Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la France libre

La France Libre et le scoutisme

Jean-Jacques Gauthé

Texte intégral

1Fondé en 1907 en Grande-Bretagne par Baden-Powell, le scoutisme est un mouvement d’éducation visant à développer, notamment par la loi scoute, la promesse, le jeu et la vie dans la nature, les différentes dimensions de la personnalité des jeunes. Il se caractérise par ses dimensions internationale et interconfessionnelle et se définit comme une fraternité mondiale au service de la paix.

  • 1 Pierre Cazenavette et André Basdevant, « Le scoutisme », Mouvements de jeunesse, École nationale d (...)

2Dans la France de 1939, il constitue un phénomène social majeur. Il touche 150 000 garçons et filles, organisés en six associations1. Il a également remporté un vif succès dans le monde puisqu’il touche à cette date 3,3 millions de garçons et 1 million de filles. Dans de nombreux pays d’Europe, au cours des années 1930, les régimes fascistes l’ont interdit.

  • 2 Jean-François Muracciole mentionne dans son livre Les enfants de la défaite, la résistance, l’éduc (...)

3Dès l’été 1940, la France Libre organise un mouvement de scoutisme en Grande-Bretagne, les Éclaireurs français de Grande-Bretagne (EFGB). C’est le seul mouvement de jeunesse organisé au sein de la France Libre. Les grands mouvements de jeunesse de l’Action catholique (JEC, JOC) ou les organisations sportives ne créeront pas de telles structures2. La situation du scoutisme est donc spécifique.

Les débuts du scoutisme de la France Libre et ses développements

  • 3 Jean-François Muracciole, Les Français libres, l’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 177

4Jean-François Muracciole note le poids du scoutisme dans l’appartenance des Français Libres avant-guerre à une structure associative3. Sur un échantillon de 804 Français Libres, 11,4 % sont passés par le scoutisme. Ce chiffre est à comparer aux 2,5 % issus des mouvements de jeunesse d’Action catholique. Le scoutisme est, dans cet échantillon, la structure associative ayant le pourcentage le plus élevé d’adhérents ayant rejoint la France Libre. Il faut manifestement y voir une conséquence de la très forte imprégnation patriotique des mouvements scouts de l’époque.

5Plusieurs initiatives de l’été et l’automne 1940 témoignent de la réalité de l’engagement patriotique de scouts aux côtés de la France Libre.

  • 4 Raymond Herbin est en 1940 sergent au bataillon de tirailleurs sénégalais du Moyen-Congo, détaché (...)

6L’une d’entre elles est spectaculaire. Le 5 septembre 1940, Raymond Herbin, commissaire régional adjoint des Éclaireurs de France d’Afrique-Équatoriale française (AEF), lance sur Radio Brazzaville un appel à la résistance pour les scouts et les guides et au ralliement à la France Libre. Le texte en est connu par sa publication dès le 7 septembre 1940 par le quotidien de Léopoldville L’Avenir colonial belge. Raymond Herbin4 y rappelle la répression dont étaient victimes scouts et guides de la part de Hitler et de Mussolini. Et il appelle au ralliement à la France Libre :

« Une France libre, une vraie France vient de renaître sous la généreuse impulsion des généraux De Gaulle et De Larminat et aussi, ne l’oublions pas, grâce à la flamme de quelques hommes. Rallions-nous à cette France, où que nous soyons. Aidons le mouvement de libération du territoire national […]. À vous tous, Éclaireurs de France, Scouts de France, Éclaireurs unionistes, Éclaireuses et Guides de France, en avant vers l’honneur et la liberté. En avant pour notre France libre. »

7Cet appel a été peu entendu, Radio Brazzaville étant à ce moment en phase de démarrage. Il convient dès lors de ne pas le surinterpréter. Mais il est intéressant en ce qu’il reflète l’état d’esprit d’un scout ayant précocement rallié la France Libre et illustre le particularisme scout.

  • 5 André Casalis, Cadets de la France libre, l’école militaire, Paris, Lavauzelle, 1994, reproduit le (...)
  • 6 André Casalis, op. cit., p. 21. Parmi eux, André Casalis, Éclaireur unioniste, et Gustave Lespagno (...)

8Une autre initiative est beaucoup plus connue. Il s’agit de la création dès juillet 1940 de la Légion des jeunes volontaires français et du camp de Brynbach au pays de Galles. Près de 200 garçons de moins de 18 ans, arrivés en Grande-Bretagne mais trop jeunes pour s’engager dans l’armée, y sont regroupés pour recevoir un début d’instruction militaire dans un cadre scout. La Boy Scouts Association britannique apporte une aide matérielle importante à l’installation de ce camp implanté dans une de ses propriétés. Elle fournit tentes et uniformes. Le mode de vie et les activités sont très inspirés de celles du scoutisme au désespoir des jeunes qui veulent combattre. Percy Everett, l’un des plus proches collaborateurs de Baden-Powell, lui rend compte de manière très précise du déroulement du camp5. Everett accompagne de Gaulle lors de son inspection le 26 août 1940. Même si plusieurs scouts français font partie de la Légion des jeunes volontaires français6, cette création se rattache beaucoup plus au monde militaire qu’à celui du scoutisme. Les membres de la Légion des jeunes volontaires français constitueront en effet ensuite l’École des cadets de la France Libre qui formera plusieurs promotions d’officiers de la France Libre.

