Version classiqueVersion mobile

Idéologies et action publique territoriale

 | 
Christian Le Bart
, 
Romain Pasquier
, 
Lionel Arnaud

Deuxième partie. La variable territoire : vers une production localisée des idéologies ?

9. La régulation idéologique d’une politique territoriale. L’exemple de la Vendée « villieriste »

Olivier Gautier

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Dans le journal Le Monde daté du 30 septembre 1996, le journaliste note que, notamment parmi des r (...)

1Peu de départements français peuvent se prévaloir d’une image aussi marquée que la Vendée. La permanence de l’existence supposée d’un « tempérament régional » (Siegfried, 1913) n’en génère pas moins quelques contestations1. La perception actuelle du territoire est dans une certaine mesure déployée par la réactivation d’une histoire stigmatisée. Elle plonge ses racines dans la « réinvention du paysan vendéen » liée au succès populaire et médiatique du Puy du Fou. Le spectacle associe un territoire aux valeurs d’une ruralité passéiste. Il diffuse la croyance dans la continuité territoriale d’un ordre social ancien et immuable (Martin, Suaud, 1996). Dans ce sens, le Puy du Fou exprime les idées politiques revendiquées par son créateur, Philippe de Villiers (Villiers, 1997). Son credo idéologique est basé sur la transmission des valeurs de la personne. Promoteur de « la civilisation des racines et des communautés de culture », il défend une politique de la famille fondée sur les « solidarités organiques » (Villiers, 1990). Il s’inscrit dans un conservatisme critiquant les accents « totalitaires » du socialo-communisme et la dénaturation morale de l’ordre démocratique par la « société de connivence médiatico-technocratique » (Villiers, 1994). Sur son versant économique, il développe un libéralisme modéré par une vision anti-libre-échangiste du commerce international. Enfin, sur le plan politique, il soutient une conception régalienne de l’État que le Mouvement pour la France (MPF), organisation politique qu’il a créée en 1994, popularise à chaque élection européenne sous l’étiquette du « Souverainisme ». Ainsi définie, la doctrine villieriste n’est pas propre au territoire vendéen. Elle n’est pas le produit d’un terroir localement déterminé. C’est en s’intégrant dans une configuration politique et sociale profitable qu’elle va se territorialiser puis imprégner progressivement l’ensemble du département à travers la domination politique croissante de Philippe de Villiers.

  • 2 Industriel et maire UMP des Herbiers, lieu de résidence de Philippe de Villiers, il fonde l’associ (...)

2Le processus a été rendu possible par sa conversion d’entrepreneur culturel en acteur politique. Entre 1987 et 1989, alors que Philippe de Villiers devient président du Conseil général, Jacques Auxiette, son principal concurrent socialiste, maire de la Roche-sur-Yon, crée une association culturelle, le centre d’étude sur la Révolution et les valeurs de la République (CERVAR). Avec l’apparition d’un deuxième contestataire, Marcel Albert2, la représentation culturelle du territoire devient l’enjeu structurant d’un marché politique localisé. Au regard des thèmes développés par ces associations concurrentes, la contestation porte moins sur une représentation « puyfolaise » du territoire concentrée sur la Vendée de 1793, que sur la prétention à exister politiquement contre la monopolisation villieriste de l’imagerie départementale. Aussi, la structuration de ce marché a permis l’unification de la représentation du territoire à partir de la vision villieriste de la Vendée. La conquête de ce monopole a contribué à l’étendue de sa domination politique.

3Sans l’attribution d’un rôle décisionnel central, Philippe de Villiers n’aurait pas imprégné le territoire de ses valeurs. C’est avec l’élaboration d’une politique territoriale que le président du Conseil général a pu produire la représentation d’une Vendée « villieriste ». Son travail politique vise à construire l’image de l’application, au niveau du département, de son modèle politique (Schlegel, 1995). Dans le cadre d’une approche des idéologies au sein des politiques locales qui entend centrer l’analyse sur les acteurs et leurs représentations (Mériaux, 1995), notre interrogation porte sur la manière dont la mobilisation des politiques locales par les élus peut être le vecteur de la régulation idéologique d’un territoire. La politique territoriale villieriste est stigmatisée par la mise en scène de ses fondements et de ses effets socio-politiques. Elle induit une direction idéologique du département car elle tend à fabriquer la croyance en l’existence d’un ordre social et territorial particulier.

  • 3 Ici nous reprenons la distinction entre politique territorialisée et politique territoriale propos (...)
  • 4 La notion de territorialité y est définie comme « la production ou la réactivation de traditions o (...)
  • 5 Devenu président du département, il déclare : « La période qui s’achève a été la décentralisation. (...)

4Du point de vue méthodologique, la catégorisation de la Vendée est le produit des interactions entre une idéologie politique et des programmes « départementaux ». La politique territoriale est composée de deux types d’actions publiques qui correspondent à deux façons différentes mais complémentaires pour le président du Conseil général d’imposer sa vision du monde. Dans les domaines d’intervention où sa marge de manœuvre est relative, il tend principalement à agir sur la formulation de politiques publiques territorialisées3 soigneusement sélectionnées. Toutefois, à travers l’élaboration de sa politique culturelle, Philippe de Villiers compose et met en œuvre un programme territorial qui se distingue par son contenu et sa visibilité politiques. Déterminée par la conservation du patrimoine historique, cette politique exprime de façon autonome la puissance décisionnelle du président du département. Autrement dit, envisager l’étude d’une politique territoriale en termes de régulation idéologique invite à comprendre comment le travail politique de Philippe de Villiers a réussi à donner une tonalité discriminante à une politique départementale relativement standardisée. Dès lors, si ses actions publiques « locales » produisent une territorialité (Genieys, 20034) particulière c’est parce qu’elles sont la réponse à sa représentation dépréciative d’un territoire handicapé par son déficit d’image et la faiblesse de son développement socio-économique5. C’est pourquoi, le sens idéologique du territoire se repère tout autant dans la production de la vision imaginaire d’une communauté territoriale uniforme que dans les exemples d’application concrète sur le territoire de ses idées politiques. Plus précisément, la dimension idéologique s’observe ici par la production d’une représentation culturaliste ajustée à sa conception socio-économique du développement local.

