Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

Entre l’état-major allié, la France Libre et la Résistance intérieure : les bases radio des forces spéciales dans les Côtes-du-Nord à l’été 1944

Yann Lagadec

Texte intégral

Ce travail doit beaucoup aux réflexions communes partagées sur cette thématique avec François Gourrier. Qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude. Il me faut aussi remercier Christian Bougeard, Erwan Le Gall, Fabien Lostec, David Portier et Olivier Porteau, qui, à un moment ou à un autre de la préparation de cette contribution, ont bien voulu m’apporter leur aide.

  • 1 Ce travail doit beaucoup aux réflexions communes partagées sur cette thématique avec François Gour (...)
  • 2 Jean-François Muracciole, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 21. (...)

1Dans1 l’introduction de son récent ouvrage sur Les Français libres, J.-F. Muracciole insiste sur le décalage existant entre une historiographie presque foisonnante sur la Résistance intérieure et le « silence des historiens » concernant la France Libre de manière générale et, plus encore, ses forces combattantes2.

  • 3 La chose est particulièrement nette dans le cas des ouvrages de Will Irwin, Lt.-Col., The Jedburgh (...)
  • 4 Citons, par exemple, la somme incontournable de David Portier, Les parachutistes SAS de la France (...)
  • 5 Ainsi, pour en rester aux seules publications en langue française, des ouvrages récents d’Anne-Aur (...)

2Certes, depuis quelques années, les forces spéciales alliées – et notamment celles de la France Libre – ont bénéficié d’un nombre non-négligeables d’études et de publications, sous l’influence notamment du regain d’intérêt pour ce type d’unité suite à leur action en Afghanistan puis en Irak au lendemain du 11-Septembre3. Pourtant, cette production reste à ce jour pour une part décevante me semble-t-il, limitée en général à de riches monographies, utiles mais cependant sans prétention scientifique4 ou, dans le cas des Jedburgh par exemple, à des récits basés sur les seuls rapports produits en 1944 par les Jeds eux-mêmes et méconnaissant totalement les témoignages ou études locales venant, souvent, nuancer voire infirmer bien des conclusions5.

Carte 1. – Les missions des forces spéciales alliées dans les Côtes-du-Nord (juin-août 1944).

3C’est pour une part cette dimension locale que je voudrais réintroduire ici. Plusieurs raisons expliquent ce choix. La première tient au fait que la zone des Côtes-du-Nord a, de ce point de vue, été bien moins étudiée que le Morbihan, alors même que les questions sont encore nombreuses sur ce département et que les forces spéciales alliées y furent largement engagées : rappelons en effet que dès la nuit du 5 au 6 juin, 18 parachutistes SAS de la France Libre y sont largués avec pour mission la création d’une base de ravitaillement dans la forêt de Duault, Samwest (carte no 1). Deux nuits plus tard, sept équipes de sabotage SAS – ou Cooney Parties – sont parachutées dans le département, leur objectif étant la destruction des principales voies ferrées pouvant permettre de faciliter l’acheminement des renforts allemands vers le front ouvert en Normandie. Le 9 juin au soir, de nouveaux renforts SAS sont largués, cette fois à Duault, en même temps qu’une équipe Jedburgh, du nom de Frederick, la 5e des 90 larguées en France. Mi-juillet, une nouvelle Jed team – la 10e parachutée en France –, Felix, est infiltrée dans le département, bientôt rejointe par une troisième, Daniel, début août cette fois. Enfin, quelques heures plus tôt, c’est dans les Côtes-du-Nord que la mission interalliée Aloès, en charge de la coordination de l’action de l’ensemble de la Résistance bretonne, avait été parachutée près de Kérien.

4La seconde raison de ce choix tient à la diversité des types de forces spéciales à l’œuvre ici : SAS français, Jedburgh, mission interalliée. Rares sont les départements bénéficiant d’une telle diversité, d’une action d’une telle durée aussi : certes, les effectifs de mi-juin 1944 – de l’ordre de 140 hommes au 12 juin – ne sont plus égalés ensuite, en raison de la dispersion de la base SAS de Samwest, attaquée ce jour-là, et du repli vers Dingson/Saint-Marcel de la plupart des parachutistes alliés. Mais, pendant près de deux mois et demi, du 6 juin et au lendemain de la prise de Paimpol le 17 août, des membres des forces spéciales agissent ici : guère plus d’une quarantaine sans doute fin juin, ils sont peu à peu plus nombreux ensuite.

5Ce choix s’explique enfin – troisième et dernière raison – par le fait que l’étude de ces forces spéciales en Bretagne en général, dans les Côtes-du-Nord en particulier, offre un point d’entrée particulièrement pratique pour saisir la multiplicité des enjeux se dessinant au moment de la libération de la France : alors que les stratégies parfois divergentes des Alliés d’une part, de la France Libre ou, plus exactement, du GPRF d’autre part peinent à trouver une traduction concrète sur le terrain, les membres des forces spéciales jouent les intermédiaires entre le SHAEF (Supreme Headquarters Allied Expedionnary Forces), préoccupé par la victoire en Europe, l’EM-FFI de Kœnig, aux ordres du CFLN, focalisé sur la libération de la France, et une Résistance intérieure aux objectifs alors sans doute plus immédiats.

  • 6 Sur ce point, voir coll., Les réseaux action de la France combattante, Paris, Amicale des réseaux (...)
  • 7 Sur ce point, se reporter à François Gourrier, Forces spéciales et transmissions. L’exemple de la (...)
  • 8 Ces aspects sont présentés dans Yann Lagadec, « Actions spéciales et transmissions… », art. cit., (...)
  • 9 Privilégiant de ce fait les sources émanant des forces spéciales, cette étude ne vise en aucun cas (...)

6Il aurait été possible d’étudier ici les sabotages, coup de mains audacieux et autres embuscades menés par ces forces spéciales. En me focalisant sur la question des transmissions assurées depuis la Bretagne occupée, derrière les lignes allemandes donc, et la Grande-Bretagne, j’ai opté pour un regard décalé, mais sans doute bien plus révélateur de la réalité de l’action de ces hommes aux côtés de la Résistance. La chose a longtemps été sous-estimée6 ; elle est désormais mieux connue7. Aussi n’insisterai-je pas sur les aspects strictement techniques voire tactiques de ces transmissions, présentés ailleurs, qu’il s’agisse des difficultés inhérentes à la vie dans le maquis, des procédures propres aux transmissions des forces spéciales ou des longues heures de codage et décodage des messages8. Il s’agira, plus largement, de suivre la difficile mise en place sur le terrain d’une sorte de modus vivendi entre les différents types de forces spéciales présents, de montrer surtout comment ce modus vivendi est très largement déterminé par la possession – ou pas – d’un poste radio émetteur-récepteur permettant les contacts avec Londres9.

7Trois temps se dessinent assez nettement en ce domaine. Le premier, jusqu’à la mi-juillet, se caractérise par le partage des tâches entre les SAS de la base radio Wash et les Jedburgh de Frederick. Le parachutage de l’équipe Felix dans l’Est du département vient pour une part rompre cet équilibre mi-juillet, définissant un second temps, celui des tensions autour de l’armement et de la direction de la Résistance. L’arrivée de nouveaux Jedburgh début août, combinée à celle de la mission Aloes, marque le début d’une troisième et dernière phase, celle d’une « pacification » des relations entre les différents types de forces spéciales, mais aussi l’aveu d’un certain échec des dernières équipes, parachutées trop tardivement pour agir réellement sur la situation.

