Version classiqueVersion mobile

« Extrême » ?

 | 
Michel Biard
, 
Pierre Serna
, 
Bernard Gainot
, 
et al.

Cinquième partie. Et aujourd'hui... ?

Penser le pouvoir, prendre le pouvoir. Le centre et la marge dans la culture communiste révolutionnaire (1968-1981)

Ludivine Bantigny

Texte intégral

1Un an après Mai-Juin 1968, on pouvait lire dans Rouge, le journal de la Ligue communiste :

  • 1 « Quelques questions à propos du référendum », Rouge, no 15, 2 avril 1969.

« Dire que le socialisme ne viendra pas dans les urnes n’est pas le rêve d’enragés assoiffés de sang mais la simple constatation et expérience de ce que représente la puissance de l’État de la classe au pouvoir1. »

2Le propos entendait opposer le raisonnement au dénigrement, l’analyse argumentée aux fantasmes d’une furie incontrôlée, généralement prêtée à la culture communiste révolutionnaire. En quelques mots, il exposait la nécessité de la révolution contre l’option de la réforme par les élections.

  • 2 Goffman E., Stigma, 1963, trad. fr. Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Éditions de M (...)
  • 3 Les représentants de ce courant peuvent aussi s’approprier le mot « gauche » ou « extrême gauche » (...)
  • 4 En avril 1969, le choix de nommer leur nouvelle organisation « Ligue communiste » indique chez ses (...)
  • 5 « Trotskiste est, en fait, un qualificatif que je n’ai jamais beaucoup apprécié, écrit Alain Krivi (...)

3De fait, c’est bien le choix de la prise de pouvoir révolutionnaire qui définit et structure cette culture politique ; d’où la décision ici de la nommer ainsi, en la faisant échapper au vocable « extrême gauche ». Il y a lieu en effet de relever d’emblée ce qui manque de justesse voire de justice dans cette terminologie non dépourvue d’idéologie. D’abord, on sent évidemment tout ce qu’il y a de disqualifiant dans un tel étiquetage : l’extrême relève non seulement des confins mais encore de l’excès, non seulement du radical mais encore du brutal. Le mot porte intrinsèquement l’outrage du stigmate, au sens où l’entendait Erving Goffman, comme attribution d’un discrédit profond. Goffman d’ailleurs, dans la liste qu’il dressait des stigmatisés, y logeait les individus « mentalement dérangé[s], emprisonné[s], drogué[s], alcoolique[s], homosexuel[s], chômeur[s], suicidaire[s] ou d’extrême gauche2 »... Plus spécialement, cette figure de l’« extrême » renvoie à une inscription dans un espace géométrique, dessiné tel un échiquier politique, dont ces militants peuvent rejeter l’ordonnancement. Car plus que l’axe gauche/droite, les marxistes caractérisent les formations politiques en fonction de leur nature de classe, non pas seulement ni même principalement par leur sociologie, mais par leur programme et les intérêts qu’elles défendent. La qualification d’« extrême gauche » relève donc surtout d’une nomination extérieure3 ; par auto-désignation, celles et ceux qui se revendiquent d’une telle culture préfèreront se dire marxistes révolutionnaires, communistes révolutionnaires voire communistes tout court4. Cette étude, en l’occurrence, s’intéressera aux trotskystes, mais ce qualificatif lui-même pourrait à son tour faire l’objet de nuance et de distance5.

  • 6 Lénine, « Les divergences dans le mouvement ouvrier européen » (décembre 1910), Œuvres, t. 16, p.  (...)
  • 7 Krivine A., Questions sur la révolution, Paris, Stock, 1974.
  • 8 Daniel Lindenberg bannit « le terme de “gauchistes”, qui n’a jamais fonctionné, après 1920 comme a (...)

4Le terme « gauchiste » est encore davantage délégitimant, d’autant plus mal adapté et accepté qu’au sein de cette culture, il est utilisé dans un sens différent : celui qu’employait Lénine pour désigner les courants jugés doctrinaires et volontaristes, refusant toute participation aux parlements et aux syndicats quels qu’ils soient, repoussant le « menu travail » et guettant « les “grands jours”, sans savoir rassembler les forces qui créent les grands événements6 ». Alain Krivine, le porte-parole de la Ligue communiste devenue Ligue communiste révolutionnaire en 1974, évoque ce mot de « gauchisme » comme le « sésame ouvre-toi de la bourgeoisie », celui par lequel la classe dominante jette, dans un même sac bien rempli, ceux qui précisément mettent en question sa domination7. Mais, par antiparastase, il peut arriver que d’aucuns le reprennent à leur compte pour se l’approprier et, in fine, l’assumer : pour exemple, durant ces « années 1968 », certains membres de Lutte ouvrière expliquent que le terme « gauchiste » a été lancé « par les bons soins de L’Humanité », mais qu’il est devenu « synonyme de révolutionnaire » et qu’à ce titre « il ne doit pas [les] gêner8 ».

