Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le TNP de Vilar

 | 
Laurent Fleury

Conclusion : Retour sur les origines de la démocratisation de la culture

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le TNP de Vilar constitue une expérience qui n’a pas d’équivalent en France. La valeur de modèle acquise par le TNP s’explique par la triple innovation introduite par Jean Vilar, par les succès de son action et, enfin, par les adhésions et/ou contestations qu’il a suscitées. Parce que le TNP a ainsi transformé l’ordre des pratiques et des représentations, cette conclusion doit expliquer comment il est devenu un modèle d’action culturelle qui a ensuite opéré comme une référence, puisque nombre d’institutions culturelles se sont inspirées des formules forgées en son sein.

  • 1 Laurent Fleury, Le TNP et le Centre Pompidou : deux institutions culturelles entre l’État et le pu (...)
  • 2 Le rapprochement entre la réalité et l’idéal-type, rare selon Weber, est néanmoins évoqué dans l’a (...)
  • 3 Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (1904), (...)

2La qualification de modèle appliquée à ces innovations institutionnelles mérite un commentaire. Jean Vilar n’a pas cherché à construire un modèle en tant que tel. C’est le jugement que des hommes politiques, des artistes ou professionnels de la culture ou encore des chercheurs en sciences sociales ont pu former sur les actions mises en œuvre par le TNP de Vilar qui le qualifie de « modèle ». Celui-ci accède au statut de modèle pour au moins trois raisons. Modèle d’abord, en raison des usages politiques auxquels il a donné lieu, avec la création du ministère des Affaires culturelles qui s’inscrit sur le fond de cette réussite à son apogée en 1959, avec l’action des maisons de la culture qui se réfèrent à ce modèle d’action culturelle après 1961, avec la convocation du modèle de Vilar lors des débats suscités par la Charte des missions de service public de 1998. Modèle ensuite en raison des filiations historiques auxquelles il a donné naissance : modèle affirmé par le théâtre public naissant de la décentralisation dans les années 1950, puis modèle contesté, lors des événements de 1968 et de la Déclaration de Villeurbanne, et, modèle épousé encore, contre toute attente, dans les révolutions opérées par le Centre Pompidou1. Modèle enfin en raison de sa fécondité heuristique parce que le TNP de Vilar offre également au chercheur la possibilité de construire un idéal-type de la réalisation de l’idéal de la démocratisation. Si l’on accorde, à la suite de Max Weber, qu’un idéal-type figure une construction abstraite, au statut provisoire, qui n’exprime que l’aspect qualitatif de la réalité, autrement dit que ce n’est pas une moyenne de données quantitatives, mais l’accentuation de traits qualitatifs qui s’apparentent à des tableaux de pensée, alors le TNP offre l’exemple d’une institution qui coïncide avec l’idéal-type2, réduisant par là même la distance entre la réalité et cette « image mentale obtenue par des rationalisations de nature utopique » que constitue l’idéal-type3.

3Le « retour sur les origines », contenu dans le titre de cette conclusion mérite un ultime commentaire, si l’on veut contourner un piège classique pour la réflexion. Il faut, en effet, d’abord éviter de constituer le TNP en « origine » et le rattacher à ce qui lui donne naissance : depuis les débats de la Revue d’art dramatique des années 1900 jusqu’aux actions du Front populaire en matière culturelle, en passant par les vagues successives de création de mouvements d’éducation populaire, le TNP ne constitue pas une référence exclusive mais représente plutôt la confluence de traditions multiples. Prenons garde ensuite à ne pas tomber dans une quelconque mélancolie, défions-nous de cette question des origines, car les « faits » du passé ne sont plus choses inertes à aller trouver, à isoler puis à saisir dans un récit. Il faut penser, avec Walter Benjamin, l’histoire comme discontinue et non homogène. Se garder du piège de penser l’histoire de façon linéaire dont on ne voit que deux pôles, celui de la grandeur des commencements et celui du déclin final inéluctable, revient à se donner la possibilité de penser le présent ouvert, y compris aux « résurgences ». Découvrir celles-ci suppose d’interroger les discontinuités politiques et impose de savoir renoncer aux séculaires modèles de la continuité historique.

4Aussi, au moment de conclure ce livre sur l’éclairage offert par le TNP de Vilar pour penser la démocratisation de la culture et sa réalisation, trois idées se dessinent qui, rétrospectivement, invitent à regarder le TNP de Vilar non comme un joyau passé de l’histoire du théâtre, ni comme aimait le déclarer Vilar avec une sourde fierté « le théâtre de son temps », mais comme une institution qui nous conduit vers l’avenir, par les leçons qu’elle nous donne à méditer.

