Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

Conclusion

Vincent Joly

Texte intégral

  • 1 Jean Marin, Petit bois pour un grand feu : la naissance de la France libre, Paris, Fayard, 1994, p (...)
  • 2 Christian Bougeard, « Éléments d’une approche de l’histoire de la France Libre », p. 15.

1« La France libre, c’est ce que nous aurons fait de meilleur », déclare de Gaulle à Jean Marin peu avant sa mort1. Derrière ces propos nostalgiques se cache l’étonnante singularité d’une aventure qui est longtemps restée le parent pauvre de l’historiographie française de la Seconde Guerre mondiale. Comme le constate Christian Bougeard, sur les 11 600 publications consacrées à la période 1939-1945 dans la Bibliographie annuelle de l’histoire de France entre 1964 et 2001, 9,2 % s’intéressent à la France Libre2. De plus, les recherches ont longtemps privilégié les institutions de la France Libre, laissant de côté ses acteurs.

  • 3 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallim (...)
  • 4 Jean-François Muracciole, Les Français libres. Une autre résistance, Paris, Tallandier, 2009 ; Fra (...)
  • 5 Jean-François Muracciole, op. cit., p. 345 sq.

2Il faut attendre 1996 pour que paraisse la première grande synthèse due à Jean-Louis Crémieux-Brilhac qui est à la fois historien et témoin de cette histoire3. Des travaux de grande qualité ont ensuite suivi parmi lesquels il faut réserver une mention particulière à l’ouvrage de Jean-François Muracciole paru en 2009 et au Dictionnaire de la France libre publié l’année suivante4. Cet intérêt tardif peut surprendre et entretenir chez les Français Libres le sentiment d’avoir été les oubliés de l’Histoire. La Résistance intérieure les a longtemps masqués et le général de Gaulle lui-même a davantage exalté les combattants de l’intérieur que ses compagnons de Londres5.

  • 6 Christian Bougeard, loc. cit., p. 15.
  • 7 Guillaume Piketty, « L’appel du 18 juin 1940 », in Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piket (...)
  • 8 Philippe Garraud, « Pour une étude extensive du personnel navigant des FAFL : sources, méthode, ob (...)

3Au-delà de cette concurrence entre les mémoires, cette marginalisation relative s’explique aussi par le caractère d’une aventure dont Christian Bougeard nous rappelle qu’elle est née à l’étranger et qu’elle n’a rassemblé qu’une poignée de volontaires sous les ordres d’un chef dont personne ou presque n’avait entendu parler6. Sa naissance ne souffre d’aucune incertitude. L’appel du 18 juin 1940 en est bien l’acte fondateur, reconnu comme tel par tous, acteurs comme historiens7. En revanche, il est plus compliqué de déterminer la date de sa disparition. Juridiquement, le 31 juillet 1943 s’est imposé. Comme le rappelle Philippe Garraud à partir de l’exemple des FAFL, cette date correspond à la fusion de l’armée de l’air de la France Libre et des unités qui étaient restées en Afrique du Nord et en Afrique Occidentale française8. Officiellement, la dénomination France Libre est remplacée par celle de France combattante le 13 juillet 1942, illustrant alors la volonté du général de Gaulle d’inclure la Résistance intérieure. La création du Comité français de libération nationale (CFLN) le 3 juin 1943 entraîne sa disparition définitive.

  • 9 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, op. cit., p. 34.
  • 10 Erwan Le Gall, « L’engagement des Français Libres : une mise en perspective », p. 29.

