Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

« Un esprit de résistance »

Interview d’Armelle Bothorel, fille de Jacques Pâris de la Bollardière

Erwan Le Gall

Texte intégral

1Né le 16 décembre 1907 à Châteaubriant (Loire-Inférieure), Jacques Pâris de Bollardière est un militaire de carrière et catholique fervent. Saint-Cyrien (promotion Galliéni, 1927), il participe aux combats de Narvik avec la 13e demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE). Replié en Bretagne le 13 juin 1940, il rallie au départ de Paimpol la Grande-Bretagne sans avoir entendu l’appel du général de Gaulle. Engagé volontaire au sein des Forces françaises libres, il retrouve la 13e DBLE.

2Fait Compagnon de la Libération à la suite de la bataille de Massoua, il participe à la campagne de Libye et à la bataille d’El Alamein où il est gravement blessé. Affecté en Grande-Bretagne, il suit à sa demande un stage parachutiste afin d’être envoyé en France occupée. Le 12 avril 1944, il est parachuté sous le nom de « Prisme » à Mourmelon dans le but de créer un maquis dans les Ardennes. Affecté au commandement du 3e régiment de chasseurs parachutistes (3e RCP), Jacques Pâris de Bollardière saute en Hollande le 7 avril 1945 et participe ainsi à la dernière grande bataille sur le sol européen de la Seconde Guerre mondiale.

3Après la guerre d’Indochine où il commande les troupes aéroportées du corps expéditionnaire français, Jacques Pâris de Bollardière, devenu général de brigade, participe à la guerre d’Algérie. Mais en désaccord avec la stratégie gouvernementale et l’emploi de la torture, il demande à être relevé de son poste en mars 1957. Soutenant publiquement son ancien subordonné en Algérie, le journaliste et directeur de L’Express, Jean-Jacques Servan-Schreiber, que ses articles ont conduit à être inculpé pour « atteinte au moral de l’armée », il est condamné à 60 jours d’arrêt de forteresse.

4Quittant l’armée en 1961, Jacques Pâris de Bollardière se retire avec sa famille dans le Morbihan où il se distingue en tant que « militant non violent et antinucléaire ». Il décède le 22 février 1986.

Erwan Le GallDe la France Libre au militantisme non-violent et antinucléaire en passant par la guerre d’Algérie, la vie de Jacques Pâris de Bollardière est faite de multiples « Résistances ». Quel est selon vous le dénominateur commun de ces engagements successifs ?

Armelle Bothorel – Je pense que l’un des points essentiels de l’analyse rétrospective de sa vie est la lutte contre les conditionnements pour forger un esprit de « résistance », ce avec une approche centrale qui est de mettre la dignité humaine au cœur de son positionnement au monde. Par dignité humaine je veux dire celle de tout être humain, à commencer par les plus humbles. On peut retrouver ce fil conducteur tout au long de son parcours.

Il s’agit d’un positionnement individuel : chaque homme est libre d’accepter ou de refuser, tout au moins est confronté à ces questions. Bien entendu cela est plus ou moins facile suivant les conditionnements dans lequel on se trouve parce qu’avoir cette capacité de résister individuellement et d’entraîner collectivement n’est pas donné à tout le monde. En même temps c’est la définition de la condition humaine, dans toute sa splendeur et ses limites, sa fragilité. L’être humain bascule entre des valeurs de solidarité, de courage, de dépassement de soi et également d’égoïsme, d’égocentrisme, de peur, d’angoisse. Ce positionnement de mon père était philosophique, éthique et avait finalement pour objet d’être en dignité avec soi-même. Car mon père avait horreur de l’humiliation, c’était une sorte d’allergie totale, qui prenait sa source dans ses valeurs chrétiennes et humanistes.

C’est vrai qu’il avait un esprit rebelle, frondeur, mais c’était aussi un être bienveillant. Mon père était de tradition militaire : son père, son grand-père, la conquête de l’Indochine, Madagascar, le Maroc… avec une vision de l’armée à la manière de Lyautey, c’est-à-dire d’aménagement du territoire, de respect des cultures, de découvertes… Il est vrai que c’était l’époque coloniale et qu’il y avait alors la dimension « Empire » mais celui-ci était perçu comme un enrichissement dans le contact avec d’autres civilisations. C’était vraiment cette vision, que l’on peut qualifier de « civilisatrice ». Son père avait travaillé avec Lyautey et il y avait vraiment ces valeurs, de l’armée, de la France mais aussi de dignité et de reconnaissance même si on était dans un contexte colonial. Or, on retrouve Lyautey en germe dans les commandos noirs pendant la guerre d’Algérie, pour pacifier et donner une autre image de la France que celle qui était peut-être celle des colons richissimes et d’un certain racisme.

