Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

L’action combinée du 2e régiment de chasseurs parachutistes et de la Résistance bretonne dans le dispositif stratégique de l’opération Overlord

Olivier Porteau

Texte intégral

1Si l’Histoire, dans ses représentations les plus diverses, qu’elles soient d’ordre culturelles, commémoratives ou scientifiques, façonne une image forte d’une Amérique victorieuse, elle a souvent passé sous silence, par méconnaissance, l’engagement des Forces françaises libres au sein de toutes les armes qui participent à la libération de l’Europe.

  • 1 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

2Les parachutistes du Special Air Service de la France Libre sont les premiers engagés en France dans le cadre de l’opération Overlord. Aéroportés en Bretagne dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, ils doivent, conformément à la stratégie d’ensemble, paralyser la progression du corps de bataille allemand vers les plages du Débarquement1.

Un nouvel instrument

  • 2 Officier du 601e groupement de l’infanterie de l’air, Bergé est admis à suivre les stages du centr (...)
  • 3 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

3Les prémices d’une nouvelle approche conceptuelle de la lutte subversive remontent au 22 juin 1940 lorsque le capitaine Bergé2 soumet au général de Gaulle l’idée d’une unité parachutiste spécifique dans le domaine opérationnel. L’intention du théoricien Georges Bergé est de développer une formation d’élite capable d’évoluer derrière les lignes ennemies et dont la vocation principale serait de détruire des objectifs d’une importance logistique capitale pour les Allemands. Séduit par l’originalité du projet, le général de Gaulle autorise, le 15 septembre 1940, par ordre général no 765, la création de la 1re compagnie d’infanterie de l’air (1re CIA)3.

  • 4 Ces volontaires sont des rescapés des plages de Dunkerque ou qui ont réussi à quitter la France pa (...)
  • 5 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

4Dès sa constitution, elle est rattachée aux Forces aériennes françaises libres placées sous le commandement du vice-amiral Muselier. Le 20 novembre, une trentaine de volontaires4 sont brevetés à la Training Parachute School, centre de formation parachutiste britannique, situé à Ringway en banlieue de Manchester. À la fin de l’année, l’arrivée de quelques nouvelles recrues permet de constituer une deuxième section sous les ordres du capitaine René Weill alias Georges. Les hommes de ce nouveau contingent sont brevetés à leur tour le 21 février 1941 à Ringway5.

  • 6 Savannah est la première opération aéroportée type SAS à être organisée en Europe occupée. Le grou (...)
  • 7 The National Archives AIR 20/8174 – operations: France and Low Countries CODE 55/2/3: Improvements (...)
  • 8 La mission Joséphine B se compose de l’adjudant Jean Forman, des sergents André Varnier et Raymond (...)
  • 9 The National Archives AIR 20/8937 – operations, France and Low Countries CODE 55/2/3: France; Spec (...)
  • 10 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

5Le 14 mars 1941, la mission Savannah6, composée d’un groupe de cinq hommes commandé par Bergé, est parachutée dans le Morbihan pour détruire un autobus allemand transportant des pilotes de la Luftwaffe de Vannes à l’aérodrome de Meucon. Si la mission échoue, elle permet néanmoins d’établir des contacts avec les premiers noyaux de résistance en cours de constitution dans le département7. Quelques semaines plus tard, dans la nuit du 7 au 8 juin précisément, un second groupe de parachutistes français8 sabote les installations électriques de la centrale de Pessac qui alimente la base sous-marine de Bordeaux9. La réussite de la mission Joséphine B laisse présager un avenir prometteur aux unités des forces spéciales10.

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

6Le 10 avril, la 1re compagnie d’infanterie de l’air passe sous le commandement de l’armée de terre de la France Libre. Au cours de cette nouvelle affectation la 1re CIA devient la 1re compagnie parachutiste (1re CP)11. L’unité comprend alors 9 officiers, 19 sous-officiers et 70 hommes du rang répartis en 3 sections. Afin d’optimiser l’efficacité de l’instruction et la polyvalence opérationnelle, la compagnie est fractionnée en deux groupes distincts et de formation spécifique. Le premier groupe, constitué d’éléments choisis en raison de leur aptitude à la lutte clandestine, est affecté à la branche « Renseignement ». Elle comprend une section placée sous la responsabilité du capitaine René Weill. Le deuxième groupe, composé d’éléments entraînés aux missions de sabotage en territoire occupé, se voit confier la branche « Action » et comprend 2 sections placées sous les ordres du capitaine Bergé12.

7Le 15 mai 1941, la 1re compagnie parachutiste s’installe à Exbury au château d’Inchmery dans le Sud de l’Angleterre. Au cours de ce transfert, elle est rétrocédée aux Forces aériennes françaises libres. L’instruction porte sur les exercices de sabotage, sur la familiarisation avec les armes employées par les armées belligérantes, sur la connaissance des différents types d’explosifs et leur application sur les objectifs à détruire.

  • 13 Ces 52 hommes sont considérés comme étant le noyau dur du Special Air Service de la France Libre. (...)
  • 14 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

8Au cours de l’été 1941, le général de Gaulle, souhaitant la présence des soldats de la France Libre sur les différents théâtres d’opérations, décide d’envoyer les parachutistes au Levant soutenir l’action de la 1re division française libre qui lutte contre les troupes vichystes du général Dentz en Syrie. Le 21 juillet 1941, le groupe « Action » du capitaine Bergé embarque à Glasgow à bord du paquebot britannique Cameronian. L’effectif du groupe en partance pour le Moyen-Orient est de 52 hommes13 : 3 officiers, 1 sous-officier, 9 caporaux et 39 parachutistes. Un tiers de l’effectif, soit la section de « Renseignement » du capitaine Weill, reste en Angleterre à la disposition des services du BCRA qui renforce sa structure par la création d’un Centre français de préparation d’agents (la station 36) destinés à être parachutés en France14. Le capitaine Weill doit également poursuivre le recrutement des candidats potentiels en les convaincant de venir rejoindre le corps parachutiste avec la promesse d’être les premiers engagés dans les opérations de la libération de l’Europe.

  • 15 Commandant en chef des Forces françaises libres au Moyen-Orient.
  • 16 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.
  • 17 Ibid.
  • 18 Service historique de l’armée 12P89, demande du général Koeing au commandant Bourgoin de proposer (...)

9Le 25 septembre 1941, par décision du général de Larminat15, la 1re compagnie de parachutistes est reversée à l’armée de terre sous la dénomination de peloton parachutiste du Levant (PPL)16. Ce changement d’autorité militaire est de courte durée, puisque le 15 octobre 1941, par décision, cette fois, du général de Gaulle, le peloton parachutiste du Levant est réintégré aux Forces françaises aériennes libres passées sous le commandement du général Valin. Sous l’appellation nouvelle de 1re compagnie de chasseurs parachutistes (1re CCP), l’unité reste en garnison à Damas et ne sera pas engagée au Levant17. La raison officielle évoquée est la cessation des combats en Syrie qui ont débouché sur les accords de Saint-Jean-d’Acre. En filigrane, il apparaît certain que ni le général de Gaulle, ni son entourage, ne savent comment « employer » les parachutistes dans un schéma tactique du style commando. Les différentes affectations et changements de dénominations de l’unité prouvent bien que les autorités militaires de la France Libre – et aussi britanniques – n’ont encore qu’une notion imprécise de l’utilisation des parachutistes des forces spéciales. Ce phénomène persiste jusqu’au déclenchement de l’opération Overlord. Quinze jours avant le Débarquement, l’état-major interallié n’a pas encore défini le rôle opérationnel, ni le lieu d’engagement de la brigade SAS18.

