Version classiqueVersion mobile

« Extrême » ?

 | 
Michel Biard
, 
Pierre Serna
, 
Bernard Gainot
, 
et al.

Première partie. Mots et concepts

Stigmatiser la gauche « extrême », violence et terreur révolutionnaire en Allemagne, 1918-1919

Jean-Numa Ducange

Texte intégral

  • 1 Kautsky K., Terrorismus und Kommunismus. Ein Beitrag zur Naturgeschichte der Revolution, Berlin, V (...)

« Durant tout le XIXe siècle, nous pouvons observer parmi les classes laborieuses un progrès ininterrompu de sentiments humanitaires. Et voilà qu’au début du XXe siècle survient la révolution en Russie et en Allemagne et qu’elle déchaîne de nouveau les actes sanglants qui font penser à la Révolution française du XVIIIe siècle. Comment expliquer ce revirement1 ? »

  • 2 Ce parti avait regroupé en 1917 tous les opposants à la guerre. Une partie d’entre eux fondent le (...)

1Ces phrases sont extraites de Terrorisme et communisme du social-démocrate Karl Kautsky, essai d’histoire immédiate sur les révolutions allemande et russe publié en 1919, réédité en 1924. La question fondamentale qui traverse cette œuvre résume bien l’un des problèmes majeurs qui déchire la gauche allemande de l’époque : que faire face à la situation révolutionnaire en 1918-1919, alors même que de larges franges du mouvement ouvrier d’avant 1914 avaient estimé possible un passage graduel au socialisme ? Les faits sont connus : deux républiques concurrentes proclamées, la naissance chaotique du KPD fin 1918, les Spartakistes écrasés en janvier 1919, un SPD s’intégrant à l’appareil d’État en même temps qu’il retrouve rapidement sa grande influence sur les masses ouvrières, des troubles constants dans la jeune République de Weimar jusqu’au milieu des années 1920. Il ne s’agira pas de revenir sur ces différents points mais de comprendre comment la situation incite à une nouvelle appréciation de l’usage de la violence et de la terreur révolutionnaire par analogie avec la Révolution française, le plus souvent côté social-démocrate dans l’optique de stigmatiser les désordres provoqués par l’extrême-gauche spartakiste. La figure de Karl Kautsky paraît à cet égard particulièrement intéressante. Gardien de l’orthodoxie marxiste avant 1914, stigmatisé comme « renégat » par Lénine à partir de 1918 pour sa condamnation de la Révolution russe, il fut sous-secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères quelques mois entre novembre 1918 et le printemps 1919. Il ne joue guère de rôle majeur dans la révolution allemande mais en est néanmoins un observateur attentif et ses écrits de l’époque révèlent une profondeur historique que l’on ne retrouve pas ailleurs dans la social-démocratie. Qui plus est Terrorisme et communisme. Contribution à l’histoire des Révolutions signé en juin 1919 survient à un moment singulier puisque si Karl Kautsky a violemment rompu avec les communistes – il était allié avec eux dans le Parti social-démocrate indépendant USPD2 –, il n’a pas encore réintégré le SPD et se situe dans un entre-deux difficile où il cherche à définir une orientation qui ne soit ni celle des communistes, ni celle des sociaux-démocrates majoritaires. Ces difficultés l’incitent à revenir sur l’histoire des révolutions passées afin de mieux caractériser « à chaud » les processus révolutionnaires de 1917-1919. Ses appréciations seront confrontées ici à la presse de gauche de l’époque pour saisir dans quelle mesure les analogies historiques employées par Kautsky pour stigmatiser ses adversaires se rencontrent à une large échelle.

  • 3 Nom célèbre d’une célèbre petite brochure de Friedrich Engels reprenant des extraits de son Anti-D (...)
  • 4 Martin J.-C., Violence et Révolution : essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, 2 (...)
  • 5 Martin J.-C., Violence et révolution, Delacroix C. (et al.), Historiographies. Concepts et débats,(...)
  • 6 Selon la formule célèbre de Wilhelm Liebknecht, dirigeant majeur de la social-démocratie allemande (...)

