Version classiqueVersion mobile

Idéologies et action publique territoriale

 | 
Christian Le Bart
, 
Romain Pasquier
, 
Lionel Arnaud

Première partie. La variable politique : alternance symbolique ou alternative idéologique ?

3. Idéologies des politiques municipales et stratégies d’opposition

Le cas de la commune d’Épinay-sur-Seine

Anne-Sophie Hardy

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En octobre 1999, 71 % des Français se déclaraient satisfaits du bilan de leur maire (Le Bart, 2003). Inversement, le mandat de maire est le mandat préféré des élus (Ferret, 1995). Cet attachement des Français pour leur maire et des élus pour ce mandat symbolise la place centrale qu’occupe le maire dans l’échiquier politique, tant dans le système de prise de décision que dans l’imaginaire politique. Or cette mise en évidence du rôle du maire peut être lue en opposition avec des analyses insistant sur la pluralité des acteurs et sur leur interdépendance, dans une logique de gouvernance urbaine (Le Galès, 1995) et de gouvernance polycentrique (Balme, Faure, 1999). D’autant plus que des analyses insistent sur la standardisation croissante du jeu décisionnel, due à la similarité des problèmes rencontrés par les élus et à l’existence d’un éventail réduit de solutions partagé par les élus et leurs collaborateurs. Partant, la politisation des équipes municipales n’aurait aujourd’hui qu’une importance secondaire. La question de la cohérence et de la validité de telles affirmations se pose, et mérite d’être confrontée à des observations empiriques. Nous nous proposons ici de nous focaliser sur un terrain municipal, la commune d’Épinay-sur-Seine.

  • 1 Commune moyenne de Seine-Saint-Denis (93), d’une population de plus de 46 000 habitants ; malgré d (...)
  • 2 Le maire, H. Chevreau, appartient à l’UDF après s’être présenté à des élections sous d’autres bann (...)

2Lors des élections municipales de mars 2001, cette commune1 a basculé « de gauche à droite », suite notamment à des dissidences internes à l’équipe sortante (Dolez, Laurent, 2002). Trois listes étaient alors candidates au second tour : la liste « Notre ville, un projet commun » menée par le maire sortant, B. Le Roux ; la liste « Idées », dissidente, menée par deux adjoints de l’équipe sortante ; et la liste « Vivre à Épinay-sur-Seine », liste de droite unie menée par H. Chevreau. Cette triangulaire a mené au basculement de la commune, pour moins de 250 voix sur 20 000 électeurs. Dirigée de 1965 à 2001 par une équipe « gauche plurielle » à la forte identité socialiste, Épinay est aujourd’hui gérée par une équipe « de droite unie2 ». L’analyse des politiques menées par la nouvelle équipe durant ses trois premières années de mandat nous permet de tester in vivo les impacts d’un basculement électoral, et ainsi de questionner le caractère politique et idéologique de la prise de décision municipale.

  • 3 Le futur maire avait ainsi déclaré lors d’une réunion de campagne (février 2001) : « Bien sûr, pou (...)
  • 4 Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’une thèse en science politique (Hardy, 2005). La méthodo (...)

3Certes, la politique menée depuis 2001 se situe parfois dans la continuité de la politique menée précédemment : par exemple, des marchés publics tels que les concessions funéraires ou les contrats d’assurance de la ville, ailleurs objets de rupture entre équipes municipales, sont à Épinay restés identiques. De même, la commune est demeurée au sein de la même structure intercommunale, Plaine Commune, alors qu’« en sortir » était une promesse électorale de la liste « Vivre à Épinay-sur-Seine3 ». Mais du lancement du projet de ville à la transformation de la politique locale de sécurité en passant par la transformation du logo et des couleurs de la ville, le changement d’équipe politique et dans une moindre mesure d’équipe administrative s’est accompagné de mutations profondes et rapides4. Il convient dès lors de se demander si ces mutations sont uniquement dues au basculement électoral, ou si d’autres facteurs (le basculement parlementaire et gouvernemental de 2002, l’importance grandissante prise par la structure intercommunale…) n’ont pas eu un impact identique, voire supérieur. Les premières années de mandat ne sont-elles pas également des années d’inauguration et de lancements de projets et de dossiers préparés par l’ancienne équipe ? Dans ce cas, quelle est la part de « path dependance » vis-à-vis des politiques menées précédemment et a contrario la marge de manœuvre du maire nouvellement élu ?

4Nous nous arrêterons ici sur les mutations vécues par la commune ; nous démontrerons que si dans certains domaines la différence de politique s’avère marginale, dans d’autres domaines (notamment la sécurité et la culture sur lesquelles nous allons nous focaliser) les politiques menées sont en rupture avec les anciennes politiques ; nous nous demanderons si ces mutations peuvent être expliquées par des lectures idéologiques divergentes des problèmes et des solutions, les idéologies étant comprises dans le sens de conceptions théoriques, philosophiques et politiques menant à la définition de politiques publiques. En filigrane, nous insisterons, dans le cas spinassien, sur la place de l’idéologie dans les discours de justification (Boltanski, Thevenot, 1991) des différents élus, et mettrons en évidence la dimension conflictuelle de l’idéologie.

Épinay-sur-Seine, une commune en mutations

5La commune d’Épinay a, depuis les élections de mars 2001, changé de visage, entre projets et infrastructures lancés, inventés et abandonnés : la municipalité a notamment signé un Grand Projet de Ville, créé une police municipale, complétée par un dispositif de vidéosurveillance, inauguré un équipement « sports et loisirs », changé de logo et de couleurs officielles, vu l’ouverture d’un multiplex cinématographique privé, fermé ses salles municipales de cinéma, transformé les missions confiées à la scène conventionnée « Maison du Théâtre et de la Danse »… Des mutations rapides, avec pour certaines des conséquences profondes, mais qui ne peuvent pas être toutes attribuées à la nouvelle équipe municipale. Trois types d’évolutions peuvent ici être distingués :

6En premier lieu, les transformations dues aux structures emboîtantes : ainsi, les nouveaux locaux d’un collège, reconstruits par le Conseil Général, ou les travaux d’aménagement de la gare SNCF, dus au Conseil Régional et à l’État. Dans ces cas, les transformations ne sont pas dues à une volonté politique propre de la nouvelle municipalité.

7En second lieu, les mutations dues à la réalisation de projets entamés par l’ancienne équipe, parfois revus par la nouvelle. L’équipe 1995-2001 avait en effet laissé des projets en attente d’inauguration : c’est le cas d’un complexe « sports et loisirs » (para-municipal) et d’un multiplex (privé mais conventionné avec les salles municipales de cinéma), inaugurés par le nouveau maire en 2001. Surtout, ce dernier a signé le 22 juin 2001 le Grand Projet de Ville (GPV) dans la forme prévue par l’ancienne équipe, puis l’a ensuite renégocié. D’une part en raison des contradictions entre certaines actions envisagées et la politique menée par la nouvelle municipalité : c’est le cas de la création d’une épicerie sociale, annoncée dans le projet initial et abandonnée alors que le nouveau maire favorisait l’installation des « Restos du cœur » sur la commune. Ce point de réécriture du GPV fut d’ailleurs au cœur d’une des premières oppositions entre les différents groupes municipaux, les groupes de l’opposition considérant que l’ouverture d’un dispositif caritatif n’entraînait pas la caducité du projet d’épicerie sociale. L’infléchissement du GPV a montré d’autre part que les deux maires successifs avaient chacun leur vision de la rénovation urbaine : le nouveau maire juge l’ancien projet trop peu ambitieux, et l’a totalement réécrit selon un objectif non plus de « requalification » mais de reconstruction globale du centre-ville, de son urbanisme comme de son image.

8Enfin, des mutations dues à la volonté de la nouvelle municipalité, selon une stratégie visant à « construire son image », comme la transformation du logo et des couleurs de la ville. Surtout, deux domaines de politiques publiques ont connu des profondes mutations dues à une véritable volonté de rupture, d’opposition, de la part de la nouvelle équipe politique : la sécurité et la culture, domaines de politiques publiques symboliques de l’ancienne action municipale. Il convient dès lors ici de se demander si ces transformations, dans le fond comme dans la forme des politiques, peuvent être lues comme symbolisant des clivages ou des divergences idéologiques.

