Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

Des Résistants dangereux. Jalons pour une étude de la répression des Français Libres

Thomas Fontaine

Texte intégral

1Fusillades, déportations dans des grands transports de mille personnes ou de plus petits convois d’une cinquantaine de détenus, massacres aveugles de l’été 1944… la répression allemande en France occupée a pris des formes multiples. Pour compliquer encore l’établissement d’une synthèse, ces formes ont varié selon des chronologies mêlant ou, au contraire, séparant ces modes répressifs.

2Pour s’en rendre compte, il n’y a qu’à reprendre certains destins de responsables de la France Libre tombés dans les mains des polices allemandes. Honoré d’Estienne d’Orves, débarqué en France pour y installer un premier réseau de renseignement dépendant de la France Libre, est exécuté au mont Valérien fin août 1941, après avoir été condamné par le tribunal militaire allemand du Gross Paris. Joël Le Tac, qui avait participé à l’opération Savannah, avant de mettre sur pied le réseau Overcloud, est arrêté début février 1942 : mais, à la différence d’Estienne d’Orves, il n’est pas jugé et il faut aux Allemands plus d’un an et demi pour le déporter au camp de concentration de Natzweiler, dans un convoi d’une soixantaine de personnes tous marqués par l’étiquette « NN », Nacht und Nebel. Christian Pineau, fondateur de Libération-Nord et délégué de la France Libre, arrêté le 3 mai 1943, est lui aussi déporté : mais dans un convoi massif d’environ mille personnes qui prend la direction de Buchenwald le 14 décembre 1943, sans porter l’étiquette « NN »…

3On pourrait continuer d’avancer ainsi dans la chronologie et d’observer d’autres destins de Français Libres. Mais la conclusion d’un tableau répressif complexe se vérifie déjà. Or, si plusieurs critères expliquent ce résultat, il faut d’emblée préciser que les plus importants relèvent de procédures discutées et patiemment mises en place qui révèlent tout à la fois la prégnance du dogme nazi et d’une lecture des Résistances. Quelle est la place, dans ce tableau, de la France Libre et de ses agents ?

4Les mémoires ne prennent pas en compte la complexité de cette répression et, au contraire, elles pointent souvent une même souffrance et un même arbitraire aveugle, dénué de toutes « logiques » idéologiques, policières, judiciaires ou administratives. L’historiographie, faute de travaux lancés sur ce champ, constate ou valide généralement ce raccourci, pourtant faux. Elle s’appuie le plus souvent sur la seule évocation de parcours individuels jugés significatifs, faute de mieux, et rarement replacés dans un cadre général. Elle ne dégage donc pas d’éventuelles cohérences dans des parcours répressifs individuels multiples. Elle n’interroge guère les différentes lectures du fait résistant par les différents services répressifs allemands. Du même coup, l’éventuelle spécificité d’une répression des Français Libres n’est jamais questionnée.

5Or, les autorités allemandes ont réservé un sort particulier à certains Résistants, parce qu’elles les jugeaient plus importants et plus dangereux. Elles ont ainsi, en quelque sorte, établi des hiérarchies entre Résistants, selon ce qu’ils étaient, ce qu’ils représentaient et ce qu’ils avaient fait. Parmi ces Résistants considérés comme particulièrement dangereux figurent des Français Libres. Il s’agit ici d’entamer une réflexion sur ces choix opérés par les services allemands, générateurs d’autant de parcours répressifs différents.

  • 1 Jean-François Muracciole, Les Français libres. L’autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 37.
  • 2 Ibid., p. 288-294.
  • 3 Sébastien Albertelli, Les Services secrets du général de Gaulle. Le BCRA 1940-1944, Paris, Perrin, (...)

6Mais cette réflexion ne fera que poser des jalons pour une étude plus complète, à poursuivre. Deux conditions doivent être au préalable réunies. Il faut d’abord pouvoir disposer d’un tableau plus général sur la répression en France occupée : nous allons tenter d’en dresser un ici. Il faudrait ensuite disposer de davantage de données individuelles et collectives sur la répression des Français Libres. L’historiographie a eu le mérite de délimiter un cadre quantitatif des Français Libres ayant opéré en France occupée – après y avoir été déposés ou parachutés. Jean-François Muracciole donne les chiffres d’environ 5 700 Français Libres engagés dans des réseaux et des missions1 : 850 environ furent touchés par la répression, plus de 600 étant emprisonnés ou déportés, 225 exécutés par les Allemands2. Pour le seul BCRA, Sébastien Albertelli arrive à un chiffre d’environ 400 agents envoyés en mission avant le 6 juin 1944, dont entre 200 et 250 pour des missions d’action3. Mais une évaluation précise de la répression qui s’abat sur eux et sur les Français Libres en général n’est pas encore disponible.

7Aussi, et parce que nos mémoires et nos lectures sont emplies de destins individuels évocateurs, nous suivrons sans originalité cette approche, mais en reprenant deux des cas parmi les plus connus : d’une part celui d’Honoré d’Estienne d’Orves et d’autre part, le cas des responsables de l’Armée secrète arrêtés en juin 1943, dont Charles Delestraint et Jean Moulin. Nous les replacerons dans le cadre général préalablement décrit, pour dégager des premières conclusions sur la répression des Français Libres.

L’évolution de la répression en France occupée

Juin 1940 – été 1941 : une répression essentiellement judiciaire

  • 4 Gaël Eismann, La Politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » conduite par le Militärbef (...)
  • 5 Elles suivent le droit pénal allemand : le Reichsstrafgestezbuch (RStGB : code pénal du Reich), le(...)

8Après la courte campagne militaire de mai-juin 1940, un commandement militaire allemand – le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF) –, s’installe à Paris pour administrer la nouvelle « zone occupée »4. Les services policiers nazis de la Sipo-SD (Sicherheitspolizei und Sicherheitsdienst), police de sûreté d’État et services de sécurité du parti nazi, réunis au sein du RSHA – l’Office principal de sécurité du Reich –, présents, n’ont alors pas de pouvoir exécutif. Le MBF a l’essentiel des pouvoirs jusqu’à l’été 1942 en zone nord occupée. Devant « maintenir l’ordre » et pour cela réprimer, il dispose sur le terrain de sa Feldgendarmerie, doublée par une police secrète, la Geheime Feldpolizei (GFP), concrètement chargée des enquêtes importantes. Les personnes arrêtées doivent comparaître devant des tribunaux militaires, installés dans chaque département, qui jugent selon des règles de droit codifiées et précises5. Condamnées, ces personnes purgent leur peine en France, ou sont déportées dans ce but dans une prison du Reich ; certaines sont fusillées après une sentence de mort.

