Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le TNP de Vilar

 | 
Laurent Fleury

Première partie. Le TNP de Vilar : généalogie d’une institution

2. Une intervention décisive : la nomination de Jean Vilar

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Marion Denizot, Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public pour la culture (1946-1952), préf (...)

1Devenu indissociable de l’histoire du TNP, le nom de Jean Vilar est également lié à la figure de Jeanne Laurent qui l’en avait nommé directeur en 1951. Le discours héroïsant, qui place la volonté humaine au cœur des processus historiques, classique des politiques culturelles depuis l’éclat du nom d’André Malraux, débuterait-il avec ceux de Jean Vilar et de Jeanne Laurent ? « Mère de la décentralisation dramatique », elle a joué un rôle de précurseur pour les politiques culturelles, avant l’heure de leur institutionnalisation dans un cadre ministériel en 19591. De même, la nomination de Jean Vilar au TNP procède a priori de la décision de Jeanne Laurent. Cette interprétation soulève cependant d’emblée un problème pour la sociologie, tant celle-ci se garde de l’illusion de la toute puissance de la volonté individuelle. L’idée qu’une décision puisse être imputable à une personne singulière déroge au discours classique de la sociologie de la décision qui préfère la considérer introuvable dans l’entrelacs des faits historiques qui l’enveloppent.

  • 2 Jean Vilar, « Un lieu théâtral : Avignon », in Le lieu théâtral dans la société moderne, colloque (...)
  • 3 Dans le cadre de l’enquête de laquelle ce livre est issu, j’ai, entre autres, interrogé Maria Casa (...)

2Pourtant, partir de la décision de Jeanne Laurent s’impose en raison d’indices convergents. Jean Vilar lui-même le reconnaît en corrigeant à la main un article qui imputait au ministre, Pierre Bourdan, le choix de sa nomination2 ; le récit de quelques témoins rencontrés confirme l’imputation de la décision à Jeanne Laurent et invalide toute autre supposition alternative3 ; enfin et surtout, le dépouillement des archives atteste la personnalisation de cette décision. Parce que cette nomination ne saurait cependant se réduire à la seule reconnaissance des qualités artistiques d’un homme de théâtre par un fonctionnaire, il faut comprendre les modalités et la manière dont la décision a été prise et s’intéresser au processus même de nomination en s’interrogeant sur la forme de cette décision : simple acte administratif ou véritable décision politique ? Cette analyse permet de penser celle de Jean Vilar à la tête du TNP dans les termes d’un acte politique, en raison même du discernement, du dévouement et de l’engagement de Jeanne Laurent.

Le discernement pour une décision « éclair »

3Jean Vilar est nommé directeur du Théâtre National Populaire le 1er septembre 1951. Quelques semaines plus tôt, il n’en soupçonnait pas même l’éventualité. Cette décision s’apparente à un éclair, tant par la rapidité avec laquelle Jeanne Laurent la prend que par la lumière, intense et brève qu’elle jette sur les politiques publiques de la culture alors encore balbutiantes. Qualifier cette décision en référence à un éclair procède d’un emprunt à la métaphore de Nietzsche pour qui l’éclair [Blitz] représente ce qui apporte à la fois un nouvel éclairage sur la réalité, une nouvelle vérité [neue Wahrheit] et des éclaircissements sur l’existence, de nouvelles valeurs [neue Werte] : comme l’éclair qui relie la terre et le ciel, l’intuition que symbolise ce terme pour Nietzsche, en rapport avec la « science intuitive » de Spinoza, relie le fini et l’infini, le connu et l’inconnu.

La menace des élections législatives de 1951

  • 4 Hubert Gignoux, « Reconnaissance », cité par Marion Denizot-Foulquier, Jeanne Laurent, le théâtre (...)

4« De la décision prise, Jeanne Laurent allait à l’exécution à une vitesse dont l’administration n’était pas coutumière et ne le sera pas davantage après elle. J’en ai vécu un exemple remarquable : entre le dépôt d’un projet de création d’un Centre dramatique de l’Ouest (21 mai 1949) et la première représentation dudit Centre (13 décembre 1949), à peine plus de six mois avaient suffi à établir un budget, à obtenir l’accord du ministère de l’Éducation nationale, des soupçonneuses Finances, de la ville de Rennes, à prendre contact avec les municipalités et les Conseils généraux de la région. Qui dit mieux ? » déclare Hubert Gignoux, saluant ainsi sa rapidité d’exécution lors de la création du Centre dramatique de l’Ouest4. La nomination de Jean Vilar à la direction du TNP a pu de même apparaître aux yeux de ses contemporains comme un « coup de théâtre » en raison de la fulgurance avec laquelle Jeanne Laurent agit, célérité due à son sens des responsabilités et à son sens de la situation. Son discernement politique s’observe dans le choix du moment.

  • 5 « Certes, le théâtre n’avait pas été l’objet de débats au cours de la campagne électorale. Sujet e (...)

5Rarement évoqué dans l’histoire du TNP, le changement politique de juin 1951, c’est-à-dire la victoire de la droite conservatrice, n’est pas étrangère à la rapidité avec laquelle opère Jeanne Laurent pour cette nomination. Ces élections ont sans doute accéléré son intervention, car la majorité sortie des urnes en juin 1951 risquait d’inquiéter la poursuite de ses projets. Ainsi, qu’il s’agisse de l’accès à l’éducation ou du soutien au service public, la majorité élue représente, à ses yeux, une menace pour ses projets. D’autant qu’elle possède la conscience de la fragilité des choses et de l’adversité qu’elle doit parfois opposer aux attaques de ses adversaires. Le vent de l’utopie qui avait caractérisé le premier âge de la décentralisation, la « salve d’espoir » de l’après-guerre risquait de marquer le pas, avec la victoire, le soir du 17 juin 1951, des partis de droite (Rassemblement du Peuple français – RPF – et Mouvement Républicain populaire – MRP –). Le théâtre n’était pas le centre des débats, comme elle le souligne elle-même dans ses notes5. La campagne électorale a été marquée par deux questions : la querelle de l’école, plus précisément de la laïcité, et le problème des finances publiques aux côtés du problème de l’Europe et de ses institutions, avec la question de la Communauté Européenne de Défense. Malgré l’absence de référence au contexte politique dans ses propres notes, soucieuse de respecter le devoir de réserve du tout nouveau statut de la fonction publique, l’influence d’un tel changement de majorité ne peut être écartée et les deux questions, bien qu’apparemment lointaines, ne sont pas sans influence sur sa décision.

  • 6 Voir « Les gouvernements de la Quatrième République française (1945-1958) », Les cahiers de l’hist (...)

6Le problème de l’école constitue la grande difficulté politique à laquelle se heurte la majorité centriste. Il existe ainsi une majorité favorable à l’aide à l’enseignement privé, et le MRP, face à la surenchère du RPF, a pris, lors de la campagne électorale, des engagements précis pour obtenir l’appui de ce qu’on appelait alors encore la Hiérarchie. Les gaullistes déposent dès le 6 juillet 1951, une proposition de loi devant le bureau de l’Assemblée, visant à créer une allocation spéciale pour l’éducation, que chaque famille doit pouvoir utiliser en faveur de l’école de son choix. « Seule l’école publique peut bénéficier des fonds publics », répondent les « laïcs », au premier rang desquels se trouvent les socialistes qui ne peuvent abandonner la laïcité sans perdre de nombreux électeurs. « La majorité de l’Assemblée, librement élue, dispose de la répartition des fonds de l’État ! », prétendent les « cléricaux », majoritaires. Finalement, une loi étendant les bourses aux élèves du second degré dans l’enseignement privé, loi dite André Marie est votée. À cette difficulté politique s’ajoutent des difficultés financières qui ne sont pas sans implication budgétaire. L’aide américaine touche à son terme. Il faut donc remettre totalement en ordre les finances publiques, confiées à un orthodoxe, le radical René Mayer. C’est cependant sur cette question de la remise en ordre financière que l’Assemblée renverse le gouvernement, le 7 janvier 1952. De sévères économies sur le fonctionnement de deux grands services publics, chers au cœur des socialistes et lourds à supporter pour les modérés, sont envisagées : la Sécurité sociale et la SNCF. Pour tenter de trouver une solution, le gouvernement demande le vote de lois-cadres, afin d’avoir les mains relativement libres pour agir : c’est aussi un procédé discret pour revenir sur les conquêtes sociales font remarquer les socialistes qui, cette fois, rejoignent l’opposition des communistes et des gaullistes, et renversent le gouvernement6.

  • 7 John W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, Mass., Little Brown & Co., 198 (...)
  • 8 Vladimir Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque rien, t. I, La manière et l’occasion, Édit (...)

7Au cœur des risques chroniques de renversement de gouvernement et des menaces potentielles de réduction budgétaire, Jeanne Laurent transforme ainsi l’écueil de l’instabilité ministérielle en une opportunité. Elle renverse l’obstacle du calendrier en une arme tactique. Sa qualité de fonctionnaire lui assurant a priori stabilité, elle s’emploie à saisir l’occasion donnée par la vacance ministérielle qui coïncide avec celle durant laquelle les bureaux de l’administration, comme les couloirs de la Chambre sont classiquement désertés. Elle use ainsi du bénéfice de la durée du fonctionnaire sur l’homme politique, souvent plus éphémère, de la Quatrième République. Alors qu’elle n’est que sous-directeur des Spectacles et de la Musique, elle sait mettre à profit ces quelque trois semaines estivales pour proposer la nomination de Jean Vilar, alors que le nouveau ministre de l’Éducation nationale se trouve accaparé par la question de la laïcité. Le moment a donc été décisif. Ce temps court, ce kaïros, cette fenêtre d’opportunité7, ce « bon moment » est indissociable de l’acte de décision8.

