, Yann, « La puissance des Villeroy. L’héritage du pouvoir à l’épreuve, 1589-1619 », dans Coste, Laurent, Liens de sang, liens de pouvoir. Les élites dirigeantes urbaines en Europe occidentale et dans les colonies européennes (fin XVe – fin XIXe siècle), Rennes, PUR, 2010, p. 311-332.

44 Évolution fort bien commentée pour Angers par Maillard, Jacques, op. cit., p. 100-118.

45 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle, op. cit., p. 99-108.

46 Kettering, Sharon, Patrons, Brokers and Clients in Seventeenth-Century France, New-York – Oxford, Oxford University Press, 1986 ; Caroll, Stuart, Noble power during the French Wars of religion. The Guise affinity and the catholic cause in Normandy, Cambridge, Cambridge UP, 1998 ; Walsby, Malcolm, The Counts of Laval. Culture, Patronage and Religion in Fifteenth and Sixteenth Century France, Aldershot, Ashgate, 2007 ; Boltanski, Ariane, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (1550-1600), Genève, Droz, 2006.

47 Descimon, Robert, « Les scrutateurs des élections échevinales à Paris (mi-XVIe/mi-XVIIe siècle. Des médiateurs de fidélité », dans Balard, Michel, Herve, Jean-Claude, Lemaitre, Nicole (éd.), Mélanges au professeur Jean Jacquart, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 195-209.

48 Finley-Croswhite, Annette, Henry IV and the Towns. The Pursuit of Legitimacy in French Urban Society, 1589-1610, Cambridge, Cambridge UP, 1999.

49 Croq, Laurence, « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes : démantèlement d’une structure politique et création d’une administration (1660-1789) », dans Croq, Laurence (éd.), Le prince, la ville et le bourgeois (XIVe-XVIIIe siècles), Paris, Éd. Nolin, 2004, p. 175-201. Pour une mutation caractéristique, voir Le Page, Dominique, Rousteau-Chambon, Hélène, Saupin, Guy (éd.), Gérard Mellier, trésorier de France et général des finances, subdélégué et maire : l’entrée de Nantes dans la modernité (1710-1729), numéro spécial du Bulletin de la Société Archéologique et Histoire de Nantes et de Loire-Atlantique, 2010.

50 Carbonnier, Youri (coord.), « Réinventer Paris au XVIIIe siècle. Regards croisés franco-américains », Histoire urbaine, no 24, 2009 : Id., « Introduction », p. 5-8. Id., « La monarchie et l’urbanisme parisien au siècle des Lumières. Grands projets et faiblesse du pouvoir », p. 33-46 ; Wittman, Richard, « Politique et publications sur Paris au XVIIIe siècle », p. 9-32 ; Favier, René, « Urbanisme et politique à Grenoble au XVIIIe siècle : l’échec d’un projet d’aménagement urbain », LIAME, no 5, 2000, p. 55-70.

51 Le Mao, Caroline, « La ville sans Messieurs. L’insoutenable absence des parlementaires bordelais au temps de Louis XIV », Histoire urbaine, no 18, 2007, p. 141-156.

52 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle..., op. cit., p. 153-170 ; Lignereux, Yann, Lyon et le Roi..., op. cit., partie III : « L’indépendance dans la sujétion. Les horizons nouveaux d’un absolutisme municipal ». Amalou, Thierry, Une concorde urbaine. Senlis au temps des réformes (vers 1520-vers 1580), Limoges, PULIM, 2007.

53 Rigaudiere, Albert, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993 ; Chevalier, Bernard, « L’État et les bonnes villes au temps de leur accord parfait (1450-1550) », dans Bulst, Neithard et Genet, Jean-Philippe (éd.), op. cit., p. 71-85 ; Rivaud, David, Les villes et le roi, Les municipalités de Bourges, Poitiers et Tours et l’émergence de l’État moderne (v. 1440-v. 1560), Rennes, PUR, 2007.

54 Croq, Laurence, « Essai pour la construction de la notabilité comme paradigme socio-politique » dans Jean-Marie, Laurence (éd.), La notabilité urbaine, Xe-XVIIIe siècles, Caen, CRHQ, Histoire urbaine, no 1, 2007, p. 23-38.