  • 19 Le major Stirling est le créateur du Special Air Service. Il lui faudra être patient pour imposer (...)
  • 20 The National Archives WO 201-2257, Desert Operations 1942.

10L’inactivité des parachutistes au Levant incite plusieurs d’entre eux à demander leur mutation dans une unité combattante. Pour enrayer ces départs, qui pourraient mettre en péril l’existence des parachutistes, le capitaine Bergé entame lui-même des négociations auprès des Britanniques. Ainsi, le 2 janvier 1942, la 1re CCP est autorisée, par le général de Gaulle, à rejoindre, à la base de Kabrit sur les bords du canal de Suez, les parachutistes du Special Air Service britannique du major David Stirling19 dont l’effectif est de 80 hommes, répartis entre le 1st et 2nd Squadron. Stirling tente d’imposer auprès du commandement britannique une nouvelle conception de combat basée exclusivement sur la rapidité d’exécution : « Frapper fort inopinément, frapper juste rapidement, disparaître une fois la mission réalisée. » La doctrine du Hit and Run conçue par Stirling permet d’intervenir sur les arrières des lignes ennemies afin d’opérer des destructions massives sur leurs bases aériennes et leurs voies de communication. L’apport numérique de la 1re CCP permet la création du 3rd Squadron plus communément appelé Free French Squadron20.

Combats et doctrines

  • 21 Ibid.
  • 22 Le commandant Bergé est capturé, le 19 juin 1942 en Crète, après le sabotage de l’aérodrome d’Héra (...)
  • 23 Un détachement de 3 patrouilles (30 hommes), commandé par le capitaine Jordan, est autorisé à pour (...)
  • 24 The National Archives WO 201-2257, Desert Operations 1942.

11Après une longue période d’entraînement dans le désert égyptien21, le 12 juin 1942, celui-ci est engagé pour la première fois dans une action de sabotage visant à détruire les bases aériennes de l’Afrika Korps en Libye et en Crète22. Les résultats sont à la hauteur des espérances de Stirling et du commandement britannique. À l’automne 1942, le général de Gaulle, qui a été écarté des préparatifs de l’opération Torch, exige le rapatriement de la 1re CCP en Angleterre pour qu’elle puisse parfaire son entraînement dans le but de participer à l’ouverture du second front en Europe occidentale. Dans cette optique, de Gaulle obtient la promesse de l’état-major de la 8e armée britannique de lui restituer le Free French Squadron. Le 10 décembre 1942, les deux tiers de la 1re CCP23 embarquent à Suez et rentrent en Angleterre après avoir contourné le continent africain par le cap de Bonne-Espérance, tandis que le dernier tiers est autorisé à poursuivre les combats en Tunisie aux côtés des Anglais24.

  • 25 René Weill a été transféré au BCRA. Au cours de l’année 1943, il sera tué lors d’une mission de re (...)
  • 26 Service historique de l’armée 12P89, lettre de démission du capitaine Coulet.
  • 27 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

12De retour au Old Dean Camp de Camberley, le groupe retrouve la section de renseignements commandée par le capitaine Coulet qui a remplacé le capitaine Weill25. Au début de janvier 1943, le lieutenant-colonel Pierre Fourcaud succède au capitaine Coulet au commandement de l’infanterie de l’air à Camberley26. Malgré l’expérience acquise en Afrique du Nord, l’emploi tactique des parachutistes de la France Libre reste encore très mal défini. L’originalité du lieutenant-colonel Fourcaud est d’exposer pour la première fois une conception basique de l’utilisation des parachutistes27. Il préconise de les engager soit en mission individuelle de type renseignement, soit en action de soutien des maquis. Dans ce dernier cas, l’unité parachutiste deviendrait le noyau dur de l’organisation de la Résistance. Les maquisards, une fois armés, rentreraient dans leur secteur d’origine et attendraient l’ordre de déclenchement des opérations de guérilla. Cette conception nouvelle, diamétralement opposée aux méthodes du major Stirling, trouve cependant des adeptes auprès des autorités militaires et fait des émules au sein de l’état-major du corps aéroporté britannique.

  • 28 Le détachement est passé sous le commandement du lieutenant François Martin après la capture du ca (...)
  • 29 The National Archives CAB 66-155, North Africa Operations 1943.
  • 30 Terme employé au sein du bataillon pour désigner les parachutistes des campagnes d’Afrique du Nord
  • 31 Henry Corta, Qui ose gagne, Paris, Service historique de l’armée de terre, 1997.
  • 32 The National Archives WO 219/2342 – Summaries of resistance and Special Air Service operations. Su (...)

13Le 6 mars 1943, le dernier tiers du détachement du Free French Squadron28 – resté en Tunisie pour achever la campagne d’Afrique du Nord29 – rentre en Angleterre. Il débarque à Liverpool le 1er avril et réintègre la compagnie à Camberley. L’attitude des « anciens »30 de retour des campagnes d’Afrique du Nord est le « révélateur d’une opposition larvée aux thèses de Fourcaud31 ». La majorité des officiers aguerris aux techniques d’infiltration et de sabotage derrière les lignes ennemies en parfaite autonomie sont sceptiques quant aux possibilités d’appuis des forces de la Résistance. Deux courants de pensée tactique s’opposent sur l’utilisation des unités d’élite. Les SAS préconisent l’action par petits groupes, bien formés, compétents dans tous les domaines, polyvalents, qui opèrent et disparaissent dans la nature tandis que l’état-major de l’infanterie de l’air, adepte des théories du colonel Fourcaud, recommande l’emploi des parachutistes sur le mode de l’infanterie classique une fois déployés au sol. L’unité regrouperait de nombreux spécialistes et dépendrait d’une base arrière dont l’effort principal serait l’armement et l’instruction de la Résistance32.

La réorganisation de 1943-1944

  • 33 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

14Le 1er juillet 1943, l’accroissement sensible des effectifs permet la constitution d’une compagnie de commandement, de trois compagnies de chasseurs parachutistes et de 6 sections de logistique et de soutien. Cette nouvelle réorganisation de l’ensemble de l’unité prend l’appellation de 1er bataillon d’infanterie de l’air (1er BIA)33.

  • 34 Les parachutistes iront jusqu’à menacer de faire sauter le camp de Camberley pour obtenir gain de (...)
  • 35 Ancien tirailleur algérien des corps francs d’Afrique.
  • 36 Il s’agit de conserver une certaine logique avec le 1er régiment de chasseurs parachutistes, basé (...)

15Si le bataillon se structure d’une manière homogène, les pressions continuelles exercées par les cadres parachutistes à l’encontre du lieutenant-colonel Fourcaud deviennent préoccupantes34. Les désaccords entre la politique de Fourcaud et celle des parachutistes sur la conception du Special Air Service conduisent, le 1er novembre 1943, le général Martial Valin, commandant les Forces aériennes françaises libres, à démettre Fourcaud de ses fonctions pour incompatibilité avec l’esprit SAS et annonce la nomination du lieutenant-colonel Durand35 au commandement de l’état-major de l’infanterie de l’air (EMIA). Au cours de la passation de commandement, le 1er BIA devient le 4e bataillon d’infanterie de l’air36 (4e BIA).