La politique de sécurité : prévention vs répression ?

  • 5 G. Bonnemaison a présidé la commission des maires sur la sécurité en 1982 et a vice-présidé le Con (...)
  • 6 ÉPINAY-SUR-SEINE, Prévention de la délinquance, insertion, solidarité, 1992.
  • 7 Alors que le FN était traditionnellement fort à Épinay : le second tour des élections législatives (...)

9La thématique de la sécurité occupe une place particulière dans la politique spinassienne du fait des spécificités de la commune et de l’implication de ses deux derniers maires socialistes, en tant que députés, responsables partisans, et experts5. Épinay est devenu au cours des années 1970-1990 un laboratoire de la sécurité6, « ville-pilote » ou « ville-test » de nombreux dispositifs de prévention de la délinquance (avec la mise en place d’un Conseil Communal de Prévention de la Délinquance ou d’un Contrat Local de Sécurité), de médiation (avec la création d’une Maison de la Justice et du Droit), et de répression (les TIG, travaux d’intérêt général, ont ainsi été inventés, pour la France, à Épinay) (Bachman, Le Guennec, 1996). Or ces politiques et ce positionnement ont été critiqués tout au long de cette période, et a fortiori pendant la campagne des élections municipales de mars 2001, campagne fortement marquée par la thématique de la « sécurité », du fait à la fois d’événements locaux et du positionnement « sécuritaire » de la liste « Vivre à Épinay-sur-Seine » en l’absence de liste d’extrême droite7.

  • 8 Réunion publique, 12 février 2001.
  • 9 Extrait d’un tract électoral.

10Même si la question de la sécurité n’est pas le seul facteur explicatif du basculement municipal, elle y a contribué, et dès son élection, le nouveau maire se devait de transformer en politiques publiques son programme électoral. En campagne, il avait dénoncé un maire « qui en parle beaucoup mais ne fait rien », et « donne des conseils alors qu’il ne peut pas la contenir dans la ville8 » : il devait agir, et communiquer sur ces actions concrètes. Il avait alors proposé de « rétablir la sécurité » par « la mise en place d’une police municipale non armée travaillant en étroite collaboration avec la police nationale […] [et] l’installation de la vidéo-protection aux abords de certains commerces et professions à risques9 ». La situation en matière d’insécurité, étiquetée comme relevant de la sphère de compétence des autorités publiques, avait ainsi été définie comme problématique par les candidats et les citoyens, et une intervention de la société politique était attendue : la création de la police municipale, puis la mise en place d’un dispositif de vidéosurveillance, répondaient ainsi aux critères de la mise sur agenda (Padioleau, 1982). Dès la première vague de réunions publiques en juin 2001, le nouveau maire a annoncé le calendrier de cette création, et durant l’hiver 2001-2002 les locaux étaient inaugurés et le personnel recruté.

  • 10 En 2003, elle a augmenté de 4 % sur la commune, alors qu’elle diminuait dans les communes limitrop (...)
  • 11 Entre janvier et mai 2004, plus de 800 voitures (épaves non comprises) ont été enlevées, et plus d (...)

11Cependant, la police municipale s’est rapidement trouvée au cœur des critiques citoyennes et militantes : dès l’annonce de sa création, des participants aux réunions publiques exprimaient des réserves et des inquiétudes sur son organisation, notamment son armement (il avait été initialement annoncé qu’elle ne serait pas armée) et sur son financement (ces réserves étaient formulées par des contribuables inquiets d’une future hausse des impôts locaux ou par des militants associatifs inquiets des coupes budgétaires dans d’autres domaines). Depuis 2003, les critiques, formulées de façon plus virulente, portent sur les interventions mêmes de la police municipale, alors que la délinquance augmente sur la commune10 et que la brigade semble essentiellement se consacrer aux tâches de verbalisation des véhicules en stationnement11. Ces critiques s’inscrivent dans un contexte d’annonce de mise en place d’un dispositif de vidéosurveillance sur l’ensemble de la commune.

12Face à ces critiques, l’équipe municipale mène depuis son élection une stratégie de légitimation de son action, par la mobilisation de deux registres :

  • d’une part, la légitimation de la police municipale par la critique publique de la police nationale, comme le montre cet échange entre des habitants et le maire lors d’une réunion publique : [un homme] : « c’est bien, la police de proximité… ils sont gentils… ils sont présents… » [une personne dans la salle] « les jeunes à vélo… ah oui, ils discutent avec tout le monde… » [le maire] « ça oui, ils discutent… moi, c’est bien simple, à chaque fois que j’en vois, ils sont en train de draguer… pendant ce temps-là… ». Conformément aux logiques politique et partisane, ces arguments ont surtout été utilisés entre mars 2001 et mai 2002, la critique de la police nationale s’inscrivant alors dans une critique plus large du gouvernement Jospin.
  • d’autre part, la valorisation de l’action municipale en tant que telle via une forte communication : plus du tiers des textes de communication municipale portent en effet sur les thématiques de la sécurité12. L’engagement de la municipalité à réguler la délinquance13 est ainsi fréquemment rappelé au citoyen ; néanmoins, l’analyse de ces supports de communication, mais aussi des discours du maire, tend à démontrer un glissement de la présentation des missions de la police municipale : alors que la police municipale était initialement présentée comme préventive, elle est aujourd’hui valorisée dans des missions d’investigation.
  • 14 Cf. « Un vaste trafic de drogue démantelé à Épinay », Le Parisien, 19 octobre 2004.

13Ainsi, la politique municipale de sécurité a évolué du fait du changement d’équipe : les structures mises en place par l’ancienne équipe (contrat local de sécurité, maison de la justice et du droit…) n’ont pas été abandonnées, mais des dispositifs nouveaux (police municipale, vidéosurveillance) ont été créés ou prévus. Et l’articulation prévention/répression/solidarités caractéristique des politiques des années Bonnemaison/Le Roux semble avoir été mise entre parenthèses : la prévention était lue à Épinay comme multiforme et pluridisciplinaire, allant de l’action sociale à la politique culturelle en passant par le soutien scolaire ; or tout ou partie de ces dispositifs ont été supprimés ou ont vu leur public réduit, entachant la cohérence globale du dispositif. Un quartier d’Épinay, le quartier d’Orgemont illustre bien ce paradoxe : il accueille depuis 2002 (l’installation était prévue depuis 1999) une antenne de police de proximité, il fait l’objet de patrouilles de la police municipale, et il a été classé en 2004 parmi les 23 « sites prioritaires » définis par le ministère de l’Intérieur. Or Orgemont symbolisait jusqu’en 2001 l’engagement municipal en matière de prévention de la délinquance : il accueillait notamment un centre socioculturel, un café-jeunes, un atelier dit « mosaïcolor » (atelier de construction de fresques et de mosaïques dans les halls d’immeubles, créé en partenariat avec les bailleurs sociaux), une antenne de la croix rouge, (qui, en partenariat avec la municipalité, assurait entre autres des ateliers d’alphabétisation), et une régie de quartier (association financée par la ville, qui embauchait à temps partiel une soixantaine de jeunes habitants du quartier, notamment pour des activités de nettoyage des espaces publics ou des missions d’animation). Or depuis 2001, suite à la diminution ou la suppression des subventions municipales, l’atelier mosaïcolor, la régie de quartier et l’antenne de la Croix rouge ont fermé, et le centre socioculturel voit ses activités réduites. Abandon des divers dispositifs de prévention, mais mise en place d’autres dispositifs : le quartier d’Orgemont est symbolique des mutations en matière de sécurité engagées par l’équipe élue en 2001. Or, durant les années 2003 et 2004 la délinquance, et notamment le trafic de drogue, ont fortement augmenté sur ce quartier14.