La démocratisation à la lumière du TNP de Vilar

5La première invitation par laquelle je récapitule les trois temps de ce livre tient dans l’idée qu’une voie s’est ouverte avec le TNP de Vilar rendant tout à la fois pensable et possible la démocratisation de la culture.

6Mes premiers chapitres ont proposé une vue générale du rythme de l’action publique. La perspective généalogique que j’ai choisie a permis d’établir tant le long processus historique de promotion du projet de démocratisation que l’indispensable intervention politique, fût-elle le fait d’un fonctionnaire, pour instituer publiquement cette idée. La prise en compte des petits drames, à l’époque inaperçus, et des petites trames qui ont pourtant transformé les confrontations majeures entre l’État, le théâtre et les individus, depuis 1945, m’a mis en présence de la conjonction du rythme lent de processus historiques discontinus et du rythme, plus bref et soudain, de la procédure administrative de nomination, provoquant des discontinuités là où préexistaient des continuités. Je découvrais non point des structures atemporelles, mais des conditions historiques de possibilité ainsi que des batailles d’interprétation : nulle linéarité, ni même, bien sûr, nécessité, n’articule les mouvements, les lieux et les moments que j’ai ici retracés en découvrant une tradition théâtrale en train de s’inventer dans le processus même de son déploiement et de ses réinterprétations successives. Jean Vilar entretient un rapport à la tradition qui le place en héritier et, dans le même temps, apparaît comme charismatique, et pas seulement aux yeux de Jeanne Laurent. Par son éthique de résistance et son non-renoncement devant la démolition, il fonde une éthique du service, en se consacrant à une entreprise vouée à un perpétuel recommencement.

7Les chapitres que j’ai réunis dans ma seconde partie consacrée aux « révolutions » opérées par Vilar insistent pour leur part sur les ruptures qu’il opposa au théâtre bourgeois et à ses codes qui régissaient tant la salle que la scène. Les transformations introduites dans l’ordre des pratiques et dans celui des représentations nous placent, vous et moi, encore aujourd’hui, en héritiers de Jean Vilar. La perpétuation des innovations institutionnelles, qu’ont été l’abonnement, l’horaire ou la suppression des pourboires, l’atteste. Ces dispositifs aujourd’hui banalisés sont connus de chaque spectateur. Le théâtre public se fonde en référence au « théâtre, service public », le public demeure l’objet d’actions conduites en sa direction et l’ensemble des procédures de démocratisation alors insufflées ont conservé, pour une large part, leur efficacité sociale.

  • 4 Françoise Proust, L’histoire à contretemps. Le temps historique chez Walter Benjamin, Éditions du (...)

8C’est cette efficacité que mes derniers chapitres, consacrés à l’étude de l’impact des politiques de public, mettent en évidence. La découverte du fait que la démocratisation de la culture puisse, au-delà de l’idéal affiché, devenir réalité, permet de comprendre en quoi le TNP de Vilar a constitué une utopie en actes. Une énigme demeure cependant : si le TNP n’a pas été créé dans le seul instant de la décision de nommer Jean Vilar à sa tête, pourquoi l’histoire retient-elle l’année 1951 comme date de sa naissance, au point de devenir le « TNP de Vilar » ? Sans doute que les révolutions opérées par l’homme et son équipe, dans l’ordre des idées comme dans celui des pratiques, ont attaché son nom propre à l’institution qu’il dirigea au point de rendre indissociables l’aventure de l’un et celle de l’autre. Pour autant, cette expression ne saurait être le fait de Jean Vilar lui-même. Le nom propre est donné par autrui, à commencer par les spectateurs ayant, directement ou indirectement, participé à cette aventure. Comme Walter Benjamin le montre dans « Les Affinités électives de Goethe », le don du nom, support d’identité, ne tient pas dans l’effet d’un choix ou d’une élection, mais se révèle plutôt comme le résultat d’une décision : décision d’unir deux noms… décision de donner un nom à un autre4. Il reste donc à comprendre ce don du nom, cette association, indéfectible dans la mémoire des spectateurs de théâtre, le plus souvent chargée d’émotion pour qui l’a connue et l’évoque, puisque, on l’a compris, le vrai nom, le nom propre, n’est pas su de son porteur. La singularité du TNP de Vilar ne réside pas dans l’unicité de sa désignation, mais dans le signifiant qu’il représente, qui prophétise après coup le destin de son porteur, indéfectiblement lié à l’idée de possibilité même de réalisation de l’idéal de démocratisation de la culture.

Retour sur un « mystère en pleine lumière »

  • 5 Gilles Deleuze, « Entretien sur Mille Plateaux », Libération, 23 octobre 1989, repris in Pourparle (...)