2L’usage de la violence révolutionnaire ne va pas de soi pour les organisations politiques influencées par le marxisme au début du XXe siècle. On lit souvent que, selon les marxistes, la violence est théorisée comme nécessaire et légitime pour renverser l’ordre bourgeois, en extrayant quelques phrases de Marx et Engels sur le « rôle de la violence dans l’histoire3 » et en les rapprochant hâtivement de Lénine et de plusieurs acteurs de la Révolution russe de 1917. Ainsi l’historien Jean-Clément Martin, spécialiste notamment des rapports entre violence et révolution4, a récemment publié dans un article de synthèse sur le sujet et affirme que « [l] es plus extrémistes [...] réhabilitent Robespierre dans les années 1840, avant que la Terreur devienne un modèle pour les révolutionnaires professionnels de la fin du XIXe siècle et s’inscrive dans une lecture inévitable de l’histoire comme les écrivains marxistes le théorisent. Le tournant est pris surtout après 1871 et la Commune. La violence des foules devient un phénomène historique inévitable5 ». Pourtant l’usage de la Terreur et la référence à Robespierre sont loin de faire l’unanimité à la fin du XIXe siècle pour ceux qui se référent à Marx et au marxisme. Nombre de sociaux-démocrates allemands affichant un marxisme sans complexe étaient en effet hostiles à l’usage de la violence révolutionnaire ; leur visée politique était fondamentalement légaliste et ce dès les années 1890, la crainte d’un nouvel échec comme 1848 interdisant selon eux un choix stratégique de conquête du pouvoir avec une période d’exception – de « Terreur » – même temporaire. À lire les divers textes politiques et historiques entre 1890 et 1905, le doute n’est guère permis : la structuration politique du prolétariat par le Parti social-démocrate constitue un immense progrès historique qui, malgré ses imperfections, propose une organisation supérieure aux coups de forces révolutionnaires permettant d’éviter tout recours à la violence d’État. Perspective gradualiste qui, si elle n’est pas unanimement partagée, n’en est pas moins très présente dans la plupart des textes politiques de la période. Les sociaux-démocrates allemands préfèrent avancer l’idée d’une éducation progressive du prolétariat par le parti : ils investissent à leur manière les valeurs des élites libérales de la Bildung (éducation, formation, culture) en misant pleinement sur l’éducation des masses (« Le savoir c’est le pouvoir, le pouvoir c’est le savoir6 ») plutôt que de remettre en cause leurs choix stratégiques.

  • 7 Sur l’histoire des « foules » voir notamment le dossier « Les foules et la démocratie », Mil Neuf (...)

3Il n’est ainsi pas excessif d’affirmer que les sociaux-démocrates ont une véritable crainte des débordements, une « peur panique » des violences populaires spontanées et incontrôlables, attitude à comprendre dans un contexte où les mouvements de masse et de « foule » sont l’objet de bien des attentions7. Et si ce sont les révisionnistes autour d’Eduard Bernstein (« père fondateur » du réformisme politique) qui emploient les mots les plus durs à l’égard de la tradition révolutionnaire, la majorité de la social-démocratie, tout en gardant un grand respect pour la mémoire des révolutions passées, souhaite également rompre avec des méthodes jugées anciennes. La Révolution russe de 1905 viendra infléchir ces certitudes et l’aile gauche du Parti en appellera à partir de cette date à la spontanéité des masses contre la bureaucratisation routinière de l’organisation. Mais là encore, même chez quelqu’un d’« extrémiste » par rapport à la hiérarchie du parti comme Rosa Luxemburg, l’usage de la violence révolutionnaire appuyé sur une analogie avec 1793 n’apparaît guère comme une perspective stratégique définie.

1793-1918

4Les craintes des sociaux-démocrates à l’égard des débordements violents vont pouvoir pleinement s’exprimer au cours des événements de 1918-1919. Dans la vive hostilité à la Révolution russe de 1917 et aux Spartakistes de l’écrasante majorité des sociaux-démocrates allemands, le poids de la défaite militaire, du nationalisme allemand et de la russophobie extrême jouent bien évidemment un rôle majeur. Mais le refus des débordements populaires se fonde sur une lecture historique qui mérite d’autant plus une attention spécifique qu’il ne s’agit pas uniquement d’un débat purement théorique.