  • 37 Grièvement blessé au cours d’un mitraillage aérien en Tunisie, le 23 février 1943, Bourgoin est am (...)

16Le 6 novembre 1943, le 3e BIA du commandant O’Cottereau qui a été constitué au Maroc, débarque en Angleterre. Il remplace au camp de Camberley le 4e BIA qui est déplacé à Frimley. C’est au cours de ce séjour, que le commandant Bourgoin, alias Le Manchot37 prend le commandement du bataillon. Quinze jours plus tard, les deux bataillons français sont affectés en Écosse. Le 4e BIA prend ses quartiers à Cupar, tandis que le 3e BIA dorénavant commandé par Pierre Chateau-Jobert alias Conan, s’installe à Comrie.

  • 38 The National Archives WO 218-206 Strategic Deployment of Special Forces in support of operation Ov (...)
  • 39 The National Archives WO 205/208 – Special Air Services: plans, instructions. Part I. Special Air (...)
  • 40 La 20th Liaison britannique rattachée à l’EMIA est conservée pour assurer les liaisons entre les d (...)
  • 41 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.
  • 42 Le commandement de l’infanterie de l’air en France sera créé le 25 mai 1945 sous les ordres du lie (...)

17À la fin de l’année 1943, l’état-major interallié décide, dans le cadre des préparatifs du débarquement de Normandie, de regrouper les bataillons SAS franco-britanniques en une seule unité constituée38. Sans consultation au préalable du général de Gaulle, le 3e et le 4e bataillon d’infanterie de l’air sont intégrés à la brigade SAS commandée par le brigadier Roderick MacLeod39. Cette mesure entraîne la dissolution de l’état-major de l’infanterie de l’air (EMIA)40 en charge des relations interalliées41. La caractéristique principale de cette césure a pour conséquence, le déclin de l’autorité du général de Gaulle exercée sur l’infanterie de l’air depuis septembre 1940. Dorénavant, elle n’est plus dépendante du pouvoir militaire de la France Libre mais directement subordonnée au corps parachutiste britannique42.

  • 43 La dénomination 3rd SAS et 4th SAS sont les appellations britanniques tandis que pour l’infanterie (...)
  • 44 The National Archives WO 205/208 – Special Air Services: plans, instructions. Part I. Special Air (...)

18Au mois de janvier 1944, l’ensemble des unités de la brigade SAS est regroupé en Écosse. Hiérarchiquement, elle figure dans l’organigramme du 1st Airborne Corps du lieutenant-general Sir Frederick Browning. La brigade SAS est constituée d’un état-major installé à Sorn-Castel, de deux bataillons britanniques : le 1st SAS du lieutenant-colonel Mayne et le 2nd SAS du lieutenant-colonel Franks ; des deux bataillons43 français : le 3rd SAS du capitaine Chateau-Jobert et le 4th SAS du commandant Bourgoin, basés à Auchinleck ; et d’une compagnie belge formée au Canada : le 5th SAS du capitaine Eddie Blondeel. Une unité de transmissions et de renseignements, le Phantom Squadron, complète l’effectif de la brigade SAS qui s’élève à 2 500 hommes44. La logistique aérienne est assurée par le groupe no 38 du Transport Command de la Royal Air Force.

  • 45 The National Archives WO 218-206 Strategic Deployment of Special Forces in support of operation Ov (...)

19L’intégration dans le dispositif stratégique de l’opération Overlord de la brigade SAS est décidée par le Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force, le 29 mars 1944, sans pour autant que soit encore définie la manière de les employer45.

20Le 1er avril 1944, le 3e BIA de Château-Jobert prend l’appellation de 3e régiment de chasseurs parachutistes (3e RCP), et le 4e BIA de Bourgoin devient le 2e régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP). Cette numérotation est logique puisque le 1er RCP existe déjà en Afrique du Nord et est destiné à participer à la campagne d’Italie avec les autorités militaires américaines.

  • 46 The National Archives AIR 25/588.

21Le premier projet concernant la brigade SAS prévoit son déploiement sur une ligne Nord-Ouest de Dieppe à Angers pour bloquer l’accès de la zone de débarquement aux renforts ennemis. La Royal Air Force refuse catégoriquement d’adhérer à ce projet. Elle justifie son opposition par le manque de moyens aériens nécessaires pour assurer simultanément le parachutage de la 6th Airborne Division en Normandie et le largage de la brigade SAS sur sa zone d’opération46.

22Conscient de l’impossibilité de parachuter l’ensemble de la brigade SAS en couverture de la zone de débarquement et de la faire évoluer selon un schéma d’infanterie classique, l’état-major interallié se retrouve dans l’impasse. Les limites de ses connaissances des forces spéciales parachutistes le décide à s’en remettre directement aux intéressés eux-mêmes.

23Ainsi, le 8 mai, le général Kœnig, commandant l’état-major des Forces françaises libres, sollicite le commandant Bourgoin pour qu’il définisse lui-même un cadre opérationnel pour son régiment. Dans un rapport daté du 9 mai, Bourgoin s’attache :

  • 47 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

« à exposer l’intérêt primordial qu’il y aurait à tenir compte dans le plan d’opérations SAS, de l’existence des groupes de résistants français. [Les parachutistes] formeraient, dans les zones où la Résistance ne s’est pas encore cristallisée, les éléments de formation et d’organisation de tous les groupes dispersés cherchant une doctrine de combat. On ne peut prévoir ni le nombre ni la qualité des combattants qui se joindront à eux. Il est certain que dans la Résistance, des chefs incontestables se sont manifestés : il faut leur laisser toute leur autorité. Nous serions alors destinés à fournir l’encadrement là où il manque, et partout, les connaissances techniques et les moyens de liaison dont nous disposons. L’organisation dont nous sommes issus deviendrait alors la base d’une organisation beaucoup plus vaste et aboutirait à la création d’une véritable petite armée, reliée au commandement général, travaillant suivant les directives de l’armée d’invasion et à son profit.
Ainsi, nous permettrons à tous les combattants de la Résistance de trouver leur emploi. Nous éviterons également le grave écueil des actions dispersées, donc peu efficaces, et surtout des destructions d’ouvrages d’art faites sans discernement, plus préjudiciables à l’assaillant qu’au défenseur47 ».

  • 48 Ibid.

24Le 17 mai, le projet du commandant Bourgoin est adopté à l’unanimité et l’ordre de mission no 9 est établi le 21 mai48. Son application est définitive. Il reprend dans son intégralité les propositions de l’officier parachutiste, les mêmes qui ont entraîné le limogeage du colonel Fourcaud. Toutefois, Bourgoin préconisait d’opérer dans le Massif central ou les Alpes, finalement les Alliés décideront d’engager le 2e RCP en Bretagne pour fixer les forces allemandes dans la péninsule armoricaine.

  • 49 Dans son ouvrage OSS, la guerre secrète en France, Fabrizio Calvi donne une explication plausible (...)

25La perception tangible de pouvoir s’appuyer sur les forces intérieures françaises encourage le haut commandement allié à élargir à l’ensemble de la France occupée le principe des bases en liaison avec la Résistance locale, à partir desquelles des opérations de sabotages, de harcèlements, de renseignements sont lancées pour déstabiliser les renforts ennemis. Ce type de mission est confié à une nouvelle génération de parachutistes : les Jedburghs49.

