Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

« Combattre dans la France Libre »

Interview d’Edgar Tupët-Thomé

Erwan Le Gall

Texte intégral

1Edgard Tupët, alias Thomé, est né le 19 avril 1920 à Bourg-la-Reine (Seine). Refusant la défaite de juin 1940, il intègre tout d’abord un réseau de renseignement de la France Libre puis, parvenu en Grande-Bretagne, est versé au prestigieux Special Air Service. Il participe alors à plusieurs missions parachutées dans le Berry, dans le Finistère et dans le Jura. Il démissionne de l’armée en 1945 puis entame une carrière civile, d’abord dans l’administration des colonies puis dans des entreprises telles que Panhard. Retraité, il réside aujourd’hui dans les Côtes-d’Armor.

2Edgard Tupët-Tomé est fait Compagnon de la Libération par décret du 17 novembre 1945. Commandeur de la Légion d’honneur, il est titulaire de nombreuses décorations dont les Croix de guerre 1939-1945 française (6 citations) et hollandaise, la Military cross britannique et la King’s medal for courage in the cause of freedom.

3Edgard Tupët-Thomé a publié Special Air Service. L’épopée d’un parachutiste en zone occupée.

Erwan Le Gall Vous vous engagez en 1938, par devancement d’appel, au 8e régiment de zouaves de Mourmelon. Quelles sont alors vos motivations ?

Edgard Tupët-Thomé – Tout jeune, j’étais scout, et cela m’avait conduit au grand séminaire. Mais après deux années, peu convaincu par les argumentations théologiques, je me suis retrouvé sans vocation ; alors j’ai devancé l’appel en intégrant le 8e régiment de zouaves qui se trouvait tout près de chez moi.

La première campagne de France

Avec le grade de sergent, vous participez à cette première campagne de France qui n’a pour vous rien d’une « drôle de guerre ».

« Drôle de guerre » ? À l’engagement des hostilités nous nous sentions peu préparés et effectivement nous avons commencé par des « promenades en camion »… qui nous ont menés de Mourmelon à Soissons. Nous avons creusé des tranchées comme en 1914, puis le 10 mai 1940 nous sommes montés en Belgique, nous avons subi le feu de l’aviation allemande avec les réfugiés belges qui descendaient alors que nous montions. Nos promenades à pied et en camion nous ont ramenés vers Péronne d’où nous sommes partis pour Dunkerque, nous n’avons pas vraiment combattu, on avait l’impression d’être en manœuvres.

Donc, vous combattez lors d’attaques en Lorraine dès septembre 1939 puis, en Belgique en mai 1940 et enfin, à Dunkerque, où par votre action, vous favorisez le rembarquement du corps expéditionnaire britannique. Pourquoi ?

Effectivement nous devions faire partie du dispositif de protection de l’embarquement des troupes anglaises, Nous avons tiré quelques coups de feu, mais c’était « artillerie contre fantassins » et, le 4 juin 1940, le 8e zouave a été désarmé par des éléments avancés de l’armée allemande sur le port de Dunkerque, alors que la Croix Gammée flottait sur le phare.

Bref, c’était votre baptême du feu ?

Baptême du feu ? Oui sous les balles des avions allemands en Belgique, sous les tirs d’artillerie, mais je n’ai vu mon premier uniforme allemand de près qu’à la reddition de mon régiment…

La question que l’on se pose toujours – et qui a préoccupé d’emblée les élites, pensons à Marc Bloch… ou aux accusés du procès de Riom – est l’origine de cette « étrange défaite ». À ce moment, en 1940, comment jugiez-vous l’armée allemande du point de vue technique et stratégique ? Vous semblait-elle supérieure à l’armée française ? En quoi ?

On a pris une raclée, voilà ! À l’époque, j’espérais sans y croire que, pour l’honneur de l’armée, d’autres unités avaient pu combattre et que nous étions une exception. Les Allemands étaient mieux équipés que nous, certes, mais sur le moment je n’ai pas eu d’analyse stratégique ou technique, sinon cette supériorité constatée en équipement et en mobilité des éléments avancés allemands.