14Le maire s’est progressivement imposé comme un acteur central de la politique de sécurité : même si la sécurité demeure régalienne, les acteurs publics municipaux se sont dotés, et se sont vus doter par le législateur, de moyens de garantie de la sécurité et de la tranquillité publiques locales (Le Goff, 2003). Après comme avant le basculement électoral, les municipalités spinassiennes se sont montrées, dans ces domaines, interventionnistes et curieuses de dispositifs innovants ; il convient dès lors de se demander si la création de la police municipale et la mise en place de la vidéosurveillance, voulues par la nouvelle équipe, répondent réellement à des clivages idéologiques, ou si elles ne s’inscrivent pas dans une redéfinition globale de l’éventail de solutions publiques face à l’évolution de la délinquance.

  • 15 Arguments formulés en conseil municipal comme en réunion publique.

15Une lecture superficielle tend à valider l’hypothèse d’un réel clivage idéologique entre les élus spinassiens. D’une part est affirmée dans le discours du maire une double rupture : une rupture orientée autour de l’action, que l’on retrouve dans des réponses aux critiques émises par les élus de l’opposition : « on a créé une police municipale, pas vous », « nous, on agit », voire « vous n’avez rien fait, vous vous en foutiez…15 ». Et une rupture justifiée par des conceptions divergentes des solutions au problème : le nouveau maire met en effet en cause la centralité, dans le dispositif précédent, accordée aux questions de prévention et d’éducation, qui s’inscriraient dans une sous-estimation, voire une négation, de la délinquance réelle existant dans la commune : ainsi, cette réponse ironique d’un adjoint au maire à un conseiller municipal socialiste le questionnant sur l’installation de caméras de vidéosurveillance en un point précis : « Vous avez découvert quand qu’il y a de la délinquance [à cet endroit], depuis que vous êtes dans l’opposition ? » Plus encore, les élus de la majorité dénoncent les liens entre l’ancienne équipe et certains jeunes délinquants, en qualifiant, en conseil municipal, les cafés-jeunes « de repères de dealers financés par [l’ancienne équipe] », ou en déclarant en réunion publique : « Si vous saviez le nombre de délinquants engagés à la mairie… Ils en avaient peur, alors ils les engageaient ».

  • 16 Épinay étant qualifiée de « ville de cinéma », accueillant les studios Éclair depuis leur création (...)

16Inversement, les oppositions formulées par les groupes « Idées » et communiste se situent clairement sur un axe idéologique : ainsi, lors d’une délibération portant sur la mise en place de la vidéosurveillance (précisément sur son financement par le Conseil régional), ces élus ont voté contre le dispositif, argumentant leur refus par des critiques sur la nature et le caractère liberticide de la vidéosurveillance, appuyés en cela par des militants communistes portant dans le public des affichettes à teneur ironique (« Après les studios Éclair, les caméras Chevreau », « Souriez vous êtes filmés »16).

  • 17 Conseil municipal, février 2004.
  • 18 Signalons ici que le soutien du conseil régional s’explique plus par la logique de fonctionnement (...)

17Mais une analyse plus approfondie des discours des différents acteurs nous amène à nuancer cette conclusion en termes d’opposition idéologique pour le groupe socialiste. Ce dernier s’est abstenu lors du vote de cette même délibération : le président du groupe socialiste se disait en effet « [sans] a priori sur cette question. La vidéosurveillance est un outil technique, et on dispose aujourd’hui de différents exemples et d’une littérature assez abondante pour nous dire si ça marche ou pas… mais l’outil n’est pas en lui même suffisant… Ce qui importe c’est la nature du projet et les lieux d’implantation… Là, la démarche n’est pas pertinente…17 ». La critique du groupe socialiste, par la voix de l’ancien député-maire, porte sur quatre points principaux : l’inadéquation entre les effectifs prévus et les effectifs requis, la capacité d’un cabinet privé à décider, suite à un audit, des sites d’implantation, le caractère électoraliste de la date de l’installation annoncée (mi-mars, soit quelques jours avant les élections cantonales auxquelles le maire était candidat), et enfin le manque de communication et de concertation avec la population et les acteurs locaux. Or si l’ancien maire se montre peu critique sur l’idée même de vidéosurveillance, c’est certes parce que, comme il l’a précisé dans son intervention, il n’est pas opposé au dispositif en tant que tel (contrairement aux élus des autres groupes de l’opposition) mais aussi parce qu’en tant que secrétaire national du parti socialiste, il ne désavoue par les maires socialistes qui ont mis en place le dispositif. En face, le maire a beau jeu de rappeler que le Conseil régional a, par le vote de la subvention, légitimé le dispositif : « la région va accorder une subvention or la région est de gauche, donc…18 ».

18De la même manière, la part idéologique du clivage est difficilement décryptable sur la question de la police municipale : les élus communistes et alternatifs réclament la suppression de la police municipale, dénonçant son coût et son inefficacité, alors que les élus socialistes concentrent leur opposition sur la faible lisibilité de son action et sur son armement, rappelant au maire les chiffres de la délinquance en augmentation. Ces différences dans la critique s’expliquent par le fait que l’ancien maire ne rejette pas par principe la police municipale, et ce pour trois raisons stratégiques : d’abord, les élus socialistes se situent depuis leur défaite dans une démarche pragmatique envisageant « l’après » (la reconquête de la commune), ce qui les mène à engager, en parallèle à la formulation des argumentaires d’opposition, une réflexion de type : « quoi faire ensuite de la police municipale ? ». Ensuite, la seule action du maire dans le domaine de la sécurité est, malgré les critiques évoquées précédemment, lue par la population comme une marque de son volontarisme politique, alors que l’ancienne équipe était au contraire jugée laxiste : critiquer l’intervention municipale en tant que telle serait donc électoralement inefficace. Enfin, le président du groupe socialiste, en tant que parlementaire spécialisé sur les questions de sécurité lors de la législature 1997-2002, avait alors collaboré au projet de réglementation de la police municipale : en acceptant le principe même de la police municipale mais en critiquant sa mise en place spinassienne, il peut ainsi ne pas désavouer, comme dans le cas de la vidéosurveillance, les autres maires socialistes et l’action du gouvernement Jospin, tout en critiquant la politique menée à Épinay.

19Dans le domaine de la politique locale de sécurité, les politiques publiques menées ont été transformées du fait du basculement électoral. Mais si ces mutations peuvent être lues comme le reflet de conceptions idéologiques divergentes, la réalité est en réalité plus complexe : l’appartenance des élus d’opposition socialistes à des structures emboîtantes et à la direction nationale du parti socialiste, conjuguée à leur stratégie de reconquête de la commune, les conduit à la formulation d’oppositions portant plus sur les méthodologies de mise en place que sur les dispositifs mêmes. Ces constats dressés pour la politique de sécurité, il convient à titre comparatif d’analyser un autre champ de politique publique territorialisée : le domaine de la culture.

La politique culturelle : entre alternative politique et prise de contrôle

  • 19 Nous utilisons ce néologisme pour symboliser la stratégie d’implantation de la nouvelle équipe via (...)

20La politique culturelle a fait l’objet d’une rupture justifiée à la fois par des considérations idéologiques et par une logique de « dé-PS-isation19 » de la vie locale.

  • 20 Les deux maires socialistes s’inscrivent à Épinay dans la logique stratégique des élus locaux soci (...)
  • 21 La politique spinassienne de la culture répondait ainsi à une logique de démocratisation, à un « e (...)
  • 22 La commune a accueilli une partie de l’exposition « Beaubourg hors les murs » engagée par le musée (...)