  • 7 Interview d’Alfred Renou dans L’Éclaireur de France, déc. 1944 et historique détaillé dans le bull (...)
  • 8 Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 3.

9La principale initiative de la France Libre en matière de scoutisme est la création des Éclaireurs français de Grande-Bretagne. Alfred Renou, commerçant suisse d’origine française installé à Londres, y joue un rôle essentiel. Il a été membre de la troupe des Éclaireurs unionistes de France de Londres qui fonctionne depuis 19207. Le 15 juillet 1940, sept chefs scouts se réunissent. Pour eux, la France Libre doit disposer d’un mouvement scout. L’accord du général de Gaulle, celui de la Boy Scouts Association et du Bureau international du scoutisme sont évidemment nécessaires. Demandé par lettre du 25 juillet 1940, l’accord du général de Gaulle est donné dans une réponse adressée à Renou le 14 août 19408. Le chef de la France Libre pose ses conditions :

« Il est entendu que vous soumettrez à mon agrément le nom de la personne que vous désignerez comme commissaire fédéral. Dans ces circonstances, j’accepte bien volontiers de devenir président d’honneur de votre fédération à laquelle je souhaite un essor en proportion de la grandeur de la tâche qu’elle a à accomplir pour préparer les jeunes Français résidant en Grande-Bretagne aux destinées qui les attendent. »

  • 9 Bernard Le Marec, Les Français libres et leurs emblèmes, Paris, Lavauzelle, 1964, planche X, p. 21 (...)
  • 10 L’Association des scouts belges en Grande-Bretagne – Verbond der Belgische Scouts in Groot-Britann (...)

10La Boy Scouts Association donne son accord le 5 septembre 1940 et le Bureau international du scoutisme fait de même quelques jours après. Un insigne est créé : la fleur de lys, emblème du scoutisme mondial, dont les trois parties sont bleu, blanc, rouge9. Les scouts de plusieurs pays occupés organisent aussi un mouvement scout réfugié à Londres. C’est le cas des Belges10, des Polonais, des Tchèques, des Autrichiens, des Norvégiens.

  • 11 Documents d’information de la France libre, no 13, 1er mars 1942, p 19. Le message de De Gaulle es (...)

11C’est le capitaine vaisseau Roger Wietzel qui prend le rôle du président du comité de direction des Éclaireurs français de Grande-Bretagne. René Pleven est le président de l’association, mais son rôle semble avoir été très modeste. Le fait d’avoir choisi Wietzel, sous-chef d’état-major des Forces navales françaises libres, est significatif de l’importance que la France Libre attache au scoutisme. Renou est commissaire fédéral, Tavan, trésorier et Fontenoy secrétaire. Le général de Gaulle ne se désintéresse pas des activités des EFGB. Il fait lire un message par le colonel Billotte lors de la première assemblée des EFGB le 24 janvier 194211.

« C’est de cette nécessité qu’est né le scoutisme français qui a su donner à la jeunesse l’esprit social, l’esprit de sacrifice, l’amour de la patrie, et le goût de l’amitié entre peuples de bonne volonté, vertus indispensables à la paix comme à la guerre. Et c’est pourquoi maintenant dans les communautés françaises cruellement séparées, les scouts sont à la tête de l’esprit de résistance à l’ennemi, c’est pourquoi la Fédération des Éclaireurs français en Grande-Bretagne s’est rangée immédiatement sous le drapeau de la France libre. C’est pourquoi enfin, les scouts français prendront une belle part dans la victoire. »

  • 12 Le rôle de Wietzel n’apparaît jamais dans l’interview de Renou de décembre 1944 ni dans Les Tisons(...)

12L’année suivante, le 29 janvier 1943, le général de Gaulle participe à une réception donnée à l’occasion de l’assemblée générale des EFGB. Au cours de celle-ci, le médecin général Sicé est nommé président du comité de direction des EFGB en remplacement du capitaine de vaisseau Wietzel. Cette désignation a manifestement été conflictuelle pour des raisons ignorées12. Adolphe Sicé (1885-1957) est un vrai scout et un gaulliste historique. Médecin colonial, scout depuis 1912, il a créé en 1928 les premières troupes de Scouts de France à Brazzaville. Il a été à l’été 1940 l’un des principaux artisans du ralliement de l’AEF à la France Libre. Compagnon de la Libération depuis août 1941, il est depuis juillet 1942, inspecteur général des services sanitaires et sociaux de la France Libre.

  • 13 Lady Baden-Powell est rentrée en septembre 1942 du Kenya après la mort de son mari. L’Éclaireur de (...)

13Lors de cette réception, de Gaulle rencontre Lady Baden-Powell13. Percy Everett et de nombreux responsables du scoutisme et du guidisme britannique et international sont présents à ses côtés. Après l’hommage à Baden-Powell, le général de Gaulle déclare :

  • 14 Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 7. Les Documents d’information de la France libre, no 36, 15 févri (...)

