Version classiqueVersion mobile

« Extrême » ?

 | 
Michel Biard
, 
Pierre Serna
, 
Bernard Gainot
, 
et al.

Première partie. Mots et concepts

Des excès du peuple aux excès des partis du peuple : continuités et transferts des représentations

Déborah Cohen

Texte intégral

  • 1 La figure du peuple révolutionnaire, quoique désormais également construite comme potentiellement (...)

1Si la question des « identités partisanes » implique, pour la France du moins, un découpage chronologique postérieur à l’apparition des regroupements politiques en Révolution, la présente contribution souhaiterait remonter plus haut dans le XVIIIe siècle français et se demander dans quelle mesure l’image des partis, ou des partisans du peuple, hérite des représentations auparavant faites de ce peuple. On défendra l’idée que si la gauche fut facilement associée à l’« extrême », ce fut en grande partie comme reprise des manières préalables de parler du peuple comme d’un groupe social lié à l’excès1.

  • 2 Sur ce corpus, voir Roche D., « La diffusion des Lumières. Un exemple : l’Académie de Châlons-sur- (...)

2Plutôt que du peuple, il s’agit d’ailleurs plus exactement du mendiant : la figure d’un peuple qui relèverait de l’honnête médiocrité étant, durant la plus grande partie de l’Ancien Régime, un ensemble vide et le populaire étant pensé à travers l’extrême de la misère. Pour cette recherche, je me suis appuyée sur le corpus d’un ensemble de mémoires académiques, rédigés dans le cadre du Concours de Châlons en 1776-1777, sur la question des « moyens de détruire la mendicité en rendant les mendiants utiles à l’État sans les rendre malheureux2 ». À partir de documents officiels (Actes du Tribunal révolutionnaire, Archives parlementaires) ou pamphlétaires, j’y confronterai les discours par lesquels les différents partisans d’un peuple politique, défini d’une manière particulière en un moment particulier, ont chaque fois rejeté leurs opposants (minoritaires ou défaits) sur la gauche, comme étant l’émanation d’un peuple sociologique fruste, dont ils partageraient les excès. Je m’intéresserai en particulier au discours des robespierristes vis-à-vis des exagérés ou hébertistes, à celui des thermidoriens vis-à-vis du Comité de Salut public, d’une part, et de Babeuf, d’autre part.

3Les excès attribués sont de trois types. Ils tiennent tout d’abord à l’ouverture sur un illimité du droit qu’entraînerait, pour la gauche stigmatisée comme pour les mendiants, une rupture des freins sociaux. Ils relèvent ensuite de l’inventivité perverse de l’imposture. Enfin, nous verrons que c’est le corps qui se fait, pour le partisan dénigré et pour le mendiant, porteur de l’excès.

L’illimité ou la rupture des freins sociaux

  • 3 Archives départementales de la Marne (désormais ADM), 1 J 40, mémoire no 70, p. 35.
  • 4 Ibid., 1 J 40, mémoire no 64, p. 1 et p. 21.
  • 5 Ibid., 1 J 42, mémoire no 114, p. 13.

4Le mendiant méprisé est avant tout le vagabond, celui qui est « sans aveu », qui ne peut être inscrit dans un lieu ou un réseau social. Les vagabonds sont alors considérés comme des êtres « absolument isolés dans la société, et n’ayant par conséquent aucun frein qui les retienne3 ». Ils sont « une espèce d’homme qui ont rompu volontairement tous les liens qui les attachaient à leur patrie, à leurs amis et à leurs concitoyens », ils « se sont séparés de la société civile4 » et sont alors « d’autant plus dangereux qu’ils sentent qu’ils n’ont rien à perdre5 ».

  • 6 Archives Parlementaires, vol. 88, du 13 au 28 germinal an II, Paris, CNRS, 1969, p. 24 ; séance du (...)
  • 7 Picard et Duval, Les Suspects, comédie en un acte, mêlée d’ariettes, Paris, Barba, 1797. p. 31.

5Le mouvement minoritaire (ou mis en minorité à un moment donné) lié au peuple, au moment où il est ainsi exclu de la sphère politique, est paradoxalement stigmatisé sous la figure de cette exclusion même, qui est d’abord sociale et morale plus que politique. Ces mouvements sont désignés comme ceux d’asociaux, de mauvais citoyens, de vagabonds en somme, ou – selon l’expression d’une société populaire stigmatisant les hébertistes – de « brigands », « qui ne reconnoissent point les limites plantées par la loi pour les droits et les devoirs de chacun6 ». Dans Les suspects, comédie thermidorienne, le muscadin triomphant après la chute du Comité de Salut public, congédie le représentant en mission jacobin d’un « Adieu, infâme vagabond7 ».

6La stigmatisation politique passe alors par l’attribution d’une proximité avec le crime de droit commun, celle qu’autoriserait cette absence de liens sociaux, comprise comme absence de freins sociaux.

  • 8 ADM, 1 J 42, mémoire no 114, p. 13, note 3.
  • 9 Ibid., 1 J 39, mémoire no 32, p. 1.
  • 10 Ibid., 1 J 42, mémoire no 113, p. 91.

7La mendicité est tout d’abord considérée comme « la mère d’un très grand nombre de vices grossiers et crapuleux, souvent même énormes » : le vol bien sûr (« Mandrin et ses complices étaient tous de vils mendians8 »), mais aussi « le brigandage, et quelquefois le meurtre, sont les excès odieux auxquels se livrent trop communément ceux qui font profession de mendier9 ». La suite logique de la demande de secours, éventuellement refusée, serait le crime : « ils ne demandent pas, ils exigent ; ce n’est plus aumône, c’est un tribut qu’ils lèvent le fer, le feu et le poison à la main10 ».