L’accélération de la nomination de Vilar

8Cette décision, prise en moins d’un mois, s’apparente à un coup de théâtre. Jeanne Laurent emprunte à la technique éprouvée du deus ex machina, en proposant, discrètement, à Jean Vilar alors en plein succès du festival d’Avignon, loin de Paris, d’ouvrir une nouvelle page de son histoire en reprenant la salle du Palais de Chaillot. L’esthétique du coup de théâtre est indissociable de la discrétion provisoire de la démarche : c’est plus en coulisses, ici aux sens propre et figuré, que Jeanne Laurent prépare le remplacement de Pierre Aldebert. Cette rapidité est aussi rendue possible par une patiente et minutieuse préparation du dossier. Dès 1948, Jeanne Laurent s’inquiète du maintien de Pierre Aldebert à la tête du Théâtre National du Palais du Trocadéro dont il assure la direction depuis 1940. Elle se préoccupe donc d’une destination nouvelle de l’immense salle du Palais de Chaillot trois ans avant de nommer Jean Vilar à la tête du TNP. La mise à l’écart de Pierre Aldebert, préalable nécessaire à la solution qu’elle envisage à présent, suppose quelque préparation. Aussi saisit-elle le Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics en 1948.

  • 9 Voir Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics, Rapport sur le Thé (...)
  • 10 Jean-Claude Bardot, Jean Vilar, Armand Colin, 1991, p. 221.

9Le rapport lui est remis le 2 juillet 1951. Il est noté que « le Théâtre national populaire repose encore jusqu’à maintenant sur une convention bâtarde imaginée en fonction des possibilités d’utilisation de la salle de Chaillot9 ». Le Comité envisage d’interrompre au 31 août 1951 la concession accordée à Pierre Aldebert. Le reproche qui lui est adressé porte à la fois sur le répertoire et sur le public touché, comme l’indique le président du Comité central d’enquête : « Le succès des centres dramatiques de province prouverait qu’il faut aller au public populaire en portant les spectacles dans les quartiers populaires et qu’il est possible de lui présenter des œuvres, classiques ou modernes, d’une grande qualité. Il s’agirait de réaliser une prospection systématique de la banlieue avec un répertoire différent de celui de l’actuel théâtre populaire10. » Forte de cette recommandation d’un corps de contrôle, elle souligne, le 17 juillet 1951, les succès de la décentralisation et propose d’appliquer les mêmes recettes à Paris. Quelques jours avant de se rendre à Avignon, elle ne se cache pas de cette mise sur agenda patiemment préparée avant de paraître et d’apparaître publiquement accélérée : il fallait faire vite, le nouveau directeur devant être nommé le 1er septembre.

  • 11 Jean Vilar, « Les premiers pas » [1960], in Le Théâtre, service public et autres textes, 1975, pré (...)
  • 12 Jean Vilar, « Les premiers pas » [1960], ibid.
  • 13 Notre entretien avec Chrystel d’Ornjhelm, le 19 juin 1992.
  • 14 La lettre de candidature est annexée in Robert Abirached (dir.), La décentralisation théâtrale. t. (...)

10Jeanne Laurent se révèle alors tacticienne. À la fin du mois de juillet 1951, elle se rend à Avignon pour y rencontrer Jean Vilar à l’issue d’une des représentations du Cid, qu’il interprétait aux côtés de Gérard Philipe. Elle lui propose de prendre la direction du Théâtre national du Palais de Chaillot. Évoquant les circonstances de sa rencontre avec Jean Vilar en Avignon, elle concède avoir tenté de « bénéficier d’un effet de surprise en décidant de le voir à la sortie d’une représentation, quand les comédiens, à peine dépouillés du personnage qu’ils viennent d’incarner, ont du mal à s’assumer à nouveau eux-mêmes11 ». La tactique employée fonctionne à merveille à en juger par ces mots de Jean Vilar qui confie : « Je pressentais que ma nomination faisait partie d’un petit complot. On ne m’avait pas tenu au courant, bon ! On m’informait au dernier moment, parfait ! Il devait y avoir d’excellentes raisons à cela12… » Jean Vilar commence par refuser, opposant un non à cette offre. Cela dérange ses projets. Il se défend en outre de savoir « faire du théâtre pour les ouvriers » en arguant ne pas les connaître. Elle lui aurait répondu que le service du théâtre populaire leur était aussi destiné, comme la poste, et qu’il s’agissait justement de « permettre à tous les petits Jean Vilar d’aller au théâtre13 ». S’il commence à se dérober, Jeanne Laurent sait que les risques n’effarouchent pas Jean Vilar, fort du succès de son entreprise avignonnaise. Elle connaît également son désir de diriger un théâtre national, puisqu’il lui avait adressé sa candidature spontanée à la direction du Théâtre de l’Odéon quelques mois plus tôt14. Dès lors, se trouver à la tête d’un théâtre national tout en s’attaquant à ce dont son enfance sétoise l’avait privé ne peut déplaire à Jean Vilar qui, après réflexion, accepte.

11Le 8 août 1951, Jeanne Laurent rédige la proposition de nomination de Jean Vilar à l’attention du ministre de l’Éducation nationale. Le 9 août, elle reçoit Pierre Aldebert, alors directeur du Théâtre national du Palais de Chaillot. Le 10 août, elle transmet une note à l’attention du ministre de l’Éducation nationale et informe Jean Vilar de ses démarches. Le 20 août, Jean Vilar est nommé directeur du TNP pour une durée de trois ans à compter du 1er septembre 1951. La nomination se signale comme politique car paradoxalement pour Jeanne Laurent, la question technique importe finalement peu. Le cahier des charges qui inquiète, non sans raison, Jean Vilar, ne doit en aucun cas devenir un obstacle pour elle. Ainsi, en l’espace de quelques semaines, elle réussit à s’assurer de la conformité des conclusions du Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics avec son propre souhait de ne surtout pas reconduire Pierre Aldebert dans ses fonctions de directeur du Théâtre national du Palais de Chaillot, à convaincre ensuite Jean Vilar d’en accepter la charge et à faire valoir enfin les qualités de sa proposition au directeur général des Arts et Lettres, Jacques Jaujard. En dépit de quelques résistances nées de sa peur d’en endosser la responsabilité, celui-ci transmet le projet de nomination au ministre, entré en fonction le 8 août 1951, sous le second ministère Pleven. Jean Vilar se trouve ainsi nommé directeur du Théâtre National Populaire par le ministre de l’Éducation nationale, André Marie, sur proposition de Jeanne Laurent.

L’anticipation de la « Bataille de Chaillot »

  • 15 Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar.

12« Sachez que vous êtes à présent l’homme de théâtre le plus haï de France15 », lui déclare-t-elle, à peine a-t-il signé le cahier des charges. Parole prémonitoire. Si les premiers pas du Théâtre National Populaire ont été dans l’ensemble des succès publics, dès le début, les attaques n’ont cessé de s’abattre. Dès la fin de 1951, le sénateur rapporteur du budget des Beaux-Arts, Jacques Debû-Bridel, s’insurge à la tribune contre cette entreprise qui « rassemble le public mondain de Paris qui se rend en banlieue en voiture de luxe comme on va à une partie de campagne ». Il accuse clairement Vilar et ses compagnons d’avoir des liens « certains » avec le Parti Communiste. En mai 1952, une campagne de presse éclate laissant entendre que le Président Pinay pourrait licencier Vilar et fermer Chaillot, l’homme et l’entreprise sont en effet « ouvertement soutenus par la presse stalinienne ». François Mauriac dans Le Figaro le dénonce, quant à lui, comme « Père Ubu », et « Cabot sur le trépied » dans un article qu’il intitule « Un homme grisé ». Roger Ferdinand, président du Syndicat des auteurs, attaque Vilar régulièrement à la radio. Certains journaux en appellent à la censure pour mieux fustiger la programmation d’auteurs tels que Brecht (Mère Courage), Büchner (La mort de Danton) ou encore Pichette (Nucléa).

  • 16 Jean Carlier, « Malaise au TNP. Où allez-vous Jean Vilar ? », Combat, 17 novembre 1952 ; Jean Carl (...)
  • 17 Jean Vilar, « Le théâtre et la soupe » [1952], conférence donnée le 20 novembre 1952, dans la gran (...)

13« Malaise au TNP » : tel est le titre empoisonné que le journal Combat choisit pour la publication de son « enquête16 ». Durant cinq jours et sur trois colonnes, Jean Vilar et son équipe se trouvent l’objet d’une attaque en règle, présentée bien sûr « sous le couvert de l’amitié » car on en veut à Vilar et les rédacteurs « voulaient » – disent-ils – « être les premiers à tirer la sonnette d’alarme ». La rédaction des premières lignes du Mémento de Vilar débute quelque huit jours après. Que dit cette « enquête » ? D’abord qu’il est « fichu physiquement (sic) ». Le journal nous informe que son vieil ulcère à l’estomac fait faire à Vilar « la grimace quand il boit du café trop chaud » ; que son équipe se disloque : démission du secrétaire général Claude Planson ; départ de plusieurs acteurs : Jean Le Poulain, Jean Leuvrais, Jean Négroni, Jeanne Moreau ; retour de Gérard Philipe au cinéma. De plus, nous renseigne le même journal, « Vilar est un intellectuel mal nourri qui, vu son confort actuel, n’a plus envie de manger comme jadis de vieux croûtons à la moutarde… Finie la galère ! Finie la bohème ! Il s’est même acheté un appartement et roule dans un cabriolet… un jouet qu’il a d’ailleurs écrasé en dérapant et en se retournant sur une route de Bourgogne. » Le même journal précise que la liquidation de Vilar est une question de jours, qu’il est sérieusement question de faire de Chaillot une « section populaire » de la Comédie-Française. De plus ses créations récentes, Mère Courage, Nucléa et L’Avare, sont qualifiées de demi-fours, il joue beaucoup trop d’adaptations d’œuvres étrangères (Brecht, Kleist, Eliot), il joue trop à l’étranger et pas assez en banlieue parisienne. Le chroniqueur juge excessif le prix des places pratiqués à l’étranger par le TNP. La fréquence et la violence des attaques sont telles que Vilar, poussé par ses collaborateurs, est contraint à la réplique publique. Le 20 novembre 1952, dans la grande salle de Chaillot, il prononce, devant un millier de personnes, une conférence mémorable intitulée Le théâtre et la soupe17.

14Certaines de ces réactions passionnées, suscitées par la nomination de Vilar rendue publique le jour même des funérailles de Louis Jouvet, avaient donc été anticipées par Jeanne Laurent. Elle en distingue rétrospectivement trois types : l’enthousiasme, la stupeur et l’attitude scandalisée.

  • 18 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».