  • 9 « Interview d’Alain Krivine », Rouge, no 1, 18 septembre 1968. Le décret du 12 juin 1968 porte dis (...)
  • 10 Voir Chambarlhac V., « Le trotskysme au regard de l’autre. Essai de déconstruction d’une catégorie (...)
  • 11 « Cette appartenance à une avant-garde politique crée chez les militants un immense sentiment de r (...)

5Le mot « extrême », s’il apparaît donc mal ajusté, engage cependant la réflexion sur la minorité voire la marginalité de ce courant politique. Lui-même se propose de l’expliquer. Il le fait tout d’abord en recourant à la réflexion marxiste sur l’idéologie, théorisée notamment dans L’Idéologie allemande : la bourgeoisie dispose des moyens économiques et politiques suffisants pour que ses intérêts propres passent pour l’intérêt général ; en somme, l’idéologie de la classe dominante devient l’idéologie dominante. Partant et selon ce raisonnement, ceux qui tentent de la contrer se heurtent au poids considérable de cette domination. Pratiquement, il faut prendre en compte, pour la période concernée, les poursuites et autres mises en clandestinité : la dissolution, parmi onze organisations, de la Jeunesse communiste révolutionnaire en juin 1968 puis de la Ligue communiste en juin 1973 – Alain Krivine, après quarante-neuf jours passés en prison pour « reconstitution de ligue dissoute », juge alors que « des révolutionnaires dignes de ce nom sont constamment menacés par la société bourgeoise, parce qu’ils sont constamment en conflit avec elle9 ». Ce courant se caractérise en outre par son anti-stalinisme ; or, les partis communistes connaissent leur apogée depuis l’après-guerre et c’est aussi contre cette domination-là qu’il s’agit de s’imposer : il se déploie et se débat donc dans une certaine adversité car, même si la persécution anti-trotskyste ne va plus jusqu’à l’élimination physique comme dans les années 1930, le terme d’« hitléro-trotskystes » et ses avatars continuent de laisser des traces10. La mise en marge de ce courant vient également de son propre positionnement : il se compose de partis d’avant-garde plutôt que de partis de masse, dotés de militants et non de simples adhérents, mus par un engagement total, par là même prenant, accaparant et, dans ces circonstances, minoritaire forcément11.

  • 12 Il n’y a pas là seulement un rapport au pouvoir, mais « la conquête du pouvoir dans le but de tran (...)

6Dans cette culture, la formulation de la prise de pouvoir apparaît comme l’affirmation révolutionnaire par excellence12 et c’est à cette aune qu’on en mesurera les dimensions théoriques et pratiques. Il sera donc question de la radicalité en politique, qui brise avec la logique spatiale de l’échiquier et de ses extrêmes pour travailler à la racine du système. Par là, on rencontrera l’inversion de la stigmatisation et la légitimité de l’illégalité, autant de déplacements qui reviennent en dernière instance à relativiser la centralité et à recentrer la marginalité.

Quelques leçons tirées de Mai

  • 13 C’est par souci de respecter les limites imparties dans le cadre d’un article que nous centrerons (...)

7La grève générale avec occupation d’entreprises est un événement décisif et même constitutif pour le renouveau du courant communiste révolutionnaire en 1968. Toutefois, les différentes organisations qui le composent, et notamment la JCR-LC-LCR dont il sera plus spécialement question ici13, analysent son échec par sa faible auto-organisation, la prise de décision ayant été laissée aux dirigeants syndicaux et aux partis politiques réformistes, qui eux-mêmes s’en sont remis à la volonté du pouvoir gaulliste. En se coulant dans le moule des élections convoquées par le général De Gaulle, ces partis, à commencer par le PCF, ont opéré un déplacement du mouvement vers ce qui lui était extérieur, les institutions. La voie électorale empruntée en juin a été conçue comme un recentrage du pouvoir par le pouvoir, loin de « la rue » et « dans les urnes ».

8C’est pourquoi, après des événements jugés exceptionnels par leur ampleur autant que par leur inaboutissement, ces organisations se donnent une double tâche, tout à la fois théorique et pratique. La première tient dans la formulation de mots d’ordre susceptibles de faire sortir les travailleurs de l’impuissance politique à laquelle ils sont réduits. L’idée est de partir des revendications qui émanent des luttes des salariés pour s’orienter vers la remise en cause du pouvoir patronal. Parmi ces mots d’ordre figurent l’ouverture des livres de compte des entreprises, l’échelle mobile des salaires, le droit de veto sur les cadences, les embauches et les licenciements, par un « contrôle ouvrier », expression d’un pouvoir embryonnaire frontalement opposé à la logique de la domination capitaliste. Ces perspectives entendent formuler, au plus près de la situation quotidienne des salariés, la contestation du pouvoir exercé par le patronat :

  • 14 « Pour le contrôle ouvrier », Rouge, n 10, 22 janvier 1969.