8Celui qui est hors de la société civile, hors du consensus social, est donc aussi perçu comme contraire aux lois concernant la propriété et la sécurité des personnes.

  • 11 Picard et Duval, op. cit., p. 18.

9De même, le partisan rejeté hors du consensus politique est-il désigné comme hostile à ces mêmes lois. « Ah ! mondieu, qu’est-ce que c’est que cet homme-là ? il me fait peur, c’est un bandit11 », s’exclame, en voyant venir à lui le représentant en mission, le villageois naïf de la comédie thermidorienne déjà évoquée : la marginalité politique se dit dans les termes de la marginalité sociale et des images d’excès qui y sont associées.

  • 12 Peltier J.-G., Dernier tableau de Paris, ou Récit historique de la révolution du 10 août 1792, des (...)
  • 13 Voir notamment Roger Ph., « L’homme de sang : l’invention sémiotique de Marat », Bonnet J.-Cl. (éd (...)
  • 14 Walter G., op. cit., p. 443.
  • 15 Boreillard, Grande épuration des Jacobins par le tribunal révolutionnaire, Paris, De l’imprimerie (...)
  • 16 Lettre de Nîmes le 10 thermidor an II. Archives parlementaires, vol. 94, du 13 thermidor au 25 the (...)

10Évidemment, la continuité entre la figure des mendiants et celle de la gauche est particulièrement nette chez les contre-révolutionnaires. Quand J.-G. Peltier fait de Marat celui qui a mis en mouvement « les bras de la dernière classe [...] pour détrousser les passans et massacrer les voyageurs12 », on ne s’étonne guère. Le partisan est réduit au rôle de chef de bande. Mais on sait la manière dont et Marat en son temps13 et les hébertistes ensuite furent accusés, par la Montagne ou par la république thermidorienne, d’avoir ouvert les prisons de septembre pour livrer le peuple et la représentation nationale « à la fureur des scélérats détenus14 », les assimilant ainsi à des bandits de droit commun. Quand Boreillard décrit l’épuration thermidorienne de la société des Jacobins et la nécessité de « se réunir aux représentans qui veulent sauver la république », il se range du côté de ceux qui pensent « qu’il n’y a point d’aristocratie à détester le vol, le brigandage et l’assassinat15 », tout comme à la même époque Clareton pouvait écrire que « les exécrables Catilina, les Robespierre » avaient « réduit en principes raisonnés et en politique journalière le brigandage et l’assassinat16 ». Le choix est donc entre le consensus ou l’asocialité et son cortège de crimes.

  • 17 Walter G., op. cit., p. 464. Voir aussi Turbat P., Vie privée et politique de J.-R Hébert, auteur (...)

11Si les mendiants sont des voleurs collectivement, une gauche qui rappelle les principes d’égalité se trouve stigmatisée comme voleuse également, et ses partisans accusés individuellement de vol. Ainsi Hébert est-il supposé avoir dérobé chemises, cols et matelas à un médecin de son pays17.

12Mais plus encore que les atteintes aux particuliers, ce sont les troubles à l’ordre public qui sont reprochés de concert aux mendiants et aux partisans rejetés du côté gauche.

Troubles à l’ordre public

  • 18 Ibid., p. 490.
  • 19 ADM, 1 J 40, mémoire no 70, p. 35.
  • 20 Archives Parlementaires, t. 18, p. 458, séance du 31 août 1790.

13Les hommes de gouvernement se réclament toujours de « la tranquillité publique », que ce soit contre les mendiants ou contre ceux qui paraissent contester l’ordre tel qu’il est. C’est évidemment le leitmotiv de Thermidor, mais aussi du tribunal révolutionnaire en germinal an II, accusant tout ensemble Hébert et Jacques Roux d’avoir toujours « sonné l’alarme, lorsqu’ils ont vu ajouter une nouvelle pierre à la base de la tranquillité publique18 ». En cela, ils sont dans la continuité des mémoires académiques de l’Ancien Régime, qui considèrent que les mendiants « ne s’occupent qu’à épier les occasions de troubler l’ordre public19 ». Ils poursuivent également la logique du comité de mendicité pour lequel il était « de l’intérêt public de prévenir les désordres et les malheurs où seraient conduits un grand nombre d’hommes sans ressources qui [...] pourraient, par l’excès de leur misère, être entraînés d’un moment à l’autre à servir les entreprises des ennemis de l’ordre public20 ».

  • 21 Voir par exemple p. 3 du mémoire 118 (1 J 42) ou p. 8 du no 91 (1 J41), qui évoque des « hordes va (...)
  • 22 Les administrateurs du district du Mans à l’Assemblée, du Mans, le 11 germinal an II. AP, vol. 88, (...)

14Un terme souvent associé aux mendiants dans les mémoires de 1776 est celui de horde, dont Furetière (1690) dit qu’il renvoie à « ces trouppes de peuples errants, comme Arabes & Tartares, qui n’ont point de villes ni d’habitation assurée [...], pour changer de demeure quand ils ont mangé un pays21 ». On retrouve là la figure de l’errance, de la dissolution de tout lien, accolée à celle de prédation, de trouble à l’ordre du pays. C’est donc tout spontanément que les critiques de la faction des « exagérés » hébertistes usent de cette métaphore, pour demander à l’Assemblée : « Frappez, il en est temps, frappez le reste de cette horde22 ».

