Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le TNP de Vilar

 | 
Laurent Fleury

Première partie. Le TNP de Vilar : généalogie d’une institution

Introduction de la première partie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime, Fayard, 1995, p. 147. Également André-Hub (...)

1Si Jean Vilar prononce la conjonction entre les qualificatifs national et populaire sur le ton de l’évidence, il n’en est pourtant aucune pour qui se souvient par exemple des conceptions du siècle de Louis XIV. Colbert, dans un mémoire de 1667, inspiré par des vues strictement économiques, ne se déclarait-il pas hostile à l’éducation du peuple, même au niveau élémentaire1, marquant ainsi l’incompatibilité, pour ne pas dire l’impossibilité d’un théâtre national et populaire. Quelques années plus tard (1680), la création de la Comédie-Française consacre, sur le modèle des académies nouvellement créées, une institution nationale à qui incombe le monopole de la légitimité en matière d’art théâtral, et affirme l’idée que l’intervention royale en matière artistique ne vise pas seulement le bon plaisir et le prestige du prince mais également la grandeur et le rayonnement de l’État et de la nation sans aucune référence à un théâtre populaire.

2L’articulation entre national et populaire correspond donc à une configuration historique précise. Au-delà d’un hypothétique « et », qui aurait alors été d’opposition exclusive, l’idée même relevait en fait de « l’impensable » dans la société d’ordres de l’Ancien Régime : le peuple ne pouvait revendiquer un quelconque droit à l’instruction, ni d’ailleurs aucun autre « droit-créance ». Entre national et populaire, où placer dès lors ce « et » ? Se dégager d’une certaine paresse associative qui veut que la nation aille « naturellement » avec le peuple suppose de réévaluer l’articulation entre théâtre national et théâtre populaire qui peut ne pas aller de soi. Pour qui entend la nation comme le produit du peuple assemblé, les deux termes peuvent se confondre en un pléonasme, mais, à l’inverse, ces mêmes expressions pourraient être pensées dans les termes antithétiques de l’oxymore. Seul le recours à une sociologie historique permet de replacer la décision dans la trame des discontinuités politiques et culturelles.

Notes

1 Georges Minois, Censure et culture sous l’Ancien Régime, Fayard, 1995, p. 147. Également André-Hubert Mesnard, Droit et politique de la culture, PUF, « Droit fondamental », 1990, p. 48-53.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540