  • 50 Service historique de l’armée 24/T4².

26Ces équipes interalliées50 sont généralement constituées de trois officiers de nationalité britannique ou américaine et d’un Français Libre. Un élément du groupe agit en qualité d’opérateur-radio issu indifféremment des services de l’OSS, du SOE ou du BCRA. L’objectif de ces missions est triple : procéder à l’armement des maquis, enseigner les règles élémentaires de la guérilla et coordonner les mouvements d’action selon les directives du haut-commandement allié. D’une manière plus confidentielle, les Jedburghs doivent rendre compte des intentions politiques des formations de résistance et dénoncer les manœuvres communistes visant à s’approprier les pouvoirs administratifs dont la vacance susciterait les ambitions les plus radicales. Ce principe de subordination de l’ensemble des Forces françaises de l’intérieur risque de compromettre la légitimité du général de Gaulle qui s’est assuré, sous l’influence de Jean Moulin, le contrôle d’une Résistance unifiée pour imposer son autorité. Sous un angle purement politique, le général de Gaulle approuve cependant le projet sans réserve. Deux raisons sont évoquées pour comprendre l’attitude du chef de la France Libre : l’intérêt que portent les Alliés à la Résistance lui confère la reconnaissance des Américains de l’existence d’un potentiel militaire sur le territoire français et l’assurance de disposer des moyens matériels nécessaires pour contribuer à la libération du sol national. Au cours de l’été 1944, 92 équipes Jedburghs sont parachutées en France dont 14 en Bretagne. Elles évoluent généralement en dehors des zones d’influence des parachutistes du SAS. Seules, deux équipes Jedburghs opèrent de concert avec le 2e RCP en Bretagne : l’équipe George sur Dingson et Frederick sur Samwest.

  • 51 The National Archives WO 219/2342 – Summaries of resistance and Special Air Service operations. Su (...)

27L’engagement de l’Action combinée qui s’est déroulé en Bretagne au cours de l’été 1944 est spécifique à la région puisque cette opération est l’unique composante stratégique du plan Overlord à être planifiée, à l’extérieur de la zone du Débarquement. L’enjeu est de développer une mission d’interdiction stratégique qui doit conduire à l’isolement total de la Bretagne. Le 2e régiment de chasseurs parachutistes a la responsabilité de paralyser ou de retarder le trafic routier et ferroviaire de l’ennemi et de neutraliser son système de communication par des actes de guérilla pour enrayer son mouvement vers les plages de Normandie51.

  • 52 Au cours du mois d’août 1944, les bataillons ORA, FTP et AS sont renumérotés dans l’optique de la (...)
  • 53 Dossier d’homologation du Service historique de la défense : série 19P/56.

28Si à l’origine, la Résistance bretonne n’est pas directement intégrée dans le dispositif stratégique des Alliés, c’est principalement en raison du manque de renseignements portés à la connaissance de Londres qui n’a pas permis d’en apprécier son potentiel militaire ni d’en évaluer ses capacités combattives. D’autre part, il est inconcevable aux stratèges alliés de confier leurs intentions à des formations nébuleuses que les services secrets ne contrôlent pas. Bien qu’elle soit initialement considérée comme une hypothétique force d’appoint, la Résistance bretonne se révèle rapidement être une force supplétive essentielle au soutien de l’action des parachutistes. L’organisation et les structures des 12 bataillons FFI52 qui composent la résistance morbihannaise sont basées sur le modèle d’une armée conventionnelle avec un effectif avoisinant les 12 000 hommes53. L’esprit patriotique de la Résistance du Morbihan, fédérée par le groupement de la gendarmerie départemental, trouve la quintessence même de sa lutte armée dans le contexte de la défaite et des humiliations du printemps de 1940, de l’occupation allemande relayée par la politique totalitaire de Vichy notamment dans l’application des lois concernant le travail obligatoire visant l’ensemble des couches sociales de la population.

29Le déroulement et l’évolution des opérations en Bretagne menées par l’Action combinée n’auraient pu être acquis sans l’apport essentiel de la résistance civile, issue principalement de la communauté paysanne. Après la bataille de Saint-Marcel du 18 juin, la population rurale déjà fortement sollicitée se substitue à la logistique alliée. Sans l’aide apportée aux groupes parachutistes évoluant constamment dans un environnement inconnu et particulièrement hostile, l’Action combinée aurait été inexorablement vouée à l’échec.

30Pourtant, à l’origine du conflit, la Bretagne rurale n’avait pas de disposition particulière pour entrer précipitamment dans la Résistance. Mais la politique collaboratrice de Vichy adjointe à un processus manifeste de démoralisation touche l’ensemble de la communauté paysanne bretonne. Au printemps de 1944, la population rurale s’affranchit de la « paternité maréchaliste » pour entrer sans réserve dans la dissidence.

Infiltration et action

  • 54 Formulation proposée par Jean Quellien à l’auteur.
  • 55 Les bataillons FTP sont armés au même titre que les autres bataillons d’obédience politique diverg (...)

31L’Action combinée est la synergie des « trois différentes formes »54 que revêt la Résistance française : la Résistance intérieure (12 bataillons FFI), la Résistance civile (aide logistique de la population locale) et la Résistance extérieure (2e régiment de chasseurs parachutistes du Spécial Air Service de la France Libre). De ce point de vue, la Bretagne s’impose comme un cas unique dans l’histoire de la France occupée en devenant un modèle national de la cohésion55 réussie des différents courants d’idées politiques luttant dans le même esprit patriotique.

  • 56 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

32Sur le plan militaire, la mission confiée aux parachutistes du 2e RCP se décline en quatre phases56. L’objectif initial de la première phase confié à quatre sticks précurseurs est de prendre contact avec la Résistance bretonne et d’en estimer sa valeur militaire. Dans l’hypothèse d’une organisation intérieure potentiellement apte au combat, deux bases codées Dingson dans le Morbihan et Samwest dans les Côtes-du-Nord, sont constituées dans des secteurs les plus éloignés possible des principales voies de communication, des agglomérations et des garnisons allemandes. L’implantation de ces bases doit également tenir compte de la mentalité des habitants qui doivent se montrer particulièrement coopératifs pour soutenir l’effort des parachutistes.

33Au cours de la deuxième phase, l’ensemble du 2e régiment de chasseurs parachutistes est largué par échelons successifs sur les deux bases organisées. En contradiction totale avec la théorie mise en œuvre par Stirling en Afrique du Nord, les parachutistes réceptionnent les parachutages de containers d’armes, de munitions et de matériels divers, assurent l’armement et l’instruction militaire des bataillons de la Résistance intérieure et renseignent l’état-major de la brigade SAS sur l’évolution et les besoins logistiques des bases.

  • 57 Les quatre départements concernés sont : le Finistère, les Côtes-du-Nord, la Loire-Inférieure et l (...)
  • 58 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

34Indépendamment de la constitution des deux centres mobilisateurs, la troisième phase de l’opération engage dix-huit groupes de deux à cinq hommes appartenant à l’effectif régimentaire du 2e RCP. Sous le nom de code de Cooney-Parties, ces groupes sont parachutés sur quatre départements bretons57, dans la nuit du 7 au 8 juin, pour saboter les points névralgiques des réseaux ferroviaires et détruire les réseaux de communication ennemis. Les Cooney-Parties, ont 10 jours pour effectuer l’ensemble de leurs missions. À l’issue de ce délai, elles doivent rejoindre, selon leurs positions géographiques, la base Samwest aux points de rassemblement codés « Agamemnon » et « Béatrice » pour les Côtes-du-Nord, ou la base Dingson aux points de rencontre « Charlotte » et « Dudule » pour le Morbihan58.

