Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prêtres des empereurs

 | 
Gabrielle Frija

Chapitre II. Les prêtrises des empereurs dans la vie institutionnelle des cités

Texte intégral

1Comme nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises, les sacerdoces du culte impérial sont le produit de phénomènes à la fois locaux, provinciaux et impériaux. Sur le plan institutionnel, leur caractéristique fondamentale est d’émaner des autorités civiques et de s’intégrer dans la vie locale. Nous nous proposons à présent d’étudier les modalités de cette intégration dans les institutions locales. L’introduction du culte impérial peut en effet entraîner deux phénomènes contradictoires, en modifiant les institutions civiques ou, au contraire, en se calquant sur elles et, de ce fait, en prenant des formes différentes selon les cités. En réalité, ces deux tendances ont existé, mais sur des plans différents. Le culte impérial est à la fois organisé de façon très proche dans toutes les cités, autour de la grande-prêtrise, et intégré dans les pratiques institutionnelles variables de ces différentes cités.

Les caractéristiques institutionnelles des sacerdoces

La grande-prêtrise

Les différents titres et leur utilisation

  • 1 Voir la longue note que L. Robert a consacrée à cette question dès 1966 à partir du dossier d’Aphr (...)
  • 2 I.Didyma 279 l. 10-11 et I.Didyma 152 l. 8-11.
  • 3 TAM V 2, 976 l. 8-9 ; TAM V 2, 979 l. 7 ; TAM V 2, 980 l. 5-6. Sur la question de la grande-prêtri (...)

2Le premier élément d’homogénéité des cultes civiques est l’institution de la grande-prêtrise. Ce point a déjà été abordé dans le premier chapitre : d’origine hellénistique, le titre de grand-prêtre est adopté par le koinon d’Asie et se diffuse dans les cités à partir du règne d’Auguste. Ce n’est qu’à la fin du Ier siècle qu’il semble avoir définitivement détrôné les prêtrises. La fonction est alors si spécialisée qu’il est souvent inutile de préciser l’objet du culte ; les titres de grand-prêtre, grand-prêtre des Augustes, grand-prêtre de la cité ou d’autres, plus rares, sont équivalents1. À Milet, par exemple, M. Ulpius Flavianus Damas et sa femme Iulia Flavianè Glaphyra portent deux titres légèrement différents : ἀρχιερεῖς τῶν Σεβαστῶν, ποιησάντων θεωρίας et ἀρχιερεῖς τῆς πατρίδος ἐπὶ μονομαχίαις καὶ θυορίαις καί ἐπιδόσεσιν2. Dans les deux cas, les spectacles exceptionnels offerts par le couple sont mentionnés ; dans un seul cas cela se traduit par une modification du titre par rapport aux habitudes milésiennes, mais il s’agit bien de la même fonction. De même, Ti. Claudius Socratès Sacerdotianus de Thyatire est qualifié de trois façons différentes dans trois inscriptions : ἀρχιερεὺς τῆς Ἀσίας καὶ τῆς πατρίδος, [ἀρ]χιερεὺς et ἀρχιερεὺς δ[ι]ὰ βίου τῶν Σεβαστῶν ; là aussi, il s’agit d’une seule charge, celle de grand-prêtre du culte impérial – ce personnage ayant également été grand-prêtre provincial3.

  • 4 Par exemple P. Aelius Aurelius Theodorus et Baebia Polychryson de Stratonicée [389, 390], ἀρχιερεῖ (...)

3Le titre qui domine largement est celui de « grand-prêtre » ou de « grande-prêtresse » sans autre mention. Plus de 250 ἀρχιερεῖς et ἀρχιέρειαι, auxquels il faut ajouter 30 ἀρχιερεῖς/ἀρχιέρειαι τῶν Σεβαστῶν, sont attestés dans les cités d’Asie : plus de la moitié des prêtres civiques des empereurs connus porte donc ce titre, utilisé dans presque toutes les cités. Les titulatures plus précises sont l’exception : on relève une quinzaine d’ἀρχιερεῖς τῆς πατρίδος, cinq ἀρχιερεῖς τῆς πόλεως, quatre ἀρχιερεῖς τῶν Σεβαστῶν Αὐτοκράτορων et moins de quinze grands-prêtres portant une titulature plus originale4.

567 repertorium8
  • 9 RPC I 3149 : Eὐμενεῶν Ἰουλίος Κλέων ἀρχιερεὺς Ἀσίας ; RPC I 3150: Ἰουλίος Κλέων ἀρχιερεὺς Eὐμενεῶν (...)

4Des incertitudes demeurent également pour des personnages dits tantôt grands-prêtres et tantôt grands-prêtres d’Asie, ou tantôt grands-prêtres et tantôt asiarques. Si, parfois, cela signifie sans aucun doute qu’ils ont revêtu un sacerdoce civique et un sacerdoce provincial, notamment quand les deux titres apparaissent sur la même inscription, la situation est plus confuse quand les deux titres sont connus par deux documents distincts. Ainsi, Iulius Cleon apparaît sur des monnaies d’Eumeneia parfois comme grand-prêtre, parfois comme grand-prêtre d’Asie9. Dans la mesure où il s’agit d’une même émission monétaire, Iulius Cleon a dû être uniquement grand-prêtre d’Asie, même si ce n’est pas précisé sur toutes les monnaies.

  • 10 Voir par exemple IAph2007 12.1020 l. 6-12 : Μ(άρκου) Oὐλ(πίου) Καρ(μινίου) Κλαυδιανοῦ Ἀσίας ἀρχιερ (...)
  • 11 Ainsi dans I.Ephesos 424, A, l. 1 : Τιβ. [Κλαύδιος Ἀριστίων ἀρχιερεὺς] τῆς Ἀσίας καὶ νεωκόρος μετὰ (...)
  • 12 RPC I 3149-3152. La carrière de Claudia Bereneikè Leainè de Milet pose le même problème d’interpré (...)
  • 13 Ramsay 1895, no 304 (IGR IV, 784) l. 5-7 : [Πρ]οκλιανοῦ Τρύφωνος [ἀρχι]ερέως κα[ὶ] Aἰλ[ι]αν[ῆς] Ῥη (...)

5Parmi les cas difficiles à interpréter, ceux où la grande-prêtrise est exercée par un couple posent des problèmes particuliers. En effet, en règle générale, la nature provinciale de la fonction apparaît pour le grand-prêtre comme pour la grande-prêtresse10 ; mais dans la mesure où il s’agit d’une fonction exercée en commun par un couple, il peut arriver que la référence à la province d’Asie ne soit pas répétée pour la grande-prêtresse si elle apparaît dans la titulature du grand-prêtre, ou inversement11. À Eumeneia, la femme de Iulius Cleon, Bassa, apparaît comme grande-prêtresse sur une des monnaies de la série ; la logique voudrait qu’elle ait revêtu le sacerdoce avec son époux dans la province d’Asie12. À Apamée du Méandre, la mention de la province d’Asie n’apparaît que pour l’épouse du grand-prêtre Proclianus Tryphon, Aelianè Regina, mais les deux personnages ont été grands-prêtres d’Asie ensemble13.

14 repertorium15

Les rapports entre prêtres et grands-prêtres

  • 16 Kantiréa 2007, p. 61-62 (« grand-prêtre, à savoir président du conseil des prêtres municipaux »).

6L’introduction des archiereis dans les institutions civiques pose le problème du rapport entre ce sacerdoce et les autres sacerdoces civiques, exercés par des hiereis. Le préfixe « archi » peut laisser penser qu’une hiérarchie est instaurée entre le grand-prêtre et les simples prêtres, d’autant plus que c’est le terme employé par les Grecs pour traduire les fonctions dirigeantes dans les systèmes de hiérarchie sacerdotale, qu’il s’agisse du grand pontife romain ou du grand-prêtre de Jérusalem. Certains auteurs en ont déduit que le grand-prêtre civique était lui aussi à la tête d’un collège sacerdotal de prêtres du culte impérial, par exemple M. Kantiréa pour l’Achaïe16. Mais aucune source ne va dans ce sens dans la province d’Asie. D’abord, le modèle provincial est celui d’un grand-prêtre qui a un rôle dirigeant dans le koinon – ce qui explique l’équivalence avec le terme d’asiarque – mais n’est pas pour autant accompagné dans ses fonctions de prêtres subalternes ; s’il a pour l’aider dans sa tâche des néocores, hymnodes, théologues ou autres membres de l’administration des temples, il ne se distingue en cela en rien des prêtres de la religion traditionnelle. Ensuite, au niveau civique, les simples prêtres des empereurs disparaissent progressivement au cours du Ier siècle, comme nous l’avons vu ci-dessus.

  • 17 Voir par exemple M. Ulpius Dionysoclès Mentor [358] et Thrason Leon [362], tous deux grands-prêtre (...)

7Même au Ier siècle, il ne semble pas y avoir eu d’organisation pyramidale du culte impérial dans laquelle le grand-prêtre aurait une autorité sur les prêtres ; à Magnésie du Méandre, par exemple, Ti. Claudius Democratès et Ti. Claudius Teimo, respectivement prêtres de Claude et de Néron, sont citoyens romains et ont été désignés comme grands-prêtres d’Asie, alors que le grand-prêtre, Pammenès, est pérégrin et semble être un notable de moindre importance. Enfin, aucune hiérarchie entre les grands-prêtres et les prêtres des cultes traditionnels des cités ne se dégage, comme le montrent par exemple nettement les nombreuses inscriptions commémorant les prêtrises des grands sanctuaires dépendant de la cité de Stratonicée en Carie : à Panamara comme à Lagina, les fonctions les plus prestigieuses, mises en avant dans les inscriptions, restent les prêtrises de Zeus ou d’Hécate. La grande-prêtrise du culte impérial est exercée en début de carrière, parfois très jeune, et il est difficilement imaginable que des jeunes gens, même issus des plus grandes familles stratonicéennes, puissent avoir exercé une autorité sur les puissants prêtres de Panamara ou de Lagina17.

  • 18 Price 1984, p. 58-59, où l’auteur souligne que cette « routinization of charisma », selon ses term (...)

8Plutôt que par une organisation en collège, le développement des grandes-prêtrises s’explique par l’institutionnalisation du culte impérial, de moins en moins lié aux qualités particulières de tel ou tel empereur et de plus en plus indissociable du pouvoir impérial lui-même18 ; au départ lié à la personne et au charisme personnel d’Auguste, le culte impérial s’est stabilisé en devenant un culte collectif des empereurs, ce qu’exprime la diffusion du titre de grand-prêtre.

Durée et mode de transmission des sacerdoces

  • 19 La restitution d’une prêtrise exercée pendant 10 ans à Aizanoi [413] est très incertaine : [στεφ]α (...)
  • 20 Voir infra.
  • 21 C’est par exemple le cas de Menelaos, qui est le premier à avoir été deux fois grand-prêtre à Stra (...)

9Les prêtrises du culte impérial sont en règle générale instituées sur le modèle le plus courant dans la religion civique traditionnelle et ont donc une durée d’un an19. Le lien fréquent entre la prêtrise du culte impérial et la magistrature éponyme le prouve clairement20, comme les formules indiquant que la grande-prêtrise a été exercée plusieurs fois21, ou encore la même année qu’une autre fonction annuelle. À Pergame, un texte de Galien mentionne des grands-prêtres prenant leur fonction l’un en automne, l’autre au printemps :

  • 22 « Le deuxième grand-prêtre qui succéda à celui qui m’avait autrefois chargé de ce soin me confia l (...)

ὁ μετὰ τὸν ἐγχειρίσαντά μοι τοτε τὴν θεραπείαν δεύτερος ἀρχιερεὺς, ὁμοίως καὶ αὐτὸς ἐπίστευσε τὴν ἐπιμέλειαν τῶν μονομάχων μετὰ μῆνας ἑπτὰ μέσους. ὁ μὲν γὰρ πρῶτος περὶ τὴν φθινοπωρινὴν ἰσημερίαν, ὁ δὲ δεύτερος ἀκμάζοντος τοῦ ἦρος ἠρχιερεύσατο. πάλιν δ᾽ ἐπὶ τούτῳ σωθέντων ἁπάντων ὁ τρίτος καὶ ὁ τέταρτος καὶ πέμπτος ὡσαύτος ἐνεχείρισαν μοι τὴν θεραπείαν τῶν μονομάχων22.

10Ce passage ne permet pas de supposer des grandes-prêtrises inférieures à un an ; en effet, dans un autre texte, Galien donne l’été comme saison pour les combats de gladiateurs :

  • 23 « En été, à l’époque où de tout temps chez nous, à Pergame, les grands-prêtres célèbrent ce que l’ (...)

ἐν θέρει, καθ᾽ ὅν καιρὸν ἀεὶ παρ᾽ ἡμῖν ἐν Περγάμῳ τῶν ἀρχιερέων τὰς καλουμένας μονομαχίας ἐπιτελούντων τοὺς κάκιστα τρωθέντας ἐθεράπευσα23.

  • 24 Boudon-Millot 2007, p. xlii-xliv. Sur cet épisode de la vie de Galien, de l’automne 157 à l’automn (...)
  • 25 Nutton 1973 p. 163.
  • 26 Chapot 1904 p. 390-391 ; OGIS 458 l. 14-15 : σχεδόν τε συμβαίνει τὸν αὐτὸν ταῖς ἐν Ἀσίᾳ πόλεσιν κα (...)

11Les concours liés au culte impérial, qui comportaient des jeux romains, devaient bien avoir lieu tous les ans sous la responsabilité du grand-prêtre annuel. Pour comprendre le premier texte de Galien, il faut donc admettre que le premier grand-prêtre n’a pas pu finir son mandat et a été exceptionnellement remplacé au printemps. La période de désignation normale, dans ce cas, serait l’équinoxe d’automne, c’est-à-dire le début de l’année dans le koinon d’Asie depuis l’adoption du calendrier commençant le jour de l’anniversaire d’Auguste, le 23 septembre24. Rien ne permet de déterminer si Galien a exercé ses fonctions auprès de grands-prêtres civiques ou de grands-prêtres provinciaux ; Pergame étant une cité néocore, des concours provinciaux y sont organisés, mais cela n’implique pas qu’il n’y avait pas de concours locaux en l’honneur des empereurs. Les auteurs ont cependant généralement considéré qu’il s’agissait des grands-prêtres de la province d’Asie25. Même si c’est le cas, on peut penser que les grands-prêtres civiques de Pergame étaient eux aussi désignés au mois de septembre, puisque la cité de Pergame a adopté le même calendrier que la province d’Asie. Ce calendrier, malgré la décision du koinon, n’a pas été strictement appliqué dans toutes les cités, mais l’usage de faire commencer l’année en automne semble dominer, en Asie, sur l’usage romain selon lequel l’année commence en janvier – le décret de la province sur la réforme du calendrier mentionne d’ailleurs ce fait26. Les grands-prêtres devaient donc, dans la plupart des cités d’Asie, entrer en fonction au mois de septembre.

  • 27 I.Stratonikeia 293 l. 7-8, à propos de M. Sempronius Clemens [385] : ἐπαγγελλόμενον δὲ ἠρχιερατευκ (...)
  • 28 Voir par exemple I.Stratonikeia 171, 174, 253, 285.
  • 29 IAph2007 11.412 (lettre d’Hadrien) l. 32-33 : ἐπεὶ δε ἦσαν τίνες πολεῖται ὑμέτεροι λέγοντες εἰς ἀρ (...)

12Les sources sont très imprécises sur les modalités concrètes de désignation des prêtres des empereurs. À Stratonicée, il était possible de s’engager à revêtir la grande-prêtrise, comme il était habituel de le faire pour les prêtrises de Panamara et de Lagina ; le fonctionnement de la grande-prêtrise s’est modelé sur celui de la religion locale traditionnelle27. Dans cette cité, les inscriptions honorifiques emploient également un terme qui n’est connu nulle part ailleurs pour indiquer l’exercice passé de la grande-prêtrise, le verbe προαρχιερατεύω, la grande-prêtrise étant devenue un élément de la carrière des notables avant les prêtrises de Zeus à Panamara et d’Hécate à Lagina28. En dehors de ces indications, nous ne savons pas par qui ni comment étaient désignés les grands-prêtres. Les termes employés dans les inscriptions sont très généraux, par exemple προβάλλεσθαι à Aphrodisias29.

13Dans un certain nombre de cas cependant, la règle de l’annalité n’est pas respectée et les prêtres du culte impérial sont prêtres à vie. Ces cas sont plus fréquents au début de la période d’une part, pour des prêtrises vouées à un empereur ou à un membre de sa famille en particulier d’autre part.

  • 30 Assos : Q. Lollius Philetairus [73] ; Bargylia : un anonyme [313] ; Érésos : Ti. Claudius Damarchu (...)
  • 31 IG XII 3, 1116, l. 1-4.
  • 32 Prêtres à vie actifs au Ier siècle av. J.-C. et au Ier siècle apr. J.-C. : Nicias Lucius [420], pr (...)
  • 33 Ainsi dans Iscr. di Cos EV 219 l. 5-8 [8] : ἱερέα διὰ βίου τῶν Σεβαστῶ[ν] καὶ Τιβερίου Κλαυδίου Κα (...)

14Sous Auguste, des prêtres ou grands-prêtres à vie sont attestés à Assos, Bargylia, Érésos, Ilion, Mélos, Milet, Mytilène et Thyatire30. Un nombre non négligeable des premiers prêtres de l’empereur exercent donc leur fonction à vie. Cela s’explique sans doute par le fait qu’ils en sont les fondateurs. C. Iulius Epicratès de Milet, par exemple, a été grand-prêtre d’Asie et grand-prêtre d’Ionie pour un an, mais grand-prêtre de la cité à vie, de même que M. Antonius Attalus Lepidas de Thyatire, C. Iulius Melanippidès d’Ilion ou encore Q. Lollius Philetairus d’Assos. À Mélos, C. Iulius Epianax est honoré d’une statue par le Conseil et le Peuple pour l’ensemble de sa carrière et particulièrement en tant que prêtre d’Auguste et de César à vie : τὸν ἱερέα διὰ βίου γεγονότα κατὰ τειμὴν τοῦ Aὐτοκράτορος Καίσαρος θεοῦ Σεβαστοῦ θεοῦ, καὶ τοῦ πατρὸς αὐτοῦ θεοῦ Aὐτοκράτορος Καίσαρος31. Dans ce texte, la formule κατὰ τειμὴν indique clairement que l’attribution d’un sacerdoce viager est une distinction honorifique. De la même façon, les prêtrises fondées au Ier siècle pour un empereur en particulier ou pour un membre de sa famille sont souvent – mais pas systématiquement – exercées à vie32. Par exemple, à Magnésie du Méandre, trois prêtrises à vie sont consacrées à Claude, Néron César et Agrippine Maior. Comme ces prêtrises « simples » deviennent extrêmement rares à la fin du Ier siècle, le nombre de prêtres ou de grands-prêtres à vie diminue dans les mêmes proportions. Le lien entre prêtrise à vie et personnalité du prêtre se vérifie également à Cos, où C. Stertinius Xénophon est prêtre des Augustes à vie33 ; Tibère et Claude ont eu un autre prêtre à vie, L. Nonius Aristodamus, également prêtre du Peuple, mais C. Stertinius Xénophon est le seul prêtre à vie de l’ensemble des Augustes. Sous le règne de Néron, Attalos est prêtre annuel d’Apollon et des dieux Augustes (ἱερεὺς Ἀπόλλωνος καὶ θεῶν Σεβαστῶν) et, par la suite, la cité instaure des grands-prêtres annuels. La prêtrise à vie de C. Stertinius Xénophon est donc une exception et ne s’accompagne pas d’une modification durable du cadre institutionnel du culte impérial.

  • 34 Prêtres à vie au IIe siècle : A. Claudius Lepidus [414], prêtre de l’Empereur (Aizanoi) ; Glykon [ (...)
  • 35 Apphia [263] : IAph2007 12.609. Grands-prêtres pour un an à la même époque : voir par exemple Ti. (...)
  • 36 Voir infra dans le chapitre 3 pour l’analyse de l’usage de theos dans les titulatures de prêtres.

15Au IIe siècle, en dehors de certains grand-prêtres de Thyatire dont il sera question ci-dessous, les prêtres ou grands-prêtres à vie portent tous un titre qui les distingue de la série habituelle des grands-prêtres34. Il n’est pas toujours possible de savoir s’ils ont contribué à fonder une prêtrise particulière dans des circonstances exceptionnelles, mais leur sacerdoce constitue une rupture dans la succession régulière des grands-prêtres ou se situe en dehors de celle-ci. À Aizanoi, par exemple, A. Claudius Lepidus est « prêtre à vie de l’empereur » (ἱερεὺς τοῦ Aὐτοκράτορος διὰ βίου) ; à Éphèse, Epaphras est « prêtre à vie du dieu Auguste » (ἱερεὺς διὰ βίου θεοῦ Σεβαστοῦ). À Aphrodisias, enfin, Apphia, fille de Théodoros est grande-prêtresse des dieux Augustes à vie. La formule « θεοὶ Σεβαστοί » n’apparaît dans aucune autre titulature à Aphrodisias. Avant et après Apphia se succèdent des grands-prêtres et grandes-prêtresses, éventuellement avec la précision « des Augustes », mais jamais des « dieux Augustes35 ». La prêtrise d’Apphia a donc quelque chose de particulier qui permet qu’elle soit exercée à vie, contrairement à toutes les autres grandes-prêtrises de la cité. Peut-être la formule theoi Sebastoi est-elle, dans ce contexte, une traduction du latin divi Augusti : Apphia n’assurerait qu’une partie du culte impérial, celui des empereurs divinisés36, ce qui expliquerait l’irruption d’une grande-prêtresse à vie dans une série par ailleurs très régulière de grands-prêtres et grandes-prêtresses annuels.