  • 23 ADM, 1 J 42, mémoire no 114, p. 13.
  • 24 La Décade philosophique, t. 3, 1794, p. 181 et 183.

15Les mendiants sont, écrit Clouet de Verdun, premier prix du Concours de Châlons, « intéressés aux révolutions de l’État, qui peuvent seules changer leur situation : ils recherchent et saisissent avec avidité toutes les occasions qui se présentent de troubler le repos public, de causer des émeutes, des séditions, des soulèvemens contre les Magistrats, contre les Ministres et contre le Gouvernement23 ». Encore une fois, c’est la rupture du lien social qui est vue comme ouverture sur l’illimité de l’absence de loi. Aux mendiants pour qui le désordre est une source de profit, on trouve donc comme directs compagnons en Thermidor, « les héritiers de Robespierre et de tous les conspirateurs », qui « s’agitent en tous sens pour ébranler la République », car pour eux, « l’agitation est un besoin et le désordre un moyen de fortune24 ».

16La horde agitée « mange » le pays. Et ce n’est pas un hasard : la violence publique portée par les mendiants, et dont l’image est transférée aux opposants rejetés sur la gauche, est très souvent illustrée par les questions frumentaires.

  • 25 Ibid., note 3.
  • 26 Sur le rapport de Croissy et de Babeuf à la Loi agraire voir notamment Lefebvre G., « Où il est qu (...)
  • 27 Walter G., op. cit., p. 440.
  • 28 La commune d’Amiens à la Convention, s. d., AP, vol. 88, p. 555, séance du 14 avril 1794.

17Pour Clouet de Verdun, « les émeutes et les soulèvements qui eurent lieu dans la plupart de nos Provinces en 1775 », « furent toutes excitées par des gueux et des mendians25 », désireux de prendre leurs grains aux fermiers ou d’éventrer les sacs par pur vandalisme. Or, c’est bien parce qu’ils auraient voulu imposer la loi agraire que Thermidor qualifiera d’exagérés les militants des armées révolutionnaires et accusa Babeuf ou Croissy, le curé d’Étalon26, tout comme la faction hébertiste avait été accusée de vouloir dépouiller les vendeurs ou laisser corrompre les denrées27 : « la disette factice des subsistances, causée par eux, a été leur signal28 », d’après l’interprétation officielle de germinal an II.

  • 29 Aberdam S., « Politiques agraires, Questions agraires, Terreur et Loi agraire », Biard M. (dir.), L (...)

18Ainsi que l’écrivait Serge Aberdam, « le contenu pratique d’une Loi agraire peut être vague, mais le danger social et politique qu’elle représente est terriblement précis » et renvoie aux grandes peurs sociales de l’Ancien Régime, avec d’autant plus de facilité que les émeutes frumentaires d’Ancien Régime étaient facilement attribuées aux mendiants et que la gauche est elle-même métaphoriquement assimilée à ces mêmes mendiants29.

  • 30 ADM, 1 J 42, no 122, p. 58.
  • 31 Hardy écrit ainsi dans son journal, à la date du lundi 28 mars 1768 et à propos d’une révolte roue (...)
  • 32 Walter G., éd., op. cit., p. 441.

19Par leur commune désignation comme ayant rompu tous les freins sociaux, mendiants et partisans du peuple se trouvent ouverts sur l’illimité et tous ses possibles. Leurs excès sont donc de principe et souvent désignés de manière vague : comme les mendiants commettent, aux yeux des rédacteurs de mémoires académiques, « une multitude d’excès30 », comme le peuple en émeute se porte « à différents excès31 », de même les factions commettent-elles des « crimes de tous les genres32 ».

Figures du complot et de l’imposture

  • 33 Campbell P. R., Kaiser T. E. et Linton M. (éd.), Conspiracy in the French Revolution, Manchester, (...)

20Cette continuité des représentations stigmatisantes entre les mendiants et ceux qui se réclament du peuple sociologique, entre ceux que leur pauvreté exclut du lien social et ceux que leur radicalité exclut du consensus du moment, se retrouve dans leur commune association au complot et à la figure du masque. On sait combien l’idée de F. Furet d’une centralité des théories de la conspiration pour la Révolution française, et de leur origine dans les théories rousseauistes de la démocratie, a été complexifiée par l’historiographie récente33. On propose ici une généalogie de ces théories qui les rapporte à la figure du mendiant d’Ancien Régime.

  • 34 Baudeau N., Idées d’un citoyen sur les besoins, les droits, et les devoirs des vrais pauvres, 2 vo (...)

21Tout l’enjeu des mémoires reçus par l’Académie de Châlons est de parvenir à faire la distinction entre les « bons pauvres », ceux qui méritent d’être aidés, et les « mauvais pauvres », ceux qui en réalité pourraient travailler et subvenir à leurs besoins, s’ils le voulaient, entre les invalides que la charité doit aider à se maintenir dans le système social et ceux qui, s’en étant exclus eux-mêmes, sont de toutes façons au ban de la société. De même, la politique révolutionnaire se donne-t-elle pour tâche de distinguer entre les bons et les mauvais citoyens, entre ceux qui participent au consensus du moment et ceux qui le menacent. Mais les distinctions ne sont pas si faciles à faire : les mauvais pauvres sont ceux pour qui la pauvreté n’est le plus souvent qu’un « masque », selon le mot de l’abbé Baudeau34 ; les meilleurs citoyens se révèlent des scélérats.