Le partage initial des tâches entre Frederick et Wash (juin-juillet 1944) : le respect des plans alliés

  • 10 Sur ce point, je renvoie aux pages éclairantes de Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France libre, Pa (...)

8Tout au long de l’hiver 1943-1944, alors que s’échafaudent les plans alliés de débarquement en Europe occidentale, les débats se multiplient entre les responsables du GPRF et les Alliés d’une part, entre Français Libres de Londres et d’Alger d’autre part sur la place que doit tenir dans les combats de la Libération la Résistance intérieure et « l’insurrection nationale » appelée de ses vœux par le général de Gaulle dès avril 194210. Un accord a minima se dessine cependant sur le fait qu’il faut éviter toute action spontanée des patriotes, pour privilégier au contraire une action coordonnée dirigée depuis Londres.

  • 11 L’ordre d’opération no 9 de la SAS Brigade en date du 21 mai 1944 stipule que les hommes du 4 SAS (...)

9Le rôle des forces spéciales est central dans la stratégie alors choisie. Les tâches de chacun des types d’unité sont clairement définies, comme le laisse percevoir les ordres d’opérations confiés à compter du mois de mai 1944 aux Jedburgh d’une part, aux SAS de la France Libre d’autre part : aux premiers, l’unification – plus que l’organisation, comme le disent les ordres donnés en Angleterre – de la Résistance, son armement, son instruction dans l’attente d’une insurrection que l’état-major allié souhaite contrôler ; aux seconds l’action, c’est-à-dire les sabotages et le harcèlement des troupes d’occupation en vue notamment de ralentir leur progression vers la Normandie11. De facto, la répartition des tâches entre Jedburgh et SAS dans les Côtes-du-Nord semble respecter globalement ce schéma.

« Frederick continue à travailler splendidement » : l’unification de la Résistance des Côtes-du-Nord par les Jedburgh

  • 12 L’équipe Frederick a laissé deux rapports, celui d’Aguirrec et celui de Wise ; Arch. nat., 72 AJ 8 (...)
  • 13 Au-delà des symboliques – mais sans grande portée pratique – parachutages de l’hiver 1943-1944, le (...)

10L’équipe Frederick a, selon le plan prévu, été parachutée dans la nuit du 9 au 10 juin sur la base Samwest, avec le gros des renforts SAS pour Duault12. Son action n’a guère le temps de se développer avant l’attaque allemande du 12 juin, d’autant que ce sont les SAS qui, dès le matin du 6 juin, ont établi des contacts avec l’un des plus actifs maquis FTP de la région. Depuis cette date, les visites des principaux responsables politiques et militaires de la Résistance du département se succèdent d’abord auprès des lieutenants Botella et Deschamps, puis du capitaine Leblond, commandant du 2e Squadron du 4 SAS et de Samwest. La dispersion de la base, le repli vers Dingson de l’essentiel des effectifs surtout, redonnent à Frederick une réelle marge de manœuvre (carte no 2) : c’est autour de cette équipe Jedburgh que l’action en vue d’un armement massif de la Résistance des Côtes-du-Nord est enclenchée au cours du mois de juin 1944, selon un schéma assez spécifique au département13. Ici, une première forme de modus vivendi se dessine peu à peu entre SAS et Jedburgh, fort différent de ce que l’on peut observer au même moment dans le Morbihan – où le commandant SAS Bourgoin impose ses vues aux Jedburgh –, fort différent aussi de ce qui se mettra en place dans le Finistère – où les Jedburgh agissent seuls, hors de toute présence SAS.

Carte 2. – La prépondérance de Frederick dans les Côtes-du-Nord début juillet 1944.

  • 14 Le sergeant Kehoe raconte, dans l’article mentionné supra, les conditions dans lesquelles il enter (...)

11Cette collaboration entre SAS et Jedburgh dans les Côtes-du-Nord tient au fait que les seconds sont alors les seuls à détenir un poste radio. Ici, c’est à compter du 17 juin que débute l’action de Frederick, lorsque le sergeant Kehoe, radio de l’équipe, récupère l’un des deux postes Jed-Set dissimulés dans la forêt de Duault lors de l’attaque allemande du 1214. Les émissions vers Londres peuvent donc reprendre dès le 18 juin depuis un maquis établi à Peumerit-Quintin. Le contact est aussi renoué avec les principaux responsables FFI, FTP et Front national du département. À cette date, Frederick constitue donc le seul lien radio entre le département et la Grande-Bretagne, le seul moyen de poursuivre l’armement des Résistants à peine engagé à Samwest.

  • 15 Ainsi que le rappelle Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton…, op. ci (...)
  • 16 Outre le livre de Jean Dathanat, Français… ? Peut-être. Histoire d’une maquis breton, Saint-Brieuc (...)
  • 17 C’est ce qu’affirme le capitaine SAS Leblond dans un rapport rédigé mi-juillet 1944 à son retour e (...)

12Pourtant, l’action de l’équipe Jedburgh reste inégale. Certes – et cela n’est pas sans conséquences pour la suite –, elle réussit à faire accepter, non sans difficultés, le chef état-major FFI départemental, Marceau, par les différentes tendances de la Résistance, AS et FTP en tête15. Certes, deux parachutages sont organisés avant la mi-juillet, les armes reçues permettant la mise sur pied d’un maquis à Coat-Mallouen, commandé par le sergent SAS Robert, promu pour la circonstance au grade de sous-lieutenant. Les différents témoignages publiés sur ce maquis en font d’ailleurs une sorte de bras armé de Frederick16, sans doute plus fiable à bien des égards aux yeux des Jedburgh que les incontournables et particulièrement actifs FTP des environs, jusque-là localement privilégiés par les SAS17. Ici, les Jedburgh, sans concurrence, ont non seulement poursuivi la mission qui leur avait été initialement confiée mais ont aussi inversé les rôles : ce sont les SAS, certes peu nombreux, qui agissent à leur profit, et non l’inverse.

  • 18 Sur l’action de Deplante autour de Pontivy, voir Yann Lagadec, « SAS et Jedburgh autour de Pontivy (...)
  • 19 Rapport du major Cary-Elwess, 25 juillet 1944, cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. c (...)
  • 20 Ainsi du 2e BR4/4e FFI des Côtes-du-Nord, le bataillon de Loudéac ; sur cette unité, voir Yann Lag (...)

13Mais ces résultats apparaissent comme assez médiocres au regard de l’action menée par le capitaine SAS Deplante, en charge de la base SAS Grog, dans l’Ouest du Morbihan, qui obtient une demi-douzaine de parachutages au cours de la même période, sans même parler de ceux prévus pour les deux dernières semaines de juillet18. Le major britannique Cary-Elwess, qui peut comparer les deux organisations à quelques jours d’intervalles, note mi-juillet que « malheureusement, le département des Côtes-du-Nord est presque totalement dépourvu de l’encadrement des parachutistes » dont il a pu mesurer l’efficacité dans le Morbihan19. De manière significative d’ailleurs, certains Résistants de l’Est et du Sud des Côtes-du-Nord se tournent vers Grog plutôt que vers Frederick pour obtenir des armes20.

14L’effort limité d’armement entrepris par Frederick se trouve qui plus est fortement entravé suite à l’attaque, le 9 juillet, de la ferme où l’état-major FFI départemental s’était installé, vraisemblablement localisée dans un premier temps par les unités goniométriques allemandes mais aussi, dans un second temps, par la présence de l’antenne du poste émetteur. Au cours de la retraite, le matériel radio doit être abandonné sur place, seuls les cristaux pouvant être sauvés.

