Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de la France libre

Pour une étude extensive du personnel navigant des FAFL : sources, méthode, obstacles et limites

Philippe Garraud

Texte intégral

1De juillet 1940 à juillet 1943, date de leur disparition officielle du fait de leur fusion avec l’armée de l’air stationnée en AFN ayant repris le combat, les Forces aériennes françaises libres (FAFL) ont rassemblé un nombre très réduit d’unités, des petites formations initiales très éphémères et particulièrement mal équipées des débuts puis, à partir de 1941-1942, trois groupes de chasse (GC), deux groupes de bombardement (GB), sans oublier deux groupes de défense côtière (GDC) plus tardifs et les lignes aériennes militaires (LAM), unités très largement méconnues ; soit au total de cinq à huit formations principales seulement.

  • 1 Le Squadron, qu’il soit de chasse, de bombardement ou du Coastal Command, est l’unité opérationnel (...)

2En dépit de leur très petit nombre, ces différentes unités ont été formées et engagées sur des théâtres d’opérations très divers : Afrique de 1940 à 1943 (premières petites unités puis GB Bretagne), Méditerranée orientale, Libye et Moyen-Orient en 1941-1942 (escadrilles intégrées dans des Squadrons anglais1 puis GC Alsace et GB Lorraine en 1942), Angleterre de 1940 à 1944 (unités de la RAF puis GC Île-de-France à partir de 1942, GC Alsace et GB Lorraine à partir de 1943), Russie à partir de 1942 (GC Normandie).

3Par ailleurs, le personnel navigant des FAFL se caractérise par une relative hétérogénéité en termes de spécialités puisqu’il regroupe des pilotes de chasse – population la plus individualisée et donc la mieux cernée –, des pilotes, des observateurs et des navigateurs de bombardement, catégorie déjà beaucoup moins connue, mais également des radio-mitrailleurs de bombardement, dont on ignore presque tout en dehors de quelques individualités marquantes.

4Au final, l’histoire des FAFL apparaît comme très éclatée en fonction des dates et des conditions de ralliement, des trajectoires individuelles, des affectations, des théâtres d’opérations, des unités, des périodes et des conditions d’activité, mais aussi des spécialités et des épreuves traversées. D’où une difficulté certaine pour essayer d’en rendre compte de manière extensive. Les trajectoires personnelles singulières et les expériences de la guerre sont très diverses et il est impossible d’en rendre compte de manière exhaustive, dans toute leur richesse et leur diversité, ce qui empêche très largement toute tentative de typologie.

  • 2 L’historique des différentes unités des FAFL est très largement connu. Voir par exemple dans cette (...)
  • 3 La notion de « personnel navigant » est ici entendue au sens large et non au sens strict et pureme (...)

5Beaucoup plus qu’à l’organisation des FAFL en tant que telle, relativement réduite du fait du faible nombre de formations2 comme des personnels, on a fait le choix de privilégier la dimension humaine en s’intéressant à leur personnel navigant3 et, plus particulièrement, à leurs trajectoires. On précisera dans un premier temps les différentes sources disponibles et les problèmes méthodologiques posés par leur étude extensive. Puis on définira la méthode privilégiée et ses modalités dans une seconde étape, avant de souligner les obstacles et les limites rencontrées dans un troisième temps.

Les différentes sources disponibles et leurs limites

6Une étude globale des FAFL se heurte à un impressionnisme certain, mais aussi aux contraintes de genre d’une littérature de témoignage et de mémoire, voire de célébration, aussi légitime soit-elle. Aucun ouvrage de référence à proprement parler n’est consacré à leur histoire qui demeure très fragmentée et partielle. En définitive et globalement, on ne connaît pas grand-chose de la trajectoire de ces hommes alors qu’ils sont relativement peu nombreux.

  • 4 Christelle Rit (dir.), Inventaire d’archives, sous-série 4 D. Seconde Guerre mondiale : Forces aér (...)
  • 5 Ancien sous-officier des troupes de marine, trop jeune pour avoir connu la guerre, mais véritable (...)

7Les sources archivistiques4 sont essentiellement administratives. Sur le plan humain qui nous intéresse ici plus particulièrement, elles sont de surcroît lacunaires et relativement pauvres. Yves Morieult5 souligne également leur manque de fiabilité du fait de la sous-administration de la France Libre. On ne les a donc pas privilégiées. En particulier, elles ne disent rien de la vie des personnes concernées, de leur vécu et des expériences qu’elles ont connues pendant la guerre, voire de ce qui a souvent pris des allures de véritables « aventures » souvent dramatiques et même tragiques (évasions, périples, captures, morts en opérations ou accidentelles, appareils abattus), qui sont pourtant des dimensions essentielles de leur activité, et tout particulièrement :

  • des conditions de ralliements à la France Libre et des fréquentes pérégrinations géographiques qui les ont accompagnés ;
  • des conditions d’activités sur des théâtres d’opérations très différents : Afrique de 1940 à 1943, Moyen-Orient de 1940 à 1942, Méditerranée, Angleterre de 1940 à 1945, Russie de 1942 à 1944 ;
  • des épreuves traversées au cours du parcours au sein des FAFL pendant la guerre, voire pouvant y mettre un terme : combats, blessures, mort, expériences plus ou moins longue de la captivité ;
  • des sorties de guerre pour les survivants au conflit.
  • 6 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, 2 t., Paris, (...)
  • 7 Pierre Miquel, Compagnons de la Libération, Paris, Denoël, 1995 ; Jean-Christophe Notin, 1 061 Com (...)

8Quelques ouvrages généraux – au demeurant peu nombreux –, sont consacrés aux Français Libres6, mais force est de constater qu’ils n’accordent pas une place considérable aux FAFL en tant que telles, la dimension politique ou les forces terrestres, beaucoup plus nombreuses, étant clairement privilégiées. D’autres ouvrages portent sur une population spécifique qui constitue en quelque sorte « l’élite » de la France Libre : celle des Compagnons de la Libération dont seule une minorité ont appartenu aux FAFL7.

  • 8 Elles viennent d’être éditées sous la direction de Vladimir Trouplin, conservateur du musée de l’O (...)
  • 9 François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muraciolle (dir.), Dictionnaire de la France l (...)

9En revanche, l’Ordre de la Libération a fait établir et mettre en ligne [www.ordredelaliberation.fr] leurs notices individuelles relativement détaillées8. Même si elles ne concernent encore qu’une population relativement restreinte (on en a dénombré 130 sur un total de 1 038 individus, ce qui est peu en valeur absolue mais particulièrement important en proportion, compte tenu de leurs faibles effectifs : 12,5 %), elles permettent déjà d’avoir une vue plus large et diversifiée du personnel navigant des FAFL. Le Dictionnaire de la France libre, pourtant très riche, ne consacre pas une place très importante aux FAFL. Si les huit unités principales font l’objet d’une notice relativement courte d’une page environ, 53 aviateurs seulement possèdent une notice individuelle9, avec les biais habituels de surreprésentation : officiers, commandants d’unités, Compagnons de la Libération, etc.

10Les pilotes des FAFL, et en particulier les pilotes de chasse, n’ont fait l’objet d’aucune étude systématique, alors qu’ils constituent pourtant la population la plus facilement identifiable et la plus charismatique. Seules les grandes figures emblématiques sont privilégiées : Marcel Albert, Jacques Andrieux, Pierre Clostermann, Bernard Dupérier, Yves Ezanno, Michel Fourquet, Max Guedj, Christian Martell, René Mouchotte, Jacques Schloesing, Jacques Soufflet, Jean Tulasne, Martial Valin, etc. Et certaines unités constituées plus tardivement et/ou considérées comme secondaires sont encore particulièrement mal connues (GB Bretagne, GDC Artois et Picardie).

Les ouvrages consacrés aux FAFL et les sources documentaires

  • 10 Yves Courrière, Normandie-Niemen. Un temps pour la guerre, Paris, Presses de la Cité, 1979 ; Yves (...)
  • 11 François Broche, Les bombardiers de la France libre. Groupe Lorraine, Paris, Presses de la Cité, 1 (...)
  • 12 Vital Ferry, Croix de Lorraine et croix du sud 1940-42 : aviateurs belges et de la France libre en (...)

11Par ailleurs, quelques ouvrages monographiques portent sur des unités particulières mais avec un traitement très inégal. Ce sont incontestablement le GC Normandie – unité pourtant très partiellement FAFL dans son histoire globale – (avec trois ouvrages10 et six numéros de la revue Icare) et le GB Lorraine (avec un seul ouvrage11 mais cinq numéros de la revue Icare) qui ont le plus retenu l’attention. Deux ouvrages sont consacrés à deux théâtres d’opérations particuliers sur le plan géographique comme dans le temps12. Les GC Alsace et Île-de-France pourtant engagés dès 1942 n’ont pas fait l’objet d’un seul ouvrage mais seulement de plusieurs témoignages et de trois volumes de la revue Icare.