5Une politique territoriale exerce une régulation idéologique lorsque la doctrine politique qui l’inspire fait croire à la particularité des solutions proposées. L’idéologie du président du Conseil général différencie la politique territoriale vendéenne par l’élaboration d’un programme culturel dont le but est de servir la vision villieriste du territoire. Elle la singularise par la sélection et la (re) formulation de certaines politiques publiques qui, ainsi territorialisées, assurent une gestion discriminatoire du département.

L’action publique culturelle : une politique territoriale au service d’une vision idéologique du territoire

6Pour Philippe de Villiers, la Vendée est un département dont il s’agit de conserver la mémoire locale et de promouvoir les traditions. Déterminée par sa doctrine politique, son action culturelle vise à étendre la représentation imaginaire de l’unité et de la singularité d’une communauté territoriale. Mise en scène sur le mode du stigmate et de son renversement (Bourdieu, 1980) au profit d’une vision idéologique du territoire, la politique culturelle condamne publiquement les « souffrances » historiques du département. Son efficacité se situe dans l’entretien de l’amalgame entre la doctrine de l’acteur politique et la mémoire historique du territoire dont il est l’incarnation. Dès lors, comme le processus décisionnel de la politique culturelle est complètement maîtrisé par le président du Conseil général, la production d’un modèle « territorial », fondé sur la tradition et l’enracinement, est possible. Aucune représentation culturelle du territoire ne peut être développée sans échapper au contrôle des autorités départementales et à sa légitimation par celles-ci et leurs experts attitrés.

L’institutionnalisation de l’action culturelle : la conservation d’un monopole départemental

  • 6 Conservateur des musées de Vendée jusqu’en 1988, il a également été membre du comité de lancement (...)
  • 7 Parmi ces projets, on peut noter : le muséobus, l’achat du château du Puy du Fou, le musée du Puy (...)
  • 8 Presse Océan, 7 septembre 1988.

7La politique culturelle définie par Philippe de Villiers trouve sa source dans les programmes territoriaux débutés dans les années 1970. Elle s’inscrit dans la continuité des projets initiés par son père Jacques de Villiers, président de la commission des affaires culturelles du département jusque dans le milieu des années 1980 et par Francis Ribémont6. Dès 1973, date de création de la « conservation des musées de Vendée » par le Conseil général, il y a eu une captation de l’action culturelle par les autorités locales. Ce sont les services du département qui ont développé, de manière unilatérale, les activités les plus visibles7. Selon cette logique créatrice, lorsqu’il quitte ses fonctions en septembre 1988, Francis Ribémont peut déclarer : « J’ai voulu renforcer pour tous l’identité culturelle de ce pays, livrer aux Vendéens des lieux de mémoire8. » Ainsi, les liens avec l’expérience « puyfolaise » sont prégnants.

  • 9 C’est dans ce château que fut arrêté le général de Charette, le 23 mars 1796, marquant ainsi la fi (...)
  • 10 Conseiller général du canton de Luçon, président de la commission des affaires culturelles du dépa (...)

8Depuis les années soixante-dix, la politique culturelle en Vendée est largement impliquée dans les activités de Philippe de Villiers et jouit d’une certaine proximité avec ses valeurs. C’est pourquoi, lors de son accès à la présidence du Conseil général en 1988, il investit dans la politique culturelle. Elle est l’action publique qui lui offre les marges de manœuvre les plus favorables. Assumant l’héritage politique et mobilisant ses propres savoir-faire, Philippe de Villiers étoffe l’orientation historique de l’action culturelle départementale. La surcharge de la politique villieriste en symboles territoriaux politiquement marqués s’observe à travers la commémoration des guerres de Vendée en 1993. Elle est structurée dès 1991 par l’achat du Logis de la Chabotterie9 et la création de la Mission départementale pour la célébration du deuxième centenaire des guerres de Vendée dirigée par Dominique Souchet10. Elle est complétée par l’organisation combinée, en 1993, de plusieurs manifestations dont une exposition intitulée « Département devenu province, la Vendée » ainsi que l’érection aux Lucs-sur-Boulogne du mémorial des Guerres de Vendée.

  • 11 Il s’agit du « Musée vendéen » de Fontenay le Comte, de la « Bourrine du bois Juquaud », le « Musé (...)
  • 12 En plus du Logis de la Chabotterie (centre de direction de l’école), du musée Milcendeau, du châte (...)

9Le travail culturel de Philippe de Villiers ne s’arrête pas à la promotion de la mémoire locale. Sous son impulsion, la conservation des musées de Vendée amplifie son réseau en achetant quatre nouveaux musées11. Ces acquisitions mettent en avant les cultures locales entre le château, la mine, la ferme, la mer, le bocage et le marais. Dans une approche similaire, le Conseil général crée l’école départementale du patrimoine historique et naturel (EDPHN). Constituée sur le réseau des musées, ses dix antennes proposent, notamment aux écoles de la région, sous la direction de ses cadres, une visite pédagogique du milieu naturel vendéen, sa faune et sa flore, ainsi qu’une instruction sur les traditions du terroir12.

  • 13 Le journal de la Vendée, le mensuel du Conseil général, n° 7, septembre 2003.