55 Saupin, Guy, « Vie politique et liens sociaux dans les villes françaises », dans Poussou, Jean-Pierre (dir.), Les sociétés urbaines au XVIIe siècle, Angleterre, France, Espagne, Paris, PU Paris Sorbonne, 2007, p. 159-174.

56 Cosandey, Fanny (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, Éd. EHESS, 2005 ; Croq, Laurence, « Des titulatures à l’évaluation sociale des qualités. Hiérarchie et mobilité collective dans la société parisienne du XVIIe siècle », dans Cosandey, Fanny (éd.), Dire..., op. cit., p. 125-168.

57 Croq, Laurence, « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la France moderne », dans Bellavitis, Anna, Croq, Laurence, Martinat, Monica (éd.), Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2009, p. 25-47.

58 Pour une excellente mise au point à partir du Sud-Est français, voir Derlange, Michel, Les communautés d’habitants en Provence au dernier siècle de l’Ancien Régime, Toulouse, Association des publications de l’Université de Toulouse II-Le Mirail, 1987 ; Durand, Stéphane, Pouvoir municipal et société locale dans les petites villes de l’Hérault aux XVIIIe et XIXe siècles : le cas de Mèze de 1675 à 1815, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2001, 2 vol. ; Id., « Les élites du bas Languedoc au XVIIIe siècle : réflexions autour de l’exemple de Mèze », dans Coste, Laurent (dir.), Liens de sang, liens de pouvoir..., op. cit., p. 127-143.

59 Saupin, Guy, « Les artisans dans les corps politiques urbains en France sous l’Ancien Régime », dans Guignet, Philippe (éd.), Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945), vol. 2, Villeneuve d’Ascq, U. Lille III, 2003, p. 369-380.

60 Étude précise du système à partir du Languedoc et réflexions fort intéressantes dans Bonin, Pierre, Bourgeois, bourgeoisie..., op. cit., p. 331-368.

61 Id., ibid., p. 408-426 ; Mouysset, Sylvie, Le pouvoir dans la bonne ville..., op. cit., p. 85-124.

62 Saupin, Guy, « Fonctionnalisme urbain et sociologie des corps de ville français du XVIe au XVIIIe siècle », dans Saupin, Guy (éd.), Le pouvoir urbain..., op. cit., p. 235-255.

63 Petitfrere, Claude, « Les officiers dans le corps de ville de Tours aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Cassan, Michel (éd.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne, Limoges, PULIM, 1998, p. 121-138 ; Id. « Les représentants de l’Église au corps de ville de Tours dans le dernier siècle de l’Ancien Régime », dans Mélanges offerts à Michel Péronnet, Montpellier, PU Montpellier, 2006, p. 531-541 ; Caillou, François, Une administration royale d’Ancien Régime : le bureau des finances de la généralité de Tours (1577-1790), Tours, PU F. Rabelais, 2004 ; Bonin, Pierre, op. cit., p. 390-426 ; Combet, Michel, op. cit., p. 163-174 ; Pontet, Josette, « Officiers et corps de ville de Dax au XVIIIe siècle », dans Cassan, Michel, Les officiers « moyens »..., op. cit., p. 97-120 ; Blanquie Christophe, Libourne, ville présidiale, Éd. Entre-Deux-Mers, Camiac et Saint-Denis, 2007.

64 Barbusse, Grégory, op. cit., p. 171-216 ; Gresset, Maurice, Gens de justice à Besançon (1674-1789), Paris, 1978 ; Salvadori, Philippe, « Le Parlement de Bourgogne et la municipalité de Dijon sous le règne personnel de Louis XIV », dans Chaline, Olivier et Sassier, Yves (dir.), Les parlements et la vie de la cité (XVIe-XVIIIe siècle), Rouen, PU Rouen, 2002, p. 209-230 ; Aubert, Gauthier, « Robe seconde et pouvoir municipal à Rennes aux XVIIe et XVIIIe siècles » dans Saupin, Guy (dir.), Histoire sociale du politique, op. cit., chap. 3 ; Coste, Laurent, Mille avocats du Grand Siècle. Le barreau de Bordeaux de 1589 à 1715, Bordeaux, SAHCC, 2003, p. 107-145 ; Saupin, Guy, « Sociologie municipale des villes de parlement en France au XVIIe siècle », dans Aubert, Gauthier et Chaline, Olivier (dir.), Les parlements de Louis XIV. Opposition, coopération, autonomisation ? », Rennes, PUR, Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 2010, p. 205-226.