« Il y a fort peu de choses qui en ce monde soient bien réussies. Le scoutisme sera une chose réussie demain comme aujourd’hui, parce qu’il est quelque chose d’humain, de pur, de désintéressé et de grand. Et tout cela, nous le devons au grand Homme à la mémoire duquel vous venez de rendre hommage14. »

Activités et les lieux du scoutisme de la France Libre

  • 15 Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 4.
  • 16 Voir la carte d’implantation dans le monde entier dans Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 12-13. L’im (...)

14Les scouts de la France Libre sont 50 en 1941, 350 en 1942 et 500 en 194315. Si en 1940 le mouvement ne concernait que les garçons, dès janvier 1941, des éclaireuses apparaissent. Leur assemblée générale de 1942 donne une répartition de 244 garçons et de 102 filles. Après 1943, les effectifs explosent à la suite de la fusion des EFGB et des scouts et guides des différents territoires ralliés à la France Libre dans le monde entier16. Courant 1944, le chiffre de 20 000 scouts et guides est atteint, des scouts de la France Libre existant même à New York. Le gros des effectifs se situe en Afrique du Nord.

15Les membres des EFGB sont les enfants de l’importante colonie française de Grande-Bretagne. Ils comprennent aussi des jeunes arrivés en 1940 pour rejoindre la France Libre. Ils portent le foulard bleu-blancrouge, une chemise grise et un pantalon ou une jupe bleu. Leurs activités sont celles de tous les scouts du monde : jeux, chants, activités dans la nature, service des autres…

  • 17 De mère française et de père anglais, elle a été éclaireuse à Paris jusqu’en 1939. Elle se mariera (...)

16Un quartier général des EFGB est installé à Londres 26 Hanover Square. La France Libre les finance et leur a affecté des permanents rattachés à l’état-major particulier du général de Gaulle, signe de l’importance qu’elle attache au scoutisme. Il s’agit du sergent Émile Delahousse, issu des Scouts de France, qui s’est notamment occupé de l’encadrement du camp de Brynbach, de l’adjudant André Schneider, issu des Éclaireurs unionistes, et du sergent Gladys Arrowsmith, issue de la Fédération française des éclaireuses, secrétaire du Corps des volontaires françaises17. Les EFGB animent aussi la Maison du scoutisme. Celle-ci s’installe à Londres courant 1941. Elle héberge les scouts, militaires de passage à Londres.

17Les EFGB ont des publications : un bulletin mensuel pour les jeunes, Ça Gaze, qui deviendra en 1944 Toujours prêts, Grand largue pour les routiers (17-20 ans) et Entre chefs pour les cadres. Plusieurs ouvrages sont édités : en mars 1942, Éclaireurs de Baden-Powell, courant 1943, Le Troubadour, chansonnier du scoutisme français, en février 1944, le Manuel de l’éclaireur, réédition du manuel d’avant-guerre des Éclaireurs unionistes de France. La publication est financée par les scouts de Toronto.

  • 18 Blaise Alexandre (1920-2005) est nommé Compagnon de la Libération en octobre 1945.
  • 19 « Le dernier renfort de soldats français arrivé en octobre dernier comportait un clan de routiers. (...)

18Les EFGB sont organisés au sein de l’armée française. Il existe un clan routier au camp d’instruction de Camberley, le clan Lyautey. Son chef du clan est un jeune FFL, Blaise Alexandre18, arrivé en Grande-Bretagne le 1er juillet 1940 alors qu’il préparait Saint-Cyr. En août 1941, il quitte la Grande-Bretagne pour le Congo où il arrive en octobre. C’est lui qui informe les scouts et éclaireurs de cette colonie de la formation des EFGB19. Il existera aussi un clan routier à la caserne Bir-Hakeim dont le chef de clan est en 1943 Pierre Ory.

  • 20 Reproduite dans Scoutisme et collections, no 33, octobre 1993.

19Les EFGB sont aussi organisés dans la marine. Par une circulaire du 1er février 194120, Wietzel fait rechercher parmi les équipages FNFL les anciens scouts et éclaireurs « afin de faciliter la formation à bord des bâtiments d’équipes d’éclaireurs de haute mer dont le programme moral sera un apport précieux au maintien du bon esprit de nos équipages ». C’est Pierre Perdraut, ancien Éclaireur de France, officier sur le torpilleur Le Triomphant, qui est chargé d’organiser les Éclaireurs de Haute-Mer sur le modèle britannique.

20Au sein des Forces aériennes françaises libres, Jacques-Henri Schloesing, commandant du groupe de chasse Île-de-France, Compagnon de la Libération, ancien chef de la troupe « Paris Oratoire II » des Éclaireurs unionistes, suit attentivement les activités des EFGB. Il prend en décembre 1943 la direction des routiers EFGB alors qu’il est en convalescence.

21Même au sein du BCRA, les services secrets de la France Libre, des scouts sont actifs. C’est le cas de Pierre Rateau qui collabore au journal Volontaire pour la cité chrétienne et s’occupe des questions de jeunesse avec André Philip.

  • 21 Article avec photos dans The Times, 2 septembre 1941, « Les scouts de la France libre en camp ».