Le complot de l’étranger

  • 35 Voltaire ne fut pas des moindres à accréditer cette rumeur, en mettant en scène des émeutiers décl (...)
  • 36 Discours de Robespierre à la Convention, le 25 mars 1794 (Archives parlementaires, t. 86, p. 81).

22L’origine de la figure du complot de l’étranger peut en effet être éclairée en la référant à son utilisation lors de la Guerre des farines. En 1775 en effet, bien des gens crurent non seulement que l’émeute était le fait de mendiants, mais que ceux-ci étaient stipendiés par l’étranger35. De même, les Hébertistes furent-ils accusés d’avoir voulu envahir la Monnaie afin de distribuer de l’argent au peuple pour le pousser à l’émeute. Mais une partie de l’argent ainsi utilisé aurait eu l’étranger pour origine. D’après Robespierre, les Hébertistes « avoient dans Paris des rassemblemens de déserteurs étrangers à leurs ordres ; ils avoient une armée d’émigrés qu’ils avoient appelée, et dont ils se ménageoient les services criminels36 ».

23L’assimilation à l’étranger, pour le mendiant comme l’ennemi politique de gauche, nous paraît avant tout résulter de leur commune caractérisation comme étant sans aveu, sans lien, hors du consensus social. Mais cet illimité des possibles affreux de l’imaginaire, pour n’être pas démenti par le réel, a besoin d’une autre figure, partagée par les mendiants et par la gauche stigmatisée, celle de l’imposture et du mensonge.

Artifices des mendiants, masque du patriotisme

  • 37 ADM, 1 J 42, no 113, p. 90.
  • 38 Ibid., 1 J 42, no 112, p. 8.

24À partir du moment où s’est estompée la figure du pauvre christique, le mendiant est devenu l’objet d’un soupçon permanent. Ainsi croit-on que les mendiants s’étudient presque tous et presque toujours à surprendre la sensibilité des donneurs « par leurs ulcères, leurs infirmités ; le plus souvent ces maux sont factices [...] ces fainéans font semblant de se mutiler pour qu’on ne les envoye pas travailler37 » c’est-à-dire pour ne pas participer à l’effort collectif. « Avec des maladies feintes, avec des blessures simulées, ils tirent de la République des sommes qui conviendroient plutôt à encourager quelques artisans mal-aisés, et des paysans pauvres, qui, laborieux et honnêtes gens, ont mieux mérité de la patrie38. » Le motif qui fait des mendiants de mauvais citoyens est donc présent dès l’Ancien Régime, dans un vocabulaire tout prêt à être transféré dans le vocabulaire politique de la Révolution.

25Si toute apparence peut se retourner en son contraire, si celui auquel la société paraît redevable est en réalité celui qui la spolie, alors celui qui paraît par son patriotisme bien mériter de la patrie peut être soupçonné d’être un ennemi – d’autant plus farouche qu’il est masqué.

  • 39 Archives Parlementaires, t. 88, p. 555, séance du 25 germinal.
  • 40 Ibid., t. 86, 1965, p. 81, discours du 25 mars 1794.
  • 41 ADM, 1 J 37, no 37, p. 110.
  • 42 Archives Parlementaires, t. 88, p. 24, séance du 13 germinal.
  • 43 Ibid., t. 88, p. 67, séance du 13 germinal.
  • 44 On trouve l’expression en germinal an II (t. 88, p. 78 par exemple) mais aussi en thermidor an II (...)
  • 45 Ibid., t. 88, p. 29.
  • 46 Turbat P., op. cit., p. 21.

26La dénonciation des factions s’accompagne, en ventôse comme en germinal an II, sous Thermidor aussi, d’un appel à « l’œil surveillant du peuple39 » qui ne doit pas se laisser piéger par les apparences. Les citoyens doivent observer les politiques, comme l’homme généreux observe le mendiant, avec méfiance. Ainsi Robespierre adjurait-il « le peuple de tenir les yeux ouverts sur ses ennemis, de les découvrir sous les dehors imposteurs qu’ils empruntent40 », afin de ne pas prostituer sa confiance, comme les donateurs procurant des secours surabondants à des individus sans besoin41. Il faut poursuivre « ces intrigants qui se parent d’un faux air de patriotisme et en empruntent le langage pour égarer le peuple42 », comme le mendiant se fait de fausses plaies pour attirer l’aumône. Sous le « manteau du patriotisme43 », derrière le « masque de l’hypocrisie44 », « affublés d’un bonnet rouge qu’ils avilissent », comme les faux pauvres de guenilles de théâtre, ce sont des aristocrates, des « contre-révolutionnaires en pantalons et en sabots45 ». Derrière l’apparence du grand patriotisme il faut supposer d’aussi grands crimes : ainsi, « ne découvrant point le masque dont le Père Duchêne s’étoit couvert, on prit long-tems pour un excès de patriotisme ses fureurs désorganisatrices et contre-révolutionnaires46 ».

De riches pauvres

  • 47 L’hérondet Ch., Société en faveur des pauvres honteux et non mandians, ou mémoire instructif à l’u (...)