4Cependant, ces dates n’ont en définitive qu’une signification secondaire. Elles ne peuvent rendre compte de la « passion » que fut la France Libre pour les hommes et les femmes qui s’y engagèrent et qui dure bien au-delà de la guerre, entretenue par la commémoration du 18 juin9. Erwan Le Gall montre la nécessité de dépasser les clichés de la mémoire pour mieux cerner ces Français Libres. L’image des « croisés de la libération » que défendait Thierry d’Argenlieu ne pouvait témoigner de la pluralité des origines et des motivations. Pour certains, l’engagement aux côtés du général de Gaulle s’inscrit dans une « logique de carrière » qu’illustre le cas de Louis Raineval, officier de la « coloniale » qui signe son engagement en Afrique en août 1940. Pour d’autres, c’est bien d’une rupture dont il s’agit comme pour le jeune René Cohuet qui, en rejoignant les FFL, devient un proscrit, condamné à mort par un tribunal militaire de Vichy en mars 194210.

  • 11 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, op. cit., p. 501.
  • 12 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, Georges Boris. Trente ans d’influence, Blum, de Gaulle, Mendès France (...)
  • 13 Jean-François Muracciole, op. cit., p. 174.
  • 14 Philippe Laneyrie, Les scouts de France. L’évolution du mouvement des origines aux années 80, Pari (...)
  • 15 Jean-Jacques Gauthé, « La France Libre et le scoutisme », p. 49.

5La France Libre, est bien une « union bigarrée » où coexistent toutes les sensibilités et toutes les opinions. Les historiens soulignent la faible politisation apparente de ceux qui partent pour Londres mais qui se retrouvent autour de la condamnation de Vichy et dans la communion derrière de Gaulle11. Ainsi, des hommes de gauche sont convaincus qu’en le suivant, ils ont fait le bon choix. C’est ce qu’explique Georges Boris dans une longue lettre à Léon Blum, le 30 avril 1942 : « On a dit, et c’est juste, qu’il n’inclinait pas naturellement aux idées démocratiques. Il y est venu par raisonnement et par expérience, parce qu’il méprise les anciennes élites, parce qu’il a reconnu que tout ce qui était sain en France se trouvait dans le peuple12. » Or, comme le montre Jean-François Muracciole, l’univers politique de la France Libre est nettement à droite13. Le scoutisme illustre cette impossible simplification. Jean-Jacques Gauthé insiste sur la forte « imprégnation patriotique » du mouvement avant la guerre. Celle-ci engendre des comportements contradictoires. La majorité des Scouts de France adhère aux idéaux de la Révolution nationale et proclame sa fidélité au maréchal Pétain. Certains s’engagent même dans l’ultra-collaboration en revêtant l’uniforme de la LVF14. D’autres optent précocement pour la France Libre à l’image de Raymond Herbin, commissaire régional adjoint des Éclaireurs de France d’AEF qui rejoint de Gaulle dès le mois d’août 1940. Ce scoutisme innove, abandonnant une organisation par association confessionnelle15.

  • 16 Christian Bougeard, loc. cit., p. 15.
  • 17 Erwan Le Gall, loc. cit., p. 29.
  • 18 Catherine Akpo-Vaché, L’AOF et la Seconde Guerre mondiale (septembre 1939-octobre 1945), Paris, Ka (...)

6Pluralité des engagements et pluralité des origines. Christian Bougeard souligne la surreprésentation des Bretons, 17,2 % alors que la région n’abrite que 6,13 % de la population française totale16. En fait, être Français Libre c’est aussi dépasser les conditions de nationalité et de statut politique. L’avant-garde de la 2e DB qui entre dans Paris le 24 août 1944 comprend une compagnie formée de républicains espagnols. Si l’on comprend bien les motivations de ces hommes, militants antifascistes de longue date, il est plus difficile de discerner celles de ces Africains qui combattent sous le drapeau à Croix de Lorraine17. Parmi eux, beaucoup suivirent leurs chefs mais les liens personnels n’expliquent pas tout. Pour l’élite colonisée, celle qui avait été scolarisée, le régime de Vichy était un retour en arrière brutal après la courte embellie du Front populaire. Des civils africains participent aux réseaux qui sont mis en place depuis la Gambie ou la Gold Coast par les agents de la France Libre. Cinq d’entre eux ont été fusillés à Dakar entre novembre 1941 et novembre 194218.