  • 13 Henry Lafont, Aviateurs de la liberté. Mémorial des Forces aériennes françaises libres, Vincennes, (...)
  • 14 Patrick Collet, Itinéraire d’un Français libre. Jacques-Henri Schloesing, Paris, L’Esprit du Livre (...)

12En revanche, existent des sources documentaires précises et fiables constituées de notices biographiques qui permettent d’estimer les pertes subies et les victoires aériennes obtenues de manière beaucoup plus rigoureuse qu’il n’est le plus souvent fait13. Quelques ouvrages concernent encore la trajectoire d’individualités particulières14.

Les témoignages

  • 15 Philippe Chéron, Bonsoir Nadette. Carnets de Marc Hauchemaille, pilote de la France libre 1940-194 (...)
  • 16 Constantin Feldzer, On y va ! Un pilote de Normandie raconte, Boulogne, Axis, 1987 ; Roland de La (...)
  • 17 Jacques Andrieux, Le ciel et l’enfer, Paris, Presses de la Cité, 1965 ; Jacques Andrieux, Une poig (...)
  • 18 François Sommer et Martial Valin, Les Sans-Culottes de l’Air. Histoire du groupe Lorraine, Paris, (...)
  • 19 Pierre Clostermann, Le Grand Cirque. Souvenirs d’un pilote de chasse FFL dans la RAF, Paris, Flamm (...)

13En définitive, les témoignages d’aviateurs des FAFL constituent la source documentaire la plus importante sur le plan quantitatif mais celle-ci n’est pas pour autant homogène. On y trouve des « carnets » rédigés au cours du conflit15, dont les plus connus sont ceux de René Mouchotte, commandant du GC Alsace en 1943 ; mais aussi des mémoires écrits à des dates très variables mais a posteriori, ce qui n’est déjà plus tout à fait la même chose. On en a recensé 15 qui concernent le GC Normandie16, les GC Alsace et Île-de-France17, le GB Lorraine18, ou encore des itinéraires particuliers non exclusifs19. Si ces témoignages rendent bien compte de l’état d’esprit, de l’ambiance et des conditions de vie des aviateurs des FAFL, et sans qu’ils soient nécessairement « héroïsants », ils participent également d’un genre hybride de littérature dont la fiabilité historique n’est pas assurée, loin s’en faut. On y reviendra.

  • 20 No 62 (1972), 63 (1972), 64 (1973), 65 (1973), 67 (1974), 70 (1975).
  • 21 La naissance des FAFL au Moyen-Orient (t. 1), no 128, 1989 ; Le groupe de chasse Alsace en Libye 1 (...)
  • 22 Les FAFL en Angleterre 1940-1942 (t. 2), no 133, 1990 ; Les chasseurs français en Angleterre 1942- (...)
  • 23 Le Groupe Lorraine, 1re partie (t. 7), no 166, 1998 ; 2e partie (t. 8), no 167, 1998 ; 3e partie ( (...)
  • 24 Le groupe Bretagne (t. 12), no 202, 2008.

14Il faut enfin réserver un sort particulier aux 18 numéros de la revue Icare, éditée par le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) : six numéros consacrés au GC Normandie20 et 12 aux FAFL : dont deux aux FAFL au Moyen-Orient21, quatre aux chasseurs français en Angleterre auxquels on peut ajouter celui consacré aux pilotes français ayant servi dans le Coastal Command de la RAF22, cinq au GB Lorraine23, et le dernier en date consacré au GB Bretagne24, la moins connue et la plus marginale des unités FAFL. Il s’agit également d’une littérature hybride faite de témoignages mais, conjointement, elle comporte des notices ou des éléments biographiques et des informations sur les trajectoires pendant la guerre, voire avant et après. Il s’agit donc d’une source nullement négligeable, accompagnée de surcroît d’une très riche iconographie.

La liste Ecochard

  • 25 Dictionnaire de la France libre, op. cit., p. 494-496.

15Ce qu’il est convenu d’appeler la « liste Ecochard » constitue une source d’information nouvelle et importante25. Elle tire son appellation du nom de son auteur, Henri Ecochard, né en 1923, engagé dans les FFL dès juin 1940, qui fait toute la guerre au sein de la 1re DFL puis de la 2e DB et qu’il termine comme sous-lieutenant. Après la fin de la guerre, il entreprend des études d’ingénieur et fait ensuite carrière dans l’industrie pétrolière. En 2000, alors qu’il est âgé de 77 ans, il entreprend de dépouiller systématiquement les fiches individuelles d’engagement dans les Forces françaises libres conservées au SHD de Vincennes afin d’en constituer une liste se voulant exhaustive de plus de 52 000 noms, répartis en différentes catégories.

16Dans un second temps, cette liste est mise en ligne [www.francaislibres.net] et corrigée ou complétée par d’autres Français Libres, leur famille ou des « spécialistes » (dont tout particulièrement Yves Morieult pour ce qui est des FAFL) et devient alors dynamique et interactive. Outre une nomenclature des origines sociales sommaire et très imprécise, sa principale faiblesse porte essentiellement sur le nombre des sujets coloniaux qui semble sous-estimé. Mais ce phénomène ne concerne les FAFL qu’à la marge. Et Jean-François Muracciole de conclure la notice qu’il lui a consacrée : « L’enquête de Henri Ecochard, si l’on écarte la question des coloniaux et si l’on prend la peine d’en exploiter les potentialités, est essentielle et offre un regard neuf sur les citoyens français et les volontaires étrangers, c’est-à-dire sur ceux dont il est certain qu’ils ont signé une fiche d’engagement. » On reviendra plus bas sur d’autres limites qui sont apparues lors de son dépouillement au sujet des FAFL.

17Les différentes sources disponibles sont donc incontestablement très hétérogènes et même hétéroclites. Pourtant, il faut bien s’en accommoder dans la mesure où ce sont les seules permettant de connaître le personnel navigant des FAFL de manière extensive en dépit de leurs imperfections, approximations et limites. On a fait le choix de ne pas les disqualifier a priori mais de les croiser et de les mettre en perspective, ce de manière cumulative.

La méthode privilégiée et ses modalités

  • 26 Les meilleurs spécialistes ne sont parfois pas totalement à l’abri des telles approximations. Ains (...)

18Sur le plan méthodologique, l’appartenance même à la catégorie des personnels des Forces aériennes françaises libres peut parfois prêter à confusion. Sa définition est fondée sur un critère chronologique précis : l’engagement avant la fusion de juillet 1943 qui voit la disparition des FAFL en tant que telles. L’appartenance aux FAFL ne peut donc pas être seulement fonction de l’unité d’affectation. Si le GC Normandie est bien à l’origine une unité de la France Libre, tous les pilotes ayant servi au sein de cette unité en 1943-1945 ne peuvent être considérés comme faisant partie des FAFL26 ; inversement, des pilotes appartenant aux FAFL ont été affectés à la fin de la guerre à des unités non Françaises Libres. L’appartenance aux FAFL peut encore moins être fonction de la seule localisation géographique des unités en Angleterre ou de l’intégration à la RAF qui n’a nullement été le monopole des unités de la France Libre : le GB Bretagne n’a jamais été intégré à la Royal Air Force. Le GC3 Normandie encore moins.

  • 27 Certaines publications, y compris du SHAA, le suggèrent pourtant : Charles Christienne, « Typologi (...)
  • 28 Auxquelles il faudrait encore ajouter les deux flottilles 7FE et 2FB de l’aéronavale reconstituée (...)

19En revanche, un nombre beaucoup plus important d’unités de l’armée de l’air reconstituée, qu’elles soient stationnées en Angleterre ou non, l’ont été, ce qui est oublié beaucoup trop souvent : les trois GC opérant en Méditerranée (les GC II/7 Nice, I/3 Corse et I/7 Provence, respectivement 326, 327 et 328 Squadrons de la RAF et regroupés au sein de la 1re escadre de chasse) ; les deux groupes de chasse transférés en Angleterre en 1944 (les GC I/2 Cigognes et II/2 Berry, respectivement 329 et 345 Squadrons de la RAF) ; les deux groupes de bombardement lourds opérant au sein du Bomber Command depuis l’Angleterre (les GBL I/23 Guyenne et I/25 Tunisie, 346 et 347 Squadrons27). Soit un total de sept unités de l’armée de l’air reconstituée28, à mettre au regard des trois groupes des FAFL intégrés à la RAF. D’où, parfois, certaines confusions prêtant abusivement la qualité de formations de la France Libre aux unités stationnées en Angleterre (même si certaines d’entre elles se sont vues affecter sur le plan des personnels des pilotes des FAFL en nombre relativement significatif, les GC Cigognes et Berry tout particulièrement). En d’autres termes, la mention « a combattu dans les rangs de la RAF pendant la Seconde Guerre mondiale » ne peut valoir brevet d’appartenance aux FAFL.