« Ce fut de l’enthousiasme parmi ceux qui, de plus en plus nombreux chaque année, allaient au festival d’Avignon… Ce fut de la stupeur parmi les personnages qui hantaient les antichambres ministérielles avec l’air important de gens qui sont persuadés que les ministres ont absolument besoin de leurs lumières pour prendre des décisions judicieuses. Il ne leur venait pas à l’idée que ce qui se passait hors de Paris pouvait avoir quelque intérêt. Aussi n’avaient-ils pas été à Avignon et n’attachaient-ils pas d’importance aux articles élogieux que des journalistes y consacraient. Pour eux, Jean Vilar n’était qu’un de ces animateurs de petites salles de la rive gauche de la Seine, dont les spectacles pauvrement montés, n’attiraient qu’un public restreint d’intellectuels. Quant aux personnes qui se référaient à l’orientation politique des récentes élections législatives, elles étaient scandalisées et le déclaraient hautement, de constater que des élections orientées vers la droite avaient pour effet de faire adopter, pour un théâtre national, une décision qui, si elle avait un sens, était de gauche18. »

  • 19 Idem.

15Or, poursuit-elle, avec une pointe d’illusion rétrospective de nécessité : « la nomination de Jean Vilar qui intervenait dans un contexte politique qui ne pouvait que lui être hostile, était l’aboutissement d’une politique théâtrale, menée avec continuité depuis la Libération avec le seul souci de l’intérêt national sans avoir à subir les contrecoups des luttes politiques19 ». En rappelant ici la sévérité et la dureté des réactions avec d’autant plus d’acuité que sa conscience du changement idéologique intervenu aux élections législatives de 1951 était aiguë, elle livre également quelques thèmes centraux de sa conception de l’action politique : indépendance des fonctionnaires à l’égard du supposé pouvoir des experts, critique du parisianisme, critique de l’anti-intellectualisme latent des pharisiens, critique de l’indifférence, voire de l’ignorance politique pour la chose théâtrale, mais aussi continuité et indépendance des politiques publiques à l’égard de la conjoncture politique.

Le dévouement à la cause du théâtre public

16Dans ses conférences de 1917, sur la science comme profession-vocation (Wissenschaft als Beruf), et de 1919, sur la politique comme profession-vocation (Politik als Beruf), Max Weber consacre plusieurs développements à la question de « la cause » (die Sache), plus encore à « la matérialité de la cause » que le mot allemand articule (die Sachlichkeit). L’attachement et le dévouement à la cause que l’on défend participe, selon lui, de l’idée de « profession conçue comme une vocation » que condense le mot Beruf. L’analyse des politiques publiques s’est depuis intéressée aux « entrepreneurs de cause » en des termes plus techniques. La façon dont Jeanne Laurent a œuvré pour le théâtre public offre un exemple de « profession conçue comme une vocation » de même qu’elle se révèle comme une fonctionnaire « porteur de cause » : la décentralisation à laquelle son nom est attaché, ne constitue pourtant qu’un versant d’une cause plus large, celle du théâtre public, à laquelle elle s’est dévouée.

Jeanne Laurent, républicaine et résistante

  • 20 Les développements biographiques qui suivent s’appuient sur la seule thèse à ce jour consacrée à J (...)

17Née le 7 mai 1902 à Cast, en Bretagne, Jeanne Laurent arrive à Paris en 192620. Licenciée en droit et en lettres classiques, elle devient archiviste-paléographe en 1930 à l’issue d’une formation, à l’École des Chartes, puis travaille à la Commission nationale des Monuments historiques, avant de rejoindre, le 1 er juillet 1939, de manière presque fortuite car le poste était alors vacant, le bureau de la Musique, des Spectacles et de la Radiodiffusion. Elle devient sous-chef de bureau à la direction générale des Beaux-Arts en 1941. Elle est nommée en 1946, sous-directeur des Spectacles et de la Musique au sein la Direction générale des Arts et Lettres (DGAL).

  • 21 Lorsqu’elle fut amenée à rencontrer Jean Giraudoux, en juillet 1939, mois de son entrée en fonctio (...)

18Le pouvoir d’attraction de Paris, capitale des arts et des lettres dans les années 1930, procède d’une aspiration à l’universalité qui souligne par-là même la critique latente des particularismes, critique commune à Jean Vilar et Jeanne Laurent. Une anecdote qu’elle rapporte témoigne de sa discrétion à l’égard de ses origines bretonnes21. Plus encore, elle demande à ce que de Marie-Jeanne, son premier prénom, ne soit retenu que celui de Jeanne, celui d’une de ses sœurs car elle craignait que Marie-Jeanne ne fît trop « bécassine » pour Paris. Si la ferme qu’exploite son père compte plus de trente hectares, sa taille, importante pour la région de Quimper, ne permet pas néanmoins de vivre dans la facilité. La charge des frais d’études de Jeanne Laurent, qui n’est pas boursière, pèse ainsi sur le budget familial, au point que son père lui avait fait observer les sacrifices que la famille lui avait ainsi consentis. Le sol pauvre de cette partie de la Bretagne rendait les conditions de vie des paysans particulièrement difficiles au début du siècle. Élevée dans une tradition catholique, elle est restée toute sa vie croyante et pratiquante. C’est à l’Université catholique de l’Ouest, à Angers, qu’elle poursuit les études classiques (grec et latin) entreprises après son baccalauréat et obtient une licence ès-Lettres. Son goût pour les études, l’importance qu’elle accorde par la suite à la formation et à l’éducation, du fait même de son propre parcours, trouvent dans le modèle républicain l’idée méritocratique d’émancipation à laquelle elle adhère et elle se dévoue. Malgré un contexte familial peu favorable, elle passe le concours d’entrée à l’École des Chartes, où elle est admise en novembre 1926. La République, encore rétive à intégrer les filles, demeure néanmoins l’espace où penser cette émancipation, sur fond néanmoins d’inégalité politique.

19Son attachement pour la fonction publique procède autant sinon plus d’une réflexion personnelle que d’une culture familiale. Son dévouement à la chose publique connaît une épreuve avec les bouleversements politiques qu’elle a connus. Le 3 septembre 1939, la France entre en guerre contre l’Allemagne. Fonctionnaire de l’État Français, proclamé le 10 juillet 1940 par le maréchal Pétain, Jeanne Laurent se trouve plongée dans une configuration politique inédite : condamnée à agir, elle doit arbitrer entre l’obligation de servir le régime de Vichy et le devoir moral de ne pas trahir ses valeurs. Quelle est alors la nature de son engagement, tant dans la fonction publique de l’État vichyste que dans la Résistance et ses différents mouvements ? Comment concilier conscience professionnelle du fonctionnaire et conscience personnelle, fondée sur des valeurs ? Sous quel angle appréhender ce paradoxe entre servir l’État français et résister, entre cette solution de continuité et cette volonté de distance et de contestation ? Bien qu’elle ne soit que sous-chef de bureau, elle participe à la politique réformatrice de Vichy, tout en exerçant des activités de résistance. Elle a procédé avec une discrétion qui révèle sa prudence et son sens politique.

  • 22 Voir Martin Broszat, L’État hitlérien [1970], Fayard, 1985.
  • 23 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, «  (...)
  • 24 Jacques Sémelin, « Qu’est-ce que “résister” ? », Esprit, janvier 1994, p. 50-63.
  • 25 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, «  (...)

20Médaillée de la Résistance en 1947, elle n’adopta pas l’attentisme, attitude pourtant répandue pour nombre de fonctionnaires, placés à l’époque à de hautes responsabilités. À son poste, et bien qu’elle ne fasse pas partie du corps des hauts fonctionnaires, elle fait le choix de l’action, illustrant, avant l’heure, la déclaration du général de Gaulle à la Libération, selon laquelle la grande majorité des serviteurs de l’État, pendant les années terribles de l’occupation et de l’usurpation, ont avant tout cherché à servir de leur mieux la chose publique. Si l’on s’interroge sur l’action résistante de Jeanne Laurent et sur la nature même de cette résistance, on découvre qu’elle ne s’est jamais située du côté de la Widerstand, mais bien plutôt du côté de la Resistenz, selon la distinction proposée par Martin Broszat22. Pour Marc-Olivier Baruch, la Widerstand représente une « résistance structurée », qui renvoie à « la réaction organisée, visible et active23 ». La Resistenz, qui entraîne des actions de dissidence ou de désobéissance, se rapproche du concept de « réactivité sociale » que Jacques Sémelin24 assimile au « refus latent du corps social de se plier à l’organisation totale de la société voulue par le régime25 ». Et de conclure :

  • 26 Marion Denizot, Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public de la culture (1946-1952), préfac (...)

« La résistance de Jeanne Laurent n’est pas active, combative, prête au sacrifice de soi-même. C’est une résistante plus furtive, plus discrète. Jeanne Laurent fait partie de ces sympathisants “légaux” qui ont utilisé leur activité professionnelle pour aider les Résistants et qui ont constitué une aide non négligeable aux actions des combattants clandestins26. »

  • 27 Marion Denizot-Foulquier, Jeanne Laurent, le théâtre et les arts, préface de Robert Abirached, Châ (...)
  • 28 Voir « Les acteurs : quand la mobilisation pour une cause publique engage la personne », in Jacque (...)
  • 29 Françoise Proust, De la résistance, Éditions du Cerf, « Passages », 1997, p. 99.

21Ses actions de résistance tiennent dans le simple encouragement moral à la résistance passive d’hommes de théâtre et, plus encore, dans le détournement d’une des missions qui lui était confiée : la délivrance des laissez-passer, prérogative dont elle défend avec acharnement la conservation27. En procédant à ces activités, elle use de cette attribution pour faciliter le passage à l’étranger de certaines personnes menacées ou recherchées par les autorités françaises ou allemandes. Cette expérience de résistance, sous l’État français, signale son engagement pour les causes qu’elle a ensuite portées. Si l’engagement peut être pensé dans les termes d’une mise en jeu de la personne, celle-ci se dévoile alors dans son épaisseur, sa complexité, sa multiplicité : tantôt rationnelle, stratège, productrice de son histoire, tantôt prisonnière de ses passions ou d’un contexte social défavorable, elle n’est cependant réductible à aucune de ces facettes28. Si « résister, c’est simultanément rester sur place, sur scène, défendre le statu quo au risque de paraître archaïque, dépassé, voire abandonné et exclu de l’histoire et, depuis le fond du tableau où on a été relégué ou depuis les coulisses, sur le côté où on a été repoussé, faire surgir un impossible et un inédit29 », Jeanne Laurent fut, en ce sens, une résistante. En faisant front à l’absence de politique du théâtre, qu’elle découvre en 1946, en résistant à l’inertie administrative en la matière, elle est devenue, aux yeux de nombre d’hommes de théâtre, « la mère de la décentralisation dramatique », l’une des figures parmi les multiples manifestations de son engagement.