  • 8 Marx K., Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Le Livre de Poche, 2007 (1852).

5Le refus radical des violences populaires passe en effet par une critique viscérale de tous ceux qui tentent de rejouer les années 1793-1794, en renvoyant les méthodes des révolutionnaires russes et ceux qui en sont solidaires à une extrême-gauche minoritaire, en décalage avec les réalités allemandes. L’idée est exprimée avec plus ou moins de subtilité dans plu - sieurs textes de l’époque ; Terrorisme et communisme de Karl Kautsky constitue à cet égard l’ouvrage le plus développé au niveau des exemples historiques mobilisés, principalement la Révolution française et la Commune de 1871. Kautsky insiste sur la stérilité de l’imitation du passé par les révolutionnaires russes dans son chapitre consacré à « La tradition de la Terreur » et s’appuie habilement sur Marx et son 18 Brumaire qui raillait les révolutionnaires de 1848 et leur pâle imitation de 17938. Son argumentaire est essentiellement fondé sur une affirmation simple dont la citation mentionnée au début de cet article rend bien compte. Pour Kautsky, reflétant en cela l’opinion de nombreux sociaux-démocrates, le XIXe siècle a connu progressivement un « adoucissement des mœurs » ; la violence politique, caractéristique de la répression bourgeoise, est historiquement révolue, le prolétariat n’a plus à reprendre à son compte ce type de méthode. La Terreur de 1793 s’expliquait comme conséquence des « lois sanglantes » de la monarchie imposées au peuple : désormais elle ne peut correspondre qu’à un archaïsme devenu injustifiable en 1919. Certes l’adoucissement des mœurs a été contrarié par la première guerre mondiale et aggravé par la Révolution russe ; mais les tâches de celle-ci doivent être ramenées à celle d’une révolution démocratique classique tandis qu’en Occident le parlementarisme doit se situer au cœur de la stratégie transformatrice des sociaux-démocrates, à distance de tout débordement violent. Il s’agit donc moins d’une répudiation en tant que telle de l’héritage de 1793 que du refus de son imitation dans la politique contemporaine. La stigmatisation de la politique des bolcheviks passe d’ailleurs par un vocabulaire précis qui permet de bien comprendre les oppositions que dresse Kautsky : dans sa nouvelle préface de 1924 il distingue nettement le « Schreckensregiment » de 1793 (régime de Terreur) limité dans le temps, instrument de guerre lié à une situation temporaire à la « Terror » constante des bolcheviks depuis 1917. À propos des « Herrschaftsmethoden » (les méthodes de domination) il évoque le « terroristisches Sytem » (système terroriste) des Russes. Cette distinction entre le « Schrekensregiment » et la « Terror » permet de bien saisir l’écart que l’auteur entend indiquer.

Violence populaire et violence d’État

  • 9 Kropotkine P., La Grande Révolution 1789-1793, Paris, Stock, 1909.
  • 10 Kautsky K., op. cit., p. 145.
  • 11 Ibid.
  • 12 Il s’agit d’une contribution à la définition du nouveau programme SPD peu après le congrès de Görl (...)
  • 13 « Kropotkine [qui] voudrait nous faire croire, dans son Histoire de la grande Révolution française(...)