20Pour autant, ces critères chronologiques d’appartenance peuvent souffrir quelques exceptions sur le plan individuel, tout particulièrement dans les cas de tentatives de ralliement de certains pilotes ayant échoué mais ayant entraîné condamnation et prison, empêchant l’engagement dans les FAFL avant juillet 1943.

La question des effectifs : combien étaient-ils ?

  • 29 Loc. cit., tableau, p. 110.

21Les effectifs totaux cumulés des FAFL pendant la guerre (personnels au sol et infanterie de l’air inclus) ne sont pas connus avec beaucoup de précision. Selon Charles Christienne, les effectifs FAFL (personnels au sol et infanterie de l’air toujours inclus) étaient de l’ordre de 500 seulement fin 1940 (dont 350 en Angleterre, 200 en Afrique dont 100 en Égypte), et ils ne semblent jamais avoir été très supérieurs à un millier en 1941-1943. Ils apparaissent relativement stables, voire en diminution en raison des pertes subies, très importantes, les arrivées progressives peinant de plus en plus à les compenser. Toujours pour cet auteur29, les effectifs cumulés de juillet 1940 à juillet 1944 sont de 480 (335 pilotes, 72 observateurs, 73 mitrailleurs). Mais ces chiffres paraissent beaucoup trop partiels pour pouvoir être retenus.

  • 30 Patrick Facon, « 60 ans après, l’histoire a jugé », « Les forces aériennes françaises libres », Ai (...)
  • 31 François Marcot, Bruno Leroux et Christine Levisse-Touze (dir.), Dictionnaire historique de la Rés (...)

22Pour sa part, Patrick Facon estime dans un premier temps les effectifs des FAFL à 3 500 à 5 00030 avant de revoir ultérieurement cette estimation à la baisse : « De 500 aviateurs, mécaniciens et parachutistes en juillet 1940, leurs effectifs passent à 880 l’année suivante, soit 276 en Grande-Bretagne et 604 sur les autres théâtres d’opérations. » « Ils ne dépasseront jamais le chiffre total de 3 600, tous engagés par contrat pour la durée de la guerre31. »

  • 32 op. cit., p. 564-566. L’origine de ces différents chiffres n’est pas précisée.

23Dans la notice de trois pages qu’il consacre aux FAFL dans le Dictionnaire de la France libre, il estime de manière plus précise que le 27 juin 1943 « les FAFL alignent 3 684 hommes et femmes parmi lesquels 922 navigants […]. Jamais leurs moyens n’ont dépassé 1 200 hommes simultanément ; les engagements […] n’ont fait, en réalité, que combler les pertes ». « Leur nombre n’a jamais dépassé 4 500 à 5 000, mais les pertes ont été considérables : près de 500 tués au combat et 152 prisonniers (de juillet 1940 à juillet 1943), soit environ 40 % des effectifs du personnel navigant32. »

24La liste Ecochard, qu’on peut exploiter par années d’engagement dans les FAFL, chiffre leurs effectifs totaux et cumulés (toutes catégories confondues, c’est-à-dire personnels au sol, services et parachutistes inclus) à 3 343. Soit 963 engagés en 1940, 637 en 1941, 413 en 1942 et 1 295 en 1943. C’est l’estimation la plus précise dont on dispose et donc celle qu’il faut retenir comme ordre de grandeur. On voit donc que les estimations globales sont très imprécises et fluctuantes et que, d’une source à l’autre, elles diffèrent sensiblement. Dans ces conditions, il est rigoureusement impossible de déterminer précisément les effectifs du personnel navigant des FAFL.

La constitution des notices individuelles et leurs modalités d’exploitation

  • 33 Elle a permis en particulier de « découvrir » des aviateurs dont on n’avait pratiquement jamais en (...)
  • 34 Jean Padioleau, L’État au concret, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 10-11.

25La méthode choisie et mise en œuvre repose sur la constitution de fichiers nominaux des personnels navigants des FAFL, intégrant et croisant les informations les plus significatives collectées et recueillies dans les différentes sources citées : Mémorial des FAFL du SHAA qui recense une très grande partie des morts des FAFL pendant la guerre, notices constituées par l’Ordre de la Libération, les 2 volumes d’As 1939-1945 du SHAA, liste Ecochard33, témoignages publiés dans les volumes de la revue Icare, où on trouve de nombreuses indications voire notices biographiques, ouvrages sur les unités qui permettent chacun à leur manière d’obtenir des informations supplémentaires, etc. Bref, en dépit de l’hétérogénéité des sources, il s’agit d’utiliser et de mobiliser toutes les informations disponibles que l’on peut trouver, en les vérifiant, les croisant et en s’assurant de leur cohérence, en pratiquant résolument ce que le sociologue Jean P adioleau appelle « la cueillette, la pêche et la chasse »34.

26Dans toute la mesure du possible, ces notices comportent les informations suivantes :

  • Date de naissance et lieu si hors métropole.
  • Études.
  • Situation avant-guerre.
  • Activité et situation en 1939-1940.
  • Date, lieu et conditions d’engagement dans la France Libre.
  • Activités et affectations pendant la guerre.
  • Sorties de guerre.
  • Trajectoires et activités ultérieures.
  • 35 Par exemple, la « bande à Montal », du nom du capitaine Henri de Montal, commandant d’un groupe d’ (...)

27Il faut souligner que ces notices, bien qu’individuelles, peuvent s’entrecroiser et s’auto-informer dans la mesure où existent des formes d’interconnaissance interne au sein des FAFL : évasion en commun, suivi et fréquentation des mêmes écoles de formation, affectation à la même Operational Trainig Unit (OTU) ou au même Squadron de la RAF, appartenance à un même équipage, à un groupe restreint ou à une « bande » particulière35, expériences partagées, etc. Dès lors des informations collectées à propos d’un individu peuvent enrichir et éclairer la trajectoire d’autres.

28Ces notices individuelles plus ou moins détaillées peuvent ensuite être classées en fonction de différents et nombreux critères : par unités, théâtres d’opérations, spécialités chasse/bombardement, tués/survivants, années d’engagement dans les FAFL, etc. Un tel parti pris permet une étude extensive à défaut de pouvoir être systématique et exhaustive : près de 900 personnes ont ainsi été identifiées nominalement sur une population centrale totale probable de 1 000 à 1 200, selon notre estimation personnelle.

Ce que ces données disent : de quelques tendances

  • 36 Ralliements par évasions (rupture) : évasions par avion ou par bateau depuis la France en juin 194 (...)
  • 37 Ralliements sur place (continuité) : ralliements en AEF en 1940, ralliements après la campagne de (...)

29Le croisement de ces données permet d’avoir une vision tout à la fois beaucoup plus large et précise de certaines caractéristiques. Par exemple, il permet de distinguer des formes et des types d’engagement dans la France Libre bien différents et, en particulier, d’opposer les ralliements par évasions impliquant une rupture volontaire36, très difficiles et risqués, aux ralliements sur place induisant au contraire une continuité géographique37, et évidemment beaucoup moins coûteux. Et contrairement à la vision « héroïque » que l’on pourrait avoir a priori, les seconds ont été beaucoup plus nombreux que les premiers, même si beaucoup moins spectaculaires, ils ont moins retenu l’attention que, par exemple, les évasions par avions.

  • 38 Par exemple et cette liste n’est qu’indicative : Astier de Villatte, Beaumont d’Antichamps, Bordas (...)

30De la même manière, on peut identifier nominalement et dénombrer les navigants FAFL qui sont sortis des grandes écoles militaires (Saint-Cyr, École de l’air et même École navale dans la mesure où des marins aviateurs ont servi dans les FAFL en nombre non négligeable, École polytechnique) ou suivi des études universitaires (écoles d’ingénieurs, École libre des sciences politiques, facultés de droit, de lettres ou de philosophie, etc.) ; ou ceux qui portent un nom à consonance aristocratique comme indicateur d’origine sociale, proportionnellement nombreux38 ; ou encore identifier les navigants qui ont été affectés à des unités de l’armée de l’air en 1939-1940, et qui ont donc déjà une expérience combattante avant leur engagement dans les FAFL.