Jeanne Laurent : « mère de la décentralisation »

  • 30 Le Monde du 16 octobre 1989.
  • 31 Entretiens Marion Denizot/Madame Cassanas, Paris, 29 octobre 1996 et 20 novembre 1996 cités in Mar (...)

22La politique de décentralisation théâtrale est liée au nom de Jeanne Laurent. À la mort de celle-ci, Colette Godard la salue comme « mère de la décentralisation30 ». M me Cassanas, qui avait été sa secrétaire, recourt aussi à cette métaphore en confiant qu’« elle était un peu la maman. Ils l’appelaient toujours un peu à l’aide – je parle d’Hubert Gignoux, de Maurice Sarrazin, d’André Clavé. Elle était autoritaire mais protectrice. Très protectrice avec les artistes, elle a dépassé un peu sa fonction de fonctionnaire31 ». Au-delà de ces déclarations, quel rôle a-t-elle effectivement joué à la Libération dans le développement de la vie théâtrale en France ?

  • 32 Voir les développements autonomes consacrés à Jeune France dans les chapitres 4 et 5 de ce livre. (...)
  • 33 Voir Serge Added, « Jacques Copeau, le théâtre populaire et les années Vichy », communication fait (...)
  • 34 Voir Michel Fauré, Le groupe Octobre, Éditions Christian Bourgois, 1987.

23L’après-guerre ouvre une seconde époque après l’espérance avortée de 1936. Plusieurs des animateurs de Jeune France32 ont déjà travaillé dans ce sens avant la guerre : Maurice Jacquemont, Jean-Pierre Grenier, Jean-Marie Serreau, André Clavé connaissent déjà, pour avoir monté leurs propres compagnies, les heurs et malheurs du théâtre décentralisé. L’idée, confirmée par certaines expériences tentées en Bourgogne par Jacques Copeau de 1924 à 192933 ou dans les usines par le Groupe Octobre de 1931-1933 à 193634, est dans l’air :

  • 35 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».

« celle de la décentralisation qui avait prouvé que des troupes permanentes de comédiens implantées au milieu de la population pour laquelle ils travaillent n’ont pas besoin de vedettes et amènent un public élargi à apprécier des œuvres de qualité présentées avec ferveur. Il était apparu, au mois de juillet 1951, s’il se trouvait un public pour apprécier en province des pièces de Molière, Shakespeare et s’intéresser aux recherches faites sur des œuvres d’auteurs nouveaux, il était indiqué d’avoir une haute ambition pour le théâtre national populaire35 ».

24La nomination de Jean Vilar au TNP intervient dans la suite de la décentralisation dramatique qu’elle a mise en œuvre avec André Clavé, Jean Dasté, Maurice Sarrazin, Guy Parigot, Hubert Gignoux, Gaston Baty, par la création du Centre dramatique de l’Est (1946), la création de la Comédie de Saint-Étienne (1947), du Grenier de Toulouse (1949), du Centre Dramatique de l’Ouest (1949) et avant celle de la Comédie de Provence (1952). Le TNP a pu être interprété comme le contrepoint de la décentralisation théâtrale, la relance du TNP équivalant en fait à la volonté de donner une extension à celle-ci, par le don de la fête théâtrale aux banlieues de Paris.

  • 36 Denis Gontard, La décentralisation théâtrale en France (1895-1952), Société d’Éditions d’Enseignem (...)

25La politique en faveur du théâtre avait débuté par la subvention de plusieurs tournées en Alsace et en Lorraine obtenue auprès de la Direction générale des Arts et des Lettres (DGAL). Premier né des centres dramatiques officiels, le Centre Dramatique de l’Est se présente, en 1946, comme une sorte de prototype ; le caractère exceptionnel de sa fondation (syndicat intercommunal) étant renforcé par le contexte politique de la région. S’il est urgent pour l’État de patronner en Alsace et en Lorraine une institution culturelle et artistique destinée à faire oublier l’empreinte allemande et les spectacles de très grande qualité que cette région a alors connus, il est non moins urgent pour l’ensemble de la France, de voir ce qu’il adviendrait de cette première tentative de décentralisation dramatique officielle36. Si le Centre de l’Est s’est, peu à peu, formé seul, Jeanne Laurent joue un rôle capital dans la création des centres dramatiques qui se sont constitués grâce à sa discrète efficacité. De la même manière elle s’intéresse dès le départ au projet grenoblois. Pour la création de la Comédie de Saint-Étienne, c’est à partir du mois de juin 1946 que les contacts deviennent de plus en plus nombreux entre Georges Blanchon et Jean Dasté et la direction des Arts et des Lettres. Plusieurs entretiens en juin et en juillet 1946 sont destinés à prouver au ministère l’intérêt de la fondation d’un centre dramatique à Grenoble, ou, tout au moins, la nécessité d’un appui officiel en faveur de la tentative. Elle obtient un accord de subvention d’un million de francs (en francs constants). Par-delà cette capacité à dégager des crédits, elle fait également preuve de qualités d’animation ; elle sait mobiliser. Afin d’attirer l’attention sur le travail des comédiens de Grenoble, elle forme le projet de convier à l’un des premiers spectacles de Jean Dasté les personnalités parisiennes les plus marquantes : hommes de lettres, hauts fonctionnaires, metteurs en scène, décorateurs, critiques dramatiques qui occupent tout un autorail. La première, fixée à Grenoble le 7 avril 1946, a lieu devant tout un aréopage parisien. En dehors des hauts fonctionnaires directement intéressés par cette expérience de décentralisation dramatique, on peut y reconnaître les directeurs de théâtres subventionnés – Odéon, Théâtre national populaire – et des hommes comme Gaston Baty, Louis Ducreux, André Clavé, Jean-Marie Serreau, sans compter une cohorte de journalistes.

Jeanne Laurent : une fonctionnaire « politique »

  • 37 Entre septembre 1944 et octobre 1952, date de sa mutation, Jeanne Laurent ne connut pas moins de q (...)

26La dimension politique de l’action administrative de Jeanne Laurent se lit dans sa revendication à servir l’État qui renvoie à une conception de l’honneur de la fonction publique, aux antipodes de la faillite morale de la période de Vichy. Elle développe une action qui vise à servir l’intérêt des artistes, du public, de l’État en étant désintéressée. L’instabilité ministérielle chronique de la Quatrième République accroît la puissance politique de l’administration : manquant de la continuité nécessaire, le ministre est incapable de définir une politique à long terme et d’imposer son autorité à ses services37. À l’inverse, le fonctionnaire peut mobiliser des ressources telles que, d’une part, la stabilité et la continuité qui lui donnent les moyens de peser sur les contenus de la décision et, de l’autre, une compétence qui lui confère une influence.

  • 38 Jacques Chevallier, « Administration et politique », in Encyclopaedia Universalis, « Les enjeux », (...)
  • 39 L’éviction de Jeanne Laurent témoigne du fait que l’indépendance professionnelle du fonctionnaire (...)

27Son action élargit la dimension politique de l’action administrative d’autant plus qu’elle réalise les débuts d’une politique. Elle pourrait ainsi fournir un contre-exemple à l’idée selon laquelle « l’exemple des Troisième et Quatrième Républiques a montré que si l’administration acquiert alors une marge plus grande d’autonomie, elle ne peut réellement se substituer à l’exécutif défaillant ; en l’absence de leadership politique, elle est vouée à gérer le quotidien, sans prendre d’initiatives majeures38 ». Car si Jeanne Laurent n’investit pas la scène politique, sa conception normative et prescriptive du rôle de l’administration, mais aussi ses réalisations, montrent l’emprise exercée par un fonctionnaire et l’émergence d’un véritable pouvoir administratif transformant le déroulement des processus politiques. Perçues souvent comme étant de nature différente et comme devant rester soigneusement distinctes pour assurer la bonne marche des affaires publiques, la fonction administrative et la fonction politique se conjoignent donc ici et se renforcent mutuellement, sans pour autant se confondre39.

28L’étude de la nomination de Jean Vilar au TNP démontre néanmoins qu’il n’y a pas plus de décision politique pure qu’il n’y a de décision administrative pure et que la frontière entre l’univers administratif et le monde politique s’évanouit et, avec elle, l’idéologie qui la prétend étanche. L’administration remplit des fonctions d’ordre éminemment politique. L’artificielle distinction entre administration et politique se révèle donc ici plus idéologique que sociologique. Cependant, la personnalisation demeure un problème pour l’analyste. Alors que l’avènement de l’État moderne donne plutôt à voir la dépersonnalisation bureaucratique et la rationalité de l’exercice de la domination politique, l’action de Jeanne Laurent, personnalisée, pourrait laisser penser qu’en matière théâtrale, et plus largement culturelle, l’action publique emprunte encore au modèle traditionnel et absolutiste. À moins qu’il n’épouse celui du charisme des temps démocratiques que Max Weber appelait de ses vœux pour sortir de la seule emprise bureaucratique caractéristique des temps modernes.

L’engagement et la responsabilité du choix

  • 40 Sur la préférence de la notion de « compréhension sociologique » à celle de « sociologie compréhen (...)

29Quelles sont les raisons du choix ? La tonalité wébérienne de la formulation rappelle combien la démarche se doit d’être compréhensive40 et que des types de rationalité, fondée en valeur ou par les affects, peuvent utilement compléter la rationalité instrumentale à l’œuvre dans l’action de Jeanne Laurent. Ses valeurs et jugements constituent un ensemble de ressources d’interprétation indispensables donnant sens à sa décision. Des notes inachevées, qu’elle avait intitulées « Pourquoi j’ai choisi Jean Vilar ? », permettent de comprendre comment et pourquoi elle a agi : elle y consigne les raisons de son choix. Celles-ci se révèlent autant politiques, artistiques que morales.

« Pourquoi j’ai choisi Vilar ? »

  • 41 « La réforme du TNP n’a été possible que parce que la décentralisation en province avait réussi, p (...)
  • 42 Rappelons que la salle est indisponible en raison de la session de l’ONU qui a élu résidence au Pa (...)
  • 43 Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar.