9Pour Gilles Deleuze, « les noms propres désignent des forces, des événements, des mouvements et des mobiles, des vents, des typhons, des maladies, des lieux et des moments, bien avant de désigner des personnes5 ». Pour élucider ce « mystère en pleine lumière », cette énigme selon laquelle le nom d’un homme est son destin, je me suis intéressé à la trame de l’histoire du TNP de Vilar, aux révolutions opérées par celui-ci, dont l’imputation à Vilar confère la signature et enfin aux significations que les spectateurs eux-mêmes ont accordées à leur participation à cette aventure qui a fait époque. En prolongement des démonstrations développées au fil de ce livre, il faut saisir que le TNP de Vilar a fait date en raison de trois renversements, trois pivotements qui ont créé un événement et ont ouvert le futur.

10Le TNP de Vilar préfigure l’invention des politiques publiques de la culture. Les succès populaires de Jean Vilar ont rendu légitime ce qui jusqu’alors était considéré comme illégitime. La légitimité de l’intervention publique en matière artistique se fonde dans ce succès qui associe excellence de la création artistique et réussite de la démocratisation de la culture, offrant la possibilité même de poursuivre ces deux objectifs au ministère des Affaires culturelles qui a, quelques années plus tard, été créé et confié à André Malraux. Le TNP de Vilar constitue un moment historique puisque, à l’aune de son action, se trame la réconciliation de l’art et de l’État que le second XXe siècle a connue.

11Le TNP de Vilar augure de la possibilité même de réaliser l’idéal de démocratisation de la culture. L’affirmation du service public, l’élaboration d’une politique de public ont concouru à inverser, là encore, les représentations et la réalité. La démocratisation de la culture, pensée dans les termes d’un vœu pieux, d’un rêve inaccessible, ou encore d’une utopie irréalisable, devient réalité quelles que soient les définitions qu’on lui donne. Avec le TNP de Vilar, non seulement, le difficile devient accessible, mais plus encore, Jean Vilar, avec la charge d’inquiétude qu’on lui connaît, s’est précisément « tenu au difficile » pour emprunter à Rainer Maria Rilke, rendant par là même, possible ce que l’on croyait impossible.

12Avec le TNP de Vilar, l’incroyable devient pensable pour des milliers d’individus. La sortie au théâtre était impensable, pour un ouvrier ou une secrétaire, en 1945. Elle devient envisageable en 1951. L’influence sur les pratiques sociales et culturelles, voilà la lumière que le TNP de Vilar a jetée sur la vie des individus, dont nombreux ont confié, non sans émotion, qu’« il avait changé leur vie ». La transformation de sa propre vie et de son rapport à sa vie constitue le rappel du possible effet d’émancipation propre à la culture, cher à la tradition des Lumières, mais parfois oublié, sous le joug de conceptions insistant sur les effets de domination ou de reproduction. L’éclat de la lumière du TNP de Vilar tient dans son engagement sans faille pour cette démocratisation de la culture, puisque c’est aussi en vouant sa propre vie à cette cause, que Jean Vilar associa son nom à cet idéal. De là vient l’énigme du succès du TNP et l’origine de l’émotion qu’il provoque encore, pour qui l’a directement ou indirectement connu. Le TNP de Vilar a offert au spectateur cette possibilité en donnant les conditions d’une égalité avec autrui, fût-elle temporaire, en offrant à chaque spectateur la chance d’actualiser la puissance qui est en lui.

  • 6 Françoise Proust, Kant. Le ton de l’histoire, Payot, « Critique de la politique », 1991, p. 347. N (...)

13Ces trois pivotements fondent l’événement que représente le TNP de Vilar pour l’histoire de la démocratisation de la culture. S’il est possible de penser aujourd’hui les aspects émancipateurs de la culture, c’est parce que le TNP de Vilar a ainsi ouvert la possibilité même d’accéder à une nouvelle figure de vérité, tant dans le champ politique que dans le paysage théâtral. Qu’il me soit permis d’emprunter encore à Françoise Proust qui écrivait à propos de la tonalité de l’histoire : « Les événements brillent au ciel étoilé de l’histoire. Purs éclats de lumière, ils sont toujours déjà passés, toujours déjà disparus et ne revivent que lorsque l’histoire se réveille de “son sommeil dogmatique”. Alors ils scintillent et clignotent, ils envoient quelques notes pour indiquer que des recommencements et des aurores sont toujours possibles et que l’histoire veille sur eux6. »

Une invitation à la recherche sociologique

14Découvrir la possibilité d’un « commencement » de réalisation de la démocratisation de la culture, augurant d’un possible « recommencement », suscite alors l’intérêt du chercheur pour une catégorie parfois délaissée par la recherche sociologique : celle du « possible ». Celle-ci rend le futur ouvert, loin des conceptions déterministes ou finalistes de l’histoire, mais ouvre également le passé et les façons de l’interpréter. Le concept de possibilité, sur laquelle Max Weber avait attiré notre attention par les développements qu’il consacre à l’imputation causale ou directement à ceux portant sur la Möglichkeit, invite à prolonger la recherche sur l’idée que les choses auraient pu être autrement qu’elles ne le sont. L’imagination sociologique permet ainsi d’approfondir l’explication causale et de se déprendre, par des expériences de pensée, des pièges de formes cristallisées de poser les questions, ce que Michel Foucault eût appelé les impensés propres à une épistèmé ou à un « paradigme » pour citer Thomas Kuhn. L’emprise d’hypothèses et de résultats que l’on croit stabilisés peut fonder quelques points aveugles ou quelques impensés, qui constituent alors autant d’obstacles à la recherche.