Vous êtes fait prisonnier le 4 juin 1940 à Dunkerque. Quels sont les sentiments que vous éprouvez au moment de votre capture ?

Quand nous avons été pris, j’ai pleuré à l’écart de mes hommes… J’étais fatigué, mais tout de suite je me suis mis physiquement dans des dispositions pour m’évader : repos, puis une fois reposé, réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour m’évader… Pendant toute la guerre j’ai eu cette attitude en mission, ne jamais réfléchir alors que le corps est épuisé.

Comment se déroule votre captivité ?

La captivité, ce fut plutôt une longue marche jusqu’au moment où les officiers, sous-officiers et hommes de troupe ont été séparés – le 9 juin 1940. Le 10 juin, jour de la saint Edgar j’ai annoncé à mes hommes que j’allais m’évader, j’ai alors reçu du soutien et du matériel : carte, boussole… Mes compagnons du moment ne m’accompagnèrent pas, des officiers supérieurs laissant entendre que les prisonniers allaient être libérés dans les jours suivants !

C’est donc avec Colombel, Saint Giron et Macaire que nous avons finalisé la préparation dans le but de partir et rejoindre la ville de Fort-Mahon pour avoir le soutien de l’épouse de ce dernier.

Vous vous évadez le 10 juin 1940 à Rexpoëde (Nord) au cours de votre transfert vers l’Allemagne. Comment se déroule cette évasion et que faitesvous après ?

C’était préparé, nous avons ôté nos galons et nous nous sommes mêlés aux hommes de corvée d’eau qui partaient dans un camion et nous nous sommes éclipsés alors que dans une ferme, à 30 kilomètres du camp, ces hommes aidaient les Allemands à charger la citerne. Nous nous sommes cachés le jour et avons marché la nuit (séparés les uns des autres) dans la direction de Fort-Mahon. Là, nous nous sommes séparés et j’ai rejoint les Ardennes sur une vieille bicyclette pour contacter les membres de ma famille.

J’ai rencontré des Allemands sur le chemin, en me faisant passer – grâce à mon jeune âge –, pour un étudiant séparé de ses parents par la guerre. Je n’ai pas eu vraiment de problèmes à progresser, seulement quelques aventures ! Avant d’arriver dans mon village, j’ai échangé ma vieille bicyclette contre une neuve abandonnée dans son emballage et trouvée dans un fossé.

Parvenu dans mon village de l’Hôpitat, près de Charleville, je me suis refait une santé en aidant à la ferme… À la mi-juillet j’étais tranquille dans ma tanière mais j’avais dans l’esprit de repartir à la guerre, ce que je fais à la fin juillet, après les moissons, avec pour objectif d’aller en Angleterre.

L’engagement

Démobilisé en septembre 1940, que faites-vous alors ?

Tout d’abord je retrouve ma grand-mère, à Meung-sur-Loire, et je rassure au passage mes parents qui y étaient réfugiés. En voyageant, « j’observe l’ennemi » car je suis en guerre et je me dis que peut-être j’ai des dispositions au renseignement !

À cette époque je ne savais pas par où passer pour l’Angleterre. J’avais seulement un objectif premier, passer en zone libre. Je vais à Cholet voir mon oncle Georges : un homme qui a eu beaucoup d’influence dans mon mode de pensée et dans mon comportement, c’est d’ailleurs avec lui que j’ai commencé à faire le point sur mes aventures jusqu’à Cholet et sur l’état du pays… En fait je n’ai pas entendu, comme beaucoup de Français, l’appel du 18 juin 1940, mais je vivais déjà avant le 18 juin sur la route de l’Angleterre.

Je suis passé en zone libre entre Poitiers et Confolens, facilement, après une observation des positions des postes allemands. Je me rends à Marseille pour finalement constater que ce n’est pas la bonne route pour Londres. Je reviens à Châteauroux et, en octobre 1940, je suis chez mes cousins.

