Version classiqueVersion mobile

Idéologies et action publique territoriale

 | 
Christian Le Bart
, 
Romain Pasquier
, 
Lionel Arnaud

Première partie. La variable politique : alternance symbolique ou alternative idéologique ?

2. Qu’est le socialisme municipal devenu ?

Politisation, dépolitisation, neutralisation de la question municipale au Parti socialiste (des années 1970 à nos jours)

Rémi Lefebvre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 3 On entend par idéologie, à la suite de Jacques Maître, un agencement de relations entre représenta (...)

1L’étude des « idéologies territoriales » ne peut faire l’économie de l’analyse des partis politiques qui contribuent, parmi d’autres acteurs, à les fabriquer, les diffuser, les labelliser ou à les neutraliser. Les organisations politiques constituent des foyers de production et des forums d’idéologies territoriales, plus ou moins articulées. Les analystes s’accordent certes pour constater la « faiblesse » des centres partisans sur leurs périphéries et donc l’autonomie du local et des élus dans la définition des orientations politiques locales malgré le processus de nationalisation tendancielle de la vie politique et d’unification des marchés politiques (Fretel, Lefebvre, 2004). Mais les partis politiques contribuent à la définition des règles du jeu politique local et structurent la production des discours, des schèmes, des représentations, des valeurs à partir desquels la réalité locale et les offres politiques sont construites et les politiques publiques locales mises en œuvre3. S’intéresser à la production partisane des idéologies territoriales c’est surtout porter l’attention vers les partis classés « à gauche » du spectre politique tant l’apolitisme est l’idéologie traditionnellement défendue par les élus locaux de « droite ». Ce sont en effet les partis de gauche qui ont surtout « administré » (Hastings, 2001) un sens politique à l’action locale et ont tenté d’aligner et d’homogénéiser les cadres cognitifs des municipalités qui se référaient à leurs organisations. Il n’y a ainsi pas à droite d’équivalents du communisme municipal ou du socialisme municipal (le gaullisme municipal n’a pas vraiment laissé de traces dans la mémoire politique). La compréhension des processus de « politisation » ou de « dépolitisation » des enjeux locaux ne peut ainsi faire l’impasse sur l’analyse des configurations inter et intra partisanes. La dépolitisation locale obéit à l’évidence à des facteurs nationaux et à des rationalités organisationnelles globales. Ainsi on se propose ici de s’extraire du « territoire » ou du « local » pour porter l’attention sur les arènes centrales et analyser comment les questions locales s’encastrent dans l’économie interne des enjeux partisans et doivent être rapportées à l’état général du champ politique. Il s’agit d’inscrire la dépolitisation locale (qui constitue une des hypothèses de cet ouvrage) dans un contexte partisan plus large et dans le jeu des interactions entre arènes locales et nationales et de montrer qu’elle est dans une certaine mesure le résultat de stratégies partisanes. On reprend ici la définition de la politisation formulée par Jacques Lagroye qui l’entend comme le processus de « requalification des activités sociales les plus diverses, requalification qui résulte d’un accord pratique entre des agents sociaux enclins, pour de multiples raisons, à transgresser ou à remettre en cause la différenciation des espaces d’activités » (Lagroye, 2003, p. 361). La différenciation des espaces d’activités, en jeu ici, est celle du « local » et du « national », catégories qui sont des enjeux de luttes symboliques et qu’il convient à ce titre de ne pas réifier.

  • 4 Nous nous permettons sur ce point de renvoyer à notre thèse (Lefebvre, 2001).
  • 5 Le « socialisme municipal » qui mériterait d’être analysé comme une mythologie politique a été con (...)

2Le « socialisme municipal » a longtemps été un bien politique structurant l’offre politique locale, une marque distinctive aux contenus plus ou moins discriminants que faisaient valoir les entrepreneurs politiques locaux affiliés à la SFIO puis au parti socialiste. L’exercice des fonctions municipales a pesé de manière décisive dans la structuration et l’institutionnalisation du socialisme français. On peut émettre l’hypothèse que le municipalisme constitue une des modalités principales de l’intégration à la fois institutionnelle et sociale du socialisme français et qu’il permet de reconsidérer les caractéristiques, routinisées, qui lui sont traditionnellement prêtées (faible organisation, liens relâchés avec la société, rapport « tourmenté au pouvoir »4…). Les mairies ont constitué historiquement un des supports principaux du rayonnement du socialisme et un des facteurs de sa pérennité sur le plan organisationnel. Positions stratégiques essentielles, elles sont au principe de son insertion structurelle et spécifique dans le jeu politique. Tout au long du XXe siècle, elles représentent un enjeu central dans la mesure où l’exclusion quasiment totale des lieux décisionnels centraux prive le parti d’autres ressources et le confine souvent aux marges des configurations politiques. Privés d’un capital partisan collectif puissant, les dirigeants socialistes ont été condamnés à tirer le meilleur parti des mairies au point de devenir d’ailleurs, pour faire formule, le parti des mairies. La SFIO est très tôt l’un des premiers partis d’élus locaux français. Les municipalités constituent un élément essentiel de fixation et de maintien de l’électorat SFIO. Dans les années soixante-dix, les municipalités jouent un rôle décisif, surtout après la victoire historique de 1977, dans la progression socialiste et son arrivée au pouvoir. La capacité mobilisatrice du socialisme tient pour partie à la force et à la densité des relations sociales (familiales, associatives…) tissées au niveau de ses municipalités. La force du tissu municipal et les ressources que le parti en tire (à la mesure du poids des mairies dans le système politique français) permettent de compenser sa faiblesse organisationnelle. Même si ce phénomène historique a revêtu une grande importance, force est de constater que le « socialisme municipal » a été peu étudié. Si le municipalisme constitue le parent pauvre de l’historiographie du socialisme, c’est pour partie parce que les socialistes ont occulté le poids des municipalités dans la structuration du parti. Après avoir cristallisé une intense controverse doctrinale à la fin du XIXe siècle, le socialisme municipal cesse d’être un enjeu politique saillant dès l’entre-deux-guerres. Il n’est plus inscrit à l’agenda des questions idéologiques légitimes et ne fera à nouveau question que dans les années soixante-dix. À partir des années vingt, alors que « la participation » aux affaires gouvernementales mobilise la réflexion et exacerbe les divisions, la « participation » au gouvernement municipal n’est plus interrogée. C’est que la pratique municipale est associée à une forme d’abâtardissement coupable et à une déviation électoraliste voire opportuniste fondée sur des alliances jugées parfois « contre-nature » (la Troisième Force). La question municipale n’a ainsi fait l’objet que d’une politisation cyclique dans l’histoire du socialisme. Les socialistes ont cherché, de manière variable, à faire des mairies des instruments de transformation sociale, des laboratoires ou des vitrines et donc à politiser les enjeux municipaux5.

3Cet article ne porte pas sur les gestions municipales relevant du « socialisme municipal ». La question n’est donc pas d’analyser le poids de la variable partisane (does politics matter ?) mais la mise en forme idéologique de l’action publique municipale. Il s’agit ici de saisir la question municipale comme enjeu interne à l’organisation socialiste depuis les années 1970 et d’éclairer, par un détour historique, le processus de dépolitisation des enjeux locaux dont témoigne l’épuisement de la tradition du « socialisme municipal ». On analysera les conditions de possibilité de la politisation des questions municipales dans les années soixante-dix et les ressorts sociopolitiques de leur dépolitisation dans les années quatre-vingt et on tentera de répondre aux questions suivantes : de quelle manière « la question municipale » est-elle constituée en enjeu politique et, pour la période récente, dépolitisée et neutralisée ? À travers quels cadres cognitifs et normatifs est-elle appréhendée ? À la faveur de quelles conjonctures et de quelles opportunités stratégiques est-elle activée comme enjeu ? On verra que l’inscription sur l’agenda idéologique du problème, et sa politisation, sont le produit d’un champ de forces toujours spécifique qui se construit autour de la question locale. La logique des prises de position et du traitement des questions municipales obéit à la fois à des logiques internes, c’est-à-dire relatives aux groupes ou courants en lutte pour la définition légitime du parti, et à des logiques externes (état du champ politique, des alliances, effets de conjoncture). La question n’est véritablement posée et polarisée que lorsque des positions municipales sont à conquérir.

La politisation de la question municipale dans les années 1970

  • 6 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, Paris, Flammarion, 1977, p. 7.

« Le projet municipal socialiste est sans équivoque : fidèles à un passé républicain qui voulait faire de la commune la cellule de base de la démocratie, nous voulons faire demain de la même commune la cellule de base du socialisme6

  • 7 Sur « les cycles d’attention aux questions » politiques et la construction des enjeux sociaux, (Ed (...)
  • 8 « Élections Municipales. Préparation à la prise de responsabilités », Archives du PS, OURS, 1976, (...)

4Dans l’histoire du socialisme français, la question municipale ne fait que de manière intermittente l’objet d’un investissement discursif et doctrinal. Elle n’est perçue comme appelant un débat et n’est controversée qu’épisodiquement et de manière éphémère. Cette question s’est ainsi muée d’un enjeu saillant à la fin du XIXe siècle en une thématique refoulée dès les années vingt. Elle n’est véritablement réactivée que dans les années 1970. Si le municipalisme est rarement pensé, c’est qu’il n’est pas pensable au regard de la doctrine officielle affichée par le parti et des ressources politiques qui sont en jeu au niveau local. Dans les années cinquante et soixante, la SFIO, en déclin, est contrainte de se replier sur ses bastions municipaux maintenus dans une large mesure grâce aux alliances de Troisième Force avec le MRP voire le centre droit. La question municipale est dans ces conditions largement dépolitisée et l’apolitisme quasi-assumé. Le début des années soixante-dix est marqué par une très forte rupture du rapport du parti socialiste à l’institution municipale. Il inaugure un nouveau cycle de politisation de la question municipale. L’enjeu municipal est à nouveau activé à la faveur d’un contexte inédit et d’opportunités stratégiques nouvelles7. Cette rupture est de divers ordres. Elle affecte d’abord le discours municipal, marqué très nettement par une politisation et un volontarisme nouveaux. Cette évolution intervient dans un contexte de dénonciation par les dirigeants du parti de la compromission électoraliste d’élus « trop soucieux de conserver au parti un pouvoir municipal vidé de son contenu réel par une pratique trop apolitique8 ». Positions de repli dans les années cinquante et soixante, les municipalités redeviennent des bases d’opération dans les années soixante-dix. Le local est à nouveau conçu discursivement comme un lieu de contre-pouvoir et de revendication mais aussi d’innovation et d’expérimentation sociales. Changer la vie revient à changer la ville (Philipponeau, 1977). Bref, le socialisme municipal redevient le mythe politique mobilisateur qu’il avait cessé d’être dans les années cinquante et soixante. L’imaginaire de « la brèche » ou du « grignotage » refait significativement son apparition et irrigue les discours. Avec ses municipalités, le socialisme est à nouveau « en marche » et ce cheminement est doté d’un sens nouveau. Le socialisme municipal ne tient plus en un catalogue de réalisations et ne doit plus relever de « l’assistance ». Il participe d’une stratégie politique cohérente de « changement social ». La question municipale, progressivement refoulée au point d’être devenu un impensé, est en somme à nouveau ouverte, débattue et problématisée. L’articulation entre local et national est travaillée idéologiquement par le parti. La thématisation de la question municipale est assez proche de celle cadrée par le débat inaugural de la fin du XIXe siècle. De manière significative d’ailleurs, comme pendant cette première séquence, le socialisme municipal constitue à nouveau un enjeu saillant et un thème fortement discriminant des luttes intrapartisanes. La cause municipale, anoblie, retrouve des entrepreneurs. La démocratie et l’autogestion locales constituent un référent identitaire et un marqueur de « la deuxième gauche » rocardienne qui donne au socialisme des accents girondins, et réactive en l’hybridant, la filiation proudhonnienne et possibiliste. L’opposition entre le CERES et le courant Rocard sur ce registre convoque des antagonismes proches de ceux de la fin du XIXe.