« Car le capitalisme ne se caractérise fondamentalement ni par des bas salaires, ni même par un grand nombre de chômeurs [...] Il se caractérise par le fait que le Capital, que les capitalistes, commandent aux hommes et aux machines. Contester ce droit de commande ; lui opposer un pouvoir d’une autre nature, c’est commencer dans les faits la lutte pour le renversement du régime capitaliste14. »

  • 15 Voir Bensaïd D., « Grève générale, front unique, dualité de pouvoir », Critique communiste, no 26, (...)

9Le deuxième axe développé au cours de ces années suivant Mai réside dans une méthode pratique d’intervention dans les luttes : il s’agit d’y promouvoir toutes les expériences de « démocratie directe » ou « démocratie ouvrière », par les assemblées générales, les comités de grève élus, les comités d’action, pour relativiser la centralité du pouvoir et ouvrir la voie à d’autres formes de vie démocratique, fondée sur l’auto-organisation15.

  • 16 Weber H., « Transition au socialisme : sur quelques points de clivage dans le débat en cours », Cr (...)

10La démarche, que Léon Trotsky avait appelée « transitoire », cherche à trouver une articulation entre les revendications immédiates et la prise du pouvoir, en habituant ceux qui en sont exclus à le pratiquer par la décision collective et sa mise en œuvre immédiate, par l’incorporation d’« habitudes démystifiantes », contre la conviction solidement ancrée que le pouvoir se situe nécessairement au gouvernement ou au Parlement. Une telle méthode est pensée comme un long travail préparatoire à la révolution, rompant avec la passivité et l’abandon de la décision aux « spécialistes » et aux « compétents ». Dans cette acception, la révolution suppose un cycle de lutte et d’imprégnation, fort éloignée de la « Révolution-éclair » qu’Henri Weber, l’un des théoriciens de la LCR, qualifie à l’époque de « fable16 ». De fait, pour s’opposer avec efficacité aux usuelles diatribes sur l’utopie et la violence, il s’agit de dé-mythologiser ce qui a été mystifié : à rebours du « Grand Soir » et de ses majuscules, l’événement révolutionnaire n’est ni dénié ni renié ; mais il présuppose, avant son avènement, une accoutumance à la radicalisation progressive des luttes, intégrant une pratique démocratique revivifiée.

L’état du pouvoir et le pouvoir de l’État

  • 17 « À propos du mot d’ordre d’assemblée constituante », Rouge, no 19, 14 mai 1969.

11Ces positions, couplées à une méthode d’intervention, se fondent sur une analyse de la situation à laquelle elles sont censées s’adapter, une appréciation portée sur l’état du pouvoir et le pouvoir de l’État. En ces circonstances, la Constitution de la Cinquième République est pensée comme le produit d’un rapport de forces défavorable aux travailleurs, l’événement de septembre 1958 représentant une « grande défaite de la classe ouvrière17 ». De ce point de vue, la Constitution traduit la légalité du vainqueur : il y a donc lieu de la relativiser et de défendre la légitimité à la contester.

  • 18 « L’épisode du référendum et les tâches des marxistes-révolutionnaires », Rouge, no 16, 16 avril 1 (...)
  • 19 « D’un 10 mai à l’autre un même combat », Rouge, no 19, 14 mai 1969.
  • 20 « Transformons les élections bourgeoises en campagne révolutionnaire », Rouge, no 19, 14 mai 1969.

12En pratique, pour la Ligue communiste, c’est le référendum proposé par le général De Gaulle en 1969 qu’il s’agit de rejeter, comme une « manœuvre de diversion », un « os jeté par le pouvoir » pour détourner l’attention des exploités et des opprimés. À la différence d’autres organisations qui, comme l’OCI, en appellent au vote « non », la Ligue prône le boycott actif du référendum en appelant à glisser un bulletin rouge dont elle imprime des exemplaires à cet effet. Cette proposition politique revient selon elle à « dissiper dans l’avant-garde ouvrière les illusions légalistes », à mettre le référendum « hors les mœurs18 », ce qui est une manière de le mettre aussi hors les murs, au seuil et non au centre du politique. Une telle position ne signifie pas pour autant le rejet de toute participation électorale – ici, les trotskystes se distinguent des anarchistes et, pour reprendre le terme selon sa définition léniniste, des « gauchistes ». Si le référendum, dans la lignée du plébiscite bonapartiste, est conçu comme un blanc-seing donné au pouvoir et est donc foncièrement refusé, les élections peuvent cependant servir de tribune pour exposer et diffuser largement un programme révolutionnaire. C’est la raison pour laquelle, en 1969 comme en 1974, la Ligue communiste présente un candidat à l’élection présidentielle, en la personne d’Alain Krivine. Ces campagnes sont organisées comme « un nouveau terrain de lutte, celui où la bourgeoisie se croyait hors d’atteinte19 ». En somme, il s’agit de s’insérer dans les cadres de la légalité pour mieux les faire éclater en les dénonçant dans leurs fondements : la Ligue pense ainsi « transformer les élections bourgeoises en campagne révolutionnaire20 ».