Dans ma recherche de filière pour quitter la France, je me retrouve en novembre à Clermont-Ferrand avec un travail qui consistait à organiser l’envoi de colis aux prisonniers de guerre sous l’égide du Parti social français, un parti nationaliste, pas du tout pro-vichyssois, et dont certains membres ont aidé le passage au maquis de Français réfractaires au travail obligatoire… À cette époque j’ai rencontré tout ce qui faisait la France politique, de tous bords, et aussi beaucoup de gens qui trouvaient profit dans les malheurs de la France.

Vous rencontrez bientôt, par hasard, en novembre 1940, Roger Warin, alias Wybot, et intégrez un groupe hostile à l’armistice. De quoi s’agit-il ?

Fin 1940 dans les environs de Vichy, en zone libre, il n’était pas encore question de résistance, mais je déjeune un jour avec un camarade : en parlant un peu fort de la passivité des Français devant l’adversité, je suis contacté par un voisin de table… C’était Roger Wybot alias Roger-Paul Warin, un militaire spécialisé dans le renseignement. Il me recrute au sein du groupe de protection, une sorte de police parallèle qui de manière occulte forme de futurs clandestins… J’y vais, bien que mon objectif soit toujours l’Angleterre ! En décembre ce centre de formation aura des problèmes avec Pétain et sera dissous. Nous recherchons alors ensemble sans succès à passer en Espagne et nous nous retrouvons dans la clandestinité à Marseille avec Wybot à faire du renseignement et des chargements d’armes à l’arsenal de Toulon à destination de caches et ce pour le « Bureau des Menées Antinationales ».

Ce n’est qu’en mars 1941 que Roger Wybot parvient à établir une liaison avec Londres, par l’intermédiaire de Pierre Fourcaud, chargé de mission du général de Gaulle. Nous sommes alors intégrés au sein des Forces françaises libres au travers du BCRA. Nous sommes équipés et en relation avec Londres… mais je ne suis toujours pas à Londres ! Il était pourtant entendu que je ne renonçais pas à rejoindre au plus vite une unité combattante de la France Libre en allant à Londres. À l’époque je voulais devenir aviateur ! Bien sûr quand je serai à Londres, plus tard, on me fera savoir que le temps de me former en cette qualité serait supérieur à la durée de la guerre…

À cette époque, faites-vous une distinction entre la Résistance intérieure et la Résistance de Londres, celle des Forces françaises libres ?

Tout simplement une différence géographique, et la notion d’unité combattante ! En effet même si j’ai des dispositions pour le renseignement, j’étais motivé par l’idée de « bouter l’Allemand hors de France ». Élevé dans les Ardennes, c’est un sentiment plutôt naturel ! Mais bon… Globalement j’étais militaire pour la France depuis le début de la guerre.

En mars 1941, vous parvenez à établir une liaison directe avec l’état-major de la France Libre à Londres par l’intermédiaire de Pierre Fourcaud, chargé de mission du général de Gaulle. Comment cela se passe-t-il ?

Georges Groussard était le supérieur de Wybot qui lui-même était mon supérieur. Georges Groussard, en cavale après la chute de notre organisation a mis en relation Wybot avec le commandant Fourcaud – un envoyé du général de Gaulle qui devient le supérieur hiérarchique de notre groupe. En mars 1941 Fourcaud m’a commandé dans une opération visant à exfiltrer deux saboteurs venus de Londres (Le Tac et Forment) pour faire sauter des objectifs en Bretagne. Bien sûr à l’époque on ne savait rien des agents… J’étais chargé d’organiser l’atterrissage d’un avion Lysander. Je l’ai fait dans la région de Châteauroux à la ferme des Lagnys ; je devais informer Londres par message chiffré, mais en raison des dates de pleine lune ce ne fut pas possible. En relation avec Londres je fus chargé par Wybot, donc par Fourcaud, d’accompagner les deux agents à Londres en passant par l’Espagne. Cette mission consistait aussi à aller à Londres pour demander des moyens radio et des ordres. Nous nous sommes cependant séparés à Toulouse et j’ai rejoint mon groupe à Marseille.