9La première année de l’Occupation, souvent qualifiée de calme, est en fait marquée par la mise en place des premières politiques de répression. Si le MBF entend laisser la main aux autorités françaises – c’est la base de son « administration de surveillance » –, il se montre d’emblée implacable pour imposer et faire respecter sa politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité », notamment dès que des actes touchent directement la puissance occupante. Un dispositif répressif sévère est rapidement instauré pour préserver le calme et maintenir l’ordre sur un espace considéré comme stratégique pour la suite de la guerre, autant sur le plan économique (les ressources de la France sont immenses) que militaire (en vue notamment de l’invasion de la Grande-Bretagne).

  • 6 Thomas Fontaine, Les oubliés de Romainville, Paris, Tallandier, 2005.
  • 7 L’expression est de Gaël Eismann.
  • 8 Gaël Eismann, « L’escalade d’une répression à visage légal. Les pratiques judiciaires des tribunau (...)

10Si le MBF s’autorise dès la fin de l’année 1940 des internements administratifs (au fort de Romainville notamment6) et des mesures de représailles collectives (avant tout des sanctions financières, les exécutions d’otages prévues ne sont pas appliquées), l’essentiel de son appareil répressif repose sur ses tribunaux militaires, c’est-à-dire sur une politique judiciaire « à visage légal »7. Or, « on assiste, au cours des premiers mois de l’Occupation, à un durcissement par étapes de la répression judiciaire de toutes les manifestations jugées dangereuses pour la sécurité de la puissance occupante ou attentatoires à l’image de la Wehrmacht8 ». Les mouvements gaullistes sont ainsi rapidement visés, tout comme les tentatives pour rejoindre l’Angleterre – alors que les forces policières françaises répriment surtout les communistes. Au total, de juin 1940 à la fin juillet 1941, un peu plus de 160 peines de mort sont prononcées par les tribunaux militaires allemands et un quart exécuté. Presque une centaine de détenus jugés est déportée pour purger leur peine dans une prison du Reich.

Été 1941 – automne 1942 : radicalisation et exécution d’otages

  • 9 Jean-marc Berlière, Franck Liaigre, Le Sang des communistes : les bataillons de la jeunesse dans l (...)
  • 10 Sur leurs déportations, se reporter au travail de la Fondation pour la mémoire de la déportation ( (...)
  • 11 Gaël Eismann, loc. cit., p. 141-142.

11Avec l’invasion de l’URSS et le tournant pris par le PCF qui s’engage dorénavant dans la lutte armée contre l’occupant, le MBF ne cesse d’accroître ses exigences sécuritaires. Il avait déjà commencé à le faire, avant même la vague d’attentats contre ses soldats, en radicalisant sa politique répressive judiciaire dès le printemps 1941. Malgré des succès réels et une efficacité certaine de la police française dans la lutte contre le communisme9, le MBF fait prendre à son administration de « surveillance » un très net virage répressif. Les actions policières se multiplient, comme les centaines d’arrestations générées par l’action Porto qui se déroule d’octobre à décembre 1941, principalement contre des groupes « gaullistes »10. Les tribunaux militaires accentuent leur sévérité, en prononçant davantage de condamnations à mort et de peines de réclusion suivies, surtout à partir de l’été 1941, de déportations dans les prisons du Reich – au moins 1 500 de juillet 1941 à fin novembre 1942. Près de 500 condamnations à mort sont prononcées par les tribunaux du MBF entre août 1941 et mai 1942 et trois-quarts sont exécutés (contre un quart durant la période précédente)11.

  • 12 Se reporter aux statistiques présentées dans le Livre-Mémorial publié par la FMD.

12En décembre 1941, considérant ce travail judiciaire insuffisamment sévère et dissuasif, Hitler demande toutefois à l’Oberkommando der Wehrmacht (l’OKW, le commandement suprême des forces armées allemandes) de promulguer le décret « NN », qui force les juges militaires en territoires occupés, face à certains actes, à condamner à mort les auteurs dans la semaine qui suit l’arrestation. À défaut, les juges devront se dessaisir de leur dossier au profit d’une juridiction du Reich, les prévenus devant dès lors être déportés avant jugement. Pour renforcer l’effet d’intimidation, le décret prévoit que ces personnes disparaîtront dans la « nuit et le brouillard », aucune réponse aux demandes de renseignements ne devant parvenir à leurs familles. Les premières déportations de détenus « NN » au départ de Paris vers le camp spécial de Hinzert, situé près du tribunal de Cologne – compétent pour les prévenus du ressort du MBF –, ont lieu en mai 1942, après la publication d’une seconde ordonnance d’application du décret, décisive, à la mi-avril 1942. Fin novembre 1942, un peu plus de 650 détenus « NN » avaient été déportés au camp de Hinzert depuis Paris12.

  • 13 De nombreux travaux ont fait le point sur cette question, dont Serge Klarsfeld, Le Livre des otage (...)

13Mais, les attentats se multipliant contre ses soldats et ses installations, le MBF s’engage aussi dans des mesures de représailles collectives, en procédant à des exécutions d’otages qu’il justifie devant la population française. À l’automne 1941, un « code des otages » rappelle et formule les règles devant gérer les fusillades et le choix des victimes. Cette période est l’occasion d’une nouvelle radicalisation de la politique répressive des autorités allemandes. Dès l’automne 1941, alors que Hitler juge insuffisant le nombre d’otages fusillés, le MBF demande également à Berlin d’y ajouter des déportations massives de représailles, considérées comme plus dissuasives13.

14Si les communistes sont inscrits en priorité sur les listes d’otages, les Juifs sont rapidement ajoutés dans la définition des victimes, surtout à partir de l’automne 1941 : les autorités allemandes, militaires compris, visent donc « l’ennemi judéo-bolchevique ». L’exécution de 95 otages le 15 décembre 1941 le montre : si les trois quarts étaient proches des milieux communistes, plus de la moitié étaient juifs. Cette définition idéologique des otages fusillés rompt avec celle, plus traditionnelle, jusque-là adoptée en France occupée et qui visait les notables de la société française.

  • 14 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz, le rôle de Vichy dans la question juive en France, Paris, Fayard (...)

15Le choix dans la désignation de l’ennemi prioritaire est partagé à la fois par les autorités militaires (le MBF comme l’OKW à Berlin), policières (la Sipo-SD), ou diplomatiques (l’ambassade allemande à Paris). Cela ouvre la voie à une instrumentalisation par le service des affaires juives des déportations « de représailles » : son représentant à Paris, Dannecker, ne manque pas l’occasion de lancer pour la France occupée « la solution finale de la question juive » alors en préparation au RSHA14. Les otages déportés sont d’abord des Juifs.

16Dans un premier temps, la prise en main en juin 1942 de la répression par la Sipo-SD ne modifie pas la politique des otages. Les exécutions sont toutefois regroupées, pour augmenter leurs effets d’intimidation dans l’opinion française et laisser le temps aux policiers allemands et français de procéder à la recherche des coupables. 88 otages sont fusillés le 11 août 1942 et 116 le 21 septembre.