27Le masque est une figure favorisant le fantasme de l’extrême : l’inaperçu masqué doit être reconstitué par la perspicacité de l’observateur – ce qui ouvre la porte à l’illimité de ses fantasmes. Chaque caractéristique peut se retourner en son contraire : le bras cassé se redresse en dehors du regard de l’observateur, celui qui paraît pauvre dort souvent sur un tas d’or. Combien de pauvres « que la charité n’avait pas cessé d’assister jusqu’à leurs derniers moments, ont été trouvés morts sur un tas de paille, il est vrai ; mais qui en couvrait un autre considérable d’argent47 ». L’extrême de la pauvreté voile en réalité l’excès de la richesse.

  • 48 Archives Parlementaires, vol. 94, p. 18, séance du 31 juillet 1794.
  • 49 Walter (éd.), Actes du Tribunal révolutionnaire, p. 507.

28Et sans doute est-ce sur ce modèle qu’il faut comprendre la persistance des accusations d’enrichissement portées contre les partisans de gauche, y compris, voire surtout, les plus ascétiques. Thermidor essaya ainsi de faire croire que Couthon avait voulu « faire d’une maison nationale un palais exclusif pour sa personne48 », comme les rapports des inspecteurs de police du 5 germinal an II signalent qu’on parle d’Hébert en disant qu’au même moment où « ce fourbe ne prêchait au peuple que privations et sacrifices, sa Jacqueline a été arrêtée ayant sur sa tête pour dix mille francs de dentelle49 ».

  • 50 Archives Parlementaires, t. 88, p. 555.

29C’est le masque lui-même qui, ouvrant la voie à l’imagination, initie le discours de l’excès : « que les castes privilégiées, que les vampires de l’ancien régime » trament la perte de la Révolution, cela est dans l’ordre des choses ; mais « que des hommes, nés au sein du peuple » se tournent contre lui, « cet excès de démence, cet excès d’impudeur, cet excès d’effronterie, disons le vrai mot, cet excès de stupide aveuglement n’a point eu d’exemples dans les annales des nations50 ».

Le corps de l’excès

30Loin que soient explicités de manière abstraite les reproches portés à la gauche, celle-ci se trouve, comme les mendiants, réduite à la matérialité de corps porteurs d’excès.

Les vices de la nature et de l’habitude

31Comme pour les mendiants, dont la mendicité n’est pas comprise comme une situation sociale, les partisans stigmatisés par les hommes du consensus, se trouvent renvoyés du côté de la nature.

  • 51 Histoire curieuse, véritable et remarquable de la vie de Louis Mandrin, dans ce même recueil édité (...)

32Ainsi la manière dont fut décrite la vie d’Hébert ressemble-t-elle beaucoup, dans sa structure et dans ses détails, au récit de la vie du brigand Mandrin dans la collection de la Bibliothèque bleue. Dans cette littérature, à tous les gestes du fameux contrebandier Mandrin, est trouvée une origine ontologique : ils expriment une essence, un vice fondamental. Le poème de La Mandrinade peint ainsi l’enfance entière de Mandrin comme une longue série de moments prémonitoires : par exemple, Mandrin « avait une manie, c’était de faire prendre du tabac par force aux petits garçons51 », comme il forcera plus tard les Receveurs des Tabacs à acheter sa marchandise de contrebande.

  • 52 Turbat P., op. cit, p. 7-8.

33De façon tout à fait semblable, la biographie hostile à Hébert fonctionne sur ce schéma, assurant que « dès sa plus tendre enfance, d’un caractère maussade et sournois, il se montra porté au mal avec passion, et ennemi déclaré de toutes les personnes honnêtes et vertueuses [...] Il ne se passait point de jour qu’il ne fit quelque trait de malignité à ses camarades52 ». Ce n’est pas une politique qui est critiquée, mais une vie qui est rejetée hors du cercle de la socialité.

34Le corps porte donc une nature perverse ; mais celle-ci est décrite parfois comme étant donnée d’emblée, parfois comme étant le résultat d’un certain nombre d’habitudes.

35Le cercle de la socialité est défini comme étant celui du travail et de l’obéissance aux lois : mendiants et opposants seront au contraire décrits comme paresseux et rétifs à tout ordre.

  • 53 ADM, 1 J 42, no 112, p. 36. Voir aussi, entre mille exemples, no 114, § 27 ; no 32 p. 1 où la mend (...)
  • 54 Merlin de Thionville A., représentant du peuple, à ses collègues, Portrait de Robespierre, Paris, (...)
  • 55 La Décade philosophique, 1794, t. 3, p. 184.

36La paresse, la fainéantise, l’oisiveté sont les qualificatifs par excellence qui permettent de distinguer le bon pauvre (physiquement empêché de travailler) des mauvais pauvres. D’être paresseux est ce qui définit ces derniers, qui n’ont « la plupart autre inclination que celle de ne rien faire ou de mal faire53 ». De même Merlin de Thionville décrit-il Robespierre comme relevant du « tempérament mélancolique qui rend les esprits paresseux et rares54 ». C’est que, comme les mendiants, la gauche est accusée de ne chercher à assurer la subsistance de tous qu’au prix, non du travail courageux, mais du vol : « Les propriétés doivent êtres sacrées, assure La Décade philosophique en 1794. Loin de nous ces systèmes dictés par l’immoralité et la paresse, qui atténuent l’horreur du larcin et l’érigent en doctrine55. »

  • 56 Constant B., Des réactions politiques, s. n, 1796, p. 25.

37Mais les hommes de gauche sont aussi faibles, mous et paresseux, sans énergie positive et sans courage, qu’ils sont agités pour créer du désordre. En réclamant sa part pour le peuple, en se permettant « des insinuations amères, des déclamations exagérées, des regrets inutiles », ils agissent « contre l’idée générale de l’ordre. Ils mettent un obstacle de plus à son rétablissement ; ils confirment le peuple dans l’habitude du mécontentement » – habitude dans laquelle l’a entretenu la Révolution56, mais qui était déjà censément la sienne et celle des mendiants.