5Comment analyser cette rupture ? Ses ressorts sont multiples. Elle constitue à l’évidence un élément d’une stratégie de changement partisan et s’inscrit manifestement dans le cadre d’un projet de conquête ascendante du pouvoir – des « bases » municipales jusqu’à son sommet présidentiel. Le parti socialiste a perdu une grande partie de son crédit politique et idéologique au début des années soixante-dix lorsque François Mitterrand en prend la tête. Le premier secrétaire s’emploie, après le congrès d’Épinay, on le sait, à restaurer le capital politique partisan et à réaccréditer l’image sociale ternie de l’organisation. Pour faire formule, on peut dire que, parce qu’il est démonétisé, le parti doit être « démollettisé » (l’expression est souvent employée à l’époque par les entrepreneurs du changement). Il faut sauver le label et le capital de ressources historiques qui y est attaché. Les alliances de Troisième Force et le notabilisme « SFIO », s’ils ont conduit à maintenir l’organisation, ont entaché tout autant son crédit. Les notables qui représentaient une résistance au déclin deviennent des obstacles au changement. Comme le résume bien Pierre Guidoni (1973, p. 119), les élus locaux constituent à la fois « une puissance et un boulet ». Le notable, érigé en figure repoussoir, constitue un des référents négatifs auxquels s’adosse l’entreprise de refondation de l’identité partisane. Les notables sont ainsi typifiés comme les symboles des dévoiements du « molletisme » qu’il faut expier. Même si les grands élus ne seront jamais sacrifiés sur l’autel de la rénovation, le parti se reconstruit et se ressource comme « parti de militants ». Les effectifs de l’organisation se renouvellent profondément de 1971 à 1975. De nouveaux groupes sociaux porteurs de nouvelles visions du monde investissent la structure partisane. Les contradictions entre élus et militants tendent à s’exacerber. Le capital militant et la pureté idéologique dont se parent ces nouveaux entrants permettent de remettre en cause les situations acquises. L’intransigeance doctrinale sur le plan municipal trouve chez ceux qui aspirent aux responsabilités ses meilleurs défenseurs. La contestation croissante du pouvoir des notables en place apparaît clairement comme la résultante de l’afflux massif de militants. Le renouvellement du personnel politique et la victoire éclatante aux élections municipales de 1977 témoignent de la prise de pouvoir d’une nouvelle génération politique, porteuse de propriétés sociales relativement spécifiques.

  • 9 Les municipalités sont considérées comme un substitut à des médias jugés partiaux, permettant de d (...)

6La stratégie de localisation de l’action politique permet par ailleurs une démultiplication de la mobilisation politique et sociale. Les élections de 1977, fortement politisées, sont conçues comme la préparation de la prise du pouvoir et des élections législatives de 1978 et de la présidentielle de 1981. Les élus locaux constituent un élément du dispositif mis en place par François Mitterrand. C’est l’exclusion des lieux décisionnels centraux ainsi que le contrôle des médias par le pouvoir9 qui commandent en quelque sorte la stratégie de localisation et de l’implantation municipale. Le local est le seul terrain où les élus socialistes peuvent se placer et valoriser leurs propositions et leurs pratiques. C’est aussi en investissant le local sur des bases nouvelles que le parti socialiste se produit pour partie comme parti des classes moyennes. Son attractivité sociale nouvelle est en effet liée à l’offre d’espace politique, de pratiques sociales (associatives, militantes, délibératives…) et de discours qu’il propose à des groupes sociaux dotés de propriétés sociales spécifiques qui se reconnaissent en lui. L’autogestion et la démocratie locale sont, dans cette perspective, des « produits d’appel » politiques, censés attirer la petite bourgeoisie intellectuelle et technicienne qui aspire aux responsabilités et répondre à ses aspirations (poussée de l’idéologie du cadre de vie, afflux des demandes culturelles, montée de l’écologie urbaine et des « valeurs post-matérialistes »…) (Lavau, Grunberg, Mayer, 1983 ; Bruneteau, 1998). Si la thématique participative est récupérée (des Groupes d’Action Municipale), travaillée et prise en charge, c’est à la mesure de la rentabilité électorale que les dirigeants socialistes en escomptent.

Le dégel de la question municipale : la refondation d’un projet

  • 10 On observe une surenchère sur le thème du renouveau de la démocratie municipale, fortement investi (...)

7La thématique municipale, longtemps éludée, est à nouveau problématisée et prise en charge théoriquement. Elle fait de nouveau question et elle est reliée à la pratique générale du parti. C’est la capacité d’agir et le pouvoir de transformer le monde social au niveau municipal qui sont (ré) affirmés. On ne peut justifier d’occuper un pouvoir si on se refuse à le considérer comme un instrument de transformation sociale : tel est le constat qui domine. Les questions locales font l’objet d’une intense réflexion doctrinale, stimulée, on le verra, par la lutte des courants, et suscite une forte activité programmatique qui se concrétise en 1977 par le plus long programme municipal de l’histoire du socialisme. Le « socialisme communal » redevient un marqueur symbolique et idéologique10.

  • 11 La réflexion de la journée portait principalement, comme s’en souvient son organisateur, sur les r (...)
  • 12 Le programme 1971 marque une inflexion très nette avec le programme de 1965. S’il affirme que « la (...)
  • 13 Ibid., p. 3.

8Les journées d’études de Montbéliard organisées en février 1970 sous l’égide de Jean-Pierre Worms, alors « expert ès collectivités locales » d’Alain Savary, marquent un tournant et donnent une impulsion nouvelle en posant une question longtemps négligée : « Comment, concrètement, une orientation socialiste peut-elle s’exprimer dans la gestion des collectivités locales et quels en sont les critères11 ? » Elles seront suivies de nombreux autres séminaires, conférences, colloques… qui contribuent à l’édification d’une nouvelle « pensée » et ligne partisane en matière municipale12. La politique de formation permanente du parti est mise à contribution : elle est censée lutter contre « l’indifférence fréquente des militants du Parti pour les problèmes jugés trop prosaïques de la gestion des affaires locales, alors que la vie communale doit être l’école de base du socialisme ». En première analyse, la manière dont l’enjeu municipal est construit et reconsidéré est très proche de celle de la fin du XIXe siècle. « La grande tradition du parti socialiste, rappelle le programme de 1977, est de puiser ses forces et sa légitimité dans ce qui unit les Français à leur terre, la commune13. » Le « local » est à la fois conçu comme un lieu politique en soi (dans le sens où peut s’y produire une cohérence politique globale) et n’ayant de signification que dans une perspective politique plus large. Le discours municipal dans les années soixante-dix, s’adresse néanmoins à des groupes nouveaux et mobilise en conséquence des thématiques inédites – la démocratie locale notamment.

  • 14 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 6.
  • 15 Ibid.

9La dimension politique de l’action municipale est réaffirmée. L’apolitisme est dénoncé comme « le piège grossier de la droite » dans lequel le socialisme ne doit plus se laisser prendre. Il s’agit de défataliser l’idée que les collectivités locales seraient enfermées dans des fonctions purement administratives et techniques, de démontrer que la « gestion » des services municipaux n’est pas politiquement neutre. Il y a « une façon de droite » (au service des intérêts de la classe dominante) et « de gauche » (au service du plus grand nombre et des plus démunis) de les gérer. Certes la tutelle restreint les potentialités du cadre communal et bloque initiatives et responsabilités. Il est d’usage, reconnaît-on, de prendre la précaution oratoire de rappeler que l’on ne saurait changer la vie dans les communes sans qu’une transformation significative des rapports sociaux ait lieu à l’échelon central. Mais les limites du cadre communal ne sauraient justifier l’inaction. Il s’agit d’engager à partir des communes la lutte contre l’État centralisateur et bureaucratique, de diffuser le message socialiste et de crédibiliser son projet. L’action municipale a une valeur propédeutique : elle doit « montrer le chemin dans lequel les socialistes veulent engager la France14 ». Le socialisme municipal n’est néanmoins pas un socialisme autonome et spécifique. Le projet municipal n’est pas un adjuvant, un supplément au projet socialiste. Une cohérence d’ensemble et une articulation « local-national » forte sont affichées. « Tout se tient : la conquête du pouvoir politique national, la mise sur pied d’une nouvelle organisation économique et le développement d’un mouvement, qui, dans la commune comme dans l’entreprise, transforme profondément les structures et les relations sociales15

  • 16 . Voir le texte d’Olivier Corpet publié dans Communes de France, 136, 1974.
  • 17 Communes de France, 136, 1974.

10L’erreur du « socialisme municipal » est de croire qu’un appareil local peut à lui seul assumer le changement social. Ce qui ne signifie pas qu’une cohérence politique ne puisse être produite au niveau local. La thématique de l’autogestion lui donne corps. Il s’agit au niveau communal d’ouvrir la voie à une société autogérée. Le thème de l’autogestion communale apparaît en 197416. Il permet de donner une virginité idéologique nouvelle au PS. Si l’autogestion a constitué alors comme le note Pierre Rosanvallon (2000, p. 386) « le mot de passe » des années soixante-dix, sa spécification idéologique restera toujours labile et confuse. Elle est définie comme « une prise en charge par tous les citoyens du vécu de la commune dans le cadre d’institutions dont en dernière instance la nature et les formes de coordination seront décidées par les communes elles-mêmes ». « L’autogestion communale n’est pas seulement le terme d’un long processus de modification des rapports sociaux et des bases et orientations de la croissance économique mais désigne aussi et surtout une pratique politique nouvelle qu’il est possible et nécessaire de mettre en œuvre sans attendre que s’accomplissent des changements “au sommet” qui ne dureront qu’un temps17. » Il s’agit concrètement d’associer les usagers au fonctionnement des services urbains et d’impliquer le plus systématiquement possible les acteurs dans la vie collective.

  • 18 La centralisation est analysée de manière nouvelle comme un système d’organisation du pouvoir poli (...)
  • 19 Ibid., p. 65.
  • 20 Ibid., p. 71.
  • 21 Ibid., p. 68.
  • 22 Sur l’objectivation de la thématique participative dans les années soixante-dix, (Paoletti, 1997, (...)
  • 23 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 32
  • 24 Faire, 29, 1978.
  • 25 Structures d’échange et de dialogue entre responsables municipaux et groupes de citoyens, elles so (...)
  • 26 Ils doivent recréer une unité communautaire au niveau du quartier et doivent avoir « une compétenc (...)

11Le programme municipal de 1977 décline à partir de ce cadre une plateforme électorale originale. L’ensemble n’est pas entièrement novateur : revendications de l’autonomie locale18, politiques sociales… Mais une signification politique nouvelle est assignée à la traditionnelle politique d’équipement municipale. Les équipements collectifs doivent être un élément de justice sociale et un moyen de compenser les inégalités sociales et d’opérer une politique de transferts sociaux au bénéfice des catégories sociales défavorisées. Surtout, de nouveaux domaines d’action apparaissent. Outre la culture et la formation, l’action économique, le cadre de vie et la démocratie locale occupent une place de choix. Le cadre de vie est présenté comme une priorité. Il s’agit de « créer un cadre de vie où chacun pourra satisfaire ses besoins individuels ou collectifs19 ». « Le droit à la ville » et à la beauté urbaine même pour les communes pauvres est affirmé. L’anarchie urbaine est présentée comme le résultat du « désordre capitaliste », la ville étant la proie du profit et un objet désormais intégré au « circuit capitaliste ». L’urbanisme est conçu comme une question pleinement « politique »20. Il doit se donner pour objectif de lutter contre les inégalités (au niveau du logement, des équipements, de l’aménagement). Les plans d’occupation des sols et les permis de construire sont des actes politiques à part entière. L’urbanisme doit par ailleurs impliquer la population. Les socialistes proposent en ce sens la mise en place d’ateliers publics d’urbanisme et d’architecture dans lesquels une équipe pluridisciplinaire traite des problèmes et conduit avec les élus une discussion démocratique auprès de la population. Les orientations restent sur ce point néanmoins très générales : en matière de cadre de vie, « il n’est pas question d’imposer aux socialistes un modèle, un cadre strict auquel ils auraient à s’assujettir à la tête de leurs municipalités21 ». Mais la principale nouveauté touche la démocratie locale22. Il s’agit de subvertir les cadres du modèle classique de « la démocratie formelle », de ne plus figer la démocratie locale « dans une série de procédures administratives ou de cérémonies officielles23 ». La démocratie doit être un processus continu et non tenir en une interpellation occasionnelle du corps électoral. L’élection n’est pas une dévolution de pouvoir sans contrepartie. Les citoyens doivent être systématiquement informés, impliqués, écoutés. La figure du maire animateur, très neuve, se diffuse. Loin de n’être qu’un gestionnaire et un programmateur, l’élu doit, selon Jean-Pierre Worms, « être un médiateur, un négociateur permanent, le type qui passe son temps à se faire engueuler et à répondre. Je vois ainsi cet élu injecté en permanence dans le magma des conflits sociaux quotidiens. Ce type d’élu animateur se situe au niveau des quartiers24 ». Mais le principe de la délégation n’est pas pour autant mis en cause. « Partager le pouvoir n’est pas le diluer » et « la démocratie suppose la clarté des rôles, des droits et des devoirs de chacun, afin que la sanction du suffrage universel puisse s’exercer en toute connaissance de cause ». Les leviers et les outils de cette démocratie nouvelle sont nombreux. En matière d’information : bulletin municipal gratuit, expositions itinérantes, télévision et presse régionale… En matière de concertation : commissions extra-municipales25, conseils de quartier (la proposition en la matière est très vague26)…

Enjeu municipal et luttes intrapartisanes

  • 27 Les courants permettent de donner à la lutte pour les positions de pouvoir un caractère naturel et (...)
  • 28 Les références doctrinales sont le produit de la concurrence dans l’espace partisan à laquelle se (...)
  • 29 Selon Jean-Pierre Worms, la revue n’était pas « attachée directement au courant » mais il convient (...)
  • 30 « Après Épinay, Mitterrand m’a confié la tâche des questions locales. J’étais délégué auprès de lu (...)
  • 31 De nombreux contributeurs ont une formation de sciences humaines : Alain Bergounioux, Monique Dagn (...)
  • 32 La notabilisation est présentée comme le résultat du mode d’organisation entre collectivités local (...)