Vous participez à de nombreuses missions de liaison pour Pierre Fourcaud jusqu’à son arrestation, en août 1941. En quoi consistaient-elles ?

Je ne saurais dire aujourd’hui si on peut parler de « liaison » pour des missions de renseignement et d’exfiltration. Certes, je transportais parfois du courrier : ce doit être cela la liaison ! Je faisais aussi des actions qui visaient à cacher des armes prises dans les arsenaux ; il s’est passé tant de choses en si peu de temps… J’ai même fait une mission qui consistait à voler des métaux rares avec des membres un peu obscurs et proches du « milieu » marseillais de « l’armée d’armistice », mais nous ne nous sommes pas vraiment entendus…

Quant à Fourcaud, il a été arrêté à Marseille en août 1941, mais à l’époque j’étais à Londres.

Vous êtes envoyé à l’été 1941 en Grande-Bretagne par Robert Warin. Comment rejoignez-vous Londres ?

Je suis parti sur ordre à la mi-août à Londres en passant par l’Espagne et le Portugal. Embarqués sur un bateau dans un convoi à Lisbonne, nous mettrons trois semaines pour rejoindre Liverpool et arrivons en septembre 1941. Ensuite nous gagnons Londres ou je me rends tout de suite compte des bombardements, du blitz : cela me rappelait Dunkerque au début de la guerre.

Quant à ma situation, j’ai eu à franchir les « barrages » administratifs et sécuritaires pour m’approcher des services de renseignement dont je faisais partie.

À ce moment, en 1941, quelle distinction faisiez-vous entre le général de Gaulle et la France Libre ?

Aucune ! Il était le chef des armées, et j’émargeais dans cette armée. De plus je connaissais les « anciens de la maison » : Le Tac, Tavian… J’ai été présenté au général assez tôt et c’est lui qui m’a dit que je ne pourrais pas être pilote, mais peut-être membre de son état-major – BCRA oblige. Il m’a alors dirigé vers l’entraînement de ceux qui seraient parachutés en France au camp de Inchmery sur l’Île de Wight.

Mission à Châteauroux

Breveté parachutiste, vous êtes affecté à l’état-major particulier du général de Gaulle : en quoi cela consiste ?

Il ne faut pas voir un état-major avec pléthore d’officiers en uniforme qui conseillent le général. J’étais membre du renseignement et destiné à repartir en France, donc dans un premier temps formé dans un camp comme un commando : maniement des armes et tout ce qui va avec le service actif.

C’est à cette époque que vous choisissez le pseudonyme de Thomé, pourquoi ? Pourquoi aussi, une fois la guerre achevée, choisissez-vous de garder ce pseudonyme et de vous appeler Edgar Tüpet-Thomé ?

C’est le général qui a fait la « transition » de Tupët vers Thomé (c’est toujours ardennais) lors d’un entretien. Après la guerre j’ai gardé ce nom et l’ai officialisé auprès de l’état civil, en effet j’étais jeune et plus connu par mes camarades de combat sous ce nom.

Vous êtes parachuté le 9 décembre 1941 dans la région de Châteauroux. Quelle était alors votre mission auprès de la Résistance intérieure en Berry ?

J’ai été préparé avec mon radio en Angleterre à cette mission. Mon pilote de Lysander dans cette mission était Alan Sticky Murphy. Je retravaillerai souvent avec lui, j’ai un souvenir fantastique de cet homme qui avait fait la bataille d’Angleterre. Notre mission ? Transmettre les instructions du BCRA aux agents dans le sud de la France, demander, organiser et assurer la sécurité des atterrissages de Lysander (pick-up nocturnes) qui faisaient la « navette » entre Londres et le centre de la France.