15La seconde invitation programmatique réside dans une confirmation. Celle de la valeur de la méthode wébérienne de la compréhension sociologique que j’ai délibérément adoptée au fil de ces chapitres, tant pour développer une sociologie de la décision, qui accorde une part aux motivations politiques comme à la configuration historique, que pour comprendre les révolutions opérées par Jean Vilar et les réceptions que les spectateurs leur ont réservées. Plus largement, cette recherche permet de découvrir la fécondité de la compréhension sociologique pour qui entreprend de mieux analyser la socialisation culturelle qui s’avère ouverte, c’est-à-dire non définitivement déterminée par les influentes instances de socialisation que demeurent la famille et l’école. On redécouvre la socialisation comme un processus continu, durant la vie entière. Pour le dire autrement, il n’y a pas de lien simple et univoque entre les attitudes de l’enfance et les comportements adultes en matière de culture. L’institution culturelle informe et forme les pratiques, tant les comportements que les représentations. En ce sens elle se signale, elle aussi, comme une instance d’apprentissage de normes et de valeurs, c’est-à-dire comme une instance de socialisation capable de confirmer ou, à l’inverse, d’infléchir les effets de la socialisation primaire, de favoriser l’institution d’un espace public et l’instauration d’un monde commun, de façonner du lien social, de l’identité et de la sociabilité.

16La dernière invitation tient alors dans l’approfondissement des pratiques d’enquête au plus près des publics et au plus près des institutions culturelles. La démocratisation de la culture s’avère au fil de mes observations comme le produit de l’action réciproque qui se tisse ou se noue entre l’institution et son public et permet de penser ce phénomène inédit en France des politiques de public de façon relationnelle. Objet d’étude à part entière, l’institution culturelle devient aussi une voie royale d’accès pour expliquer et comprendre tant les politiques culturelles que les pratiques culturelles.

17À la lumière du TNP de Vilar, les institutions culturelles apparaissent comme le résultat mais aussi la condition de possibilité des politiques publiques de la culture. Institué par le politique, le TNP s’affirme également instituant de nouvelles pratiques culturelles, mais aussi de nouvelles politiques culturelles, par les normes d’action publique qu’il a instaurées. Le TNP de Vilar a constitué un acteur réel de la définition des politiques publiques de la culture comme il demeure, au double titre d’événement puis de modèle, un vecteur possible de la réalisation de l’idéal de démocratisation de la culture.

Notes

1 Laurent Fleury, Le TNP et le Centre Pompidou : deux institutions culturelles entre l’État et le public. Contribution à une sociologie des politiques publiques de la culture en France après 1945, Doctorat de science politique, Université Paris IX, 1999, 1133 p. Voir Le cas Beaubourg : mécénat d’État et démocratisation de la culture, Armand Colin, (à paraître).

2 Le rapprochement entre la réalité et l’idéal-type, rare selon Weber, est néanmoins évoqué dans l’article « Die Grenznutzlehre und das “psychophysische Grundgesetz” », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 1908, repris in Max Weber, Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, Tübingen, Verlag J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), 1951, p. 384-399. Traduction par Jean-Pierre Grossein (dir.), « La théorie de l’utilité marginale et la “loi fondamentale de la psychophysique” » (1908), Revue Française de Sociologie, 46-4, octobre-décembre 2005, p. 905-920.

3 Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales » (1904), in Essais sur la théorie de la science, trad. de l’allemand par Julien Freund, Plon, rééd., Pocket, 1992, p. 117-201 (p. 180 sq.).

4 Françoise Proust, L’histoire à contretemps. Le temps historique chez Walter Benjamin, Éditions du Cerf, 1994, rééd. Le Livre de Poche, Biblio Essais, 1999, p. 218-233.

5 Gilles Deleuze, « Entretien sur Mille Plateaux », Libération, 23 octobre 1989, repris in Pourparlers, Éditions de Minuit, 1990, p. 52.

6 Françoise Proust, Kant. Le ton de l’histoire, Payot, « Critique de la politique », 1991, p. 347. Nous soulignons.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540