21La culture a été lue, par G. Bonnemaison dès les années 1970, puis par B. Le Roux (qui fut adjoint au maire chargé des affaires culturelles avant d’être maire20) comme l’une des composantes de la politique éducative et de prévention de la délinquance, et comme un outil de médiatisation de la commune et de transformation de son image. Les équipes municipales avaient alors développé une politique orientée autour de trois axes : l’offre, dans une logique inflationniste de superposition des équipements culturels (Friedberg et Urfalino, 1984), la création, à travers les ateliers des structures culturelles et l’accueil en résidence d’artistes (auteurs, plasticiens ou chorégraphes), et l’éducation à toutes les formes de culture (du cinéma à la danse contemporaine en passant par la lecture) via notamment des partenariats avec l’Éducation Nationale21. Épinay a ainsi signé une première Convention de développement culturel avec l’État, puis un partenariat avec le Centre Georges Pompidou22, et la Maison du Théâtre et de la Danse (MTD) a obtenu le label ministériel de « scène conventionnée ». En mars 2001, la gestion du dispositif culturel spinassien était mixte : une gestion municipale, via la Direction des Affaires Culturelles (DAC), qui intervenait directement et coordonnait les activités du conservatoire, des bibliothèques ou des salles de cinéma municipales ; et la MTD, démunicipalisée, gérée par une association (au bureau composé de militants ou de sympathisants socialistes), dirigée par une directrice recrutée à l’origine du projet par le maire, et financée majoritairement par la commune. Durant la campagne électorale municipale, la MTD, et plus largement la politique culturelle, ont fait l’objet de critiques de la part des deux équipes « Vivre à Épinay-sur-Seine » et « Idées » pour leurs caractères élitiste et non local, la MTD étant (ateliers en milieu scolaire exceptés) fortement fréquentée par des non-spinassiens.

22Dès son installation, la nouvelle équipe municipale a cherché à transformer cette politique culturelle, tant au niveau de ses priorités que dans sa gestion, la divergence idéologique sur la définition et les objectifs de la culture rejoignant ici la nécessité économique et la volonté de rupture avec l’ancien système. Le partenariat entre l’Éducation nationale et la municipalité via la DAC a ainsi été transformé : selon une directrice d’école maternelle engagée dans les dispositifs,

  • 23 Entretien avec une directrice d’école, réalisé en octobre 2003.

« les ateliers de pratique artistique avec la MTD ont été maintenus dans les écoles, qui se battent pour les conserver… mais en général, les prestations baissent…. Les tarifs des sorties culturelles ont augmenté de 3 à 4 €, ce qui est énorme pour les familles d’ici… la mairie ne nous met plus à disposition de cars pour emmener les enfants voir les spectacles pourtant proposés par la ville… ce qui profite aux écoles situées les plus près des installations… L’école privée a été intégrée aux projets… cela fait perdre des moyens pour l’école publique… En matière de politique de la lecture, la municipalité accorde moins de moyens aux bibliothèques… mais le maire offre un livre aux enfants des écoles pour Noël…23

  • 24 Extrait d’un tract électoral, qui justifie cette proposition de programmation par « la culture ne (...)
  • 25 La pièce avait été interprétée par des comédiens spinassiens, professionnels (de la Compagnie Quar (...)
  • 26 Passant de 14,8 % en 2000 à 10 % en 2004 des dépenses municipales ; la diminution s’explique surto (...)
  • 27 Le glissement sémantique s’est opéré pour la première fois publiquement lors de la cérémonie des v (...)

23L’engagement électoral du nouveau maire visant à « promouvoir des spectacles populaires, théâtres de boulevard, concert de variétés24 » s’est de plus reflété dans la programmation, alors que parallèlement l’accent était mis sur la diffusion et non plus sur la création. Ainsi, tandis que la représentation théâtrale centrale de l’année 2000 a été la pièce « El Menfi » du dramaturge M. Rouahbi, alors en résidence à la MTD25, celle de l’année 2003 a été la pièce « Madame sans Gêne » de V. Sardou, succès public parisien de 2002, « acheté » par la municipalité. Ainsi, la culture n’a pas disparu de la scène locale, et le budget consacré n’a d’ailleurs que peu diminué26, mais la programmation et son objectif même ont changé de nature : symbole de cette évolution, le terme même de « culture » a été remplacé, dans les prises de parole publiques du Maire, par celui de « divertissement27 ».

  • 28 Dont le budget était évalué à environ 750 000 € lors de sa création, sur un budget municipal globa (...)
  • 29 Équivalente à 400 000 € en 2002 ; la MTD est également subventionnée par la DRAC (55 000 € annuels (...)
  • 30 Soulignons ici ces statuts avaient été rédigés dans une situation de confiance réciproque entre le (...)
  • 31 Le déficit s’élevait début 2004 à 60 000 € ; il s’explique par le déséquilibre entre l’augmentatio (...)
  • 32 Cette démission s’est déroulée en plusieurs temps. La démission en 2002 du président de l’associat (...)

24La MTD, symbolique de l’ancienne équipe municipale, a été au cœur de la rupture opérée par la nouvelle équipe municipale, et ce dès son élection, en raison des divergences évoquées précédemment et d’une nécessité budgétaire : afin de financer la police municipale28, le maire avait en effet annoncé qu’il réaliserait une opération de « vases communicants » entre les budgets culture et sécurité, en diminuant, voire en supprimant la subvention annuelle de la MTD29. Il lui fallut dans un premier temps attendre la fin de la convention quadripartite entre l’association, la commune, l’État et le conseil général, prévue en 2002. Après expiration, la convention n’a pas pour autant été dénoncée : elle a même été renouvelée pour trois ans, et la MTD a été placée par la municipalité au cœur du dispositif culturel de la commune avec augmentation de la subvention, puisqu’elle devait assurer la gestion de l’essentiel de la programmation (excepté certains spectacles gérés par le service des relations publiques de la commune), la DAC étant maintenue dans ses fonctions de coordination des structures. Partant, c’est cette « association MTD », officiellement indépendante, qui doit gérer la programmation municipale définie par les élus : ce paradoxe est dû aux statuts mêmes de la MTD, le directeur bénéficiant d’une indépendance large dans la définition des priorités et de la programmation30. Le directeur ayant été recruté par la municipalité et étant en accord avec les priorités définies par les élus, la gestion de la MTD se trouve alors partiellement remunicipalisée, bien que soit conservée officiellement son indépendance associative. Le conseil d’administration de l’association a laissé ce glissement s’opérer entre mars 2001 et mai 2004, jusqu’à ce que l’aggravation du déficit31 provoque une crise entraînant la démission du CA, puis la liquidation de l’association initiale32.

25Les mutations dans la politique culturelle répondent ainsi tout autant à une divergence idéologique sur la définition de l’art et de la culture et de leurs missions qu’à une volonté de rupture avec les modes de gestion de ces politiques, dominés par quelques élus municipaux, des artistes et des militants associatifs proches du parti socialiste. Cette double justification de la rupture menée par l’équipe élue en mars 2001 rejoint en cela les critiques formulées, depuis leur dissidence, par les candidats (puis les élus) du groupe Idées. Pendant la campagne électorale, ceux-ci proposaient, afin de favoriser une « diffusion et une pratique culturelle accessible au plus grand nombre », la création d’» un festival des cultures du monde prenant en compte le multiculturalisme de notre ville », et critiquaient l’équipement MTD dans sa gestion et ses choix programmatiques, jugés trop élitistes et inadaptés au public spinassien. Paradoxalement, ces critiques se trouvent en contradiction avec les propos de ces mêmes acteurs sur la politique cinématographique de l’ancienne municipalité, les « alternatifs » ayant en 2000 et 2001 dénoncé le soutien de l’équipe municipale à l’installation sur le territoire spinassien d’un multiplex cinématographique, se positionnant en défenseurs des salles de cinéma municipales spécialisées dans une programmation « art et essai » et faiblement fréquentées par les Spinassiens. Différence d’appréciation entre le cinéma et le spectacle vivant ou bien stratégie politique ? Les mêmes orientations politiques et leurs conséquences étaient appréhendées différemment selon l’objet de la politique culturelle. Il semble en fait que ces deux prises de position présentaient, à quelques mois des élections municipales, une opportunité de positionnement face à la population et aux mouvements associatifs de la commune, et notamment le mouvement ATTAC alors en constitution, mais également face à l’équipe majoritaire dans une optique de négociation des postes électifs dans la future équipe municipale. Parallèlement, les critiques à l’encontre de la MTD, alors que ces mêmes acteurs locaux valorisaient des théâtres comparables, se situent dans un contexte général de contestation d’une gestion locale qualifiée de monarchique voire « d’autocratique » pendant la campagne électorale. En effet, comme nous l’avons dit précédemment, l’association était présidée par un militant socialiste, et les liens entre le PS, les militants associatifs et les artistes intervenant étaient forts ; à titre symbolique, c’est dans les locaux de la MTD que s’est déroulé, au soir du second tour des élections municipales, le « pot » organisé par la liste menée par le maire sortant – prévu initialement pour fêter sa victoire. En outre, la convention de financement prévoyait, outre le versement de la subvention par la commune, la mise à disposition de locaux ; la municipalité avait alors fait le choix, plutôt que de construire de nouveaux locaux, d’installer la MTD dans des locaux qui accueillaient auparavant une MJC ainsi que des associations. Or ces locaux sont situés dans un quartier qui ne disposait pas d’équipement socioculturel, et les associations exclues de ce lieu ne trouvaient pas d’autres hébergements ; les militants associatifs avaient, dans les années 1999-2001, fortement contesté cette installation, et les candidats alternatifs avaient utilisé cet épisode comme une preuve du déni de démocratie de la part du maire. La critique de la politique culturelle se fonde ainsi tout autant, chez les élus et militants « Idées », sur une opposition à des méthodes de gestion que sur un désaccord idéologique profond avec la politique culturelle menée, le domaine culturel, et la question de la MTD en particulier s’inscrivant dans une stratégie politique plus globale.