15Muette, l’équipe doit se reposer sur les possibilités offertes par la reconstitution d’une station radio SAS dans les Côtes-du-Nord, Pierre 4.

Pierre 4 et la mission Wash : l’organisation de l’armement des Côtes-du-Nord par les SAS

  • 21 Dans un rapport en date de la fin du mois de juillet 1944, Smith rend compte des divergences de vu (...)
  • 22 « Smith leaving today with resistance leaders and radio Pierre 4 to organise arming Côtes-du-Nord (...)

16La mission Wash échoit au Squadron Leader Smith, officier de liaison de la SAS Brigade auprès du 4 SAS à compter de fin juin 1944. Parachuté sur Samwest le 9 juin, il a réussi à rejoindre Deplante à Grog quelques jours après la bataille de Duault21. C’est là, en concertation avec le capitaine SAS, qu’il décide de prendre en charge l’armement des Côtes-du-Nord et en informe Londres le 28 juin (carte no 3)22.

  • 23 Dans son rapport en date du 15 juillet 1944, le capitaine Leblond note que « dans les Côtes-du-Nor (...)
  • 24 On trouvera plus de détails dans Yann Lagadec, Un canton dans la tourmente…, op. cit., p. 84-120.
  • 25 Cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 129.

17Cette mission vise en fait à étendre au département l’œuvre engagée par Grog dans le Morbihan : il bénéficie pour ce faire d’un poste radio, Pierre 4, mis en œuvre par Renaud et Lecudenec, les opérateurs parachutés avec Botella le 6 juin à Samwest qui ont depuis rejoint Deplante. Dès le 30 juin, Smith établit le contact avec les responsables FTP des Côtes-du-Nord et l’organisation de trois parachutages à Plévin, Sainte-Tréphine et Saint-Martin-des-Prés est projetée : une rencontre avec Frederick le 3 juillet en fixe les modalités. Pierre 4 ne s’arrête pas là : le même jour, un responsable FTP d’Ille-et-Vilaine lui demande des parachutages à Bain-de-Bretagne, au Sel-de-Bretagne et à Segré – ce qui, une nouvelle fois, vient confirmer le rôle essentiel de la radio –, alors que Smith et sa petite équipe s’apprêtent à gagner l’Est des Côtes-du-Nord pour organiser un parachutage au Gouray. Ainsi, avant même que les Jedburgh de Frederick aient dû suspendre leur activité suite à la perte de leur appareil radio, une nouvelle répartition – concertée – des tâches semble s’être dessinée dans le département : aux Jedburgh l’organisation militaire – et l’unification politique – de la Résistance, son commandement aussi, de manière indirecte au moins23 ; aux SAS de Wash – et pour une part de Grog – son armement. À compter du 18 juillet, Smith, avant de regagner l’Angleterre grâce au réseau d’évasion Shelburne depuis la plage Bonaparte, confie sa radio et la poursuite de la mission Wash au capitaine SAS de Mauduit, installé entre Mûr-de-Bretagne et Corlay24. Après quelques semaines passées au sud-est de Loudéac, le capitaine SAS, Créau et Violland, bientôt rejoints par les radios Lecudenec et Renaud dans la région de Corlay à compter de mi-juillet, peuvent prendre en charge l’armement et l’encadrement des unités du secteur. D’ailleurs, dans son rapport du 25 juillet, le major britannique Cary-Elwess, regrettant que des secteurs d’opérations n’aient toujours pas été définis dans le département vers le 12-16 du mois, au moment de son passage à Gouarec puis Coat-Mallouen, dit avoir « ordonné au capitaine de Mauduit d’y organiser la Résistance selon les mêmes règles que dans le Morbihan25 ».

Carte 3. – Le rééquilibrage SAS/Jedburgh fin juillet 1944.

18Au total, malgré les attaques répétées de l’ennemi et des effectifs moindres que dans le Morbihan, Jedburgh et SAS ont réussi, dans une large zone de l’Ouest des Côtes-du-Nord, à mettre sur pied une organisation qui, à défaut d’être optimale, permit d’armer sans trop de heurts la Résistance et de lui donner un semblant d’unité. La présence de deux postes radio dans le secteur – celui de Frederick tout d’abord, celui de Wash ensuite – explique ce succès relatif. En revanche, dans l’Est du département, la situation se révèle bien plus complexe.

SAS et Jedburgh : des tensions dans l’est du département (juillet 1944)

19La partie orientale des Côtes-du-Nord a été largement délaissée par le travail d’armement et d’encadrement des SAS : ceux-ci ont privilégié, nous l’avons vu, des zones qu’ils connaissent déjà, dans lesquelles ils ont déjà des contacts, Morbihan et moitié occidentale des Côtes-du-Nord. La présence des SAS à l’est d’une ligne Saint-Brieuc-Loudéac se limite d’ailleurs à quelques rescapés de Dingson ou de Samwest, à des anciens des Cooney Parties pour l’essentiel, à l’instar des lieutenants Viaud, Fernandez, Legrand, Appriou ou Fauquet et de leurs hommes dans le quadrilatère Lamballe-Loudéac-Merdrignac-Dinan. Aucun ne dispose cependant de poste radio émetteur : c’est donc par l’intermédiaire d’agents de liaison dépêchés auprès de Déplante que, par exemple, Fauquet réussit à obtenir quelques armes lors d’un parachutage près de Moncontour, avant que Smith se déplace dans cette zone vers le 7 juillet.

20Cette situation conduit l’EM-FFI à confier ce secteur à une nouvelle équipe Jedburgh.

Felix et la montée en puissance de la Résistance dans l’est du département

  • 26 Nous renvoyons aux rapports de ces équipes (Arch. nat., 72 J 83) et, pour les équipes Guy et Gavin (...)

21Felix est parachuté dans la nuit du 8 au 9 juillet 1944 près de Jugon avec 12 containers et… deux bicyclettes, destinées aux indispensables agents de liaison. Cette équipe est composée du capitaine français Kernevel, du capitaine Marchant et du sergent radio Colvin, tous deux britanniques. Leur parachutage intervient à un moment où l’EM-FFI et le SFHQ décident de reprendre l’initiative en Bretagne, alors que se précisent pour une part les objectifs des semaines suivantes : entre le 8 et le 18 juillet, pas moins de neuf nouvelles équipes Jedburgh sont parachutées en Bretagne ; outre Felix dans les Côtes-du-Nord, ce sont Gerald dans le Morbihan, Guy et Gavin en Ille-et-Vilaine, et surtout Giles, Francis, Gilbert, Hilary et Horace dans le Finistère26.

  • 27 Ordre d’opérations et rapport cités par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 126-127 (...)
  • 28 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France Libre…, op. cit., p. 1257-1259.
  • 29 Dans sa thèse, Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton…, op. cit., p.  (...)
  • 30 Sur ce point, outre le rapport de Felix (Arch. nat., 72 J 83), se reporter à l’analyse de François(...)