En ce qui concerne son engagement militaire, mon père ne s’est pas posé la question car cela était une tradition familiale. En revanche, se retrouvant à Saint-Cyr, avec des officiers dont la conception était moyenâgeuse… Il avait horreur de ces conceptions de médailles, de prestige, de hiérarchie complètement stupide qui imposait des choses qui n’avaient aucun sens. Il était déjà avec cet esprit de rébellion contre le conditionnement, ce cadre hiérarchique où l’on impose une vision du monde complètement passéiste. Il était indigné par le décalage entre l’idée qu’il se faisait de la France, de son pays, de l’armée, l’armée de la Nation et de la République, avec de hautes valeurs héritées de sa famille, et ce qu’il a rencontré à Saint-Cyr lors de sa formation. Il a d’ailleurs réussi l’exploit d’en sortir avec le grade de sergent-chef !

Une référence et des valeurs

Votre père se référait-il souvent à la France Libre ? Qu’évoquait pour lui cet engagement ?

La France Libre était vraiment la pierre fondatrice de tous ses engagements. Je pense que c’est vraiment là que se trouvent les racines de son cheminement parce qu’il a commencé l’armée avec la Légion étrangère, le Maroc et puis il y a eu ce traumatisme de 1940, d’une France défaite, abattue, qui baissait les bras… humiliée. Il y a eu là une dimension collective que l’on peut regarder après-coup où des gens on eut une espèce de réflexe. Il a sauté sur un bateau à Paimpol et il est parti en Angleterre. Ce n’est que plus tard qu’il a entendu parler de De Gaulle. À ce moment-là, il s’agissait juste de continuer à se battre. Je pense que vraiment c’est ce moment qui a forgé tous les engagements qu’il prendra par la suite au cours de sa vie. Cela peut paraître étonnant à notre époque mais il avait le courage de se battre, au péril de sa propre vie, dans un esprit de sacrifice, pour libérer le peuple français et lui donner la possibilité de retrouver sa liberté et son autonomie. C’est vraiment à cette époque que se trouvent toutes les racines de ses prises de position.

L’esprit de résistance du peuple anglais l’a alors profondément marqué. Mon père racontait souvent cette histoire à Londres d’un salon de coiffure éventré par un bombardement. Le lendemain, le monsieur qui tenait cette boutique était là, il avait juste installé ses chaises au milieu des ruines avec un panneau sur lequel il était inscrit « plus ouvert que jamais » et il continuait. Je pense que cela lui a donné des éléments pour aborder ensuite la non-violence, qui n’est pas du tout comme on dit pacifiste, fruit de doux rêveurs… mais au contraire un engagement courageux, une stratégie de combat pour résister.

Enfin, sur un plan personnel, mon père avait compris que la mort faisait partie de la vie. C’était en quelque sorte l’esprit SAS, la mort n’était plus pour lui quelque chose d’effrayant car je pense qu’il l’avait réellement vue de très près, non pour lui mais dans une perspective d’engagement. D’ailleurs, le titre de Compagnon de la Libération était pour lui le seul titre qui comptait, parce qu’il avait quand même renvoyé au président Pompidou sa plaque de grand-officier de la Légion d’honneur en lui disant que ce n’était pas à lui de juger s’il était digne d’honneur !

Les Français Libres sont entre autres connus pour leur solidarité, le célèbre esprit « free French ». Votre père fréquentait-il après-guerre les cercles de sociabilité des Français Libres (association des Français Libres, Ordre de la Libération, club de la France Libre…) ? Que lui inspiraient-ils ?

Il y avait chez les SAS une telle camaraderie que cela a permis de transcender les divergences. Il y avait une réelle fraternité.