« Quand enfin le TNP s’est trouvé disponible, sans aucun membre de personnel à l’intérieur, la question s’est posée – étant entendu que ce serait un service de qualité dont la perspective était ouverte par les résultats obtenus en province par les Centres dramatiques41 – de savoir comment fonctionner et avec qui. Sur cette table rase, fallait-il confier l’administration à quelqu’un qui devrait accueillir des animateurs au nombre de deux, de trois par an ? C’eût été dans la conception habituelle pour cette maison. Une subvention, pas de salle pendant un an42 , aucun personnel. Pourquoi ne pas partager la subvention entre plusieurs animateurs43 ? »

30Pour répondre à ses propres questions, Jeanne Laurent se demande d’abord s’il ne serait pas opportun d’offrir une chance à deux ou trois des meilleurs animateurs, sans envisager cependant une co-direction. Maurice Jacquemont, dont on ne mesure pas l’importance qu’il a eue à cette époque, a ainsi attiré son attention. Cette formule présente néanmoins le grave défaut de ne permettre à aucun des élus de jouer pleinement sa partie et d’interdire un fonctionnement reposant sur une troupe permanente de comédiens. Elle préfère donc confier l’établissement à un seul. Unique formule qui permette, à ses yeux, d’éviter l’obligation de concessions réciproques là où la prise de risque et l’engagement personnel avaient valeur d’exigences élémentaires. Ce choix d’une seule personne souligne la valeur qu’elle accorde à la responsabilité.

  • 44 Des notes dactylographiées sont néanmoins disponibles à la Maison Jean Vilar. D’autres notes ont é (...)

31Ce parti adopté, Jean Vilar correspond en tous points au type idéal du directeur du TNP pour elle qui projetait d’écrire un livre sur lui, mais n’eut pas le temps de l’achever44. La lecture des notes disponibles frappe par la double qualité signalée de manière récurrente et, concernant Jean Vilar, elle ne cesse d’insister sur ses qualités de chef de troupe, sur la sincérité de ses valeurs républicaines et sur son exceptionnelle force de caractère, trois séries de remarques convergentes pour un portrait de Vilar en héros charismatique.

32Ses qualités de chef de troupe sont notées avec attention :

« Une carrière engagée assez tard, une autorité extraordinaire sur les comédiens : en 1947, des semaines de répétition pour deux représentations, une démarche ascendante, Gérard Philipe venu à lui, Le Cid à son répertoire, une force intacte, un sens de la rigueur dans la gestion comme dans la création. Enfin, je savais qu’il était tenté par le service public puisqu’il m’avait écrit pour me signaler que la direction de l’Odéon le tenterait. »

  • 45 Avant de devenir en juillet 1948 le « festival d’Avignon », une « semaine d’art dramatique » se ti (...)

33La notoriété de Jean Vilar, cinq années après la création de la semaine d’Art dramatique45, permet d’expliquer le choix de le nommer directeur du TNP Reconnu dès 1943 par la critique et certains intellectuels, pour ses interprétations dans Césaire de Jean Schlumberger et dans Orage d’August Strindberg, Jean Vilar, en fondant le festival d’Avignon, crée l’événement dans la vie théâtrale.

  • 46 L’Odéon était alors la deuxième salle de la Comédie-Française, dirigée par Pierre-Aimé Touchard de (...)
  • 47 Jean Vilar, « Je suis candidat à l’Odéon », citée in Robert Abirached (dir.), La décentralisation (...)
  • 48 Le champ sémantique de la lutte s’est ensuite prolongé dans la métaphore de la « bataille de Chail (...)
  • 49 Guy Brajot insiste sur la symbiose, la similitude qui pouvait exister entre Avignon et Chaillot. À (...)

34À ces qualités charismatiques s’ajoute la capacité présumée de diriger une institution nationale que Jean Vilar laisse entrevoir dans sa lettre de candidature spontanée à la direction du Théâtre de l’Odéon46. Dans la déclaration d’intention qu’il adresse à Jeanne Laurent le 17 avril 195047, Jean Vilar constate qu’il « manque de toute évidence à Paris un lieu théâtral », qu’il définit comme devant être de combat. Le vocabulaire militant, eu égard aux conquêtes de public et à l’imposition de la littérature dramatique contemporaine qu’il évoque48 donne l’image d’un Vilar conquérant à l’assaut, tant du répertoire que du public. La déclaration de son ambition de diriger un théâtre national s’ajoute ainsi à la réussite avignonnaise49, à la qualité esthétique de son travail soulignée par la presse depuis 1943, à l’explicitation de sa sensibilité aux questions d’exploitation et à la formulation d’un parti pris de servir les textes contemporains autant que classiques. L’appel au même type de répertoire conforte l’idée patrimoniale que peut en outre se faire Jeanne Laurent de la mission théâtrale :

  • 50 Jeanne Laurent, « Le sang du théâtre », Bref, n° 4, mars 1957.

« Ces facteurs de réanimation de la province par l’art dramatique ont évidemment pour mission essentielle de présenter des spectacles de qualité, qu’il s’agisse de créations, d’ouvrages nouveaux ou de reprises des chefs-d’œuvre classiques. La région qu’ils desservent se voit ainsi restituer des joies artistiques dont elle avait été indûment frustrée. Dans une démocratie qui revendique l’honneur d’avoir une civilisation spirituelle, ces joies doivent être à la portée de tous. On ne saurait en faire fi, car elles peuvent transfigurer l’existence. La collectivité peut y trouver son profit. il est en effet permis d’espérer qu’en éveillant des sensibilités créatrices qui s’ignoraient, le théâtre suscite des œuvres qui enrichiront le patrimoine national50. »

35Parmi les hommes de théâtre de l’époque, Jean Vilar cumule les qualités requises pour assumer la succession de Pierre Aldebert à la tête du théâtre du Palais de Chaillot.

L’attachement aux valeurs républicaines

36Jean Vilar a 20 ans lorsqu’il arrive à Paris en 1932, 21 lors de la prise de pouvoir d’Hitler et 22 ans le 12 mars 1934, quelques semaines après les événements du 6 février 1934 qui avaient donné lieu aux prémices du Front populaire, lors des deux manifestations unitaires des 9 et 12 février où les organisations politiques et syndicales de gauche se retrouvent dans leur riposte antifasciste. Les bouleversements politiques qui affectent la France et l’Europe des années trente forment également l’horizon historique de Jeanne Laurent. Elle rappelle la conjoncture politique de l’arrivée de Jean Vilar à Paris :

  • 51 Sous le nom de Rigal, Rigaudias écrit des articles de politique étrangère dans La vérité et La lut (...)
  • 52 Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar, chap. II, p. 9.

« Sa personnalité s’est développée politiquement par la réflexion sur l’arrivée du nazisme au pouvoir en Allemagne et sur l’inquiétante situation de la France, où les affrontements de février 1934 ont agi à la façon de révélateurs. Jean Vilar réagit d’autant plus vivement qu’au sein même du collège Sainte-Barbe, un des surveillants, Louis Rigaudias51 est engagé dans un militantisme trotskiste. Or, Rigaudias a eu une influence sur la formation éthique et surtout politique de Jean Vilar. Après des années, il le cita souvent dans ses lettres à son ami, Jean Darquet : “Rigaudias n’avait qu’un an de plus que Jean Vilar, mais il avait la vision large d’un homme qui a passé une partie de son enfance et de son adolescence dans des pays étrangers. Ses études ont été brillantes : en 1935, il est licencié ès lettres et diplômé d’études supérieures de philosophie. Il y a lieu de signaler que Rigaudias a eu, en rhétorique supérieure, comme professeur de philosophie, Alain, incomparable formateur auquel il rend un hommage d’autant plus remarquable qu’il n’a pas, dit-il, trois idées communes avec lui”. Jean Vilar envisage de militer dans le mouvement trotskiste et en compagnie de deux autres pions, André Régis et Guy Pascal, il en a fait part à Rigaudias ; mais ils ne sont pas prêts à assumer l’obligatoire activité routinière et ne sont pas animés de la passion indispensable… L’attrait ressenti, dans sa jeunesse à l’égard d’une forme élevée de la politique aura une incidence sur les rapports de Jean Vilar, dans son âge mûr, avec les partis et avec les hommes politiques52. »

  • 53 Pascal Perrineau, L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Presses de la Fondation nationale (...)
  • 54 Emmanuelle Loyer avance que « ni de loin, ni de près Jean Vilar ne fut rouge » dans Le théâtre cit (...)

37Cette longue citation révèle l’intérêt que Jeanne Laurent porte à la sensibilité dont Jean Vilar pouvait témoigner à l’égard de possibles engagements. Si l’on accorde que la notion d’engagement politique implique le passage à l’acte53, alors Jean Vilar ne s’est pas, à proprement parler, engagé politiquement même si ses sympathies allaient aux mouvements de gauche54. La nomination de Jean Vilar au TNP s’explique par la référence à des convictions, des qualités morales et par la proximité des valeurs forgées dans un même contexte sociohistorique. La sûreté de ses valeurs républicaines constitue une deuxième raison d’élection de Jean Vilar par Jeanne Laurent.

  • 55 Jean Lacouture, « Jean Vilar et les pouvoirs », in Jacques Téphany (dir.), Jean Vilar, Éditions de (...)

38« Jean Vilar était républicain… Se mêlaient [en lui] le culte de la vertu, le refus de la démagogie, le dédain de la révélation et du droit divin, la haine de la police, le peu de goût pour les comités, une prédilection secrète pour l’éloquence, un penchant pour la fête et le dégoût absolu de l’argent55. » Elle consigne dans son Portrait de Jean Vilar :

  • 56 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ». Nous sou (...)

« Si, libre de faire un choix, dont il s’avérait qu’il devait être celui d’une seule personne, j’ai fait appel à Jean Vilar, c’est tout d’abord en raison de ses titres artistiques… Mais il convient d’indiquer que les titres artistiques ne suffisent pas pour assumer une fonction qui en raison de sa nature, oblige à résister aux sollicitations inspirées par l’intérêt et l’ambition dont on est l’objet. Il faut une haute considération civique soutenue par une exceptionnelle force de caractère. Jean Vilar possédait l’une et l’autre56. »

  • 57 « L’éminence grise de la scène française se refuse à jouer les vedettes », La Presse, 17 mars 1952

39Son exceptionnelle force de caractère, enfin, rapproche Jean Vilar de Jeanne Laurent, saluée comme « intelligente, passionnée depuis l’adolescence pour tout ce qui a trait au théâtre… véritable bourreau de travail, douée d’une mémoire prodigieuse, elle peut rester quinze heures durant à son bureau, compulsant lois, arrêtés, décrets réglementant la législation des spectacles en France. Ils sont innombrables. Et elle sait les appliquer à propos…57 ».