26Ainsi, nous avons démontré que les politiques municipales diffèrent selon les équipes au pouvoir, et les idéologies occupent une place centrale dans l’explication de ces changements. Toutefois, cette idéologisation est refusée par l’équipe municipale en place, et par un Maire qui se présente comme ne faisant pas de politique.

27Parallèlement, on assiste de la part des élus à une réécriture idéologique de l’opposition aux politiques menées : exemple symbolique de cette réécriture, le domaine de la « démocratie locale », lu par les divers acteurs municipaux et locaux comme un domaine de transformation des politiques menées, et par certains élus sous l’angle de l’idéologisation : depuis le basculement électoral, les structures de participation de la population ont évolué, le Conseil Communal de Jeunes est devenu Conseil Municipal des Enfants et a vu son public – cible modifié ; les conseils d’initiative et de quartier (CIQ) ont été supprimés, et remplacés par des « réunions de quartier » aux fonctions d’information descendante (de la municipalité vers la population), à l’ordre du jour fixé et contrôlé par le Maire. Le conseil local des associations a été en partie dissout, et la municipalité mène une politique de contrôle des associations (notamment par les demandes de fichiers d’adhérents ou par le conditionnement de subventions à la démission de militants des bureaux des associations), et de (quasi)-remunicipalisation d’activités démunicipalisées. Enfin, la concertation avec certains partenaires locaux, notamment les enseignants, a été en partie abandonnée. Cependant, ces ruptures apparentes méritent d’être nuancées : en effet, durant le mandat 1995-2001, la concertation avec les professionnels locaux et le contact avec les associations étaient effectivement développés, mais l’équipe municipale bénéficiait pour cela d’une forte pénétration dans le milieu associatif et surtout dans le milieu enseignant (deux adjoints au maire étaient directeurs d’écoles spinassiennes, et tous les directeurs d’école appartenaient au comité de soutien de l’équipe sortante en mars 2001). À l’opposé, le refus de la participation de la part de la nouvelle équipe peut autant s’expliquer par une appréhension forte des élus vis-à-vis de ces acteurs jugés trop politisés que par un réel « mépris » des partenaires locaux ou par une « idéologie anti-démocratique », arguments utilisés par les opposants municipaux. En outre, les Conseils de quartier (CIQ) qui, entre 1995 et 2001, devaient théoriquement favoriser les initiatives de tous les citoyens, se sont à l’usage révélés des lieux de cooptation et de soutien à la politique municipale. C’est dans ce contexte qu’on peut parler de rupture, conformément aux promesses de l’équipe challenger en campagne en 2001 : rupture qui est réaffirmée à la fois par la nouvelle équipe municipale et par son maire dans une perspective de valorisation de leur action, par les opposants socialistes et, dans une moindre mesure, communistes dans une perspective critique. Les opposants verts et alternatifs, eux, constatent la rupture et critiquent la nouvelle politique sans toutefois valoriser la précédente, la mainmise du PS sur les différentes structures de participation ayant été l’une des causes officielles de leur dissidence. Au total, le basculement électoral entraîne ainsi des mutations politiques et des transformations des politiques publiques menées ; mais ces changements font l’objet d’une réécriture par les différentes équipes, dans un objectif partagé par tous les élus de mettre en évidence la rupture et l’absence de continuité, et ainsi de mettre en scène l’alternance politique (Edelman, 1991).

28Partant, les oppositions demeurent « d’inspiration idéologique », que ce soit au niveau de la définition des problèmes et/ou de la formulation des réponses, de la logique de concertation ou plus largement de la cohérence globale de l’ensemble des politiques sectorielles. En guise de conclusion, il convient de se demander quels sont les acteurs, politiques ou non, élus, fonctionnaires, militants ou citoyens, qui interviennent dans la définition de l’inspiration idéologique des politiques municipales menées à Épinay.

En guise de conclusion : qui politise l’action publique ? Qui en propose une lecture idéologique ?

29En premier lieu, l’actuel maire occupe une place centrale dans la formulation de ces idéologies. Il a ainsi joué un double rôle : en tant que tête de liste dans la rédaction du programme électoral, ou du moins dans la transposition locale de cadrages nationaux partisans ; puis dès son élection en définissant les priorités et solutions politiques. Il se situe institutionnellement au cœur du dispositif de construction des idéologies. Les adjoints n’ont par exemple qu’une marge de manœuvre limitée dans la définition idéologique de leur délégation (Borraz, 1998). Ainsi, un adjoint en charge des « relations avec les communautés » avait organisé, en 2002, une réunion sur la laïcité, à laquelle étaient conviés les représentants des différents cultes et associations cultuelles, autour d’une question centrale : « Faut-il réviser les lois de la République ? ». Cette réunion a été critiquée par les partis de gauche et des associations locales, qui ont publié des tracts critiques et organisé des rassemblements de protestation. Le maire a alors publiquement désavoué cette initiative qualifiée de « personnelle », et l’adjoint évoquera et regrettera à plusieurs reprises ce désaveu, reprochant au maire de « n’avoir rien compris ». Plus largement, les conseillers municipaux ne peuvent pas librement prendre la parole, en conseil municipal comme en réunion publique.

  • 33 Il est conseiller municipal dans une commune de Seine-Saint-Denis, et était jusqu’en mars 2004 con (...)
  • 34 En effet, malgré l’existence du concours comme voie privilégiée de recrutement de la fonction publ (...)

30Pour accompagner le maire dans la formulation des politiques publiques, deux acteurs non élus jouent un rôle clé : un fonctionnaire, le directeur général des services et le directeur de cabinet, par ailleurs élu au sein d’autres collectivités et ancien délégué départemental de l’UDF33. Tous deux accompagnent le maire dans ses déplacements et l’aident dans son activité publique, notamment en lui transmettant durant les conseils municipaux et réunions publiques des argumentaires écrits. Ces deux hommes ont été recrutés après le basculement électoral : le directeur de cabinet de l’ancien maire, non fonctionnaire, a en effet quitté la ville au lendemain des élections municipales, et le secrétaire général n’est demeuré à son poste que quelques mois, attendant son départ en préretraite. En moins de trois ans, l’équipe administrative gérant la commune s’est transformée : trois directeurs de service ont ainsi à leur demande quitté la ville, et de nombreux contractuels, notamment dans le secteur de la culture, ont été remerciés à la fin de leur contrat. Le nouveau maire a dès lors pu s’entourer de collaborateurs de son choix, politiques et administratifs, tous partageant ses conceptions politiques34.

  • 35 Il avait alors déclaré « les mères peuvent quand même faire manger leurs enfants » et « on est pas (...)