6Ce que Kautsky reproche finalement aux bolcheviks, c’est de ne pas avoir eu cette capacité à canaliser les violences populaires et d’avoir au contraire incité au déchainement de la violence. Kautsky touche ici à un problème historique plus vaste : il existe en effet une longue tradition d’interprétation de la Révolution française valorisant la violence « d’en bas » contre la répression de l’État jacobin qui se serait retourné contre le mouvement populaire. L’anarchiste Pierre Kropotkine dans son histoire de la Révolution française parue en 19099 avait opéré ce type de distinction et cet ouvrage est bien connu de Kautsky et des sociaux-démocrates allemands qui l’appréciaient malgré des divergences d’interprétation. On retrouvera des analyses proches dans le syndicalisme révolutionnaire français qui oppose la violence des Jacobins – identifiés au pouvoir de l’État – à la violence salvatrice du prolétariat révolutionnaire. La Révolution russe, du moins dans un premier temps – nous sommes toujours dans l’histoire immédiate – était même apparue à certains comme un déchaînement populaire non contrôlé par l’État et la suite de l’histoire de l’URSS ne doit pas écarter la force de ces hypothèses émises sur le moment. L’immense jacquerie initiale de 1917 et l’importance de la mobilisation populaire a pu apparaître en Europe occidentale comme une relève politique anti-étatique, porteuse d’une violence spontanée, le jeune État bolchevik constituant en quelque sorte l’incarnation spontanée d’un tel mouvement. Or l’analyse de Kautsky constitue en quelque sorte le miroir inversé d’une telle analyse puisqu’il ne condamne pas le jacobinisme historique et « le régime de Terreur » de 1793 en tant que tel. Il prend en effet soin de distinguer nettement les « excès de violence auxquels se laisse aller une foule brutale » du « régime de terreur que les gouvernants introduisent systématiquement dans l’État, suivant un plan élaboré et sous des formes légales, pour maîtriser par la violence les éléments qui leur semblent dangereux10 ». Kautsky emploie un vocabulaire très négatif pour désigner les excès des violences populaires : « cruauté sanguinaire », « atrocités », « délire sanglant », « ils se délectaient voluptueusement dans le sang11 ». Les mouvements non contrôlés par des organes politiques sont ainsi particulièrement stigmatisés mais Kautsky n’inclut pas dans sa condamnation les Montagnards, ces « chefs conscients » qui tentèrent de canaliser ces mouvements. La distinction peut d’ailleurs faire écho directement à la pratique des sociaux-démocrates qui, en 1918-1919, s’opposèrent au mouvement des conseils ouvriers, considérés comme des débordements non encadrés par le parti. Constant sur ce point Kautsky, quelques années plus tard, dans la Révolution prolétarienne et son programme12 reviendra sur ces questions en critiquant vivement les analyses historiques de Kropotkine qui surestimait selon lui les potentialités révolutionnaires des masses sans percevoir les dangers d’une critique unilatérale du parlementarisme13.

Discréditer et stigmatiser la Terreur

  • 14 Sur cette question des sources voir notre position de thèse parue dans les Annales historiques de (...)

7Kautsky ramène les réalités de 1793 à une époque donnée : il s’intéresse depuis des décennies à l’histoire des révolutions qu’il connaît bien et exprime en 1919 le souhait de retrouver l’unité du mouvement ouvrier allemand brisée par la guerre et la Révolution russe, n’hésitant pas à renvoyer dans Terrorisme et communisme dos-à-dos la terreur des Bolcheviks à celle de Noske qui a réprimé violemment les Spartakistes. Les sociaux-démocrates majoritaires de leur côté assument et dénoncent les désordres causés d’après eux par quelques extrémistes. Si la répression assumée des Spartakistes en janvier 1919 ne s’embarrasse guère d’une légitimité historique subtile et réfléchie, dans la presse sociale-démocrate en 1918-1919, on évoque régulièrement la Terreur (Terror) pour stigmatiser les violences et débordements populaires. Ponctuellement, la Révolution française est évoquée et il ne fait aucun doute que l’épisode « terroriste » de la « Grande Révolution » est discrédité par analogie avec les événements contemporains. C’est ce qui ressort nettement d’une consultation de la presse, des agendas ouvriers et autres imprimés : leur lecture peut apparaître d’un intérêt limité mais l’ensemble permet de comprendre ce qui pouvait être perçu à une échelle plus large que les seuls textes historiques et politiques14.