  • 21 Vincent J.-M., « Les voies du réformisme », Critique communiste, no 32, juin 1980, p. 122-128. Jea (...)

13Dans le même temps, la LCR mène une réflexion sur l’État, associée à une analyse de la place qu’occupe le réformisme dans la vie politique. Certains articles théoriques, parus dans sa revue Critique communiste, se penchent sur l’« intégration organique » à l’État des organisations du mouvement ouvrier, caractéristique accentué par le Welfare State. Pour Jean-Marie Vincent par exemple, l’insertion de militants syndicaux dans la « trame institutionnelle de la société bourgeoise », pour la gestion de la force de travail au sein d’institutions étatiques ou para-étatiques, l’arbitrage des conflits du travail et, en dernière analyse, l’instauration d’une certaine paix sociale, renvoie à une « politique contractuelle de régulation du coût de la main-d’œuvre » d’une grande habilité stratégique, puisqu’elle met « le mouvement ouvrier à la remorque du capitalisme qu’il prétend combattre tout en croyant le transformer21 ».

14Quant au Parti communiste français, dont les évolutions sont l’objet d’analyses attentives, il est caractérisé comme « néo-réformiste », ayant abandonné le projet révolutionnaire au profit d’une voie parlementaire qui repousse l’échéance du socialisme à un horizon toujours plus lointain. L’explication qui en est donnée est internationaliste : le réformisme apparaît comme une option choisie pour mieux préserver les intérêts de l’URSS :

  • 22 Ligue communiste, Bulletin de discussion, « Le contrôle ouvrier », novembre 1969, p. 13, Bibliothè (...)

« Parce qu’il fallait à tout prix empêcher une révolution qui aurait compromis l’équilibre mondial des forces et le sort de la bureaucratie soviétique, il était nécessaire d’inventer une théorie des voies pacifiques au socialisme22. »

  • 23 Ibid., p. 17.

15Mais, en imaginant des réformes internes à l’État, ce sont finalement des illusions que sèment, selon la Ligue, les dirigeants du PCF : en proposant notamment la « nationalisation démocratique des monopoles » et en pensant qu’elle pourrait miner le système capitaliste de l’intérieur, ces derniers sombreraient dans le « domaine de l’utopie23 ». L’association bipolaire réforme-rationalité/révolution-mythologie en est par là même inversée.

Mai 1981 : des révolutionnaires face à une non-révolution

  • 24 Lettre de Lutte ouvrière à la LCR, 13 avril 1977, BDIC, O pièce 41587/7.
  • 25 2e lettre de Lutte ouvrière à la LCR, s. d. [22 juin 1977], BDIC, O pièce 41587/7.
  • 26 « Que veut Marchais ? Que Mitterrand, s’il est élu, prenne dans son gouvernement des ministres com (...)

16Pour autant, la puissance des courants réformistes ne s’est pas démentie au cours des années 1970 ; elle s’est même accentuée avec la refondation du Parti socialiste depuis Épinay. Les organisations communistes révolutionnaires invitent, sur le sujet, à ne se faire aucune illusion : il n’y aura pas de révolution si la gauche arrive au pouvoir. D’après Lutte ouvrière, en cas de victoire électorale, la gauche « utilisera son crédit auprès des travailleurs pour mener une politique anti-ouvrière, une politique de droite ; et les travailleurs n’ont rien à espérer de ministres de gauche24 ». Il y a là la certitude que « le gouvernement d’Union de la gauche sera un gouvernement bourgeois25 ». Pour Lutte ouvrière, qui présente la candidature d’Arlette Laguiller, il faut dès lors accepter de ne pas être dans le courant en expliquant qu’il n’y aura pas de changement, mais une simple alternance, une nouvelle équipe au pouvoir relayant l’ancienne trop usée26. L’OCI, pour sa part, entend battre la droite en appelant à voter Mitterrand dès le premier tour.

  • 27 Réponse de la LCR à LO, 21 avril 1977, BDIC, O pièce 41587/7.
  • 28 Analysant la « nature de classe du PS », Daniel Bensaïd estime que, par son « implantation, par se (...)
  • 29 Une rubrique « Union dans les luttes » est ainsi publiée toutes les semaines dans le journal Rouge(...)

17La LCR, de son côté, manie différemment l’analyse de classe en se prononçant pour la défaite des « partis de la bourgeoisie », avec le mot d’ordre « Battre Giscard » qui fait figure de pivot parmi ses axes de campagne. Même si elle estime que le gouvernement de la gauche au pouvoir sera un « front de collaboration de classes27 », elle soutient l’alliance des partis appartenant au mouvement ouvrier, le Parti socialiste28 et le Parti communiste français. Elle prend part, entre l’été 1980 et le printemps 1981, à des structures unitaires nommées « Union dans les luttes », qui rassemblent des membres du PCF, du PS, du PSU, de la LCR, des syndicalistes et des militants non-organisés, dont l’objectif est de « chasser Giscard29 ». Il s’agit non pas de donner un « chèque en blanc » à François Mitterrand, mais d’être « au premier rang » du combat contre ses adversaires.