  • 59 Ibid.

35La quatrième phase concerne l’échelon motorisé du régiment parachutiste. Gardé en réserve en Écosse, le peloton jeep est engagé en coordination avec l’arrivée des Américains dans la péninsule armoricaine. Acheminées par voie aérienne, les jeeps SAS doivent assurer la sécurité des axes routiers conduisant aux rades bretonnes et servent de patrouilles d’éclaireurs aux missions de reconnaissance des divisions américaines59.

  • 60 Le stick Marienne est accompagné du capitaine britannique André Hunter-Hue détaché du Special Oper (...)
  • 61 The National Archives AIR 25/588.

36Conformément aux plans établis, le 5 juin 1944, deux Stirling appartenant au 620th Squadron du 38e groupe de transport de la Royal Air Force décollent de la base de Fairford dans le Gloucester. Les sticks précurseurs des lieutenants Marienne60 et Déplante sont parachutés sur le Morbihan tandis que ceux des lieutenants Botella et Deschamps sont largués sur les Côtes-du-Nord61.

  • 62 Le 8 juin, Marienne envoie un message à Bourgoin confirmant l’existence réelle des forces de la Ré (...)
  • 63 The National Archives AIR NJO/OO/2GI/33 Special Duty Operations.

37Dans les heures qui suivent leur arrivée en Bretagne, les sticks précurseurs assurent rapidement le contact avec la Résistance locale. Dans les Côtes-du-Nord, les sticks de Botella et Deschamps installent la base Samwest dans la forêt de Duault où ils commencent l’instruction des Résistants locaux, appartenant exclusivement aux formations FTP. Dans le Morbihan, Marienne et Déplante établissent la base Dingson à la ferme de la Nouette qui s’avère être le quartier général opérationnel de l’état-major de la résistance départementale. L’arrivée des parachutistes en Bretagne modifie considérablement la situation des Forces françaises de l’intérieur. Ils apportent des possibilités illimitées d’armement, des cadres d’élite capables d’encadrer les unités de la Résistance et une liaison radio disponible en toutes circonstances. Si au début du mois de juin, l’aide de la Résistance n’est encore envisagée que comme un élément d’appoint, à compter du 8 juin62, elle devient une composante essentielle dans le dispositif de l’opération Overlord63.

  • 64 Seule la « Cooney-Party » Pierre 405 rencontre des difficultés. Le parachutiste François Héritier (...)

38En complément de l’organisation des centres mobilisateurs, les 18 équipes Cooney-Parties sont parachutées sur leur zone d’opération dans la nuit 7 au 8 juin et entrent immédiatement en action. Leurs objectifs ferroviaires sont sabotés dans la nuit du 8 au 9 juin sur les quatre départements bretons : 5 dans le Morbihan, 4 en Ille-et-Vilaine, 2 en Loire-Inférieure et 7 dans les Côtes-du-Nord. Le taux de réussite64 des opérations des Cooney-Parties est quasiment maximal.

  • 65 Dans la nuit du 13 juin, 25 avions larguent 750 containers sur le camp de Saint-Marcel. Selon les (...)
  • 66 The National Archives AIR 37/1455 – allied expeditionary air force : Air operations in support of (...)
  • 67 Le château de la Villeneuve a été réquisitionné en juin 1940 par l’état-major du 17e régiment de f (...)
  • 68 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

39Les parachutages continuels65 effectués sur la base Dingson sont évidemment remarqués par les Allemands. Une question se pose : pour quelles raisons les forces d’Occupation sont-elles restées inertes face aux nombreux largages opérés toutes les nuits par les avions de la Royal Air Force66 alors que les deux garnisons allemandes les plus proches de l’épicentre de l’Action combinée, celle du château de la Villeneuve67, à moins de 5 kilomètres au sud de la Nouette, et celle de l’observatoire du moulin de la Grée à Plumelec, à 14 kilomètres à l’ouest, sont en premières lignes pour apprécier la situation ? L’état-major du XXVe corps d’armée justifie cette inertie en admettant qu’à partir du 6 juin 1944, il se focalise exclusivement sur les événements qui se déroulent en Normandie68. La préoccupation majeure du commandement militaire allemand est d’organiser le départ des unités disponibles de la Wehrmacht. L’effort principal doit être consacré à maintenir ouvertes les lignes de communication ferroviaires et routières pour l’acheminement des renforts vers les plages de Normandie.

Les combats de Saint-Marcel

  • 69 Le caporal Émile Bouétard est tué. Il est le premier soldat allié mort au cours de l’opération Ove (...)
  • 70 Le bataillon faisait mouvement vers le camp de Saint-Marcel pour y recevoir son armement.
  • 71 Commune située à 20 kilomètres au sud de Saint-Marcel.
  • 72 La gare est éclairée pour l’embarquement d’un régiment de la Wehrmacht en partance pour la Normand (...)
  • 73 Au cours de cette même nuit, un stick de quatre jeeps est réceptionné par les parachutistes de la (...)
  • 74 Les containers tombent aux mains des Allemands tandis que les sticks parviendront à s’enfuir. Disp (...)
  • 75 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.
  • 76 La compagnie de Rochefort-en-Terre deviendra le noyau du 9e bataillon en cours de constitution.
  • 77 193 hommes sont parachutés sur Dingson. L’effectif est complété par des rescapés de la base Samwes (...)

40Les actions de sabotages et la forte concentration d’hommes dans la région s’avèrent être d’un intérêt secondaire, au moins dans la première quinzaine de juin. Les Allemands ne soupçonnent pas l’existence d’un centre mobilisateur d’une telle importance malgré les nombreux signes tangibles qui constituent les preuves d’une organisation complexe et d’envergure : l’accrochage dans la nuit du 5 au 6 juin, du stick Marienne par des éléments du 285e régiment de Géorgiens69, la dislocation, le 12 juin, de la base Samwest dans les Côtes-du-Nord, l’accrochage, le 13 juin, entre les 750 hommes du 2e bataillon70 du commandant Le Garrec et des troupes à cheval de l’armée de Vlassov dans les bois de Saint-Bily71 et la mort du lieutenant parachutiste Harent, le même jour, au cours d’une escarmouche sur l’observatoire de la Luftwaffe au moulin de la Grée-en-Plumelec. L’ensemble de ces événements auraient dû concourir à alerter les Allemands. Il faut attendre une erreur de navigation des pilotes de la Royal Air Force, survenu dans la nuit du 17 au 18 juin, pour que se manifestent les premières réactions de l’occupant. Au cours de la nuit, cinq équipages britanniques confondent les lumières de la gare du Roc-Saint-André72 avec la zone de balisage du terrain de parachutage de Saint-Marcel. Malencontreusement, 120 containers73 et deux sticks de parachutistes74 sont largués sur le secteur éclairé de la gare. Dans les heures qui suivent, l’état-major allemand demande une enquête pour évaluer l’ampleur du phénomène75. Au matin du dimanche 18 juin, deux voitures de la Feldgendarmerie de Ploërmel se présentent à l’entrée Est du périmètre de sécurité du camp défendu par environ 2 500 hommes. La protection du maquis de Saint-Marcel est assurée par le 8e bataillon ORA du commandant Caro, du 2e bataillon ORA du commandant Le Garrec, de la compagnie de Rochefort-en-Terre76 et d’environ 240 parachutistes du 2e RCP77.