22Trois éléments expliquent sans doute un tel déploiement à cette date. Il s’agit tout d’abord du maintien de projets de débarquement secondaire sur les côtes bretonnes, évoqués explicitement dans l’ordre d’opérations no 24 de la SAS Brigade en date du 22 juin, implicitement dans un rapport de Mc-Leod en date du 6 juillet, à nouveau semble-t-il dans les ordres donnés à Felix au même moment, débarquement concernant tout autant la côte sud dans le cadre du plan Chastity que la côte nord, aux environs de Saint-Malo27 : l’on voit alors toute l’importance du rôle que peuvent jouer de nouvelles équipes Jedburgh dans l’est des Côtes-du-Nord. Le deuxième élément à prendre en compte est la montée en puissance de l’EM-FFI de Kœnig, formé officiellement début mai, mais qui ne devient véritablement opérationnel que dans les premiers jours de juillet28 : cette nouvelle vague de parachutages est pour lui l’occasion de marquer l’emprise du GPRF dans le processus de libération du territoire national alors en cours. Troisième élément à prendre en compte sans doute : la crainte du SFHQ, face à la place prise de facto par les SAS en Bretagne, et plus particulièrement dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord, de voir se diluer ses moyens de contrôler directement la Résistance intérieure française. Le parachutage de nouvelles équipes Jedburgh, officiellement sous contrôle de l’EM-FFI, est pour une large part le moyen du SFHQ de réaffirmer le rôle des services dont il est issu – SOE et OSS – dans les opérations en cours. L’action de Felix dans l’est des Côtes-du-Nord s’inscrit pleinement dans cette logique29. Accueillis par les responsables FFI du secteur, les Jedburgh se mettent au travail sans tarder. La liaison radio est rapidement établie avec Londres et, en quelques jours, cinq zones d’armement sont constituées30. Sept parachutages sont organisés avec succès : 67 avions droppent leur précieuse cargaison entre le 10 juillet et les premiers jours d’août.

23L’ampleur de la tâche accomplie – on estime que ces opérations permettent d’armer 3 100 des 6 200 Résistants du secteur – est donc importante. Elle ne doit pas cacher les réelles difficultés rencontrées par Felix, notamment en raison des tensions existant sur le terrain entre Jedburgh, SAS et parfois Résistants.

La difficile « déconfliction » entre Jedburgh et SAS

24Par « déconfliction », l’on entend le processus visant à éviter les interférences des actions respectives des unités engagées dans un même secteur. Si le terme est très actuel, la réalité des interférences entre Jedburgh et SAS ressort des comptes-rendus des uns et des autres à l’été 1944. En effet, si Frederick et Smith ou de Mauduit ont réussi à définir un modus vivendi à l’ouest du département en raison de leur arrivée simultanée sur le terrain, les tensions se développent dans le secteur de Jugon/Moncontour, Felix tentant d’imposer son autorité sur un secteur travaillé depuis des semaines par le lieutenant Fauquet et quelques autres officiers SAS.

  • 31 Voir Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 76-77.
  • 32 Ibid., p. 98.
  • 33 Ibid., p. 127.

25Des questions de personnalité expliquent peut-être une partie de ces problèmes. Mais ils sont pour une part aussi antérieurs au débarquement, comme le laissent entendre des messages échangés entre Bourgoin et McLeod entre le 30 mai et le 3 juin 1944 au sujet de certains Jedburgh ou de la subordination des uns aux autres une fois sur le terrain31. Les choses se compliquent encore courant juin, lorsque la mission des SAS se transforme au regard de la situation rencontrée sur le terrain breton : l’ordre d’opérations no 21 de la SAS Brigade stipule ainsi, dès le 10 juin, que « le 21e Groupe d’armées a décidé que dès que possible tout sera fait pour susciter une révolte à grande échelle en Bretagne » ; dans ces conditions, on demande aux hommes de Bourgoin, dans les Côtes-du-Nord comme ailleurs, « parallèlement à [leur] action militaire », de faire « désormais tout [leur possible] pour cristalliser la Résistance et pour l’organiser de telle façon qu’elle puisse être utilisée pour l’accomplissement des plans du commandant en chef32 ». Et le 22 juin, une annexe à l’ordre d’opérations no 24, signé du même McLeod, confirme à Bourgoin que la « mission principale de coupure des communications entre l’ouest de la Bretagne et le reste de la France peut être maintenant considérée comme terminée. Votre mission principale est maintenant d’organiser et d’équiper les maquis pour d’importantes opérations qui peuvent avoir lieu à une date ultérieure33 ».

  • 34 Il conviendrait d’ailleurs de nuancer sur ce point la vision de la situation dans le Sud-Ouest du (...)
  • 35 Arch. nat., 72 AJ 83, rapport de l’équipe Felix. Notons cependant qu’un message de l’EM-FFI, signé (...)

26Les hommes de Felix se plaignent dans un premier temps de l’absence de contact entre Jedburgh et SAS, du seul fait de ces derniers avancent-ils, malgré plusieurs tentatives de leur part pour établir des liaisons avec Wash, Grog ou leur représentant sur place, Fauquet. Ils reprochent surtout – et paradoxalement peut-être – le climat d’insécurité créé par la multiplication des actions de guérilla : en effet, les coups de mains, embuscades, sabotages menés par les SAS dans le secteur situé au Sud-Ouest de Dinan, conduisent les Allemands à renforcer leur présence et leur surveillance, compliquant ainsi d’autant les opérations d’armement chapeautées par les Jedburgh34. Le rapport de Felix se conclut d’ailleurs sur l’impossibilité qu’il y a, selon les membres de l’équipe, à maintenir dans une même zone deux types de forces spéciales et d’organisations parallèles, concurrents plus que complémentaires : « il est essentiel qu’une unité dont le travail est le sabotage et la guérilla reste sous les ordres d’une équipe Jedburgh dont le travail est l’armement et l’organisation », et non l’inverse35. Les Jedburgh insistent tout particulièrement sur le fait – incontestable mais inévitable à cette date – que la plupart des SAS œuvrent alors en petits groupes, le plus souvent isolés les uns des autres, se référant à des ordres obsolètes faute de la moindre liaison radio avec Londres, en refusant de plus récents car transmis par des Jedburgh.

  • 36 Rapport du Squadron Leader Smith, 25 juillet 1944, cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, o (...)
  • 37 Compte-rendu du Squadron Leader Smith, s. d., cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. ci (...)

27Le Squadron Leader Smith donne, dans son propre rapport, une autre version des relations de Felix avec les SAS. S’il regrette tout particulièrement le fait que l’équipe Jedburgh ait contacté « un chef local de la Résistance, rival de celui avec lequel [il] travaillait », notant que « les ordres qu’elle avait reçus étaient très différents » de ceux des SAS, il convient, suite à une entrevue du 13 juillet, du caractère « des plus raisonnables » du chef de Felix36. Un compromis est finalement trouvé, avec un objectif : « ne pas provoquer la confusion chez les Français ». Et de conclure qu’il « est important d’éviter les différences entre la politique, les procédures etc. appliquées par les Jedburgh et nous », reconnaissant implicitement l’ampleur du problème37.

28On le comprend : si l’insurrection souhaitée par les Alliés se prépare finalement peu à peu, la chose ne se fait pas sans difficultés. D’autant que l’envoi de nouvelles équipes de forces spéciales dans les premiers jours du mois d’août dans les Côtes-du-Nord vient encore accroître la confusion relative régnant en Bretagne en général, dans le département en particulier.

Aloes et nouveaux Jedburgh : des missions pour rien ?

  • 38 Arch. nat., 3 AG/2 461, ordre d’opération no 14 de l’EM-FFI, 3 juillet 1944.