  • 30 Pour un panorama des mots d’ordre portés au cours de la campagne par la LCR, voir le numéro spécia (...)
  • 31 Voir « Séduire le patronat : une impasse », Rouge, no 972, 5-11 juin 1981 ; « Les premières mesure (...)

18Cette position ne va pas sans une évidente lucidité quant à l’appréciation de la situation : celle-ci n’est pas révolutionnaire. La question que se posent les militants réside dans un « Que faire ? » remis au goût du jour. L’espoir est placé dans une victoire électorale des partis issus du mouvement ouvrier, PS et PCF, point d’appui à une mobilisation sociale massive, à une grève générale, comme cela avait été le cas en juin 1936. La question de l’auto-organisation est donc réactivée, associée à un travail renouvelé sur les mots d’ordre à défendre. La LCR fait alors campagne pour la tenue de réunions syndicales et intersyndicales, d’assemblées générales de travailleurs, de comités de vigilance et d’action, une campagne poursuivie après l’élection du 10 mai 1981 qui scelle la victoire de François Mitterrand. Cette campagne se fonde sur des mesures dites d’urgence et de transition, qui dépassent largement et parfois radicalement les 110 propositions faites par le PS à la veille de l’élection, tout en partant d’elles pour les étoffer et les relier à la question d’un pouvoir socialiste. Parmi ces revendications figurent l’arrêt des licenciements et des fermetures d’usine, une hausse immédiate du SMIC pour qu’il atteigne 3 400 francs et une augmentation des salaires de 500 francs, un blocage des prix des produits de première nécessité et des loyers, la semaine légale de 35 heures sans diminution de salaire, les nationalisations sous contrôle ouvrier sans indemnité ni rachat30. Pour la Ligue, de telles réformes ne transformeraient pas décisivement la situation mais l’empêcheraient au moins de se dégrader. Car les premières décisions du gouvernement Mauroy apparaissent insuffisantes et insatisfaisantes : l’augmentation du SMIC de 10 % est jugée trop faible, car elle ne correspond pas au rattrapage de sa dévalorisation intervenue au cours des années précédentes et risque d’être annulée de toute façon par l’inflation, sans le blocage des prix ; les 39 heures ne permettent pas de « travailler moins, de façon moins pénible pour travailler tous », la mesure ne semblant pas à la hauteur du chômage massif qui caractérise la période ; les nationalisations enfin ne changeront rien à la situation des salariés si elles ne s’effectuent pas sous le contrôle ouvrier31. Il s’agit donc là encore de poser la question du pouvoir par la démocratie directe : comités de travailleurs, au niveau des entreprises, pour le contrôle des rythmes et des conditions de travail ainsi que l’ouverture des livres de compte ; comités de quartier, de ménagères et de ménagers, au niveau des localités, pour le contrôle des prix des denrées et des loyers.

  • 32 Voir « Aller de l’avant pour de nouvelles victoires », Critique communiste, no 34, juillet 1981, p (...)

19La LCR ne cesse à cette occasion d’y insister, en reposant la classique question « réforme ou révolution » et en inversant une fois de plus les polarités : à ses yeux, l’utopie est de vouloir changer le système en le réformant, ce qui, dans une situation de crise économique prolongée, reviendrait à gérer l’austérité avec les salariés. L’organisation pointe la nécessité pour le capitalisme de restaurer son taux de profit, de diminuer le coût du travail et d’assurer de bonnes conditions de rentabilité, autant d’objectifs contradictoires avec les mesures de l’après-mai qui, selon la LCR, restent au milieu du gué32. Dans sa conception, l’illusion n’est donc pas dans la révolution.

  • 33 Bensaïd D., article cité, p. 62.

20Se familiariser à l’exercice des responsabilités, s’accoutumer à décider pour soi ; la méthode de la « démocratie ouvrière » que propose la culture communiste révolutionnaire fait resurgir à nouveaux frais « la vieille question sans cesse actualisée » : « Comment une classe exploitée et dominée peut-elle poser sa candidature au pouvoir33 ? » Dans ce courant politique, la Révolution française est analysée comme une révolution essentiellement bourgeoise, dans et par laquelle la prise de pouvoir politique fut le couronnement d’une position déjà dominante sur le plan social et économique. Au contraire, le prolétariat reste dominé et privé de toute parcelle de pouvoir ; il faut qu’il s’habitue à s’en emparer, selon une forme démocratique opposée à la délégation parlementaire pensée comme une relégation dans une passivité résignée.

  • 34 Brohm J.-M., « Louis Althusser et la dialectique matérialiste », Contre Althusser, Paris, Union gé (...)
  • 35 Bensaïd D., article cité, p. 80-81.