16Il en est de même au IIIe siècle, où Aurelius Styrax d’Érésos est grand-prêtre (annuel) mais également prêtre à vie de Sebastos Ereseos Apollon, divinité originale dont il est le seul prêtre connu. À Kéramos, au milieu du IIIe siècle, apparaît un prêtre à vie d’Auguste, alors que la cité avait des grands-prêtres durant le IIe siècle. Enfin, à Paros, Aurelius Faustus est grand-prêtre à vie de deux Augustes et des Césars : il doit s’agir d’une adaptation de la titulature du grand-prêtre à la situation de l’empire, peut-être à l’époque de Septime Sévère, les Augustes étant l’empereur et Iulia Domna, les Césars Géta et Caracalla.

  • 37 TAM V 2, 980 l. 5-6 : ἀρχιερέα δ[ι]ὰ βίου τῶν Σεβαστῶν [227].
  • 38 Dans les années 120 et 130, Ti. Claudius Menogenès Caecilianus [228], ἀρχιερεὺς τῆς Ἀσίας καὶ τῆς (...)

17Seule la cité de Thyatire a eu plusieurs grands-prêtres à vie aux IIe et IIIe siècles sans que cela soit lié à un sacerdoce original. Le premier d’entre eux, Ti. Claudius Socratès Sacerdotianus, est actif au début du IIe siècle37. Il porte le titre tout à fait classique d’archiereus. Par la suite, plusieurs grandsprêtres du IIe siècle n’exercent que pour un an puis, au début du IIIe siècle, C. Iulius Iulianus Tatianus est grand-prêtre à vie38. L’inscription en l’honneur d’un autre grand-prêtre de Thyatire, M. Iulius Menelaus, est plus ambiguë :

  • 39 TAM V 2, 969, l. 2-11 [234].

. Μενέλαον [τὸν] ρχιερέα καὶ [βού]λαρχον διὰ βίου [τ]ῆς πατρίδος καὶ ἀ[γ]ωνοθέτην, ὑποδεξάμενον Μ. Aὐρήλιον Ἀντωνεῖνον βασιλέα καὶ τρὶς πρεσβεύσαντα πρὸς τοὺς Aὐτοκράτορας προῖκα καὶ ἀρχιερασάμενον39

  • 40 Ainsi W. Dittenberger (OGIS 516) et J. Keil dans les TAM.
  • 41 TAM V 2, 969 l. 13-16 [229] : Ἰουλ(ίου) Διονυσίου ἀσιάρχου Περγαμηνῶν καὶ ἀγωνοθέτου καὶ ἀρχιερέως

18M. Iulius Menelaus est dit une première fois grand-prêtre et boularque à vie de la patrie. Or, la précision « de la patrie » est inutile en ce qui concerne la charge de boularque. Il est donc tout à fait possible de comprendre que l’ensemble « διὰ βίου [τ]ῆς πατρίδος » porte sur les deux fonctions de grand-prêtre et de boularque. Mais un peu plus loin, la grande-prêtrise est de nouveau mentionnée après la référence aux ambassades. La répétition est étonnante et plusieurs auteurs ont considéré que la deuxième grande-prêtrise était provinciale40. Mais dans ce cas, la plupart du temps, les inscriptions précisent qu’il s’agit du culte de la province d’Asie. En outre, le père de C. Iulius Menelaus apparaît comme asiarque et grand-prêtre (civique) dans les lignes suivantes : l’ambiguïté est ici impossible41. Il me semble donc qu’il faut considérer que le terme « διὰ βίου », au début de l’inscription, ne porte que sur la fonction de boularque, même si la précision « τῆς πατρίδος » est inhabituelle. C. Iulius Menelaus a en revanche pu être grand-prêtre trois fois ; il est difficile de savoir si le mot « τρίς » porte uniquement sur les ambassades ou également sur le sacerdoce des empereurs. La répétition de la fonction peut s’expliquer par une volonté de lier les ambassades et le culte impérial, comme nous le verrons ci-dessous, ou indiquer que C. Iulius Menelaus est grand-prêtre l’année où le décret est adopté par la cité.

  • 42 TAM V 2, 950 l. 2-6 [236, 237] : Μ. Aὐρ. Διάδοχον ἱππικόν, τὸν ἀρχιερέα τῆς Ἀσίας ναῶν τῶν ἐν Περγ (...)
  • 43 Pour P. Herz (2003, p. 145-146), la mention de grands-prêtres et agonothètes de la province d’Asie (...)

19La grande-prêtrise de Thyatire n’a donc pas conservé son caractère viager. D’ailleurs, peu de temps après, sous Sévère Alexandre, M. Aurelius Diadochus Tryphosianus et sa femme Aurelia Hermonassa ont exercé des sacerdoces annuels42. À Thyatire, la grande-prêtrise a donc été le plus souvent une charge annuelle, et exceptionnellement une charge à vie. Il est difficile d’expliquer cette alternance par des réorganisations du culte impérial. En revanche, certains personnages particulièrement riches et actifs dans la cité ont pu obtenir le droit d’exercer le sacerdoce à vie, sans que les règles de fonctionnement de celui-ci soient durablement modifiées. Le caractère viager du sacerdoce serait ainsi davantage dû à la personnalité des grands-prêtres à vie qu’à des modifications institutionnelles, de la même façon que les fondateurs de prêtrises en l’honneur d’un membre de la famille impériale, au Ier siècle, ont reçu l’honneur de l’exercer jusqu’à leur mort43.

20L’analyse des cas de transmission des prêtrises du culte impérial dans les familles aboutit à des conclusions assez proches. Il est très rare qu’une hérédité de droit ait été instaurée ; cela ne se produit visiblement que pour des personnages particulièrement éminents.

  • 44 Sur la famille des Tullii de Pergame, Habicht, Alt.v.Perg. VIII 3, p. 164-165 ; Bowersock 1965, p. (...)

21À Pergame, notamment, M. Tullius Cratippus II, petit-fils du philosophe ami de Cicéron, est prêtre de Rome et d’Auguste à titre héréditaire ([ἱερεὺς διὰ] γένους θεᾶς Ῥώ[μης καὶ θε]οῦ Σεβαστοῦ). Il succède à son père M. Tullius Cratippus I, prêtre de Rome et de Salus dans les années 30 (sacerdos Romae et Salutis). Entre les carrières du père et du fils, la titulature du sacerdoce a pourtant été modifiée ; on ne peut donc pas parler d’une prêtrise héréditaire au sens strict. C’est l’importance de la famille des Tullii qui explique que, malgré l’évolution du sacerdoce, M. Tullius Cratippus II puisse être considéré comme le successeur de son père. D’ailleurs, il n’existe en l’état actuel des sources aucun autre prêtre du culte impérial à titre héréditaire à Pergame et les descendants lointains de la famille des Tullii, au IIe siècle, n’ont pas d’activité attestée dans le culte impérial44.

  • 45 Delrieux-Ferriès 2004, p. 513 n. 170 : « L’existence d’un prêtre héréditaire, purement honorifique (...)

22À Mylasa, c’est également le premier prêtre du culte impérial connu, C. Iulius Hybreas, qui est grand-prêtre à titre héréditaire (διὰ γένους). Cette mention est d’autant plus difficile à interpréter qu’elle n’apparaît que sur des inscriptions posthumes. En outre, le père de C. Iulius Hybreas, C. Iulius Leon, n’est connu que par les textes en l’honneur de son fils ; il porte le titre de héros, mais peut-être uniquement en tant que père du grand homme de Mylasa. Il faut donc peut-être interpréter la formule « διὰ γένους » comme un titre honorifique. C. Iulius Hybreas, seul grand-prêtre héréditaire à Mylasa, aurait fondé le sacerdoce d’Auguste et aurait conservé le titre de grand-prêtre sans pour autant exercer réellement la fonction jusqu’à sa mort – dont la date n’est d’ailleurs pas connue avec précision. Mais les descendants de C. Iulius Hybreas n’étant pas connus, on ne peut exclure que la grande-prêtrise soit restée dans la famille d’Hybreas au moins pendant quelque temps45. De même, à Stratonicée, on ne connaît qu’un seul prêtre du culte impérial « à titre héréditaire », Menelaos fils de Paionios. Celui-ci porte deux titres : « ἀρχιερεύς » et « ἱερεὺς τοῦ Σεβαστήου διὰ γένους ». Ce n’est donc pas la grande-prêtrise qui est héréditaire, mais la prêtrise d’un bâtiment de culte d’Auguste, le Sebasteon. Menelaos ayant vécu au début du IIe siècle, il est possible que le Sebasteon en question soit un lieu de culte du seul Auguste, le grand-prêtre annuel étant chargé du culte de l’ensemble de la maison impériale, et que seule la prêtrise liée à Auguste soit l’apanage d’une unique famille.

23En dehors des cas d’Hybreas et de Menelaos, aucun sacerdoce du culte impérial ne semble devenu familial, ce qui est d’ailleurs tout à fait cohérent avec l’annalité des prêtrises. Même dans les cités où les cultes principaux sont héréditaires, on ne trouve pas de tendance particulière à l’hérédité du culte des empereurs.

  • 46 I.Magnesia 164, l. 3 ; IAph2007 12.417, l. 13-14.
  • 47 Parmi de nombreux exemples, voir IG XII 6, 333 (Samos) l. 6-9 : ἔκγονον καὶ προέκγονον καὶ ἀπόγονο (...)

24En revanche, la tendance à la transmission du sacerdoce au sein des grandes familles des cités est très nette. Mais elle s’explique par des raisons sociales bien plus que par un cadre institutionnel. Les familles les plus riches monopolisent le culte impérial, tout comme elles monopolisent l’ensemble des fonctions civiques. Il est ainsi très fréquent que des personnages soient dits grands-prêtres en héritage de leurs pères ou de leurs ancêtres. Les formules comme « ἐκ πατέρων » ou « ἀπὸ προγόνων46 », s’appliquent à toute fonction prestigieuse qui a été exercée par des ancêtres. La mention « διὰ γένους » n’apparaît que dans les trois cas évoqués ci-dessus. Toutes les autres formules sont équivalentes aux références plus développées à des parents grands-prêtres, extrêmement fréquentes, comme « ὑὸς καὶ ἐκγονὸς ἀρχιερέως », « πατρὸς ἀρχιερέως », etc.47.

Prêtresses et grandes-prêtresses

  • 48 La possibilité pour des femmes d’être grandes-prêtresses provinciales à titre individuel et non au (...)

25Comme dans le culte provincial, une grande partie des sacerdoces du culte impérial est exercée par un couple de grands-prêtres, du moins à partir de la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.-C. Il s’agit ici d’essayer de comprendre le cadre institutionnel de ces prêtrises exercées par des couples et de savoir d’une part si toutes les cités ont instauré des grandes-prêtresses, d’autre part si celles-ci exercent une activité indépendante ou uniquement en association avec un grand-prêtre48.

  • 49 Il s’agit d’Akmonia, Aphrodisias, Attouda, Doryleum, Éphèse, Hiérapolis, Iasos, Kéramos, peut-être (...)
  • 50 Voir Antiochis et Asclépiadès à Doryleum [436 et 437] ; Tatarion Polyneikè Apphia et Heracleitos E (...)
  • 51 Parmi de nombreux exemples, voir Hieroclès et Aristoneikè de Kéramos [327 et 328] dans I.Keramos 1 (...)
  • 52 Le cas le plus ancien, en l’état actuel de la documentation, est celui de Ti. Claudius Theophanès (...)
  • 53 Voir supra.
  • 54 À Éphèse, Claudius Metrobius et Claudia Crateia [123 et 124] (I.Ephesos 980 l. 11 : [Κλ. Μη]-τροβί (...)
  • 55 IGR IV, 617; Robert 1940, no 217 ; Drew-Bear 1979, p. 296, no 8. Voir également Iulia Polla d’Aphr (...)
  • 56 I.Kaunos 141 et 142 (bases de statue de Zenon et de Dionysia).

26Les grandes-prêtrises exercées par un couple sont attestées dans une quinzaine de cités49. Il existe également quelques couples de prêtres, mais ils sont beaucoup plus rares50. Lorsque le grand-prêtre et la grande-prêtresse sont honorés ensemble et qualifiés de « grands-prêtres/ἀρχιερεῖς », l’usage du pluriel et la célébration des activités communes du couple ne laisse pas de doute sur le fait qu’ils ont exercé leur fonction ensemble51. Les attestations les plus anciennes des titulatures de grands-prêtres au pluriel peuvent être datées de la deuxième moitié du Ier siècle, à Stratonicée de Carie notamment52. Elles correspondent à la période d’apparition des grandes-prêtrises féminines, en imitation des archiereiai d’Asie53. Mais c’est aux IIe et IIIe siècles que le phénomène devient fréquent dans de nombreuses cités de tailles et de statuts très hétérogènes, par exemple à Éphèse, Kéramos, Parion, Thyatire, Iasos ou encore Aphrodisias54. C’est pourquoi, même lorsque la fonction du couple n’apparaît pas au pluriel mais que le grand-prêtre et la grande-prêtresse portent chacun leur titre, il faut en général comprendre que le sacerdoce a été exercé en commun, que les prêtres soient honorés sur une même inscription comme C. Arruntius Nicomachus et Tullia Valeria à Temenothyrai55 ou qu’ils soient mentionnés sur des documents distincts, comme par exemple Zenon et Dionysia à Caunos56. Sur les 75 grandes-prêtresses connues, près de 30 sont directement en lien avec un grand-prêtre, que le couple porte un unique titre au pluriel ou que chaque personnage ait le sien.

  • 57 IAph2007 12.518 l. 1-6 : ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος ἐτείμησαν καὶ μετηλλαχυῖαν Κλαυδίαν, Κλαυδίου Ἀπολλων (...)
  • 58 I.Magnesia 199 [153, 154]. L’association entre Silicia Chairemonis et Silicius Hieroclès n’est cep (...)

27Dans la majorité des cas, le grand-prêtre est accompagné de son épouse, mais, comme dans le culte provincial, il est également possible qu’il soit secondé par une autre femme de sa famille. Ainsi Claudia Tryphosa Paulina d’Aphrodisias, morte très jeune et non mariée, a probablement été grande-prêtresse avec son père Claudius Apollonius57. À Magnésie du Méandre, Silicia Chairemonis semble avoir exercé la grande-prêtrise avec son frère Silicius Hieroclès, dont elle fait ériger la statue58.

  • 59 Antonia Tryphaina [86] s’est installée à Cyzique après l’assassinat de son mari. Cos : voir Minnis (...)
  • 60 I.Pergamon 523 l. 13-16 [101] : Κλ(αυδίας) Φημίας θυγατέρα, ἱε[ρεία]ς θεᾶς Φαυτείνης καὶ ἐπιτε[λε] (...)
  • 61 IAph2007 12.1002 [246, 247].

28La grande-prêtrise est-elle pour autant nécessairement, et partout, exercée par un couple ? De nombreux grands-prêtres semblent avoir revêtu le sacerdoce seuls. Au Ier siècle, il est certain que les premiers grands-prêtres ne sont pas accompagnés dans leurs fonctions par une femme, puisque la fonction de grande-prêtresse n’apparaît qu’à l’époque de Claude. D’ailleurs, à cette époque, les prêtresses de femmes de la maison impériale exercent elles aussi leur charge de façon indépendante. Antonia Tryphaina a été prêtresse de Livie à Cyzique après la mort de son mari Polemon, roi du Pont, et tout à fait indépendamment de la carrière de son fils Polemon II. À Cos, plusieurs femmes ont été prêtresses d’empereurs dans les deux premiers tiers du Ier siècle, avant l’apparition assez tardive de la grande-prêtrise59. Au IIe siècle encore, Claudia Phèmia de Pergame, prêtresse de Faustine – et non grande-prêtresse – a organisé des spectacles de tauromachie pendant deux jours, visiblement en son nom propre60. L’émergence de sacerdoces communs est donc indissociable du développement des grandes-prêtrises ; ainsi, à Aphrodisias, Aristoclès Molossos et son épouse Ammia sont honorés à l’époque de Tibère par des statues sur la base desquelles ils portent chacun un titre de prêtre du culte impérial. Aristoclès est prêtre de Tibère et Ammia de Livie. Il ne s’agit pas encore d’une prêtrise commune, mais d’une répartition des tâches dans un couple de prêtres qui annonce peut-être l’apparition des grandes-prêtrises exercées à deux61.

  • 62 Van Bremen 1996, p. 133-134.
  • 63 À Pergame ne sont attestées avec certitude que deux grandes-prêtresses : Stratoneikè [96], Aelia A (...)
  • 64 Varinlioğlu 1993, no 4 (= SEG XLIII, 1993, 727).
  • 65 Voir par exemple le dossier de Hieroclès fils de Panaitios [360], connu par huit inscriptions, don (...)

29Par la suite, la tendance est, partout, au développement de telles grandes-prêtrises exercées en commun. Elles semblent être devenues systématiques à Stratonicée ; d’ailleurs, les prêtrises de Zeus à Panamara et d’Hécate à Lagina, probablement sous l’influence des grandes-prêtrises du culte impérial, sont elles aussi revêtues par un couple de prêtres62. Dans certaines cités, au contraire, très peu de grandes-prêtresses sont connues, par exemple à Pergame, Aizanoi ou encore Cos63. Mais il serait imprudent d’en déduire que les grandes-prêtresses n’existaient pas et que le culte impérial n’était assuré que par un grand-prêtre. Ainsi, à Magnésie du Méandre, une seule grande-prêtresse est attestée, Silicia Chairemonis ; mais, dans cette cité, presque tous les grands-prêtres sont connus par des bases de statues d’empereur, soit un seul type de source. Il est possible que, dans le cadre de la dédicace de ces statues, les grandes-prêtresses, si elles existaient, n’aient joué aucun rôle. L’épigraphie de la cité de Stratonicée montre que des types de monuments différents peuvent donner des images très hétérogènes de l’organisation du culte impérial. Dans cette cité, onze des douze grandes-prêtresses ne sont connues que par des inscriptions provenant des sanctuaires de Panamara et de Lagina, c’est-à-dire par des inscriptions gravées à titre privé pour commémorer des prêtrises de Zeus et d’Hécate ; seule Apphia Hierocleia avait une statue dans la cité même64. En revanche, les inscriptions mentionnant des grands-prêtres proviennent à la fois de Panamara, de Lagina et de Stratonicée et sont publiques comme privées65. À Magnésie du Méandre, il est donc tout à fait possible que la domination de bases de statues impériales dans la documentation nous fournisse une image non seulement partielle, mais même faussée de l’organisation du culte impérial. Silicia Chairemonis apparaît d’ailleurs sur l’une des très rares inscriptions privées du dossier des grands-prêtres de Magnésie.

30La disproportion entre le nombre de grands-prêtres et le nombre de grandes-prêtresses est donc très difficile à interpréter. Les inscriptions honorant des hommes sont d’une façon générale beaucoup plus nombreuses que celles qui honorent des femmes. En l’état actuel des sources, il n’est pas possible de prouver que tous les grands-prêtres de toutes les cités, au IIe et au IIIe siècle, étaient accompagnés d’une grande-prêtresse. Les dossiers les plus complets vont cependant dans ce sens et le modèle du couple de grands-prêtres a incontestablement connu une très large extension dans les cités d’Asie, même si rien ne prouve nettement qu’il ait été adopté dans toutes les cités, sans exception.

  • 66 Par exemple à Termessos (TAM III, 83, A l. 2 : [ἀρ]χιερέα Αὐτοκράτορος Καίσαρος Σεβαστοῦ et B l. 2 (...)

31Une des difficultés provient du fait que les fonctions des grandes-prêtresses ne sont pas précisément connues. Dans le culte provincial, il semble que celles-ci aient été chargées du culte des femmes de la maison impériale divinisées. Dans le culte civique, la même spécialisation peut avoir existé ; en dehors de la province d’Asie, on trouve ainsi des « grandes-prêtresses d’Augusta » aux côtés de leurs époux « grands-prêtres d’Auguste66 ». Mais cette spécialisation n’était pas nécessairement systématique : dans les cités, on voit des femmes assurer le culte des empereurs, et des hommes celui de femmes de la famille impériale. L’imitation de la province a dû être autant déterminante que les nécessités strictement cultuelles dans la fondation des grandes-prêtrises féminines. Pour cette raison, des cultes civiques assurés uniquement par des grands-prêtres peuvent s’être maintenus durablement.

  • 67 Voir M. Ulpius Flavianus Damas et Iulia Flavianè Glaphyra [173 et 174], ἀρχιερεῖς τῆς πατρίδος ἐπὶ (...)
  • 68 Milet I 7, 265 [177] ; Van Bremen 1996, p. 77 et 94.
  • 69 Basileis d’Ionie : Herrmann 2002 p. 232-235. Archiereis d’Ionie : id., p. 235-238.