  • 78 Musée de la Résistance bretonne, MRB FELD 001, rapport du groupe de Feldgendarmerie 790 de Ploërme (...)

41La réaction immédiate des postes de sécurité de la base Dingson entraîne la destruction des deux véhicules, la mort de quatre Felgendarmen et l’arrestation de trois autres. Seul, le Felgendarme Zimmermann parvient à s’échapper et à donner l’alarme78.

  • 79 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.
  • 80 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

42Au cours de la journée, les Allemands lancent 6 attaques contre les positions défensives du camp. Elles débutent à 8 heures pour s’achever à 22 heures en direction du PC de la Nouette. Les forces allemandes engagées dans les combats sont de qualité médiocre puisque la plupart des groupes tactiques divisionnaires ont déjà rejoint la ligne de front en Normandie79. Quoi qu’il en soit, c’est la première fois que les Allemands sont tenus en échec par une force armée qui n’est pas considérée comme unité régulière. À la fin de l’après-midi, le commandant Bourgoin et l’état-major FFI décident la dislocation de la base. Les parachutistes reçoivent l’ordre de se disperser par stick dans la vallée de la Claie, tandis que les bataillons FFI doivent se repositionner sur leur secteur d’origine en attendant le déclenchement de la guérilla générale80.

  • 81 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

43Après la bataille de Saint-Marcel, l’ennemi s’affermit, dispose de renseignements plus exacts, évalue plus clairement la situation et il se venge, se livrant alors à une chasse sans merci contre les SAS, les Résistants, mais aussi contre les populations civiles jugées coupables d’apporter de l’aide aux « terroristes ». Les Allemands organisent des rafles, patrouillent la région, fouillent les fermes, arrêtent et exécutent des personnes sans motif sérieux. Pour assurer la sécurité de ses troupes, l’état-major allemand fait paraître, dès le 21 juin, un avis dans la presse : « Les patrouilles tireront à vue sur les personnes qui, abandonnant la route à l’approche des Allemands, se rendront suspectes par leur fuite81… » L’ennemi met ses menaces à exécution et tente de réduire le maquis par la terreur. Les parachutistes n’échappent pas à la répression sanglante des forces d’Occupation qui appliquent sans réserve l’ordonnance signée par Hitler le 18 octobre 1942 stipulant : « qu’à l’avenir, tout ennemi livré aux troupes allemandes, provenant des soi-disant raids de commandos en Europe ou en Afrique, même s’il s’agit apparemment de soldat en uniforme ou de saboteur avec ou sans armes, au combat ou en fuite, soient abattus jusqu’au dernier homme ».

  • 82 En début de l’après-midi, Bourgoin demande par radio un appui aérien pour soulager ses positions f (...)
  • 83 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

44Au-delà de l’aspect militaire, l’appui aérien82 dont bénéficie la base Dingson dans l’après-midi de la bataille de Saint-Marcel déroute l’état-major allemand. Si cette démonstration de force contribue à temporiser les ardeurs combatives des Allemands, elle contraint surtout l’ennemi à admettre les ressources insoupçonnées du camp qui contredisent la logique de la lutte clandestine menée le plus souvent sans réels moyens et d’une manière indépendante. La découverte du camp de Saint-Marcel, le lendemain 19 juin, est répercutée à tous les niveaux de la hiérarchie allemande. L’ennemi qui connaissait l’existence des groupuscules clandestins doit se rendre à l’évidence que ceux-ci s’intègrent dans une opération conduite par des parachutistes et qu’elle ne peut sûrement pas s’apparenter à une banale action « terroriste ». Bien au contraire, les Allemands réalisent qu’ils sont confrontés à une véritable « mission d’interdiction stratégique » qui s’inscrit dans le cadre de l’opération Overlord83.

Un mode opératoire diversement apprécié

  • 84 Chiffre couramment avancé dans les divers rapports du SAS et des équipes Jedburgh remis à l’EMFFI (...)

45La polémique soulevée par les partisans et les opposants sur le bienfondé des centres mobilisateurs continue de faire débat. D’un premier point de vue, les adeptes des bases arrières à vocation d’encadrement des maquis démontrent que l’organisation planifiée des deux bases Samwest et Dingson contribue à l’armement de 10 000 Résistants84 (environ 2 000 pour la première et 8 000 pour la seconde). Sans ce cas de figure, il aurait été très difficile d’armer et d’instruire un contingent de civils aussi important pour qu’il devienne opérationnel le plus rapidement possible et puisse assurer les opérations de sabotages qu’il a en charge. L’inexpérience des maquisards aurait fatalement entraîné des pertes considérables comme c’est le cas pour les maquis du Vercors, des Glières et du Mont-Mouchet. Les combats de Saint-Marcel servent également à cristalliser les énergies, fédérer l’ensemble des forces de l’Action combinée, et encourager de nombreux volontaires à rejoindre les unités combattantes de la Résistance.

46En revanche, les opposants qui dénoncent les fortes concentrations d’hommes dans un espace géographique unique prétendent que si les parachutistes avaient évolué indépendamment des formations résistantes, les dommages occasionnés sur le potentiel militaire allemand auraient certainement été plus élevés comme l’ont prouvé les résultats des Cooney-Parties. Toutefois, les conceptions novatrices des Alliés basées sur l’implantation de centres mobilisateurs derrière les lignes ennemies trouvent leurs limites en Bretagne. Ce type de lutte subversive n’est plus réitéré à l’avenir, ni sur la Loire (opération Spencer), ni en Belgique (opération Franklin), ni en Hollande (opération Amherst) où les parachutistes SAS sont engagés jusqu’à la fin du conflit.

  • 85 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

47Sur le plan strictement militaire, le bilan des opérations en Bretagne est plutôt mitigé. Deux raisons essentielles expliquent la faiblesse des résultats. Premièrement, les parachutistes français ont été engagés beaucoup trop tardivement. La majeure partie des groupes tactiques allemands parvient à quitter la Bretagne85 avant l’entrée en action des Cooney-Parties dans la nuit du 8 au 9 juin 1944. Deuxièmement, la durée excessive de la mission est également un paramètre déterminant qui contribue lui aussi à la perturbation générale de l’Action combinée. Toutefois, ce constat est compensé par un climat d’insécurité permanent qui pèse sur les décisions allemandes. Les analyses des stratèges militaires démontrent que les parachutistes sont les précurseurs d’une nouvelle conception de lutte subversive qui sera largement employée au cours des conflits modernes : la guerre psychologique.

48Cependant, il faut signaler que l’échec de la mission en Bretagne est principalement une affaire de procédure opérationnelle. Effectivement, l’emploi tactique du SAS est fondamentalement différent des principes d’intervention de l’infanterie parachutiste conventionnelle. Si cette dernière doit assurer le contrôle d’un espace territorial dans une zone de logement consécutive à l’ouverture d’une tête de pont, le corpus doctrinal du SAS implique a contrario la destruction d’un objectif stratégique (voies ferrées, aérodromes, dépôts d’essence ou d’armement, lignes de communications, etc.). Cette intervention doit impérativement être suivie par la disparition immédiate et rapide des parachutistes du Special Air Service sans souci d’occuper les positions ciblées ; ce qui n’a pas été le cas en Bretagne.