21Dans le même mouvement est soulevée la question du sujet révolutionnaire, en somme du rôle que peuvent tenir ou non les hommes et les femmes dans une révolution. Durant cette période, les théoriciens de la Ligue communiste sont soucieux de contrer l’influence d’Althusser sur le sujet. La pensée althussérienne est critiquée comme un objectivisme mécaniste, fétichisant et réifiant les rapports de production, au mépris de la place des individus dans les processus révolutionnaires. Au contraire d’une histoire vue comme un procès sans sujet, la LCR entend donner toute sa place à l’initiative révolutionnaire34. Certains, comme Daniel Bensaïd, prônent en ce sens une vision unifiée du monde contre le cloisonnement des luttes et des secteurs d’intervention, une totalisation contre la juxtaposition que formeraient les combats proprement ouvrier, féministe, écologiste, anti-raciste, etc. Incarnées dans des lieux – par exemple, une bourse du travail conçue non pas comme simple maison des syndicats mais comme « local des comités de soldats, maison des femmes et centre culturel du mouvement ouvrier » –, ces dimensions « transversales, entrelacées » de l’engagement militant doivent permettre de considérer la société comme un tout organique pour penser une autre société, radicalement autre car radicalement révolutionnée35.

  • 36 De fait, comme le rappelle Georges Ubbiali, dans la « hiérarchie des objets d’études », « le trots (...)
  • 37 On suivra notamment Gilles Vergnon lorsqu’il écrit, à propos du « trotskysme », qu’il s’agit de le (...)

22Il y a donc là, on a essayé de le montrer, une reconfiguration du pouvoir et un recentrement de la marge. On pourrait espérer aujourd’hui que l’historiographie opère un geste semblable, en rompant avec la marginalité de l’objet « extrême gauche », mis en réserve, dans tous les sens du terme, précisément parce qu’il est « extrême36 ». Elle pourrait ainsi œuvrer à repenser ce courant non comme extrémité mais comme radicalité. Ce faisant, sans aller jusqu’à lui attribuer une centralité, elle l’inclurait dans le champ de la légitimité historique37. Mais ce serait déjà, on ne saurait le masquer, un choix politique.

Notes

1 « Quelques questions à propos du référendum », Rouge, no 15, 2 avril 1969.

2 Goffman E., Stigma, 1963, trad. fr. Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 14.

3 Les représentants de ce courant peuvent aussi s’approprier le mot « gauche » ou « extrême gauche », en une déclinaison qui mériterait à elle seule une étude : elle analyserait les infléchissements du vocabulaire d’auto-nomination selon l’évolution des organisations. Pour exemple, dans son autobiographie, Alain Krivine emploie de manière indifférenciée les termes « gauche de gauche », « gauche radicale », « gauche anticapitaliste », « gauche révolutionnaire » ou « extrême gauche révolutionnaire » (Krivine A. Ça te passera avec l’âge, Paris, Flammarion, 2006, p. 11-14).

4 En avril 1969, le choix de nommer leur nouvelle organisation « Ligue communiste » indique chez ses fondateurs que le terme se suffit à lui-même : « Son implantation et son élaboration programmatique encore insuffisante ne lui permettent pas de se prévaloir du nom de parti ; mais dès maintenant sa place politique face au PCF lui permet d’éviter tous les pléonasmes de démarcation (communiste révolutionnaire, internationaliste, ou m-l) » (« Pourquoi la ligue ? », Rouge, no 16, 16 avril 1969). On se rappelle aussi que les maoïstes du PCMLF plaçaient systématiquement entre guillemets le C de PCF.

5 « Trotskiste est, en fait, un qualificatif que je n’ai jamais beaucoup apprécié, écrit Alain Krivine. [...] À l’origine, ni Léon Trotski ni les “trotskistes” n’aiment être appelés ainsi, essentiellement parce que c’est Staline – et les staliniens à sa suite – qui les désignait sous ce vocable [...] Cela étant dit, face aux antitrotskistes, je suis tout à fait prêt à m’affirmer trotskiste. Un peu comme je me revendiquerai toujours juif face aux antisémites » (Krivine A., Ça te passera avec l’âge, op. cit., p. 77). Olivier Besancenot souligne quant à lui, à propos de son adhésion à la LCR : « Moi, je ne suis pas venu au trotskysme, je suis venu à la révolution » (cité par Birnbaum J., « Transmission révolutionnaire et pédagogie de la jeunesse. L’exemple des trotskismes français », Bantigny L. (dir.), « Les jeunes comme sujets et enjeux politiques », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 4, avril-juin 2008)

6 Lénine, « Les divergences dans le mouvement ouvrier européen » (décembre 1910), Œuvres, t. 16, p. 371. Dans La Maladie infantile du communisme, le gauchisme (avril-mai 1920), Lénine critique les « communistes de gauche » allemands, même s’il reconnaît qu’eux-mêmes ne se qualifient pas de ce terme, mais bien plutôt d’« opposition de principe ». (Œuvres, t. 31, p. 34). Il leur reproche de ne pas saisir la nature des conjonctures et in fine de ne pas prêter intérêt à la réalité : « Nous pouvons (et devons) commencer à construire le socialisme, non pas avec du matériel humain imaginaire ou que nous aurions spécialement formé à cet effet, mais avec ce que nous a légué le capitalisme » (ibid., p. 45).