17Mais ces représailles n’arrêtent pas les attentats contre les forces d’occupation. Condamnées par la population, elles risquent par ailleurs de gêner la réquisition des travailleurs prévue par la nouvelle loi française du 4 septembre 1942 et dont le Reich a un besoin de plus en plus urgent. La fusillade envisagée pour le 15 octobre est ainsi repoussée puis ajournée ; la politique des otages est suspendue.

  • 15 Gaël Eismann, loc. cit.

18Cette question le montre, en quelques mois, de juin à décembre 1942, la Sipo-SD au pouvoir en France occupée reprend les dossiers en cours et les fait évoluer. Pendant que les tribunaux militaires du MBF continuent de sévir (près de 460 condamnations à mort sont prononcées suite à des actes de résistance de juin 1942 à janvier 1943, 80 % exécutées15), elle assure d’abord la réussite du programme de la « solution finale » en déportant environ 37 000 Juifs de France de la mi-juillet à la mi-novembre 1942. Les conclusions de la crise des otages étant tirées, la Sipo-SD prend un virage répressif qui débouchera sur l’organisation régulière de déportations massives à caractère « préventif » et systématique.

19C’est bien à la fin de l’année 1942, davantage qu’en juin 1942 lors de la prise de pouvoir de la Sipo-SD, que l’on constate une véritable rupture dans les politiques répressives suivies par les autorités allemandes. L’occupation de la zone libre à partir de novembre 1942 accroît encore la portée de cette césure : répression et persécution vont dorénavant pouvoir se développer sur l’ensemble du territoire, aggravant le bilan humain.

Décembre 1942 – été 1944 : le temps des déportations massives

  • 16 Se reporter aux listes publiées par la FMD dans le Livre-Mémorial, op. cit.

20À la fin de l’année 1942, si les exécutions massives d’otages sont stoppées, la question du devenir des personnes classées comme otages reste ouverte. La Sipo-SD décide de les déporter en tant que Schutzhäftlinge (détenus de sécurité) vers un camp de concentration, mais de manière spécifique, en utilisant la garantie du secret offerte par le décret Nacht und Nebel. N’ayant pas l’intention de les juger, elle détourne de fait l’étiquette « NN » pour ainsi envoyer, à partir de mars 1943, des centaines de détenus dans le secret des camps de concentration du Reich. Pour autant, les départs de détenus « NN » appelés à être jugés devant un tribunal du Reich et déportés vers le camp spécial de Hinzert se poursuivent jusqu’en septembre 1943. Les déportations vers des prisons du Reich de personnes déjà condamnées par un tribunal militaire témoignent, enfin, d’une répression judiciaire du MBF toujours aussi sévère16.

21Cette fin d’année 1942 a aussi assuré officiellement à la Sipo-SD la possibilité d’interner administrativement des suspects, sans recours obligatoire à la procédure jusque-là normale et toujours effective d’un jugement devant un tribunal militaire. Ne pouvant pas (face au surpeuplement des lieux d’internement) et ne souhaitant pas (face aux risques encourus en cas de second front de maintenir ainsi des prisonniers dans le dos des troupes allemandes) multiplier les internements en France occupée, la déportation de Schutzhaft (de sécurité, extra-judiciaire) devient ainsi l’horizon de la majorité des personnes arrêtées.

  • 17 Yves Le Maner, Déportation et génocide, 1939-1945. Une tragédie européenne, Saint-Omer, La Coupole (...)
  • 18 Michel Fabréguet, Mauthausen : camp de concentration national-socialiste en Autriche rattachée (19 (...)
  • 19 Émilie Rimbot, « Les déportés de Compiègne vers le KL Sachsenhausen. Les premiers convois massifs (...)

22Mais, à ce choix répressif correspond également le virage opéré par le système concentrationnaire nazi depuis le printemps 1942. « Contrairement à leurs plans, les nazis comprennent, à partir de 1942, que la guerre sera longue, et qu’ils devront la mener dans une situation d’infériorité démographique et économique17. » Les détenus des camps de concentration vont dorénavant travailler au profit de l’économie de guerre du Reich18. Les zones occupées deviennent des viviers de main-d’œuvre, à une période où la grande majorité des Allemands sont mobilisés sur le front. Un décret de Himmler du 14 décembre 1942, qui demande aux différents organismes policiers du Reich et en territoires occupés l’envoi dans les camps (d’abord jusqu’à fin janvier, puis jusqu’en juin) de 35 000 « détenus aptes au travail », conduit en France aux départs de six convois de janvier à juin 1943, de près de 7 000 déportés au total19.

  • 20 André Sellier, Histoire du camp de Dora, Paris, La Découverte, 1998.

23Le 3 septembre 1943, après la fin de ce premier programme de convois opérés à la suite du décret de Himmler du 14 décembre 1942, les déportations massives de personnes arrêtées par mesures de répression reprennent et s’accélèrent depuis le camp de Compiègne. Elles coïncident avec une augmentation des groupes de résistance et, bien souvent, avec leurs chutes et leurs démantèlements par les services policiers allemands. De septembre 1943 à la fin du mois de janvier 1944, tous les déportés qui composent ces convois (plus de 9 500 au total) sont dirigés vers le camp de Buchenwald puis, pour une grande partie d’entre eux, vers le « Kommando » de Dora, où ils travaillent à l’installation de l’usine secrète de fabrication des futurs V220.

24Après les importants départs de janvier 1944, une réorganisation des centres de rassemblement des détenus à déporter est opérée : Compiègne devient le camp de départ des hommes ; les femmes quittant dorénavant la France depuis le fort de Romainville. Ce système bicéphale fonctionne jusqu’en août 1944 – comme Drancy qui reste le point de départ des Juifs vers Auschwitz – et ne s’arrête qu’avec l’évacuation de cette partie du territoire par l’administration allemande.

  • 21 Gaël Eismann, loc. cit., p. 158-161.

25L’automne 1943 marque un saut quantitatif important par le nombre croissant des victimes de la répression, qui sont de plus en plus massivement déportées. L’activité des tribunaux militaires s’intensifie encore durant cette période, accompagnant l’escalade des violences en France occupée. Plus de 380 prévenus sont ainsi condamnés à mort durant la seconde moitié de l’année 1943, principalement pour des « actes de francs-tireurs ». Ils sont environ 600 de janvier à avril 194421. Les déportations de personnes condamnées par des tribunaux militaires des zones occupées continuent jusqu’en novembre 1944, à partir de différentes villes du territoire encore sous contrôle allemand. Celles de détenus « NN » se poursuivent jusqu’à l’été 1944, dorénavant très majoritairement vers des camps de concentration.

  • 22 Peter Lieb, « Répression et massacres. L’occupant allemand face à la résistance française, 1943-19 (...)
  • 23 Ahlrich Meyer, op. cit., p. 159-183.
  • 24 Gaël Eismann, loc. cit., p. 156.
  • 25 Peter Lieb, loc. cit., p. 171, 181 et 184 pour la carte des principaux massacres.