12La réflexion sur la question locale est dynamisée par la lutte des courants qui contribue, plus généralement, au bouillonnement doctrinal du parti dans les années soixante-dix27. Un champ de forces se cristallise sur la question municipale et lui donne un certain degré de réalité même si elle n’intéresse sans nul doute qu’une poignée de dirigeants. Il oppose principalement le courant rocardien au CERES28. La « deuxième gauche » se constitue en courant en réinvestissant, en s’appropriant et en hybridant un certain nombre d’idées anciennes appartenant au patrimoine historique socialiste. Elle est très impliquée dans la réflexion sur les questions locales. Il suffit, pour s’en convaincre, de parcourir les sommaires de sa revue Faire29. Elle consacre près d’un tiers de sa surface éditoriale à ces questions. C’est ce courant qui impose ses vues au parti sur le plan municipal. Le programme de 1977 porte ainsi son empreinte. Le texte est certes le résultat des travaux d’une commission, spécialement chargée de sa rédaction sous le contrôle des instances du parti, où chaque tendance du parti a été représentée. Mais les rocardiens ont joué un rôle central dans sa rédaction et sa conception et tout particulièrement Jean-Pierre Worms, rapporteur de la commission30. On ne peut qu’être frappé par la manière dont les analyses développées dans la revue Faire mobilisent les sciences sociales et notamment la sociologie31. Diverses catégories d’analyse (l’institution, le local, la politisation…) sont utilisées pour étayer la réflexion. Cette imprégnation et ces effets de théories témoignent de la diffusion des sciences sociales (qui résulte pour partie du renouvellement sociologique qui affecte le PS). Jean-Pierre Worms diffuse ses analyses sur le préfet et les notables32 et force est de constater qu’elles sont reprises, sous une forme moins académique, par de nombreux élus.

  • 33 Faire, 25, 1977.

13Une réflexion soutenue sur « le local » est entreprise. Le local est analysé et présenté à la fois comme un lieu d’inertie favorisant la reproduction des rapports sociaux et, potentiellement, une expérience porteuse de nouveaux rapports sociaux, de recherche de nouvelles formes de vie sociale et un laboratoire d’expérimentation sociale. Selon Jean-Pierre Worms33, la décentralisation est le seul moyen de véritablement politiser la vie locale :

  • 34 Ibid.

« Le projet de décentralisation est un projet de politisation de la vie locale du simple fait de la globalisation au niveau local de la maîtrise des problèmes de développement et du contrôle d’enjeux cristallisateurs du conflit social principal par les collectivités locales. C’est donc la fin de la fonction pacificatrice des collectivités locales et de la gestion dépolitisée à laquelle elles sont aujourd’hui acculées. Le passage d’un système de pouvoir fondé sur l’administration et la justice distributive à un système de pouvoir fondé sur l’arbitrage politique du conflit social ne sera pas sans poser des problèmes aussi bien aux élus qu’aux populations locales elles-mêmes. L’idéologie du consensus local est en effet très largement partagée en France y compris dans l’opinion de gauche34

  • 35 Voir notamment, parmi un très grand nombre d’articles, « La gauche et l’expérimentation sociale » (...)

14Mais le concept central qui donne sens à l’expérience municipale est celui d’» expérimentation sociale », développé notamment par Pierre Rosanvallon et Patrick Viveret35. Les auteurs s’opposent vivement aux thèses du CERES et à une représentation jugée mécaniste et centraliste du changement social, qu’ils qualifient de « social-étatiste ». Les auteurs tentent de proposer des alternatives à l’opposition binaire entre réforme et révolution et de renouveler la problématique du changement social.

« La stratégie de l’expérimentation sociale bouscule ces catégories de l’utopie, de la réforme et de la révolution dans la mesure où elle s’enracine dans d’autres représentations du temps et de l’espace. Elle n’est ni une stratégie de réformes graduelles ni une stratégie de constitution d’îlots de socialisme. Elle s’inscrit dans les lieux et les contradictions du temps et de l’espace pour produire de l’inversion institutionnelle et de la subversion

15L’action municipale s’inscrit dans une stratégie d’expérimentation liée à l’objectif de reconstruction d’une « société civile ». Il s’agit de s’appuyer sur la sensibilité de la commune à la société civile et à l’évolution de ses aspirations et sur les antagonismes qui l’animent. C’est par les municipalités que la contestation peut pénétrer l’État, que les luttes sociales peuvent s’intensifier, que les conflits virtuels peuvent s’exacerber.

  • 36 Voir notamment pour une synthèse des positions de ce courant sur les questions municipales, « La g (...)
  • 37 Repères, 42, 1977. Voir sur ce point la virulente charge, d’inspiration marxiste, proche du CERES (...)

16Le CERES se démarque très vivement des thèses rocardiennes qui vont à rebours de sa conception « stato-centrée » du changement social et dénonce, sur un mode très néo-guesdiste, les illusions stériles du socialisme municipal36. L’autogestion communale est une illusion. Les comités de quartier ne participent pas effectivement à la stratégie du « front de classes » mais sont prioritairement utilisés par « les petits-bourgeois » pour appuyer leurs ambitions politiques locales37. Le concours de l’action municipale à la transformation sociale n’est pas nié mais fortement relativisé.

  • 38 Les Cahiers du CERES, 9, 1970, p. 21.

« L’attitude la plus répandue et la plus nocive est celle qui consiste à appeler socialisme ce qui n’est en fait que du social. Le nombre de goûters offerts aux vieillards de la commune – et il n’est évidemment pas question de nier l’intérêt d’une telle mesure – ne préjuge nullement d’une gestion socialiste dans une municipalité38

  • 39 Ibid., p. 14.
  • 40 Repères, 29, 1976.

17Le risque est permanent que l’action locale « émiette les forces de combat, anesthésie les volontés et retarde ainsi la réalisation de l’objectif dont il voudrait cependant se rapprocher. […] Clochemerle ou la lutte des classes c’est bien ainsi que le problème est posé39 ». La bourgeoisie utilise le socialisme municipal pour émousser l’ardeur révolutionnaire des forces ouvrières. Son but est de créer dans les communes un vide politique propre à assurer la perpétuation actuelle des rapports sociaux. Bref, « tant qu’au niveau de l’État il n’y aura pas renversement de classe, l’apolitisme favorisera la bourgeoisie et les maires de gauche, comme les autres, seront en permanence menacés de devenir les véhicules de l’idéologie dominante40 ».

  • 41 Voir notamment Mandrin, 1969.
  • 42 Les Cahiers du CERES, 9, 1970, p. 13.
  • 43 Ibid., p. 25.

18Mais le discours du CERES, en matière municipale, se concentre surtout sur les notables réfractaires à l’union de la gauche dont le courant est un fer de lance. La dénonciation des notables, expression de « la dégénérescence réformiste » de la SFIO est une antienne du CERES41. Le notable confisque le pouvoir : « Comme la culture est ce qui reste quand on a tout oublié, la notabilité est ce qui reste quand l’élu a oublié l’électeur42. » Le parti ne doit plus céder aux pressions des notables locaux. « Aucune cause locale ne doit justifier une entorse aux principes d’alliance du parti au plan national43. » Le parti ne peut s’accommoder des situations locales, « des conditions changeantes qu’imposent les prétendues personnalités, des marchandages de sous-préfectures » (Guidoni, 1973, p. 126). Dès septembre 1970, le CERES défend une ligne intransigeante, en matière d’alliance électorale, lors d’un colloque sur les questions municipales à Suresnes. Le parti a le devoir de définir et d’imposer une tactique nationale et de l’imposer à chacun de ceux qui se présentent en son nom.

Le contrôle des élus : « Les élus doivent servir le parti et non leurs intérêts »

19Cette politisation nouvelle de la question municipale ne se traduit pas uniquement dans les discours. Elle s’accompagne d’une revalorisation de la légitimité militante et d’une volonté politique forte de contrôler les élus. Certes cette revalorisation de la légitimité militante poursuit les intérêts politiques « des entrants » dans l’organisation. Elle permet de remettre en cause les situations établies et le pouvoir des notables. Mais elle produit des effets organisationnels réels. Denis Lacorne montre bien que la mise sous tutelle des élus est effective et qu’une tendance à la confusion de l’élu et du militant se fait jour alors qu’il observe au contraire au PC une dé-différenciation de l’élu et du militant (Lacorne, 1980).

  • 44 Voir le dossier diffusé en 1976 par le secrétariat national à la formation, « Municipales. Prépara (...)
  • 45 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 132 et « Le socialisme (...)
  • 46 Communes de France, 148, 1976.
  • 47 Conseil national de la fédération des élus socialistes et républicains, le 4 octobre 1975, cité da (...)

20Un nouveau modèle mayoral, opposé en bien des points à celui des années cinquante et soixante, se fait jour et est diffusé par le parti. L’air du temps y concourt : « déprofessionnaliser la politique » devient un mot d’ordre partagé (Julliard, 1977, p. 158). Un effort très important de formation est consenti par l’organisation pour promouvoir de nouvelles façons de faire la politique : diffusion de brochures, de fiches techniques, de discours standardisés44… Stages, séminaires, colloques, conférences se multiplient. Il s’agit de modifier en profondeur les comportements. Le siège met en place et conçoit des « stages modèles » que chaque fédération organise par la suite dans son département. L’élu est défini comme le mandataire du parti dans les institutions où il le représente. Les maires sont rappelés à leur devoir de militants : ils doivent respecter les décisions du parti, défendre son programme, une fois élus, participer à la vie de leur section, rendre compte régulièrement à la ou aux sections et à la fédération de leur activité d’élu, solliciter le concours et les suggestions des « camarades », adhérer à la Fédération des élus socialistes municipaux et cantonaux et respecter le règlement intérieur… Une définition militante du rôle d’élu est diffusée. « Un élu socialiste multiplie les lieux de son investissement militant mais ne cherche pas à cumuler les honneurs et les positions de pouvoir45. » L’élu doit être présent dans les manifestations locales coutumières, par « souci de bonnes relations humaines » et pour « se mettre en contact avec une certaine sensibilité locale », mais il doit surtout marquer sa présence dans les luttes des travailleurs pour protester contre les injustices46. Le maire socialiste n’est plus « l’élu de tous ». La dénonciation des notables apparaît en 1974 et s’exacerbe en 1975 alors qu’approche le processus de désignation des candidats socialistes aux élections municipales47. Le notable constitue une figure repoussoir et un référent négatif auquel s’adosse la promotion du nouveau modèle. L’élu « Troisième Force » n’est pas dénoncé frontalement. Son apolitisme est d’ailleurs justifié – et excusé – par les caractéristiques du système local dominant (et les thèses du Centre de Sociologie des Organisations qui ont un large écho). Mais il constitue un contre-modèle évident. Le militant lui oppose son dynamisme et délégitime les attributs de l’élu traditionnel (compétence, respectabilité locale, notoriété, réseaux personnels d’influence…).