  • 39 En 1940, les FAFL ne comptent en effet comme officiers supérieurs que trois commandants : Pierre C (...)
  • 40 Les FAFL comptent un autre petit-fils de maréchal de la Grande Guerre : Émile (dit François) Fayol (...)

31Dans un autre domaine, on peut également suivre de manière dynamique les carrières et les promotions de grades au cours du conflit, les FAFL se dotant progressivement de capacités croissantes d’encadrement et de commandement dont elles étaient très largement dépourvues à l’origine39. La quasi-totalité des officiers qui rejoignent les FAFL sont de jeunes lieutenants et capitaines. Au niveau intermédiaire et plus opérationnel, les FAFL s’organisent autour d’un noyau très réduit d’une dizaine seulement de capitaines en 1940, rapidement diminué par les pertes : Henri Gaillet et Jacques Soufflet (faits prisonniers à Dakar), Jean-René Ritoux-Lachaud et Jacques Dodelier (disparus dès fin 1940), Georges Goumin, Louis Flury-Hébrard et Paul Jacquier (disparus en 1941), Jean Tulasne, Marcel Finance et Raymond Roques (disparus en 1943), Jean Bécourt-Foch (petit-fils du maréchal40, tué en 1944), auxquels s’ajoutent Jean Astier de Villatte, Gustave Lager, Marcel Langer, Pierre Pouyade, Henri de Rancourt de Mimerand, Pierre Tassin de Saint-Péreuse, issus pour la plupart des grandes écoles militaires (Saint-Cyr et École de l’air).

32Pour combler les pertes et encadrer les unités, certains membres des FAFL ont connu des promotions très promptes pour assurer rapidement le commandement des groupes des FAFL (par ordre chronologique) : Joseph Pouliquen (commandant du GC1 Alsace en janvier 1942 après le départ de Tulasne puis du GC3 Normandie lors de sa mise sur pied en Syrie) ; pour l’Île-de-France : Philippe de Scitivaux de Greitsche (premier commandant du groupe, abattu et fait prisonnier lors de la première sortie opérationnelle du groupe en avril 1942), Bernard Dupérier (qui lui succède à la tête de cette unité avant de prendre le commandement de l’Alsace en 1943), Jacques Schloesing (tué en août 1944), Eugène Reilhac (tué en mars 1943), Jean Fournier (commandant du groupe en 1943-1944), Olivier Massart (abattu et fait prisonnier en mars 1945). Pour l’Alsace : René Mouchotte (premier commandant du groupe en Angleterre, tué en août 1943) ; Christian Montet, dit Martell en 1943-1944 ; Jean Tulasne (premier commandant du groupe Normandie en Russie, disparu en juillet 1943), Pierre Pouyade (qui lui succède en 1943-1944) ; Jean Astier de Villatte, Pierre Tassin de Saint-Péreuse, Henri de Rancourt, Michel Fourquet, Jacques Soufflet pour le bombardement.

33Au cours même de la guerre, 36 lieutenants et capitaines lors de leur engagement sont promus officiers supérieurs (commandants, lieutenants-colonels, colonels) et sept officiers généraux : Martial Valin, commandant en chef des FAFL, Édouard Corniglion-Molinier, chef d’état-major des FAFL au Moyen-Orient puis commandant des Forces aériennes de l’Atlantique (FAA) en 1944-1945, Charles Luguet, Lionel de Marmier (disparu en décembre 1944 en Méditerranée et à titre posthume), Pierre Carretier, Robert Lasserre et Louis Plagne (ces trois derniers étant particulièrement méconnus).

  • 41 Charles Christienne, loc. cit., tableau, p. 110.

34Enfin, on peut évoquer les pertes subies et la mortalité. Il ne fait pas de doute qu’elles ont été très importantes, même si, là encore, les données disponibles sont assez fluctuantes. Selon Charles Christienne41, les pertes en tués de juillet 1940 à juillet 1944 rapportées aux effectifs cumulés (480) sont de 200 seulement, soit 41,5 % : 145 pilotes (et non 245 comme indiqué par erreur dans le tableau), 26 observateurs et 28 mitrailleurs. Mais ces données apparaissent beaucoup trop partielles pour pouvoir être retenues.

  • 42 Jean-François Muracciole, Histoire de la France libre, Paris, Presses universitaires de France, co (...)
  • 43 Henry Lafont, Aviateurs de la liberté…, op. cit. Mais il comporte des oublis et n’est pas complet.

35« Au moment de la fusion avec les forces giraudistes, en juillet 1943, les FAFL avaient accumulé 294 victoires et perdus 412 des leurs », écrit Jean-François Muracciole42. De même, ce chiffre semble assez fantaisiste. D’ailleurs, très étrangement, le Mémorial des FAFL consacré aux personnels navigants FAFL tués, morts ou disparus de 1940 à 1945 comporte 413 noms43.

  • 44 Patrick Facon, « 60 ans après, l’histoire a jugé », « Les forces aériennes françaises libres », Ai (...)

36Pour Patrick Facon44, « les pertes essuyées […] sont considérables. De 1940 à 1945, l’aviation gaulliste compte plus de 500 tués et 150 prisonniers. De juillet 1940 à juillet 1943, le taux de pertes en personnel au sein des unités aériennes françaises libres avoisine le taux pour le moins impressionnant de 40 % ». Ces chiffres peuvent être discutés, celui des prisonniers tout particulièrement qui paraît très exagéré (52 seulement dénombrés selon notre estimation) et affinés. On y reviendra. Selon le site cheminsdememoire [www.cheminsdememoire.gouv.fr], 60 % du personnel navigant des FAFL aurait disparu au cours de la guerre. On voit donc que l’estimation des pertes varie sensiblement selon les sources.

  • 45 Émile Chaline (amiral), « Les FNFL – Les Forces Navales Françaises Libres », Espoir, no 100, 1995, (...)
  • 46 Soit 170 morts pendant le siège (100) et la sortie (70), 160 morts égarés pendant et après la sort (...)

37Pour notre part et sur la base d’un fichier de près de 900 notices individuelles, on a dénombré 432 morts et tués de 1940 à 1945, soit près de 50 %. Il ne fait aucun doute que les pertes des FAFL ont été proportionnellement les plus lourdes des FFL, compte tenu de leurs faibles effectifs cumulés. Les pertes des FNFL ont également été lourdes mais les effectifs beaucoup plus importants45. Quant aux pertes des forces terrestres, elles ont été en définitive relativement faibles, les opérations étant limitées, discontinues et d’intensité très variable. Rapporté à son retentissement, le coût humain direct de la bataille de Bir-Hakeim, par exemple, a été très faible puisqu’il a été de 330 morts, on n’ose dire « seulement »46.

38Il est vrai que, comparées à une bataille terrestre ou la perte d’un bâtiment de guerre, les pertes des FAFL n’ont aucun caractère spectaculaire. Dans la chasse, il s’agit d’une disparition individuelle et dans le bombardement de la disparition d’un équipage réduit de trois ou quatre personnes. C’est sans doute ce qui explique la faible présence des FAFL dans la mémoire collective, en dehors de quelques grandes figures emblématiques, très peu nombreuses au demeurant, mais pas nécessairement représentatives des « Français libres ordinaires » (selon le titre du site qui héberge la liste Ecochard : Histoires de Français Libres ordinaires).

39Mais les bilans officiels des groupes FAFL sont partiels et minorent les pertes réelles. En effet, ne sont dénombrés que les pilotes tués au sein des unités FAFL et pas ceux tués au sein d’autres unités. Par ailleurs, les pertes sont très variables, selon la durée mais aussi la période d’engagement de l’unité : elles sont énormes en 1941-1943 pour être moindre ensuite.

40Quoi qu’il en soit, la chasse paie un tribut très lourd. Si l’on observe les effectifs globaux des personnels et non ceux des unités – en raison, comme on l’a dit, des affectations hors FAFL –, 24 des 36 pilotes passés au GC Alsace en Égypte et Libye en 1941-1942, soit les deux-tiers, ont disparu avant la fin de la guerre, 57 % des 82 pilotes affectés au GC Île-de-France en 1942-1945 (30 survivants), 63 % des 43 pilotes FAFL affectés au GC Normandie en 1943-1944 (14 survivants seulement), 48,2 % des 83 pilotes affectés au GC Alsace en 1943-1945 (38 survivants).

  • 47 Le Coastal Command était avec le Fighter Command et le Bomber Command, le troisième grand commande (...)