26Mais l’automne 1943 est aussi l’occasion, devant l’imminence de l’ouverture d’un second front à l’Ouest, de pouvoirs accrus redonnés au MBF en matière de maintien de l’ordre, même si en la matière il est « subordonné au haut commandement de l’armée22 ». En effet, il s’agit d’éradiquer les maquis naissants et les groupes de résistance de plus en plus nombreux – notamment depuis la loi sur le Service du travail obligatoire (STO) du 16 février 1943 et ses nombreux réfractaires –, qui pourraient prendre en tenaille les troupes allemandes en cas de débarquement allié. La « lutte contre les bandes » devient une tâche prioritaire, notamment dans les zones montagneuses et forestières, et dans ce combat, les méthodes policières des services de la Sipo-SD et leur collaboration avec les forces de l’ordre françaises ne suffisent plus. Dès l’automne 1943, des opérations militaires d’envergure débutent, menées toutefois en partenariat avec la Sipo-SD chargée des aspects policiers et du devenir des personnes arrêtées. Quatre actions importantes sont menées de février à avril 194423. Ce type d’opérations entraîne un « changement de nature » des pratiques répressives des autorités allemandes : « elles usent désormais de méthodes empruntées au front de l’Est24 ». « L’ordonnance Sperrle », notamment, permit nombre d’exactions. Après le débarquement de Normandie surtout, les massacres de populations civiles se multiplient (99 pendus à Tulle, 642 civils tués à Oradour-sur-Glane, dont des enfants, etc.), marquant une nouvelle radicalisation des violences allemandes. Durant cette période, « la lutte contre la Résistance se transforma peu à peu en une véritable guerre contre les partisans », le haut-commandement allemand recensant ainsi 7 900 « francs-tireurs » tués dans le mois qui suivit le 6 juin, dont en fait beaucoup de civils25.

  • 26 Denis Peschanski, in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robe (...)

27Les forces de Vichy accompagnent cette radicalisation de la répression et dans ce contexte, René Bousquet n’apparaît plus comme l’homme idéal pour les dirigeants nazis : en décembre 1943, sur pression de Hitler en personne, Joseph Darnand entre au gouvernement et prend en charge le « Maintien de l’Ordre » et une police de plus en plus rétive à collaborer. Vichy se radicalise : le 20 janvier 1944, la loi instaurant les cours martiales est signée. « On en finit avec les états d’âme de René Bousquet. Il n’est plus question d’affirmer la souveraineté de Vichy sur l’ensemble du territoire national ni l’indépendance de la police française : au mieux les actions sont menées conjointement par la police allemande, les forces du maintien de l’ordre et la Milice ; au minimum les informations sont partagées. À tous les échelons, les contacts sont réguliers entre les services. Darnand se met – et met sa police –, au service d’une guerre totale dans laquelle les Allemands sont engagés. La négociation est d’autant moins à l’ordre du jour qu’elle n’est pas souhaitée par le chef de la Milice26. » La Milice, légitimée par la nomination de son chef à la tête du « Secrétariat d’État au Maintien de l’ordre », commet en outre, après le débarquement, des assassinats politiques (Jean Zay, Georges Mandel, les époux Basch, etc.).

La fin de l’Occupation

28Le repli des troupes et des services allemands ne met pas fin aux déportations ou aux massacres, bien au contraire. La violence nazie se poursuit jusqu’au bout – des déportations se produisent encore depuis Colmar, en zone annexée, au début du mois de février 1945. Si les convois de la « solution finale » ont pris fin avec la libération de Drancy, les Juifs sont la cible des représailles allemandes lors de l’évacuation du territoire. Plus largement, c’est toute la population civile qui continue d’être la cible de massacres, de fusillades aveugles et de déportations vers le Reich. Si les tribunaux militaires cessent leur activité, les départs vers les camps nazis se poursuivent donc : le dispositif formé par les camps de Compiègne et de Romainville est remplacé par des formations de convois là où les Allemands le peuvent, au fur et à mesure de leur repli. L’imminence de la libération de Paris n’empêche pas le départ du dernier grand convoi de la capitale ; celle du territoire dans son entier n’évite pas, jusqu’en novembre 1944, la déportation de centaines d’hommes depuis les villes de l’Est du pays.

Honoré d’Estienne d’Orves, Charles Delestraint et Jean Moulin : retour sur des parcours répressifs

L’exemple du groupe d’Honoré d’Estienne d’Orves : le premier temps de la répression

29Honoré d’Estienne d’Orves fut sans doute le premier Français Libre exécuté par les autorités allemandes. Débarqué dès le 22 décembre 1940 en Bretagne, sa mission consiste à collecter des renseignements, à établir des contacts pour cela, et à réussir à structurer un réseau pour pérenniser ces objectifs. Mais, suite à la trahison de son radio, d’Estienne d’Orves est arrêté le 21 janvier 1941 par la police militaire allemande. L’enquête, rapide, a été menée par les services de l’Abwehr. Pour les juges allemands du tribunal du Gross Paris qui condamnent en mai 1941 les membres du groupe « Nemrod », les actes reprochés aux accusés relèvent clairement de l’espionnage – pour les plus graves –, et d’« intelligence avec l’ennemi ». La justification de la condamnation à mort de Leprince, le second radio demandé par d’Estienne d’Orves, qui est arrêté en mer avant d’avoir pu commencer sa mission, est sur ce point significative. Les juges ont une attention particulière pour ce rôle de « radio » qui, à leurs yeux, ne peut bénéficier d’aucune circonstance atténuante. On est en guerre et les Français Libres – les « espions » et ceux qui les aident –, sont des ennemis, cela quelle que soit la réalité de leurs premières actions de renseignements, encore faibles.

30Pour autant, et c’est l’autre point à retenir dans cette lecture initiale de la France Libre par les autorités allemandes d’occupation, si l’ennemi est potentiellement dangereux, il est aussi respectable. On est loin de la lecture idéologique nazie de l’ennemi communiste ou juif. Les juges allemands considèrent particulièrement ces premiers agents de la France Libre, même s’ils doivent faire « leur devoir » :

  • 27 Ministère de la Défense, archives du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains ( (...)

« Le tribunal se trouvait en face d’une tâche lourde. Il fallait juger des hommes et des femmes qui s’étaient manifestés comme des personnes de mérite et d’une grande fermeté de caractère et qui n’ont agi que par l’amour de leur patrie. Mais, de même que ceux-là ont cru être obligés à remplir leur devoir envers leur patrie, nous autres les juges, étions tenus à remplir notre devoir envers notre patrie et à juger les accusés selon les lois compétentes. Les lois de la guerre sont dures et inexorables. Celui qui les viole, doit se rendre compte qu’il encourt les punitions les plus sévères que la loi comporte27. »

31Après cet exposé général, lorsqu’il s’agit cette fois de détailler les responsabilités de chaque accusé, les juges rappellent le « patriotisme désintéressé » de Barlier ou les « motivations nobles » de Doornik. De même,

« les actes du Comte d’Orves ont été dictés par un pur amour de la patrie. En tant qu’officier actif, il n’avait pas pu vivre lui-même la défaite de l’armée française, loin de son pays, il ne pouvait concevoir que “la plus grande puissance militaire au monde”, comme il dit, ait pu être défaite en six semaines à peine. On peut comprendre qu’en tant qu’officier, il ait aspiré à continuer de servir sa patrie, sans tenir compte de sa femme et de ses cinq enfants ni ménager sa propre personne. Il a également agi de manière désintéressée ; car l’argent qu’il recevait servait à subvenir à ses besoins et à ceux de ses collègues ».