65 Coste, Laurent, Messieurs de Bordeaux..., op. cit., p. 223-240.

66 Bayard, Françoise, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1997 ; Id., « L’émergence de nouvelles élites sociopolitiques à Lyon dans la première moitié du XVIIe siècle : mythes et réalités », dans Fouilleron, Joël, Le Thiec, Guy et Michel, Henri (éd.), Sociétés et idéologies des Temps modernes. Hommages à Arlette Jouanna, Montpellier, Publications U. de Montpellier III, 1996, t. I, p. 3-13. De Saint-Loup, Robert, Dictionnaire de la noblesse consulaire de Lyon, Versailles, Mémoires et Documents, 2004 ; Emmanuelli, Xavier, Vivre à Marseille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, p. 46-57.

67 Deyon, Pierre, Amiens, capitale provinciale. Études sur la société urbaine au XVIIe siècle, Paris, 1967, p. 454-458.

68 Maillard, Jacques, op. cit., t. I, p. 228-232.

69 Baumier, Béatrice, « Les maires et échevins d’origine marchande : l’exemple de Tours à l’époque moderne (1589-1789) », dans Coste, Laurent, Liens de sang, liens de pouvoir..., op. cit., p. 213-230.

70 Junges, Catherine, Les échevins parisiens au XVIIIe siècle, thèse de l’École des Chartes, 1996.

71 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle..., op. cit., p. 153-167 ; Id., « Sociologie du corps de ville de Nantes sous l’Ancien Régime, 1565-1789 », Revue historique, 1996, CCXCV/2, p. 299-331 ; Carpi, Olivia, La République..., op. cit., p. 53-55 ; Id., « Les vertus de l’oligarchie... », dans Coste, Laurent (éd.), Liens de sang..., op. cit., p. 197-199.

72 Gribaudi, Maurizio (éd.), Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, Éd. EHESS, 1998 ; Lemercier, Claire, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 52-2, 2005, p. 88-112.

73 Ruggiu, François-Joseph, Beauvalet, Scarlett et Gourdon, Vincent (dir.), Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, Paris, PU Paris Sorbonne, 2004.

74 Il y a bien des leçons à tirer de l’historiographie espagnole très dynamique sur ce champ d’étude depuis 20 ans. Pour en prendre facilement connaissance, on peut consulter les derniers travaux de l’un des principaux animateurs : Imizcoz Beunza, José María, « Familia y redes sociales en la España moderna », dans Lorenzo Pinar, F. J. (éd.), La familia en la historia, Salamanca, 2009, p. 135-186 ; Id., « Las redes sociales de la élites. Conceptos, fuentes y aplicaciones », dans Las élites en la época moderna : la Monarquía española, Congreso de Cordoba, octobre 2006, sous presse ; Id. et Oliveri Korta, Oihane (éd.), Economía doméstica y redes sociales en el Antiguo Régimen, Madrid, Silex, 2010. Une très riche introduction : « Una propuesta metodológica », p. 15-51.

75 Ruggiu, François-Joseph, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (1720-1780), Paris, PU Paris Sorbonne, 2007 : partie 1 : « Le sens de la famille » ; partie 5 : « La participation au pouvoir local ».

76 Mouysset, Sylvie, Le pouvoir..., op. cit., p. 374-402. Combet, Michel, Jeux des pouvoirs et familles..., op. cit., p. 190-204 ; Barbusse, Grégory, Le pouvoir et le sang..., op. cit., p. 127-141, 301-312 ; Coste, Laurent, Messieurs de Bordeaux..., op. cit., chap. 5 : « Parentés, affinités, sociabilités, protections : le jeu des réseaux », p. 143-178.

77 Saupin, Guy, « Vie politique et liens sociaux dans les villes françaises », dans Poussou, Jean-Pierre (dir.), Les sociétés urbaines..., op. cit., p. 159-174. Typologie de réseaux de parenté dans le corps de ville nantais.

78 Descimon, Robert, « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et le contrôle du corps municipal dans le deuxième quart du XVIe siècle », dans Ruggiu, François-Joseph et alii (dir.), Liens sociaux..., op. cit., p. 153-186.