29Alors que le 13 juin, le lieutenant-général Bedell-Smith, chef d’état-major d’Eisenhower au sein du SHAEF, avait notifié à Kœnig que la Bretagne constituait dans les plans alliés « a first priority area », une zone de première importance, l’EM-FFI avait décidé du lancement d’un plan spécifique en vue de la libération de la région : adopté le 4 juillet, il prévoit notamment l’établissement d’un commandement propre aux FFI de Bretagne, constitué en Grande-Bretagne mais devant être parachuté derrière les lignes ennemies « à partir du 1er août », une fois enfoncé le front allemand en Normandie38. Commandé par le colonel Eon, cet état-major devient la mission interalliée Aloès.

  • 39 Arch. nat., 3 AG/2 461. Lors de la réunion ayant abouti à cette décision, il est aussi décidé par (...)

30Au regard de l’évolution de la situation tactique, l’ordre de mission no 27 de l’EM-FFI en date du 3 août stipule que « la mission Aloès va se rendre en Bretagne pour contrôler la Résistance dans cette région39 ». Dans le même temps, trois nouvelles équipes Jedburgh sont larguées en Bretagne : Douglas dans le Morbihan, Ronald dans le Finistère et Daniel dans les Côtes-du-Nord.

Daniel, un coup pour rien

  • 40 Arch. nat., 3 AG/2 461, SFHQ Signal operation order no 20, 1er août 1944. L’équipe Anthony sera fi (...)

31Le 1er août, l’EM-FFI commence à travailler avec précision sur la demande faite par Frederick et Felix de l’envoi d’une équipe supplémentaire dans le département afin de prendre en charge la zone intermédiaire entre les deux équipes correspondant à la partie centrale des Côtes-du-Nord. La Jedburgh team alors désignée, Anthony, n’est finalement pas parachutée, sans doute en raison de la rapidité de l’avancée des colonnes blindées américaines du VIIIth US Army Corps40 : Loudéac est atteint le 3 août dans l’après-midi, Rostrenen le 4, après 24 heures de tergiversations et de contre-ordres quant aux objectifs à atteindre en priorité, Brest ou Dinan.

  • 41 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 68 J 8, rapport de l’équipe Jedburgh Daniel.

32Pourtant, l’équipe Daniel est larguée dans la nuit du 4 au 5 août, dans le sud des Côtes-du-Nord, à un endroit qui n’a pu être déterminé avec précision : tout juste sait-on que ce fut à une douzaine de kilomètres de l’endroit prévu, correspondant à la DZ attribuée à Aloès, près de Kérien. Le rapport de cette équipe est des plus brefs : il décrit une arrivée sans « comité de réception », l’accueil improvisé par une centaine de jeunes gens désarmés, ayant allumé des feux de marquage du terrain en entendant le bruit de l’avion et espérant ainsi récupérer des armes41.

  • 42 La lecture du compte-rendu de Douglas, parachutée dans le Morbihan au même moment, laisse paraître (...)

33Rapidement, le capitaine britannique Bennett, le capitaine français Pierre de Schonen et le sergent radio britannique Brierley parviennent à rejoindre Kérien et Aloès. Là, les trois hommes découvrent rapidement que la mission qui devait être la leur – assurer la liaison avec l’état-major FFI départemental – n’a plus lieu d’être, cette liaison étant de facto établie par les membres d’Aloès qui entrent à Saint-Brieuc en même temps que le colonel Marceau, commandant les FFI des Côtes-du-Nord, et que le capitaine Aguirrec, de l’équipe Frederick42.

  • 43 Daniel change de nom de code de retour en Grande-Bretagne, le patronyme étant attribué à une équip (...)

34Dans ces conditions, c’est presque avec soulagement que les membres de Daniel regagnent la Grande-Bretagne dès le 11 août, moins d’une semaine après leur parachutage : sans doute s’agit-il de l’une des plus courtes – si ce n’est la plus courte – des opérations Jedburgh de l’été 194443. Le rapport que Bennett et de Schonen rédigent à leur retour est des plus intéressants : ils pointent les limites – nombreuses et rarement présentées – de la mission Aloès.

Aloès, ou la difficile coordination des forces spéciales et de la Résistance intérieure

35Le parachutage d’Aloès intervient lui aussi dans la nuit du 4 au 5 août. Si les ordres initiaux hésitaient entre un largage dans le nord du Morbihan – implicitement la zone de Grog – ou le sud des Côtes-du-Nord sous la responsabilité explicite de Frederick, c’est finalement cette seconde solution qui est choisie. Je n’insisterai pas ici sur le déroulement de la mission Aloès : la chose a été largement décrite, la plupart des auteurs s’appuyant sur le rapport rédigé par le colonel Eon lui-même après les opérations. Plus importante me semble l’analyse que l’on peut faire de cette mission au regard de ce que nous disent d’autres sources, à commencer par celles n’émanant pas directement des membres d’Aloès. De ce point de vue, il me semble possible, au moins pour les Côtes-du-Nord, le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine, de conclure à un bilan pour le moins mitigé de cette opération.

36La mission Aloès est tout d’abord, assez largement, un échec opérationnel. Elle intervient en effet trop tard, alors que les forces blindées américaines ont déjà libéré l’ensemble du département d’Ille-et-Vilaine – pays malouin mis à part –, qu’elles ont dépassé Carhaix en passant par le Sud des Côtes-du-Nord, qu’elles s’apprêtent à rentrer dans Saint-Brieuc, qu’elles ont pris Vannes et débutent les opérations d’encerclement de Lorient. Il ne reste donc plus grand-chose à coordonner alors, si ce n’est la chasse aux éléments allemands isolés retraitant vers les poches en cours de constitution et la réduction de ces poches. Or, au moins dans les Côtes-du-Nord, le rôle d’Aloès est réduit en ce domaine : Felix prend directement en charge l’action autour du cap Fréhel, Frederick et le capitaine SAS de Mauduit – dont le château est à Plourivo – celle contre Paimpol, assurant la liaison entre FFI et troupes américaines.

  • 44 Les nouvelles instructions transmises par radio à Bourgoin le 2 août n’y changent rien. L’ordre no(...)
  • 45 Par ailleurs, nous l’avons déjà dit, le capitaine Jedburgh joue un rôle essentiel dans le rétablis (...)
  • 46 « Eon, whom I met only briefly, fitted all too well the common image of the senior French officer (...)

37Les messages d’Aloès à Kœnig confirment assez largement cet état de fait, laissant apparaître que ceux qui auraient dû assurer le commandement des quelque 30 000 FFI de Bretagne ne jouent qu’exceptionnellement ce rôle, notamment dans les premières semaines d’août. Plusieurs raisons l’expliquent, à commencer par les difficultés de liaison – radio notamment –, y compris avec les équipes Jedburgh parachutées spécialement à cet effet début août, qu’il s’agisse de Ronald dans le Finistère ou de Douglas dans le Morbihan, Daniel devenant inutile dans cette fonction pour les Côtes-du-Nord, nous l’avons vu. À cela s’ajoute – seconde raison – le fait qu’Aloès peine à imposer son autorité, tant sur les Résistants que sur les forces spéciales alliées présentes en Bretagne, et notamment les SAS. La chose est très nette dans le Morbihan, où les FFI ont pris l’habitude de travailler avec Bourgoin et maintiennent toute leur confiance aux SAS44. La chose est nette aussi dans les Côtes-du-Nord, où ce sont les Jedburgh déjà présents, et notamment Frederick, qui jouent le rôle essentiel : la fonction – centrale – de chef du 3e bureau de l’état-major FFI du département revient ainsi au capitaine Aguirrec45. Sans doute la chose tient-elle, pour une part, au caractère d’Eon, décrit assez négativement par plusieurs témoins, notamment par le sergeant Kehoe, le radio de cette équipe Jedburgh46.