D’un notabilisme à l’autre

21Sur le plan de la tactique électorale, la traduction du changement est bien connue. On ne s’y attardera donc pas. L’union de la gauche s’impose aux élections municipales de 1977. L’alliance municipale est cohérente avec la stratégie d’ensemble du parti. Elle permet de solder symboliquement le passé, d’abjurer les alliances de Troisième Force du passé. La rupture avec les alliances Troisième Force est payante. La victoire municipale de 1977 provoque dans le parti un afflux d’élus qui a des effets internes importants. Avec 5 160 maires et 50000 conseillers municipaux, le parti socialiste est « le premier parti local » de France. Paradoxalement, la revalorisation de l’éthique militante a conduit à des succès électoraux qui accentuent considérablement le poids des élus dans le parti. Reconstitué comme parti de militants de 1971 à 1977, le parti socialiste est plus que jamais un parti d’élus locaux à cette date (après la victoire aux élections municipales). De nombreux militants deviennent élus et sont confrontés à des contraintes similaires qui tendent à les autonomiser par rapport à leur section. Cette évolution électorale a des effets considérables sur l’organisation partisane et le traitement de la question municipale.

22La logique électorale n’avait jamais été en fait véritablement remise en cause à partir des années soixante-dix. Si la légitimité militante et à travers elle la légitimité de l’organisation partisane et son primat sur celle des élus ont été réaffirmées, la légitimité élective n’est pas renversée. La « démolletisation du parti » ne signifie pas d’ailleurs l’éviction des notables de Troisième Force qui, pour une partie importante, se sont adaptés à la nouvelle donne politique interne et à la recomposition des alliances. Pierre Mauroy veille ainsi au sein du parti à maintenir les anciens réseaux de notables dont il sert de référent et de point d’ancrage. Les générations de maire, résultats d’une sédimentation historique, coexistent plus qu’elles ne s’affrontent. Le maire de Lille incarne la continuité avec le socialisme municipal de l’ancienne SFIO auquel sa fédération est attachée. Le compromis d’Épinay réunit, rappelons-le, l’aile marxiste du CERES et l’aile modérée de l’ancienne SFIO. Il confère une position idéale à François Mitterrand qui peut à la fois s’appuyer sur une double légitimité militante et électorale. L’alliance nouée avec « les partisans du socialisme municipal » permet de ménager les élus et de conserver les positions locales. L’enjeu est, pour les dirigeants du parti, d’assurer en douceur la transition entre les notables « clientélistes » issus de la SFIO, souvent âgés et décrédibilisés et les futurs notables « modernistes » (qui reproduiront leurs pratiques une fois élus), actifs dans le parti et qui aspirent à une prise de responsabilité.

  • 48 Pour un témoignage, voir Gaspard, 1979.
  • 49 « La démocratie locale est devenue à la mode dans les années soixante-dix. Mais les élus locaux ét (...)
  • 50 Faire, dossier : municipalités, à mi-parcours, 1980.

23Les nouveaux élus sont plus redevables au parti que leurs devanciers parce qu’ils doivent à sa nouvelle image leur élection et leur promotion. Mais ils sont confrontés à des difficultés similaires et aux habitudes prises48. Nombreux sont les élus à déplorer le manque de participation de la population à la vie municipale. Les dispositifs mis en place ne « libèrent » pas la participation contrairement à l’illusion spontanéiste très répandue d’un développement « naturel » de la démocratie à la base. Les maires s’appuient sur ces faibles résultats pour justifier le retour aux pratiques anciennes49. On observe un très net déplacement des débats au sein du parti : les discussions se décentrent de la question de la démocratie locale vers celle de la décentralisation qui concerne au premier chef les nouveaux élus. Le discours des « contraintes » apparaît à nouveau et reprend ses droits et justifie l’inertie relative des pratiques50.

  • 51 Communes de France, 162, 1977.

24Les messages qui sont adressés par le parti aux élus subissent une très nette inflexion après la victoire. L’enjeu est surtout de conserver les mairies et d’en faire un outil de mobilisation et de conquête de l’opinion. Un certain nombre de mises en garde sont ainsi exprimées à l’intention des nouveaux élus : s’il faut imprimer une marque nouvelle à l’action municipale dans un sens volontariste et politique, le pragmatisme doit être de mise. L’éditorial de Charles Hernu qui suit les élections de 1977 témoigne de cette volonté nouvelle (Hernu, 1977). Le délégué général aux élus prodigue un certain nombre de conseils aux nouveaux édiles et indique les précautions à prendre qui doivent mettre à l’abri les nouvelles équipes d’écueils divers. Le programme local de la section et celui du parti doivent être considérés « selon une hiérarchie nouvelle » : « celle des urgences et des disponibilités financières ». Les élus ne sauraient trop promettre et créer ainsi des illusions quant au pouvoir des municipalités : « Il ne faut pas commencer par promettre écoles, maternelles, garderies d’enfant. […] Il ne faut pas que la population attende tout dès les six premiers mois. » Alors qu’un modèle collégial dans la conduite des affaires municipales avait été largement diffusé depuis quelques années, Charles Hernu réaffirme le pouvoir du maire : « Chaque matin, il lira tout le courrier, non qu’il doive tout écrire, tout parapher mais il doit tout savoir, car toutes les questions lui seront posées… et de surcroît il est responsable civilement, moralement et politiquement. » Le changement de ton est très net également au congrès de la fédération des élus (FNESER) qui suit la victoire des élections municipales et se tient à Villeurbanne en novembre 197751. Les élus affichent le pragmatisme qui doit présider à l’action municipale. La logique de la gestion reprend progressivement ses droits. « Ce congrès est politique, affirme Franck Sérusclat, mais n’est pas un congrès de parti politique. Nous sommes ici rassemblés en tant qu’élus affrontés à nos problèmes, des élus à la fois gestionnaires, administrateurs et animateurs. » La fédération doit être « le lieu de rencontre entre la réflexion idéologique menée au sein du parti socialiste et la vie concrète vécue par chaque élu ». Deux légitimités partiellement contradictoires se font jour à nouveau. La rentabilisation nationale des positions locales en vue des échéances de 1978 et 1981 prime avant tout sur la transformation sociale.

Un nouveau cycle de dépolitisation (depuis les années quatre-vingt)

  • 52 Voir sur ces logiques, (Gaxie, Lehingue, 1984).
  • 53 Voir à ce sujet les travaux d’Albert Mabileau, 1989.
  • 54 Il ne faut sans doute pas ainsi opposer « parti » et « notables », l’organisation contribuant à la (...)
  • 55 Ressources organisationnelles, programmatiques, idéologiques…
  • 56 Voir l’étude du courant Fabius menée par Frédéric Sawicki.
  • 57 Les élus « tiennent » leur section c’est-à-dire le vote des militants et sont à ce titre courtisés (...)
  • 58 On en trouve une forte illustration dans l’ouvrage publié par le maire de Montpellier (Frèche, 199 (...)

25Une relocalisation de la vie politique intervient de manière très nette après 1981. La politisation qui a marqué les années soixante-dix se révèle éphémère. Elle apparaît transitoire et correspond à un certain état de la concurrence interne au parti (conflit générationnel, conjoncture de « relève » d’élites) et du champ politique (exclusion de la gauche des arènes centrales, construction sur le plan local d’un pouvoir alternatif). L’état du jeu et du champ politiques favorise à nouveau après 1981 une dépolitisation des enjeux qui au fil des ans devient très profonde et se routinise au point de devenir quasi-structurelle. Ce sont les manifestations et les ressorts de ce processus que l’on voudrait ici étudier. Il procède de plusieurs logiques emboîtées. D’abord, la très forte implantation municipale du PS et le poids des élus promus en 1977 ne sont pas de nature à encourager la politisation qui est, de manière générale, le plus souvent le fait d’outsiders52. Le renouvellement des élites locales, très relatif, ne semble plus être le résultat d’une politisation des enjeux locaux. Les élus socialistes présentent un profil très conforme aux « nouveaux notables » suscités par la décentralisation53. Les notables socialistes fondent leur assise territoriale sur des gestions consensuelles et répugnent donc à tout marquage partisan trop net de leur action. L’apolitisme s’inscrit dans des stratégies locales de conservation du pouvoir que l’organisation ne cherche pas remettre en cause parce qu’elles lui assurent des positions électorales stables54. Comme l’analyse Philippe Garraud (1989), l’apolitisme constitue une représentation venant justifier des formes concrètes d’exercice du pouvoir. Devant les difficultés rencontrées par les gouvernements socialistes, les élus cherchent dans une large mesure à dégouvernementaliser les consultations locales et à dépolitiser leurs actions. La FNESER qui intègre cette logique et se porte garante des intérêts collectifs des élus se désolidarise fortement du parti et de son devenir politique « national » alors qu’elle avait été relancée dans les années soixante-dix pour politiser et coordonner leur action (Petaux, 1994, p. 59). Le poids des notables se renforce au parti socialiste à partir des années quatre-vingt notamment à cause de la décentralisation qui leur confère de nouvelles ressources et organise la vie du parti autour de nouveaux trophées. Alors même que les élus disposent de nouvelles marges de manœuvre et que donc les possibles de l’action municipale s’élargissent, la dépolitisation des enjeux locaux s’impose. Tout se passe comme si le pensable politiquement tendait à se restreindre sur le plan local et que les ressources cognitives55 pour politiser l’action locale se tarissaient. La logique des courants et la « présidentialisation » du parti conduisent encore à renforcer cette emprise des élus dans les années quatre-vingt-dix. Il aurait pu en être autrement. La prégnance des courants était en effet porteuse d’une logique d’affiliation alternative. Elle n’a pas pourtant « cassé » le poids des élus locaux. Les courants apparaissent le plus souvent comme des coalitions d’élus locaux56 qui entraînent derrière eux leurs sections ou leurs fédérations souvent captives ou très dépendantes de leurs prises de positions57. Une autre série de facteurs tient à la complexité nouvelle qu’introduit la décentralisation. La réforme institutionnelle de 1982-1983, fortement encouragée par les élus socialistes, contribue à une reformulation de la question locale qui se déplace et se cristallise désormais sur la question de la répartition des compétences entre collectivités locales et sur l’architecture institutionnelle. À partir des années quatre-vingt, les débats internes sur les questions locales se portent sur des enjeux globaux (la décentralisation) plus difficiles à politiser parce qu’ils sont dotés d’une forte technicité et parce qu’ils nécessitent le plus souvent un consensus transpartisan. Il faut enfin mesurer les effets de l’exercice du pouvoir qui remet profondément en cause la culture politique socialiste et les interactions local/national. La politisation de la question municipale prenait tout son sens dans la perspective de la conquête du pouvoir central. C’est désormais chose faite et l’imaginaire du socialisme municipal en est affecté : le mythe de « l’avant-garde » locale ou de « l’avant-poste » municipal n’a plus de raison d’être, ses ressorts mythologiques s’épuisent. Le municipalisme n’est plus l’exutoire d’un pouvoir central longtemps inaccessible. L’acceptation du marché comme cadre indépassable de l’organisation sociale et politique et l’aggiornamento libéral des socialistes dans les années 1980 privent l’exercice du pouvoir local de l’horizon régulateur dans lequel il pouvait s’inscrire discursivement. 1983 apparaît ainsi comme une date charnière à plusieurs titres : elle scelle d’abord l’acceptation de la logique libérale, elle marque ensuite, outre une défaite électorale aux municipales, la renonciation à tout discours « politique » ou « idéologique » au niveau local. Dans les villes socialistes, la conversion aux modèles managériaux est générale dans les années 1980 même si elle est plus ou moins explicite58. On s’attachera ici à la transformation de la problématique locale en analysant à la fois l’évolution du discours municipal depuis les années 1980, le découplage local/national qui le sous-tend et le sens politique assigné aux consultations municipales.

La dépolitisation des élections municipales depuis 1983

  • 59 Club socialiste du Livre, 1983, préface de Lionel Jospin.
  • 60 Communes de France, 213, 1983.
  • 61 Communes de France, 214, 1983.