  • 86 Quinze parachutistes du bataillon reçoivent également la Croix de la Libération à titre individuel (...)

49Le 11 novembre 1944, sous l’Arc de Triomphe à Paris, le 2e RCP reçoit la Croix de la Libération86 des mains du général de Gaulle avec la citation suivante :

  • 87 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

« Formation d’élite qui, sous les ordres du lieutenant-colonel Bourgoin, a eu l’insigne honneur d’être la première unité française à combattre à nouveau sur le sol de la Patrie. Parachutée au-dessus de la Bretagne au cours du mois de juin, a réussi à grouper autour d’elle plus de 10 000 résistants. Avec cette aide et au prix de lourdes pertes, a procédé avec le plus grand succès à l’attaque de certains éléments ennemis et à de nombreuses destructions de réseaux téléphoniques, de dépôts de munitions et de voies de communication d’importance vitale pour l’ennemi. A eu une grande part dans le succès de l’offensive alliée à partir de la tête de pont de Normandie et a été à l’origine de la libération de la Bretagne87. »

50Les parachutistes français combattent sur tous les fronts. En Égypte, en Crète, en Libye, en Tunisie, puis en Bretagne, sur la Loire, à Paris, dans les Ardennes belges et en Hollande pour conclure un périple commencé quatre années auparavant. Ils font partie de l’élan patriotique d’une nation qui a refusé la défaite et qui n’a jamais cessé le combat depuis 1940.

  • 88 Le 2e RCP déplore la mort de 70 chasseurs parachutistes sur un effectif de 451 hommes engagés au c (...)

51La Bretagne est l’opération la plus importante du SAS français, par son contexte, son déroulement, sa durée et les pertes engendrées88 au cours de l’été 1944. Le Special Air Service contribue à sa manière à la renaissance des institutions républicaines et à la construction mémorielle d’une histoire de la France Libre, à bien des égards, exceptionnelle.

Notes

1 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

2 Officier du 601e groupement de l’infanterie de l’air, Bergé est admis à suivre les stages du centre de formation de parachutisme à Toulouse-Pujaut. Suite à des problèmes médicaux, il ne parvient pas à être breveté, mais cette période lui permet d’étudier les méthodes d’entraînement parachutiste, notamment celles des Soviétiques et des Allemands dont il s’inspirera en Angleterre.

3 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

4 Ces volontaires sont des rescapés des plages de Dunkerque ou qui ont réussi à quitter la France par les ports avant l’Occupation. Quelques-uns proviennent du corps expéditionnaire français qui a combattu à Narvik.

5 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

6 Savannah est la première opération aéroportée type SAS à être organisée en Europe occupée. Le groupe se compose du capitaine Georges Bergé, du sous-lieutenant Petit-Laurent, du sergent Jean Forman, du sergent Joël Le Tac et du caporal Joseph Renaud.

7 The National Archives AIR 20/8174 – operations: France and Low Countries CODE 55/2/3: Improvements in Special Air Service operations.

8 La mission Joséphine B se compose de l’adjudant Jean Forman, des sergents André Varnier et Raymond Cabard et du sergent Joël Le Tac qui a rejoint le groupe parachuté par voie terrestre puisqu’il était resté en France après l’échec de la mission Savannah.

9 The National Archives AIR 20/8937 – operations, France and Low Countries CODE 55/2/3: France; Special Air Service operations.

10 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ces 52 hommes sont considérés comme étant le noyau dur du Special Air Service de la France Libre. À la fin du conflit, sur les 52 parachutistes de l’expédition du Cameronian au Levant, 22 parachutistes seront tués, soit 43 % de l’effectif initial.

14 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

15 Commandant en chef des Forces françaises libres au Moyen-Orient.

16 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

17 Ibid.

18 Service historique de l’armée 12P89, demande du général Koeing au commandant Bourgoin de proposer un schéma tactique sur l’emploi de son bataillon.

19 Le major Stirling est le créateur du Special Air Service. Il lui faudra être patient pour imposer ses conceptions novatrices auprès de l’état-major britannique. Les réussites de ces opérations en Afrique du Nord faciliteront largement l’essor du SAS.

20 The National Archives WO 201-2257, Desert Operations 1942.

21 Ibid.

22 Le commandant Bergé est capturé, le 19 juin 1942 en Crète, après le sabotage de l’aérodrome d’Héraklion.

23 Un détachement de 3 patrouilles (30 hommes), commandé par le capitaine Jordan, est autorisé à poursuivre les missions de sabotage en Tunisie.

24 The National Archives WO 201-2257, Desert Operations 1942.

25 René Weill a été transféré au BCRA. Au cours de l’année 1943, il sera tué lors d’une mission de renseignement en France occupée.

26 Service historique de l’armée 12P89, lettre de démission du capitaine Coulet.

27 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

28 Le détachement est passé sous le commandement du lieutenant François Martin après la capture du capitaine Jordan le 28 janvier 1943 alors qu’il s’apprêtait à saboter la voie ferrée Gabès-Gafsa. Martin sera exécuté avec le capitaine Marienne le 12 juillet 1944 à Kérihuel dans le Morbihan.

29 The National Archives CAB 66-155, North Africa Operations 1943.

30 Terme employé au sein du bataillon pour désigner les parachutistes des campagnes d’Afrique du Nord.

31 Henry Corta, Qui ose gagne, Paris, Service historique de l’armée de terre, 1997.

32 The National Archives WO 219/2342 – Summaries of resistance and Special Air Service operations. Summaries of resistance and Special Air Service operations G3 DIVISION OPERATIONS C War Office: Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force: Military Headquarters Papers, Second World War.

33 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

34 Les parachutistes iront jusqu’à menacer de faire sauter le camp de Camberley pour obtenir gain de cause.

35 Ancien tirailleur algérien des corps francs d’Afrique.

36 Il s’agit de conserver une certaine logique avec le 1er régiment de chasseurs parachutistes, basé à Oudja au Maroc, qui est déjà constitué du 1er et 2e bataillon de l’infanterie de l’air.

37 Grièvement blessé au cours d’un mitraillage aérien en Tunisie, le 23 février 1943, Bourgoin est amputé du bras droit.

38 The National Archives WO 218-206 Strategic Deployment of Special Forces in support of operation Overlord.

39 The National Archives WO 205/208 – Special Air Services: plans, instructions. Part I. Special Air Services: plans, instructions. Part I G (Operations) War Office: 21 Army Group: Military Headquarters Papers.

40 La 20th Liaison britannique rattachée à l’EMIA est conservée pour assurer les liaisons entre les deux bataillons français et la brigade SAS. Certains membres de cette 20th Liaison (major Carry-Elwes, squadron leader Smith et captain Fay) participeront aux opérations de Bretagne en qualité d’observateurs.

41 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

42 Le commandement de l’infanterie de l’air en France sera créé le 25 mai 1945 sous les ordres du lieutenant-colonel Bourgoin. Il sera composé d’un état-major dirigé par le commandant Puech-Samson, de quatre régiments de chasseurs parachutistes (1er, 2e, 3e et 4e), d’une école basée à Toulouse-Balma et d’un dépôt à Lannion dans les Côtes-du-Nord.