  • 47 La chose est avancée par Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France libre…, op. cit., p. 1283, mais pa (...)
  • 48 C’est aussi au sein de cette Brittany War Room que l’action à venir des FFI bretons et des troupes (...)
  • 49 Cité par Anne-Aurore Inquimbert, Les équipes Jedburgh…, op. cit., p. 104.

38L’éventuelle réussite de la mission Aloès se situe donc plutôt sur un terrain non-militaire, essentiellement politique. Si, contrairement à ce que disent certaines sources, Eon et Passy ne semblent pas avoir joué de rôle précis dans l’installation du nouveau préfet des Côtes-du-Nord47, Aloès contribue en revanche à asseoir l’influence des autorités représentant le GPRF en Bretagne face aux troupes américaines. C’est depuis la Brittany War Room, constituée sous le commandement d’Eon le 1er août en Grande-Bretagne, qu’est lancé le 2 août l’ordre d’insurrection à la Résistance bretonne48. Comme le précise le général Kœnig dans un message du 9 août à de Gaulle, la chose est d’ailleurs diversement appréciée par les Alliés : si le SHAEF « réalise chaque jour davantage la valeur de l’aide des FFI dans l’affaire de Bretagne », « toutefois annonce par Gouvernement provisoire soulèvement général en Bretagne sans consultation préalable SHAEF soulève certaine émotion que suis en train d’apaiser49 ». C’est en reprenant à son compte les plans – alliés – du SFHQ et en établissant un contrôle émanant très largement du GPRF sur la Résistance intérieure bretonne qu’Aloès a réussi sans doute une part de la mission qui lui avait été confiée, quand bien même son contrôle sur la Résistance bretonne fut souvent bien plus théorique que réel.

*

39Du 6 juin à la mi-août 1944, c’est, me semble-t-il, autour des postes radio et des liaisons qu’ils offrent avec la Grande-Bretagne que se joue l’avenir de la Résistance des Côtes-du-Nord et l’importance de son action dans les combats de la libération du département. La particularité tient ici à l’équilibre presque parfait, cependant « subi » plus que souhaité et planifié, des postes SAS et Jedburgh dans cette tâche, Grog et Wash complétant ou suppléant, selon les moments, l’œuvre de Frederick et de Felix.

40Ressort surtout nettement de l’analyse de l’action des forces spéciales alliées – et notamment de celles de la France Libre – au cours de ces quelques semaines l’importance des conflits entre structures de commandement parallèles : le SHAEF et son émanation le SFHQ, dont les objectifs stratégiques ne sont pas forcément ceux, plus politiques, du GPRF et de l’EM-FFI ; les SAS, dépendant de l’Airborne Corps, lui-même rattaché au SHAEF, mais selon des modalités autres que celles des Jedburgh relevant eux du SFHQ puis, de droit plus que fait sans doute, de l’EM-FFI, la mission interalliée Aloès apparaissant comme plus largement subordonnée à l’EM-FFI qu’au SFHQ. Ces divisions concernent d’ailleurs aussi les membres des forces spéciales de la France Libre eux-mêmes : les SAS français s’opposent régulièrement, dans les Côtes-du-Nord comme dans le Morbihan, aux Jedburgh dépendant du BCRA.

41La situation est encore compliquée par les dissensions internes à la Résistance des Côtes-du-Nord, des dissensions politiques souvent, entre FTP et AS, mais aussi au sein des FTP, des dissensions politiques recoupant souvent aussi des conceptions stratégiques différentes. Les choix des membres des forces spéciales, SAS et Jedburgh, à leur sujet sont parfois contradictoires : Frederick promeut un maquis AS – celui de Coat-Mallouen – tout en s’appuyant sur un FTP confirmé à la tête de l’état-major FFI départemental, alors que Felix affirme des choix contraires ; quant au SAS Leblond, il dit sa préférence pour les FTP, plus directement engagés dans la lutte contre l’occupant.

42Toutes ces raisons font des Côtes-du-Nord un observatoire idéal d’une bonne part des enjeux ayant cours à l’été 1944, au moment de la libération du territoire national.

Notes

1 Ce travail doit beaucoup aux réflexions communes partagées sur cette thématique avec François Gourrier. Qu’il trouve ici l’expression de ma profonde gratitude. Il me faut aussi remercier Christian Bougeard, Erwan Le Gall, Fabien Lostec, David Portier et Olivier Porteau, qui, à un moment ou à un autre de la préparation de cette contribution, ont bien voulu m’apporter leur aide.

2 Jean-François Muracciole, Les Français libres. L’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 21. Plus loin, il note « les immenses zones d’ombres de l’histoire de la France libre », le bilan « assez mince » de l’historiographie, insistant sur le fait que « dans le domaine militaire, le bilan est encore plus mince ».

3 La chose est particulièrement nette dans le cas des ouvrages de Will Irwin, Lt.-Col., The Jedburghs. The Secret History of the Allied Special Forces, France 1944, New York, Public Affairs, 2005 et Colin Beavan, Operation Jedburgh. D-Day and America First Shadow War, New York, Viking, 2006. Notons aussi la publication de Dominique Soulier, Le plan Sussex. Opération ultra-secrète américano-francobritannique, 1943-1944, Strasbourg/Paris, Hirlé, 2009.

4 Citons, par exemple, la somme incontournable de David Portier, Les parachutistes SAS de la France Libre, 1940-1945, Paris, Nimrod, 2010, qui s’appuie sur les témoignages de la quasi-totalité des SAS encore vivants dans les années 1990-2000. La thèse de Fanny Pascual, La brigade du Special Air Service pendant la Seconde Guerre mondiale. Institutions, individus et mythes, thèse d’Histoire, université de Montpellier III, 2007, est de ce point de vue plus décevante. Si l’apport de l’approche prosopographique est indéniable, l’analyse de l’action des SAS reste par trop sommaire et classique.

5 Ainsi, pour en rester aux seules publications en langue française, des ouvrages récents d’Anne-Aurore Inquimbert, Les équipes Jedburgh (juin 1944-décembre 1944). Le rôle des services spéciaux alliés dans le contrôle de la Résistance intérieure française, Paris, SHD/Lavauzelle, 2006 et de Paul Gaujac, Les forces spéciales de la Libération, Paris, Histoire et Collections, 1999.

6 Sur ce point, voir coll., Les réseaux action de la France combattante, Paris, Amicale des réseaux action de la France combattante, 1986. Centrée sur la seule période de la Libération, juin-août 1944, et sur les seules forces spéciales, cette contribution ne dira rien des autres transmetteurs de la France Libre : je pense notamment à Hervé Montjarret, originaire de Plouha, à une vingtaine de kilomètres de Saint-Brieuc, radio de Jean Moulin, mais aussi, de manière plus générale, aux transmetteurs agissant au profit du SOE ou du BCRA. Sur le premier, je renvoie à Hervé Montjarret, « Parachuté avec Jean Moulin », 39/45 Magazine, no 88, oct. 1993, p. 6-15.