32Inversement, toutes les grandes-prêtresses l’ont-elles été aux côtés d’un grand-prêtre ? À Milet, si le modèle du couple de grands-prêtres existe67, plusieurs grandes-prêtresses apparaissent seules dans des inscriptions qui leur attribuent une riche carrière civique, comparable à celle d’un homme. Une anonyme de la fin du IIe ou du début du IIIe siècle, grande-prêtresse de Milet et du koinon d’Ionie, stéphanéphore, gymnasiarque de plusieurs gymnases, paidonome, chorège, agonothète et kotarque, a fait une carrière si brillante qu’elle reçoit le titre de « τέλειος λειτουργός », exceptionnel pour une femme. On ne lui connaît pas d’époux et tout semble indiquer qu’elle a assuré seule des charges en général réservées aux hommes, notamment celles de paidonome ou de chorège68. Mais la présence de la grande-prêtrise d’Ionie dans la liste de ses fonctions indique qu’une partie d’entre elles ont dû être exercées aux côtés d’un parent. Comme l’a montré P. Herrmann, le koinon d’Ionie désigne un couple de rois et un couple de grands-prêtres69. Même si l’anonyme de Milet a exercé seule certaines fonctions civiques, il est très probable qu’elle a été accompagnée d’un homme pour assurer le culte impérial ionien ; l’inscription, fragmentaire, ne le précise pourtant pas. Il en est sans doute de même pour le culte impérial civique. Même si nous ne possédons pas de détails sur la famille de cette femme, rien ne permet donc d’affirmer qu’elle a été grande-prêtresse de Milet seule.

  • 70 Voir par exemple C. Iulius Zoilos (IAph2007 1.187), Diogenès fils de Menandros (IAph2007 15.261), (...)
  • 71 Parmi les prêtresses du culte impérial, voir Iulia Polla (1) [270], Iulia Polla (2) [281], Aurelia (...)
  • 72 Van Bremen 1996 p. 62, 135 et n. 87, 310-311. Notons que dans une inscription (IAph2007 15.260), A (...)
  • 73 Voir ainsi les statues de Zenon et de sa femme Dionysia à Caunos (I.Kaunos 141 et 142) : chacune d (...)

33À Aphrodisias également, aux côtés d’une majorité de grandes-prêtresses appartenant à des familles de grands-prêtres, quelques représentantes de familles importantes semblent avoir fait une carrière indépendante. Attalis Apphion, notamment, a fait une fondation pour la stéphanéphorie et a été seize fois stéphanéphore, dont de nombreuses fois à titre posthume. Dans ce cadre, elle n’est associée à aucun homme de sa famille et la cité l’honore à titre personnel. Mais malgré ce statut exceptionnel, c’est avec son mari Attalos fils de Menandros qu’elle a revêtu la prêtrise d’Aphrodite ; en effet, les prêtres d’Aphrodite sont des hommes70, tandis que la fonction cultuelle la plus importante pour les femmes est celle d’antéphore d’Aphrodite71. Le fait d’avoir été prêtresse d’Aphrodite est sans doute un privilège important accordé à Attalis Apphion, mais elle ne peut pour autant l’avoir été seule. De la même façon, Attalis Apphion peut avoir été grande-prêtresse avec Attalos, même si les sources sont silencieuses sur ce point72. La possibilité pour des femmes issues de familles éminentes de revêtir à titre indépendant certaines fonctions civiques ne doit pas être automatiquement étendue à tous les aspects de leur carrière. Lorsqu’une femme est dite archiereia sur une inscription qui mentionne également son mari sans qu’il paraisse avoir été grand-prêtre, il reste possible qu’elle ait été prêtresse du culte impérial avant son mariage plutôt que seule, ou simplement que l’accent soit mis sur elle et non sur son mari, particulièrement dans les bases de statues ou les décrets honorifiques73.

  • 74 Voir infra.
  • 75 Claudia Phèmia [101] : I.Pergamon 523. Tata [257] : IAph2007 12.29b.
  • 76 Voir par exemple M. Ulpius Flavianus Damas et sa femme Iulia Flavianè Glaphyra à Milet, ou encore (...)

34L’argument le plus décisif dans le sens de l’absence d’indépendance des grandes-prêtresses me semble être l’absence totale de documents dans lesquels celles-ci jouent un rôle actif dans la cité en tant que grande-prêtresses sans être accompagnées d’un homme. Aucune grande-prêtresse n’apparaît par exemple comme magistrate éponyme dans le cadre de sa prêtrise du culte impérial. À Stratonicée, où les couples de grands-prêtres sont extrêmement fréquents, ce sont toujours les grands-prêtres qui sont éponymes74 ; le hasard de la conservation des sources peut certes être en cause, mais aussi le rôle prééminent du grand-prêtre dans les fonctions les plus liées à l’activité politique, fonctions que les grandes-prêtresses ne peuvent peut-être pas assurer. De même, lorsqu’il s’agit d’organiser les spectacles romains, fonction majeure des prêtres du culte impérial, aucune grande-prêtresse n’apparaît à titre indépendant : la seule femme ayant organisé des spectacles en tant que prêtresse du culte impérial est Claudia Phèmia de Pergame, mais elle a été prêtresse de Faustine, et non grande-prêtresse. Tata d’Aphrodisias est bien louée pour avoir fait des distributions d’huile, mais le lien avec son sacerdoce des empereurs est très incertain ; en outre, elle aussi a été prêtresse des Augustes, et non grande-prêtresse75. Les commémorations de spectacles de gladiateurs sont toujours rapportées à l’action d’un grand-prêtre, seul ou accompagné d’une grande-prêtresse76.

  • 77 Van Bremen 1996 p. 124 et p. 127 sur la famille de Ti. Claudius Socratès Sacerdotianus à Thyatire, (...)

35Les lacunes de la documentation ne permettent certes pas de prouver que toutes les grandes-prêtresses sans exception étaient accompagnées d’un homme dans leurs fonctions. Mais quand les inscriptions nous renseignent de façon précise sur la carrière d’une grande-prêtresse, celle-ci a dans la majorité des cas exercé son sacerdoce aux côtés d’un membre de sa famille ; et seuls les grands-prêtres ou les couples formés d’un grand-prêtre et d’une grande-prêtresse apparaissent dans les activités liées au culte impérial. Tout ceci incite à penser qu’il n’existait pas plus de grande-prêtrise féminine indépendante dans les cités que dans le koinon d’Asie, sans doute précisément parce que les grandes-prêtrises civiques ont été créées en imitation de la grande-prêtrise féminine provinciale. La minorité de femmes très riches et très actives qui semblent indépendantes ne remet pas en cause cette hypothèse, car on ne peut exclure qu’elles aient été accompagnées dans leur grande-prêtrise d’un parent moins célèbre dont la trace est perdue ou qu’elles aient, à titre exceptionnel, représenté seules leur famille dans une fonction du culte impérial, comme cela peut être le cas pour d’autres charges civiques77. Si les prêtresses du culte impérial, essentiellement au Ier siècle, peuvent peut-être l’être à titre individuel, la fonction de grande-prêtresse semble donc en règle générale liée à celle d’un grand-prêtre.

Prêtres et grands-prêtres dans les colonies romaines

  • 78 Sur l’évolution générale des colonies romaines en Asie Mineure, voir Levick 1967 chapitre 7 et, su (...)
  • 79 Parion : Dräger 1993, p. 27 n. 8, Freber 1993, p. 142-143 et Frisch dans l’introduction au corpus (...)

36Les colonies asiatiques ne sont qu’au nombre de deux et l’environnement fortement hellénisé dans lequel elles sont situées a eu un effet majeur sur leurs structures au cours du Haut Empire78. Parion est une colonie césarienne qui a peut-être reçu un nouvel apport de colons à l’époque augustéenne, tandis que la colonie d’Alexandrie de Troade a été fondée par Auguste vers 12 avant J.-C.79.

  • 80 I.Alexandria 41, l. 3-5 à propos d’un anonyme [70] : ἱερέα [τῶν Σεβα](...)
  • 81 Neryllinus [71], flamen Aug(ustorum), I.Alexandria 22 (CIL III, 7071). Un anonyme [72], ἀρχιερεὺς, (...)

37Au Ier siècle, Parion comme Alexandrie organisent le culte impérial conformément aux règles en vigueur dans les colonies romaines, c’est-à-dire autour de flamines, mais, au cours du second siècle, des grandes-prêtrises sur le modèle grec apparaissent. Ainsi, à Alexandrie, un flamen et un ἱερεὺς sont attestés au Ier siècle apr. J.-C. Les deux termes sont alors équivalents80. On trouve encore un flamine à l’époque antonine. Mais dans le courant du IIe siècle ou au IIIe siècle apparaît également un grand-prêtre, qui a remplacé le flamine à une date indéterminée81.

  • 82 Voir L. Flavius et L. Licinius Firmus [80 et 81].
  • 83 Aelius Iulianus et Ofellia Zotikè [82 et 83].

38À Parion, aucune inscription latine ne mentionne de flamen, mais un sacerdos Caes(aris), Vibius, apparaît sur une monnaie d’époque augustéenne. Au Ier siècle, la fonction est traduite en grec : des « ἱερεῖς Καίσαρος » sont éponymes de la cité82. Le culte d’Auguste n’est pas connu dans cette colonie. En revanche, au IIe ou au IIIe siècle, un couple de grands-prêtres dédicace un monument commémorant un spectacle de gladiateurs, de façon tout à fait similaire aux pratiques des cités grecques voisines83.

  • 84 Voir I.Alexandria 44, deux Augustales anonymes [72b et 72c] ; C. Seius Princeps, C. libertus [72],(...)
  • 85 Voir Kantiréa 2007 p. 184-188 pour ce phénomène dans les colonies romaines de Corinthe et de Patra (...)

39Plusieurs affranchis membres d’un collège d’augustales sont connus à Alexandrie aux Ier et IIe siècles84. Mais ce n’est pas le cas à Parion, et les inscriptions ne permettent pas de savoir à quel moment cette institution romaine disparaît des colonies asiatiques. Comme en Achaïe, les colonies romaines d’Asie ont toujours conservé une tradition cultuelle grecque, même lorsqu’elles ont intégré des éléments romains, et, dès le IIe siècle, les formes spécifiquement coloniales tendent à disparaître au profit des formes grecques85.

Les rapports entre les grandes-prêtrises et les institutions civiques traditionnelles

Le lien avec les magistratures éponymes

  • 86 Habicht 1970, p. 146.
  • 87 Mellor 1975, p. 183.
  • 88 On trouve des prêtres ou grands-prêtres en position éponyme à Ancyre de Phrygie [429], peut-être A (...)

40Dans les cités d’Asie, l’association entre les sacerdoces des empereurs et les magistratures éponymes est un phénomène relativement fréquent qui illustre l’importance du culte impérial dans la vie civique, même si le fonctionnement institutionnel des communautés n’en a pas pour autant été profondément bouleversé. À l’époque hellénistique déjà, les prêtres des rois ont été éponymes de certaines cités, mais le phénomène, d’après Chr. Habicht, est resté rare et surtout lié au culte des rois fondateurs de cités86. À la fin de l’époque républicaine, les prêtres de Rome sont parfois éponymes87, mais ce n’est qu’à l’époque impériale que l’association entre culte des souverains et éponymie semble se diffuser : elle est attestée dans au moins quinze cités88.

  • 89 Voir le traité avec Éphèse au début du Ier siècle av. J.-C. (I.Pergamon 268 = OGIS 437) puis, régu (...)
  • 90 Herrmann 1995 p. 22-23, vers 9 av. J.-C. : ἐπὶ στεφανηφόρου καὶ ἱερέως τῆς Ῥώμης Διονυσίου τοῦ Διο (...)
  • 91 TAM V 2, 903, l. 1-5. Une incertitude existe sur la provenance de l’inscription, qui pourrait être (...)
  • 92 TAM V 2, 934.
  • 93 TAM V 2, 940, qui n’est pas datée précisément. Il s’agit d’un décret honorifique du Conseil et du (...)

41Dans les cités où le prêtre de Rome était éponyme, le remplacement de ceux-ci par les prêtres du culte impérial n’est ni immédiat ni systématique. Ainsi à Sardes, après la création de la province d’Asie, une prêtrise de Rome est mise en place, et le prêtre de Rome apparaît régulièrement comme éponyme au cours du Ier siècle av. J.-C.89. Au début de l’époque augustéenne, deux inscriptions montrent que la prêtrise de Rome conserve cette caractéristique et n’est pas remplacée par une prêtrise d’Auguste ni même de Rome et d’Auguste90. Aucune source n’indique d’ailleurs que le prêtre du culte impérial soit devenu magistrat éponyme à Sardes. Il en est de même à Thyatire, où un prêtre de Rome est éponyme à l’époque augustéenne91, alors que la grande-prêtrise des empereurs existe déjà et n’est pas éponyme. Le premier prêtre civique de Thyatire, M. Antonius Attalus Lepidas, est en effet grand-prêtre à vie ; son sacerdoce ne risque donc pas d’être utilisé comme élément de datation92. Une inscription plus tardive confirme d’ailleurs que la prêtrise de Rome reste distincte de celle des empereurs et qu’elle continue à être associée à la prytanie, magistrature éponyme habituelle à Thyatire93. Cette inscription de Thyatire constitue cependant un bon exemple des problèmes posés par l’évolution des formules de datation au début de l’empire. Les premières lignes du décret sont les suivantes :


[].Ν, πρυτάνεως δ[ὲ]
[καὶ ἱ]ερέως τῆς Ῥώμης Ἀνδρ[ο-]
[νε]ίκου τοῦ Μητροδώρου Λεπ[ι-]
[ᾶ], μηνὸς Πανήμου ζ᾽.

  • 94 Herrmann-Malay 2007 p. 58.

42Dans les deux premières lignes, il doit y avoir un autre élément de datation. P. Herrmann propose d’y restituer les consuls romains. Mais, outre que les lignes sont courtes pour avoir contenu deux noms romains, la mention des consuls est rare dans les inscriptions civiques ; il faut peut-être chercher plutôt un élément civique ou une référence directe à une victoire d’Auguste. Il pourrait encore s’agir d’un autre prêtre, ou d’un grand-prêtre provincial, comme c’est le cas à Maionia en 17/16 av. J.-C. au début d’un décret honorifique du Conseil et du peuple94 :

ἐπὶ ἀρχιερέως Θεᾶς Ῥώμης καὶ Aὐτοκράτορος Καίσαρος Θεοῦ υἱοῦ Σεβαστοῦ Eὐκλήους τοῦ Aἰσχρίωνος Μάγνητος ἀπὸ Μαιάνδρου, στεφανηφόρου δὲ καὶ ἱερέως τῆς Ῥώμης Μενεκράτους τοῦ Ἀπολλωνίου Σαβηλου νεωτέρου, τοῦ δὲ Διὸς τοῦ Ὀλυμπίου Φιλίνου τοῦ Μωγέτου, ἔτους ξθ᾽, μηνὸς Λώου κ᾽ κτλ.

43À Maionia, le sacerdoce de Rome est associé à la stéphanéphorie éponyme, comme il l’est à la prytanie à Thyatire, et c’est sans doute à ce titre qu’il apparaît dans une formule de datation, après la mention du grand-prêtre provincial de Rome et d’Auguste.

  • 95 TAM V 2, 1229 (28/27 av. J.-C.).

44Il faut comparer les textes de Thyatire et Maionia à un décret d’Apollonis en Lydie, également daté du début de l’époque augustéenne95 :

ἔτους εἰκοστοῦ καὶ πρώτου τῆς Καίσαρος τοῦ πρεσβυτέρου Aὐτοκράτορος θεοῦ νείκης, τετάρτου δὲ τῆς Καίσαρος τ[οῦ] νεωτέρου Aὐτοκράτορο[ς], θεοῦ υἱοῦ, στεφανηφόρου δὲ καὶ ἱερέως τῆς Ῥώμης Ἀπολλωνίδου τοῦ Aἰσχρίωνος κτλ.

  • 96 Il en est peut-être de même à Priène dans une inscription très fragmentaire : ἐπὶ ἀρχιερέως Ῥώμης (...)

45Dans ces trois cités, le sacerdoce de Rome continue à être associé à la magistrature éponyme de la cité au début de l’époque augustéenne. D’autres éléments liés à la situation politique créée par la victoire d’Auguste apparaissent à Maionia et Apollonis, mais ce ne sont pas, ou pas encore, des prêtrises civiques des empereurs. Dans un cas, ce sont les victoires de César et d’Auguste (Apollonis) et, dans l’autre, le grand-prêtre du koinon d’Asie (Maionia). À Thyatire, les lignes manquantes contenaient peut-être un élément comparable, plutôt que la mention des consuls romains96.

46Dans la période de mise en place du principat augustéen, ces différents textes donnent l’impression d’une hésitation dans la façon d’intégrer la nouvelle donne politique. Là où le prêtre de Rome était déjà éponyme, qu’il exerce en même temps une autre magistrature ou non, il le reste et n’est pas nécessairement remplacé par des prêtrises civiques d’Auguste. En revanche, des références claires à la nouvelle situation sont introduites, par l’imitation de la datation adoptée par le koinon d’Asie ou l’adoption d’ères liées aux victoires d’Auguste ou de César.

  • 97 Wörrle 2000.
  • 98 I.Pergamon 475 : τὸν πρύτανιν καὶ ἱερέα Καίσαρος καὶ ἀγωνοθέτην τῶν τοῦ Σεβαστοῦ παίδω[ν ἐ]κ τῶν ἰ (...)
  • 99 MousBiblSmur II 1 (1875-1876), p. 18, no 105 : Ἐπὶ ἀρ[χιε]ρέως Bάσσου [στε]φανηφόρου.... λίου.... (...)
  • 100 Kolbe 1907, p. 432, no 282, 283, 285 et 286 : Ἐπὶ π(...)
  • 101 Robert 1933a, p. 441 (= OMS I p. 567).

47Ce n’est que dans un deuxième temps que les prêtrises du culte impérial deviennent éponymes dans certaines cités. Le culte de Rome fournit donc un modèle, mais la période de transition peut être assez longue. Dans de rares cas, la continuité est nette, par exemple à Pergame. Dans cette cité, à l’époque hellénistique, le magistrat éponyme était le prytane et prêtre de Philetairos97. Au début de l’empire, Cn. Otacilius Chrestus apparaît comme prytane et prêtre de César98. La continuité entre les cultes de souverains et de César est très nette. Mais rien ne prouve que la grande-prêtrise ait été par la suite associée à la prytanie éponyme. Certes, le grand-prêtre Bassos apparaît en position de magistrat éponyme sur une liste éphébique. Il est alors grand-prêtre et stéphanéphore, mais pas prytane. W. Kolbe proposait d’y voir un grand-prêtre provincial, mais aucun élément ne va dans ce sens99. Dans trois autres listes éphébiques, le grand-prêtre apparaît en tête de l’inscription mais, même si les documents sont très mutilés, il semble que ce soit aux côtés du prytane et non en remplacement de celui-ci. L’éponyme de Pergame, à l’époque impériale, est donc resté le prytane et prêtre100, mais son nom est parfois suivi par celui du grand-prêtre, peut-être parce que celui-ci joue un rôle dans le gymnase101. Les grands-prêtres n’apparaissent en effet dans cette position éponyme que sur des listes éphébiques, et jamais, à ma connaissance, dans d’autres types de documents.

  • 102 TAM V 1, 544 [205] ; Wörrle 1992, p. 356.

48À Maionia, en revanche, la grande-prêtrise civique est liée à la stéphanéphorie au milieu du Ier siècle apr. J.-C. et a sans doute remplacé la prêtrise de Rome, comme l’indique l’inscription honorifique en l’honneur de C. Iulius Machairion102 :

αίον Ἰούλι[ον Μαχαιρί]ωνος υἱὸν [---] Μαχαιρίω[να τὸν ἀ]ρχιερῆ καὶ [στεφανη]-φόρον.

  • 103 Cf. I.Magnesia 169 à 171, 173, 184 à 187, 193, 197, 198, 239 et Nollé 1982 p. 12-58, no 13. La seu (...)
  • 104 Pammenès [137] : ἔδοξεν τῇ βουλῇ καὶ τῷ δήμῳ, γνώμη στρατηγῶν καὶ τοῦ γραμματέως τοῦ δήμου κα[ὶ] ἀ (...)

49Au cours du Ier siècle apr. J.-C., de tels cas d’association entre le sacerdoce du culte impérial et la magistrature éponyme se multiplient dans les cités d’Asie. Ainsi, à Magnésie du Méandre, tous les grands-prêtres sont en même temps secrétaires du peuple à partir du règne de Nerva103. L’évolution qui conduit à cette association semble commencer à l’époque de Claude, quand Pammenès propose un décret au Conseil en tant que grand-prêtre et grammateus. Sous Vespasien, on trouve encore un grand-prêtre qui n’est pas secrétaire, mais c’est la dernière attestation de cette possibilité104.

  • 105 Menandros [375] : [ἐ]πὶ ἀρχιερέως Μενάνδρου τοῦ Στρατοκ[λ]εῦς, ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος καὶ οἱ κατοικοῦ (...)
  • 106 I.Stratonikeia 15 [359].