79 Croq, Laurence et Lyon-Caen, Nicolas, « La notabilité parisienne entre la police et la ville : des définitions aux usages sociaux et politiques au XVIIIe siècle », dans Jean-Marie, Laurence (éd.), La notabilité urbaine..., op. cit., p. 125-157.

80 Saupin, Guy (éd.), Histoire sociale du politique..., op. cit., chap. 5.

81 Dedieu, Jean-Pierre et Moutoukias, Zacarias, « Approches de la théorie des réseaux sociaux », et Moutoukias, Zacarias, « La notion de réseau en histoire sociale : un instrument d’analyse d’action collective » dans Castellano, Juan-Luis et Dedieu, Jean-Pierre (éd.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Éd. CNRS, 1998, respectivement, p. 7-15, 231-245 ; Duquenne Frédéric, Un tout petit monde. Les notables de la ville de Douai du règne de Philippe II à la conquête française (milieu du XVIe siècle-1667). Pouvoir, réseaux et reproduction sociale, thèse Lille 3 (Ph. Guignet, dir.), octobre 2011, 3 vol.

82 Chassagne, Serge, « Modes de transmission dans le milieu des échevins lyonnais au XVIIIe siècle », dans Bellavitis, Anna, Croq, Laurence, Martinat, Monica (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009, p. 235-244.

83 Grimmer, Claude, Vivre à Aurillac au XVIIIe siècle, Aurillac, Gerbert, 1983, p. 61-80. Très belle étude de cas sur la formation instable de réseaux de d’influence autour de différents officiers royaux en rivalité à partir du journal personnel tenu par l’un des protagonistes. Une des rares occasions pour l’historien d’appréhender le système de l’intérieur.

84 Dumoulin, Jacqueline, Le consulat d’Aix-en-Provence..., op. cit. : partie 4 : « Les groupes d’affidés aixois et l’enjeu politique aixois », p. 195-262 ; Kaiser, Wolgang, Marseille au temps des troubles, 1559-1596. Morphologie sociale et luttes de factions, Paris, EHESS, 1992, p. 131-168.

85 Saupin, Guy, « Les officiers de la chambre des comptes de Bretagne, maires de Nantes au XVIIe siècle (1598-1692) », dans Le Page, Dominique (éd.), Contrôler les finances sous l’Ancien Régime. Regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes, Paris, Comité d’Histoire économique et financière, 2011, p. 429-451. Un exemple d’application de la méthodologie défendue.

86 Ruggiu, François-Joseph, « Oligarchies et ascension sociale urbaine en France et en Angleterre du XVIe au XVIIIe siècle », dans Saupin, Guy (éd.), Le pouvoir urbain..., op. cit., p. 195-214.

87 Gal, Stéphane, « Entre loyalisme et rébellion : les assemblées générales de la ville de Grenoble (1588-1598) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 49-3, 2002, p. 6-25.

88 Guignet, Philippe, « Permanences et renouvellement des oligarchies municipales à Lille et Valenciennes (de Louis XIV à la Révolution) », dans Livet, Georges et Vogler, Bernard (éd.), Pouvoir, Ville et Société en Europe, 1650-1750, Paris, CNRS, 1983 ; Id., Le pouvoir..., op. cit., chap. 12.

89 Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle..., op. cit., chap. 13, p. 345-376.

90 Belle analyse de « noyau dur » dans Carpi, Olivia, Une république..., op. cit., p. 53-55 ; Id., « Des vertus de l’oligarchie... », dans Coste, Laurent (éd.), Liens de sang..., op. cit., p. 195-197.

91 Petitfrere, Claude (éd.), Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains de l’Antiquité au XXe siècle, Tours, U. F. Rabelais, 1999. Mises au point particulières sur Tours (C. Petitfrère), sur Rodez (S. Mouysset), sur Le Mans (J.-M. Constant) et sur les petites villes de Bourgogne (C. Lamarre).

92 Saupin, Guy, « Les oligarchies municipales en France sous l’Ancien Régime : réflexion méthodologique sur l’analyse historique de leur reproduction à partir de l’exemple de Nantes », dans Petitfrere, Claude, Construction..., op. cit., p. 95-112.

93 Coste, Laurent, Les lys et le chaperon. Les oligarchies municipales en France de la Renaissance à la Révolution, Bordeaux, PU Bordeaux, 2007.