8La répression des « extrémistes » semble être en effet la seule solution pour reprendre le cycle vertueux de l’« adoucissement mœurs » du XIXe siècle brisé par la première guerre mondiale et la Révolution russe. Pendant la révolution allemande, le Vorwärts (principal quotidien social-démocrate) n’a en effet de cesse de dénoncer les risques de « Terreur » (Terror), de « putschisme » (Putschismus) et de « dictature » (Diktatur). Entre novembre 1918 et février 1919, le journal multiplie les articles hostiles au bolchevisme, à la Révolution russe et aux Spartakistes, responsables désignés du désordre en Allemagne. La une du 7 décembre 1918 « Recht und Ordnung oder Bürgerkrieg » (« Droit et ordre ou guerre civile ») en dit long sur l’état d’esprit qui règne, près d’un mois après l’armistice. Quelques semaines plus tard, le 24 décembre, en dernière page, est publié en gros caractères un message du secrétariat du SPD :

  • 15 Vorwärts, 24 décembre 1918.

« Le paresseux ne connaît ni liberté ni égalité. C’est le vandalisme, la Terreur (Terror) d’un petit nombre qui use de la violence. C’est pourquoi ne suivez pas Spartakus, les bolcheviks allemands15. »

9À lire les articles plus élaborés condamnant la violence dans le Vorwärts, lorsqu’il s’agit d’appuyer historiquement le propos, le cas français est régulièrement pris pour exemple. Le 19 janvier 1919 un article d’Alfred Nossig, « Kollektivismus oder Kommunismus ? » (« Collectivisme ou communisme ? »), quelques jours après l’écrasement des Spartakistes, revient sur les modes d’action politique de ces derniers et critique leur imitation stérile des méthodes de la « Grande Révolution » :

  • 16 Ibid., 19 janvier 1919.

« Vous avez entendu que la grande Révolution française a confisqué des biens des émigrés et a travaillé avec la guillotine : ils ne pouvaient pas, à l’époque, s’imaginer autrement une vraie révolution. Vous oubliez que les hommes au pouvoir pendant la Grande Révolution ont vécu il y a un siècle, à un autre stade de l’évolution humaine16. »

10Les Spartakistes, en appelant à la révolution et au renversement de l’État utilisent des méthodes d’un autre temps et d’un autre pays. En Autriche, qui connaît également des troubles révolutionnaires, on rencontre le même type d’analogies dans la presse sociale-démocrate. Un agenda ouvrier – très diffusé et lu par les militants – de 1918 contient un article de Karl Leuthner, dirigeant de la droite du parti, qui exprime clairement son hostilité symétrique à Robespierre et Lénine dans un article significativement intitulé « 1789-1917 » :

  • 17 Leuthner K., « 1789 – 1917 », Maifestschrift, 1918, p. 8-15.

« La Terreur triomphe, la dictature du prolétariat de Saint-Pétersbourg triomphe [...] Mais la domination de Robespierre et de son Comité de salut public, la domination de Lénine et de ses commissaires du peuple constituent la domination d’une minorité, qui n’est pas en mesure de reconnaître le principe démocratique. Comme Robespierre a tenu la Convention sous la Terreur de la menace de ses insurrections populaires, les gardes rouges de Lénine ont dispersé l’Assemblée constituante17. »

  • 18 Laschitza A., « Der Platz der Grossen Französischen Revolution im Geschichts-und Revolutionverstän (...)
  • 19 Voir par exemple Adler P., « Sozialistische Probleme der grossen französichen Revolution », Die Ro (...)
  • 20 Robespierre M., Reden, Berlin, Neuer Deutscher Verlag, 1925.
  • 21 Par exemple dans l’Arbeiter-Kalender für das Jahr 1925, Hamburg, 1925 (sans numérotation de pages (...)
  • 22 Selon les mots de Karl Kautsky, alors très critique à l’égard du socialisme jaurésien. Kautsky K., (...)
  • 23 Hoppenstedt J., Die französische Revolution, Berlin, Kittel, 1919.