31Les élus de l’opposition participent eux à la formulation d’idéologies d’une triple manière : d’une part, les oppositions, qu’elles soient ou non idéologiques, sont toujours formulées et présentées au public comme relevant de clivages idéologiques. D’autre part, ces élus reformulent selon un prisme idéologique les politiques mises en place par la municipalité, même lorsque l’équipe en place insiste au contraire sur leur apolitisme ou leur caractère non politique. L’un des exemples les plus révélateurs de ces lectures différentielles est celui de l’accueil des enfants dans les cantines scolaires. Les difficiles conditions d’accueil dans les cantines scolaires maternelles et primaires étaient depuis les années 1990 critiquées tant par les parents d’élèves que par les directeurs d’école. Lors de la rentrée scolaire 2001, le règlement intérieur de la caisse des écoles a été modifié sous l’impulsion des nouveaux élus : afin de restreindre les inscriptions, la condition d’accueil des enfants a été durcie (travail des deux parents – ou du parent dans le cas des familles monoparentales). Cette mesure a suscité une réaction de la part de l’opposition municipale et des associations de parents d’élèves. La justification municipale officielle répondait à une logique purement organisationnelle ; à l’inverse, les élus et militants d’opposition se sont appuyés sur deux déclarations de l’adjoint aux affaires scolaires lors de cette délibération de la caisse des écoles35, pour mettre en évidence « l’idéologie douteuse » de la municipalité, porteuse de « conceptions archaïques de la place de la femme » et de « racisme ».

32Enfin, l’intervention des élus de l’opposition dans la formulation des politiques municipales se fait par le biais du vote en conseil municipal, qui permet l’approbation ou le rejet de décisions. Les votes des élus d’opposition diffèrent selon leurs positions sur la délibération, comme nous l’avons vu au sujet de la vidéosurveillance, entre vote contre, abstention, et vote « pour » (notamment pour les délibérations ne faisant pas l’objet de débat, de l’élection du secrétaire de séance à la passation de certaines conventions). Les élus socialistes et communistes votent par contre systématiquement « contre » les délibérations à caractère budgétaire, alors que les élus du groupe Idées s’abstiennent systématiquement lors de ces mêmes votes – ils précisent qu’ils ne participeront pas à ces votes tant que des procédures de budget participatif ne seront pas mises en place ; or si ces refus de vote de la part des élus alternatifs s’inscrivent dans leurs revendications à caractère participatif, ils sont parfois en contradiction avec leur opposition aux orientations politiques proposées par la municipalité.

33Le rôle des non-élus dans l’élaboration des idéologies est plus complexe à cerner. Le changement d’équipe administrative évoqué supra s’est accompagné plus largement de mutations au sein du tissu participatif de la commune. Par exemple, la municipalité a transformé le Conseil Communal de Jeunes (CCJ), structure visant à favoriser la participation des jeunes à la vie de la cité : comme dit précédemment, son nom et son public cible ont été modifiés. Surtout, la structure est moins active durant les années 2001-2004 qu’elle ne l’était durant les années 1995-2001, et le basculement municipal en est indirectement la cause : en effet, les acteurs locaux encadrant le CCJ avant 2001 étaient proches de l’ancienne équipe municipale : la dernière responsable et une bénévole étaient candidates éligibles sur la liste sortante en 2001, une autre appartenait à son comité de soutien. Une fois la nouvelle équipe élue, ces personnes ont démissionné de leurs fonctions, affichant ainsi leur refus de travailler avec celle-ci pour des raisons personnelles et politiques. Ces acteurs ont ensuite réécrit les décisions municipales selon un clivage idéologique, à la manière du travail opéré par les élus de l’opposition évoqué précédemment : le changement de nom, de CCJ à CME (Conseil Municipal des Enfants), a été lu comme révélateur d’une volonté idéologique de municipalisation, et donc de manipulation de la structure ; de même, la restriction de l’âge et des classes concernées (du CM1-5e aux seuls CM1-CM2) qui officialisait la toujours plus grande désaffection des collèges envers la structure, a été lue comme significative d’une volonté d’éviter le public de collégiens à la parole plus libre. Ces critiques des transformations politiques de la structure, formulées lors de réunions publiques, de forums associatifs ou de réunions des personnels enseignants, et la démission des acteurs, qui a laissé la structure sans responsable, a rendu impossible l’organisation des élections à la rentrée scolaire 2001-2002 ; et en 2003-2004, le recrutement d’une nouvelle responsable n’a pas permis de réelle relance du dispositif, la majorité des écoles refusant explicitement ou implicitement de participer au dispositif.

34Cet exemple nous permet de mettre en évidence un impact indirect du basculement électoral : le changement de couleurs politiques et le départ des acteurs, professionnels et bénévoles, de la commune et de ses structures a transformé les liens de sociabilité et les habitudes des acteurs locaux. Depuis les années 1970, les manifestations officielles – les vœux du maire en particulier –, les fêtes politiques – la fête de la rose organisée annuellement par le PS, les soirs de victoires électorales –, les mêmes acteurs locaux, élus de gauche, personnels enseignants, militants associatifs et des partis de gauche… se rencontraient ; s’ensuivaient souvent des collaborations professionnelles. Après le basculement municipal, les départs et mutations internes de certains fonctionnaires et la disparition de certains élus et militants de la scène municipale ont transformé ces rapports, le caractère festif et le lien de sociabilité disparaissant et entraînant avec lui les partenariats existants.

35Enfin, la place des citoyens dans ce jeu d’oppositions demeure limitée. Si la politique municipale est effectivement le fruit d’un positionnement partisan et d’une volonté idéologique, ce positionnement doit, dans la logique démocratique, avoir été choisi et voulu par la population lors d’élections démocratiques, et le citoyen a participé à la formulation des idéologies par son vote informé et rationnel. Or le vote pour la liste « Vivre à Épinay-sur-Seine » s’explique, en mars 2001, sans doute plus par une volonté de sanctionner les hommes au pouvoir que par des choix partisans et idéologiques explicites.

  • 36 Cette phrase ou ses variantes a été notée au cours de toutes les réunions publiques auxquelles nou (...)

36Mais la participation des citoyens dans la définition des problèmes et des solutions ne se limite pas, a fortiori au niveau local, à la participation électorale : ainsi, les citoyens semblent occuper une place importante dans la mise sur agenda des problèmes par leur expression publique, dans le cadre des réunions de quartier et des rencontres avec les élus surtout. C’est notamment le cas pour la sécurité, thématique centrale dans l’expression des besoins des citoyens : les arènes publiques sont ainsi des lieux d’expression des souffrances (souvent par le récit d’expériences) et angoisses individuelles des citoyens, mais surtout de demandes d’interventions : « Monsieur le maire, qu’allez-vous faire pour la sécurité36 ?» Certains citoyens explicitent parfois ces demandes d’interventions par des propositions de solutions concrètes, notamment l’éclairage public ou la présence humaine.

37Toutefois, il convient de nuancer ce constat valorisant le rôle de la population : concernant la politique de sécurité, la critique de la politique menée par l’ancienne municipalité formulée par la population, notamment pendant la campagne de 2001, revêtait trois formes différentes : une critique du manque de répression (argument manié par les équipes de droite), une critique du « trop de répression » (argument manié par les équipes communistes et alternatives), et une critique de la trop grande médiatisation des politiques qui aurait contribué à la dégradation de l’image de la commune. Ces trois critiques expliquent la volonté de sanctionner l’équipe en place et débouchent sur des choix électoraux et des demandes de rupture formulées auprès du nouveau maire, mais les solutions et ruptures demandées divergent fondamentalement : partant, le fait que les citoyens formulent à l’attention du maire des demandes d’intervention contribuent à la mise sur agenda des politiques sans peser sur la forme même des dispositifs. De plus, les réunions publiques ne sont pas de réels lieux de débat entre les citoyens et les élus : les généralisations sont rares, les citoyens présents ne représentent qu’une minorité de la population locale (Blondiaux, 1999), et les prises de parole se révèlent souvent stratégiques, selon une logique politique et militante.