94 Lamarre, Christine, « Échevinage et échevins de Dijon au XVIIIe siècle », dans Coste, Laurent, Liens de sang..., op. cit., p. 231-237.

95 Croq, Laurence, « Des titulatures à l’évaluation sociale des qualités. Hiérarchie et mobilité collective dans la société parisienne du XVIIe siècle », dans Cosandey, Fanny (éd.), Dire..., op. cit., p. 125-168.

96 Lyon-Caen, Nicolas, Un roman bourgeois sous Louis XIV. Récits de vie marchande et mobilité sociale : les itinéraires des Homassel, Limoges, PULIM, 2008.

97 Cornette, Joël (dir.), La monarchie entre Renaissance et Révolution, 1515-1792, Paris, Seuil, 2000.

98 Cosandey, Fanny et Descimon, Robert, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Seuil, 2002.

99 Croq, Laurence, « La municipalité parisienne à l’épreuve des absolutismes... », op. cit., dans Croq, Laurence (éd.), Le prince, la ville..., op. cit., p. 175-201.

100 Marraud, Mathieu, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne au XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Albin Michel, 2009 ; Le Page, Dominique, Rousteau-Chambon, Hélène, Saupin, Guy (éd.), Gérard Mellier, Trésorier de France et général des finances, subdélégué et maire de Nantes. L’entrée de Nantes dans la modernité, Nantes, Bulletin spécial de la Société d’Archéologie et d’Histoire de Nantes et de Loire-Atlantique, 2010.

101 Beik, William, Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Provincial Aristocracy in Languedoc, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; Id., « Social interpretation of the reign of Louis XIV », dans Bulst, Neithard et alii (éd.), L’État ou le Roi, op. cit., p. 143-160.

102 Swann, Julian, Provincial Power and Absolute Monarchy. The Estates General of Burgondy, 1661-1790, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, 2007 ; Id., « Les États généraux de Bourgogne au siècle des Lumières », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 53-2, 2006, p. 35-69.

103 Legay, Marie-Laure, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2001.

104 Le lancement d’un programme national de recherche sur les États provinciaux en France offre une belle opportunité pour un croisement des recherches. Voir dans cet ouvrage la communication de Philippe Jarnoux sur les députés des villes aux États de Bretagne.

105 Nagle, Jean, Le droit de marc d’or des offices : tarifs de 1583, 1704, 1748. Reconnaissance, fidélité, noblesse, Genève, Droz, 1992.

106 Schapira, Nicolas, « Occuper l’office. Les secrétaires du roi comme secrétaires au XVIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 51-1, 2004, p. 36-61.

107 Chevalier, Bernard, op. cit., chap. 6 : « La trahison des bourgeois », p. 129-150 ; Rivaud, David, op. cit., chap. 16 : « La fin du modèle intégrateur », p. 269-284.

108 Descimon, Robert, « La Ligue à Paris (1585-1594) : une révision », Annales, ESC, 37, no 1, 1982, p. 72-111.

109 Christin, Olivier, La paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au XVIe siècle, Paris, Seuil, 1997, chap. III : « Vivre ensemble, vivre en ville », p. 73-102.

110 Cassan, Michel, Le temps des guerres de Religion. Le cas du Limousin, vers 1530-vers 1630, Paris, Publisud, 1996.

111 Meyzie, Vincent, « Officiers “moyens” et monarchie absolue : Limoges, fin XVIIe siècle », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 53-3, 2006, p. 29-60.

112 Blanquie, Christophe, Les présidiaux de Richelieu. Justice et vénalité (1630-1642), Paris, Éd. Christian, 2000.

113 Le Page, Dominique, Mémoire HDR, U. Nantes, 2008. Étude magistrale sur le marché des offices dans une grande ville provinciale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Descimon, Robert, « La vénalité des offices comme dette publique sous l’Ancien Régime français. Le bien commun au pays des intérêts privés », dans Andreau, Jean, Beaur, Gérard, Grenier, Jean-Yves (dir.), La dette publique dans l’histoire, Paris, CHEF, 2007, p. 201-230 ; Id., « Éléments pour une étude sociale des conseillers au Châtelet sous Henri IV, dans Cassan, Michel (éd.), Les officiers « moyens »..., op. cit., p. 261-291.