  • 19 Patrick Harismendy, « L’inconnue de notre Panthéon », p. 11.
  • 20 Yves Gras, La 1re DFL, les Français libres au combat, Paris, Presses de la Cité, 2004 ; André Mart (...)
  • 21 Philippe Garraud, loc. cit. p. 61.
  • 22 Pierre Clostermann, Le grand cirque, souvenirs d’un pilote de chasse français dans la RAF, Paris, (...)
  • 23 Joseph Zimet, « À la recherche d’un objet historique introuvable : la naissance de la marine march (...)
  • 24 Olivier Porteau, « L’Action combinée du 2e régiment de chasseurs parachutistes et de la Résistance (...)

7Patrick Harismendy relève que la « geste combattante » de la France Libre a été privilégiée19. Pourtant, si la 1re DFL est bien connue grâce aux travaux du général Yves Gras, la 2e DB qui est pourtant l’unité emblématique de la France Libre, n’a toujours pas fait l’objet d’une étude exhaustive20. Philippe Garraud fait le même constat concernant les aviateurs des FAFL. Leur histoire est difficile à établir en raison de la diversité des itinéraires individuels mais aussi de l’histoire de leurs unités qui ont été engagées sur des théâtres d’opération aussi variés que la Russie, la Libye ou encore la Syrie21. Le souvenir de leurs exploits est pourtant resté longtemps vivant. Nombreux sont les jeunes garçons qui les ont découverts en lisant Le Grand cirque de Pierre Clostermann. L’armée de l’air en conserve la mémoire en donnant leurs noms à des bases aériennes et en gardant des noms d’escadron comme Normandie-Niemen22. La marine marchande avait été laissée dans l’ombre. La contribution de Joseph Zimet ouvre des perspectives nouvelles et remet en question le mythe d’une « marine souveraine » qui se serait spontanément ralliée aux alliés. En réalité, ces navires ont été placés sous le contrôle des Britanniques dès le 17 juillet 1940 et ont constitué une « entité hybride franco-britannique23 ». Olivier Porteau note lui aussi combien l’engagement des parachutistes de la France Libre dans les combats de la libération de l’Europe est méconnu. Pourtant, ces unités ont joué un rôle pionnier dans l’histoire de l’armée française. Le capitaine Bergé qui a rejoint de Gaulle le 22 juin 1940 est le créateur de ce type de formation aéroportée destinée à opérer derrière les lignes ennemies pour y exécuter des missions de renseignement et de destruction24.

*

8Les communications présentées au cours de ce colloque offrent de nouvelles perspectives pour des travaux à venir sur la France Libre. Christian Bougeard évoque quelques pistes qui sont liées au renouveau des travaux sur la Résistance. Les femmes qui ont rejoint de Gaulle mériteraient sans doute de figurer parmi les thèmes à venir. Si celles qui ont revêtu l’uniforme sont désormais bien connues, ce n’est pas le cas de celles qui, demeurées civiles, occupèrent des emplois administratifs ou techniques sans lesquels la « machine » France Libre ne pouvait fonctionner. Les innovations introduites par la France Libre dans les pratiques administratives, les éventuelles influences britanniques dans ces domaines demandent d’être étudiées. Dans le domaine militaire, les Français Libres ont trouvé en Angleterre des modèles qui permirent la création du premier noyau des forces spéciales françaises mais aussi sans doute une autre culture militaire qui a laissé des traces dans l’armée de l’air et dans la marine d’aujourd’hui. La France Libre fut aussi largement « coloniale ». Elle trouve dans l’Empire une légitimité mais aussi des hommes et un territoire. Avant Alger, Brazzaville fut sa capitale. Ces origines expliquent une sensibilité aux questions d’outre-mer qui se traduit par la conférence de Brazzaville de janvier-février 1944 qui ouvre une ère nouvelle dans l’histoire de la colonisation française. Pourtant, les colonisés nous échappent largement et leur silence au moment où la France se déchire, n’est pas nécessairement de l’indifférence.