10Son volontarisme politique s’exprime en outre à travers l’historial de la Vendée qui a ouvert ses portes en juin 2006 aux Lucs-sur-Boulogne, à proximité du mémorial et du Logis de la Chabotterie. Le principe de ce « Musée des musées » est de « faire découvrir toute l’histoire de la Vendée du néolithique jusqu’à la Vendée d’aujourd’hui en passant par les guerres de Vendée13 ». Le président du département déclare lui-même qu’il s’est « inspiré des musées de civilisation du Québec, conciliant intérêt scientifique et aspects ludiques ». Par ailleurs, il considère ce programme comme « un outil de conservation du patrimoine [qu’il faut] transmettre de génération en génération, […] comme un outil de recherche scientifique […] et comme un outil de diffusion culturelle dans la mesure où l’historial à terme deviendra le siège de l’EDPHN ».

  • 14 Mouvement dont il est le fondateur et le président depuis 1991.
  • 15 Site Internet du Conseil général. http://cg85.Org/

11L’ensemble de ces réalisations départementales comporte une dimension idéologique qui n’est pas sans lien avec le « combat pour les valeurs » de Philippe de Villiers14. Elles marquent de manière incessante la réactivation d’une histoire et d’une mémoire locales. Construites dans le cadre de la revalorisation des traditions ancrées dans le terroir, elles concourent à la promotion des croyances qui défendent et conservent « la civilisation des racines et… [les] communautés de culture ». La répétition de ces rappels aux « vraies » valeurs, à « la mémoire, force de vie et de culture15 » institutionnalise une différenciation du territoire. L’autonomie dont jouit Philippe de Villiers quant aux décisions prises à l’intérieur de cette politique est instructive. Aucune négociation, ni coopération, ni arrangement institutionnels ne sont jamais exprimés, ni envisagés, ni évoqués. L’institutionnalisation de ce programme culturel fait de lui son unique instigateur. Dans ce sens, comme l’institution locale monopolise tous les mécanismes de production et de diffusion des images culturelles, toute présentation de la Vendée est nécessairement en adéquation avec la vision du territoire et du monde de son président.

La légitimation de la politique culturelle départementale : une labellisation scientifique et médiatique du territoire

12La politique culturelle se justifie au sein d’un projet de construction d’une image de marque identitaire du territoire. À l’institutionnalisation de l’action culturelle correspond un travail de légitimation. Il se traduit par le financement de recherches scientifiques et par une politique de communication omniprésente. Son rôle est d’avaliser et de consentir à la présentation villieriste du territoire.

  • 16 Voir l’ouvrage collectif : La Vendée dans l’Histoire, Paris, Perrin, 1994.
  • 17 Composé de Yves-Marie Bercé, Alain Besançon, Pierre Chaunu, Alan Forrest, Thierry Heckmann (direct (...)
  • 18 Parmi les intervenants, on pouvait remarquer : Raoul Girardet, Emmanuel Leroy-Ladurie, Pierre Mane (...)
  • 19 Synthèse du centre de documentation et de recherche sur la contre-révolution dans l’ouest, de la s (...)

13Les instruments intellectuels de légitimation des interprétations de l’histoire locale défendues par Philippe de Villiers ont été centralisés à la suite de l’organisation, à la Roche-sur-Yon, du 23 au 25 avril 1993, d’un colloque international intitulé « La Vendée dans l’histoire16 ». Directement supporté par le département à travers Dominique Souchet et l’association « La Vendée dans l’Histoire » dont il est le secrétaire général, sa préparation a commencé en 1991 avec la constitution d’un comité scientifique17. Parrainé par une soixantaine de personnalités, le colloque a réuni un ensemble de chercheurs dont la légitimité dans le champ universitaire a permis de dissimuler des intervenants aux motivations plus obscures et de justifier les propos les plus douteux du point de vue de la science historique18. L’objectif est clairement annoncé, lors de l’ouverture de la première journée de travail, par Pierre Chaunu lui-même : « Je voudrais d’abord souligner la double intention qui a présidé à cette commémoration du deuxième centenaire : se remémorer la guerre de Vendée, certes, mais aussi ce qui a suivi, et qui est infiniment regrettable, le populicide de la Vendée, en 1794. » (Chaunu, 1994, p. 15.) Ce colloque est un tournant déterminant quant à l’écriture et à la diffusion scientifiques de l’histoire locale. Il va donner lieu à la création du centre vendéen de recherches historiques (CVRH19). Du point de vue financier, il vit principalement grâce aux subventions octroyées par le Conseil général et des entreprises privées. Entre autres activités, le CVRH organise des colloques et publie des ouvrages concernant la Vendée, ainsi que la revue Recherches vendéennes en association avec la société d’émulation de la Vendée. Il se désigne lui-même comme « le laboratoire d’idées et le lieu d’échanges entre les chercheurs qui travaillent sur la Vendée ».

14À ce titre, la proximité cognitive entre la production scientifique de ce groupe de recherches et la politique villieriste se situe dans le registre des affinités électives. Cette relation se singularise par la récurrence et la circularité de thématiques semblables. Derrière la façade universitaire et la renommée de certains de ses membres, le CVRH semble jouer un véritable rôle de labellisation a posteriori des programmes culturels départementaux. L’autonomie scientifique et l’objectivation historique supportent quelques dérives, non sans lien avec l’influence villieriste, quand dans la revue du CVRH, on peut lire : « De même que la Révolution française a crié au monde sa radicale nouveauté, la Vendée apparaît de plus en plus clairement comme la première grande résistance populaire à une dérive terroriste, et c’est cet autre universalisme qui explique l’intérêt croissant de chercheurs de tous pays et de toutes disciplines […] » (Heckmann, Gérard, 1994, p. 5). Ces propos ne sont pas sans lien avec la venue sur le territoire, le 25 septembre 1993, d’Alexandre Soljenitsyne pour l’inauguration du mémorial des Guerres de Vendée. À cette occasion, il déclare : « J’admire les Vendéens, précurseurs des résistances russes au totalitarisme20. » La visite du dissident a constitué pour Philippe de Villiers l’« apothéose » de cette année commémorative. À ce titre, la concordance entre les objectifs de Philippe de Villiers, ancrés dans des polémiques idéologico-politiques, et les études légitimantes du CVRH qui cautionnent une territorialité à l’aide de présupposés historiques discutables, est exemplaire. Elle est favorisée par les affinités institutionnelles du CVRH avec le Conseil général. C’est dans l’usage politique (dans son double sens électoral et idéologique) de cette territorialité collectivement signifiante que réside l’une des forces de l’action culturelle locale.