50À Stratonicée, plusieurs grands-prêtres apparaissent comme magistrats éponymes sans être qualifiés en même temps de stéphanéphores, ainsi Menandros, dans la deuxième moitié du IIe siècle, au début d’un décret honorifique, ou Mentor, au IIe siècle également, en tête d’une liste de magistrats105. Mais d’autres documents attestent une association entre stéphanéphorie et grande-prêtrise des empereurs, notamment un décret de la première moitié du IIe siècle portant, précisément, sur l’éponymie : en l’honneur de Ti. Flavius Menander, prêtre de Zeus Panamaros l’année où le décret a été adopté, le nom du stéphanéphore, éponyme traditionnel de Stratonicée, devra désormais être accompagné de celui du prêtre de Zeus Panamaros106. Or, le stéphanéphore est aussi grand-prêtre :

Ψηφίσματι, ἐπὶ θεοῦ Ἀπόλλωνος τὸ δ᾽, μηνὸς Διοσθεῶνος · [ἔδοξεν Στρατονικέων] τῆς αὐτόχθονος καὶ μητροπόλεως τῆς Καρίας τῇ βουλῇ καὶ τῷ δήμῳ, εἰσηγησαμένου τὴν γνώμην Ἱάσονο[ς τοῦ -, ἐπι]ψηφίσαντος πρυτάνεως Λέοντος τοῦ Φανίου · ἐπεὶ ὁ μέγιστος καὶ ἐπιφανέστατος Ζεὺς Πανάμαρος σώζει τὴν πό[λιν διὰ παντὸς χρόνου, θέ]λουσι δὲ καὶ οἱ εὐσεβέστατοι καὶ φιλοπάτριδες ἄνδρες [ἱ]ερᾶσθαι αὐτοῦ, Τιβέριός τε Φλα(ουίος) Στρατοκλέους υἱός, Κυρείνα, Μέ[νανδρος, ἱερατευκὼς τ]ὸ πρῶτον ἐν Ἡραίοις μετὰ τῆς σεμνοτάτης γυναικὸς Φλαουίας Διομήδους θυγατρὸς Λεοντίδος, τοῦ πρώτου γένους καὶ ἀξιώμα[τος, ἠρχιεράτευκεν ὁ]μοῦ τῶν Σεβαστῶν Aὐτοκρατόρων καὶ ἐστεφανοφόρηκεν τοῦ Ἀπόλλωνος καὶ μετὰ πολλὰ ἀναλώματα τὰ ἐν τῇ ἀρχιερωσύ[νῃ κατεσκεύασεν ἐκ τ]ῶν ἰδίων καὶ μέγιστον ἔργον ἄτρειον βαλανείῳ ὃ δέχεται ἀναλώματος οὐκ ὀλίγας μυριάδας · καὶ ταῦτα ἡδέως [ἐποίησεν ἐμφανίζων] ὅσου μὴν ποιεῖται πρὸς αὐτὸν εὐσέβειαν καὶ θρησκείαν · καὶ πάλιν ἱερατεύει μετὰ τῆς ἀξιολογωτάτης Λεοντί[δος ἐν τοῖς Ἡραίοις, τ]ὰ τείμια τὰ πρὸς τοὺς θεοὺς εὐσεβῶς καὶ τὰ πρὸς τοὺς ἀνθρώπους φιλοτειμότατα ἐκτελῶν ὡς καὶ γυμνασιαρχίαν [τελεῖν μεγαλοπρεπῶς] εἰς τὰ[Παναμά]ρεια, τιθέντα τὸ ἔλαιον ἑλκυστὸν ἐγ λουτ[ή]ρων, καὶ τοῖς Ἡραίοις ὥσπερ τὸ πρῶτον καὶ νῦν πᾶν τὸ πλῆ[θος καλεῖν τῶν ἐλευθέρων καὶ] τῶν δούλων ἐπί τε τοῖς ἄλλοις καὶ ἐπὶ διανομῇ ἀργυρίου · ὅ τε δῆμος ἡμῶν βουλόμενος τὰς ἀξίας [χάριτας ἀποδοῦναι Μενάν]δρῳ καὶ τῇ Λεοντίδι τετείμηκεν αὐτοὺς καὶ δι[ὰ] τοῦδε τοῦ ψηφίσματος, ἐπιβεβόηκέν τε τὸ πλῆθος [εἰς τιμὴν καὶ σεβασμὸν] τοῦ θεοῦ προγράφεσθαι πᾶσιν τοῖς ἐπιδιδομένο[ις ἐγγράφοις τὸ τοῦ θεοῦ ὄνομα καὶ τὸν ἱερῆ · δεδόχθαι [τιμᾶσθαι Φλάουιον Μένανδρ]ον καὶ Φλαουίαν Λεοντίδα ταῖς ἐξαιρέτοις τειμαῖς, ἐπί [τε] τῶν χρηματιζομένων πάντων, ὅταν γραφῇ ὁ τοῦ αὐ[τοῦ ἐνιαυτοῦ στεφανηφόρος, π]ρογράφεσθαι · ἐπὶ ἱερέως δὲ τοῦ ἐπιφανεστάτου θ[εοῦ] Διὸς Παναμάρου τὸ β᾽ Τι. Φλ(αουίου), Στρατοκλέους ὑιοῦ, Κυ(ρίνᾳ), Με[νάνδρου -- ,] ἐπὶ ἀρχιερέως δὲ Σεβαστῶν Aὐτοκρατόρων κ[αὶ στ]εφανηφόρου θεοῦ Ἀπόλλωνος τὸ δ᾽, καὶ πρὸς τὸ λο[ιπὸν πᾶσιν ἐγγράφοις ο]ὕτως προχρηματίζειν τὸ τοῦ Διὸς Πα[ναμάρ] ου ὄνομα καὶ τοῦ γενομένου αὐτοῦ ἱερέως κα[ὶ---ὁμοί]ως τὸν γενόμενον ἀρχιερῆ, τούτου προ[σήκοντ]ος καὶ τῇ πρὸς τὸν θεὸν εὐσεβείᾳ καὶ τῇ πρὸς τοὺς ἄνδρας προθυμίᾳ.

« Décret voté sous la quatrième (stéphanéphorie) du dieu Apollon, le mois de Diosthéon. Décision du Conseil et du peuple de la cité autochtone de Stratonicée, métropole de Carie, sur une proposition introduite par Iason [fils de -], que le prytane Leon fils de Phanias a mise aux voix. Étant donné que le très grand et très visible Zeus Panamaros assure en permanence le salut de la cité, les hommes très pieux et dévoués à leur patrie désirent assurer son culte, et que, pour sa part, Ti. Flavius Menander, fils de Stratoclès, de la tribu Quirina, lorsqu’il était prêtre pour la première fois aux Heraia avec sa respectable épouse Flavia Leontis, fille de Diomedès, descendante d’une famille éminente et très digne, a été en même temps grand-prêtre des Augustes Empereurs et stéphanéphore d’Apollon ; qu’après les nombreuses dépenses effectuées pendant sa grande-prêtrise, il a fait construire à ses frais le grand atrium dans le bain, ce qui ne lui a pas coûté moins de 10 000 (deniers) ; qu’il a fait tout cela très volontiers, manifestant ainsi à quel point il fait preuve de piété et de respect pour les prescriptions cultuelles ; que, de nouveau prêtre pendant les Heraia avec sa très digne épouse Leontis, il accomplit ses devoirs pieusement envers les dieux et généreusement envers les hommes en assurant une gymnasiarchie magnifique pendant les Panamareia, fournissant l’huile puisée dans des bassins, et que, pour les Heraia, maintenant comme la première fois, il invite l’ensemble des hommes libres et des esclaves pour toutes les célébrations et pour une distribution d’argent ; le peuple, voulant accorder à Menander et Leontis des remerciements dignes (de leurs actes), les a encore honorés par ce décret ; la foule a réclamé à grands cris, pour l’honneur et la piété envers le dieu, d’inscrire sur tous les décrets gravés le nom du dieu et celui de son prêtre ; il a décidé d’honorer Flavius Menander et Flavia Leontis par les honneurs exceptionnels et, pour toutes les délibérations, quand on inscrira le nom du stéphanéphore de l’année, d’inscrire avant : “Sous le prêtre de Zeus Panamaros le très visible pour la deuxième fois Ti. Flavius Menander, fils de Stratoclès, de la tribu Quirina, et le dieu Apollon étant stéphanéphore et grand-prêtre des Augustes Empereurs pour la quatrième fois.” Et, à l’avenir, dans toutes les inscriptions, de faire précéder les délibérations du nom de Zeus Panamaros, de celui de son prêtre, et de celui du [stéphanéphore] qui est en même temps grand-prêtre, car ceci convient à la piété envers le dieu et au dévouement envers les hommes. »

  • 107 Aucune inscription, à ma connaissance, ne mentionne un grand-prêtre et un stéphanéphore distincts (...)

51Dans ce décret, le stéphanéphore et grand-prêtre des empereurs est le dieu Apollon, pour la quatrième fois ; ces deux fonctions sont sans aucun doute liées. Le décret ne paraît pas avoir été appliqué de façon rigoureuse : le prêtre de Zeus Panamaros n’est pas systématiquement mentionné comme magistrat éponyme dans les décrets de la cité. Mais le texte prouve qu’à cette époque, le grand-prêtre est en même temps stéphanéphore et partage donc l’éponymie de la magistrature traditionnelle. Dans les textes où le grand-prêtre des empereurs est seul éponyme, il faut sans doute comprendre que la stéphanéphorie est omise, ou sous-entendue, et non que le grand-prêtre a remplacé le stéphanéphore comme éponyme régulier de la cité107.

  • 108 I.Keramos 19 l. 1-2 [327, 328] : Ἱεροκλῆς Ἑρμοφάντου ἀρχιερεὺς καὶ στεφανηφόρος καὶ τρὶς γυμνασίαρ (...)
  • 109 Cousin & Deschamps 1887 p. 306-8, no 1, l. 5-7 (52 apr. J.-C.), Cys [315] : Ἐρατοφάνης Χαρείνου Ῥό (...)

52Ce phénomène d’association entre magistrature éponyme et prêtrise des empereurs apparaît également à Kéramos en Carie, où l’association entre les deux fonctions a pour conséquence que la stéphanéphorie est exercée par un couple de grands prêtres, à Laodicée du Lycos108, et, peut-être, à Cys en Carie, Attaleia en Lydie ou encore Cos109.

  • 110 Stéphanéphore, archonte et archiereus : Mionnet Suppl. VII, p. 505. Archonte : BMC Phrygia 46, 47, (...)

53Outre les inscriptions, les monnaies de certaines cités peuvent illustrer ce phénomène. À Ancyre en Phrygie, sous Philippe I, Philippe II et Otacilie, Aurelius Nicandrus Tryphonianus [429] apparaît sur quatre types monétaires. Sur le premier, sous Philippe I, il est stéphanéphore, archonte et archiereus. Sur les suivants (Philippe I, Otacilie, Philippe II), il est simplement archonte110. Le magistrat monétaire habituel à Ancyre est un archonte ou premier archonte, comme dans beaucoup de cités de la province d’Asie. Ce n’est pas nécessairement le magistrat éponyme, mais le responsable de l’émission monétaire. Aurelius Nicandrus Tryphonianus a revêtu les deux magistratures liées de grand-prêtre et de stéphanéphore, et il est possible qu’il ait été, à ce titre, magistrat éponyme, ce qui serait mentionné sur la première monnaie, sous Philippe I, uniquement l’année où il est stéphanéphore et archiereus. Cela expliquerait la mention simultanée de ces deux fonctions, alors que les autres monnaies de cette période, à Ancyre, sont en règle générale signées par l’archonte ou premier archonte seul. Aucune inscription d’Ancyre ne mentionne de magistrat éponyme pour confirmer ou infirmer cette reconstruction, mais elle explique la mention conjointe de la stéphanéphorie et de la grande-prêtrise.

  • 111 IGR IV, 617 et Drew-Bear 1979 p. 296-298 [458].
  • 112 Nicomachus [458], sous Philippe II : BMC Phrygia 410, von Aulock Phrygia 4001-4003, 4007 et SNG Mü (...)

54La situation est peut-être la même à Temenothyrai, toujours en Phrygie, où deux grands-prêtres sont connus sur des monnaies au milieu du IIIe siècle. Sous Philippe I, un monument de gladiateurs mentionne un « premier grand-prêtre de la patrie », C. Arruntius Nicomachus Tiberinianus111. Cette formule peut certes avoir un caractère honorifique, mais elle peut aussi indiquer que la grande-prêtrise a été créée tardivement à Téménothyrai. Or, peu de temps après, deux grands-prêtres apparaissent sur des monnaies, Nicomachus lui-même et Titianus112 ; la nouvelle grande-prêtrise, créée en remplacement d’une prêtrise simple des empereurs, est peut-être devenue éponyme.

  • 113 Habicht 1970 p. 146 ; BMC Mysia p. 103, no 84 : P. Vibio sac(erdote) Cae(saris) ; I. Parion 5 : Ἐπ (...)
  • 114 CIG 2943 (Syll3 781), l. 1-8.

55Dans toutes ces cités, le prêtre des empereurs ne remplace pas le magistrat éponyme : les deux fonctions sont liées, ce qui intègre profondément le sacerdoce du culte impérial aux institutions civiques et lui donne une très grande visibilité, mais sans bouleverser les institutions locales ni supprimer la magistrature éponyme traditionnelle. En dehors de ces cas, on relève un petit nombre d’exemples d’éponymie de prêtres des empereurs qui ne sont pas en même temps magistrats. À Parion, colonie romaine, le prêtre de César apparaît comme éponyme de la cité sur les inscriptions comme sur les monnaies. Mais il s’agit d’un cas très particulier, puisque la colonie romaine de Parion a été fondée par César. C’est à ce titre que son prêtre a une fonction éponyme, comme les prêtres des rois hellénistiques dans les cités dont ils sont fondateurs113. À Nysa, l’enregistrement d’une lettre du proconsul Cn. Lentulus Augur, en 1 av. J.-C., garantissant l’asylie et l’atélie d’un sanctuaire, est daté à la fois par le prêtre de Rome et d’Auguste, le stéphanéphore, également prêtre à vie de Zeus Capitolin, le calendrier civique, le calendrier romain, les consuls romains et le secrétaire du peuple114 :

[Ἱ]ερέως Ῥώμης καὶ Aὐτοκράτορος Καίσαρος Σεβαστ[οῦ Ἡρακλ] είδου τοῦ Ἡρακλείδου, Μασταυρείτου · στεφανηφόρου Διομ[ή]δους τοῦ Ἀθηναγόρου τοῦ Διομ[ή]δους, ἱερ[έ]ως [Δ]ιὸς Καπετ[ω]λίου διὰ βίου, μηνὸς Γορπιαίου ἐννεακαιδεκάτῃ, πρὸ μιᾶς [ε]ἰδῶν Aὐ[γ]ούστω[ν], Κόσσῳ [Κ]ο[ρ]νηλίῳ Λεντύλῳ καὶ Λευκίῳ Πείσωνι ὑπάτοις · ἐπὶ γραμματέως τοῦ δ[ή]μου Ἡλιοδώρου τοῦ Μαι[αν]δρίου τοῦ Θεοδότου, ἱερέως Τιβερίου Κλαυδίου Νέρωνος διὰ βίου…

« Sous le prêtre de Rome et de l’empereur César Auguste Héracleidès, fils d’Heracleidès, de Maustaura, le stéphanéphore Diomedès, fils d’Athenagoras fils de Diomedès, prêtre de Zeus Capitolon à vie, le 19e jour du mois Gorpiaios, la veille des ides d’Auguste, sous le consulat de Cossus Cornelius Lentulus et de Lucius Pison, et sous le secrétaire du peuple Heliodoros, fils de Maiandros fils de Théodotos, prêtre à vie de Tiberius Claudius Néron. »

  • 115 I.Kymè 19 [74].

56Dans cette longue liste de magistrats devant garantir la lettre du proconsul et les droits du sanctuaire, le prêtre de Rome et d’Auguste joue un rôle de premier plan et n’occupe pas d’autre charge civique habituellement éponyme. De même, à Kymè, entre 2 av. J.-C. et la mort d’Auguste, L. Vaccius Labeo est honoré pour ses bienfaits envers la cité. Le début du décret est perdu mais la datation est mentionnée dans les sept dernières lignes (l. 54-60)115 :

μηνὸς Φρατρίω δεκάτᾳ ἀπιόντος, ἐπὶ ἱερέος τᾶς Ῥώμας καὶ Aὐτοκράτορος Καίσαρος θεῶ υἱῶ θεῶ Σεβαστῶ ἀρχιερέος μεγίστου καὶ πατρὸς τᾶς πατρίδος Πολέμωνος τῶ Ζήνωνος Λαοδικέος, πρυτάνιος δὲ Λευκίω Oὐακκίω Λευκίω υἱῶ Aἰμιλία Λαβέωνος, φιλοκυμαίω, εὐεργέτα, στεφαναφόρω δὲ Στράτωνος τῶ Ἡρακλείδα.

  • 116 Sherk 1991 p. 243.

57On trouve dans ce texte quatre éléments de datation : le mois du calendrier civique, le prêtre de Rome et d’Auguste Polemon fils de Zenon, de Laodicée, le prytane L. Vaccius Labeo et, enfin, le stéphanéphore de Kymè, Straton fils d’Heracleidès. L’éponyme habituel de Kymè est le prytane116 ; la prêtrise de Rome et d’Auguste lui est ajoutée, et non substituée, mais elle précède la prytanie.

  • 117 Il s’agit de Menandros [337]. I.Mylasa 374: Ἐνεδήμησαν δὲ ο[ἵδε] ἐπὶ ἀρχιερέως Μενάν[δρου τοῦ Φι]λ (...)

58Enfin, à Mylasa, dans la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.-C., une inscription enregistrant des nouveaux citoyens est datée par le grand-prêtre civique, ainsi qu’un décret honorant des juges étrangers. Le grand-prêtre est éponyme aux côtés du stéphanéphore ; les deux fonctions sont distinctes et revêtues par des personnes différentes, mais le grand-prêtre est mentionné en premier, comme à Kymè, et semble plus qu’un « faux éponyme117 ».

59Les cas d’éponymie d’un prêtre des empereurs non magistrat sont donc beaucoup plus rares que les cas d’association entre magistrature éponyme et sacerdoce du culte impérial. Par ailleurs, dans tous les cas recensés, sauf à Parion, le prêtre des empereurs est ajouté comme éponyme aux magistrats habituels. En réalité, il s’agit du même phénomène que celui qui a été étudié ci-dessus : la prêtrise et la magistrature éponyme sont associées, même si elles sont revêtues par deux personnes différentes. Qu’il y ait un ou deux magistrats, la relation entre le sacerdoce du culte impérial et la magistrature éponyme est la même : le prêtre des empereurs s’ajoute à l’éponyme traditionnel, mais ne le remplace pas.

60Le rapprochement entre les sacerdoces du culte impérial et les magistratures éponymes, même s’il n’a pas eu lieu partout, montre comment le nouveau culte peut s’insérer dans les institutions traditionnelles des cités. En ce sens, les cultes civiques sont bien des cultes locaux dont l’organisation varie selon les traditions des différentes communautés, même lorsque le titre de grand-prêtre a finalement été introduit partout. Le mélange de caractéristiques locales, susceptibles de variations, et de caractéristiques communes à toutes les cités, est un trait fondamental du culte impérial civique, culte de souverains étrangers mais en même temps culte local.

Les grands-prêtres et l’image de la cité

61Le sens politique et diplomatique du culte impérial a longtemps été le seul aspect mis en avant dans l’historiographie. Le « bon sens », pour un esprit contemporain, conduit à interpréter la mise en place d’un culte de souverain comme un geste de loyauté, voire de flatterie politique. Il s’agit ici d’étudier la validité de cette interprétation en s’interrogeant sur le rôle des prêtres des empereurs comme représentants des cités vis-à-vis de l’extérieur. En effet, si la mise en place d’un culte de l’empereur est une façon de manifester sa loyauté à l’égard du pouvoir romain, on peut s’attendre à ce que les prêtres du culte impérial jouent un rôle spécifique dans la vie diplomatique de l’Orient romain. Les sources offrent deux biais pour aborder cette question ; d’une part, la publicité donnée au culte par sa représentation sur les monnayages locaux et, d’autre part, la mention des prêtres des empereurs sur les inscriptions ou les textes qui témoignent des relations entre les cités et les différents niveaux du pouvoir romain, particulièrement leur présence dans les ambassades.

Les prêtres mentionnés sur les monnaies

  • 118 La diffusion d’une image n’est bien entendu qu’une possibilité offerte aux cités par les monnayage (...)

62Les monnayages civiques sont un moyen privilégié, pour les communautés, de diffuser les thèmes qu’elles souhaitent mettre en avant à l’échelle régionale, vis-à-vis des cités voisines comme du gouvernement provincial romain118. Le culte impérial apparaît sur les monnayages civiques de plusieurs façons, notamment par la représentation des empereurs ou impératrices divinisés et par les allusions aux concours consacrés aux empereurs. Il n’est pas possible, dans le cadre de ce travail, d’étudier l’ensemble de ces manifestations, mais on peut du moins mesurer la place des sacerdoces du culte impérial sur le support monétaire et tenter de déterminer si les prêtrises consacrées aux empereurs font partie des thèmes que les cités diffusent par l’intermédiaire des monnaies. En effet, les prêtres ou grands-prêtres apparaissent régulièrement sur des monnayages civiques ; environ soixante cas ont pu être recensés.

  • 119 RPC VII, 788-792 [455] ; Nollé 1992.
  • 120 Par exemple, à Apamée du Méandre, le magistrat qui apparaît le plus fréquemment sur des monnaies e (...)