Iniques excès de l’intempérance

38Unis dans les désordres publics, mendiants et hommes de gauche le seraient aussi dans les désordres privés et partageraient le même goût pour les excès de l’intempérance.

  • 57 ADM, 1 J 42, no 122, p. 61.
  • 58 Acte d’accusation dressé par le jury d’accusation du département de la Seine contre Gracchus Babeu (...)
  • 59 Turbat P., op. cit., p. 20.
  • 60 Archives Parlementaires, t. 94, p. 28.
  • 61 Picard et Duval, op. cit., p. 19.

39La figure est constante, qui peint le mendiant en homme ivre, capable de « boire des onze pintes de vin entre deux57 ». Sur ce point encore, il est rejoint, dans la représentation, par le révolutionnaire de gauche. Babeuf aurait forgé son complot dans une taverne où « plus de soixante bouteilles de vin, de l’eau de vie » auraient été bues58, Hébert est supposé « se noyer dans les tonneaux de Bacchus ou se perdre dans l’égout des orgies59 ». Et Robespierre, auquel il était difficile de supposer le moindre goût pour la boisson, est représenté sur le sujet par quatre jurés « qui arrivoient tous les jours ivres au tribunal » révolutionnaire où il les avait placés60, ou par d’imaginaires représentants en mission, heureux des occasions de leurs tournées et déclamant sur scène : « C’est un bon métier que d’être agent du gouvernement [...] je bois le vin des aristocrates61. »

  • 62 Boreillard, op. cit., p. 12. Sur « Marat, cet homme que les Pétion, les Brissot, les Roland appela (...)
  • 63 ADM, 1 J 41, no 91, p. 8.

40Du buveur de la rougeur du vin au buveur de sang, il y a contiguïté et passage des images : « Il me faut cinq têtes, dira en entrant [dans ce même tribunal révolutionnaire] un ivrogne, les yeux rouges de vin, de colère et de sang62. » Le vin n’est cependant qu’un des aspects des « iniques excès de l’intempérance » caractéristique63 des mendiants et de l’homme de gauche.

  • 64 Ibid., 1 J 42, no 113, p. 90.
  • 65 Ibid., 1 J 42, no 112, p. 8.
  • 66 Archives Parlementaires, t. 95, p. 68, séance du 27 thermidor.

41Les mendiants, qui se livrent, d’après les mémoires envoyés à l’Académie de Châlons, au « débordement le plus effréné64 » et à des « excès et débauche65 » servent de matrice à un discours tout semblable sur le libertinage des partisans de la gauche. Évidemment, par retournement simpliste de leur appel à la vertu, ce sont les Jacobins qui en font tout particulièrement les frais après Thermidor. Ainsi Barras fustigeait-il à l’Assemblée « l’hypocrite et lâche Hanriot, [qui], à l’exemple de son maître, recommandait sans cesse au peuple la pratique de toutes les vertus, et lui-même se vautrait journellement dans les plus sales débauches », et suggérait que Robespierre, Couthon et Saint-Just avaient transformé Monceau, Bagatelle et Le Raincy en lieux de réception de leurs « nombreuses concubines66 ». Ici bien sûr, le révolutionnaire se met à ressembler non seulement au mendiant, mais aussi à l’aristocrate décadent ou au roi libidineux dans son « parc aux cerfs ».

L’animal

  • 67 ADM, 1 J 42, no 115, p. 6.
  • 68 Ibid., no 112, p. 8.
  • 69 Bon jour, Bon an, ou les étrennes des jacobins au peuple libre, Chez la citoyenne Lefèvre, Paris, (...)
  • 70 Drouet, représentant du peuple, au Corps législatif, de l’imprimerie de R. Vatar, Paris, 1796, p.  (...)

42Une dernière rencontre discursive entre mendiants et hommes de gauche, par leur animalisation commune, marque le point ultime de leur réduction au corps. Passons sur l’abondance des métaphores courantes qui font des mendiants des « bêtes féroces », des « sangsues », ou de la « vermine », pour nous concentrer sur un animal particulièrement fréquent et révélateur, le frelon. Pour les rédacteurs de mémoires académiques, les mendiants sont en effet « de ces frelons devorans, inutiles [...], qui portent la désolation et le carnage au milieu des tâches de l’abeille laborieuse et timide67 ». « Ce sont des frelons, des guêpes cruelles qui ne se contentent point d’être inutiles dans la ruche, mais qui y détruisent le bon ordre68. » La métaphore vient de Platon : on y retrouve l’opposition entre la communauté consensuelle et structurée (la ruche) et la puissance menaçante d’individus extérieurs et asociaux ; elle est reprise non seulement par les révolutionnaires libéraux pour qualifier la gauche mais aussi retournée par celle-ci, preuve s’il en fallait de l’importance du thème. Pour les Jacobins qui se thermidorisent « les Jacobins sont à la Convention, la Convention est le principe des Jacobins. Si quelques frelons se glissent dans l’une ou l’autre de ces ruches, le cultivateur en pourra souffrir, mais les abeilles triomphantes, dégagées de ces traverses, n’en recueilleront pas moins le fruit69 ». Au contraire, semble lui répondre Drouet, c’est « la tourbe des hommes modérés » qu’il faut considérer comme des « frelons avides » : ils se cachent pendant le fort de la crise pour prendre soin de leur fortune, laissant seuls s’exposer « les âmes fortes, les esprits impétueux, les génies transcendants », mais lorsque le consensus est revenu, ils « sortent en foule de la nullité où ils s’étoient condamnés ; et semblables à des frelons avides, ils jettent sur la ruche, pour en chasser les abeilles et se partager le gâteau70 ».