  • 28 Ministère de la Défense, BAVCC, dossiers statuts de ces personnes.

32Des Résistants dangereux mais respectables, voici comment l’on peut donc résumer la vision que les autorités allemandes ont des Français Libres au tout début de l’Occupation. Mais la répression n’en est pas moins sévère. Neuf condamnations à mort sont prononcées en mai 1941 contre le groupe « Nemrod » et trois membres du groupe sont exécutés en août : Honoré d’Estienne d’Orves, Jan Doornik et Maurice Barlier. D’autres sont transférés dans différentes prisons du Reich. Pierre Cornec, dont la peine de mort a été commuée en 15 ans de travaux forcés, part sans doute en wagon cellulaire dès le 28 juillet 1941 : il passe l’essentiel de sa détention à la prison de Siegburg et revient en 1945. Marie-Antoinette Clément est déportée le 13 octobre 1941, via Karslruhe, vers la prison d’Anrath. Elle sera libérée de celle d’Aichach en 1945. Les autres membres du groupe sont déportés ensemble le 16 octobre 1941 : la plupart partent à Siegburg, Jean-Jacques Leprince et Yves Normant à Rheinbach – d’où ils sont libérés au printemps 1944 –, Jean Le Gigan et Yves Pennec vers la prison de Diez-sur-Lahn. Martial Bizien est libéré de Siegburg le 8 décembre 1943, exceptionnellement parce qu’il vient d’être amputé d’une jambe à la suite d’une tumeur. Daniel Dohet est le seul à mourir en déportation, la veille de noël 194228.

33Le choix de condamner à mort ces Résistants est évidemment fort et il est aussi conçu comme une dissuasion pour tous ceux qui voudraient continuer de s’attaquer à la « puissance occupante ». Comme on l’a étudié, c’est aussi un choix habituel : à ce stade de l’évolution de l’Occupation, la répression se développe essentiellement sous une forme judiciaire.

La chute des chefs de l’Armée secrète : une autre répression ?

34Cette réalité d’une répression « à visage légal » est le plus souvent éclipsée par l’image de la lutte acharnée engagée contre la Résistance en 1943-1944. On ne met souvent pas en avant le fait que le tribunal du Gross Paris, qui a condamné le groupe « Nemrod », continue par exemple de fonctionner jusqu’à l’été 1944 et donc de condamner à mort des Résistants. À l’heure où l’Armée secrète devient précisément une réalité tangible et menaçante pour les autorités d’occupation, on se représente souvent leur répression comme une succession de convois de déportation arbitraires et massifs, partant régulièrement en direction du Reich.

35Certes, la part quantitative des jugements devant les tribunaux militaires du MBF est devenue très minoritaire dans le bilan d’ensemble de la répression. Il faut évidemment y lire un changement de méthode des cadres de la Sipo-SD, les nouveaux responsables de la répression en France occupée. Depuis le printemps 1943 surtout, ces derniers organisent des convois réguliers, d’au moins 1 000 personnes, qui partent de Compiègne vers Mauthausen, Sachsenhausen et Buchenwald principalement. S’y retrouvent des Résistants, mais aussi des victimes de représailles, des réfractaires au travail obligatoire en Allemagne, des personnes ayant tenté de franchir la frontière espagnole, etc. Mais cela signifie-t-il que tous les Résistants arrêtés s’y retrouvent et que les procédures répressives allemandes les mêlent à celles qui touchent d’autres catégories de personnes arrêtées ?

36L’exemple de l’arrestation en juin 1943 des responsables de l’Armée secrète nous permet de comprendre comment les autres procédures mises en place traduisent une lecture spécifique de la Résistance, dont la Résistance gaulliste. La dangerosité des agents de la France Libre, avérée dans le cas du groupe « Nemrod », demeure une donnée structurante de l’analyse et de l’action répressive allemande en France occupée. Elle doit être étendue à d’autres composantes de la Résistance française, dont la lutte armée communiste.

  • 29 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France Libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallim (...)
  • 30 Rapport intégralement reproduit in Gérard Chauvy, Histoire secrète de l’Occupation, Paris, Payot, (...)

37Pour s’en rendre compte, repartons donc de cet exemple des coups donnés à l’organigramme de l’Armée secrète. Il est tout d’abord évident qu’ils ne tiennent pas d’une surprise « heureuse » d’agents de la Gestapo tombant par hasard sur des cadres de la Résistance : « Le coup de filet de Caluire n’est lui-même que le point culminant de la contre-offensive lancée depuis mai 1943 par l’occupant contre la Résistance29. » Il n’est pas non plus anodin de voir la France Libre ainsi frappée tout particulièrement. Avant Caluire déjà, il était devenu clair pour les services de sécurité nazis, à Berlin, que la Résistance était dorénavant largement organisée derrière la France Libre : « Dès la fin de 1942, de nombreux renseignements s’accordaient à signaler que les différents mouvements importants de la Résistance s’étaient mis directement sous les ordres du général de Gaulle et qu’ainsi se trouvait réalisée l’unité de la Résistance en France », écrivait ainsi le chef du RSHA, Kaltenbrunner, le 27 mai 194330. Il mit des moyens spécifiques – avec notamment l’envoi d’un Sonderkommando expérimenté –, pour arrêter les principaux chefs de la Résistance gaulliste.

  • 31 Daniel Cordier, Jean Moulin. La République des catacombes, Paris, Gallimard, 1999 ; Jean-Pierre Az (...)
  • 32 Rapport Kaltenbrunner du 29 juin 1943 envoyé à Ribbentrop, in Gérard Chauvy, op. cit., p. 337-341.

38C’est chose faite avec la double arrestation du général Delestraint à Paris dès le 9 juin, de Jean Moulin et d’importants responsables de zone sud à Caluire, près de Lyon, le 21 juin31. Le RSHA sait alors qu’il vient de frapper la tête de la Résistance en France, et particulièrement les structures des groupes gaullistes dont l’efficacité va, de ce fait, être amoindrie : « Grâce aux coups [que l’Armée secrète] vient de recevoir, sa capacité d’action pour les prochains temps devrait au moins être sensiblement limitée », écrit Kaltenbrunner dans un nouveau rapport de synthèse le 29 juin32.