Le radio s’est blessé à l’atterrissage dans la région de Châteauroux et moi je suis tombé sur la tête. D’ailleurs, je garde encore aujourd’hui les séquelles de cette blessure. J’ai organisé autour de la ferme de Lagnys et dans la région de Châteauroux, que je connaissais déjà, des atterrissages et des exfiltrations. Ces atterrissages se faisaient sur plusieurs terrains que je choisissais.

Je suis reparti dans la nuit du 29 au 30 mai 1942 avec comme pilote mon ami Sticky qui venait de déposer Gaston Tavian et Jacques Pain.

J’aurais du mal à parler de la Résistance du Berry, ma mission m’a fait retrouver mon ancien groupe, je suis donc aussi allé à Toulouse, Aurillac et Marseille. La chose dont je me souvienne c’est que j’ai rencontré des vrais Résistants fiables et organisés.

Bref, vous revenez en France après six mois d’absence, à Londres. En ce laps de temps, le pays et la population vous semblaient-ils avoir changé ?

Je n’ai pas eu beaucoup l’occasion de réfléchir à cela… À cette époque, j’étais entièrement concentré sur cette mission. D’ailleurs étant clandestin, je n’avais pas de contact avec la population dans la vie de tous les jours. J’ai cependant revu des membres de ma famille dans la région de Montluçon.

Si l’on prend le problème par l’autre bout, vous êtes resté un moment en France puis, en raison des blessures reçues à la tête lors de ce parachutage, vous retournez en Angleterre par Lysander le 29 mai 1942. Quel est alors votre état d’esprit ?

J’étais vraiment mal en point… D’ailleurs on m’enverra en convalescence aux États-Unis après quelques mois de repos et de soins en Angleterre. Mon état d’esprit ? Repartir au combat ! J’en ai fait la demande à Londres au bout de trois mois, mais les toubibs m’ont renvoyé me soigner !

Mission SAS

Promu lieutenant, Edgar Tupët-Thomé bénéficie d’une convalescence puis, de retour à Londres, quitte de nouveau l’Angleterre en novembre 1942 pour rejoindre le détachement d’instructeurs commando de Saint-Pierre-et-Miquelon, sous les ordres de Stanislas Mangin. En février 1943, toujours avec Mangin, il est affecté au détachement (puis bataillon) des Antilles dont il crée et commande la 2e compagnie qu’il entraîne jusqu’en juillet 1943.

En août 1943, le lieutenant Tupët-Thomé rejoint à sa demande le 4e bataillon d’infanterie de l’air à Camberley et est breveté parachutiste le mois suivant. En janvier 1944, il est muté comme commandant en second de la 2e compagnie du 3e BIA, qui devient en juillet 1944, le 3e régiment de chasseurs parachutistes (3e RCP).

Promu lieutenant, vous demandez à être affecté à une unité combattante. Pourquoi ?

Depuis mes classes, ma préférence allait toujours à combattre les armes à la main, de former et de diriger des hommes au combat. C’est bien différent de la clandestinité et du renseignement où on n’affronte pas l’ennemi face à face, où on doit se méfier de tout le monde, même de ceux qui sont dans notre camp. Combattant on est maîtres de notre destin et de celui de nos hommes, agent secret tout peut arriver.

Après diverses affectations et missions, vous êtes nommé au 3e régiment de chasseurs parachutistes et sautez, début août 1944, dans le secteur de Daoulas. Quelle est alors votre mission ?

Si pour le parachutage de Châteauroux j’étais membre du BCRA et formé comme tel, pour Daoulas, j’avais été entraîné et formé au Special Air Service. Et puis j’avais recruté mes hommes et les avais entraînés et formés… C’est une différence de taille !

La mission s’intégrait dans le cadre de l’avance américaine en Bretagne : sauter dans la région de Daoulas et perturber le dispositif allemand… rien de plus. Nous avions des cartes et des objectifs, j’avais toute liberté d’agir dans le cadre de l’objectif pour perturber les Allemands. J’étais formé à cela, et nous étions motivés car nous n’avions pas été engagés dans le Débarquement.