  • 71 Mably A. G. B. D., Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique, Paris, Bos (...)

43Sous l’Ancien Régime, le seul peuple acceptable, c’est celui qui reste à sa place – le bon pauvre, le domestique soumis, le métayer attaché à sa terre. Dès que le peuple intervient dans l’espace public, il est la multitude hors limite et la plupart des auteurs reprennent la position de Platon, qui « redoutoit, dans la pure démocratie, les caprices d’une multitude toujours aveugle, toujours extrême dans ses désirs, et qui condamnera demain avec emportement ce qu’elle approuve aujourd’hui avec enthousiasme71 ». Ce peuple en masse est le plus souvent pensé sous la figure des hordes vagabondes. Celles-ci sont hors lieu, hors des réseaux sociaux, hors donc des règles et des lois, hors de toutes limites. De même, les gauches en révolution seraient-elle cette part (mobile) de l’échiquier politique qui n’accepte pas les limites du moment. Aussi les manières de les décrire reprennent-elles le dispositif lexical et imagé tout prêt, tel qu’il servait jusque-là à désigner les seuls mendiants vagabonds.

Notes

1 La figure du peuple révolutionnaire, quoique désormais également construite comme potentiellement politique, n’est bien sûr pas exempte des préjugés anciens touchant un peuple sociologique. Voir Rudé G., La foule dans la Révolution française, Paris, Maspero, 1982 ainsi que Biard M., « Des violences populaires sur la scène théâtrale, ou l’impossible représentation (1789-1792) » Bourdin Ph. (éd.), La Révolution, 1789-1871. Écriture d’une histoire immédiate, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2008, p. 259-274.

2 Sur ce corpus, voir Roche D., « La diffusion des Lumières. Un exemple : l’Académie de Châlons-sur-Marne », Annales ESC, 1964, vol. 19, no 4-6, p. 887-922, ainsi que Caradonna J. L., « Prendre part au siècle des Lumières. Le concours académique et la culture intellectuelle au XVIIIe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2009, vol. 64, no 3, p. 632-662.

3 Archives départementales de la Marne (désormais ADM), 1 J 40, mémoire no 70, p. 35.

4 Ibid., 1 J 40, mémoire no 64, p. 1 et p. 21.

5 Ibid., 1 J 42, mémoire no 114, p. 13.

6 Archives Parlementaires, vol. 88, du 13 au 28 germinal an II, Paris, CNRS, 1969, p. 24 ; séance du 2 avril 1794.

7 Picard et Duval, Les Suspects, comédie en un acte, mêlée d’ariettes, Paris, Barba, 1797. p. 31.

8 ADM, 1 J 42, mémoire no 114, p. 13, note 3.

9 Ibid., 1 J 39, mémoire no 32, p. 1.

10 Ibid., 1 J 42, mémoire no 113, p. 91.

11 Picard et Duval, op. cit., p. 18.

12 Peltier J.-G., Dernier tableau de Paris, ou Récit historique de la révolution du 10 août 1792, des causes qui l’ont conduite, des événements qui l’ont précédée, et des crimes qui l’ont suivie, chez l’auteur à Londres et se trouve chez B. Le Francq à Bruxelles, 1794. p. 409.

13 Voir notamment Roger Ph., « L’homme de sang : l’invention sémiotique de Marat », Bonnet J.-Cl. (éd.), La mort de Marat, Paris, Flammarion, 1986, p. 141-166.

14 Walter G., op. cit., p. 443.

15 Boreillard, Grande épuration des Jacobins par le tribunal révolutionnaire, Paris, De l’imprimerie de la vérité, 1794. p. 3-4. C’est moi qui souligne.

16 Lettre de Nîmes le 10 thermidor an II. Archives parlementaires, vol. 94, du 13 thermidor au 25 thermidor an II, Paris, CNRS, 1985. p. 59 ; séance du 14 août 1794.

17 Walter G., op. cit., p. 464. Voir aussi Turbat P., Vie privée et politique de J.-R Hébert, auteur du Père Duchêne, à Paris, se trouve à l’imprimerie de Franklin, 1794. Turbat dit de Hébert qu’il était de « la race des Cartouches » (p. 9).

18 Ibid., p. 490.

19 ADM, 1 J 40, mémoire no 70, p. 35.

20 Archives Parlementaires, t. 18, p. 458, séance du 31 août 1790.

21 Voir par exemple p. 3 du mémoire 118 (1 J 42) ou p. 8 du no 91 (1 J41), qui évoque des « hordes vagabondes ». Voir encore p. 5 du no 115 (1 J 42) pour qui les déplacements des mendiants « ressemblent assez aux incursions que firent autrefois dans les provinces de notre monarchie les hordes de Barbares ».

22 Les administrateurs du district du Mans à l’Assemblée, du Mans, le 11 germinal an II. AP, vol. 88, Paris, CNRD, 1969, p. 78.