Mon père était dans l’action, dans l’engagement et je crois que dans ses priorités… le fait d’être inscrit comme cela… c’était pas vraiment dans son cadre. Maintenant dès qu’il pouvait revoir un camarade, il y avait là vraiment un bonheur et un partage intense. Avec Roger Barberot notamment, qui ne l’a jamais lâché. C’était un frère. Ils ont fait les 400 coups ensemble. Parce qu’il faut reconnaître qu’avec mon père, la référence à l’Algérie a été un sacré traumatisme et il était peu invité dans les salons, les civilités, par contre il y avait avec certains, notamment Roger Barberot et Edgar Thupët-Tomé, une réelle amitié. Mais mon père n’a jamais été dans ces réseaux de sociabilité. Il était contre tous les conditionnements et essayait toujours d’avoir du recul.

Mais au moment d’envisager la fin de sa vie, mon père avait dit qu’il ne souhaitait qu’aucun hommage particulier ne lui soit rendu, si ce n’est de la part de ses camarades SAS. Pour lui c’étaient vraiment les derniers, ceux qui au bout du compte restaient. Là, le terme camaraderie voulait vraiment dire quelque chose.

Un héritage moral

Vous vous investissez énormément en faveur du souvenir de Jacques Pâris de Bollardière. Au-delà de l’admiration naturelle d’une fille pour son illustre père, que retenez-vous de son engagement au sein des Forces françaises libres ? Que cela signifie-t-il pour vous, aujourd’hui ? Vous employez souvent en parlant de lui l’expression « héritage moral » : qu’entendez-vous par là ?

Je pense que l’héritage moral se retrouve en termes de dignité et d’engagements. Mon père avait comme principe intangible le refus de toute humiliation, et particulièrement des plus faibles. Nous avons eu cela en héritage, d’autant plus que nous sommes aristocrates. On a quelque part la responsabilité d’être nous-même en interrogation : qu’est-ce que tu fais de ta vie ? Quels sont tes actes ? Car c’est finalement cela qui compte, pas le positionnement social. Je pense que mes sœurs et moi, même si cela s’exprime dans des registres tout à fait différents, nous avons toutes cette question-là en nous. Dans mon positionnement au monde, cela s’est traduit par un engagement politique que je n’ai pas cherché spécialement mais qui s’est présenté à moi au gré d’opportunités. On peut alors retrouver l’idée de fraternité, l’enthousiasme extraordinaire lorsqu’on est tous au coude à coude, que l’on mène des combats, pour des choses qui dépassent notre propre destinée individuelle. C’est sans doute de mon père que me vient ce goût.

Les commémorations du 70e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 ont été marquées par un faste particulier dont participe le présent volume. Quelques semaines après ces manifestations, qu’en retenez-vous, vous la fille d’un illustre Compagnon de la Libération ?

Pour moi cela a vraiment été quelque chose de très fort. Les Français Libres qui sont encore de ce monde sont au seuil de leur vie et on leur doit une telle reconnaissance pour avoir rendu la liberté à notre pays. Pour moi c’était simplement pouvoir dire, en filiation à mon père, « je vous ai pas oublié » et cela était très émouvant. C’est bien que notre pays puisse savoir parce que quand même, la mémoire est oublieuse.

La politique de mémoire est scandée par les grands anniversaires. Après le 70e anniversaire de l’année 1940 en 2010, la France commémorera en 2012 le 40e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie, le 19 mars 1962. Qu’en attendez-vous ?

Si les mémoires des deux côtés des rives de la Méditerranée pouvaient dialoguer et échanger… Il faut aussi donner la parole aux Algériens, aux combattants du FLN même si celui-ci est devenu ce qu’il est, pour qu’il y ait une vraie mémoire partagée, un vrai dialogue, une réelle fraternité. Franchement, c’est mare nostrum et on se retrouve là…

J’ai fait des études de sociologie et d’ethnologie et j’ai eu la chance d’aller en Algérie dans les années 1970 et j’ai l’impression qu’à cette époque on parlait beaucoup plus facilement que maintenant. Cette violence n’a pas été digérée et je souhaite que ce 40e anniversaire serve à dépasser cela, que nous puissions tous expurger cette violence terrible pour que, avec le regard des historiens, tout cela prenne du sens.

Ces commémorations sont un coup de projecteur donné sur des événements pour prendre de la distance, les analyser et pour en retirer tous les enseignements pour pouvoir alléger les mémoires et se donner le droit de rêver et d’enchanter le monde puis de replonger dans la réalité. Mais il faudrait que cela soit un positionnement partagé avec les Algériens, les pieds-noirs, les harkis… tous, pour qu’il y ait un dialogue permettant de dépasser tout cela.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540