7 Krivine A., Questions sur la révolution, Paris, Stock, 1974.

8 Daniel Lindenberg bannit « le terme de “gauchistes”, qui n’a jamais fonctionné, après 1920 comme après 1968, que dans un contexte de délégitimation polémique » (Lindenberg D., « À gauche de la gauche », in Becker J.-J. et Candar G., Histoire des gauches en France, vol. 2, XXe siècle : à l’épreuve de l’histoire, Paris, La Découverte, 2005, p. 121).

9 « Interview d’Alain Krivine », Rouge, no 1, 18 septembre 1968. Le décret du 12 juin 1968 porte dissolution du Comité de liaison des étudiants révolutionnaires (CLER), de la Fédération de la jeunesse révolutionnaire, de la Fédération des étudiants révolutionnaires (FER), de la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR), du Mouvement du 22 Mars, de l’Organisation communiste internationaliste (OCI), du Parti communiste internationaliste (PCI), du Parti communiste marxiste léniniste de France (PCMLF), du groupe Révoltes, de l’Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes (UJCml) et de Voix ouvrière.

10 Voir Chambarlhac V., « Le trotskysme au regard de l’autre. Essai de déconstruction d’une catégorie mentale », in « L’histoire de l’extrême gauche française : le cas du “trotskysme”. Une histoire impossible ? », Cahiers Léon Trotsky, no 79, décembre 2002, p. 71-79.

11 « Cette appartenance à une avant-garde politique crée chez les militants un immense sentiment de responsabilité. [...] La vocation à la construction d’un monde meilleur implique la conscience d’un rôle historique à jouer. » (Rizet S., « Qu’est-ce qui fait courir les militants de la Ligue communiste révolutionnaire ? », Sociologies Pratiques, no 15, 2007/2, p. 77-78).

12 Il n’y a pas là seulement un rapport au pouvoir, mais « la conquête du pouvoir dans le but de transformer radicalement le système politique, économique et social. Ce concept s’identifie donc avec l’affirmation révolutionnaire », à la différence du « camp de la réforme, qui ne vise qu’à conquérir les pouvoirs » (Buton P., « La gauche et la prise du pouvoir », in Becker J.-J. et Candar G., op. cit., p. 564-565).

13 C’est par souci de respecter les limites imparties dans le cadre d’un article que nous centrerons le propos sur la JCR-LC-LCR. À son sujet, voir la thèse essentielle de Salles J.-P., La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005 ; Rizet S., La Distinction militante. Transformations et invariances du militantisme à la Ligue communiste révolutionnaire, thèse de sociologie sous la direction de Vincent de Gaulejac, Université Paris-VII, 2006 ; Johsua F., De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politique des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, thèse de science politique sous la direction de Nonna Mayer, IEP de Paris, 2011.

14 « Pour le contrôle ouvrier », Rouge, n 10, 22 janvier 1969.

15 Voir Bensaïd D., « Grève générale, front unique, dualité de pouvoir », Critique communiste, no 26, janvier 1979, p. 72.

16 Weber H., « Transition au socialisme : sur quelques points de clivage dans le débat en cours », Critique communiste, no 8, septembre 1976, p. 10-11.

17 « À propos du mot d’ordre d’assemblée constituante », Rouge, no 19, 14 mai 1969.

18 « L’épisode du référendum et les tâches des marxistes-révolutionnaires », Rouge, no 16, 16 avril 1969.

19 « D’un 10 mai à l’autre un même combat », Rouge, no 19, 14 mai 1969.

20 « Transformons les élections bourgeoises en campagne révolutionnaire », Rouge, no 19, 14 mai 1969.

21 Vincent J.-M., « Les voies du réformisme », Critique communiste, no 32, juin 1980, p. 122-128. Jean-Marie Vincent explique que, en raison « d’une progression très nette de la législation du travail, des procédures d’arbitrage dans les conflits du travail, des politiques sociales coordonnées avec les programmations étatiques, des politiques contractuelles de régulation du coût de la main-d’œuvre », « les syndicats ne restent pas des organisations qui ont pour seule tâche de réaliser la coalition des travailleurs autour de leurs intérêts objectifs ; ils participent eux-mêmes au fonctionnement des machines à produire la paix sociale par l’atténuation et la dérivation des conflits de classe » (p. 123).

22 Ligue communiste, Bulletin de discussion, « Le contrôle ouvrier », novembre 1969, p. 13, Bibliothèque de Documentation internationale contemporaine (BDIC), Q pièce 8316.

23 Ibid., p. 17.

24 Lettre de Lutte ouvrière à la LCR, 13 avril 1977, BDIC, O pièce 41587/7.

25 2e lettre de Lutte ouvrière à la LCR, s. d. [22 juin 1977], BDIC, O pièce 41587/7.