  • 21 Dans cette perspective, il a affirmé, à propos du Puy du Fou : « Sans la communication rien n’aura (...)
  • 22 Le Tour de France est venue quatre fois en Vendée, au Puy du Fou, en 1993, 1997, 1999 et 2005.

15Dans une autre mesure, Philippe de Villiers est un acteur politique imprégné par le mythe de la communication et convaincu de son pouvoir de légitimation21. C’est pourquoi, la politique culturelle est soutenue par une politique de communication qui vise à assurer la promotion du territoire, enjeu majeur d’un développement global et multisectoriel. Elle s’inscrit dans un travail de visibilisation du département en terme d’image de marque. Cet objectif est atteint avec la venue du Tour de France en Vendée, au Puy du Fou. Afin de captiver de nouveaux destinataires potentiels en vue du développement touristique et économique, la politique de communication du département doit faire sens auprès de publics extérieurs au territoire et ce de la façon la plus large qui soit. Alors, les autorités locales, puisant dans leur stock de références territoriales les plus recevables, sollicitent les symboles les plus œcuméniques et les plus directement mobilisables. Dans ce sens, ils sont parvenus à conjuguer leur conception de l’authenticité du territoire avec leur vision de ses racines historiques. Il est difficile de dire si la médiatisation de la cérémonie d’ouverture du Tour de France au Puy du Fou, pendant l’année du bicentenaire des guerres de Vendée, a homogénéisé les symboliques territoriales. On ne peut pas non plus affirmer que cette présentation a construit l’unité d’une collectivité vendéenne, stigmatisée par une mémoire déterminée. Cependant, la répétition de la configuration a popularisé une représentation dominante et monolithique du territoire22.

16Quoi qu’il en soit, l’action publique culturelle ne peut produire ni entretenir seule la croyance dans l’existence d’un modèle vendéen. Elle s’accorde avec des politiques publiques territorialisées qui mettent en lumière les valeurs socio-économiques des élites départementales.

L’action publique territoriale : des politiques territorialisées au service d’un traitement idéologique du territoire

17La gestion discriminatoire du département est assurée par des politiques publiques qui ne sont pas propres au territoire. Elles disqualifient la question sociale par des questions familiales et intergénérationnelles. Elles détournent le problème du travail et du chômage par des solutions entrepreneuriales et industrielles. Elles parviennent à imaginer l’unité populaire du territoire dans le soutien à ces choix politiques en dissimulant les inégalités de traitement qu’elles supposent. Pour ce faire, elles font l’objet d’un remodelage qui naturalise l’investissement idéologique par un rappel au territoire. D’un point de vue idéal-typique, on peut découper ce processus en deux phases. Premièrement, ces actions publiques ne sont pas définies par l’idéologie villieriste. Parmi le stock des politiques publiques disponibles, Philippe de Villiers sélectionne celles dont le domaine d’intervention est propice à la mobilisation de ses valeurs. Ensuite, au regard du processus décisionnel, comme elles sont fortement concurrentielles, il tente d’agir là où sa marge de manœuvre est la plus fluide. C’est donc au niveau de leur formulation qu’il peut exprimer ses propres intentions politiques et produire une croyance territoriale acceptable pour lui et pour ses électeurs. Philippe de Villiers déforme ces politiques publiques à travers leur imputation ou leur euphémisation. Dans cette mesure, elles sont des techniques qui permettent à un acteur politique de mobiliser son idéologie pour imprégner des politiques publiques et les rendre discriminantes.

L’imputation d’une politique nationale : l’implication départementale dans l’aide aux personnes âgées

18La notion d’imputation politique est un processus au terme duquel un public attribue un fait social à un décideur politique (Le Bart, 1989). Cette définition nous invite à nous intéresser à une dynamique fonctionnant comme une tentative de dissimulation de la question de la causalité (politique ou sociologique) effective. L’imputation vise à construire une initiative et une responsabilité, en l’occurrence celles du Conseil général incarné par son président. Par le travail particulier qu’elle suppose, elle conduit à différencier les politiques publiques et leurs bénéficiaires.

  • 23 Le projet de loi, déposé le 7 mars 2001 devant l’Assemblée nationale dans le cadre de la procédure (...)
  • 24 Le texte sera voté en 2e lecture par l’Assemblée nationale le 26 juin 2001 et promulgué au JO le 2 (...)