26Les élections municipales de 1977 sont les dernières que le parti socialiste a véritablement politisées. La dépolitisation de la campagne municipale socialiste de 1983 est très nette. La configuration de 1983 est historiquement inédite : les socialistes ne peuvent plus se défausser sur le pouvoir central ou inscrire le scrutin dans la perspective mobilisatrice de sa conquête. Ils ont de nombreux leviers en main. Ils sont contraints ainsi de se prévaloir de leur bilan. La plaquette diffusée par le parti (La réussite Municipale, 120 preuves à l’appui59), plus rétrospective que programmatique, exalte « l’excellente qualité de gestion » des municipalités. Elle témoigne de l’évolution des critères qui définissent l’excellence socialiste en matière municipale. Les élus socialistes sont désormais invités à privilégier « l’image de marque du dynamisme et de l’innovation60 ». La stratégie est clairement explicitée par le président de la Fédération des élus : s’il ne faut pas « esquiver » la dimension politique du scrutin, il faut surtout le « ramener » à « des perspectives locales, enjeu de ces élections ». Le candidat devra être « politique » à condition d’éviter les abstractions et d’associer le discours aux réalisations. Il devra apparaître comme « un rassembleur des énergies et non pas comme un diviseur. Les Français vivent la crise, ils rejettent par définition les querelles et les attaques directes à l’encontre des adversaires. Dans cette période difficile, de telles joutes leur paraissent superflues, dépassées. Bref, le débat “politicien” fait moins recette même s’il demeure présent61 ».

27L’analyse des consignes données par le parti permet de rendre compte des logiques de position qui président à la nouvelle stratégie. On lit dans le journal destiné aux élus :

  • 62 Ibid.

« Appartenant désormais à la majorité institutionnelle du pays, les socialistes ne peuvent se présenter devant les électeurs avec le discours qu’ils tenaient dans l’opposition, même lorsqu’une liste part à la conquête d’une mairie de droite. Ainsi se trouvent-ils dans l’obligation d’employer un ton nouveau, de trouver un style différent. Dans l’opposition, ils incarnaient l’espoir du changement, un souffle de fraîcheur dans la gestion des villes. Aujourd’hui le changement est devenu une réalité quotidienne. Mais confrontés aux réalités de la crise économique, les socialistes ont été contraints de faire face à leurs responsabilités en établissant une hiérarchie des urgences. […] La situation des maires est d’autant plus exposée qu’ils devront se présenter non seulement comme les tenants d’une continuité locale mais également d’une continuité nationale alors que cette dernière n’est pas complètement assise62

28L’initiative politique a changé de camp. C’est la droite qui assigne une signification politique au scrutin : sanctionner le gouvernement. Elle fait campagne sur le chômage et l’insécurité. Les élections municipales constituent globalement un échec pour les socialistes, on le sait. La gauche perd au premier tour 16 villes de plus de 30 000 habitants (Avignon, Nantes, Brest, Grenoble, Pessac…). Au deuxième tour, elle en perd de nouveau 15. L’abstention est massive dans les villes populaires ou ouvrières détenues par le PS.

  • 63 « Préface » in Annuaire des villes socialistes, 1989.

29De la même manière, les élections municipales de 1989 et 1995 n’ont guère été « politisées » par le PS qui les a définies comme des élections surtout « localisées » et dénuées de signification politique. Le contexte n’était guère propice à la politisation si l’on souscrit à la thèse des « élections intermédiaires ». Les élections de 1989 sont un grand succès. Le parti socialiste détient 284 des 899 municipalités de plus de 9 000 habitants. Il gagne 14 villes de plus de 3 000 habitants. Il connaît alors la meilleure implantation municipale de son histoire comme s’en enorgueillit Pierre Mauroy, alors président de la FNESER (Fédération nationale des élus socialistes et républicains63). En 1995, le manifeste municipal publié par la FNESER convoque avant tout des valeurs « républicaines ». S’il affirme qu’il existe « une politique de gauche et de droite » sur le plan municipal (p. 33), leur contenu respectif n’est guère explicité. La campagne municipale apparaît très peu centrée sur des discours et des mots d’ordre partisans. On lit dans Le Monde du 3 juin 1995 alors que la campagne municipale bat son plein : « Mieux, meilleur, tous, demain, agir, partager, gérer, défendre, construire. Partout on ouvre, on rassemble, on aime. Le glossaire de campagne pourrait tenir en quelques mots moins un : “politique”. » Étienne Criqui a montré qu’un renouvellement important des élus municipaux s’était produit en 1995 mais il constate qu’il s’opère le plus souvent dans le cadre de successions bien préparées (les nouveaux entrants n’éprouvent pas le besoin de « politiser » leur discours pour s’imposer) (Criqui, 1996).

  • 64 Sur la discussion de ce modèle, (Martin, 2001).
  • 65 L’Hebdo des socialistes, le 26 janvier 2001.
  • 66 Libération, le 15 février 2000.
  • 67 Libération, le 15 janvier 2001.
  • 68 Libération, le 28 mars 2001.

30Il est frappant de constater que les modèles politologiques sont de plus en plus mobilisés au sein du parti socialiste pour justifier cette non-politisation, la frapper d’évidence et d’un sceau scientifique qui contribue à la fataliser. La théorie des élections intermédiaires formalisée par Jean-Luc Parodi en 198364 est régulièrement convoquée et mobilisée dans les débats internes au parti. Selon ce modèle, les élections municipales de 2001 auraient dû être « politisées » ou « gouvernementalisées ». Il n’en est rien, la droite n’ayant guère cherché à nationaliser l’élection et le parti socialiste cherchant surtout à conforter son implantation. En 2001, quelques mois avant les élections municipales, François Hollande ne dissimule pas que les enjeux politiques et électoraux ne sont pas majeurs pour le parti socialiste et qu’il s’agit principalement de conforter les positions acquises, jugées satisfaisantes. Le leader du parti déclare ainsi devant le conseil national : « Nos bons résultats de 1989 et ceux de 1995 limitent forcément nos marges de progression. Notre objectif est donc de conforter notre implantation sans cacher nos légitimes ambitions de conquête aussi bien pour les villes que pour les départements65. » Le responsable socialiste chargé des élections municipales déclare dans le même sens : « Nous détenons déjà tellement de communes de plus de 30 000 habitants que notre progression ne peut être que limitée66. » On lit dans la presse : « Développée en 1989 et consolidée en 1995, l’implantation municipale socialiste est telle que la rue de Solférino entend d’abord sauver ses acquis67. » La génération promue en 1977 domine encore dans une large mesure les grandes et moyennes mairies socialistes. Edmond Hervé à Rennes, Jacques Auxiette à La Roche-sur-Yon, Jacques Santrot à Poitiers, Georges Frêche à Montpellier, André Labarrère à Pau, Laurent Cathala à Créteil, Walter Amsallem à Beauvais, pour ne citer que ces élus, briguent un cinquième mandat. Jean Marc Ayrault se félicite à l’issue du scrutin que la prime aux sortants et aux élus implantés ait bien fonctionné : sur les 254 députés socialistes, 163 étaient têtes de listes aux élections municipales et 144 ont été élus ou réélus68.

  • 69 Éric Dupin écrit pendant la campagne : « la logique de ce scrutin est plus locale que jamais. Ses (...)
  • 70 Libération, le 6 février 2000.
  • 71 Libération, le 15 février 2000.

31Pendant la campagne de 2001, les élections municipales ont été construites médiatiquement comme des élections avant tout locales même si ce cadrage a pu évoluer et si les résultats ont donné lieu à la production de verdicts à dimension nationale69. Le caractère « local » du scrutin est posé comme une variable exogène sur laquelle l’organisation n’aurait que faiblement prise. À plusieurs reprises pendant la campagne, le politologue socialiste Gérard Le Gall est sollicité par les dirigeants du parti pour se faire l’interprète de la signification que revêt la consultation dans l’opinion publique. Il s’exprime dans la presse socialiste pour annoncer que le choix des électeurs sera avant tout dicté par des considérations locales et que ces critères de choix présentés comme quasi-intangibles ne sont pas susceptibles d’être modifiés. La dépolitisation locale s’impose comme un horizon indépassable. Les interprétations et les anticipations électorales mobilisées par les leaders socialistes se calent sur les cadrages médiatiques et s’ajustent à la définition journalistique des enjeux électoraux ainsi que sur les considérations, « mesurées » par les sondages, à partir desquels les électeurs appréhendent l’élection. Ces données sont considérées comme des variables sur lesquelles ils ne peuvent peser et donc qu’ils avalisent. Le découplage des enjeux locaux et nationaux est perçu ainsi comme un fait indépassable dont l’évidence se naturalise. François Hollande cadre de cette manière l’enjeu de 2001 : « Les temps ont changé par rapport aux années quatre-vingt. Le local l’a emporté sur le national. Aux municipales, ce sont souvent les candidats de proximité qui sont les mieux placés70. » François Rebsamen, secrétaire national aux fédérations, développe une analyse identique : « Après les grandes vagues nationales, favorables à la gauche en 1977, puis à la droite six ans plus tard, ce sont désormais les enjeux locaux qui dominent les municipales et réduisent l’ampleur des basculements71

32La dénonciation de l’apolitisme de la droite demeure mais elle est surtout rituelle. François Hollande peut ainsi déclarer, cultivant l’ambiguïté sur le « sens » de l’élection :

  • 72 L’Hebdo des socialistes, le 2 février 2001.

« La droite a des recettes. La première s’appelle “l’apolitisme”. Quand la droite va mal, elle se cache, elle se maquille, elle localise, elle personnalise, banalise. Partout les étiquettes se gomment, les sigles s’estompent, les appartenances s’éclipsent. À nous de politiser au bon sens du terme, les élections locales. Il y aura bien partout en France d’un côté la Gauche plurielle et de l’autre toutes les droites coalisées. Le résultat final et global aura bien un sens politique, même si c’est d’abord le choix d’équipes locales qui sera en cause72

  • 73 Cf. la polémique entre Jérôme Jaffré et Gérard Le Gall, le premier diagnostiquant un recul signifi (...)

33Les exégèses du résultat controversé des élections municipales73 par les dirigeants socialistes permettent de mettre à jour leurs catégories d’entendement du jeu politique et la prégnance du découplage local/national qui les caractérisent. François Hollande, devant la presse, après le premier tour, commente en ces termes les résultats :

  • 74 L’Hebdo des socialistes, le 16 mars 2001.

« la participation a été moins forte et l’on pouvait imaginer qu’une élection municipale, survenant après 4 ans d’action gouvernementale, pouvait avoir pour la droite la signification d’un scrutin national. Elle n’a pas envisagé cette élection de la sorte, ce qui n’a pas favorisé la participation. Elle n’a pas voulu en faire une élection gauche/droite et son apolitisme a favorisé une certaine forme d’abstention. Les Français ont voulu répondre à la seule question qui leur était posée et à aucune autre. Ils ont mieux intégré que les états-majors la culture de la décentralisation74 ».

  • 75 Conseil national du PS, mars 2001.
  • 76 Ibid.

34Tout se passe comme si « la culture de la décentralisation » inclinait au localisme et au refus du clivage gauche/droite. Cette déclaration de François Rebsamen est toute aussi éloquente : « je pense qu’adossé à un bon bilan gouvernemental, il ne fallait pas se tromper d’élections : le choix local primait beaucoup plus que tout l’impact national. Quand la politique nationale disparaît des élections municipales, le choix local se renforce et même se sur-renforce. Les divisions, alors, se paient comptant75 ». La non-politisation du scrutin municipal est de plus en plus explicitement assumée. Laurent Fabius peut ainsi s’exprimer en ces termes : « Durant les municipales, l’identité socialiste a été peu revendiquée. La thématique principale étant celle du bon maire. Cette neutralisation idéologique n’existe pas seulement depuis ces élections. Elle me semble s’être accentuée76. » Après les élections municipales, alors que les commentaires journalistiques se cristallisent autour d’une mise en cause du bilan gouvernemental, François Hollande dénie toute portée nationale aux élections municipales :

  • 77 Ibid.

« le gouvernement, par son action ou son image, n’a pas été au cœur du débat électoral des 11 et 18 mars. Dès lors il n’y a pas eu sanction. Si cette hypothèse s’était vérifiée (la sanction) il y aurait eu comme en 1977, en défaveur de la droite, ou en 1983 au détriment de la gauche un recul général. Nous aurions perdu partout sans rien gagner nulle part. Nous aurions essuyé un double revers aux élections municipales comme aux élections cantonales77 ».