À Doualas, à la tête de votre section, vous attaquez une Kommandantur et libérez la ville : comment cela se passe-t-il ?

À la suite des renseignements obtenus localement, nous avions un certain nombre d’éléments sur la Kommandantur et savions que c’était un objectif qui contenait des armes que nous pourrions distribuer aux résistants. Surtout, nous savions comment priver le bâtiment d’énergie. J’ai donc bâti la stratégie la veille de l’opération et me suis rendu avec huit hommes près du bâtiment pour observer les mouvements allemands. J’avais distribué les rôles Quand cela a été le moment, nous avons fait sauter le transformateur au moment où je grenadais la sentinelle, des hommes ont fait le tour du bâtiment en balançant des grenades par les fenêtres du rez-de-chaussée et dans le même moment j’ai pénétré avec deux d’entre eux dans le hall et enfoncé une ou deux portes qui m’ont amené à rencontrer le commandant de la place… Les Allemands se sont rendus tout de suite. Pour nous, tout est allé très vite Mais c’était ce que nous avions appris à faire, mais c’était aussi le cas pour les Allemands qui ne nous attendaient pas !

Vous attaquez ensuite une garnison allemande à Landerneau et libérez aussi la ville : comment cela se passe-t-il ?

Pour raconter l’histoire telle qu’elle s’est passée, je n’avais pas l’intention d’attaquer tout de suite, mais j’étais en reconnaissance dans la Mercedes prise précédemment aux Allemands. J’étais accompagné de Guichard et d’un résistant. Notre carte anglaise mentionnait un grand virage à l’entrée de la ville, mais en fait les Allemands avaient raboté le virage et l’entrée était en ligne droite. Ne pouvant reculer nous sommes passés devant le poste de garde qui nous a confondus avec des paras allemands car nous roulions dans une Mercedes de commandement ! Bloqué par un groupe de paras allemands qui déménageaient – c’était sans doute du pillage – je n’ai pas eu d’autre solution que de tirer, Guichard a lancé des grenades et nous les avons mis en fuite, et poursuivi avec les tirs du fusil mitrailleur qu’ils ont abandonné. Au début de l’engagement nous étions à 10 mètres d’eux ! Nous n’avons pas couru après eux et tout de suite les Américains sont arrivés avec les FFI. Ce sont les premiers FFI que j’ai vus en armes.

On attribue la libération de Landerneau à mon stick, probablement parce que nous avons été les premiers à tirer sur les Allemands, mais en réalité nous n’avions pas le choix. Entre le moment ou nous avons pris la Kommandantur de Daoulas et la prise de Landerneau nous avions été engagés tous les jours, remplissant la mission qui nous avait été confiée de perturber les Allemands…

Cette mission en Bretagne s’effectue deux ans après votre départ de France : avez-vous trouvé votre pays changé ?

Comme je vous l’ai déjà dit, dans nos missions précédentes nous étions concentrés, et peu attentifs aux changements dans le pays. Mes hommes, qui étaient originaires de partout en France, ont cependant dit, arrivés en Bretagne, « on est comme chez nous ! ».

Et vos contacts avec la Résistance bretonne ?

Un Résistant nous accompagnait et nous aidait. Il s’appelait Paul Le Hir. Je l’avais rencontré chez l’amiral de Boisanger, d’autres sont intervenus après notre opération de Daoulas, mais pas dans les combats. Nous opérions en autonomie, et devions nous méfier des contacts ; dans cette opération, nous ne devions et ne pouvions pas utiliser les groupes sur place qu’ils soient FTP, FFI ou maquisards… Ils étaient peu armés et peu formés. En revanche, Londres avait informé les groupes constitués de notre parachutage.

Après la libération de Landerneau, vous rejoignez la 6e division blindée américaine pour laquelle vous effectuez plusieurs missions de reconnaissance. Comment s’établit le contact avec les Américains ?

