Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prêtres des empereurs

 | 
Gabrielle Frija

Conclusion générale

Texte intégral

1Le culte local des empereurs s’est rapidement et profondément intégré à la vie institutionnelle, religieuse et sociale des cités d’Asie. De nombreux éléments convergents expliquent cette intégration, au premier rang desquels le rôle des notables dans la vie des cités grecques. À son origine, le développement des cultes civiques, évidemment conséquence de la nouvelle situation politique créée par la victoire d’Actium, est avant tout le produit de l’activité des grands notables de la province d’Asie – ceux-là même qui fondent le culte provincial de Rome et d’Auguste. Par la suite, le mimétisme et la concurrence entre les cités d’Asie demeurent des éléments majeurs de diffusion des cultes impériaux dans les cités : c’est ainsi que le titre de grand-prêtre se déplace du koinon aux cités et se généralise. Si les cultes impériaux sont un message envoyé aux princes, ils constituent donc également un enjeu de prestige et de pouvoir dans les relations entre les cités de la province d’une part, dans la vie interne des cités d’autre part.

2L’intégration des cultes civiques est autant institutionnelle que religieuse et sociale. Ainsi, la fréquente association entre la grande-prêtrise et les magistratures éponymes place le sacerdoce du culte impérial au sommet des fonctions civiques, mais ne lui donne jamais le premier rang : la grande-prêtrise est ajoutée aux magistratures éponymes, mais ne les remplace pas. De même, le rapprochement entre les cultes locaux et les divinités du culte impérial ancre celui-ci dans la pratique religieuse, sans qu’il concurrence pour autant l’activité religieuse traditionnelle. Sur le plan social, les dirigeants des cités ont trouvé dans les prêtrises et grandes-prêtrises des empereurs une nouvelle occasion d’exposer aux yeux de leurs concitoyens leur richesse, leur appartenance au milieu dominant et leur piété. Les inscriptions en l’honneur des grands-prêtres mettent en avant leurs gestes à l’égard de la cité et les félicitations qu’ils reçoivent sont liées à leurs relations avec la population civique bien plus qu’avec le pouvoir impérial. En ce sens, elles ne se distinguent pas des louanges décernées aux notables pour leurs autres activités publiques. La conséquence en est que les similitudes dans l’organisation institutionnelle et religieuse des cultes civiques s’accompagnent d’une certaine hétérogénéité dans la prosopographie des prêtres des empereurs. Dans la mesure où ces prêtres sont des notables locaux que leur activité dans le culte impérial ne distingue pas particulièrement au sein du milieu dominant de la cité, on ne peut pas parler d’un groupe social cohérent des prêtres des empereurs dans les cités de la province d’Asie, pas plus qu’on ne peut parler d’une classe de notables civiques, mais plutôt d’autant de groupes dominant localement qu’il existe de cités. Les grandes familles qui forment l’aristocratie provinciale sont très minoritaires dans les fonctions du culte impérial local. Finalement, le fait que les prêtres des empereurs soient des « notables ordinaires » est le signe du succès du culte impérial, devenu un nouvel élément de la compétition locale entre les élites civiques.

3Dans la mise en place de ce phénomène, l’époque julio-claudienne est décisive. Dès les règnes de Claude et de Néron, les cultes impériaux sont banalisés et stabilisés au point que l’arrivée au pouvoir de la dynastie flavienne n’ait pas de répercussion dans l’organisation des sacerdoces du culte impérial et ne trouble pas la succession des prêtres locaux, très vite devenue indépendante des événements politiques romains. En effet, la réactivité des cités à la situation de la famille impériale est forte dans les premières décennies du principat, mais devient presque invisible dès la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.-C. : l’émergence des cultes collectifs et des grandes-prêtrises contribue à constituer un culte impérial stable, dont l’organisation ne varie quasiment plus. C’est ainsi que la grande-prêtrise, innovation du début du principat, devient le sacerdoce par excellence du culte impérial, que les variations sur la nomination des divinités du culte impérial disparaissent au profit des cultes collectifs et que se forme un type de culte organisé de façon similaire dans toutes les cités de la province. Il est ainsi légitime de parler d’un niveau civique du culte impérial dont les caractéristiques se retrouvent dans les différentes communautés. Mais cette homogénéité des cultes impériaux civiques s’explique davantage par le mimétisme entre cités et par la stabilité de la province d’Asie sous le Haut-Empire que par des interventions impériales ou des pressions romaines sur l’organisation des cultes locaux, dont nous n’avons pas de trace dans les sources.

4Pour cette raison, bien que les cultes civiques aient une grande homogénéité et constituent bien un niveau particulier du culte impérial, il serait dangereux d’en faire le signe de l’émergence d’une « religion impériale ». Cette notion permet certes de rendre compte de la similitude entre les différents cultes impériaux locaux, mais elle tend à effacer leur dimension civique. Or l’homogénéité des cultes locaux est le produit de phénomènes propres au monde des cités grecques et ne signifie en rien l’émergence de structures religieuses indépendantes du système des cités.

5À la question du lien entre le culte impérial civique et la romanisation, la réponse doit également être nuancée. Les phénomènes d’intégration et d’homogénéisation contribuent incontestablement à uniformiser le paysage des cités grecques appartenant à l’Empire. Mais en cela, les institutions du culte impérial ne se distinguent pas tellement des autres institutions civiques. Le fait que de nombreuses cités aient des stéphanéphores, des prytanes ou des grands-prêtres ne signifie pas qu’elles ont moins d’autonomie ni que le patriotisme local est moins fort qu’auparavant. Certes, l’existence des cultes impériaux locaux est une marque d’appartenance à l’Empire romain et de loyauté à l’égard des empereurs, mais dans le cadre des institutions civiques et sans bouleversement de la vie locale. L’intégration de la grande-prêtrise aux fonctions dirigeantes des cités prouve qu’il n’y a ni méfiance ni résistance des milieux dirigeants des cités envers le culte impérial ; le culte impérial local est un signe de « romanisation », mais seulement au sens où un nouvel élément lié à l’appartenance à l’Empire romain s’ajoute à l’identité civique grecque, sans la remplacer. Cette « romanisation » se fait donc par l’intégration de la nouvelle situation politique et diplomatique dans les structures locales et on ne saurait opposer la vitalité des cités grecques et leur intégration dans l’Empire : la réussite du culte des empereurs romains réside précisément dans le fait qu’il est devenu un élément de la vie locale des cités grecques.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540