41La mortalité parmi les pilotes servant dans des unités du Coastal Command47 de la RAF est encore pire, puisque sur les 20 personnes concernées identifiées, on ne comptera que six survivants à la fin de la guerre, parmi lesquels : Ottino Sabbadini, abattu et fait prisonnier en mai 1942, Claude Serf (alias Georges Newman), gravement blessé en février 1944, Gérard Weill, contraint de se poser en mer en plein hiver et retiré des opérations pour raisons de santé en 1943 (les trois autres étant des pilotes d’hydravions de lutte anti-sous-marine moins exposés) !

42À ces chiffres, il faut ajouter les tués par accident, en particulier lors des formations – 50 pilotes tués en OTU (Operational Training Units) –, ou des entraînements : 65 autres tués en unités ; soit au total 115 pilotes, navigateurs ou radio-mitrailleurs tués accidentellement. Cela représente plus de 26 % du nombre total des tués FAFL.

Obstacles et limites

43Ils sont principalement de trois ordres. Tout d’abord, l’identification des navigants des FAFL se heurte à certaines difficultés. D’autre part, on ne peut pas prétendre à l’exhaustivité du fait des contraintes de sources mais aussi du relatif flou des frontières du groupe étudié. Enfin, l’asymétrie d’information semble très difficilement réductible et il faut bien s’en accommoder.

Les difficultés d’identification

  • 48 Réédition J’ai Lu, 1990, p. 9 ; dernière réédition modifiée, J’ai Lu, 2008, p. 106 et 146.

44Les témoignages permettent de repérer et d’identifier des noms, ce qui est une première étape indispensable. Mais en ce domaine, on est confronté à de très nombreuses erreurs d’orthographe des patronymes qui sont souvent « estropiés » dans des témoignages du fait d’une interconnaissance interne aux membres des FAFL réelle mais essentiellement orale. Ainsi, par exemple, Pierre Clostermann évoque dans Le Grand Cirque un lieutenant Schödoer « assassiné par les SS lors de la grande évasion à la Sagan », ou encore des pilotes du nom de Moinet ou de Champan48. Il s’agit en réalité de Bernard Scheidhauer, André Moynet et Christian Chapman. Jacques Andrieux évoque pour sa part un pilote de l’Alsace dénommé Senlis-Servières qui s’écrit en réalité Sanlys. Au cours de sa trajectoire qui, au cours de la guerre l’a mené de l’Afrique-Équatoriale française en 1940 au GB Lorraine en Syrie puis en Angleterre à partir de 1943, Roman Kacew, alias Romain Gary, a croisé et connu beaucoup d’aviateurs de la France Libre qu’il évoque dans La promesse de l’aube. La plupart des noms cités correspondent à des membres des FAFL bien identifiés dont on connaît précisément la trajectoire. Mais pas tous. Par exemple, il écrit en particulier qu’au cours de son voyage de Gibraltar à Glasgow en juillet 1940 :

  • 49 La promesse de l’aube, première Édition 1960, réédition Folio, 2002, p. 323-324.

« Je découvris que le bateau transportait d’autres “déserteurs” français. Il y avait là Chatoux, abattu depuis au-dessus de la mer du Nord ; Gentil, qui devait tomber avec son Hurricane dans un combat à un contre dix ; Loustreau, tombé en Crète ; […] Mylski-Latour, qui devait changer son nom en Latour-Prendsgarde, et qui devait tomber avec son Beaufighter, je crois, au large de la Norvège ; […] Charnac qui a sauté avec ses bombes sur la Ruhr ; […] d’autres encore, aux noms plus ou moins fictifs, inventés pour protéger leur famille restée en France, ou simplement pour tourner la page du passé49… »

45Aucun de ces noms ne figure de près ou de loin dans le Mémorial des FAFL ou sur la liste Ecochard et on n’a jamais trouvé la moindre trace d’eux, et très probablement pas pour l’unique raison de noms d’emprunt. C’est dire aussi la très grande prudence avec laquelle il faut considérer certains témoignages sur le plan factuel, même s’il est difficile de généraliser en ce domaine.

  • 50 Par exemple, on a eu ainsi pendant longtemps deux notices distinctes concernant deux pilotes ayant (...)
  • 51 Par exemple et pour le seul groupe Lorraine (à l’exception de l’avant-dernier) : Louis Andlauer (a (...)

46L’identification des personnels navigants des FAFL est également souvent compliquée et contrariée du fait de l’incertitude ou des approximations pouvant affecter les patronymes et les identités. Un même individu peut être aussi identifié sous différents prénoms, le premier n’étant pas nécessairement celui d’usage50. Certains peuvent avoir une double identité du fait de l’adoption de noms d’emprunt (alias) pour ne pas mettre en danger les navigants et leur famille en cas de capture51. Certains sont bien connus (Christian Martell pour Lucien Montet, Morlaix pour Jean Demozay, par exemple) mais d’autres peuvent conduire à penser provisoirement qu’il s’agit de personnes distinctes, ce qui n’est pas nécessairement le cas.

Une impossible exhaustivité

47Dès lors, il est clair qu’on ne peut pas prétendre avoir une vision exhaustive du personnel navigant des FAFL, du fait des contraintes de sources, mais aussi du relatif flou des frontières du groupe étudié dans le temps.

  • 52 C’est pour cette raison que, complémentairement au fichier principal, on a constitué une liste com (...)

48En effet, l’appartenance aux FAFL devient également incertaine au fil du temps et tout particulièrement à la fin de la guerre où les personnels deviennent de plus en plus mélangés du fait des effets de la fusion de juillet 1943 et du brassage progressif qui en résulte. Les plus anciens des FAFL étant retirés des opérations, il devient de plus en plus difficile de distinguer ralliés tardifs et navigants venant d’Afrique du Nord et issus de l’ex-armée de l’air de Vichy52.

49En juillet 1943, les FFL et les forces militaires de Vichy stationnées en Afrique et qui ont repris le combat aux côtés des Alliés fusionnent pour constituer les Forces françaises combattantes (FFC). Ce processus touche bien évidemment les différentes armées dont l’aviation. Les FAFL disparaissent donc en tant que telles pour être intégrées au sein de la nouvelle armée de l’air reconstituée. Pour autant la fusion effective sera beaucoup plus lente, progressive et tardive. Elle n’interviendra vraiment qu’à l’approche de la fin de la guerre. Dans un premier temps, les unités comme les personnels gardent leur identité et ne se mélangent pas. Mais les ex-FAFL sont confrontées à des problèmes d’effectifs puisque leur recrutement propre s’arrête à l’été 1943. Pour maintenir les effectifs de leurs unités, elles ne disposent plus que des navigants encore en formation que ce soit en Angleterre, au Canada, ou encore au Levant, et de moins en moins nombreux, alors que les effectifs et le nombre des unités de l’ex-armée de l’air de Vichy sont sans commune mesure.

50La fusion effective ne progressera de manière significative qu’à partir de l’été 1944 et ce en raison d’un double processus. D’une part, la plupart des « vieux » navigants FAFL, dont certains sont engagés depuis 1940 ou 1941, sont alors définitivement retirés des opérations, mis au repos, affectés à des unités de transport beaucoup moins exposées, ou encore à des fonctions d’état-major. Pour maintenir ces unités opérationnelles, il est donc nécessaire de combler les vides provoqués par ces départs en faisant appel à des personnels non FAFL. Les GC Île-de-France, Alsace et Normandie, le GB Lorraine intègrent alors une proportion croissante de non FAFL. Les derniers pilotes FAFL survivants du Normandie quittent le groupe en décembre 1944 avec le lieutenant-colonel Pouyade et, dès lors l’unité n’est plus constituée que de pilotes non FAFL sous le commandement du commandant puis lieutenant-colonel Delfino.

51Pour sa part, le GB Bretagne connaît une mutation très importante entre la fin de l’année 1943 et le début de 1944. Groupe relativement marginal et isolé depuis sa création en tant que tel en 1942, faiblement doté en effectifs, moyens et appareils, il est transformé en groupe de bombardement moyen (GBM), comme cinq autres groupes issus de l’ex-armée de l’air de Vichy avec lesquels il est intégré pour former deux escadres (31e et 34e) constituant la 11e brigade de bombardement moyen. Équipé de bombardiers Martin B-26 Marauder modernes qui nécessitent des personnels beaucoup plus nombreux que les ex-FAFL ne peuvent fournir, sa composition change alors profondément.