22Les EFGB ont une importante activité internationale avec les scouts réfugiés en Grande-Bretagne et les scouts britanniques. De nombreuses activités sont organisées en commun. À l’été 1941, scouts français, belges, polonais, tchécoslovaques campent ensemble près de Penrith, aidant les fermiers britanniques21. Le 1er juin 1943, un rallye regroupe 5 000 routiers de neuf nations à Sheffield. Chaque scout renouvelle sa promesse scoute dans sa langue maternelle.

23L’une des manifestations les plus surprenantes de l’activité du scoutisme de la France Libre est la fondation du clan routier de Miranda. C’est dans ce camp du nord de l’Espagne que sont internés les clandestins venus de France pour rejoindre la Grande-Bretagne. Rapidement, le camp regroupe plusieurs milliers de détenus de différentes nationalités, soumis à un régime très sévère. C’est dans cet univers qu’à partir de mai 1942, un clan routier est créé. Son nom est très significatif : le clan de l’Étape. Miranda n’est qu’une étape vers Londres.

  • 22 Témoignage de Delsemme dans G. Weber, op. cit., p. 151-212.
  • 23 Daniel Petit, « Maurice Chauvet, fusilier marin commando de la France libre », Scoutisme et collec (...)

24Ce clan est international. Son chef est un Belge, Armand Delsemme. Routier à Liège, il a joué un rôle important dans la résistance belge au sein du service de renseignements Luc-Marc en repérant au printemps 1942 les travaux de constructions de radars allemands en Belgique22. Son adjoint est un Scout de France, Maurice Chauvet, scout à Paris depuis 193123 qui passe plus d’un an à Miranda. Il sera l’un des 177 Français qui débarqueront le 6 juin 1944 en Normandie dans les rangs du commando Kieffer.

25Le clan de l’Étape va regrouper une trentaine de scouts, essentiellement Français et Belges, fonctionnera jusqu’en février 1944. Maurice Chauvet explique :

  • 24 Maurice Chauvet, op. cit., p. 64 et 66. L’insigne du clan de Miranda figure dans l’ouvrage de Bern (...)

« Notre clan […] est une belle aventure et notre travail le plus utile consiste à réconforter les très jeunes arrivants, à les aider d’un peu de nourriture supplémentaire, de quelques vêtements plus adaptés. […] Un insigne pour les routiers du clan de l’Étape est exécuté. Il sera porté par les scouts routiers ayant subi une série d’épreuves spéciales et distingués pour leur bonne camaraderie et leur respect d’une loi adaptée au camp : “Le scout ne ment pas trop, le scout chante et sourit même quand il a le ventre vide…” La petite fleur de lys rouge frappée des lettres RS (Rover Scout, routier en anglais) ne sera décernée pendant la brève existence de cette étrange unité qu’à vingt-huit membres, mais elle deviendra vite extrêmement populaire. Elle aura un impact certain sur la vie du camp, en permettant aux plus jeunes d’identifier les internés à qui demander de l’aide24. »

  • 25 Les Tisons, juin 1943, p 9. Kim, no 16, janvier 1944, p. 18.

26Les scouts de la France Libre comme les scouts belges évoquent le clan de Miranda dans leurs publications25. Les membres du clan de l’Étape s’étaient fait la promesse de se retrouver au pied de l’Obélisque, place de la Concorde à Paris, le 1er août de l’année suivant celle de la fin de la guerre. Le 1er août 1946, ils furent 14 à s’y retrouver tandis que certains envoyaient des télégrammes de Bruxelles et de Shangaï. 20 étaient morts ou disparus…

Le scoutisme de la France Libre, une organisation originale pratiquant un scoutisme pluriconfessionnel

  • 26 Léon Trentesaux (1908-2008) a été ordonné prêtre en 1932. Sous-lieutenant en 1940, il est évacué b (...)
  • 27 Frank Christol, né en 1884, responsable de l’Église réformée française de Londres depuis 1928, aum (...)
  • 28 Voir par exemple Grand largue, no 27, avril 1943, qui contient des articles des aumôniers catholiq (...)

27La France Libre rompt avec le modèle français d’un scoutisme organisé par association confessionnelle. Les EFGB ont dès leurs débuts un aumônier catholique, le père Léon Trentesaux26 et un aumônier protestant, le pasteur Frank Christol27. Les revues des EFGB publient ainsi des articles religieux sur un même thème, les uns signés par l’aumônier catholique et les autres par l’aumônier protestant28. Dans l’accord de mars 1943 créant le Conseil d’Empire du Scoutisme français, les Éclaireurs français de Grande-Bretagne sont explicitement comparés au « précédent du scoutisme indochinois ». En effet, depuis 1937, dans la péninsule indochinoise, l’ensemble des associations scoutes masculines a fusionné en une fédération unique, la Fédération indochinoise des associations de scoutisme, pluriconfessionnelle, organisée sur le modèle de la Fédération française des éclaireuses.

28Faut-il voir dans ce modèle original d’organisation du scoutisme une spécificité de la France Libre qui aurait réussi à transcender les clivages religieux ? Cette explication est tentante mais probablement insuffisante. Les scouts belges ou autrichiens en exil à Londres sont en effet dans la même situation que les Français. Organisés en plusieurs associations pour des raisons religieuses ou linguistiques, ils s’unissent à Londres dans une association unique, certainement à l’invitation du Bureau international du scoutisme.