63Dans un certain nombre de cas, il est possible de mettre en relation la mention des grands-prêtres et le contexte des émissions monétaires. La mise en relation des légendes comportant le titre d’archiereus et de l’iconographie des monnaies donne parfois des résultats très intéressants, comme l’a montré J. Nollé à propos d’Alexandros de Synnada, au IIIe siècle : Alexandros, archonte, agonothète et archiereus pour la deuxième fois, apparaît sur un monnayage qui représente des spectacles de gladiateurs et des chasses, spécialement autorisés par l’empereur119. Les prêtres du culte impérial sont en effet chargés d’organiser les spectacles de type romain et, plus généralement, un certain nombre de fêtes en l’honneur des empereurs. Ils ne sont pas les seuls à jouer ce rôle, réparti entre prêtres du culte impérial, agonothètes des concours et d’autres magistrats ou liturges, comme les panégyriarques120. Mais dans la mesure où l’organisation de fêtes est une des raisons qui peuvent pousser une cité à produire de la monnaie et où les fêtes en l’honneur des empereurs se multiplient à l’époque impériale, il est logique de voir les grands-prêtres apparaître sur un certain nombre de monnayage commémorant ces fêtes.

  • 121 BMC Lydia 282, no 22, 23; Mionnet IV, p. 143, no 819 [221].
  • 122 ἐπὶ ἀρχιερέως καὶ ἄρχ(οντος) Τατιανοῦ Σιλανδέων (BMC Lydia 282, no 21; Mionnet IV, p. 143, no 818;(...)
  • 123 BMC Lydia 72 ; SNG von Aulock Lydien 2936, 2937 [200].
  • 124 BMC Phrygia 174, no 78-79 ; von Aulock Phrygia 3772, 3787 [434].

64Ainsi, à Silandos (Lydie), à l’époque de Commode, le grand-prêtre Tatianos – connu uniquement par des monnaies – apparaît sur une série monétaire que l’on peut diviser en deux groupes. Dans le premier groupe121, la grande-prêtrise n’apparaît pas sur le revers. Le nom de Tatianos est accompagné de représentations locales, civiques, qui ne renvoient en rien au pouvoir impérial : Dionysos dans un cas, un fleuve divinisé dans l’autre. En revanche, dans le second groupe, la grande-prêtrise est mentionnée et les scènes figurées sur les revers évoquent toutes une victoire impériale : l’empereur à cheval terrasse un ennemi à terre ou avance sur un char, survolé par une Victoire122. Certes, les scènes de bataille sont fréquentes sur les monnaies, mais la mention de la grande-prêtrise peut avoir un lien avec ces représentations de Commode en empereur victorieux. Le monnayage a peut-être été émis à l’occasion de fêtes de type Epinikia, organisées dans la cité de Silandos en l’honneur d’une victoire impériale par le prêtre du culte impérial. La correspondance entre la mention de la grande-prêtrise et les thèmes de la victoire impériale est en tout cas frappante. On l’observe également pour le grand-prêtre Flavius Aelius Priscus à Daldis, en Lydie, où une série monétaire représente tantôt Apollon et une scène de culte devant un temple décoré d’une guirlande – et dans ce cas la grande-prêtrise est mentionnée, tantôt Zeus – la grande-prêtrise est alors omise123. À Cotiaeum en Phrygie, C. Iulius Ponticus est grand-prêtre sur des monnaies représentant un prix pour une victoire dans un concours, et archonte sur une monnaie où apparaît seulement le Peuple et non l’empereur124.

  • 125 von Aulock Phrygia 3181. Il s’agit de Sévère Alexandre à cheval et d’un guerrier parthe à terre [2 (...)

65Dans ces différents cas, il s’agit très probablement d’une seule émission monétaire comportant plusieurs types, et non de plusieurs monnayages faits par un magistrat alternativement grand-prêtre et simple magistrat monétaire. Mais les différents thèmes représentés peuvent expliquer les variations des légendes et l’apparition occasionnelle du sacerdoce du culte impérial. Ainsi, à Silandos, Iulius Aelianus est dit archonte et fils de grand-prêtre sur une monnaie figurant l’empereur terrassant un ennemi125 ; il n’a lui-même semble-t-il pas été prêtre de l’empereur. La mention du sacerdoce de son père peut être liée au thème du monnayage – mais on ne peut exclure qu’elle s’explique uniquement par le prestige de cette fonction.

  • 126 RPC Online no 1700, 2093, 2095, 2120-2123, 2130, 2133, 2138, 2139, 2977, 3322, 8644, 9793, 9794, 9 (...)
  • 127 Sur ce terme, voir Ziegler 1993 p. 134. De nombreux liturges monétaires sont attestés à Laodicée, (...)
  • 128 On trouve sur les droits le Sénat romain (ἱερά Σύνκλητος, RPC Online 2121, 2123, 2130) ; le Peuple (...)
  • 129 On trouve des représentations du Sénat romain (RPC Online 2120, 2977), du Conseil (9988) et d’Héra (...)
  • 130 En outre, on ne voit pas de quelle victoire impériale il pourrait s’agir à cette période pour Marc (...)
  • 131 Διὰ Κλ(αυδίου) Διοσκουρίδου Λαοδικέων/Ἐπινίκιος. Le temple a quatre colonnes (RPC II 1284, 1286, 1 (...)
  • 132 RPC Online 9988 : temple à huit colonnes ; RPC Online 8644 : temple à dix colonnes.

66La situation est beaucoup moins claire à Laodicée du Lycos où, à l’époque d’Antonin, le grand-prêtre P. Claudius Attalus apparaît sur un monnayage très riche. Sur six des dix-huit types connus, P. Claudius Attalus est dit grand-prêtre (« ἀνεθήκεν ἀρχιερατεύων »)126. L’usage du participe présent ne laisse aucun doute sur le fait que Claudius Attalus est grand-prêtre au moment du monnayage et semble indiquer un lien avec le financement de l’émission monétaire ou la dédicace signalée par le verbe « ἀνεθήκεν127 ». Les thèmes des monnaies comportant cette légende n’ont pourtant rien à voir avec l’empereur, qui n’est même pas représenté sur le droit128. Sur un autre groupe de monnaies apparaît le terme Epinikion, qui renvoie en général à la victoire impériale : « ἐπινίκιον ἀνεθήκεν ». Mais là aussi, les représentations omettent totalement l’empereur129. Sur toute la série, Marc Aurèle César apparaît seulement sur trois types, avec, au revers, le verbe « ἀνεθήκεν » seul. Antonin est absent de cette série. Le terme « Epinikion », employé au singulier, renvoie plutôt à la dédicace d’une statue ou d’un temple qu’à une fête, en général appelée Epinikia au pluriel130. À Laodicée du Lycos, on trouve déjà ce terme sous Domitien avec une représentation de temple131, et certaines monnaies de Claudius Attalus représentent elles aussi deux temples132. En outre, le terme « ἀνεθήκεν » peut désigner aussi bien la liturgie monétaire que la dédicace d’un bâtiment. La situation est loin d’être claire, mais l’explication est peut-être que Claudius Attalus, en tant que prêtre du culte impérial, est intervenu dans un ou plusieurs temples du culte impérial à Laodicée – ou, peut-être, dans des temples voués à des divinités traditionnelles mais où le culte impérial est pratiqué – sans référence à un événement précis dans la vie politique de l’empire. Il peut s’agir d’une réorganisation du culte civique de Laodicée et non de la célébration d’une victoire impériale. L’absence d’Antonin laisse supposer que le culte rendu par Claudius Attalus a plutôt pour destinataire Marc Aurèle que l’empereur lui-même : les monnaies ont pu être frappées après la désignation de Marc Aurèle comme César en 139. Celui-ci porte d’ailleurs toujours le cognomen Verus, ce qui indique une date assez précoce. Ces hypothèses ne peuvent être vérifiées, mais il paraît impossible de ne pas établir un lien entre l’usage du participe présent « ἀρχιερατεύων » et le monnayage.

67Les représentations figurées sur les monnaies ne sont pas la seule clé possible pour interpréter le lien entre la présence du titre de grand-prêtre et le monnayage. D’ailleurs, comme le rappelle l’exemple de P. Claudius Attalus de Laodicée, l’organisation des fêtes n’est pas la seule fonction des prêtres du culte impérial à laquelle les monnaies peuvent faire référence. Certaines titulatures des prêtres présents sur les monnaies doivent être des allusions à des événements civiques liés au culte impérial, même s’il n’est pas toujours possible de les connaître précisément.

  • 133 RPC I 2449, 2450 : Μάγνητες ἀπὸ Σιπύλου, Σεβαστῶι. Le datif indique qu’il s’agit d’une dédicace ; (...)
  • 134 Voir Wolters 2002 : 40 cités de l’empire ont frappé des monnaies représentant Caius et Lucius Césa (...)

68Ainsi, à Magnésie du Sipyle, le prêtre d’Auguste Dionysios Kilas apparaît sur une monnaie d’Auguste133. Sur le droit sont représentés l’empereur et Livie ; sur le revers, Caius et Lucius César, face à face. Il faut mettre ce monnayage en relation avec les nombreuses célébrations organisées par les cités d’Asie à l’occasion des consulats de Caius et Lucius et, plus généralement, en réaction à la politique dynastique d’Auguste. Les monnaies représentant Caius et Lucius Césars, en imitation du fameux denier augustéen qui leur est consacré, sont fréquentes dans la province134. Il est en revanche plus rare de trouver en même temps Livie. Le type très dynastique de la monnaie de Magnésie du Sipyle s’accorde parfaitement avec la mention du prêtre d’Auguste. Il n’est malheureusement pas possible de savoir si ce monnayage s’accompagne à Magnésie d’autres honneurs, cultuels ou non, aux fils adoptifs d’Auguste ; même si une émission monétaire a toujours des motifs avant tout économiques, elle peut avoir permis de donner de la publicité à un culte civique des héritiers désignés du prince.

  • 135 RPC I 2366 : Τιβέριον [Σεβαστὸν ?] Περγαμηνοί - A (ὖλος) Φούριος ἀρχ[ιερ]ατεύων [94].
  • 136 RPC I 3018, 3019 : Γαίος Καῖσαρ/Φιλαδελφέων Μέλανθος ἱερεὺς Γερμανικοῦ. L’hypothèse d’une aide imp (...)

69Sous Tibère, à Pergame, le grand-prêtre A. Furius apparaît sur un monnayage représentant Tibère sur le droit et le temple de Rome et d’Auguste sur le revers. Ces mentions sont peut-être liées à l’attente d’un second néocorat au début du règne de Tibère, comme le suggèrent les éditeurs du Roman Provincial Coinage135. À Philadelphie, c’est un prêtre de Germanicus, Melanthos, qui apparaît lors de la reprise du monnayage civique sous Caligula après la période de reconstruction suite au tremblement de terre dévastateur de 17 apr. J.-C. À la même période, la cité prend le nom de Neocaesarea. La mention du prêtre de Germanicus est donc un aspect de l’activité civique en matière de culte impérial. Il est possible que Caligula ait aidé la cité à reprendre la frappe monétaire et que Melanthos ait joué un rôle dans la négociation de cette aide136.

  • 137 Voir la liste des magistrats monétaires dans TAM V 1 p. 30. Aurelius Attinas [217] : ἐπὶ Aὐρ(ηλίου (...)
  • 138 Ainsi, à Smyrne sous Gordien, un sophiste sur une monnaie : SNG Cop. no 1398, ἐπ(ὶ) στρ(ατηγοῦ) Κλ (...)
  • 139 Eumeneia : RPC I 3149-3152 : Iulius Cléon et Bassa, grands-prêtres provinciaux. Un autre couple de (...)
  • 140 RPC Online no 598, 853 à 856, 859 à 863, 6833 [273].
  • 141 IAph2007 12.1111. Pour la distinction entre les monnayages de M. Ulpius Carminius Claudianus et de (...)

70Ces exemples montrent que les sacerdoces des empereurs peuvent être utilisés pour diffuser une image des honneurs cultuels que la cité rend aux empereurs. À côté de ce phénomène, cependant, de nombreux prêtres et grands-prêtres apparaissent sur les monnaies sans que cela semble lié à des événements ou des contextes comme ceux qui ont été évoqués ci-dessus. Ainsi, à Saittai, en Lydie, Aurelius Attinas est qualifié de grand-prêtre et premier archonte sur une monnaie de l’époque d’Élagabal. Or, les monnaies de Saittai mentionnent habituellement uniquement le premier archonte. Les seules exceptions sont les monnaies d’Aurelius Attinas, d’Aurelius Septimius Iollas, premier archonte et fils d’asiarque sous Philippe I, et d’Aurelius Aelianus Attalianus, premier archonte, fils de chevalier et d’asiarque, également sous Philippe I137. Les monnaies, comme les inscriptions, peuvent servir à revendiquer une ascendance prestigieuse ou à mettre en avant un titre important sans lien avec l’émission monétaire138. Le prêtre du culte impérial qui apparaît sur ces monnaies a bien eu une responsabilité dans le monnayage, il a été magistrat monétaire, mais cela n’a pas de lien avec son sacerdoce des empereurs, qui est simplement rappelé en tant que magistrature prestigieuse. C’est ainsi que s’explique également la mention des prêtrises du culte impérial provincial, qui ne peut avoir de rapport institutionnel avec un monnayage civique. C’est le cas dans plusieurs cités de Phrygie, à Eumeneia sous Néron, à Alioi sous les Antonins, ou encore Stectorium au IIIe siècle139. À Attouda, M. Ulpius Carminius Claudianus I a financé une émission monétaire sous les Antonins140. Originaire de cette cité, M. Ulpius Carminius Claudianus s’est installé à Aphrodisias, où il a été grand-prêtre civique. Sur les monnaies d’Attouda, il ne porte pas ce titre et n’a visiblement exercé aucun sacerdoce civique des empereurs dans sa cité d’origine ; en revanche, son père, qui a lui aussi financé un monnayage à Attouda, est dit « asiarque » sur des monnaies141.

  • 142 RPC II 1222-1224 (MacDonald 1992, no 49, 50, 41) : ἐπιμεληθέντος Φλαβίου Μύωνος ἀρχιερέως [258]. C (...)
  • 143 RPC I 2384-2391 [201]. Sur l’Artémis Persique, voir L. Robert 1976b, p. 29-30.
  • 144 RPC I 3187 : ἐπὶ Ἀρτέμωνος ἀρχιερέως ; RPC I 3188 : ἐπὶ Ἀρτέμωνος τροφέως ; RPC I 3189 : Ἀρτέμωνος (...)

71La mention d’un sacerdoce des Augustes peut donc « cacher » une liturgie monétaire qui n’a pas de rapport avec le culte impérial. À Aphrodisias, dans la deuxième moitié du Ier siècle, Flavius Myon, grand-prêtre, a été responsable d’une émission monétaire dont les représentations sont entièrement civiques142 : l’empereur n’est même pas représenté sur le droit, qui comprend un buste du Peuple. Il en est de même à Hiérocésarée, en Lydie, où une série monétaire, sous Néron, est signée par Capito, parfois avec son titre de grand-prêtre, et représente l’Artémis Persique, populaire dans la région143. L’exemple d’Artemon à Synnada illustre clairement la possibilité d’une utilisation des monnaies par les dirigeants de la cité pour mettre en avant leurs titres les plus prestigieux. Sur une série de l’époque de Claude connue par trois types, Artemon porte deux titres différents : archiereus et tropheus. Artemon a dû exercer une liturgie en rapport avec l’approvisionnement de la cité, peut-être dans une période de pénurie, et recevoir des remerciements publics lui octroyant le titre de « nourricier ». Les deux titres de grand-prêtre et de tropheus sont également prestigieux et apparaissent tous les deux sur les monnaies144.

72L’étude des mentions de sacerdoces civiques sur les monnaies amène donc à une conclusion nuancée. Si le contexte qui conduit à une émission monétaire nous échappe souvent en grande partie, plusieurs indices permettent de penser que les prêtres des empereurs peuvent jouer un rôle à divers niveaux : dans la négociation pour obtenir le droit d’émettre un monnayage, comme à Philadelphie sous Caligula ou dans l’organisation de célébrations qui rendent l’émission nécessaire. Cependant, non seulement les grands-prêtres sont bien entendu très loin d’être majoritaires parmi les magistrats monétaires, mais ils peuvent également avoir joué dans le monnayage un rôle sans rapport avec leur fonction dans le culte impérial ; la mention de leur sacerdoce a alors une dimension honorifique. L’utilisation des monnaies pour donner de la publicité aux sacerdoces publics est donc possible, mais reste rare. Ce n’est que dans des contextes particuliers, tels qu’une fête ou une réorganisation du culte impérial, que les prêtres du culte impérial sont mentionnés sur les monnayages civiques – c’est-à-dire désignés comme magistrats monétaires par la cité. En d’autres termes, les cités n’utilisent pas les sacerdoces dans l’image qu’elles renvoient d’elles-mêmes à travers les monnaies en dehors de contextes très précis.

Prêtres et ambassades

  • 145 Pour une liste des ambassades envoyées par les cités d’Asie auprès des empereurs, voir le catalogu (...)
  • 146 Prêtres ou grands-prêtres ayant été ambassadeurs : à l’époque augustéenne et au Ier siècle apr. J. (...)

73Les ambassades auprès du proconsul ou de l’empereur sont un moyen privilégié de négociation des statuts et privilèges des cités pendant toute l’époque impériale145. Si le culte impérial est un moyen de prouver sa loyauté politique, il faut s’attendre à ce que les prêtres des empereurs jouent un rôle dans les négociations, donc dans les ambassades. Or, la prosopographie des prêtres du culte impérial montre que seuls 26 prêtres ont également été ambassadeurs et, surtout, que leurs ambassades ne sont qu’exceptionnellement liées à leur prêtrise des empereurs146.

  • 147 IG XII 6, 7 avec la riche bibliographie sur cette inscription. Voir particulièrement l’édition et (...)
  • 148 Milet VI 3, 1044.
  • 149 I.Assos 26; Herrmann 1968, p. 105-107 et 123, no 3. Le serment est daté uniquement par les consuls (...)

74Un lien direct entre le sacerdoce du culte impérial et l’ambassade est certain dans le cas de C. Iulius Amunias, qui a dirigé une ambassade de la cité de Samos destinée à prêter serment à Auguste. Ce prêtre d’Auguste, de Caius César et d’Agrippa est en tête de la liste des membres de l’ambassade ; il est accompagné par des néopes d’Auguste, probablement chargés de l’entretien du temple voué au princeps. Outre la prestation de serment, les représentants de Samos doivent informer Auguste des décisions prises en son honneur par la cité et sacrifier à Jupiter Capitolin et peut-être à d’autres dieux romains147. À Milet également, le grand-prêtre est le principal responsable de la prestation de serment à Auguste ; il est accompagné dans cette tâche par d’autres magistrats, mais joue le premier rôle148. Cependant, dans les autres serments à l’empereur connus, les prêtres du culte impérial n’interviennent pas. Dans le serment d’Assos, par exemple, prêté en 37 apr. J.-C., l’inscription ne désigne les ambassadeurs chargés d’aller à Rome prêter serment au nom de la cité que par leur nom, sans qu’aucune fonction particulière soit mentionnée149. La présence des prêtres de l’empereur n’a rien d’obligatoire, car d’autres magistrats peuvent tout à fait sacrifier et prêter serment au nom de la cité.

75Les prestations de serment ne sont pas la seule occasion pour laquelle les prêtres des empereurs sont des ambassadeurs possibles, si ce n’est privilégiés. À Aphrodisias, le décret honorifique pour Myon, prêtre de Nerva, associe les « premières ambassades » dont il a fait partie et la prêtrise de Nerva :

  • 150 IAph2007 11.508 col. 1, l. 8-10 : « Il a parfait sa jeunesse en faisant preuve de générosité lors (...)

[ίαν] καὶ ἐν αἷς ἐφιλοτιμήσατο πρώταις πρεσβείαις τε καὶ ἱερατείᾳ θεοῦ Νέρβα παρασκόντα χρήσιμον ἑαυτὸν τῇ πατρίδι150.

  • 151 IAph2007 11.508 col. 2, l. 5. Ziethen 1994, p. 207 (« Grußgesandtschaften? ») [260].

76Peritas Myon, prêtre de Titus et père du précédent, ayant lui aussi été ambassadeur plusieurs fois151, il est probable que Myon a accompagné son père à Rome pendant le règne de Nerva. Sa désignation comme prêtre de celui-ci est peut-être liée à sa participation aux ambassades. Il n’est cependant pas possible de connaître précisément en quoi ont consisté les résultats positifs de ces ambassades.

  • 152 I.Keramos 14 l. et Şahin 1995, p. 33 n. 48 ; Crampa 1988, p. 603 [326].