39Par conséquent, si les conditions ne sont plus les mêmes et si, surtout, la Résistance gaulliste a alors considérablement grandi, l’analyse d’acteurs allemands pourtant en grande partie renouvelés ne s’est pas véritablement modifiée. Certes, la Sipo-SD, qui a pris en mains les rênes de la répression en France occupée, n’épilogue guère sur le « patriotisme » de ces combattants, relevé en 1941 par le tribunal du Gross Paris à propos des membres du groupe « Nemrod ». Mais, leur dangerosité est toujours pointée et, à la différence de la représentation des francs-tireurs et partisans, « criminels » et « fanatiques », l’importance du dogme idéologique nazi ne transparaît guère ici dans « la définition de l’ennemi ». L’Armée secrète décrite par Kaltenbrunner dans sa synthèse de mai – certes largement influencée par les rapports saisis du groupe « Combat » –, c’est avant tout un ensemble de combattants armés, formés, équipés, et capables, en cas d’invasion, de frapper dans le dos les troupes allemandes. Là est l’important, et là réside la volonté d’éradiquer la menace.

40Mais, du fait même de cette dangerosité perçue et avérée, il n’est finalement pas surprenant de s’apercevoir que sont utilisées d’autres procédures que celles des convois massifs vers les camps nazis (qui, en nombre, deviennent pourtant le premier outil répressif appliqué en France occupée).

41On sait que Jean Moulin, affreusement torturé par le service IV de la Sipo-SD de Lyon (la Gestapo proprement dite), est finalement transféré à Paris pour être réinterrogé par le service IV E du BdS (Befehlshaber der Sipo und des SD, le cœur de l’administration du RSHA en France), dirigé par Hans Kieffer. Son adjoint, Ernst Misselwitz, présent lors de l’internement de Jean Moulin à Paris, est aussi celui qui interrogera, quelques mois plus tard, Pierre Brossolette. C’est déjà noter que ce service IV E est essentiel dans la répression des Français Libres ; et c’est aussi comprendre que les affaires les plus importantes remontent presque toujours à lui. De même, puisque le RSHA suit particulièrement depuis quelques semaines la répression de l’Armée secrète, il n’est pas étonnant que le transfert de Jean Moulin ait été décidé, sans doute à Berlin. Même si on ne connaît pas les raisons exactes de cette décision, notons qu’il ne part pas de Compiègne dans un convoi massif de « déportés politiques et résistants ». Il part sans doute seul, dans un wagon spécialement aménagé accroché à un train régulier qui quitte Paris. Moulin décède très probablement au cours du voyage, des suites des tortures subies.

42Le parcours d’autres responsables arrêtés en juin 1943, à Paris et à Caluire, est particulièrement significatif. Quatre se retrouvent ainsi dans le convoi de 44 détenus déportés le 9 mars 1944 vers le camp de Natzweiler, en Alsace annexée. Deux ont été arrêtés à Caluire : André Lassagne, agent du BCRA affilié au réseau Gallia et à Libération-Sud ; et Émile Schwarzfeld, dirigeant de « France d’abord », que Moulin pressentait sans doute pour diriger l’AS en zone sud après l’arrestation de Delestraint. Mais figurent aussi dans ce convoi Charles Delestraint et son adjoint, Joseph Gastaldo, devenu après l’arrestation en mars 1943 de François Morin-Forestier le chef du 2e Bureau de l’AS et le chef de son état-major. André Lassagne retrouve la liberté à Flossenbürg le 23 avril 1945. Émile Schwarzfeld décède à Natzweiler dès le mois de juin 1944. Le général Delestraint est transféré à Dachau lors de l’évacuation du camp en septembre, où il est exécuté fin avril 1945, quelques heures avant la Libération. Mais c’est le parcours de Joseph Gastaldo qui permet d’éclairer celui de ses camarades et d’expliquer l’existence de ce type de « petits » convois de déportation.

43En effet, le 18 juillet 1944, Joseph Gastaldo est transféré à la prison de Brieg, en Silésie. Sorti d’un camp de concentration, il prend la direction d’une prison du Reich. Ce cas, souvent considéré comme exceptionnel, ne l’est pas : il est au contraire extrêmement révélateur du cadre imposé par la procédure « NN », Nacht und Nebel, qui implique un secret absolu de la procédure suivie et, dans la mesure du possible, un jugement en Allemagne du détenu ainsi déporté. Du fait de l’évolution de la guerre, de la nécessité de fermer le tribunal spécial de Cologne chargé initialement de juger les ressortissants de France occupée, d’ouvrir celui situé plus à l’Est de Breslau, de l’encombrement rapide de ce dernier du fait du grand nombre d’affaires à traiter, beaucoup de Résistants « NN » ne seront pas jugés. C’est le cas de Gastaldo. Beaucoup surtout ne sont même pas transférés à Breslau et demeurent à Natzweiler, dans un camp de concentration, ce qui masqua après-coup la « logique » judiciaire de cet internement concentrationnaire. En France occupée, la Sipo-SD continuant d’organiser des déportations, depuis la fin de l’année 1943, le camp de Natzweiler est le point de transit avant des envois en Silésie.

  • 33 Archives nationales, AJ/40 1503.

44Or, un certain nombre de responsables de l’AS arrêtés en juin 1943 devaient, une fois l’instruction de leur affaire terminée, comparaître devant un tribunal du Reich. C’est d’ailleurs ce que révèle la lecture des quelques pièces originales du dossier du général Delestraint33. En effet, son affaire est transmise et prise en charge par le Volksgerichtshof, le tribunal du Peuple, c’est-à-dire par la plus haute juridiction du Reich. Même si le chef de l’Armée secrète ne fut finalement jamais jugé, c’est bien cette « voie répressive » qui avait été choisie. Fait également très significatif, son affaire – celle donc aussi de Gastaldo –, avait été jointe à celle d’une partie des arrêtés de Caluire – avec les dossiers d’André Lassagne, d’Émile Schwarzfeld –, et des principaux chefs de l’ORA également récemment arrêtés – dont le général Frère. Pour les autorités allemandes, y compris pour la Sipo-SD, cette voie judiciaire apparaissait comme la plus appropriée pour traiter ces responsables de la Résistance considérés comme particulièrement dangereux. Même si la procédure « NN » s’est depuis ajoutée à la seule justice initiale des tribunaux de zone occupée, provoquant ainsi des jugements dans le Reich, la filiation est nette. Rappelons d’ailleurs qu’Honoré d’Estienne d’Orves et une partie de ses camarades furent, quelques jours après leur arrestation en janvier 1941, transférés en Allemagne, à Berlin. Il fut alors sans doute étudié la possibilité de leur jugement devant le Volksgerichtshof. Puisqu’elle ne fut pas retenue, ils revinrent à Paris.