11Pour comprendre l’hostilité des sociaux-démocrates à Robespierre et à la Terreur, la tradition ancienne de défiance à l’égard de la violence que nous avons évoquée est évidemment décisive. Il faut cependant la lire également comme une réponse à la gauche spartakiste qui s’appuie sur les exemples héroïques de la Révolution française pour justifier leurs actions. Au cours du processus révolutionnaire de 1918-1919, les occurrences à la Révolution française, sans être décisives, sont présentes par exemple chez Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, beaucoup plus qu’avant 191418. Surtout, en ne restant pas focalisé sur les seuls textes des principaux leaders mais en analysant la presse et propagande du KPD, le contraste entre Die Rote Fahne (le journal du KPD) et le Vorwärts ne fait aucun doute et au début des années 1920 Robespierre est ponctuellement valorisé dans la presse communiste, ce qui est exceptionnel dans le contexte de l’Allemagne où la figure de Robespierre était fort peu appréciée des sociaux-démocrates19. Quelques textes de l’Incorruptible seront publiés par le KPD20 et son portrait est reproduit dans les agendas ouvriers communistes, alors même qu’il ne l’était presque jamais dans les publications équivalentes avant 191421. Le glissement est tout à fait significatif : avant la guerre, se référer aux héros de 1789-1794 n’allait pas de soi pour l’extrême-gauche allemande car la référence à la Révolution française rappelait trop le socialisme français et son alliance avec les radicaux, les « superstitions républicaines22 » que Rosa Luxemburg avait fortement critiquées. Mais en 1918-1919 ce sont les Bolcheviks qui mettent en avant la « Grande Révolution » pour justifier leur maintien au pouvoir : assumer la radicalité des Jacobins en 1793-1794 dans ce contexte devient en quelque sorte subversif contre une social-démocratie ralliée à l’État et craignant les débordements populaires. Une telle référence est également à remettre dans un contexte plus large, celui d’un déferlement de pamphlets et brochures hostiles aux Spartakistes mobilisant les analogies grossières et hostiles avec la Révolution française. Les analogies négatives sont en effet très répandues dans tout le champ politique, l’héritage révolutionnaire français étant régulièrement rendu responsable de l’anarchie dont est victime l’Allemagne. Parmi ces publications, citons une des plus célèbres, l’ouvrage du général allemand Julius Hoppenstedt qui assimile les Spartakistes aux sans-culottes de 179323.

  • 24 Kondratieva T., Bolcheviks et Jacobins, Paris, Payot, 1989.
  • 25 Furet F., La passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert Laffon (...)
  • 26 « Le régime de Terreur de 1793 a contribué pour une large part à accentuer le niveau de conscience (...)

12Le traitement systématique des autres analogies historiques (1848, 1871), y compris dans des textes moins élaborés que ceux de Karl Kautsky, mériterait un travail de plus grande ampleur. À notre modeste niveau, nous avons souhaité montrer comment une référence historique s’inscrit dans des ouvrages et articles d’« histoire immédiate » et permet d’éclairer le rapport complexe des sociaux-démocrates à la violence révolutionnaire et à la Terreur d’État. Si l’analogie entre Bolcheviks et Jacobins en Russie soviétique puis en URSS a déjà trouvé son historien24, l’historiographie n’a pas encore éclairé tous les allers et retours entre 1789-1793 et 1918-1919 dans les pays germaniques. L’intérêt de revenir aux textes d’acteurs importants comme Kautsky ne fait aucun doute, surtout si on les met en perspective sur le long terme, la défiance à l’égard des mouvements populaires incontrôlés, exprimée dès la fin du XIXe siècle trouvant ici un prolongement évident avec les troubles révolutionnaires des lendemains de la Première Guerre mondiale. Notons enfin que la critique de Kautsky, si elle a eu assez peu d’écho à l’époque, a connu un certain regain d’intérêt dans les années 1980 au moment de la crise du socialisme réel. Ce n’est pas un hasard si dans son essai polémique Le Passé d’une illusion François Furet rapprochait la critique de Kautsky dans Terrorisme et communisme avec celle de Benjamin Constant25. Ils auraient tous deux été choqués de la même manière par le contraste entre « l’adoucissement des mœurs » de leur siècle et le déchaînement de violence en 1793 et 1917. L’ancien gardien de l’orthodoxie marxiste aurait ainsi repris à son compte la tradition d’analyse libérale critiquant le déchaînement populaire. Rapprochement rapide car pour Kautsky la Terreur de 1793 est toujours présentée et pensée comme une nécessité historique dans les conditions de la France de l’époque ; ce qui est condamnable, c’est la répétition par les Bolcheviks, l’usage des moyens violents hérités de la révolution bourgeoise. Il n’hésitera d’ailleurs pas quelques années plus tard à réaffirmer que les années 1793-1794 avaient contribué en leur temps à « accentuer le niveau de conscience » du prolétariat, se situant de ce point de vue diamétralement opposé à Benjamin Constant26.