19Plus précisément, nous étudierons l’allocation personnalisée à l’autonomie (APA) et son instrumentalisation par le Conseil général de la Vendée. À l'instar des autres politiques sociales, les autorités locales vendéennes n’ont pas pesé sur son agenda. En effet, du point de vue de l’initiative, le processus décisionnel est largement dominé par l’État23. Cependant, le département est désigné comme le cadre institutionnel de gestion de cette nouvelle mesure. Financée à hauteur de 65 à 75 % par les Conseils généraux, son application repose sur la mise en place d’un partenariat entre les services déconcentrés de l’État, les représentants des Conseils généraux et les Caisses d’assurance maladie. Au cours de la procédure, seules deux modifications seront apportées par les départements et le Sénat. Une délégation de l’Assemblée des départements de France sera reçue deux fois afin de trouver une solution consensuelle sur le rôle de la commission départementale chargée de donner son avis sur les plans d’aide individuels. Un autre conflit opposera le gouvernement socialiste et le Sénat à propos du caractère « non abouti et non financé » du texte. Sur ce motif et en signe de désapprobation, le Sénat adoptera le 19 juin 2001 la question préalable proposée par la commission des affaires sociales. Le problème portait sur les modalités de répartition du fonds de financement de l’APA entre les départements. Ce différend a conduit à l’ajout d’une clause de sauvegarde spécifique pour les départements qui pourraient être confrontés à une montée en charge financière particulièrement rapide de l’allocation24. Ainsi, au regard de l’ensemble du processus, les autorités vendéennes n’ont pas particulièrement été visibles au niveau des débats. Sans doute étaient-elles présentes au sein des deux assemblées qui ont infléchi le texte, mais elles n’ont pas pesé en tant qu’entité départementale seule. Néanmoins, intervenant au niveau de l’application et de la gestion quotidienne de la prestation, le Conseil général, le 1er janvier 2002, transforme l’APA en allocation départementale personnalisée à l’autonomie (ADPA).

  • 25 Il est fait mention une fois de la politique du RMI à l’occasion des « 10 ans de la loi », cf. Le (...)
  • 26 Ouest France, 8 février 2003. Cf. également le site Internet du MPF et son « Projet pour la France (...)

20Comparée aux autres politiques sociales que sont les programmes du revenu minimum d’insertion (RMI) et de l’aide sociale à l’enfance (ASE), les intentions idéologiques de l’implication départementale sont nettes. Alors que le RMI et l’ASE ne donnent pas lieu à imputation, l’ADPA fait l’objet d’un travail communicationnel (à la fois dans un sens médiatique et dans un sens politique) fortement différencié25. Elle est le seul programme social à profiter de cette attitude complaisante des autorités départementales. Il nous paraît intéressant de rapporter ces écarts de traitement à l’idéologie villieriste privilégiant la responsabilité individuelle, le goût et le sens du travail et de l’effort. Cette comparaison nous confronte à la production d’inégalités entre les populations d’un même territoire. Elle permet de remarquer la construction d’une opposition tacite entre celles qui méritent d’être aidées, que l’on doit « accompagner dignement » parce que ne pouvant plus travailler, et celles qu’on ne doit « secourir » qu’avec parcimonie afin de ne pas les jeter dans l’« assistanat » en leur montrant les bienfaits de politiques sociales jugées trop favorables ou trop aléatoires26.

  • 27 Ibid., p. 35.

21Lorsqu’une politique non territoriale fait l’objet d’une imputation, elle peut constituer une fenêtre d’opportunités pour l’imprégnation d’un espace territorial par des valeurs, sources de discrimination. En ce sens, les idées défendues par Philippe de Villiers, notamment la famille et « l’importance des liens générationnels27 », valorisent certains administrés au sein d’un même territoire. A contrario, l’absence d’imputation aux autorités départementales de certaines politiques sociales fonctionne comme une forme d’« excommunication » de leurs bénéficiaires. Ainsi, face à la glorification des aînés, ciments de la famille, on stigmatise les sans-emplois, les « improductifs », ceux qui, refusant de s’intégrer normalement dans le monde du travail, léseraient la communauté. La construction de ce sens (en termes de valeur et de direction) idéologique laisse imaginer la mise en place d’un programme de conservation territoriale des inégalités sociales. C’est la promotion de cette territorialité singulière que sous-tend l’implication départementale dans l’aide aux personnes âgées.

L’euphémisation de l’idéologie entrepreneuriale : les vendéopôles

22Le volontarisme politique de Philippe de Villiers ne s’exprime pas uniquement dans le domaine social. La gestion discriminatoire de la population s’accorde avec un traitement libéral du territoire à travers l’élaboration d’une politique de développement industriel. Attirer des investisseurs économiques sur leur territoire est l’une des préoccupations majeures des élus locaux depuis la décentralisation et la lutte concurrentielle qu’elle a inaugurée. La politique de soutien du Conseil général de la Vendée au développement économique n’est spécifique ni au territoire ni à l’approche des autorités locales. Bien qu’elle soit relativement autonome du point de vue du processus décisionnel, c’est autour de sa formulation que leur travail politique s’exerce.

23Un vendéopôle est un parc d’activités économiques que seul le Conseil général peut décider de construire. Tout vendéopôle se crée au sein d’un partenariat formalisé par la signature d’une charte. Elle prévoit l’encadrement du montage du dossier par un expert. Cette expertise est obligatoirement confiée à la société pour l’aménagement et le développement économique de la Vendée (SODEV28). Aucune structure ne peut être créée sans son autorisation. Toute entreprise qui désire s’implanter dans un vendéopôle doit faire appel aux services de conseil et d’assistance de la SODEV. Mais encore, par un travail de prospection auprès des entreprises, elle assure un service d’aide à la décision et à la négociation foncière. Au cœur du système politique départemental de soutien au développement économique, elle est présentée comme « [le] guichet unique d’accueil [des entreprises] dans le département29 ». À ce titre, la SODEV est la véritable interface entre les autorités départementales et les entreprises locales.

  • 30 Parmi les six vendéopôles, cinq se situent dans des cantons tenus par le leadership « villieriste  (...)
  • 31 Site Internet de la SODEV. On peut y remarquer la participation de Yves Gonnord (PDG de Fleury Mic (...)
  • 32 Expression utilisée par Yves Tesson, président de la CCI de Vendée en 1986, Presse Océan, 23 avril (...)