Erreur ! C’est la 6e qui me rejoint !!!… Après mon engagement avec des parachutistes allemands et leur reddition. En réalité, je n’ai pas fait de mission de reconnaissance pour eux. Du reste, mon commandement me rappelle en Angleterre pour une période de repos et pour préparer la mission suivante.

Comment se déroule votre départ de Bretagne ?

Nous avions capturé pendant notre mission une rutilante Mercedes de commandement allemand, et c’est donc dans ce véhicule que j’ai rejoint Arromanches avec mes hommes. En traversant les villes bombardées j’ai réellement pris conscience du malheur des civils dans cette guerre, mais aussi que la manière de combattre des SAS était conforme à mon éthique. En effet nous travaillions en professionnels, seuls et dans le souci d’éviter les dommages autres que ceux infligés à l’ennemi. Lors de l’opération à Daoulas, je n’avais pas demandé de bombardements sur un dépôt de munitions allemand pour éviter les dommages civils, préférant harceler, loin des villes, les camions de transport.

Je n’ai pas changé aujourd’hui, je suis fier d’avoir ramené la plupart de mes hommes de mission et d’avoir fait cette mission réussie en Bretagne. La Bretagne était occupée et même si les Alliés avaient débarqué, des gens courageux nous ont cachés et protégés. C’est mieux que d’être victime du rouleau compresseur des bombardements.

Vous êtes parachuté une seconde fois le 27 août 1944 dans le Jura puis une troisième en Hollande. En quoi ces missions diffèrent-elles de celle que vous assumez en Bretagne ?

Les missions sont différentes mais le procédé est le même. Les paras et les SAS c’est une guerre de commandos, encerclés car nous sautons derrière les lignes ennemies. Nous recevons des ordres et nous sommes autonomes et maîtres des moyens pour aboutir.

Dans le Jura toutefois, nous avons tenu une position, pour attendre les chars Américains, qui ne sont pas venus. C’est un peu différent et c’est plus risqué que des actions surprises.

En Hollande ce sont les Canadiens qui progressaient et les SAS français qui perturbaient les mouvements allemands. Lors de ce dernier engagement nous avons fait pas mal de prisonniers, et c’est ainsi que j’ai bouclé la boucle car j’avais commencé comme prisonnier à Dunkerque !

L’après-guerre

Vous êtes promu, le 17 novembre 1945, Compagnon de la Libération : que vous inspire cette distinction ?

J’ai fait une guerre, j’ai été récompensé par la décoration et le titre de « Compagnon de la Libération ». Je suis fier de ce que j’ai fait avec mes compagnons et nous avions notre place dans ce conflit car après les combats « nous pouvons regarder les autres hommes sans rougir et le ciel sans trembler ».

Vous démissionnez de l’armée en 1945 : pourquoi ?

La fin du contrat… « pour la durée du conflit » !

Vous intégrez alors l’École coloniale d’administration avant de vivre en Tunisie puis au Canada. Pourquoi après-guerre quitter la France que vous avez pourtant, brillamment, contribué à libérer ?

C’était une décision très personnelle que de quitter l’armée. J’avais surtout le sentiment que rien ne serait pour moi comme avant… le combat crée une camaraderie entre des hommes qui ne peuvent pas tricher dans l’adversité. Je suis un romantique et j’étais persuadé que les conditions ne seraient plus remplies en temps de paix. D’un point de vue militaire, je suis resté dans la réserve et ai accompli toutes les périodes d’instruction jusqu’en 1959.

À l’âge où on va à l’école et à la faculté, je faisais la guerre, alors l’École coloniale d’administration et ma qualité d’administrateur furent le début de ma vie civile… La Tunisie c’est un peu comme les armées romaines qui transformaient leurs vétérans en agriculteurs aux frontières de l’Empire, j’y suis allé avec des camarades de combat et nous avons cultivé la vigne… La décolonisation a été à l’origine de mon départ pour le Canada. Mais peut-être aussi que nous avions le sentiment que c’était la fin d’un monde que nous avions contribué à libérer.