13Bien qu’il soit aisé de souligner les insuffisances historiques des affirmations de Kautsky, l’intérêt qu’il porte aux liens entre l’État et les violences populaires montre une certaine intuition quant aux possibilités d’approfondir le problème d’un point de vue historique : il entrevoit même partiellement ce qu’il faudrait faire pour mieux comprendre ces articulations complexes, soulignant la nécessité de travailler sur l’histoire des sections parisiennes pendant la Révolution française, que l’on connaît encore fort mal à l’époque :

  • 27 Kautsky K., Terrorisme et communisme..., p. 32.

« L’histoire traditionnelle n’a pas suffisamment apprécié le rôle des sections. Leur travail fut celui des masses anonymes. Les grands noms de la Révolution brillaient plutôt au club des Jacobins que dans les sections. Mais c’est par ces dernières que le club réussissait à réaliser son œuvre ; son attitude d’ailleurs était souvent hésitante et indécise27. »

  • 28 « En donnant une forme institutionnelle à cette guerre contre les privilèges, les bolcheviks puren (...)

14Notons qu’une synthèse sur la Révolution russe récemment traduite en français de l’historien américain Orlando Figes montre bien l’intérêt d’insister sur l’articulation entre « terreur d’en bas » et « terreur d’en haut » pour comprendre la globalité d’un processus révolutionnaire. O. Figes, à partir de sources diverses, souligne en effet que l’expression de la radicalité d’en bas ne peut être totalement dissociée de l’autoritarisme du pouvoir soviétique dès son départ28, certains parents pendant les premières années de la Révolution russe donnant par exemple comme prénom à leurs enfants « Terreur », sans contrôle direct de l’État, ce qui en dit long sur la banalisation de la violence à cette époque.

15Il serait enfin facile de pointer les caricatures que contiennent les « analyses » de la Révolution française dans les articles cités ici ; ils n’en constituent pas moins un élément important pour comprendre comment s’interrompt une longue tradition de transmission positive d’un certain héritage de la Révolution française dans une partie de la gauche allemande pendant les années 1914-1918. Si dès les premiers mois de la guerre « les idées de 1914 » opposées aux « idées de 1789 » avaient déjà nettement discrédité ces dernières en Allemagne, les événements des années 1918-1919 ont contribué, en réaction à l’influence de la Révolution russe et à l’agitation spartakiste, à rendre suspect auprès de larges fractions de la gauche allemande la Révolution française, de plus en plus assimilée à une période de désordres et violences populaires néfastes.

Notes

1 Kautsky K., Terrorismus und Kommunismus. Ein Beitrag zur Naturgeschichte der Revolution, Berlin, Verlag neues Vaterland, 1919. Traduction française : Terrorisme et communisme, contribution à l’histoire des révolutions, Paris, J. Povolozky (sans date, 1919 ; réimpression : Éditions du Sandre, 2008). Nous nous basons ici sur cette traduction française – faite à la hâte – en la révisant ponctuellement. La citation ici est extraite de l’édition française, p. 132.

2 Ce parti avait regroupé en 1917 tous les opposants à la guerre. Une partie d’entre eux fondent le KPD fin décembre 1918, le reste des militants – dont Karl Kautsky – réintègre le SPD en 1922.