43 La dénomination 3rd SAS et 4th SAS sont les appellations britanniques tandis que pour l’infanterie de l’air, les deux bataillons conservent les appellations : 3e BIA et 4e BIA.

44 The National Archives WO 205/208 – Special Air Services: plans, instructions. Part I. Special Air Services: plans, instructions. Part I G (Operations) War Office: 21 Army Group: Military Headquarters Papers.

45 The National Archives WO 218-206 Strategic Deployment of Special Forces in support of operation Overlord.

46 The National Archives AIR 25/588.

47 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

48 Ibid.

49 Dans son ouvrage OSS, la guerre secrète en France, Fabrizio Calvi donne une explication plausible du terme Jedburgh : « Le nom de Jedburgh est mentionné pour la première fois le 7 juillet 1942 dans une directive du chef de la sécurité du S.O.E. Il fait sans doute référence à la guerre des Boers en Afrique du Sud au cours de laquelle des militaires britanniques furent infiltrés derrière les lignes ennemies en un lieu appelé Jedburg. »

50 Service historique de l’armée 24/T4².

51 The National Archives WO 219/2342 – Summaries of resistance and Special Air Service operations. Summaries of resistance and Special Air Service operations G3 DIVISION OPERATIONS C War Office: Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force: Military Headquarters Papers, Second World War.

52 Au cours du mois d’août 1944, les bataillons ORA, FTP et AS sont renumérotés dans l’optique de la nouvelle conjoncture militaire à venir ; soit la création d’une division d’infanterie qui est engagée à l’automne sur le front de Lorient. Le 12e bataillon OCM commandé par le général de La Morlaix est créé le 17 juillet 1944 sur décision du capitaine parachutiste Pierre Marienne. Cet officier estime que le 8e bataillon ORA du commandant Caro est trop important en effectif (1 200 hommes) et ne peut donc mener à bien des opérations clandestines. Il est donc scindé en deux pour donner naissance au dernier bataillon du Morbihan.

53 Dossier d’homologation du Service historique de la défense : série 19P/56.

54 Formulation proposée par Jean Quellien à l’auteur.

55 Les bataillons FTP sont armés au même titre que les autres bataillons d’obédience politique divergente. Ils se sont soumis à l’autorité du commandement FFI et des officiers parachutistes. D’un point de vue purement militaire, la cohésion entre l’unité du Special Air Service et la Résistance intérieure du Morbihan fonctionne sur un mode d’armée conventionnelle. Sans l’aide de la population rurale du pays de Lanvaux notamment, les missions de l’Action combinée auraient probablement été vouées à l’échec. Nous constatons que sur les 70 parachutistes tués aux cours de l’été 1944 en Bretagne, aucun ne fait l’objet d’une trahison de la part de la communauté paysanne qui a payé un lourd tribut à la répression : massacres de Kerlanvaux, Kérihuel, Saint-Marcel etc.

56 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

57 Les quatre départements concernés sont : le Finistère, les Côtes-du-Nord, la Loire-Inférieure et le Morbihan.

58 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

59 Ibid.

60 Le stick Marienne est accompagné du capitaine britannique André Hunter-Hue détaché du Special Operations Executive. Cet agent du SOE doit faciliter les contacts avec l’état-major de la Résistance du Morbihan qu’il connaît personnellement pour avoir réalisé une mission dans le secteur de Lanvaux en 1943.

61 The National Archives AIR 25/588.

62 Le 8 juin, Marienne envoie un message à Bourgoin confirmant l’existence réelle des forces de la Résistance : « Suis enthousiasmé par organisation et ses immenses possibilités. »

63 The National Archives AIR NJO/OO/2GI/33 Special Duty Operations.

64 Seule la « Cooney-Party » Pierre 405 rencontre des difficultés. Le parachutiste François Héritier est capturé. Malgré tout, il semble que la voie ferrée entre La Brohinière et Rennes soit sabotée.

65 Dans la nuit du 13 juin, 25 avions larguent 750 containers sur le camp de Saint-Marcel. Selon les sources du 38e groupe de transport de la RAF, il s’agirait du plus important parachutage effectué en France occupée.

66 The National Archives AIR 37/1455 – allied expeditionary air force : Air operations in support of SAS.

67 Le château de la Villeneuve a été réquisitionné en juin 1940 par l’état-major du 17e régiment de forteresse.

68 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

69 Le caporal Émile Bouétard est tué. Il est le premier soldat allié mort au cours de l’opération Overlord. Les trois radios sont faits prisonniers. Jourdan, Sauvé et Etrich sont interrogés par les services de renseignements de la Luftwaffe à l’aérodrome de Meucon (Vannes) puis par le SD de Pontivy avant d’être transférés en Allemagne. Jourdan et Etrich parviennent à s’évader du train à Charleville-Mézières. Ils rejoignent le bataillon en septembre sur la Loire.

70 Le bataillon faisait mouvement vers le camp de Saint-Marcel pour y recevoir son armement.

71 Commune située à 20 kilomètres au sud de Saint-Marcel.

72 La gare est éclairée pour l’embarquement d’un régiment de la Wehrmacht en partance pour la Normandie.

73 Au cours de cette même nuit, un stick de quatre jeeps est réceptionné par les parachutistes de la base Dingson. Le parachutage de ces véhicules motorisés constitue la première opération de ce type à être réalisée en Europe occupée.

74 Les containers tombent aux mains des Allemands tandis que les sticks parviendront à s’enfuir. Dispersés dans leur fuite, certains parachutistes trouvent refuge à la ferme Beunel à Trégorantin. Le fermier et son fils les conduisent dans la nuit au camp de Saint-Marcel.

75 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

76 La compagnie de Rochefort-en-Terre deviendra le noyau du 9e bataillon en cours de constitution.

77 193 hommes sont parachutés sur Dingson. L’effectif est complété par des rescapés de la base Samwest.

78 Musée de la Résistance bretonne, MRB FELD 001, rapport du groupe de Feldgendarmerie 790 de Ploërmel.

79 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

80 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

81 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

82 En début de l’après-midi, Bourgoin demande par radio un appui aérien pour soulager ses positions fragilisées par les assauts ennemis. Vers 15 heures 30, les chasseurs-bombardiers du 404th Fighter Group de la 9th Air Force américaine basée en Normandie interviennent dans le ciel de Saint-Marcel.

83 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

84 Chiffre couramment avancé dans les divers rapports du SAS et des équipes Jedburgh remis à l’EMFFI et conservés aux Archives nationales britanniques à Kew.

85 Service historique de l’armée – Rapport du XXV. Armeekorps Microfilms 030462 à 030486 film 23.

86 Quinze parachutistes du bataillon reçoivent également la Croix de la Libération à titre individuel. Par ordre alphabétique : Betbèze Antonin, Bourgoin Pierre, Camaret Michel (de), Fauquet Philippe, Iturria Victor, La Grandière Roger (de), Legrand Michel, Lesecq René, Mairet Louis, Marienne Pierre, Martin François, Puech-Samson Pierre, Taylor Georges, Varnier André, Waleina Aloizo.

87 Service historique de l’armée 12P89, ordre d’opérations 1944.

88 Le 2e RCP déplore la mort de 70 chasseurs parachutistes sur un effectif de 451 hommes engagés au cours des opérations en Bretagne.

Auteur

Doctorant en histoire des mondes modernes et du monde contemporain, université de Caen, Basse-Normandie, CRHQ

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540