52Un processus contraire constitue un autre facteur de fusion qui contribue à atténuer progressivement les identités originelles des unités et à rapprocher les personnels : celui de « l’essaimage », c’est-à-dire de l’affectation de pilotes FAFL à des unités non FAFL. Il n’est pas général et il touche plus particulièrement les GC I/2 Cigognes et II/2 Berry stationnés en Angleterre et intégrés non seulement à la RAF (329 et 345 Squadrons) mais également dans la même escadre (145e Wing de la RAF) que les deux groupes FAFL en Angleterre Île-de-France et Alsace. Un troisième GC est également concerné : le GC III/3 Ardennes, constitué en Palestine en 1944 puis transféré en AFN, qui a une histoire particulière dans la mesure où une partie de ses effectifs provient du Levant, territoire administré par la France Libre depuis l’été 1941, et appartenait aux FAFL. En dehors de ces quelques unités, l’essaimage sera cependant très limité en raison de la faiblesse et de la diminution progressive des effectifs d’origine FAFL.

L’asymétrie d’information

53Mais le problème central auquel est confrontée toute étude extensive des aviateurs de la France Libre est celui de la grande asymétrie d’information et de documentation selon différentes variables : unités, grades, palmarès, distinctions, longévité, affectations, etc. Elle est à l’origine de biais de surreprésentation : les figures marquantes, les « as », les décorés (les Compagnons de la Libération tout particulièrement), les gradés, les morts (notices détaillées) ; ou, au contraire, de sous-représentation (les obscurs et les « sans-grades » sur lesquels on a peu voire pas du tout d’informations) liés aux sources.

  • 53 En particulier : René Bonnafé (Artois), Antoine Ducray (Bretagne), Michel Meyrand (Bretagne), Marc (...)

54Beaucoup de fiches individuelles de la liste Ecochard, la majorité même, sont tellement sommaires qu’elles sont totalement inexploitables, personnels au sol et navigants n’étant pas distingués et l’unité d’affectation n’étant pas mentionnée. Cette asymétrie d’information, plus curieusement, peut concerner également certains commandants d’unités qui n’ont pas tous laissé nécessairement beaucoup de traces. Tout particulièrement les commandants des groupes Bretagne, Artois et Picardie, considérés comme plus périphériques, sinon secondaires53.

  • 54 Par exemple (par ordre alphabétique) : Jean Buiron, pilote de chasse à l’Île-de-France puis à l’Al (...)

55Le dépouillement systématique de la liste Ecochard a cependant permis d’augmenter très sensiblement le nombre des navigants identifiés. Mais il semble qu’elle ne soit pas complète et elle comporte même des lacunes parfois étonnantes. Des aviateurs connus, pilotes ou navigateurs, et dont l’existence est attestée de manière convergente par des témoignages et des photos, en sont curieusement absents, alors que leur appartenance aux FAFL ne peut être mise en doute, ne serait-ce que pour des raisons chronologiques (présence attestée avant la fusion de juillet 1943)54.

56On voit donc que beaucoup d’incertitudes demeurent et qui ne peuvent véritablement être levées. On ne connaît même pas très précisément, c’est le moins que l’on puisse dire, quels ont été les effectifs globaux des FAFL, toutes catégories confondues : personnels au sol, services administratifs et parachutistes inclus ; ni ceux cumulés du personnel navigant en tant que tel au cours de la guerre. Les chiffres donnés par les auteurs de référence en ce domaine (Charles Christienne, Patrick Facon, Jean-François Muracciole) varient très sensiblement. Dès lors, on en est réduit à l’estimation et donc à l’approximation. Mais la méthode privilégiée et mise en œuvre, en dépit de ses limites et imperfections, présente au moins l’avantage d’en proposer une vision extensive.

Notes

1 Le Squadron, qu’il soit de chasse, de bombardement ou du Coastal Command, est l’unité opérationnelle de base de la RAF, l’équivalent du groupe français. Comme lui, il est composé de deux Flights (escadrilles). En règle générale, trois Squadrons forment une Wing (escadre) et plusieurs Wings constituent un Group (division aérienne).

2 L’historique des différentes unités des FAFL est très largement connu. Voir par exemple dans cette perspective les sites de l’Ordre de la Libération [www.ordredelaliberation.fr], de la Fondation Charles de Gaulle [www.charles-de-gaulle.org], ou encore de la Fondation de la France Libre [www.Francelibre.net]. On ne s’intéressera pas davantage à la question des motivations qui a déjà fait l’objet de travaux d’historiens : Charles Christienne, « Typologie et motivation des Forces aériennes françaises libres », Recueil d’articles et études (1984-1985), Vincennes, Service historique de l’armée de l’air, 1991 ; François Pernod, « Les FAFL : une étude de motivation », Revue historique des armées, no 2, 1990, p. 114-23. François Pernod, « Les Forces aériennes françaises libres en 1941, motivations des engagés et création des premiers groupes », Colloque L’année 1941 en Europe. La mondialisation du conflit, Caen, Mémorial de Caen, 28-29 novembre 1991 ; Actes, Caen, CRHQ – université de Caen, Éditions du Lys, 1991, p. 123-130.

3 La notion de « personnel navigant » est ici entendue au sens large et non au sens strict et purement administratif du terme, en fonction d’un seul critère d’âge. En effet, un certain nombre de membres du haut-commandement n’appartenant plus officiellement à cette catégorie ont continué de voler et, à l’occasion, de participer à des missions de guerre : le général Martial Valin lui-même, commandant en chef des FAFL ; le colonel Édouard Corniglion-Molinier qui, par exemple, participe avec le colonel Louis Plagne à un bombardement de Hambourg le 27 juillet 1943 sur Boeing B-17 Forteresse volante depuis l’Angleterre ; le commandant Joseph Pouliquen, commandant en 1942 du GC1 Alsace après le départ de Tulasne puis du GC3 Normandie lors de sa mise sur pied en Syrie. En mars 1943, il retourne en Angleterre comme commandant adjoint du Lorraine où il effectue plusieurs missions. Adjoint au commandant des Forces aériennes françaises en Grande-Bretagne (FAFGB) en février 1944 et lieutenant-colonel en mars 1945, il retrouve le GB Lorraine où il effectue encore quelques missions sur l’Allemagne. Des photos en combinaisons de vol en témoignent.

4 Christelle Rit (dir.), Inventaire d’archives, sous-série 4 D. Seconde Guerre mondiale : Forces aériennes françaises libres et Forces Alliées, Vincennes, SHAA, 1993. En particulier : chap. 3 : « Forces aériennes françaises libres », p. 42-49 ; et chap. 4 : « Forces aériennes françaises en Grande-Bretagne », p. 50-55 (cet inventaire est disponible sur Internet sous format pdf).

5 Ancien sous-officier des troupes de marine, trop jeune pour avoir connu la guerre, mais véritable mémoire des FAFL (et à ce titre il a été fait membre d’honneur de l’amicale des FAFL) et habitué des archives du SHAA, il s’est consacré à cette tâche depuis de très nombreuses années en rédigeant de très nombreuses notices biographiques qui, par exemple, ont grandement contribué à enrichir les fiches individuelles de la « liste Ecochard » (voir infra).

6 Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre. De l’appel du 18 juin à la Libération, 2 t., Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2001 ; Jean-François Muracciole, Histoire de la France libre, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », no 1078, 1996 ; Jean-François Muracciole, Les Français libres, l’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009 ; Rémi Porte, La France libre. L’épopée des Français libres au combat, Paris, Éditions LBM, 2004.

7 Pierre Miquel, Compagnons de la Libération, Paris, Denoël, 1995 ; Jean-Christophe Notin, 1 061 Compagnons. Histoire des compagnons de la Libération, Paris, Perrin, 2000 ; Daniel Rondeau et Roger Stéphane, Des hommes libres. Histoire de la France libre par ceux qui l’ont faite, Paris, Grasset, 1997.

8 Elles viennent d’être éditées sous la direction de Vladimir Trouplin, conservateur du musée de l’Ordre de la Libération, sous le titre : Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Elytis, 2010.

9 François Broche, Georges Caïtucoli et Jean-François Muraciolle (dir.), Dictionnaire de la France libre, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010.

10 Yves Courrière, Normandie-Niemen. Un temps pour la guerre, Paris, Presses de la Cité, 1979 ; Yves Donjon, Ceux de Normandie-Niemen, Sables-d’Or-les-Pins, Éditions Astoure, 2002 ; Christian-Jacques Ehrengardt, Normandie-Niemen, 39/45 Magazine, Paris, Éditions Heimdal, 1989.

11 François Broche, Les bombardiers de la France libre. Groupe Lorraine, Paris, Presses de la Cité, 1979.

12 Vital Ferry, Croix de Lorraine et croix du sud 1940-42 : aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Aix-en-Provence, Éditions du Gerfaut, 2005 ; Yves Morieult, Croix de Lorraine sur Dieppe, Agen, Aéro-Éditions, 2002.