3 Nom célèbre d’une célèbre petite brochure de Friedrich Engels reprenant des extraits de son Anti-Dühring (1878) manuel qui a formé des générations de militants sociaux-démocrates.

4 Martin J.-C., Violence et Révolution : essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, 2006.

5 Martin J.-C., Violence et révolution, Delacroix C. (et al.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010, p. 1 279.

6 Selon la formule célèbre de Wilhelm Liebknecht, dirigeant majeur de la social-démocratie allemande (1826-1900).

7 Sur l’histoire des « foules » voir notamment le dossier « Les foules et la démocratie », Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 28, 2010.

8 Marx K., Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Paris, Le Livre de Poche, 2007 (1852).

9 Kropotkine P., La Grande Révolution 1789-1793, Paris, Stock, 1909.

10 Kautsky K., op. cit., p. 145.

11 Ibid.

12 Il s’agit d’une contribution à la définition du nouveau programme SPD peu après le congrès de Görlitz de 1921 qui marque son retour définitif dans le Parti social-démocrate.

13 « Kropotkine [qui] voudrait nous faire croire, dans son Histoire de la grande Révolution française que l’on trouvait alors, dans les masses révolutionnaires, une sagesse politique beaucoup plus grande que dans les parlements ». Kautsky K., La révolution prolétarienne et son programme, Bruxelles, L’Églantine, 1925, p. 112.

14 Sur cette question des sources voir notre position de thèse parue dans les Annales historiques de la Révolution française, 4/2010, p. 143-150.

15 Vorwärts, 24 décembre 1918.

16 Ibid., 19 janvier 1919.

17 Leuthner K., « 1789 – 1917 », Maifestschrift, 1918, p. 8-15.

18 Laschitza A., « Der Platz der Grossen Französischen Revolution im Geschichts-und Revolutionverständnis von Karl Liebknecht und Rosa Luxemburg », Schmidt W. (dir.), Grosse französische Revolution und revolutionäre Arbeiterbewegung : Geschichtsbewusstsein, Gesellschafts-theorie und revolutionärer Kampf, Berlin (RDA), 1989, p. 207-227.

19 Voir par exemple Adler P., « Sozialistische Probleme der grossen französichen Revolution », Die Rote Fahne, 5 octobre 1921, p. 2.

20 Robespierre M., Reden, Berlin, Neuer Deutscher Verlag, 1925.

21 Par exemple dans l’Arbeiter-Kalender für das Jahr 1925, Hamburg, 1925 (sans numérotation de pages ni éditeur mais émanant du KPD).

22 Selon les mots de Karl Kautsky, alors très critique à l’égard du socialisme jaurésien. Kautsky K., « Republik und Sozialdemokratie », Die Neue Zeit, 1904-1905, t. 1, p. 475.

23 Hoppenstedt J., Die französische Revolution, Berlin, Kittel, 1919.

24 Kondratieva T., Bolcheviks et Jacobins, Paris, Payot, 1989.

25 Furet F., La passé d’une illusion. Essai sur l’idée communiste au XXe siècle, Paris, Robert Laffont, 1994, p. 110.

26 « Le régime de Terreur de 1793 a contribué pour une large part à accentuer le niveau de conscience des prolétaires de tous les pays mais surtout, naturellement, des Français et de cette façon a aussi augmenté leur force dans la lutte des classes ». Kautsky K., « Ein Schrift über den Bolschewismus », Der Kampf, 1920, p. 264.

27 Kautsky K., Terrorisme et communisme..., p. 32.

28 « En donnant une forme institutionnelle à cette guerre contre les privilèges, les bolcheviks purent profiter des énergies révolutionnaires des nombreux éléments pauvres qui prenaient plaisir à voir les riches et puissants détruits, que cela améliore ou non leur sort », p. 964. « Les historiens ont eu tendance à négliger les relations entre cette guerre plébéienne contre les privilèges et les origines de la Terreur rouge [...] Aucune de ces explications n’est satisfaisante. La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » Figes O., La révolution russe 1891-1924. La tragédie d’un peuple, Paris, Gallimard, 2009, p. 959.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search