  • 29 Fonds Bourgois, photo no 933. Je remercie Elisabeth Bourgois, auteur du livre Un aumônier des Forc (...)
  • 30 Mgr Myers est auxiliaire de l’archevêque catholique de Westminster, le cardinal Hinsley. Il suit l (...)

29Les catholiques français de Londres hésitent à adopter ce modèle d’un scoutisme interconfessionnel. Il est possible que le poids des protestants au sein des EFGB les ait inquiétés. Un courrier du 3 octobre 194129 de l’abbé Trentesaux au capitaine de vaisseau Wietzel fait le point des contacts qu’il a eu à ce sujet avec Mgr Myers30. Celui-ci lui précise les points suivants : l’autorité religieuse n’accordera aucune reconnaissance officielle aux Éclaireurs français de Grande-Bretagne. Mais ceux-ci peuvent constituer, pour la durée de la guerre, un scoutisme français en Grande-Bretagne, organisé au plan religieux selon le règlement religieux des scouts anglais. Des aumôniers catholiques assureront donc l’animation spirituelle des scouts catholiques mais les troupes seront interconfessionnelles.

  • 31 Documents d’information de la France libre, no 13, 1er mars 1942, p. 19.

30L’orientation générale des Éclaireurs français de Grande-Bretagne est toutefois nettement chrétienne. Le commandant Wietzel déclare lors de l’assemblée générale des EFGB de janvier 194231 :

« Les jeunes aussi ont répondu à l’appel du général De Gaulle et ils forgent patiemment en France, dans l’ombre et dans la souffrance, leur âme pour les luttes de demain. Qu’auront-ils pour les soutenir ? Le christianisme leur offre l’Evangile avec son esprit de sacrifice, son élan, son don total de soi. Cette attitude est compatible avec le scoutisme. »

  • 32 Volontaire pour la cité chrétienne, no 20, 30 septembre 1942, p. 3. L’article paraît sous le titre (...)

31Wietzel développe la même idée dans un long article publié en septembre 1942 dans Volontaire pour la cité chrétienne, l’organe des chrétiens de la France Libre32.

32Les EFGB ont donc constitué un modèle original avec leur scoutisme interconfessionnel. À la Libération, cette expérience originale ne sera pas reconduite en France et les clivages antérieurs à 1939 reprendront toute leur force. Seule, la Fédération française des éclaireuses continuera, jusqu’à sa disparition au début des années 1960, à promouvoir un scoutisme pluriconfessionnel.

L’unité du Scoutisme français et la politique jeunesse à Alger

33Le 23 mars 1943, Sicé annonce dans un télégramme à Renou que l’unité du Scoutisme français est réalisée dans le monde. La décision a été prise le 19 mars 1943 à Alger avec la création du Conseil d’Empire du Scoutisme français, issu du Scoutisme français d’Afrique. Le parallèle entre l’action politique de la France Libre et celle de son scoutisme est net. Pour ces deux structures, Alger est devenue le lieu central du pouvoir.

  • 33 Les Tisons, op. cit., p. 22-23. Un exemplaire de la délibération est conservé aux Archives général (...)
  • 34 De Chelle est commissaire régional des Éclaireurs unionistes pour l’Algérie depuis 1931. Sa femme (...)
  • 35 La revue paraîtra jusqu’en 1945. La qualité de sa présentation suppose une aide financière de la p (...)

34La délibération créant le Conseil d’Empire du Scoutisme français33 reconnaît les EFGB. L’union EFGB-Conseil d’Empire forme la Fédération du Scoutisme français-Organe provisoire de liaison. Celle-ci représente le Scoutisme français auprès du Bureau international du scoutisme. Le Conseil d’Empire du Scoutisme français assure la direction du scoutisme dans l’Empire. Deux chefs scouts sont nommés : Adolphe Sicé pour l’AEF et André Carré pour l’Afrique. Pierre de Chelle, commissaire régional d’Algérie des Éclaireurs unionistes34, est choisi comme représentant du Scoutisme français de l’Empire français et va rapidement remplacer Carré, mobilisé. Le Scoutisme français d’Empire s’organise activement. Dès janvier 1943, la revue Servir est lancée au Maroc. Cette revue imprimée est destinée aux jeunes et aux cadres des six mouvements du Scoutisme français en Afrique, tous les contacts avec la métropole étant coupés depuis novembre 194235.

  • 36 Jean-François Muracciole, Les enfants de la défaite, op. cit., p. 251-277.
  • 37 Il regroupe l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) qui comprend en Algérie, outr (...)

35L’unité du Scoutisme français intervient à un moment où les mouvements de jeunesse en Algérie mènent un combat virulent contre les projets du général Giraud pour la jeunesse36. Celui-ci a en effet préparé début 1943 un projet de statut des mouvements de jeunesse vivement dénoncé par ceux-ci, en raison de son caractère étatiste limitant leur autonomie et de sa méconnaissance du rôle des familles et des Églises. Ce texte amendé est promulgué le 30 mai 1943, à la veille de l’arrivée de De Gaulle à Alger. Dès le 3 juin 1943, de Chelle pour le Bureau impérial des mouvements de jeunesse37, Caquelin pour les Éclaireurs de France, le CPJ et l’ACJF s’adressent à de Gaulle et à Giraud pour dénoncer la promulgation de l’ordonnance du 30 mai 1943 et pour demander la création d’un conseil de la jeunesse.