40Revenant sur la nomination de Jean Vilar, Jeanne Laurent souligne sa puissance, sa résistance :

  • 58 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ». Texte in (...)

« Quant à sa volonté, elle avait été trempée par une longue adversité. Venu à Paris à l’âge de 19 ans, Jean Vilar n’y survit pendant plusieurs mois qu’en y accomplissant des besognes dures et précaires jusqu’au jour où, devenu pion à Sainte-Barbe, il a des repas assurés, un salaire modique et une chambre, ce qui lui permet de s’offrir un grand programme de lectures parmi lesquelles s’inscrit l’œuvre de Rousseau et de Diderot. À le voir travailler comme s’il se préparait à l’accomplissement d’une mission, des collègues se moquaient de lui en l’appelant Jésus-Christ58. »

  • 59 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».
  • 60 « Je savais quel monstre était Chaillot » : BN, Département des Arts et spectacles, Fonds Jeanne L (...)

41Elle rappelle qu’« en 1935, à la fin de l’année scolaire, quand Jean Vilar décide de se consacrer définitivement à sa formation théâtrale, personne ne croit qu’il fera au théâtre une carrière prestigieuse59 ». L’adversité, la pugnacité sont autant de qualités qu’elle sait nécessaires à la réussite d’une direction d’un théâtre national, tel le Palais de Chaillot60 et qu’elle reconnaît en Jean Vilar.

  • 61 Armand Delcampe est devenu metteur en scène et directeur du Théâtre de Louvain-la-Neuve, suite à l (...)
  • 62 Armand Delcampe, « Poétique et travail théâtral : “Mémento” », article écrit à l’occasion de la pa (...)
  • 63 BN, Département des Arts et spectacles, Fonds Jeanne Laurent, « Essai sur la politique culturelle (...)

42La poétique du Mémento a pour racines la lassitude, la naïveté déçue, l’écœurement, qui font qu’un homme accablé par les tracas et la fatigue extrême perd le goût de vivre et n’est plus disponible pour éprouver la joie d’une réussite pourtant exceptionnelle. Armand Delcampe, ce « fils de métallo., devenu homme de théâtre grâce à Vilar » comme il aime lui-même se présenter61, écrit à propos de Vilar : « cet homme, ce battant à l’aspect extérieur intransigeant, sûr de lui, quasi sectaire, cet homme souvent dépeint comme un patron distant, janséniste voire méprisant, perçu du dehors comme une espèce d’animal à sang froid, un intellectuel plutôt calculateur et que rien n’atteint, apparaît du dedans, dans ses notes, dans sa réflexion quotidienne, comme un inquiet, un écorché vif, un homme fatigué voire déprimé en permanence, blessé par la plus petite indélicatesse, déconcerté par la tactique administrative, bref désemparé, maladroit et naïf à bien des égards62 ». Mais, de ceci, à l’heure où elle décide de nommer Jean Vilar, Jeanne Laurent ne pouvait soupçonner la profondeur. Elle note plutôt sa rigueur de « catholique du midi », les « leçons de piano » et les « leçons de civisme » que son père, boutiquier, lui donnait. Sur un autre feuillet, dactylographié également, avec des ratures et quelques notes marginales, elle poursuit sans pouvoir retenir son admiration : « c’était la figure émergente dans une démarche personnelle. Il inventait. Il apparaissait à tous comme un gagneur63 ».

  • 64 C’est la thèse que Jeanne Laurent soutient dans Arts et pouvoirs en France de 1793 à 1981, Histoir (...)

43Jean Vilar et Jeanne Laurent offrent l’image de la rencontre de deux caractères d’exception, reconnaissants l’un et l’autre de s’être l’un et l’autre reconnus. Mais au-delà des réponses positives apportées à la question « Pourquoi j’ai choisi Vilar ? », il faut noter le double sens de cette question. L’exposé des motifs nous éclaire sur ses raisons de choisir Vilar et offre des pistes pour comprendre les critères de référence d’une politique publique du théâtre. Mais cette question recèle un autre sens, plus formel : sa seule énonciation indique qu’il incombe au politique, au sens large du terme (politique et fonctionnaire), d’assumer, selon elle, la responsabilité du choix artistique et de ne pas voiler sa « démission » derrière un processus de délégation64.

Une éviction comme coût de l’engagement

  • 65 André Cornu (1892-1980) est député radical des Côtes-du-Nord (1932-1936) puis sénateur de ce même (...)

44Les choses se précipitent en novembre 1952 : on annonce que Jeanne Laurent est limogée. Celle qu’un journal qualifie de « dragonne de Vilar » ne sauvera plus longtemps « ses enfants » affirme La presse. Le journal Combat attaque Vilar : « Il est fichu au ministère car le départ de Jeanne Laurent est le prélude à sa déconfiture prochaine. » En effet, ce limogeage, qui intervient alors même qu’elle se trouve hospitalisée, coïncide avec la transformation de l’attitude de l’État à l’égard du théâtre. Trois séries de facteurs de nature politique : le déclin du service public au profit d’une idéologie plus libérale à partir des élections de 1951 et de l’investiture d’Antoine Pinay à la présidence du Conseil par l’Assemblée nationale le 6 mars 1952, la campagne de presse du théâtre privé, conduite par Jacques Hébertot, après que Jeanne Laurent lui a refusé une subvention pour des tour- nées en province qui ne correspondent pas à l’idée qu’elle se fait de la décentralisation, et enfin le conservatisme du nouveau secrétaire d’État aux Beaux-Arts, l’ancien préfet, André Cornu65, « centralisateur par vocation » selon elle. Cette éviction atteste que toute sa vision politique se trouve visée et touchée. Jeanne Laurent a ainsi divisé. Cependant, ses partisans et ses ennemis se rejoignent sur un point : la reconnaissance de la naissance d’une politique théâtrale.

  • 66 « L’éminence grise de la scène française se refuse à jouer les vedettes », La Presse, 17 mars 1952

45Pour qu’une décision fasse événement, pour qu’elle interrompe le cours ordinaire de l’histoire, il faut qu’elle produise l’impossible. Parmi les reproches adressés à Jeanne Laurent, celui d’avoir dessiné une politique depuis son statut de sous-directeur – qui ne saurait prétendre se substituer à celui, encore inexistant, de ministre de la culture – figure parmi les premiers : « Mademoiselle Laurent ne peut nier que la Direction des spectacles a pris sous son impulsion une importance considérable depuis la Libération. Avant elle, ce service était à peu près inexistant66. » Elle cite elle-même l’attaque d’un de ses plus farouches ennemis, Jacques Hébertot :

  • 67 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Essai sur la politique culturelle : (...)

« en présentant sa série d’articles dans Aux Écoutes sous le titre “Politique du théâtre”, il tournait en dérision l’action poursuivie à la Direction générale des arts et des lettres en vue d’objectifs définis mais sans les moyens hélas ! d’une vraie politique d’État. Je me suis fait d’ailleurs rappeler que l’État se refusait alors à envisager les moyens d’une politique, au cours de la préparation du budget de 1952. Comme j’exposais que mes demandes, qui paraissaient déraisonnables à mon homologue du ministère des Finances, correspondaient aux nécessités d’une politique théâtrale, il m’a été répliqué “qui a décidé que nous aurons une politique du théâtre ? Vous toute seule ? Permettez-moi de vous dire que ce n’est pas assez”. Comme on donne une leçon de stratégie, mon interlocuteur a ajouté que, si une politique du théâtre avait été inscrite dans le programme du parti qui venait de remporter les élections législatives, mes demandes eussent été recevables. Il paraissait alors absurde d’imaginer qu’un parti politique pourrait s’engager à mener une politique théâtrale, sans être taxé de frivolité67 ».

  • 68 Il faut attendre la création du ministère des Affaires culturelles pour assister à la création d’a (...)

46Cette éviction symbolise le coup de frein donné au mouvement officiel en faveur de la province. Les subventions des centres n’augmentent pas au rythme des besoins, leur nombre reste stationnaire68 et l’État n’appuie que d’une façon précaire les initiatives privées qui se font jour.

47L’éviction de Jeanne Laurent consacre ainsi, certes négativement, la dimension politique de son action. Le coût personnel de l’action politique de Jeanne Laurent confirme, certes a contrario, l’efficacité de son action et la capacité d’influence dont elle a fait preuve dans la définition des politiques publiques de la culture en gestation, avant même qu’il incombe à une administration spécifique la charge de sa gestion. La violence de son reclassement correspond à la hauteur de son engagement. Sa mutation au service universitaire des relations avec l’étranger et l’Outre-mer, où elle est restée jusqu’en 1967 date de sa retraite, interrompt l’œuvre débutée en condamnant son auteur au silence. Cette mise à l’écart explique que le nom de Jeanne Laurent soit devenu indéfectiblement attaché à celui de Jean Vilar. La violence des attaques dont celui-ci est victime à la Chambre des députés, trois mois à peine après sa nomination, comme les tracas que lui cause l’administration, confirme la volonté solitaire de deux êtres qui poursuivirent, de lieux distincts, un même combat : celui de la démocratisation de l’accès à la culture.

48Ce coût d’arrêt qui interrompt la politique de Jeanne Laurent, la constitue paradoxalement en tant que telle. L’éviction de Jeanne Laurent participe à la consécration de l’interprétation volontariste dans la mesure où elle renforce l’imputation de l’action à celle qui en fut victime. Par-delà les manifestations positives de son engagement à la cause du théâtre, et de la personnalisation de la décision qui peut en résulter, son éviction de l’administration des théâtres, à partir d’octobre 1952, confirme, négativement, l’identification de Jeanne Laurent et de la politique de décentralisation dramatique de l’après-guerre et lui confère son caractère politique et historique. Si la place d’un sous-directeur des Spectacles et de la Musique a pu, aux yeux d’hommes politiques, sembler hypertrophiée à une époque peu favorable à la place des femmes en politique, la place de l’administration dans le champ politique a paru tout autant hypertrophiée, ou du moins trop autonome pour respecter le principe de subordination qui la condamne au respect du lien d’allégeance politique. Il demeure que son action fait de l’administration un acteur politique.