Quand le municipalisme ne fait plus débat – Neutralisation de la question municipale et déplacement de la problématique locale

  • 78 Entretien, juin 2000.
  • 79 Nos observations à Lille du débat militant autour des programmes régionaux et cantonaux en 2004 l’ (...)
  • 80 Les assemblées générales de sections intercommunales sont inexistantes ou peu actives, ce qui renf (...)
  • 81 Le clivage entre « départementalistes » et « régionalistes » apparaît particulièrement structurant (...)

35Cette dépolitisation des questions municipales renvoie donc à des enjeux électoraux mais aussi aux transformations de la problématique locale au PS. Après l’intense réflexion des années soixante-dix, la réflexion sur la thématique locale tombe à nouveau en déshérence dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix comme l’analyse Jean-Pierre Worms : « On a tenté avec quelques-uns, comme J. M. Belorgey, de donner un contenu politique au cadre défini par la décentralisation, en matière de participation des habitants notamment. Mais le parti freinait et l’indifférence voire l’hostilité étaient totales sur ces questions. Elle l’est toujours d’ailleurs. Les élus sont surtout intéressés par les questions de compétences des collectivités78. » La décentralisation a profondément modifié les cadres de la réflexion locale. La problématique municipale qui était adossée au fonctionnement de l’organisation en sections perd de sa centralité dans la réflexion sur les institutions locales. La question locale se déplace, perd de sa lisibilité, se technicise et se complexifie. Le conseil général et le conseil régional accèdent au statut de collectivités locales mais leurs fonctionnements et leurs compétences sont largement méconnus des militants79. La montée de l’intercommunalité avec ses logiques dépolitisantes et consensuelles spécifiques vient encore complexifier le débat local80. Les débats sur la décentralisation apparaissent comme « des affaires d’élus » que les militants peinent à s’approprier. Dominées par des « luttes d’institutions » (Gaxie, 1997), les controverses sur la décentralisation obéissent à des logiques qui recoupent très partiellement les frontières partisanes. L’organisation rencontre de nombreuses difficultés à dégager une position commune sur les questions locales notamment parce qu’elle est traversée par des clivages entre élus de collectivités aux intérêts souvent antagonistes. Prendre l’initiative de s’engager dans de tels débats pour les dirigeants socialistes c’est prendre le risque de susciter l’indifférence des militants mais aussi de cliver les élus et de s’aliéner leurs soutiens81. Les appartenances politiques cèdent le pas aux appartenances institutionnelles. L’implication des élus dans les associations d’élus est ainsi fonction de la nature de leurs collectivités bien plus que de leurs appartenances partisanes. On est président de conseil général et donc départementaliste avant d’être socialiste. Les prises de positions des élus sont fortement dépendantes de leurs positions et ressources institutionnelles. Comme le note Hugues Portelli (2001), « il n’est pas rare de voir un homme politique défendre des positions “jacobines” à la présidence d’un conseil général puis se convertir au régionalisme pro-européen s’il devient président de région. Qu’il devienne ministre et son attitude deviendra plus prudente en matière de décentralisation ». On ne peut ici que renvoyer à la thèse de Patrick Le Lidec (2001) sur l’Association des maires de France qui montre que les positions relatives à la décentralisation sont le résultat de transactions et d’arbitrages complexes et que ces débats imposent souvent le recours au consensus tant les enjeux et les coûts politiques sont lourds. Pour ne prendre que cet exemple, la commission Mauroy que met en place Lionel Jospin en 1999 sur l’avenir de la décentralisation est transpartisane. Il s’agit alors d’empêcher Jacques Chirac, dans la perspective de l’élection présidentielle, de se saisir d’un thème politiquement porteur et de le neutraliser politiquement.

  • 82 Marie Noëlle Lienemann, Démocratie et socialisme, 29, octobre 1995.
  • 83 Démocratie et socialisme, 73, mars 2000.
  • 84 Ibid.
  • 85 Démocratie et socialisme, 75, mai 2000.
  • 86 Ibid.

36Les questions locales cessent à partir des années quatre-vingt d’être un enjeu intrapartisan. Les héritiers de la « deuxième gauche » autogestionnaire dont les thèses n’ont pas été suivies lors des débats sur la décentralisation (Le Lidec, 2001) abandonnent très largement cette thématique. Les courants qui cherchent à s’appuyer sur les élus évitent d’inscrire à l’agenda une question jugée trop sensible. La Gauche Socialiste tente ponctuellement de politiser les affaires locales essentiellement pendant les conjonctures électorales. « La politique locale c’est de la vraie politique où le clivage gauche/droite prend tout son sens82. » L’absence de réel programme socialiste est dénoncée lors des municipales de 2001 par ce courant : « Les questions essentielles du développement local sont renvoyées au chacun pour soi […]. Un modèle de gestion municipale de gauche est à inventer […] Les pépinières d’entreprises sont devenues le nouveau mot d’ordre du socialisme municipal moderne, même au prix d’un moins-disant fiscal qui s’est imposé partout83 » ; « La question de la finalité d’une gestion municipale de gauche a été trop souvent négligée. Décider de gouverner par objectifs plus que par réalisations, c’est la remettre au cœur de notre programme84. » La rhétorique de la proximité est dénoncée : « nous ne jurons que par la “proximité” quand il faudrait organiser l’accessibilité de l’ensemble de l’espace85 ». Le concept d’» urbanité républicaine » est notamment mis en avant pour redonner à l’action locale un « corpus idéologique86 ».

  • 87 Voir L’Hebdo des socialistes, le 4 février 2000.
  • 88 « Aux vocations de planification et de coordination se sont substituées trop souvent des politique (...)
  • 89 L’Hebdo des socialistes, le 23 juin 2000.
  • 90 Supplément de L’Hebdo des socialistes, le 26 janvier 2001.
  • 91 François Hollande minore la portée de ce texte, présenté comme « un viatique national » : « À l’év (...)
  • 92 Exemples parmi d’autres : « la garantie de la sécurité alimentaire et sanitaire des Français est u (...)

37Les débats internes qui se développent autour des questions locales sont de portée générale et se structurent surtout autour de la question de la répartition des compétences et des relations entre collectivités. C’est dans cet esprit que se tient la convention « Territoires et citoyens » en juin 2000 à Clermont-Ferrand qui fixe la ligne du parti. Pour préparer la convention, le PS fait réaliser une enquête d’opinion par l’institut BVA87. Les questions du sondage portent quasi-exclusivement sur l’organisation institutionnelle et la question de la répartition des compétences. Il s’agit d’» apporter des réponses à cette révolution tranquille que constitue la décentralisation ». Vingt-cinq propositions sont dégagées qui privilégient le « contrat » et la « proximité ». La dimension « politique » de l’action municipale n’est que timidement mise en avant même si le texte final revient à plusieurs reprises sur les nouveaux espaces de liberté qui ont été conquis par les élus locaux88. François Hollande célèbre l’idéologie du territoire : « tout part des territoires et en même temps tout y revient89 ». C’est dans une large mesure à partir de ce texte qu’est bâti le manifeste communal et départemental du parti socialiste90 quelques semaines avant les élections municipales de 2001. Quatre objectifs sont mis en avant par le texte : s’appuyer sur les bilans locaux, faire vivre la décentralisation dans la perspective d’une nouvelle étape, « donner du sens à la politique et à l’engagement en faisant prévaloir le renouvellement des générations, la place des jeunes et celle des femmes aux responsabilités », « utiliser le résultat des municipales pour mesurer le rapport de forces avant les échéances de 2002 ». Ce manifeste à la fois municipal et cantonal n’énonce que des grands principes et se veut plus « une boîte à outils91 » qu’un cadre précis et contraignant. Les thèmes abordés dépassent de très loin les compétences des collectivités concernées (comme dans le domaine de la santé ou des politiques sociales). Les nombreuses références à l’action gouvernementale y sont nombreuses92, le texte portant en définitive autant sur la territorialisation des politiques publiques que sur les politiques locales municipales ou départementales.

  • 93 Le parti socialiste se dote d’un secrétariat national au développement local en 1995 (les appellat (...)
  • 94 L’Hebdo des socialistes, le 23 juin 2001.
  • 95 Vendredi, le 23 juin 2001.
  • 96 Sur la rhétorique de la proximité comme discours dépolitisant et dépolitisé, (Lefebvre, 2004).
  • 97 Voir son portrait dans Le Monde, le 9 juillet 2002.

38À partir de 1983, les programmes municipaux sont donc de moins en moins étoffés et apparaissent comme des plates-formes générales de plus en plus floues développant des thématiques peu discriminantes politiquement. Ce qui ne signifie pas qu’ils soient dépourvus d’» idéologies territoriales ». Les socialistes se rallient ainsi à l’idéologie du développement local dans les années quatre-vingt-dix93. Le développement local est présenté comme relevant de logiques avant tout territorialisées. La responsable socialiste au développement local écrit : « en matière de développement local, je crois qu’il faut se garder de tout modèle simplificateur. L’observation que l’on peut faire d’expériences de développement local c’est que chaque cas a son histoire propre, liée à un contexte très particulier. C’est souvent la rencontre d’un ou plusieurs porteurs de projets mis en place par les partenaires publics et quelques professionnels engagés qui fait le succès94 ». Le développement local est censé reposer « sur une démarche de mobilisation des acteurs d’un territoire autour des projets qu’ils ont initiés ». « C’est une démarche de citoyens-acteurs qui prend racine dans la proximité95. » L’idéologie de la proximité est centrale dans le discours socialiste. Elle témoigne d’un localisme aujourd’hui dominant sur le plan idéologique96. Les élus socialistes contribuent au même titre que la plupart des élus à la diffusion de ce discours. Ils ont largement fait leur fétichisme et le culte du « terrain » qui apparaît comme une réponse à la « crise de la représentation ». Bertrand Delanoë dit tenir sa légitimité de sa proximité avec les parisiens et à sa capacité à « partir des préoccupations des gens sans jamais théoriser97 ».

Une amorce de repolitisation depuis 2002

  • 98 Claudy Lebreton est président du conseil général des Côtes d’Armor. La promotion d’un président de (...)
  • 99 L’Hebdo des socialistes, le 22 novembre 2003.
  • 100 Le choix de ce secrétariat lors du congrès de Dijon s’inscrit dans une stratégie présidentielle. L (...)
  • 101 Communes de France, 430, 2003.
  • 102 Ibid.
  • 103 L’Hebdo des socialistes, le 5 avril 2003.

39Après la double défaite électorale de 2002, on observe une tendance à la repolitisation des enjeux locaux. Jean-Pierre Raffarin, chantre de « la France d’en bas », fait de la proximité une marque politique distinctive (Le Bart, 2005) et de la décentralisation une des thématiques centrales de son action. Ce positionnement conduit les dirigeants socialistes à s’inscrire dans une stratégie de démarcation au moins dans les prises de position. Dans le contexte d’une reconstruction difficile après la défaite, le parti socialiste cherche à s’opposer au gouvernement. Laurent Fabius s’il ne remet pas cause la pertinence d’une « République des proximités » n’en fustige pas moins ainsi un « modesto-localisme » qui « risque d’apparaître assez vite pour ce qu’il est » c’est-à-dire « un conservatisme au mieux nouveau style où les aphorismes concurrencent les schématismes ». La direction du parti socialiste cherche à mobiliser son réseau d’élus contre le gouvernement. On note une certaine inflexion dans le discours et le positionnement de la FNESER. Claudy Lebreton98, élu à la tête de la FNESER en novembre 2003, entend « clairement sortir de la technicité pour saisir les véritables enjeux des politiques locales, en renouant avec l’esprit des années soixante-dix » et contribuer à la « réinvention d’un modèle territorial99 ». Il reconnaît que la FNESER n’est plus aujourd’hui « le laboratoire d’idées en rupture avec les pratiques des notables » qu’elle était dans les années soixante-dix. Le congrès de la Fédération en novembre 2003 donne lieu à des échanges qui témoignent d’un état d’esprit nouveau. Laurent Fabius, numéro 2 du parti et secrétaire national aux élus et aux territoires100, s’exprime en ces termes : « nous sommes une social-démocratie d’élus et nous n’avons jamais voulu l’assumer, ce qui est un tort. Organiquement, notre lien avec la population, ce sont nos élus. On n’a jamais voulu le théoriser d’autant que certains aiment se faire applaudir dans les réunions publiques en entonnant le refrain “anti-élus”101 ». Le secrétaire national appelle les élus à « refaire de la politique » et concède : « parfois il arrive que l’on ait du mal à distinguer entre une gestion de gauche et une gestion de droite », estimant que la défaite de l’élection présidentielle était contenue dans celle des municipales de 2001. François Hollande conclut le congrès de la FNESER de 2003 en exhumant le « socialisme municipal » : « Nous valorisons insuffisamment nos expériences sur le terrain. Pourtant beaucoup de nos concitoyens ne perçoivent le rapport à la politique qu’à travers les élus. Il faut que les élus soient davantage une source d’expérience pour le parti. Ce n’est pas un hasard si le socialisme municipal avec ses racines républicaines a été inventé en France. » Une « maison des élus » doit voir le jour en juin 2004. Cette structure doit être animée en partenariat par le PS et la FNESER et doit permettre une meilleure coordination des élus locaux et une meilleure circulation des expériences de gestion locale102. Le parti socialiste s’oppose aux projets de décentralisation du gouvernement dénonçant une logique libérale de démantèlement des services publics et la faiblesse de la démocratie participative et appelant de ses vœux une « alter-décentralisation » qui replacerait la citoyenneté territoriale, « grande oubliée du projet gouvernemental au cœur de la réforme103 ». Lors des élections régionales et cantonales de 2003, le PS a cherché à politiser la signification du vote. Mais cette « politisation » s’apparente alors essentiellement à une nationalisation des enjeux. Tout se passe comme si la politisation de ces scrutins impliquait forcément une délocalisation des enjeux et qu’elle ne pouvait plus s’opérer à partir des programmes locaux.