  • 38 Les Tisons, op. cit., p. 23-24.

36Il faut remarquer ici la place du scoutisme dans ce débat. De Chelle intervient au nom du Bureau impérial, mais dirige en même temps le Scoutisme français. Celui-ci représente le bloc le plus nombreux et le mieux organisé des mouvements de jeunes. De Chelle écrit à Renou au printemps 194338 :

« Tous les essais d’étatisation de la jeunesse ont d’ailleurs échoué grâce à la compréhension mutuelle des mouvements et à la conjugaison de leurs efforts en vue de la reconstruction de la France à travers le redressement de sa jeunesse. Nous nous sommes toujours efforcés de rester fidèles à la technique scoute (formation des chefs par nous-mêmes et sans ingérence de l’État là encore) et à l’esprit scout (nous avons conservé intactes nos positions en face des problèmes raciaux, politiques et spirituels) et avons servi de centre pour les efforts de tous les mouvements de jeunes pour une action préservatrice et aussi constructive. »

37Le Comité français de libération nationale (CFLN) tire les conclusions de ce rapport de forces. Le 9 juillet 1943, de Chelle est nommé chef des services de la jeunesse sous l’autorité d’André Philip. Absorbé par bien d’autres tâches, celui-ci s’en remet largement à de Chelle pour la rédaction de l’ordonnance du 2 octobre 1943 portant statut provisoire des mouvements de jeunesse.

  • 39 Jean-François Muracciole, Les enfants de la défaite, op. cit., p. 271.

« Refusant l’excès étatiste, tout en affirmant la légitimité de l’intervention de l’État, réaffirmant les principes républicains tout en écartant l’hypothèque de la politisation de la jeunesse, il [ce texte] traçait les contours de la politique jeunesse de l’après-guerre39. »

38Les textes ultérieurs organisant le Conseil de la jeunesse tirent les conséquences du poids des mouvements scouts. Le décret du 27 mai 1944 attribue au Scoutisme français 5 de ses 15 sièges, entraînant une vive réaction des communistes. Et quand en février 1944 de Chelle quitte son poste des services de la jeunesse du CFLN, c’est un autre scout, Marcel Kergomard, des Éclaireurs de France, qui lui succède.

39Par son importance, le scoutisme de la France Libre a donc été l’un des principaux maîtres d’ouvrage des projets du CFLN sur la jeunesse qu’il a marqué de son empreinte.

40Le scoutisme de la France Libre a constitué une expérience originale où les circonstances lui ont permis de dépasser les clivages internes hérités de notre histoire nationale. Son succès illustre à la fois sa capacité d’adaptation à des situations très diverses mais aussi la volonté de la France Libre d’être présente dans tous les domaines, y compris sur le terrain de l’éducation. Le scoutisme de la France Libre a dès lors joué un rôle de premier plan dans l’élaboration des principes qui animeront les politiques jeunesse des IVe et Ve République. Son existence prouve que l’histoire du scoutisme en 1940-1944 ne peut être limitée à l’engagement maréchaliste de la direction de certaines associations, principalement les Scouts de France et les Guides de France.

41L’un des derniers actes du Collège d’Empire du Scoutisme français illustre la nouvelle page qui s’ouvre pour le scoutisme. En novembre 1944, ce collège reconnaît comme membre à part entière, aux côtés des associations européennes, les Scouts musulmans algériens. Quelques mois plus tard, en mai 1945, les Scouts musulmans algériens sont au premier rang des manifestations nationalistes dans toute l’Algérie, particulièrement à Sétif. Au Maghreb, en Afrique noire, au Levant, en Indochine, une petite élite de jeunes, issue du scoutisme, se lève pour jouer un rôle de premier plan dans l’émergence du nationalisme.

  • 40 Archives générales des Pères du Saint-Esprit, cote 3J3. 31a4. Le jamboree de Moisson rassemble en (...)

42Sicé, dont la plus grande partie de la carrière s’est déroulée aux colonies, est particulièrement conscient de cette évolution. Le chef des scouts de la France Libre écrit du jamboree de Moisson à un prêtre du Congo le 15 août 194740 qu’il est présent à ce rassemblement mondial de scouts « pour reprendre en main les scouts de l’Empire ». Il précise :

« Je travaille assidûment les délégations d’Indochine et de Madagascar pour tenter de contrebalancer, dans l’esprit même du scoutisme, la triste politique de ces politiciens qu’enrage la grandeur de la France. »

43Après l’aventure du scoutisme de la France Libre, une nouvelle page de l’histoire du scoutisme s’ouvre, celle de la décolonisation.