Conclusion : les qualités politiques d’un fonctionnaire

49Malgré sa modeste position administrative, Jeanne Laurent a ainsi joué un rôle très influent dans la définition même de ce que peut être une future politique de la culture. Elle donne de la consistance aux droits positifs énoncés dans le préambule de la Constitution de 1946. Elle transforme la représentation classique qui veut qu’une administration soit placée en dehors des circuits de décisions politiques. Son action détruit le mythe de la valorisation d’un politique, capable de décider et d’agir, et d’une administration réputée neutre et impartiale, censée se borner à l’exécution de la décision politique parée, elle, de légitimités. La vision classique d’une séparation de l’administration et du politique, reposant sur l’affirmation d’une double spécificité fonctionnelle et organisationnelle du phénomène administratif, se trouve ici sensiblement nuancée. L’administration n’est pas dépourvue de toute emprise sur les choix. La rationalité de l’action administrative ne saurait donc être réduite à la seule rationalité instrumentale qui lui est le plus souvent concédée. L’interprétation qu’elle fait de ses missions ne consiste pas à appliquer le plus exactement possible les orientations du pouvoir politique – ici absentes. Cette conception, jugée sans doute trop indépendante, lui a valu la sanction de sa mutation en octobre 1952, mais plus encore, lui a coûté de ne pouvoir poursuivre son engagement pour la cause de la démocratisation.

  • 69 Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Flammario (...)

50La décision de Jeanne Laurent de nommer Jean Vilar au TNP s’explique par la référence à des valeurs, des qualités morales et par la proximité des valeurs forgées dans un même contexte sociohistorique. Pour approfondir les propositions wébériennes utiles à la définition du métier politique, Jeanne Laurent conjugue responsabilité et valeur dont la conjonction définissait, selon Max Weber, l’homme politique authentique. Si l’art politique définit un art de l’attaque et suppose le sens du rythme, Jeanne Laurent s’est posé les questions de l’homme politique, guettant sa chance, le regard vigilant et en alerte. Elle n’a pas cherché à précipiter le temps mais a, au contraire, attendu patiemment le moment opportun pour nommer Jean Vilar à la tête du TNP. À en juger par la rapidité de son intervention, par la contraction du temps qu’elle opère pour mieux saisir l’occasion, voire la produire, elle s’avère douée de la mètis des Grecs, propice à la saisie d’un kaïros, pour emprunter à une métaphore volontairement anachronique69.

  • 70 Machiavel, De principatibus, Le Prince [1513], traduction et commentaire Jean-Louis Fournel et Jea (...)
  • 71 Reinhart Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de (...)

51Machiavel notait lui aussi l’importance de saisir le moment et d’adapter son geste à la circonstance précise70. « Il suffit d’un instant propice et d’un homme propice pour que se manifeste un événement tout à fait inattendu71. » Trouver la bonne façon de dire la situation, ou d’agir, dans des circonstances données est de fait le premier problème de la vie – et de la pensée – politique. Pour Weber, la passion, la responsabilité et le discernement forment les trois qualités politiques. La première renvoie à la vocation (Beruf), au dévouement à une cause, développant un ethos producteur de charisme. Le sentiment de responsabilité s’exprime dans l’affirmation d’un choix. Le discernement traduit une disposition intériorisée qui permet au politique de se détacher émotionnellement des faits afin de conserver calme et réserve. Autant de qualités que Jeanne Laurent a su conjuguer pour mieux œuvrer à son projet de fonder la possibilité et la légitimité de l’idéal de démocratisation de la culture.

Notes

1 Marion Denizot, Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public pour la culture (1946-1952), préface de Robert Abirached, La Documentation Française, Comité d’Histoire du Ministère de la Culture et des Institutions culturelles, 2005.

2 Jean Vilar, « Un lieu théâtral : Avignon », in Le lieu théâtral dans la société moderne, colloque de Royaumont, juin 1961, CNRS, 1963. Je remercie Melly Puaux d’avoir attiré mon attention sur cette correction manuscrite de Jean Vilar.

3 Dans le cadre de l’enquête de laquelle ce livre est issu, j’ai, entre autres, interrogé Maria Casarès, Alain Cuny, Maurice Coussonneau, Catherine Dasté, Jean-Pierre Jorris, Paul et Melly Puaux, Catherine de Seynes.

4 Hubert Gignoux, « Reconnaissance », cité par Marion Denizot-Foulquier, Jeanne Laurent, le théâtre et les arts, préface de Robert Abirached, château de Kerjean, 1997, p. 45.

5 « Certes, le théâtre n’avait pas été l’objet de débats au cours de la campagne électorale. Sujet encore considéré comme frivole… », BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».

6 Voir « Les gouvernements de la Quatrième République française (1945-1958) », Les cahiers de l’histoire, n° 48, août 1965.

7 John W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, Mass., Little Brown & Co., 1984.

8 Vladimir Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque rien, t. I, La manière et l’occasion, Éditions du Seuil, « Points », 1981. Voir aussi Louis Marin, « Logiques du secret » in Traverses. « Le secret », n° 30-31, mars 1984 qui discute tant Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, (Strasbourg, Circé-Poche, 1996) que Jules Mazarin, Bréviaire des politiciens [1700], (Café-Climat Éditeur, 1984).

9 Voir Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics, Rapport sur le Théâtre National Populaire (Palais de Chaillot), rédigé par M. Hubac et M. Bertrand, ronéoté, 2 juillet 1951, ainsi que Cour des comptes, Conclusions sur la salle de spectacles du Palais de Chaillot. Gestion Aldebert, 27 juillet 1951. Le document est disponible au Centre de documentation du Département des études et de la prospective du ministère de la Culture. On en trouve également un exemplaire dans la chemise n° 4 des petites archives Rouvet, archives déposées à la Maison Jean Vilar.

10 Jean-Claude Bardot, Jean Vilar, Armand Colin, 1991, p. 221.

11 Jean Vilar, « Les premiers pas » [1960], in Le Théâtre, service public et autres textes, 1975, présentation et notes d’Armand Delcampe, Gallimard, « Pratique du théâtre », rééd. 1986, p. 220-232.

12 Jean Vilar, « Les premiers pas » [1960], ibid.

13 Notre entretien avec Chrystel d’Ornjhelm, le 19 juin 1992.

14 La lettre de candidature est annexée in Robert Abirached (dir.), La décentralisation théâtrale. t. I, Le Premier âge (1945-1958), Actes-Sud-Papiers, Cahiers n° 5, 1992, p. 169-174.

15 Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar.

16 Jean Carlier, « Malaise au TNP. Où allez-vous Jean Vilar ? », Combat, 17 novembre 1952 ; Jean Carlier, « Malaise au TNP. Jean Vilar pris entre Bourdet et les Épiphanistes », Combat, 18 novembre 1952 ; Jean Carlier, « Malaise au TNP. Avec 100 millions et Chaillot. Faire à la fois un théâtre “national” et “populaire” ? », Combat, 19 novembre 1952 ; Jean Carlier, « Malaise au TNP. Plaidoyer pro domo de Jean Vilar », Combat, 20 novembre 1952 ; Jean Carlier, « Malaise au TNP. Parlementaire en mal d’interpellation. M. X entr’ouvre le “dossier TNP” », Combat, 21 novembre 1952 ; Jean Carlier, « Malaise au TNP. Lettre ouverte à Jean Vilar », Combat, 22 novembre 1952.

17 Jean Vilar, « Le théâtre et la soupe » [1952], conférence donnée le 20 novembre 1952, dans la grande salle du Palais de Chaillot, reproduite par Armand Delcampe in Le théâtre, service public, Gallimard, 1986, p. 148-172.

18 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».

19 Idem.

20 Les développements biographiques qui suivent s’appuient sur la seule thèse à ce jour consacrée à Jeanne Laurent et publiée par Marion Denizot sous le titre : Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public pour la culture (1946-1952), préface de Robert Abirached, La Documentation Française, Comité d’Histoire du Ministère de la Culture et des Institutions culturelles, 2005.

21 Lorsqu’elle fut amenée à rencontrer Jean Giraudoux, en juillet 1939, mois de son entrée en fonction, elle raconte qu’après un début d’entretien où il était « manifestement distrait, me regardant plus qu’il ne m’écoutait, il me surprit en me demandant “quelle est votre origine ?” ». Dans ce bureau administratif, je crus que c’était le Normalien qui parlait et je répondis : « “Les Chartes”. Je voulais dire : “de quelle province êtes-vous ?” Ma réponse “Je suis Bretonne” eut l’air de le satisfaire. » Voir BN, Département des Arts du Spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Décentralisation théâtrale. Textes personnels à revoir, Mon arrivée au Théâtre en 1939 ».

22 Voir Martin Broszat, L’État hitlérien [1970], Fayard, 1985.

23 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, « Pour une histoire du XXe siècle », 1997, p. 431.

24 Jacques Sémelin, « Qu’est-ce que “résister” ? », Esprit, janvier 1994, p. 50-63.

25 Marc-Olivier Baruch, Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Fayard, « Pour une histoire du XXe siècle », 1997, p. 431.

26 Marion Denizot, Jeanne Laurent. Une fondatrice du service public de la culture (1946-1952), préface de Robert Abirached, La Documentation Française, Comité d’Histoire du Ministère de la Culture et des Institutions culturelles, 2005, p. 35.

27 Marion Denizot-Foulquier, Jeanne Laurent, le théâtre et les arts, préface de Robert Abirached, Château de Kerjean, 1997, p. 42.

28 Voir « Les acteurs : quand la mobilisation pour une cause publique engage la personne », in Jacques Ion et Michel Peroni (dir.), Engagement public et exposition de la personne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1997. Ainsi que Pascal Perrineau, L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Presses de la Fondation nationale de Sciences politiques, 1994, p. 13.

29 Françoise Proust, De la résistance, Éditions du Cerf, « Passages », 1997, p. 99.

30 Le Monde du 16 octobre 1989.

31 Entretiens Marion Denizot/Madame Cassanas, Paris, 29 octobre 1996 et 20 novembre 1996 cités in Marion Denizot, « Jeanne Laurent, mère de la décentralisation ? », Théâtres en Bretagne, Presses Universitaires de Rennes, n° 15-16, 2e semestre 2002, p. 10-18.