38Ainsi, le cas de la commune d’Épinay nous a permis de démontrer qu’un basculement politique peut revêtir de nombreuses conséquences pour la commune, que ce soit dans les politiques menées ou plus largement dans l’organisation et le fonctionnement de cette vie locale : les politiques menées peuvent varier globalement (par la mise en place de dispositifs ou la fermeture d’équipements) ou de manière plus marginale (ainsi, la diminution des cars mis à disposition des écoles pour les sorties culturelles entraînant une diminution de la fréquentation des structures), dans leur fond et dans leur forme : la gestion locale est le fait des élus municipaux mais également des divers acteurs de la vie locale, et la modification de l’équipe municipale peut entraîner des départs de fonctionnaires (ou collaborateurs de cabinet) ou des retraits de militants (ou même leur transformation de militants-soutiens en militants-opposants).

39Dès lors, malgré la gouvernance polycentrique et les nouvelles formes de participation locale, le maire demeure à Épinay au cœur du dispositif de prise de décision politique. Il est, avec quelques proches collaborateurs, à l’initiative de politiques de rupture et de reconstruction. Ainsi, si les deux maires successifs ont été confrontés aux mêmes problèmes locaux, les choix politiques effectués divergent dans le fond comme dans la forme, et ces divergences peuvent s’expliquer à travers le concept d’idéologie, dans un double sens : d’une part, dans des domaines comme la sécurité et la culture, les définitions des problèmes et des solutions divergent selon les équipes, ce qui explique à la fois la rupture causée par le basculement et les divergences dans les prises de position des groupes d’opposition. D’autre part, l’idéologie (et la réécriture idéologique des décisions municipales) occupe une place centrale dans la stratégie de positionnement des groupes d’opposition entre eux, vis-à-vis de la population et de la majorité municipale : si le maire et son équipe, bénéficiant de la légitimité du suffrage, plaide l’intérêt général et un certain apolitisme de la gestion politique locale, les opposants, élus ou non vont utiliser les idéologies pour délégitimer l’action menée par l’équipe majoritaire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bachmann (C.), Le Guennec (N.), 1996, Violences urbaines, Paris, Seuil.

Balme (R.), Faure (A.), Mabileau (A.), dir., 1999, Les nouvelles politiques locales, dynamiques de l’action publique, Paris, Presses de Sciences Po.

Blondiaux (L.), 1999, La démocratie locale : représentation, participation et espace public, Paris, PUF – publications du CURAPP.

Boltanski (L.), Thévenot (L.), 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Borraz (O.), 1998, Gouverner une ville. Besançon, 1959-1989, Rennes, PUR.

Dolez (B.), Laurent (A.), dir., 2002, Le vote des villes : les élections municipales des 11 et 18 mars 2001, Paris, Presses de Sciences Po.

Edelman (M. -J.), 1991, Pièces et règles du jeu politique, Paris, Seuil.

Ferret (J.), 1995, Les élites politiques en Midi-Pyrénées, Thèse pour le doctorant de science politique, université de Toulouse I.

Friedberg (E.), Urfalino (P.), 1984, Le jeu du catalogue, Paris, La Documentation française.

Gaxie (D.), Lehingue (P.), 1984, Enjeux municipaux : la constitution des enjeux politiques dans une élection municipale, Paris, PUF.

Guehenneux (L.), 1999, « Du Centre Pompidou au Centre Leclerc », Regards, n° 45 (04).

Hardy (A. -S.), 2005, Pouvoir et citoyenneté dans l’action politique municipale. Monographie d’Épinay-sur-Seine autour de son basculement électoral, 1999-2004, thèse pour le doctorat de science politique, Université Paris IX-Dauphine (Laboratoire IRISES) en novembre.

Jamet (D.), Robin (D.), 1980, « Les associations et comités culturels régionaux et départementaux », Paris, Ministère de la culture et de la communication.

Joana (J.), 2000, « Du gouvernement des villes au gouvernement municipal : qui gouverne les villes ? », Pôle Sud, n° 13, p. 3-9.

Le Bart (C.), 2003, Les maires, sociologie d’un rôle, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Le Galès (P.), 1995, « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, 45 (1), p. 57-95.

Le Goff (T.), 2003, Le maire garant de la tranquillité publique, thèse pour le doctorat en science politique, université de Rennes 1.

Mabileau (A.), 1993, À la recherche du local, Paris, L’Harmattan.

Mabileau (A.), Sorbets (C.), dir., 1989, Gouverner les villes moyennes, Paris, Pédone.

Padioleau (J. -G.), 1982, L’État au concret, Paris, PUF.

Paoletti (M.), 1999, « La démocratie locale française : spécificités et alignement », in La démocratie locale : représentation, participation et espace public, Paris, CURAPP-CRAPS, PUF.

Roubieu (O.), 1999, Des cadres gouvernants : les hauts fonctionnaires des collectivités locales, Thèse pour le doctorat de science politique, université de Lille III.

Notes

1 Commune moyenne de Seine-Saint-Denis (93), d’une population de plus de 46 000 habitants ; malgré des atouts (la proximité de Paris, la présence d’espaces verts en bords de Seine, un réseau de transports en commun dense), Épinay connaît des problèmes de paupérisation, de délinquance, d’urbanisme mal adapté, ainsi qu’un fort turn over de la population.

2 Le maire, H. Chevreau, appartient à l’UDF après s’être présenté à des élections sous d’autres bannières, mais s’affiche comme apolitique ou apartisan (lors des élections cantonales de mars 2004, il s’est présenté en tant que « Maire d’Épinay »). Ses conseillers municipaux sont sans étiquette, membres de l’UMP ou de l’UDF. Certains avaient même figuré sur la liste Front National lors des élections municipales de 1995. Malgré ces appartenances diverses, aucun groupe n’existe au sein de la majorité spinassienne.

3 Le futur maire avait ainsi déclaré lors d’une réunion de campagne (février 2001) : « Bien sûr, pour faire tout cela [mener les politiques précédemment énumérées], il faudra quitter Plaine Commune, qui est communiste ». La communauté d’agglomérations, alors composée de cinq communes dont quatre de gestion communiste (Aubervilliers, Saint-Denis, Villetaneuse, Pierrefitte-sur-Seine) a été élargie à l’Ile-Saint-Denis (Verts), Stains (PCF) et La Courneuve (PCF) en 2005. Dès son élection, la nouvelle équipe a tissé des liens avec des communes du Val d’Oise limitrophes ou à proximité d’Épinay, Deuil-La-Barre (RPR), Enghien-les Bains (UDF), Argenteuil (RPR), ou Saint-Gratien (DL). Mais, la commune appartient toujours à Plaine Commune, maintien qui s’explique pour plusieurs raisons : les freins juridiques à la sortie d’une communauté d’agglomération, les besoins économiques et financiers de la commune (Épinay étant l’une des communes les plus pauvres de la communauté, elle bénéficie assez largement du régime de la taxe professionnelle unique), et la reconnaissance dans la structure de la commune (qui voit certains de ses projets tels que le GPV en voie de financement) et même du Maire, à qui a été confiée la vice-présidence déléguée aux sports, délégation cruciale pour la communauté qui accueille notamment le Stade de France.

4 Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’une thèse en science politique (Hardy, 2005). La méthodologie utilisée combine analyses de politiques publiques (analyses de politiques, entretiens divers) et approche anthropologique de lieux et moments de mise en scène du pouvoir local (notamment les élections et les conseils municipaux).

5 G. Bonnemaison a présidé la commission des maires sur la sécurité en 1982 et a vice-présidé le Conseil National de Prévention de la Délinquance de 1983 à 1987 ; il est également fondateur des Forums français et européen pour la Sécurité Urbaine et du Centre International de Prévention de la Criminalité. B. Le Roux lui succède en tant que maire en 1995 et investit ces questions, en tant que secrétaire national du PS chargé des questions de sécurité, puis en tant que parlementaire rédigeant des rapports et des propositions de loi, notamment sur la réglementation des armes à feu ou des chiens dangereux.