24Le processus d’institutionnalisation du développement économique territorial n’est pas sans rapport avec une politique clientélaire qui prend forme dans des espaces bornés par l’influence du leadership villieriste30. Le bénéfice de ce monopole permet au Conseil général à la fois de sélectionner les créations de nouvelles zones industrielles par les collectivités locales et de centraliser les demandes d’implantation par les chefs d’entreprise. Les vendéopôles constituent ainsi un moyen pour le Conseil général de poser sa vision du développement économique du territoire. Vis-à-vis des entreprises, la capacité d’imposition du Conseil général est plus faible. Elle consiste à conditionner les aides et subventions ou exonérations fiscales à l’embauche pendant une durée minimale de salariés vendéens. Les vendéopôles sont ainsi la démonstration d’une gestion libérale du département. Ils sont l’illustration de la proximité idéologique qui existe entre Philippe de Villiers et le réseau des entrepreneurs locaux. Au regard du site Internet de la SODEV, même si les industriels ne participent pas directement aux implantations des vendéopôles, certains soutiennent ces initiatives économiques et industrielles31. Bien que premier représentant politique du territoire, Philippe de Villiers, depuis l’expérience puyfolaise, se considère professionnellement comme un chef d’entreprise. Acquis aux valeurs de la libre entreprise, il a toujours été le fervent soutien des investisseurs locaux. En ce sens, l’« Entreprise-Vendée32 » doit savoir se vendre et vendre ses qualités, ses produits et ses ressources.

  • 33 Site Internet de la SODEV et le lien : « La Vendée : un environnement propice à l’épanouissement d (...)

25Néanmoins, la politique des vendéopôles n’est pas en soi productrice d’une définition locale des problèmes sociaux et économiques du territoire. Elle est une réponse territorialisée, adaptée par et pour l’idéologie des élites locales. La singularité des atouts du département de la Vendée est construite par la stratégie de communication de la SODEV. Elle définit les vendéopôles comme la vitrine économique du territoire. Ils deviennent ainsi l’image idéalisée d’un département où règne l’« excellence d’un climat social33 ». Ils constituent l’élément déterminant d’« un environnement de travail moderne et protégé ». La réponse villieriste repose sur une capacité à produire un imaginaire territorial favorable aux valeurs de l’entreprise. Par ailleurs, elle tend à imposer l’idéal-type d’une régulation politique du département inspirée par les méthodes de gestion manageriale du secteur privé.

  • 34 Selon le Conseil général, les vendéopôles ont créé trois mille emplois, Journal du Conseil général(...)

26Ainsi, la territorialisation d’une idéologie politique peut être la source d’une territorialité ambivalente. La représentation du territoire diffusée par la SODEV repose sur un discours idéologique pour un public ciblé. Il exclut le reste de la population vendéenne et fait croire à un développement uniforme et désintéressé du territoire. L’euphémisation intervient à ce niveau. Par l’utilisation du vocable œcuménique de « vendéopôle », la politique économique territoriale donne à Philippe de Villiers la possibilité de surmonter deux objectifs contradictoires. En direction des investisseurs économiques, elle l’autorise à diffuser un discours sur la promotion de la libre entreprise, et à construire, en creux, une vision communautaire de la population « charmée » par les valeurs libérales de son président. Dans cette perspective, la capacité d’euphémisation de Philippe de Villiers peut s’apparenter à un « travail idéologique de dissimulation du travail idéologique » (Boltanski, 1973). Il s’agit de rendre acceptables les intérêts politiques qui ont présidé à sa mise en œuvre ainsi que de vanter ses effets sociaux. Dans ce sens, l’euphémisation permet de la présenter comme un vecteur de la lutte contre le chômage et pour l’emploi dont il peut s’imputer les gains éventuels34. L’objectif n’est pas d’évacuer la dimension idéologique mais au contraire de rendre plus opérationnel le développement économique autour du label « vendéopôle ». Le rapport au territoire évoqué par le terme sonne comme un rappel aux valeurs du terroir. Il célèbre les racines et l’unité communautaires, soudées dans la promotion de la liberté d’entreprendre, de l’emploi et de la lutte contre le chômage. Il fonctionne comme un moyen de défendre le territoire et de regrouper la population contre l’insécurité sociale extérieure.

Conclusion

27Contre une lecture hâtive de cette étude, il importe de rappeler que toutes les politiques publiques ne contribuent pas à l’imposition des idées politiques des élus locaux. Ces derniers les sélectionnent pour les irriguer idéologiquement. C’est cette sélection que nous avons choisi d’étudier, quitte à produire un effet de loupe en accentuant l’impression de la mise en place sur un département d’une chape de plomb idéologique.

28La Vendée « villieriste » est exemplaire dans la manière dont un président de Conseil général peut modéliser sa politique territoriale. La direction idéologique du département est conduite par une politique culturelle associée à des politiques territorialisées. En effet, l’action culturelle invite à la fabrication d’une vision « puyfolaise » de la communauté territoriale conservée grâce aux valeurs villieristes. Sur un autre versant, les politiques publiques territorialisées, comme l’ADPA et les vendéopôles, mettent en scène une gestion départementale dédiée aux questions familiales et industrielles. La politique départementale vise à réenchanter un territoire dont les autorités mettent en exergue les souffrances et les déficits afin de valoriser les croyances sociales qui fondent leurs solutions politiques.

29La régulation idéologique d’une politique territoriale tend à différencier le territoire par l’imprégnation de valeurs particulières. L’entrepreneur politique mobilise son idéologie pour marquer le territoire. D’une part, l’étiquetage passe par l’institutionnalisation d’un programme territorial dont l’acteur politique maîtrise la production, le contenu et la mise en œuvre. Puis, la labellisation du territoire est légitimée par le recours à des experts scientifiques et l’appel médiatique au public. Ainsi, l’élu local peut territorialiser son credo politique. D’autre part, il peut mobiliser cette idéologie territorialisée pour s’approprier des politiques publiques. Alors qu’elles sont relativement banales, il peut les rendre discriminantes en distinguant certaines catégories sociales du territoire. Autrement dit, à travers l’imputation et l’euphémisation, la (re) formulation des actions territorialisées par les autorités départementales permet de peser sur les contenus décisionnels et de formater un territoire.