13 Henry Lafont, Aviateurs de la liberté. Mémorial des Forces aériennes françaises libres, Vincennes, Service historique de l’armée de l’air, 2002, qui identifie la très grande majorité des morts des FAFL et constitue donc la première source encore partielle mais extensive, même si elle comporte des lacunes et des oublis ; Philippe Listemann, Pierre-André Tilley et Christian-Jacques Ehrengardt, Les pilotes de chasse français 39-45, Fleurance, Aéro-Éditions, 1999 ; Daniel Porret et Franck Thévenet, Les As de la guerre 1939-1945, 2 t., Vincennes, Service historique de l’armée de l’air, 1991.

14 Patrick Collet, Itinéraire d’un Français libre. Jacques-Henri Schloesing, Paris, L’Esprit du Livre, 2010 ; André Martel, Félix et Colette Pijeaud. Deux héros oubliés de la France libre, Toulouse, Privat, 2006 ; Yves Morieult, L’épopée d’un aviateur de la France Libre 1940-1946. Jacques Gaston « Tony » Murray, navigateur bombardier dans la Royal Air Force, Metz, Auto-Édition, 2009.

15 Philippe Chéron, Bonsoir Nadette. Carnets de Marc Hauchemaille, pilote de la France libre 1940-1942, Darnétal, Éditions Petit à Petit, 2004 ; Marie-Anne Lecouté-Loewe, Jean Lecouté, pilote FAFL dans la RAF. Attaque au clair de lune sur Sunderland, Paris, Éditions TMA, 2008 ; René Mouchotte, Les carnets de René Mouchotte, commandant du groupe de chasse Alsace dans la RAF, Paris, Flammarion, 1949 (nombreuses rééditions ; édition définitive : Mes carnets. Juin 1940-août 1943, Vincennes, Service historique de l’armée de l’air, 2001).

16 Constantin Feldzer, On y va ! Un pilote de Normandie raconte, Boulogne, Axis, 1987 ; Roland de La Poype, L’épopée du Normandie-Niemen, Mémoires, Paris, Perrin, 2007.

17 Jacques Andrieux, Le ciel et l’enfer, Paris, Presses de la Cité, 1965 ; Jacques Andrieux, Une poignée d’as, Paris, Presses de la Cité, 1976 ; Bernard Dupérier, La vieille équipe, Paris, Berger-Levrault, 1950 ; Bernard Dupérier, Chasseur du ciel, Paris, Perrin, 1991 ; Claude Raoul-Duval, Ciel de sable, Paris, France-Empire, 1978.

18 François Sommer et Martial Valin, Les Sans-Culottes de l’Air. Histoire du groupe Lorraine, Paris, Robert Laffont, 1954 ; Jacques Soufflet, Un étrange itinéraire, Paris, Plon, 1984.

19 Pierre Clostermann, Le Grand Cirque. Souvenirs d’un pilote de chasse FFL dans la RAF, Paris, Flammarion, 1948 (nombreuses rééditions ; dernières rééditions : Le Grand Cirque 2000. Mémoires d’un pilote de chasse FFL dans la RAF, 2001 et 2008). Romain Gary, La promesse de l’aube, Paris, Gallimard, 1960 ; André Jubelin, Marin de métier, pilote de fortune, Paris, France-Empire, 1964 ; Pierre-René Moine, Les pilotes de la gloire. Guerres et paix d’un aviateur de la France libre. 1939-1955, Fontenay-sous-Bois, SIDES, 1997 ; André Moynet, Pilote de combat, Paris, La Pensée Moderne, 1955 ; Jean de Pange, Nous en avons tant vu… De Koufra au Normandie-Niemen, Metz, Éditions Serpenoise, 1999.

20 No 62 (1972), 63 (1972), 64 (1973), 65 (1973), 67 (1974), 70 (1975).

21 La naissance des FAFL au Moyen-Orient (t. 1), no 128, 1989 ; Le groupe de chasse Alsace en Libye 1942 (t. 3), no 136, 1990.

22 Les FAFL en Angleterre 1940-1942 (t. 2), no 133, 1990 ; Les chasseurs français en Angleterre 1942-44 (t. 4), no 138, 1991 ; Les chasseurs français en Angleterre 1943-45 (t. 5), no 143, 1992 ; Max Guedj et les Français du Coastal Command (t. 6), no 152, 1995.

23 Le Groupe Lorraine, 1re partie (t. 7), no 166, 1998 ; 2e partie (t. 8), no 167, 1998 ; 3e partie (t. 9), no 171, 1999 ; 4e partie (t. 10), no 174, 2000 ; 5e partie (t. 11), no 176, 2001.

24 Le groupe Bretagne (t. 12), no 202, 2008.

25 Dictionnaire de la France libre, op. cit., p. 494-496.

26 Les meilleurs spécialistes ne sont parfois pas totalement à l’abri des telles approximations. Ainsi par exemple, Jean-François Muracciole qui écrit assez étrangement : « […] Normandie combattit sur le front de l’Est du printemps 1943 à septembre 1944 [?] sous les ordres du général Delfino. […] Une dizaine de ses pilotes sont les seuls Français à avoir été faits “Héros de l’Union soviétique” », La France pendant la Seconde Guerre mondiale. De la défaite à la Libération, Librairie générale française, Le livre de Poche, coll. « Inédit », 2002, p. 387. Le commandant puis lieutenant-colonel Delfino (ce n’est que beaucoup plus tard qu’il sera promu général), quatrième et dernier commandant du Normandie, ne peut en aucun cas être considéré comme un Français Libre, contrairement à ses trois prédécesseurs : les commandants Joseph Pouliquen et Jean Tulasne (tué au combat dès juillet 1943) et le lieutenant-colonel Pierre Pouyade. Il n’a commandé cette unité que de décembre 1944, après le retour en France des derniers survivants des pilotes FAFL, à la fin de la guerre. Par ailleurs, quatre pilotes seulement de cette unité ont été faits « Héros de l’Union soviétique », dont trois FAFL authentiques faits également Compagnons de la Libération : Marcel Albert, 23 victoires homologuées, décédé en 2010 ; Marcel Lefèvre, 11 victoires homologuées, mort de ses blessures en juin 1944 ; Roland de la Poype, 16 victoires homologuées, dernier survivant des pilotes FAFL de cette unité.

27 Certaines publications, y compris du SHAA, le suggèrent pourtant : Charles Christienne, « Typologie et motivation des Forces aériennes françaises libres », loc. cit., p. 103.

28 Auxquelles il faudrait encore ajouter les deux flottilles 7FE et 2FB de l’aéronavale reconstituée (343 et 344 Squadrons équipés d’appareils anglais).

29 Loc. cit., tableau, p. 110.

30 Patrick Facon, « 60 ans après, l’histoire a jugé », « Les forces aériennes françaises libres », Air Actualités. Le magazine de l’armée de l’Air, numéro spécial, no 552, juin 2002, p. 66.

31 François Marcot, Bruno Leroux et Christine Levisse-Touze (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance. Résistance intérieure et France libre, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, p. 244-245. Dans cet ouvrage, une seule unité fait l’objet d’une notice : Normandie-Niemen (p. 253-254) et trois grandes figures des FAFL seulement sont retenues : Max Guedj, commandant d’un Squadron du Coastal Command, tué en janvier 1945 en Norvège ; le commandant René Mouchotte, tué en août 1943 ; le lieutenant-colonel Charles Pijeaud, premier chef d’état-major des FAFL, mort de ses blessures en Égypte en janvier 1942 après avoir été abattu.

32 op. cit., p. 564-566. L’origine de ces différents chiffres n’est pas précisée.

33 Elle a permis en particulier de « découvrir » des aviateurs dont on n’avait pratiquement jamais entendu parler avant du fait d’affectations quelque peu marginales, et de constituer des notices détaillées à leur sujet : par exemple pour les pilotes de chasse, Achille Brisset, Pierre Decroo, René Girerd, Jean Homolle, Gilbert Morisson, Pierre Oléon (alias Orlemont), Daniel Rastel, André Tavernier, Pierre de Vernheil, etc. ; pour les autres : Antoine Ducray, Marcel Florein, Georges Golay, Joseph Halléguen, Michel Meyrand, Jacques Murray, René Puyt, Ottino Sabbadini, Claude Serf, Michel Veber.

34 Jean Padioleau, L’État au concret, Paris, Presses universitaires de France, 1982, p. 10-11.

35 Par exemple, la « bande à Montal », du nom du capitaine Henri de Montal, commandant d’un groupe d’une trentaine de FAFL formés dans les écoles de la RAF au Kenya, transféré en Angleterre en faisant le tour de l’Afrique, ce non sans que leur bateau ait été torpillé et coulé par un sous-marin allemand au large de l’Afrique du Sud en novembre 1942, avant de rejoindre pour la plupart le GB Lorraine. Il a été tué avec tout son équipage en décembre 1943 dans la collision en vol entre deux appareils. 19 membres de ce groupe de 31, soit les deux-tiers, ont été tués au cours de la guerre.