77À Kéramos, le stéphanéphore [Di]ophantos a lui aussi conduit une ambassade à Rome qui semble liée au culte impérial152 :

[ιον]υσίου, ἐν τῆι λαμ[πρᾷ στε]-φαν[ηφορί]ᾳ αὐτοῦ, καὶ ἐν τού[τωι τὴ]ν εἰς τοὺς Θεοὺς Σεβαστοὺς καὶ τὸν συμ οἶκον αὐτῶν καὶ εὐσεβείαν καὶ εὐχαριστίαν αὐτοῦ ὁ δῆμος [ἀ]ποδέδεκται, καὶ ἐν ἧι ἐτέλεσεν εἰ[ς Ῥ]ώμην αὐτεφοδίῳ πρεσβείᾳ πρὸς τὸν Σεβαστὸν Τιβέριον Καίσαρα, καὶ νῦν μετὰ τῆς πάσης χαρᾶς καὶ προθυμίας, ἅ ἐπηνγείλατο τοῦ τῆς στεφανηφορίας αὐτοῦ ἐνιαυτοῦ, δίνα[ρια] ὀκτακόσια δίδωσιν καθὼς ἡ β[ο]υλὴ καὶ ὁ δῆμος προτ[ε]θύμηται ε[ἰ]ς τὰς τοῦ Σεβαστοῦ Τιβ[ε]ρίου Καίσαρος τειμὰς, εἰς τὸ μέγιστον καὶ ἐπιφανέστατον ἀνάθημα τῆς π[ό]λεως, εἰς τὴν κατασκευ[α]ζομένην στοὰν διπλῆν ἐν τῆι ἀ[γο]ρᾶι ὑπὸ τῶ[ν] ἐν ἀρχῆι στρατηγῶν τ[ῶν] σὺν Ἰασικρ[ά]τηι Διονυσοδώρου · κ[υρω]θὲν δὲ τὸ [ψ]ήφισμα ἔδοξε ἀναγ[ρα]φῆναι ἐν [στή]ληι λευκολίθωι ἐν [τῇ κα]τασκευαζ[ο]μένῃ Σεβαστῆι σ[τοᾶι].

« Dans sa gymnasiarquie somptueuse, exercée de façon volontaire, qu’il a effectuée avec son très vertueux frère Dionysios, ainsi que dans sa brillante stéphanéphorie, ainsi que dans (son action présente), le peuple a eu la preuve de sa piété et de sa reconnaissance envers les dieux Augustes et toute leur maison, ainsi que pendant l’ambassade à Rome qu’il a menée à ses frais auprès d’Auguste Tibère César ; maintenant encore, avec une joie totale et avec empressement, il a donné les 800 deniers qu’il avait promis l’année de sa stéphanéphorie, comme l’avait souhaité le peuple, pour les statues d’Auguste Tibère César, pour une très grande et magnifique dédicace de la cité, la construction du portique double sur l’[agora], qui sera faite par les stratèges présidés par Iasicratès fils de Dionysodoros ; le décret ayant été confirmé, on a décidé de le faire inscrire sur une stèle blanchie (placée) dans le portique Auguste qui est réparé. »

  • 153 Ziethen 1994, p. 213.
  • 154 Supra.

78Dans cette inscription, il est bien question d’une ambassade à Rome ayant conduit à honorer l’empereur dans la cité, peut-être au moment de l’avènement de Tibère153. Certes, rien ne renvoie directement à un culte des empereurs ; il s’agit d’honneurs (« τειμαί »), de la construction d’un double portique « auguste », et non de temples ou de sacrifices. En outre, [Di]ophantos n’est pas dit grand-prêtre du culte impérial. Mais il est probable que la stéphanéphorie et le sacerdoce des empereurs sont liés à Kéramos comme dans d’autres cités154. Le voyage de [Di]ophantos à Rome constitue donc peut-être un exemple du rôle possible des prêtres du culte impérial lors des ambassades, mais il reste étonnant que la grande-prêtrise ne soit pas mentionnée.

79Dans le cas de M. Iulius Menelaus de Thyatire également, il est possible qu’ambassade et culte impérial aient eu un rapport :

(ιον) Μενέλαον [τὸν] ρχιερέα καὶ [βού]λαρχον διὰ βίου [τ]ῆς πατρίδος καὶ ἀ[γ]ωνοθέτην, ὑποδεξάμενον Μ. Aὐρήλιον Ἀντωνεῖνον βασιλέα καὶ τρὶς πρεσβεύσαντα πρὸς τοὺς Aὐτοκράτορας προῖκα καὶ ἀρχιερασάμενον […], ἐπὶ πρεσβεί τῆι πρὸς [Ἱερ] οκαισαρέας, ἡ πατρίς.

  • 155 TAM V 2, 969 [234].

« M. Iulius Menelaus, grand-prêtre, boularque à vie de la patrie et agonothète, qui a accueilli le roi (basileus) Marc Aurèle Antonin, a été trois fois ambassadeur auprès des empereurs à ses frais et grand-prêtre […] ; la patrie (l’a honoré) pour son ambassade à Hiérocésarée155. »

  • 156 IGR IV, 791, l. 12-16 [431].

80Dans ce texte, la répétition de la mention de la grande-prêtrise semble liée aux trois ambassades. C’est d’ailleurs pour une ambassade à Hiérocésarée que la cité remercie C. Iulius Menelaus. Enfin, P. Manneius Ruso d’Apamée du Méandre a mené une ambassade en lien avec les spectacles dont étaient responsables les grands-prêtres156 :

πρεσβεύσαντα πρὸς τοὺς Σεβαστοὺς περὶ τῶν συνφερόντων πραγμάτων καὶ ἐπιτύχοντα τὰς παρὰ τῶν ἀρχιερέων φιλοδοσίας.

  • 157 Robert 1940, p. 276 n. 1.

81Il a sans doute obtenu l’autorisation de l’empereur pour l’organisation de combats de gladiateurs157. Mais les fonctions exercées par P. Manneius Ruso au moment de l’ambassade ne sont pas très claires. Il n’est pas dit lui-même grand-prêtre et, s’il l’a probablement été, son rôle dans l’ambassade n’est pas explicitement lié à cette fonction. L’autorisation de l’empereur a visiblement un caractère général et ne porte pas particulièrement sur des spectacles organisés par P. Manneius Ruso.

  • 158 I.Kibyra 41, l. 1-8; Ziethen 1994, p. 248-249 [407].

82En dehors de ces quelques cas, les circonstances des ambassades auxquelles ont participé des prêtres du culte impérial sont soit inconnues, soit sans lien explicite avec leur sacerdoce. Par exemple, dans le décret honorifique pour Q. Veranius Philagrus de Kibyra, ses quatre ambassades, menées à ses frais, ont eu des résultats très importants, mais il est difficile d’établir un lien avec son sacerdoce de l’empereur158 :

ου[ᾳ Φίλαγρ] Ọν ἱερέα Ἀετῆς διὰ ίου, πρεσβεύσαντα δωρεὰν τε[άκις] πρὸς τοὺς Σεβαστοὺς [εἰς Ῥώ]μην καὶ περὶ μεγάλων πραγμάτω ἐπιτυχόντα, καὶ ἐγδικήσαντα δημοσίας ὑποθέσεις πολλὰς καὶ μγάλ[ς], ἐξ ὧν ἱκανὸν ἀργύριον ἐχώρησεν εἰς τὸν τισμὸν τῆς πόλεως, καὶ δημοσίους δούλους ἐγνεικήσαντα ἑκατὸν ἑπτὰ καὶ κτῆσιν Κομ[..]ρα, καὶ ἱερέα γενόμενον Καίσαρος Σεβαστοῦ καὶ ἐπιδόντα τῇ πόλει ἐπὶ ἱκανὰ ἔτη διαδόματος εἰς εὐωχίαν Καισαρίων δραχμὰς Ῥοδίας πεντάκις μυρίας τετάκις χειλίας, καὶ δανείου δέκα μυρίαδας Ῥοδίας χαρισάμενον, οἷς ὁ δῆμος ἠθέλησεν, καὶ καταλύσαντα συνωμοσίαν μεγάλην τὰ μέγιστα λυποῦσαν τὴν πόλιν · ἅ δὲ ἦν ἀνανκαιότατα τῶν ἐν ταῖς πρεσβείαις ἐπιτευχθέντων, ᾐτημένον ἀπὸ Τιβερίου Κλαυδίου Καίσαρος ἀπεσκευάσθαι Τιβέριον Νικεφόρον πράσοντα τὴν πόλιν καθ᾽ ἕκαστον ἔτος δηνάρια τρισχείλια καὶ λαμβάνοντα, καὶ τὴν τοῦ σείτου πρᾶσιν γείνεσθαι ἐν τῇ ἀγορᾷ κατὰ ζεῦγος μοδίων ἑβδομήκοντα πέντε ἐκ πάσης τῆς χώρας.

« [Le peuple a honoré] Quintus Veranius [Philagrus], fils de Troïlus, de la tribu Clustumina, prêtre à vie de la Vertu, qui a été ambassadeur à ses frais auprès des Augustes à Rome quatre fois et a remporté des succès dans des affaires importantes, qui a été avocat dans des causes publiques nombreuses et importantes et en a retiré suffisamment d’argent pour la fondation de la cité ; il a obtenu le retour de 107 esclaves publics ainsi que le droit de propriété sur Kom[…] ; il a été prêtre de César Auguste et a donné à la cité 54 000 drachmes rhodiennes pour assurer le banquet des Kaisareia pendant un grand nombre d’années ; il a placé 100 000 drachmes rhodiennes dans un prêt à intérêt pour l’usage que le peuple voudra en faire ; il a déjoué une grande conspiration qui nuisait beaucoup à la cité ; ce qui a été le plus utile de tout ce qu’il a obtenu pendant ses ambassades, c’est qu’il a obtenu de Tibère Claude César que l’on soit débarrassé de Tiberius Nicephorus, qui exigeait 3 000 deniers par an et se les appropriait ; et que, de tout le territoire, 75 modii de blé par joug soient vendus sur l’agora. »

83Dans ce texte, la formule « ἱερέα γενόμενον Καίσαρος Σεβαστοῦ » semble introduire les générosités mentionnées aux lignes suivantes, c’est-à-dire les dons de Philagrus au moment des Kaisareia, plutôt que conclure les louanges liées aux ambassades au début du texte. Par la suite, le développement sur l’ambassade qui a permis la condamnation de Ti. Nicephorus n’a pas davantage de rapport explicite avec le sacerdoce de l’empereur. Certes, Q. Veranius Philagrus a été prêtre de Claude, c’est-à-dire précisément de l’empereur qui a condamné Ti. Nicéphoros à la suite d’une ambassade ; mais, si Philagrus avait été envoyé à Rome en tant que prêtre de l’empereur, on peut penser que cela serait précisé dans l’inscription. Il est plus probable que c’est pour remercier Claude de sa décision que la cité a fondé un culte en son honneur et que Q. Veranius Philagrus n’est pas allé négocier la décision au sujet de Ti. Nicephorus en tant que prêtre de Claude, mais l’est devenu après.

  • 159 I.Stratonikeia 1025 (Stratonicée), l. 5-13 [365].

84L’inscription en l’honneur de T. Flavius Aeneas de Stratonicée est construite d’une façon similaire : après le développement sur l’ambassade, le grand-prêtre est loué pour avoir donné des spectacles coûteux159. Ces deux moments de sa carrière sont tout à fait distincts :

πρεσβεύσαντος πρὸς τοὺς Σεβαστοὺς ἰς Ῥώμην καὶ μετὰ τῶν ἄλλων καὶ τὰς διανομὰς τῇ πατρ[ί]δι ἐπιτυχόντος, ἀρχιερατεύσαντος μεγαλοπρεπῶς, ἐν ᾗ ἀρχιερωσύνῃ κ[αὶ] μονομαχίας καὶ κυνήγια σ[υ]νετέλεσεν.

« Ambassadeur à Rome auprès des Augustes, il a obtenu, en plus du reste, des distributions au profit de la patrie ; grand-prêtre avec munificence, il a organisé pendant sa grande-prêtrise des spectacles de gladiateurs et de chasses. »

  • 160 IAph2007 12.308, l. 9-17 [254].

85C’est également le cas pour Adrastos d’Aphrodisias : celui-ci, souvent ambassadeur, a été avocat de la cité, mais dans le récit de sa carrière, cet épisode est mentionné bien après la grande-prêtrise160. Que l’ordre des fonctions exercées par Adrastos soit chronologique ou non, la charge d’ekdikos et celle de grand-prêtre n’ont visiblement aucun rapport :

λιπῶς, στεφανηφορήσαντα δίς, ἀγωνοθετήσαντα τρίς, ἀγορ[α]ομήσαντα τετράκις, κτίστην, ρεσβεύσαντα πλεονάκις [ὑπὲρ τ]ῆς πατρίδος, γενόμενον ἔ[κδι]ον δημοσίων πραγμάτων…

« Il a été grand-prêtre des Augustes, gymnasiarque deux fois et a fourni l’huile en abondance et en permanence, stéphanéphore deux fois, agonothète trois fois, agoranome quatre fois, fondateur, souvent ambassadeur au nom de sa patrie, et avocat dans des affaires publiques. »

  • 161 I.Stratonikeia 1029 [360].
  • 162 Voir I.Stratonikeia 1028 (décret honorifique) et I.Stratonikeia 115, 227, 261, 629, 667, et 531a ( (...)

86Dans la plupart des cas, les prêtres portent simplement le titre d’ambassadeur sans lien visible avec leur fonction dans le culte impérial. La participation aux ambassades fait partie des tâches assurées, et parfois financées, par les notables des cités, dont certains ont également été prêtres du culte impérial, mais la correspondance s’explique par des raisons sociales plutôt que par un rôle spécifique des prêtres de l’empereur dans les relations avec les princes. Ainsi Hieroclès de Stratonicée a joué un rôle important après le tremblement de terre qui a touché une partie de l’Asie Mineure sous le règne d’Antonin le Pieux161. En outre, en son absence, ses fils ont été prêtres de Zeus à Panamara, ce qui implique des dépenses très importantes s’ajoutant à celles de l’ambassade. Or, Hieroclès et ses deux fils ont été grands-prêtres des empereurs, mais cela n’est jamais mis en rapport avec le rôle diplomatique de celui-ci dans les nombreuses inscriptions en leur honneur162. C’est bien davantage la générosité de Hieroclès et sa capacité à financer une partie importante de la vie civique qui sont louées.

  • 163 Ainsi à Cos, les prêtres du culte impérial ne sont pas présents lors de l’ambassade de congratulat (...)

87Le culte impérial local pouvant être annoncé à l’empereur mais ne nécessitant pas d’autorisation, les prêtres du culte impérial n’ont pas de rôle juridique précis et ne sont pas des ambassadeurs privilégiés, si ce n’est parce que le rang social des prêtres et celui des ambassadeurs sont proches. Inversement, le culte impérial n’étant pas assuré que par les prêtres des empereurs, ceux-ci ne sont pas nécessairement présents lors des ambassades destinées à féliciter les princes pour leur avènement ou leur prêter serment au nom de la cité163.

Conclusion L’intégration du culte impérial dans les institutions civiques

88L’analyse des sacerdoces des empereurs d’un point de vue institutionnel permet de dégager deux caractéristiques complémentaires des cultes impériaux civiques. La cohérence culturelle et administrative de la province d’Asie conduit à une grande homogénéité dans l’organisation des cultes locaux au terme d’une évolution qui s’étend cependant sur tout le Ier siècle apr. J.-C. Les variations locales, effacées par l’usage du titre de grand-prêtre, sont préservées par d’autres moyens : l’association avec les magistratures éponymes, les images diffusées par les cités sur leurs monnaies. Les sacerdoces civiques sont ainsi à la fois semblables dans toute la province et insérés dans des contextes locaux particuliers.

89En revanche, il ne paraît pas possible de repérer de rôle politique spécifique des prêtres des empereurs dans les relations entre les cités d’Asie et Rome. En ce sens, les sacerdoces des empereurs ont une dimension avant tout locale. En effet, si le culte impérial fait partie des éléments de communication, voire de négociation, entre les communautés locales et les princes, les prêtres sont loin d’en être les seuls représentants : les nombreuses manifestations du culte des empereurs dans les cités ne sont pas le fait des seuls prêtres. L’étude des sacerdoces offre donc un éclairage sur le fonctionnement du culte impérial, mais ne saurait le décrire dans son intégralité.

90En outre, pour les prêtres, l’exercice d’un sacerdoce du culte impérial est avant tout une charge locale et un moment dans une carrière civique, davantage qu’une façon d’être désigné pour représenter la cité aux yeux des autorités romaines, surtout lorsque les sacerdoces cessent d’être adaptés à la situation politique de l’empire à partir de la fin du Ier siècle apr. J.-C. et que les grandes-prêtrises l’ont emporté sur les simples prêtrises. Il reste à vérifier si l’étude de la dimension religieuse et sociale des sacerdoces confirme cette première conclusion.

Notes

1 Voir la longue note que L. Robert a consacrée à cette question dès 1966 à partir du dossier d’Aphrodisias (Ant. Class. 35 p. 414-415 n. 3 = OMS VI, p. 38-39). Des études récentes sur des régions précises vont dans ce sens, par exemple celles de J.-Y. Strasser (2001) pour la Cilicie et de M. Kantiréa (2007) pour l’Achaïe.

2 I.Didyma 279 l. 10-11 et I.Didyma 152 l. 8-11.

3 TAM V 2, 976 l. 8-9 ; TAM V 2, 979 l. 7 ; TAM V 2, 980 l. 5-6. Sur la question de la grande-prêtrise à vie, voir infra.

4 Par exemple P. Aelius Aurelius Theodorus et Baebia Polychryson de Stratonicée [389, 390], ἀρχιερεῖς τῶν θεῶν Σεβαστῶν. Voir la carte 1 en annexe.

5 Alt.v.Perg. VIII 3, 20 [99]. Quadratus n’apparaît d’ailleurs pas dans le catalogue de D. Campanile (1994 et 2006). Il ne s’agit pas du consul C. Antius A. Iulius Quadratus (PIR2 I 507), mais de l’un de ses fils.

6 Par exemple, dans une inscription de Maionia, le grand-prêtre Euclès est bien grand-prêtre provincial même si la province d’Asie n’est pas mentionnée : sa titulature est celle utilisée par le koinon, et, surtout, c’est un citoyen de Magnésie du Méandre et non de Maionia (ἐπὶ ἀρχιερέως Θεᾶς Ῥώμης καὶ Aὐτοκράτορος Καίσαρος Θεοῦ υἱοῦ Σεβαστοῦ Eὐκλήους τοῦ Aἰσχρίωνος Μάγνητος ἀπὸ Μαιάνδρου, Herrmann & Malay 2007, 58 l. 1-4).

7 I.Ephesos 3072, l. 3-6 [129].

8 Rossner 1974 p. 138.

9 RPC I 3149 : Eὐμενεῶν Ἰουλίος Κλέων ἀρχιερεὺς Ἀσίας ; RPC I 3150: Ἰουλίος Κλέων ἀρχιερεὺς Eὐμενεῶν. En outre, l’authenticité du no 3150 est mise en doute par les éditeurs du RPC.

10 Voir par exemple IAph2007 12.1020 l. 6-12 : Μ(άρκου) Oὐλ(πίου) Καρ(μινίου) Κλαυδιανοῦ Ἀσίας ἀρχιερέως καὶ ἀρχιερέως καὶ Oὐλ(πίας) Κλ(αυδίας) Καρ(μινίας) Προκλῆς, θυγατρὸς πόλεως, Ἀσίας ἀρχιερείας, δὶς ἀρχιερείας.

11 Ainsi dans I.Ephesos 424, A, l. 1 : Τιβ. [Κλαύδιος Ἀριστίων ἀρχιερεὺς] τῆς Ἀσίας καὶ νεωκόρος μετὰ Ἰουλίας Λυδίας Λατερανῆς ἀρχιερείας καὶ θυγατρὸς Ἀσίας ; ou encore I.Cos 141, l. 4-12 : Νεμερίου Καστρικίου, Λευκίου Πακωνιανοῦ, ἀσιάρχου καὶ Aὐρηλίας, Σαπφοῦς Πλάτωνος, Λικιννιανῆς, ἀρχιερείης, γυναικὸς αὐτοῦ.

12 RPC I 3149-3152. La carrière de Claudia Bereneikè Leainè de Milet pose le même problème d’interprétation : alors que son mari est asiarque, elle est simplement « grande-prêtresse et stéphanéphore » (I.Didyma 249 l. 7-14 : Ἀντων[ί]ου Ἀπολλοδ[ώ]ρου ἀσιά[ρ]χου καὶ Κ[λ(αυδίας)] Bερεν(εί)κ[ης] Λεαίνης ἀ[ρ]χιερείας κ(αὶ)[στε]φανηφόρ[ου]). La présence de la stéphanéphorie, fonction locale, oriente vers un sacerdoce civique, mais, comme pour le couple formé par Iulius Cleon et Bassa, le plus probable est qu’il s’agit d’une fonction provinciale exercée en commun par les deux époux. La rareté de l’usage du féminin pour le terme asiarque renforce ici l’ambiguïté.

13 Ramsay 1895, no 304 (IGR IV, 784) l. 5-7 : [Πρ]οκλιανοῦ Τρύφωνος [ἀρχι]ερέως κα[ὶ] Aἰλ[ι]αν[ῆς] Ῥη[γ]είν[ης Ἀ]σίας ἀρχιερέων.

14 I.Ephesos 681, l. 2-6 [117].

15 Campanile 1994, p. 24-25.

16 Kantiréa 2007, p. 61-62 (« grand-prêtre, à savoir président du conseil des prêtres municipaux »).

17 Voir par exemple M. Ulpius Dionysoclès Mentor [358] et Thrason Leon [362], tous deux grands-prêtres alors qu’ils étaient encore enfants.