30Toutefois, il est rare qu’un acteur local impose une lecture singulière des problèmes territoriaux. Pour le moins, l’occupation d’une centralité décisionnelle rend possible la coloration idéologique de l’action publique. L’attribution collective de ce rôle politique lui confère une faculté à imposer sa vision idéologique à travers les solutions politiques proposées. Pour autant, avec la territorialisation croissante des processus de production des politiques publiques que la décentralisation suscite, l’administration idéologique du territoire emprunte des politiques locales relativement standardisées. Dès lors, bien que la politique territoriale ne soit pas directement adossée au programme du MPF, on peut se demander si la stigmatisation du territoire n’est pas liée également à la mobilisation du modèle villieriste comme une ressource politique partisane à l’échelon national.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alliès (P.), 1991, « Que sont nos notables devenus ? », Autrement, n° 122, p. 112-132.

Bourdieu (P.), 1980, « L’identité et la représentation : éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », Actes de la recherche en sciences sociales, 35, p. 63-72.

Boltanski (L.), 1973, « L’espace positionnel : multiplicité des positions institutionnelles et habitus de classe », Revue française de sociologie, XIV, 1, p. 3-26.

Chaunu (P.), 1994, « Message », La Vendée dans l’Histoire, Paris, Perrin, p. 13-18.

Génieys (W.), 2003, « Le leadership vu du territoire. Pour une sociologie politique de l’action des élus locaux », in Sorbets (C.), Smith (A.), Le leadership politique et le territoire. Les cadres d’analyse en débat, Rennes, PUR, p. 205-227.

Hassenteufel (P.), 1997, « Think social, act local. La territorialisation comme réponse à la « crise de l’État providence » ? », Politiques et management public, 15 (3), p. 3-15.

Heckmann (T.), Gérard (A.), 1994, « L’autre universalisme », Recherches vendéennes, n° 1, p. 5-18.

Le Bart (C.), 1989, L’imputation au maire du développement économique local : l’exemple de trois villes moyennes de l’Ouest intérieur, thèse de doctorat, Université Rennes 1.

Martin (J. -C.), Suaud (C.), 1996, Le Puy du Fou en Vendée. L’histoire mise en scène, Paris, L’Harmattan.

Mériaux (O.), 1995, « Référentiel, représentation (s) sociale (s) et idéologie », in Faure (A.), Pollet (G.), Warin (P.), dir., La construction du sens dans les politiques publiques, Paris, L’Harmattan, p. 49-68.

Palard (J.), Berthet (T.), 1997, « Culture politique réfractaire et décollage économique. L’exemple du Nord-est vendéen », Revue française de science politique, 47 (1), p. 29-47.

Schlegel (J. -L.), 1995, « Philippe de Villiers ou les valeurs de l’enracinement », Esprit, p. 54-67.

Siegfried (A.), 1964, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Armand Colin (1re édition, 1913).

Villiers de (P.), 1989, Lettre aux coupeurs de tête et aux menteurs du bicentenaire, Paris, Albin Michel.

Villiers de (P.), 1990, La chienne qui miaule, Paris, Albin Michel.

Villiers de (P.), 1994, La société de connivence, Paris, Albin Michel.

Villiers de (P.), 1997, L’aventure du Puy du Fou, Paris, Albin Michel.

Notes

1 Dans le journal Le Monde daté du 30 septembre 1996, le journaliste note que, notamment parmi des représentants du milieu industriel, « beaucoup s’élèvent contre l’image déformée, encombrante, et, pour tout dire, passéiste que Philippe de Villiers donne de la Vendée… [cultivant] à l’envie une “mystique vendéenne” ».

2 Industriel et maire UMP des Herbiers, lieu de résidence de Philippe de Villiers, il fonde l’association « Vendée-Vérité » en mai 1988 afin de soutenir financièrement le film « Vent de Galerne ».

3 Ici nous reprenons la distinction entre politique territorialisée et politique territoriale proposée notamment par P. Hassenteufel, (1997, p. 3).

4 La notion de territorialité y est définie comme « la production ou la réactivation de traditions ou encore d’imaginaires territoriaux ». Elle permet ainsi d’envisager le territoire en terme de « représentations collectives » à partir « des interventions et du rôle joué par les élus locaux » (p. 223).

5 Devenu président du département, il déclare : « La période qui s’achève a été la décentralisation. Grâce à Michel Crucis [président du Conseil général de 1970 à 1988], la Vendée a su franchir le cap. Le nouveau, c’est l’Europe et le Marché unique. Mais l’image de la Vendée n’est pas prête pour 1993. » Presse océan, 15 septembre 1988.

6 Conservateur des musées de Vendée jusqu’en 1988, il a également été membre du comité de lancement du spectacle du Puy du Fou.

7 Parmi ces projets, on peut noter : le muséobus, l’achat du château du Puy du Fou, le musée du Puy du Fou, les écomusées de Vendée (Soullans, la Barre des monts, Faymoreau), le train à vapeur du Puy du Fou, la gare-musée des Epesses, et le Centre de documentation sur la contre-révolution dans l’ouest.

8 Presse Océan, 7 septembre 1988.

9 C’est dans ce château que fut arrêté le général de Charette, le 23 mars 1796, marquant ainsi la fin de la première guerre de Vendée.

10 Conseiller général du canton de Luçon, président de la commission des affaires culturelles du département et ancien député européen du MPF.

11 Il s’agit du « Musée vendéen » de Fontenay le Comte, de la « Bourrine du bois Juquaud », le « Musée de Montaigu » et le château de Tiffauges dit de « Barbe Bleue », surnom de Gilles de Rais.