Conclusion

  • 104 Ce qui ne signifie pas, répétons-le, qu’elle ne relève pas d’idéologies territoriales ou d’orienta (...)
  • 105 Sur le « socialisme de cabinet », (Paoletti, 2003).

40Au final, la dépolitisation des enjeux locaux apparaît aujourd’hui profonde au parti socialiste. La question municipale et sa « mise en politique » (Barthe, 2003) se sont profondément transformées depuis les années soixante-dix. L’offre politique des municipalités n’est plus labellisée comme un produit obéissant à des logiques « politiques104 ». Un corpus idéologique permettant l’encodage des problèmes et des solutions, la diffusion de « recettes » d’action publique plus ou moins reproductibles, la mobilisation de mots d’ordre… n’est plus véritablement disponible. La référence au « socialisme municipal » n’est plus que de pure rhétorique : elle fait désormais partie du répertoire historique socialiste, d’un patrimoine convoqué de manière rituelle. Les processus qui conduisent à partir des années 1980 à ne plus faire du « socialisme municipal » une marque politiquement distinctive renvoient aux transformations profondes qui affectent l’organisation partisane (professionnalisation des élus, mais aussi de leurs entourages politiques, qui technicisent les questions locales105, notabilisation, « effets » ou usages de la décentralisation, pratique du pouvoir, structuration en courants…). Lors des élections de 2002, la désaffection des catégories populaires à l’égard du PS a été beaucoup commentée et présentée comme une des évolutions majeures affectant le PS (Lefebvre, Sawicki, 2005). Ce décrochage n’est pas étranger sans doute à la dépolitisation locale. La politisation des enjeux locaux, dotés d’un degré de réalité élevé pour les catégories populaires, a constitué historiquement un puissant facteur de mobilisation politique de ces groupes. Par-delà ses avatars historiques successifs, le « socialisme municipal » permettait de donner un sens politique à l’expérience quotidienne, au vécu local et social, au-delà de l’adhésion abstraite à une offre politique. L’euphémisation du discours politique sur le plan local contribue sans doute de manière décisive à la mise en retrait des groupes les moins politisés. La politique socialiste sur le plan local n’est plus un facteur d’identification. La progression de l’abstention dans les villes de gauche et dans les quartiers populaires (Dolez, Laurent, 2002) en constitue sans doute un des effets. Il faut rappeler que la force du socialisme lorsqu’il a réussi à s’implanter en milieu ouvrier tenait à sa capacité à politiser des formes a priori non politiques d’activités sociales et de donner à l’adhésion le sens d’une dimension existentielle globale. Les opinions des catégories populaires se forment à partir de tout un ensemble d’expériences non nécessairement construites intellectuellement mais en référence directe à l’espace social des relations quotidiennes (Hoggart, 1970).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Barthe (Y.), 2003, « Le recours au politique ou la problématisation politique “par défaut” », in Lagroye (J.), dir., La politisation, Paris, Belin, p. 475-492.

Blatrix (C.), 2000, La démocratie participative : de mai 68 aux mobilisations anti-TGV. Processus de consolidations d’institutions sociales émergentes, thèse pour le doctorant de science politique, université Paris I.

Bruneteau (B.), 1998, « Le “mythe de Grenoble” des années 1960 et 1970. Un usage politique de la modernité », Vingtième siècle, 58, p. 111-126.

Criqui (E.), 1996, « Les élections municipales de juin 1995 : un renouvellement sans précédent des maires », in La décentralisation en France, Paris, La découverte.

Dolez (B.), Laurent (A.), dir., 2002, Le vote des villes. Les élections municipales de 2001, Paris, Presses de sciences Po.

Edelman (M.), 1991, Pièces et règles du jeu politique, Paris, Seuil.

Ethuin (N.), 2003, À l’école du parti, L’éducation et la formation des militants et des cadres au parti communiste français, thèse pour le doctorant de science politique, université de Lille.

Freche (G.), 1990, La France ligotée, Paris, Belfaud.

Fretel (J.), Lefebvre (R.), 2004, « Retour sur un lieu commun historiographique : la faiblesse des partis politiques en France », communication au colloque AFSP, Histoire et science politique, mars.

Garnier (J. -P.), Goldschmidt (D.), 1978, Le socialisme à visage urbain. Essai sur la local-démocratie, Paris, Éditions de la Rupture.

Garraud (P.), 1989, Profession homme politique, Paris, L’Harmattan.

Gaspard (F.), 1979, Madame le maire, Paris, Grasset.

Gaxie (D.), dir., 1997, Luttes d’institutions : enjeux et contradictions de l’administration territoriale, L’Harmattan.

Gaxie (D.), Lehingue (P.), 1984, Enjeux municipaux, Paris, PUF/CURAPP.

Guidoni (P.), 1973, Histoire du nouveau parti socialiste, Paris, Tema.

Hastings (M.), 2001, « Partis politiques et administration du sens », in Andolfatto (D.), Greffet (F.), Olivier (L.), dir., Les partis politiques. Quelles perspectives ?, Paris, L’Harmattan.

Hernu (C.), 1977, « Lettre aux nouveaux maires », Communes de France, 158.

Hoggart (R.), 1970, La culture du pauvre, Paris, Minuit.

Julliard (J.), 1977, Contre la politique professionnelle, Paris, Seuil.

Lacorne (D.), 1980, Les notables rouges, Paris, Presses de sciences Po.

Lagroye (J.), 2003, « Le processus de politisation », in Lagroye (J.), dir., La politisation, Paris, Belin.

Lavau (G.), Grunberg (G.), Mayer (N.), dir., 1983, L’univers politique des classes moyennes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Le Bart (C.), 2005, « La proximité selon Raffarin », Mots.

Lefebvre (R.), 2001, Le socialisme saisi par l’institution municipale (des années 1880 aux années 1980). Jeux d’échelles, thèse pour le doctorat de science politique, université de Lille 2.

Lefebvre (R.), 2004, « Quand proximité rime avec légitimité », Mouvements.

Lefebvre (R.), Sawicki (F.), 2005, « Le socialisme sans le peuple. Ressorts sociaux et partisans d’une invisibilisation », in Matonti (F.), dir., La démobilisation politique, Paris, La dispute.

Lehingue (P.), 2001, « Faire parler d’une seule voix ? Les scrutins municipaux des 11-18 mars 2001 », Regards sur l’actualité, avril.

Le Lidec (P.), 2001, Les maires dans la République, l’Association des Maires de France, élément constitutif des régimes politiques français depuis 1907, thèse pour le doctorant de science politique, université de Paris 1.

Mabileau (A.), 1989, « Les héritiers des notables », Pouvoirs, n° 49.

Mandrin (J.), 1969, Socialisme ou social-médiocratie, Paris, Seuil.

Martin (P.), 2001, Les élections municipales en France depuis 1945, Paris, La Documentation française.

Offerlé (M.), 2001, Les partis politiques, Paris, PUF.

Paoletti (M.), 1997, La démocratie locale et le référendum, Paris, L’Harmattan.

Paoletti (M.), 2003, Cahiers de campagne, Paris, le Bord de L’eau.

Petaux (J.), 1994, « L’école des maires : les associations d’élus locaux », Politix, 28.

Philipponeau (M.), 1977, Changer la vie, changer la ville, Rennes 1977, La Baule, Breizh Éditions.

Portelli (H.), 2001, « Les partis face à la décentralisation », Pouvoirs locaux, 51.

Rosanvallon (P.), 2000, La démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard.

Rosanvallon (P.), Viveret (P.), 1977, Pour une nouvelle culture politique, Paris, Seuil.

Worms (J. -P.), 1966, « Le préfet et ses notables », Sociologie du travail, 3.

Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, Paris, Flammarion, 1977.

Notes

3 On entend par idéologie, à la suite de Jacques Maître, un agencement de relations entre représentations, valeurs et pratiques sociales qui puise leur légitimité dans un groupe et qui oriente celui-ci dans la compétition avec les groupes concurrents. Pour une re-problématisation de la notion d’idéologie (Ethuin, 2003).

4 Nous nous permettons sur ce point de renvoyer à notre thèse (Lefebvre, 2001).

5 Le « socialisme municipal » qui mériterait d’être analysé comme une mythologie politique a été constamment réinventé et a fait l’objet dans le temps et l’espace d’usages politiques variables. Un des mérites du détour par l’histoire est de montrer qu’il n’existe pas d’ » âge d’or de la politisation » locale et que cette dernière a toujours été cyclique. Le terme de « socialisme municipal », aujourd’hui tombé en désuétude, est très polysémique et a pu donner lieu à des usages polémiques et indigènes. Il fait problème. Son usage « scientifique » est parasité par les multiples usages sociaux dont il a fait l’objet (juridique et politique notamment).

6 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, Paris, Flammarion, 1977, p. 7.

7 Sur « les cycles d’attention aux questions » politiques et la construction des enjeux sociaux, (Edelman, 1991, p. 47 sq.).

8 « Élections Municipales. Préparation à la prise de responsabilités », Archives du PS, OURS, 1976, p. 10.

9 Les municipalités sont considérées comme un substitut à des médias jugés partiaux, permettant de diffuser une information alternative dans l’opinion publique et de relayer en profondeur le message socialiste.

10 On observe une surenchère sur le thème du renouveau de la démocratie municipale, fortement investi par le président de la République, à partir de 1974 (Blatrix, 2000, p. 115-117).

11 La réflexion de la journée portait principalement, comme s’en souvient son organisateur, sur les relations entre associations et élus et cherchait à trouver les moyens de les enrichir : « Ce discours insupportait Maurice Pic, le patron de la fédération des élus, cacique type SFIO. Il prétendait être en très bons rapports avec les associations dans sa ville. Il avait publiquement déclaré, je me souviens : “la preuve que je suis en prise avec les associations c’est que je les préside toutes”, ça vous donne une idée de l’état d’esprit des anciens élus. » (Entretien avec Jean-Pierre Worms, le 13 novembre 2000.) Après avoir fait partie de la Nouvelle Gauche, de l’Union de la Gauche socialiste et du PSU, Jean-Pierre Worms, proche d’Alain Savary, adhère en 1969 au nouveau parti socialiste. Il devient adjoint au maire (aux affaires économiques) de Mâcon en 1977 avant d’être élu député en 1981.

12 Le programme 1971 marque une inflexion très nette avec le programme de 1965. S’il affirme que « la solution des problèmes de la société passe par sa transformation radicale qui suppose des moyens qui ne sont pas entre les mains des élus locaux », il invite les élus locaux à « travailler à la transformation de l’état actuel des choses en tenant compte, bien sûr de l’intérêt général, tout en essayant d’en faire bénéficier d’abord les catégories les plus déshéritées de la population » (Programme municipal du parti socialiste, OURS, p. 4).

13 Ibid., p. 3.

14 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 6.

15 Ibid.

16 . Voir le texte d’Olivier Corpet publié dans Communes de France, 136, 1974.