18 Price 1984, p. 58-59, où l’auteur souligne que cette « routinization of charisma », selon ses termes, ne signifie pas une moindre vitalité du culte impérial.

19 La restitution d’une prêtrise exercée pendant 10 ans à Aizanoi [413] est très incertaine : [στεφ]ανηφόρος καὶ ἀγωνοθέτης [καὶ ἱερεὺς δεκαέτη]ς ( ?) μὲν τῶν ὁμοβωμίων θεῶν Σεβασ[τῶν, δ]ιὰ βίου δὲ τῶν βουλαίων (IGR IV, 556 l. 1-3).

20 Voir infra.

21 C’est par exemple le cas de Menelaos, qui est le premier à avoir été deux fois grand-prêtre à Stratonicée [353]. Dans la même cité, voir également Ti. Claudius Laenas [355], grand-prêtre et stéphanéphore quatre fois, ou encore Chotis [354], grande-prêtresse trois fois.

22 « Le deuxième grand-prêtre qui succéda à celui qui m’avait autrefois chargé de ce soin me confia lui aussi pareillement cette charge après un intervalle de sept mois. Le premier des grands-prêtres prit ses fonctions à l’équinoxe d’automne, le deuxième au milieu du printemps. À nouveau, après celui-ci, comme je les avais tous maintenus en vie, le troisième, le quatrième et le cinquième me chargèrent sans changement du soin des gladiateurs » (traduction V. Boudon-Millot), Sur les médicaments composés selon les genres III, 2 (Kühn XIII, 600, 8).

23 « En été, à l’époque où de tout temps chez nous, à Pergame, les grands-prêtres célèbrent ce que l’on appelle les combats de gladiateurs, et où j’ai soigné ceux qui étaient très grièvement blessés » (traduction V. Boudon-Millot), Commentaire aux Fractures III, 21 (Kühn XVIIIB, 567, 16).

24 Boudon-Millot 2007, p. xlii-xliv. Sur cet épisode de la vie de Galien, de l’automne 157 à l’automne 161, voir Schlange-Schöningen 2003, p. 106-127 ; Nutton 1973, p. 162-164.

25 Nutton 1973 p. 163.

26 Chapot 1904 p. 390-391 ; OGIS 458 l. 14-15 : σχεδόν τε συμβαίνει τὸν αὐτὸν ταῖς ἐν Ἀσίᾳ πόλεσιν καιρὸν εἷναι τῆς εἰς τὴν ἀρχὴν εἰσόδου.

27 I.Stratonikeia 293 l. 7-8, à propos de M. Sempronius Clemens [385] : ἐπαγγελλόμενον δὲ ἠρχιερατευκότα τῶν Σεβαστῶν.

28 Voir par exemple I.Stratonikeia 171, 174, 253, 285.

29 IAph2007 11.412 (lettre d’Hadrien) l. 32-33 : ἐπεὶ δε ἦσαν τίνες πολεῖται ὑμέτεροι λέγοντες εἰς ἀρχιερωσύνην ἀδύνατοι ὄντες προβεβλῆσθαι. À Cyzique, le terme employé pour Antonia Tryphaina [86] est tout aussi vague : λαβοῦσα παρὰ τῆς πόλεως ἱερητείαν (IGR IV, 144, l. 5).

30 Assos : Q. Lollius Philetairus [73] ; Bargylia : un anonyme [313] ; Érésos : Ti. Claudius Damarchus [22] ; Ilion : C. Iulius Melanippidès [74] ; Mélos : C. Iulius Epianax [25] ; Mytilène : Potamon [28] et son fils et successeur C. Claudius Diaphenes [29] ; Thyatire : M. Antonius Attalus Lepidas [223].

31 IG XII 3, 1116, l. 1-4.

32 Prêtres à vie actifs au Ier siècle av. J.-C. et au Ier siècle apr. J.-C. : Nicias Lucius [420], prêtre de Sebastè Eubosia (Akmonia) ; Aristoclès Molossos [246], prêtre de Tibère (Aphrodisias) ; Claudia Metrodora [2], prêtresse d’Aphrodite Livie (Chios) ; L. Nonius Aristodamus [9], prêtre de Tibère, de Claude et du peuple (Cos) ; une anonyme [10], prêtresse de Claude (Cos) ; Epaphras [542], prêtre d’Auguste (Ephèse) ; Aurelius Styrax [24], prêtre de Sebastos Ereseos Apollon (Érésos) ; Claudius Iasicratès [329], prêtre de Claude (Kéramos) ; Iulianè [142], Ti. Claudius Democratès [138] et Ti. Claudius Teimo [139], respectivement prêtres d’Aphrodite et Agrippine, de Claude et de Néron (Magnésie du Méandre) ; Demetrios Milatès [97], prêtre d’Eusebeia des Augustes (Pergame).

33 Ainsi dans Iscr. di Cos EV 219 l. 5-8 [8] : ἱερέα διὰ βίου τῶν Σεβαστῶ[ν] καὶ Τιβερίου Κλαυδίου Καίσαρος Σεβαστοῦ Γ[ερ]μανικοῦ Aὐτοκράροτος καὶ Ἀσκληπίου καὶ [Ὑ]γείας καὶ Ἡπιόνης.

34 Prêtres à vie au IIe siècle : A. Claudius Lepidus [414], prêtre de l’Empereur (Aizanoi) ; Glykon [109], prêtre des Augustes (Perperene) ; Claudia Ammion [226], Ti. Claudius Socratès Sacerdotianus [227], C. Iulius Iulianus Tatianus [233], et peut-être M. Iulius Menelaus [234], grands-prêtres (Thyatire) ; M. Aurelius Faustus [54], « grand-prêtre de deux Augustes et des Césars » (Paros).

35 Apphia [263] : IAph2007 12.609. Grands-prêtres pour un an à la même époque : voir par exemple Ti. Claudius Paulinus [252] et T. Flavius Myon [258].

36 Voir infra dans le chapitre 3 pour l’analyse de l’usage de theos dans les titulatures de prêtres.

37 TAM V 2, 980 l. 5-6 : ἀρχιερέα δ[ι]ὰ βίου τῶν Σεβαστῶν [227].

38 Dans les années 120 et 130, Ti. Claudius Menogenès Caecilianus [228], ἀρχιερεὺς τῆς Ἀσίας καὶ τῆς πατρίδος κατὰ τὸ αὐτὸ, fils de Ti. Claudius Socratès Sacerdotianus (TAM V 2, 976, où, d’ailleurs, Sacerdotianus est simplement dit grand-prêtre, et non grand-prêtre à vie, de même que dans TAM V 2, 979). Après 140, M. Iulius Dionysius Acilianus [229] (TAM V 2, 969), puis trois membres de la même famille, Flavius Hippianus, son épouse Flavia Tatia, leur fils Flavius Moschius [230, 231, 232].

39 TAM V 2, 969, l. 2-11 [234].

40 Ainsi W. Dittenberger (OGIS 516) et J. Keil dans les TAM.

41 TAM V 2, 969 l. 13-16 [229] : Ἰουλ(ίου) Διονυσίου ἀσιάρχου Περγαμηνῶν καὶ ἀγωνοθέτου καὶ ἀρχιερέως.

42 TAM V 2, 950 l. 2-6 [236, 237] : Μ. Aὐρ. Διάδοχον ἱππικόν, τὸν ἀρχιερέα τῆς Ἀσίας ναῶν τῶν ἐν Περγάμωι καὶ ἀρχιερέα κατὰ τὸν αὐτὸν καιρὸν τῆς πατρίδος καὶ διὰ βίου βούλαρχον.

43 Pour P. Herz (2003, p. 145-146), la mention de grands-prêtres et agonothètes de la province d’Asie à vie pourrait avoir un caractère purement honorifique, le grand-prêtre conservant le droit de porter la couronne après l’exercice de sa charge. Les sources sont trop imprécises pour que l’on puisse tirer la même conclusion à propos des cultes civiques.

44 Sur la famille des Tullii de Pergame, Habicht, Alt.v.Perg. VIII 3, p. 164-165 ; Bowersock 1965, p. 114-115.

45 Delrieux-Ferriès 2004, p. 513 n. 170 : « L’existence d’un prêtre héréditaire, purement honorifique, n’empêche pas qu’on élise en même temps des prêtres annuels. » Les auteurs rejettent la possibilité d’une grande-prêtrise réellement héréditaire car un prêtre non apparenté à Hybreas est attesté à l’époque augustéenne. Mais ce n’est pas un argument suffisant, car ce prêtre, Aetion, a revêtu une prêtrise d’Auguste, de la victoire de Caius et Lucius, d’Hermès et d’Héraclès, et non une grande-prêtrise.

46 I.Magnesia 164, l. 3 ; IAph2007 12.417, l. 13-14.

47 Parmi de nombreux exemples, voir IG XII 6, 333 (Samos) l. 6-9 : ἔκγονον καὶ προέκγονον καὶ ἀπόγονον ἱε[ρέ]ων καὶ ἀρχιερέων καὶ γυμνασ[ιάρχων] ; IAph2007 1.187 l. 7-8: προγόνων ἀρχιερέων πολλών ; I.Ephesos 810, l. 5-6: υἱὸν καὶ ἔκγονον ἀρχιερέων, μητρὸς δὶς ἀρχιερείας.

48 La possibilité pour des femmes d’être grandes-prêtresses provinciales à titre individuel et non aux côtés d’un grand-prêtre n’est aujourd’hui plus défendue que par R. Kearsley (notamment dans ses articles de 1986, 1988 et 1990). Voir Herz 1992, l’article de synthèse sur ce débat de Hayward 1998 et la bibliographie sur la question dans Van Bremen 1996, p. 119 n. 17. D. Campanile (1994, p. 22-25) montre clairement que les cas dans lesquels une grande-prêtresse ne peut être liée à un grand-prêtre sont extrêmement minoritaires et peuvent être expliqués sans remettre en cause la règle qui se dégage de l’ensemble de la documentation, celle de l’inexistence d’une charge de grande-prêtresse indépendante de celle de grand-prêtre. Voir également Van Bremen 1996, p. 119-121 sur l’importance de l’image du couple dans le culte impérial. Cela n’implique pas que la grande-prêtresse soit nécessairement l’épouse du grand-prêtre : il peut s’agir d’une sœur, d’une mère ou d’une autre parente.

49 Il s’agit d’Akmonia, Aphrodisias, Attouda, Doryleum, Éphèse, Hiérapolis, Iasos, Kéramos, peut-être Magnésie du Méandre, Milet, Mytilène, Parion, Pergame, Stratonicée, Temenothyrai et Thyatire. Voir également la carte 4 en annexe.

50 Voir Antiochis et Asclépiadès à Doryleum [436 et 437] ; Tatarion Polyneikè Apphia et Heracleitos Eudèmos Demetrios à Stratonicée [370 et 371].

51 Parmi de nombreux exemples, voir Hieroclès et Aristoneikè de Kéramos [327 et 328] dans I.Keramos 19 (première moitié du IIe siècle), l. 1-2 : Ἱεροκλῆς Ἑρμοφάντου ἀρχιερεὺς καὶ στεφανηφόρος καὶ τρὶς γυμνασίαρχος, υἱὸς πόλεως, καὶ ἡ γυνὴ αὐτοῦ Ἀριστονείκη Ἀριστοκράτους ἡ ἀρχιέρεια καὶ στεφανηφόρος, ἀρχιερατεύοντες κτλ.

52 Le cas le plus ancien, en l’état actuel de la documentation, est celui de Ti. Claudius Theophanès et Claudia Mamalon [348 et 349], ἀρχιερατε[ύσαντε]ς τῶν Σε[βαστῶ]ν (I.Stratonikeia 168 l. 5-6, Panamara) ; mais dans I.Stratonikeia 1024 (Stratonicée), l. 6-7, pourtant postérieure à I.Stratonikeia 168, Theophanès n’est que « prêtre » (ἰερατεύσαντος τῶν Σεβαστῶν). Cela indique peut-être des usages différents à Stratonicée et à Panamara : dans la période de mise en place de la grande-prêtrise, le vocabulaire peut n’être pas encore fixé partout, et le titre de grand-prêtre avoir été utilisé plus tôt dans le sanctuaire de Zeus que dans la cité elle-même.

53 Voir supra.

54 À Éphèse, Claudius Metrobius et Claudia Crateia [123 et 124] (I.Ephesos 980 l. 11 : [Κλ. Μη]-τροβίου καὶ Κλαυδίας Κρατείας ἀ[ρχι]ερέων) ; à Kéramos, Hieroclès et sa femme Aristoneikè (voir ci-dessus) ; à Parion, Aelius Iulianus et Ofellia Zotikè [82 et 83] (I.Parion 11) ; à Thyatire, Flavius Hippianus et Flavia Tatia [230 et 231] (TAM V 2, 966) ; à Iasos, Aurelius Daphnus et Aurelia Sarapias [324 et 325] (Pugliese-Carratelli 1993 p. 265-268, no 3 = SEG XLIII, 1993, 719) ; à Aphrodisias, Aurelius Flavius Hephaistion et Aurelia Messouleia Satorneila Chrysaoris [301 et 302] (IAph2007 1.159).

55 IGR IV, 617; Robert 1940, no 217 ; Drew-Bear 1979, p. 296, no 8. Voir également Iulia Polla d’Aphrodisias et son mari Claudius Aurelius Zelus [280 et 281], IAph2007 12.909.

56 I.Kaunos 141 et 142 (bases de statue de Zenon et de Dionysia).

57 IAph2007 12.518 l. 1-6 : ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος ἐτείμησαν καὶ μετηλλαχυῖαν Κλαυδίαν, Κλαυδίου Ἀπολλωνίου ἀρχιερέως θυγατέρα, Τρυφῶσαν Παυλεῖναν, ἀρχιέρειαν ; l. 11-12 : τελευτήσασαν παρθένον ἔτι [306, 307].

58 I.Magnesia 199 [153, 154]. L’association entre Silicia Chairemonis et Silicius Hieroclès n’est cependant pas certaine, car, sur sa statue, celui-ci n’est pas dit « grand-prêtre » tandis que sa sœur est grande-prêtresse. C’est une autre inscription qui mentionne la grande-prêtrise de Silicius Hieroclès (I.Magnesia 197).

59 Antonia Tryphaina [86] s’est installée à Cyzique après l’assassinat de son mari. Cos : voir Minnis [5], et deux anonymes [10, 14].

60 I.Pergamon 523 l. 13-16 [101] : Κλ(αυδίας) Φημίας θυγατέρα, ἱε[ρεία]ς θεᾶς Φαυτείνης καὶ ἐπιτε[λε]σάσ[ης] ταυροκάθαψιν ἐπὶ δύο ἡμέ[ρας].

61 IAph2007 12.1002 [246, 247].

62 Van Bremen 1996, p. 133-134.

63 À Pergame ne sont attestées avec certitude que deux grandes-prêtresses : Stratoneikè [96], Aelia Antipatra [103] ; Claudia Alcimilla a pu être grande-prêtresse civique ou provinciale [107]. À Aizanoi, aucune grande-prêtresse n’est connue ; à Cos, deux prêtresses sont actives au Ier siècle [5, 10] mais, par la suite, une seule grande-prêtresse, Zosimè [21].

64 Varinlioğlu 1993, no 4 (= SEG XLIII, 1993, 727).

65 Voir par exemple le dossier de Hieroclès fils de Panaitios [360], connu par huit inscriptions, dont des commémorations de prêtrises à Lagina, à Panamara, et deux décrets honorifiques émanant de la cité de Stratonicée.

66 Par exemple à Termessos (TAM III, 83, A l. 2 : [ἀρ]χιερέα Αὐτοκράτορος Καίσαρος Σεβαστοῦ et B l. 2 ἀρχιέρειαν Σεβαστῆς) et à Iotape (IGR III, 833, A l. 21 : Μας, ἀρχιερασαμένη Θεᾶς Σεβαστῆς Φαυστείνης et B l. 12 à propos de son mari : ἀρχ[ιερ]ασαμέν[ου] τῶν Σεβαστῶν). Il en est de même dans le koinon macédonien (EKM 1. Beroia, 68).

67 Voir M. Ulpius Flavianus Damas et Iulia Flavianè Glaphyra [173 et 174], ἀρχιερεῖς τῆς πατρίδος ἐπὶ μονομαχίαις καὶ θυορίαις καί ἐπιδόσεσιν, par exemple dans I.Didyma 152.

68 Milet I 7, 265 [177] ; Van Bremen 1996, p. 77 et 94.

69 Basileis d’Ionie : Herrmann 2002 p. 232-235. Archiereis d’Ionie : id., p. 235-238.

70 Voir par exemple C. Iulius Zoilos (IAph2007 1.187), Diogenès fils de Menandros (IAph2007 15.261), Ti. Claudius Zelus, prêtre à vie d’Aphrodite (IAph2007 8.85) ou, à l’époque de Commode, la mention du prêtre d’Aphrodite dans la lettre d’un curateur à la cité (IAph2007 15.330 l. 9). Le seul autre couple de prêtres d’Aphrodite, à ma connaissance, est un couple de grands-prêtres, M. Ulpius Carminius Claudianus II et Ulpia Claudia Carminia Proclè. Voir Van Bremen 1996 p. 133 et suiv. sur le développement de prêtrises doubles sous l’influence du modèle des grandes-prêtrises du culte impérial.

71 Parmi les prêtresses du culte impérial, voir Iulia Polla (1) [270], Iulia Polla (2) [281], Aurelia Flavia Messouleia Diogeneia [302] et Aurelia Messouleia Satorneila Chrysaoris [304].

72 Van Bremen 1996 p. 62, 135 et n. 87, 310-311. Notons que dans une inscription (IAph2007 15.260), Attalis Apphion est dite « grande-prêtresse et prêtresse », sans doute d’Aphrodite. Or, une autre inscription (IAph2007 1.7) précise qu’elle a été prêtresse d’Aphrodite avec son mari. Le rôle de celui-ci peut avoir été omis dans le premier texte aussi pour la grande-prêtrise.

73 Voir ainsi les statues de Zenon et de sa femme Dionysia à Caunos (I.Kaunos 141 et 142) : chacune des deux inscriptions mentionne exclusivement les charges exercées par celui des deux personnages qui est représenté. Tous deux ont été prêtres des Augustes, mais cela n’apparaît que sur la base de leur propre statue.

74 Voir infra.

75 Claudia Phèmia [101] : I.Pergamon 523. Tata [257] : IAph2007 12.29b.

76 Voir par exemple M. Ulpius Flavianus Damas et sa femme Iulia Flavianè Glaphyra à Milet, ou encore C. Arruntius Nicomachus et sa femme Tullia Valeria à Temenothyrai.

77 Van Bremen 1996 p. 124 et p. 127 sur la famille de Ti. Claudius Socratès Sacerdotianus à Thyatire, dans laquelle des traditions familiales différentes peuvent expliquer que le mari ait été grand-prêtre mais pas son épouse ; l’inverse est également possible.

78 Sur l’évolution générale des colonies romaines en Asie Mineure, voir Levick 1967 chapitre 7 et, sur le culte impérial, p. 87-88 ; Brélaz 2004 ; Sartre 2001.

79 Parion : Dräger 1993, p. 27 n. 8, Freber 1993, p. 142-143 et Frisch dans l’introduction au corpus de la cité (IK 25, 1983). Alexandrie : en dernier lieu, Laffi 2004. T. Esch (2008, p. 207-209) souligne qu’aucune de ces deux colonies n’est constituée d’une « double communauté » : les citoyens des cités préexistantes sont intégrés à la colonie, et non maintenus en tant que communauté grecque distincte de celle des colons. Dans ce sens également, Sartre 2001, p. 130.

80 I.Alexandria 41, l. 3-5 à propos d’un anonyme [70] : ἱερέα [τῶν Σεβα]Imageτῶν, τὸν προσ[αγορευόμε]-νον φλάμινα.

81 Neryllinus [71], flamen Aug(ustorum), I.Alexandria 22 (CIL III, 7071). Un anonyme [72], ἀρχιερεὺς, daté du IIe siècle par l’écriture : I.Alexandria 140, l. 11.

82 Voir L. Flavius et L. Licinius Firmus [80 et 81].

83 Aelius Iulianus et Ofellia Zotikè [82 et 83].

84 Voir I.Alexandria 44, deux Augustales anonymes [72b et 72c] ; C. Seius Princeps, C. libertus [72], Schwertheim 1999, p. 100, no 2 (= AE 2003, 1663) et Psalmus [72a], VIvir Augustalis, Schwertheim 1999, p. 100, no 1.

85 Voir Kantiréa 2007 p. 184-188 pour ce phénomène dans les colonies romaines de Corinthe et de Patras en Achaïe.

86 Habicht 1970, p. 146.

87 Mellor 1975, p. 183.

88 On trouve des prêtres ou grands-prêtres en position éponyme à Ancyre de Phrygie [429], peut-être Attaleia [197], Cos [3], Cys [315], Kéramos [327 et 328], Kymè [111], Laodicée du Lycos [448], Magnésie du Méandre [137, 141 à 161], Maionia [205], Mylasa [337, 338, 340], Nysa [341], Parion [79 à 81], Pergame [92, 108], peut-être Priène [187], Stratonicée de Carie [359, 375, 380, 396] et Temenothyrai [458].