6 ÉPINAY-SUR-SEINE, Prévention de la délinquance, insertion, solidarité, 1992.

7 Alors que le FN était traditionnellement fort à Épinay : le second tour des élections législatives de 1997 avait ainsi été un « duel » PS/FN. De surcroît, durant la campagne municipale de mars 2001, un éphémère candidat (ancien militant socialiste) avait publié et diffusé, majoritairement dans les cités, des tracts titrant « Lettre aux spinassiens sur l’insécurité locale : “Épinay, ça craint !” », fortement critiques envers la politique menée par l’équipe sortante.

8 Réunion publique, 12 février 2001.

9 Extrait d’un tract électoral.

10 En 2003, elle a augmenté de 4 % sur la commune, alors qu’elle diminuait dans les communes limitrophes ; et, fait divers fortement médiatisé, en juin 2004, un homme a, durant 5 jours, agressé à l’arme blanche plusieurs passants.

11 Entre janvier et mai 2004, plus de 800 voitures (épaves non comprises) ont été enlevées, et plus de 8 000 PV pour stationnement anarchique/interdit dressés, soit une moyenne de plus de 53 PV par jour pour l’ensemble de la brigade (source : annonce d’un policier municipal, réunion publique, mai 2004).

12 De même, les élus municipaux, en écharpe tricolore et accompagnés de policiers municipaux, distribuent périodiquement aux automobilistes des plaquettes éditées par la ville comportant des conseils de prévention des « vols à la portière ».

13 Ou à la déplacer hors d’Épinay : ainsi, lors d’un conseil municipal, un élu d’opposition a questionné le maire quant à la concertation avec les maires des communes limitrophes au sujet de la mise en place de la vidéosurveillance et des déplacements de criminalité que le dispositif entraînerait ; le maire a alors répondu que « c’est le problème des autres villes… du moment qu’elle quitte Épinay, c’est l’essentiel… les autres n’ont qu’à travailler autant que nous ».

14 Cf. « Un vaste trafic de drogue démantelé à Épinay », Le Parisien, 19 octobre 2004.

15 Arguments formulés en conseil municipal comme en réunion publique.

16 Épinay étant qualifiée de « ville de cinéma », accueillant les studios Éclair depuis leur création en 1907.

17 Conseil municipal, février 2004.

18 Signalons ici que le soutien du conseil régional s’explique plus par la logique de fonctionnement interne de l’assemblée que par un soutien explicite au dispositif : ainsi, selon le conseiller régional (PS) d’Épinay, « cette subvention, elle va être votée. Elle va être déposée comme un amendement et de toutes façons elle passera. Donc de deux choses l’une. Soit on la vote pas, mais elle passe et on se prend en plus en pleine campagne que les socialistes n’aiment pas la sécurité. Soit on la vote, même si on est contre le principe » (Entretien, décembre 2003).

19 Nous utilisons ce néologisme pour symboliser la stratégie d’implantation de la nouvelle équipe via l’affaiblissement de la domination du PS sur la commune et les acteurs locaux.

20 Les deux maires socialistes s’inscrivent à Épinay dans la logique stratégique des élus locaux socialistes, expérimentant dans leurs communes un projet culturel transférable en programme électoral national.

21 La politique spinassienne de la culture répondait ainsi à une logique de démocratisation, à un « effort […] pour rendre la culture vivante et accessible à tous ». (Guehenneux, 1999)

22 La commune a accueilli une partie de l’exposition « Beaubourg hors les murs » engagée par le musée pour laisser ses œuvres accessibles pendant la période de fermeture pour réfection.

23 Entretien avec une directrice d’école, réalisé en octobre 2003.

24 Extrait d’un tract électoral, qui justifie cette proposition de programmation par « la culture ne doit pas être conçue comme un produit élitiste mais bien au service de toute la population ».

25 La pièce avait été interprétée par des comédiens spinassiens, professionnels (de la Compagnie Quartier Nord, compagnie théâtrale en résidence à la MTD) et amateurs formés par les ateliers de la MTD, et par des comédiens palestiniens, la MTD étant jumelée avec le théâtre de Ramallah ; la pièce a également été jouée en français et en arabe à Ramallah.

26 Passant de 14,8 % en 2000 à 10 % en 2004 des dépenses municipales ; la diminution s’explique surtout par une diminution des actions internationales et jumelages de la commune (la direction des relations internationales étant rattachée à la DAC) et des interventions en milieu scolaire.

27 Le glissement sémantique s’est opéré pour la première fois publiquement lors de la cérémonie des vœux du Maire de janvier 2003, durant laquelle le Maire a présenté des personnels de la DAC comme étant « responsables du divertissement ».

28 Dont le budget était évalué à environ 750 000 € lors de sa création, sur un budget municipal global de 88 millions €.

29 Équivalente à 400 000 € en 2002 ; la MTD est également subventionnée par la DRAC (55 000 € annuels) et le conseil général (15 000 € annuels).

30 Soulignons ici ces statuts avaient été rédigés dans une situation de confiance réciproque entre le bureau de l’association, proche du PS, et la directrice. La démunicipalisation de la MTD ne correspondait pas à une réelle recherche de dépolitisation. On nuance ici les conclusions de Jamet et Robin (1980), qui considèrent le « modèle du conventionnement passé sur la base d’un projet pluriannuel » comme une voie permettant d’éviter la politisation, et de limiter l’intervention directe des hommes politiques pour favoriser l’expression libre des habitants et des associations.

31 Le déficit s’élevait début 2004 à 60 000 € ; il s’explique par le déséquilibre entre l’augmentation de la subvention municipale et les augmentations de dépenses, dues aux transferts de missions, à des spectacles déficitaires (le spectacle « Madame sans gêne » a ainsi été déficitaire de 40 000 €), et au doublement des frais de fonctionnement (salaires et frais de missions du directeur, et surtout frais d’accueil des compagnies invitées).

32 Cette démission s’est déroulée en plusieurs temps. La démission en 2002 du président de l’association est exigée par l’équipe municipale (qui conditionne à cette démission le versement de la subvention annuelle). En mai 2004, le CA (composé de proches de l’ancienne équipe municipale) démissionne, suite à des divergences avec la direction de la structure et la MTD, et à la mise en cause publique (en conseil municipal et par voie de presse) de la responsabilité de l’association dans le creusement du déficit. En juin 2004, face au risque de liquidation, des membres de l’association se sont portés candidats, et ont été élus membres du CA à l’unanimité moins les deux voix des représentants de l’équipe municipale. Alertés par le commissaire aux comptes des risques judiciaires encourus par eux, qui en se présentant assumaient le déficit, ces membres ont démissionné, et face à la carence de candidature, l’association MTD a été dissoute en juillet 2004. Une avance sur la subvention a été versée en juillet 2004 à une association dite « de gestion de la MTD », au sein de laquelle l’adhésion répond à un mécanisme de cooptation.

33 Il est conseiller municipal dans une commune de Seine-Saint-Denis, et était jusqu’en mars 2004 conseiller régional d’Ile de France. Il a été démis de ses fonctions officielles au sein de l’UDF suite à une dissidence lors des dernières élections régionales.

34 En effet, malgré l’existence du concours comme voie privilégiée de recrutement de la fonction publique territoriale, les élus devant recruter sont relativement libres dans le choix de leurs collaborateurs, le recrutement s’apparentant à un spoil system fonctionnel (Roubieu, 1999). Toutefois, certains fonctionnaires proches de l’ancienne équipe, parfois membres des partis socialiste ou communiste, sont demeurés en poste, et dont parfois devenus des informateurs privilégiés des groupes d’opposition.

35 Il avait alors déclaré « les mères peuvent quand même faire manger leurs enfants » et « on est pas en Afrique, les gens ne meurent pas de faim » (en réponse à l’objection de la représentante enseignante qui évoquait le repas servi à la cantine comme seul repas quotidien de certains enfants).

36 Cette phrase ou ses variantes a été notée au cours de toutes les réunions publiques auxquelles nous avons assisté.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search