45Dès lors, le départ de ces « petits » convois de détenus classés « NN », même minoritaires en nombre, prennent une autre dimension, loin d’être seulement particulière ou « extraordinaire ». Car on y retrouve un grand nombre de Résistants sinon importants, du moins ayant tous commis des actes jugés particulièrement graves par les autorités allemandes. Et cette présence n’est évidemment pas le fait du hasard : elle résulte de choix et « d’aiguillages » opérés par les services de la Sipo-SD. L’exemple de Jean-Louis Théobald, arrêté avec le général Delestraint, le montre. En effet, si les Allemands savent qu’il appartient à l’AS, voire à l’état-major de Delestraint, ils ne percent pas son nom d’emprunt. Pour eux, Jean-Louis Théobald est Jean-Jacques Terrier. Or, aux yeux de la Gestapo, le dossier de ce dernier n’est pas aussi chargé que celui de ses camarades arrêtés en juin 1943. « Jean-Jacques Terrier » n’est dès lors pas inscrit sur la liste des personnes suffisamment dangereuses pour relever du Volksgerichtshof. L’enquête close, il est donc envoyé à Compiègne, classé en détention de sécurité et si une demande de déportation est faite au RSHA, elle se fera en convoi massif, dans des wagons où se retrouvent, dans des proportions différentes des petits convois de « NN », Résistants et non Résistants. Le 27 janvier 1944, Terrier/Théobald part vers Buchenwald, dans un important convoi de plus de 1 500 déportés. Il s’évade lors du voyage, précisément ce que les autorités allemandes voulaient éviter dans le cas des Résistants les plus dangereux, déportés de ce fait dans des conditions de sécurité particulières grâce au cadre offert par la procédure « NN ». Comme pour leur donner raison, Théobald réussit à gagner Londres. Il s’engage dans le 1er régiment de fusiliers marins avec lequel il participe à la campagne d’Italie et à la libération de la France.

  • 34 Thomas Fontaine, « Les rôles du camp de Sarrebruck Neue Bremm dans les déportations depuis la Fran (...)

46Les deux exemples que nous venons d’étudier sont significatifs d’une répression évidemment policière, grâce à des enquêtes fondées sur des actes précis. Cette répression allemande est de ce fait ciblée, contre des personnes en particulier, selon leurs actions et leur dangerosité, avérée ou potentielle. Et si les formes prises par cette répression évoluent dans le temps, cette lecture de l’ennemi et du fait résistant, demeure. Elle implique des choix : Honoré d’Estienne d’Orves est envoyé devant un tribunal de zone occupée ; et cela aurait aussi pu être le cas de Charles Delestraint. Si la déportation devient à partir de 1943 l’horizon tragique de la plupart des Résistants français, tous ne partent pas selon des procédures identiques. Ce que l’exemple de l’affaire de Delestraint montre, c’est que les Résistants jugés comme les plus dangereux par les autorités allemandes ne partent pas généralement dans les wagons à bestiaux composant des convois massifs vers les principaux camps de concentration du Reich. Majoritairement classés « NN » lorsqu’ils sont déportés, certains sont dirigés vers le camp de Natzweiler, comme Delestraint – car une procédure est ouverte contre eux –, alors que d’autres sont transférés vers le camp de transit de Sarrebruck Neue Bremm, avant de rejoindre des camps de concentration – pour eux, la Sipo-SD n’envisage aucun jugement par des tribunaux du Reich. La composition de ces transports éclaire parfaitement les tris opérés et la très forte présence de Résistants considérés par les autorités allemandes comme particulièrement dangereux34.

47Jusqu’au printemps 1944, ces conclusions structurent les modes répressifs en France occupée. Ce n’est plus le cas ensuite, ce qui rappelle l’importance d’avoir une vue globale sur la répression menée en France occupée pour pouvoir espérer repérer les principales caractéristiques de celle frappant les Français Libres.

48En effet, le débarquement approche et la Sipo-SD cherche à simplifier ses procédures. Elle arrête ainsi les convois vers Sarrebruck Neue Bremm, mais pas ceux vers Natzweiler. Elle dispose donc de plus en plus de Résistants dangereux, qu’elle déporte dorénavant dans des convois massifs. Albert Lacaze, arrêté à Caluire, est ainsi déporté à Neuengamme le 4 juin 1944. On retrouve aussi dans ces convois qui précèdent et suivent le débarquement, des responsables importants de la France Libre. Avant : André Boulloche par exemple, délégué militaire de la France Libre, parachuté en septembre 1943, arrêté le 12 janvier 1944, est déporté à Auschwitz puis Buchenwald fin avril 1944. Son adjoint, Ernest Gimpel, l’accompagne. Après : Émile Bollaert, le remplaçant de Jean Moulin, et Pierre Dejussieu-Pontcarral, le chef d’état-major des FFI, qui sont déportés dans le convoi parti de Pantin le 15 août 1944.

Conclusion

49Les autorités allemandes recherchèrent activement les Résistants dangereux, essentiellement ceux qui étaient armés et/ou qui faisaient du renseignement – surtout s’il était militaire. Une fois arrêtés, les services allemands ne traitèrent pas leurs dossiers individuels de la même manière, et cela influa beaucoup sur les parcours et les devenirs de ces personnes.

50Les Français Libres ne font pas exception, évidemment. D’autant plus que pour l’occupant, ce sont des Résistants non seulement dangereux, mais aussi potentiellement dangereux puisque l’Armée secrète menace d’ouvrir un second front à l’arrière des troupes. Politiquement, elle est le symbole de la dissidence et de la rébellion à l’ordre de l’Occupation. Individuellement, l’exemple du parcours de Jean-Louis Théobald le montre, il s’agit bien de Résistants dangereux qui, s’ils s’évadent, reprennent le combat.

51Autre constat : les procédures répressives mises en place par les différents services allemands sont plurielles. Cette pluralité est d’abord le produit des circonstances et de l’évolution de l’Occupation, de la guerre, de ses acteurs. Elle est aussi celui de décisions réfléchies qui aboutissent à des dispositifs précis, impliquant des choix pour déterminer qui relève de l’un ou d’un autre. Or, les détenus considérés par les services allemands comme les plus dangereux se retrouvent surtout parmi les personnes condamnées à mort et celles classées et déportées comme « NN ». En tout cas la norme est celle-ci, même si elle ne peut toujours s’appliquer. La répression des Français Libres, des Résistants dangereux pour les Allemands, doit être lue à ce prisme. Ce premier jalon mérite des études complémentaires et affinées.

  • 35 Thomas Fontaine, Livre-Mémorial des déportés arrêtés par mesure de répression, op. cit., t. 3, p.  (...)