89 Voir le traité avec Éphèse au début du Ier siècle av. J.-C. (I.Pergamon 268 = OGIS 437) puis, régulièrement, sur des inscriptions du Ier siècle av. J.-C. La date d’apparition de la prêtrise de Rome éponyme n’est pas précisément connue (Mellor 1975, p. 184 ; Malay 1991, p. 113-114, no 1 ; Sherk 1992, p. 244).

90 Herrmann 1995 p. 22-23, vers 9 av. J.-C. : ἐπὶ στεφανηφόρου καὶ ἱερέως τῆς Ῥώμης Διονυσίου τοῦ Διονυσίου, φύσει δὲ Μηνογένου Ἡρακλείδου, μη(νὸς) Ξανδικοῦ η᾽ Καλ(άνδαις) Μαρτί(αις). Également Sardis VII 1, 93 et le commentaire de P. Herrmann pour la datation à l’époque augustéenne, loc. cit. : ἐπὶ ἱερέως τῆς Ῥώμ[ης Ἀλε]ξάρχου τοῦ Στρατίππου. Voir également un prêtre de Rome éponyme à Apollonis en Lydie en 27/26 av. J.-C.

91 TAM V 2, 903, l. 1-5. Une incertitude existe sur la provenance de l’inscription, qui pourrait être de Hiérocésarée et non de Thyatire. L. Robert et P. Herrmann signalent cette incertitude mais considèrent que Thyatire est la provenance la plus probable.

92 TAM V 2, 934.

93 TAM V 2, 940, qui n’est pas datée précisément. Il s’agit d’un décret honorifique du Conseil et du Peuple pour Asclepiadès fils de Tryphon, prytane et prêtre de Rome et qui a, parmi de nombreuses fonctions, rempli celle de décaprotos, bien attestée à Thyatire à l’époque impériale (cf. TAM V 2, p. 313) sans qu’il soit possible de déterminer exactement à quel moment elle apparaît.

94 Herrmann-Malay 2007 p. 58.

95 TAM V 2, 1229 (28/27 av. J.-C.).

96 Il en est peut-être de même à Priène dans une inscription très fragmentaire : ἐπὶ ἀρχιερέως Ῥώμης καὶ Aὐτοκράτορος [Καίσαρος Θ]εοῦ Σεβασ[τοῦ - ] (I.Priene 222). L’état de l’inscription ne permet pas de déterminer si cet anonyme est un grand-prêtre civique ou provincial [187].

97 Wörrle 2000.

98 I.Pergamon 475 : τὸν πρύτανιν καὶ ἱερέα Καίσαρος καὶ ἀγωνοθέτην τῶν τοῦ Σεβαστοῦ παίδω[ν ἐ]κ τῶν ἰδίων τῷ αὐτῷ ἔτει. La mention des enfants d’Auguste situe cette inscription autour de 2 av. J.-C., sans doute avant la mort de Lucius en 2 apr. J.-C.

99 MousBiblSmur II 1 (1875-1876), p. 18, no 105 : Ἐπὶ ἀρ[χιε]ρέως Bάσσου [στε]φανηφόρου.... λίου.... Φιλιερω.... (Kolbe 1907 p. 419-420).

100 Kolbe 1907, p. 432, no 282, 283, 285 et 286 : Ἐπὶ πImage[υτάνεως --- τοῦ ---] ἀρχιεImage[έως δὲ --- τοῦ ---]. Voir également I.Pergamon 323 (liste éphébique d’époque impériale, Kolbe 1907, p. 418) et Sherk 1992, p. 238-239.

101 Robert 1933a, p. 441 (= OMS I p. 567).

102 TAM V 1, 544 [205] ; Wörrle 1992, p. 356.

103 Cf. I.Magnesia 169 à 171, 173, 184 à 187, 193, 197, 198, 239 et Nollé 1982 p. 12-58, no 13. La seule grande-prêtresse connue à Magnésie, Silicia Chairemonis, est grande-prêtresse et stéphanéphore ; dans la mesure où elle ne peut être secrétaire, il semble que sa prêtrise du culte impérial ait été liée à une autre magistrature importante dans la cité, comme si le sacerdoce des empereurs ne pouvait être revêtu seul.

104 Pammenès [137] : ἔδοξεν τῇ βουλῇ καὶ τῷ δήμῳ, γνώμη στρατηγῶν καὶ τοῦ γραμματέως τοῦ δήμου κα[ὶ] ἀρχιερέως τῶν πατρίων θεῶν καὶ τῶν Σεβαστῶν Παμμένους τοῦ Διοκλέους (I.Magnesia 113, l. 3-6). Ti. Claudius Phanès [140] n’est que grand-prêtre dans I.Magnesia 167. Après Vespasien, on continue cependant à trouver des secrétaires qui ne sont pas grands-prêtres, dans un contexte tout à fait similaire à celui où interviennent les grands-prêtres et secrétaires (voir par exemple I.Magnesia 174 et 175). Mais il peut s’agir de formulations différentes en fonction des contextes.

105 Menandros [375] : [ἐ]πὶ ἀρχιερέως Μενάνδρου τοῦ Στρατοκ[λ]εῦς, ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος καὶ οἱ κατοικοῦν[τ]ες τὸ περιπόλιον ἐτείμησαν κτλ. (I. Stratonikeia 524, l. 1-6). Mentor [380] : [οἱ σ]τρατηγοὶ οἱ ἄρ[ξ]αντες τὴν χειμερινὴν τὴν ἐπὶ ἀρχιερέως Μέντορος τοῦ Ἀπελλοῦ κτλ. (I. Stratonikeia 1006, l. 1-5). Cf. également Papylos [396], en tête de la dédicace d’un autel (à Hécate ?), Şahin 2002, p. 6-7, no 8.

106 I.Stratonikeia 15 [359].

107 Aucune inscription, à ma connaissance, ne mentionne un grand-prêtre et un stéphanéphore distincts la même année.

108 I.Keramos 19 l. 1-2 [327, 328] : Ἱεροκλῆς Ἑρμοφάντου ἀρχιερεὺς καὶ στεφανηφόρος καὶ τρὶς γυμνασίαρχος, υἱὸς πόλεως, καὶ ἡ γυνὴ αὐτοῦ Ἀριστονείκη Ἀριστοκράτους ἡ ἀρχιέρεια καὶ στεφανηφόρος. I.Laodikeia 73 [448] : Μνῆμα μονομάχImageImageῶν δοθέντων ὑπὸ ἀρχιερέως καὶ στεφανηφόρου Διοκλέους τοῦ Μητροφίλου. Dans ce genre de monuments commémorant l’organisation de spectacles de gladiateurs, la mention de la stéphanéphorie ne peut pas être comprise si on ne la lie pas à la grande-prêtrise, qui est normalement la seule fonction mentionnée.

109 Cousin & Deschamps 1887 p. 306-8, no 1, l. 5-7 (52 apr. J.-C.), Cys [315] : Ἐρατοφάνης Χαρείνου Ῥόδιος ὁ ἐνεστὼς στεφανηφόρος καὶ ἱερεὺς τοῦ θεοῦ Σεβαστοῦ καὶ ἀρχηγέτου τῆς πόλεως Διὸς Ἐλευθερίου. La précision ἐνεστὼς peut cependant laisser penser qu’il s’agit d’un cumul exceptionnel. À Attaleia, ce phénomène n’est attesté qu’une fois : TAM V 2, 829, l. 17-20 [197] (ἀνασταθείσης τῆς τειμῆς ἐπὶ Μενεκράτους β᾽ ἄρχ(οντος) α᾽ κ (αὶ) ἱερέως τῶν κυρίων Αὐτοκρατότων). À Cos, La seule attestation certaine est I.Cos 344 (3 apr. J.-C.), l. 1-4 [3] : Ἐπὶ μο(νάρχου) Ἀντάνορος, ἱερέως δὲ Aὐτοκράτορος Καίσαρος Θεοῦ υἱο[ῦ] Σεβαστοῦ Νεικαγόρα τοῦ Δαλιοκλέους ; or, dans cette inscription, le prêtre Nicagoras n’est pas stéphanéphore. Dans deux autres textes apparaissent des grands-prêtres et stéphanéphores, mais il peut s’agir d’inscriptions funéraires plutôt que de formules de datation : στεφανηφόρου κImageὶ ἀρχιερέως Ζωπύρου τοῦ β᾽ Δάφνου (KFF 180) ; ([σ]τεφαν[ηφ]όρου κImage[ὶ ἀ]ρχ(ι)ερέω[ς] ImageοπλίοImage [Τ]ρεβίου Φ[ιλέ]ρωτο[ς] (I.Cos 395). L’association entre les fonctions de grand-prêtre et de stéphanéphore à Cos est donc possible, mais elle n’est pas certaine. Voir également Wörrle 1992, p. 356 sur un stéphanéphore chargé du culte impérial à Sebastopolis dans le Pont.

110 Stéphanéphore, archonte et archiereus : Mionnet Suppl. VII, p. 505. Archonte : BMC Phrygia 46, 47, 52, 53 [429].

111 IGR IV, 617 et Drew-Bear 1979 p. 296-298 [458].

112 Nicomachus [458], sous Philippe II : BMC Phrygia 410, von Aulock Phrygia 4001-4003, 4007 et SNG München 24, no 482, 409, 491 ; Titianus [460], sous Valérien et Gallien : SNG Cop. VI 1544 à 1546, von Aulock Phrygia 4008, 4011, 8452-8454 et SNG München 24, no 492.

113 Habicht 1970 p. 146 ; BMC Mysia p. 103, no 84 : P. Vibio sac(erdote) Cae(saris) ; I. Parion 5 : Ἐπὶ ἱερέως Καίσαρος Λευκίου Φλαβίου τὸ δεύτερον. Cf. Sherk 1992, p. 238.

114 CIG 2943 (Syll3 781), l. 1-8.

115 I.Kymè 19 [74].

116 Sherk 1991 p. 243.

117 Il s’agit de Menandros [337]. I.Mylasa 374: Ἐνεδήμησαν δὲ ο[ἵδε] ἐπὶ ἀρχιερέως Μενάν[δρου τοῦ Φι]λαργύρου, στεφανηφόρου δὲ [Μενίπ]που τοῦ Eἰρηναίου, εἰσαγωγImage[ων - ] Τι. Κ. Λέοντος καὶ Γα. Σουετο[νίου] Ἑρμᾶ καὶ Καλλισθένους καὶ [Διονυ]σοδώρου, ἐπιμελομένου Γα[-] Μενίππου β᾽, Μόσχου νεωκ[οροῦντος], ὑπηρετούντων Παπ[ίου], Μηνᾶ, Δημο[νίκου, Ἑρμο]γένου Image Διί, παρέδρου Ὑπερτί[μου?]. Voir aussi I.Mylasa 373. Sherk 1992, p. 232 souligne que le grand-prêtre est en première position.

118 La diffusion d’une image n’est bien entendu qu’une possibilité offerte aux cités par les monnayages, et non leur raison fondamentale, qui reste économique. Voir sur ce point Howgego 1985, p. 89-93.

119 RPC VII, 788-792 [455] ; Nollé 1992.

120 Par exemple, à Apamée du Méandre, le magistrat qui apparaît le plus fréquemment sur des monnaies est le panégyriarque. Comme l’écrit C. Howgego (1985, p. 90), cela doit avoir un lien avec la représentation des concours sur les monnaies ; or, certains de ces concours sont dédiés aux empereurs.

121 BMC Lydia 282, no 22, 23; Mionnet IV, p. 143, no 819 [221].

122 ἐπὶ ἀρχιερέως καὶ ἄρχ(οντος) Τατιανοῦ Σιλανδέων (BMC Lydia 282, no 21; Mionnet IV, p. 143, no 818; SNG von Aulock Lydien 8265); ἐπὶ ἀρχιερέως Τατιανοῦ (Mionnet Suppl. VII, p. 434, no 541) ; ἐπὶ ἀρχιερέως Τατιανοῦ καὶ ἄρχ(οντος) α’ Σιλανδέων (SNG von Aulock Lydien 3175). Sur l’un des types (BMC Lydia 282, no 21) est représenté un temple hexastyle, qui pourrait être un temple du culte impérial.

123 BMC Lydia 72 ; SNG von Aulock Lydien 2936, 2937 [200].

124 BMC Phrygia 174, no 78-79 ; von Aulock Phrygia 3772, 3787 [434].

125 von Aulock Phrygia 3181. Il s’agit de Sévère Alexandre à cheval et d’un guerrier parthe à terre [222].

126 RPC Online no 1700, 2093, 2095, 2120-2123, 2130, 2133, 2138, 2139, 2977, 3322, 8644, 9793, 9794, 9988 [449].

127 Sur ce terme, voir Ziegler 1993 p. 134. De nombreux liturges monétaires sont attestés à Laodicée, souvent signalés par le terme διά. Cf. RPC I, p. 476 ; RPC II, p. 195-197.

128 On trouve sur les droits le Sénat romain (ἱερά Σύνκλητος, RPC Online 2121, 2123, 2130) ; le Peuple (2138, 3322) ; le Conseil (9793).

129 On trouve des représentations du Sénat romain (RPC Online 2120, 2977), du Conseil (9988) et d’Héraclès (8644).

130 En outre, on ne voit pas de quelle victoire impériale il pourrait s’agir à cette période pour Marc Aurèle seul, sans Antonin. Je n’ai trouvé qu’un parallèle d’association entre les thèmes de la victoire et Marc Aurèle à cette époque : une monnaie de Magnésie du Méandre utilisant la même titulature (M. Aurelius Verus Caesar) et représentant Artémis Leukophryènè couronnée par deux petites Victoires (Imhoof-Blumer 1972 p. 311).

131 Διὰ Κλ(αυδίου) Διοσκουρίδου Λαοδικέων/Ἐπινίκιος. Le temple a quatre colonnes (RPC II 1284, 1286, 1290). Il est généralement interprété comme un temple de Domitien.

132 RPC Online 9988 : temple à huit colonnes ; RPC Online 8644 : temple à dix colonnes.

133 RPC I 2449, 2450 : Μάγνητες ἀπὸ Σιπύλου, Σεβαστῶι. Le datif indique qu’il s’agit d’une dédicace ; habituellement, on trouve un nominatif ou un accusatif.

134 Voir Wolters 2002 : 40 cités de l’empire ont frappé des monnaies représentant Caius et Lucius Césars, en général avec Auguste. Sur la monnaie de Magnésie du Sipyle, voir aussi RPC I 2 p. 733.

135 RPC I 2366 : Τιβέριον [Σεβαστὸν ?] Περγαμηνοί - A (ὖλος) Φούριος ἀρχ[ιερ]ατεύων [94].

136 RPC I 3018, 3019 : Γαίος Καῖσαρ/Φιλαδελφέων Μέλανθος ἱερεὺς Γερμανικοῦ. L’hypothèse d’une aide impériale peut aussi s’appuyer sur le grand nombre d’autres magistrats monétaires portant le titre de philokaisares à Philadelphie pendant le principat de Caligula [209].

137 Voir la liste des magistrats monétaires dans TAM V 1 p. 30. Aurelius Attinas [217] : ἐπὶ Aὐρ(ηλίου) Ἀττινᾶ, ἀρχιερέως, ἄρχ(οντος) α᾽ τὸ β᾽, Σαιττηνῶν. Aurelius Septimius Iollas : ἄρχ(οντος) α᾽ υἱ(ὸς) ἀσι(άρχου) ; Aurelius Aelianus Attalianus : υἱοῦ ἱπ(πικοῦ) ἀσ(ιάρχου) ἄρχ(οντος) α᾽.

138 Ainsi, à Smyrne sous Gordien, un sophiste sur une monnaie : SNG Cop. no 1398, ἐπ(ὶ) στρ(ατηγοῦ) Κλ(αυδίου) Ρουφινοῦ σοφ(ιστοῦ) Σμυρναίων.

139 Eumeneia : RPC I 3149-3152 : Iulius Cléon et Bassa, grands-prêtres provinciaux. Un autre couple de grands-prêtres provinciaux sous Domitien dans cette cité : RPC II 1386-1388. Alioi : C. Asinius Agreus, asiarque: BMC Phrygia 44, no 2-4; SNG München 24, no 77. Stectorium : Aurelius Demetrius, ἀσιάρχ(ου) κ(ὲ) τῆς πατρίδος. BMC Phrygia 386, no 18; Ramsay 1941, p. 260 no 255.

140 RPC Online no 598, 853 à 856, 859 à 863, 6833 [273].

141 IAph2007 12.1111. Pour la distinction entre les monnayages de M. Ulpius Carminius Claudianus et de son père, voir en dernier lieu Slavich 2006 et Pont 2008b.

142 RPC II 1222-1224 (MacDonald 1992, no 49, 50, 41) : ἐπιμεληθέντος Φλαβίου Μύωνος ἀρχιερέως [258]. C. Howgego (1985 p. 87) souligne d’ailleurs que l’emploi du terme ἐπιμεληθέντος n’est attesté que dans le cas où le responsable de l’émission n’est pas en même temps magistrat.

143 RPC I 2384-2391 [201]. Sur l’Artémis Persique, voir L. Robert 1976b, p. 29-30.

144 RPC I 3187 : ἐπὶ Ἀρτέμωνος ἀρχιερέως ; RPC I 3188 : ἐπὶ Ἀρτέμωνος τροφέως ; RPC I 3189 : Ἀρτέμωνος τροφέως. Sur le titre de tropheus, voir Robert 1967 p. 66-67. La grande-prêtrise d’Artemon est également mentionnée sur une inscription (IGR IV, 708). Les monnaies illustrent le thème de l’approvisionnement de la cité par la représentation de Déméter avec une corne d’abondance et d’Athéna avec une amphore. Artemon a dû fournir du blé et peut-être de l’huile à la cité [453].

145 Pour une liste des ambassades envoyées par les cités d’Asie auprès des empereurs, voir le catalogue établi par G. Ziethen (1994 p. 205-235).

146 Prêtres ou grands-prêtres ayant été ambassadeurs : à l’époque augustéenne et au Ier siècle apr. J.-C., Potamon de Mytilène [28], C. Iulius Amunias de Samos [58], Claudius Chionis et peut-être Minnion et Claudius Menophilus de Milet [165 à 167], Diophantos de Kéramos [326], L. Nonius Aristodamus de Cos [5], Q. Veranius Philagrus de Kibyra [407], Dionysios d’Aphrodisias [244], Ti. Claudius Theophanès de Stratonicée [348], Adrastos, Peritas Myon, Myon et peut-être T. Antonius Lysimachys Grypus d’Aphrodisias [254, 260, 261 et 264], P. Manneius Ruso et L. Atilius Proclus d’Apamée du Méandre [430 et 431] ; au IIe siècle, Ti. Claudius Antipater de Rhodes [57], Ti. Claudius Menogenès Caecilianus de Thyatire [228], Hieroclès, T. Flavius Aeneas, Damylas de Stratonicée [360, 365, 382], M. Ulpius Carminius Claudianus d’Aphrodisias [273], Aelianus Poplas de Milet [179] ; à la fin du IIe ou au IIIe siècle, C. Iulius Iulianus Tatianus et M. Iulius Menelaus de Thyatire [233, 234] et Ti. Claudius Boas de Hiérapolis [443].

147 IG XII 6, 7 avec la riche bibliographie sur cette inscription. Voir particulièrement l’édition et le commentaire de P. Herrmann (1960, p. 70-82) et, sur la prêtrise de C. Iulius Amunias, p. 77-78 ; id. 1968 p. 95-96. Sur l’ambassade, voir Ziethen 1994 p. 226 [58].

148 Milet VI 3, 1044.

149 I.Assos 26; Herrmann 1968, p. 105-107 et 123, no 3. Le serment est daté uniquement par les consuls romains.

150 IAph2007 11.508 col. 1, l. 8-10 : « Il a parfait sa jeunesse en faisant preuve de générosité lors de ses premières ambassades et de sa prêtrise du dieu Nerva, se rendant ainsi utile à la patrie » [261].

151 IAph2007 11.508 col. 2, l. 5. Ziethen 1994, p. 207 (« Grußgesandtschaften? ») [260].

152 I.Keramos 14 l. et Şahin 1995, p. 33 n. 48 ; Crampa 1988, p. 603 [326].

153 Ziethen 1994, p. 213.

154 Supra.

155 TAM V 2, 969 [234].

156 IGR IV, 791, l. 12-16 [431].

157 Robert 1940, p. 276 n. 1.

158 I.Kibyra 41, l. 1-8; Ziethen 1994, p. 248-249 [407].

159 I.Stratonikeia 1025 (Stratonicée), l. 5-13 [365].

160 IAph2007 12.308, l. 9-17 [254].

161 I.Stratonikeia 1029 [360].

162 Voir I.Stratonikeia 1028 (décret honorifique) et I.Stratonikeia 115, 227, 261, 629, 667, et 531a (commémorations de prêtrises).

163 Ainsi à Cos, les prêtres du culte impérial ne sont pas présents lors de l’ambassade de congratulation auprès de Tibère en 15 apr. J.-C. (Ziethen 1994, p. 215, no 56; IGR IV, 1042; I.Cos 25; Oliver 1989, no 13).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-1.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-2.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-3.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-4.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-5.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-6.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-7.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-8.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-9.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-10.jpg
Fichier image/, 18k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-11.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-12.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-13.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-14.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-15.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-16.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-17.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-18.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-19.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-20.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-21.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-22.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-23.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-24.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-25.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-26.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-27.jpg
Fichier image/, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/126360/img-28.jpg
Fichier image/, 17k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540