26 « Que veut Marchais ? Que Mitterrand, s’il est élu, prenne dans son gouvernement des ministres communistes. Et à quoi est-il prêt pour y parvenir ? À prendre le risque de faire chuter Mitterrand et de faire réélire Giscard. [...] Le Parti communiste, aujourd’hui, préfère encore voir Giscard réélu que Mitterrand élu si ce dernier gouverne sans le PCF. » (« Le chantage de Georges Marchais », Lutte ouvrière, 28 mars 1981).

27 Réponse de la LCR à LO, 21 avril 1977, BDIC, O pièce 41587/7.

28 Analysant la « nature de classe du PS », Daniel Bensaïd estime que, par son « implantation, par ses liens avec les syndicats, par son électorat..., il s’agit d’un parti qui a des comptes à rendre aux travailleurs. Ce qui n’exclut pas qu’il applique une politique bourgeoise, mais au prix de contradictions internes dans ses rapports avec les travailleurs autres que pour un parti bourgeois qui défend purement et simplement les mandats de ses conseils d’administration. C’est pourquoi nous parlons du PS comme d’un parti ouvrier bourgeois et l’incluons dans notre bataille pour l’unité des organisations ouvrières » (Bensaïd D., art. cit., p. 77).

29 Une rubrique « Union dans les luttes » est ainsi publiée toutes les semaines dans le journal Rouge et relate les différentes initiatives prises dans ce cadre unitaire. Rappelons qu’Alain Krivine n’a pu se présenter, faute d’avoir obtenu les 500 signatures de maires nécessaires, y compris celles que lui avaient promises des élus PS et PCF. Une campagne démocratique est d’ailleurs menée pour dénoncer cette situation, avec un appel soutenu par des artistes et des intellectuels, de Claude Chabrol à Claude Mauriac, de Madeleine Rebérioux à Gilles Perrault, de Maxime Le Forestier à Michel Piccoli.

30 Pour un panorama des mots d’ordre portés au cours de la campagne par la LCR, voir le numéro spécial de Rouge après le second tour (no 969, 15-21 mai 1981).

31 Voir « Séduire le patronat : une impasse », Rouge, no 972, 5-11 juin 1981 ; « Les premières mesures sociales du gouvernement », Ibid. ; « Les smicards devront-ils encore vivre avec des miettes ? », Ibid. ; « Mauroy soutient les entreprises... mais les patrons bloquent le changement », Rouge, no 974, 19-25 juin 1981.

32 Voir « Aller de l’avant pour de nouvelles victoires », Critique communiste, no 34, juillet 1981, p. 5-6 ; cet éditorial évoque « l’utopie de la “dynamique réformiste” », en raison de « l’impossibilité de sortir de la crise, c’est-à-dire l’impossibilité de relancer la croissance dans le cadre du capitalisme ; discours et bonnes intentions ne sauraient en effet suffire à inciter les capitalistes à investir tant qu’ils ne seront pas assurés de la restauration des taux de profit ».

33 Bensaïd D., article cité, p. 62.

34 Brohm J.-M., « Louis Althusser et la dialectique matérialiste », Contre Althusser, Paris, Union générale d’éditions, 1974, p. 27, 54 et 57. Après Mai-Juin 1968, Daniel Bensaïd et Henri Weber insistent, dans les perspectives qu’ils tracent pour cet après-grève générale, sur « le rôle du sujet » et leur refus de « s’agenouiller et démissionner devant les conditions dites objectives » (Bensaïd D., Weber H., Mai 1968 : une répétition générale, Paris, Maspero, 1968, p. 171-172).

35 Bensaïd D., article cité, p. 80-81.

36 De fait, comme le rappelle Georges Ubbiali, dans la « hiérarchie des objets d’études », « le trotskysme, en tant que sujet d’intérêt académique, se situe au bas de l’échelle des intérêts savants » (Ubbiali G., « Militer à GC-UC-VO-LO, ou les trois états de la matière », « L’histoire de l’extrême gauche française : le cas du “trotskysme”. Une histoire impossible ? », op. cit., p. 55).

37 On suivra notamment Gilles Vergnon lorsqu’il écrit, à propos du « trotskysme », qu’il s’agit de le considérer « dans l’optique d’une histoire croisée, d’abord comme un courant communiste, qui partage avec le PCF un segment d’histoire, une culture politique et d’organisation en partie commune, ensuite comme un courant de l’ensemble “mouvement ouvrier”, confronté aux mêmes événements, réagissant eux-mêmes contraintes » (Vergnon G., « L’histoire du trotskysme : quelques propositions pour avancer », ibid., p. 44). Évidemment, certains s’y emploient déjà et de longue date. Outre les thèses déjà mentionnées, on se réfèrera au travail que mène la revue Dissidences. Bulletin de liaison des études sur les mouvements révolutionnaires (www.dissidences.net). De nombreux mémoires de jeunes chercheurs, en maîtrise ou DEA et désormais masters, ont été soutenus sur ce sujet ; Georges Ubbiali et Jean Vigreux en ont dressé la liste au sein d’une bibliographie conséquente pour Dissidences.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search