114 Blanquie, Christophe, Les présidiaux de Daguesseau, Paris, Publisud, 2004.

115 Meyzie, Vincent, Les illusions perdues de la magistrature seconde. Les officiers « moyens » de justice en Limousin et en Périgord, vers 1655-vers 1810, Limoges, PULIM, 2006.

116 Blanquie, Christophe, Un magistrat à l’âge baroque. Scipion Dupleix (1559-1661), Paris, Publisud, 2007.

117 Cassan, Michel (éd.), Les officiers « moyens » à l’époque moderne, France, Angleterre, Espagne, Limoges, PULIM, 1998.

118 Blanquie, Christophe, Cassan, Michel, Descimon, Robert, « Officiers moyens (I) », Cahiers du Centre de Recherches historiques, Octobre 1999, no 23.

119 Cassan, Michel (éd.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture, Limoges, PULIM, 2004.

120 Nagle, Jean, Un orgueil français. La vénalité des offices sous l’Ancien Régime, Paris, O. Jacob, 2008.

121 Ruggiu, François-Joseph, « Pour une étude de l’engagement civique au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, no 19, 2007, p. 145-164.

122 Aubert, Gauthier, « La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais », Histoire urbaine, no 4, 2001, p. 127-149 ; Dutour, Thierry, « Les nobles, les activités civiles et la vie urbaine dans l’espace francophone (XIIIe-XVe siècles) », Histoire urbaine, no 16, 2006, p. 115-129 ; Id., « Les nobles et la ville dans l’espace francophone (XIIe-XVIe siècle) ou pourquoi poser un problème résolu depuis trois cent ans », Histoire urbaine, no 20, 2007, p. 153-170.

123 Ruggiu, François-Joseph, Les élites et les villes moyennes en France et en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, L’Harmattan, 1997, chap. 2 et 3 ; Poussou, Jean-Pierre, « Les élites et les villes en Angleterre », dans Poussou, Jean-Pierre (dir.), Les sociétés urbaines..., op. cit., p. 27-57.

124 Simiz, Stephano, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve d’Ascq, PU Septentrion, 2002 ; Id., « Les confréries sous l’angle de l’espace et des mobilités urbaines (France du Nord-Est aux Temps modernes) », dans Dumons, Bruno et Hours, Bernard (éd.), Ville et religion..., op. cit., p. 129-146.

125 Schneider, Robert A., Public Life in Toulouse, 1463-1789. From municipal Republic to Cosmopolitan City, Londres, 1990.

126 Gal, Stéphane, Grenoble au temps de la Ligue : étude politique, sociale et religieuse d’une cité en crise (vers 1562-vers 1568, Grenoble, PU Grenoble, 2000 ; Roberts, Penny, A City in Conflict. Troyes during the French Wars of Religion, Manchester, Manchester UP, 1996 ; Konnert, Mark W., Civic Agendas and Religious Wars : Châlons-sur-Marne during the French Wars of Religion, Kirksville, Sixteenth-Century Journal Publishers, 1997 ; De Waele, Michel, « Autorité, légitimité, fidélité : Le Languedoc ligueur et Henri IV », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 53-2, 2006, p. 5-34.

127 Lyon-Caen, Nicolas, « Marchands de miracles ». La bourgeoisie janséniste parisienne au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2010.

128 Kaplan, Steven L., « Idéologie, conflits et pratiques politiques dans les corporations parisiennes au XVIIIe siècle, Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. 49, 2002-1, p. 5-55.

129 La première expression est utilisée dans sa thèse en 1990. Dans sa synthèse : Vivre à Lille sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1999, l’auteur reprend cette formule (p. 205), mais indique sa préférence pour la seconde expression (p. 125).

130 Dumons, Bruno, et Hours, Bernard (dir.), Ville et religion en Europe du XVIe au XXe siècle, Grenoble, PU Grenoble, 2010.

131 Fargeix, Caroline, Les élites lyonnaises du XVe siècle au miroir de leur langage. Pratiques et représentations culturelles des conseillers de Lyon d’après les registres de délibérations consulaires, Paris, De Broccard, 2007.

132 Lamarre, Christine, « Les hôtels de ville en France du XVIe au XVIIIe siècle : patrimoine et fierté urbaine », dans Saupin, Guy, Le pouvoir urbain..., op. cit., p. 87-99.