23 ADM, 1 J 42, mémoire no 114, p. 13.

24 La Décade philosophique, t. 3, 1794, p. 181 et 183.

25 Ibid., note 3.

26 Sur le rapport de Croissy et de Babeuf à la Loi agraire voir notamment Lefebvre G., « Où il est question de Babeuf », Annales d’histoire sociale, 1945, vol. 8, no 1, p. 82-86.

27 Walter G., op. cit., p. 440.

28 La commune d’Amiens à la Convention, s. d., AP, vol. 88, p. 555, séance du 14 avril 1794.

29 Aberdam S., « Politiques agraires, Questions agraires, Terreur et Loi agraire », Biard M. (dir.), Les politiques de la Terreur, 1793-1794, Rennes, PUR, 2008, p. 291-306. Prêcher la Loi agraire est puni de mort depuis le décret du 18 mars 1793.

30 ADM, 1 J 42, no 122, p. 58.

31 Hardy écrit ainsi dans son journal, à la date du lundi 28 mars 1768 et à propos d’une révolte rouennaise de la semaine précédente, « que la plus grande partie des manufactures étant fermées et les ouvriers ne travaillant pas et manquant de pain et d’argent pour s’en procurer, s’étaient portés à différents excès, » Bibliothèque Nationale, Manuscrits français 6 680.

32 Walter G., éd., op. cit., p. 441.

33 Campbell P. R., Kaiser T. E. et Linton M. (éd.), Conspiracy in the French Revolution, Manchester, Manchester University Press, 2007.

34 Baudeau N., Idées d’un citoyen sur les besoins, les droits, et les devoirs des vrais pauvres, 2 vol. , Amsterdam et se trouve à Paris chez Hochereau, 1765. p. 3.

35 Voltaire ne fut pas des moindres à accréditer cette rumeur, en mettant en scène des émeutiers déclarant « nous avons reçu de l’argent pour cette bonne œuvre ». Voltaire F.-M.A., Diatribe à l’auteur des Éphémérides, à Genève et se trouve à Paris, chez Valleyre l’aîné, 1775. p. 25.

36 Discours de Robespierre à la Convention, le 25 mars 1794 (Archives parlementaires, t. 86, p. 81).

37 ADM, 1 J 42, no 113, p. 90.

38 Ibid., 1 J 42, no 112, p. 8.

39 Archives Parlementaires, t. 88, p. 555, séance du 25 germinal.

40 Ibid., t. 86, 1965, p. 81, discours du 25 mars 1794.

41 ADM, 1 J 37, no 37, p. 110.

42 Archives Parlementaires, t. 88, p. 24, séance du 13 germinal.

43 Ibid., t. 88, p. 67, séance du 13 germinal.

44 On trouve l’expression en germinal an II (t. 88, p. 78 par exemple) mais aussi en thermidor an II (t. 94, p. 44 par exemple).

45 Ibid., t. 88, p. 29.

46 Turbat P., op. cit., p. 21.

47 L’hérondet Ch., Société en faveur des pauvres honteux et non mandians, ou mémoire instructif à l’usage des assemblées de charité de la paroisse de S. Pierre de Moulins, Moulins, Imprimerie Jean Faure, 1732. p. 93.

48 Archives Parlementaires, vol. 94, p. 18, séance du 31 juillet 1794.

49 Walter (éd.), Actes du Tribunal révolutionnaire, p. 507.

50 Archives Parlementaires, t. 88, p. 555.

51 Histoire curieuse, véritable et remarquable de la vie de Louis Mandrin, dans ce même recueil édité par Lüsebrink, op. cit., p. 230.

52 Turbat P., op. cit, p. 7-8.

53 ADM, 1 J 42, no 112, p. 36. Voir aussi, entre mille exemples, no 114, § 27 ; no 32 p. 1 où la mendicité apparaît comme « fille de la paresse » ; no 26, p. 1 ; no 57, p. 45.

54 Merlin de Thionville A., représentant du peuple, à ses collègues, Portrait de Robespierre, Paris, 1794, p. 2.

55 La Décade philosophique, 1794, t. 3, p. 184.

56 Constant B., Des réactions politiques, s. n, 1796, p. 25.

57 ADM, 1 J 42, no 122, p. 61.

58 Acte d’accusation dressé par le jury d’accusation du département de la Seine contre Gracchus Babeuf, p. 68.

59 Turbat P., op. cit., p. 20.

60 Archives Parlementaires, t. 94, p. 28.

61 Picard et Duval, op. cit., p. 19.

62 Boreillard, op. cit., p. 12. Sur « Marat, cet homme que les Pétion, les Brissot, les Roland appelaient buveur de sang », voir Roger Ph., op. cit., p. 144. À ma connaissance cette image du buveur de sang n’est pas utilisée pour les mendiants sous l’Ancien Régime.

63 ADM, 1 J 41, no 91, p. 8.

64 Ibid., 1 J 42, no 113, p. 90.

65 Ibid., 1 J 42, no 112, p. 8.

66 Archives Parlementaires, t. 95, p. 68, séance du 27 thermidor.

67 ADM, 1 J 42, no 115, p. 6.

68 Ibid., no 112, p. 8.

69 Bon jour, Bon an, ou les étrennes des jacobins au peuple libre, Chez la citoyenne Lefèvre, Paris, 1794, p. 5.

70 Drouet, représentant du peuple, au Corps législatif, de l’imprimerie de R. Vatar, Paris, 1796, p. 9.

71 Mably A. G. B. D., Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique, Paris, Bossange, Masson et Besson, 1797. p. 51. Mably est d’ailleurs un des rares à ne pas adhérer à cette position.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search