17 Communes de France, 136, 1974.

18 La centralisation est analysée de manière nouvelle comme un système d’organisation du pouvoir politique qui a assuré en France la maîtrise du développement social par le « grand capital » grâce à la domination de l’appareil d’État sur l’ensemble du corps social. Les socialistes sont favorables à une réelle autonomie des communes qui doit passer par une profonde réforme des finances locales, un nouveau régime de subventions assorti du renforcement du pouvoir d’instruction des dossiers techniques et une adaptation des procédures de financement par l’emprunt.

19 Ibid., p. 65.

20 Ibid., p. 71.

21 Ibid., p. 68.

22 Sur l’objectivation de la thématique participative dans les années soixante-dix, (Paoletti, 1997, p. 64-65).

23 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 32

24 Faire, 29, 1978.

25 Structures d’échange et de dialogue entre responsables municipaux et groupes de citoyens, elles sont composées d’élus désignés par le conseil municipal, de représentants des associations, syndicats, groupes… de délégués des commissions de quartier (quand elles existent), de membres des services techniques municipaux concernés…

26 Ils doivent recréer une unité communautaire au niveau du quartier et doivent avoir « une compétence générale mais de nature consultative et sur un secteur géographique donné ». Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 142. Selon J. -P. Worms, il était impossible d’imposer aux élus un cadre trop contraignant compte tenu de leurs craintes de voir leur pouvoir de décision entamée (entretien avec Jean-Pierre Worms, le 13 novembre 2000).

27 Les courants permettent de donner à la lutte pour les positions de pouvoir un caractère naturel et légitime (même s’ils ne sauraient être réduits à cette dimension).

28 Les références doctrinales sont le produit de la concurrence dans l’espace partisan à laquelle se livrent les forces politiques pour la définition légitime du parti et la conquête des trophées. Les thèmes que produisent les divers courants doivent en conséquence s’analyser relationnellement. Voir sur ce point, Offerlé, 2001.

29 Selon Jean-Pierre Worms, la revue n’était pas « attachée directement au courant » mais il convient qu’elle constituait « pour Rocard un instrument de positionnement idéologique au sein du parti » (Entretien avec Jean-Pierre Worms, le 13 novembre 2000).

30 « Après Épinay, Mitterrand m’a confié la tâche des questions locales. J’étais délégué auprès de lui sur cette question. On a mené une réflexion très active sur ce terrain et sur le programme dès 1973 » (Entretien avec Jean-Pierre Worms, le 13 novembre 2000).

31 De nombreux contributeurs ont une formation de sciences humaines : Alain Bergounioux, Monique Dagnaud, Gérard Grunberg, Pierre Rosanvallon

32 La notabilisation est présentée comme le résultat du mode d’organisation entre collectivités locales et État et donc de la centralisation. Le notable est asservi à l’État dans un rapport de clientèle. Il doit quémander à l’État les moyens (autorisations, crédits, subventions, emprunt) nécessaires à la satisfaction des besoins de ses électeurs. L’accès à l’État est ainsi un élément capital de l’efficacité de l’élu local. Voir l’article de J. -P. Worms, Faire, 25, 1977 et Worms, 1966.

33 Faire, 25, 1977.

34 Ibid.

35 Voir notamment, parmi un très grand nombre d’articles, « La gauche et l’expérimentation sociale » Faire, 25, 1977. On s’appuie principalement sur ce texte ici. Voir aussi Rosanvallon, Viveret, 1977.

36 Voir notamment pour une synthèse des positions de ce courant sur les questions municipales, « La gauche et les problèmes municipaux », Les Cahiers du CERES, 9, 1970. On trouve dans la Revue du CERES, Repères, assez peu d’articles sur la question municipale (voir 29, 1976, 42, 1977, 67, 1979). On peut émettre l’hypothèse (non démontrée) que les représentants du CERES ont moins d ‘ intérêts personnels et locaux à défendre et s’attachent donc moins à cette question.

37 Repères, 42, 1977. Voir sur ce point la virulente charge, d’inspiration marxiste, proche du CERES même si beaucoup plus « radicale » dans ses attendus, de Garnier, Goldschmidt, 1978. Le retour du local est une diversion pour ces auteurs. La démocratie participative sert les intérêts de « la petite-bourgeoisie » en ascension. La bourgeoisie « sous-traite » aux nouvelles couches moyennes l’organisation de la quotidienneté des masses exploitées. Ce que les auteurs appellent « la nouvelle politique urbaine » vise à « convertir le local en terrain privilégié de la collaboration de classe » (p. 38).

38 Les Cahiers du CERES, 9, 1970, p. 21.

39 Ibid., p. 14.

40 Repères, 29, 1976.

41 Voir notamment Mandrin, 1969.

42 Les Cahiers du CERES, 9, 1970, p. 13.

43 Ibid., p. 25.

44 Voir le dossier diffusé en 1976 par le secrétariat national à la formation, « Municipales. Préparation à la prise de responsabilités » qui propose des fiches techniques (Comment faire un budget socialiste ? La lecture politique d’un plan d’occupation des sols…).

45 Citoyen dans sa commune. Propositions municipales socialistes, op. cit., p. 132 et « Le socialisme à travers les actes ordinaires de ses élus », Communes de France, 147, 1976.

46 Communes de France, 148, 1976.

47 Conseil national de la fédération des élus socialistes et républicains, le 4 octobre 1975, cité dans Communes de France, 145, 1975.

48 Pour un témoignage, voir Gaspard, 1979.

49 « La démocratie locale est devenue à la mode dans les années soixante-dix. Mais les élus locaux étaient très réticents. Elle ne se traduisait pas souvent en actes. Un maire me disait régulièrement : l’autogestion c’est formidable si personne s’en occupe. Les élus ne tenaient pas trop à partager un pouvoir auquel pour la plupart il venait d’accéder. » Entretien avec Daniel Mitrani, le 14 janvier 2000.

50 Faire, dossier : municipalités, à mi-parcours, 1980.

51 Communes de France, 162, 1977.

52 Voir sur ces logiques, (Gaxie, Lehingue, 1984).

53 Voir à ce sujet les travaux d’Albert Mabileau, 1989.

54 Il ne faut sans doute pas ainsi opposer « parti » et « notables », l’organisation contribuant à la production d’entreprises notabiliaires.

55 Ressources organisationnelles, programmatiques, idéologiques…

56 Voir l’étude du courant Fabius menée par Frédéric Sawicki.

57 Les élus « tiennent » leur section c’est-à-dire le vote des militants et sont à ce titre courtisés par les courants.

58 On en trouve une forte illustration dans l’ouvrage publié par le maire de Montpellier (Frèche, 1990). « Le maître mot aujourd’hui est la direction par objectif, optimisant l’efficacité municipale dans l’intérêt de l’usager. » (p. 150.) « Une route n’est ni de gauche ni de droite. C’est le soin apporté à sa construction et le choix du goudron qui déterminent sa qualité. Il en est ainsi pour de nombreux problèmes concrets. » (p. 141.) Nul doute que l’édile exprime ici une opinion largement partagée par les élus socialistes même si elle n’est pas toujours explicitée en tant que telle.

59 Club socialiste du Livre, 1983, préface de Lionel Jospin.

60 Communes de France, 213, 1983.

61 Communes de France, 214, 1983.

62 Ibid.

63 « Préface » in Annuaire des villes socialistes, 1989.

64 Sur la discussion de ce modèle, (Martin, 2001).

65 L’Hebdo des socialistes, le 26 janvier 2001.

66 Libération, le 15 février 2000.

67 Libération, le 15 janvier 2001.

68 Libération, le 28 mars 2001.

69 Éric Dupin écrit pendant la campagne : « la logique de ce scrutin est plus locale que jamais. Ses conséquences politiques nationales n’en risquent pas moins d’être retentissantes » notamment parce que « la bataille parisienne écrase largement les autres compétitions » (Dupin (E.), « Les paradoxes des municipales », Libération, le 5 mars 2001). Libération titre le lundi 12 mars 2001, lendemain du premier tour : « localement vôtre ». Le quotidien dégage les enseignements du scrutin : « échec des parachutages ministériels », « prime aux sortants », « sanction des cumulards ». Les élections municipales consacrent avant tout « la victoire du vote de proximité ». « Les citoyens révèlent une grande défiance à l’endroit des appareils et sont très insatisfaits de leurs représentants en général, sauf quand ils sont proches d’eux. » Lionel Jospin avalise en quelque sorte cette interprétation du scrutin quelques jours plus tard en interdisant le cumul ministère-mairie (Libération, le 20 mars 2001).

70 Libération, le 6 février 2000.

71 Libération, le 15 février 2000.

72 L’Hebdo des socialistes, le 2 février 2001.

73 Cf. la polémique entre Jérôme Jaffré et Gérard Le Gall, le premier diagnostiquant un recul significatif de la gauche à l’opposé du second qui minore la dimension nationale du vote (Lehingue, 2001).

74 L’Hebdo des socialistes, le 16 mars 2001.

75 Conseil national du PS, mars 2001.

76 Ibid.

77 Ibid.

78 Entretien, juin 2000.

79 Nos observations à Lille du débat militant autour des programmes régionaux et cantonaux en 2004 l’attestent. Sur le plan de l’organisation partisane, le conseil général et le conseil régional renvoient à des enjeux peu lisibles.

80 Les assemblées générales de sections intercommunales sont inexistantes ou peu actives, ce qui renforce la sanctuarisation des arènes intercommunales.

81 Le clivage entre « départementalistes » et « régionalistes » apparaît particulièrement structurant au parti socialiste depuis les années quatre-vingt-dix. À partir de 1997, les velléités de Lionel Jospin de supprimer le département ou de modifier le mode de scrutin départemental se heurtent à de nombreuses résistances. Laurent Fabius, à partir de 1999, se porte garant des intérêts des élus départementalistes et défend le statu quo.

82 Marie Noëlle Lienemann, Démocratie et socialisme, 29, octobre 1995.

83 Démocratie et socialisme, 73, mars 2000.

84 Ibid.

85 Démocratie et socialisme, 75, mai 2000.

86 Ibid.

87 Voir L’Hebdo des socialistes, le 4 février 2000.

88 « Aux vocations de planification et de coordination se sont substituées trop souvent des politiques de guichet dispensatrices de subventions sans lignes directrices ni projets d’ensemble. »

89 L’Hebdo des socialistes, le 23 juin 2000.

90 Supplément de L’Hebdo des socialistes, le 26 janvier 2001.

91 François Hollande minore la portée de ce texte, présenté comme « un viatique national » : « À l’évidence, les programmes conçus par nos candidats sont élaborés en tenant d’abord compte de la réalité locale. » Vendredi, le 19 mai 2000.

92 Exemples parmi d’autres : « la garantie de la sécurité alimentaire et sanitaire des Français est une préoccupation majeure du gouvernement », « relancer la politique du logement », « emplois-jeunes, loi sur les 35 heures, mesures contre l’exclusion, CMU… le dispositif gouvernemental se situe dans la continuité des lois sociales adoptées ces trois dernières années », « en matière de démocratie locale, les élus socialistes s’efforcent de prolonger l’action engagée par le gouvernement »…

93 Le parti socialiste se dote d’un secrétariat national au développement local en 1995 (les appellations successives de ce secrétariat ont été : secrétariat à l’Aménagement du territoire, à la décentralisation, à l’action locale).

94 L’Hebdo des socialistes, le 23 juin 2001.

95 Vendredi, le 23 juin 2001.

96 Sur la rhétorique de la proximité comme discours dépolitisant et dépolitisé, (Lefebvre, 2004).

97 Voir son portrait dans Le Monde, le 9 juillet 2002.

98 Claudy Lebreton est président du conseil général des Côtes d’Armor. La promotion d’un président de conseil général n’est pas anodine. Elle témoigne d’une victoire des départementalistes au sein du parti et du renoncement à la thématique de la suppression du département.

99 L’Hebdo des socialistes, le 22 novembre 2003.

100 Le choix de ce secrétariat lors du congrès de Dijon s’inscrit dans une stratégie présidentielle. Laurent Fabius a bien mesuré lors du congrès que les élus pèsent de manière déterminante sur le vote des militants lors des consultations internes.

101 Communes de France, 430, 2003.

102 Ibid.

103 L’Hebdo des socialistes, le 5 avril 2003.

104 Ce qui ne signifie pas, répétons-le, qu’elle ne relève pas d’idéologies territoriales ou d’orientations de politiques publiques.

105 Sur le « socialisme de cabinet », (Paoletti, 2003).

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search