12 En plus du Logis de la Chabotterie (centre de direction de l’école), du musée Milcendeau, du château de Tiffauges, du centre minier de Faymoreau, il faut ajouter le Manoir des Sciences à Réaumur, la Cité des Oiseaux, la réserve biologique de Nalliers-Mouzeuil, le Port du Bec, le centre Aliénor à l’Abbaye de Nieul sur l’Autise et enfin la Maison de la Rivière.

13 Le journal de la Vendée, le mensuel du Conseil général, n° 7, septembre 2003.

14 Mouvement dont il est le fondateur et le président depuis 1991.

15 Site Internet du Conseil général. http://cg85.Org/

16 Voir l’ouvrage collectif : La Vendée dans l’Histoire, Paris, Perrin, 1994.

17 Composé de Yves-Marie Bercé, Alain Besançon, Pierre Chaunu, Alan Forrest, Thierry Heckmann (directeur des archives de Vendée), Maurice Quenet, et Jean Tulard.

18 Parmi les intervenants, on pouvait remarquer : Raoul Girardet, Emmanuel Leroy-Ladurie, Pierre Manent, Pierre Marambaud, Alain Gérard, Jean-Marc Varaut, Reynald Sécher…

19 Synthèse du centre de documentation et de recherche sur la contre-révolution dans l’ouest, de la société d’émulation de la Vendée (créée en 1854) et de son annuaire, il est né en 1994 sur une idée d’Emmanuel Leroy-Ladurie. Dirigé par Alain Gérard et rattaché à l’université de Paris IV-Sorbonne, le CVRH est géré par une association présidée par Olivier Guillot. Son conseil scientifique, initialement présidé par François Furet et Pierre Chaunu, puis par ce dernier et Jean-Pierre Bardet, est essentiellement composé d’universitaires parmi lesquels on peut repérer Yves-Marie Bercé, Alain Besançon, Marie-Thérèse Camus, Roger Dupuy, Alain Erlande-Brandenburg, Robert Favreau, Raoul Girardet, Xavier Martin, Pierre Rézeau, Jean Tulard…

20 Source : site Internet du CVRH : http://histoire-vendee.com

21 Dans cette perspective, il a affirmé, à propos du Puy du Fou : « Sans la communication rien n’aurait été possible », Presse Océan, 7 septembre 1988.

22 Le Tour de France est venue quatre fois en Vendée, au Puy du Fou, en 1993, 1997, 1999 et 2005.

23 Le projet de loi, déposé le 7 mars 2001 devant l’Assemblée nationale dans le cadre de la procédure d’urgence, marque cette volonté gouvernementale unilatérale ou pour le moins son origine étatique et son cadre national.

24 Le texte sera voté en 2e lecture par l’Assemblée nationale le 26 juin 2001 et promulgué au JO le 21 juillet 2001, loi 2001-647 du 20 juillet 2001.

25 Il est fait mention une fois de la politique du RMI à l’occasion des « 10 ans de la loi », cf. Le magazine du Conseil général, Vendée, n° 40, mai 1999. Voir également Le journal de la Vendée, n° 1, janvier 2003 et l’annonce de la baisse du nombre de Rmistes : 5 087 bénéficiaires « contre », à la même date, 7 800 bénéficiaires de l’APA. Concernant le programme ASE, il fait l’objet d’un article uniquement sur le site du Conseil général sous le lien « Social et solidarité ». Depuis le 1er janvier 2002, l’APA fait l’objet d’une présentation permanente sur le site Internet du département. Elle a également été médiatisée par une étude dans le magazine Vendée du Conseil général, n° 50 de décembre-janvier 2002, puis d’un article-bilan, Le Journal de la Vendée, n° 2, février 2003.

26 Ouest France, 8 février 2003. Cf. également le site Internet du MPF et son « Projet pour la France », notamment la partie intitulée « Revaloriser les liens de solidarité envers les aînés », p. 22. Source : http://mpf-villiers.org/

27 Ibid., p. 35.

28 Société d’économie mixte créée en 1966. Son président, Bruno Retailleau, a rencontré Philippe de Villiers à 16 ans dans le cadre du festival du Puy du Fou, dont il est devenu le directeur. Il est membre du comité directeur du MPF, vice président du Conseil général et conseiller régional des Pays de la Loire.

29 Source : site Internet de la SODEV :http://www.business-in-europe.com/vendee/

30 Parmi les six vendéopôles, cinq se situent dans des cantons tenus par le leadership « villieriste » : Vendée sud Loire à Boufféré (Montaigu, circonscription du député vendéen), Beaupuy (sud de la Roche-sur-Yon, Philippe Darniche, membre du MPF), Atlantique (Sainte Hermine, Jean-Pierre de Lambilly, membre du MPF), celui des Essarts (Bertrand de Villiers) et Actipôle (le Poiré-sur-Vie, Paul Bazin, soutien inconditionnel de Philippe de Villiers depuis son accession à la présidence du Conseil général en 1988). A contrario, la Roche-sur-Yon, dominée par Jacques Auxiette, ainsi que la partie nord-ouest du département, le « fief » de Jacques Oudin, représentant départemental de l’UMP, sont dénuées de vendéopôles.

31 Site Internet de la SODEV. On peut y remarquer la participation de Yves Gonnord (PDG de Fleury Michon), Joël Graveleau (PDG des Transports Graveleau) ou encore Annette Roux (PDG des bateaux Bénéteau).

32 Expression utilisée par Yves Tesson, président de la CCI de Vendée en 1986, Presse Océan, 23 avril 1986.

33 Site Internet de la SODEV et le lien : « La Vendée : un environnement propice à l’épanouissement des entreprises et des hommes ».

34 Selon le Conseil général, les vendéopôles ont créé trois mille emplois, Journal du Conseil général, n° 4, avril 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search