Notes

1 Pierre Cazenavette et André Basdevant, « Le scoutisme », Mouvements de jeunesse, École nationale des cadres d’Uriage, 1942, p. 16. Les effectifs se répartissent ainsi : Éclaireurs de France (association neutre, garçons), 25 000 membres, Éclaireurs unionistes de France (association protestante, garçons) 15 000 membres, Scouts de France (association catholique, garçons), 75 000 membres, Éclaireurs israélites de France (association juive, garçons), 2 000 membres, Fédération française des éclaireuses (association groupant trois sections, neutre, protestante et juive, filles), 15 000 membres, Guides de France (association catholique, filles), 18 000 membres. Un rapport des services d’information de la France Libre du 30 juillet 1943 sur le scoutisme reprend le chiffre total de 150 000 membres. Mais il oublie les Éclaireurs israélites et donne des chiffres très surestimés pour les mouvements féminins. Archives nationales, F 60 1676.

2 Jean-François Muracciole mentionne dans son livre Les enfants de la défaite, la résistance, l’éducation et la culture, Presses de sciences po, 1996, p 265, l’existence d’un groupe de Cœurs Vaillants en Grande-Bretagne. Les Cœurs Vaillants étaient des patronages catholiques de garçons. Ceux de la France Libre resteront isolés, tant des Cœurs Vaillants de France que de ceux des colonies.

3 Jean-François Muracciole, Les Français libres, l’autre résistance, Paris, Tallandier, 2009, p. 177.

4 Raymond Herbin est en 1940 sergent au bataillon de tirailleurs sénégalais du Moyen-Congo, détaché auprès de l’Inspection générale de l’instruction publique de l’AEF pour diriger l’organisation des mouvements de jeunesse indigène.

5 André Casalis, Cadets de la France libre, l’école militaire, Paris, Lavauzelle, 1994, reproduit les différents échanges entre Everett et Baden-Powell, p. 287-289 et la lettre de remerciement de de Gaulle à Everett, p. 247.

6 André Casalis, op. cit., p. 21. Parmi eux, André Casalis, Éclaireur unioniste, et Gustave Lespagnol, Scout de France, tous deux âgés de 16 ans et demi. Lespagnol a quitté Brest le 18 juin 1940, avant l’arrivée des Allemands.

7 Interview d’Alfred Renou dans L’Éclaireur de France, déc. 1944 et historique détaillé dans le bulletin Les Tisons no 1, bulletin de la Fédération du Scoutisme français – Organe provisoire de liaison, Londres, juin 1943, p. 2-11. Voir aussi Documents d’information de la France libre, no 13, 1er mars 1942, p 18-20, rendant compte de la première assemblée des EFGB à Londres le 24 janvier 1942.

8 Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 3.

9 Bernard Le Marec, Les Français libres et leurs emblèmes, Paris, Lavauzelle, 1964, planche X, p. 215.

10 L’Association des scouts belges en Grande-Bretagne – Verbond der Belgische Scouts in Groot-Britannie est fondée en octobre 1940. Elle regroupe environ 300 scouts et guides et publie la revue bilingue français-néerlandais Kim. Je remercie Thierry Scaillet et Sophie Wittemans, du Centre historique belge du scoutisme pour ces éléments.

11 Documents d’information de la France libre, no 13, 1er mars 1942, p 19. Le message de De Gaulle est reproduit en première page de Ça Gaze, organe des EFGB, no 26, février 1942.

12 Le rôle de Wietzel n’apparaît jamais dans l’interview de Renou de décembre 1944 ni dans Les Tisons no 1. Ce bulletin évoque par contre, p 2, des « démissions de commissaires » tandis qu’un télégramme de Renou du 9 avril 1943 au Collège provincial du Scoutisme français de Brazzaville signale : « Général Sicé chef président remplaçant Wietzel démissionnaire. » Archives générales des Pères du Saint-Esprit, cote 3J3. 31a4.

13 Lady Baden-Powell est rentrée en septembre 1942 du Kenya après la mort de son mari. L’Éclaireur de France, d’oct.-nov. 1944, publie une photo du général de Gaulle prenant le thé avec elle, prise ce jour-là.

14 Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 7. Les Documents d’information de la France libre, no 36, 15 février 1943, p 15, signalent la rencontre entre le général de Gaulle et Lady Baden-Powell.

15 Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 4.

16 Voir la carte d’implantation dans le monde entier dans Les Tisons, no 1, juin 1943, p. 12-13. L’implantation au Congo explique l’existence du riche fonds d’archives des Pères du Saint-Esprit sur le scoutisme de la France Libre. Charles-Édouard Harang est le premier à en avoir signalé le grand intérêt.

17 De mère française et de père anglais, elle a été éclaireuse à Paris jusqu’en 1939. Elle se mariera en décembre 1944 avec un scout belge rencontré au QG du Scoutisme français, Armand Delsemme. Guy Weber, Scouts résistants de la Cité ardente, Dinant, L. Bourdeaux-Capelle, 1992, p. 198-199 et 206.