52Dernier point renforçant l’idée d’une répression spécifique s’appliquant à certains Résistants plus qu’à d’autres, en fonction de leur dangerosité réelle ou supposée selon les services allemands : l’assassinat programmé et méthodique de Résistants dans les camps de concentration. C’est le cas pour Charles Delestraint, qui est exécuté fin avril 1945 à Dachau. Pour d’autres, l’exécution intervient au moment même du départ, comme dans le cas du dernier grand convoi de la région parisienne, parti de Pantin le 15 août 1944. Les Allemands ne laissent pas à deux Français Libres l’espoir de revenir des camps. André Rondenay, le délégué militaire de la zone nord depuis avril 1944, ainsi qu’Alain Grout de Beaufort, le délégué militaire de la région de Clermont-Ferrand, sont exécutés peu après le départ du train. Le destin des camarades de déportation de Stéphane Hessel, exécutés peu de temps après leur arrivée à Buchenwald, le montre aussi : jusqu’au bout, ces Résistants sont dangereux35.

Notes

1 Jean-François Muracciole, Les Français libres. L’autre Résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 37.

2 Ibid., p. 288-294.

3 Sébastien Albertelli, Les Services secrets du général de Gaulle. Le BCRA 1940-1944, Paris, Perrin, 2009, p. 146. Cf. également François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muracciole (dir.), Dictionnaire de la France Libre, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010.

4 Gaël Eismann, La Politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » conduite par le Militärbefehlshaber in Frankreich et ses services entre 1940 et 1944, thèse de doctorat, IEP, 2005, publiée sous le titre Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010.

5 Elles suivent le droit pénal allemand : le Reichsstrafgestezbuch (RStGB : code pénal du Reich), le Militärstrafgesetzbuch (MStGB : code pénal militaire), la Kriegsstrafverfahrensordnung (KStVO : ordonnance pénale de guerre) publiée en 1938 et entrée en vigueur fin août 1939, et les différentes ordonnances du MBF.

6 Thomas Fontaine, Les oubliés de Romainville, Paris, Tallandier, 2005.

7 L’expression est de Gaël Eismann.

8 Gaël Eismann, « L’escalade d’une répression à visage légal. Les pratiques judiciaires des tribunaux du Militärbefehlshaber in Frankreich, 1940-1944 », in Gaël Eismann, Stefan Martens (dir.), Occupation et répression militaire allemandes, 1939-1945. La politique de « maintien de l’ordre » en Europe occupée, Paris, Autrement, 2007, p. 135.

9 Jean-marc Berlière, Franck Liaigre, Le Sang des communistes : les bataillons de la jeunesse dans la lutte armée, automne 1941, Paris, Fayard, 2004.

10 Sur leurs déportations, se reporter au travail de la Fondation pour la mémoire de la déportation (FMD), Le Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, 1940-1945, Paris, Tirésias, 2004, t. 1, p. 316-317.

11 Gaël Eismann, loc. cit., p. 141-142.

12 Se reporter aux statistiques présentées dans le Livre-Mémorial publié par la FMD.

13 De nombreux travaux ont fait le point sur cette question, dont Serge Klarsfeld, Le Livre des otages, la politique des otages menée par les autorités allemandes d’occupation en France de 1941 à 1943, Paris, Éditeurs Français Réunis, 1979 ; Claudine Cardon-Hamet, Mille otages pour Auschwitz. Le convoi du 6 juillet 1942 dit des « 45 000 », Paris, Fondation pour la mémoire de la déportation-Graphein, 1997-2000 ; Regina Delacor, Attentate und Repressionen. Ausgewählte Dokumente zur zyklischen Eskalation des NS-Terror im besetzten Frankreich 1941/42, Stuttgart, Thorbecke, 2000 ; Ahlrich Meyer, L’Occupation allemande en France, Toulouse, Privat, 2002 ; Gaël Eismann, op. cit.

14 Serge Klarsfeld, Vichy-Auschwitz, le rôle de Vichy dans la question juive en France, Paris, Fayard, 2 vol., 1983-1985 ; réédité dans la collection « La Shoah en France », t. 1, 2001 ; Florent Brayard, La « solution finale de la question juive ». La technique, le temps et les catégories de la décision, Paris, Fayard, 2004 ; Claudine Cardon-Hamet, op. cit.

15 Gaël Eismann, loc. cit.

16 Se reporter aux listes publiées par la FMD dans le Livre-Mémorial, op. cit.

17 Yves Le Maner, Déportation et génocide, 1939-1945. Une tragédie européenne, Saint-Omer, La Coupole, 2005, p. 127.

18 Michel Fabréguet, Mauthausen : camp de concentration national-socialiste en Autriche rattachée (1938-1945), Paris, Honoré Champion, 1999 ; Robert Steegmann, KL-Natzweiler et ses Kommandos, une nébuleuse concentrationnaire des deux côtés du Rhin, 1941-1945, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2005 ; Bernard Streibel, Ravensbrück. Un complexe concentrationnaire, Paris, Fayard, 2005.

19 Émilie Rimbot, « Les déportés de Compiègne vers le KL Sachsenhausen. Les premiers convois massifs de l’année 1943 au départ de France », in Bulletin trimestriel de la Fondation Auschwitz, no 93, 2006, p. 9-29.

20 André Sellier, Histoire du camp de Dora, Paris, La Découverte, 1998.

21 Gaël Eismann, loc. cit., p. 158-161.

22 Peter Lieb, « Répression et massacres. L’occupant allemand face à la résistance française, 1943-1944 », in Gaël Eismann, Stefan Martens (dir.), op. cit., p. 174 ; Gaël Eismann, op. cit.

23 Ahlrich Meyer, op. cit., p. 159-183.

24 Gaël Eismann, loc. cit., p. 156.

25 Peter Lieb, loc. cit., p. 171, 181 et 184 pour la carte des principaux massacres.

26 Denis Peschanski, in François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 28.

27 Ministère de la Défense, archives du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains (BAVCC) : exposé oral explicitant le jugement d’Estienne d’Orves dans le dossier statut d’André Clément.

28 Ministère de la Défense, BAVCC, dossiers statuts de ces personnes.

29 Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France Libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, Paris, Gallimard, 1996, t. 2 de l’édition de poche, coll. « Folio Histoire », 2001, p. 1087.

30 Rapport intégralement reproduit in Gérard Chauvy, Histoire secrète de l’Occupation, Paris, Payot, 1991, p. 309-323.

31 Daniel Cordier, Jean Moulin. La République des catacombes, Paris, Gallimard, 1999 ; Jean-Pierre Azéma, Jean Moulin, Paris, Perrin, 2003 ; Jacques Baynac, Présumé Jean Moulin, Paris, Grasset, 2006.

32 Rapport Kaltenbrunner du 29 juin 1943 envoyé à Ribbentrop, in Gérard Chauvy, op. cit., p. 337-341.

33 Archives nationales, AJ/40 1503.

34 Thomas Fontaine, « Les rôles du camp de Sarrebruck Neue Bremm dans les déportations depuis la France occupée, été 1943 – été 1944 », Questions de communication, série Actes, 5, 2008, p. 39-55.

35 Thomas Fontaine, Livre-Mémorial des déportés arrêtés par mesure de répression, op. cit., t. 3, p. 51-52.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540