32 Voir les développements autonomes consacrés à Jeune France dans les chapitres 4 et 5 de ce livre. On peut d’ores et déjà se référer à Véronique Chabrol, Jeune France. Une expérience de recherche et de décentralisation culturelle (novembre 1940-mars 1942), thèse de troisième cycle, Université de Paris III, 1973, 334 p. et, du même auteur, « L’ambition de Jeune France », in Jean-Pierre Rioux (dir.), La vie culturelle sous Vichy, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 161-178.

33 Voir Serge Added, « Jacques Copeau, le théâtre populaire et les années Vichy », communication faite lors du Congrès international de Grenade sur Théâtre et fascisme, février 1993 ; ainsi que, du même auteur, « L’euphorie théâtrale dans Paris occupé », in Jean-Pierre Rioux (dir.), La vie culturelle sous Vichy, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 315-350.

34 Voir Michel Fauré, Le groupe Octobre, Éditions Christian Bourgois, 1987.

35 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».

36 Denis Gontard, La décentralisation théâtrale en France (1895-1952), Société d’Éditions d’Enseignement Supérieur, Sedes, 1973, p. 186. Également Pascale Goetschel, Renouveau et décentralisation du théâtre. 1945-1981, PUF, 2004.

37 Entre septembre 1944 et octobre 1952, date de sa mutation, Jeanne Laurent ne connut pas moins de quatorze ministères.

38 Jacques Chevallier, « Administration et politique », in Encyclopaedia Universalis, « Les enjeux », p. 1219-1228 (p. 1223).

39 L’éviction de Jeanne Laurent témoigne du fait que l’indépendance professionnelle du fonctionnaire est néanmoins conditionnée par l’allégeance au politique.

40 Sur la préférence de la notion de « compréhension sociologique » à celle de « sociologie compréhensive », voir François-André Isambert, « Weber désenchanté », L’Année sociologique, vol. 43, 1993, p. 357-397, ainsi que Dominique Schnapper, La compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique, PUF, « Le lien social », 1999.

41 « La réforme du TNP n’a été possible que parce que la décentralisation en province avait réussi, parce qu’un public existait. Ce n’est donc pas seulement Avignon, mais essentiellement les autres centres de province qui m’ont incitée à choisir Jean Vilar. » Propos de Jeanne Laurent recueillis par Denis Gontard, La décentralisation théâtrale en France (1895-1952), SEDES, 1973.

42 Rappelons que la salle est indisponible en raison de la session de l’ONU qui a élu résidence au Palais de Chaillot.

43 Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar.

44 Des notes dactylographiées sont néanmoins disponibles à la Maison Jean Vilar. D’autres notes ont été déposées dans le fonds Jeanne Laurent à la BN, Département des Arts et spectacles, Fonds Jeanne Laurent, « Vilar – Notes, 1970 », dont « Essai sur la politique culturelle (1945-1951) », « Essai sur la politique culturelle. La crise de 1951-1952 », « Décentralisation Théâtrale. Textes personnels à revoir : mon arrivée en 1939 » et « Décentralisation théâtrale – André Clavé, pionnier de la décentralisation dramatique : Le rapport de Dullin sur une décentralisation sans subventions ».

45 Avant de devenir en juillet 1948 le « festival d’Avignon », une « semaine d’art dramatique » se tient dans la cité provençale, en septembre 1947. C’est sur l’invitation de René Char et de Christian Zervos que Jean Vilar crée un événement théâtral dans la cour d’honneur du Palais des Papes.

46 L’Odéon était alors la deuxième salle de la Comédie-Française, dirigée par Pierre-Aimé Touchard de 1947 à 1953.

47 Jean Vilar, « Je suis candidat à l’Odéon », citée in Robert Abirached (dir.), La décentralisation théâtrale. t. I, Le Premier âge (1945-1958), Actes-Sud-Papiers, Cahiers n° 5, 1992, p. 168-174.

48 Le champ sémantique de la lutte s’est ensuite prolongé dans la métaphore de la « bataille de Chaillot », qui désigne la résistance que Jean Vilar a dû opposer aux attaques qu’il subit entre 1951 et 1954. La bataille de Chaillot est également le titre d’une pièce de Serge Pauthe. J’ai rencontré l’auteur, également comédien, le 19 février 1992.

49 Guy Brajot insiste sur la symbiose, la similitude qui pouvait exister entre Avignon et Chaillot. À l’expérience de théâtre populaire, inaugurée en Avignon, succédait une opportunité de gérer un théâtre similaire à la cour d’honneur par son gigantisme. Mon entretien avec Guy Brajot, le 8 mars 1993.

50 Jeanne Laurent, « Le sang du théâtre », Bref, n° 4, mars 1957.

51 Sous le nom de Rigal, Rigaudias écrit des articles de politique étrangère dans La vérité et La lutte des classes. Voir Maison Jean Vilar, carton « Jeanne Laurent », Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar, chap. II, p. 8.

52 Jeanne Laurent, Portrait de Jean Vilar, manuscrit déposé à la Maison Jean Vilar, chap. II, p. 9.

53 Pascal Perrineau, L’engagement politique. Déclin ou mutation ?, Presses de la Fondation nationale de Sciences politiques, 1994, p. 13. Ainsi que Jacques Ion et Michel Peroni (dir.), Engagement public et exposition de la personne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1997. En particulier la deuxième partie : « Les acteurs : quand la mobilisation pour une cause publique engage la personne ».

54 Emmanuelle Loyer avance que « ni de loin, ni de près Jean Vilar ne fut rouge » dans Le théâtre citoyen de Jean Vilar. Une utopie d’après-guerre, PUF, 1997, p. 199. Les pages que consacre Jean-Claude Bardot à cette question nuancent cette interprétation : Jean Vilar, Armand Colin, 1991, p. 30-36.

55 Jean Lacouture, « Jean Vilar et les pouvoirs », in Jacques Téphany (dir.), Jean Vilar, Éditions de l’Herne, « Cahiers de l’Herne », 1995, p. 65-69 (p. 65).

56 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ». Nous soulignons.

57 « L’éminence grise de la scène française se refuse à jouer les vedettes », La Presse, 17 mars 1952.

58 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ». Texte inachevé. Nous soulignons.

59 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Jean Vilar – Notes 1970 ».

60 « Je savais quel monstre était Chaillot » : BN, Département des Arts et spectacles, Fonds Jeanne Laurent, « Essai sur la politique culturelle (1945-1951) ».

61 Armand Delcampe est devenu metteur en scène et directeur du Théâtre de Louvain-la-Neuve, suite à l’émotion que lui avait provoquée, dans son enfance, une représentation de théâtre donnée par le TNP de Jean Vilar alors en tournée en Belgique. « Vilar a changé ma vie : je devais être métallo. comme mon père. Je dirige aujourd’hui un théâtre et suis devenu metteur en scène. Vilar ne serait pas venu jusqu’à nous, mon destin eût été tout autre. » Mon entretien avec Armand Delcampe à Louvain-la-Neuve. Armand Delcampe est l’éditeur des notes de Jean Vilar en deux volumes : Théâtre, service public et le Mémento.

62 Armand Delcampe, « Poétique et travail théâtral : “Mémento” », article écrit à l’occasion de la parution de Jean Vilar, Mémento, du 29 novembre 1952 au 1 er septembre 1955, Présentation et notes d’Armand Delcampe, Gallimard, Pratique du théâtre, 1981.

63 BN, Département des Arts et spectacles, Fonds Jeanne Laurent, « Essai sur la politique culturelle (1945-1951) ».

64 C’est la thèse que Jeanne Laurent soutient dans Arts et pouvoirs en France de 1793 à 1981, Histoire d’une démission artistique, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, CIEREC, 1983.

65 André Cornu (1892-1980) est député radical des Côtes-du-Nord (1932-1936) puis sénateur de ce même département (1948-1958). Nommé secrétaire d’État aux Beaux-Arts en août 1951 par René Pléven lorsque celui-ci prend ses fonctions de chef de gouvernement, pour le remercier de services rendus. Il est reconduit dans ses fonctions sous les cabinets Edgard Faure, René Mayer et Joseph Laniel (août 1951-mars 1952 et janvier 1953-juin 1954). Antoine Pinay le nomme secrétaire d’État à l’Éducation nationale de mars 1952 à janvier 1953. Comme le remarque Marion Denizot, il prête une oreille plus qu’attentive aux adversaires de la décentralisation. La haine qu’il nourrit à l’égard de Jeanne Laurent, quelque trente années après l’épisode de 1952, souligne combien Jeanne Laurent apparaît irréductible dans la conduite d’une politique. Dans les mémoires d’André Cornu, on peut ainsi lire : « Mlle Jeanne Laurent, administratrice civile de l’Éducation nationale, sortie de l’École des Chartes, célibataire d’une maturité rondelette, férue d’une peinture abstraite, était connue du Tout-Paris comme la dictatrice, la tzarine du théâtre… C’était une femme volontaire, méchante, sans doute insatisfaite, et qui poursuivait à travers la Quatrième République la politique qu’elle avait instaurée avec le maréchal Pétain sous l’État français. C’est une politique non seulement nationaliste mais boy-scout. » Voir André Cornu, Où allons-nous ?, Mercure de France, 1979, p. 125.

66 « L’éminence grise de la scène française se refuse à jouer les vedettes », La Presse, 17 mars 1952

67 BN, Département des arts du spectacle, Fonds Jeanne Laurent, « Essai sur la politique culturelle : La crise de 1951-1952 ».

68 Il faut attendre la création du ministère des Affaires culturelles pour assister à la création d’autres CDN. Le Centre dramatique du Nord est fondé à Tourcoing en 1960, et en 1961, la Comédie de Bourges est créée.

69 Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Flammarion, 1974.

70 Machiavel, De principatibus, Le Prince [1513], traduction et commentaire Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, texte italien établi par Giorgio Inglese, PUF, « Fondements de la politique », 2000. Voir en particulier la présentation des traducteurs, « Le laboratoire florentin », p. 1-37.

71 Reinhart Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l’allemand Vergangene Zukunft : zur Semantik geschichtlicher Zeiten, par Jochen Hoock et Marie-Claire Hoock, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences sociales, 1990, p. 33-34.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540