Lors de vos séjours en Tunisie et au Canada, continuez-vous à être en relation avec vos camarades des Forces françaises libres ou des SAS ?

Toujours jusqu’à ce qu’ils disparaissent ! Wybot, le capitaine Sicaud, La Bollardière, le colonel Rémy et bien d’autres encore… Mes hommes jusqu’à ce qu’à ce qu’à leur tour ils disparaissent aussi.

De retour en France, vous faites carrière dans l’industrie, notamment chez Panhard. Votre retour en France a-t-il été facilité par certaines amitiés nées de la guerre où non ?

J’ai des bouts de carrière en France, dont Panhard et l’École des ponts et chaussées où j’étais inspecteur des études. Ces postes m’ont été indiqués par mes amis quand je suis revenu. Effectivement ils ont aidé et contribué à mon retour.

De nombreux Français Libres se sont illustrés par une brillante carrière politique. N’avez-vous pas été vous aussi tenté par un engagement dans la vie publique ?

Jamais ! Il faut des dispositions que je n’ai pas, et le milieu de la politique ne me convient pas. Je n’y aurais pas retrouvé que des hommes « de bonne volonté », francs et droits comme ceux que j’avais accompagnés en temps de guerre.

La Mémoire

Pensez-vous qu’en France, l’histoire de la France Libre soit suffisamment connue. Pourquoi ?

Je ne sais pas… je suis plutôt au milieu des actions et des célébrations de l’Ordre de la Libération, et j’ai l’impression que les efforts qui sont faits pour la mémoire de la France Libre sont à la hauteur de ce que le général de Gaulle et les compagnons ont accompli.

En 1981, vous publiez votre autobiographie, Special Air Service. L’épopée d’un parachutiste en zone occupée. Qu’est-ce qui vous a conduit à écrire ce livre ?

Avant 1981, des romanciers avaient écrit, je dis bien des romanciers !, alors certains Compagnons ont voulu témoigner. Roger Wybot l’a fait. Avec le colonel Rémy, ils m’ont incité à écrire, d’ailleurs Rémy m’a même accompagné dans des voyages de dédicaces.

La décision a été prise lors d’une visite à Saint-Cyr au milieu des années 1970. Mais d’une manière anecdotique, ce sont les étudiants de l’École des ponts qui ont encouragé l’écriture en me contraignant à leur livrer quelques feuillets tous les jours…

Le 9 juin 2010 s’est tenu à Saint-Brieuc le colloque Jalons pour une histoire de la France Libre. De jeunes universitaires ont notamment pu, à cette occasion, faire part au public de l’avancée de leurs recherches. Que vous inspire ce renouveau de la recherche concernant l’histoire de Seconde Guerre mondiale en général et de la France Libre en particulier ?

Je suis plus sensible à une démarche d’historiens en ce qui concerne la France Libre, car nous avons fait l’histoire. Mais je ne suis pas sûr qu’elle ait été toujours traitée de manière stricte et scientifique comme il se doit.

Le 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 a été marqué par de très nombreuses manifestations. Vous-même, le 18 juin 2010, avez assisté aux commémorations de Londres et du Mont-Valérien. Qu’avez-vous pensé du faste et du déferlement médiatique lié à cet anniversaire ? Que vous inspire ce « regain de mémoire » ?

J’ai fait la guerre comme SAS français. Les Anglais et leur approche du combat me conviennent… Après la guerre, je me suis rendu aux réceptions de la Couronne britannique, et aussi et surtout aux invitations des SAS. Je les aime, ils nous respectent.

Alors de Londres, j’ai pensé que c’était bien d’être au milieu des vétérans anglais.

Je n’ai pas senti le « regain de mémoire ». Pour moi, depuis la guerre, il ne s’est pas beaucoup passé d’années sans être dans les cérémonies à la mémoire de la France Libre, en Angleterre, avec les SAS, dans le centre de la France avec la Résistance, en Bretagne à Coat Mallouen, en Hollande, et plus militairement dans les bataillons qui ont pris la relève des SAS français.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540