7 Sur ce point, se reporter à François Gourrier, Forces spéciales et transmissions. L’exemple de la Libération de la Bretagne, mémoire de maîtrise (dir. Yann Lagadec), université Rennes 2/Haute-Bretagne, 2001, François Gourrier et Yann Lagadec, « Le rôle des transmissions dans la redéfinition des missions des forces spéciales : l’exemple de la libération de la Bretagne (juin-août 1944) », Renseignement et opérations spéciales, no 10, mars 2002, p. 27-54 et Yann Lagadec, « Actions spéciales et transmissions : sur les opérations de l’été 1944 en France », Revue historique des Armées, 2008, p. 112-121.

8 Ces aspects sont présentés dans Yann Lagadec, « Actions spéciales et transmissions… », art. cit., et Yann Lagadec, « SAS et Jedburgh autour de Pontivy : le rôle des forces spéciales alliées dans l’armement de la Résistance du Morbihan à l’été 1944 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2010, p. 205-226.

9 Privilégiant de ce fait les sources émanant des forces spéciales, cette étude ne vise en aucun cas à prendre en compte l’ensemble du processus résistant dans les Côtes-du-Nord, au cœur des travaux de Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton : les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, thèse de doctorat d’État, université de Rennes 2, 1986. Elle présentera pour l’essentiel la vision et les représentations qui sont celles de militaires formés en Grande-Bretagne, pour certains étrangers, qui ignorent tout de la situation locale de la Résistance quand ils arrivent sur le terrain.

10 Sur ce point, je renvoie aux pages éclairantes de Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France libre, Paris, Gallimard (2e éd.), 2001, p. 1138-1163.

11 L’ordre d’opération no 9 de la SAS Brigade en date du 21 mai 1944 stipule que les hommes du 4 SAS parachutés en Bretagne devront opérer « dans le but prioritaire d’empêcher tout mouvement [allemand] sur les lignes principales » vers la Normandie. Il s’agira ainsi de multiplier les « attaques de voies ferrées », « la coupure des télécommunications », de s’en prendre aussi à « des objectifs d’opportunité, tels que véhicules légers, sentinelles, etc. ». L’aide aux FFI/FTP n’est évoquée que pour « les partisans qui vous apporteraient une aide immédiate » : « l’équipement des principaux groupes de la Résistance sera assurée par les Forces spéciales [entendre le SFHQ et les Jedburgh] à partir de leurs propres approvisionnements et avec leurs propres avions » ; cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne. Les parachutistes du 2e RCP (4e SAS). France-Belgique (1943-1945), Paris, SHAT, 1997, p. 70-71.

12 L’équipe Frederick a laissé deux rapports, celui d’Aguirrec et celui de Wise ; Arch. nat., 72 AJ 83 et Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 68 J 8. L’on dispose par ailleurs du long récit de Robert R. Kehoe, « Jedburgh Team Frederick (1944) : An Allied Team With the French Resistance », Studies in Intelligence, hiver 1998-1999 ; cet article est disponible sur le site Internet de la CIA : [http://www.cia.gov/csi/studies].

13 Au-delà des symboliques – mais sans grande portée pratique – parachutages de l’hiver 1943-1944, le mois de juin 1944 voit un changement d’échelle dans le processus d’armement de la Résistance. L’essentiel des parachutages d’armes aura lieu cependant au cours du mois de juillet 1944 : 54 contre 10 seulement en juin à l’échelle du département (Christian Bougeard, La Résistance en Bretagne, Paris, Éd. Jean-Paul Gisserot, 1992, p. 103).

14 Le sergeant Kehoe raconte, dans l’article mentionné supra, les conditions dans lesquelles il enterra la première radio dans la forêt de Duault au moment de l’attaque, la seconde étant dissimulée quelques kilomètres plus loin lors du repli : la densité des patrouilles allemandes sur les routes des environs rendait déjà presque illusoires aux yeux des trois Jedburgh les chances d’échapper à une capture pour ne pas y ajouter des risques supplémentaires, liés notamment au poids de ces équipements.

15 Ainsi que le rappelle Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton…, op. cit., p. 1302-1311, si la nomination de Marceau-Le Hégarat, avec l’accord du CDL des Côtes-du-Nord, remonte à une réunion fin mai 1944 à Trémuson, certains chefs de l’AS, tel Branchoux, la conteste. Cette nomination constitue pourtant une solution de compromis : socialiste, l’instituteur Marceau vient du FN et ne prend que tardivement des responsabilités chez les FTP du département. En cela, il est un candidat acceptable par les responsables de l’AS qui ne veulent pas d’un FTP communiste. Mais, à l’inverse, l’état-major FTP, parallèle à celui des FFI, se méfie de lui non seulement pour ces raisons mais aussi parce qu’il est jugé rapidement trop proche des parachutistes, ce qui conduira à sa destitution le 3 août 1944. Seules les menaces du capitaine Aguirrec, de Frederick, permettent son retour en grâce. Cet épisode montre tout autant l’importance des luttes de pouvoir et des enjeux politiques au sein des milieux résistants au cours de cette période pendant laquelle se joue l’après-Libération que la place que les forces spéciales, à commencer par les Jedburgh, purent jouer – parfois – dans le règlement de ces tensions.

16 Outre le livre de Jean Dathanat, Français… ? Peut-être. Histoire d’une maquis breton, Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1984, 263 p., il convient de noter les articles du commandant Botella (« Les parachutistes en Bretagne ») et du lieutenant Robert (« Un parachutiste SAS dans les Côtes-du-Nord ») publiés dans le même volume, ainsi que Martine Carel, Le Maquis de Coat Mallouen dit de Plesidy, mémoire de maîtrise, université de Rennes 2, 1972.

17 C’est ce qu’affirme le capitaine SAS Leblond dans un rapport rédigé mi-juillet 1944 à son retour en Grande-Bretagne, justifiant sa décision « d’armer les FTP en premier lieu » par la qualité apparente de l’entraînement de ces maquisards. Cf. Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 135.

18 Sur l’action de Deplante autour de Pontivy, voir Yann Lagadec, « SAS et Jedburgh autour de Pontivy… », art. cit.

19 Rapport du major Cary-Elwess, 25 juillet 1944, cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 130. Plus haut dans son rapport, il regrette que « les groupes [des Côtes-du-Nord] ne sont pas encore placés sous un commandement centralisés […]. Les secteurs d’opérations n’ont pas encore été attribués ».

20 Ainsi du 2e BR4/4e FFI des Côtes-du-Nord, le bataillon de Loudéac ; sur cette unité, voir Yann Lagadec, Un canton dans la tourmente. Loudéac et les communes environnantes pendant la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945), Loudéac, Mémoire du pays de Loudéac, 1994, p. 73-126. C’est aussi Deplante qui détache quatre parachutistes SAS auprès de ce bataillon pour prendre en charge son instruction ; rapport du capitaine Deplante, août 1944, cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 168.

21 Dans un rapport en date de la fin du mois de juillet 1944, Smith rend compte des divergences de vues entre Frederick et lui au moment de l’évacuation de Samwest. Contre l’avis des Jedburgh, il décide de rejoindre Bourgoin. Il rencontre finalement Déplante le 19 juin au matin et passe plusieurs jours avec lui. Se reporter, sur ce point, à Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 172-179.

22 « Smith leaving today with resistance leaders and radio Pierre 4 to organise arming Côtes-du-Nord BNS – stop – Deplante remaining Morbihan with radio Pierre 5 – stop – Both anticipate need rapid radio facilities to and from the eleven BNS to coordinate convoy attacks – stop »; cité par Marie-Claire Chamming’s, J’ai choisi la tempête, Paris, France-Empire, 1985, p. 175-176.