9Les communications ont permis aussi de brosser des portraits d’hommes et de femmes qui ont rejoint la France Libre au péril de leur vie au nom d’une « certaine idée de la France ». Ils se sont reconnus dans le discours que prononce de Gaulle le 22 juin 1944, ils n’ont accepté ni la capitulation, ni la servitude « pour des raisons qui s’appellent l’honneur, le bon sens, l’intérêt supérieur de la Patrie ». Dire non à la défaite est un refus immédiat qui ne relève pas nécessairement d’un choix politique mais qui est d’abord physique et moral. La France Libre est encore autre chose, elle a créé de l’unité, permettant de dépasser les clivages anciens et de rassembler des femmes et des hommes qui partageaient aussi une certaine idée de la jeunesse.

Notes

1 Jean Marin, Petit bois pour un grand feu : la naissance de la France libre, Paris, Fayard, 1994, p. 538.

2 Christian Bougeard, « Éléments d’une approche de l’histoire de la France Libre », p. 15.

3 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallimard, 1996.

4 Jean-François Muracciole, Les Français libres. Une autre résistance, Paris, Tallandier, 2009 ; François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole (dir.), Dictionnaire de la France libre, Paris, Robert Laffont, 2010.

5 Jean-François Muracciole, op. cit., p. 345 sq.

6 Christian Bougeard, loc. cit., p. 15.

7 Guillaume Piketty, « L’appel du 18 juin 1940 », in Claire Andrieu, Philippe Braud, Guillaume Piketty (dir.), Dictionnaire de Gaulle, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 47-51.

8 Philippe Garraud, « Pour une étude extensive du personnel navigant des FAFL : sources, méthode, obtacles et limites », p. 61.

9 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, op. cit., p. 34.

10 Erwan Le Gall, « L’engagement des Français Libres : une mise en perspective », p. 29.

11 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, op. cit., p. 501.

12 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, Georges Boris. Trente ans d’influence, Blum, de Gaulle, Mendès France, Paris, Fayard, 2010, p. 155.

13 Jean-François Muracciole, op. cit., p. 174.

14 Philippe Laneyrie, Les scouts de France. L’évolution du mouvement des origines aux années 80, Paris, Cerf, 1985, p. 145-146.

15 Jean-Jacques Gauthé, « La France Libre et le scoutisme », p. 49.

16 Christian Bougeard, loc. cit., p. 15.

17 Erwan Le Gall, loc. cit., p. 29.

18 Catherine Akpo-Vaché, L’AOF et la Seconde Guerre mondiale (septembre 1939-octobre 1945), Paris, Karthala, 1996 ; Ruth Ginio, French Colonialism unmasked. The Vichy Years in French West Africa, Lincoln, University of Nebraska Press, 2006 et Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945. Une colonie dans la guerre, Paris, Karthala, 2006.

19 Patrick Harismendy, « L’inconnue de notre Panthéon », p. 11.

20 Yves Gras, La 1re DFL, les Français libres au combat, Paris, Presses de la Cité, 2004 ; André Martel, « La 2e DB », in Dictionnaire de la France libre, op. cit. p. 468-473.

21 Philippe Garraud, loc. cit. p. 61.

22 Pierre Clostermann, Le grand cirque, souvenirs d’un pilote de chasse français dans la RAF, Paris, Flammarion, 2008 (1re édition, 1948). Clostermann a servi dans le groupe de chasse Alsace avant d’être versé dans la RAF en octobre 1943.

23 Joseph Zimet, « À la recherche d’un objet historique introuvable : la naissance de la marine marchande de la France Libre durant l’été 1940 », p. 81.

24 Olivier Porteau, « L’Action combinée du 2e régiment de chasseurs parachutistes et de la Résistance bretonne dans le dispositif stratégique de l’opération Overlord », p. 107 ; François Broche, « Georges Bergé », in Dictionnaire de la France libre, op. cit., 146-147.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540