133 Descimon, Robert, « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », dans Boone, Marc et Prak, Maarten (éd.), Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes (Moyen Âge et Temps modernes), Leuven-Apeldoorn, Garant, 1996, p. 73-128.

134 Mouysset, Sylvie, « Rouge et noire, la robe fait le consul. L’exemple de Rodez aux XVIe et XVIIe siècles », dans Turrel, Denise (éd.), Regards sur les sociétés modernes, Tours, CEHVI, 1997, p. 123-132 ; Turrel, Denise, « La livrée de distinction : les costumes des magistrats municipaux dans les entrées royales des XVIe et XVIIe siècles », dans Petitfrere, Claude, Construction..., op. cit., p. 469-486.

135 Wintroub, Mickael, A savage mirror : Power, identity and knowledge in early modern France, Stanford, Stanford UP, 2006.

136 Durand, Yves, L’Ordre du monde. Idéal politique et valeurs sociales en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 2001 ; Id., « Bon gouvernement et bonne gestion au XVIIe siècle : les quatre vertus cardinales », Décisions et Gestions, Toulouse, Rencontres ESUG et U. des Sciences sociales, 1999, p. 25-36.

137 Mouysset, Sylvie, Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France XVe-XIXe siècles), Rennes, PUR, 2008.

138 Pitou, Frédérique, La robe et la plume. René Pichot de la Graverie, avocat et magistrat à Laval au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2003.

139 Bernstein, Hilary J., Between Crown and Community. Politics and Civic Culture in Sixteenth Century Poitiers, Ithaca, Cornell UP, 2004.

140 Coulomb, Clarisse (dir.), « Des villes de papier. Écrire l’histoire de la ville à l’époque moderne (dossier) », Histoire urbaine, no 28, août 2010 ; Crouzet, Denis, « Écritures de l’Histoire et idéologie urbaine. Lyon au Grand Siècle », dans Acerra, Martine, Poussou, Jean-Pierre, Verge-Franceschi, Michel et Zysberg, André (éd.), État, marine et société, Paris, PU Paris Sorbonne, 1995, p. 135-161.

141 Van Damme, Stéphane, Le temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, Éd. EHESS, 2005.

142 Beroujon, Anne, « “Les marbres le diront à la prospérité”. Claude-François Ménestrier et l’écriture du pouvoir au XVIIe siècle », Histoire urbaine, no 28, 2010, p. 105-122 ; Id., Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités, PUG, 2009, 493 p ; Sabatier, Gérard (dir.), Claude-François Ménestrier. Les jésuites et le monde des images, Grenoble, PU Grenoble, 2009.

143 Cabantous, Alain (dir.), Mythologies urbaines. Les villes entre histoire et imaginaire, Rennes, PUR, 2004.

144 Richard, Olivier (coord.), « Fondations pieuses et religion civique dans l’Empire, XVe-XVIe siècles », Histoire urbaine, no 27, 2010, p. 5-120.

145 Saupin, Guy, « L’éthique municipale nantaise dans le premier tiers du XVIIe siècle. Le rassemblement des anciens ligueurs et “politiques” », dans Dumons, Bruno et Hours, Bernard (éd.), Ville et religion..., op. cit., p. 411-434.

146 Cogne, Olivier, « Coexistence confessionnelle et pouvoir municipal à Grenoble. De l’édit de Nantes à la paix d’Alès, dans Dumons, Bruno et Hours, Bernard (éd.), Ville et religion..., op. cit., p. 389-410.

147 Beik, William, Urban Protest in sevententh-century France. The culture of retribution, Cambridge, Cambridge UP, 1997.

148 Nagle, Jean, La civilisation du cœur. Histoire du sentiment politique en France du XIIe au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1998.

149 Descimon, Robert, « Le discours de la représentation bourgeoise et l’Hôtel de Ville de Paris : aperçus synoptiques du XVIe au XVIIIe siècle », dans Croq, Laurence (éd.), Le prince, la ville et le bourgeois..., op. cit., p. 203-221.

150 Saupin, Guy, « La réforme des élections municipales en France au XVIIIe siècle : réflexions à partir de l’exemple nantais », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 46-4, 1999, p. 629-657.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540