36 Ralliements par évasions (rupture) : évasions par avion ou par bateau depuis la France en juin 1940, évasions par avion depuis l’AFN en 1940-1941, ralliements depuis la Syrie et le Liban en 1940, ralliements depuis les quatre coins du monde (Djibouti, Afrique, Indochine, Pacifique, Antilles, etc.), évasions de France par les Pyrénées, l’Espagne et le Portugal de 1941 à 1943.

37 Ralliements sur place (continuité) : ralliements en AEF en 1940, ralliements après la campagne de Syrie à l’été 1941, ralliements à Madagascar en 1942, ralliements en AFN en 1942-1943 qui ont été particulièrement nombreux, comme en témoigne le tri par année d’engagement de la liste Ecochard.

38 Par exemple et cette liste n’est qu’indicative : Astier de Villatte, Beaumont d’Antichamps, Bordas (de), Brettes (de), Fenaux de Maismont, Forges (de), Gelé de Francony, Goujon de Thuisy, Grammont (de), Halna du Fretay, Jacquelot du Boisrouvray, Jochaux du Plessis, Joubert des Ouches, Labouchère (de), Lafite de Pelleport (de), La Poype (de), Tedesco (de), La Roche Souvestre (de), Le Forestier de Vendeuvre, Marmier (de), Mézillis (de), Montal (de), Montbron (de), Pange (de), Pougin de la Maisonneuve, Rancourt de Mimerand (de), Robeveil de Sampigny (de), Sainte-Colombe (de), Saint-Péreuse (de), Saint-Phalle (de), Saxcé (de), Scitivaux de Greitsche (de), Sibour (de), Stadieu (de).

39 En 1940, les FAFL ne comptent en effet comme officiers supérieurs que trois commandants : Pierre Carretier, Lionel de Marmier et Charles Pijeaud (premier chef d’état-major des FAFL). En 1941, les ralliements de Martial Valin (lieutenant-colonel, chef d’état-major puis commandant en chef des FAFL), Édouard Corniglion-Molinier (commandant, futur chef d’état-major des FAFL au Moyen-Orient), Charles Luguet (colonel, chef d’état-major des FAFL de décembre 1941 à avril 1942) et Pierre Coustey (lieutenant-colonel, chef d’état-major des FAFL d’avril 1942 à mars 1943) permettent d’améliorer l’encadrement des FAFL à ce niveau. D’autres ralliements d’officiers supérieurs interviendront plus tardivement en 1942 et 1943 : les lieutenants-colonels Georges Andrieu en janvier 1943 (chef d’état-major des FAFL d’avril 1943 à novembre 1944), Robert Lasserre en mars 1943 (chef d’état-major des FAFGB en Angleterre mais qui ne figure pas sur la liste Ecochard), Louis Plagne en mars 1943 (commandant de l’artillerie de l’air en Corse et en Provence). Il faut souligner qu’en dehors des quatre premiers cités, les membres du haut-commandement des FAFL sont pratiquement inconnus, la vie des unités opérationnelles ayant seule retenu l’attention.

40 Les FAFL comptent un autre petit-fils de maréchal de la Grande Guerre : Émile (dit François) Fayolle qui participe à la bataille d’Angleterre avant de rejoindre en 1942 le GC Île-de-France où il sert comme chef d’escadrille. Il prend ensuite le commandement du 174 Squadron équipé de Hurribombers (version d’attaque au sol du chasseur Hurricane), avant d’être abattu et tué peu après, le 19 août 1942, lors de l’opération de Dieppe avec deux autres pilotes Français Libres qui appartenaient à cette même unité.

41 Charles Christienne, loc. cit., tableau, p. 110.

42 Jean-François Muracciole, Histoire de la France libre, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que-sais je ? », no 1078, 1996, p. 60.

43 Henry Lafont, Aviateurs de la liberté…, op. cit. Mais il comporte des oublis et n’est pas complet.

44 Patrick Facon, « 60 ans après, l’histoire a jugé », « Les forces aériennes françaises libres », Air Actualités. Le magazine de l’armée de l’Air, numéro spécial, no 552, juin 2002, p. 66.

45 Émile Chaline (amiral), « Les FNFL – Les Forces Navales Françaises Libres », Espoir, no 100, 1995, [www.charles-de-gaulle.org], qui écrit : « Le tribut payé pour avoir été toujours en première ligne est lourd. Les FNFL ont perdu au combat ou par fortune de mer 10 bâtiments et 600 hommes, soit 17 % des effectifs combattants. »

46 Soit 170 morts pendant le siège (100) et la sortie (70), 160 morts égarés pendant et après la sortie, selon Jean-Louis Cremieux-Brilhac, La France libre…, op. cit., chap. 16, p. 465-484. À ces chiffres, il faut cependant ajouter les 150 prisonniers morts dans le torpillage de leur bateau lors de leur transfert en Italie.

47 Le Coastal Command était avec le Fighter Command et le Bomber Command, le troisième grand commandement opérationnel spécifique de la RAF, sans aucun équivalent dans l’armée de l’air (un quatrième sera créé en 1944 pour assurer le soutien au sol des troupes terrestres britanniques et canadiennes : le Tactical Command auquel appartiendront les GC Île-de-France, Alsace et Cigognes ainsi que le GB Lorraine). La principale activité de ces unités était la réalisation de missions d’assaut en mer ou près des côtes contre les bâtiments allemands en Manche, dans le golfe de Gascogne, au large des côtes norvégiennes, mais également plus épisodiquement, en Méditerranée. Cette composante des FAFL était pratiquement inconnue avant la publication du numéro de la revue Icare (no 152, 1995) et du Mémorial des FAFL publié par le SHAA en 2002, qui a donné une identité à ces pilotes presque totalement oubliés en dehors de Max Guedj.

48 Réédition J’ai Lu, 1990, p. 9 ; dernière réédition modifiée, J’ai Lu, 2008, p. 106 et 146.

49 La promesse de l’aube, première Édition 1960, réédition Folio, 2002, p. 323-324.

50 Par exemple, on a eu ainsi pendant longtemps deux notices distinctes concernant deux pilotes ayant des profils différents : un Marcel Rousselot, pilote de chasse dans différents Squadrons anglais en 1942 et un Antoine Rousselot, pilote de bombardement au GB Lorraine en 1943-1944, Compagnon de la Libération, avant de se rendre compte qu’il s’agissait de la même personne.

51 Par exemple et pour le seul groupe Lorraine (à l’exception de l’avant-dernier) : Louis Andlauer (alias René Mathis), Jean d’Astier de la Vigerie (alias Baralier), fils du général d’aviation François d’Astier de la Vigerie qui rejoindra lui-même la France Libre en novembre 1942, Bernard Bercovici (alias Bercault), Pierre Lévêque (alias Niel), Pierre Oléon (alias Orlemont), Léon Wainstein (alias Stone).

52 C’est pour cette raison que, complémentairement au fichier principal, on a constitué une liste complémentaire de navigants qui ont été affectés à des unités FAFL en 1944, mais qui ne figurent pas sur la liste Ecochard et dont en définitive on est incapable de dire aujourd’hui s’ils ont appartenu ou non aux FAFL.

53 En particulier : René Bonnafé (Artois), Antoine Ducray (Bretagne), Michel Meyrand (Bretagne), Marcel Morel (Artois), André Noël (Bretagne puis Picardie), Quenet (Bretagne) au sujet duquel on n’a pas pu trouver le moindre élément biographique.

54 Par exemple (par ordre alphabétique) : Jean Buiron, pilote de chasse à l’Île-de-France puis à l’Alsace ; Pierre Carretier, commandant de l’air en AEF en 1940-1942 ; Jean Clerc-Scott, pilote de chasse à l’Alsace en 1943 ; Pierre Coustey, chef d’état-major des FAFL en 1942-1943, fonction où il succède au lieutenant-colonel Pijeaud, au colonel Martial Valin et au colonel Luguet ; Antoine Ducray, commandant du GB Bretagne ; Francis Melville-Lynch, pilote au GRB1 puis au GB Lorraine ; Pierre-René Moine, pilote au GDC Picardie puis au GC Ardennes en 1944 ; André Noël, premier commandant du Bretagne puis du Picardie ; Léon Schaffner, navigateur au Lorraine, pourtant abattu et fait prisonnier en septembre 1943.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540