18 Blaise Alexandre (1920-2005) est nommé Compagnon de la Libération en octobre 1945.

19 « Le dernier renfort de soldats français arrivé en octobre dernier comportait un clan de routiers. Le chef de clan Blaise Alexandre nous a mis au courant de l’organisation des Éclaireurs français de Grande-Bretagne groupant tous les scouts des différents groupements. Le père Alby nous a donné des détails complémentaires », rapport de Gaston Jeansotte, commissaire de province des Scouts de France d’AEF, Brazzaville, début 1942. Archives générales des Pères du Saint-Esprit, cote 3J3. 31a4.

20 Reproduite dans Scoutisme et collections, no 33, octobre 1993.

21 Article avec photos dans The Times, 2 septembre 1941, « Les scouts de la France libre en camp ».

22 Témoignage de Delsemme dans G. Weber, op. cit., p. 151-212.

23 Daniel Petit, « Maurice Chauvet, fusilier marin commando de la France libre », Scoutisme et collections, no 81, oct. 2005, p. 5-19. Maurice Chauvet, It’s a long way to normandy, 6 juin 1944, Jean Picollec Éditeur, 2004. L’ouvrage compte 17 références au scoutisme. « Dans les années difficiles qui s’ouvrent, la fraternité sous la bannière de Baden-Powell me soutiendra et m’aidera bien souvent », p 16. Maurice Chauvet, qui a dessiné l’insigne des commandos marine, est décédé le 21 mai 2010. Daniel Petit, « Ce n’est qu’un au revoir », Scoutisme et collections, no 100, juillet 2010, p. 4-12.

24 Maurice Chauvet, op. cit., p. 64 et 66. L’insigne du clan de Miranda figure dans l’ouvrage de Bernard Le Marec, op. cit., planche X, p. 215.

25 Les Tisons, juin 1943, p 9. Kim, no 16, janvier 1944, p. 18.

26 Léon Trentesaux (1908-2008) a été ordonné prêtre en 1932. Sous-lieutenant en 1940, il est évacué blessé vers la Grande-Bretagne. Il est de 1940 à 1944 aumônier catholique du quartier général des Forces françaises libres et du camp de Camberley. Il s’occupe aussi activement des Éclaireurs français de Grande-Bretagne.

27 Frank Christol, né en 1884, responsable de l’Église réformée française de Londres depuis 1928, aumônier protestant des FFL dès 1940. Il joue un rôle essentiel au sein de la communauté protestante des Français Libres de Londres. Henri Dubief, « Londres », Les protestants français pendant la seconde guerre mondiale, supplément du Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, no 3, juillet-août 1994, p. 604-614.

28 Voir par exemple Grand largue, no 27, avril 1943, qui contient des articles des aumôniers catholique et protestant sur la vocation de prêtre et de pasteur.

29 Fonds Bourgois, photo no 933. Je remercie Elisabeth Bourgois, auteur du livre Un aumônier des Forces françaises libres vous parle, à l’écoute de Léon Trentesaux, prêtre, Marcq-en-Baroeul, Loisirs et culture, 1994, qui m’a communiqué le fonds de l’abbé Trentesaux.

30 Mgr Myers est auxiliaire de l’archevêque catholique de Westminster, le cardinal Hinsley. Il suit les activités des réfugiés français et belges en Grande-Bretagne. Il participe à la première assemblée des EFGB le 24 janvier 1942 à Londres et à celle de l’Association des scouts belges en Grande-Bretagne.

31 Documents d’information de la France libre, no 13, 1er mars 1942, p. 19.

32 Volontaire pour la cité chrétienne, no 20, 30 septembre 1942, p. 3. L’article paraît sous le titre « Du côté des lumières, par le commandant Wietzel, président de la Fédération des Éclaireurs Français qui groupe, en Grande-Bretagne, les trois fédérations traditionnelles ».

33 Les Tisons, op. cit., p. 22-23. Un exemplaire de la délibération est conservé aux Archives générales des Pères du Saint-Esprit, cote 3J3. 31a4.

34 De Chelle est commissaire régional des Éclaireurs unionistes pour l’Algérie depuis 1931. Sa femme est commissaire des louveteaux unionistes d’Alger. Le groupe Alger III des Éclaireurs unionistes a aussi son siège à son domicile. Merci à Alain Morley pour ces précisions.

35 La revue paraîtra jusqu’en 1945. La qualité de sa présentation suppose une aide financière de la part du GPRF. Je remercie Joseph-Henri Cardona pour le prêt de sa collection de Servir.

36 Jean-François Muracciole, Les enfants de la défaite, op. cit., p. 251-277.

37 Il regroupe l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) qui comprend en Algérie, outre les mouvements d’Action catholique de jeunes, les Cœurs Vaillants et les Âmes Vaillantes et la Fédération gymnique et sportive des patronages féminins, le Conseil protestant de la jeunesse (CPJ), le Scoutisme français, les Compagnons de France.

38 Les Tisons, op. cit., p. 23-24.

39 Jean-François Muracciole, Les enfants de la défaite, op. cit., p. 271.

40 Archives générales des Pères du Saint-Esprit, cote 3J3. 31a4. Le jamboree de Moisson rassemble en août 1947 25 000 jeunes du monde entier dans les Yvelines. Son organisation avait été promise aux EFGB par le Bureau international du scoutisme dès janvier 1942.

Auteur

Premier conseiller de tribunal administratif, Équipe histoire des Scouts et Guides de France

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search