23 Dans son rapport en date du 15 juillet 1944, le capitaine Leblond note que « dans les Côtes-du-Nord au contraire [du Morbihan], la politique semble être un élément de division entre les différentes forces de la Résistance […]. Frederick a fait de gros efforts pour unifier la Résistance » ; cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 143.

24 On trouvera plus de détails dans Yann Lagadec, Un canton dans la tourmente…, op. cit., p. 84-120.

25 Cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 129.

26 Nous renvoyons aux rapports de ces équipes (Arch. nat., 72 J 83) et, pour les équipes Guy et Gavin, à Yann Lagadec, « L’action des forces spéciales alliées en Ille-et-Vilaine : les équipes Jedburgh Guy et Gavin (juillet-août 1944) », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2003, p. 331-340.

27 Ordre d’opérations et rapport cités par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 126-127 et 148-149.

28 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France Libre…, op. cit., p. 1257-1259.

29 Dans sa thèse, Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton…, op. cit., p. 1395-1398 note « un certain retard dans cette zone organisée par l’AS à partir du début 1944 ». Il rappelle cependant qu’une « mission Jedburgh va prendre les choses en main et accélérer le processus de levée en masse », en liaison avec le chef du FN, François (Jean Devienne), et le chef du secteur nord-est des Côtes-du-Nord, Yves, avec donc le concours et l’appui des principaux chefs de la résistance FN-FTP. Les Jedburgh de Felix contribuent à régler les conflits avec certains chefs de maquis locaux, notamment le commandant Jean (Cocheril), FTP de la région de Jugon.

30 Sur ce point, outre le rapport de Felix (Arch. nat., 72 J 83), se reporter à l’analyse de François Gourrier, Forces spéciales et transmissions…, op. cit., p. 68-71.

31 Voir Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 76-77.

32 Ibid., p. 98.

33 Ibid., p. 127.

34 Il conviendrait d’ailleurs de nuancer sur ce point la vision de la situation dans le Sud-Ouest du département telle que présentée par Felix : coups de mains, embuscades, sabotages ne sont pas tous imputables aux seuls SAS dont les capacités à contrôler certains groupes de résistants – notamment FTP – ne sont guère plus affirmées dans cette zone que celles des Jedburgh.

35 Arch. nat., 72 AJ 83, rapport de l’équipe Felix. Notons cependant qu’un message de l’EM-FFI, signé du colonel Vernon, à la SAS Brigade en date du 21 juillet laisse entendre que Felix a tenté d’outrepasser les fonctions qui lui avaient été dévolues : le message rappelle notamment qu’il lui a été rappelé « à plusieurs occasions qu’elle est sous les ordres du commandant Bourgoin », des SAS donc ; Arch. nat., 3 AG/2 461.

36 Rapport du Squadron Leader Smith, 25 juillet 1944, cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 176.

37 Compte-rendu du Squadron Leader Smith, s. d., cité par Henri Corta et alii, Qui ose gagne…, op. cit., p. 179.

38 Arch. nat., 3 AG/2 461, ordre d’opération no 14 de l’EM-FFI, 3 juillet 1944.

39 Arch. nat., 3 AG/2 461. Lors de la réunion ayant abouti à cette décision, il est aussi décidé par l’EM-FFI de parachuter un Squadron SAS dans le Finistère, un autre en Loire-Inférieure, enfin un OG de l’OSS pour protéger le viaduc de Guimiliau, près de Morlaix.

40 Arch. nat., 3 AG/2 461, SFHQ Signal operation order no 20, 1er août 1944. L’équipe Anthony sera finalement parachutée le 15 août en Saône-et-Loire.

41 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 68 J 8, rapport de l’équipe Jedburgh Daniel.

42 La lecture du compte-rendu de Douglas, parachutée dans le Morbihan au même moment, laisse paraître la même frustration ; Arch. nat., 72 AJ 83, rapport de l’équipe Jedburgh Douglas.

43 Daniel change de nom de code de retour en Grande-Bretagne, le patronyme étant attribué à une équipe Jedburgh à dominante hollandaise parachutée dans son pays au moment de l’opération Market Garden, le 17 septembre 1944. Entre-temps, Bennett, de Schonen et Brierley avaient été largués derrière les lignes allemandes dans les Vosges, le 5 septembre, sous le nom de Gregory.

44 Les nouvelles instructions transmises par radio à Bourgoin le 2 août n’y changent rien. L’ordre no 36 de la SAS Brigade précise pourtant: « You continue to deal direct with me for supplies etc. but policy will be dictated by colonel Eono » ; Arch. nat., 3 AG/ 2 461.
Dans la partie de son rapport consacrée aux Enseignements de la campagne de Bretagne, Eon dénonce la pratique des « maquis centralisés […] impossible à cacher tels qu’ils avaient été conçus et réalisés par le bataillon parachutiste dans le Morbihan en mai et juin ». Ils « ont brûlé toute l’organisation, fait que tout travail est devenu par la suite très difficile dans ce département et qu’une partie importante des armes qui y avaient été parachutées est tombée entre les mains de l’ennemi ». Au contraire selon lui, « dans les deux autres départements, Côtes-du-Nord et Finistère, où les ordres donnés au début de juillet par le colonel Eon et transmis par les équipes Jedburgh concernant la dispersion des effectifs et la recherche obstinée du secret ont été scrupuleusement observés, un effet de surprise complet a pu être réalisé chez l’ennemi qui a cédé à la panique ». Il n’est pas sûr cependant que les résultats obtenus dans les Côtes-du-Nord soient dus aux consignes d’Eon ; Arch. nat., 3 AG/2 461.

45 Par ailleurs, nous l’avons déjà dit, le capitaine Jedburgh joue un rôle essentiel dans le rétablissement de Marceau dans ses fonctions début août 1944, après que celui-ci a été destitué par l’E.-M. régional des FTP (Christian Bougeard, Le choc de la guerre dans un département breton…, op. cit., p. 1309-1311).

46 « Eon, whom I met only briefly, fitted all too well the common image of the senior French officer – imperious and distant, hardly the kind of person to pull together the left-leaning maquis groups in Brittany »; Robert R. Kehoe, « Jedburgh Team Frederick (1944)… », art. cit.

47 La chose est avancée par Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France libre…, op. cit., p. 1283, mais passée sous silence par les sources. Sur l’installation des autorités de la Libération – préfet, CDL et municipalité de Saint-Brieuc –, voir l’article de Christian Bougeard, « Les Côtes-du-Nord », in Philippe Buton et Jean-Marie Guillon (dir.), Les pouvoirs en France à la Libération, Paris, Belin, 1994, p. 395-405.

48 C’est aussi au sein de cette Brittany War Room que l’action à venir des FFI bretons et des troupes de la 3rd US Army est coordonnée à l’occasion d’une réunion entre ses responsables et le chef du 3e bureau de l’état-major de Patton. L’on a vu cependant les difficultés de mise en œuvre des plans définis par Aloès une fois sur le terrain.

49 Cité par Anne-Aurore Inquimbert, Les équipes Jedburgh…, op. cit., p. 104.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Les missions des forces spéciales alliées dans les Côtes-du-Nord (juin-août 1944).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Carte 2. – La prépondérance de Frederick dans les Côtes-du-Nord début juillet 1944.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Carte 3. – Le rééquilibrage SAS/Jedburgh fin juillet 1944.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/125988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540